Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et valeurs

2. Édouard Montpetit (1881-1954)

Texte intégral

Éléments biographiques

1Édouard Montpetit a commencé sa carrière comme second clerc dans le bureau de Lomer Gouin. Cependant, la plaidoirie ne lui plaisait pas tant que le professorat, et le droit lui souriait moins que l’économie politique. Après avoir prononcé deux conférences, l’une sur « La question sociale et les écoles sociales » et l’autre sur « L’économie politique », il est nommé à la Chaire d’économie politique de la Faculté de droit de l’Université Laval à Montréal.

2Un commentateur s’étant raillé dans le journal Le Canadien du pauvre bagage de connaissances du nouveau chargé de cours, Montpetit en profite pour demander une bourse d’études au gouvernement provincial. L’ayant obtenue, il part pour Paris à l’automne 1907 pour un séjour de deux ans. Il s’inscrit à l’École libre des sciences politiques, fondée par Émile Boutmy, et au Collège des sciences sociales, présidé par Paul Deschanel.

3De retour au pays, il est nommé professeur à l’École des hautes études commerciales qui vient d’ouvrir ses portes (1910). Aux cours d’économie politique s’ajoutent les cours de finances publiques, de politique commerciale, de statistique, etc. Il a aussi repris son cours d’économie politique à la Faculté de droit, où il doit donner, en outre, les cours de droit commercial, de droit constitutionnel et de droit administratif. Montpetit ploie sous une tâche académique écrasante. Pour comble, il ne peut appuyer son enseignement sur aucun manuel et il a accès à très peu de données statistiques ou concrètes. S’il adapte au contexte les théories recueillies alors qu’il était étudiant à Paris, et s’il importe des ouvrages théoriques européens, son enseignement, faute de travaux empiriques sur la société canadienne, reste avant tout livresque.

  • 1 Jules Fournier, L’Action, 23 octobre 1915.

4Montpetit ne fait pas qu’enseigner et dresser la liste de ses activités serait un exercice fastidieux. Il est membre de nombreux comités, conférencier sans cesse recherché, membre de la Société royale du Canada, organisateur de fonds, émissaire du gouvernement, académicien, etc. En 1930, peu de temps après le krach, Montpetit est nommé président de la Commission des assurances sociales mise sur pied par le gouvernement du Québec. Il part étudier en Europe l’organisation des œuvres d’assistance, supervise près de cent séances, entend cent quatre-vingt témoins et dépose en 1933 un rapport couvrant la question des assurances et des allocations. Il est aussi, et tour à tour, secrétaire général puis vice-président du Comité France-Amérique, président de l’Institut scientifique franco-canadien, président de l’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences, membre de la Commission des écoles catholiques de Montréal, rédacteur en chef de la Revue trimestrielle canadienne et directeur général de l’enseignement technique de la province de Québec. Jules Fournier a écrit avec humour que rien ne prouvait plus l’indigence intellectuelle du Canada français que Montpetit. Car, continuait le journaliste, dès qu’un étranger un peu distingué arrivait à Montréal, le seul homme présentable pouvant lui souhaiter la bienvenue par quelques paroles bien choisies était Montpetit, encore et toujours Montpetit. « L’étranger revient dans six mois, ou l’année suivante ; discours par M. Montpetit. L’année d’après ; discours par M. Montpetit. L’année d’après, l’année d’après ; discours par M. Montpetit1. » À croire qu’il était le seul dans la province à posséder l’élégance oratoire et une vaste culture alliées à une belle ouverture d’esprit. Ce n’était pas loin d’être vrai.

5En 1920, à son inauguration, il devenait directeur de l’École des sciences sociales, économiques et politiques de l’Université de Montréal, laquelle venait cette année-là d’acquérir son autonomie de l’Université Laval. Il occupera ce poste jusqu'en 1950. À ses débuts, l’École n’offrait aucun cours de jour et ne pouvait compter sur aucun professeur de carrière. L’École était pauvre en moyens (son budget de secrétariat n’excédait pas deux cents dollars par année), et son enseignement ne visait pas très haut puisqu’elle avait été fondée, sous l’impulsion de Mgr Georges Gauthier, pour épauler le travail des Semaines sociales, sorte d’université ambulante. Le rêve de créer une grande école sur le modèle de l’École libre des sciences politiques de Paris ou de la School of Political Science de Londres dut être rapidement abandonné. Lors du quinzième anniversaire de l’École des sciences sociales, Montpetit avait beau écrire que les professeurs avaient réussi à répandre des notions de sociologie et avaient ouvert « les carrières nouvelles que Léon Gérin réclamait au nom de la sociologie », il n’en restait pas moins que la formation des étudiants ne dépassait guère la culture générale. C’est cette mission éducative que l’École a réussi à remplir en enseignant dans des conditions difficiles à ceux qui étaient impliqués dans les œuvres sociales, le fonctionnariat ou le journalisme. Les matières au programme peuvent être ramenées à quatre grandes rubriques : sociologie (philosophie sociale, économie sociale, hygiène générale, œuvres sociales, législation industrielle) ; économique (économie politique, production industrielle, histoire des doctrines économiques, géographie humaine, pratiques financières, finances privées) ; politique (science politique, droit public, politique extérieure du Canada, politique économique, finances publiques) ; journalisme.

6En ce qui concerne la sociologie proprement dite, Édouard Montpetit a laissé très peu d’œuvres marquantes, ou simplement spécialisées. Il fut un généraliste et un vulgarisateur dans le sens plein du mot, confiant à d’autres le soin de conduire des études empiriques de la réalité canadienne ou de proposer des analyses théoriques. Le classer parmi les sociologues peut paraître osé mais, dans la mesure où l’économie sociale dont il a défendu sans relâche la nécessité ressemble à s’y méprendre à de la sociologie, bien davantage qu’à de la science économique au sens où nous l’entendons aujourd’hui, il serait tout aussi embêtant de l’exclure. Au fond, parlant de Montpetit, une catégorisation disciplinaire est sans doute illusoire et à jamais trompeuse.

Introduction à l’œuvre

7Exact contemporain de Lionel Groulx, Montpetit fut à sa manière un « castor rouge ». Avocat de la modernisation du Canada français et de la fondation de l’économie sur des bases scientifiques, il s’était constitué le partisan des traditions nationales contre ceux qui croyaient qu’elles ne faisaient qu’appesantir la marche de la nation. Intellectuel convaincu de la suprématie de la France dans les domaines de l’esprit, il fit de constants efforts pour rapprocher les deux pays et connut des démêlés avec les nationalistes intransigeants qui redoutaient toute colonisation, quelle que soit sa nature, politique, économique, sociale ou littéraire. Il réussit toutefois le tour de force de plaire à tous les publics. Les libéraux lui pardonnaient son attachement à un certain conservatisme pour retenir plutôt ses opinions politiques ; les nationalistes passaient outre son admiration pour la France afin de souligner sa défense continuelle de la nation ; les milieux d’affaires de Montréal trouvaient sa volonté de diriger l’économie bien inoffensive en comparaison de ses appels à s’occuper de l’économie.

8On peut dire qu’à bien des égards, Montpetit est un enfant du XXe siècle. À l’époque, à travers tout le Canada, se faisait jour un engouement pour l’économie sociale et politique, certains croyant pouvoir planifier scientifiquement le développement de la nation. De toutes les sciences sociales, c’est l’économie politique qui semblait avoir la cote, mais une économie politique plus proche de « l’économie nationale » du continent que de l’économie formaliste de l’école de Manchester. Il faudrait donc la baptiser, plus justement et ainsi que plusieurs auteurs le faisaient alors, une « économie sociale ».

9Les principes de l’économie sociale énoncés par Montpetit sont simples, reprenant en bonne partie le contenu de la doctrine sociale de l’Église. Contre le libéralisme, il rappelait l’impossibilité d’élever un ordre social sur la course effrénée aux profits et le débridement des appétits puisque, selon lui, la vie en société impose à chacun des devoirs. La liberté n’est pas le fin mot de la vie en commun, mais il existe une autorité nécessaire qui a pour tâche de guider et de contraindre les excès du « laisser-faire, laisser-aller » de la théorie économique libérale. Contre le collectivisme, Montpetit rappelait d’un autre côté que l’égalité ne saurait être celle que procure l’égal dénuement dans la misère, que les talents des uns et des autres doivent être proportionnellement rétribués et que la propriété privée est un droit inaliénable. Il insistait sur le matérialisme du socialisme et sa négation explicite des enseignements de l’Église. Restait donc pour lui la doctrine sociale catholique, doctrine qu’il jugeait admirable à tous points de vue et seule propre à assurer la paix sociale en même temps que la prospérité des nations. Modérée, cette doctrine fuit la révolution, préférant proposer des réformes graduelles. Interventionniste, elle permet à l’État de jouer un rôle paternaliste. Dénonçant les conflits qui surgissent entre le capital et le travail, elle favorise l’association (caisses populaires, mutualités, coopératives, etc.) pour sortir de la crise et la coopération entre les classes.

10L’application au Québec des principes de l’économie sociale catholique semblait à Montpetit d’autant plus urgente que le Canada français connaissait une déroute économique qui menaçait de tourner en une défaite plus amère que celle des armes ou de la politique. Montpetit reprenait à cet égard l’essentiel de l’argumentation de Bouchette, citant à de nombreuses reprises les idées exposées dans L’indépendance économique du Canada français. Il faisait état de l’indigence des possessions de ses compatriotes dans l’ensemble des domaines, à commencer dans celui qui comptait le plus, selon lui : la finance. Plus le siècle avançait, plus il dénonçait avec force la mainmise des entreprises étrangères sur les ressources naturelles et la concentration des trusts. Le tableau qu’il brossait de la situation ne semblait guère plus réjouissant qu’à la fin du XIXe siècle. En fait, selon lui, il était pire. Les entreprises vacillaient sous les coups de la concurrence internationale, les petits producteurs et les petits commerçants tombaient un par un faute d’être soutenus, les institutions aux mains des intérêts indigènes périclitaient, et les progrès, quand encore ils existaient, étaient lents et précaires. Or, pour Montpetit, sans richesse matérielle, sans avoirs financiers, sans un minimum de prospérité, il ne saurait y avoir d’épanouissement national possible. Dans un monde industriel et moderne, un peuple pauvre est un peuple déclassé, démuni, sans avenir.

11C’est pourquoi Montpetit ne cessait de le répéter sur toutes les tribunes : « La question nationale est une question économique. » À ceux qui objectaient que le ciel se gagne par le chemin de croix et non par le chemin de fer, qu’au peuple canadien-français avait été confié une autre mission que l’accumulation des richesses matérielles, et que cette mission était la plus glorieuse et la plus honorable, Montpetit rétorquait que la médiocrité, même économique, surtout peut-être économique, ne saurait être un idéal quand se déroule désormais sur la surface de la terre une révolution industrielle dont le résultat historique est de faire de certains peuples des patrons et du reste des prolétaires. Quelle vie spirituelle, demandait-il, saurait fleurir sans appui matériel ? Dans la première livraison de L’Action française, en 1917, Montpetit avait ouvert le numéro par une sorte de manifeste dans lequel il faisait de la réussite économique la première étape « vers la supériorité ». Sans rien céder de son caractère ni de ses qualités de « race », comme on l’écrivait alors, le Canadien français devait investir le domaine financier, commercial et industriel avec la détermination des ancêtres qui défrichaient des territoires vierges et se lançaient à la conquête de l’Amérique.

  • 2 Édouard Montpetit, « Introduction à l’étude de l’économie politique », Mémoires de la Société royal (...)

Nous avons lutté d’abord sur le champ de bataille [...]. Nous avons lutté ensuite à la tribune [...]. Aujourd’hui, le terrain où se continue notre effort a changé d’aspect. [...] La lutte [...] est devenue économique. [...] Et si cette action doit être économique, si elle doit nous porter du côté des intérêts matériels — garantie de notre vie intellectuelle de demain — n’est-ce pas précisément dans la science économique qu’il convient de chercher, au premier chef, les moyens actuels d’assurer notre survivance2 ?

  • 3 Édouard Montpetit, « Six jours à Berkeley », Revue trimestrielle canadienne, vol. 4, mai 1918-1919, (...)

12Montpetit proposait l’instruction comme solution au marasme économique et comme remède au malaise social. Le nœud de l’effort de régénération commençait pour lui à l’école. Lorsque l’Allemagne défaite avait voulu se relever sous Bismarck, elle s’était confiée, affirmait-il, à l’école ; et quand Montpetit avait fait son voyage à l’Université Berkeley, il avait tout de suite remarqué le profond respect dans lequel l’élite universitaire, influencée en cela par l’université allemande, tenait l’école. Mais point n’importe quelle institution d’enseignement ! Point n’importe quelle instruction ! Ce que Montpetit retient de l’expérience des pays prospères, c’est que, mettant la science au service de l’industrie, le savant et l’ingénieur y forment une élite éclairée et rationnelle. Les bibliothèques diffusent les perfectionnements techniques les plus utiles, les dernières inventions des laboratoires ou les dernières formules chimiques. Ces pays ont compris qu’un enseignement technique organisé est le levain nécessaire à la prospérité des peuples. « Plus que jamais la science sera active. [...] Il s’agit ici de la science productrice, mise au service de l’usine, pacifique et féconde. [...] La science se traduira par des activités pratiques ; l’action sera l’application des principes scientifiques. Voilà l’avenir, le seul où l’on puisse espérer vivre et durer3. » La « science pour l’action », n’était-ce pas la devise des Semaines sociales dont l’existence remontait à près d’un quart de siècle en France et dont la formule sera reprise en 1920, sous l’impulsion de Papin-Archambault, l’infatigable jésuite ?

13La reconquête du Canada par les Canadiens français passait donc par le relèvement de l’économie nationale, par l’appropriation de l’industrie et du commerce tombés dans les mains des capitaux étrangers, et donc par la formation d’écoles ayant pour tâche d’affiner les compétences et de pousser la formation professionnelle : écoles techniques, écoles ménagères, instituts agricoles, écoles polytechniques et commerciales, qui toutes remplissaient une fonction incontournable, essentielle à la « survie de la race ».

14Après la Grande Guerre, Montpetit soulignait que ces écoles mériteraient d’être complétées par une École des sciences sociales. L’objectif demeurait le même : la formation de sociologues, travailleurs sociaux, hygiénistes, économistes, journalistes, etc., lancés à la conquête de l’économique nationale et œuvrant à son organisation. Aux yeux de Montpetit, l’économie sociale, dans le sens très large que nous avons évoqué, permettait de former une élite, de lui donner des notions de civisme et d’éclairer l’action sociale, non pas dans le sens d’une action purement technique ou technocratique, non pas dans une optique seulement gestionnaire et opératoire, mais en ce qui a trait à ta science autant qu’au civisme. Pour lui, l’École des sciences sociales devait être un foyer où élaborer une sagesse, idéalement catholique et française, plus encore qu’un centre où entreprendre des recherches empiriques sur le milieu.

15La recherche d’une doctrine par Montpetit s’insère dans cette idée d’une science sur laquelle prime toujours la conscience, et dans ce cas-ci la conscience nationale. L’École des sciences sociales, économiques et politiques de Montréal avait dans son esprit le double mandat de faire acquérir des notions utiles et spécialisées et d’inculquer aux étudiants l’importance du bien commun, ou encore de les instruire des méthodes de la science et de tremper leur caractère. Montpetit n’a pas non plus poussé beaucoup la spécialisation de l’enseignement. Il serait juste de dire qu’il s’en méfiait, à une époque où la spécialisation n’avait pas fait le centième des progrès qu’elle a accomplis depuis.

Présentation du texte

16Mil neuf cent vingt est l’année de la fondation de l’École des sciences sociales, économiques et politiques de l’Université de Montréal, la même année où cette dernière reçoit son autonomie de l’Université Laval. Les autorités religieuses ont pensé que l’École pourrait servir de relais et de soutien aux Semaines sociales dont Papin-Archambault vient d’importer de France la formule. Montpetit voit grand. Il s’attend à un enseignement qui puisse répondre à la triple exigence nationale, civique et professionnelle, soit favoriser le relèvement de la nation, former des citoyens et éduquer une nouvelle classe d’experts. L’Université de Montréal sera toutefois en butte à toutes sortes de difficultés financières jusqu’à la Seconde Guerre mondiale et ne pourra jamais remplir pleinement ce programme. Le rêve, caressé par Montpetit, de s’inspirer du modèle mis à l’honneur par l’Allemagne de Bismark et de brancher les universités sur le développement économique et l’œuvre sociale ne se concrétisera par conséquent qu’à moitié.

Bibliographie

Principales publications

« À quoi bon l’économie politique », Revue canadienne, vol. 10, juillet-décembre 1912, p. 137-144.

« L’objet, l’intérêt et la méthode de l’économie politique », Revue trimestrielle canadienne, vol. 1, février 1916, p. 299-318.

« La valeur pratique de la doctrine sociale catholique », Revue trimestrielle canadienne, septembre 1928, p. 248-262.

Notes

1 Jules Fournier, L’Action, 23 octobre 1915.

2 Édouard Montpetit, « Introduction à l’étude de l’économie politique », Mémoires de la Société royale du Canada, section 1, mai 1916, p. 407-408.

3 Édouard Montpetit, « Six jours à Berkeley », Revue trimestrielle canadienne, vol. 4, mai 1918-1919, p. 19.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540