Version classiqueVersion mobile

Parole d'historiens

Indications biographiques

Texte intégral

Réal Bélanger (1943-)
Professeur à l’Université Laval, il s’intéresse surtout à l’histoire sociopolitique du Canada et du Québec. Codirecteur du Dictionnaire biographique du Canada, sa biographie sur Wilfrid Laurier : Quand la politique devient passion (1987) compte parmi ses recherches les plus importantes.

Gérard Bouchard (1943-)
Sociologue et historien, il s’intéresse à l’histoire sociale du Saguenay-Lac-Saint-Jean et à la construction des imaginaires collectifs. Professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi depuis 1971, il est le fondateur de l’Institut interuniversitaire de recherche sur les populations. Auteur prolifique, il a publié plusieurs ouvrages importants durant la dernière décennie, dont Quelques Arpents d’Amérique (1996), Genèse des nations et des cultures du Nouveau Monde (2000) et La pensée impuissante (2004).

Michel Brunet (1917-1985)
Il obtient sa maîtrise en histoire à l’Université de Montréal (1941) et son doctorat à l’Université Clark du Massachusetts (1949). Professeur à l’Université de Montréal, défenseur des thèses de son collègue Maurice Séguin sur la Conquête anglaise, il publie Les Canadiens après la Conquête (1969) ainsi que quelques ouvrages qui regroupent plusieurs études et essais sur divers thèmes.

Henri-Raymond Casgrain (1831-1904)
Ordonné prêtre en 1856, il est d’abord enseignant puis se consacre à son ministère dans la région de Québec jusqu’en 1872. Animateur hors pair de la vie littéraire et intellectuelle canadienne-française, il participe à la création des Soirées canadiennes et du Foyer canadien, deux revues qui souhaitent donner plus de vigueur à la littérature canadienne. À la fois conteur, biographe, poète, historien et critique littéraire, on lui doit de nombreux articles et livres qui exaltent le courage des bâtisseurs de la nation. En 1877, l’Université Laval lui remet un doctorat honorifique en droit. Membre fondateur de la Société royale du Canada, il est élu président en 1889.

Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1682-1761)
Jésuite français qui se consacre à l’histoire du Nouveau Monde et du Japon. En 1720, chargé de faire la lumière sur l’existence de la « mer de l’Ouest », il fait un voyage de deux ans et demi en Amérique du Nord, Au cours de ce voyage, il consigne dans un Journal les observations qui serviront plus tard à la rédaction d’une de ses plus grandes œuvres : Histoire et description générale de la Nouvelle France (1744).

Thomas Chapais (1858-1946)
Fils de Jean-Charles Chapais, il obtient un doctorat ès lettres de l’Université Laval en 1898. Secrétaire particulier du lieutenant-gouverneur du Québec de 1879 à 1884, rédacteur en chef du Courrier du Canada jusqu’en 1901, professeur d’histoire à l’Université Laval de 1907 à 1934, il est actif également sur la scène politique fédérale et municipale, en plus de publier plusieurs ouvrages sur la Nouvelle-France et une synthèse sur le Régime britannique intitulée Cours d’histoire du Canada.

Louise Dechêne (1932-2000)
Après des études en histoire à l’Université Laval, elle devient archiviste à Paris avant de revenir au Québec où elle enseigne à l’Université McGill. Spécialiste du Régime français, sa thèse de doctorat, inspirée par l’École des Annales, soutenue à l’Université de Paris en 1973 et publiée l’année suivante sous le titre de Habitants et marchands de Montréal au XVIIe siècle, est considérée comme un classique de l’historiographie québécoise.

Léo-Paul Desrosiers (1896-1967)
Diplômé en droit de l’Université de Montréal (1919), membre fondateur de l’Académie canadienne-française, il est d’abord journaliste au Devoir (1920-1922) puis fonctionnaire fédéral (1928-1941). Romancier épris d’histoire canadienne-française, historien et ethnologue, il publie, entre autres, Les Engagés du grand portage (1938) et travaille à une vaste enquête sur l’Iroquoisie qui sera publiée après sa mort.

Alfred Dubuc (1929-)
Économiste et docteur en histoire de l’École pratique des Hautes Études de Paris (1969), il se spécialise dans l’histoire socio-économique du Canada et du Québec contemporain. Professeur à l’Université du Québec à Montréal (1969 à 1997), il collabore à l’ouvrage Données sur le Québec (1970).

Micheline Dumont (1935-)
Professeure d’histoire à l’Université de Sherbrooke (1970 à 1999). À la suite de sa participation aux travaux de la Commission royale d’enquête sur la situation de la femme (1968), elle consacre ses recherches à l’histoire des femmes au Québec. Reconnue comme une pionnière en ce domaine, elle participe notamment à l’ouvrage-synthèse Le Collectif Clio. L’Histoire des femmes au Québec depuis quatre siècles (1982) et a notamment publié Découvrir la mémoire des femmes (2001).

René Durocher (1938-)
Professeur à l’Université de Montréal, ses intérêts le portent vers l’histoire politique et intellectuelle du Québec contemporain. En collaboration avec Paul-André Linteau, il publie Le retard du Québec (1971) et Histoire du Québec contemporain (1979). Il a été directeur de recherche à l’Université de Montréal et il est actuellement directeur général du Programme des chaires de recherche du Canada.

Nadia Fahmy-Eid (1936-)
Née en Égypte, elle immigre au Canada en 1960 et fait des études en sciences infirmières à l’Université Laval avant d’y soutenir une thèse de doctorat en histoire. Professeure à l’Université du Québec à Montréal (de 1969 à 1998), elle se spécialise dans l’histoire de l’éducation des filles, des professions féminines et de l’idéologie ultramontaine. Elle a publié Le clergé et le pouvoir politique au Québec (1978) et coécrit Les Couventines (1986).

Jean-Marie Fecteau (1949-)
Docteur en histoire de l’Université de Paris VII (1983), il enseigne à l’Université du Québec à Montréal depuis 1984. Il est un cofondateur du Centre d’histoire des régulations sociales et membre fondateur de l’Association québécoise d’histoire politique. Auteur de La liberté du pauvre (2004), il s’intéresse particulièrement au discours libéral sur la marginalité et l’État.

Guy Frégault (1918-1977)
Après avoir étudié à l’Université Laval, il poursuit des études doctorales à l’Université Loyola de Chicago (1949). Professeur d’histoire à l’Université de Montréal, il adopte les thèses de Maurice Séguin sur les effets jugés catastrophiques de la Conquête. Spécialiste du XVIIIe siècle canadien, il publie plusieurs ouvrages importants dont La guerre de la Conquête (1955). Il sera également le premier sous-ministre aux Affaires culturelles du Québec pendant la Révolution tranquille.

Nicole Gagnon (1938-)
Professeure de sociologie à l’Université Laval. Spécialiste en histoire des idées, exégète de la pensée et de l’œuvre de Fernand Dumont, elle est coauteure de L’homme historien (1979) et de l’Histoire du catholicisme québécois (1984).

Serge Gagnon (1939-)
Docteur en histoire de l’Université Laval (1975). Professeur à l’Université d’Ottawa, il termine sa carrière à l’Université du Québec à Trois-Rivières comme chercheur au Centre interuniversitaire d’études québécoises. Ses travaux vont d’abord porter sur l’historiographie québécoise et l’épistémologie puis sur l’histoire des mentalités au Québec à laquelle il va consacrer une ambitieuse trilogie. Il est notamment l’auteur de Le Québec et ses historiens 1840-1920 (1978) et de Man and his Fast (1982).

François-Xavier Garneau (1809-1866)
Notaire de formation, historien autodidacte et poète, il est greffier à l’hôtel de ville de Québec à partir de 1844. De 1840 jusqu’à sa mort, il se dévoue principalement à l’écriture d’une Histoire du Canada, dont le premier tome est publié en 1845. Son œuvre lui attire parfois les critiques du clergé, mais les Canadiens français le reconnaissent comme leur premier véritable « historien national ».

Lionel Groulx (1878-1967)
Ordonné prêtre en 1903, intellectuel engagé, figure de proue du mouvement nationaliste, ses travaux portent sur les questions religieuses, nationales, politiques et sociales. Il multiplie articles, brochures, ouvrages et conférences. Professeur d’histoire à l’Université de Montréal de 1915 à 1949, il fonde l'Institut d’histoire de l’Amérique française (1946), la Revue d’histoire de l’Amérique française (1947) et publie, notamment, L’enseignement du français au Canada (1931, 1935) et Le Canada français missionnaire (1962).

Jean Hamelin (1931-1998)
Après avoir obtenu une licence en histoire à l’Université Laval (1954), il poursuit ses études à l’École pratique des Hautes Études, en France, où il obtint son Diplôme d’Études supérieures (1957). De retour au Québec, il enseigne à l’Université Laval jusqu’en 1993. Son premier livre, Économie et société en Nouvelle-France (1960), marque un renouveau dans l’étude du régime français. Il est aussi l’auteur de l'Histoire économique et sociale du Québec : 1851-1896 (1971).

Michèle Jean (1937-)
Cofondatrice, avec Nicole Brossard, du périodique Les têtes de pioches (1976-1979) consacré à l’histoire des femmes, elle possède une maîtrise en histoire de l’Université de Montréal (1975). Après avoir été responsable de l’éducation des adultes au cégep du Bois-de-Boulogne, elle fait carrière dans la haute fonction publique fédérale et devient sous-ministre à la santé. Docteure en droit depuis 1995, elle est élue présidente du Comité international de bioéthique pour l’UNESCO en 2002.

Benoît Lacroix (1915-)
Détenteur d’un doctorat en sciences médiévales du Pontifical Institute of Medieval Studies de Toronto (1951), ce dominicain fut un membre actif de l’Institut d’études médiévales de l’Université de Montréal jusqu’en 1980. En 1968, il fonde le Centre d’études des religions populaires. Pour lui, Moyen Âge et Canada français ne sont pas étrangers, le premier survivant dans le Canada français religieux et populaire. Auteur prolifique, il a publié des éditions critiques, des ouvrages sur la religion populaire (La Religion de mon père en 1986, La Foi de ma mère en 1999), des contes, en plus de collaborer régulièrement à différentes revues, journaux, émissions de radio et de télévision.

Gustave Lanctôt (1883-1975)
Après avoir été admis au barreau en 1907, il part en Europe étudier les sciences politiques et, surtout, l’histoire aux universités d’Oxford et de la Sorbonne où il soutient une thèse de doctorat en histoire intitulée L’Administration de la Nouvelle-France : l'administration générale (1919). Il fait carrière comme archiviste aux Archives nationales du Canada de 1912 à 1948, donne des cours à l’Université d’Ottawa où il devient professeur émérite. Auteur prolifique, on lui doit notamment, Histoire du Canada (1959), Le Canada et la Révolution américaine (1965) et Montréal sous Maisonneuve, 1642-1665 (1966).

Georges Langlois (1939-)
Professeur et cadre au collège Montmorency, il s’est aussi consacré à la vulgarisation de l’histoire. Ses billets radiophoniques tirés de l’émission L’histoire aujourd’hui, diffusée à la Chaîne culturelle de Radio-Canada entre 1995 à 1997, ont été publiés dans À quoi sert l’histoire ? (1999). Il est également l’auteur, avec Gilles Villemure, de Histoire de la civilisation occidentale (1992) et de Histoire du temps présent de 1900 à nos jours (2004).

Marie Lavigne (1949-)
Titulaire d’une maîtrise en histoire à l’Université du Québec à Montréal (1974) et d’une scolarité partielle de doctorat à l’Université de Toronto, elle enseigne à l’UQAM (1973-1976) avant d’exercer diverses fonctions dans la haute fonction publique québécoise. Après avoir œuvré au ministère des Affaires culturelles du Québec, elle est nommée présidente du Conseil du statut de la femme et directrice-générale de la Place-des-arts.

Joseph-Eugène-Ernest Laferrière (1874-1936)
Après son ordination en 1900, il enseigne au Séminaire de Saint-Hyacinthe avant de poursuivre ses études en Europe. De retour au Québec avec en poche un doctorat en philosophie de l’Université de la Propagande à Rome (1909) et un doctorat en sciences morales et historiques de l’Université de Louvain en Belgique (1912), il poursuit sa carrière d’enseignant au Séminaire de Saint-Hyacinthe et publie, notamment, une Étude sur Jean Duvergier de Hauranne (1912).

Jocelyn Létourneau (1956-)
Docteur de l’Université Laval (1984), il y est maintenant professeur d’histoire et chercheur au Centre interuniversitaire d’Études sur les Lettres, les Arts et les Traditions (CELAT). Intéressé, entre autres, par la construction des imaginaires collectifs et la conscience historique des jeunes, il publie plusieurs ouvrages, dont Les années sans guide (1996) et Passer à l’avenir (2000).

Paul-André Linteau (1946-)
Docteur en histoire de l’Université de Montréal (1975) et professeur à l’Université du Québec à Montréal depuis 1969. Ses travaux concernent principalement l’histoire socio-économique du Québec et l’histoire de Montréal. Il est l’un des trois signataires de l’Histoire du Québec contemporain (1979) et l’auteur de l’Histoire de Montréal depuis la Confédération (1992).

Arthur Maheux (1884-1967)
Ordonné prêtre en 1908, il obtient un doctorat en théologie à l’Université Laval et poursuit des études avancées en histoire et en philologie en France. À son retour, il occupe, entre autres, les postes de préfet des études au Séminaire de Québec (1923-1927) et de directeur de l’Institut d’histoire et de géographie de l’Université Laval (1947-1954). Membre de plusieurs sociétés savantes et défenseur de l’unité canadienne, il est l’auteur de Ton histoire est une épopée (1941).

Gérard Malchelosse (1896-1969)
Diplômé à l’École du Plateau, il fonde le mensuel Le Pays Laurentien (1916), cofonde la Société des Dix (1935) et participe aux travaux de plusieurs autres sociétés savantes. Journaliste et historien, disciple de Benjamin Suite, il publie les écrits inédits de ce dernier en vingt-trois volumes et effectue d’imposantes recherches bibliographiques sur la Nouvelle-France et le Québec.

Olivier Maurault (1886-1968)
Ordonné prêtre sulpicien en 1910, il poursuit des études en lettres à Paris jusqu’en 1913. De retour au Québec, il est notamment enseignant au Collège de Montréal, curé de paroisse et directeur du Collège André-Grasset. Membre de plusieurs sociétés savantes, il est aussi recteur de l’Université de Montréal de 1934 à 1955. De ses ouvrages, on peut citer Marges d’histoire (1929) et Oka, les vicissitudes d’une mission sauvage (1930).

Fernand Ouellet (1926-)
Docteur en histoire de l’Université Laval (1965), il enseigne successivement à cette université, à l’Université Carleton, à l’Université d’Ottawa et à l’Université York. Auteur d’Histoire économique et sociale du Québec, 1760-1850 (1966) et Le Bas-Canada, 1791-1840 : changements structuraux et crise (1976), ses interprétations historiques remettent en cause les hypothèses de l’École de Montréal.

Joseph-Edmond Roy (1858-1913)
Diplômé en droit de l’Université Laval en 1880, il est, dès 1879, rédacteur en chef du Quotidien de Lévis et dirige la Revue du notariat de 1898 jusqu’à sa mort. À partir de 1885, il se consacre à la recherche et publie une trentaine d’ouvrages dont Histoire de la seigneurie de Lauzon et Histoire du notariat au Canada. Engagé dans le milieu politique, il est notamment candidat conservateur sur la scène fédérale et maire de Lévis de 1896 à 1900.

Ronald Rudin (1950-)
Spécialiste de l’histoire socio-économique du Québec, il obtient son doctorat à l’Université York et enseigne depuis 1976 à l’Université Concordia. Parmi ses ouvrages les plus marquants figurent Banking en français (1985) et le controversé Faire de l’histoire au Québec (1998) dans lequel l’auteur se penche sur le développement de l’historiographie québécoise.

Robert Rumilly (1897-1983)
Originaire de la Martinique, il fait ses études en France. Militant de l’Action française déçu par son pays, il immigre au Canada en 1928 où il développe des liens étroits avec les milieux conservateurs canadiens-français. Professeur de littérature française à l’Université McGill, membre fondateur de l’Académie canadienne-française, auteur prolifique, il signe une Histoire de la province de Québec en 41 volumes (1940 à 1969), ainsi que de nombreux ouvrages, articles et biographies.

Pierre Savard (1936-1998)
Diplômé en histoire de l’Université de Lyon (1961) et de l’Université Laval (1965), il est professeur à l’Université d’Ottawa de 1972 à 1998. Membre fondateur de la Société des professeurs d’histoire du Québec (SPHQ) en 1962, il publie plusieurs ouvrages dont sa thèse de doctorat intitulée Jules-Paul Tardivel, la France et les États-Unis (1967).

Maurice Séguin (1918-1984)
Né en Saskatchewan, il complète ses études supérieures à l’Université de Montréal où il obtient un doctorat en histoire (1948) et où il fait carrière comme professeur. Sa thèse, La nation canadienne et l’Agriculture (1760-1850), publiée en 1970, et son cours sur les « normes » en histoire canadienne font de lui le maître à penser des historiens de « L’École de Montréal ».

Jennifer Stoddart (date de naissance non disponible)
Admise au barreau du Québec en 1981, elle a entamé des études doctorales en histoire à l’Université de Paris VII. Elle a occupé des postes importants au sein de l’administration publique canadienne et québécoise. Elle a notamment été responsable de la recherche au Conseil consultatif canadien sur la situation de la femme au Canada. Depuis 1003, elle est commissaire à la protection de la vie privée du Canada.

Benjamin Sulte (1841-1923)
Il exerce différents métiers avant de s’engager dans la milice en 1861. De 1889 jusqu’à sa retraite en 1903, il est commis en chef du département de la Milice et de la Défense. Autodidacte doté d’un esprit libre, il publie plusieurs poèmes, chansons et articles dans divers journaux, ainsi qu’une Histoire des Canadiens-français en huit volumes (1882 à 1884). Son interprétation de l’histoire insiste sur les erreurs de l’ancienne métropole et du clergé.

Pierre Trépanier (1949-)
Docteur en histoire de l’Université d’Ottawa (1976), professeur à l’Université de Montréal depuis 1980, il est membre de la Société des dix. Ses travaux portent principalement sur l’histoire intellectuelle du Québec et du Canada. Spécialiste de la pensée et de la vie de Lionel Groulx, il travaille à l’ambitieuse entreprise d’édition critique de la correspondance de l’intellectuel nationaliste.

Marcel Trudel (1917-)
Diplômé de l’Université Laval (1941), il enseigne les lettres au Collège Bourget avant de poursuivre ses études à l’Université Harvard (1945-1947). À son retour, il est nommé professeur à l’Université Laval mais termine sa carrière à l’Université d’Ottawa. Spécialiste du Régime français, il publie une Histoire de la Nouvelle-France (1963) qui fait encore autorité aujourd’hui. Récemment, il a publié Mythes et réalités dans l’histoire du Québec en deux volumes (2001 et 2004).

Brian Young (1940-)
Docteur de l’Université Queen (1973), il est professeur d’histoire à l’Université McGill depuis 1975. Ses travaux portent principalement sur la formation et la culture de la bourgeoisie montréalaise au XIXe siècle. Il est notamment l’auteur de Georges-Étienne Cartier, un bourgeois montréalais (1982), de Brève histoire socio-économique du Québec (2003), avec John A. Dickinson, et d’Une mort très digne : histoire du cimetière Mont-Royal (2003).

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search