Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et valeurs

1. Léon Gérin (1863-1951)

Texte intégral

Éléments biographiques

1Petit-fils du publiciste Étienne Parent, neveu de l’historien Benjamin Suite, fils du romancier Antoine Gérin-Lajoie, condisciple au collège de l’essayiste Edmond de Nevers, collègue de l’économiste Errol Bouchette, Léon Gérin pouvait s’enorgueillir d’être brillamment entouré. Son œuvre est d’ailleurs à la convergence de ces multiples influences, parfois contradictoires.

2Le désœuvrement de la jeunesse canadienne-française du XIXe siècle, entassée dans des carrières libérales sans avenir, condamnée à une misère quotidienne et aux jeux stériles de la politique, a fait l’objet de nombreux romans à l’époque. Il ne faut donc pas s’étonner si Gérin, attiré tôt par les discussions intellectuelles, rêve de partir en Europe, sitôt terminées ses études de droit. Il est à Paris en 1886. Son premier geste, lui qui se passionne depuis le collège pour la botanique et la zoologie, est de s’inscrire au Musée d’histoire naturelle. Quelques semaines plus tard, au hasard de ses promenades, il tombe sur l’annonce d’un cours donné par un professeur dont le nom lui est inconnu. Edmond Demolins — puisque c'est de lui qu’il s’agit — faisait porter ses conférences sur la « Constitution des pays qui tirent leurs principales ressources des exploitations agricoles, forestières et minières ». Il n’en fallait pas plus pour intéresser le jeune Canadien, qui décide de s’inscrire.

  • 1 Léon Gérin, « Aperçu d’un enseignement de la science sociale », La Science sociale, no 52, avril 19 (...)

3Sans le savoir, Gérin venait de découvrir l’un des deux plus importants organisateurs d’une branche dissidente de l’école de la paix sociale, fondée par Frédéric Le Play. Lui qui avait un faible pour la botanique, il trouve dans ce cercle (appelé École de la science sociale) une méthode basée sur une nomenclature des faits sociaux. « De mon incursion sur le terrain des sciences naturelles, il m’était resté au moins le goût de l’étude méthodique de phénomènes concrets ; [...] je me surprenais parfois dans ma chambre d’étudiant, rue des Poitevins, tentant de refaire exactement sur le modèle des nomenclatures adoptées pour les sciences de la nature l’admirable classification des faits sociaux élaborée par H. de Tourville1. » Dans les lettres que Gérin envoie à son frère, il parle avec beaucoup d’enthousiasme de sa découverte d’une science occupée d’abord par les faits concrets et appuyée sur des enquêtes monographiques. Il rêve d’en faire connaître les enseignements à son retour au pays. Demolins, Tourville, Philippe Champault et Prosper Prieur l’encouragent dans cette voie.

  • 2 Léon Gérin, Le type économique et social des Canadiens, Montréal, Fides, 1948, p. 193.

4Revenu au Canada en 1887, il refuse de se lancer dans une carrière d’avocat, préférant occuper un poste dans la fonction publique fédérale. Ce travail lui laisse de nombreux loisirs qu’il occupe en poursuivant des études sociales. Il lui semble que de nombreux défis se pressent au devant du peuple canadien-français et que, par conséquent, l’étude des phénomènes sociaux constitue d’emblée une œuvre patriotique. « Oui, se promet-il en ces années, à tout risque je combattrais à côté de mes frères, et je débrouillerais pour mon compte ce mystère de notre éducation nationale2. » Dès 1891, il fait paraître ses premiers articles sur l’histoire de la Nouvelle-France ; à partir de 1897, il publie des études sur l’éducation au Canada et, en 1898, il met sous presse sa plus célèbre monographie, consacrée à l’habitant de Saint-Justin. En lisant ces articles, le lecteur d’aujourd’hui est impressionné par la volonté de rigueur. Gérin veut être un savant, avec ce que cela suppose de méthode, de minutieuses observations et de classifications précises.

  • 3 Léon Gérin, Antoine Gérin-Lajoie, Montréal, Éditions du Devoir, 1925, p. 321.

5D’une certaine manière, Gérin a suivi les traces du héros du roman de son père. À l’instar de Jean Rivard, il a acheté une ferme dans les Cantons de l’Est afin de se lancer dans le défrichement et la culture, après les travaux parlementaires de l’hiver. C’est pourquoi l’on trouve dans sa bibliographie des articles sur « la maturation du fromage à basse température », « notre industrie ovine » ou « l’Association canadienne des producteurs de semences et le cultivateur ». Sans cesse, Gérin a tenté de favoriser le développement socioéconomique de la nation canadienne-française, mais en adhérant au programme de colonisation de son époque. Il serait facile de dire de lui ce qu’il disait de son père : « Il a prêché le respect du passé et de la tradition, tout en prônant l’initiative privée et le progrès des méthodes. Il a été religieux sans fanatisme, patriote sans chauvinisme3. » Gérin est de la trempe des libéraux progressifs de la fin du XIXe siècle qui proposaient la modernisation tout en croyant devoir peu sacrifier des traditions anciennes et des habitudes du cœur.

6En 1905, Errol Bouchette fondait un cercle d’étude pour contribuer à l’approfondissement et à la diffusion de la méthode et de la pensée de l’École de la science sociale. C’est là, devant ce public dilettante, que Gérin vulgarise la méthode leplaysienne et apporte quelques modifications à la nomenclature de Tourville. Il écrit pour l’occasion une longue présentation de la science sociale, dont il publiera une première tranche dans la revue de l’École de la science sociale. L’approbation enthousiaste de Champault ne doit pas cacher l’irritation de plusieurs disciples français qui ne voient pas d’un bon œil un Canadien toucher à l’œuvre du maître. Après 1914, exaspéré peut-être par un débat avec P. Descamps dans les pages de la revue Science sociale, Gérin concentrera ses articles dans des revues canadiennes. Après la Première Guerre mondiale, l’École de la science sociale est de toute façon en pleine décadence.

7Vers la fin de sa carrière, Édouard Montpetit le presse de réunir en livres ses principaux articles. Le résultat de ses efforts paraît en 1937 : Le type économique et social des Canadiens. Milieux agricoles de tradition française, puis, en 1946, Aux sources de notre histoire. Les conditions économiques et sociales de la colonisation française en Nouvelle-France. Le premier ouvrage présente cinq milieux sociaux associés à cinq milieux géographiques : le colonisateur de Saint-Irénée, l’habitant de Saint-Justin, le cultivateur progressiste de Saint-Dominique, l’émigrant déraciné, l’exploitant émancipé du vallon de Coaticook. Le second ouvrage retrace le développement de la colonie de la Nouvelle-France en insistant sur les principaux personnages de cette histoire : le pieux curé, le marchand volatile, l’aristocrate parasitaire, le fonctionnaire paresseux et l’habitant, pierre angulaire de la colonie.

8Gérin n’a jamais été invité à enseigner dans une université québécoise, sauf dans le cadre de quelques cours à l’Institut du Bon-Pasteur organisés par sa nièce, Marie Gérin-Lajoie. Son œuvre était toutefois connue et reconnue à l’École des sciences sociales, économiques et politiques de l’Université de Montréal, et davantage encore à l’École des sciences sociales de l’Université Laval. Le premier, il avait tâté de la sociologie. En fondateur, il avait voulu pratiquer cette science avec méthode dans plusieurs champs d’étude (milieux campagnards, analyse biographique, histoire, peuples amérindiens, etc.), mais aussi préciser les frontières et les postulats de cette science nouvelle.

Introduction à l’œuvre

9Il n’est pas facile de résumer la production imposante de Léon Gérin. Elle touche aussi bien aux techniques agricoles, à la réforme scolaire, aux milieux sociaux, à l’histoire canadienne, à la méthode sociologique qu’à la traduction. Pour les besoins d’une présentation sommaire, il importe d’insister sur trois aspects de son enseignement : la méthode monographique, l’éducation et le type de la famille particulariste, la colonisation.

10Gérin est l’héritier de l’œuvre de Le Play (1806-1882). La pensée de ce dernier s’inscrit dans le courant du catholicisme social de tendance conservatrice. Au niveau des idées, son œuvre s’articule autour de la propriété, de la famille et de la religion. Sur le plan de la méthode, sa formation d’ingénieur et le scientisme du XIXe siècle l’incitèrent à asseoir son école de sociologie sur une base vraiment positive. Il entreprit ainsi de grandes enquêtes monographiques à travers l’Europe, pour lesquelles il est encore connu aujourd’hui.

11Tourville a systématisé la méthode monographique de son maître. Comme lui, il croit que la monographie doit s’intéresser d’abord à la famille, cellule de la société, et, entre toutes les familles, à la famille ouvrière, notion par laquelle Le Play entend la famille productrice, rurale, artisanale ou prolétaire, c’est-à-dire non aristocratique et non bourgeoise. Comme lui, il croit que pour connaître les familles, il suffit d’en connaître bien une seule, le botaniste n’ayant pas à étudier toutes les fleurs d’une même famille pour connaître une espèce, mais une seule fleur typique. Cependant, en rupture avec Le Play sur ce point, Tourville abandonne le relevé du budget familial, l’inventaire des biens et le mode de transmission du patrimoine afin de se concentrer sur l’analyse du type d’éducation. Les familles du monde entier seront désormais classées en trois types fondamentaux : la famille de type communautaire (avec la variante de type quasi communautaire), la famille de type ébranlé et la famille de type particulariste. Dans le premier type de famille, le groupe écrase l’individu et empêche les talents personnels de se déployer librement ; dans le deuxième, les liens sont désorganisés et les enfants sont pour ainsi dire abandonnés à eux-mêmes ; dans le troisième, l’initiative individuelle est valorisée et les enfants sont incités à faire preuve de volonté et de caractère. Enfin, complétant la méthode lâche et intuitive utilisée par Le Play, Tourville élabore une grille d’analyse en sociologie, sa célèbre nomenclature des phénomènes sociaux.

12Les cadres de recherche de Gérin sont en général ceux de Tourville. Ses premiers écrits suivent patiemment et minutieusement la grille d’analyse de l’École de la science sociale. Lorsqu’il compare cette école à toutes les autres en vogue à son époque (celles de Durkheim, de Tarde, de Simmel, etc.), il n’en voit pas de plus exacte, de plus achevée, ni de plus positive. Cependant, il croit nécessaire de resserrer les analyses de celle-ci autour du phénomène élémentaire et pourtant général du groupement humain. Pour lui, la définition de la sociologie (notons que le terme de « sociologie » est boudé par Gérin, car il lui paraît trop associé à la philosophie comtienne) se ramène à cette formule : « science des groupements humains ». L’on reconnaît un groupement distinct et indépendant à ce qu’il remplit une fonction dans l’ordre social.

13Pour étudier le groupement, nul procédé d’observation ne saurait remplacer la monographie. L’examen précis et rigoureux de la réalité sociale empêchera la sociologie de devenir un « canton de la théologie » et lui évitera de succomber aux idées préconçues. La tâche est délicate. Il faut d’abord savoir choisir avec soin l’échantillon représentatif et s’aider au besoin des renseignements d’un informateur sûr, par exemple le curé du village. Il faut savoir généraliser du plus simple au plus complexe sans négliger aucun élément. Par bonheur, le sociologue est aidé en cela par la nomenclature de Tourville, que Gérin va progressivement remanier pour la rendre plus logique et plus pédagogique, en la basant exclusivement sur les groupements humains (famille, atelier, commerce, école, église, voisinage...). Il serait difficile ici d’exposer en détail une grille d’analyse fort complexe. Disons seulement que l’analyse de chaque groupement devait passer par une « clef analytique », invention que Gérin disait avoir faite à la suite de la lecture des travaux de Tourville et qui peut aussi avoir surgi de sa passion pour la botanique. Chaque groupement devait être étudié sous l’angle de son personnel, de sa fonction, de ses moyens d’existence, de son mode d’existence, de ses phases d’existence et de ses relations avec les autres groupements.

14La question des moyens d’existence est particulièrement importante dans l’œuvre de Gérin. Sans faire du lieu une détermination directe et irréductible du groupement, il est clair qu’il lui accorde une influence prépondérante. Le type de sol et de lieu détermine le type de travail, qui influence le type de famille, qui lui-même renvoie au type d’éducation. Tout est par conséquent lié dans l’œuvre de Gérin, et si l’homme peut encore se déprendre du milieu et lui échapper, il reste que ce ne saurait être qu’avec effort.

15L’éducation forme le second aspect incontournable de cette œuvre. À l’époque où Gérin écrivait, cette question enflammait tous les esprits. Les cercles conservateurs et cléricaux craignaient une loi sur l’école obligatoire et l’ingérence de l’État ; les cercles libéraux critiquaient le taux inimaginable d’analphabétisme et l’ingérence de l’Église. Dans une société apparemment bloquée politiquement et conçue comme devant se reproduire dans l’ordre de la culture (foi, droits, traditions, langue), l’éducation prenait une importance primordiale. Gérin allait y investir tous les espoirs d’une modernisation du Canada français.

16Vers la fin du XIXe siècle, les intellectuels s’émeuvent de la situation inquiétante de la nation. C’est Bouchette qui écrit que l’avenir est assombri par « une nuée de mauvais présages ». C’est Nevers pour qui les derniers vingt-cinq ans représentent pour son peuple une série de défaites. C’est Gérin enfin qui lance un cri d’alarme et qui annonce qu’une crise sociale, amorcée il y a un demi-siècle, atteint son point culminant. Le mouvement de « complication sociale » s’accélérant, l’évolution des sociétés humaines menace la survie de la nation canadienne-française. La petite production domestique fait place à la grande industrie, le travail manuel au machinisme, le traîneau ou la calèche au chemin de fer, la politique régionale à l’administration nationale de la chose publique. Le travail des champs ne peut plus se faire selon les routines de jadis, mais il doit être adapté aux techniques nouvelles ; le travail en usine doit suivre les méthodes modernes et le commerce local doit savoir s’ajuster au mouvement du commerce international. L’exode massif des Canadiens vers les grands centres industriels de la Nouvelle-Angleterre n’est-il pas là pour prouver que sans un solide coup de barre, il sera peut-être bientôt trop tard pour assurer l’avenir de la nation perdue au milieu d’un continent en pleine révolution industrielle ?

17Mais le danger ne s’arrête pas là. Il en est un plus grand, plus décisif encore. Le peuple canadien-français doit soutenir désormais la concurrence de la nation anglosaxonne, mieux adaptée, si on en croit Gérin, au contexte social et économique nouveau.

  • 4 Léon Gérin, « L’avenir des Canadiens français », Le Nationaliste, 24 septembre 1905, p. 1.

Autre circonstance qui ajoute à la difficulté de la situation : la différence de langue, de religion, et plus que tout le reste, peut-être, la différence de formation sociale, nous tiennent à l’écart des Canadiens anglais ; et comme ce sont eux qui tirent de beaucoup le meilleur parti des puissants moyens d’action mis à la portée de tous par le nouveau régime social, il s’ensuit que les bienfaits de ce régime profitent surtout à eux, et même, à certains égards, se retournent contre nous4.

18Contre ceux qui croient le salut de la nation assuré par un repli vers les traditions ancestrales, le conseil pressant du sociologue tombe, sans appel : « Il semble bien que la seule solution raisonnable et satisfaisante soit l’adaptation rapide et complète des Canadiens français aux conditions du régime moderne, tout différent de l’ancien. » Ce qui signifie désengorger les carrières libérales et désinvestir l’arène politique pour tourner les énergies nationales vers l’agriculture moderne, l’industrie et le commerce.

19Cependant, prendre fait et cause pour le progrès ne suffira pas à créer, comme par enchantement, les conditions d’un relèvement économique. À l’évidence, d’autres actions doivent suivre.

20Les réformes proposées se regroupent essentiellement autour des questions scolaires et culturelles, quoique, de façon marginale, Gérin propose aussi quelques vagues réformes économiques. Au chapitre des réformes scolaires, il fait une place particulière à un enseignement à caractère pratique. Il est très dur envers la formation des collèges classiques qu’il a subie et qui ne lui inspire guère de respect. Au lieu d’inciter à la recherche et à l’autonomie, cette formation comprime les volontés et s’obstine à inculquer des rudiments de grec et d’histoire biblique quand il faudrait insister davantage sur le calcul et (a géométrie. Dans les écoles primaires, le personnel enseignant, pour la plupart des religieux, élève la notion d’autorité au niveau du sacré, se méfie des avancées de la science et succombe aux séductions des abstractions vides et stériles. Quelle différence entre elles et les écoles tenues par un personnel anglais ! Ici une insistance particulière sur la débrouillardise et les techniques ; là, une apathie générale noyée dans un esprit de routine.

21La seconde réforme que Gérin espère entreprendre est celle des mentalités. Car pour lui, l’instruction constitue avant tout un reflet des conditions culturelles, et non la cause de l’ordre social. Telle est la mentalité des habitants d’un pays, telle sera leur école, tels seront leur travail, leur politique, leur manière de pratiquer leur religion, etc. L’école n’est pas la fabrique de la nation, c’est l’école au contraire qui épouse naturellement le caractère du milieu social.

22La meilleure manière de définir ce milieu est d’étudier le type de famille qui y prédomine. Chez les Canadiens français la famille communautaire (ou quasi communautaire) est à l’honneur, alors que chez les Canadiens anglais et les Américains, c’est la famille particulariste. Pour Gérin, cette situation explique la situation économiquement inférieure du groupe canadien-français. Les familles de type particulariste favorisent l’éveil de l’enfant. Sans le laisser à lui-même, elles lui apprennent à compter d’abord sur soi, à entreprendre des projets audacieux, à faire preuve de détermination. Comme elles développent l’initiative individuelle, elles mettent au cœur de l’enfant le plus bel enseignement que pourrait jamais offrir la meilleure école. Une fois parvenu à la vie active, le jeune homme n’hésite pas à utiliser une machinerie nouvelle s’il est agriculteur, à lancer des produits nouveaux sur le marché s’il est commerçant ou à adapter la méthode de fabrication de ses produits s’il est industriel. Les enfants des familles de type communautaire adoptent une attitude plus lâche et un comportement moins énergique. Gérin rappelle comment, alors qu’il fréquentait une école primaire bilingue dans la région d’Ottawa, il avait été fort étonné de l’indolence de ses camarades de langue française en comparaison avec la vigueur déployée par ceux de langue anglaise. Il y trouvait la confirmation de la théorie de Demolins qui avait publié en 1898 à ce sujet un ouvrage ayant fait quelque bruit : À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ? Comme son maître, Gérin proposait ni plus ni moins que la substitution de la formation particulariste à la formation communautaire.

23Dans la lutte pour l’existence que se livrent les nations à la surface du globe, survivront celles-là qui auront su passer à un état social supérieur. Autant dire qu’elles survivront à la condition d’adopter l’éducation familiale (à ne pas confondre avec l’instruction scolaire) propre aux peuples anglosaxons.

  • 5 Léon Gérin, « La vulgarisation de la science sociale chez les Canadiens français », Mémoires de la (...)

S’il est une vérité que l’observation met plus particulièrement en lumière, c’est que la valeur des groupements sociaux est en raison directe du développement de l’initiative chez les particuliers qui les composent. S’il est un fait notoire de l’époque contemporaine, c’est la stagnation et l’effacement des sociétés de type communautaire [...] devant les sociétés de type particulariste [...]. C’est dans le sens particulariste, et non pas dans le sens communautaire, que les peuples de l’univers entier évoluent, les uns rapidement, les autres lentement. C’est dans le sens particulariste que la Providence pousse l’humanité. C’est donc dans le sens particulariste que devra s’exercer l’action de ces cercles de science sociale. Elle ne saurait être féconde qu’à cette condition5.

24Ses injonctions, empreintes de la théorie du darwinisme social qui battait son plein, traçaient un programme ambitieux. Il est déjà difficile de mettre en branle des réformes des structures économiques sans avoir à révolutionner les traditions des familles.

25Gérin avait pourtant un modèle concret à proposer. Dans Jean Rivard, son père n’avait-il pas déjà tracé le portrait d’un Canadien français américanisé ? Il y avait là une leçon que son fils sera prompt à reprendre à son compte. Pour assurer la « survie de la race », il faudra métisser la « race » ; pour résister à l’Anglais, il faudra le devenir ; pour assurer les traditions, il faudra s’en délester. Sinon les Canadiens français risquent de déchoir comme peuple et de croupir bientôt dans l’indigence. La conservation de la nation supposait l’évolution vers un type social supérieur. Telle était du moins la loi de l’humanité dégagée par les disciples de l’École de la science sociale.

26En faveur de la modernisation du Canada français, Gérin reste plus proche du cri Emparons-nous du soi /que du cri Emparons-nous de l'industrie ! Par le terme industrie, il semble la plupart du temps vouloir désigner l’industrie agricole. Dernière caractéristique de son œuvre, Gérin fut en son genre un grand avocat de la colonisation. Lui-même gentleman-farmer dans les Cantons de l’Est, il croyait que l’habitant représentait ta pierre d’assise de la société canadienne-française, le socle sur lequel bâtir l’avenir. Une bonne partie de son œuvre écrite est d’ailleurs occupée par des questions très techniques à propos de la conservation des aliments ou de l’ensemencement des champs. Quant au reste de son œuvre, souvent, elle respire la beauté et la majesté de la vie campagnarde.

27À la fin du XIXe siècle, l’action d’un curé Labelle ou les discours d’Edmond de Nevers s’acharnaient à convaincre d’une nécessaire colonisation des territoires inoccupés de la province, en même temps que d’une rénovation des techniques désuètes de culture du sol. Gérin tenait un discours qui ne l’éloignait ni de l’un ni de l’autre. Encore en 1939, il pouvait écrire :

  • 6 Léon Gérin, « La paroisse rurale », L’Action nationale, vol. 14, décembre 1939, p. 226 et p. 213.

Pour conclure, la Paroisse canadienne, à la lueur blafarde des premières réverbérations de la guerre actuelle, élève sur les ruines accumulées tout autour de nous par les ambitions et les convoitises des puissants de (a terre, les flèches de ses clochers qui chantent et scintillent dans l’horizon infini. Oui, la Paroisse rurale du Canada français renferme dans le trésor de ses reliques un élixir merveilleux, gage de pérennité pour le groupe vivant et progressant sous la sauvegarde de sa maternelle sollicitude6.

28Il est possible en conclusion de lier les figures du frère Marie-Victorin et de Léon Gérin. Tous deux pratiquant leur science en dilettante, tous deux concevant leur science comme une « petite science » (faite d’observation, de description et de classification), tous deux convaincus de la nécessité d’un progrès économique et soucieux de faire servir leur savoir à une entreprise de rénovation nationale, l’un et l’autre ont réussi à hisser leur science à un niveau de maturité et de rigueur qui est, à tous les points de vue, remarquable.

Présentation du texte

  • 7 Fernand Rinfret, « M. Léon Gérin et la science sociale. I », L’Avenir du Nord, 19 octobre 1906, p.  (...)

29Le texte qui suit a été écrit pour servir de présentation pédagogique de la science sociale aux membres du cercle d’étude fondé par Bouchette en 1905. Fernand Rinfret, un habitué de ce cercle promis à devenir sénateur libéral et professeur de journalisme à l’École des sciences sociales, économiques et politiques de Montréal, écrivait que ce texte était écrit dans un style « attrayant et accessible ». Et il finissait sa présentation par ces mots : « Le travail de M. Gérin, et plus encore la méthode dont il veut hâter la vulgarisation, se recommandent à tous ceux qui désirent sincèrement l’avancement social et la supériorité des Canadiens français. [...] Gardons du passé ce qu’il nous a légué de bon, mais apprenons à mieux profiter de l’avenir ; et la science sociale nous y aidera7. » Il faut dire que le texte que l’on va lire est un exemple clair de la maîtrise avec laquelle Gérin maniait les concepts de la science sociale pour la mettre au service de sa nationalité. Science positive, la sociologie n’en était pas moins une science engagée. Sur l’échelle de l’évolution de l’humanité, le Canada français occupait un échelon inférieur à celui sur lequel s’était hissé le peuple anglo-saxon, et seule une réforme d’envergure, dont la science sociale avait la clef, pouvait le faire passer à un type d’organisation sociale supérieur parce que en communion avec les valeurs d’initiative et d’entreprise que réclamait l’âge technique et industriel.

Bibliographie

Principales publications

« L’habitant de Saint-Justin », Mémoires de la Société royale du Canada, vol. 4, section 1,1898, p. 139-216.

« La vulgarisation de la science sociale chez les Canadiens français », Mémoires de la Société royale du Canada, 2e série, vol. 11, 1905, p. 67-87.

Le type économique et social des Canadiens. Milieux agricoles de tradition française, Montréal, Éditions de AQCF, 1937.

Aux sources de notre histoire. Les conditions économiques et sociales de la colonisation en Nouvelle-France, Montréal, Fides, 1946.

Notes

1 Léon Gérin, « Aperçu d’un enseignement de la science sociale », La Science sociale, no 52, avril 1912, p. 6.

2 Léon Gérin, Le type économique et social des Canadiens, Montréal, Fides, 1948, p. 193.

3 Léon Gérin, Antoine Gérin-Lajoie, Montréal, Éditions du Devoir, 1925, p. 321.

4 Léon Gérin, « L’avenir des Canadiens français », Le Nationaliste, 24 septembre 1905, p. 1.

5 Léon Gérin, « La vulgarisation de la science sociale chez les Canadiens français », Mémoires de la Société royale du Canada, 2e série, vol. 11,1905, p. 82-83.

6 Léon Gérin, « La paroisse rurale », L’Action nationale, vol. 14, décembre 1939, p. 226 et p. 213.

7 Fernand Rinfret, « M. Léon Gérin et la science sociale. I », L’Avenir du Nord, 19 octobre 1906, p. 1-2 ; « II », 26 octobre 1906, p. 1-2 ; « III », 2 novembre 1906, p. 1.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540