Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et valeurs

3. Arthur Robert (1876-1939)

Note de l’éditeur

Source : « La morale et la sociologie », Mémoires de la Société royale du Canada, 3e série, vol. 16, mai 1922, p. 91-108.

Texte intégral

Éléments biographiques

1Arthur Robert est né à Beauport, en 1876, dans une famille de cultivateurs. Il fait son entrée au Petit Séminaire de Québec comme élève externe en 1890 et termine son cours classique en 1898 avec le diplôme de baccalauréat ès arts. Il entre alors au Grand Séminaire pour y étudier la théologie et la philosophie. Promu au sacerdoce en 1902, il commence, à l’âge de vingt-six ans, sa carrière de professeur.

2Il gagne l’Europe pour parfaire ses études par la décision des autorités du séminaire. Il semble que ce soit Mgr Louis-Adolphe Pâquet qui ait influencé cette décision, afin de favoriser la formation de collaborateurs qui puissent seconder ses efforts en vue de relever le niveau de la théologie et de la philosophie au Québec. En 1905-1906, Arthur Robert est à l’Académie romaine Saint-Thomas-d’Aquin, ainsi qu’à la Propagande de Rome. C’est là qu’il approfondit le thomisme, confirmé comme philosophie officielle de l’Église par l’encyclique Æterni Patris. La pensée de Thomas d’Aquin semblait alors la doctrine qui permettait le mieux d’éclairer la marche du progrès, d’assurer les fondements de la morale et de guider la liberté. La crise de la civilisation occidentale était une crise des valeurs ; il fallait donc revenir aux valeurs primordiales pour refaire l’unité de la société.

3Pendant l’année 1906-1907, il est envoyé par ses supérieurs en Belgique, un des pays catholiques à l’avant-garde du mouvement social. Une licence en sciences politiques et économiques lui permet de devenir le premier diplômé canadien de l’Université catholique de Louvain. Il s’inscrit à des cours sur l’histoire des théories sociales (Bentham, Smith, Le Play et la méthode monographique), sur le capital et le capitalisme, ainsi que sur le droit naturel centré sur la morale et les questions d’actualité (propriété, socialisme, prêt, question juive, famille, divorce, enseignement neutre, question féminine). Il s’intéresse à la législation ouvrière belge. Les conférences du père Rutten, rencontré à Louvain, lui ouvrent les yeux sur les problèmes liés à l’organisation du travail dans un monde devenu largement industriel. Durant son séjour, il prend conscience de ce qu’on appelle alors la question sociale, question qui se ramène mutatis mutandis aux conflits entre le travail et le capital. Convaincu de la nécessité de conduire des réformes, il presse ses compatriotes de ne pas abandonner les ouvriers à leur misère, car les socialistes n’attendent que l’occasion pour s’emparer du terrain laissé libre par les catholiques.

  • 1 « Arthur Robert, Louvain, à Mgr O. E. Mathieu, recteur de l’Université Laval », Québec, 14 février (...)

Comme résultat de toutes mes études, je retiendrai ceci que nous devons nous occuper de plus en plus des petits et des pauvres. Ils sont le nombre et ils le savent et s’ils ne sont pas dirigés, ils peuvent bien nous jouer de mauvais tours. Ici en Belgique, les socialistes ont organisé les foules avant les catholiques et voilà pourquoi aujourd’hui ceux-ci, arrivés les derniers, ont un peu de misère1.

4À son retour au pays, Robert est nommé professeur de philosophie au Grand Séminaire et à l’Université Laval. Il est secrétaire de la revue Canada français de 1921 à 1924, puis son directeur de 1924 à 1931. Lorsque l’École supérieure de philosophie est fondée en 1926, il y est professeur, avant d’en devenir le directeur en 1928 ; après l’érection de celle-ci en Faculté en 1932, il en sera le doyen jusqu’en 1935.

  • 2 Arthur Robert, « Une institution qui répond aux besoins », L’Événement, 11 octobre 1932, p. 1.

5En 1932, une École des sciences sociales est organisée, annexée à la Faculté de philosophie. C’est tout naturellement que les autorités de l’Université Laval songent à Robert pour occuper le poste de directeur. Pour justifier l’institution d’une École des sciences sociales, Robert déclarait qu’elle aurait pour tâche de « démontrer la supériorité incontestable de la doctrine sociale de l’Église, doctrine qui rattache ses conclusions à des principes immuables si lumineusement rappelés par Pie XI dans ses célèbres encycliques et plus particulièrement dans Quadragesimo Anno [1931] », répétant en conclusion l’idée acceptée que « la question sociale n’est, au fond, qu’une question morale » et que « l’économique ne peut se faire fi [s/c] de la métaphysique2 ». Arthur Robert, Papin-Archambault, Wilfrid Lebon, Louis-Adolphe Paquet, Orner Plante, tous gens d’Église, vont se vouer comme professeurs de l’École à la diffusion de la doctrine sociale catholique afin de résoudre les différents problèmes surgis de la crise économique et ainsi empêcher les maux sociaux, d’une part, et la propagation des idées socialistes, de l’autre. « L’École a pour but de compléter et de développer les doctrines de la Philosophie morale et sociale », est-il dit dans l’annuaire de l’Université Laval. Plus que des sociologues comme nous l’entendons désormais, il s’agit de former ce que l’on appelait alors des « apôtres sociaux ».

6Robert a été un participant actif des Semaines sociales. Cette « université ambulante » se réunissait une fois par année, dans une ville chaque fois différente, afin de débattre d’un thème général (l’autorité, la colonisation, la propriété, le travail, etc.). Depuis 1920, des théologiens, des philosophes, des sociologues, des juristes et des publicistes s’y réunissaient dans le but de diffuser l’enseignement social de l’Église. Dans ces congrès catholiques, Robert disait « semer les idées justes ». Il continuait le travail de propagation de la « philosophie éternellement vraie » du thomisme ainsi que celle des « principes d’ordre qui sont les bases de la famille et de la société ».

7Théologien et philosophe avant tout, Arthur a fait paraître une Histoire de la philosophie (1912), un Manuel d’apologétique (1917) et un Traité élémentaire de philosophie en trois tomes (Logique, 1914 ; Morale, 1915 ; Psychologie, 1916).

8Les multiples tâches qui appelèrent Arthur Robert n’ont pu faire de lui ni un philosophe accompli, ni un sociologue averti. La pénurie des professeurs et la disparité des assignations l’empêchèrent de publier autant de textes que son intérêt pour la sociologie aurait pu susciter. De ses cours, il ne reste pour ainsi dire rien. Son seul texte important du point de vue d’une histoire de la sociologie est celui que l’on va lire.

9La dernière partie de sa vie fut consacrée à la formation du clergé.

Introduction à l’œuvre

10À la fois docteur en théologie, philosophe social et sociologue, souvent dans la confusion des genres, Robert représente le parfait exemple de la sociologie doctrinale qui se constitue à partir des années 1905-1910. Lié à Stanislas Lortie, mort en pleine activité, Robert avait aussi l’intention de participer à l’œuvre de régénération intellectuelle initiée par Pie IX. Pour replacer « sur des bases plus solides » « l’édifice encore bien chancelant de notre société contemporaine », les sociologues de l’ordre proposaient des réformes à un double niveau, chacun ayant la possibilité d’insister davantage sur l’un ou l’autre selon son inclination. D’un côté, des réformes morales, puisque les idées mènent le monde et que l’égoïsme ronge les cœurs dans la société contemporaine. De l’autre côté, des réformes structurelles, puisque c’est la société contemporaine qui est viciée en son principe et que certaines transformations indispensables ne peuvent être réalisées seulement avec de la bonne volonté.

  • 3 Arthur Robert, « L’Abbé Stanislas-Alfred Lortie », La Nouvelle-France, vol. 12, no 9, septembre 191 (...)
  • 4 Arthur Robert, « Une institution qui répond aux besoins », L’Événement, 11 octobre 1932, p. 8.

11Au Québec, mis à part Arthur Saint-Pierre et Esdras Minville, la grande majorité des sociologues doctrinaux, en conjonction avec l’action prosélyte de conversion des âmes, ont pensé que la société ne pourrait être révolutionnée dans un sens chrétien que par une action morale. « [l]l faut admettre que le mal de notre temps, le mal moderne, est surtout le mal des esprits [...]. Et donc c’est aux intelligences malades qu’il est urgent d’appliquer le remède, c’est du côté des doctrines qu’il est nécessaire de faire converger tous les efforts3. » Les moindres aspects de la vie sociale et les faits les plus anodins des rapports sociaux découlant toujours d’une philosophie quelconque, c’est cette philosophie qu’il faut savoir changer, que ce soit pour éviter les maux liés au travail des enfants ou pour redresser les injustices nées des conflits entre le capital et le travail. D’ailleurs, enchaîne Robert, un fait n’a de signification que reporté à un schème explicatif plus large, dans le cercle d’une idée générale ou dans celui d’une théorie explicative, ce qui est une façon pour lui de prouver que la primauté doit aller à la métaphysique, à la philosophie et à la morale. « Voilà comment se pose la supériorité de la doctrine sociale de l’Église, qui a pour objet de préciser ce que doivent être les rapports moraux de l’homme avec ses semblables, en ce qui concerne la vie familiale, économique et politique4. » Par son insistance sur la nécessité d’un principe d’autorité devant le chaos provoqué par la liberté du « laisser-faire, laisser-passer » en économie, et la liberté licencieuse de l’individualisme moral, on peut dire sans se tromper que la sociologie doctrinale était bel et bien une sociologie de l’ordre.

12La doctrine sociale catholique, voilà à quoi se résume en définitive l’enseignement de la sociologie de l’ordre. La solution des problèmes économiques et sociaux semblait à ses défenseurs trouver ses principes dans les pages des encycliques pontificales.

  • 5 Ibid.

En effet, il est de plus en plus urgent que la doctrine sociale de l’Église soit de mieux en mieux connue et mise en pratique. Eh ! bien, notre École sera un nouveau foyer — oh ! très modeste — d’où rayonnera sur notre ville, sur notre province, même ailleurs, cette doctrine ; d’où rayonnera la vérité exacte concernant les difficiles questions que la crise présente, plus particulièrement, fait remonter à la surface, et auxquelles elle donne une poignante actualité5.

13Cette doctrine sociale, inaugurée avec la parution de l’encyclique Rerum Novarum (1891), ne constituait pas une politique ni un programme économique mais avant tout une morale pour l’action, une sorte d’éthique générale pour régler la marche de la société. De tendance paternaliste, et timorée en matière d’intervention de l’État, elle posait néanmoins les bases d’une critique assez vive du libéralisme. Dénonçant la misère des classes populaires, condamnant les deux principes du matérialisme et de l’individualisme de la société contemporaine, elle pressait les catholiques de mettre fin aux abus du système capitaliste libéral. La volonté de s’impliquer dans le mouvement de rénovation sociale qu’elle annonce, naissante dans les années 1910, mise entre parenthèses pendant la Grande Guerre et comme engourdie dans les années 1920, s’affirme surtout après la Crise de 1929. Pour les catholiques sociaux, la question sociale par excellence est la relation entre le capital et le travail et c’est donc vers l’harmonisation de cette relation que la grande partie de leurs efforts convergent.

14La doctrine sociale, telle qu’elle est interprétée par les sociologues québécois de l’ordre, n’en respirait pas moins, pour critique qu’elle fut de l’ordre des choses, une crainte rouge du socialisme. Bolchevisme, anarchisme, communisme, ces mots étaient synonymes aux oreilles de Robert. La menace d’un déferlement des rouges sur la province lui semblait imminente, et les francs-maçons, les Juifs et les émissaires de Moscou n’attendaient qu’un signal pour renverser l’ordre clérical au Québec et pour instaurer une dictature. Servies dans un tel état d’esprit, les condamnations du système libéral ne pouvaient en conséquence aller très loin. Des campagnes pour le respect du repos dominical, pour la généralisation des corporations et contre le travail des femmes sont à mettre à l’actif de la sociologie de l’ordre, comme le sont aussi des appels à l’union des travailleurs dans des syndicats nationaux et à l’amélioration des salaires et des conditions de logement. Robert n’est jamais allé aussi loin que d’autres sociologues doctrinaux (tel Arthur Saint-Pierre, par exemple) dans la revendication de réformes sociales.

  • 6 Arthur Robert, compte rendu du livre de Jacques Valdour, Les méthodes en science sociale. Étude his (...)
  • 7 Arthur Robert, « La fonction sociale de la philosophie », Le Canada français, vol. 14, no 14, décem (...)

15En fait de sociologie, il faisait confiance aux encycliques des papes, aux cours d’économie sociale d’Antoine, aux notions de sociologie de Passage et aux travaux du père Rutten sur la doctrine sociale de l’Église. Son insistance sur la dimension philosophique de toute explication des rapports sociaux ne l’empêchait pas d’approuver la nécessité des études empiriques. Parlant d’un livre de Jacques Valdour, Les méthodes en science sociale, dont Robert disait approuver entièrement le contenu, il écrivait, reprenant les expressions de Valdour, que le sociologue doit se dégager de ses préjugés, se « défaire de toute doctrine philosophique, morale ou religieuse » et envisager les faits sociaux comme des choses. « Se dégager de toute doctrine philosophique, quand on fait de la sociologie, veut dire ni plus ni moins que “la science sociale, comme toute science, ne relève que d’elle-même pour formuler ses jugements d’existence sur les phénomènes dont elle s’occupe”6 » Le sociologue conduit une recherche positive portant sur des faits objectifs ; mais cette recherche est incomplète tant qu’elle n’a pas été reprise dans un questionnement philosophique qui lui donne sa valeur et sa consistance et ce au fil d’un questionnement qui concerne cette fois, non plus les structures des rapports sociaux mais la nature même de la société, non plus les fonctions des êtres humains mais leur essence. Robert, rien ne saurait être plus clair, menait une lutte contre une civilisation matérialiste en rappelant les vérités plus hautes de la spiritualité dont la philosophie était, selon lui, l’expression dans l’ordre des sciences : « Il vaut mieux, disait-il, être maltraités avec le peuple de Dieu que de jouir des délices passagers du péché, c’est-à-dire, des joies bien superficielles qui sont le partage des nations qui abdiquent et sacrifient tout au veau d’or7 » À travers les rapports de la sociologie et de la philosophie, c’est dès lors bien plus qu’une simple lutte de primauté universitaire qui se jouait pour la défense d’une discipline mais une lutte pratique quant à la primauté du spirituel. Le matériel avait sa place dans le domaine de la connaissance savante, c’est entendu, mais une place en quelque sorte adjuvante ou ancillaire, une place subordonnée à celle qui se présentait encore comme la reine des sciences.

16Ce qui allait devenir de l’ordre des « projets de société » chez les sociologues de l’après-guerre continuait par conséquent à être compris sous le mode d’une doctrine chez Robert, ce qui ne dévalue pas a priori ses réflexions sociologiques, du moins dans la mesure où l’on s’accorde pour dire qu’il y a toujours un ensemble de principes (moraux, idéologiques, méthodologiques) qui sous-tend le travail des sociologues — quoique, désormais, d’aucuns le reconnaîtront, la manière d’exposer ces principes ait radicalement changé.

Présentation du texte

  • 8 Lire aussi, du père M.-A. Lamarche, directeur de la Revue dominicaine, « Durkheim et la morale », d (...)

17Robert ne saurait comprendre la société en dehors de sa détermination morale. Il ne croit pas qu’une société puisse tenir sans être soutenue par des principes, pas plus qu’il ne croit qu’elle puisse échapper à ce qu’on appellerait aujourd’hui une vision du monde. Quand il écrit que la primauté revient au spirituel, il veut dire que les rapports entre les groupes en société, étant faits de droits et de devoirs — ce qu’on ne contestera pas en principe —, renvoient à une morale qui les fonde en dernière instance. C’est pourquoi, pour lui, la question du travail des femmes, du salaire, de la propriété ou du logement a des incidences morales, mieux même : elle est la conséquence d’une philosophie qui ordonne les relations de tous avec tous. La société ne lui apparaît pas comme une mécanique sans âme où les individus occupent une fonction dans l’économie de l’ensemble. Sa critique de la sociologie durkheimienne est donc logique. En premier lieu, Durkheim croit pouvoir fonder une morale rationnelle, alors qu’une morale ne peut être qu’arbitraire ou révélée. Ensuite, le sociologue français s’imagine pouvoir constituer une science des faits sociaux à l’écart de la morale, une science coulée dans le moule positiviste proposé par Auguste Comte. Il y a là une erreur de taille. Bien entendu, la sociologie se borne à dire ce qui est, elle ne peut indiquer ce qui doit être ; mais la simple description des choses ne saurait être d’aucune utilité. Pour servir l’action, les découvertes de la science doivent être replacées dans un cadre normatif. Robert dégage bien dans ce texte à quel point la critique de la sociologie doctrinale adressée à Durkheim est cohérente et solide8. En répudiant la philosophie néokantienne de Durkheim pour épouser la philosophie thomiste, il en marquait aussi bien les limites. Parce que pour elle la source de toute vérité était en Dieu et qu’il était possible de remonter la chaîne des raisons jusqu’à lui, la sociologie catholique avait la fâcheuse manie de ne plus vouloir redescendre des hautes sphères de la métaphysique.

Bibliographie

Principales publications

« La morale et la sociologie », Mémoires de la Société royale du Canada, 3e série, vol. 16, mai 1922, p. 91-108.

« La semaine sociale de 1922 », Semaine religieuse de Québec, 16 novembre 1922, p. 62-167.

« La semaine sociale de 1929 », Semaine religieuse de Québec, 12 septembre 1929, p. 19-24.

Suppléments aux leçons de morale, Québec, [s. é.], 1932.

Notes

1 « Arthur Robert, Louvain, à Mgr O. E. Mathieu, recteur de l’Université Laval », Québec, 14 février 1907, cité par Yvan Lamonde, « La trame des relations entre la Belgique et le Québec (1830-1940) : la primauté de la question sociale », dans Ginette Kurgan-van Hentenryk (dir.), La question sociale en Belgique et au Canada (XIXe-XXe siècles), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1988, p. 175.

2 Arthur Robert, « Une institution qui répond aux besoins », L’Événement, 11 octobre 1932, p. 1.

3 Arthur Robert, « L’Abbé Stanislas-Alfred Lortie », La Nouvelle-France, vol. 12, no 9, septembre 1912, p. 420.

4 Arthur Robert, « Une institution qui répond aux besoins », L’Événement, 11 octobre 1932, p. 8.

5 Ibid.

6 Arthur Robert, compte rendu du livre de Jacques Valdour, Les méthodes en science sociale. Étude historique et critique, Paris, Rousseau et Cie Éditeurs, 1927, dans Le Canada français, vol. 15, no 5, janvier 1928, p. 375.

7 Arthur Robert, « La fonction sociale de la philosophie », Le Canada français, vol. 14, no 14, décembre 1926, p. 264.

8 Lire aussi, du père M.-A. Lamarche, directeur de la Revue dominicaine, « Durkheim et la morale », dans Nouvelles ébauches critiques, Montréal, Granger Frères Ltée, 1936, p. 131-161.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540