Version classiqueVersion mobile

Parole d'historiens

Postface. Saisir l'historiographie dans sa dynamique historique

Julien Goyette

Texte intégral

1Quand il s’agissait de réfléchir sur la pratique historienne, les historiens québécois ont longtemps été réduits à penser avec l’histoire et les catégories des autres. Avant la parution du présent ouvrage, il n’existait guère de moyens de prendre la mesure des réflexions produites ici, depuis près de trois siècles, sur l’exercice du métier d’historien, la nature et la fonction sociale de l’histoire, la manière de l’écrire, son enseignement, etc. On demandera : est-ce beaucoup ? est-ce peu ? Bref, quelle proportion de l’ensemble de la production historienne québécoise ces réflexions représentent-elles ? Au fond, ces questions importent peu. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’est plus permis désormais de douter du fait que l’historiographie québécoise soit « matière à philosopher ».

2À lire les historiens québécois, on remarque que de tout temps ils ont doublé leurs écrits historiques d’une réflexion de second degré sur les principaux enjeux de l’épistémologie de l’histoire : la vérité, l’objectivité, le renouvellement des interprétations, la mémoire, la narration, l’explication, les méthodes. Et comme partout ailleurs, on constate que les débats sur l’historiographie québécoise n’ont pas toujours été des plus sereins, perturbés – qu’ils étaient – et sont toujours – par la question nationale et les querelles de filiation.

3Pour conclure cette anthologie, il paraissait nécessaire d’oser à notre tour une réflexion sur le plan épistémologique, de reprendre, en espérant les relancer, certains des grands débats qui ont animé l’historiographie québécoise jusqu’à aujourd’hui.

***

4Peu de choses demeurent aussi incomprises, ou mal comprises, que la science. L’énoncé a, concédons-le, quelque chose d’exagéré, de prétentieux même, puisqu’il sous-entend une connaissance de ce que serait, en réalité, la science. Suivant le sens commun, cette dernière n’en continue pas moins de s’imposer comme le royaume des vérités éternelles. Il faut dire que les philosophes des sciences, et parfois les scientifiques eux-mêmes, n’ont pas toujours fait en sorte de dissiper ce malentendu. Outre qu’elle renferme un nombre appréciable de dénonciations du positivisme scientifique, l’histoire des sciences regorge de déclarations incantatoires et complaisantes. À l’idolâtrer, à la mettre, elle et ses résultats, au-dessus de tout soupçon, les apôtres de la science lui ont rendu le plus mauvais service qui soit : la priver de cette part de faillibilité et de fragilité qui fait le propre de toute entreprise humaine. Et d’une fausse conception de la science, on s’est empressé de faire naître de fausses attentes – qui ne pouvaient qu’être déçues, et elles l’ont été, au moins en partie. Souffrant d’un complexe d’infériorité, payant le prix de leur filiation historique avec la philosophie et la littérature, les sciences humaines n’ont en rien aidé leur cause en s’alignant servilement sur le modèle des sciences de la nature. Dans un inévitable retour de balancier, on les a par la suite accusées de manquer d’une objectivité à laquelle aucune science ne pouvait aspirer.

  • 1 En résulte une situation déconcertante où la retenue des universitaires tranche avec les « certitu (...)

5En réaction au scientisme, dans un légitime réflexe d’honnêteté, beaucoup de praticiens des sciences humaines se sont réfugiés dans l’humilité1. De crainte de ne pas atteindre la vérité, ils ne l’ont plus visée. Exit la volonté de contribuer au « progrès » de la connaissance, exit aussi la revendication de l’objectivité. En plaçant la connaissance anthropologique sous le signe de la subjectivité, il est vrai qu’on s’évite bien des tracas. Inutile désormais de chercher une « coupure épistémologique » (Bachelard) ou une « démarcation » (Popper) capable de départager ce qui relève de la science de ce qui relève de la non-science ou de la pseudoscience. Tout aussi futiles deviennent la recherche de normes et de procédures collectives de validation de la connaissance et les assommantes discussions sur le bon ou le mauvais emploi de la méthode.

  • 2 « Toutes les méthodologies ont leurs limites et la seule “règle” qui survit, c’est “tout est bon”. (...)
  • 3 Jean-Paul Bernard (invité) et François Ricard (animateur), Jean-Paul Bernard, 16 août 1981, Montré (...)

6En plus des inconditionnels de la science, l’histoire abrite donc aujourd’hui des relativistes radicaux. Et on devine que les deux tendances ne font pas bon ménage. Pourtant, quand on y regarde de près, on remarque que le positivisme scientifique et le relativisme radical ont plus en commun qu’il n’y paraît. En effet, ils se rejoignent dans leur disqualification du sujet de la connaissance : le premier en niant la situation sociale du chercheur, le second en absorbant le sujet dans une subjectivité (pulsions, intérêts, conditions sociales, textualité, etc.) où il en vient à perdre son visage. Les deux tendances conduisent à une même abdication de la responsabilité, soit en laissant la raison froide parler au nom du chercheur, soit en permettant à ce dernier, sous prétexte d’une nécessaire humilité vis-à-vis de la vérité, de se cacher derrière la relativité du dire. De fait, le confort des certitudes scientifiques n’a d’égal que l’impunité que procure la subjectivité. Imposer d’autorité son point de vue, prendre sur soi pour ensuite se réfugier dans le « tout est bon2 » si quelqu’un s’objecte, n’est-ce pas, en un certain sens, poursuivre le même objectif ? S’est-on assez demandé quelle sorte de dialogue ces attitudes autorisent ? N’offrent-elles pas chacune un prétexte parfait pour rester sur ses positions en dépit des arguments contraires ? Si la vérité est une, alors une fois celle-ci trouvée, il n’y a plus de raison de débattre. L’échange intellectuel exige une part d’incertitude, sans quoi il tourne au dialogue de sourds. Mais si, en revanche, on compte autant de vérités que d’individus, alors le piège se referme aussi. « S’il n’y a pas quelque chose d’objectif qu’on peut se communiquer, ça ne sert à rien de parler. Il n’y a plus de fondement à la communication3. » Penser le monde en faisant abstraction du sujet connaissant équivaut à manquer d’humilité face à la vérité ; penser le monde en fonction uniquement de soi-même revient à manquer d’humilité vis-à-vis d’autrui.

7Une science humaine opératoire ne peut s’enfermer dans cet antagonisme dogmatique entre positivisme scientifique et relativisme radical. Certes utiles d’un point de vue conceptuel, comme peut l’être le clivage gauche/droite en politique, de pareilles oppositions comportent cependant un grave défaut : elles ont la propension à flotter loin au-dessus de la tête des principaux intéressés. D’ailleurs, pourfendre indifféremment les positivistes scientifiques et les relativistes radicaux équivaut à se battre contre des moulins à vent. En réalité, ils sont rares les historiens qui, dans leurs écrits et leur enseignement, se définissent par rapport à ces extrêmes. Ne ressentant aucun besoin de choisir entre l’excès de confiance et le désabusement, ils restent, pour ainsi dire, assis entre deux chaises.

  • 4 Hayden White, « The Historical Text as Literary Artifact », dans Robert H. Canary et Henry Kozicki(...)

8Comment, en ce cas, rendre compte du travail des historiens si celui-ci ne correspond ni à un progrès continu et cumulatif ni à un simple « artifice littéraire4 » éternellement décomposé puis recomposé ? On y parvient en présentant la discipline historique comme une pratique sociale située dans le temps et l’espace, qui bénéficie, d’une part, d’une relative autonomie par rapport au domaine public et participe, d’autre part, à l’analyse des vicissitudes des sociétés. On comprendrait, par le fait même, que tout en n’étant pas sourde aux préoccupations et aux controverses qui traversent les sociétés, la discipline historique a une manière bien à elle de se les approprier et de les traduire en problèmes de science. Entre la science historique et les autres modes de représentation du passé, l’ultime différence réside probablement moins dans les résultats – après tout, il y a du vrai dans les romans historiques et du faux dans les livres d’histoire – que dans la démarche.

  • 5 Nicolas Gallerano, « Histoire et usage public de l’histoire », Diogène, no 168, 1994, p. 95.
  • 6 Pierre Trépanier, « Histoire et littérature aux XIXe et XXe siècles. Plaidoyer pour l’histoire com (...)
  • 7 Gérard Noiriel, « L’historien et l’objectivité »..., p. 424. Les italiques sont de Noiriel.

9L’histoire n’est pas la propriété des historiens de métier, et c’est bien ainsi. Sans doute, pour reprendre un refrain célèbre, est-elle « chose trop importante pour être laissée aux historiens5 ». D’ailleurs, tous les historiens rigoureux ne sont pas des historiens scientifiques ; tous les historiens autodidactes ne sont pas non plus des historiens incompétents. Que l’on pense seulement à François-Xavier Garneau ou à Lionel Groulx. Toutefois, les historiens professionnels sont les gardiens d’un certain rapport au passé, voire, comme le laisse entendre Pierre Trépanier, d’une certaine qualité de rapport au passé6. Et c’est à ce titre qu’ils sont redevables devant la mémoire collective. Défendre le caractère scientifique de l’histoire, ce n’est pas valoriser une pratique située hors du temps et de l’espace, mais « défendre une manière de produire, socialement, des connaissances7 ».

  • 8 Guy Frégault, La Civilisation de la Nouvelle-France 1713-1744, Montréal, Bibliothèque québécoise, (...)

10« Un livre, écrivait Guy Frégault dans sa magnifique préface de la réédition de La Civilisation de la Nouvelle-France, n’a pas pour seul auteur celui qui le signe. Il est le produit d’un temps8. » C’est dire que, même emmuré dans son cabinet de travail, l’historien n’est jamais seul. À l’instar des autres intellectuels, il œuvre au sein de réseaux sociaux et institutionnels, il appartient à un ensemble national, il s’adresse à un public spécifique. En d’autres termes, il assiste et participe à l’histoire en même temps qu’il l’écrit ; il est ce que Raymond Aron appelait un « spectateur engagé ». Pour lui, le présent est plus et autre chose qu’un potentiel foyer d’interférences : c’est le lieu du rappel, de l’interprétation, un regard sur le passé qui est lui-même un construit historique. Toute la dynamique de l’histoire réside dans cet inépuisable dialogue entre le présent, le passé et le futur.

  • 9 Max Weber, cité dans Maurice Merleau-Ponty, Les aventures de la dialectique, Paris, Gallimard, 195 (...)

C’est sans fin que se transforme le cours de l’événement imprévisible qui va au-devant de l’éternité. C’est toujours à nouveau et sous d’autres aspects que se posent les problèmes de culture qui émeuvent les hommes, et le champ reste donc variable de ce qui, dans le courant infini de l’individuel, reçoit pour nous sens et signification et devient un individu historique, comme sont variables les rapports de pensée sous lesquels il est considéré et posé en objet de science. Ainsi, les principes des sciences de la culture resteront changeants dans l’avenir sans limites tant qu’une sclérose de la vie ne déshabituera pas l’humanité [...] de poser de nouvelles questions à une vie inépuisable9.

11On peut suivre l’exemple d’un professeur et illustrer cette réalité en évoquant la métaphore des vagues et des châteaux de sable. Les vagues, ce sont les différentes générations d’historiens qui interrogent successivement le passé ; les châteaux de sable représentent les fragiles constructions qu’édifient les historiens, leurs œuvres constamment balayées par les vagues.

  • 10 Gaston Bachelard, La dialectique de la durée, Paris, Quadrige/Presses Universitaires de France, 19 (...)
  • 11 Frère Untel (alias Jean-Paul Desbiens), Les insolences du Frère Untel, Montréal, Les éditions de l (...)

12Gaston Bachelard prétendait que « ce qui dure le plus est ce qui se recommence le mieux10 ». Ainsi de la connaissance historique. Sans cesse revitalisée par un présent inédit, elle n’est jamais définitive, toujours soumise à révision. On nage en plein cliché quand on dit que l’histoire est en transition, en crise ou qu’elle fait problème puisque c’est justement son originalité de se retrouver constamment à la croisée des chemins. Peu formés à cette approche, les historiens peinent souvent à se représenter leur discipline sous l’angle des conflits d’interprétations. « Nos élèves, faisait remarquer le Frère Untel en 1960, sont presque tous des scientistes qui s’ignorent11. » Les étudiants et étudiantes de premier cycle en histoire restent perplexes quand on leur dit : « Sur cette question, les historiens ne s’entendent pas. On discute encore. » « Mais alors, quelle est la vérité ? » s’empressent-ils de demander. Il est tellement plus facile, convenons-en avec eux, de disposer de vérités toutes faites, énoncées dans des formules accrocheuses qu’il suffit de retranscrire mot à mot dans un cahier d’examen. Exiger une interprétation définitive – en ce sens qu’elle éliminerait toute forme de controverse –, c’est pourtant mal connaître le mouvement perpétuel qui agite la science historique. Des décennies de philosophie critique de l’histoire n’ont pas réussi à enterrer le positivisme ; il se trouve toujours quelqu’un, quelque part, pour soulever le couvercle du cercueil.

***

  • 12 Jean Hamelin, « L’histoire des historiens : entre la reconstruction d’une mémoire collective et la (...)
  • 13 Gustave Lanctôt, « L’Histoire et ses exigences », dans Mémoires de la Société royale du Canada, 3e(...)
  • 14 Guy Frégault, La Civilisation de la Nouvelle-France 1713-1744..., p. 10.

13Le rappel de ces lieux communs de l’épistémologie de l’histoire n’avait pour but que de réaffirmer le caractère provisoire, éphémère, révisable, des interprétations historiques. La dynamique de la science historique, cette suite ininterrompue de commencements et de recommencements partiels, on peut la percevoir dans le passage des générations et des cohortes, mais aussi dans la trajectoire personnelle des historiens. On en verra la preuve dans certains textes rassemblés ici. Jean Hamelin rappelle le « sentiment d’urgence », cette « impression que tout est toujours à recommencer » qui l’a habité au long de sa carrière d’historien12. Guy Frégault, quant à lui, semblait avoir tout compris quand il parlait du « jeune homme qui a écrit ce petit livre » comme s’il s’agissait d’un autre que lui. L’historien est un être de remords. Lorsqu’il regarde l’article publié, le livre à peine achevé et qu’il se rappelle, avec Gustave Lanctôt, « que la page imprimée ne s’efface plus et continue indéfiniment de transmettre l’erreur qu’elle contient13 », l’inconfort le prend : comment a-t-il pu écrire cela ? Et devant le cumul des infidélités et des maladresses, il rêve d’une machine à remonter le temps... Moins encore que certains autres genres scientifiques, l’histoire ne connaît l’ouvrage définitif. Pourtant, un livre d’histoire, même mauvais, constitue une sorte de témoignage historique. « Un livre vieillit, un homme aussi ; c’est banal. Ce qui n’est pas indifférent, c’est que des pages d’un livre ouvert à nouveau, se dégage, plus ou moins net, le reflet d’une époque14. »

  • 15 Gaston Bachelard, La formation de l’esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la con (...)

14Chaque œuvre arrive à son heure, et il y a toujours une raison pour laquelle une intuition ou une perspective émerge à un moment plutôt qu’à un autre. Consciemment ou inconsciemment, l’historien exprime une philosophie qui ressortit à la fois de l’individuel et du collectif. Rechercher cette philosophie, tenter plus largement d’élucider les conditions d’énonciation du savoir, c’est accéder à la dimension de la sociologie de la connaissance. Cependant, la connaissance historique ne reflète pas la société comme un miroir reflète un objet. L’historien ne transcrit pas littéralement l’air du temps ; il s’en inspire, se laisse porter par lui sans jamais qu’on puisse dire qu’il ne fait que le répéter. Soutenir le contraire, ce serait consentir à un structuralisme trivial. L’histoire scientifique porte sur un autre terrain des préoccupations reconnues ailleurs dans la société. Un mot désigne même cette opération cognitive : problématiser. « Et quoi qu’on en dise, disait une fois de plus Bachelard, dans la vie scientifique, les problèmes ne se posent pas d’eux-mêmes. C’est précisément ce sens du problème qui donne la marque du véritable esprit scientifique. Pour un esprit scientifique, toute connaissance est une réponse à une question. S’il n’y a pas eu de question, il ne peut y avoir connaissance scientifique. Rien ne va de soi. Rien n’est donné. Tout est construit15. »

  • 16 Karl Popper, La logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1973, p. 28.
  • 17 Fernand Dumont, L’anthropologie en l’absence de l’homme, Paris, Presses Universitaires de France, (...)
  • 18 Maurice Lagueux, « Historiographie, philosophie de l’histoire et idéologie. À propos d’un texte de (...)
  • 19 Guy Frégault, « Antiquaires et historiens », Notre temps, 22 août 1953, p. 1.
  • 20 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Éditions du Seuil, 1971/1978, p. 100-120.
  • 21 Jean-Pierre Wallot (invité) et François Ricard (animateur), Jean-Pierre Wallot, 5 juillet 1981, Mo (...)

15Tout acte de connaissance est précédé d’une « intuition créatrice » ou d’un « élément irrationnel16 ». « La connaissance, écrit Fernand Dumont dans les premières pages de L’anthropologie en l’absence de l’homme, n’est ni le désir premier ni l’ambition ultime de la vie. [...] En me vouant au strict devoir de la connaissance, je m’interdis de trouver par le même chemin la raison d’être du connaître. [...] Les raisons de l’intérêt que nous portons à nous-mêmes peuvent nous conduire au savoir. Elles n’en procèdent pas17. » Doit-on automatiquement considérer ce point de départ de la science comme relevant de l’idéologie ? Oui, si, comme Dumont, on entend par ce dernier terme le fondement des représentations en régime moderne. Dans un monde sans garanties métaphysiques, les opinions se heurtent et se contredisent les unes les autres. On parle alors d’idéologies pour les opposer aux vérités révélées et unanimes des religions et des traditions. Non, si par le même terme on évoque une pratique systématique visant à manipuler volontairement les opinions et les valeurs. Le savoir historique se résout-il entièrement dans les déterminismes sociaux ? Faut-il qualifier à chaque fois d’idéologique, c’est-à-dire péjorativement, cette opération par laquelle l’historien donne sens aux événements du passé à partir de sa propre situation dans la culture ? « Si sa démarche est commandée par une ferme volonté de comprendre et non de justifier, de rassurer, de rationaliser des orientations sociales et de satisfaire les intérêts de quelque groupe social, on ne voit pas ce qu’il y aurait de particulièrement idéologique dans cette démarche, à moins de faire peu de cas de ce qui [...] constitue le propre de l’idéologie18. » Jamais innocente, l’écriture de l’histoire n’est pas pour cela toujours coupable. Le reconnaîtra-t-on : il existe un intérêt pour l’histoire qui vaut pour lui-même. Sinon, pourquoi redouterions-nous l’hyperspécialisation ? Pourquoi craindrions-nous autant la pure érudition ou, pour le dire comme Frégault, la pensée « antiquaire19 » ? On concédera à Paul Veyne qu’il se trouve une part – impossible cependant à mesurer avec précision - de gratuité et de contemplation dans l’interrogation historique20. Le choix d’un point d’histoire, comme le rappelle Jean-Pierre Wallot, est parfois fortuit : « [P]ourquoi on étudie telle question plutôt qu’une autre ? C’est souvent un pur hasard, c’est parce que les documents sur telle question existent et sur d’autres questions n’existent pas21. » Faut-il dresser l’inventaire de tous les sujets de recherche historique dont l’intérêt pour l’action et la chose publique est pour le moins limité, voire nul ?

16Dès lors, doit-on décrire comme totalement négative la volonté des historiens des années 1960 et 1970 qui, pénétrés de l’esprit réformiste de la Révolution tranquille, ont voulu comprendre l’avènement de la modernité québécoise ? Le contraire eut-il seulement été possible ou souhaitable ? En 1983, Paul-André Linteau résumait candidement l’attitude de ceux qu’il appelait la « nouvelle génération de jeunes historiens » dans laquelle, évidemment, il s’incluait :

  • 22 Paul-André Linteau, « La nouvelle histoire du Québec vue de l’intérieur », Liberté, no 147,1983, p (...)

Formés dans un Québec où on parlait beaucoup de modernisation, ayant sous les yeux une société industrialisée et massivement urbaine, nous voulions mieux comprendre les origines et le processus de formation du Québec actuel. L’historiographie existante, centrée principalement sur la Nouvelle-France et sur les débuts du régime britannique, n’apportait pas de réponse satisfaisante à nos questions. Nous avons donc exploré de multiples facettes de la société capitaliste et industrielle qui se développe au Québec depuis le milieu du 19e siècle22.

  • 23 Michel Brunet, « Histoire et historiens », dans Canadians et Canadiens. Études sur l’histoire et l (...)

17On ose à peine imaginer les critiques que ces historiens auraient essuyées s’ils avaient fait abstraction des transformations de la réalité sociale de l’après-guerre. N’avaient-ils pas, pour reprendre les termes de l’historien Michel Brunet, à rendre compte de « cette solution de continuité entre le passé idéalisé et le présent durement réaliste23 » ? Faut-il, de ce fait, s’étonner que l’historiographie de ces années ait « marginalisé » le rôle de l’agriculture, de la ruralité et du traditionalisme dans la société québécoise quand on sait que l’ancienne historiographie n’avait que faire de l’industrialisation, de l’urbanisation, de l’idéologie libérale ou même de l’époque contemporaine ? Ajouter du nouveau savoir, c’est forcément modifier la configuration de l’ancien.

18Les derniers raisonnements, on le comprendra, ne visaient nullement à absoudre les historiens modernistes de tout péché idéologique. Jusque dans les explications qui relevaient de la connaissance objective, ils ont fait intervenir des idéologies systématiques comme le libéralisme, le marxisme et le nationalisme. Il serait mal venu de le nier. Par contre, ce qu’on peut affirmer, c’est qu’il ne suffit pas de démasquer les savants, de révéler les raisons qui les portent vers la connaissance pour anéantir le fruit de leur labeur. La subjectivité n’est pas le contraire de la connaissance objective, mais sa condition et sa finalité. Sans subjectivité, pas de savoir – ou plutôt, pas de raison de connaître. Ce qui ne signifie pas, encore une fois, qu’il faille déclarer nulle et non avenue la question des rapports entre l’historien et sa société. Tant s’en faut. C’est le travail de l’épistémologue de retirer les voiles de la connaissance, de l’asseoir sur ses bases sociales. Pour comprendre et critiquer, pour savoir quelle position occupaient leurs prédécesseurs et ainsi mieux voir quelle position ils occupent eux-mêmes dans le champ historique, il est essentiel que les jeunes historiens sachent ce qui a déterminé l’historiographie québécoise. Popper avait tort quand il abandonnait à la psychologie – et à toutes ces disciplines qu’il ne tenait pas en haute estime – l’analyse de l’origine des théories scientifiques. L’étude du contexte social des découvertes fait partie intégrante de l’épistémologie. Cela dit, elle n’est pas toute l’épistémologie non plus.

  • 24 Ronald Rudin, Faire de l’histoire au Québec, Sillery, Septentrion, 1998 (1997 pour l’édition origi (...)
  • 25 Ronald Rudin, Faire de l’histoire au Québec..., p. 9.
  • 26 Ibid., p. 17.
  • 27 Ibid., p. 23.

19Dans Faire de l’histoire au Québec, la plus récente synthèse en historiographie québécoise, l’historien Ronald Rudin a cru faire justice aux historiens modernistes. En montrant à quel point la conception de l’histoire de tous les historiens québécois « a été modelée par l’évolution de leur profession et de leur société », il a voulu rompre « avec le ton triomphaliste de la plupart des études historiographiques québécoises24 ». Ayant remarqué « qu’on ne réfléchissait guère, chez nous, au rapport qui existe entre l’historiographie et la société dans laquelle est elle produite et dont elle reflète certains traits25 », l’auteur adopte une position résolument relativiste : « [...] je ne crois pas que l’historiographie de la fin du XXe siècle soit intrinsèquement “meilleure” que celle qui l’a précédée depuis cent ans ; de même suis-je sceptique quant à la possibilité d’une vision vraiment “objective” du passé, qui permette de distinguer l’œuvre d’un Lionel Groulx de celle d’historiens de la fin du siècle, tel Paul-André Linteau26. » Fort de cette vérité – en fait, la seule qui soit pour lui –, Rudin part à la recherche non pas de l’erreur, qui est humaine comme on sait, mais de la prétention à la vérité, hypocrite celle-là. On comprendra que plus élevée se situe cette prétention, pire est la chute pour les individus et les groupes concernés. Ceux que Rudin appelle les « révisionnistes », en gros la génération d’historiens francophones qui ont tenu le haut du pavé durant les années 1970 et 1980, écopent particulièrement. Même s’ils se sont gargarisés d’une scientificité et d’une objectivité fraîchement acquises, ces historiens, nous dit-il, ont dû faire face, comme leurs prédécesseurs, au délicat « problème d’équilibrer les exigences de leur profession et celles de leur société27 ». Loin d’être plus objective ou plus scientifique que n’importe quelle autre, leur histoire trahirait au contraire le désir de rendre compte des changements sociaux et culturels (laïcisation, urbanisation, Etat-providence, etc.) engendrés par la Révolution tranquille. Rudin dénonce particulièrement leur manie de la « normalité », c’est-à-dire leur empressement à nier les traits distinctifs de la société québécoise francophone (importance de la religion, prédominance du conservatisme, antipathie à l’égard du conquérant anglais, résistance au capitalisme, antiétatisme, etc.) et à décrire son histoire comme étant essentiellement conforme au modèle de développement des grandes sociétés occidentales.

  • 28 On aimerait bien lui reconnaître le mérite d’avoir joué le rôle d’éveilleur de conscience. Mais ad (...)
  • 29 Ronald Rudin, Faire de l’histoire au Québec..., p. 19.
  • 30 Peter Novick, That Noble Dream. The « Objectivity Question » and the American Historical Professio (...)

20Sans donner entièrement tort à Rudin28, on peut douter que la perspective du relativisme radical soit appropriée aux études historiographiques. Considérer les historiens, dans le cas présent les historiens québécois du XXe siècle, comme les « combattants inévitablement vaincus dans la bataille pour l’objectivité29 » ne constitue un argument que si l’on entend torpiller un paradigme positiviste. De même, l’objectivité n’est un « mythe30 » ou un « échec » que dans la mesure où elle est considérée comme une idole à déboulonner. Après ce travail de sape, tout reste à faire. Ce n’est pas assez de réaffirmer le caractère faillible et la tâche herméneutique de l’histoire – comprendre le cours actuel des choses. Pareille démarche a ceci d’utile qu’elle rappelle aux historiens qu’ils sont tous égaux devant la vérité et devant leurs semblables. Elle ne devrait pas, cependant, servir à niveler in abstracto les différences entre les historiens, à abolir toute hiérarchie entre les formes du connaître. Pour l’épistémologue ou l’historiographe, alléguer que l’historien exprime toujours quelque chose de sa société d’appartenance, c’est moins un point d’arrivée qu’un point de départ ; ce devrait être sous-entendu chaque fois qu’il est question de connaissance historique. Toute histoire, de la plus amateure à la plus érudite, inclut des préjugés, de la nostalgie, du présentisme, des jugements de valeur, des espoirs, un contenu affectif, etc. Toute histoire risque d’être, un jour ou l’autre, compromise avec des pouvoirs et des intérêts particuliers. À notre époque, nous sommes plus avertis que jamais que ce qui est vérité en deçà des Pyrénées ne l’est pas nécessairement au-delà. La vérité pure est illusion. Pourtant, en disant cela, on se trouve à raturer seulement quelques lignes de l’historiographie québécoise, celles où des historiens concluent présomptueusement à l’avènement de l’objectivité radicale. Ce qui reste debout, par contre, c’est toute cette production historique s’étalant sur près de trois siècles, avec ses mérites et ses imperfections, son degré d’objectivité et ses partis pris, où des historiens d’époques et d’origines différentes ont tenté, avec les moyens qui étaient les leurs, de donner sens à l’histoire du Québec. Et si d’évidence aucun d’entre eux ne peut prétendre l’avoir atteinte, les textes que nous publions ici témoignent de l’attachement des historiens québécois envers la vérité historique. Paradis perdu si on la considère comme un absolu, elle subsiste en tant qu’idéal régulateur.

  • 31 Yves Gingras, « Une sociologie spontanée de la connaissance historique », Bulletin d’histoire poli (...)
  • 32 Fernande Roy, Progrès, Harmonie, liberté : le libéralisme des milieux d’affaires francophones mont (...)
  • 33 Gilles Bourque, Jules Duchastel et Jacques Beauchemin, La société libérale duplessiste 1944-1960, (...)
  • 34 Louise Dechêne, Habitants et marchands de Montréal au XVIIe siècle, Paris/Montréal, Plon, 1974, 38 (...)
  • 35 Gérard Bouchard, Quelques Arpents d’Amérique : population, économie, famille au Saguenay (1838-197 (...)

21En admettant, ce qui ne devrait poser de difficulté pour personne, que les historiens modernistes aient eu des motivations idéologiques lorsqu’ils ont cherché à dépeindre la « normalité » du Québec, la question n’est donc pas close pour autant. Est-il besoin de rappeler la distinction, classique en histoire des sciences, entre contexte de découverte et contexte de justification ? Comme le résume Yves Gingras : « Alors que le premier réfère au contexte historique (économique, social, psychologique, etc.), pouvant expliquer l’intérêt porté à un objet donné ou une problématique particulière, le second relève du mode d’argumentation et de validation propre au domaine de recherche31. » Même en évitant de lui prêter une rigidité excessive, cette opposition conserve son utilité. Elle nous prévient qu’on ne peut jeter dans la balance uniquement les intentions des historiens et les pressions sociales qu’ils subissent ; qu’il faut aussi y mettre l’argumentaire qu’ils ont développé et juger celui-ci selon ce qu’il est convenu d’appeler, depuis Lucien Febvre, l’« outillage mental d’une époque ». Que fait-on, par exemple, des hommes d’affaires libéraux que Fernande Roy a étudiés32 ? Et du rapport entre l’Église et l’État mis en lumière par les sociologues-historiens Gilles Bourque, Jules Duchastel et Jacques Beauchemin dans La société libérale duplessiste33 ? Dira-t-on que notre connaissance des colons de la Nouvelle-France n’est pas « intrinsèquement “meilleure” » après Habitants et marchands de Montréal au XVIIe siècle de Louise Dechêne34 ou que notre savoir sur le peuplement des régions rurales et l’américanité est resté inchangé depuis Quelques Arpents d’Amérique de Gérard Bouchard35 ? Même en sachant que toute falsification n’est jamais tout à fait concluante, n’y a-t-il pas assez de preuves dans l’historiographie récente pour mettre du plomb dans l’aile de la thèse du retard ?

  • 36 Jean-Marie Fecteau, « La quête d’une histoire normale : réflexion sur les limites épistémologiques (...)

22Jean-Marie Fecteau a entièrement raison quand il écrit que « la découverte de la modernité québécoise est là pour rester36 ». Malgré certaines exagérations, même s’il lui arrive de chanter trop bruyamment les gloires du présent, il n’est pas interdit de penser que l’histoire des trente ou quarante dernières années puisse être plus significative pour nous, ici et maintenant, que toutes celles qui l’ont précédée. Car la seule question qui importe au double plan de la critique (histoire) et de l’herméneutique (mémoire) est celle-ci : les vieux schémas interprétatifs nous permettent-ils d’expliquer/comprendre le monde dans lequel nous vivons ? Bien sûr, la réponse à cette question variera selon que l’on considère que tout va bien ou que tout va mal aujourd’hui dans la province québécoise. L’offre d’histoire et la demande sociale de mémoire ne coïncident pas toujours – et l’on pourrait jusqu’à soutenir qu’elles n’ont pas nécessairement à le faire. Il se peut fort bien que l’histoire produite par les historiens ne soit pas celle dont nous ayons besoin en tant qu’individus et collectivité. Autant que les méthodes et les données, les rapports entre l’histoire et la société ont à être constamment repensés.

***

23Les propos tenus ici ont toutes les chances d’être qualifiés, à leur tour, de triomphalistes. L’optimiste n’est pourtant pas le frère ennemi de la critique. En apportant quelques distinctions fondamentales, on peut espérer offrir une critique constructive de certains aspects de l’historiographie québécoise sans se priver de célébrer l’avancement de certains autres.

24Schématiquement, on peut dire que la discipline historique s’est développée, au XIXe siècle en Europe, à travers l’intégration des consciences critique, herméneutique et esthétique. L’histoire moderne emprunte autant aux progrès de la diplomatique, à la découverte de l’historicité par l’entremise des philosophies spéculatives qu’au roman historique du XIXe siècle. Science, politique et art allaient de pair dans l’historiographie romantique. Ce que l’on appelle le positivisme historique n’a été que la marginalisation progressive des aspects herméneutique et esthétique de l’histoire au profit de sa dimension critique. Dans ce changement, certains estiment que l’histoire a gagné et que la mémoire a perdu. Désormais, histoire, mémoire et littérature constituent des continents séparés. Mais comme, aux yeux de plusieurs, c’est la mémoire qui supporte l’histoire, puisque c’est en elle que résiderait la nécessité du dialogue et du souvenir, en l’écartant, l’histoire ne pouvait que perdre une partie de sa raison d’être. Repliée sur ses méthodes, devenue l’apanage de spécialistes, elle serait devenue de plus en plus indifférente aux problèmes des êtres humains. Dans le langage vague et exalté des poètes et des philosophes adversaires des Lumières, on dirait qu’à force d’érudition et de désintéressement, elle a fini par perdre le contact avec la vie.

  • 37 Pour apprécier la contribution des sociétés savantes au développement d’un champ autonome de produ (...)
  • 38 Lionel Groulx, Une anthologie, Montréal, Bibliothèque québécoise, 1998, p. 47. Textes choisis et p (...)
  • 39 Il semblait à Jean Hamelin que c’est « une caractéristique de notre tradition québécoise intellect (...)

25Au Québec, la scientificité de l’histoire est en grande partie redevable aux historiens de l’après-guerre37. Ceux-ci appartenaient à la nouvelle classe moyenne qui doit sa promotion sociale à l’Etat-providence issu de la Révolution tranquille. Même s’ils se reconnaissaient des ancêtres, ces historiens ont quelquefois dissimulé la dette qu’ils avaient à leur égard. Pourtant, comme le disait Lionel Groulx, certainement l’une des premières victimes de cette ingratitude, « [n]ulle génération n’a puissance de se commencer absolument à soi-même38 ». En fait, dans la perception que les nouveaux entretiennent des anciens, on sent parfois moins une volonté de rupture que de l’ignorance et de l’indifférence ; ou si l’on préfère, c’est l’ignorance et l’indifférence qui ont fini par susciter la rupture39. Mesurant la distance qui les sépare de leurs prédécesseurs, inspirés par les changements de la Révolution tranquille, les nouveaux historiens ont porté très haut les buts de la connaissance. L’heure n’était ni à la communion avec le passé ni à la mauvaise conscience. Il fallait « oser savoir ». Ainsi, à terme, les transformations sociales et disciplinaires de l’époque ont pu donner l’illusion d’un saut qualitatif important. Un simple changement d’objet d’étude s’est souvent vu assimilé à un changement de régime. Profitant de leurs nouveaux avantages sociaux et institutionnels, ramenant à la lumière les oubliés de l’histoire (femmes, Améridiens, travailleurs, etc.), répondant à l’économisme ambiant, découvrant le phénomène de la lutte de classes, puisant désormais sans complexe aux grands courants intellectuels occidentaux, substituant le matérialisme à l’idéalisme, la sécularisation au providentialisme, les nouveaux historiens ont privilégié l’explication et, pour y parvenir, les méthodes quantitatives. Le chantier était gigantesque et personne ne peut dire qu’ils ont ménagé leurs efforts. Et c’est encore le cas aujourd’hui. Cette conviction d’avoir tout à faire, la perspective de comprendre une société à propos de laquelle on ne savait rien, ou presque rien, l’apprentissage de l’interdisciplinarité, avec en surcroît la confiance de s’adonner à de la « science normale » dans le cadre de paradigmes déjà reconnus, ceux de la deuxième génération des Annales, des social studies ou des théories marxistes : tout cela explique, sans l’excuser, le relatif silence épistémologique des historiens modernistes et le manque d’indulgence dont ils ont parfois fait preuve envers les pionniers de la discipline.

  • 40 Raymond Aron, Leçons sur l’histoire. Cours du Collège de France, Paris, Éditions de Fallois, 1989, (...)
  • 41 Ronald Rudin, Faire de l’histoire au Québec..., p. 16.

26Il y avait cependant un prix à payer pour s’être ainsi élevé de quelques crans sur l’échelle de l’objectivité : une histoire parfois austère dans sa forme et souvent déterministe dans ses interprétations. Raymond Aron se disait convaincu que « l’intérêt d’un récit historique n’est pas de montrer que les choses n’auraient pas pu se dérouler autrement qu’elles se sont déroulées, mais que ce qui fait l’intérêt d’un tel récit, c’est précisément de montrer que, à chaque instant, elles auraient pu se dérouler autrement40 ». En privilégiant l’étude des structures, en faisant fond sur la question du comment les choses se sont passées de cette manière et non pas autrement, l’historiographie récente a pu, consciemment ou inconsciemment, donner l’impression que le sort de la province était scellé d’avance. Au fond, un déterminisme en a chassé un autre : alors que l’historiographie nationaliste traditionnelle faisait de l’histoire une longue suite d’empêchements à l’émancipation de la nation canadienne-française, l’historiographie actuelle n’y voit souvent que la levée progressive des entraves qui bloquaient autrefois le libéralisme économique, politique et philosophique. On peut tomber d’accord avec Rudin quand il affirme que les « révisionnistes » ont largement dédramatisé l’histoire du Québec41. La disparition de l’histoire nationale y est sans doute pour quelque chose. Le déclassement de la perspective culturaliste, le passage de l’identité au social, la volonté de couper court aux vieilles chicanes, d’aller voir ailleurs, de faire autre chose et différemment, tout cela a tenu lieu de pratique d’évitement. L’absence de parti pris s’est révélée, en définitive, un parti pris contre l’indétermination :

  • 42 Jean-Marie Fecteau, « La quête d’une histoire normale : réflexion sur les limites épistémologiques (...)

Empirisme et téléologie, dans l’espace et dans le temps, ont donné une histoire riche de vécu, à défaut de vie, foisonnante de réalités de plus en plus diverses, de plus en plus éclatées. Une histoire décapée des scories de l’accidentel, dont les allées sombres de l’incertitude recevaient la pleine lumière des réalités structurelles, lavée des impuretés de l’envie, de la haine, de la colère ou de la révolte, en somme de ces impalpables sentiments si peu en prise sur le réel – ou du moins sur ce réalisme dicté par la rationalité utilitaire. En somme une histoire « plain » et presque pleine, recouvrant de façon de plus en plus complète l’espace après tout fini du réel historique42.

  • 43 Georges Canguilhem, Études d’histoire et de philosophie des sciences concernant les vivants et la (...)

27Et le point de vue dominant est, presque à chaque fois, celui des vainqueurs. Mais est-ce bien le passé qui existe pour le présent ou le présent qui existe pour le passé ? Nos vies n’ont-elles de sens que par rapport à ceux qui viendront après nous et nous dirons, dans dix, cent, mille ans d’ici, ce que nous étions, ou mieux encore, ce que nous aurions dû être ? L’histoire n’est-elle faite que de retardateurs et de précurseurs – ces derniers que Georges Canguilhem qualifiait naguère de faux objets historiques43 ? L’historien peut certes apprécier la lucidité lorsqu’il la rencontre ; l’honnêteté exige qu’il pousse une pointe ailleurs, qu’il baisse les yeux vers ce qui, vu d’aujourd’hui, paraît raté, sans espoir, marginal, à l’encontre des vents dominants, ce dont il n’y a pas de quoi être fier. En restituant les actions et les pensées dans leur intelligibilité propre, en reconstruisant l’univers du possible des acteurs, l’historien est à même de lutter contre l’« illusion rétrospective de la fatalité » (Aron). Il s’agit d’une nécessité épistémologique aussi bien que d’un impératif éthique.

  • 44 Fernand Dumont, « Le projet d’une histoire de la pensée québécoise », dans [s.a.], Philosophie au (...)

28Si on prend en considération les critiques que l’historiographie moderniste s’est attirées (Bélanger, Dumont, Fecteau, Gagnon, Létourneau, Rudin, Thériault, Trépanier), on résumera en disant qu’elle n’a pas toujours su compenser la sécheresse de l’explication par une pratique compréhensive plus étendue. Par compréhension, on entend la saisie des actions, décisions, pensées, états d’âme, sentiments, valeurs et croyances des acteurs historiques. Pour l’historien, c’est là évidemment un terrain glissant, inconfortable. L’analyse de ces réalités n’aura jamais le même verni de certitude que la morphologie sociale – même si on ne connaît que trop bien les limites des séries quantitatives. En s’élevant au niveau des représentations individuelles et collectives, on passe de la froideur des structures anonymes à l’aveuglante lumière des passions, et le danger de subjectivisme guette. L’histoire compréhensive force une identification serrée au passé : la compréhension des valeurs d’autrefois implique une forme de résonance sympathique entre les valeurs de l’historien et celles des acteurs historiques. Comme le disait Fernand Dumont, « on ne saisit que ce dont on a transgressé l’étrangeté, on n’appréhende que ce dont on s’est fait soi-même le sujet44 ».

  • 45 Paul Ricœur, Histoire et Vérité, Paris, Editions du Seuil, 2001 (1955 pour l’édition originale), p (...)
  • 46 Fernand Dumont, Genèse de la société québécoise, Montréal, Boréal, 1996 (1993 pour l’édition origi (...)

29Cela dit, notre deuil de l’objectivité absolue étant fait, ne devrions-nous pas penser plutôt en terme de degrés d’objectivité ? Dans Histoire et Vérité, Paul Ricœur écrivait : « Nous attendons de l’histoire une certaine objectivité, l’objectivité qui lui convient45. » Il reste à déterminer le degré d’objectivité qui convient à l’histoire que nous voulons pratiquer. Chose certaine, on peut difficilement se permettre d’ignorer un pan entier de la réalité, le plus fondamental peut-être, sous prétexte que les sciences humaines perdent quelque peu pied en ce domaine. En s’appuyant sur ses acquis en matière d’explication, la pratique historienne québécoise doit reconquérir sa dimension compréhensive et spéculative. La mode actuelle pour l’histoire culturelle va d’ailleurs en ce sens. Ce qui nous laisse espérer que la pratique historique québécoise rencontre un jour les redoutables exigences de la définition de l’interprétation proposée par Fernand Dumont dans Genèse de la société québécoise : « Interpréter, écrivait-il, ce ne consisterait donc pas à dire la réalité mais à confronter deux mondes : l’un étant vu comme empirique ; l’autre étant conçu comme imaginaire, aussi réel cependant que son opposé46. »

  • 47 Voir, entre autres, Paul Ricoeur, Temps et récit, Paris, Éditions du Seuil, 1983-1985, 3 tomes.
  • 48 Évidemment, il y a un pas entre suggérer que les historiens adoptent la forme narrative quand cela (...)

30On peut étendre la critique à l’aspect esthétique de l’histoire, aspect qui a préoccupé plusieurs historiens dont nous avons repris les écrits dans cette anthologie. La vieille formule du XIXe siècle (stilo primus doctrina ultimus) ne peut plus guère aujourd’hui servir d’excuse à nos insuffisances : nous savons que le premier en style n’est pas forcément le dernier en science. La rigueur empêche-t-elle d’avoir du souffle dans l’écriture ? Le génie de la méthode éteint-il l’art de raconter ? Des philosophes et des historiens ont montré l’étendue des rapports qui existent entre le temps du récit et le temps de la vie47. Le passé est-il à ce point mort, si différent de nos existences quotidiennes qu’il ne mérite plus d’être raconté ? S’il y a de la place pour l’histoire dans la littérature, et on connaît le succès des romans historiques, alors il y a une place pour la littérature dans l’histoire. En préservant leur souci d’exactitude, de nuance et de contrôle dans l’exposé des idées, en marge de leurs savants tableaux synchroniques, il importe que les historiens conservent, et même cultivent davantage, l’art de raconter48. Qui sait, risquer un pas en cette direction permettrait peut-être de « redramatiser » certains aspects de l’histoire du Québec et d’opérer un rapprochement entre le monde universitaire et le grand public, la narration demeurant, en effet, la façon la plus intuitive de répondre à la question : que s’est-il passé ?

***

  • 49 Joseph-Edmond Roy, Histoire du notariat au Canada depuis la fondation de la colonie jusqu'à nos jo (...)

31Un excès en attirant souvent un autre, on doit veiller à ce que dans cette réhabilitation de l’histoire compréhensive, qui participe du retour maintes fois réclamé de l’histoire et du sujet politiques, l’historiographie ne tourne pas en une tyrannie de la mémoire. Le passé n’est pas malléable à volonté ; il n’est pas une cire molle que l’on peut modeler et remodeler selon son bon vouloir. L’histoire et la mémoire entretiennent des rapports équivoques. La ligne est mince entre la recomposition du passé comme fin en soi et l’histoire en tant qu’entreprise de légitimation du présent. D’un côté, la vérité du passé ne doit jamais cesser de servir les besoins de nos vies ; de l’autre, les intérêts du présent ne doivent pas se substituer à la vérité du passé. Ce dernier est bien là pour éclairer le présent, mais en aucun cas les lumières du présent ne doivent nous empêcher de voir le passé « tel qu’en lui-même ». Ainsi, sans cesser de nous occuper de nous-mêmes49, nous devons, chaque fois qu’il nous prend d’écrire l’histoire, tâcher de respecter l’intégrité de l’existence des hommes et des femmes d’hier et d’autrefois. L’histoire n’existe que dans et pour cette tension.

  • 50 Cf. Fernande Roy, « L’émiettement de la pensée canadienne-française par Gérard Bouchard », Études (...)
  • 51 Gérard Bouchard, Genèse des nations et cultures du Nouveau Monde. Essai d’histoire comparée, Montr (...)
  • 52 Ibid., p. 176.
  • 53 Gérard Bouchard, Les Deux Chanoines. Contradiction et ambivalence dans la pensée de Lionel Groulx,(...)
  • 54 Gérard Bouchard, Raison et Contradiction. Le mythe au secours de la pensée, Québec, Éditions Nota (...)

32Si, dans son livre, Ronald Rudin assimile la conscience herméneutique à la conscience critique, on rencontre l’excès contraire chez l’un de nos plus brillants et prolifiques historiens actuels. Dans ses récents travaux, que l’on appréciera pour d’autres raisons, Gérard Bouchard soumet l’histoire à des impératifs mémoriels à partir d’une méthode et d’une perspective qui se sont déjà attirées leur lot de reproches50. Ici, les vieux chevaux positivistes sont de retour. Il n’est plus question de montrer comment les choses se sont passées de cette manière-là et non pas autrement, non plus que de montrer comment les choses auraient pu se passer autrement. Non, le but véritable est d’indiquer comment les choses auraient dû se passer. De l'explication/compréhension, on s’est élevé à la prescription. L’historien outrepasse-t-il son mandat et ses compétences quand il se permet de parler de « fausses identités51 », de qualifier un choix collectif d’« arbitraire52 », de dénoncer l’impuissance d’un « fragment de société, qui n’arrivait pas à se penser clairement ni à se poser efficacement dans l’histoire à partir de ses prémisses culturelles53 » ? D’où tient-il cette clarté, cette efficacité ? De la science apparemment, puisque c’est l’observation empirique qui permet d’évaluer la nature et le degré des contradictions54. En revenant à la définition dumontienne de l’interprétation, il faut en conclure que chez Bouchard il y a un réel qui est plus réel et plus vrai que l’autre. Inutile de préciser lequel.

33Bien que la pratique historique comporte une dimension critique, ne serait-ce que parce que comme historien, il faut à chaque fois choisir dans l’infinie diversité des faits, des relations causales et des phénomènes, la critique du passé à proprement dit est davantage un travail de mémoire qu’elle n’en est un d’histoire. Chose certaine, si l’on s’en tient à la perspective de Bouchard, une histoire purgée des errements du passé correspondrait à nos besoins actuels en matière de conscience historique. N’est-ce pas juger le passé à partir du pays que l’on voudrait avoir au lieu de se résoudre à celui que l’on a eu et que l’on continue fatalement d’avoir ? Cette méthode n’est-elle pas, selon l’expression consacrée, un peu trop facile pour être vraie ? Ne nous donne-t-elle pas, à nous les contemporains, le beau rôle ? En empruntant cette voie, on ne rend service ni aux morts, ni aux vivants, ni même à nos descendants. Refonder la nation sur le dos du passé est une entreprise qui manque d’un élémentaire savoir-vivre ou, comme le disait Nietzsche, qui passe outre toutes les piétés :

  • 55 Friedrich Nietzsche, Considérations inactuelles I et II, Paris, Gallimard, 1990, p. 113.

Puisqu’en effet nous sommes le fruit de générations antérieures, nous sommes aussi le fruit de leurs égarements, de leurs passions, de leurs erreurs, voire de leurs crimes : il n’est pas possible de se couper tout à fait de cette chaîne. Nous aurons beau condamner ces égarements et nous en croire affranchis, cela n’empêchera pas que nous en sommes les héritiers55.

  • 56 Jacques Beauchemin, L’histoire en trop. La mauvaise conscience des souverainistes québécois, Montr (...)

34Les reconstructions de la science historique, même celles-là qui bénéficient de l’objectivation de la démarche comparative, ne s’identifient pas avec l’expérience historique des acteurs. Pas plus qu’elle ne la reflète, la science ne reproduit la réalité. Dans la langue de Weber, on dirait qu’elle crée des idéaltypes ; dans celle de Husserl, qu’elle idéalise. Jamais des fichiers de banques de données ne recèleront toute la richesse et la complexité d’une société. Il est de sorte inapproprié et injuste d’opposer, toujours à l’avantage de la première, un monde empirique et un monde imaginaire qui ne faisaient qu’un dans l’expérience. Par exemple, « [e]n quoi le récit des origines et l’invention des traditions auxquels se seraient livrées les élites seraient-ils moins profondément constitutifs de l’identité québécoise que l’attirance des classes populaires pour l’Amérique56 ? » Il est parfaitement légitime de soutenir qu’une certaine élite québécoise n’a pas voulu d’une américanité dont les signes crevaient pourtant les yeux. Le leur reprocher au nom de notre volonté à nous d’être modernes et américains, c’est instruire le procès du passé au lieu d’essayer simplement de l’expliquer et de le comprendre.

  • 57 Friedrich Nietzsche, Considérations inactuelles I et II.., p. 134.

35Le passé n’est pas là pour nous donner raison, pour nous conforter dans nos choix, pour révéler à quel point nous sommes « justes et bons ». Nos ancêtres ne sont pas nos faire-valoir. L’écriture de l’histoire, comme tant d’autres l’ont déjà dit, est impossible sans une référence au présent, sans un recours à la finalité. Cela ne nous confère pourtant aucun privilège. Être les maîtres de la méthode non plus. On ne peut s’ériger en juge de toutes les époques, se considérer supérieurs quand, en fait, notre seul mérite est d’être venus plus tard57. Aujourd’hui est un point fuyant sur la ligne du temps. Hegel, Marx et tous les grands philosophes de l’histoire du XIXe siècle se trompaient et nous trompaient d’autant : une conscience historique n’est pas un promontoire nous permettant de nous hisser en surplomb de l’histoire pour en découvrir le fin mot. Une conscience historique se transforme, s’actualise, mais ne progresse pas. Au mieux, on dira qu’elle est adéquate. Aussi, un développement de la science historique ne se traduit pas obligatoirement par un bond en avant de la mémoire collective. Quantité et qualité forment parfois une violente antinomie. Savoir plus n’est pas nécessairement savoir mieux. Quand vient le temps de l’action, la connaissance objective est souvent désarmée et la subjectivité reconquiert ses droits. En ces matières, ce sont les relativistes qui ont raison : nous avons tout intérêt à rester humbles.

***

  • 58 Raymond Aron, Dimensions de la conscience historique, Paris, Librairie Plon, 1964 (1961 pour l’édi (...)

36Du point de vue épistémologique, ce qui précède milite en faveur d’un relativisme tempéré inspiré de la sociologie critique de Weber et de Aron. Dans Dimensions de la conscience historique (1961), ce dernier écrivait : « [...] ce relativisme dont l’histoire même de la connaissance historique témoigne, ne nous paraît nullement ruineux pour la science, s’il est correctement interprété. [...] Le relativisme historique est pour ainsi dire surmonté, dès lors que l’historien cesse de prétendre à un détachement impossible, reconnaît son point de vue et, par suite, se met en mesure de reconnaître les perspectives des autres58. » Plus près de nous, Jean-Pierre Wallot défendait une position similaire :

  • 59 Jean-Pierre Wallot, « De l’indiscipline historique et de la régulation des passés au présent », Li (...)

Prétendre que l’histoire est une science cumulative, à l’image des sciences de la nature, relève de la supercherie ou de l’utopie. Affirmer que chaque reconstruction repart à zéro et que son subjectivisme ne peut faire progresser notre connaissance du passé, c’est se prélasser dans l’avortement intellectuel. Dans la mesure même où l’histoire se reconnaît provisoire, se présente comme une série de reconstructions en cheminement (jamais achevé), c’est-à-dire comme un dialogue incessant entre des problématiques – des séries de questions explicites et organisées en un nœud cohérent – et des faits – la masse informe des débris de l’histoire –, les autres historiens, voire les autres chercheurs d’identité et de signification, peuvent critiquer la reconstruction, jouer avec les mêmes blocs et les abouter différemment, leur greffer d’autres pousses d’intuition, de recherches et de techniques d’appoint. Mais la méthode ne crée pas l’histoire, pas plus que le cilice, la vertu, ou le mot, la poésie59.

  • 60 Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, 2000, p. 320-339 ; 646-656

37La science est une espèce particulière de dialogue fondée sur l’argumentation. La choisir, c’est accepter de se plier minimalement à ses règles au profit d’une recherche incertaine et infinie de la vérité. Une recherche qui, en histoire, est celle de l’historien au premier chef, mais aussi celle des populations en général, car il arrive, comme l’a montré Paul Ricœur, que le souci de vérité sourde de l’histoire elle-même60.

38Les débats qui ont cours actuellement au Québec à propos de l’approche « moderniste » illustrent bien l’historicité des débats scientifiques. En science, point de perfection et d’éternité. Dans les salles de classe, les colloques, les publications, on ne rencontre que des arguments qui sont meilleurs que d’autres, plus convaincants et, conséquemment, plus durables. Et ce n’est qu’en renonçant à l’idée d’une objectivité qui ne pourrait être que celle d’un être supérieur (positivisme scientifique), et en dépassant la subjectivité des acteurs singuliers (relativisme radical) que l’on peut espérer établir ce qui constitue, à un moment et un endroit donnés, un argument meilleur et plus convaincant. La science n’est pas un monde fait d’unanimité et d’homogénéité, mais, tout à l’inverse, un monde toujours en alerte, fait de controverses, d’humeur, de concurrence. Un monde humain en somme, et qui, parce qu’il est humain, exige rigueur, imagination, disponibilité d’esprit et patience. Tout est durée, et la connaissance historique n’y coupe pas.

39Au total, nous est-il permis de conclure à un progrès de la pratique de l’histoire au Québec ? Oui, sans doute, sous l’angle de la critique, des méthodes, des connaissances factuelles, de l’élargissement du questionnaire, etc. Non, du point de vue herméneutique où, comme on l’a fait valoir, le poids de nos incertitudes risque à chaque instant de tout faire basculer et de relancer, une fois de plus, la dynamique de l’histoire. L’histoire est portée par l’imprévisible, et c’est ce qui lui procure, à la fin, son ouverture et sa richesse.

40On verra dans cette anthologie un hommage rendu à tous ces historiens québécois qui, depuis le lointain XVIIIe siècle, ont osé offrir une œuvre en sacrifice au temps.

Notes

1 En résulte une situation déconcertante où la retenue des universitaires tranche avec les « certitudes tranquilles » des membres des médias. Cf. Gérard Noiriel, « L’historien et l’objectivité », dans Jean-Claude Ruano-Borbalan (coord.), L’histoire aujourd’hui. Nouveaux objets de recherche. Courants et débats. Le métier d’historien, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, 1999, p. 421.

2 « Toutes les méthodologies ont leurs limites et la seule “règle” qui survit, c’est “tout est bon”. » Paul Feyerabend, Contre la méthode. Esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance, Paris, Editions du Seuil, 1979, p. 333.

3 Jean-Paul Bernard (invité) et François Ricard (animateur), Jean-Paul Bernard, 16 août 1981, Montréal, Société Radio-Canada (Ecrire l’histoire au Québec, cahier no 10), 1981, p. 7.

4 Hayden White, « The Historical Text as Literary Artifact », dans Robert H. Canary et Henry Kozicki (éd.), The Writing of History. Literary Form and Historical Understanding, Madison, University of Wisconsin Press, 1978, p. 41-62.

5 Nicolas Gallerano, « Histoire et usage public de l’histoire », Diogène, no 168, 1994, p. 95.

6 Pierre Trépanier, « Histoire et littérature aux XIXe et XXe siècles. Plaidoyer pour l’histoire comme genre littéraire », L’Action nationale, vol. 70, no 10, juin 1981, p. 813.

7 Gérard Noiriel, « L’historien et l’objectivité »..., p. 424. Les italiques sont de Noiriel.

8 Guy Frégault, La Civilisation de la Nouvelle-France 1713-1744, Montréal, Bibliothèque québécoise, 1990 (première réédition chez Fides en 1969), p. 11.

9 Max Weber, cité dans Maurice Merleau-Ponty, Les aventures de la dialectique, Paris, Gallimard, 1955, p. 35-36.

10 Gaston Bachelard, La dialectique de la durée, Paris, Quadrige/Presses Universitaires de France, 1989 (1950 pour l’édition originale), p. ix.

11 Frère Untel (alias Jean-Paul Desbiens), Les insolences du Frère Untel, Montréal, Les éditions de l’Homme, 1966 (1960 pour l’édition originale), p. 45.

12 Jean Hamelin, « L’histoire des historiens : entre la reconstruction d’une mémoire collective et la recherche d’une identité », dans Jacques Dagneau et Sylvie Pelletier (dir.), Mémoires et histoires dans les sociétés francophones, [Québec,] CELAT/Université Laval (Actes du CELAT, no 7), 1992, p. 67.

13 Gustave Lanctôt, « L’Histoire et ses exigences », dans Mémoires de la Société royale du Canada, 3e série – 1945, tome XXXIX, Ottawa, Imprimé par la Société royale du Canada, 1945, p. 112.

14 Guy Frégault, La Civilisation de la Nouvelle-France 1713-1744..., p. 10.

15 Gaston Bachelard, La formation de l’esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la connaissance objective, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1972, p. 14.

16 Karl Popper, La logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1973, p. 28.

17 Fernand Dumont, L’anthropologie en l’absence de l’homme, Paris, Presses Universitaires de France, 1981, p. 12 ; 13.

18 Maurice Lagueux, « Historiographie, philosophie de l’histoire et idéologie. À propos d’un texte de Fernand Dumont », dans Simon Langlois et Yves Martin (dir.), L’horizon de la culture. Hommage à Fernand Dumont, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval et Institut québécois de recherche sur la culture, 1995, p. 104.

19 Guy Frégault, « Antiquaires et historiens », Notre temps, 22 août 1953, p. 1.

20 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Éditions du Seuil, 1971/1978, p. 100-120.

21 Jean-Pierre Wallot (invité) et François Ricard (animateur), Jean-Pierre Wallot, 5 juillet 1981, Montréal, Société Radio-Canada (Écrire l’histoire au Québec, cahier no 4), 1981, p. 11.

22 Paul-André Linteau, « La nouvelle histoire du Québec vue de l’intérieur », Liberté, no 147,1983, p. 44.

23 Michel Brunet, « Histoire et historiens », dans Canadians et Canadiens. Études sur l’histoire et la pensée des deux Canadas, Ottawa, Fides, 1954, p. 39.

24 Ronald Rudin, Faire de l’histoire au Québec, Sillery, Septentrion, 1998 (1997 pour l’édition originale anglaise), p. 21. Nous reproduisons dans cette anthologie la traduction française de l’article dans lequel Rudin a exposé pour la première fois sa critique de l’historiographie québécoise. Embrassant moins large que Faire de l’histoire... et incluant dans l’analyse les historiens anglophones du Québec, ce texte nous semble nettement plus pondéré. Cf. « Revisionism and the Search for a Normal Society : A Critique of Recent Quebec Historical Writing », Canadian Historical Review, vol. 73, no 1,1992, p. 30-61 ; « La quête d’une société normale : critique de la réinterprétation de l’histoire du Québec », Bulletin d’histoire politique, vol. 3, no 2, hiver 1995, p. 9-42.

25 Ronald Rudin, Faire de l’histoire au Québec..., p. 9.

26 Ibid., p. 17.

27 Ibid., p. 23.

28 On aimerait bien lui reconnaître le mérite d’avoir joué le rôle d’éveilleur de conscience. Mais admettre que son travail ait pu se révéler profitable aux historiens québécois en les incitant à une plus grande réflexivité, n’est-ce pas céder au « côté glorification » qu’il reproche lui-même à Carl Berger (p. 14-15) ? C’est l’ennui avec le relativisme radical : on se prive de recevoir des éloges pour autre chose que d’avoir noirci du papier ou semé la controverse.

29 Ronald Rudin, Faire de l’histoire au Québec..., p. 19.

30 Peter Novick, That Noble Dream. The « Objectivity Question » and the American Historical Profession, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 3. L’acception que Novick prête au terme « mythe » mérite d’être précisée : « My use of the term, in accordance with current practice, implies nothing about the truth or falsity of what is being discussed. Rather it is a device to illuminate the important functions which “historical objectivity” has served in sustaining the professionnal historical venture ; and, since myths are by definition sacred, the tenacity, indeed ferocity, with which it has been defended. »

31 Yves Gingras, « Une sociologie spontanée de la connaissance historique », Bulletin d’histoire politique, vol. 4, no 2, hiver 1995, p. 42.

32 Fernande Roy, Progrès, Harmonie, liberté : le libéralisme des milieux d’affaires francophones montréalais au tournant du siècle, Montréal, Boréal, 1988, 301 p.

33 Gilles Bourque, Jules Duchastel et Jacques Beauchemin, La société libérale duplessiste 1944-1960, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1994, 435 p.

34 Louise Dechêne, Habitants et marchands de Montréal au XVIIe siècle, Paris/Montréal, Plon, 1974, 388 p.

35 Gérard Bouchard, Quelques Arpents d’Amérique : population, économie, famille au Saguenay (1838-1971), Montréal, Boréal, 1996, 635 p.

36 Jean-Marie Fecteau, « La quête d’une histoire normale : réflexion sur les limites épistémologiques du “révisionnisme” au Québec », Bulletin d’histoire politique, vol. 4, no 2, hiver 1995, p. 32.

37 Pour apprécier la contribution des sociétés savantes au développement d’un champ autonome de production et de diffusion du savoir historique au Québec durant la période qui précède la Révolution tranquille, voir l’article de Patrice Régimbald, malheureusement resté sans suite : « La disciplinarisation de l’histoire au Canada français 1920-1950 », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 51, no 2, automne 1997, p. 163-200.

38 Lionel Groulx, Une anthologie, Montréal, Bibliothèque québécoise, 1998, p. 47. Textes choisis et présentés par Julien Goyette.

39 Il semblait à Jean Hamelin que c’est « une caractéristique de notre tradition québécoise intellectuelle que de fonctionner moins par rupture que par ignorance des devanciers ». Jean Hamelin, « L’histoire des historiens : entre la reconstruction d’une mémoire collective et la recherche d’une identité »..., p. 68.

40 Raymond Aron, Leçons sur l’histoire. Cours du Collège de France, Paris, Éditions de Fallois, 1989, p. 185. Établissement du texte, présentation et notes par Sylvie Mesure.

41 Ronald Rudin, Faire de l’histoire au Québec..., p. 16.

42 Jean-Marie Fecteau, « La quête d’une histoire normale : réflexion sur les limites épistémologiques du “révisionnisme” au Québec »..., p. 35.

43 Georges Canguilhem, Études d’histoire et de philosophie des sciences concernant les vivants et la vie, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1994 (1968 pour la première édition), p. 21.

44 Fernand Dumont, « Le projet d’une histoire de la pensée québécoise », dans [s.a.], Philosophie au Québec, Montréal/Paris Tournai, Bellarmin/Desclée, 1976, p. 33.

45 Paul Ricœur, Histoire et Vérité, Paris, Editions du Seuil, 2001 (1955 pour l’édition originale), p. 27.

46 Fernand Dumont, Genèse de la société québécoise, Montréal, Boréal, 1996 (1993 pour l’édition originale), p. 349.

47 Voir, entre autres, Paul Ricoeur, Temps et récit, Paris, Éditions du Seuil, 1983-1985, 3 tomes.

48 Évidemment, il y a un pas entre suggérer que les historiens adoptent la forme narrative quand cela s’y prête et dire que l’histoire est une pure fiction. On mesure bien la différence entre raconter des histoires et se raconter des histoires...

49 Joseph-Edmond Roy, Histoire du notariat au Canada depuis la fondation de la colonie jusqu'à nos jours, 4e volume, Lévis, Imprimé à La revue du notariat, 1899, p. 623.

50 Cf. Fernande Roy, « L’émiettement de la pensée canadienne-française par Gérard Bouchard », Études d’histoire religieuse, vol. 71, 2005, p. 89-99 ; Joseph Yvon Thériault, Critique de l’américanité, Montréal, Québec/Amérique, 2002, 374 p. ; Pierre Trépanier, « L’historien et la tradition », dans Damien-Claude Bélanger, Sophie Coupal et Michel Ducharme (dir.), Les idées en mouvement : perspectives en histoire intellectuelle et culturelle du Canada, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2004, p. 77-105.

51 Gérard Bouchard, Genèse des nations et cultures du Nouveau Monde. Essai d’histoire comparée, Montréal, Boréal, 2000, p. 146.

52 Ibid., p. 176.

53 Gérard Bouchard, Les Deux Chanoines. Contradiction et ambivalence dans la pensée de Lionel Groulx, Montréal, Boréal, 2003, p. 21.

54 Gérard Bouchard, Raison et Contradiction. Le mythe au secours de la pensée, Québec, Éditions Nota bene/Cefan, 2003,129 p.

55 Friedrich Nietzsche, Considérations inactuelles I et II, Paris, Gallimard, 1990, p. 113.

56 Jacques Beauchemin, L’histoire en trop. La mauvaise conscience des souverainistes québécois, Montréal, VLB éditeur, 2002, p. 74.

57 Friedrich Nietzsche, Considérations inactuelles I et II.., p. 134.

58 Raymond Aron, Dimensions de la conscience historique, Paris, Librairie Plon, 1964 (1961 pour l’édition originale), p. 13-14.

59 Jean-Pierre Wallot, « De l’indiscipline historique et de la régulation des passés au présent », Liberté, no 147, 1983, p. 61-62.

60 Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, 2000, p. 320-339 ; 646-656.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search