Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et valeurs

6. Jean-Charles Falardeau (1914-1989)

Texte intégral

Éléments biographiques

  • 1 Georges-Henri Lévesque, « Présentation », Société royale du Canada, section française, no 11,1954-1 (...)

1Le père Lévesque écrivait au moment de la réception de Jean-Charles Falardeau à (a Société royale du Canada : « Falardeau égale sociologie et sociologie égale Falardeau1. » Peu de sociologues québécois, en effet, peuvent se targuer d’avoir été associés de manière aussi étroite à la définition de la discipline sociologique et à son institutionnalisation universitaire. Il fut le premier professeur de carrière possédant une formation entière en sociologie à enseigner cette matière dans une université québécoise francophone.

2Ses inclinaisons de jeunesse auraient pu le mener vers d’autres cieux, lui qui, disciple affirmé de Lionel Groulx, avait été touché par le mysticisme revendicateur de La Relève et aurait voulu, s’il n’était pas né dans une province à ses yeux aussi pauvre artistiquement, se lancer dans l’aventure littéraire. Après des études collégiales chez les jésuites, il s’était inscrit à des cours en droit, puis aux cours de la licence en philosophie. C’est en 1938 qu’il avait fait la rencontre décisive du père Lévesque, dans l’amphithéâtre de la Faculté de droit. « J’ai conscience, écrit-il en 1938 dans L’Hebdo-Laval, journal des étudiants de l’université qui est encore dans les locaux du Séminaire de Québec, qu’une fenêtre lumineuse s’ouvre quelque part et qu’un rayon de soleil pénètre les vieux murs... » Le sort en est jeté : Falardeau sera, malgré les réserves de ses parents et l’étonnement de ses proches, sociologue.

3Venant d’un milieu libéral qui se moquait du caractère brumeux des sciences sociales, Falardeau voulait que la sociologie soit un métier et qu’elle se présente comme une science. En continuant l’œuvre du père Lévesque, il aura donc, tout au long de sa carrière, travaillé à asseoir l’enseignement de la discipline sociologique sur des bases solides et à faire d’elle un véritable métier.

4En 1941, Falardeau obtient sa maîtrise en sciences sociales et, ses qualités le destinant à devenir professeur, le père Lévesque réussit à lui obtenir une bourse d’études complémentaires en sociologie et en anthropologie sociale à l’Université de Chicago (l’Europe étant inaccessible à cause de la guerre). Il bénéficie ainsi, avec ses camarades Roger Marier, Maurice Lamontagne et Maurice Tremblay (puis plusieurs autres, dont Guy Rocher, Fernand Dumont et Léon Dion), de la politique d’imbreeding préconisée par l’École des sciences sociales de Laval, politique en vertu de laquelle ses étudiants les plus prometteurs étaient envoyés se spécialiser dans différentes universités prestigieuses d’Amérique et d’Europe, avec la promesse d’être embauchés à leur retour et de contribuer ainsi à consolider le corps professoral. Pour Falardeau, qui aurait préféré se rendre à Paris, Chicago constituera une initiation déterminante, réalisée sous la direction éclairée d’Everett C. Hughes. Ce dernier, qui avait enseigné à l’Université McGill, était l’auteur d’une monographie de Drummondville (traduite par Falardeau sous le titre Rencontre des deux mondes) et allait être professeur invité à l’École de Sciences sociales en 1942-1943 pour y écrire un Programme de recherches sociales pour le Québec. Il était aussi l’un des meilleurs représentants de la méthode d’enquête monographique propre à l’école de Chicago. Il n’hésitait pas, à cet égard, à louanger le consciencieux et méticuleux travail de cueillette de données et d’observation de Léon Gérin, dont l’œuvre demeurait alors en partie prisonnière des revues européennes où elle avait été publiée pour tomber par la suite dans l’oubli.

5Devenu professeur à son retour des États-Unis en 1943, Falardeau n’attend pas pour mettre en pratique tout ce qui lui a été enseigné. Il n’a qu’un mot en tête, qui revient sous sa plume comme une ligne directrice, un leitmotiv, une obsession : « la recherche, la recherche, toujours la recherche ». Il fait de la ville de Québec une sorte de laboratoire où il tente de confirmer et de préciser les hypothèses de l’écologie urbaine mises de l’avant par les professeurs de Chicago et par Carl C. Dawson, diplômé de l’Université de Chicago devenu professeur de sociologie à l’Université McGill en 1923. Ses étudiants s’initient à la sociologie « par les pieds », c’est-à-dire en parcourant la ville de Québec, quartier par quartier, rue par rue, en interrogeant les registres paroissiaux, en prenant des notes sur l’état des logements ou en compilant rapidement quelques statistiques démographiques, le tout avec en tête l’intention de mieux comprendre les phénomènes de concentration et de ségrégation. Falardeau n’en néglige pas pour autant l’étude des milieux ruraux mais celle-ci lui sert d’abord à établir de manière plus concrète l’évolution de la société québécoise sur la ligne du folk-urban continuum.

6Appelé en 1951 à la direction du Département de sociologie de l’Université Laval, Falardeau renforce le parti pris positiviste de la recherche en sociologie. La création, en 1960, d’une revue dont le titre est Recherches sociographiques, avec tout ce que cela sous-entend d’observations empiriques, d’études sur le terrain, d’enquêtes concrètes et d’analyse du milieu, est un bon signe de cette orientation. Le meilleur des énergies déployées par Falardeau s’applique à développer un département et une faculté pleinement universitaires, farouchement scientifiques, détachés aussi bien des mesquines batailles politiques que des considérations morales traditionalistes ou ecclésiastiques. La science est chez lui une véritable vocation et la vérité une ascèse.

7Pourtant, à partir de ce moment, les travaux de Falardeau seront paradoxalement de plus en plus tournés vers l’analyse de l’imaginaire québécois. Après Le logement à Québec (1944), les Essais sur le Québec contemporain (1953) et La dualité canadienne (avec Mason Wade, 1960), Falardeau s’éloigne des études plus prosaïques sur le quartier Saint-Sauveur ou la rue Saint-Louis et semble abandonner l’application du paradigme de l’écologie urbaine. Les années 1960 et 1970 sont également consacrées à la célébration de ceux que Falardeau appelait les don Quichotte de la pensée québécoise. Il écrit sur son ami Léon Gérin, sur Étienne Parent, sur Marius Barbeau, sur Victor Barbeau. La publication de Imaginaire social et littérature en 1974, et de L’évolution du héros dans le roman québécois en 1968, fait suite à Notre société et son roman en 1967.

Introduction à l'œuvre

8Il est possible de prétendre que l’œuvre de Jean-Charles Falardeau tourne autour d’une exigence implacable et incontournable. L’idéal de scientificité appelait chez lui une méthode objective qui contenait elle-même une critique de la société canadienne-française ainsi que des éléments concrets de réforme.

9Que la sociologie pratiquée par Falardeau ait été fortement attachée à un souci d’objectivité et d’exactitude, voilà qui est incontestable. Il était convaincu que la pratique sociologique devait être constituée sur des bases positives et non pas sur un modèle dérivé de l’apostolat social. C’est pourquoi il incitait sans cesse ses étudiants à devenir des intellectuels désintéressés s’adonnant à la poursuite en soi et pour soi de la vérité, une vérité si haute, si pure qu’elle rappelait la transcendance de la parole divine. L’université était pour lui une sorte de chapelle où était révéré et gardé toujours allumé le feu sacré de l’idéal scientifique dont les universitaires étaient seulement les humbles serviteurs. Il lui semblait intolérable de constater l’inféodation que des sociologues comme Esdras Minville lui faisaient subir, au nom de la raison d’État, du nationalisme ou de la foi religieuse. Les recherches de ces derniers lui apparaissaient de simples instruments de propagande, des justifications pseudo-scientifiques, répétant de vagues déclarations tirées des encycliques pontificales ou des manuels d’apologétique nationaliste. Or, telle était la conviction du premier directeur laïc du Département de sociologie de Laval : la vérité scientifique ne connaît et ne doit connaître ni confession ni nationalité car elle transcende les frontières de toute nature pour épouser la vérité objective du monde.

10Pour se mettre ainsi au service de la vérité universelle, encore fallait-il une approche un peu systématique. Falardeau allait la trouver lors de son séjour à Chicago sous le nom d’écologie urbaine. Résumé en peu de mots, ce paradigme était élaboré autour d’une méthode monographique, d’un objet qui était la communauté urbaine, d’un concept clé qui était celui d’intégration et d’une idéologie qui était celle du progrès. L’utilisation de la statistique et des méthodes quantitatives était limitée, le sociologue faisant d’abord appel aux témoignages et à l’observation directe de la réalité sociale. Dans son texte sur « Nos classes sociales », par exemple, Falardeau ne donne pas de chiffres mais s’attarde plutôt sur les perceptions des classes sociales recueillies auprès de quelques personnes interrogées. Quant à l’objet de l’enquête, il sera d’abord pour Falardeau la ville de Québec, ses quartiers, ses habitants, ses institutions sociales et ses divers problèmes sociaux (pauvreté, manque d’hygiène, désorganisation de la famille, etc.).

11Un concept tiré de l’enseignement de l’école de Chicago a eu une influence déterminante sur l’ensemble de l’œuvre de Falardeau. Le cultural lag désignait une situation dans laquelle les changements structuraux de la société n’avaient pas encore été rattrapés par les autres éléments de la culture, ni correctement interprétés par le discours officiel entretenu par la société sur elle-même. Il arrive en effet, selon la théorie de l’école de Chicago, que les sociétés passant de la folk society à l’urban society prennent quelque temps à assimiler les changements auxquels elles font face.

12Dans le cas du Québec, il existait un hiatus entre l’existence quotidienne de la population et l’idéologie clérico-nationaliste qui continuait à avoir cours dans l’après-guerre. D’un côté, était célébrée une histoire du Canada français mise en scène par les disciples de l’abbé Groulx, une histoire ethnocentrique et héroïque, tournée vers la geste des ancêtres dans l’effort de souder la solidarité du groupe dans un « nous » hypothétique. L’histoire du passé français en Amérique était fixée sur la période de la Nouvelle-France comme sur celle d’un âge d’or dans lequel jouait constamment une certaine Providence. Après l’apostasie de la France, le Canada français semblait destiné à reprendre le rôle de fille aînée de l’Église en Amérique, tout en restant fidèle aux valeurs de l’Ancien Régime et à la foi janséniste du XVIIe siècle. Selon Falardeau, l’Église aurait voulu reproduire au Canada la chrétienté du Moyen-Âge et reconduire en plein XXe siècle son emprise d’autrefois sur la société temporelle. Par l’action du clergé, par une prédication incessante ou par des institutions d’enseignement, elle avait voulu instruire le groupe canadien de ses valeurs et de ses idéaux, à tel point qu’il n’était guère facile de distinguer dans la culture canadienne ce qui était laïque de ce qui était proprement religieux. Quant au nationalisme, il n’a fait, aux yeux de Falardeau, qu’exacerber ce parti pris de la pensée de l’Église. La lutte de Groulx contre la mentalité et la politique britanniques et sa volonté de repli sur le territoire d’une Laurentie incertaine pour élever autour d’elle un « mur de Chine politique, religieux et linguistique », ont empêché les Canadiens français de considérer les étrangers autrement que sous un jour hostile et dangereux. La culture nationale a cherché à ne vivre que d’elle-même sans jamais se nourrir des richesses offertes par les autres cultures, ayant pour tout aliment spirituel un credo « exagérément ethnocentrique, dogmatique et emmêlé de notions religieuses » pompeusement présenté comme « notre doctrine nationale ». Pour Falardeau, les conséquences d’une telle attitude étaient graves puisque les nationalistes se trouvaient à proposer uniquement des solutions idéalistes et morales à des problèmes bien réels et parfois tragiques.

13De l’autre côté, le peuple, lui, ne vivait plus depuis déjà longtemps dans la description idéalisée proposée dans les livres et les articles des nationalistes et des cléricaux. Alors que les élites chantaient les vertus de la vie paysanne et la douceur du travail des champs, les Canadiens français était devenus prolétaires dans les manufactures et locataires dans les logements des villes. Aux dires de Falardeau, ce double phénomène d’urbanisation et d’industrialisation était resté à peu près inaperçu des intellectuels de l’avant-guerre et il n’avait fait l’objet d’aucune étude un tant soit peu approfondie. Tout se passait comme si les anciens slogans sur la mission agricole et rurale des Canadiens français continuaient, malgré les changements radicaux, à servir de conscience de soi de la collectivité, avec pour résultat la mise en place de réformes sociales et politiques complètement déplacées, comme l’aide à la colonisation des terres neuves ou le refus d’investir dans une éducation spécialisée de masse dans les années d’après-guerre.

14L’impression que conservera longtemps Falardeau de la société canadienne-française d’alors est assez désespérante. Elle apparaît dans les articles qu’il lui consacre comme une sorte de Moyen-Âge attardé en terre américaine, ayant peu à envier à l’obscurantisme de l’époque médiévale européenne. Falardeau dresse ainsi le portrait d’une société condamnée au changement, menant en filigrane de cette description le procès d’une mentalité et celui d’une intelligentsia hostiles au mouvement du progrès.

15Pour combler le cultural lag et pour réconcilier les représentations sociales avec la vie et les besoins de la population, il fallait d’abord refuser d’élaborer en vase clos la définition de soi de la communauté et, prenant le bâton du pèlerin, interroger le peuple concret, le peuple tel qu’il se présente dans la vie quotidienne et non pas tel qu’on le représente encore dans les images d’Épinal des ouvrages clérico-nationalistes. La plupart des travaux des sociologues de l’école de Laval des années 1940 et 1950, quand ils ne sont pas occupés à combattre les arguties clérico-nationalistes, sont consacrés à des analyses minutieuses du terrain, allant des transformations de la paroisse à celles de l’agglomération urbaine, des modifications dans l’organisation de la famille traditionnelle jusqu’aux changements dans l’institution catholique. La lecture de l’histoire récente et lointaine du Québec en était bouleversée. C’est dans ce désir de faire œuvre positive en même temps que réflexive qu’il faut situer la publication des Essais sur le Québec contemporain (1953), une sorte de bilan et de prise de conscience de la rupture avec le Canada français en même temps qu’une cartographie des défis qui se présentaient alors pour le développement du Québec.

16Il serait donc excessif de faire de Falardeau l’observateur passif des transformations de la société québécoise. L’appel à se mettre à l’école des faits n’implique pas pour lui de renoncer à l’idéal de réforme. Dans les années 1950-1960, les sociologues de l’école de Laval ont été engagés activement dans les nombreuses réformes de la Révolution tranquille : la réforme du système d’éducation pour Guy Rocher et Yves Martin ; le développement culturel pour Jean-Charles Falardeau et Marcel Rioux ; le développement régional pour Gérard Fortin ; la réforme de l’Église pour Jacques Grand-Maison et Fernand Dumont.

17Falardeau lui-même, comme un peu tout le monde alors, avait des sensibilités ouvrières (on n’a pas assez reconnu son rôle dans l’édition de La grève de l’amiante, sous la direction de Pierre Elliott Trudeau) et il reconnaissait sans peine que la connaissance positive de la société mène inévitablement à l’idée de la transformer. Et puisque les sociologues étaient appelés selon lui à remplacer à terme les anciennes élites pauvrement formées et désincarnées, cela exigeait la mise en place d’un État moderne, fonctionnel et efficace. Aussi Falardeau pouvait-il considérer

  • 2 Jean-Charles Falardeau, « Conditions et conséquences d’une démocratisation de notre enseignement », (...)

comme nos mandataires et nos serviteurs, l’ensemble des experts constituant la bureaucratie et dont un régime démocratique moderne a besoin. Pour autant, nous verrions à ce qu’il existe une administration publique provinciale complètement digne de ce nom : une république d’experts dans tous les champs d’action gouvernementale [...].
La mobilisation, l’unification des efforts administratifs qu’exigeront, en matière d’éducation publique, par exemple, plusieurs des réformes dont on a parlé au cours des discussions précédentes, seraient assurées par un ensemble d’experts, pédagogues, économistes et juristes, en qui nous aurions confiance2.

18La classe des experts en sciences sociales était devenue la nouvelle cléricature dont le Québec moderne avait besoin pour éclairer et définir son avenir.

19Éclairer l’avenir de la collectivité, œuvrer à définir une nouvelle conscience de soi, telle est donc l’autre face des travaux scientifiques de Falardeau. Dans les années 1960 et 1970, il se tourne en effet vers l’analyse des œuvres littéraires, en particulier romanesques. Pour lui, les romanciers sont des « énonciateurs de leur société et de leur civilisation ». Les univers littéraires, moyens d’évasion, demeurent articulés à la société par leurs idéaux, par l’idéalisation des réalités humaines, par la protestation contre certaines valeurs ou par l’annonce des choses à venir. Cela est d’autant plus vrai au Québec où les œuvres littéraires semblent à Falardeau plus fidèles à la réalité qui leur sert de matériau, tout en étant à la « recherche d’une voix ». Miroir de la réalité vécue, refuge ultime des idéaux trahis, l’univers romanesque semble cerner au Québec un lieu privilégié d’élaboration de la conscience nationale.

Présentation du texte

20Aux années 1940 correspond au Québec une insistance de plus en plus grande sur l’idée de science comme discours objectif et technocratique. Technocratique, d’une part, parce que la montée de l’État keynésien obligeait à une implication accrue des spécialistes des sciences sociales dans la gestion du social. Objectif, d’autre part, parce que le type particulier du cultural lag dénoncé par Falardeau (i.e. la distance croissante entre le discours des élites traditionnelles et la réalité industrielle et urbaine du Canada français) exigeait d’être résorbé par une investigation minutieuse, au ras des pâquerettes, des transformations de la société québécoise. La recherche prit alors pour Falardeau valeur d’idéal. La science devait désormais se situer en deçà des univers politiques et religieux, dits clérico-nationalistes, et devenir le nouveau médium de la prise de conscience de soi du groupe national. Elle avait selon lui la vertu d’être par nature universelle et de correspondre à une transcendance de la vérité qui rejoignait les utopies humanistes et universalistes de l’après-guerre. Ainsi, les aspirations de Falardeau à faire métier de la connaissance de la société correspondaient, dans cette vision pragmatique, positive et universaliste de la science, aux engagements d’une génération montante de sociologues décidés à rompre avec les pratiques et les idéologies associées à la sociologie doctrinale. Très proche de la lettre de la consigne wébérienne concernant la distinction à maintenir entre la « science des moyens » et « la politique des finalités », la position de Falardeau s’en distingue cependant par une foi presque légère en la possibilité d’échapper à la guerre inexpiable des dieux grâce aux enseignements de la philosophie morale portant sur « la nature de l’homme et sa finalité propre », un aggiornamento qui fait descendre sur la tâche de produire « une connaissance coordonnée et complète de la vie sociale » la paix qui sied au savant.

Bibliographie

Principales publications

Jean-Charles Falardeau (dir.), Essais sur le Québec contemporain, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1953.

Mason Wade et Jean-Charles Falardeau (dir.), La dualité canadienne. Essai sur les relations entre les Canadiens français et Canadiens anglais, Toronto/Québec, University of Toronto Press/Les Presses de l’Université Laval, 1960.

Notre société et son roman, Montréal, Hurtubise HMH, 1967.

Imaginaire social et littérature, Montréal, Hurtubise HMH, 1974.

Notes

1 Georges-Henri Lévesque, « Présentation », Société royale du Canada, section française, no 11,1954-1957, p. 31.

2 Jean-Charles Falardeau, « Conditions et conséquences d’une démocratisation de notre enseignement », L’éducation, Rapport de la troisième conférence annuelle de l’Institut canadien des Affaires publiques, organisée avec le concours de la Société Radio-Canada, Sainte-Adèle, septembre 1956, p. 37.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540