Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parole d'historiens

Deuxième partie. Le moment de la modernisation

29. La philosophie de l’histoire et la pratique historienne d’hier et d’aujourd’hui

1982

Fernand Ouellet

Note de l’éditeur

Source : Fernand Ouellet, « La philosophie de l’histoire et la pratique historienne d’hier et d’aujourd’hui », dans David Carr, William Dray et al., La philosophie de l’histoire et la pratique historienne d’aujourd’hui, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1982, p. 215-222.

Texte intégral

  • 1 J. Le Goff, R. Chartier et J. Revel, La Nouvelle Histoire, Paris. C.E.P.L., 1978, p. 228.
  • 2 W. H. Walsh, « What Can We Learn from Historians? » Texte de ce colloque.

1La philosophie de l’histoire s’est constituée par rapport à une pratique historienne dont l’évolution échelonnée sur des siècles avait abouti vers la fin du XIXe siècle à l’enracinement de la tradition positiviste : au cours de cette lente mutation, on était passé de la chronique narrative à l’histoire critique qui n’était, après tout, qu’une autre forme de récit, valorisée par l’historien lui-même. Presque partout, excepté en France, lorsque l’enseignement de l’histoire avait été institutionnalisé et incarné dans les programmes cohérents, ceux-ci avaient presque toujours comporté un fort ingrédient de philosophie de l’histoire. Celle-ci avait non seulement eu pour fonction d’analyser les fondements apparents et cachés de la pratique historienne mais d’en garantir jusqu’à un certain point la pérennité en démontrant que l’historien ne pouvait en fin de compte échapper à son destin qui était de raconter. Critique ou justificatrice de l’historien et de ses façons de faire et de dire, cette forme de philosophie s’était imposée à lui plus ou moins comme une sorte de lointaine et inaccessible référence méthodologique. C’est Jacques Le Goff qui, à propos de la domination exercée dans certains pays par certains chefs-de-file de la philosophie de l’histoire, tels Vico, Hegel, Carlyle, Spengler, Croce et Toynbee, attire l’attention sur cette fonction de freinage de la philosophie de l’histoire. Il écrit à cet égard : « la tradition historiographique, en France, s’est plus ou moins protégée de deux influences qui, ailleurs, en Allemagne, en Italie, dans les pays anglo-saxons notamment, l’ont plus ou moins asservie, stérilisée ou, en tout cas, détournée de cette histoire du quotidien et du concret où l’histoire nouvelle a puisé sa meilleure inspiration. Je veux parler de la philosophie – et plus particulièrement de la philosophie de l’histoire – et du droit inspirant une histoire juridique trop souvent coupée du réel1... » Ce que le Dr W.H. Walsh, philosophe de l’histoire, dit de l’attitude des praticiens des sciences sociales et des stéréotypes que souvent ils véhiculent à propos de l’historien, s’applique aussi d’une certaine façon à bien des philosophes de l’histoire : « it seems to me, écrit-il, that in so far as social scientists insist that they alone know about the true forces which actuate man in society they necessarily devalue history by confining it to the handling of surface appearances2... »

2Il est certain que la transformation radicale de la pratique historienne, amorcée depuis la seconde décennie du XXe siècle, n’a pas été engendrée au départ par les réflexions des philosophes sur le métier d’historien. On pourrait aisément avoir le sentiment qu’il existe encore actuellement plus qu’un décalage chronologique entre celles-ci et celle-là ; mais trop insister sur cet aspect du problème serait jusqu’à un certain point méconnaître le fait que la pensée épistémologique s’est maintenant éveillée à la complexité croissante des pratiques historiennes et que les historiens eux-mêmes commencent à admettre l’utilité pour leurs œuvres d’un certain regard philosophique qu’il vienne de leur milieu ou d’ailleurs. Il faut dire que l’épistémologie et l’historiographie ou l’histoire de l’histoire, qu’elles soient pratiquées par des philosophes ou des historiens, sont devenues des spécialités exercées dans la grande majorité des cas par des individus qui ignorent presque tout du travail concret de l’historien et qui, par conséquent, risquent de le juger de haut et de loin.

  • 3 G. Mairet, Le discours et l’historique. Essai sur la représentation historienne du temps, Tours-Par (...)
  • 4 Texte présenté à ce colloque.
  • 5 M. De Certeau, « L’histoire, science et fiction. » Texte de ce colloque.

3La prise de conscience de cette transition historiographique et de la difficulté d’en mesurer la portée est évidente entre autres dans le livre de Gérard Mairet, Le discours et l’historique3, dans lequel il tente d’analyser ce qu’il nomme la crise de l’historiographie caractérisée, dit-il, par le passage de l’événement à la structure, et dans le texte de Paul Ricœur, Contributions de l’historiographie française à la notion d’événement4, où parlant de l’éclipse de l’événement, il décrit essentiellement cette mutation comme un effort pour décrocher l’écriture de l’histoire de la référence actantielle ou narrative. Cette version du rôle novateur de l’école des Annales aboutit finalement à un constat d’échec et elle se trouve ainsi à appuyer jusqu’à un certain point la démonstration que veut faire Michel de Certeau à propos de cette faillite, selon lui, inévitable. Au terme de son exposé dans lequel celui-ci attire l’attention sur l’effort des historiens pour se libérer du carcan narratif, il déclare : « Envisagée comme discipline, l’historiographie est une science qui n’a pas les moyens de l’être5. » Ce jugement pessimiste sur l’issue de la crise historiographique, bien que plus représentatif qu’on pourrait le croire de la pensée des philosophes, mérite cependant d’être revu à la lumière du contexte plus large dans lequel se situe l’évolution de la pratique historienne.

Le poids de la tradition positiviste et le malentendu de l’objectivité

  • 6 J. Glénisson, Vingt-cinq ans de recherche historique en France (1940-1965), Paris, C.N.R.S., 1965, (...)
  • 7 La Nouvelle Histoire, p. 40.

4La tradition positiviste s’était donc cristallisée au terme d’une évolution qui, en cours de route, avait été marquée par l’émergence de la pensée critique6. À la base de la démarche narrative, persistait une conception de l’événement et du fait historiques comme uniques à tous égards. Uniques et originaux, les faits historiques l’étaient parce qu’ils étaient inassimilables les uns aux autres et parce qu’ils ne pouvaient se répéter. Impossible par conséquent de les regrouper en une série homogène afin de pouvoir aller au-delà de leur signification individuelle. À ce niveau, la fonction de l’historien n’était pas d’expliquer mais de rendre compte de ce caractère unique de l’événement en le disant selon un ordre approprié : l’ordre chronologique. La dimension du temps était celle de l’enchaînement causal des événements, d’un enchaînement d’accidents, peut-on dire. L’historien événementiel était par son approche voué à privilégier l’individu et ses actes et, davantage encore, sa vocation était de porter ses regards sur les hommes marquants, sur ceux qui modifient le destin de la nation, particulièrement dans le royaume de la politique. C’est dans cette perspective que la biographie des grands hommes prenait tous son sens dans la pratique historienne. Ainsi conçue, l’histoire était une discipline unique, fondée sur l’unique, sur le non-répétitif, sur l’exceptionnel, voire sur le grandiose. Même lorsqu’il était question de groupes ou de collectivités d’une sorte ou d’une autre, il s’agissait finalement dans le propos de l’historien de catégories sociales traitées comme des individus isolés. André Burguière écrit à ce sujet : « Tout phénomène qui n’apparaît pas sur la scène publique peut être ignoré par l’historien, non seulement parce qu’il ne correspond pas à une action consciente et volontaire, mais parce qu’il est censé échapper au mouvement historique7. » Cette forme d’histoire, fascinée par l’univers politique, théâtre principal où devait se dérouler le destin de la nation, et lieu privilégié, avec le militaire et le diplomatique, des actions d’éclat individuelles, était, il va sans dire, pratiquée aussi bien par des amateurs que par des historiens de métier. Sa survivance explique pourquoi la professionnalisation de la discipline ne sera jamais telle qu’elle provoquera le remplacement total des premiers par les seconds : l’historien amateur a toujours droit de cité parmi les historiens, bien que de plus en plus marginal.

  • 8 C.-V. Langlois et C. Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette, 1898. Voir au (...)

5L’histoire positiviste puise aussi ses racines dans le courant rationaliste qui se constitue depuis le XVIe siècle et donne naissance à la pensée scientifique. Elle repose sur une certaine idée de l’homme comme un être rationnel, conscient et capable par la force de sa volonté de dominer l’univers. L’historien serait le bénéficiaire de cette vision du monde qui justifierait sa prétention et sa quête de l’objectivité absolue. Savant, il le serait donc par sa capacité de transcender son milieu et son temps, d’échapper aux idéologies qu’ils sécrètent, en un mot, il le serait par sa puissance d’impassibilité ; il le serait aussi par sa méthode qui lui permettrait de transformer l’événement en fait historique, de passer ainsi d’une connaissance indirecte à une connaissance quasi-directe de son objet8.

  • 9 J. Glénisson, Vingt-cinq ans de recherche historique en France..., p. xii.

6C’est en ce sens seulement qu’on peut parler d’histoire positiviste à propos de cette tradition historiographique qui, parce qu’elle se représente le fait historique comme unique, rejette la philosophie positiviste au même titre que toutes les autres. La raison en est que l’objectif de l’historien, forcément limité par la nature de son objet, n’est pas en bonne logique positiviste de dégager des lois et d’élaborer des théories mais de parvenir à la « vérité ». Sa démarche doit nécessairement être érudite, empirique et orientée vers la constitution du récit. Retracer les documents écrits, en établir l’authenticité et la véracité à l’aide de la méthode critique, en extraire les faits et les exposer en toute objectivité sans prétendre aller plus loin, tel est le but ultime de cette pratique historienne. « Héritier de trois siècles d’érudition patiente et modeste, affirme J. Glénisson, pénétré de la critique mise au point par la philologie classique9 », l’historien positiviste disposait selon ses maîtres à penser, Langlois et Seignobos, d’une méthode sûre et parfaitement rationnelle. Ainsi, la discipline historique qui s’était élaborée en réaction contre les rhéteurs et les moralistes, avait, par sa méthode et par l’aptitude de l’historien à s’abstraire de son temps, un caractère scientifique incontestable. D’un autre côté, en mettant au rancart toute prétention philosophique et théorique, en recherchant sa finalité dans le récit et non dans l’explication, elle tendait à se définir en même temps comme une humanité, apparentée à certains égards à la littérature et à l’art.

7Cette tradition positiviste, dont l’emprise s’exerce à peu près partout jusqu’en 1930, est celle qui a presque exclusivement attiré jusqu’à tout récemment l’attention des philosophes et inspiré leurs analyses. Quand, dans son exposé, le Dr W.H. Walsh se demande : « What can we learn from historians ? », sa réponse se résume à un long récitatif qui, de paragraphe en paragraphe, ne fait qu’énumérer les éléments de la pratique historienne positiviste :

  • 10 Texte présenté à ce colloque.

History is about the individual... historians are before all lovers of detail... history really deals with the unique... historical thought is concerned with things that are strictly unrepeatable... History contains no theory peculiar to itself (theories in history are simply particular hypotheses)... no more than the insights of common sense... no jargon... corrélations with no explanatory power... the procedure of history is the procedure of humanities10...

8Il est évident que cette approche tend à réduire la pratique historienne d’aujourd’hui à ce qu’elle était en 1930 lorsque débuta sa remise en question et à ne voir dans les évolutions subséquentes que des ajustements superficiels sans grande signification. Pourtant, hors les règles toujours valables de la critique interne et externe des sources, du recours aux sources les plus authentiques et les plus valables, tous les fondements de l’approche positiviste ont été contestés par les historiens eux-mêmes. Les premiers coups ont d’ailleurs été portés contre un credo de base, la prétention de l’histoire positiviste à l’objectivité absolue. Dans Combats pour l’histoire, Lucien Febvre écrivait :

  • 11 L. Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Colin, 1953, p. 56.

non, la science ne se fait pas dans une tour d’ivoire, par l’opération intime et secrète des savants désincarnés vivant, en dehors du temps et de l’espace, une vie de pure intellectualité... la Science se fait par des hommes baignant dans le milieu de leur époque... elle ne se sépare pas du milieu social dans lequel elle s’élabore11...

  • 12 Publié à Montréal en 1944.
  • 13 Le premier publié en 1944, le second en 1948 et le troisième en 1952.
  • 14 « General and Special Histories: The Problem of Objectivity in Cultural History. » Texte présenté à (...)

9S’il est une croyance qui fait problème, c’est bien celle de l’objectivité absolue de l’historien. Il n’est pas besoin de creuser bien longtemps les œuvres des chercheurs positivistes, de ceux mêmes qui paraissent avoir recherché davantage le suprême détachement et poussé le plus loin une stricte application des règles du métier, pour comprendre que le récit a un sens et que cette signification, peut-être parce que l’historien positiviste néglige ou ignore la puissance de l’inconscient, provient d’abord d’une invasion inconsciente du travail de l’historien par son idéologie, en particulier, par ses propres valeurs. Parmi les historiens canadiens, G. Frégault, dont l’œuvre ne tranche pas sur celle de la plupart de ses collègues à cet égard, est sur ce plan un exemple intéressant : lorsqu’il publie en 1944 sa Civilisation de la Nourelle-France12, œuvre de synthèse qui puise l’essentiel de sa cohérence dans l’idéologie nationaliste canadienne-française traditionnelle, G. Frégault avait déjà amorcé la même année la publication d’une série de biographies qui seront toutes construites, apparemment, selon les normes du positivisme le plus rigoureux : érudition poussée le plus loin possible, démarche empirique appuyée sur un esprit critique achevé et, dans la mesure du possible, prise de distance par rapport à tout jugement moral. Pourtant, prises ensemble et situées dans un contexte plus large, ces trois études spéciales, Iberville, le conquérant, Le grand marquis. Pierre de Rigaud de Vaudreuil et François Bigot, administrateurs français13, sont elles aussi des contributions à l’idéologie nationaliste traditionnelle et les hommes illustres qui en sont l’objet trouvent finalement leur place au Panthéon national, les deux premiers parmi les héros et le dernier dans la galerie des anti-héros. Ici, la distinction, dont parle A.P. Fell14, entre histoires générales et histoires spéciales ne vaut pas.

10Il ne fait pas de doute que l’historien, quel qu’il soit, entretient des rapports plus ou moins complexes et subtils avec le présent, qu’il se situe dans un milieu social donné qu’il assume ou rejette à des degrés divers, qu’il appartient à une classe sociale et qu’il possède une idéologie. Ces diverses formes d’engagement imprègnent d’une façon ou d’une autre son œuvre scientifique. Mais il serait faux de croire que, parmi les spécialistes des sciences de l’homme, il fait figure d’exception à cet égard ou qu’il se trouve dans une situation plus délicate que ses voisins sociologues, économistes, politicologues, démographes, géographes ou autres. Un exemple éclairera cette constatation.

  • 15 J.C. Falardeau (éd.), Les Essais sur le Québec contemporain, Québec, Les Presses universitaires Lav (...)

11Au cours de la décennie 1950-1960, le modèle le plus fréquemment utilisé par les sociologues québécois est celui de la Folk Society qui avait été élaboré par l’anthropologue américain Redfield. On peut prétendre, sans crainte d’exagérer, que la vogue dont jouit alors ce schéma d’analyse tenait moins à ses vertus scientifiques qu’au sentiment qui prévalait parmi les intellectuels québécois d’alors que leur société et ses institutions étaient mal adaptées aux exigences du monde industriel et qu’il fallait les réformer. À ces hommes engagés dans la remise en question des bases de la société d’autrefois, il apparut avec plus ou moins de netteté que l’emploi d’un instrument d’analyse fondé sur le contraste entre la société traditionnelle et la société industrielle serait fécond. C’est pourquoi, les Essais sur le Québec contemporain15, édités par J.-C. Falardeau et publiés en 1953, constituent dans cette perspective à la fois une critique du milieu canadien-français et un programme de recherche sur le phénomène de l’industrialisation et ses conséquences. Malheureusement, les grandes enquêtes préconisées dans le but de vérifier adéquatement ce modèle ne furent jamais menées bien loin. L’article de J.-C. Falardeau publié à cette époque sur La paroisse canadienne-française au XVIIIe siècle, illustre bien la nature de ces constructions intellectuelles faiblement appuyées sur une recherche empirique mais dont les conclusions étaient dictées par l’idéologie de leur auteur. Il n’est pas étonnant de constater que la mise au rancart à peu près complète vers 1960 du modèle de la Folk Society ne sera pas le résultat direct du labeur empirique mais le fruit arrivé à terme de la résurgence dans le milieu intellectuel québécois de l’idéologie nationaliste, hostile à toute tentative de comparaison entre les Canadiens français et les primitifs. Marcel Rioux, un de ceux qui avaient poussé le plus loin l’utilisation de la théorie de Redfield en l’appliquant à des habitats insulaires, écrivait en 1962, époque où il est devenu sensibilisé à une idéologie indépendantiste et marxisante :

  • 16 F. Ouellet, « La recherche historique au Canada français », dans L. Beaudoin (éd.), La recherche au (...)

S’il existe une sociologie de la dépendance comme celle que notre collègue Georges Ballandier a étudiée, il doit bien exister aussi une sociologie de l’indépendance ; quelle que soit celle que chacun choisira selon son tempérament et ses aptitudes, les études qui en découleront pourront non seulement nous renseigner sur notre société, mais influer peut-être sur la conjoncture même16...

12Ce rapport intime entre l’idéologie et le travail scientifique, qui existe aussi bien dans les travaux des historiens que dans ceux des spécialistes des sciences sociales, a été d’une façon mis en évidence dans l’exposé de Gérard Bouchard :

  • 17 « La science historique comme anthropologie sociale. » Texte présenté à ce colloque.

que les vérités historiographiques naissent et meurent non pas par le « bas », c’est-à-dire par le jeu des vérifications et des contre-preuves, ou par l’arbitrage implacable des données empiriques, mais par le « haut », c’est-à-dire au gré des glissements qui affectent les préoccupations, les façons de percevoir, les valeurs, les idées, tout ce qui fonde et oriente la construction du savoir17.

13Il est vrai que le présent, ce qui inclut des options idéologiques et l’identification à une classe sociale particulière, exerce une fonction nourricière pour l’historien accomplissant son œuvre ; il est également vrai que la formulation la plus complète possible, à toutes les étapes de la recherche, des objectifs visés, des modèles et des procédés employés contribue d’une façon fondamentale à la réalisation d’une œuvre scientifique. Mais, s’il suffisait de faire confiance aux suggestions du présent, si riches soient-elles, et de recourir à une méthodologie bien au point pour atteindre tous les résultats désirés, alors les vérités historiographiques seraient dans tous les cas remises en question par les seuls tests empiriques ou, sans eux, elles ne le seraient pas. Mais il arrive aussi, même fréquemment, que l’historien soit écrasé par le présent et par ses appartenances : c’est alors que sa vérité tire son origine de son idéologie et s’y accomplit. À ce niveau, l’idéologie a une fonction de contamination et peut même stériliser tout l’effort scientifique. Il semble nécessaire d’admettre que le degré de conscientisation de l’historien est limité, qu’à cet égard il n’est pas différent des praticiens des autres sciences sociales et qu’il ne saurait, même s’il le voulait, tout formuler à propos de sa démarche. Pour que sa méthodologie puisse conduire à des résultats scientifiquement acquis, il est cependant un geste indispensable de sa part : c’est qu’il prenne conscience des conditions dans lesquelles il opère, qu’il marque une certaine distance entre lui et les sollicitations du présent et qu’il admette le relativisme de ses explications. Trop croire à l’objectivité ou accorder trop de crédit à la subjectivité revient au même, c’est plus ou moins consciemment gager en faveur de l’histoire-propagande. Il est vrai que le discours de l’historien porte sur des valeurs et qu’en conséquence son discours est un discours de classe mais la science figure aussi parmi les valeurs de la société. Dans tout milieu où la tradition scientifique est assez bien enracinée, les vérités historiographiques se font et se défont autant par le « haut » que par le « bas », puisque, pour construire son objet, l’historien qui désire faire œuvre scientifique, doit être actif à ces deux niveaux.

Notes

1 J. Le Goff, R. Chartier et J. Revel, La Nouvelle Histoire, Paris. C.E.P.L., 1978, p. 228.

2 W. H. Walsh, « What Can We Learn from Historians? » Texte de ce colloque.

3 G. Mairet, Le discours et l’historique. Essai sur la représentation historienne du temps, Tours-Paris, Marne, 1974.

4 Texte présenté à ce colloque.

5 M. De Certeau, « L’histoire, science et fiction. » Texte de ce colloque.

6 J. Glénisson, Vingt-cinq ans de recherche historique en France (1940-1965), Paris, C.N.R.S., 1965, 2 vol. Voir aussi La Nouvelle Histoire, p. 460 ss.

7 La Nouvelle Histoire, p. 40.

8 C.-V. Langlois et C. Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette, 1898. Voir aussi G.J. Garraghan, A Guide to Historical Method, New York, Fordham University Press, 1946.

9 J. Glénisson, Vingt-cinq ans de recherche historique en France..., p. xii.

10 Texte présenté à ce colloque.

11 L. Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Colin, 1953, p. 56.

12 Publié à Montréal en 1944.

13 Le premier publié en 1944, le second en 1948 et le troisième en 1952.

14 « General and Special Histories: The Problem of Objectivity in Cultural History. » Texte présenté à ce colloque.

15 J.C. Falardeau (éd.), Les Essais sur le Québec contemporain, Québec, Les Presses universitaires Laval, 195 3 ; M. Rioux et Y. Martin (eds.), French Canadian Society, vol. I, Toronto, McClelland and Stewart, 1964 : collection d’articles qui inclut les textes de Falardeau.

16 F. Ouellet, « La recherche historique au Canada français », dans L. Beaudoin (éd.), La recherche au Canada français, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1968, p. 88.

17 « La science historique comme anthropologie sociale. » Texte présenté à ce colloque.

Auteur

Docteur en histoire de l’Université Laval (1965), il enseigne successivement à cette université, à l’Université Carleton, à l’Université d’Ottawa et à l’Université York. Auteur d’Histoire économique et sociale du Québec, 1760-1850 (1966) et Le Bas-Canada, 1791-1840 : changements structuraux et crise (1976), ses interprétations historiques remettent en cause les hypothèses de l’École de Montréal.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter