Version classiqueVersion mobile

Le savoir des livres

 | 
Benoît Melançon

Avatars et renaissances du livre savant

Christian Vandendorpe

Texte intégral

1En autorisant, au moins partiellement, la migration de la mémoire sur des supports externes, l’écriture a permis à l’esprit humain de progresser dans sa quête du savoir à un point qu’il n’aurait jamais été possible d’atteindre dans une culture orale. Grâce à l’écriture, la pensée a pu prendre son essor en s’appuyant sur des traces visibles et le savoir personnel est devenu aisément communicable et cumulatif. Plusieurs révolutions se sont succédé au cours de la fascinante histoire du livre et de la lecture. Celles-ci sont étudiées avec une attention nouvelle depuis que notre civilisation a pris conscience que le livre était un média et qu’il était en train de connaître une transformation majeure.

La révolution du codex

2Les premiers textes d’une certaine longueur ont été écrits sur des tablettes d’argile, à Sumer, voilà plus de cinq mille ans. Ce support était assurément bon marché et facile à produire, mais il n’était pas particulièrement compact, ce qui posait des problèmes d’entreposage et de transport. On comprend qu’il n’ait pas essaimé dans d’autres cultures. Il en est allé tout autrement du rouleau de papyrus, inventé sur les bords du Nil et dont l’histoire durera plus de trois mille ans : ce type de support répondait beaucoup mieux que la tablette d’argile aux besoins du livre savant, qui doit pouvoir être facilement conservé et communicable. Ce sont ces rouleaux qui seront à la base de la grande bibliothèque d’Alexandrie, créée vers 300 avant notre ère. Les estimations varient quant au nombre de manuscrits de cette bibliothèque, mais, selon un historien du IIe siècle, elle en aurait contenu plus de 700 0001.

3Vers le deuxième siècle de notre ère, on voit se répandre à Rome un nouveau support d’écriture : le codex, qui est un cahier fait d’un assemblage de feuillets reliés, ancêtre de notre livre actuel. Ce nouveau format ne remplacera pas immédiatement le rouleau, qui avait pour lui la supériorité que confère la tradition et qui survivra pendant plus de deux siècles. Ce remplacement était toutefois inéluctable et il se généralisera en raison de la supériorité intrinsèque du nouveau support, plus compact et plus portable. Plus maniable, surtout, le codex se prête nettement mieux à l’activité de lecture que le papyrus. En effet, on n’a pas besoin de tenir le livre à deux mains pour lire, comme on devait le faire avec le rouleau ; pas besoin non plus de s’aider parfois du menton pour dérouler ou réenrouler rapidement le volumen, comme certains témoignages de l’époque nous l’apprennent.

4Ce passage du rouleau de papyrus au codex mérite réflexion, parce qu’il impliquait un bouleversement radical dans la façon de produire des livres, de les conserver et de les lire. Ce changement a été massif : le rouleau ne s’est maintenu que pour certaines activités très précises et dont la nature même était ancrée dans la tradition, comme pour les livres saints du rituel juif, par exemple. Enfin, ce changement a été irréversible : on ne connaît pas de société qui soit retournée au rouleau après avoir connu le codex.

Tabularité du texte

5Avec le format codex, on voit s’implanter dans le texte divers repères logiques qui se spécialiseront et prendront de plus en plus d’importance au cours des siècles. Dès le VIIIe siècle, la séparation entre les mots, qui facilite leur saisie en tant qu’entités sémantiques, commence à remplacer la scriptura continua, qui était de règle chez les Romains, et qui le restera d’ailleurs à Byzance jusqu’au milieu du XVIe siècle (Saenger, 1997 : 13). La ponctuation, qui aide à la compréhension de la phrase, se diversifie progressivement. Les paragraphes commencent à être séparés par des pieds-de-mouche. Tables des matières et index apparaissent dans les livres savants dès le XIIe siècle. En bref, ainsi que l’ont montré notamment les travaux de Martin (2004), Chartier (1996) et Saenger (1997), le texte, de purement linéaire qu’il était, s’organise progressivement en sections hiérarchisées et visiblement détachées les unes des autres. Je propose de désigner cet ensemble de caractéristiques par le concept de tabularité : au lieu de renvoyer à la continuité du langage oral, le texte tabulaire est appréhendé à la façon d’un tableau, l’œil utilisant les divers repères déposés sur la page pour produire de nouvelles unités de sens et mieux gérer son activité de lecture (Vandendorpe, 1999).

6Ces diverses innovations apportées à la mise en page auront des effets importants sur le mode de lecture. Alors que, dans l’empire romain, celle-ci était le plus souvent effectuée à haute voix par un esclave spécialisé, les nouveaux procédés de mise en forme du texte vont encourager un mode de lecture silencieuse qui, « d’abord restreinte aux scriptoria monastiques entre les VIIe et XIe siècles, gagnerait le monde des écoles et des universités au XIIe, puis les aristocraties laïques deux siècles plus tard » (Chartier, 1996 : 29-30). L’habitude de la lecture silencieuse favorisera à son tour une plus grande individualisation, et ce mouvement s’accélérera avec l’apparition de l’imprimerie.

Conradi Gesneri,
Conradi Gesneri, medici Tigurini Historioe Animalium [...], Tiguri, 1551

7La dimension tabulaire des textes s’accentuera au cours des XVIe et XVIIe siècles. La mise en page devient plus aérée. Des alinéas pour séparer les paragraphes apparaissent pour la première fois dans une édition du Gargantua datant de 1537 (Châtelain et Pinon, 2000 : 238), mais leur emploi ne se généralisera qu’un siècle plus tard, avec Le discours de la méthode. Le titre courant et les sous-titres permettent au lecteur de situer à tout moment l’endroit où il est rendu. Plus le texte s’organise selon des critères logiques et tabulaires, plus il rompt ses attaches avec la voix. Ce phénomène a des conséquences sur la structure même du texte et la façon de rédiger. C’est ainsi que la prose va bannir explicitement toute trace de versification, même involontaire, et rompre avec les longues périodes cadencées héritées de l’éloquence latine. En 1666, la Royal Society de Londres prescrit à ses auteurs d’éviter les fleurs de rhétorique dans les articles destinés à sa revue Philosophical Transactions, créée l’année précédente (Olson, 1977). Un tel mouvement de rétroaction entre le média et le contenu nous est devenu familier depuis les analyses des conventions littéraires du Moyen Âge, dont Marshall McLuhan a montré qu’elles étaient « imposées par les impératifs du manuscrit » (1967 :130). Enfin, la standardisation de l’orthographe, en stabilisant l’image des mots, contribuera de façon significative à faire de la lecture une activité visuelle et automatisée.

8Ces avancées entraîneront une explosion de la lecture publique dans l’Europe du XVIIIe siècle. Les préceptes traditionnels recommandaient de lire les textes en profondeur, de façon à se les approprier intimement par un travail de ruminatio : c’était la lecture intensive, qui ne différait guère de la mémorisation et qui s’est perpétuée dans la lecture du bréviaire imposée au clergé. Avec la prolifération des imprimés, on voit se légitimer une nouvelle forme de lecture, dite extensive, grâce à laquelle un esprit curieux peut parcourir des masses considérables de textes sans se soucier de les maîtriser dans le détail. Une production comme l’Encyclopédie répond à ce nouvel état d’esprit. Le livre est mis au service du lecteur, qu’il doit aider à trouver des réponses à ses questions.

9Avec l’expansion rapide de la presse quotidienne au XIXe siècle, la lecture extensive tend à devenir la norme. Ce phénomène s’accentue encore avec le magazine, qui émergera comme le support de lecture le plus populaire du XXe siècle grâce à ses nombreuses illustrations et à sa mise en page en mosaïque. Ce type d’organisation du texte tend maintenant à imposer son modèle à la vulgarisation scientifique et aux autres secteurs de l’édition, ainsi que le donne à voir la collection « Découvertes » de Gallimard. C’est aussi celui qui s’est le plus facilement implanté sur le Web. Le modèle tabulaire a si bien triomphé que, depuis quelques dizaines d’années, même l’École a du mal à maintenir le modèle intensif de lecture, qui survit principalement grâce au genre romanesque.

10Signalons en passant que ce dernier n’est cependant pas resté insensible à l’intérêt croissant du public pour des récits qui ne soient pas inféodés au linéaire et qui soient susceptibles d’échapper à ce que ce modèle comporte de rigide et d’artificiel. Ainsi a-t-on vu se multiplier, depuis les années 1960, des tentatives visant à raconter autrement, en donnant au lecteur une possibilité de jeu dans les éléments de la combinatoire narrative. Citons notamment Mobile, de Michel Butor, et Pale Fire, de Vladimir Nabokov, parus tous deux en 1962 ; Rayuela, de Julio Cortazar (1968) ; La vie mode d’emploi, de George Perec (1978) ; Le château des destins croisés, d’Italo Calvino (1976). La dissolution du continu narratif traditionnel prendra une forme encore plus radicale dans le roman dictionnaire de Milorad Pavic, Dictionnaire Khazar (1988). Une autre voie de dissolution du narratif est celle qu’ont suivie les auteurs anglais Steve Jackson et Ian Livingstone, créateurs de la série « Un livre dont vous êtes le héros » (Fighting Fantasy), dont le premier volume est paru en 1982 (Le sorcier de la Montagne de feu). Dans ces ouvrages, le lecteur ne suit plus un cheminement linéaire, mais fait des choix entre les multiples bifurcations auxquelles peut se prêter un fragment narratif.

11Transformé par la technologie de l’hypertexte, ce modèle de récit à embranchements a inspiré divers créateurs, le plus connu étant Michael Joyce, dont le récit sur cédérom Afternoon (1987) contient 539 « fragments » et 950 hyperliens. Pourtant, ce récit hypertextuel, en dépit de la curiosité qu’il a suscitée et des prédictions de ceux qui y voyaient l’avenir du roman (Coover, 1992), est resté un exercice d’école – précisément celle de son éditeur-distributeur Eastgate Systems – et ne s’est pas véritablement imposé comme la forme romanesque de l’avenir (Archibald, 2002).

12Même si la lecture sur écran ne s’accommode guère du fil continu du texte, il ne suffit pas, en effet, pour créer une expérience de lecture satisfaisante, de découper une histoire en fragments reliés par des hyperliens sur lesquels le lecteur clique au hasard de ses intuitions. Un récit doit présenter une configuration perceptible afin de susciter et de maintenir une activité de lecture signifiante. Or l’hypertexte narratif est toujours guetté par l’ennui d’une navigation sans but et vite épuisée. Pour éviter cet écueil, l’hypertexte narratif va volontiers jouer sur la séduction des images ou même, comme l’ont fait Jackson et Livingstone, se réincarner dans le jeu vidéo, un domaine dont la croissance spectaculaire ne semble pas devoir ralentir.

13Si le roman n’est pas soluble dans l’hypertexte (Vandendorpe, 2002), il en va tout autrement du texte informatif. On a évoqué plus haut la facilité avec laquelle journaux et magazines ont migré sur Internet. Pour les données scientifiques, un modèle en pleine progression est celui de la base de données, laquelle représente sans doute l’extrême aboutissement du mouvement de délinéarisation du texte.

Rondelet,
La première partie de l’Histoire entière des poissons, Lyon, 1558, « Du monstre marin en habit de moine »

  • 2 Pour un exemple de base de données organisée de cette façon, voir la base de récits de rêves http:/ (...)

14Dans l’épopée antique, les éléments de connaissance étaient intégrés à l’intérieur d’un vaste récit mythologique, au moyen duquel une culture récapitulait son savoir géographique, mythologique et social : la fabrication du texte était comparée à celle d’un tissage bariolé. Par la suite, avec Thucydide et Platon, notamment, le savoir s’est présenté sous la forme d’un discours, mis au service d’une thèse à démontrer. Aujourd’hui, le savoir prend volontiers la forme d’une base de données. Celle-ci n’est plus seulement un vaste répertoire indexé répondant aux requêtes de l’usager, mais elle tend à devenir un mode de mise en forme de savoirs spécialisés. Au lieu de lier les connaissances dans un vaste syntagme narratif ou argumentatif, les auteurs d’une base de données les mettent en série, en séparant les diverses composantes paradigmatiques entre divers champs, afin que le chercheur ou l’usager puisse interroger les données en fonction de ses propres hypothèses. Les rapports entre les champs ne sont pas déterminés par des liens syntaxiques, mais par des relations spatiales : rapports entre les divers paramètres, entre titres de rubriques et données, entre éléments stables et éléments mouvants. Ce modèle tabulaire par excellence s’accommode bien de la volonté du lecteur contemporain de lire sans cheminement imposé et de pouvoir tirer lui-même ses propres conclusions2.

15Le concept de tabulanté ne se limite pas à la disposition du texte sur la page, mais il désigne aussi les composantes du livre qui permettent au lecteur de se rendre directement aux données qui l’intéressent. Cette fonction est normalement dévolue à la table des matières. Mais celle-ci s’avère insuffisante pour les travaux savants qui impliquent la manipulation de corpus importants. Il leur faut un outil plus précis, susceptible de renvoyer à toutes les occurrences d’un même terme. La mise au point de l’index sera une autre conquête dans la sophistication des pratiques de lecture.

16Dès le Moyen Âge, on avait cherché des moyens de rendre certaines données d’un texte accessibles en dehors du fil linéaire de la lecture. La première étape fut d’adopter l’alphabet comme ordre normal de mise en ordre des données éparses. Cette étape fut franchie par le dictionnaire de Papias, au milieu du XIe siècle, mais, comme il arrive souvent en matière d’innovation, celle-ci ne fut comprise par les ateliers de scribes que deux siècles plus tard. Une fois le principe connu et adopté, il a pu s’étendre aux divers sujets abordés dans un livre, et la maîtrise de cette technologie allait faire de Paris « le centre de création d’index le plus important du XIIIe siècle » (House, 1983 : 84). Cet essor des index s’accentuera au siècle suivant, à tel point que Henri-Jean Martin a pu parler à ce sujet d’une « révolution comparable à celle de l’informatique » (2004 : 226).

The Book of Kells, IXe siècle, manuscrit (Trinity Collège, Dublin)

17Avec l’ordinateur, l’indexation intégrale et instantanée est maintenant disponible pour l’ensemble des documents publics, grâce aux moteurs de recherche. Mieux, on peut aussi repérer les documents contenant un ensemble de mots clés, placés dans le désordre ou formant syntagme. Cela fait du Web une source d’information extrêmement efficace. Et cette infrastructure, par une vertueuse boucle de rétroaction, est le meilleur incitatif imaginable à la publication virtuelle, tant pour les blogueurs compulsifs que pour les institutions et équipes de recherche, comme en témoigne le succès de l’initiative Open Access, qui vise à rendre les publications scientifiques librement accessibles sur Internet.

18Cette indexation généralisée ne se limite pas là. Depuis peu, la firme québécoise Copernic offre gratuitement Desktop Search, un programme qui, une fois installé, procède à une indexation continue des documents qui se trouvent sur votre ordinateur, faisant de celui-ci un classeur hyper efficace, où n’importe quel document peut être retrouvé en quelques fractions de seconde.

L’image ou la montée du visible

19Le matériau de base du manuscrit médiéval était le parchemin, obtenu à partir de peaux de chèvre, d’agneau ou de veau soigneusement traitées et poncées. Cette surface lisse, en plus d’être magnifiquement adaptée à l’écriture, ouvrait des perspectives nouvelles à la couleur et aux illustrations. Certes, le papyrus pouvait accueillir aussi des illustrations3, mais celles-ci ne pouvaient avoir la finesse et la précision quasi microscopique des enluminures. En outre, alors que le papyrus se réenroule sur lui-même, le codex peut rester ouvert à une page donnée et exposer son contenu à tous les regards. Les moines irlandais seront les premiers à voir dans ce support un moyen de glorifier la parole divine en l’embellissant par de la couleur, des lettrines, des entrelacs et des miniatures représentant des animaux fabuleux ou des saints. Selon Ivan Illich et Barry Sanders (1988), ce travail d’enluminure était destiné à apprivoiser au monde du livre une population largement analphabète. Pareil travail d’artiste donnera des manuscrits d’une beauté éblouissante, tel le Livre de Lindisfarne4 (710-721) ou celui de Kells, qui inspireront les scriptoria des monastères à travers l’Europe de Charlemagne.

20Tout au long du Moyen Âge, les ateliers rivaliseront de savoir-faire dans la production de manuscrits richement enluminés. Mais la plupart de ces ouvrages n’ont rien à voir avec le livre savant : ce sont principalement des bibles, des psautiers, des livres d’heures. Dans ces ouvrages, les images ont une fonction esthétique, rhétorique ou narrative : elles visent à ravir les yeux, à émouvoir l’âme du lecteur par leur sujet ou à rappeler des épisodes de la Bible, de la vie de Jésus ou des saints.

21La science est alors largement dominée par la philosophie et celle-ci par la théologie, le maître ouvrage de l’époque étant la Somme théologique de Thomas d’Aquin. On trouve toutefois quelques rares ouvrages scientifiques, touchant aux sciences naturelles, à la médecine et à l’astronomie (Bède le Vénérable, Albert Le Grand, Roger Bacon), ainsi qu’à la mathématique (Fibonacci). Le Moyen Âge commence aussi à redécouvrir l’Antiquité grecque, notamment par le truchement de la science arabe, qui connaît alors un essor extraordinaire avec des philosophes comme Avicenne et Averroès. Mais la science médiévale est dominée par le discours d’autorité, qui est au premier chef celui de la religion. À titre d’exemple, les cartes du monde reproduites dans des manuscrits de l’époque ne manquent pas de représenter le paradis terrestre, conformément aux enseignements de la Genèse5. L’autre source d’autorité, inféodée à la première, est l’opinion des Anciens, notamment Aristote, qui constituera l’horizon de la pensée pendant des siècles. Dans un tel contexte, les ouvrages savants se présentent souvent comme des compilations d’observations et d’affirmations glanées dans la Bible et les classiques grecs et latins.

  • 6 « Quodsi qui parum intellexerit ex scriptis, cum ipsam rem cognoscet, profecto inveniet curiose et (...)
  • 7 Géographie, 2, 5, 11. Cité par Jean-Marc Châtelain et Laurent Pinon, 2000 : 238.

22La tradition orale imprègne également les attitudes relatives au transfert des connaissances : dans l’ancien monde, l’ouïe était le sens de l’intelligence par excellence. Cette dernière était d’ailleurs désignée comme la faculté d’« entendement » et on disait « j’entends » là où nous disons plutôt « je vois ». Même un architecte et ingénieur comme Vitruve se contente de décrire verbalement ses machines, sans les accompagner d’aucune illustration ; par exemple, à la fin d’un chapitre sur l’orgue à eau, il admet que l’on ne pourra en avoir une pleine compréhension qu’en le voyant fonctionner : « Si quelqu’un le comprend mal d’après mes écrits, le jour où il sera en sa présence, il comprendra avec quelle ingéniosité et quelle précision il a été conçu6. » Toutefois, la redécouverte de ses livres à la Renaissance inspirera des générations d’architectes, d’ingénieurs et d’illustrateurs, tel Daniel Barbari, qui en donnera une remarquable édition. Pour le géographe Strabon (Ier siècle), la vue était nettement inférieure à l’ouïe : « Si l’on considère que pour savoir il faut avoir vu, on supprime le critère de l’ouïe, sens qui, en matière de science, est nettement supérieur à l’œil7. » Galien, le grand médecin du IIe siècle, s’opposait lui aussi expressément aux représentations des plantes (Châtelain et Pinon, 2000 : 238).

23Les mêmes attitudes se maintiendront jusque vers la fin du Moyen Âge. On ne concevait de transmission du savoir que par la parole du maître, sagement recueillie par le disciple. C’est pour cette raison que Socrate et le Christ n’auraient rien écrit, selon Thomas d’Aquin (McLuhan, 1967 : 146). Un autre exemple du prestige du modèle oral est la structure de la Somme théologique, dont la matière est organisée en questions et réponses, comme le sera par la suite, et durant des siècles, le Petit catéchisme. On ne doit donc guère chercher dans les manuscrits un emploi véritablement pédagogique des images, car celles-ci ne sauraient se substituer à la parole, seule capable de transmettre les significations.

Augustin Calmet, Dictionnaire historique [...] de la Bible, Paris, 1722, « Carte du paradis terrestre »

24Cette domination de l’oralité a sans doute un rapport avec la rareté des livres dans une société où la production d’un manuscrit était une opération longue et coûteuse. Rappelons par exemple que, plus d’un siècle après sa création, la bibliothèque de la Sorbonne ne comptait encore que 1 200 volumes8. La situation s’améliorera certes vers 1 300 avec l’apparition du papier, moins coûteux que le vélin, mais il faudra attendre l’apparition de l’imprimerie pour assister à une véritable explosion : entre 1460 et 1500, il se publiera près de vingt millions de livres, pour une population d’environ cent millions d’habitants (Febvre et Martin, 1958).

25En un siècle ou deux, l’attitude à l’égard des images changera complètement. Ainsi, l’histoire des plantes publiée par Leonhart Fuchs en 1542 compte 512 illustrations, d’une grande précision scientifique. Dans sa préface, l’auteur n’hésite pas à réfuter la position de Galien, mentionnée plus haut : « Qui en son honnête âme condamnerait les images qui communiquent des informations bien plus clairement que les mots, même du plus éloquent des hommes ? » (cité dans Châtelain et Pinon, 2000 : 238) De toute évidence, l’autorité des Anciens ne peut plus faire barrage à l’illustration. Plutôt qu’à la parole du magister, la priorité est clairement donnée au lecteur et à tout ce que peut lui apprendre une image.

  • 9 Le British Museum offre une magnifique sélection des pages de ce livre : http://www.bl.uk/collectio (...)
  • 10 Ces images seront encore reproduites dans l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, même si « deux s (...)

26L’illustration connaît alors une période faste et cela d’autant plus que, dès 1530, grâce aux progrès de la gravure sur bois, l’imprimerie peut reproduire texte et images de façon assez précise, ce qui jouera un rôle majeur dans les « nouvelles tendances visuelles de la science expérimentale » (McLuhan, 1967 : 184). Citons, parmi d’autres, l’ouvrage de zoologie de Conrad Gesner, dont la volumineuse Historia Animalium compte un millier d’illustrations. Les ouvrages d’anatomie se multiplient, le plus remarquable étant sans aucun doute celui d’André Vésale, De humani corporis Fabrica9, publié en 1543 et dont les dessins, dus à Jan van Kalkar, seront reproduits à maintes reprises10. Vésale prend bien soin, dans sa préface, de justifier la présence des illustrations en précisant que celles-ci ne visent aucunement à remplacer la pratique de la dissection chez les étudiants de médecine. Avec ces ouvrages, il ne fait pas de doute que l’iconographie est devenue un puissant outil de connaissance et d’exploration de la réalité physique. De Valverde (La anatomia del corpo umano, 1586) à Petro Berrettino Cortonensi (Tabulæ, anatomicce, 1741), les anatomistes ne cesseront de tirer les conséquences de ce nouveau rapport à l’iconographie.

Vitruve, De architectura, Venise, 1567

27L’image a certes étendu son empire à la représentation de la réalité tangible telle qu’elle est appréhendée par les sciences de la nature, mais elle est toujours limitée à des réalités observables, sauf en géométrie et en cartographie. Le type de raisonnement utilisé pour la confection d’une carte permettra à la représentation de franchir un nouveau seuil lorsqu’on entreprendra de traduire visuellement des données quantitatives, dont un exemple est attesté dès 1644, selon Edward Tufte (1997 :15). Des travaux plus récents attribuent toutefois l’invention des graphes au prêtre et mathématicien Nicholas Oresme, dont le Tractatus de Configura-tionibus Qualitatum et Motuum (1355) décrit une grille à base de coordonnées « cartésiennes » x et y, qui fournira un principe universel de représentation des relations entre des quantités mesurables et marque la naissance de la visualisation des données.

Leonhard Fuchs,
Primi de stirpium historia comentariorum tomi vivæ imagines [...], Bâle, 1549

Juan de Valverde,
La anatomia del corpo umano, Vinetia, 1586

28L’importance de l’image dans le livre savant ira croissant, comme en témoigne l’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, publiée sous la direction de Diderot et D’Alembert : cet ouvrage emblématique du Siècle des lumières ne compte pas moins de onze volumes de planches pour quinze volumes de texte et deux livres d’index. En outre, son organisation interne, qui fait une large place aux renvois, préfigure l’arrivée d’un mode de lecture hypertextuelle (Melançon, 2004).

29Au XIXe siècle, la technique des graphiques fait de grands progrès. Charles Joseph Minard sera le premier à représenter visuellement des données statistiques sur une carte, et son graphique illustrant les pertes napoléoniennes de la campagne de Russie deviendra un classique de l’histoire de la statistique. Grâce à une habile combinaison de coordonnées spatiotemporelles et de données quantitatives, cette figure se lit comme une histoire, et sa richesse d’informations exigerait plusieurs pages de texte pour être précisément communiquée (Tufte, 1983 :40)11.

30Au XXe siècle, les symboles physiques, chimiques ou mathématiques deviennent le langage universel de la science, un langage que la scolastique avait vainement cherché à mettre au point dans la logique verbale. Pour le public contemporain, un scientifique en blouse blanche à côté d’un tableau rempli d’équations et de symboles est la nouvelle figure emblématique de la science, qui répond à celle de l’ermite médiéval penché sur son grimoire12 ou de l’humaniste comparant des textes à l’aide de la machine imaginée par Ramelli.

31La généralisation de l’ordinateur facilitera la création, la manipulation et l’échange des images. Traduites en langage binaire, celles-ci partagent maintenant la fluidité et l’ubiquité du texte. L’image se décline sous toutes les formes : icônes, binettes, pictogrammes de toutes sortes, photos, images fractales, créations numériques.

32L’animation sur écran fait franchir à la représentation graphique un degré de précision supplémentaire, en intégrant la dimension temporelle. On peut maintenant observer avec toute la minutie nécessaire les différentes étapes de la formation d’une tornade, d’un tsunami ou du développement d’un embryon. L’écran est devenu notre fenêtre sur le « grand livre de la nature », en se mettant au service de la vue, qui est le sens analytique par excellence et le plus richement doté de masse neuronale. Grâce à l’ordinateur, nous pouvons désormais observer les phénomènes de l’infiniment petit ou de l’infiniment grand, localiser notre position sur une carte au moyen de coordonnées gps, tenter de comprendre de l’intérieur les mécanismes les plus complexes, depuis le moteur à explosion jusqu’à l’activité que déploie le cerveau en réponse à des stimuli.

33Les graphiques, dont la production est immensément facilitée par l’informatique, font apparaître des phénomènes qui seraient autrement imperceptibles. Il s’agit là d’un véritable langage qui fait accéder l’abstraction mathématique à la réalité concrète de l’image. Tufte (1997) en a retracé les plus belles réussites ; il a aussi montré comment les données peuvent être trafiquées dans un graphique ou masquées par des « bruits » visuels, notamment dans son étude sur l’enquête américaine visant à déterminer les causes de l’explosion en vol de la navette Challenger, enquête à partir de laquelle il a fait ressortir les tragiques conséquences d’une absence de vue synthétique des incidents qui s’étaient produits antérieurement au lancer fatal.

34La montée de la visualisation ne se limite pas aux sciences physiques ou à l’ingénierie, mais touche tous les domaines de notre culture. Dans les sciences sociales, la graphique s’est depuis longtemps étendue aux données sociales et aux comportements individuels, qui sont représentés avec des graphes de points et des tableaux à trois dimensions. En sciences humaines, le structuralisme et la sémiotique ont montré l’intérêt des schémas pour mettre en évidence les structures profondes des mythes.

35Depuis les deux dernières décennies, la représentation graphique est en train de se redéfinir comme une technique générale de visualisation des données. L’enjeu est de mettre au point des outils informatiques capables de traduire visuellement le contenu de grandes masses de documents afin de permettre à l’usager de repérer aussi rapidement que possible les données qui l’intéressent. Les éléments pertinents seront ainsi synthétisés sous forme de cartes, de tableaux colorés, de graphes relationnels ou de représentations analogiques. Ce genre d’outil est d’abord apparu pour représenter les nœuds de configurations hypertextuelles et il est utilisé à cette fin par des métamoteurs de recherche, tels kartoo.com et grokker.com, qui regroupent de façon visuelle les adresses de sites dont les contenus sont sémantiquement proches. À terme, on peut s’attendre à ce que ces capacités de méta-analyse s’étendent à une variété croissante de documents, notamment grâce au codage de ceux-ci en xml, et qu’ils débouchent sur des outils au moyen desquels le lecteur pourra superposer aux documents consultés des « filtres » dont les formes et les couleurs signaleront à son attention les données qui semblent le mieux répondre à ses besoins de recherche.

36Depuis cinq mille ans qu’elle existe, l’écriture avait été le vecteur privilégié des activités de traitement symbolique. Aujourd’hui, cette position de monopole est terminée. Selon l’analyse de Régis Debray (1992), nous sommes entrés dans la « vidéosphère », où le texte partage son empire avec les images et les appuis visuels de tout genre. Cela ne sera certes pas sans effet sur la façon dont on s’approprie les textes. La lecture a rompu avec l’oralisation qui avait dominé jusqu’à la fin du Moyen Âge. Elle se fait maintenant de plus en plus habile à intégrer une variété de signes dans la production du sens : structure visuelle du texte, jeux de couleur ou de typographie, tableaux, graphiques, icônes, pictogrammes, logos, images de toutes sortes.

Vers le grand hypertexte

37La fonction du livre étant de donner à la pensée humaine un support qui la rende accessible à d’autres esprits, à travers le temps et l’espace, il ne réalise pleinement ce but que s’il est mis en circulation. Dans le monde gréco-romain, les bibliothèques ont joué un rôle essentiel à cet égard, comme on l’a déjà évoqué avec la bibliothèque d’Alexandrie, qui attirait l’élite intellectuelle de son époque.

38Avec l’imprimerie, la circulation du livre n’est plus limitée par la rareté des exemplaires. Pour Érasme, il s’agit là ni plus ni moins que de la transformation du monde en une vaste bibliothèque : « [Alors que la bibliothèque de Ptolémée] tenait entre les murs étroits de sa propre demeure, [l’imprimeur] construisait une bibliothèque qui n’avait pour autres limites que celles du monde lui-même » (cité par Eisenstein, 1983 : 581). Et il est vrai que, à l’époque, un humaniste un peu fortuné pouvait encore envisager d’avoir accès, grâce à l’imprimerie, à l’ensemble des livres existants. Ce rêve deviendra de plus en plus impossible à mesure que les publications se multiplieront. Dans une nouvelle écrite en 1941, Borges rend bien compte du sentiment de vertige que provoque cette expansion indéfinie du livre : « La bibliothèque de Babel » met en scène un narrateur enfermé dans une bibliothèque univers et qui en cherche désespérément « le catalogue des catalogues ».

39Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les chercheurs sont eux aussi confrontés à des masses énormes de documents, le plus souvent sous la forme d’articles de revue, tandis que les grandes encyclopédies peinent à suivre le rythme de mise à jour des données scientifiques. Aussi est-il de plus en plus difficile de se tenir au courant dans les domaines de pointe. Pour faire face à ce problème, Vannevar Bush (1945), qui était directeur du Bureau de la recherche scientifique aux États-Unis, envisage de mettre à profit les progrès de la photographie. Il imagine un système à base de microfiches qui permettrait de faire tenir sur une simple feuille de format standard la totalité de l’Encydopædia Britannica. D’après ses calculs, on pourrait ainsi emmagasiner dans la caisse d’un camion tout le savoir humain, soit un milliard de livres. La consultation se ferait au moyen d’un memex ou unité centrale à base de fiches où seraient enregistrés les livres, revues et journaux nécessaires au chercheur, ainsi que toutes les données que celui-ci aurait accumulées, de façon à former « un supplément intime à sa mémoire ». Cette machine permettrait de faire défiler les pages à très grande vitesse. De plus, l’usager pourrait faire des annotations sur les microfiches et, surtout, établir des liens entre divers éléments au moyen de références codées. Les divers liens ainsi établis constitueraient une sorte de nouveau « livre » où les données seraient organisées par jeu associatif, comme dans la mémoire, et que l’on pourrait ensuite réexaminer à volonté.

Agostino Ramelii,
Le Diverse et artificiose machine del capitano Agostino Ramelii [...], Paris, 1588

40Ce concept sera repris par Doug Engelbart, qui, dès 1962, s’attache à créer divers outils d’interface utilisateur/ordinateur ; il travaille notamment à un système « destiné à augmenter l’intelligence humaine », réalisé à l’état de prototype en 1968 sous le nom prometteur d’Augment. Entre-temps, Ted Nelson (1987) avait forgé le concept d’hypertexte, et il tentera de le concrétiser dans un vaste réseau commercial où les éditeurs participants mettraient leur fonds à la disposition des abonnés. Ce projet a été baptisé Xanadu, du nom d’un lieu mythique inventé par Coleridge dans son poème « Kubla Khan ». On aurait accès à Xanadu à partir de postes de consultation installés en franchise un peu partout.

41Le projet de Nelson sera pris de vitesse par l’apparition du Web, conçu par Tim Berners-Lee, dans les laboratoires du cern (Centre européen de recherche nucléaire) à Genève, entre 1989 et 1993. En quelques années, le Web s’impose comme un espace véritablement universel. La richesse des données y croît à une cadence étonnante. De cinq millions de pages en 1995, le réseau en contenait 100 millions deux ans plus tard, un milliard à l’automne 2000, le double en janvier 2002, et plus de huit milliards à la fin de 2004. Et ces quantités représentent tout au plus de 1 à 5 % des informations disponibles, la plus grande masse étant placée dans des bases de données inaccessibles au public.

42Déjà, le livre a entrepris sa migration vers cet espace. Certains peuvent être consultés en mode texte, ce qui les rend indexables par les moteurs de recherche. Le mode image est précieux pour restituer sur écran toute la richesse de l’appareil critique des livres savants, comme les éditions du Cerf l’ont fait, par exemple, pour la Bible de Jérusalem13. On peut déjà trouver sur la Toile la plupart des textes de l’Antiquité classique, quelque 1200 volumes de la Bibliothèque nationale du Québec, et 70 000 volumes de la Bibliothèque nationale de France. Ces chiffres pâlissent, toutefois, à côté des centaines de milliers de livres accessibles sur Amazon en vertu du programme Search inside the book, et des quinze millions de volumes que Google envisage de numériser au cours des dix prochaines années-même si ce projet n’est pas sans limitations, comme le montre Peter Suber (2005).

Ambroise Paré, Œuvres, Paris, 1607

43Accessible de partout et capable d’afficher les textes dans la plupart des alphabets, l’Internet est devenu indispensable pour tous les aspects de la vie courante, et on n’imagine pas que des institutions puissent s’en passer. Cette ubiquité du texte porte à un sommet l’idéal de diffusion et de portabilité inhérent au livre. Sa fluidité est également inégalable, le document html étant susceptible de s’afficher sur toutes sortes d’écrans, y compris les assistants numériques personnels. En rendant possibles la lecture et la consultation des livres dans un train ou à la plage, ce dernier support redonne au texte les caractéristiques qui avaient fait le succès du codex et pourrait même devenir un support assez commun pour la lecture de livres de fiction, comme semble l’indiquer le succès de l’offre de prêt de livres numériques par la New York Public Library à l’automne 2004 (Gnatek, 2004).

Interaction

44Au premier abord, l’interaction ne semble pas être une caractéristique du livre savant : elle pourrait même être vue comme une nuisance, qu’il faudrait confiner au domaine des jeux et des transactions commerciales. Pourtant, si l’on y réfléchit, c’est par nécessité et non par choix que le livre est cette entité silencieuse et passive dont Platon déplorait qu’il « dit tout le temps la même chose » (Phèdre, 275d).

  • 14 Par exemple, http://www.artamene.org/ affiche le texte du roman Artamène ou le grand Cyrus, en fais (...)
  • 15 L’Office québécois de la langue française offre une belle collection de tests de ce genre : http:// (...)

45Certes, l’interactivité peut prendre bien des formes, la plus élémentaire étant de segmenter le texte et de multiplier les hyperliens afin d’engager le lecteur dans une posture active de recherche d’informations. En signalant par un attribut de couleur qu’une information est disponible pour un mot affiché à l’écran, on facilite énormément la lecture d’un texte scientifique, d’un manuel ou même d’un roman ancien14. Une forme plus élaborée est de proposer au lecteur des questions avec un choix de réponses ou, mieux encore, une case dans laquelle écrire la bonne réponse. Ce format est par excellence celui des sites pédagogiques, qui permettent à l’étudiant de tester ses connaissances15.

46L’interaction peut aussi consister à donner au lecteur la possibilité de réagir à un texte ou à un commentaire. Celui qui écrit dans la marge d’un livre ou qui en souligne des passages entre en interaction avec un texte de façon plus significative qu’il ne le fait en lisant simplement des yeux. Cette lecture agissante devient une forme d’appropriation du texte et les traces laissées sur la page permettent de reconstruire le dialogue auquel il a donné lieu dans l’esprit du lecteur. Ce type de lecture annotée peut être répliqué sur le Web, comme le fait par exemple www.reves.ca. Cette base de données offre à l’usager la possibilité d’ouvrir une fenêtre dans laquelle il pourra noter ses commentaires, lesquels resteront à sa disposition lorsqu’il retournera sur le site ultérieurement. L’usager pourra même choisir de rendre ces notes publiques. Grâce à ce modèle d’interaction, chaque récit de rêve que contient cette base devient un forum virtuel, ouvert aux interprétations, et qui replace ce type de texte dans le mouvement herméneutique d’où il tire son origine.

47Une autre forme d’interaction, encore plus importante, est de mobiliser les connaissances des internautes dans un travail collaboratif. C’est le défi que s’est donné Wikipedia16, une encyclopédie libre d’accès, contenant déjà plus de 90 000 articles en français et dont le contenu peut être modifié en temps réel par n’importe quel usager, ce qui assure une mise à jour permanente des informations.

Conclusion

48Si le rouleau de papyrus a été complètement délaissé au profit du codex, peut-on en inférer qu’il en ira de même avec le livre imprimé et l’écran ? Sous plusieurs aspects, en effet, l’écran est nettement mieux adapté à la lecture savante et au travail de recherche que le document imprimé. Les divers bénéfices que l’ordinateur procure – ubiquité d’accès, indexation généralisée, interactivité, connexion par hypertexte à une immense bibliothèque en expansion continue et mise à jour de manière permanente –, toutes ces caractéristiques ont déjà contribué à accélérer le rythme des activités de recherche et d’innovation, comme en témoigne notamment la rapidité avec laquelle a été dressée la carte du génome humain. À ces avantages dont profite le texte sur écran, ajoutons la continuité entre lecture et écriture, dont les opérations sont mieux intégrées qu’elles ne l’ont jamais été.

49Tout n’est pourtant pas parfait. En accélérant le mouvement de spatialisation du texte, l’ordinateur tend aussi à le faire passer dans l’ordre du spectacle, avec comme conséquence un déficit de sa capacité de persuasion intime et d’être véritablement « entendu », la vue étant le sens le plus facilement capable de l’indifférence absolue.

50Au plan de la visualisation, l’ordinateur donne certes la possibilité de suivre un processus grâce aux techniques d’animation ou de traduire instantanément des données statistiques sur un graphique, ce qui permet d’évaluer des scénarios de tous genres. Mais la circulation des images est encore limitée en raison des contraintes techniques de bande passante et de la question de droits d’auteur, qui laisse toujours planer une menace sur l’avenir des idées et une possibilité de régression vers une féodalisation du savoir (Lessig, 2001 ; Vandendorpe, 2001).

51Surtout, la lecture sur écran se caractérise par un double déficit sur le plan de la maniabilité. D’une part, l’écran de bureau, par sa fixité, oblige à une position statique. D’autre part, sur un écran standard, il n’est possible que d’afficher une page à la fois, ce qui constitue un sérieux obstacle à la lecture. Souvent, en effet, on a besoin de retourner en arrière pour revenir sur un développement ou comparer une affirmation à une autre. Cela est d’autant plus vrai que le texte est plus difficile ou qu’il fait appel à de multiples tableaux, car ceux-ci doivent souvent être vus en regard l’un de l’autre pour livrer toute leur signification (Tufte, 1997 : 47).

52Voici deux ans, réfléchissant à ce problème, je voyais l’avenir du livre dans une sorte de résurrection du codex au moyen de l’encre électronique17 : ce procédé permet d’envisager à terme la construction d’un codex électronique de 48 ou 96 pages, que l’on pourrait feuilleter et qui offrirait toutes les ressources d’un ordinateur et de l’hypertexte. Un tel objet semble seul capable de donner au lecteur la parfaite maniabilité du codex et le sentiment de coprésence des pages d’un même ouvrage, en permettant un rapide va-et-vient d’une page à une autre (Vandendorpe, 2004). Mais un objet de ce genre n’est envisageable que dans un avenir assez éloigné, de l’ordre de dix ou vingt ans, compte tenu des progrès qui restent à faire en matière de miniaturisation, de mémoire et de puissance de calcul. Et cet objet pourrait alors ne plus trouver de public, celui-ci s’étant habitué à lire autrement.

53L’arrivée massive des écrans à cristaux liquides laisse aujourd’hui entrevoir un proche avenir où la taille standard d’un écran sera de 1600 sur 1200 pixels, ce qui permettra l’affichage d’une double page de format magazine. Il suffirait alors de quelques améliorations de l’interface pour faire de l’écran un espace mieux adapté à la lecture continue. Après vingt ans de stagnation, il est peut-être temps que les concepteurs de systèmes d’opération repensent l’ergonomie des fenêtres en fonction de demandes de lecture qui deviennent de plus en plus sophistiquées. Idéalement, il faudrait pouvoir afficher la double page, tout en permettant un défilement distinct de la page de gauche et de celle de droite. Une autre fonction devrait permettre de sélectionner une portion d’écran parmi les pages cachées afin de pouvoir l’afficher dans une fenêtre qui soit superposable à la fenêtre principale, tout en restant covisible comme l’est une palette, et qui soit aussi dotée d’une fonction télescopique, au moyen de laquelle il serait possible de réduire ou d’agrandir le contenu de la fenêtre en même temps que le cadre. Enfin, l’introduction de la perspective au moyen de la 3D devrait permettre de simuler divers environnements et objets de lecture en refondant l’espace de l’écran sur une métaphore plus riche que celle du bureau. Grâce à l’épaisseur et à l’illusion de volume, le livre pourrait ainsi apparaître à l’écran comme une totalité à lire et acquérir une véritable existence virtuelle : ce serait, au sens propre du terme, un « livre sans reliure ».

Athanasius Kircher,
Physiologia, Amsterdam, 1680 et Ars magna, Rome, 1646, frontispices

54J’espère qu’on ne verra pas dans cette proposition un désir nostalgique de modeler un nouvel outil sur un ancien. Même si la lecture se fait de plus en plus éparpillée et régie par les buts du lecteur, il faudra tout de même continuer à exercer chez les jeunes générations la capacité de lire les livres qui nous viennent du passé et garder ouverte la possibilité de produire et de lire sur écran des textes assez conséquents pour entraîner, tant sur le plan individuel que collectif, un changement de paradigme, comme l’ont fait à leur époque des ouvrages comme De l’origine des espèces ou De l’interprétation des rêves- en fait, tous les grands livres qui ont modelé nos attitudes envers le monde.

55Enfin, en regard de l’édition savante traditionnelle, le Web souffre d’un autre handicap, qui tient précisément à la facilité d’édition et de diffusion qui a fait sa force. Comme tout un chacun peut créer une page avec autant de facilité qu’on écrit une lettre, la qualité des informations déposées sur le Web et recueillies en réponse à une requête dans un moteur de recherche est souvent médiocre. Or le livre savant s’était donné au fil des siècles tout un arsenal de procédures visant à assurer sa crédibilité. Il y avait anciennement la page frontispice fortement décorée de motifs antiques, visant à conférer solennité au texte. Par la suite, le processus éditorial a mis en place des instances de filtrage garantissant la qualité d’un ouvrage grâce à la renommée de l’éditeur, au réseau relationnel du directeur de collection et aux compétences du comité de lecture. Sur le Web, ces instances de légitimation sont encore à l’âge des incunables. Toutefois, on relève des signes encourageants. L’automne 2004 a vu le lancement de Google Scholar, un service visant à améliorer la pertinence du Web pour les activités savantes. Cet outil de recherche ne range plus les réponses à une requête en fonction du nombre de références dans les pages destinées au grand public, mais bien du nombre de fois où un document a été cité par d’autres chercheurs, ce qui améliore de façon remarquable la pertinence des réponses.

56On peut aussi s’attendre à ce que des sites se spécialisent en publications savantes. La question est de savoir qui devrait assumer cette tâche. Les recherches devraient-elles être publiées par le site universitaire du signataire ? Par celui de son association savante ? Par un site interuniversitaire, selon le modèle de erudit.org18 ? Par une bibliothèque nationale ? Il y a certainement matière à débat. Si les opérations de mise en forme et de publication de ces travaux nécessitent une infrastructure éditoriale relativement importante, celle-ci ne devrait cependant pas être exorbitante en regard des sommes que les gouvernements investissent dans les bibliothèques. Le passage au virtuel déroute nos habitudes de pensée en ceci que les activités d’édition, de diffusion et de conservation sont intégrées. Les institutions doivent évoluer en fonction de ces nouvelles structures.

57En fait, pour ce qui est de la communication entre les chercheurs, le livre a déjà cédé la place aux revues savantes, où se publient les résultats des recherches de pointe, du moins pour la plupart des disciplines. Et les revues elles-mêmes sont à la recherche de modèles plus souples, comme la prépublication sur le Web. La finalité du Savoir absolu, que Maurice Blanchot assignait à l’essence même du Livre, a migré sur le réseau des réseaux, au maillage infini.

58On n’envisage cependant pas aisément la disparition du livre, car celui-ci est chargé d’une dimension mythique, qui tient à son histoire et à des facteurs d’ordre historique et sociologique. Comme le note Régis Debray (1992), le Livre a dans son essence une dimension théologique, apparente dans le fait que les trois grandes religions monothéistes en ont fait le fondement de leur doctrine. Cet héritage sacré a longtemps irradié l’objet livre, l’associant à une autorité transcendante et inspirée, dont l’écrivain s’est fait le relais à l’époque romantique. Surtout, le livre est lié à notre histoire personnelle, il est l’objet au moyen duquel nous sommes d’abord entrés individuellement en contact avec le monde de la culture et de l’imaginaire. Depuis le personnage de Don Quichotte, chez qui la lecture des romans de chevalerie avait « desséché la moelle du cerveau », jusqu’à la pauvre madame Bovary, qui confondait la réalité avec le rêve issu de ses lectures sentimentales, on n’a pas cessé de dénoncer les méfaits d’un penchant excessif pour les livres et la lecture. Aujourd’hui, cependant, l’écran est devenu le média par excellence, qui sert d’interface avec le monde de la culture, du savoir, de l’imaginaire, du jeu et de la communication. C’est vers ce « vitrail » – le mot est de Hervé Fischer (2002 : 58) – que les enfants sont attirés dès leur plus jeune âge. Et c’est en manipulant ses rutilantes icônes que nous effectuons désormais la majeure partie de nos activités de lecture.

Pietro da Cortona, Tabulæ anatomicæ a celeberrimo pictore Petro Berrettino [...], Rome, 1741

Suite des mémoires de mathématique et de physique, Amsterdam, 1732, frontispice

Notes

1 http://www.newadvent.org/cathen/01303a.htm.

2 Pour un exemple de base de données organisée de cette façon, voir la base de récits de rêves http://www.reves.ca.

3 Voir notamment un fragment du Livre des morts égyptiens au Metropolitan Museum : http://www.metmuseum.org/explore/newegypt/htm/wk_book.htm.

4 http://www.bl.uk/collections/treasures/digitisation4.html.

5 Voir André Lemire, Le Nouvel Observateur, 23 décembre 2004 (http://www.nouvelobs.com/dossiers/p2094_95/a259740.html).

6 « Quodsi qui parum intellexerit ex scriptis, cum ipsam rem cognoscet, profecto inveniet curiose et subtiliter omnia ordinata » (De tectura, X, 8, 6).

7 Géographie, 2, 5, 11. Cité par Jean-Marc Châtelain et Laurent Pinon, 2000 : 238.

8 http://gallica.bnf.fr/themes/LivMA4.htm.

9 Le British Museum offre une magnifique sélection des pages de ce livre : http://www.bl.uk/collections/treasures/digitisation4.html.

10 Ces images seront encore reproduites dans l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, même si « deux siècles [après Vésale], les dessins de Kalkar étaient plus utiles aux projets des peintres et des sculpteurs qu’aux étudiants en médecine » (Birn, 1988 : 648).

11 http://www.edwardtufte.com/tufte/minard.

12 http://www.mystudios.com/art/italian/titian/titian-st-ierome.html.

13 http://bibliotheque.editionsducerf.fr/.

14 Par exemple, http://www.artamene.org/ affiche le texte du roman Artamène ou le grand Cyrus, en faisant de tous les noms propres des liens hypertextuels qui, au pointage de la souris, ouvrent une minifenêtre précisant leur rôle dans le récit.

15 L’Office québécois de la langue française offre une belle collection de tests de ce genre : http://www.olf.gouv.qc.ca/ressources/auto_eval/index.html.

16 http://fr.wikipedia.org.

17 http://eink.com/.

18 http://www.erudit.org/.

Table des illustrations

Légende Conradi Gesneri,Conradi Gesneri, medici Tigurini Historioe Animalium [...], Tiguri, 1551
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Légende Rondelet,La première partie de l’Histoire entière des poissons, Lyon, 1558, « Du monstre marin en habit de moine »
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1340/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende The Book of Kells, IXe siècle, manuscrit (Trinity Collège, Dublin)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1340/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Légende Augustin Calmet, Dictionnaire historique [...] de la Bible, Paris, 1722, « Carte du paradis terrestre »
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1340/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Vitruve, De architectura, Venise, 1567
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1340/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Légende Leonhard Fuchs,Primi de stirpium historia comentariorum tomi vivæ imagines [...], Bâle, 1549
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1340/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Juan de Valverde,La anatomia del corpo umano, Vinetia, 1586
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1340/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Agostino Ramelii,Le Diverse et artificiose machine del capitano Agostino Ramelii [...], Paris, 1588
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1340/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Ambroise Paré, Œuvres, Paris, 1607
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1340/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1340/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Légende Athanasius Kircher,Physiologia, Amsterdam, 1680 et Ars magna, Rome, 1646, frontispices
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1340/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1340/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Pietro da Cortona, Tabulæ anatomicæ a celeberrimo pictore Petro Berrettino [...], Rome, 1741
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1340/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Suite des mémoires de mathématique et de physique, Amsterdam, 1732, frontispice
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1340/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search