Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et valeurs

4. Esdras Minville (1896-1975)

Texte intégral

Éléments biographiques

1Né à Grande-Vallée, au milieu de la Gaspésie, Esdras Minville eut pour père un agriculteur dont la terre n’était pas assez grande pour nourrir toute sa famille et qui trouvait un revenu d’appoint dans la pêche. Et pourtant, ne se trouvait-il pas autour de Grande-Vallée de belles et grasses terres dans des forêts que les monopoles et les concessions avaient rendues intouchables ? Le jeune Minville assiste ainsi au spectacle d’une famille infortunée côtoyant la richesse, symbole dont il gardera sa vie durant la mémoire.

2Après des études commerciales au Pensionnat Saint-Laurent des Frères des écoles chrétiennes à Montréal, il se dirige vers l’École des hautes études commerciales en 1922. C’est là qu’il fait la connaissance d’Édouard Montpetit, à qui il vouera une véritable vénération jusqu’à la fin de sa vie. Montpetit convainc son élève d’avoir une vue large de la science économique et de l’éprouver constamment au contact des faits : l’économie politique, répétait Montpetit malgré la pauvreté des moyens mis à disposition des chercheurs canadiens-français, s’apprend dans la rue.

3En 1922, il fait la connaissance d’Olivar Asselin qui lui propose de le joindre dans l’aventure du journalisme. Il publiera alors quelques articles dans La Rente. Mgr Olivier Maurault, alors vicaire à Saint-Jacques, remarque la plume du jeune lion et décide de référer celui-ci à Lionel Groulx. Il entre ainsi dans cette mouvance nationaliste et sociale qui, en rupture avec le canadianisme de Henri Bourassa et à la suite du règlement 17 et de la conscription, favorise une redéfinition de la situation du groupe canadien-français.

4Lionel Groulx le presse de publier quelque chose dans L’Action française sur la mainmise du capital américain sur les richesses du Québec. Ce sera, en août 1923, « Les Américains et nous », suivi de « L’ennemi dans la place. Le capital étranger » en juin 1924. En autodidacte, et avec les moyens du bord, comme c’est le cas pour tous les sociologues de son temps, Minville s’impose bientôt comme l’un des chefs de file de sa génération, lui qui n’était pas même bachelier du collège classique. À cette époque, il dévore les uns après les autres les livres sur l’économie, la sociologie, la science politique, mais aussi la philosophie sociale et la théologie.

5Il travaille deux ans dans le bureau d’une compagnie d’assurances, puis d’une maison de finance, avant que ne s’ouvrent pour lui les portes de l’École des hautes études commerciales en 1924. Devenu jeune professeur, il prolonge sa collaboration à L’Action française. Les articles sur le sens national de la jeunesse, sur la situation économique des Canadiens français et sur sa Gaspésie natale s’accumulent. Son système de pensée s’affine et se précise, dominé par le nationalisme groulxien.

6En 1930, Asselin tente de convaincre Minville de se joindre à lui à la rédaction du Canada. Ce dernier refuse, préférant, dit-il, à l’agitation du journalisme le calme... de la revue. En 1934, c’est l’Union nationale qui cherche à attirer Minville dans l’arène politique en lui proposant une candidature dans une circonscription sûre. Minville décline une autre fois l’invitation à s’écarter du métier de professeur mais il devient, sous la pression amicale du ministre des Affaires municipales, du commerce et de l’industrie, conseiller technique du ministère. C’est à ce titre qu’il occupe les postes d’organisateur de l’inventaire des ressources naturelles du Québec et de président de l’Office de la recherche scientifique de la province. Ces postes, prestigieux mais au pouvoir largement symbolique, ne lui permettront guère cependant de mettre en pratique les idées qui lui sont chères. À peine peut-il conduire à bien les premiers tomes de la série d’enquêtes sur « notre milieu » (Notre milieu, 1942 ; L’agriculture, 1943 ; Montréal économique, 1943 ; La forêt, 1944 ; Pêche et chasse, 1946) avant que le gouvernement unioniste, revenu au pouvoir, ne décide de couper les fonds à une entreprise dont il ne comprend pas l’utilité.

7En 1933, réunis par le jésuite Papin-Archambault, des clercs chargés d’étudier la plateforme de la Canadian Comonwealth Federation accouchent d’un programme de restauration sociale qui reprend maints thèmes de l’encyclique Quadragesimo Anno (1931). C’est la fameuse Journée des Treize. Pour que ce programme ne reste pas lettre morte, on demande à des laïcs de proposer des solutions pratiques et adaptées au contexte canadien. Esdras Minville est peut-être le travailleur le plus assidu et le plus qualifié d’un groupe qui compte, entre autres, Philippe Hamel, René Chaloult et Alfred Charpentier.

8Les qualités de Minville seront à nouveau sollicitées lors de la rédaction de ce qui allait devenir le rapport Tremblay, consacré aux problèmes constitutionnels du Québec (1953-1956). Minville y prend la défense de l’autonomie provinciale et des œuvres d’assistance de l’Église menacées par l’interventionnisme de l’État mais il éprouve en même temps l’impasse où le pousse le développement de ce providentialisme.

9À partir de 1938, il est directeur de l’École des hautes études commerciales de Montréal. L’objectif de cette institution était de former des hommes d’affaires instruits. À côté des matières proprement commerciales ou relevant des sciences naturelles, il se trouvait aussi des cours sur l’économie politique, l’histoire, la philosophie et les langues. Le journal de l’École, La Revue canadienne trimestrielle, faisait d’ailleurs à l’occasion place à des études sociologiques. De 1950 à 1957, Minville sera doyen de la Faculté des sciences sociales de l’Université de Montréal. Essayiste accompli dans les champs de la philosophie sociale et de l’économie sociale, on a pu dire de Minville qu’il fut l’un des intellectuels les plus représentatifs de sa génération.

Introduction à l'œuvre

  • 1 François-Albert Angers, « Préface », dans Esdras Minville, L’économie du Québec et la science écono (...)
  • 2 Voir Joseph Schumpeter, History of Economic Analysis, New York, Oxford University Press, 1954, p. 1 (...)

10Minville ne se considérait pas économiste. François-Albert Angers parle de lui comme d’un sociologue, ainsi que Lionel Groulx1. Il a longuement étudié les faits économiques de la réalité canadienne, il a livré des analyses de la situation matérielle du groupe canadien-français, mais il n’a jamais pensé l’économie comme un domaine autonome, avec ses lois propres, sa logique immanente et son anthropologie de l’homo economicus. Pour lui, comme pour l’ensemble des sociologues doctrinaux, l’économie se logeait à l’intérieur du champ de la morale et de la philosophie. « Je me rends compte, confiait-il à Lionel Groulx, que tous les problèmes d’économie et de sociologie confinent à des problèmes de philosophie. » C’est pour cette raison que, parlant sans cesse d’argent, d’industries et de commerce, Minville demeure très près d’une démarche sociologique et que plusieurs de ses textes pourraient être dits d’un sociologue. L’école de l’économie nationale, a dit Schumpeter en la raillant, ne considère pas qu’une économie soit seulement la somme totale des individus, des ménages et des firmes qui se retrouvent sur un territoire donné ; elle conçoit plutôt le domaine économique national « comme une sorte d’entreprise sublimée, une chose douée d’une existence distincte et d’intérêts qui lui sont propres et qui a besoin pour cela d’être gérée comme une grosse ferme2 ». Cette boutade, qui n’est pas loin d’une caractérisation de la tradition de pensée des HEC, indique aussi pourquoi c’est en ce lieu que l’élite doctrinale du Canada français fut, dans sa recherche du territoire économique, la plus prompte à se replier sur le Québec et, ce faisant, sur la « société » québécoise.

11Minville appelait l’élite canadienne-française à la définition d’une pensée nationale. Quand il livre le fond de sa pensée, Minville ne demande pas à ses compatriotes de faire concurrence aux États-Unis dans le domaine des choses matérielles, domaine où l’avantage de ces derniers est par trop insurmontable ; il leur demande simplement de faire rayonner les valeurs de la civilisation latine à laquelle ils appartiennent par la religion et la langue. Il s’attachait à démontrer que la fidélité à lui-même exigeait que le peuple demeure « indélébilement français ». « Demeurer ce que nous sommes », ainsi pourrait se résumer en cinq mots sa doctrine.

12Et pourtant, si Minville restait convaincu que l’économie et la richesse financière n’épuisent pas la valeur d’un peuple, qu’il est d’autres aspirations légitimes que celles du pain et du beurre, il accordait que les biens matériels forment une richesse essentielle au développement des nations, que sans un minimum d’aisance il n’est guère possible qu’un peuple fasse preuve de vigueur dans le domaine des arts et des lettres. Il ne fallait donc pas, selon lui, aller chercher bien loin la raison de la déchéance des Canadiens français ; elle tenait dans une existence économique précaire, fragile, compromise par les industries étrangères qui avaient fait main basse sur les ressources naturelles de la province. Des paysans au seuil de la misère, des ouvriers prolétarisés, des petits commerçants qui vivotent — voilà comment Minville décrit le paysage social du Québec au sortir de la guerre de 1914-1918.

13Continuant le combat engagé par Errol Bouchette (« Emparons-nous de l’industrie »), les titres des premiers articles de Minville indiquent bien l’objet de ses préoccupations et le sens des solutions qu’il proposera à ses compatriotes dans ses discours et ses livres : aspiration autonomiste, critique de l’économie libérale, nationalisme traditionnel, accent mis sur l’entreprise régionale, etc.

14Minville insistait pour que soit élaboré un programme politique qui orienterait l’économie québécoise à partir des directives d’un plan d’ensemble. Pour cela, il proposait l’élaboration d’un inventaire des ressources, inventaire dont il réussira à écrire quelques tomes (la série sur Notre milieu). Il proposait, en deuxième lieu, une politique d’aménagement du territoire qui puisse faire contrepoids à la concentration excessive des entreprises ou de l’État. Il souhaitait enfin que l’agriculture soit encouragée afin de préserver un équilibre avec le secteur industriel en attendant que les Canadiens français puissent investir dans des entreprises libres des capitaux étrangers. Dans un passage où il revient sur l’administration de la colonie de la Nouvelle-France par l’intendant Talon, il trahit l’idéal dont il aurait souhaité qu’il oriente le développement économique du Québec. L’intendant avait basé son plan d’action, écrivait-il, sur la conquête du sol, l’organisation de l’agriculture, les petites entreprises, le développement des métiers industriels, sans négliger pour cela la réglementation de la production et du commerce et la protection du marché intérieur.

15Ce programme implique un appui décisif aux petites et moyennes entreprises. L’appui donné à des entreprises trop grandes serait battu en brèche par la concurrence des multinationales, les entreprises canadiennes-françaises ne pouvant compter sur une classe de spécialistes formés dans les hautes écoles techniques, pas plus que sur de véritables ressources financières. Minville suggère donc, plus humblement, de générer un peu partout sur le territoire de la province des industries de transformation, de créer des industries régionales au lieu de continuer à concentrer les industries dans ce « véritable chancre » qu’est la métropole montréalaise. Ce programme veut dire, incidemment, former des techniciens et des spécialistes (agronomes, commerçants, ingénieurs, chimistes, etc.), favoriser le progrès de l’enseignement technique, développer des compétences pour l’industrie, subventionner des écoles spécialisées. Ainsi seulement le développement économique aura des chances d’être plus équilibré et donc plus en mesure de faire face à la concurrence féroce du capital américain.

  • 3 Esdras Minville, « La juste répartition des richesses », Semaines sociales du Canada, L’ordre socia (...)

16À un niveau plus général, Minville était convaincu que la crise traversée par le Canada français ne pourrait être résolue par autre chose qu’une reformulation complète du système économique sur des bases chrétiennes. À cet égard, la critique adressée par Minville au libéralisme, arc-boutée sur la doctrine sociale de l’Église, est assez étoffée et cohérente. Il faut dire que les remous, les tensions et les conflits sociaux créés par la Grande Crise avaient permis d’approfondir les leçons de Rerum novarum (1891). Aux yeux de Minville, de même que pour l’ensemble des professeurs des HEC, le libéralisme économique avait fait faillite en théorie comme en pratique, mais sans pour autant discréditer le capitalisme qui demeurait légitime et même souhaitable. Aussi, certaines pages de Minville n’ont rien à envier aux indignations des socialistes de son temps alors même qu’elles se terminent pourtant sur des appels à humaniser le capitalisme en christianisant les cœurs des patrons ! « L’inégalité des classes [...] est à elle seule toute la question sociale. [...] Aussi bien, si la justice tempérée par la charité n’y préside pas, la répartition des biens matériels devient une sorte de rond-point [...] où éclatent des passions, des colères et des haines capables de mettre en péril la paix, l’équilibre et jusqu’à l’existence même de la société3. » De là la conclusion majeure de l’œuvre de Minville, dont on pourrait dire avec Ewald qu’elle revient malgré elle au « diagramme libéral » : il faut fonder l’idéal de justice sur la charité.

17Ce règlement de la question sociale par une croisade morale n’empêchait pas Minville d’écrire cependant des pages d’un socialisme déroutant. Il reprend mot pour mot la description, faite d’abord par Marx, de la transformation de l’ouvrier en force de travail, de la vente de celle-ci sur le marché comme on vend du blé ou du coton, de la concurrence qui s’instaure entre des ouvriers de plus en plus nombreux et démunis, de la compression des frais généraux entre des entreprises qui se livrent une guerre des prix et, donc, de la diminution progressive du salaire des travailleurs jusqu’à ce qu’il atteigne le niveau du minimum vital. La misère est la rançon de cette mécanique effroyable qui broie en elle les volontés de chacun et les espoirs de tous.

  • 4 Ibid., p. 71.

Ce sera la honte d’un siècle par ailleurs fécond en réalisations merveilleuses d’avoir enseigné comme un dogme l’abdication de l’homme devant la richesse et accepté que l’ordre social se fondât sur un tel renversement des valeurs humaines ; d’avoir entretenu et cultivé l’esprit mercantiliste, et déclaré voulu par la Providence, donc normal et salutaire, que le miroitement de l’opulence d’une poignée de potentats dénués de responsabilité, masquât la misère des foules, le paupérisme, plaie sociale en un sens plus avilissante que l’esclavage antique qui n’était, au moins, que l’abdication d’un homme devant un autre homme4.

18Outre le corporatisme, Minville appuyait les syndicats, l’œuvre de la colonisation, certaines législations sociales, les associations coopératives et les œuvres caritatives catholiques. Au-delà de ces organisations et œuvres sociales, il s’agissait toutefois pour Minville de penser les conditions d’une société nouvelle dans laquelle les lois de l’économie n’auraient pas préséance sur la justice. La Russie s’était faite bolchevique, l’Italie était devenue fasciste et l’Allemagne avait adopté le nazisme. Prenant pour modèle, sans cependant vouloir les copier, le Portugal et l’Autriche, Minville, accompagné en cela par les cercles de l’Église et les milieux nationalistes, appuiera de manière inconditionnelle le corporatisme à partir des années 1930. Celui-ci promettait en effet, non seulement de refaire une incertaine chrétienté inspirée des corporations médiévales et de recréer un ordre social unifié, mais de replier tout entière l’économie de la province sur les frontières de la Laurentie. Projet de reconquête économique, le corporatisme s’inscrivait dans le cadre d’un nationalisme ethnique et organique qui s’ordonnait à partir de quatre concepts clefs : (1) la solidarité entre les groupes, répartis selon leurs fonctions naturelles, dessinait l’utopie d’une société sans lutte de classes ; (2) le bien commun, défini en termes nationaux, exigeait que soit pensée l’unité des sphères économique et sociale à l’écart de l’élément anglo-saxon et protestant ; (3) la planification permettait d’espérer une économie dont l’organisation pourrait surmonter le chaos né du laisser-faire des théories manchestériennes ; (4) la subsidiarité, enfin, principe selon lequel les champs de compétence inférieurs ne peuvent être empiétés par les pouvoirs supérieurs, mettait un frein aux volontés interventionnistes de l’État et ne lui laissait qu’une fonction de suppléance et d’arbitrage. Pour lui, la résolution de la crise passait par une christianisation des cœurs autant que par une réforme des structures. Ainsi se trouvaient liées chez Minville la recherche d’une solution à la misère des classes ouvrières et celle d’une solution à la misère des Canadiens français. La résolution de la crise économique par l’application du programme corporatiste en remplacement du système libéral servait également une restauration de l’économie nationale.

Présentation du texte

  • 5 Lionel Groulx, « Présentation. M. Esdras Minville », Société royale du Canada, no 2,1944-1945, p. 1 (...)

19Fidèle à la sociologie doctrinale, Minville définit la sociologie et l’économie sociale comme des sciences de l’adaptation. Elles ne visent pas d’abord la découverte de vérités nouvelles, elles n’ont pas pour but de dégager des faits méconnus ou ignorés, mais elles reçoivent la tâche d’incarner une doctrine sociale de l’Église tenue pour objective, universelle et infaillible. Les circonstances de temps et de lieu font en sorte qu’elle ne saurait être tout simplement plaquée sur chaque pays. Il revient aux sociologues de prendre acte du caractère particulier de chaque région. Dans le cas du Canada français, cela équivaut à considérer le fait français et catholique comme une donnée sine qua non de la réforme de la société et de l’économie. Tout ce qui, aux yeux de Minville, apparaît comme contraire au maintien de la langue, du catholicisme ou, généralement, du groupe national (par exemple, individualisme, libéralisme, métissage culturel, etc.), se trouve déconsidéré de ce fait. Les sciences sociales sont au service de la vérité, mais de la vérité doctrinale. Elles ne sont pas maîtresses de leur destinée, elles sont des adjuvantes de l’enseignement pontifical. C’est ce que voulait dire Lionel Groulx lorsque, dans une pointe malicieuse aux professeurs à la Faculté des sciences sociales de Laval, il déclarait, parlant de Minville : « Vous n’avez rien de commun avec ces catholiques qui se donnent l’air de penser que les encycliques pontificales, l’enseignement social de l’Église sont bons tout au plus pour dissertations de Semaines sociales Vous croyez que la sociologie catholique est éminemment applicable à la réalité contemporaine5. »

Bibliographie

Principales publications

La politique qu’il nous faut, Montréal, L’Association catholique de la jeunesse canadienne, 1932.

« Quelques aspects du problème social dans la province de Québec », L’Actualité économique, vol. 1, no 7, octobre 1938, p. 401-424.

Invitation à l’étude, Montréal, Fides, 1942.

Notes

1 François-Albert Angers, « Préface », dans Esdras Minville, L’économie du Québec et la science économique, Montréal, Fides, 1979, p. 8 ; Lionel Groulx, Mes mémoires, Montréal, Fides, 1970, p. 149. Lire aussi Dominique Foisy-Geoffroy, « Esdras Minville. Le catholicisme social et le nationalisme économique, 1923-1939 », mémoire de maîtrise, Département d’histoire, Université de Montréal, 2001.

2 Voir Joseph Schumpeter, History of Economic Analysis, New York, Oxford University Press, 1954, p. 163 : « as a sort of subliminated business unit, something that has a distinct existence and distinct interests of its own and that needs to be managed like a big farm ».

3 Esdras Minville, « La juste répartition des richesses », Semaines sociales du Canada, L’ordre social chrétien, 11e session, Montréal, École sociale populaire, 1932, p. 63-64.

4 Ibid., p. 71.

5 Lionel Groulx, « Présentation. M. Esdras Minville », Société royale du Canada, no 2,1944-1945, p. 12.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540