Version classiqueVersion mobile

L'éducation pour tous

Préface

Guy Rocher

Texte intégral

1La vie des rapports des Commissions d’enquête gouvernementales est assez particulière, sinon critique. On peut, avec quelque chance et de bonnes relations, se procurer un exemplaire du rapport dans les jours et parfois les semaines qui suivent son dépôt auprès des autorités gouvernementales. Et puis, c’est fini : ces rapports deviennent des objets rares, et très rapidement des objets de collection. On ne les trouve plus que dans quelques grandes bibliothèques publiques, et dans certaines bibliothèques universitaires. Ce sera une grande chance d’en dénicher un exemplaire perdu parmi un lot de vieux ouvrages, chez un libraire spécialisé dans les livres usagés. Même les rapports des commissions qui ont marqué l’histoire du Québec ou du Canada demeurent à jamais introuvables. Essayez, par exemple, de vous procurer le rapport de la Commission Castonguay-Nepveu qui est pourtant à l’origine du système de santé qui remonte au début des années 1970, ou le Rapport de la Commission Rochon.

2Le Rapport de la Commission royale d’enquête sur l’enseignement dans la province de Québec, plus souvent appelé Rapport Parent, n’a pas tout à fait connu ce même sort. L’édition officielle, comme on pouvait s’y attendre, fut rapidement épuisée. Étant donné l’impact qu’il pouvait avoir dans le monde de l’enseignement, de la maternelle à l’université, le Rapport Parent fut sans doute le plus recherché de tous les documents officiels. Mais depuis longtemps, le rapport original est épuisé et devenu introuvable sur le marché du livre. De surcroît, le Rapport Parent n’a jamais fait l’objet d’une publication électronique ou informatique, ni en partie, ni en totalité.

3Et pourtant, s’il est un rapport de Commission dont le sort a été d’être souvent rappelé, évoqué, invoqué, cité, c’est bien le Rapport Parent. Mais je constate qu’on ne le trouve même pas dans la bibliothèque personnelle de la plupart des professeurs des Facultés des sciences de l’éducation. Il n’est donc pas étonnant, mais navrant, que, lorsqu’on se réfère au Rapport Parent, on ne semble pas l’avoir vraiment lu. Il en résulte qu’on a, plus souvent qu’à l’occasion, attribué au Rapport Parent des idées et des propositions qu’on n’y trouve pas. Ce qui fait que, j’en suis persuadé, bien des lecteurs de cette Anthologie seront étonnés d’y trouver ce qu’ils y liront.

4Ce n’est évidemment pas le Rapport Parent en entier qu’on retrouvera ici. Claude Corbo a fait un choix d’extraits qui, à ses yeux, méritaient d’être republiés, un choix qu’il appelle une Anthologie. Dans un sens strict, les dictionnaires nous disent qu’une « anthologie » est un recueil de morceaux choisis en littérature, en poésie, même en musique. Claude Corbo a choisi d’étendre le sens du terme, pour désigner certains « morceaux choisis » tirés de l’ensemble du Rapport Parent.

5Dans le tri qu’il a fait, Claude Corbo me paraît avoir été guidé par deux critères. Certains extraits ont été choisis pour leur valeur historique, mais avec l’intention de nous faire mieux comprendre l’origine d’institutions qui ont perduré : c’est le cas des extraits portant sur le ministère de l’Éducation, le Conseil supérieur de l’éducation, le CÉGEP et j’inclurais ici les sections sur le financement du système d’éducation. Le second critère me paraît avoir été de nous faire connaître des parties du Rapport qui n’ont pas vieilli, qui méritent même d’être réactualisées et de faire le sujet d’une nouvelle réflexion : telles sont, par exemple, les sections sur la démocratisation de l’enseignement, « l’esprit nouveau d’une école nouvelle », l’éducation permanente, la dualité linguistique et culturelle, l’enseignant et l’étudiant.

6Ces deux critères permettront au lecteur de situer le Rapport Parent dans son contexte historique et dans l’évolution du Québec et, par ailleurs, de constater la pertinence que peut avoir encore la réflexion collective que le Québec a menée sur son système d’éducation en plein cœur de ce qu’il est convenu d’appeler la Révolution tranquille. Dans l’esprit de beaucoup, la réforme du système d’enseignement est devenue le symbole de la Révolution tranquille québécoise de la décennie 1960. Les commentaires que Claude Corbo a préparés pour accompagner tous ces extraits seront à ces fins, je n’en doute pas, une aide précieuse pour les lecteurs d’aujourd’hui qui voudront consulter un document public qui appartient intimement et étroitement non seulement à l’histoire de l’éducation mais tout autant à l’histoire sociale et culturelle du Québec contemporain.

7Je suis assuré que les lecteurs de cette Anthologie sauront gré à Claude Corbo du judicieux choix qu’il a fait des textes et des principales recommandations de cet historique document et du soin qu’il a mis à les replacer dans tous leurs contextes, pour nous aider à mieux les comprendre, mieux les évaluer et mieux les apprécier.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search