Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et valeurs

7. Guy Rocher (1924)

Texte intégral

Éléments biographiques

1L’enfance de Guy Rocher fut marquée par une brisure qui fait figure, dans son souvenir, de déracinement : la mort de son père en 1932 et le déménagement du village natal de Berthierville vers Montréal le privent d’un véritable lieu d’attachement. Les années passées au pensionnat (chez les religieuses d’abord, puis au Collège classique de l’Assomption) renforcent chez lui le sentiment d’abandon et de marginalité.

2Cette enfance en quelque sorte orpheline et apatride n’est pas pour rien dans la décision de devenir sociologue, comme si Rocher avait senti le besoin de réfléchir sur une société dans laquelle il s’imaginait un corps étranger. Les relations sociales, conçues comme mystérieuses et intrigantes, deviennent objet d’analyse. Rocher se rappelle avoir tenu un journal dans lequel il notait ses observations sur les comportements des hommes et des femmes de son entourage. Il est révélateur à cet égard que le terme « laboratoire » revienne souvent sous sa plume pour désigner la vie en société, celle-ci étant tenue à distance jusque dans le choix du vocabulaire.

  • 1 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire. Entretiens avec Georges Khal, Montréal, VLB, 1989.

3Rocher se rappelle avoir voulu, plus jeune, devenir ornithologue ou entomologiste. Enfant, il perturbait l’environnement des fourmis pour étudier la réaction de celles-ci et mieux comprendre le fonctionnement de leur organisation. De même, « les institutions ou les cellules sociales auxquelles j’appartenais m’apparaissaient aussi comme des fourmilières à observer1 ». Il s’agissait pour lui de comprendre — en remplaçant la loupe de l’entomologiste par la lorgnette du sociologue — ni plus ni moins que ce qu’il serait convenu d’appeler le polypier humain.

4Le choix du métier de sociologue s’imposera d’une autre manière à Rocher. À la suite de son passage à la Centrale de la Jeunesse étudiante catholique (JEC), mouvement dont il sera président national entre 1945 et 1947, après l’avoir été de la section montréalaise de 1943 à 1945, ses velléités de devenir missionnaire trouvèrent leur application dans cette pratique « d’action jeunesse » qui considérait le Québec comme un « pays de mission » et espérait l’établissement d’un ordre social ouvert et moderne mais authentiquement chrétien.

5La pratique et la théologie de la JEC accomplissaient une révolution dans la province de Québec des années 1940. Le Collège de l’Assomption avait tenu Rocher dans la serre chaude du clérico-nationalisme : à droite politiquement et religieusement, le Collège proposait en modèles Salazar et Louis Veuillot. La JEC remplaçait l’orthodoxie religieuse par une ouverture aux grands courants spirituels et intellectuels du XXe siècle ; elle faisait une place plus large aux laïcs dans l’Église et contestait le monopole du pouvoir (politique et social autant que strictement spirituel) acquis progressivement par la hiérarchie ; elle enseignait en dernier lieu à incarner socialement les principes du christianisme dans les structures et les institutions de manière à établir une société plus fraternelle, égalitaire et libre.

6Cette volonté d’agir socialement, de militer pour des réformes en profondeur de la société québécoise a poussé Rocher à revenir aux études. Venant d’une famille de juges, d’avocats et de notaires, c’est spontanément qu’il a choisi de faire son droit et de travailler dans une cléricature, pensant que ce métier, comme plusieurs le soutenaient à l’époque, permettait de connaître le fonctionnement de la société dans son aspect le plus fondamental et de la réformer en proposant des législations plus justes et mieux adaptées. Mais le métier d’avocat a très vite déplu à Guy Rocher.

  • 2 Guy Rocher, « Itinéraire sociologique », Recherches sociographiques, vol. 15, nos 2-3, mai-décembre (...)

7La Faculté des sciences sociales de Laval l’intéressait bien davantage, elle qui s’était fait après la Seconde Guerre mondiale une solide réputation à la fois comme milieu universitaire, comme institution de recherche et comme noyau de résistance au duplessisme. Les anciens de la JEC étaient nombreux à y suivre des cours. Quand Rocher s’y est inscrit en 1947, c’est avec la ferme intention de « faire de l’action sociale », en particulier dans les mouvements coopératifs auxquels la Faculté était alors très étroitement associée. « Je souffrais de ce que mon action sociale et celle du mouvement dans lequel j’étais engagé [JEC] n’étaient fondées, à mes yeux, que sur une connaissance que je trouvais trop imparfaite de la société [...]. C’est à travers des interrogations de plus en plus nombreuses et un malaise croissant dans l’Action que je perçus mon intérêt pour une science sociologique2. »

8Le père Lévesque ayant remarqué cet élève brillant, il lui propose de devenir professeur à la Faculté. Rocher accepte et part pour Harvard en 1950 afin d’y entreprendre un doctorat. Ce séjour d’études est un choc. Non seulement ses préjugés sur les États-Unis tombent-ils les uns après les autres, mais Harvard devient pour lui une sorte d’idéal de la vie universitaire, un modèle à imiter pour les professeurs et une inspiration pour les chercheurs. Encore aujourd’hui, avoue-t-il, la bibliothèque de Harvard demeure l’endroit au monde où il lui est le plus agréable de travailler.

9C’est après son passage aux États-Unis que Rocher fait de son métier de professeur une véritable vocation et qu’il entreprend de militer pour créer au Québec un milieu universitaire professionnel et dynamique. Il deviendra une sorte de modèle du professeur engagé et pourtant objectif. En 1952, il est embauché au Département de sociologie de l’Université Laval ; en 1958-1960, il préside aux destinées de l’École de service social ; en 1960, il devient professeur au Département de sociologie de l’Université de Montréal, puis vice-doyen de la Faculté des sciences sociales entre 1962 et 1967.

10Sociologue actif dans les débats de son époque, il a fait partie de plusieurs commissions d’enquête et s’est impliqué dans les affaires gouvernementales de nombreuses manières : membre de la Commission royale d’enquête sur l’enseignement dans la province de Québec, connue sous le nom de Commission Parent (1961-1966), président du comité chargé d’étudier les modalités de création d’une université de langue française à Montréal (1965), secrétaire général associé au Conseil exécutif et sous-ministre au Développement culturel du gouvernement du Québec (1977-1979), secrétaire général associé au Comité exécutif et sous-ministre au Développement social (1981-1983), etc. Au fil de ses occupations et de ses engagements, il se prend parfois à rêver à la possibilité de « faire l’histoire ». C’est après la Crise d’octobre que Rocher, désabusé par le manque de compréhension du Canada anglais face au Québec et choqué par la Loi sur les mesures de guerre, se décide à appuyer le projet indépendantiste.

11Avec Pierre W. Bélanger, il entreprend en 1970 une vaste recherche longitudinale sur les aspirations scolaires et les orientations professionnelles des jeunes québécois (ASOPE) afin de faire le point sur la réforme scolaire des années 1960 et sur l’évolution de la société québécoise. Ambitieuse, cette recherche avait en 1971 un échantillon de vingt mille jeunes répartis en trois groupes. Elle s’est poursuivie jusqu’en 1977.

12En 1979, après un séjour au gouvernement, il accepte d’être rattaché au Centre de recherche en droit public de la Faculté de droit de l’Université de Montréal. Les questions qu’il se posait depuis longtemps, quant à la nature du droit ou quant à la relation du droit et de la société, sont reprises alors dans une perspective critique et théorique.

13Son importante Introduction à la sociologie générale, publiée en trois volumes en 1969, a été traduite en anglais, en espagnol, en portugais, en italien, en grec et en persan. Cette introduction reflète bien la vaste culture de Rocher, un sociologue qui a reçu les influences enrichissantes de nombreux auteurs classiques (Spengler, Pareto, Durkheim, Comte, Tönnies, Parsons et Weber) et qui a noué avec ses contemporains (avec Dumont, notamment) des rapports d’échange et de collaboration.

Introduction à l’œuvre

14L’œuvre de Rocher s’inscrit dans la problématique du changement social. Cela ne l’empêche pas d’être marquée, sur le fond de continuité de cet intérêt, par plusieurs ruptures qui recoupent assez bien les phases de l’histoire récente du Québec. Rocher est habité par la conviction que les sociétés sont en continuelle transition, en continuelle période d’adaptation, et que les changements en cours dans l’histoire ne peuvent être brusqués ni contenus mais doivent suivre leur rythme. De plus, les sociétés ne changent pas d’un seul tenant mais selon la ligne de découpe des domaines de l’action, le tout entraînant parfois des évolutions incohérentes.

15Dans une période de contestation du cléricalisme, la thèse de doctorat de Rocher était une tentative d’analyser les rapports de pouvoir entre l’Église et l’État en Nouvelle-France au XVIIe siècle. Il s’agissait de comprendre le Québec à partir de sa tradition religieuse dans un moment où celle-ci traversait une crise profonde. Comme croyant, Rocher espérait que l’Église catholique s’ouvrirait aux courants de pensée qui agitaient alors les milieux intellectuels américains et européens. Comme sociologue, il était convaincu que la loi du changement s’imposait désormais d’une manière incontournable et qu’il fallait donc accepter « l’idéologie révolutionnaire qui propose la réalisation d’une société toujours en état de contestation d’elle-même ». Ce que Rocher attendait des chrétiens, ce n’est pas qu’ils se replient sur de vieux réflexes, abrités dans les traditions, mais qu’ils devancent pour ainsi dire l’histoire, qu’ils se tiennent à l’avant-scène des tentatives de ressourcement et de rajeunissement dont la société industrielle est le théâtre quotidien.

  • 3 Fernand Dumont et Guy Rocher, « Introduction à une sociologie du Canada français », dans Le Canada (...)

16Dans son Introduction à la sociologie générale, Rocher fait longuement référence à la dichotomie société traditionnelle-société technologique. Il lui semble que l’humanité se laisse diviser en deux types aussi distincts conceptuellement qu’historiquement situés, et que le Québec, en proie à des contestations vives tout autant qu’à des replis marqués, se situe quelque part entre les deux extrêmes. Empruntant à l’école de Chicago le concept de cultural lag, il dénonce, comme Falardeau, le « retard de la culture sur les structures » et il milite pour que le Québec élabore une nouvelle conscience de soi. Dans un article célèbre écrit en collaboration avec Fernand Dumont, Rocher, faisant le tour des conflits entre la question nationale et la question sociale, entre les diverses allégeances politiques ainsi qu’entre le cléricalisme et la sécularisation, écrivait que « le trait essentiel de l’évolution sociologique récente du Canada français est le passage d’une conscience de soi unitaire à une reconnaissance mal avouée de la pluralité. [...] Nous souffrons profondément d’avoir perdu la faculté de dire, aux autres et à nous-mêmes, ce que nous sommes3. »

17Attentif aux raisons qui alimentent le conservatisme québécois, Rocher est convaincu, dans les années 1950-1960, qu’une société ne change qu’à la condition que change son système de valeurs et il croit que s’attaquer à ce système de valeurs exige la modification des institutions d’enseignement. En plus de son implication décisive dans la Commission Parent, Rocher écrit plusieurs articles pour développer une sociologie de l’éducation inspirée du cadre conceptuel de Talcott Parsons.

18C’est l’éducation, conçue comme sous-système de l’ensemble plus vaste que forme la société globale, qui assure désormais une bonne partie de la fonction de socialisation autrefois confiée à la famille. Ce sous-système peut être étudié en soi, comme unité complète, du système scolaire jusqu’à la salle de classe, ou encore être étudié en relation avec d’autres sous-systèmes, tels ceux qui se présentent en tant que domaine économique, domaine politique, domaine de la stratification sociale, etc. Dans chacune de ses études, Rocher reprend les catégories du modèle systémique d’analyse de l’action sociale de Talcott Parsons, les quatre fameux prérequis fonctionnels qui sous-tendent les quatre sous-systèmes de tout système social et, partant, de la société : celui de l’adaptation à l’environnement (économie), celui de la poursuite des buts (politique), celui de l’intégration sociale (communauté sociétale) et celui de la latence des codes (culture).

  • 4 Guy Rocher, Le Québec en mutation, Montréal, Hurtubise HMH, 1973, p. 135-136.

19L’éclairage jeté par Rocher sur l’éducation est tributaire d’une triple volonté de réforme, sociale, institutionnelle et mentale. Les injustices dont il est témoin (inégalités selon le revenu, la région de résidence, l’éducation des parents, etc.) lui semblent miner l’idéal démocratique de la société québécoise par la reproduction de hiérarchies entre les groupes et les individus. Il est par conséquent nécessaire de s’attaquer aux causes de l’inégale distribution de l’instruction entre les couches de la population. Rocher considère qu’une révolution institutionnelle est souhaitable, non seulement pour répondre aux défis que pose l’inégalité devant le système scolaire, mais aussi pour adapter ce système scolaire aux exigences nouvelles de la société industrielle. De la pédagogie aux programmes des cours, en passant par les valeurs sur lesquelles repose l’enseignement, tout doit être repensé à l’aune des conditions inédites d’une société en perpétuelle transformation. De là découle la troisième réforme mise de l’avant par Rocher : celle qui a trait aux mentalités, aux habitudes et aux valeurs, la réforme scolaire passant selon lui par « une révolution culturelle », c’est-à-dire par une transformation des esprits qui accomplirait « une réforme scolaire humaniste, personnaliste et communautaire dont le principe est celui du respect de la personne ». Ainsi seulement, écrit-il, pourra être accomplie la « libération pleine et entière de l’homme4 ».

  • 5 Pierre W. Bélanger, Guy Rocher et al., Le projet ASOPE : son orientation, sa méthodologie, sa porté (...)

20Dans la seconde moitié des années 1970, Rocher, qui avait jusque-là donné son appui à un fédéralisme renouvelé sur la base d’un pacte entre les deux peuples fondateurs, se tourne vers l’indépendantisme et devient un militant du Parti québécois. Ses préoccupations deviennent plus politisées, plus centrées, entre autres, sur les divers mouvements de revendication étudiants qui, un peu partout en Occident, se veulent à l’avant-scène d’une refonte générale de la société industrielle. Le projet ASOPE5 poursuit ses interrogations sur l’éducation mais en donnant à celles-ci une tournure plus engagée ; les questions liées à la francisation du milieu de travail québécois, par exemple, recevront alors une attention particulière. Sondant les opinions des jeunes tant en milieu rural qu’urbain, tant dans les écoles françaises que dans les écoles anglaises, et ce, du cours secondaire jusqu’au deuxième cycle des études universitaires, ASOPE cherchait notamment à évaluer la démocratisation du système scolaire, à mesurer l’influence de l’école sur les jeunes et à mieux comprendre l’organisation scolaire en fonction du marché du travail. L’ambition était de confronter les politiques officielles avec les réalités concrètes. Pour ce faire, une quantité impressionnante de données fut recueillie sur « les processus de choix et les cheminements scolaires et professionnels », « l’univers culturel des jeunes » et « les autres agents de l’éducation ».

21La sociologie du droit forme le dernier axe de la carrière de Guy Rocher. En continuité avec son intérêt de jeunesse pour le droit, Rocher avait saisi la chance de se lancer dans des recherches sur une discipline juridique qui a cette caractéristique fascinante d’être à la fois une science sociale, c’est-à-dire une connaissance objective de la société, et une morale, c’est-à-dire une prescription du bien et du mal. Placée devant le droit, la sociologie se trouve confrontée à une pratique et à une science encore plus efficaces qu’elle-même : idéalement, le droit est non seulement une figure de la société objectivée mais aussi un instrument concret d’intervention sociale. C’est donc pour mieux comprendre l’évolution de la société industrielle, sa complexité croissante, son fractionnement progressif, sa technicité galopante et la multiplication des corporatismes, que Rocher entreprendra l’étude du développement de la rationalité juridique moderne, rationalité comprise alors comme un des lieux de l’action sur soi de la société.

22De l’étude du droit, Rocher est passé à l’étude de l’éthique pour deux raisons majeures. L’éthique lui paraissait d’abord un complément naturel de la sociologie du droit, conçus tous deux comme des morceaux du phénomène plus large de la régulation sociale, le droit étant de ce point de vue une forme de la normativité parmi d’autres. Les codes moraux de la vie en commun, les règles administratives, les impératifs religieux ou les standards techniques sont, chacun à leur manière, des « univers normatifs » qui doivent être pris en compte par le sociologue dans son étude de « l’internormativité ». Ensuite, dans un monde dont la culture est en crise et dans lequel les valeurs traditionnelles sont bouleversées, en proie à une crise généralisée de légitimité, Rocher devenait de plus en plus attentif au « changement rapide dans l’ordre des valeurs ». L’éthique lui semblait un des plus importants « palliatifs » apparus avec l’effondrement des certitudes anciennes et la montée concomitante de la société technoscientifique, palliatifs dont il fallait comprendre les fonctions et les liens avec les autres domaines de la réalité sociale.

23Ce découpage de la carrière de Rocher en quatre grandes phases (sociologie religieuse, sociologie de l’éducation, sociologie politique, sociologie du droit et de l’éthique) ne saurait cacher l’intérêt constant de ce dernier pour les domaines d’étude les plus divers. Rocher a été un généraliste dans le sens plein du terme, peu de questions sociologiques lui étant demeurées étrangères.

Présentation du texte

  • 6 Voir Fernand Dumont, « Les sciences sociales et le nouvel humanisme », Cité libre, vol. 12, no 40, (...)
  • 7 « Sciences sociales et société en l’an 2000 », Cahiers du Géris, série « Conférences », 1994.

24Guy Rocher a laissé des réflexions fort intéressantes sur la sociologie, sur l’histoire de la discipline et sur sa pratique, réflexions qu’il reprend et qu’il développe tout au long de son œuvre. Le texte présenté ici reprend un débat important à l’époque où il fut publié6 et qui était suscité par une inquiétude quant à l’avenir de l’humanisme enseigné dans les collèges classiques devant la poussée des disciplines scientifiques et techniques. Pour Rocher, le sociologue a pour première caractéristique d’être un savant en situation ainsi qu’un agent de changement social. Cette conviction n’a jamais été remise en question, ce qui explique pourquoi les réflexions que l’on va lire sur le triple rôle des sciences sociales (d’analyse objective des réalités sociales, d’analyse globale de la société et d’émancipation) rejoignent assez bien, mais sans le recouper tout à fait, le quadruple rôle de clarification factuelle, de compréhension globale, d’intervention sociale et de mise à l’honneur des valeurs humanistes que Rocher leur attribue en 19947. En 1962 comme en 1994, Rocher insiste sur le « rôle humaniste » des sciences sociales et les enjoint à ne pas perdre contact avec une vision plus haute, philosophique en un certain sens, au risque de devenir une simple pièce de l’appareil technologique des sociétés contemporaines. Parlant ici à des professeurs des collèges classiques qui assistent sans le savoir au crépuscule de ces institutions, Rocher annonce cependant un humanisme nouveau qui, fondé sur les sciences sociales et allant au-delà de la transmission de « la » culture classique, devra promouvoir la connaissance de la pluralité des cultures et l’acceptation de la relativité des valeurs pour habiliter l’individu à échapper aux déterminations sociales qui pèsent sur lui et ainsi « espérer modifier le mode d’adhésion des personnes aux idéologies ».

Bibliographie

Principales publications

Introduction à la sociologie générale, 3 volumes, Montréal, Hurtubise HMH, 1969.

Talcott Parsons et la sociologie américaine, Paris, Presses Universitaires de France, 1972.

Le Québec en mutation, Montréal, Hurtubise HMH, 1973.

Études de sociologie du droit et de l’éthique, Montréal, Éditions Thémis/Faculté de droit, Université de Montréal, 1994.

Notes

1 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire. Entretiens avec Georges Khal, Montréal, VLB, 1989.

2 Guy Rocher, « Itinéraire sociologique », Recherches sociographiques, vol. 15, nos 2-3, mai-décembre 1974, p. 243.

3 Fernand Dumont et Guy Rocher, « Introduction à une sociologie du Canada français », dans Le Canada français aujourd’hui et demain, Recherches et débats du Centre catholique des intellectuels français, cahier 34, Paris, Libraire Arthème Fayard, 1961, p. 13.

4 Guy Rocher, Le Québec en mutation, Montréal, Hurtubise HMH, 1973, p. 135-136.

5 Pierre W. Bélanger, Guy Rocher et al., Le projet ASOPE : son orientation, sa méthodologie, sa portée sociale et ses réalisations, Les Cahiers d’ASOPE, vol. 7, Québec/Montréal, Université Laval/Université de Montréal, 1981.

6 Voir Fernand Dumont, « Les sciences sociales et le nouvel humanisme », Cité libre, vol. 12, no 40, octobre 1961, p. 5-12.

7 « Sciences sociales et société en l’an 2000 », Cahiers du Géris, série « Conférences », 1994.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540