Version classiqueVersion mobile

Repenser l’école

Troisième partie. L’impatiente attente des réformes 1955-1961

30. L'éducation aux adultes

Novembre 1955

Jean-Paul Lefebvre

Résumé

Les débats entourant l’éducation portent pour l’essentiel sur la formation des jeunes générations. Cependant, l’éducation des adultes — particulièrement dans une société historiquement frappée par une importante sous-scolarisation dont les générations précédentes portent durablement la marque, dans une économie en voie de modernisation rapide — préoccupe aussi certains réformateurs. Ainsi, Jean-Paul Lefebvre (né en 1926), syndicaliste, éventuel directeur du service de l’éducation des adultes de la Commission des écoles catholiques de Montréal, député à l’Assemblée nationale (1966-1970), s’emploie en 1955 à caractériser la place et les formes d’une « éducation populaire » adaptée aux besoins nouveaux du Québec. Cette partie du débat sur l’éducation s’amplifiera considérablement après 1960 et conduira au développement de la notion d’« éducation permanente ».

Note de l’éditeur

Source : « L’éducation populaire au Canada français », Cité libre, novembre 1955, p. 21-33.

Texte intégral

1La pierre d’angle d’une cité libre, c’est certainement la conscience de la liberté chez la masse des citoyens. Une foule de gens travaillent à développer cette conscience parmi la population canadienne-française du Québec. Dans ces secteurs différents et en utilisant des méthodes très variées, quelques milliers de « militants » assument la responsabilité de l’éducation : syndicale, coopérative, nationale, culturelle, religieuse, et que sais-je encore ?

2Le besoin d’éducation populaire n’est pas propre à notre milieu. Il se présente pourtant chez nous avec une acuité particulière, en raison des difficultés d’adaptation de notre population urbaine, qui fut transplantée de la terre à l’usine en un temps record. Maintenant que nous pouvons observer avec quelques années de recul les conséquences de cette migration massive, il devient plus facile de montrer du doigt certaines lenteurs à nous adapter.

3Malgré le titre pompeux qui les coiffe, ces notes sont une simple amorce à l’étude d’un problème certainement très complexe ; tant mieux si elles devaient susciter des mises au point et des éclaircissements. Nous avons été servis à satiété de monologues, livrés sous l’étiquette d’un absolu, en des matières où la discussion aurait été beaucoup plus salutaire.

Le « haut savoir » et le peuple

4Nous voilà donc devenus, en grande majorité, gens de ville. Nous avons troqué le chapeau de paille contre la casquette, mais nous avons mis du temps à nous en rendre compte. On peut dire que ce fut un secret bien gardé. Même nos universités, ces écoles de haut savoir, ne l’ont pas su tout de suite. J’irais jusqu’à prétendre bien humblement qu’elles n’en sont pas encore certaines, si l’on en juge par leurs attitudes officielles.

5On pourrait ici demander ce qui a été fait pour rendre l’université accessible au fils de l’ouvrier, mais je n’en suis pas là. Je pense à l’ouvrier lui-même et au collet blanc, son frère jumeau, qu’il le reconnaisse ou non. Qu’est-ce que l’université a fait pour eux ? Rien du tout, pendant nombre d’années. Un beau matin pourtant, le cœur repentant, on lui a offert un résumé de quelques séries de cours du jour, à prendre le soir, après le souper, le tout encadré dans une balade d’une heure ou deux en autobus (prière de vérifier auprès de la Commission du Transport de Montréal). Pour immortaliser cette culture en comprimés, on a fait un effort surhumain et l’on a pigé, dans la réserve sacrée de la science, la suprême récompense : un diplôme. Au patient qui avait besoin de plein air et d’exercice, on a ainsi injecté une dose massive de vitamines.

6La pêche à la ligne, c’est déjà quelque chose, me direz-vous. Oui, certes, mais ce n’est pas assez profitable pour nourrir le peuple. Les masses urbaines, qui sont avant tout des masses de travailleurs, ne peuvent se contenter d’une promotion individuelle (et individualiste) ; nous devons songer à la promotion collective, à la promotion de groupe.

7L’habitude d’accorder à la promotion individuelle une confiance et une valeur absolues repose sur un mythe de la logique bourgeoise à l’effet qu’il y a toujours de la place au « sommet » de l’échelle sociale. Or dans la portée qu’on lui donne ordinairement, il ne fait pas de doute que cet axiome soit un mythe et une duperie. La société industrielle n’a pas besoin que d’ingénieurs et de contremaîtres, ces derniers seront toujours en minorité par rapport à la masse des travailleurs. Il n’entre pas dans le cadre de cet article d’étudier comment le travail industriel pourrait être revalorisé en vue d’un épanouissement de la personne humaine. Ce que je veux rappeler ici, c’est une vérité toute simple mais qui me semble rejetée, de fait, par notre société : tout homme a droit à la culture, et la société, comme telle, a le devoir de faciliter à tous l’acquisition de la culture. La poésie, la musique, la littérature, les sciences économiques et politiques ne sont pas l’apanage exclusif des gens cossus. Ceux qui possèdent la culture ne sont que les fiduciaires de la communauté humaine.

Une culture vivante

8Trop souvent, on a négligé de proposer au peuple une culture vivante, en utilisant, d’une part, des méthodes et des circonstances inadaptées à la masse ; et, d’autre part, en faisant porter le plus clair des efforts sur des programmes qui s’adressent principalement à des classes minoritaires : la petite bourgeoisie (particulièrement à l’université de Montréal) ou la classe agricole (particulièrement à Laval) ; on a oublié la masse ouvrière.

9Ce n’est pas tellement d’enseignement postscolaire que nous avons besoin, mais plutôt d’éducation populaire. Il n’y a pas qu’une différence d’appellation entre ces deux réalités. L’enseignement évoque surtout la transmission d’un certain nombre de connaissances. Ce que doit prodiguer l’éducation (ex-ducere — tirer de), c’est surtout la connaissance de soi, de ses possibilités et des moyens à prendre pour vivre pleinement sa vie au milieu du groupe humain auquel on est rattaché et avec lequel on est en constante communication.

10En général, le travailleur adulte est plutôt réfractaire à l’enseignement ; mais, lorsqu’on aura fait suffisamment d’efforts pour le comprendre, lorsque l’éducation sera vraiment dépouillée d’une certaine tradition individualiste et bourgeoise, le travailleur pourra faire la preuve que la culture elle-même y gagnerait à démocratiser ses méthodes et ses institutions.

11[...]

Quelques suggestions

12L’Université, c’est l’Université ! s’exclameront sans doute quelques savants universitaires ! Je pense bien que nous sommes d’accord là-dessus. C’est bien beau de critiquer mais enfin, où voulez-vous en venir ? Simplement à entreprendre certaines initiatives, auxquelles d’ailleurs, quelques-uns de vos employés ont peut-être déjà songé, messieurs les gouverneurs.

13Voici donc, à mon humble avis, quelques domaines (entre autres) où les universités pourraient apporter une contribution très utile à l’éducation populaire.

141. Enseigner au public l’utilisation plus rationnelle des médias de propagande de masse : cinéma, radio, télévision, presse. Exemple : organisation de ciné-clubs ou de ciné-forme orientés selon divers centres d’intérêt : histoire, les arts ; le théâtre, la musique, les danses, etc.

152. Fournir à toutes les facultés universitaires le moyen d’utiliser les médias de masse pour vulgariser les éléments de base de leurs disciplines respectives.

163. Enseigner l’histoire de façon à intéresser les militants des différents mouvements populaires.

  • histoire du mouvement ouvrier : pour les syndiqués ;
  • histoire industrielle et économique ;
  • histoire de la famille : pour les Écoles de Parents ;
  • histoire politique,
  • histoire de la musique ; etc., etc.

174. Enseigner les sciences économiques et politiques à partir des besoins du peuple et des problèmes d’actualités.

18Exemples : le chômage

19le régime fédératif

  • 1 Harris : ministre fédéral des Finances. (N.d.É.)

20les finances publiques (lorsque M. Harris1 présente « son » budget)

215. Organiser, sur le plan des quartiers, des cours populaires sur :

  • la psychologie de l’enfant ;
  • l’éducation physique de l’enfant ;
  • l’éducation religieuse de l’enfant ; [...]
  • l’économie domestique.

226. Organiser des stages de formation pour ceux qui veulent s’adonner à l’éducation populaire.

237. etc., etc., etc., jusqu’à épuisement des crédits !

Le peuple et ses associations

24Il faut bien dire aussi que l’université n’a pas été pionnière dans le domaine de l’éducation populaire. Bien avant la création des départements d’Extension de nos universités, des groupes très variés s’étaient donné pour mission, principale ou accessoire, de travailler à la formation économique, sociale ou religieuse de la collectivité.

25[...] je crois qu’il faut affirmer que les « mouvements » populaires font un travail d’éducation considérable, dont l’efficacité serait par ailleurs plus grande si l’on savait sortir davantage des sentiers battus.

26En dépit de toutes les bonnes intentions et des multiples dévouements suscités par ce vaste mouvement d’éducation, on peut formuler une critique amicale à l’effet que l’on a trop souvent transposé, dans le domaine de l’éducation populaire, les méthodes de formation individualiste et d’enseignement didactique utilisées dans l’éducation proprement scolaire. Par ailleurs, certains besoins d’éducation de la communauté sont demeurés pratiquement dans l’oubli : c’est le cas de l’éducation civique ou politique du citoyen.

27Beaucoup de militants se plaignent actuellement de la difficulté grandissante que rencontrent ceux qui veulent s’adonner à l’éducation des adultes. Dans toutes nos villes industrielles, surtout dans les grands centres et tout particulièrement dans la Métropole, le travailleur d’usine, l’employé de bureau, la mère de famille, ne répondent pas toujours comme on le souhaiterait à l’invitation des divers mouvements, syndicaux, coopératifs, civiques, qui s’offrent à les servir. Les causes de cette résistance sont multiples, le problème des distances étant, à lui seul, un obstacle de taille tant au point de vue physique que psychologique.

  • 2 Bruno de Solages (1895-1984), théologien catholique français. (N.d.É.)

28Nous pourrions aussi rectifier nos objectifs. Ainsi, nous pourrions parler moins de faire l’éducation du peuple et tenter plutôt de lui faciliter l’acquisition d’une culture qui ne saurait consister en une simple accumulation de connaissances mais bien, comme l’a décrit Mgr de Solages2, une culture qui soit « ce qui permet à un homme de se situer à sa place dans l’univers et de donner un sens à sa vie ».

À la recherche de l’homme réel

29Il y a beaucoup à faire pour qu’une culture vraiment vivante se manifeste dans nos villes, communautés improvisées où le citoyen est devenu Monsieur Quelconque, ignoré de son entourage le plus immédiat et indifférent à son égard. Il nous faudrait d’abord acquérir la science du doute, cesser de nous pâmer sur nos beaux programmes d’éducation et nous mettre résolument à la recherche de l’homme réel. Les gens de commerce se livrent à de savants calculs avant de déterminer la localisation d’un nouveau magasin. Pourquoi n’en ferions-nous pas autant pour le choix de nos lieux de réunions ?

30À partir de là, il y aurait lieu de repenser tous les aspects de notre travail, sans négliger l’organisation matérielle. La disposition, la décoration, « l’atmosphère » d’une salle d’étude ou de conférence, exercent sur l’homme moyen une influence beaucoup plus considérable qu’on semble parfois l’imaginer. Une étude sérieuse dans ce domaine serait déjà un début de solution au problème des salles à demi vides dont se plaignent un grand nombre d’éducateurs populaires.

31Quantitativement, l’éducation populaire a certainement fait des gains considérables depuis une vingtaine d’années. Pour s’en convaincre, on n’a qu’à consulter le « Répertoire national de l’Éducation Populaire au Canada Français », publié en 1949 par la Société Canadienne d’Enseignement Postscolaire. Ce document énumère une liste imposante de réalisations. Une édition révisée qu’on publierait aujourd’hui montrerait des progrès marqués pour les six dernières années. Pourtant, on entend souvent des propos très pessimistes. Beaucoup trop de gens expliquent leur échec ou leur demi-succès par un désintéressement et une paresse incorrigibles du peuple. Certains pessimistes de carrière devraient démissionner, chausser leurs pantoufles et réfléchir à leurs fins dernières.

32Pour organiser une coopérative, un parti politique (démocratique), promouvoir l’action syndicale ou faire fonctionner une bibliothèque, la première condition, c’est de ne pas être convaincu que 75 % de l’humanité est formée d’imbéciles ou d’amorphes invétérés.

33La tâche essentielle de l’éducateur, c’est de s’adapter, de se mettre au service des gens. Si l’on pense que le travailleur demeurant à Saint-Henri ou à Maisonneuve va se rendre à l’Université (sur la montagne) pour entendre des conférences, je crois qu’on se berce d’illusions. On est aussi naïf si l’on espère que la mère de famille, que l’employée de bureau ou le commis-livreur vont se ruer sur la bibliothèque pour dévorer des piles de livres, que cette bibliothèque soit sur la rue Sherbrooke ou dans le sous-sol de l’Église paroissiale.

34Oublions notre logique mercantile pour un instant et demandons-nous s’il est raisonnable qu’on fasse une publicité monstre pour convaincre la ménagère d’acheter tel dentifrice plutôt que tel autre et qu’on fasse si peu pour lui dire, dans un langage adapté à sa condition, quels avantages elle pourrait tirer de la lecture, de la musique, de la participation à un groupe d’étude pour les consommatrices, etc.

35C’est à vous donner la tentation du socialisme ! L’éducation du peuple, ça n’est vraiment pas facile dans une société capitaliste. Mais avant même que le welfare state devienne pour nous une réalité, et pour qu’il le devienne, il faut nous mettre à l’œuvre. « Si chacun balaie son devant de porte, la rue sera propre. »

36[...] Dans une société qui nous a appris à idolâtrer la richesse et ses possesseurs et à mépriser l’homme du commun, qui n’a accepté comme valeurs culturelles qu’une partie des éléments de la culture réelle, il va nous falloir apprendre à connaître le peuple et à lui faire confiance. Ceux qui se prétendent les éducateurs du peuple ont beaucoup à apprendre de lui. C’est un problème de conscience pour les chrétiens et pour le démocrate d’adopter cette attitude. [...]

37Que les quelques milliers de militants qui dirigent nos mouvements et nos associations populaires s’appliquent à concevoir et à réaliser l’éducation et la culture populaire dans cette juste perspective et la face de la société s’en trouvera extraordinairement transformée, si bien que l’on pourra parler d’une révolution en marche au Canada français.

Notes

1 Harris : ministre fédéral des Finances. (N.d.É.)

2 Bruno de Solages (1895-1984), théologien catholique français. (N.d.É.)

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search