Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et valeurs

14. Marc Renaud (1946)

Texte intégral

Éléments biographiques

1Né dans l’est de Montréal et ayant grandi dans un milieu modeste mais ambitieux, Marc Renaud a longtemps ressenti l’obligation de rendre utile sa pratique sociologique, de faire de la sociologie un métier, et cela dans le contexte de la grande effervescence des années 1960 où l’on imaginait possible de refaire le monde.

2Élève très doué, le jeune Renaud a eu la chance d’être encouragé par ses professeurs à poursuivre des études avancées. Comme beaucoup de baby-boomers, il profite aussi du phénomène plus large de la démocratisation scolaire. De la Commission scolaire de Montréal, il passe au Collège Saint-Viateur, où il termine son cours classique en 1966.

3Ayant décidé de poursuivre des études universitaires, il choisit de s’inscrire en sociologie pour répondre à son besoin d’action. Mieux que le droit ou la science économique, qui le tentent, cette discipline lui apparaît comme une manière d’entreprendre la restructuration de la société. Le Département de sociologie de l’Université de Montréal où il se dirige est, en 1967, en plein bouillonnement intellectuel. Y enseignent des professeurs comme Marcel Rioux (président de la Commission d’enquête sur l’enseignement des arts au Québec) ou Guy Rocher (membre de la Commission Parent) qui personnifient l’idéal du savant qui sait faire œuvre à la fois objective et politique. Le Québec est en période de grand changement et les sociologues semblent être les mieux habilités par leur formation à diriger ce changement et le canaliser vers une réforme d’ensemble de la société.

4Le mémoire de maîtrise de Renaud, déposé à l’Université de Montréal en 1970, est consacré à l’étude du phénomène de l’atypisme à Louiseville. Sa directrice, Colette Moreux, qui allait publier Douceville en Québec, cherchait à comprendre comment des gens situés à la marge de la société, sans être toutefois des déviants, pouvaient mieux que les marginaux provoquer des changements. S’appuyant sur des données recueillies à l’aide d’un questionnaire, Renaud avait construit un modèle sociologique quantitatif permettant de jeter un éclairage nouveau sur l’atypisme au Québec.

5Étant désormais perçu comme un sociologue quantitatif, Renaud s’est décidé à entreprendre des études aux États-Unis. L’Université du Wisconsin l’attire par la réputation du Département de sociologie, déjà l’un des meilleurs départements américains, et par l’orientation de l’enseignement qui s’y donne vers les méthodes quantitatives.

6Au cours de ses études doctorales, il s’aperçoit cependant que la modélisation mathématique des phénomènes sociaux ne l’intéresse pas autant qu’il se l’était imaginé et que les questions plus politiques le passionnent davantage. Les travaux de Robert Alford sur le système de santé américain lui révèlent alors un très vaste champ d’investigation. Alford travaillait alors sur Health Care Politics : Ideological and Interest Group Barriers to Reform (1975), ouvrage centré sur l’affrontement perpétuel entre les technocrates des ministères de la Santé et des Hôpitaux et les groupes professionnels qui travaillent dans le système de santé. Comme le titre de son livre l’indique, il avait fait porter son étude sur ce qu’il avait appelé les « intérêts structuraux » du système de santé. Entre les « intérêts structuraux dominants », ceux des professionnels, et les « intérêts structuraux en compétition » du gouvernement et des établissements de santé se créaient des frictions qui tenaient à la rencontre de logiques différentes dans les mêmes institutions.

7Ayant choisi pour sujet la réforme Castonguay, Renaud complète sa thèse de doctorat (intitulée The Political Economy of the Quebec State Interventions in Health : Reform or Revolution ?) avec Alford en 1976. Le questionnement suivi n’est pas bien éloigné de celui de sa maîtrise, tout en restant en apparence très proche de celui de son directeur : comment, se demande-t-il, est-il possible de provoquer des changements d’importance dans une société malgré l’opposition des groupes établis ?

8Embauché comme professeur au Département de sociologie de l’Université de Montréal en 1975 pour enseigner les cours de méthode quantitative, il se voit confier aussi les cours de sociologie de la santé. À son grand étonnement, les salles de cours en sociologie de la santé sont remplies. Sous la pression des questions de ses étudiants et à la suite des encouragements de ses collègues, il décide alors d’approfondir ses recherches dans ce domaine. Cet intérêt l’amène à prendre part à la Commission d’enquête sur les services de santé et les services sociaux (Commission Rochon, 1985-1988) pour laquelle il a rédigé deux importants chapitres du rapport final.

9Depuis 1993, il est Webster Fellow de l’Institut canadien de recherches avancées où il a été vice-président de 1991 à 1997. Cet institut lui permet de rencontrer des collègues canadiens-anglais venus d’horizons disciplinaires très différents et de dialoguer avec eux — il y est le seul sociologue ! La vision ancienne selon laquelle la santé n’est pas seulement une question médicale mais aussi une question sociale cède devant une vision encore plus large où sont pris en compte ensemble les facteurs génétiques, biologiques, individuels et sociaux.

10Directeur du Groupe de recherche sur les aspects sociaux de la santé et de la prévention (GRASP) de l’Université de Montréal de 1984 à 1991 et président du Conseil québécois de la recherche sociale de 1991 à 1997, Renaud est depuis 1997 président du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH). Il préside le Comité directeur des chaires de recherche du Canada. Il est aussi membre des conseils d’administration de la Fondation canadienne pour l’innovation, de la Fondation canadienne de la recherche sur les services de santé et du Comité directeur des réseaux de centres d’excellence. De 1997 à 1999, il a été très actif dans la refonte du Conseil médical de la recherche en instituts de recherche en santé du Canada.

Introduction à l’œuvre

11Les travaux de Marc Renaud se situent pour la plupart dans le domaine des problèmes de gestion de la santé, de la régulation des hôpitaux et du contrôle des maladies. C’est à partir de cette question centrale qu’ils se déploient pour ouvrir à une interrogation fondamentale sur la société contemporaine, ses enjeux, ses défis et sa signification d’ensemble.

12Son œuvre emprunte au principe de pathologie sociale posé par Durkheim. Dans une société qui a perdu sa référence morale à la normalité, le rôle du sociologue est d’être le médecin des âmes et des corps à partir d’une définition fonctionnelle, pour un type de société, du bien et du sain. Il s’agit donc pour lui de conduire des enquêtes et des réformes pour élever le niveau de bien-être du pays en prenant en compte l’ensemble des facteurs sociaux, politiques et culturels, et non seulement économiques, qui conditionnent la vie en société aujourd’hui.

  • 1 Marc Renaud, « Entrevue avec Marc Renaud », Québec Science, décembre-janvier 1998.

13La santé est un des facteurs, et certes non des moindres, dont doivent tenir compte les gouvernements dans leurs décisions publiques. « Le corps reste une machine biologique : l’enjeu [pour les dix prochaines années], ce sera de déterminer quel impact la société a sur ce corps1. » C’est sur la toile de fond de cet enjeu que se situent les constatations et les études de Renaud.

  • 2 Marc Renaud, « Le concept de médicalisation a-t-il toujours la même pertinence ? », dans Louise Bou (...)

14L’amélioration de l’espérance de vie est sans conteste le plus grand progrès du XXe siècle. Cela s’explique certes, dit-il, par les progrès dont la médecine a été le théâtre, mais surtout par l’amélioration générale des conditions de vie. Aujourd’hui, la médecine coûte de plus en plus cher au contribuable, alors que ses résultats ne sont pas aussi spectaculaires que ce à quoi l’on devrait s’attendre. Les sciences biomédicales accaparent des sommes toujours plus grandes du budget des gouvernements et elles peuvent facilement mobiliser plus de 10 % de la valeur du PIB (15 % aux USA) et 10 % de la main-d’œuvre. La lutte contre le déficit — et une saine gestion des finances publiques — oblige dès lors à faire des choix entre plusieurs stratégies différentes et à réévaluer ce faisant le rôle des soins cliniques dans la constitution d’une population en santé. « Il est maintenant devenu évident que la santé, ce ne sont pas les soins de santé. Pour produire la santé, une société doit produire autre chose que des soins de santé2. » Pour Renaud, c’est l’environnement social, plus encore que le complexe médico-hospitalier, qui détermine la santé des gens. Investir exclusivement dans les soins médicaux, c’est négliger des facteurs sociaux, économiques et culturels dont les implications sur la santé sont directes. La croissance économique, l’éducation des enfants, la taux de criminalité, les relations de travail, la situation de l’emploi sont des déterminants de la santé autrement plus lourds que l’effet de serre ou le tabac.

15Le débat instauré par Renaud a lieu entre deux conceptions différentes de la médecine : « l’hygiène sociale » et « la panacée médicale et pharmaceutique ». Soit on s’occupe d’améliorer les conditions sociales et économiques qui ont des répercussions sur la santé et l’autonomie de la population, dit Renaud, soit on s’obstine à braquer son regard sur les soins curatifs. Soit on met en place des stratégies gouvernementales pour corriger certains facteurs sociaux néfastes, soit on se contente de traiter les malades.

16Renaud choisit de faire tourner le débat autour des « politiques qui ont un impact sur la santé ». En d’autres termes, la prévention sociale sous toutes ses facettes doit retenir désormais l’attention des gouvernements. La « lutte contre les comportements à risques », par exemple, n’a selon lui qu’une efficacité limitée. Les campagnes contre le tabagisme ne réussiront pas à faire cesser la consommation de cigarettes tant et aussi longtemps que les raisons de fumer (en relation, par exemple, avec un travail aliénant et des perspectives d’avenir bouchées) n’auront pas disparu de la vie des fumeurs.

17En tant que médecine des pathologies sociales, la sociologie a un rôle décisif à jouer en indiquant les causes qui affectent le « système immunitaire » de la société. Pour Renaud, il ne s’agit ni plus ni moins de fabriquer une culture qui « génère une bonne santé » et d’investir dans l’environnement social qui cause la maladie. De la même façon que les Nations Unies ont défini un indicateur de développement humain, Renaud propose que soit défini un indicateur national de déficit social pour mieux repérer les problèmes et y remédier sans tarder. Cet indicateur serait un outil précieux pour améliorer la qualité de vie des populations en fonction de critères objectifs et d’une planification rationalisée. Alors serait-il possible de créer, selon lui, un monde véritablement « hygiénique ».

18Pour Renaud, le soutien de la communauté a des incidences sur la santé des gens, les liens de solidarité ayant un impact positif sur leur forme physique et leur équilibre mental. Il cite des études qui prouveraient, par exemple, que les enfants qui ne jouent jamais avec des cubes à empiler souffrent de « déficience logique » et il parle de l’importance de stimuler l’amour dans les familles de manière à donner aux enfants toutes les ressources nécessaires pour affronter les défis de leur vie future. Pour cela, il faut « investir dans la petite enfance » et consacrer des sommes à la recherche de pointe dans ce secteur. Mais il faut aussi permettre une meilleure adaptation de la main-d’œuvre dans un contexte économique en constant changement de manière à promouvoir la confiance en soi de la population. Enfin, il s’agit également d’assainir l’environnement de façon à réduire à la fois le stress et la pollution.

19La sociologie de Renaud n’est donc pas obnubilée par les déterminants économiques et structurels mais tend à tenir compte de toute la complexité de la vie humaine et, en particulier, de sa profondeur psychologique. La différence dans l’espérance de vie des gens pauvres et riches, par exemple, est expliquée par l’estime de soi, le sentiment de maîtriser les événements de sa vie, l’impression d’être compétent. La quantité de stress varierait avec la capacité de contrôler le déroulement des tâches de son travail. La faculté d’organiser sa vie en fonction des problèmes qui surgissent serait un des facteurs les plus déterminants de la santé. D’où l’idée de créer une vie sociale « la plus créatrice, conviviale et équitable possible », une vie sociale qui favoriserait l’amitié et l’entraide entre les individus.

20De plus, sans sombrer dans une sociobiologie facile, la sociologie de Renaud incorpore les recherches récentes sur les réactions biologiques du corps humain à son environnement. La texture des « interactions sociales » a des incidences directes sur le système biologique et la sécrétion de certaines hormones. Par exemple, hommes et animaux « dominants », en « haut de la hiérarchie », voient leur système hormonal revenir plus rapidement à la normale après une période de stress aigu que cela n’est le cas pour les dominés.

21En se concentrant sur « l’objet social total » qu’est devenue la santé dans nos sociétés, ce que Renaud nous propose, ce n’est rien moins qu’une vaste ouverture de la sociologie, à la fois sur la problématique du changement social et la manière de concevoir le progrès, sur le rôle et la place de l’homme (employé, contribuable, client) comme variable de la société postindustrielle ainsi que, plus largement, sur la définition même de l’homme comme « animal » social.

Présentation du texte

  • 3 Marc Renaud, « L’avenir : Hygé ou Panacée ? », dans Robert G. Evans, Morris L. Barer et Theodore R. (...)

22Le texte suivant a été présenté lors d’une conférence donnée dans le cadre des Sorokin Lectures avant de devenir une sorte d’énoncé de politique sur le site Internet du CRSH. Renaud définit les paramètres qui devront décider dans l’avenir de l’orientation de la recherche universitaire en sciences sociales et il propose, sur la base de l’examen des tendances de la société, la généralisation de l’approche d’une sociologie de la santé dont on a vu qu’elle devait s’associer aux organisations capables d’agir sur la pratique sociale et de changer la société en vue de produire au moindre coût les conditions d’une vie humaine plus saine et plus équilibrée. Déjà depuis une dizaine d’années en 1999, les gouvernements avaient décidé de baliser plus sévèrement la recherche subventionnée en lui imposant des critères de performance et, surtout, en l’obligeant à s’associer avec les entreprises dans le but de soutenir le progrès technologique et industriel. Pour redonner sens à une sociologie souvent trop abstraite, sinon à l’occasion complètement impertinente selon lui, Renaud endosse le discours de la techno-science et cherche à refonder le projet modernisateur de la sociologie sur les bases d’une action réformatrice et critique qui puisse vraiment faire avancer les choses. Go public or perish est devenu pour lui l’impératif incontournable de la recherche en sciences sociales, d’une part, parce que celle-ci a besoin de prouver son utilité sociale (Durkheim disait qu’à défaut de cette utilité la sociologie ne vaudrait pas « une heure de peine ») et d’autre part parce que la croissance des sociétés postindustrielles a un urgent besoin d’être aiguillonnée par les praticiens des sciences de l’homme. L’idée d’une sociologie en retrait du mouvement du progrès semble dès lors à Renaud une absurdité, surtout maintenant que la science constitue une pièce centrale du système de régulation des sociétés contemporaines. « Notre milieu social, écrit Renaud, est une construction sociale. Il est fabriqué par les humains ; les humains peuvent donc le changer3. » Dans ce texte, l’auteur met cette conviction de l’avant, en intimant les sociologues et les praticiens des sciences sociales en général à relever le stimulant défi du changement social et à devenir les conseillers et les acteurs d’une société plus fonctionnelle, plus saine, plus riche et mieux équilibrée.

23Go public or perish : voilà donc le pressant conseil que Marc Renaud adresse à la sociologie. To go public désigne en général la transformation d’une entreprise en société par actions en vue de solliciter l’épargne du public et de favoriser ainsi la formation d’une organisation, mieux capitalisée, certes, mais néanmoins privée. Il se pourrait que les « partenariats de recherche », « les actions concertées » et les « initiatives conjointes » (avec les organisations et les milieux) vers lesquels cette intimation pousse la sociologie la fassent devenir publique, mais précisément dans ce sens-là, un sens qui a assez peu à voir avec la notion politique d’une res publica. Mais peu importe au fond comment on présente le problème ; la réflexion de Renaud se ramène à une seule question, brutalement incontournable selon lui : aujourd’hui, la sociologie a-t-elle encore le choix ?

Bibliographie

Principales publications

Louise Bouchard et Marc Renaud, « Pour un nouveau paradigme de la santé », Prévenir, vol. 28, no 1, 1995, p. 37-48.

« Les réformes québécoises de la santé ou les aventures d’un État “narcissique” », dans P. Keating et O. Keel, Santé et société au Québec XIX-XXe siècles, Montréal, Boréal, 1995, p. 189-218.

Louise Bouchard et Marc Renaud (dir.), numéro spécial « Technologies médicales et changement de valeurs », Sociologie et sociétés, vol. 28, no 2,1996.

« L’avenir : Hygé ou Panacée ? », dans Robert G. Evans, Morris L. Barer et Theodore R. Mamor (dir.), Être ou ne pas être en bonne santé : biologie et déterminants sociaux de la maladie, Montréal/Paris, Presses de l’Université de Montréal/John Libbey Eurotext, 1996, p. 317-322.

Notes

1 Marc Renaud, « Entrevue avec Marc Renaud », Québec Science, décembre-janvier 1998.

2 Marc Renaud, « Le concept de médicalisation a-t-il toujours la même pertinence ? », dans Louise Bouchard et David Cohen (dir.), Médicalisation et contrôle social, actes du colloque tenu le 17 mai 1994 à l’Université du Québec à Montréal, Les Cahiers scientifiques de l’ACFAS, no 84,1995, p. 169.

3 Marc Renaud, « L’avenir : Hygé ou Panacée ? », dans Robert G. Evans, Morris L. Barer et Theodore R. Marmor (dir.), Être ou ne pas être en santé : biologie et déterminants sociaux de la maladie, Montréal/Paris, Presses de l’Université de Montréal/John Libbey Eurotext, 1996, p. 322.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540