Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondances

 | 
Alain Grandbois

Appendices : lettres à Alain Grandbois

Appendices. Lettres à Alain Grandbois

Texte intégral

1. De Bernadette Rousseau-Grandbois1

  • 1 Autographe, 1 f. (19,5 x 14,75 cm) écrit recto verso à l’encre bourgogne (BNQ, 204/9/19).

1Québec, 13 nov. 1925

2Mon cher Alain,

3Anxieuse d’avoir de meilleures nouvelles, les jours me durent. Je ne sais plus attendre, toutefois j’aime à croire que tu es à cette heure délivré, sorti de l’hôpital et en train de profiter précieusement de ton séjour là-bas.

  • 2 L’Événement du 12 novembre (p. 1) rend compte de la représentation de l’opéra Carmen par la Troupe (...)
  • 3 Sœur d’Alain, née le 21 mars 1907.

4La vie ici se continue toujours, le même amenant de temps à autre certains agréments voire même des désagréments. Such is life. En ce moment nous jouissons d’une semaine d’opéra. Quelques artistes de l’autre côté — très bons — mais en grande partie des nôtres Canadiens. Votre cousine Suzanne Alain fait partie de cette troupe. Je l’ai entendue dans Carmen (dans le rôle de Mercédès2), elle s’en est bien tirée, paraît très bien, joue avec souplesse, chante agréablement. Elle a de l’étoffe si je ne me trompe, pour faire une bonne artiste. Là est son plus cher désir, avec l’intention de se conserver bonne, nous a-t-elle dit. Mais c’est à faire trembler la mère d’une telle fille, qu’en penses-tu ? Le milieu est si provocant, les occasions de se perdre, multiples. Jeanne3, pour la première fois, entendait Carmen, hier ; elle en revint toute impressionnée, ralliée au désir de faire du théâtre, enviant le sort de ces artistes qui faisaient une si belle vie selon son expression. Je bénis le Ciel qui lui a donné tout juste le talent pour la maintenir dans le droit chemin.

  • 4 Il s’agit probablement de Lucilie Rousseau (née en 1880), sœur de Bernadette, et de Gabrielle et M (...)

5Lucille, G. et M4 sont allées entendre Samson et Dalila, musique classique dans le genre Tannhäuser. C’était plutôt monotone pour qui ne peut saisir les nuances de cette musique. Madeleine est toujours triste, je reste fort soucieuse à son sujet. Ton père n’a pas encore vendu son bois, et les affaires ne sont pas roses.

  • 5 Louis-Jérôme, frère d’Alain, né le 6 mars 1905.

6Suzanne Alain vient souper avec nous tous les soirs de cette semaine. C’est le seul congé qu’elle peut avoir. [C’est] triste, très sincèrement. L. J5 se reprend à désirer faire un artiste, mais ses désirs sont rarement l’expression d’une volonté ferme et tenace. Pour lui comme pour bien d’autres, le théâtre n’est pas un bien. Sur ce, je te laisse en te souhaitant tout ce que je peux désirer de meilleur pour mon garçon.

7Maman

2. De Henri Grandbois6

  • 6 Autographe, 1 f. (17,5 x 27 cm) plié en deux et paginé II et III, écrit recto verso à l’encre noir (...)

8Vendredi, le 20 novembre 1925

9Mon cher Alain,

10Voilà bien un mois près que je t’écrivais pour te donner quelques bouts de nouvelles. Je n’ai pas eu de réponse à cette première lettre et je sais que tu n’as pas tardé non plus, puisque le trajet aller et retour absorbe bien près de 30 jours. Et ensuite, il y a ta maladie qui a pu aussi être cause de quelque retard. Enfin, dis-nous comment tu es ? Nous sommes anxieux de le savoir.

  • 7 Les élections fédérales du 29 octobre 1925 dans lesquelles les Conservateurs ont élu 116 députés, (...)
  • 8 Joseph Morin, futur ministre de la Justice dans le gouvernement de Mackenzie King, et André Fauteu (...)

11Le résultat des élections7 est maintenant bien connu : 118 conservateurs, 100 libéraux, 23 prog., 2 travaillistes, 1 ind. et 1 siège vacant. M. King convoque la chambre pour le 10 déc. et veut risquer de gouverner avec l’assentiment des Prog. Meighen, de son côté, en brave capitaine, attend son homme et savait être le favori du peuple, ayant la grande majorité des votes du pays ; pas de doute qu’il choisira son heure pour frapper un grand coup. Tout le monde croit cependant que nous aurons de nouvelles élections d’ici 6 mois, car il faut un gouvernement fort de plusieurs voix pour mener la barque qui est joliment avariée, mais il faut attendre. La lutte dans Bagot excite déjà nos Canayens, elle sera chaude, puisque ce sera la première et la seule avant la session. Les candidats sont Mrs. Morin et Fauteux8, ce dernier n’a perdu que par 600 voix en octobre, et il espère bien se reprendre. Cette fois-ci, Meighen va se montrer en allant lui-même combattre pour son candidat et ancien ministre à Acton Vale, petite ville de ce comté. Sa déclaration de ne plus engager nos soldats dans de nouvelles guerres de l’Empire, sans en appeler au peuple, dans une élection générale, a soulagé les inquiétudes des électeurs et donné meilleure chance à son clan ; cette première et grande concession aux Can.-français va probablement lui attirer la province qui n’en voulait pas, du moins les commentaires des journaux sont dans ce sens et il est l’homme habile pour triompher, s’il veut mettre un peu d’eau dans son vin. Tu sais que c’est toujours ce que je t’ai dit sur son compte.

12À part de cet événement, les nouvelles sont assez rares. J’ai réussi à vendre environ 40 chars de bois depuis mon retour à Québec, mais il m’en reste encore 2 millions de pieds à passer, et je prévois que ça va prendre une partie de l’année 1926 pour le faire. Je n’ai pas ouvert de bureau à Québec et j’attendrai l’avenir. À la maison, tout est dans le même état qu’au moment de ton départ. Lucile est toujours ici, elle partira probablement vers la fin de novembre. Gaby & Mad ont donné une soirée-bridge le 8 et Jeanne une après-midi à ses amies hier. Tout ce petit monde est gai et bien vivant.

13La neige qui était tombée hier à bonne heure en octobre, est disparue et nous sommes encore sur les chemins de terre ; la saison est plutôt pluvieuse avec gros nuage et fort vent. Je remiserai mon auto la semaine prochaine, à St-Casimir, car je veux y faire faire un peu de toilette au printemps avant de la reprendre. Les derniers paquebots d’Europe nous arrivent aujourd’hui et demain, puis le port sera fermé, c’est désert maintenant sur la terrasse, j’y rencontre quelques fois un ou deux de tes amis, mais c’est rare. Saluts & amitiés.

14Ton père

15Henri Grandbois

3. De Henri Grandbois9

  • 9 Autographe, 2 f. (17,5 x 27 cm), pliés en deux et paginés II et III, à l’encre noire. Enveloppe ad (...)

16Québec, le 16 janvier 1926

17Mon cher Alain,

18Je voulais toujours t’écrire d’un instant à l’autre, depuis le commencement de l’année, et nous voilà rendus au milieu du mois quand je me mets à la tâche. Heureusement que ta maman et tes grandes sœurs se sont exécutées à ma place, et tu es déjà au courant de tous les événements survenus ces derniers temps. Auras-tu reçu au moins mes bons souhaits, que je t’ai formulés, par câble, le 1er janvier même ? — Les tiens nous sont venus à 11 hres, de ce premier de l’An et nous étions heureux de les avoir.

  • 10 C’est à Montmagny qu’habitent Blanche Grandbois, sœur d’Henri, et Maurice Rousseau, frère de Berna (...)
  • 11 Léon Rousseau, frère de Bernadette Rousseau-Grandbois. Né à Saint-Casimir en 1868, il complète des (...)
  • 12 Lacasse Rousseau, frère de Bernadette Rousseau-Grandbois, entrepreneur électricien et industriel, (...)
  • 13 Arthur Rousseau (1871-1934), frère de Bernadette Rousseau-Grandbois, a fondé l’hôpital Laval pour (...)
  • 14 Joseph-Philippe Landry est le frère de Bernadette Landry, mère de Marguerite Rousseau-Grandbois.
  • 15 Charles-Raymond Paquin, fils de Charles-Rosaire et de Blanche-Alice de Varennes, épousera Gabriell (...)
  • 16 Paul Fontaine est né à Québec en 1893. Diplômé des Sciences morales et politiques à Paris, admis a (...)
  • 17 Joseph-Émery Grandbois, frère de Henri Grandbois, enseigne au Grand Séminaire de Québec.

19À Noël, nous sommes allés prendre le dîner à Montmagny10, ta mère, Gaby, Mad et Louis, et avons eu l’heureux avantage d’assister aux fiançailles d’Alice avec le docteur Provencher. Il y avait là les oncles & tantes, Léon11, Lacasse12, Maurice avec leurs enfants, François, Jacques, Lucienne. Ça été une belle fête de famille. Le même jour, Jeanne, Cat et Jean dînaient chez l’oncle Arthur13 avec la famille Landry14, dîner de Noël comme d’habitude. Puis nous avons eu le dîner de fiançailles de Raymond15 avec Gaby, le soir des Rois : assistaient le docteur & madame Paquin, Paul Fontaine16 & sa femme (sœur de Raymond), l’oncle Jos17, l’oncle et tante Arthur, puis toute notre famille. Les Héros étaient bien joyeux et les assistants gais.

  • 18 Ézioff-Léon Patenaude (1875-1963) a été lieutenant-gouverneur du Québec (1934-1939), député du Par (...)
  • 19 Charles-Auguste Chauveau (né en 1877), avocat, a été bâtonnier du Barreau de Québec. Aux élections (...)

20Le temps des fêtes passé, le calme s’est fait à Québec. L’ouverture de la session a cependant ramené un peu d’animation, avec la rentrée de nos députés. C’est surtout à Ottawa que s’est concentrée l’attention du pays : il s’agissait de savoir quel parti prendrait la direction du parlement. Les Progressistes ont opté pour King, et le vote donnant 123 à 120, le Gouvernement va essayer de faire marcher la barque, pendant quelque temps. Le débat sur ce point a duré huit jours ; la discussion a été violente, on a ressassé tout ce qui s’est dit au cours des dernières élections, et les Progressistes, travaillistes & indépendants sont restés imperturbables tout le temps pour se diviser ensuite comme ceci : 5 votant avec Meighen et 24 pour King, soit 123 pour ce dernier et 120 pour le premier. Maintenant, reste le débat sur le discours du trône, l’élection que doit subir King et ses ministres, etc. Tout en étant comique, la situation reste grave, puisque cette scène se déroule en pleine crise économique, dans un temps où l’industrie et le commerce souffrent, dans une période de rajustement, et au moment où nous avions besoin d’un gouvernement fort & habile pour nous tirer de cette pénible position. Que sera l’avenir ? Les candidats défaits se sont réunis à Montréal pour conférer avec leur chef Patenaude18 ; ils doivent se rencontrer de nouveau à Québec vers les derniers jours de janvier ; ils veulent une réorganisation dans la province. M. Chauveau19 m’a raconté un jour ce qui s’est dit et fait à cette réunion, mais rien de décisif n’a encore été résolu. On s’attend toujours à de nouvelles élections d’ici l’automne, et c’est probable que nous en aurons.

  • 20 E. W. Beatty est alors le président de Canadian Pacific Railway, propriétaire du Château Frontenac (...)

21Le dernier grand événement dans la Cité de Champlain, c’est l’incendie du Château qui a consumé toute la vieille bâtisse, la première, construite en 1894. A 6 heures du soir, une fumée épaisse se répand dans l’Hôtel, c’est le 14, on appelle la brigade qui commence son travail et au moment où l’on localise la chambre où a originé le feu, au 5ème, tout cet étage est en flammes, il était 8 hres, et durant toute la nuit, les flammes ont accompli leur œuvre de désolation et de ruine. Tout Québec était sur pied, et plus de 50000 personnes ont défilé devant le majestueux Château qui faisait l’orgueil du vieux Québec, pour en admirer l’imposant et triste spectacle. Dès le lendemain, le président Beatty20 annonçait que le vieux Château serait reconstruit dans ses mêmes lignes pour le 1er janvier, que l’Hôtel ouvrait ses portes samedi soir — 2 jours après — pour y recevoir ses hôtes, nombreux à ce temps de l’année. On évalue les pertes à 3 millions.

22Ta dernière carte à Gabrielle nous apprend que tu es rendu à Nice pour y séjourner le temps des fêtes ; évidemment tu veux reprendre le temps perdu par la maladie et je commence à croire que tu prolongeras ton séjour jusqu’à mars ou avril ; pour ma part je n’y vois que l’objection de la plus grande difficulté à te trouver une place avantageuse dans un bon bureau, si tu n’y vois pas d’avance. Les négociations à ce sujet doivent se faire un peu durant les mois d’hiver, puisqu’il faut se pourvoir de local, etc. Enfin tu connais ton affaire, et je t’ai déjà exprimé mon opinion assez clairement pour qu’il ne soit pas nécessaire d’y revenir. En tout cas, tiens ton ami A. au courant, s’il a besoin, et ne néglige rien qui pourrait te pousser en avant.

23J’ai vendu une grande partie de mon bois en novembre et décembre ; les prix obtenus ne sont pas élevés, mais au moins, je me sens plus léger lorsque je rentre l’argent que j’ai déboursé depuis 2 ans sans aucun profit. Inutile de te dire que je vais être plus prudent à l’avenir. Cet hiver, je ne fais aucune opération forestière, mais j’ai acheté de M. Auger environ un million de pieds de bois sciés qu’il doit se pourvoir chez les colons de Barraute et scier à son moulin. Par ce moyen, je me tiens en relation avec mes marchands de bois, ce qui me permettra de saisir la première bonne occasion de vendre, avec profit, la limite que j’ai achetée et que je conserve intacte. Le développement toujours plus grand de nos moulins à pulpe et à papier assure, il me semble, une valeur certaine aux terrains forestiers, et je ne dois pas me tromper en escomptant d’obtenir de 75 à 100 000.00 d’ici 10 ans, pour cette limite de Piedmont qui ne m’en aura coûté une vingtaine de mille.

24Nous avons une température bien acceptable ici, cet hiver, peu de neige, du soleil assez souvent, et temps généralement doux. Les journaux nous informent que la saison est très rigoureuse en France, en Italie, et dans toute l’Europe ; si c’est vrai, tu n’auras pas été chanceux.

  • 21 La Banque de Montréal.

25Comme je veux bien que tu ne souffres pas dans tes finances et que tu puisses profiter de ton voyage, je vais déposer à ton compte B. M21. ici, la somme de $ 300. soit 100. par mois, pour Janvier, Février & Mars, — ce qui va te permettre de boucler avantageusement ton budget et faire honneur aux petites dépenses encourues par cette prolongation de temps. Je déposerai cette somme d’ici le 1er février et je demanderai à la banque de donner avis à Paris.

26Je ne ferai aucun voyage cette année, le mariage de Gabrielle occasionnera de nouvelles dépenses, et mes revenus n’ont pas augmenté. D’ailleurs il me faut prévoir que c’est en 1927 + 28 — dans 2 ans bientôt — que le deuxième voyage promis doit se faire. Souvent Jeanne & Cat évoquent la promesse et jusqu’à Jean qui veut absolument faire partie du groupe ; il y a même déjà rêvé. Je crois que je vais avoir de la misère à ne pas me rendre à ses désirs. Attendons toujours. — Quand tu auras un moment libre, écris, ça nous intéresse toujours d’avoir de tes nouvelles.

27Saluts & amitiés de toute la famille.

28Ton père Henri

4. De Henri Grandbois22

  • 22 Autographe, 2f. (17,5x27cm) pliés en deux, non paginés, écrits recto verso à l’encre noire. Envelo (...)

29Vendredi, le 26 février 1926

30Mon cher Alain,

  • 23 Paul-Eugène Roy (né en 1859) est décédé le samedi 20 février. Toute la semaine suivante, Le Soleil (...)

31Je saisis un moment libre pour t’écrire quelques lignes. Le nouveau au pays de Québec se fait toujours assez rare ; il y a bien la mort de Mgr Roy23 — dont les funérailles ont eu lieu ce matin au milieu d’un concours de milliers de membres du clergé et de citoyens venus de tous les coins de la province — mais cette mort était attendue depuis de longs jours. Mgr était frappé d’une cruelle et longue maladie incurable il y a trois ans passés.

  • 24 Nous n’avons trouvé aucun renseignement sur cette personne.

32Nous avons eu aussi beaucoup d’étrangers au temps des jours Gras, nos sports d’hiver commencent à attirer ces étrangers, en particulier les Américains qui aiment tant à se promener et à se pavaner, se faisant maîtres partout avec leur sans-gêne qui frise souvent l’effronterie. Et puis, ç’a été le départ de Louis Jérôme qui fait un séjour de trois mois au pays de l’oncle Sam. New York, s’il vous plaît, pour y apprendre la langue de Shakespeare. Il nous a laissés le 15 au midi, content comme un prince ; depuis il nous écrit souvent et ne cesse de dire que ce voyage lui sera profitable, que déjà son oreille se fait au parler anglais et qu’il reviendra parlant bien cette langue. C’est le Père Brousseau24 qui est son mentor à NY ; s’il l’écoute toujours, il devra faire un voyage profitable.

33Gabrielle a passé vingt jours à sa chambre, par suite d’une brûlure aux pieds, faite par de l’eau bouillante échappée pendant qu’elle faisait un dîner dans la cuisine ; elle a trouvé le temps bien long. Heureusement que la visite de son Raymond samedi, dimanche et lundi, l’a mise sur pieds, parfaitement guérie. Ses affaires vont bien, son avenir d’un ciel pur, et elle soupire après la venue de l’hirondelle qui nous apportera les jours beaux, longs et chauds de fin de mai, en attendant elle s’occupe aux mille choses dont est fait un trousseau de jeune mariée.

  • 25 Nous n’avons trouvé aucun renseignement sur cette personne.
  • 26 Pierre de Varennes, né à Waterloo en 1901, fils d’Ernest de Varennes, a fait ses études classiques (...)

34Madeleine est la mondaine de la famille, elle accepte toutes les invitations qui lui sont faites pour parties de Bridge, de Thé, de Soirée, de Cinéma, etc., et elle a même commencé à patiner. Parmi les messieurs qui lui font des politesses, René Samson25 paraît le plus assidu, mais il n’a pas fait de déclaration paraît-il, car comme toujours elle ne me dit rien. Son ami Pierre26 ne vient plus.

35Jeanne est toujours la même, gaie, patine beaucoup, reçoit quelques petits amis avec qui elle sort de temps à autre, et se réjouit dans son groupe de jeunes débutantes qui aiment beaucoup à rire et à rire fort. Elles ont surnommé le groupe de Gaby & Mad, le groupe de vieilles — tu peux croire que les vieilles n’aiment pas ça ! Catherine, tout en suivant assidûment ses classes, ne manque pas de faire ses réflexions dans les discussions à table ou au foyer. Elle a toujours le mot juste.

  • 27 Jeu de cartes chinois qui demande la participation de quatre personnes, chacune incarnant un des p (...)

36Et petit Jean s’amuse toujours de ses inventions ; cet hiver, il est versé dans l’électricité ; il s’est pourvu de trois ou quatre batteries, il a des fils de cuivre et il ajuste une petite lampe qu’il fait éclairer pendant la prière ou encore une centaine de fois les jours de congé. À en juger par ses faits et gestes du présent, il fera un ingénieur, car la construction au mécano et au jeu de blocs, de même que ses goûts pour l’électricité, sont un indice dans ce sens. Ta maman est toujours occupée aux soins de la maison et aussi à pourvoir Gaby pour le Grand jour. Nous sortons peu, car nous n’aimons pas la partie de cartes, et cette année le Mah-Jong27 est hors mode, ne se joue à peu près nulle part.

37Les affaires du bois sont dans une tranquillité absolue depuis le Jour de l’An, les demandes de bois scié sont de plus en plus rares et naturellement l’argent devient plus rare aussi. J’espère cependant que le printemps annoncera un réveil surtout à Montréal où la construction a été assez abondante durant l’automne.

38Je ne fais pas de chantier, mais j’ai acheté de M. Auger un million de pieds de bois scié qu’il se procure des colons à Barraute, cet hiver ; il en fera le sciage à l’été, le pilage et le chargement à ses frais. C’est un nouvel essai que j’expérimente, et si j’obtiens quelque bénéfice, ce sera facile de continuer sur ce plan.

39Pendant ce temps, je m’efforce de placer des contrats pour le bois scié, qui me reste à vendre, et malgré la grande quantité laissée dans la cour, au 1er février, environ 2 millions de pieds, la plus grande partie est vendue pour être livrée dès le printemps et avant le 1er de juillet.

  • 28 Samuel de Champlain, fondateur de Québec.

40Nous n’avons pas reçu de tes nouvelles depuis le milieu de janvier, es-tu toujours à Paris ou bien à Tokyo, comme la rumeur a couru ici à Québec ? Il paraît que c’est Tibi [ ?] qui aurait lancé ce canard et il nous est arrivé tout frais un bon matin pour faire le tour de la ville de Samuel28, se promenant de bouche à bouche jusqu’à la place George V. Aurais-tu fait allusion à un tel projet et l’aurais-tu confier à Tibi [ ?] ?

41J’ai déposé à ton compte spécial une somme de trois cents piastres vers le 10 je pense, et j’ai demandé à la Banque d’avertir leur succursale de Paris ; avant ton départ, ce crédit était de $ 600.00, et ce dernier dépôt l’a porté à $ 900.00. Je tiens à te donner ces détails pour aider ta finance et surtout pour arriver à la balancer.

42Nous avons le plus bel hiver à Québec que nous n’avons pas encore eu depuis que nous y habitons ; peu de neige, temps plutôt doux avec un soleil qui ressemble parfois à celui du printemps, et ça fond devant nos maisons. Je suis certain que le ciel de Paris n’est pas aussi beau.

43Je termine, je suis à bout de nouvelles, et pour cette fois encore, tu admettras que j’ai assez bien fait mon devoir ; je n’écris pas souvent, mais ça compte.

44Quelle sorte d’études fais-tu ? Et comment aimes-tu la vie d’étudiant à Paris ? Y a-t-il seulement différence avec celle de Québec, nonobstant la valeur des professeurs ?

45Saluts & amitiés de tous les membres de la famille.

46Bien à toi

47Ton père

48Henri Grandbois

5. De Bernadette Rousseau-Grandbois29

  • 29 Autographe, 2 f. (16,5 x 13 cm) portant les initiales de Bernadette Rousseau-Grandbois, écrits rec (...)

49Québec, 29 avril, 1926

50Mon cher Alain,

51Le mois de mai nous apporte cette année double Fête : ton anniversaire et le mariage de G. définitivement fixé au 25. Les préparatifs vont leurs petits trains, mais nous arriverons à temps, j’espère. Nous regrettons toujours que tu ne puisses prendre part à ces manifestations. Si tu nous arrivais ? N’est-ce pas possible ? En tout cas, je penserai à toi ce jour, tout particulièrement au pied de l’Autel et j’inclus dès aujourd’hui mon petit chèque-cadeau, que j’accompagne de tous les souhaits que peut former une maman pour un fils qu’elle veut à tout prix heureux. (A propos du chèque, m’avais-tu dit que tu avais reçu celui envoyé pour le jour de l’An, je suis restée inquiète à ce sujet.)

  • 30 L’immeuble, situé au 61 de la rue Drummond, à Montréal, aujourd’hui disparu, était une résidence p (...)

52J’arrive de Montréal où j’ai passé quelques jours avec G. et M. Pour plus d’indépendance et d’économie nous avons loué une chambre dans la rue Drummond, chez Miss Connelley30. Nous étions très bien et au centre des affaires. Il nous en a coûté $ 10.00 pour quatre jours, à trois. Nos repas, nous les prenions un peu partout, mais Madeleine était là pour surveiller les bonnes tables. Nous avons fait un voyage agréable. Raymond venu pour rencontrer G. a passé tout un jour. Nos tourtereaux ont pris leur essor et nous ne les avons guère vus. Tout ce que nous savons, c’est qu’ils nous sont revenus tout joyeux, regrettant que les beaux jours soient si courts. Plus je connais mon futur gendre, plus je l’apprécie. C’est un vrai chrétien et il organise sa vie comme tel. C’est vraiment touchant de les voir s’aimer si bellement, si sainement je dirais. G. devient sérieuse, nous fait part de ses impressions et tout comme ton père elle possède le vrai sens de la vie bonne et heureuse. Je prie Dieu de tout mon cœur qu’il leur conserve une grande part de bonheur.

  • 31 « M. Maurice Rousseau, avocat, de Montmagny, s’est embarqué samedi [le 24] à New York, à bord du “ (...)
  • 32 Construit par William Waldorf Astor, l’hôtel Waldorf ouvre ses portes en 1893 au coin de la 5e Ave (...)

53Louis J. nous reviendra bientôt, enchanté de son séjour à New York. Tu verras probablement l’Oncle Maurice prochainement, embarqué jeudi dernier sur le « Majestic31 ». Louis a eu la bonne fortune de passer tout un jour (à son passage à New York) avec lui. Le dîner au Waldorf32 a impressionné agréablement le jeune homme assez serré dans ses finances. Ton père lui a donné suffisamment, mais de façon à ce qu’il ne puisse mener trop large vie, il y a tant d’occasions pour se perdre, surtout avec le gousset grassement garni. Nous avons toujours de bonnes nouvelles de Louis qui se conduit en gentilhomme. Il doit revenir dans les premières semaines de mai.

54Louis Rousseau est organisé pour partir dès les premiers jours de juillet, mais ça à condition qu’il ait ses brevets de médecine, et il les aura, il n’y a pas de doute, car il étudie consciencieusement. Madeleine escompte un second voyage en Europe avant son mariage. Ce qui arrivera probablement puisque ton père se propose de traverser en l’automne 1927. Elle aimerait à se fiancer avant son départ, nous dit-elle, ce qui ne dépoétiserait pas son voyage à son avis. Elle dit encore mille autres choses semblables pour badiner, mais au fond j’y vois un fond de vérité, qu’en penses-tu ? En attendant [le mariage de] G., et après ? Toi ?

  • 33 « Mademoiselle Yolande Hudon, de l’avenue Laurier, reçoit demain après-midi [le 4] à un “shower” d (...)
  • 34 « Mademoiselle Simone Routier recevra jeudi [le 6] à un “shower” de gravures en l’honneur de madem (...)
  • 35 L’Événement du 8 mai 1926 (p. 5) rendra compte de la fête organisée par Françoise de Varennes en l (...)

55Les amies de Gabrielle se montrent très gentilles. Yolande donne un « shower » d’ustensiles de cuisine33 et elle fait venir elle-même tous les morceaux afin qu’il n’y ait pas trop de répétition dans les articles, Simone un « shower » de cadres34, toujours dans le domaine de l’art, elle reste, et Françoise de « toile35 ». G. ne voulait pas accepter tout d’abord, mais ses amies en ont pris l’initiative d’elles-mêmes. Je n’ai pas besoin de te dire que G. est toute rayonnante — de bonheur — depuis la certitude de la réalisation de son rêve.

56As-tu fait ton voyage en Bretagne ? Dis-nous tout ce qui te concerne. Ça nous intéresse grandement, ne l’oublie pas. As-tu quelques nouvelles au sujet d’une place de Bureau d’avocat. À un autre tantôt.

57Je t’embrasse de tout mon cœur de

58Maman

6. De Bernadette Rousseau-Grandbois36

  • 36 Autographe, 2f. (16,5 x 13 cm) portant les initiales de Bernadette Rousseau-Grandbois, écrits rect (...)

59Québec, 9 mai, 1926

60Mon cher petit,

61Je te retrouve tout entier et je suis si heureuse de savoir que tu l’aimes cette maman un peu maniaque, un peu rêveuse tout de même, le cœur tout plein de vous tous — du désir de vous savoir heureux. Et vous le serez, je n’en doute pas, puisque tous je vous ai mis sous la protection de la Ste-Vierge et c’est une bonne mère qui ne peut que vous protéger. Déjà mes prières ont été exaucées dans G. qui rencontre un si bon mari. Je prierai encore et mieux ce me semble, ma confiance s’augmentant de toute ma reconnaissance. Oui, je la prierai cette incomparable mère, qu’elle te donne à toi une petite femme forte et pieuse, telle que déjà tu as entrevue sans doute. La personne dont j’entends dire tant de bien doit posséder un idéal bien haut, idéal chrétien et par là même donnant toutes les promesses d’un bonheur vrai. Je veux pour toi une femme telle et je prierai beaucoup à cette intention. Ma mission à moi, c’est d’intéresser le Ciel à votre bonheur. Ce que j’ai manqué par faiblesse, je chercherai à vous le revaloir par le recours d’une Puissance qui ne faiblit jamais elle, qui renferme d’inépuisables trésors de Miséricorde. Mon Alain, sais-tu, à cette heure de déclin, je vois mieux toutes choses, et ce qui me préoccupe davantage c’est votre âme. Après tout, n’est-ce pas le seul bien que l’on emporte après cette vie, et de nos jours on en fait si peu de cas et la mort peut nous surprendre puis c’est toute une éternité qui est en jeu. Avouons que nous sommes un peu fous. Allons, je m’arrête car je tourne macabre quand je n’avais l’intention de t’apporter que mes sourires. J’espère, mon Alain, que tu nous reviendras bientôt. N’attends pas que tu sois tout disloqué. Il y a ici un papa, une maman qui désirent bien revoir au complet leur grand. Tu sais le papa que tu reconnais dans tes lettres est bien le véritable. Plus tu avanceras dans la vie, plus tu sauras l’apprécier, le voyant à la lueur du vrai sens de la vie. C’est le meilleur et le plus tendre des hommes. C’est impossible que je ne le retrouve quelque peu dans mes enfants. Tel père, tel fils.

  • 37 Peut-être Jeannette Lamothe, fille de Georges Lamothe, de la rue Aberdeen, à Québec. Son frère Ala (...)

62Sitôt que je serai libérée des organisations du mariage qui approche à grands pas, je me ferai un plaisir de causer et d’offrir le thé à Mlle Jeannette37. Par la même, je t’envoie une lettre de faire-part qui te mettra au point des détails ou pour mieux dire te tiendra plus avec nous ce jour. Je t’écrirai plus longuement après le 25.

63Je t’embrasse et je t’aime.

64Une maman heureuse

7. De Joseph-Émery Grandbois38

  • 38 Autographe, 1f. (11 x 13,25 cm), carton portant l’écusson de l’Université Laval, écrit recto verso (...)

6514 mai 1926

66Mon cher Alain,

67J’ai été très sensible à l’attention que tu as eue pour moi, au début de l’année. De mon silence prolongé, tu as peut-être été tenté de conclure que l’oncle, pourtant traditionaliste lui aussi, oubliait. Mais tu n’as pas, j’en ai la certitude, cédé à cette tentation et, en bon psychologue, tu as pensé : l’oncle doit être malade. De là, en effet, ma lenteur à te confier que je garde fidèlement ton souvenir, que, chaque jour, je le porte à la sainte messe, demandant à Dieu de te donner toutes les excellentes choses que tu m’as souhaitées... et si, par hasard, tu en avais besoin, quelques autres en plus.

68Quelqu’un m’arrivant, il me faut, à regret, signer ce billet trop bref. Comme il t’arrivera probablement le jour-anniversaire de ta naissance, tu voudrais bien accepter, avec les meilleurs vœux de circonstances, la lettre qui l’enveloppe.

69Ton oncle sincèrement dévoué,

70J. Emery Grandbois, prêtre

8. De Henri Grandbois39

  • 39 Autographe, 2f. (20,5 x 28 cm), papier à en-tête « Manufacturiers de Bois de Sciage et de Bois de (...)

71Mardi, le 21 juillet 1926

72Mon cher Alain,

73Le courrier du matin m’apporte ta dernière lettre et je m’empresse d’y répondre, autrement je risquerais de retarder et peut-être trop longtemps.

74Je suis heureux d’apprendre que tu jouis de ton voyage et que tu en fais une chose pratique pour ton avenir. Je ne répèterai pas ce que je t’ai dit assez longuement dans mes lettres précédentes, au sujet du prolongement de ton séjour en Europe. C’est bien mon point de vue, mais je puis me tromper, tu peux avoir raison de profiter de ce stage de ta vie pour accumuler une bonne dose de sciences et connaissances générales pour les utiliser, en temps opportun, dans ton avenir. Je sais que nos Canadiens sont routiniers et que, malheureusement, ils ne cherchent pas toujours à se présenter chez ces personnes d’élite possédant grande science et haute culture. L’histoire du charlatan qui accapare les 90 % de la clientèle du savant médecin, son patron, reste toujours vraie. Vivras-tu assez vieux pour voir se réaliser l’époque où la masse, comprenant une bonne fois son meilleur intérêt, se tournera vers nos hommes sages et érudits pour en recevoir l’enseignement et la direction ?

75Je dis ceci non pour faire obstacle à tes idées qui me paraissent justes et pleines de bon sens, mais plutôt comme résultante de mes 50 ans d’expérience. Le peuple, j’entends la masse, est borné et il aime à se faire conduire par des esprits de son calibre. Ne cherche pas ailleurs la raison du succès de tant de nullités, elle est là et là seulement.

  • 40 Paul Fontaine (voir supra, p. 13-14).

76En causant avec M. Fontaine40, l’autre jour, il m’avouait bien sincèrement que ses études à Paris, trois années durant, ne lui avaient apporté absolument rien pendant deux ou trois ans, mais qu’il pouvait maintenant en bénéficier quelque peu, et il espérait mieux même dans les années à venir.

77Si tu es convaincu y trouver de l’avancement pour ta profession, en prolongeant d’une autre année tes études en Europe, je ne puis m’opposer ; avec tes 26 ans révolus, les connaissances que tu possèdes déjà et les longues années passées en compagnie de confrères, étudiants ou avocats, tu sais mieux que moi ce qui peut te [valoir] davantage. J’étais bien disposé à t’aider ici, au début surtout, pendant la première et la deuxième année, qui sont de dures années, paraît-il, et si je le puis, je le ferai quand même tu resterais quelques mois de plus ; seulement je vieillis et, avec l’âge, la machine s’use et n’a plus la capacité de rendement des anciens jours ; puis la rentrée des profits est bien petite, quand elle n’est pas nulle.

78Le commerce de bois, parlons-en ; j’ai vendu à peu près tout ce que j’avais en mains lors de ton départ — moins une valeur de 4 à 5,000.00 environ — avec le résultat que j’y ai perdu l’intérêt de mon argent avancé, avec tout mon temps. Pour un succès, c’est un peu comme les victoires morales obtenues par nos amis les Conservateurs pendant les longues années passées dans les froides régions de l’opposition. Qu’en penses-tu ?

  • 41 Saint-Casimir de Portneuf.
  • 42 Après des études de droit à l’Université Laval, Henri Grandbois abandonne la pratique du droit pou (...)

79J’ai toujours mon bureau à St. Cas41 et ça suffit pour mes affaires de bois et de téléphone42. Puis, je me suis intéressé dans une nouvelle laiterie, la Laiterie Champlain, laiterie en société et en parts égales, avec [Charles Laganière ?] et Narcisse Naud, que nous installons actuellement en plein cœur du bon vieux quartier de St-Roch, afin de pouvoir abreuver de lait pur et de crème riche nos bons Québécois qui désirent tant se bien nourrir. Réussira-t-on ? Je l’espère et mes amis de même. Nous aurons là une fabrique au coût total de $ 60,000.00 sous le vocable du fondateur de Québec, tenant en main son drapeau fleurdelisé, haut et ferme.

80Pour ce qui est du commerce de bois, j’ai soumis un projet de vente à M. Auger, avec contrat d’exploitation à la limite pendant une période de dix ans ; s’il accepte, je continue, s’il refuse, je ferme l’établissement de Barraute, et j’attends un marché pour vendre le tout à une seule bonne compagnie.

  • 43 Joseph-Émery Grandbois.
  • 44 Marthe de Varennes est la fille d’Ernest de Varennes et la sœur de Pierre de Varennes, futur époux (...)
  • 45 Mark Drouin (1903-196) a fait ses études de droit à l’Université Laval et a été reçu au Barreau en (...)
  • 46 « MM. Pierre de Varennes, Alain La Mothe et Marc Drouin ont passé quelques jours au Lac Claire, le (...)

81J’ai des loisirs avec tout cela, et je les passe à faire un petit tour au lac Clair où je couche une fois par semaine, à Québec où je passe une journée par semaine, et à faire quelques petites randonnées en auto aux environs du pays natal. Adolphe, arrivant aujourd’hui avec Laurette, sera le compagnon des jours prochains ; l’abbé Jos43 a passé dix jours avec moi au commencement de juillet pendant que ta maman était allée visiter Gaby dans sa maison de bonheur à Hull. Elle en a rapporté les meilleures impressions de ce jeune ménage qui marche comme sur des roulettes. Et Madeleine et Jeanne ont eu la grande visite de leur bonne amie Marthe44 en compagnie du majestueux Pierre, du riant Mark45 et du beau-frère Alain Lamothe. Trois parfaits gentils hommes ; arrivés ici samedi soir, ils sont venus prendre le dîner dimanche midi, puis sont allés au lac pour en revenir mardi soir, enchantés de leur trop court voyage46. Ta maman les accompagnait avec Mad. Létoumeau ; toutes deux ont vieilli — ne va pas leur dire, ni le dire à personne — tu comprends — mais elles sont encore bien alertes.

82Catherine te remplace dans le rôle de la critique, elle excelle même quand je ne l’arrête pas à temps. Petit Jean fait de la bicyclette du matin au soir et ne s’en fatigue pas. Et puis nos jours s’écoulent ainsi ; souvent nous nous entretenons de nos absents, le voyageur qui court les plages recherchées du vieux pays — c’est loin quand nous y pensons sérieusement et la petite Gaby qui est joliment éloignée, elle aussi, et nous tirons la conclusion : les départs sont commencés maintenant, et vont se continuer, c’est certain. Jamais plus, nous aurons toute la famille réunie près d’un bon dîner aux mets fumants & variés, comme nous nous sommes souvent trouvés, ta dernière année d’étudiant. Louis ne se force pas, il prend la vie de son petit train, mais est bien raisonnable.

83Sur ce, je signe, on m’attend à la maison pour le dîner et je ne voudrais pas être la cause du retard. Je t’enverrai de l’argent vers la fin de ce mois-ci. En attendant, reçois amitiés à profusion et un bon shake-hand à la façon de Louis.

84Ton père

85Henri Grandbois

9. De Henri Grandbois47

  • 47 Autographe, 1f. (17,5 x 27 cm) plié en deux et paginé III et IV, écrit recto verso à l’encre noire (...)

86Dimanche soir, 24 octobre 1926

87Mon cher Alain,

88Ta lettre du 11 courant reçue, je m’empresse d’y répondre puisqu’elle traite finance et que la finance ne souffre pas de retard. C’est le 20, c.a.d. trois jours avant la réception de ta lettre que je t’ai envoyé un chèque de 10,000 fr. sur la Banque de Montréal, Paris ; je disais que ceci comprenait tes dépenses pour les trois mois à venir, mais si j’en juge par ce que tu me dis, la hausse de la vie justifie ta demande et au lieu de $ 100. je t’enverrai 125.00 par mois. Disons que les $ 300.00 envoyés mercredi paieraient les deux derniers mois de l’année avec les frais de reliure de tes volumes achetés. Fin de décembre prochain je te ferai une autre remise. Tout cela est-il bien et à ton goût ?

89L’oncle Jos s’informe souvent quels sont les cours que tu suis assidûment ? Veux-tu me faire la nomenclature pour [me] mettre en état d’y répondre ; tu me parles bien de ton inscription aux Sciences Sociales, mais d’autres, point.

  • 48 Arthur Douville (1894-1986) est né à Saint-Casimir, dans le comté de Portneuf, le 24 juillet 1894. (...)
  • 49 Bernadette Landry-Rousseau, épouse d’Arthur Rousseau.

90Arthur Douv48 m’avait dit qu’à son passage à Paris, il irait certainement te faire une courte visite et je suis content que tu l’aies conduit à l’Opéra, car ça dû lui faire plaisir et il est charmant garçon. Je t’assure qu’il était fier de retourner à Rome reprendre ses études que la maladie l’avait forcé d’interrompre ; j’ai peur cependant qu’une fois ses deux années écoulées, il soit contraint de revenir prendre un poste de secrétariat à l’évêché sans passer par les bancs de la Sorbonne, malgré le grand désir qui le hante de faire quelques études dans la Ville Lumière. Ta maman te racontera prochainement l’entretien qu’elle a eu ces soirs derniers avec tante Arthur49, au sujet des réflexions que se permet l’oncle sur l’opportunité de tes études à Paris. Je crois bien qu’il n’y a pas malice de sa part, mais plutôt un besoin de critiquer sur un sujet qui ne le regarde pas, comme cela lui arrive de temps en temps sur d’autres propos, car enfin il t’a en grande estime — il ne s’est pas gêné pour le dire plusieurs fois, seulement il ne croit pas à l’efficacité d’un séjour d’études pour un jeune avocat à Paris et il n’est pas le seul à le penser dans la vieille cité de Champlain, sois-en assuré. Au reste, avoir attiré son attention sur ses remarques déplacées, ne peut que faire du bien. Tu ne devrais donc pas prendre trop à cœur ces plaisanteries du prochain qui sont malheureusement trop fréquentes et qui agacent malgré tout, car c’est dans l’ordre ordinaire de la vie et c’est un faible de notre pauvre nature humaine de parler, de juger même sans savoir.

91Je t’ai déjà donné mon opinion ou plutôt ma manière de penser sur les avantages d’études légales à Paris et si tu veux bien te le rappeler, je t’ai dit qu’un séjour à Oxford, pour y apprendre parfaitement la langue anglaise avec quelques notions principales du droit anglais, serait d’un très grand secours pour un jeune praticien dans notre vieux Québec. Je n’ai pas changé d’idée depuis et quand on me dit qu’à Québec même, la moitié des causes se plaide en anglais, que les plus belles causes viennent de personnes ou lois anglaises, il est clair qu’un avocat doit alors bien savoir l’anglais pour arriver vite et bien. Tu devrais faire une bonne part à l’étude de l’anglais au milieu de tes études diverses, car c’est nécessaire aujourd’hui.

92Je ne regrette pas encore le marché que j’ai conclu avec M. Auger et je me suis réservé le droit de reprise, au cas de non-paiement. Dès cet automne, M. Auger est à organiser ses chantiers pour faire 3 millions de pieds de billots et ça paraît bien aller. Naturellement, je garde mon bureau de S-Casimir avec le même personnel, puisque tous nous ne sommes plus que des employés de M. Auger, avec grande latitude bien entendu, et beaucoup de liberté, mais c’est lui qui nous paie, c’est notre patron, quoi. Et avec ce bureau de S. Casimir, j’administre les affaires de la Cie de Téléphone comme auparavant, et je m’exempte d’en avoir un à Québec, ce qui vaut quelque chose comme 700 ou $ 800.00 par an pour le moins. Ah !, je sais bien que tu ne trouveras pas l’utilité pour moi de maintenir ce bureau, tu ne l’as jamais trouvé, et cependant j’y tiens, car sans bureau, je crois que je ne pourrais plus vivre.

93Nous avons reçu ton câble, le 7, et Jean a aussi reçu ta carte postale de l’Espagne ; il n’a pas paru attacher beaucoup d’importance aux quelques lignes incompréhensibles que m lui adressais. La classe l’intéresse mieux cette année et sa santé est bonne.

94Gaby fait une petite femme épatante, elle a tant de cœur et elle raffole de son Raymond qui sait l’apprécier et l’aimer davantage.

  • 50 Alice Rousseau, fille de Maurice Rousseau, épouse de Henri Provencher, chirurgien-dentiste à Riviè (...)
  • 51 Seconde fille de Maurice Rousseau.

95Tu me dis que l’automne a été merveilleux à Paris, quelle différence avec celui du Canada. Depuis longtemps nous n’avons eu aussi vilains mois que ceux de septembre et octobre ; il a plu tous les deux jours et nous n’avons pas vu le soleil le tiers du temps ; rappelle-toi Québec sous la pluie ou encore par un ciel noir avec vent du nord-est ou du sud-ouest. Dans plusieurs autres parties du pays, déjà la neige a fait son apparition, et nous aurons l’hiver bientôt, c’est sûr. Nous voyageons encore en auto, et dimanche dernier, nous sommes allés visiter Alice dans son Sweet Home de la Riv. du Loup50. Magnifiquement installée dans l’ancienne résidence du Dr Landry, elle coule de beaux jours de lune de miel avec son dentiste Provencher qu’elle a pris pour époux. Sa physionomie est différente depuis qu’elle s’est fait couper les cheveux ; ça lui va bien. Lucienne51 vient dîner souvent avec nous et nous voyons aussi les oncles, tantes et cousins Lacasse de temps en temps.

96Je termine car j’ai épuisé plusieurs sujets et je ne sais plus de quoi t’intéresser.

97Dis-moi si tu as reçu le chèque de 10,000 francs.

98Ta maman et les grandes sœurs t’embrassent bien fort ; je me joins à eux pour te souhaiter la santé et du succès dans tes études.

99Ton père

100Henri Grandbois

10. De Henri Grandbois52

  • 52 Autographe, 2f. (17,5 x 27 cm) pliés en deux, dont le second est paginé II, écrits recto verso à l (...)

101Québec, dimanche le 19 décembre 1926

102Mon cher Alain,

103Je profite d’un de ces dimanches libres, à la veille des dimanches de fêtes, pour venir faire un bout de causerie avec toi ; tu sais que durant la quinzaine de Noël et du Jour de l’An, il y a tant de va-et-vient, de visiteurs, et autres imprévus, que nous sommes invariablement dérangés au moment où nous pensions jouir d’un peu de solitude, sans s’entretenir avec ceux des nôtres qui sont éloignés. Ce sera bien comme de coutume cette année, puisque Gaby nous arrive vendredi avec Raymond pour un séjour de quelques temps, et puis nous recevrons les parents de Montmagny, de Neuville, de Mont Joli et de Québec...

  • 53 Louis Stephen Saint-Laurent (1882-1973), premier ministre du Canada (1948-1957), a étudié le droit (...)

104J’ai lu avec beaucoup d’intérêt ta dernière où tu me donnes le programme de tes études, me laissant entrevoir tes aspirations futures ; j’ai passé ce programme à ton oncle Jos pour avoir son opinion, et il croit bien qu’il peut y avoir avantage pour toi à préparer ton doctorat pour Laval et de décrocher quelques diplômes provenant de tes études dans la Cité Lumière... chose que nos Canadiens ne manqueront jamais de priser à forte dose. Pour ce qui est du cours de Maître S. Laurent53, il est déjà passé à un plus jeune dont je ne me rappelle pas le nom dans le moment. Bref, accumule quelque chose de pratique dans toutes ces études que tu fais présentement et n’oublie pas que nos bons Canayens garderont longtemps la mentalité dont ils sont façonnés et que ça prendra de longues années avant de les changer. De nos jours ici, tes confrères et même les plus âgés en pratique, sont obligés de solliciter la clientèle, et cela sans le laisser voir, autrement ils ne réussiraient pas. Aussi, ils ouvrent des bureaux à la campagne partout où ils se rendent une fois ou deux par semaine, [pour] y prendre les quelques causes qu’ils peuvent attraper, et de cette façon ils peuvent se faire un sentier au milieu de leurs confrères en évidence. C’est d’ailleurs la même chose dans les autres professions comme aussi dans le commerce ou l’industrie. Les facilités de communications ont produit ce changement qui est aujourd’hui plus évident que jamais, et qui le sera encore davantage dans quelques années.

  • 54 Jean Bruchési, « Croquis de Paris. Le Prince de Galles à la Maison des étudiants canadiens », Le D (...)
  • 55 Le Devoir du 6 décembre 1926 rapporte que le premier ministre Taschereau se trouve alors en Europe (...)
  • 56 William Lyon Mackenzie King (voir supra, p. 694, n. 2). Ernest Lapointe (1876-1941) a notamment ét (...)

105Jean Bruchési nous a donné dans le Devoir le récit de la démonstration faite lors de l’inauguration de la Maison des étudiants à Paris54, mais on ne parle pas du tout de la présence de notre Premier Taschereau55 ni du fameux discours qu’il y a prononcé. A-t-il été aussi fort qu’on nous l’a dit ici ? Et l’autre Premier, King, avec son collègue Lapointe56, qu’ont-ils fait de bon à Paris ? Quelle impression les Français ont-ils eue de ces politiciens habiles en parole, moins en action ?

  • 57 Reçu au Barreau en 1924, Louis-Philippe Picard (1899-1955) a fait partie de la délégation canadien (...)

106Ta maman a rencontré l’ami Picard57, deux minutes hier, rue de la Fabrique ; il faisait un froid de loup, elle n’a pas pu causer longuement, mais il lui a dit t’avoir trouvé bien et sérieux, ajoutant qu’il avait toujours eu confiance que tu ferais quelque chose de bien et que tu serais un homme... Sais-tu que ce type va réussir après des débuts aussi décourageants.

  • 58 Parti le 13 novembre, Maurice Rousseau rentre de Londres, où il vient de plaider une cause importa (...)
  • 59 William Price (1867-1924) a été député conservateur de Québec-Ouest à la Chambre des communes de 1 (...)

107Nous attendons l’oncle Maurice cette semaine, et nous aurons d’autres nouvelles de toi par lui, il n’y a pas de doute. Il a câblé jeudi, disant avoir bonne confiance dans l’issue de son procès58... Ce serait une fameuse affaire pour lui s’il réussissait, au double point de vue de sa finance et du prestige à lutter et à vaincre des magnats comme les Price59 !...

108Et l’oncle Arthur est rendu dans le grand Paris, tu as dû le rencontrer, il nous a dit qu’il irait sûrement te visiter... Tu ne t’ennuieras pas cet hiver, ayant continuellement quelqu’un du pays pour te le rappeler et te donner des nouvelles de tout et de tous.

  • 60 Siméon Grondin, qui a été le directeur de la Maison canadienne à Paris.

109Tu as sans doute appris la faillite de [Neuville Belhan Mère], un désastre de près de $ 400,000.00 affectant nombre de particuliers, dont le docteur Grondin60 pour un fort montant, paraît-il.

110Les affaires pourtant ne sont pas mauvaises, elles sont meilleures même qu’elles étaient il y a deux ou trois ans ; cependant on voit encore de bonnes faillites et l’effet devient funeste pour plusieurs qui en sont affectés.

111La Laiterie Champlain a commencé ses opérations le 23 novembre bien tranquillement ; il y a progression et on espère équilibrer nos dépenses courantes dans trois ou quatre mois, si la progression se maintient.

112Quant au commerce de bois, je m’en occupe aussi, parce que je tiens au succès de mon acheteur M. Auger, si je veux être bien payé de lui. Nous faisons une coupe de 3 millions de pieds cet hiver, et j’ai déjà placé un contrat de 2 millions sur cette coupe : ce qui est mieux que de coutume.

113Tous les membres de la famille sont bien. Si j’avais su arranger mes affaires aussi vite cet automne, j’aurais été en position de faire le voyage d’Europe cet hiver, mais maintenant nous attendrons janvier 1928. Catherine aura terminé son cours d’étude ; nous serons fixés au sujet de la maison (ayant loué ou acheté) et il me faut aussi ramasser dans la caisse les piastres nécessaires pour effectuer cette randonnée toujours assez coûteuse, tu le sais.

114Te dire que nous sommes en plein hiver, avec un bon pied de neige, une température froide et agrémentée d’un fort vent d’ouest, des glaces couvrant à peu près complètement la surface de notre majestueux S. Laurent, la grande glissoire de la terrasse mise en place, des patinoires près du Château, sur l’Esplanade, tout près de la porte St-Louis, sur Grande Allée, et dans plusieurs autres coins du Québec pittoresque, n’aura pas lieu de te surprendre, puisque nous sommes au 20 de décembre et que c’est le temps de l’hiver. Cependant nous avons tout ça depuis huit jours seulement et c’est ainsi que nous passons si facilement d’une saison à l’autre sans presque nous en apercevoir. La semaine dernière, nous pouvions encore circuler en auto de Québec à Montréal, de Québec à S. Casimir et à Montmagny, puis après une bordée d’un pied de neige, tout est fini pour ce mode de véhicule, excepté dans la ville et ses environs. Le changement des saisons convient très bien aux caractères inconstants et aussi à la jeunesse en général, qui demande du nouveau, toujours du nouveau, mais je t’assure que je ne le prise pas autant... pourquoi ? Je ne sais pourquoi je n’ai jamais aimé les hivers, moins maintenant que j’ai dépassé la cinquantaine et de moins en moins à mesure que les années se succèdent plus vite et nous éloignent du temps où c’était fête de voir tomber la première neige...

115Le franc a monté d’une manière marquante, c’est à toi de tirer des plans pour arriver à rencontrer tes dépenses avec le montant que j’alloue $ 125.00 par mois... mettant de côté tout superflu pour te contenter du strict nécessaire.

116Et maintenant il ne me reste plus qu’à te réitérer mes meilleurs souhaits de Noël et du Jour de l’An. Que cette nouvelle année t’apporte la santé, premier bien à posséder, le succès dans tes études, avec tout le bonheur qu’on puisse désirer sur cette terre. Qu’elle soit aussi et surtout une année qui compte pour l’au-delà ; nos pères avaient coutume d’ajouter à leurs souhaits : avec le Paradis à la fin de vos jours. Je te le souhaite de grand cœur.

117Écris souvent, nous te lisons toujours avec joie.

118Ton père dévoué

119Henri Grandbois

11. De Joseph-Émery Grandbois61

  • 61 Autographe, 3f. (25,75 χ 20,5 cm) paginés 2 et 3, à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Gr (...)

120Séminaire de Québec, le 29 décembre 1926

121Monsieur Alain Grandbois, avocat à Paris

122Mon cher Alain,

123Je suis en reste avec toi, à la bonne et longue lettre que tu m’as écrite, les premiers jours de cette année, je n’ai répondu que par un laconique et tardif accusé de réception. Je voudrais solder, aujourd’hui, ce que ma conscience tient pour une dette.

  • 62 « Car ma puissance se déploît dans ma faiblesse » (2 Cor. 12, 9). Joseph-Emery Grandbois a été ord (...)

124Les malades, affirme-t-on, aiment à gloser sur leurs infirmités, mais je ne te soufflerai mot des miennes. D’abord, il est inutile de t’en parler, car si tu comptes, parmi tes proches, plusieurs membres de la Faculté, voire un éminent doyen, tu es, tout comme moi, un profane en médecine. Puis, ces petites épreuves, qui n’ont d’autre objet que de former l’homme à une plus haute vertu, virtus in infirmitate,perficitur62, enseigne S. Paul, ne sont pas intéressantes en soi.

125Je préfère donc te dire, tout de suite, la fidélité du souvenir que je te garde en mes prières quotidiennes, l’intérêt que je porte à tes études et ma joie d’apprendre que tu as, à la fin de la dernière année académique, passé des examens à l’École des Hautes Études sociales !

126Il y a quelques semaines, ton père m’a confié que tu hésitais sur la voie à suivre dans tes études : ou préparer une thèse à l’École des Hautes Études, ou fréquenter, à la Sorbonne, des cours de littérature et de philosophie, sans t’astreindre à des examens, mais que tu t’étais inscrit pour une thèse.

  • 63 Langevin Cimon (1897-1957) est le fils du juge Ernest Cimon, de Charlesbourg.
  • 64 Voir supra, p. 700, n. 6.

127Nous pensons, ton père et moi, que m fais bien d’aiguiller sur le chemin de la thèse. Tu auras, sans doute, à porter, pendant quelques mois, une charge assez lourde, mais ce travail onéreux, couronné par un diplôme, tout d’abord, en bénéficiera ; et c’est beaucoup pour un débutant au barreau. Déjà, Langevin Cimon63 et L. P. Picard64 ont dit que tu travaillais ferme là-bas ; ton oncle Arthur ne manquera pas de le répéter, d’autant qu’il me semble avoir à cœur — certaines paroles me permettent de l’affirmer — de te faire oublier quelque chose. Si donc un diplôme vient consacrer ces dires, tu débuteras dans d’heureuses conditions. L’assiduité au travail et la vie rangée ne tarderont pas, ensuite, à réaliser cet espoir de légitimes succès, que tes études auront fournis.

  • 65 Pierre Lasserre a publié chez Calmann-Lévy La Jeunesse d’Ernest Renan : histoire de la crise relig (...)

128J’ai vu le programme des cours donnés à l’École des H.E.S., du 15 au 20 nov. derniers, et noté les leçons que tu suis. Tu me sembles avoir bien choisi les matières de tes études : internationale, sociale, journalisme et philosophie. Comme tu es traditionaliste et que, par un sens critique suffisamment exercé, tu échappes à cette emprise que la souplesse de la pensée, l’élégance et le coloris de la phrase ont sur certains esprits, je n’ai pas à te mettre en garde contre plusieurs assertions de Messieurs les philosophes. Au reste, je suis sûr que, plus d’une fois, tu as eu l’occasion de le constater, la philosophie de la plupart des universitaires, au lieu de s’appuyer, comme la nôtre, sur un sage et solide réalisme, s’inspire exclusivement, ou à peu près, du nominalisme. Et la fragilité de ce système fait que plusieurs, même en haut lieu, ne cachent pas leur admiration pour le thomisme. J’aime à penser que, dans les années à venir, cette sympathie s’accentuera considérablement. En attendant, Pierre Lasserre, dans son Drame de la métaphysique chrétienne65, se montre, avec un immense talent, aussi pauvre penseur que son idole Renan.

  • 66 Gaëtan Bernoville est alors directeur de la revue catholique Les Lettres. Au début des années ving (...)

129De Georges Guy-Grand, j’ai lu une étude publiée avec un travail de Gaëtan Bernoville66. Cette lecture, si ma mémoire n’est pas en défaut, m’avait révélé en Grand une âme droite et une philosophie... à lacunes. Qu’en est-il ?

130Ta famille est en excellente santé. Gabrielle est à Québec, avec le docteur Raymond.

131L’oncle Maurice t’a dit qu’il était moralement certain de gagner sa cause. Il est enchanté de son voyage.

  • 67 Jacques Dumoulin (1898-1988), admis au Barreau en 1921, sera député du comté de Montmorency (1939- (...)
  • 68 Desmond A. Clarke est président de Clarke Steamship Company (L’Événement, 28 avril 1926, p. 5). Il (...)

132Jacques Dumoulin67 a quasi vendu la maison à un M. Clarke68. Ton père avisé...

133Mes meilleurs souhaits de bonne et heureuse année,

134Ton oncle dévoué,

135J. Emery Grandbois, prêtre

12. De Henri Grandbois69

  • 69 Autographe, 1f. (17.5 X 27 cm) plié en deux et paginé II et IV, écrit recto verso à l’encre noire. (...)

136Québec, le 15 février 1927

137Mon cher Alain,

138Je voulais toujours t’écrire assez longuement... et je crois que ce sera pour une autre fois encore ; mon associé à la laiterie Champlain, Naud, me demande de descendre à l’usine pour lui signer quelques chèques en paiement de lait et crème, et il faut bien que je me rende à son appel.

139Ta dernière m’a intéressé de même que toutes les bonnes nouvelles que nous ont apportées les oncles Arthur & Maurice et la tante Bernadette... tu as eu le don de plaire à tous ces parents puisqu’ils ne se lassent de nous faire des compliments sur ton compte.

  • 70 La nouvelle figure en première page de L’Événement du 19 janvier 1927, sous la manchette : « Mtre (...)
  • 71 Léo-K. Laflamme, né aux États-Unis en 1893, a été admis au Barreau en 1918. Il a d’abord exercé sa (...)
  • 72 Alexandre Chouinard (né en 1891) fut admis au Barreau en 1918. Il a exercé sa profession à Montmag (...)

140Tu as sans doute appris que le gros oncle Maurice a gagné sa cause au Conseil privé70 ; mais il a fait du mauvais sang, le jugement n’ayant été rendu qu’à la fin de janvier, c.a.d. cinq longues semaines après son retour. Il était devenu morose et muet dans les derniers jours ; sa bonne humeur lui est revenue avec le résultat connu. Il est toujours fort occupé, plus ces temps-ci parce qu’il a dissout la société légale avec Laflamme71, son associé qui se donne maintenant tout à la politique ; il reste donc seul avec Chouinard72, de sorte que son temps est pris et ça marche je te l’assure.

  • 73 Arthur Rousseau fut doyen de la Faculté de médecine de l’Université Laval, de 1923 jusqu’à sa mort (...)
  • 74 Membre-correspondant de l’Académie de médecine de Paris, Arthur Rousseau devient ainsi le premier (...)

141Quant au doyen73, ses confrères l’ont reçu royalement dans un magnifique dîner au Château et lui ont présenté leurs hommages en même temps que félicitations chaleureuses pour son titre de correspondant de la faculté de médecine de Paris74. Nous l’avons reçu à dîner en famille à la maison, le dimanche suivant son arrivée, et il était gai et enchanté de son voyage.

  • 75 Louis et Paul Rousseau, fils d’Arthur, habitent au 125 Grande-Allée.

142Ta maman t’a appris sans doute que nous laissions la maison Dumoulin en mai et que nous allions planter notre tente tout près [du] Home de Louis et de Paul75... Oui, c’est fait, nous avons acheté la propriété Châteauvert, 127 Grande Allée, et nous nous installerons convenablement au cours de l’été. La maison nous sera livrée le 15 avril, pour faciliter le déménagement durant la dernière quinzaine de ce mois, et pendant mai & juin, nous mènerons la vie de camp... puisque c’est notre intention d’y faire quelques rafraîchissements pendant notre séjour à S. Casimir, en juillet août septembre, et de compléter l’ameublement des pièces pour notre retour.

143Je ne sais si nous aimerons cette nouvelle propriété comme la maison Dumoulin... elle offre des avantages que n’a pas celle-ci, mais elle peut avoir des défauts que cette dernière n’a pas. Attendons pour en juger.

144Madeleine arrive d’une quinzaine passée à Hull, chez le gendre idéal Raymond ; elle a bien aimé son séjour, près de la Capitale, et le gros Pierre n’a pu s’empêcher d’aller la rejoindre pour passer un dimanche avec elle et jouir des agréments du retour, le trajet s’effectuant dans la journée.

145Mark poursuit ses visites assidues auprès de Jeanne, deux et même trois fois par semaine, ce qui me fait dire que si tu ne te presses pas, nous pourrions faire deux mariages avant que ton tour arrive... évidemment tu renonces à tes droits d’aînesse et ton séjour à Paris, sous ce rapport, n’est pas de nature à avancer ta cause. Reviens au plus vite... autrement tu vas trouver la maison vide ! Je me trompe un peu, car Louis tient le poste et paraît décidé de ne le céder en rien. Les filles ne l’occupant pas trop, trop, et il pourrait bien prendre beaucoup de temps avant de s’attacher à une.

146Nous avons un hiver idéal, peu de neige, temps doux ; déjà l’on sent les approches du printemps et ça nous fait du bien. J’inclus une traite de $ 250.00 et je te fais mes meilleurs souhaits pour le succès dans tes études. Mille amitiés et bons becs de ta mère.

147Ton père dévoué

148Henri Grandbois

13. De Bernadette Rousseau-Grandbois76

  • 76 Autographe, 3 f. (17,5 X 13 cm) paginés II à VIII, papier portant les initiales de Bernadette Rous (...)

149Québec, 7 mai, 1927

150Mon cher petit Lin,

  • 77 L’anniversaire de naissance d’Alain Grandbois, le 25 mai.

151Il me faut anticiper sur le Grand jour77 si je veux t’arriver à temps et être là, la première, pour t’assurer de mes souhaits les plus variés, comme les plus heureux, les plus selon les désirs les plus nobles. Je n’oublierai pas de communier pour toi le 25 mai et de supplier le Grand Maître en ta faveur, comme je le fais tous les jours d’ailleurs, mais avec plus de ferveur si possible, oui, qu’il t’accorde tout ce que mon cœur de maman ambitionne pour toi.

152Mon cher petit, ta dernière lettre m’a à la fois fait plaisir et fait de la peine. Elle m’a fait plaisir parce que c’est quelque chose de toi que je tiens en mains et dont je reste toujours si avide ; elle m’a fait de la peine parce que ta santé me semble inquiétante et je me sens si loin, si impuissante que cette seule pensée de te savoir là-bas malade et seul, me bouleverse, m’attriste terriblement. L’air natal te serait salutaire ce me semble. Ton papa est sous cette impression et nous sommes anxieux de te voir revenir pour tout de bon, te créer une position au milieu de nous, t’établissant enfin dans le bonheur comme dans le devoir. Si vraiment tu crois qu’il y a avantage de prolonger ton séjour là-bas, il serait opportun que tu en causes plus longuement avec ton papa et lui faire valoir toutes les raisons en ta faveur.

153Notre aménagement est à peu près terminé et je constate tous les jours, de plus en plus, que nous avons fait un excellent marché. Notre maison est confortable à tous points de vue, pour le moins autant que celle Dumoulin, et les réparations faites, ce sera vraiment charmant d’y vivre. Je t’assure que ce n’est pas sans appréhension et tristesse que j’ai quitté place George V. J’y laissais tant de souvenirs ! Mais comme me le disait Gaby, partout où l’on vit on apporte avec soi ses plus charmants souvenirs. Le cœur est bien à son avis, ajoute-t-elle, la seule demeure stable où l’on peut élever des autels sans crainte à nos meilleurs souvenirs. Tout de même, il n’y a pas à dire, on s’attache aux choses et on y sème un peu de soi partout. C’est pourquoi nous avons voulu établir, fixer notre demeure, notre home pour ne plus changer. Quand nous aurons vécu ici quelques années nous ne voudrons plus vivre nulle part ailleurs. C’est bien l’avis de ton papa qui est très satisfait de sa nouvelle acquisition, mais aussi satisfait de Maître Dumoulin qui nous a cherché noise pour mille bagatelles de son ménage. Pour lui plaire, il aurait fallu remettre à neuf toutes les vieilleries. La maison est louée à Desmond Clarke, avec offre de vente. Je ne regrette plus rien et suis très heureuse. Je me propose de faire prendre des photographies des pièces principales la semaine prochaine. Ainsi je pourrai mieux faire comprendre ce qu’il faut pour ces pièces. Nous ferons les travaux de menuiserie cette année. Ton papa aurait préféré éliminer le voyage d’Europe. Il trouve que nous forçons un peu trop notre bourse. Le lait Champlain ne nous engraisse pas encore, loin de là, et la politique libérale dominera (encore) longtemps. Si tu vois quelques bonnes occasions de peintures, ne les manque pas.

154Nous fêterons ton papa demain. Je lui ai acheté un joli cadre émail — la Madone et l’Enfant Jésus, un porte-clés en cuivre (joli) et une blouse d’Alpaga pour les grandes chaleurs d’été. Gaby nous adressait un colis devant être développé le 8. Nous ne saurons que demain le contenu, c’est ce qui ne fait pas l’affaire de Madeleine, toujours curieuse.

155Dimanche soir — 8 mai — avant de fermer l’enveloppe, quelques mots, mon Alain, pour te parler un peu de la Grande Fête. L’Oncle Jos présidait le dîner et nous fîmes honneur au menu de circonstances. Au milieu du dîner, ton papa dépouillait les colis avec émotion. Le tout assaisonné de mots de circonstances. C’était assez gentil. Plus gentil encore de voir ton père si heureux, si attendri. Nous n’avons pas oublié les absents.

156L’oncle Jos a profité de sa visite pour bénir la maison. Plus à redouter les mauvais esprits, ainsi gardée par les saines traditions.

157Je reste fort préoccupée de ta santé, reviens-moi le plus tôt possible, parle-moi longuement de toi. Ton papa vient de nous proposer d’être de société avec lui pour l’envoi du cadeau. À savoir chacun 50 dollars, qu’il t’envoie par traite. Il est entendu que tu ne dois pas te priver des soins du médecin, du meilleur si tu le juges à propos, il ne faut pas compter quand il s’agit de maladie. Tu nous adresseras le compte sitôt que tu le jugeras à propos. Pour qu’il (le médecin) ne surcharge pas, il serait bon de leur laisser entendre que nous ne sommes pas des millionnaires américains.

  • 78 Bernadette Landry-Rousseau, épouse d’Arthur Rousseau.

158J’ai excessivement hâte de te revoir, de t’entendre, de savoir mieux ta vie là-bas. Je vois tous les jours tante Arthur78 qui s’informe de toi à chaque fois. L’oncle, je le vois moins souvent. Nous n’avons pas les mêmes heures de loisir.

159Te répétant mes meilleurs souhaits, te redisant toute ma tendresse, je reste à jamais ton aimante

160Maman

161Tous s’unissent à moi pour t’offrir les meilleurs vœux. Joie, santé, bonheur. Je t’embrasse un millier de fois. Je t’aime,

162Maman

14. De Bernadette Rousseau-Grandbois79

  • 79 Autographe, 1 f. (20 x 15,5 cm) plié en deux et paginé II-III, écrit recto verso à l’encre violett (...)

163St Casimir, 2 octobre, 1927.

164Dimanche, 10 heures.

165Mon cher Alain,

166J’attendais toujours le moment qui me permettrait de t’écrire longuement, il n’est pas venu et je pars dans quelques heures pour Montréal avec Mad, Jeanne et Catherine ; mais vraiment je ne résiste pas plus longtemps au désir d’une petite causerie qui te dira un peu combien nous pensons à notre petit Lin depuis ton départ. Je cherche à te suivre, je me préoccupe de tout ce que tu crois et dois faire et l’immense regret de n’avoir pas su mieux te retenir ici en t’intéressant davantage me hante sans cesse l’esprit, et le cœur. Mon cher petit enfant, ne va jamais douter du cœur de ta maman, qui pour n’être pas à la hauteur de sa grande mission de mère peut-être n’en a pas moins tous les désirs et l’amour profond. Tu auras revu sans doute Raymond et Gaby quand tu recevras cette lettre. J’espère qu’ils se plaisent convenablement et sans trop de frais. Les quelques jours que j’ai passés avec Gaby m’ont permis de toucher les points faibles et de plus convaincue que la surface seule est quelque peu trouble parfois, les profondeurs gardent intact un amour qui m’apparaît de plus en plus solide de part et d’autre et Gaby est femme à tout faire pour sauvegarder cet amour qui fait sa vie.

167Ton papa attend la fin d’octobre avant de décider notre voyage. D’une façon ou d’autre nous traverserons, mais peut-être pour Paris directement ce qui serait beaucoup moins dispendieux. Louis J. garde toujours son idée d’aller à Hollywood plutôt qu’à Paris. Ton papa ne mord pas à ce projet, il sait si bien que le résultat en sera mal. Qu’en penses-tu toi ? Écris-moi longuement et dis-moi un peu tout ce qui te concerne. Je garderai tout pour moi... sans que tu aies à craindre la moindre indiscrétion. Tout sera à clef. Je reviendrai te causer plus longuement aussitôt notre aménagement à Québec. Nous partons à 111/2 hres précises de Montréal, je reviens à Québec faire le ménage.

168Les ouvriers sont encore à la maison pour toute une semaine. Nous ne penserons sûrement pas rentrer avant le 15 oct. Pense quelques fois à nous, à Dieu surtout. Je t’aime et je t’embrasse avec tout mon cœur de

169Maman

15. De Bernadette Rousseau-Grandbois80

  • 80 Autographe, 1 f. (18 x 14 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre bleue (BNQ (...)

170St Casimir, 16 octobre, 1927

171Mon cher Lin,

  • 81 Paul Rousseau, cousin d’Alain, et son épouse Marguerite.

172J’ai reçu tes souhaits de fête et je reçois ta bonne lettre. Merci de tout cœur. Inutile de te dire la joie que j’éprouve quand on m’amène une lettre de mes chers absents. J’arrivais justement de Québec hier au soir quand on m’a remis la tienne. C’était ma récompense après une semaine de travail à la réorganisation de notre maison de Québec. Mad. et Jeanne m’ont aidée et j’aime à te dire que nous avons travaillé dur. Ces « demoiselles » se réconfortaient le soir avec leur bien-aimé. Je te certifie que c’était un excellent stimulant. Demain nous recommencerons pour y mettre la dernière main. Je regrette que tu n’aies pas vu la maison en meilleur état, mais une année c’est bien tôt passé, n’est-ce pas ? Et tu nous reviendras, je compte sur ta promesse. Je prie Dieu tous les jours pour toi et j’espère qu’Il te bénira en toutes tes entreprises. N’oublie pas de dire 3 Ave Maria tous les jours et de porter une médaille de scapulaire sur toi. Tu me diras en ta prochaine si tout cela est correct ? Nous ne serons rendus à Québec en famille que le 20. Tous ici languissent et ne prisent guère le paysage triste et monotone de St-Casimir. J’ai hâte moi-même de reprendre avec ton papa notre petite vie de Québec, plus variée, plus satisfaisante sous tous rapports. La croisière est au second plan. Nous en reparlerons sérieusement à la fin d’octobre. Mad. et Jeanne seraient bien désappointées de ne point faire ce voyage. Elles calculent que ce sera un bienfait, même pour leur « amour ». Et je le crois moi-même. Louis J. semble aussi abandonner l’idée d’aller à Hollywood et vouloir nous suivre. Catherine n’est pas la moins intéressée à ces projets et je suis sûre qu’elle en profitera tout autant que les autres. Il reste notre Jean que nous ne savons pas encore comment nous le placerons, le pensionnat lui répugne à un tel point qu’on se demande s’il n’en tombera pas malade. Il faudra toujours en venir à une conclusion, si nous partons. Écris-moi souvent, ne fut-ce qu’un mot, parle-moi un peu de tout ce qui t’arrive, des Canadiens que tu fréquentes, de Gaby, de Ray, de Paul et Marguerite81. Je t’écris de même quelques lignes chaque semaine. Aujourd’hui je suis à la course. Je n’ai que dimanche pour adresser plusieurs lettres et voir les personnes à qui je dois faire une dernière visite. Demain je ne m’appartiendrai plus, mais de cœur, je reste bien libre et mes aimés ont ma pensée constante. Mon souvenir des plus tendres et mon inaltérable amour de

173Maman

174Petit Lin, mille baisers de Maman

16. De Henri Grandbois82

  • 82 Autographe, 2 f. (17,5 x 27 cm) pliés en deux et paginés II et VI, écrits recto verso à l’encre no (...)

175Les Rois, le 6 janvier 1928

176M. Alain Grandbois

177Londres

178Mon cher Alain,

179« Bonne et Heureuse Année », c’est mon premier souhait en prenant la plume ce matin pour t’apporter quelques nouvelles du pays. Bien des fois, j’ai pensé t’écrire, et je ne savais où t’atteindre, et depuis que tu es à Londres, tu ne nous as pas encore dit où t’adresser la correspondance, de sorte que nous ne savons que faire. A tout risque, j’adresse celle-ci à Paris et on te la fera parvenir, je pense bien.

180Comment trouves-tu les bons Anglais avec qui tu coules présentement le temps des Fêtes ? Sans les connaître, j’imagine qu’ils n’ont pas l’humeur, ni l’enthousiasme des Français... et il n’y a pas lieu de s’en étonner puisque c’est dans leur caractère naturel. Au reste, ils ont leurs qualités et de belles où nous avons intérêt à aller y puiser ce qui nous manque. Profite bien de ton court séjour chez belle-maman Albion, et fais provision large et abondante de tout ce que tu peux en retirer de bon, au point de vue « science et langue ».

181Avant de laisser Paris, as-tu passé tes examens que tu avais commencé à préparer avant ton départ en juin ? Ton oncle Jos me pose souvent cette question et ne cesse de me dire et de me répéter qu’une licence ou un diplôme de Docteur vaut beaucoup ici pour occuper une chaire dans notre université où l’on tient compte du moindre titre... Et comme la chose est facile pour toi à qui la bonne Providence n’a pas ménagé les talents et les chances d’arriver, tu dois faire tout ton possible pour décrocher « diplômes » et autres titres honorifiques qui t’aideront lorsque tu viendras prendre place parmi les membres du barreau du Québec. On ne se fait pas l’idée de l’influence exercée sur nos populations par les titres conférés ainsi à ceux de nos compatriotes qui ont l’avantage d’aller parfaire leurs études à l’étranger... Alors, prends ta part d’avantages, c’est mon désir, sachant que cela te portera en route...

182Mais revenons au Canada, car tu dois être anxieux d’en entendre dire quelque chose, surtout de ce qui touche la famille. À cause des travaux commencés à la maison de Québec, nous sommes revenus l’occuper seulement le 20 octobre : c’est te dire que les jours ont été courts de cette date au jour de l’An, d’autant que nous avons été fort occupés, ta maman à terminer l’aménagement et mettre une dernière main aux armoires, etc., moi à correspondre avec plusieurs agences pour notre prochain voyage, à recevoir et discuter avec leurs représentants, enfin à décider, et pendant ce temps à transiger mes affaires ordinaires et préparer ma finance pour ne pas trop me gêner. Rien ne marche sans finance, tu le sais... alors il faut y voir, et ç’a été ma préoccupation de l’automne. Les affaires de l’année 1927 ont été très ordinaires et bien peu profitables : je termine la saison, recouvrant mon argent avec intérêt à 5 %, mais M. Auger ne peut rencontrer le premier versement de $ 4,000 qu’il s’était engagé à me faire. Il espère le faire cette année, ses dépenses étant moins fortes ; avouons que le marché n’a pas été bon et qu’une partie de son bois reste encore non vendue dans la cour ; les intérêts et les assurances à maintenir diminuent ses profits et le rendent incapable de remettre sur le capital. Dans la laiterie, c’eût été trop beau pour réaliser des profits pour une première année, alors qu’il nous faut solliciter une clientèle, et nous nous passerons de dividendes ; cependant il y a lieu d’avoir de bonnes espérances. Malgré tout, je suis assez content et j’ai décidé de continuer le commerce de bois pour une nouvelle année, ayant fait un contrat de vente de tous les madriers & planches que nous manufacturerons l’été prochain avec M. Laferté, de Montréal. Le prix obtenu n’est pas très élevé, mais si nous sommes heureux dans les opérations diverses des chantiers, flottage et sciage, nous devrions arriver à sauver $ 5,000 à $ 6,000 toutes dépenses payées.

  • 83 Voir supra, p. 541, n. 4.

183Les négociations avec la Laurentide, pour le camp du lac Clair83, se sont continuées de temps en temps durant l’automne, et après réflexion, constatant que le tenue de trois maisons était trop lourde pour ta maman qui se dépense trop longuement pour faire plaisir à tout son monde, j’ai vendu. Évidemment, nous avons éprouvé quelques regrets lorsqu’il s’est agi de rompre avec ce coin de terre d’île et d’eau qui nous a été si cher et où nous avons passé d’aussi charmantes heures... mais aujourd’hui nous sommes contents. L’occasion était bonne, nous en avons profité.

  • 84 Ernest de Varennes et Marie-Louise Cimon.
  • 85 Léon et Maurice Rousseau, beaux-frères d’Henri Grandbois.

184Les Fêtes maintenant ! Oh ! Elles passent vite les Fêtes tant désirées par les jeunes et que les hommes mûrs voient s’en aller avec une certaine satisfaction, tant elles deviennent corvée pour eux. Cette année pourtant, elles ont été moins nombreuses. Noël et le Jour de l’An tombant jours de Dimanche. Récapitulons : à Noël, messe de Minuit à S. Cœur de Marie, tout le monde. Après, Mad & Pierre prennent le réveillon chez M. Dr De Varennes84 ; Jeanne & Mark chez Lucie Beaupré, nous à la maison, et on présente à petit Jean un cadeau magnifique, inattendu ; cadeau qui lui cause une déception — en premier lieu — mais qu’il apprécie de jour en jour depuis. C’est un « Voyage en Méditerranée avec nous », départ 2 février et retour 5 mai. On avait décidé de l’envoyer chez tante Sœur Gabrielle, à Lachine, pour les mois de notre absence ; dans l’intervalle son couvent S. Jean Berchmans a été la proie des flammes ; il s’est trouvé sans école, nous avons chargé Madeleine de lui faire une classe de français, d’arithmétique et Cat. l’anglais ; ces classes se continueront durant la croisière, sur le bateau et au retour, nous lui ferons donner des leçons, même durant l’été afin qu’il entre en 6ème en septembre. Il a tout accepté avec plaisir, tu comprends. A cette croisière, s’est joint l’oncle Léon ; de sorte que nous sommes onze de notre groupe. Sept de notre famille, trois chez Maurice et Léon85. Nous espérons être à Paris pour Pâques, 8 avril, et nous t’invitons à venir nous rencontrer là avec Gaby et Ray.

  • 86 Philippe Rousseau (né en 1903), fils d’Arthur Rousseau et de Bernadette Landry. Admis au Barreau e (...)
  • 87 Né en 1894, fils de Charles-R. Devlin, ancien ministre de la Colonisation, des Mines et des Pêcher (...)
  • 88 Henri Provencher, chirurgien-dentiste, époux d’Alice Rousseau (fille de Maurice).

185Avons pris le dîner de Noël chez l’oncle Arthur, toute la famille et la nôtre. Au jour de l’An, ta maman, Louis et moi descendions prendre le dîner chez l’oncle Maurice à Montmagny avec le docteur & Mme Arthur et Philippe86, Bernard87 & Marguerite. Il y avait en plus Léon, Lacasse, Alice & son mari88, Lucienne.

  • 89 Probablement Charles-Joseph Simard (1877-1931). Nommé sous-secrétaire de la Province en 1912, il d (...)
  • 90 Surnom de Gabrielle Grandbois.

186Puis mercredi le 4, à l’occasion des fiançailles de Madeleine & Pierre, nous avons donné un beau dîner ici réunissant parmi les parents : les Héros d’abord, Mesdames de Varennes, mère, Jos De Varennes, Jos Simard89, Arthur Richard, Marthe, Dr Rousseau, Maurice, Philippe Grandbois, B. Devlin, Jeanne, Cat, Messieurs Abbé Jos, Dr. Arthur, Louis, Jean, maman et le soussigné. Nous étions 24 ; l’entrain a été de la partie, le dîner succulent, la fête belle. Pierre a donné une bague magnifique à Mad qui était fière & contente ; tous ont semblé aimer cette petite soirée qui s’est terminée entre 11 hres et minuit. Aujourd’hui c’est la fête des Rois et celle de Jean — 12 ans — nous lui offrirons le cadeau traditionnel — $ 12.00 — avec gâteau qui le fera Roi d’un jour. Nous n’oublions pas les absents durant ces jours de réjouissances et parlons souvent de toi, de Bizelle90, de Raymond que nous aimons bien tous et à qui nous souhaitons toutes les meilleures choses du monde, en attendant le plaisir de se revoir. Si je n’ai pas ton adresse, je te donnerai un crédit à la Banque de Montréal, pour tes dépenses courantes.

187Ton père dévoué

188Henri Grandbois

17. De Bernadette Rousseau-Grandbois91

  • 91 Autographe, 3f. (19,5 x 12,5 cm) paginés I-VI, papier à en-tête : « CANADIAN PACIFIC // MEDITERREN (...)

189[12 février 1928]

190Mon cher Alain,

191Mon « bonjour » se rendra-t-il jusqu’à toi ? Nous avons si peu ton adresse, n’empêche que nous pensons beaucoup à toi. Tout notre contingent se porte à merveille et jouit de la traversée qui est belle et reposante. Tous groupés ensemble par une suite de cabines, nous pouvons aisément et à toute heure du jour aller causer les uns avec les autres. A la salle à manger, nous avons deux tables dont une pour les « vieux », l’oncle Maurice et tante Blanche, l’oncle Léon, ton papa et moi. L’autre, de Madeleine, Jeanne, Catherine, Louis, Lucienne et Jean. Le service est très bon. Le temps passe vite pour tous même pour moi, c’est te dire que je suis tout à fait réconciliée avec la mer, pas l’ombre d’un petit malaise. Tout de même j’ai hâte de changer le programme. J’ai épuisé mon enthousiasme sur l’Immensité. Les premiers jours ont été nuageux et plus particulièrement mercredi. Le ciel s’est débarbouillé en pleurant beaucoup. Après cette pluie et un fort vent, le soleil s’est montré et des plus ravissants. Aujourd’hui vendredi, nous avons une journée telle que [je n’en] ai vue de pareille, demain nous débarquerons aux îles Madères à six heures où il doit y avoir un bal à l’hôtel de l’endroit. Hier au soir nous avions une mascarade, Jeanne endossa son costume du xviie siècle. Madeleine qui n’est pas en force de parti y renonça. La parade se fit vers les 10 heures. C’était vraiment intéressant et amusant. Il y en avait bien 300 costumés et nous étions appelés, nous les spectateurs, en aussi grand nombre, à donner notre vote. Beauté, original, comique. Le prix de beauté a été gagné par Jeanne. Un magnifique porte-cigarettes en nacre de perles. Les autres, je ne les connais pas. C’était par numéro. Le journal quotidien nous l’apprendra peut-être demain. Les petites filles trouvent que les « Scheiks » manquent de séduction, les danseurs pas attirants, plutôt collants. Hier Jeanne dut remercier un danseur qui la serrait de trop près. Madeleine et Jeanne ont adopté plus particulièrement le jeu de cartes, n’ayant aucun attrait pour la danse, et les danseurs. Pierre et Mark seraient ravis de voir leurs dispositions, eux qui craignaient mille occasions d’infidélité. Nos amoureuses sont bien convaincues qu’il n’y en a pas une chance de supplanter leurs amis. Aussi faut-il dire que la plupart parmi les hommes sont plutôt âgés. Catherine malgré tout cela danse tant qu’elle peut. C’est un délice pour elle. C’est encore drôle comme elle sait s’en tirer. Hier elle était malade de se costumer, ce qui me fit regretter de ne lui en pas avoir fait faire, mais elle réussit quand même à danser presque toutes les danses. Nous avons été présentés aux Directeurs de la Croisière mais comme nous ne parlons pas beaucoup l’anglais nos relations se sont bornées là. Les petites, elles, les vénèrent dans les danses. Je t’écrirai un mot de Madère avant de maller cette lettre qui ne peut se rendre plus tôt. Je t’embrasse et je t’aime.

192Maman

193On vient de me dire que nos lettres partiront de Madère. Comme nous n’en avons plus que quelques minutes à nous, je me réserve de t’écrire un peu plus tard les beautés de Madère.

194Je t’embrasse de tout mon cœur de maman. Ton papa a dû te donner l’adresse. Un petit mot de temps à autre nous fera bien plaisir.

195À toi, de tout mon cœur.

196Maman

18. De Bernadette Rousseau-Grandbois92

  • 92 Autographe, 4f. (19,5 x 12,5 cm) paginés 1-VI et VI-VII, papier à en-tête : « CANADIAN PACIFIC // (...)

19725 février 1928

198Mon cher Alain,

199Du pays où fleurit l’oranger, où rayonne un éternel printemps, je t’apporte ma meilleure affection, toute embellie et parfumée des impressions que je puise dans ma course lumineuse. Notre voyage, comme tu vois, se continue heureux et rempli d’intérêt. Les Iles Madères, comme j’ai dû te l’écrire, m’ont laissé une impression ineffaçable. De l’Espagne, Cadix, Séville, ton papa a dû te donner quelques descriptions. Venait ensuite Gibraltar que j’ai passé au lit, malade de la grippe. Alger que tu as déjà visité, que j’ai bien aimé aussi. N’est-ce pas qu’on a bien l’impression de se trouver à la fois dans deux villes distinctes. C’est l’Orient et l’Occident se rencontrant. D’un côté, les traditionnelles conduites d’un peuple qui ne change pas, de l’autre Paris, avec tout son modernisme. Mais ce que j’ai particulièrement aimé, c’est la Sicile, resplendissante de couleurs, jardins et villas en fleurs, richesse d’art, climat merveilleux. De là, à Naples, que nous avons visité ensemble il y a quelques années. Madeleine et moi avons visité à pied quelques endroits de Naples pendant que le reste du contingent se rendait au Vésuve. L’Oncle Maurice, déjà fortement grippé, n’a pu supporter l’ascension du funiculaire au Vésuve. C’est une trop grande compression d’air, je suppose, qui le suffoqua. On dut le coucher pour le remettre, et [il] n’a pu naturellement se rendre jusqu’au cratère. Les autres ont souffert beaucoup du froid dans cette excursion. Vraiment nous n’avons pas encore eu de journées chaudes et il paraît qu’à Venise nous aurons encore plus froid. Après chaque escale, quand nous avons visité une couple de jours, nous sommes heureux de reprendre la mer qui nous berce en nous reposant. Je ne croyais pas pouvoir jamais l’aimer autant. Le bon Dieu a voulu cela, je suppose, pour que je comprenne mieux notre Louis qui ne semble jouir aucunement de son voyage, ni en profiter, bien entendu. Nous constatons quelque mieux ces jours-ci. Il est moins fatigué, moins perdu. Il souffrait assez de son état pour me répéter à tout instant : C’est bien triste, mais je suis incapable de me rappeler ou de faire quoi que ce soit d’utile à ce voyage. C’était comme un véritable enfant, plus enfant que notre Jean qui se débrouille d’une façon étonnante, écrit tous les jours son journal, et court partout dans le bateau, fait nos commissions. Je t’assure que nous n’avons pas à regretter de l’avoir fait suivre. Mais pour ce pauvre Louis, j’ai craint un moment que ce voyage ne lui soit fatal. J’ai bien hâte de te revoir. Nous parlerons plus à l’aise et moins à la hâte, j’espère. Écris-nous et dis un peu ta petite vie au milieu des fils d’Albion. Je t’embrasse de tout mon cœur et je t’aime avec tout mon cœur de

200Maman

19. De Henri Grandbois93

  • 93 Autographe, 4 cartes postales (9 x 13.5 cm) paginées II-IV, à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieu (...)

201Tibériade, lundi soir le 12 mars 1928

202Mon cher Alain,

  • 94 Notre Seigneur.

203Un mot seulement de la mer de Galilée où nous avons dressé notre tente pour la nuit, après une promenade de deux heures sur cette mer qui a failli renverser la barque de Pierre & ses suivants pendant que N. S94 sommeillait. Au retour de cette promenade une petite brise venant de l’est a fait peur à notre guide qui a pressé les matelots à hâter leurs travaux de rame. La Syrie & la Galilée sont très accidentées, montagnes aux pics élevés où la neige est blanche comme au pays natal, pendant que des troupeaux paissent dans les plaines et aux pieds des mêmes montagnes. Les routes sont belles et passables pour l’auto et c’est par ce moyen de locomotion que nous traverserons ces lieux saints. Partis de Damas à 9 heures, nous étions à Capharnaüm à 1 hre puis à Tibériade à 2 heures. Quel pays, quelle belle nature, mais aussi quel triste peuple !

204Nous logeons à l’hôtel Tibérias et c’est l’anglais qui domine ici en Galilée, quand c’était le français en Syrie, et je t’assure que ces deux puissances tiennent à leur influence par ici et ils y arrivent par leur régime militaire et l’enseignement de leur langue dans les écoles des villages et villes.

205Mais toi, comment vas-tu ? Qu’est-ce que le médecin dit de cette maladie qui semble s’attaquer à toi et vouloir persister ? Nous avons hâte de rentrer à Paris, ce qui arrivera avant un mois, car c’est le 5 avril que nous prendrons le train à Monaco pour arriver le 6 au matin.

206Nous avons écrit à Raymond de retenir nos chambres à l’hôtel Palace, 105, rue du Four, boulevard S. Germain.

207En attendant le plaisir de te revoir, je me joins aux membres de la famille pour te présenter nos meilleures salutations.

208Ton père toujours dévoué

209Henri Grandbois

  • 95 Le docteur Raymond Paquin, mari de Gabrielle Grandbois.

210Embrasse bien fort Gaby pour nous et donne une chaude poignée de main au docteur95.

211H. G.

20. De Henri Grandbois96

  • 96 Autographe, 2f. (17,5 x 27 cm) pliés en deux et paginés II-V et VII, écrits recto verso à l’encre (...)

212Le 24 mai 1928

213M. Alain Grandbois

214Paris

215Mon cher Alain,

216À l’occasion de ton anniversaire qui te donne 28 ans bien comptés demain permets-moi de venir te présenter avec nos meilleurs souhaits mes félicitations les plus paternelles. Nous aurions aimé t’avoir avec nous pour fêter plus intimement cet heureux jour... mais le destin ou plutôt la divine Providence le veut autrement. Je te souhaite donc une bonne santé et forme des vœux pour le succès de ton avenir qui reste toujours mystérieux pour nous. J’espère que tu atteindras sûrement le but vers lequel tu vogues sans nous le faire savoir... N’oublie pas cependant qu’ici il y avait place pour toi et que le succès — en y mettant un peu de bonne volonté — ne tarderait pas à venir. Enfin, tu n’es plus un enfant et tu sais, mieux que moi, ce qui te convient et ce qui fera ton bonheur.

  • 97 Les Grandbois sont revenus à Québec le 6 mai, à bord de l’Empress of Scotland (« Me Rousseau a vu (...)

217Nous sommes rentrés au pays heureux et contents de notre voyage97 ; nous y avons retrouvé parents & amis au quai, avec chaude réception chez l’oncle Arthur.

218Le rude hiver canadien a disparu en nous voyant et la première quinzaine a été vraiment remarquable par sa température idéale : beau soleil, le printemps dans la nature, les oiseaux dans le ciel, et Québec se réveillant de sa longue léthargie et reprenant une activité inconnue jusqu’ici...

  • 98 L’Événement du 28 avril (p. 27) rapporte le jugement rendu par le recorder Des Rivières dans l’aff (...)

219Le lendemain, et les jours suivants, malgré le beau soleil, il m’a fallu faire face à une crise terrible survenue à « la Laiterie Champlain » ; crise qui a failli mettre cette compagnie à la ruine. Imagine-toi que Naud, le gérant et notre associé — nous ne sommes que trois dans cette affaire — avait laissé mettre de l’eau, en petite quantité c’est vrai... il n’avait pas raison d’en faire ou laisser ajouter une seule goutte — dans le lait, et soupçonné par les autorités municipales, il a été pris et jugé coupable, entraînant par sa faute et celle de ses employés, la compagnie dans une très mauvaise posture vis-à-vis des autorités et du public québécois. Le Soleil et L’Événement ont publié l’affaire98... je te laisse juge du résultat... Il a fallu à [Charles Laganière] et moi, faire bien des démarches pour arrêter le mauvais effet d’une telle conduite, réorganiser la fabrique en essayant de maintenir nos positions le mieux possible, remplacer Naud à la gérance, les contremaîtres & subalternes qui sont disparus promptement... etc., etc. Maintenant ça commence à avoir du bon sens, mais ce mauvais coup nous cause un retard de plusieurs mois, nous nous y attendons bien...

220Nos affaires de bois ont été plus tranquilles ; la saison extrêmement dure de l’hiver a empêché nos entrepreneurs d’atteindre la quantité qu’ils avaient entrepris de faire, et de ce côté, là aussi, j’escomptais des profits que je ne toucherai certainement pas.

221Tout ceci ne me décourage aucunement ; j’ai appris à connaître la vie au cours des 54 ans qui me sont dévolus, et ce qui m’arrive est le lot qui est réservé à la masse

  • 99 Le manuscrit est déchiré à cet endroit.

222<...99>

223depuis, ils font une cour bien assidue à la maison. Ils paraissent réussir bien dans leur profession.

224Je termine, on m’appelle au téléphone et je dois sortir pour rencontrer quelqu’un à la basse-ville, en passant au bureau je déposerai cette lettre.

225Donne-nous de tes nouvelles régulièrement, nous sommes toujours contents de te lire.

226Louis est entré au bureau de M. Pineault, comptable, depuis une semaine ; il paraît encouragé et décidé à se créer une position.

227Ta maman et tes petites sœurs t’embrassent bien fort ; maître Jean te salue avec une bonne poignée de main. Je la serre chaleureusement moi aussi et reste toujours

228Ton père qui t’aime bien

229Henri Grandbois

21. De Bernadette Rousseau-Grandbois100

  • 100 Autographe, 2 f. (16,5 x 25,5 cm) pliés en deux et paginés I-VII, à l’encre bleue sur papier lilas (...)

230Québec, 18, sept., 1929

231(Mercredi)

232Mon cher grand garçon,

233J’ai reçu ton bon mot ; il m’a fait chaud au cœur et réconfortée — dans ma peine tenace et pleine de ces pensées qui accusent : « As-tu su les aimer ? As-tu cherché à les bien comprendre ces enfants, au lieu de te complaire dans des rêves stériles ? » Voilà ce qui souvent hante mon esprit.

234Pauvre petit, va. Je me sens maladroite avec toi, je n’ai pas su te suivre, je n’ai été qu’une pauvre rêveuse. Mais que je vous aime tout de même et de toute la profondeur de mon âme ! Ce qui te touche me touche, ce qui te fait souffrir me fait souffrir. Le cœur peut-il suppléer à tant d’autres lacunes de mon moi ? Je le voudrais et veux rester convaincue que l’amour est encore ce qu’il y a de plus fort sur terre et ce qu’il y a de plus désirable. L’amour dans l’oubli de soi, j’entends dans le bonheur de ceux qu’on aime. Que je te veux heureux, mon Alain, je te veux une intelligente et aimante petite compagne pour réchauffer ton foyer, de beaux petits enfants pour l’orner. C’est très simple tout cela et dans mon humble expérience, c’est encore ce qui fait la vraie vie, le seul vrai bonheur de la terre — en attendant un plus parfait — éternelles aspirations de nos âmes — cela ne prouve-t-il pas assez l’Immortalité ? Ce serait donc une aberration, et c’est ce que répète le grand « Pascal », que de négliger la seule Vie qui compte vraiment puisqu’elle ne finira jamais, tandis qu’ici-bas, ce n’est qu’un passage qu’il nous est bien permis d’agrémenter, n’est-ce pas, mais non au détriment de l’autre, incomparablement supérieure et meilleure. Allons, tu vas croire que je me pose en sermonneuse quand tout bonnement je ne dicte que ce que me suggère mon cœur de maman qui craint parfois pour ses petits — s’ils allaient faire fausse route — et manquer au grand rendez-vous. Non, il ne faut pas penser à de si terribles choses et rassure-moi, dis que tu portes toujours sur toi les médailles. Ces jours-ci, je t’ai acheté une petite chaîne ayant une médaille scapulaire que je t’envoie par la même. Tu me dis qu’ici les garçons portent ainsi la médaille du scapulaire — de cette manière, pas besoin de transporter les médailles d’une poche à une autre, et surtout pas moyen d’oublier. Tu voudras bien ajouter les médailles que je t’ai données avant ton départ. Elles sont précieuses car elles ont touché à tout ce qui a servi à la Passion de N. S. Quand tu m’écriras, dis-moi si tu l’as reçue et si tu l’as mise à ton cou.

235J’espère que tu vas réussir à te débarrasser de ton mal de gencives. A la première atteinte de mal, va voir un médecin.

  • 101 Fils de Maurice Rousseau. Prêtre, il enseigne au collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière. En 1928-1 (...)

236Marguerite Grandbois est ici depuis lundi. Elle a profité d’une auto d’amies pour venir passer quelques jours avec nous. Hier soir se donnait la veillée chez Pierre, et Alice (Mde Provencher) en visite chez Gaby, depuis lundi aussi, avec Raymond, étaient du nombre des invités — Gaby reçoit à dîner ce midi — ces jeunes, Marg et Alice. Dimanche soir nous avons été souper chez l’oncle Maurice avec Ray, Gaby et Jean. L’oncle m’a dit : Alain n’est pas venu nous voir ? Je lui ai dit que tu n’avais fait aucune sortie, étant très occupé. Comme toujours, nous avons eu un gros dîner. Robert101 était là, mais partait le soir même pour Ste-Anne de la Pocatière où il est professeur. Cathe. reçoit toujours la visite de Me Arthur, mais j’ai limité à 2 visites par semaine jusqu’à 101/2 hres du soir. Je crois que Catherine s’arrange bien de cette décision car il est entendu qu’elle peut sortir avec d’autres garçons. J’ai tout lieu de croire qu’elle peut faire mieux. A part cela, rien de nouveau. Je te tiendrai au courant. Fais de même, tout m’intéresse et m’est bien sensible. La petite chaîne que tu m’as donnée ne me quittera plus. Ce sera le symbole de ton inaltérable affection, et je t’embrasse de toute la force de ma tendresse.

237Maman

22. De Bernadette Rousseau-Grandbois102

  • 102 Autographe, 2f. (16,5 x 26,5 cm) plies en deux et pagines I-VI, a l’encre bleue sur papier violet. (...)

238Québec, 9 déc, 1929

239Mon cher Alain,

240À grands pas nous arrivent les Fêtes ; elles apportent avec elles tout un contingent de souvenirs, les meilleurs puisqu’ils sont faits des prémices d’un cœur confiant et plein de tous les espoirs. Il n’y a pas à dire nous avons laissé du bonheur à notre petite maison de St-Casimir. Il y eut là des jours que j’aime à remémorer avec ton papa. C’est la veille de Noël. Nous voyons toutes vos petites figures rayonnantes, l’espoir juvénile qui y dominait. C’est le bas de Noël qui fait sourire. C’est le « soulier » gros d’espoir. Enfin de toute cette joie qui vous illuminait nous faisions notre pur bonheur. C’était le bon temps alors, et nous ne songions nullement aux jours qui nous sépareraient. Hélas, ils sont trop tôt venus et traînant avec eux l’éternel problème du struggle for life. Quand ces quelques lignes t’arriveront mon cher p’tit Lin, tu auras probablement fait toi-même un petit retour sur le passé. Tu te seras dit que c’est beau d’être jeune, et là passera peut-être aussi que de cette première jeunesse peut en résulter une autre plus virile, plus consciente des réalités et devoirs de la vie. C’est encore la jeunesse et n’est-ce pas que c’est bon de rester jeune. Que ta pensée nous accompagne plus particulièrement en ces jours, tu sentiras la nôtre sûrement bien près de toi, tout en toi. Les absents n’ont-ils pas le don d’absorber le meilleur de notre amour ?

241Ton papa t’écrit en ce moment. Je lui laisse donc le soin de te raconter toutes les nouvelles de la famille. Il conte tellement mieux que moi. Il y a bien quinze jours que je ne t’ai écrit, mais tu ne m’en tiendras pas compte quand je te dirai que tous mes loisirs étaient pris par l’étude de l’anglais. Pas besoin de te dire que ma mémoire est souvent revêche, ce qui me fait regretter de n’avoir pas mieux su utiliser mes loisirs de jeunesse. Mais vains regrets, ce qui est perdu se retrouve difficilement. Avis aux jeunes. Catherine est ma maîtresse. Je la paye 0.50 de l’heure, mais à condition qu’elle prépare son cours, ce qui la fait pratiquer elle-même et s’employer à quelque chose d’utile. Cette pauvre est toujours courtisée par son Greg qui lui fait des scènes de continuelle jalousie. C’est malheureux qu’elle n’ait pas le courage de rompre. J’espère toujours qu’un petit voyage lui changera les idées.

242Ton papa m’arrive avec ta dernière lettre. Je viens de la lire. Une note de désespérance me frappe tout particulièrement. « Si rien n’arrête cette course, je sens que je mourrai octogénaire avant Pâques. » Mais là, il ne faut pas, mon plus que jamais petit Lin, se laisser envahir par ce courant de désillusions. Il faut garder ta belle jeunesse. Toute ta force est là. Comme ta maman peut-être, tu as donné trop grande place aux rêves. J’ai eu à lutter, je te l’avoue et enfin, j’ai compris que rien ne valait mieux que la réalité pour éviter les tristes réveils. Mais après tout, elle est belle cette réalité, surtout si nous savons l’imaginer avec toute notre âme chrétienne. Conserve-toi bien afin que nous te revoyions plus jeune que jamais, nous donnant mieux par là l’illusion que nous aussi restons toujours jeunes. Je ne sais pas encore quand nous donnerons nos dîners de famille. Je t’écrirai, en ce temps, les allées et venues de chacun. J’ai commencé à faire la liste des cadeaux et dès demain, je me mets à l’œuvre. Mais je commence par toi et c’est légitime et c’est souvent mon cœur de maman qui fait loi. N’oublie pas que je voudrais que ces quelques dollars fussent employés à te donner quelques douceurs. Reviens-tu à Paris pour Noël ? Dis-nous bien ce que tu fais, comment tu es et je te redis mes meilleurs souhaits de Noël et du Jour de l’An. Avec toute ma tendresse de maman, je prierai le petit Jésus de la Crèche qu’il te fasse heureux et répande sur toi les faveurs qui donnent l’éternelle jeunesse.

243Je t’embrasse et je t’aime avec tout mon cœur de

244Maman

23. De Bernadette Rousseau-Grandbois103

  • 103 Autographe, 1 f. (16.5 x 26 cm) plié en deux et paginé II, III, écrit recto verso à l’encre bleue (...)

245Québec, 27 fév. 1930

246Mon cher Alain,

247T’ai-je dit que notre voyage était décidé ? Eh bien oui, nous embarquerons le 6 mars avec le groupe de l’Action Catholique. Nous serons à Liverpool le 17 et à Paris le 19, jusqu’au 20 seulement, une journée mais nous y revenons. Nous visiterons avec le groupe Orléans, Tours, Poitiers, Bordeaux, Lourdes, Toulouse, Carcassonne, Avignon, Marseille jusqu’à Nice. Du 26 mars au 1er mai nous sommes indépendants et bien heureux de nous reposer. Quand te rencontrerons-nous ? À Paris, le 20 mars ? Nous serons à l’Hôtel [Bohey-Lafayette], place Mont-Thabor le 18 mars au soir, jusqu’au 20 au matin. Nous parlerons du reste du voyage ensemble et enfin de toute la part que nous y passe[rons] et en sorte que nous nous séparions le moins possible. J’ai hâte de te voir, cher petit Lin. C’est beaucoup, pour ne pas dire toute la raison pourquoi je désire ce voyage. Catherine est aux oiseaux et compte bien que tu sortiras avec elle.

248Notre Jean prend bien la chose maintenant. Je suis sûre qu’il sera heureux chez Gabrielle. Louis élira domicile chez Madeleine. Y restera-t-il longtemps ? Tout de même, il n’a pas d’inquiétude à avoir à son sujet, il saura bien se débrouiller.

249Ton papa vient de me dire qu’il préférerait te rencontrer à Nice le 25 mars où nous séjournerons quelques semaines. Je crois que c’est à l’Hôtel Métropole ou Atlantic que nous serons. L’Oncle Maurice prend toujours du mieux.

250À bientôt. Nous causerons plus longuement de toutes choses.

251Je t’embrasse et je t’aime bien fort.

252Maman

24. De Henri Grandbois104

  • 104 Autographe, 1 f. (19 x 27,5 cm) plié en deux et paginé II, III et IV, papier à en-tête « Norddeuts (...)

253À bord, vendredi matin, 16 mars [1930]

254Mon cher Alain,

255Nous poursuivons notre course avec le même courage, heureux de nous trouver sur un bon navire, le « Lutzow », avec un groupe nombreux et important de la Germanie qui fait une croisière autour de la Méditerranée. Partis de Tunis mercredi midi, nous avons laissé le quai à 4 hres seulement, et au matin du lendemain, nous avions jeté l’ancre dans le port de Palerme. Afin de mieux employer les heures de la journée, nous avons refait les visites de 1928, la cathédrale, le musée national, le Palais Royal et ses jardins, la cathédrale de Monreale — celle-ci imposante, riche dans ses mosaïques variées — le verger d’un grand propriétaire, un Baron sicilien qui paraît être le protecteur de la région, et puis au retour, arrêt dans un café et la montée dans une barque qui nous a conduits au navire. Il y a fanfare et orchestre à bord, on nous donne souvent des airs militaires et entraînants qui finissent en chœurs par ces gros types ressemblant assez à nos Canayens qui aiment tant à chanter (beugler) et crier fort.

256Dans quelques instants nous serons à Capri pour revoir la grotte et escalader la côte, comme en 1922, et à Naples à 7 hres ce soir seulement.

257Ta maman n’a pas été bien du tout avant-hier la nuit, mais l’escale à Palerme l’a remise, elle a dormi cette nuit et semble bonne ce matin pour la nouvelle journée.

258Comme nous avons deux jours de retard à l’heure présente, nous modifierons notre itinéraire en conséquence : séjour à Rome, à Florence, à Venise, à Zurich et Oberammergau pour assister à la représentation du 1er juin seulement, au lieu du 25 mai que nous avions fixé d’abord. C’est dire que nous n’arriverons à Paris que vers le 2 ou 3 pour en repartir vers le 11 ou 12, si nous voulons garder deux jours pour faire la visite de Londres.

259Notre itinéraire est très intéressant, surtout pour ceux qui sont à leur premier voyage en ce continent, on leur donne beaucoup à voir, je te l’assure, et, en général, l’accommodation est bonne.

260À Tunis nous avions deux bonnes chambres avec salle de bains, ce qui nous a permis de nous délasser à notre aise et de suivre avec avantage les courses que nous faisions à Carthage et dans les alentours de la ville.

261J’ai dû interrompre ma lettre pour faire la visite de Capri... et le voyage a si bien marché que nous voilà installés à Rome, au grand Hôtel Flora au moment où j’écris ces quelques mots. À Naples, nous n’avons fait que l’excursion du Pompéi, car nous tenions davantage à celle du Mont-Cassin, et cela avec raison. Le monastère est situé sur une haute montagne, entourée de grands pins et offrant un panorama ressemblant assez à l’un de ceux que nous voyons sur la route des Alpes, Grenoble-Paris. La Basilique des pères Bénédictins est un chef-d’œuvre de travail religieux représentant trois siècles d’ouvrage. Cet arrêt de trois heures nous a reposés agréablement, il était minuit quand nous arrivions à Rome, dimanche.

262Hier nous avons fait l’excursion prévue de la Villa d’Este, qui comprend le fameux jardin de Tivoli, avec fontaines distribuées un peu partout au milieu du parterre ; c’est un des beaux endroits de Rome, et c’est à 35 kilomètres de distance <manuscrit incomplet>

25. De Bernadette Rousseau-Grandbois105

  • 105 Autographe, 1 f. (19 x 30,5 cm) plié en deux et paginé II et III, écrit recto verso à l’encre bleu (...)

263Québec, 17 oct., 1930

264Mon cher Alain,

  • 106 Neveu de Charles-Joseph Simard, ami de la famille Grandbois. Il est chirurgien à l’Hôtel-Dieu de Q (...)

265Je suppose que tu reprends des forces tous les jours et que bientôt tu pourras songer à nous revenir. Québec est la ville propre au repos, c’est de plus en plus tranquille. Il n’y a que les « jeunes » pour simuler quelques petits scandales, par exemple André Simard106 qui vient de rompre ses fiançailles avec Mlle Dupont. Depuis son retour d’Europe, il ne sentait plus aucun goût pour elle, nous dit-on. Mais pour faire passer la pilule, paraît-il, il a délégué le docteur La liberté auprès de la mère de Mathilde Dupont, lui disant qu’à cause de sa maladie de cœur des plus graves, il ne pouvait plus songer à se marier. Comme tu peux penser, chacun tire une conclusion différente. Qu’y a-t-il de vrai en tout ceci ? Les fiançailles rompues — ça c’est sûr. Tant qu’au reste, il va s’en faire des potins. Le pauvre André mérite bien quelques blâmes, mais enfin, il vaut mieux rompre un mariage qui le rendrait malheureux. C’est tante Arthur qui me racontait ces choses hier au soir, qui les tient de Simone, je suppose.

266Maintenant, j’ai de sérieuses demandes à te faire. Nous voudrions avoir des peintures pour parachever l’ornementation de la maison. Nous avons calculé ton papa et moi qu’il nous faudrait 6 grandes peintures, un peu dans la grandeur de celle du coucher de soleil de tante Arthur. J’aime bien les paysages mais aussi des personnages. Enfin, tu as du goût et tu pourrais choisir quelque chose d’avantageux, profite des enchères, comme me le dit ton papa. Tu aurais peut-être des amis pour t’indiquer les endroits propices au bon marché, tout en étant des œuvres convenables.

267Papa pourra te faire un crédit à cet effet, dans une prochaine, dis-lui ce qu’il pourrait t’en coûter. Il croit que pour $ 300.00, dans les enchères, tu pourrais te procurer plusieurs peintures. Tu nous écriras à ce sujet. Tu pourrais emporter ces choses avec toi. Comme « œuvre d’art », paraît-il, il y a très peu de douanes.

  • 107 Né à Québec, qu’Alain Grandbois a entrepris d’écrire à la fin des années vingt.

268Et ton livre107, où en es-tu ? As-tu pu enfin le faire imprimer. J’attends de tes nouvelles, et je t’embrasse de tout mon cœur de maman qui t’aime et te serre bien fort dans ses bras.

269Maman

26. De Bernadette Rousseau-Grandbois108

  • 108 Autographe, 1 f. (18 x 27,5 cm) plié en deux et paginé II et III, écrit recto verso à l’encre noir (...)

270Québec, 26 janv., 1931

271Mon cher Alain,

272Je reste anxieuse d’avoir de tes nouvelles. Comment es-tu ? Ton travail va-t-il selon tes désirs ? Pourrons-nous espérer encore avoir ta visite cet hiver ? Je pense plus que jamais à toi, mon petit. Je ne suis plus à l’âge où on escompte l’avenir pour se dédommager. Je l’entrevois si incertain. Mais l’important c’est que vous soyez heureux dans cette vie, que vous continuerez après nous, et vous le serez si vous faites marcher de pair le devoir et le bonheur. En ce faisant vous vous continuerez vous-mêmes, pour votre joie dans vos enfants, car vous en aurez j’espère, et c’est mon plus grand désir. Je ne veux pas partir sans m’entendre appeler : grand-maman. Souvent je m’informe aux nouvelles petites épouses, et chaque fois je suis déçue. Pourquoi n’ont-elles pas d’enfants ? Pour une, la chose s’expliquerait, mais pour toutes trois, je ne sais plus que penser.

  • 109 Perruque, postiche.

273Te rappelles-tu que je t’avais demandé d’aller chez le coiffeur Pierre, 30, rue Vignon (1er étage). Il devait m’envoyer une transformation109 que je n’ai pas encore reçue. Si tu dois venir prochainement, tu pourrais me l’emporter, si non, tu lui diras de me l’envoyer au plus tôt. Tout est payé et j’ai le reçu (600 francs). Et pour les peintures auras-tu quelqu’occasion de faire de bons marchés ?

274Parle-moi donc un peu de tout cela, si ce n’est pas trop te déranger. Dimanche soir le 25 nous avons été veiller, papa et moi, chez les Drouin, père et mère de Mark. Nous avons été reçus royalement et avons passé une très agréable soirée. Ce soir nous allons dîner chez Gabrielle avec le Dr. Paquin (père). Dans ce temps-ci, nous ne manquons pas de « thés ». Ça finit par être indigeste. Bientôt je vais faire comme votre papa, je vais me reléguer dans mon petit coin. Me réserver uniquement pour mes enfants.

275Un petit mot fera un gros plaisir à ta petite maman qui t’aime de tout son cœur et t’embrasse bien fort. Ton papa me dit qu’il ne t’a pas encore écrit comme il devait le faire. Il devient un paresseux, avoue-t-il, en fait de correspondance. C’est un mal contagieux, il faut croire.

27. De Henri Grandbois110

  • 110 Autographe, 3 f. (21 x 27,5 cm) paginés II-V, écrits recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Mo (...)

276Québec, le 1er février 1931

277Mon cher Alain,

278Jean est malade d’une mauvaise grippe et pendant que je le suis — car il veut toujours avoir quelqu’un près de lui — j’ai pensé m’installer dans ta chambre sur le petit pupitre et en profiter pour venir causer un peu avec toi. Oh, il y a bien longtemps que je voulais le faire, par deux fois même, je me suis pris en devoir de tirer mon papier, ma plume, et vlan, quelqu’un m’arrivait pour m’empêcher de continuer mon travail.

279J’espère bien que la maladie de ce cher Jean se limitera à une simple grippe, mauvaise si tu veux, mais sans trop de complications... c’est Raymond qui le soigne et il lui donne toutes ses attentions. Cette maladie, si elle se prolonge, le retardera quelque peu dans sa classe, ce serait de valeur, car il a bien réussi la première partie de son année, il est arrivé 7me avec de bonnes notes sur toute la liste. Sans se fatiguer trop, il est régulier pour ses heures d’étude, de même que pour ses moments de récréation ; il fait du patin, du ski, et aime aussi à jouer aux cartes, les jours ou soirs de mauvaise température. Bref, il fait un excellent emploi de son temps.

280Nous voilà bien aujourd’hui au cours de l’hiver. C’est le premier de février, aussi la température nous l’indique bien, il fait un froid sec, avec un magnifique soleil de saison, déjà les jours ont allongé sensiblement et dans quelques semaines, nous goûterons les premières saveurs du printemps toujours bienvenu. Notre pays a ça de bon, qu’il nous ramène successivement les saisons avec leurs attraits et leur monotonie, et si celle de l’hiver n’était pas aussi longue, nous habiterions le plus beau pays du monde, quoi ! !...

281Rien de bien nouveau depuis que je t’ai écrit ; dans les affaires, c’est plus tranquille que jamais auparavant, toutes les branches du commerce et de l’industrie languissent et attendent de meilleurs jours ; on vit dans l’espérance, et en pratiquant une grande économie sur tout et partout, on finit par se faire à notre nouvelle vie et l’on ne se porte pas trop mal encore. Parfois, c’est long et ennuyeux, mais quand en regardant autour de nous ce qui se passe chez nos voisins, nous constatons que le mal est général, eh bien, nous nous remontons et faisons la réflexion qu’un jour ça changera et pour le meilleur. En attendant, il faut de la patience, du courage et de l’économie.

282J’ai loué mon bureau, à prix réduit, pour une autre année ; si les affaires reprennent à l’été, je continuerai dans le commerce de bois, si elles languissent, je ne ferai pas d’autres travaux à l’automne. J’ai coupé dans les salaires de Louis et d’Hyppolite et les autres qui sont attachés à la maison. Je n’ai plus de chauffeur depuis octobre et je me demande si j’en engagerai un au printemps... ou si je ne devrai pas conduire moi-même ma machine, ayant un jeune homme pour faire les travaux du garage et de la maison de Québec ou de St. Casimir ; c’est si facile maintenant pour ce qui est de l’entretien d’une auto, d’avoir ce qui nous faut dans les garages et pas trop cher aussi. Si je décide de conduire ma machine, j’achèterai une plus petite voiture, probablement à quatre ou cinq places, et à présent que la famille a diminué ce sera bien suffisant. Louis a toujours son Ford et ne se lasse pas de le conduire, c’est un bon passe-temps pour lui ; actuellement encore, il le sort tous les jours et ensemble nous allons faire une petite promenade au port de Québec, à Cap-Rouge pour redescendre ensuite au bureau. Nous n’avons pas chauffé le garage une seule fois de l’hiver ; avec une composition à l’alcool, nous avons réussi jusqu’à présent à faire face à tous les gros temps de l’hiver. Il est probable cependant que nous la remiserons pour février et mars et que nous lui ferons faire un nettoyage, fin de mars, pour prendre la nouvelle saison.

  • 111 Fondée par Joseph-Alphonse Asselin, en 1926, dans la paroisse du Sacré-Cœur à Québec. A la suggest (...)
  • 112 Diplômé de la Faculté de droit de l’Université Laval en 1926, Mark Drouin pratique dans le cabinet (...)

283Les gendres sont de bonne humeur ; Raymond [se] fait une clientèle solide, Pierre brasse beaucoup de choses, y compris la Star Shoe111 qui a déménagé ses pénates à St Grégoire de Montmorency où elle est en pleine activité présentement, et Mark est content, satisfait d’avoir laissé l’oncle pour se mettre à son propre compte, avec société nominale avec son frère Ross112. Gabrielle, Madeleine et Jeanne conduisent leur petit ménage avec ordre et intelligence, il n’y a qu’une chose qui ne vient pas... les petits-enfants ; elles le regrettent et paraissent attristées de ce fait. Catherine est la vieille fille de la maison, à 21 ans résolus, elle croit avoir coiffé le bonnet de sa patronne ; pourtant dans ce siècle de progrès rapide où nous vivons, c’est rare que nous assistions à un mariage avant que les partis aient atteint l’âge de 25 ans. Louis fait toujours la cour à Simonne, il a ralenti cependant, mais c’est elle qu’il aime de préférence à toutes autres.

284L’oncle Jos ne vient pas aussi souvent prendre le dîner avec nous le dimanche, car l’hiver il sort très peu et il se plaint toujours de sa santé qui n’est pas bonne. Je me rends tous les soirs le voir à sa chambre de 5 à 6 heures ; inutile de te dire qu’il parle souvent de toi, de tes projets et qu’il prie pour le succès de tes entreprises.

285Quand tu auras complété le travail de réfection de ton Jolliet de manière à rencontrer les exigences de l’éditeur, si tu veux venir passer quelques mois avec nous, tu seras toujours le bienvenu, la maison est grande, tu y as toujours ta chambre et ta place en premier au foyer et puis je ne crains pas d’ajouter que tous les membres de la famille et tes amis seront toujours heureux de te voir et de s’entretenir souvent avec toi.

286L’horizon politique est toujours aussi chargé d’événements de toute sorte ; il est certain que nous sommes à l’approche des élections ; les discussions qui se font actuellement en chambre et la générosité presque ridicule du gouvernement Taschereau, dans un temps aussi difficile, nous laissent bien entendre qu’il veut emporter d’assaut les forteresses qu’essaient de jeter dans son chemin les bons amis conservateurs. On croit que le mois de mai sera celui choisi pour convoquer les élections aux urnes. Que sera le résultat ?

  • 113 Plusieurs journaux font état du voyage du premier ministre Bennett à Londres à l’automne de 1930 p (...)
  • 114 La Conférence économique impériale aura lieu à Ottawa en 1932, mais dans une atmosphère d’acrimoni (...)

287M. Bennett n’a pas obtenu ce qu’il voulait à Londres113, mais, au moins, il a tenu tête aux impérialistes de la métropole, et leur a montré qu’un Canadien Colonial peut aussi avoir du cran, de la tenacité et de la valeur. Il espère, avec ses amis, que la conférence continuée à Ottawa l’été prochain, se terminera à l’avantage du Canada pour l’échange de ses produits naturels et cuivrés114.

288Je termine, il est midi, nos gens commencent à arriver et je dois aller leur tenir compagnie. Écris-nous souvent et parle de tout ce qui te concerne, ça nous intéresse aussi.

289Saluts & amitiés de tous

290Ton père dévoué

291Henri Grandbois

28. De Bernadette Rousseau-Grandbois115

  • 115 Autographe, 3 f. (18 x 27.5 cm) pliés en deux et paginés I-VII, (VIII) et IX, écrits recto verso à (...)

292Québec, 23 mars, 1931

293Mon bien cher Alain,

  • 116 Issu du second mariage de Louis-Eugène Rousseau, Talbot Rousseau (né en 1892) change son nom, de J (...)
  • 117 Voir supra, p. 694, n. 2.

294J’arrive de Montréal où j’ai rencontré toute la famille à commencer par mes chères petites sœurs, tes tantes. Ça me fait du bien de me retremper à leur contact. L’atmosphère vertueuse que j’y respire, l’abnégation dont je suis témoin et la sérénité qui marque la satisfaction du devoir sainement accompli, tout m’est bon, me fait du bien et rendue dans l’« Home », je suis à même de faire bien des réflexions, pas toujours à mon avantage, il est certain, l’ambiance y est pour quelque chose, je veux bien croire, mais toutefois il faut avouer que nous vivons sur terre comme si jamais nous devions la quitter. Pas besoin de te dire que j’ai fait là un séjour merveilleux, entourée d’attentions et de délicatesses de toutes sortes. Un jour nous avons fait le tour de la famille de Montréal. Talbot116, chez qui nous nous sommes rendus en premier au Collège Jean-de-Brébeuf où il est sous-préfet, nous a reçus avec grande joie et s’est bien informé de tout le monde, tout particulièrement de toi. Ensuite, la tante Alain est installée à Outremont dans un coquet petit logement ; n’empêche qu’elle est extrêmement pauvre et plus encore depuis la maladie de Suzanne117, une forte fièvre typhoïde qu’elle a dû aller passer à l’hôpital. Les forces prennent du temps à revenir. Elle est toujours aux petits soins et durant ce temps le coût de la vie se fait sentir plus onéreux. Tu peux juger de leur situation quand je te dirai que mon oncle leur a laissé un capital de $ 1,800.00. Suzanne commence à chanter dans les « thés » mais ça lui rapporte moins que l’an dernier, les prix étant baissés. Avant sa maladie elle faisait de la couture avec sa mère, c’est ce qui lui rapportait le plus, car elle a des doigts de fée. La meilleure solution serait le mariage, mais elle souffre d’un grand inconvénient : l’odeur du tabac la rend malade jusqu’à affecter son humeur. On appelle cette maladie hallucination nasale. Elle est à plaindre la pauvre enfant car de nos jours hommes et femmes fument. Du reste, elle nous a semblé depuis sa maladie, plus affinée, plus jolie fille sûrement et plus distinguée. J’ai encore vu une autre tante que tu ne connais peut-être pas ou peu. Tante Arma, femme de l’oncle Théophile Alain (frère du docteur Alain) mort depuis plusieurs années. Celui-ci a laissé sa femme très pauvre. J’ai appris aujourd’hui même par Maurice qui est venu dîner avec sa femme et Lucienne, qu’il lui envoyait $ 25.00 par mois. C’est le seul argent, m’a-t-on dit, qui la faisait vivre et elle ne s’en porte pas plus mal, car elle paraît avoir au plus 60 ans quand elle en a 75. C’est encore ce qu’on peut appeler une jolie femme. J’ai été bien surprise de la trouver aussi jeune d’apparence, ne l’ayant pas vue depuis une quinzaine d’années.

  • 118 Jules Rousseau (né en 1876), entrepreneur-électricien à Montréal, frère de Bernadette Rousseau-Gra (...)

295J’ai aussi fait visite à l’oncle et tante Jules118. Je n’ai pu voir que cette dernière qui me paraît heureuse et bien portante. Je n’ai pas passé outre la famille Grandbois. Comme toujours, ils ne sont pas très favorisés. L’oncle B., au lieu de remplacer son chef de département dont le départ est annoncé pour une promotion, se voit lui toujours au second rang et au même salaire. C’était la question du jour lorsque je suis passée là. Et Marguerite, toujours peu chanceuse dans ses amours, à ce que me dit sa mère, se sent encore vis-à-vis de rien. Ce n’est pas naturellement sans leur donner un peu d’inquiétude. Mde B. me disait qu’elle serait plus tranquille si elle voyait sa Marguerite bien mariée parce que si un jour ils disparaissaient peut-être plus vite qu’ils ne s’y attendent, Laurette aurait un appui en Marguerite. Il serait cependant mieux qu’elle ne donne pas ces mêmes appréciations aux prétendants qui se présenteront. M. est [d’]avis que cette question pourrait troubler bien des projets. Je ne vois pas le mari futur en question bien empressé d’hériter d’une Laurette. Le siècle est trop à l’égoïsme pour prévoir une telle aubaine. N’empêche que ce serait la solution la plus enviable pour eux, et peut-être pour nous aussi, car cette enfant, Laurette, aura très peu de chance de pouvoir gagner sa vie. Le cas est réellement triste. J’ai aussi entendu parler de Georges qui s’en tire bien paraît-il, comme avocat et même fait des conférences devant les classes de Montréal. Ta tante B. me dit qu’il parle bien, ce dont je ne doute pas, mais de sa manière de se présenter, de sa distinction, etc., c’est ce que je voudrais me rendre compte. Et aussi, se fait-il comprendre ? Tu te rappelles comme il parlait la bouche à peu près fermée. Enfin, tant mieux s’il a du succès.

  • 119 Le mariage d’Yvette Saint-Jacques, fille d’Arthur Saint-Jacques, et de Louis Rousseau aura lieu le (...)

296Je suppose que tu sais déjà la grande nouvelle du jour. Ton cousin Louis se marie en juin avec Yvette St-Jacques119 de Québec, que tu connais probablement. La petite fille est charmante, me dit-on, et sage et jeune (21 ans). Louis est tout rayonnant. Simone s’attend de se marier à la fin de l’été, mais, me dit-elle, il n’y a pas moyen de savoir au juste avec Raymond. Celui-ci trouve qu’il n’a pas encore les moyens de se mettre en ménage, et comme il disait devant Jeanne, il n’y a pas besoin de se presser, nous avons à peu près tout ce que nous voulons. C’est bien cela, je crois qui retarde les mariages et c’est un tort puisque les fréquentations sont toujours un danger. Nous sommes loin du temps où on n’embrassait son prétendant qu’aux fiançailles, et après, jusqu’au mariage avec de grandes réserves. C’est sûrement une meilleure préparation au bonheur futur, ne le penses-tu pas ? Ton papa est parti hier matin pour Montréal dans l’intention de vendre son bois. Aucun marché acceptable, nous rapporte-t-il. Il perdrait $ 20,000 en le vendant aujourd’hui, et demain le sait-on ? D’aucuns diront qu’on n’en est pas encore au plus creux.

297Écris-moi un mot, mon cher petit. Parle-nous de toi, de ta santé et enfin de tout ce qui te concerne. Tu as mes pensées constantes. Je prie tous les jours pour toi particulièrement. Je te parlerai des autres à ma prochaine lettre. En attendant, je t’embrasse de tout mon cœur de

298Maman

29. De Bernadette Rousseau-Grandbois120

  • 120 Autographe, 2 f. (18 x 28 cm) pliés en deux et paginés I-VI, écrits recto verso à l’encre noire. E (...)

299Québec, 17 mai, 1931

300Mon cher petit Lin,

301Je viens te donner mes meilleurs bonjours avant de me plonger dans la solitude. Eh bien oui, ce soir, je me rendrai chez les Dames Missionnaires de l’Assomption (ancienne maison des Landry, rue Simard) pour faire une retraite fermée avec mon groupe d’amies dont Mlle I. Royer. Pas de meilleure occasion pour méditer sur le sort de la vie et le cas que nous devons en faire. Peut-être deviendrai-je, après sérieuses réflexions, une maman d’une philosophie plus chrétienne, plus abandonnée aux desseins de la Providence. Mais transformer entièrement mon tempérament, c’est difficile, pour ne pas dire impossible. Le modifier, oui, c’est ce que tous les jours je m’efforce de faire.

302Je t’avoue mon petit que j’ai été prise par surprise en ce qui regarde cette retraite. Il me semble que faisant pour le mieux, je ne saurais améliorer de beaucoup mon état spirituel, surtout dans les circonstances. Pour répondre aux directions de nos aviseurs spirituels, je deviendrais aux yeux de mes enfants, surtout de ma fille, une « cerbère » lui refusant les sorties, fréquentations selon les mœurs d’aujourd’hui. Ma conscience en est troublée parfois, mon cœur ne saurait rien refuser. C’est le cas de dire que le cœur a des raisons que la raison ne comprend pas. C’est mon impression que le bon Maître sera miséricordieux à des possibles faiblesses, ne le crois-tu pas ? A mon retour, je viendrai te donner quelques-unes de mes impressions. Nous serons 14, et prêchées par le R. P. Hudon. Tante Arthur n’en fait pas partie. Peut-être serait-elle venue si le Prédicateur eut été autre. Mais celui-ci a été mêlé à leurs affaires de famille au sujet de la succession. Elle ne tient pas à le rencontrer.

303Enfin je ne venais pas pour te raconter si longuement ces choses qui ne t’intéressent guère je suis sûre, pardonne-moi, mais bien pour te dire que je penserai beaucoup à toi et surtout que je prierai avec ma plus grande ferveur durant ces jours de recueillement afin que tu sois heureux en tout et partout, que tes efforts, tes projets soient couronnés de succès. Quand tu recevras cette lettre, tes trente [et] un ans auront sonné. J’espère que l’an prochain nous aurons le bonheur de t’avoir au milieu de nous. Mais sois assuré que malgré la distance ton papa et moi seront de cœur avec toi.

  • 121 Simone Rousseau et Raymond d’Auteuil, fils de Pierre d’Auteuil (1857-1933), juge de la Cour Supéri (...)
  • 122 Louis Rousseau et Yvette Saint-Jacques : voir supra, p. 708, n. 5

304Hier soir, nous dînions chez Raymond avec le docteur et Mde Paquin, puis le docteur Germain. Le mariage de Louis approche, en attendant on donne des réceptions en leur honneur. J’ai eu le plaisir de les recevoir mardi dernier, pour leur faire rencontrer la famille des jeunes surtouts. Simone R. et Ray. d’Auteuil121, Louis et sa fiancée122 étaient les invités d’honneur. Avec tous nos enfants, nous étions quinze à table. Louis est sérieux comme un pape, ne semble pas follement amoureux d’après ceux qui le voient près de sa fiancée. Mais moi, je crois qu’il cache son jeu, et il a tant parlé contre l’amour qu’il se tient sur la réserve. Sa fiancée sans être jolie me semble charmante et pleine de tact. Tu la connaîtras bientôt toi-même, ce sera déjà de vieux mariés en septembre. Simone R. soupire toujours après le dénouement qui ne vient pas assez vite à son gré. Ray. d’Auteuil me disait l’autre soir que tu n’avais pas pu aller à leurs fiançailles, mais que tu te réservais pour leur mariage. Ce ne sera pas avant septembre, je crois, peut-être plus tard.

  • 123 Louis-Jérôme Grandbois, frère d’Alain.

305Nous n’avons pas encore d’auto. Aller à pied coûte moins cher de gazoline et nous n’en souffrons pas. Louis123 a sa Chevrolet, de couleur pâle. Il eût préféré foncée, mais comme il attendait depuis un mois, il a pris la première arrivée.

  • 124 Voir la lettre du 26 janvier 1931, supra, p. 467.

306N’oublie pas d’aller chez mon perruquier124. Je crois qu’il vaudra mieux lui faire donner et tu me l’emporteras en septembre. Ce sera facile de mettre cela dans quelque coin de tes malles.

307Les enfants m’arrivent pour le dîner, je vais te dire un bonjour et te faire ma meilleure tendresse et t’embrasser de tout mon cœur de maman qui t’aime. Pense sans cesse à toi. Écris-moi, parle-moi de ta santé. Bonne fête ! ! !

30. De Bernadette Rousseau-Grandbois125

  • 125 Autographe, 2 f. (18 x 28 cm) pliés en deux et paginés (I), II-VI, écrits recto verso à l’encre no (...)

308Québec, 13 juin, 1931

309Mon p’tit Lin,

  • 126 Né à Québec ne sera publié que deux ans plus tard, en 1933.

310Ta bonne lettre m’arrive ce matin. C’est déjà un grand plaisir, mais quel plus grand bonheur quand je te tiendrai toi-même dans mes bras. Non, tu ne peux croire comme il me dure ce temps qui nous sépare de ton arrivée au milieu de nous. Ton Jolliet est terminé126 ? Tant mieux. J’ai tenté de prouver aux gens qui souvent s’informent de toi, demandent ce que tu fais, que tu n’as pas perdu ton temps de l’autre côté. Donc, si ta santé le permet, fais éditer le plus vite possible. Pour ton papa ce sera aussi une compensation à toutes ses tracasseries actuelles.

  • 127 L’Événement du 15 juin 1931 (p. 1) rapporte qu’« au cours de la soirée [du 14] deux machines vinre (...)

311Par surcroît ce matin, ton papa revenant de la messe aperçoit notre auto sur le bord du chemin entièrement délabrée, quelques minutes avant une auto venant à toute allure frappait la nôtre qui se préparait à entrer dans le porche. Il paraît que le toit est de l’autre côté. C’est un jeune homme sans licence, paraît-il, qui allait reconduire son frère au séminaire déjà en retard et par une pluie diluvienne. Notre chauffeur venait de reconduire Jean. Imagine-toi le saisissement de ton papa quand il vit l’auto et qu’on lui dit qu’il y avait un garçon blessé qu’on venait de reconduire à l’hôpital. Naturellement, il s’imagina que c’est Jean. Je le vis arriver à la maison blanc comme un spectre. L’accident le laissa assez indifférent quand il sut que notre Jean était indemne. Tout de même, notre auto ne vaut pas grand chose à l’heure qu’il est. Toute la machinerie est tordue. On se demande comment les chauffeurs ont pu s’en tirer sans égratignure. On dit que le petit garçon blessé en reviendrait parfaitement, mais nous n’en avons pas de nouvelles sûres aujourd’hui127.

  • 128 Le Kent Golf Club, aujourd’hui le Club de golf royal Québec, situé à un kilomètre des chutes Montm (...)

312Ce matin, une bonne avec une femme de journée devait partir pour aller faire le ménage à St Casimir. C’est remis à demain. Oui, nous irons encore passer l’été à St Casimir. Personne n’est enthousiaste. Ces allées et venues, ce transbordement est plus un ennui que de l’agrément. Ah, si nous pouvions trouver un acheteur. Je suis sûre que Papa en serait heureux. Louis J. viendra avec nous cette année, n’ayant pas d’ouvrage au bureau. Catherine passera bien une bonne partie de son temps chez ses sœurs, rien ne l’attire à St Casimir. Pierre et Mad. se proposent un voyage de trois semaines dans la Gaspésie, je crois. En ce moment, nos jeunes sont lancés dans le Golf au Kent128. Les petites femmes accompagnent leur mari. Ces jours derniers un M. Trudel (Larry Trudel et Piché), Grande Allée, est mort subitement sur le jeu. Pierre était là. Inutile de te dire qu’il en est revenu bien triste. Toutes les morts subites le bouleversent. Ça se comprend par toutes les choses arrivées dans sa famille.

  • 129 Le lieu du mariage et de la réception ainsi que la destination du voyage de noces de Louis Roussea (...)

313T’ai-je dit que Gaby et Raymond, le 28 mai, 5ème anniversaire de leur mariage, se payaient un voyage de noces, en même temps, discrètement, se rendaient chez le Dr. Hosmond à Montréal. Après examen, on dit à Gaby qu’elle avait une rétroversion de l’utérus. Ainsi elle ne pourrait jamais avoir de famille. Il fallait donc l’opération et c’est ce qu’elle [est] en train de régler. Elle est à l’hôpital du St Sacrement depuis huit jours. L’opération a bien réussi, on en a profité pour lui enlever l’appendice un peu malade. Cette opération n’est nullement grave, simplement un replacement. Gaby désire tellement un enfant qu’elle ne recule devant aucun sacrifice. Les autres ont peut-être le même défaut, ce qui empêche la famille. Aussi suivront-elles l’exemple de l’autre si ça réussit. Nous sommes allés au mariage de Louis qui s’est fait à l’église N. Dame des Laurentides, puis le déjeuner au chalet des St Jacques au Lac St Charles. Louis partait en auto pour la Gaspésie avec sa petite femme129. Quand tu reviendras, tu trouveras encore un nouveau nid. Ainsi va la vie. J’ai bien hâte de te revoir. Soigne-toi bien, sois prudent et je t’embrasse de toute la force de mon affection.

314Maman

31. De Bernadette Rousseau-Grandbois130

  • 130 Autographe, 2 f. (18 x 28 cm), écrits recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Gr (...)

315St Casimir, 7 août, 1931.

316Mon cher Alain,

317L’Oncle B. et Laurette nous arrivent demain pour une quinzaine. Visite traditionnelle qui ne nous émeut pas plus qu’elle nous enthousiasme. Tout de même, il y a le plaisir de rendre service et de donner un peu de bonheur. C’est ce que j’essaie [de] faire comprendre à Louis et Catherine qui auront la tâche d’amuser Laurette.

318Paul et Marguerite R. sont de retour au pays. Je ne les ai pas encore vus. Mais on nous rapporte que ladite dame a fait sensation par sa grande beauté. Elle avait même prévenu une de ses amies qu’elle voulait faire effet à son arrivée. Ses vœux ont été réalisés. Quelle personne heureuse, puisque son bonheur est là, mais aussi quelle petitesse, et de la part de l’amie qui trahit, et de la part de Marguerite qui livre ce dont elle devrait taire. C’est bien assez qu’elle le pense.

319Jeanne l’a vue longuement et la trouve « nature » comme le dit si bien son mari Paul. Elle n’a cessé de lui parler des faits et gestes de son petit chéri. C’est à laisser supposer que c’est sa plus grande passion. On dit Paul toujours le même et se préparant avec optimisme à faire face à la vie. Il rentrera probablement en société avec Panicheli.

  • 131 Le mariage de Simone Rousseau et de Raymond d’Auteuil aura lieu le 29 septembre 1931 en l’église d (...)

320Simone se mariera à la fin de septembre ou octobre, probablement à l’île131. Les Rousseau font de grosses besognes cette année, deux mariages. De Louis, je n’en entends pas parler. Cet été chacun a pris son côté. Je sais qu’il est à Valcartier dans le camp qu’il a fait construire. On dit qu’il reçoit beaucoup.

321Simone R. est au comble de ses désirs, elle craignait ne jamais se marier cet été. C’est pourquoi André Simard, l’hôte assidu de Pierre, se demande ce qu’ils vont manger après leur mariage (Simone et Raymond). Toujours critique l’ami André, aussi avec lui tout Québec y passe.

  • 132 L’Événement du 4 août (p. 5) mentionne le départ de la famille d’Auteuil (Raymond, sa sœur et son (...)
  • 133 Tailleur de pierre, boulanger et commerçant, David Foley est le fondateur de la Caisse populaire d (...)

322Gaby est tout à fait mieux maintenant, elle a fait un petit voyage aux Éboulements avec Raymond132 et se propose d’aller cette semaine au Lac à Noël rencontrer les amis Desrochers (Thérèse Legarde). Gaby est toujours la même, immorale dans ses idées. Tout de même, elle se modifie un peu pour ce qui regarde sa toilette, mais n’est pas encore une esclave de la mode, tant s’en faut. Madeleine est toujours grande dame, ne craint pas de forcer les cordons de sa bourse le plus souvent à sec. Pierre et elle sont allés passer une quinzaine à Carleton dernièrement. Mark et Jeanne à Bonaventure, se proposent un autre voyage à Métis avant septembre. Tu ne sais probablement pas que nous sommes en pleine campagne électorale. Le 24 notre sort en sera décidé. On a insisté auprès de ton père pour [qu’il se présente] dans Portneuf. Inutile de te dire qu’il a refusé, et Mark dans Québec-Est. Celui-ci a hésité quelque peu mais après réflexion croit préférable de se laisser vieillir. C’est Foley133 qui se présente de nouveau dans Portneuf. Les rouges sont confiants de la victoire, ton papa de son côté est optimiste, mais c’est un gros revirement à faire. Je me permets de douter du succès complet en faveur des conservateurs. Si nous gagnons (car je reste toujours un brin fanatique) je t’écrirai aussitôt. L’abbé Grandbois sera ici samedi prochain, probablement pour le reste des vacances. Je le vois déjà au radio recevant les résultats des élections.

323La dernière fois que je t’ai demandé d’aller chez Pierre, rue Vignon (coiffeur) tu n’étais pas à Paris. Je reviens donc à la charge et tu me rendrais vraiment un grand service en t’occupant de l’envoi d’une « transformation » payée d’avance. Je t’avouerai qu’elle me serait nécessaire en ce moment, c’est ce que ton papa me faisait remarquer l’autre jour. Je crois qu’en allant à son atelier, tu pourrais enfin t’entendre avec lui. Écris-moi, parle-moi beaucoup de toi-même, cela me dédommage un peu de ton absence. Quand te prépares-tu à revenir ? Je t’aime et t’embrasse de tout mon cœur de

324Maman

325N’oublie pas de dire tous les jours tes trois Ave.

32. De Bernadette Rousseau-Grandbois134

  • 134 Autographe, 2 f. (18 x 28 cm) pliés en deux et paginés II-VI, écrits recto verso à l’encre noire. (...)

326Québec, 27 août, 1931

327Mon cher Alain,

328Je reçois à l’instant un mot de toi, merci beaucoup. Mais d’après ce que je vois tu n’as pas reçu ma dernière. Je te demandais d’aller chez mon coiffeur Pierre, rue Vignon, pour lui demander la « transformation » depuis longtemps payée et jamais reçue. Comme tu dois venir cet automne, remporte donc toi-même ce petit article que tu exigeras au besoin. J’ai son reçu au paiement que je lui ai fait. Tu n’oublieras pas, n’est-ce pas. Je voudrais bien ne pas perdre ces $ 25.00. Ce n’est pas le bon moment et tu verras par la suite. Ton papa qui doit toujours t’écrire et qui remet toujours au lendemain me dit de te dire que le plus tôt que tu pourras revenir, sitôt ton livre publié, ce sera mieux. Nous avons eu hier une longue causerie où il m’a démontré, livres en main, que nos ressources ne répondaient plus à nos dépenses. Outre la perte énorme qu’il fait dans le bois, ses valeurs ont baissé à un point qu’il n’a plus pour vivre que $ 6,000.00 par an. En comptant je crois le déboursement pour assurances. Il prend nécessairement sur un capital bien réduit par les pertes. Pour faire face à la situation, il faut que nous y mettions tous la main, sans pour cela ébruiter la chose, car il faut maintenir un certain décorum nécessaire au prestige dans les affaires. Nous ne sommes pas les seuls dans ce cas ; il y a des fortunes mieux assises que la nôtre, écroulées. C’est pourquoi ton père est anxieux de ton retour, il voudrait avec toi trouver une solution pour maintenir l’argent qui lui reste. Tout est entre nous et déchire cette lettre.

  • 135 Député du Parti conservateur (1923-1927, 1928-1931), puis député indépendant (1939-1944) de Sainte (...)

329Nous venons de clore la grande lutte électorale et ce sont les libéraux (malgré l’enthousiasme des conservateurs) qui ont remporté la victoire, et quelle victoire ! ! ! Il ne reste plus que 4 comtés conservateurs au Provincial. Houde135 (chef officieusement) avait tellement proclamé la victoire que nous y croyions presque, mais la défaite a été d’autant plus humiliante. L’Oncle Jos et ton papa, au radio, le soir de la votation n’en revenaient pas de cette défaite. Une autre scène, mais plus gaie, se déroulait chez Pierre. Tous les de Varennes étaient conviés, pas besoin de te décrire leur délire à la vue de la déconfiture des bleus. Mad. me disait que c’était on ne peut plus amusant de les voir. Je m’imagine que chez Mark, c’était encore tout un autre tableau. Pauvre Mark, il était confiant en la victoire, aussi, il s’était dépensé pour la cause avec enthousiasme et dévouement. Nous avons revu Pierre depuis. Il paraît tout réjoui et confiant en l’avenir. Pourvu qu’il puisse arranger la Star Shoe et nous épargner au moins cette perte. C’est une bonne chose pour lui que le gouvernement soit maintenu. C’est toujours une compensation à nos défaites.

330Tu me demandes de parler longuement sur chacun. Il me semble que dans une de mes dernières (car je t’écris au moins tous les quinze jours — les reçois-tu au moins ?) je mentionnais tout le monde, sans beaucoup de détails peut-être, préférant attendre ton retour pour préciser. Ne crois-tu pas cela plus prudent. Aussi, j’avoue m’exprimer de plus en plus difficilement. Je ne sais quoi embrouille ainsi mon pauvre cerveau. Ce qui est toujours clair et lumineux, c’est mon amour pour vous, mes plus chers enfants, à commencer par mon aîné. Je ne passe pas un jour sans penser à toi, sans chercher le moyen de te donner tout le bonheur possible ici-bas. Ton papa aussi vous aime bien et voudrait vous voir rassurés sur votre avenir. Celui qui l’inquiète davantage, c’est Louis. Abandonnant le commerce de bois, que veux-tu qu’il fasse ? Il n’y a pas de place nulle part, pour lui. Je ne te cache pas, c’est un peu angoissant. Il ne consentira jamais à commencer au bas de l’échelle. Il est trop habitué à être son propre maître. Comme je te l’ai dit, il a passé l’été à St Casimir, n’ayant pas de commandes de bois, ni ouvrage à Québec. Jean s’adonne et aime de mieux en mieux le pays natal. Je ne serais pas fâchée qu’il s’éloigne un peu de ce genre de compagnons, bons garçons je veux croire, mais rien pour le rendre plus distingué. Je ne t’ai pas dit que nous avions mis entre les mains d’un agent immeuble la vente de la maison de St Casimir, soit pour un échange avec petite maison de ville que nous pourrions louer, mais ce n’est pas encore fait. Les temps ne sont pas aux achats. Mais pour moi, je trouve que nous n’y gagnons pas à avoir deux maisons à entretenir et de déménager pour deux mois seulement. Qu’en penses-tu ? Je crois que tu trouveras ton papa vieilli. J’ai hâte que tu reviennes et que tu sois pour lui un réconfort. Catherine a plusieurs prétendants, mais aussi pauvres les uns que les autres. C’est son François Henry qu’elle préfère, mais il est à New York depuis un an, interne dans un hôpital. Il n’a pas encore commencé à gagner sa vie. Il semble l’aimer toujours, mais [ils] n’ont aucun engagement définitif. Les petites sœurs mariées jacassent heureuses. J’ai hâte que nous parlions de vive voix de tout et de tous. Je te serre bien fort dans mes bras et je t’aime de tout mon cœur de

331Maman

33. De Joseph-Émery Grandbois136

  • 136 Autographe, 2 f. (11 x 13,25 cm), carton portant l’écusson du Séminaire de Québec, à l’encre noire (...)

332Séminaire de Québec, le 23 novembre 1931

333Monsieur Alain Grandbois

334à Paris

335Mon cher Alain,

  • 137 Né à Québec paraîtra chez Messein, à Paris, à la mi-novembre 1933.

336Ton ouvrage sur Jolliet, me dit ton père, est maintenant sous presse137. Ton titre épique, l’histoire du héros, intéressante en elle-même, attrayante, sans doute, par la fiction, les couleurs et l’art impeccable dont tu la pares, lui vaudront, j’aime à le penser, beaucoup de lecteurs. Mais tu le sais mieux que moi, le livre, quelle que soit sa valeur, ne trouve d’acheteurs que s’il est bien lancé, que s’il est l’objet, dans les revues et journaux, d’appréciations ou recensions sympathiques. Ton éditeur est un expert en annonce, je ne l’ignore pas ; mais tu ferais bien, quand même, de déposer Jolliet au bureau des Études (revue des Pères Jésuites), 15, rue Monsieur. Les Études ont, en effet, un grand nombre de lecteurs en France et dans notre province. Les journaux reproduisent le sommaire de leurs livraisons et souvent aussi leurs articles. Et comme tu ne dois pas, en magnifiant Jolliet, diminuer son héroïque émule, le P. Marquette, les Études, vraisemblablement, feront volontiers connaître ton œuvre.

  • 138 Le libéral Louis-Alexandre Taschereau a été réélu premier ministre, le 24 août 1931, pour un quatr (...)
  • 139 Louis-Athanase David, secrétaire de la Province de Québec de 1919 à 1936.
  • 140 Omer Héroux (1876-1963) est alors un des proches collaborateurs d’Henri Bourassa au Devoir ; Jean- (...)
  • 141 Louis Francœur et Philippe Panneton, À la manière de..., Montréal, Éditions Variétés, 1924.
  • 142 Maurice Dupré (né en 1888), solliciteur général du Canada depuis août 1930, est député du comté de (...)

337Tu m’avais parlé d’un exemplaire hommage de Jolliet au Premier Ministre, M. Taschereau138, très bien. N’oublie pas, non plus, le Secrétaire de la Province, M. David139. Il sera sûrement sensible à cette attention. Il y a bien encore les rédacteurs de nos journaux : Héroux, Dorion, Harvey, Chassé (Edmond) et Francœur (du Journal, organe conservateur, de S. Rock140). M. Francœur a écrit « à la manière de141 ». Il y aurait enfin M. Maurice Dupré142, Solliciteur général du Canada, Ottawa. Je m’oublie, mon cher Alain, mais cela tient à l’intérêt que je te porte.

338Ton oncle dévoué,

339Jos. Émery Grandbois, pte

  • 143 Camille Roy (1870-1943), ordonné prêtre en 1894, nommé protonotaire en 1925, a enseigné la littéra (...)

340P.S. Mgr Roy143 te lirait avec plaisir, je pense.

341J. É. G., pte

34. De Bernadette Rousseau-Grandbois144

  • 144 Autographe, 2 f. (16,5 x 26 cm) pliés en deux et paginés I-VI, écrits recto verso à l’encre noire. (...)

342Québec, 1 déc, 1932

343Mon cher Alain,

344Je reçois ta lettre et avec quel plaisir ! Je n’avais jamais été aussi anxieuse de toi, et à propos de je ne sais quelle nouvelle qui vient de Camille D., je crois. Tu devais partir pour la Chine avec un ami en avion. C’est de là que la « folle du logis » m’a fait perdre la tramontane, et à force d’errer j’en suis venue à m’imaginer des choses terribles. Un moment, je te croyais entre les mains de fanatiques chinois te faisant subir mille supplices ou encore mourant sans les secours de la religion et doutant de ton salut. Mon petit, non, tu ne peux comprendre tout ce qui peut s’accumuler de souffrances dans le cœur d’une mère. Ses petits ne sont-ils pas en quelque sorte la substance de ce qui fait sa vie. Qu’ils fassent bien, qu’ils fassent mal, elle en ressent inévitablement le contrecoup, ou heureux ou malheureux, bien entendu. Sans eux, donc, pas de bonheur ni dans le temps ni dans l’Éternité. Pour plus de sûreté, n’est-ce pas, suivant la même vie chrétienne, ne nous perdons jamais de vue. Qu’importe si au terme j’arrive avant mes chers petits. J’attendrai, oh !, avec quel bonheur. J’ai commencé ce matin pour nous tous, plus particulièrement pour toi mon cher grand, si loin, si exposé à tout ce qui fait mes craintes. Comme je te l’avoue, j’ai passé par des mois inimaginables. C’est fini et, je suis heureuse maintenant de te savoir à Port-Cros, moins à la pensée de tes maux de dents, mais qu’est-ce que mon imagination en déroute m’a fait voir. Tout de même, c’est grandement à désirer que ce fameux mal de dents disparaisse et j’espère qu’en ce moment c’est chose du passé. Comme tu aurais dû les faire enlever toutes ! C’est moi qui peux t’affirmer mon bien-être actuel, plus que ma soi-disante beauté disparue.

  • 145 Sœur de Bernadette Rousseau-Grandbois, dépositaire générale des Sœurs de la Providence à Montréal.
  • 146 Autre sœur de Bernadette Rousseau-Grandbois, supérieure de l’hôpital du Sacré-Cœur à Cartierville.

345Sais-tu, ton papa est fort surpris que tu n’aies pas reçu de nouvelles de lui. Il t’a écrit 3 fois... dont une vers le 10 octobre, t’envoyant un chèque de l’assurance, soit $ 600.00. Tu ferais bien de tirer d’inquiétude ton père et à chaque envoi répondre immédiatement, ainsi nulle crainte d’oubli. La dernière lettre de ton papa t’intéressera sans doute par les nouvelles qu’il te donne des affaires en général. T’ai-je dit que ta tante Sr Léon-Eugène145 avait subi une très grave opération. Tout a bien été, reste à savoir si elle peut se prolonger plusieurs années, car c’est cancéreux. Personne ne connaît ce dernier verdict, hormis Arthur, toi et moi. C’est mieux de ne pas inquiéter la malade, ni Sr Godefroy146. Celle-ci en ferait une maladie. L’Oncle Maurice se maintient. L’oncle Arthur ne s’est jamais si bien porté, mais il se dit bien pauvre. S’il était à notre place, je crois qu’il aurait lieu de crier encore plus fort. Je pense bien que la paye se fait attendre, mais il peut espérer tout de même. Les Fêtes approchent, recevras-tu ce mot avant ? J’ai un lot de bons souhaits que je t’envoie en attendant les autres que je t’adresserai prochainement. Je les résume en une tendresse faite de tout ce qu’il y [a] de meilleur en moi. Avec tout mon cœur de

346Maman

35. De Henri Grandbois147

  • 147 Autographe, 3 f. (21 x 27,5 cm), paginés II, III, III, écrits recto verso à l’encre noire. Les 2e (...)

347Québec, le 11 décembre 1932

348M. Alain Grandbois

349Port-Cros, France

350Mon cher Alain,

351Quand tu recevras cette lettre, ce sera Noël, peut-être même la fête de famille par excellence, celle du Jour de l’An. Aussi je m’empresserai d’y inclure mes vœux les plus sincères pour que ces jours te soient heureux et que la nouvelle année que nous allons marquer dans ton existence, une date que tu te rappelleras avec joie & bonheur, au cours des années qui vont la suivre. Oui, je te souhaite une bonne, heureuse et fructueuse année pour 1933, à tous points de vue : la santé d’abord, l’avancement dans ta profession de publiciste, journaliste ou d’auteur, si le terme va mieux, et si tu crois bon de revenir vivre au milieu de nous et avec nous — ce que je souhaite ardemment — d’y trouver la paix et le bonheur. Puis-je souhaiter quelque chose de mieux ? Il me semble que non ! Alors je prie la divine Providence de réaliser ces vœux et de te tenir toujours sous sa bienfaisante et douce protection.

352Tu demandais sur une lettre écrite à ta maman de t’écrire ; mais n’as-tu pas reçu les trois épîtres que je t’ai adressées depuis ton départ ? Dans l’une j’incluais un chèque de La Sauvegarde, pour la balance qui te revenait pour le rachat de la police. Dans les autres, je te mettais au courant des nouvelles de nos familles, de mes affaires, surtout dans la dernière lettre, et je joignais mes impressions sur la crise économique qui nous pèse, nous fait réfléchir et nous ramène à des sentiments plus raisonnables d’envisager et de vivre notre chère vie. Mais franchement, à part la perte du chèque de La Sauvegarde, si les lettres ne te sont pas parvenues, tu n’auras pas perdu grand chose. Je regretterais cependant de t’avoir privé de l’argent de l’assurance, car cela t’aurait mis à la gêne, et je suis certain que tu en aurais souffert. J’aime mieux croire que rien de cela n’est arrivé, que tu as bien reçu tout ce que je t’ai adressé, et que tout est bien maintenant. Et comment va ta santé ? Ton mal de dent t’a-t-il laissé ? Quand penses-tu revenir à Paris ? Y seras-tu pour passer les Fêtes ?

  • 148 Adresse du docteur Arthur Rousseau, père de Simone.
  • 149 Enfants de Maurice Rousseau et de Blanche Grandbois, sœur d’Henri Grandbois.
  • 150 Philippe Rousseau (né en 1903), admis au Barreau en 1928, exerce sa profession à Montmagny.
  • 151 Originaire de Montmagny, René Paré (né en 1904), admis au Barreau en 1929, a travaillé au sein du (...)

353Ici, comme je te le disais dans ma dernière, nous sommes en plein hiver, il y a environ 15 pouces de neige et le thermomètre a marqué plusieurs fois déjà 4 ou 5 degrés sous zéro ; c’est te dire que nos anciens hivers canadiens sont encore à la mode. Nos gens ont sorti skis, rondelles & bâtons, patins et les patinoires sont très achalandées. Jean y passe ses soirées, c’est son sport favori ; Catherine n’a pas encore commencé ces jeux, depuis sa maladie, on lui a conseillé d’être prudente, elle occupe ses loisirs à suivre des cours de littérature à l’université, trois par semaine, et à faire des sorties avec ses amies et amis. Louis suit toujours assidûment le bureau, nous ne sommes pas encombrés par l’ouvrage, mais nous tenons le temps comme si ça marchait en plein. Les autres petites sœurs mariées vont bien, comme à l’ordinaire, et les beaux-frères, toujours les mêmes. Pierre & Mark ne paraissent pas souffrir de la crise ; Raymond s’en ressent beaucoup plus, il a toujours assez de patients mais il est mal payé et touche juste assez d’argent pour vivre. Il ne fait jamais allusion au prêt que je lui ai fait... ça ne l’empêche pas de dormir sur ses deux oreilles ! Louis Rousseau travaille beaucoup, je le vois rarement, mais sa mère et son frère m’en donnent des nouvelles ; sa tâche va augmenter d’ici quelques mois, car ce pauvre Raymond d’Auteuil est forcé de prendre une année de repos complet et il doit occuper une chambre à l’hôpital Laval dès demain ; il sera remplacé par Louis & le Doyen qui se sont arrangés pour lui rendre ce service. Simone avec le bébé viendront s’installer à 125 Grande Allée148 pendant ce temps. Bernard & Marguerite, avec leur petite famille sont bien ; ils se plaignent cependant que les affaires ont diminué considérablement au grand bureau St Laurent, que les salaires ont été baissés, et que la vie devient dure pour ceux surtout qui ont assumé des responsabilités, comme propriétaire, etc. etc. J’en sais quelque chose moi, par les taxes de toutes sortes qu’il me faut payer, etc. Dimanche dernier, je suis allé voir l’oncle Maurice, avec le Doyen qui allait le visiter. Le cher oncle riche d’Amérique se maintient toujours à peu près au point où il était quand nous allions le voir l’été dernier ; il ne s’illusionne pas sur son état, sachant que c’est fini, et il souhaite la « mort » qui sera une délivrance pour lui, et les « siens ». En attendant, nous pouvons dire qu’il fait son purgatoire, car il lui faut faire face à toutes les affaires douteuses, moyennes et mauvaises dans lesquelles il s’était engagé avant sa maladie — et tout cela dans son état physique délabré, paralysé. Il fait bonne contenance cependant et il est édifiant sous ce rapport. Robert était à la maison avec Alice149, tous deux se sont informés de toi longuement. Petit Philippe150 paraît heureux dans sa suffisance, il vient de finir la société faite avec Paré151, et c’est maintenant le gérant du bureau Rousseau & Rousseau. Maurice dit qu’il va bien mieux, il en est content, il soumet tout ce qu’il fait à son oncle, ce dernier corrige, retranche ou ajoute suivant le cas... et tout marche. Philippe sera papa en janvier et son Alice est heureuse et paraît porter allègrement ses premiers mois de maternité. Paul & Marguerite font toujours leur petite vie tranquille, la clientèle est rare, mais la profession est là.

  • 152 « Faits à retenir, corrections à faire » paru en première page du journal Le Devoir, le 2 décembre (...)

354Je joins un nouvel article que l’oncle Arthur a fait paraître dans les journaux de « Québec » et au Devoir152. Ces articles font du bien, et s’il se trouvait seulement cinq ou six personnes en vue comme lui, pour renchérir sur le sujet, il est certain que ces compagnies ou plutôt leurs monteurs seraient obligés de disparaître, peut-être même de délier les cordons de leurs bourses encore bien garnies. Mais ils sont forts, plus forts que les gouvernements, ils ne disparaîtront pas ; seulement ils ne sont pas prêts d’obtenir un sou du petit épargniste et du moyen bourgeois !

  • 153 Banque canadienne nationale à Paris.

355À l’occasion des fêtes, ta maman s’est jointe à moi pour te faire un petit cadeau de cent dollars que tu utiliseras de ton mieux pour tes besoins variés. J’inclus donc un mandat postal — une traite sur B. Can. Nat. Paris153 — pour ce montant ou son équivalent en francs.

356Avec mes meilleurs souhaits, et ceux de toute la famille, je te prie de me croire

357Ton père toujours dévoué

358Henri Grandbois

359Mon Alain

360Quoique ton papa n’ait rien oublié des bons souhaits que nous formons pour toi plus particulièrement en ces jours de Fêtes, je ne serais pas complètement satisfaite si je ne venais moi-même y joindre quelques mots. Oui, mon petit, je les répète, ils sont bien ardents et multiples les vœux que chaque jour j’adresse pour toi au bon Maître et s’Il m’exauce, ce que j’espère fermement, ton bonheur sera fait de tout ce qu’il y a dans la vie de bon, de grand, de généreux, de lumineusement pacifiant. Elles sont infinies quoi, les joies que je demande pour toi et sans cesse sur mes lèvres. Dieu se laissera-t-il enfin toucher ? Tu le sais, n’est-ce pas, ton bonheur fera le nôtre aussi, nous ne vivons plus que dans l’attente de cette réalisation de tout ce que souhaite pour toi, pour nous tous, mon cher grand, le cœur affectueux de

361Papa et Maman

36. De Bernadette Rousseau-Grandbois154

  • 154 Autographe, 1 f. (18,5 x 30 cm) plié en deux et paginé (1), II et III, écrit recto verso à l’encre (...)

3626 janvier, 1933

363Mon cher Alain,

  • 155 Raymond d’Auteuil mourra le 10 janvier 1933.
  • 156 Le docteur Martial Lavoie a épousé Jeanne Rousseau, demi-sœur de Bernadette Rousseau-Grandbois.

364Tu ne sais quelle joie tu me fais en m’écrivant ! Je m’habitue si peu à te savoir loin, aussi ces Fêtes sans toi, tu peux te l’imaginer, n’ont pu être complètes. C’est dans la prière que je cherche consolation, avec l’espoir qu’un jour tu te stabiliseras, tu édifieras un foyer qui te donnera la joie de vivre et une ambition saine mais nécessaire. A moins que tu te fasses moine, comme tu [vois] je ne laisse rien passer. Après tout, tu ris en me disant cela, mais n’as-tu pas songé que si Dieu te faisait cette grâce tu pourrais le remercier à deux genoux. Ce serait la meilleure part. Mais ta vieille maman n’en demande pas tant. Elle sera heureuse de ton bonheur quel qu’il soit. À mesure qu’on avance dans la vie, on constate que tout est fragilité, hormis ce que nous avons fait en Dieu et pour Dieu. Je t’ai dit, n’est-ce pas, que Raymond d’Auteuil était gravement atteint des poumons et qu’il n’en reviendrait probablement pas155. On a espéré un certain temps mais le pauvre garçon, depuis [...] jours affaiblit terriblement et délire beaucoup. [On a] demandé à mon oncle Arthur de l’opérer, car [...] veut vivre. C’est un garçon si sympathique que tout le monde aurait de la peine [...] mort. Simone passe ses journées à l’hôpital, l’encourageant et le soignant. Quand elle parle de l’avenir à Raymond, il lui dit, « si je reviens nous ferons une vie chrétienne ». Comme on devient toujours sérieux en face de l’éternité, n’est-ce pas ? Ce pauvre Raymond a probablement attendu trop tard pour se soigner. Que cela te serve d’exemple. Suis l’avis de ton médecin et avant de laisser Port-Cros attends ton rétablissement complet. Je suis toujours si inquiète de ta santé, je ne me consolerai pas de ne pouvoir te soigner si tu étais gravement malade. Nous avons failli avoir un désastre hier, au dîner de famille. La bonne avait allumé des chandelles au-dessus d’un centre de fleurs de Noël. Comme nous retardions à descendre, une chandelle, il faut croire, est tombée sur le feuillage et a pris feu. A notre arrivée à table on pouvait voir une vraie flambée et ça menaçait de s’étendre considérablement. Germaine a eu la présence d’esprit d’emporter une nappe mouillée, ce qui a étouffé le feu. Nous avons un dommage pour une cinquantaine de dollars que nous allons réclamer à l’Assurance. Madeleine a conclu que nous étions treize à table et un vendredi. C’était inévitable. Voilà. Pour la confirmer davantage, Madeleine s’est répandue tout un verre de Quointrau sur une robe neuve. Le docteur Lavoie156 et son jeune fils étaient avec nous, en visite pour voir Madeleine L., novice chez les missionnaires d’Afrique. Catherine est toujours la même, voltigeant de l’un à l’autre. La vérité, c’est qu’elle n’a pas encore rencontré un parti avantageux. François H. est un élu incomplet qui à mon sens ne saurait rendre une femme heureuse, d’ailleurs Catherine réalise trop ce qu’il est en réalité pour l’aimer vraiment. Les autres ne valent guère mieux. Encore un souci que je mets entre les mains du bon Maître. [Louis] parle toujours des grandes questions de la Russie et verse dans le communisme [...] avec les petites filles en soirée, c’est la vacance, mais il est entendu [...] la vie sérieuse et pas de sorties. La prochaine fois, je te parlerai [...] longuement des enfants. Je veux maller cette lettre, suis déjà en [...] n’empêche que tous ces mois tu étais ma pensée constante et je suis avec toi par la pensée et le cœur. Je t’embrasse avec tout mon amour de

365Maman

37. De Bernadette Rousseau-Grandbois157

  • 157 Autographe, 1 f. (18,5 x 28 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire. E (...)

366Québec, 1 nov., 1933

367Mon cher Alain,

368Un siècle que tu es parti, et pourtant le calendrier marque à peine un mois. Je n’ose songer au jour qui te ramènera à nous, il me paraît tellement loin ! Pas besoin de te dire que ma pensée te cherche sans cesse. Et quand elle est trop lourde de ton absence, je vais à l’église. J’en reviens forte de l’espoir que ma prière te protégera et te donnera le bonheur que je désire pour toi.

  • 158 Frappé de paralysie en décembre 1929, Maurice Rousseau est mort à Montmagny, le 21 octobre 1933, à (...)

369Tu as dû recevoir les journaux te parlant de la mort de l’Oncle Maurice158. Je m’attendais à cette mort, mais je ne savais pas qu’elle laisserait dans mon cœur un vide aussi profond. C’est quand je repasse notre vie, notre jeunesse tissées des mêmes joies et mêmes peines que je sens en mon âme toute la tristesse de l’irrémédiable. Mais la foi est le baume qui adoucit, qui nous laisse entrevoir dans un merveilleux avenir le bonheur de tous ceux qu’on aime.

  • 159 Né en 1904, Antoine Lacourcière a été reçu au Barreau en 1927 ; il pratiquera à Saint-Joseph de la (...)

370Mon Alain, comment vont tes projets ? J’attends ton Jolliet. N’oublie pas de l’envoyer à quelques personnalités avec un bon mot. Rien ne dispose comme cela. Dans ce bas monde, tout marche soit par intérêt ou ce qui est mieux, par le cœur. Il faut donc cultiver, l’un ou l’autre, ou pour mieux dire, il faut s’aider si l’on veut réussir. C’est la loi de notre pauvre humanité. Notre Louis est morose ces jours-ci. L’avenir lui apparaît bien sombre, je crois. Aucun travail en perspective. Simonne en jeu. Le pauvre enfant, je le trouve à plaindre et m’inquiète beaucoup sur son sort. Catherine sort toujours avec les mêmes amis. Elle a connu dernièrement le jeune docteur Gagnon, qu’elle a trouvé très gentil. Mais il sort avec une de ses amies intimes, Mary Bédard. Elle ne veut pas se montrer trop aimable. Sa situation est fort délicate pour le moment. Ce garçon serait-il mieux que le docteur P. ? Comme tu me le disais, je ne cesse de répéter à C. que rien ne presse, tant qu’elle n’aura pas mieux, et c’est bien ce qu’elle croit. Antoine Lacourcière159 est fiancé à une Américaine à ce qu’on m’a dit dernièrement. Je t’écrirai plus longuement prochainement. J’ai un lot de lettres de remerciements pour sympathie à écrire. Je te parlerai de tout et de tous. Écris-moi, tout ce qui te concerne. L’affection [de] ma tendresse saura garder bien discrètement tout ce que tu me diras. Je t’embrasse en te serrant bien fort sur mon cœur

371Maman

38. De Bernadette Rousseau-Grandbois160

  • 160 Autographe, 1 f. (18,5 x 28 cm), plié en deux, non paginé, écrit recto verso à l’encre noire. Enve (...)

372Québec, 3 déc, 1933

373Mon cher Alain,

374J’ai eu ta bonne lettre du 29 et je reste inquiète en pensant au gros rhume qui te fait tant tousser. Fais-tu attention à tes sous-vêtements, à tenir les pieds bien chauds en ayant des bas de laine ? Je te prie d’attacher une grande importance à ces détails, si prosaïques soient-ils, mais tellement essentiels. Ici la vie est à peu près toujours la même. Je ne m’en plains pas, j’éprouve même une grande paix à vivre ma petite vie tranquille et bourgeoise. Je n’étais décidément pas faite pour les grandes envolées. Je m’attendris devant un bon feu de cheminée, je me réjouis à la pensée de me glisser le soir dans les couvertes avec un bon livre pour compagnon. Nos seules sorties sont d’aller chez les enfants, chez oncle Arthur tous les dimanches au soir. Ton papa, lui, rêve d’un petit voyage aux Bermudes pour cet hiver, mais il craint ne pouvoir le réaliser faute d’argent et tant de complications peuvent surgir... Notre Louis a eu une quinzaine fort inquiétante pour nous. Il a paru subir une pénible dépression pour le moins aussi accentuée que celle de la « croisière ». Devant cette menace de neurasthénie aiguë, ton papa en est venu à lui proposer de se marier avec Simonne et qu’il lui donnerait un salaire pour vivre. Problème bien compliqué dans la situation actuelle et d’autant plus que nous ne voyons pas le jour où le pauvre enfant pourra gagner sa vie. D’un autre côté ne valait-il pas mieux d’en arriver à une solution favorisant sa santé avant tout ? Simonne B. le pousse à une décision je crois, pour la bonne raison qu’elle a un prétendant sérieux, un veuf (Soucy) dans l’armée et avec un emploi du gouvernement en lieu de bien vivre. C’est un très beau garçon paraît-il, mais avec un enfant de 10 ans. Nous avons bien de la peine à son sujet (Louis) et voilà qu’un jour l’idée nous vient de lui suggérer d’apprendre le chant avec Gravel — chansonnettes qu’il pourrait chanter au besoin au « radio » ou dans les concerts. Il a une très jolie voix mais qui demande beaucoup d’études. Aura-t-il la patience de poursuivre ses études ? N’importe, pour le moment, il est encouragé et cet entraînement chasse ses papillons noirs.

  • 161 Blanche Grandbois, sœur d’Henri Grandbois et veuve de Maurice Rousseau.

375La succession Rousseau est sans considération, il est probable qu’on ne pourra rencontrer toutes les obligations. La pauvre tante161 restera tout juste [avec] de quoi vivre, étant donné que ses enfants lui passent leurs assurances. Elle est venue à Québec dernièrement demander chambre et pension au Couvent de Sillery. Je te parlerai des autres enfants à la prochaine. Je t’embrasse et je t’aime de tout mon cœur de

376Maman

377Nous attendons de jour en jour ton livre et un mot de toi. Avec ma tendresse.

39. De Bernadette Rousseau-Grandbois162

  • 162 Autographe, 1 f. (18,5 x 28 cm) plié en deux, non paginé, à l’encre noire (BNQ, 204/9/19).

378Québec, 14 décembre, 1933

379Mon cher Alain,

380Je voudrais t’arriver pour Noël afin que tu te sentes plus près de moi, que ma pensée en ce jour t’enveloppe plus particulièrement de toute sa chaude tendresse ; elle appellera sûrement sur toi mille bénédictions d’En Haut et le bonheur que mon cœur de maman ne cesse de désirer pour chacun de ses enfants et en particulier pour son cher grand fils à la fois si loin et si près.

  • 163 Né à Québec sera mis en vente à la libraire J. P. Garneau de Québec le 16 décembre 1933 (Anonyme, (...)
  • 164 Le 13 décembre 1933, sur les ondes de la station radiophonique CRCM, dans le cadre de l’émission R (...)
  • 165 Edmond Chassé signe, dans L’Événement du 16 décembre 1933, un article élogieux sur Alain Grandbois (...)
  • 166 Louis Grandbois épousera Simonne Boucher, fille de Demétrius Boucher, employé au ministère des Min (...)

381Nous avons reçu avec émotion ton livre, ton père t’en écrit les impressions qui sont aussi les miennes. Ton Oncle Arthur en est enthousiasmé et se propose de te faire lui-même ses félicitations. ([Le] libraire) Garneau ne l’a pas encore163. Je te tiendrai au courant des appréciations et critiques. Pour commencer, hier au soir à la commission de la radio, Jean Chauvin, journaliste et auteur, donnait une liste des derniers livres parus dont le tien, Né à Québec164. Il en a fait une brève analyse, commenç[ant] par dire ne rien connaître de l’Auteur si ce n’est qu’il est né à Québec comme son héros, mais qu’il a demeuré de longues années en Europe. Il est facile de constater que c’est un garçon très cultivé et qu’il a fréquenté les ateliers de Grands Maîtres, tel que Flaubert. D’après ce que j’ai pu comprendre (car j’étais excitée, vois-tu ?), il a commencé par dire que cette histoire romancée comme toutes celles de ce genre avait de grandes qualités mais aussi ses défauts, qu’on ne savait pas où le réel commençait, ni où il finissait. Ce n’est pas textuel, tu sais, et je rapporte mal peut-être. Enfin, il a terminé en lisant une des pages du livre et en disant : vous trouverez en ce livre beaucoup de pages de cette force. Et il m’arrive un article de Chassé165, je te l’envoie, pour les petits défauts que tu lui trouveras, on ne peut s’empêcher de penser qu’il a fait son possible. Tu deviens quelqu’un, mon Alain, et ta maman est fière de son fils. Je te le répète, je te tiendrai au courant de tout. C’est avec crainte, je te l’avoue que je te vois partir pour des pays inconnus. Toutefois, j’ai compris que notre bonne mère du Ciel te guidera puis te ramènera le plus tôt possible au milieu de nous. Tiens-nous bien au courant de tes gestes et faits. Jeudi prochain le 21 nous irons fêter à l’Hôtel Clarenton, les fiançailles de Louis166. C’est la tante de Simonne qui nous invite. Ce sera tout à fait intime. L’Oncle curé à Simonne, son frère, sa sœur, sa tante et nous de la maison.

382Catherine est plus que jamais incertaine, le docteur Paquin est très assidu. Celui dont je te parlais est le docteur Gagnon, celui qui sortait avec Suzanne Legendre. C. aimerait à sortir avec lui mais la situation est très délicate. Il sort avec une de ses amies, elle ne peut qu’attendre les événements. Elle se lassera de celui-là peut-être tout autant que des autres. Les beaux-frères, y compris le « charmant Pierre » font beaucoup les louanges de ton livre. Je t’embrasse mon cher petit et je te serre fort dans mes bras. N’oublie jamais les 3 Ave, et si tu es dans le danger invoque cette bonne Mère. Je suis sûre qu’elle te protégera. Je t’aime.

383Maman

384Je t’écrirai souvent, très souvent. Puisses-tu n’avoir pas trop de retard dans ta malle. Je t’embrasse avec tout mon cœur de

385Maman

40. De Bernadette Rousseau-Grandbois167

  • 167 Autographe, 2 f. (18,5 x 28 cm) pliés en deux et paginés II, IV, VI, écrits recto verso à l’encre (...)

386Québec, 15 janv., 1934

387Mon bien cher Alain,

  • 168 Dans Né à Québec (p. 214-217), Grandbois raconte que le père Marquette (décédé à Ludington, le 18 (...)
  • 169 Les funérailles d’Arthur Rousseau furent célébrées par Mgr Camille Roy, en présence de nombreux di (...)

388Je t’écris à la hâte et pour t’apprendre une nouvelle bien triste. J’en suis toute bouleversée. L’Oncle Arthur tombait malade mardi le 9 d’un poing au poumon. Il déclara aussitôt qu’il n’en reviendrait pas. Il fit venir le prêtre, se confessa, communia. Le troisième jour, il demanda l’Extrême-Onction, fit tous ses préparatifs avec le plus grand calme. Il marqua même l’heure de sa mort. Je vais mourir ce soir, répétait-il, et samedi, le 2e jour, à minuit moins quart, il était devant Dieu. C’est bien consolant pour nous, et quelle belle leçon il nous a donnée par une fin aussi héroïque. Il admirait beaucoup dans ton livre la mort de Marquette168, eh bien, en le voyant mourir si simplement, en même temps si héroïquement, nous avons pensé que Marquette n’avait pas fait une plus belle mort que lui. Il a montré une foi très vive — c’est une consolation pour nous — mais quel vide il laisse. C’est incroyable. C’est au moment où ton père et moi vivions, faisions une vie très intime avec eux, que nous en sommes séparés. Depuis octobre nous nous voyions régulièrement et comme c’était agréable nos rencontres. Ton père, qui s’était pris d’une grande amitié pour l’Oncle Arthur, en est beaucoup affecté. Il t’aimait beaucoup toi aussi, et ton livre l’a émerveillé, avec son autorité, il le lançait et malheur à qui ne savait l’apprécier. Je t’enverrai dans une prochaine les critiques parues. Québec reste sous le silence. Ce qui mettait en furie l’Oncle Arthur. Francœur n’en a pas encore soufflé un mot dans son journal. On dit qu’il est paresseux et que ça viendra à son heure. Je t’envoie pour aujourd’hui les articles sur la mort de l’Oncle169. Au plus tard la semaine prochaine, je te parlerai plus longuement de tout. Mon petit comme je voudrais que tu fus[ses] au milieu de nous. Je souffre de te voir si loin, si exposé, j’aimerais t’atteindre, te serrer dans mes bras, te garder, pour t’éviter surtout tout ce qui pourrait porter atteinte à ton âme. N’oublie pas les 3 Ave. Si tu es malade à l’exemple de l’Oncle Arthur demande un prêtre. Ma seule consolation dans un cas comme cela, c’est l’espoir de nous revoir tous dans la béatitude éternelle. Après le départ de tous, je t’écrirai à tête plus reposée.

  • 170 « Né à Québec (Louis Jolliet), le livre de M. Alain Grandbois, obtient un succès extraordinaire. O (...)
  • 171 Entrefilet paru dans La Patrie du 26 décembre 1933, p. 6.

389Fais envoyer assez de livres chez Garneau. Il en a fait demander un autre cent à Paris, et il paraît qu’à Montréal il n’en ont presque pas eu. C’est un ouvrage qui semble exciter la curiosité d’un grand nombre, même de ceux qui n’aiment pas beaucoup à lire. Monseigneur Roy n’avait pas encore fini de le lire ces jours derniers, comme tu peux voir, on est très curieux, mais je sais qu’il en a parlé devant les séminaristes avec éloge tout en leur faisant remarquer les beautés de certaines phrases170. Nous attendons maintenant les appréciations littéraires. On voit décidément que le livre plaît. C’est Montréal qui se signale le plus vite dans ses appréciations, et elles sont excellentes pour le livre. Dans La Patrie on disait ces jours derniers, tant on appréciait le livre : « M. Alain Grandbois, s’il n’était encore guère connu dans le monde des lettres, y gagnera du coup une réputation enviable171. » J’espère mon Alain que ce début appréciable de plus en plus, j’espère, te conduira à une position stable, ce que je désire depuis si longtemps.

  • 172 L’inventaire de la bibliothèque d’Alain Grandbois, par Simon Dupuis, comprend deux exemplaires rel (...)

390Ton papa lit et relit ton livre et il l’apprécie de plus en plus. Il guette tout ce qu’on peut dire. C’est sa préoccupation constante. Moi, je l’ai installé à mon chevet et avant de m’endormir, je relis certains chapitres. Nous en avons fait relier une dizaine172. Maintenant parlons un peu de la famille. Raymond se maintient, mais semble plus pauvre que jamais. Gaby est obligée à des miracles d’économie, son petit Michel se développe beaucoup et devient plus intéressant que la plupart des enfants de son âge. Mark et Jeanne ne se ressentent pas de la crise et font bien des projets pour l’avenir. Au printemps, ils prendront un appartement au Château St Louis, ils ont toujours les mêmes amis : Parent, Lucie, Fred Kushner et Mad. Patry, sont souvent au « Winter Club ».

391Je t’ai dit, n’est-ce pas, que Louis était fiancé le 21 décembre avec Simonne B. C’est une solution qui s’imposait, notre Louis ne pouvait plus souffrir de compétition. Cette mesure (les fiançailles) les comble de joie tous les deux et ils sont prêts à attendre les bonnes années pour le mariage. Catherine revoit toujours les mêmes amis, voudrait bien en connaître d’autres, mais les partis supérieurs sont presque inespérables, d’après ce que je puis voir. Mais Catherine ne semble pas pressée, elle ne voudrait pour tout au monde se fiancer maintenant. Jean jouit de ses vacances et ce en dormant. Son premier trimestre a été moins bon. Nous allons le tenir plus serré après les Fêtes. J’espère que tu auras la patience de me lire jusqu’au bout. N’y vois que mon cœur qui t’aime et ne pense qu’à toi ces jours-ci. Je t’embrasse et sur mon cœur je te serre de toutes mes forces.

392Maman

393Si tu devenais malade gravement, cette chose terrible peut arriver, n’oublie pas de demander un prêtre. Ce serait ma seule consolation. Tu aurais du moins un appui, une force.

394J’ai hâte d’avoir de tes nouvelles. Comme c’est long sans toi. Il n’y a que la prière qui me console encore et me calme.

395Je t’embrasse et je te serre avec toute mon immense tendresse.

396Bernadette

41. De Bernadette Rousseau-Grandbois173

  • 173 Autographe, 1 f. (18,5 x 28 cm) plié en deux et paginé I, écrit recto verso à l’encre noire (BNQ, (...)

397Québec, 15 mars, 1934

398Mon cher Alain,

  • 174 Georges Rousseau, fils de Lacasse Rousseau, de Saint-Casimir, est avocat ; il sera nommé juge à la (...)
  • 175 Jacques Rousseau (1905-1970), frère de Georges Rousseau, a été botaniste et ethnologue. Sa thèse d (...)

399Les jours passent et m’apportent bien peu de nouvelles de toi, tu ne comprends donc pas, mon petit, que je languis tout doucement, attendant sans cesse quelque chose de toi — une longue lettre quoi, me disant comment tu es, ce que tu fais, ce que tu espères. J’arrive de Montréal où j’ai passé une fin de semaine avec Catherine à l’Hôtel Windsor. J’allais là pour rencontrer mes petites sœurs religieuses à l’occasion de leur retraite annuelle. La tante Léon-Eugène n’est plus Supérieure à St Jean de Dieu, mais économe à la Maison-Mère, rue Fullum, en attendant paraît-il le rétablissement complet de sa santé. Elles se sont bien informées de toi, se sont réjouies grandement du succès de ton livre et prient de tout leur cœur pour ton plus grand bonheur spirituel et temporel. Je suppose que tu n’oublies pas les 3 Ave de chaque jour. C’est promis, n’est-ce pas ? A mon voyage, j’ai parlé à Georges174 qui désirerait bien avoir un Né à Québec autographié, ce que tu ne pourrais avant ton retour, lui ai-je dit, mais tu lui ferais bien plaisir de lui adresser une carte, il n’en espère probablement pas, mais je te suggère la chose. Georges est lancé dans le journalisme, je vois souvent ses articles dans Le Devoir. Il passe pour une très bonne plume. Jacques le botaniste vient de soutenir une thèse sur les astragales du Québe175 et a brillamment obtenu le grade de Ph. D. Les Rousseau se distinguent. Je vois de temps à autre ceux d’ici, surtout Louis, il a repris ardeur à l’ouvrage et ne néglige rien pour garder sa clientèle. Bernard et Marguerite sont venus passer la soirée hier avec tante Arthur. Quand tu en auras le temps et le plus tôt possible, écris donc quelques lignes de sympathie à chacun de ces membres de la famille. La tante Arthur sera certainement touchée ainsi que Marguerite et les autres. Il y a déjà deux mois qu’il est parti ce pauvre frère, c’est terrible de penser que nous ne le reverrons plus ici-bas. Enfin, c’est Dieu qui l’a voulu et pour nous mieux faire songer, je suppose, à tout ce qui demeure. C’est la foi qui sauve, sans cela que deviendrions-nous ? Tante Léon vient de subir une grosse opération : fibrome dans la matrice. Elle est maintenant hors de danger. Louis J. se demande quelquefois s’il est bien fait pour le mariage, il craint une monotonie et n’aime pas les enfants, dit-il, c’est drôle de l’entendre faire ses réflexions. Ce n’est pas impossible qu’il recule un certain jour. Quand il pense à ces choses, il prévoit alors qu’il devra quitter la place pour laisser passer le chagrin de la fiancée. Autant de choses qui lui passent par la tête mais qui n’auront probablement [pas] de résultats. C’est pourquoi il vaut mieux prendre son temps, l’avenir se chargera lui-même d’éclairer les choses. Catherine rêve de voyage, en attendant reçoit à tour de rôle ses admirateurs en plus de Paul Gagnon, chimiste. Ce n’est pas encore l’idéal à ce qu’elle me dit, mais l’espérance est là. Je ne désespère pas qu’un jour elle trouve le bonheur dans celui qui doit être son mari.

400Je t’embrasse, mon petit, et je te serre de toutes mes forces sur mon cœur de

401Maman

42. De Henri Grandbois176

  • 176 Autographe, 3 f. (21,5 x 27,5 cm), papier à en-tête « M. A. Grandbois (enregistré) / / Manufacturi (...)

402Québec, le 18 mars 1934

403M. Alain Grandbois

404En Chine, à quelque part

405Mon cher Alain,

406C’est à mon tour de t’écrire, et je le fais aujourd’hui, ayant sous les yeux la lettre que tu m’adressais de Saigon, en date du 4 février et reçue ici le 15 mars. Tu vois comme ça voyage vite par correspondance, malgré tous les inconvénients de la route, du temps et des lieux.

407Je suis content de t’entendre dire que ta santé est bonne et que tu endures bien les malaises de la grande chaleur ; d’ailleurs, tu devais t’attendre à ce léger désagrément, et quand c’est passé on se rappelle avec une certaine satisfaction même ce qui est lourd à porter, à endurer de tous ces obstacles inévitablement semés sur les routes du grand voyageur.

408Maman me dit t’avoir écrit hier, c’est te dire que je serai moins intéressant, et pourtant je veux bien tout de même te donner des nouvelles de nous tous, à ma façon qui est différente de celle de maman, tu le sais.

409L’hiver que nous venons de traverser est le plus triste et le plus dur que nous ayons eu depuis des années ; je l’ai éprouvé personnellement et l’ai dit à mon entourage, bien des fois. Ai-je besoin de rappeler les deux grands départs — Maurice & Arthur à deux mois et demi d’espace seulement. Ils étaient pour moi, non pas seulement deux beaux-frères unis par ce seul lien parfois assez étranger, mais Os étaient des camarades d’enfance, des amis de toujours, avec en plus ce chaînon de la parenté qui était venu plus tard augmenter cette amitié forte et grandissante à mesure que nous avancions dans la vie. J’ai souvent, dans mes promenades fréquentes et journalières, évoqué leur souvenir avec celui de l’abbé Jos et de tant d’autres qui nous ont laissés, parfois brusquement, parfois à pas ralentis, pour l’autre grand monde, vers lequel nous tendons et qui nous attire même malgré nos propres résistances. Je ne voudrais pas m’arrêter aux détails, nous t’avons envoyé tout ce qui a été dit ou écrit sur ces disparitions, et tu as pu toi-même te rendre compte, bien qu’à l’autre bout du monde, dans quelle haute estime on tenait ces deux hommes.

  • 177 La résidence de Maurice Rousseau, à Montmagny.
  • 178 Enfants de Maurice Rousseau et Blanche Grandbois.

410Je passe. Depuis, la vie a continué son cours amenant naturellement des changements inévitables. La maison de l’oncle riche d’Amérique177 est déserte, fermée même. Tante Blanche a ses appartements au couvent de Sillery ; nous la voyons souvent, elle vient chaque semaine dîner, ou souper et coucher à la maison, et nous lui rendons régulièrement ses visites. La succession n’est pas encore définitivement réglée, mais les enfants lui ont remboursé l’argent qu’elle avait apporté de son père, et elle s’est constitué une petite rente viagère qui lui permet de vivre convenablement et sans aucune tracasserie. Les biens passeront pour payer les dettes, et il restera probablement quelques milliers de dollars, de 5 à 7 à chacun des trois enfants. Nous voyons assez souvent Robert, Alice & Lucienne178 quand ils viennent rencontrer leur nièce.

411Chez Arthur, le changement est d’un tout autre ordre ; il n’avait pas de dettes, ce côté reste ce qu’il était. Mde Arthur jouit d’une pension alimentaire ou usufruitière d’environ 3 à 3,500 dollars ; ce qui, ajouté aux $ 3,000. qu’elle possède déjà par sa famille, lui permet de continuer la vie non pas gaie comme avant, mais sur le même pied et de plus en plus silencieuse et morose ! ! Les enfants ont eu chacun $ 10,000 ou le toucheront à l’âge de 35 ans, et plus tard à la mort de leur mère, ils partageront soit la rente ou les argents constituant la rente, en part égales. En plus de $ 62,000 d’assurance-vie, Arthur laisse les maisons et une dizaine de mille dollars. Louis hérite d’une bonne partie de la clientèle, il me dit qu’il est très encouragé, et cela semble être vrai. Il a laissé l’hôpital du S. Sacrement pour s’occuper plus spécialement de l’Hôpital Laval et de sa clientèle privée ; s’il veut profiter des circonstances, il n’aura certainement pas de misère à se bien tirer d’affaire.

  • 179 Paul Rousseau est architecte.
  • 180 Philippe Rousseau est avocat dans le cabinet de son oncle Maurice Rousseau.

412Paul s’estime chanceux de sa position aux Beaux-Arts, la crise est si affreuse surtout dans la spécialité de la construction179, que les contrats se comptent très facilement sur les doigts. Et Philippe180 pontifie à Montmagny, voyage régulièrement toutes les semaines à Québec, avec ou sans affaire, je ne sais pas ? Simonne et le bébé sont à la maison et y apportent un peu de soleil ; sans eux ce serait l’obscurité complète.

  • 181 Joseph-Ernest Grégoire a été maire de la ville de Québec du 1er mars 1934 au 1er mars 1938.

413Ici, il n’y a pas de nouveau. Les affaires, on n’en parle plus ; je n’en fais pas. J’ai essayé de rencontrer une couple de personnes à qui j’ai espoir de faire un contrat au sujet de ma limite à bois, mais jusqu’ici rien n’a marché. Aussi, il faut dire que c’est tranquille partout ; c’est le moment où un changement doit se faire au point de vue économique, social et politique. Que nous réserve l’avenir ? Dieu seul peut le dire. Cependant, on constate une amélioration depuis quelques mois ; les bonnes compagnies, au cours de 1933, se sont allégées des dettes courantes qui les rivaient aux banques — beaucoup l’ont fait en supprimant intérêts et dividendes — mais enfin, elles sont en meilleure posture pour rencontrer leurs obligations premières — et elles ont ainsi acquis une meilleure valeur en bourse. D’une manière générale, ces compagnies industrielles ont augmenté de 25 à 35 % ; ce qui est déjà un gros succès. Je parle ici des bonnes compagnies, car les mauvaises et les moyennes ont sombré ou disparaîtront avant longtemps. Les gens sont plus économes, ils cherchent à régler leurs affaires, sollicitent des compositions au lieu de faillites et finissent par s’arranger. Mais l’argent disponible est rare, et je t’assure qu’il faut nous y prendre d’avance pour le faire rentrer en temps. En politique, c’est toujours la même histoire entre « Bleus & Rouges », des paroles, encore des paroles, l’une vaut l’autre, et les deux ne valent pas grand chose. Le maire élu, l’avocat Grégoire181 est un économiste en qui nous avons confiance qu’il apportera quelque mesure nouvelle pour sortir la ville du pétrin et des griffes des exploiteurs qui la tenaient bien enchaînée depuis longtemps. Réussira-t-il ?

414Et voilà ! Maintenant nous espérons que le printemps nous viendra bientôt ; le soleil a besoin de se faire voir, beau, chaud et fréquent pour fondre les 6 ou 7 pieds de neige qui couvrent la terre du S. Laurent depuis novembre dernier. J’ai hâte aux randonnées [en] auto, je ne suis pas sorti de Québec depuis novembre ! Ton livre est toujours apprécié ici. Garneau a reçu le 4me cent la semaine dernière et nous informe que la vente est régulière de un à deux volumes par jour. Saluts & amitiés ; écris-nous, nous recevons toujours tes lettres ou cartes avec joie.

415Bien à toi,

416Ton père

417Henri Grandbois

43. De Henri Grandbois182

  • 182 Autographe, 2 f. (21,5 x 27.5 cm) paginés II et III, écrits recto verso à l’encre noire (BNQ, 204/ (...)

418Québec, dimanche le 30 déc. 1934

419M. Alain Grandbois

420Paris

421Mon cher Alain,

422Il y ajuste un mois que tu nous as laissés, et il me semble que ça fait un siècle ! Tant d’événements se sont succédé depuis... Maintenant que le calme est revenu, j’en profite pour venir causer un brin. Quelques jours après ton départ, la question du mariage a été soulevée par Paul & Cat., il s’agissait de décider pour un mariage aux Fêtes ou la remise au printemps. Or, un bon midi Cat. nous annonce qu’elle avait choisi le 27 déc, un jeudi, surlendemain de Noël. Paul avait obtenu quelques jours de congé en plus de sa vacance ordinaire, et cela lui donnait près de trois semaines libres. Et les choses ont marché rondement, si bien que le 27 est venu, au lendemain d’une tempête de neige, avec un soleil brillant, une forte brise de l’ouest, et un jour vraiment favorable pour une telle cérémonie. L’église avait revêtu un cachet de grande fête ; décorations, luminaire, opalines, orgue, musique et chant avec accompagnement de violon, bref ce fut très bien. Le frère de Paul, le R. P. Eustache, professeur au Collège S. Laurent fit la bénédiction nuptiale, pendant qu’au chœur figuraient le père Capucin Albert, le solennel abbé Vachon, l’abbé Laverdière, un confrère de Paul, et l’abbé Maurice Roy et autres.

  • 183 Né en 1873, Ferdinand Roy a été admis au Barreau en 1896 et a exercé sa profession pendant plus de (...)
  • 184 Charles-Rosaire Paquin et son épouse Blanche-Alice de Varennes.

423Paul était accompagné du juge Ferdinand Roy183, son témoin, et j’assistais Catherine. Le chant fut rendu, en solos et duos, par Mademoiselle Bisson et [le] Dr Marcel Langlois ; un M. St. Hilaire, ami de Paul fit vibrer son violon de son mieux, pendant que l’organiste Chouinard tenait le clavier de son impressionnant instrument. La réception à la maison à la suite de la cérémonie a été gaie, joyeuse et pleine d’entrain ; on pouvait compter une soixantaine de personnes, parents & amis, parmi lesquels je cite : les tantes Philippe, Maurice, Yvette & Marguerite Rousseau, Marguerite Grandbois, représentant la famille de l’oncle B., M. & Mde Ferdinand Roy, P. A. Alain, Dr C. R. Paquin et dame184, Ulric Drouin, les abbés Vachon, Roy, les pères Eustache & Albert, frères de Paul, tous les nôtres, et les amis de Catherine avec leurs fiancés, les amis de Paul, tous les professeurs à l’école de Chimie et leurs épouses, bref, il y eut beaucoup de monde gai et sympathique. François & Jacques Rousseau & dame, de Montréal, etc.

424À cinq heures, maman avait organisé un thé pour les amis qui n’avaient pu assister le matin, et ce fut encore réussi.

425Les nouveaux mariés ont laissé la maison vers midi et demi pour prendre le convoi, en route pour Montréal, Kingston où Paul devait arrêter le lendemain pour s’inscrire à un congrès de chimistes du Canada, dont il est le secrétaire, et continuer ensuite vers New York. Tous deux paraissaient les plus heureux du monde...

426Catherine, malgré les quelques hésitations qui l’ont impressionnée un peu après les fiançailles, s’est reprise et s’est affermie dans sa décision ; elle était beaucoup plus calme la veille et le jour du mariage. Quant à Paul, il ne s’est pas démenti un seul moment, il a conservé son sang-froid et a mené sa petite affaire avec sûreté comme s’il était le plus vif des hommes. C’est un type épatant, et de toute part, on nous fait les plus grands éloges de lui. Catherine peut s’estimer chanceuse d’avoir rencontrer un pareil compagnon.

427Cet événement, tu peux te l’imaginer, a donné ou plutôt suscité à Louis une envie folle de se marier lui aussi cet hiver... il en parle encore ; mais j’espère le convaincre que c’est dans son intérêt d’attendre au printemps, ce sera encore bien assez vite !

428Ta maman, Dieu merci, est bien revenue de la crise aiguë dont elle a souffert avant ton départ et après aussi. Maintenant elle n’est plus assaillie par ces idées mauvaises qui lui faisaient tant de mal au cœur, et malgré quelques insomnies, elle dort mieux et digère mieux aussi. J’espère qu’elle sera complètement remise avant bien longtemps maintenant.

429Les autres membres de la famille sont tous bien et occupés par les distractions des fêtes présentes, beaucoup plus que nous ; pourtant j’ai bien ma part car des mariages, Alain, ça coûte cher ! et il faut trouver le moyen de les payer. Aussi j’ai là suffisamment pour m’intéresser, et dès la semaine prochaine, je vais essayer de rencontrer une couple d’entrepreneurs pour leur demander leur avis sur les travaux projetés au logement de Louis. C’est entendu que je ne veux pas dépasser la somme de mille piastres, ne pas même l’atteindre, si c’est possible, car autrement, je pense qu’il vaudrait mieux songer à vendre la propriété.

430Des projets de vente de la limite Abitibi, de la maison de S. Casimir, ou de la Laiterie Champlain, dont je t’ai entretenu plusieurs fois lors de ton passage, rien n’a marché... et ici personne ne parle plus d’argent, il n’y en a plus.

  • 185 Alain Grandbois travaillerait à la rédaction de Sun Yat-Sen (BNQ, 204/3/22) et des Chroniques de l (...)

431J’espère que tu te découvriras un petit coin pour bien travailler durant les prochains 4 ou 5 mois ; prépare ton ouvrage sur la Chine185, et si tu crois qu’un roman ferait meilleure figure avant ton deuxième ouvrage canadien, eh bien ! publies-en un.

432Je profite de l’occasion pour te réitérer mes meilleurs souhaits de « Bonne et Heureuse Année », santé et bonheur, et je me fais l’interprète de tous les nôtres, ta maman la première (elle t’écrira ces jours-ci) en te présentant ces souhaits sincères.

433Ton père qui t’aime bien

434Henri Grandbois

44. De Bernadette Rousseau-Grandbois186

  • 186 Autographe, 1 f. (19 x 30 cm) plié en deux et paginé II et III, écrit recto verso, à l’encre noire (...)

435Québec, [25] fév., 1935

436Mon cher Alain,

437Je reste anxieuse de savoir si tu es complètement remis de ta mauvaise grippe. Il faudra faire bien attention à toi, veiller à ne pas prendre froid en mettant des sous-vêtements chauds. Quand j’ai reçu ton mot, j’étais encore en butte à des obsessions très pénibles. C’est à force de prière et d’abandon à la Divine Providence que j’ai pu prendre le dessus. Je constate que de nos propres forces nous pouvons bien peu pour réagir. Fais comme moi, cher petit, cherche la Consolation là où seulement on peut la trouver. Tu es jeune, en pleine vitalité, tu sauras donc avec un peu de foi et confiance vaincre glorieusement. Sais-tu que je suis heureuse de te savoir à Port-Cros. Il me semble que tu es plus à notre portée et tu trouveras là probablement une vie tout aussi satisfaisante pour te rétablir et ensuite travailler.

438Ce changement dans ta vie, dont tu parles, me fait faire bien des suppositions. Mais vraiment, je m’y perds. J’attendrai donc avec patience que tu me racontes toi-même. En attendant je prierai afin que tout arrive pour le meilleur.

439Catherine est à la maison avec son mari depuis une huitaine, suivant le conseil du médecin prescrivant un changement d’air. C’est qu’elle est fort secouée par le mal de mère. Malgré mon grand désir d’être grand-maman, je ne voulais pas prévoir que cela pourrait tomber sur Catherine dont les projets étaient à cent lieux de cette prévision. Cela m’a replongée quelque peu dans mes idées noires. Mais avec la grâce de Dieu, je reprendrai le dessus.

440J’ai besoin de l’affection de tous mes enfants, de leur bonheur, je devrais dire, pour vivre heureuse. Mon petit, je pense sans cesse à toi. Comme je voudrais te savoir heureux, en autant qu’on le puisse sur cette terre. Je t’embrasse et te serre bien fort dans mes bras.

441Maman

45. De Henri Grandbois187

  • 187 Autographe, 1 f. (21,5 x 27,5 cm), écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain (...)

442Québec, dimanche le 20 décembre 1936

443M. Alain Grandbois

444France

445Mon cher Alain,

  • 188 Le 11 juin 1936, le premier ministre Louis-Alexandre Taschereau démissionne après qu’une enquête s (...)
  • 189 En 1933, le Parti conservateur de Maurice Duplessis s’allie avec l’Action libérale nationale, orga (...)

446C’est dimanche et je profite d’une heure libre, pendant la grande messe, pour venir faire une petite causerie avec toi. Tu trouveras peut-être que je n’abuse pas de ces causeries, que je les fais rares, très rares même. Que veux-tu, je m’en confesse volontiers, parce que je puis bien l’avouer en toute sincérité, c’est toujours la même petite vie ennuyante qui se déroule un peu tous les jours, et les événements marquants ne le sont réellement que quand on les scrute quelques mois après qu’ils se sont passés. Ainsi depuis ton départ, nous avons eu la session, puis l’abdication du grand chef libéral Taschereau, la nomination de Godbout, les élections du 17 août188, la rupture de l’Alliance Gouin-Duplessis189, le grand succès de ce dernier, la formation de son cabinet, la rivalité de Hamel & Grégoire, et c’est Duplessis qui est l’âme, l’homme du jour, fort de son expérience des années passées dans l’opposition, bien au courant de tous les petits & grands moyens qui faisaient la force de la bande Taschereau, pour les avoir scrutés, dénoncés et combattus pendant le temps qu’il a passé dans l’opposition, c’est lui aujourd’hui qui est le maître devant qui vont se courber et s’aplatir ceux qui n’en voulaient pas avant le scrutin... C’est la politique... Le programme est chargé, lourdement chargé ; pour le réaliser dans tous les domaines, il faudra des années, et il faudra probablement aussi la succession de quelques chefs autres que Duplessis. Franchement ce Duplessis a une main de fer, et déjà après trois mois d’accession au pouvoir, on commence à trouver un changement dans l’administration ; il veut l’abolition des vingt-cinq commissions établies par le régime ancien, et son remplacement par des officiers directement attachés aux ministères d’où dépendent ces anciennes commissions ; enfin, il désire que tout vienne du cabinet composé de 10 ministères, et que ce cabinet en prenne la responsabilité pleine et entière. Ainsi, la commission des liqueurs, les commissions forestières, la commission laitière, la commission d’hygiène seront abolies et recevront leur direction des ministères d’où elles dépendaient. Ce changement nécessitera un grand déplacement d’employés, et c’est ici que surviendront les récriminations, les discussions et tout le patati-patata du patronage. Le patronage est devenu la plaie, une plaie aussi terrible que le chômage, et c’est de ça que Duplessis a et aura le plus à souffrir. Comment en sortira-t-il ? L’avenir seul nous l’apprendra.

447Les affaires maintenant !... on dirait qu’elles sont un peu meilleures, les élections faites dans le Québec, Ontario et aux États-Unis. Les hommes d’affaires espèrent qu’une fois débarrassés de ces élections, nous pourrons enfin profiter de trois ou quatre années à venir pour achever l’épuration et la réorganisation des diverses compagnies qui ont pu traverser la période de la crise et les asseoir sur une base plus stable et plus solide. Actuellement la plupart de ces compagnies ont amélioré leur situation financière, elles sont réorganisées ou en voie de le faire, les conditions sont meilleures chez les cultivateurs qui obtiendront bientôt l’aide et le secours du prêt agricole provincial, les prix obtenus pour nos produits sont plus élevés, etc., mais il reste à régler les dettes énormes des gouvernements, des municipalités, des compagnies, et individus. Évidemment, il y aura nécessité de recourir au concordat ou abandon d’une partie du capital, avec les intérêts, dans plusieurs cas. Les usines, ces temps-ci, sont aussi fortes en bourse qu’elles l’étaient en 1929, avant la débâcle ; le Noranda atteint 74, le nickel 65 et les autres à l’avenant, c’est exagéré, beaucoup trop, surtout à cause de l’instabilité de toutes les puissances de l’Europe et de l’Asie. Que veux-tu, le monde est toujours fou comme de coutume, et pendant qu’il se bat, se tue et se menace, chez nous, ici en Amérique et au Canada, il croit qu’il s’achemine vers la prospérité, cette prospérité dont il a joui après la guerre pendant une dizaine d’années, et dont il a tant souffert depuis 7 ans. Quant à mes propres affaires, il n’y a pas de changement encore... j’espère que le bois reprendra, que je finirai par me débarrasser de la laiterie et qu’un de ces bons matins <manuscrit incomplet>

46. De Bernadette Rousseau-Grandbois190

  • 190 Autographe, l f. (17 x 26 cm) plié en deux et paginé III, écrit recto verso à l’encre noire. Envel (...)

448Québec, 8 janvier, 1937.

449Mon cher Alain,

450Ce n’est pas sans beaucoup penser aux absents que nous avons passé ces Fêtes. L’an dernier vous étiez tous au complet. C’est ainsi que les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Que sera 1937 ? Nous sera-t-il heureux et doux ? Mystère. Du moins, notre cœur, après une prière, peut toujours espérer, n’est-ce pas ? Dis-moi as-tu reçu ma lettre d’avant Noël avec les souhaits de bonne et heureuse année. Je voudrais tant savoir un peu ce que tu fais, comment tu es. Je reste toujours anxieuse de toi, fils, donne-moi un peu de nouvelles.

  • 191 Louis Rousseau et Bernard Devlin.
  • 192 Marguerite Grandbois-Devlin.
  • 193 Madeleine Grandbois, Jeanne Grandbois-Drouin, Suzanne Legendre et Madeleine Simard.
  • 194 Louis-Jérôme Grandbois.

451Hier, nous nous sommes réunis pour fêter la majorité de notre Jean, et faire tirer la fève. Le hasard a favorisé notre Jean, devenu le Roi du jour. Madeleine a décroché le titre de Reine. Nous avons offert un petit cadeau à leurs Majestés, très fiers surtout des avantages de leur titre. Le repas a été gai mais non pas sans nous ramener au souvenir des chers absents. Le dimanche précédent j’avais invité à dîner tous les Rousseau. Louis et Bernard191 doivent prendre la résolution de renoncer à tout alcool après nos Fêtes. Marguerite, la femme de Paul, subira l’opération d’un ovaire ces jours-ci. Les autres membres de la famille sont très bien. Marguerite D192., toujours très jolie, suit en ce moment une classe de gymnastique, danse, etc. dont fait partie Mad., Jeanne, Suz. L. et Mad. Simard193, etc. Jeanne nous fait parfois de ces représentations qui nous amusent beaucoup. Ce n’est pas encore la souplesse ni la grâce des nymphes. Raymond et Gabrielle n’ont pu venir se joindre à nous pour le jour de l’An. La clientèle se fait plutôt rare. Ton papa leurs envoie régulièrement un chèque tous les mois. J’irai à Montréal vers la fin de ce mois, cherchant à me rendre compte des choses. On dit que c’est très difficile de faire sa vie à Montréal. Si Raymond est bien, il parviendra sûrement à se faire une clientèle pour vivre, si ce n’est à Montréal, ce sera ailleurs. Louis G194. attend toujours une situation que Mark pressent pouvoir lui obtenir. Espérons que nous verrons toutes ces améliorations en 1937. Ton papa est bien, toujours philosophe, il envisage les choses avec plus de calme que je puis le faire moi-même. J’envie son caractère. Je t’embrasse avec tout mon cœur de maman. Un mot me fera un immense plaisir.

47. De Bernadette Rousseau-Grandbois195

  • 195 Autographe, 1 f. (17 x 27 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire. Env (...)

452Québec, 3 février, 1937.

453Mon cher petit,

454Puissent-ils se réaliser tous les bons souhaits qu’avec toute la tendresse de ton cœur tu nous apportes dans ta dernière. Si Dieu veut bien les réaliser ces souhaits, vous serez heureux, car de votre bonheur dépend le nôtre. Je pense à toi beaucoup, et tous les jours je ne manque pas de prier pour que tes efforts soient couronnés de succès, que tu puisses enfin t’orienter vers un but stable. La vie passe vite. Il faut se hâter de la vivre, surtout de la bien vivre. Je déplore mon impuissance à t’aider davantage. Je me réfugie donc dans la prière, force des faibles, et je supplie le bon Maître de te diriger pour ton plus grand bien non seulement spirituel mais aussi temporel.

455Je viens de passer une quinzaine à la chambre pour infection à la gorge. Je me suis demandée durant ces jours qui m’ont paru si longs, si ce n’était pas le commencement d’un mal qui ne pardonne pas. Mais non, le médecin a assuré que ce n’était pas grave, mais la négligence que j’avais apportée à soigner ma gorge nécessitait plus de soins. Je suis maintenant tout à fait mieux. J’irai probablement à Montréal vers la fin du mois. Gaby m’écrit que Raymond se démène beaucoup, et que sous peu, il croyait que ses efforts pour avoir une position seraient couronnés de succès. Louis aura aussi une place d’ici quinze jours d’après Mark. Mais non pas à la bibliothèque comme l’espérait Louis. Ton papa a en vue une société avec Eugène. Ce qui lui permettrait d’exploiter sa limite de l’Abitibi. Ton papa nous dit toujours en riant : « c’est mon année de récupération ». Puisse-t-il ne pas se tromper dans ses prédictions ! Tous les jours j’ai la visite des enfants et j’étais heureuse de les avoir durant ma réclusion, car tante Arthur ne s’est pas montrée. Sa peur de dame grippe l’a tenue au large, et pourtant ce n’était pas contagieux d’après mon médecin, Dr Pichette, spécialiste de la gorge. Jean vient de passer ses examens, il n’a pas encore le résultat, mais semble sûr du succès.

456J’espère avoir de tes nouvelles avant longtemps. Comptes-tu rester à Port-Cros jusqu’au printemps ? À ta pension, y a-t-il quelqu’un qui puisse t’intéresser. Soigne-toi bien, maintenant que tu ne te laisses plus aller. Je t’embrasse avec tout mon cœur de

457Maman

48. De Bernadette Rousseau-Grandbois196

  • 196 Autographe, 1 f. (17 x 27 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire. Env (...)

458Québec, 15 mai, 1937.

459Mon bien cher petit,

460Bientôt ce sera le 25 mai. J’y pense, et quoique tous les jours je forme des vœux pour ton bonheur, plus spécialement et plus ardemment je prierai pour toi le 25. Puisse cette nouvelle année combler tes désirs, orienter ta vie pour ton plus grand bonheur. Nous ne serons pas là ce jour de ton anniversaire, il n’en restera pas moins mémorable à notre cœur toujours sensible à cette date. Les 37 dollars (il ne faut pas rompre la tradition) t’aideront à défrayer le dîner de fête que nous aurions voulu te donner. Es-tu encore à Port-Cros ? Et ta santé ? Et tes espérances ? Laisse-nous donc entrevoir un peu de toi, de tes aspirations. Tout nous intéresse si vivement. Pour ma part, je ne tiens plus à la vie que par la vôtre. Le calme auquel on me soumet me reporte davantage vers mes activités. J’y ai tout le temps de construire une multitude de rêves que la vie, hélas, m’a appris à me défier, mais, c’est si bon de croire que pour ceux qu’on aime l’amour peut faire des miracles.

461Le 8 mai nous fêtions l’anniversaire de ton papa. Si l’on en croit la tradition qui veut laisser autant d’années au fêté du jour, qu’il y aura de chandelles restées allumées sur le gâteau, ton papa aurait à vivre encore 19 ans. Je lui avais bien recommandé de ne pas souffler trop fort, et voilà que, malgré cette croyance enfantine, je fus plus satisfaite ainsi.

  • 197 Bernard Devlin et Marguerite Rousseau se rendront en Europe au cours de l’année et y rencontreront (...)

462Jeanne et Mark parlent d’aller en Europe en septembre. Bernard et Marguerite aussi, peut-être Bernard compte sur les profits de la Bourse. Mais en ce moment ils sont à la baisse. Marguerite se demande s’ils pourront malgré tout poursuivre leurs projets197. Raymond et Gaby sont rendus et installés à St-Casimir. Raymond finira-t-il par se débrouiller ? Il en est rendu à ne pas se gêner de demander de l’argent à ton papa. Mais après de très belles promesses, nous souhaitons qu’il soit sérieux, l’avenir seul pourra nous le dire. Paul et Cat. partent la semaine prochaine en auto pour Kingston, congrès de la Société royale auquel Paul doit présenter deux travaux et ensuite ils continuent jusqu’à Vancouver toujours en auto, et passent par Chicago, Californie, etc. Ils seront absents cinq semaines. Madeleine s’en tient à la toilette. Elle vient de s’acheter deux beaux renards. Pierre fait les choses royalement, mais Mad. ne se doute pas combien il est dans la dèche. Ton papa n’est pas étranger à tout cela, il cherche à lui aider en signant — où tout cela nous conduira-t-il ?

  • 198 Outre une note d’Henri Grandbois (« Je t’envoie un mandat postal — par lettre séparée — pour $ 37. (...)

463Ton papa se joint à moi ainsi que toute la famille pour te souhaiter bonne fête198.

49. De Bernadette Rousseau-Grandbois199

  • 199 Autographe, 2 f. (19 x 27 cm) pliés en deux et paginés I-VI, écrits recto verso à l’encre noire. E (...)

464Québec, 10 juin, 1937.

465Mon cher Alain,

  • 200 Raymond Paquin, époux de Gabrielle Grandbois, souffre alors de toxicomanie (consommation de morphi (...)
  • 201 Claude Grandbois, fils de Louis Grandbois et de Simonne Boucher ; Jean Gagnon, fils de Paul Gagnon (...)

466J’espère que nos souhaits te sont parvenus en temps. Quoi qu’il en soit, ce jour 25 mai, nous avons prié tout spécialement et plus ardemment pour toi. Es-tu à Paris en ce moment ? Je cherche à te suivre et je me perds souvent en conjoncture. Ce que je ne cesse de désirer, c’est ton bonheur, et je finirai par l’obtenir, je n’en doute pas, mais pour cela il faut que tu y mettes toi-même toute ta bonne volonté. Nous avons fini par obtenir un dénouement à la situation de Louis. Celui-ci nage dans la joie depuis. Le travail ne lui pèse pas et son « boss », M. Eugène, en est très satisfait. Son salaire est modeste, mais il espère les profits de fin d’année. Ton papa surveille le tout et cherche à assurer la stabilité de Louis. Ce qui sera facile, si celui-ci continue à y apporter l’application qu’il y montre en ce moment. Ton papa vieillit, sa seule préoccupation c’est votre avenir. Il parle souvent de toi et me dit : « Avec ses talents, il finira bien par se créer une bonne situation. » Gaby nous inquiète davantage. Je t’ai dit que Raymond était rendu à St-Casimir pour y pratiquer. Ton papa, Louis, Simonne et Madeleine y sont allés dimanche. Ils les ont trouvés confortablement installés, mais Ray paraissait triste et changé. Il aime la place, mais y fera-t-il son affaire ? Enfin, c’est un essai et il n’avait pas à choisir. S’il est libéré de son triste défaut200, il finira bien par faire sa vie, mais voilà nous ne sommes sûrs de rien. Avec le logement nous leur donnons une trentaine de dollars par mois. Nous espérons qu’il puisse faire le reste. Catherine et Paul sont partis depuis trois semaines. Paul vient de nous écrire une longue lettre relatant les divers événements de leur voyage. En ce moment, ils sont à Los Angeles, visitent les villes les plus intéressantes jusqu’à Vancouver. Ils font un magnifique voyage mais pour Cat il y avait une ombre au tableau : laisser son bébé. Heureusement qu’elle comptait sur nous — et tout va bien. Grand-papa, grand-maman jouent un grand rôle dans la vie de ce petit monsieur. Il fait des joies à chaque fois qu’il nous voit. Tous les avant-midi le petit Claude vient jouer avec Jean201. Ces « petits » sont comme un rayon de soleil dans notre vie. En les regardant jouer, je revois toute ma jeunesse de jeune maman. Me sera-t-il donné de serrer dans mes bras un petit enfant de toi. Je prie tant pour que ta vie s’organise, ne fut-ce qu’à la bourgeoise. Je suis sûre que tu y trouverais le bonheur.

467Jeanne et Madeleine songent aux voyages d’été. Je les vois tous les jours. Cela ajoute une note gaie dans ma vie qui serait peut-être monotone, étant donné le repos auquel on me soumet. Mais je suis heureuse ainsi. Ton papa et moi suivons anxieusement les faits et gestes de vous tous. C’est notre vie et celle qui nous intéresse plus que tout au monde.

468Ton papa a eu une grippe inquiétante, tenace, qui a duré plus d’un mois. Le soleil l’a remis et l’auto le distrait. Après le départ de P. et C. avec leur bébé pour l’été nous ferons peut-être un petit voyage d’une quinzaine, ton papa me dit qu’il sent le besoin de changer d’air. Nous nous proposons aussi d’aller passer quelques jours à St-Casimir avec Gaby. Pauvre petite, il ne faut pas trop s’arrêter sur son sort, car il y a-t-il quelque chose de moins sûr que son avenir. La tante Arthur est partie pour l’Ile. J’ai perdu ma compagne de tous les soirs. Quelques fois je vois Yvette qui me dit avoir beaucoup de chagrin de n’avoir pas d’enfant. Elle aura fait son possible, car elle est allée dernièrement encore à l’hôpital à ce sujet. Tous les soirs ils partent et vont souper à leur camp du Lac St-Charles. L’oncle Léon est installé chez l’oncle Lacasse. Il a vendu sa maison, en a retiré quelque argent qui lui aidera à finir ses jours. D’après Louis R. il ne peut faire plus que deux ans. « Les Rousseau, me dirait-il, après soixante ans, ça ne vaut plus rien. » Et dire que je vais dans cette catégorie. Je n’en souffre pas trop on cherche tellement autour de moi à me le faire oublier.

469Gaby et Michel viennent de m’arriver pour passer une couple de jours. J’avais demandé au papa qui allait à St-Ubalde aujourd’hui, de tâcher de la ramener. Ce n’est pas qu’une petite fête. Nous allons tâcher de lui faire bien profiter de cette pauvre petite vacance. Je vais te dire à un autre tantôt, écris-moi, cela me fait tellement plaisir. Moi, je ne sais plus m’exprimer, mais par contre je sais plus que jamais aimer et je t’aime de toutes les forces de mon âme.

470Maman

50. De Bernadette Rousseau-Grandbois202

  • 202 Autographe, 1 f. (16,5 x 25 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire (B (...)

471Québec, 20 octobre, 1937.

472Mon cher Alain,

  • 203 Bernard Devlin et Marguerite Rousseau reviennent d’un séjour en Europe, au cours duquel ils ont fr (...)

473Bernard203 me dit que tu devais avoir subi une petite opération dans la bouche. J’espère que tout s’est terminé heureusement. Les Québécois sont enthousiasmés de leur voyage. Madeleine nous dira bientôt elle-même tout le plaisir qu’elle en a eu. Ici, c’est tout autre chose. La Bourse fait des siennes et ton papa en subit les conséquences... terriblement. Je crains pour la santé — tellement il est déprimé. La Bourse a subi un « krash » comme ça ne s’est pas vu depuis « 29 ». Ton papa n’a pas assez de valeurs pour répondre à ce qu’on lui oblige à verser, en plus de celles déjà données — soit $ 35,000 qu’il cherche à emprunter — mais je ne crois pas qu’il réussisse. Si les valeurs ne remontent pas, ce sera donc la débâcle. Il faut bien se résigner à cette idée. Je ne t’invite pas à venir en ce moment, la maison est trop triste. Mais une chose qui ferait bien plaisir à ton papa, c’est que tu lui apprennes que tu as publié un de tes livres ou ébauches de ton dernier. Il m’en parlait dernièrement, ton avenir l’occupe. Je suis sûre que de te savoir en voie de succès compenserait pour les épreuves subies depuis quelques temps. Les sacrifices s’ajoutent aux sacrifices, mais ce n’est pas perdu. Tout est bien offert pour le plus grand bien de nous tous. Je tâche d’encourager ton papa de mon mieux. Je me trouve une force insoupçonnée et avec la grâce de Dieu, je tiendrai bien jusqu’au bout. Je ne perds pas confiance. Je te tiendrai au courant du pire ou du mieux. A part cela, il n’y a rien de bien marquant ici. Ray et Gaby passent l’hiver à St-Casimir. Mais d’après ce que je puis voir, ils ont d’autre chose en vue pour le printemps, ils n’en parlent pas pour le moment. Nous avons été tellement bouleversés depuis quelque temps que je me demande si je t’ai remercié de tes bons souhaits (par câble) à mon anniversaire. J’en avais le cœur tout de même et toujours extrêmement sensible de savoir que tu penses toujours à ta vieille maman. Je t’embrasse avec une tendresse renforcée par l’épreuve, ce qui veut dire que je t’aime immensément.

474Maman

51. De Bernadette Rousseau-Grandbois204

  • 204 Autographe, 1 f. (17,5 x 27,5 cm) plié en deux et paginé I-III, à l’encre noire. Enveloppe : « Mon (...)

475Québec, 1 février, 1938

476Mon cher Alain,

  • 205 Après des études classiques au Petit Séminaire de Québec (1899-1909) et des études en médecine à l (...)

477J’ai reçu ta bonne lettre du 18 et je suis heureuse d’apprendre que tu es en voie de guérison. Ici ça n’a pas été bien pour ton papa. Les inquiétudes qui le rongent depuis l’automne dernier sont pour beaucoup dans son état de santé. Il y a à peu près huit jours on constata qu’il avait des selles noires. Je fis aussitôt demander Louis qui le mit au lit avec régime. Tous ici étaient pour qu’on le fît traiter à l’hôpital, mais ton papa qui se sentait un peu mieux me dit : « je préfère rester ici », mais le lendemain, il avait une faiblesse. Jeanne était ici et pendant qu’elle mettait des serviettes d’eau froide, je m’accrochai au téléphone pour avoir un médecin. Ce n’est qu’après plusieurs appels qu’on put avoir le docteur Vézina205. Celui-ci a souffert de la même maladie que ton papa. Aussi, il est rassurant et nous promet de remettre sur pieds assez vite ton papa. Les traitements aujourd’hui sont beaucoup mieux que sa première maladie. Mais il faut que je te dise qu’après cette alerte nous l’avons transporté à l’Hôtel-Dieu. Étant sûre qu’il serait plus à portée de tout. Louis avec Vézina sont les deux médecins en charge. Je vais le voir tous les jours et il semble heureux d’être loin de tous soucis. Les bonnes religieuses sont édifiées par son esprit chrétien et clament partout qu’elles n’ont jamais vu de meilleur patient. Pendant l’absence de Pierre, Mark a été nommé son procureur (ce que Pierre n’a pas beaucoup aimé, je crois), mais alors c’était urgent, ton papa n’en pouvait plus. C’est pourquoi nous avons demandé Mark qui remplit très bien sa charge d’ailleurs. Et aujourd’hui nous n’avons pas de raison pour la lui enlever, au contraire, il se montre très vigilant dans les affaires de ton papa. Ne crois-tu pas ? Dans le plus fort de la maladie, Madeleine a demandé au docteur Vézina si on devait t’avertir par câble. Nullement a-t-il répondu. Nous allons le remettre sur pieds et vite. Comme tu sais, il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre mesure. D’ailleurs, je t’écrirai tous les huit jours pour te tenir au courant. En ce moment, je suis très occupée, mais ma santé est bonne. Gabrielle vient de m’arriver. Tous les mois, elle passe une journée avec nous. Je vais tâcher de la faire parler et me dire si vraiment ils pensent faire l’affaire à St Casimir. Je te raconterai cela. À bientôt. Je t’embrasse et je t’aime de tout mon cœur de

478Maman

479Si tu veux que je t’adresse mes lettres à Dinard, donne-moi ton adresse. Ça ira peut-être plus vite. Tendresses.

52. De Bernadette Rousseau-Grandbois206

  • 206 Autographe, 1 f. (17,5 x 27 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire. E (...)

480Québec, 6 février, 1938

481Mon bien cher Alain,

482Je reçois à l’instant ta bonne lettre qui me réconforte. Merci de tout cœur, et me hâte de te dire que ton papa prend du mieux tous les jours, que nous l’avons fait transporter à l’Hôtel-Dieu samedi dernier où il est suivi attentivement par le docteur Grégoire. Celui-ci le voit deux fois par jour et le soigne avec d’autant plus de connaissance qu’il a souffert du même mal. Louis le voit aussi tous les jours. Rendu à l’hôpital il a eu une seconde faiblesse avec hémorragie. (Je ne l’ai su qu’après tout danger disparu.) C’est alors qu’on dut lui faire une transfusion de sang ; c’est ce qui l’a sauvé. Après, on le mit à la glace pour une couple de jours, et en ce moment, après huit jours, il prend quotidiennement deux pintes de lait, du bouillon, fruits cuits, œuf battu, blanc-mange et une pomme de terre au four. Ton papa se sent revivre. Il a abandonné tout souci du dehors. Les affaires ne le préoccupent pas pour le moment et [il] se sent entre les mains de la Providence. Nous avons confiance. Louis J. fait la visite deux fois par jour à l’hôpital tout en parlant un peu des affaires du bois qui sont assez bien, d’ailleurs Louis est là pour faire valoir le côté optimiste. Les autres membres de la famille ne passent pas un jour sans le voir. Il peut maintenant recevoir sans se fatiguer. Les Sœurs lui ont offert pour la convalescence de belles chambres avec tuile. Elles s’imaginent sûrement avoir affaire à un riche client. Dans tous les cas nous voulons qu’il ne revienne à la maison que lorsqu’il sera parfaitement guéri et capable de reprendre sans se fatiguer les petits soucis journaliers.

483Je suis heureuse de t’entendre dire que tu te soignes. J’espère que tu es mieux favorisé que nous pour la température sous ton coin de ciel, que tu as du soleil tout plein, du bon air, une nourriture substantielle pour refaire vite tes forces. Nous avons un hiver détestable, tantôt un froid sibérien et le lendemain un temps humide ou pluvieux. Tu as bien fait d’attendre au printemps pour venir. Je m’imagine que nous aurons alors du soleil et que tous nuages se seront dispersés. De toute façon, ce sera une bien grande joie pour ta vieille maman de serrer son petit dans ses bras. Je relis ta chère lettre si pleine de tendresse attentive et je me trouve la plus heureuse maman d’avoir des enfants si bons pour moi. Votre affection me console de tout, même de mes erreurs involontaires, c’est sûr. Car j’ai toujours voulu faire toutes choses pour le plus grand bonheur de mes enfants. Ce n’est qu’aujourd’hui, regardant en arrière, que je vois les choses telles que souvent j’aurais dû les voir. C’est que peut-être j’ai trop écouté mon cœur sans y mettre le grain de raison qui équilibre. Mais à quoi bon s’attarder sur un passé qu’on ne peut ressaisir. Il me reste bien des choses à te dire et tante Lucille m’arrive pour toute la journée. La semaine prochaine je parlerai un peu de tout. Je t’embrasse avec toute ma tendresse de maman.

53. De Bernadette Rousseau-Grandbois207

  • 207 Autographe, 2 f. (18 x 27 cm) pliés en deux et paginés I -VI, écrits recto verso à l’encre noire ( (...)

484Québec, 17 février, 1938

485Mon cher Alain,

  • 208 Plutôt le samedi 19 février 1938.

486Ton papa a subi l’examen des Rayons X. Ils démontrent que c’est un ulcère d’estomac qui a provoqué les hémorragies. Il y aura trois semaines samedi, le 20, que notre malade est à l’hôpital. Il s’est levé pour la première fois hier et nous donnait des démonstrations de sa force en marchant de long en large dans sa chambre. Le docteur Vézina, avec nous en ce moment, nous dit qu’il lui permettrait de revenir à la maison samedi le 20208. Il lui faudra encore se traiter longtemps pour reprendre les globules rouges qui lui manquent. Il n’en a que 2 millions quand il lui en faut près de cinq millions. Le médecin me dit qu’on remonte vite ces malades avec les traitements d’aujourd’hui. C’est encourageant surtout avec un moral comme le sien. Il s’abandonne à la Providence et ne voit dans les événements que le doigt de Dieu. Plus d’une fois, j’ai envié son équilibre.

487Je rencontre les enfants à l’hôpital, ainsi que les gendres. Pierre s’occupe toujours de l’affaire Moulder. Il vient de partir avec lui (pour Toronto je crois) pour quatre jours. Mad. qui vient prendre ses repas ici nous donne peu de détails. Depuis que nous avons pris Mark pour nos affaires, il est plus réticent, mais toujours aimable. Je constate tous les jours le bonheur d’avoir en vous tous de si bons enfants, mais souvent la tendresse exagère les maux de ceux qu’on aime (je n’en suis pas moins touchée) et tu vas voir. Ne me sentant pas bien l’autre jour, Jean me dit : « Écoutez, maman, vous allez prendre un médecin qui vous suivra plus régulièrement, soit le docteur Richard Lessard, spécialiste du cœur. » C’est bien, c’est bien, on y verra, et il y a des jours qu’il (J.) me parle dans ce sens. Louis est très bon pour moi mais mon état actuel qui n’est pas grave, l’intéresse moins peut-être. Il n’a qu’à me répéter, suivez bien votre régime et ne vous fatiguez pas. Donc, ce soir, je me suis mise au lit aussitôt après le souper et à peine étais-je installée que j’entends sonner à la porte. Jean vient à moi et me dit : « J’ai fait venir le docteur Lessard. » Je suis restée saisie et la visite s’en [est] ressentie. Je ne puis m’empêcher de dire au médecin que je ne savais rien et que je ne pouvais faire cela à Louis. Pas besoin de te dire que j’ai bredouillé, d’autant plus que j’étais sur le qui-vive. Tante Arthur devait venir ce soir-là et pour mal faire Louis pouvait bien nous arriver tout de même. Lessard prit ma pression et m’ausculta. À part ma pression qui était un peu haute, il n’y avait rien d’alarmant. Je lui parlai de mon électrocardiogramme, ce qui lui fit me dire qu’il serait mieux de passer cet examen mais pas avant d’en avoir parlé à Louis. Je lui avais montré la constatation de « Baril » sur une feuille. Il a paru surpris de son travail et vraiment je crois qu’il est mieux outillé que Lessard et ce n’eût été toutes ces avances, j’aurais préféré aller à Montréal pour cet examen. Madeleine Roy (femme de Lessard) a dit à Catherine que Richard, de sa vie, n’avait été dans une situation aussi embarrassante, et tout cela pour avoir exagéré mon état. Si je ne puis me mettre au-dessus de certaines tristesses qui s’emparent de moi à certains moments, on croit à une aggravation de ma maladie. Mais pour moi les médecins n’y peuvent rien. Mais là, rien d’alarmant encore et le temps fait son œuvre. Tu me comprends, mon petit, c’est mon moral qui se remet difficilement des perturbations qu’il a subies, car si je considère toutes choses, tout va pour le mieux. Gaby espère en l’avenir et se trouve heureuse avec son Raymond. Cat. fait un très bon ménage et son enfant fait son adoration. Où donc est le mal ? Puis-je mieux m’expliquer qu’en disant : « J’ai voulu rêver ma vie et c’était une grave erreur. Le réveil a fait toucher des points réalistes que mon imprévoyante sentimentalité n’a pas su voir à temps. » Si je ne me reprochais rien, je serais la plus heureuse des mères, car vous avez tout fait pour me donner du bonheur. Je me relis et je regrette de m’être laissée aller à te dire certaines impressions. Je suis dans une de ces heures sombres, mais demain rien n’y paraîtra plus, avec la grâce de Dieu. Je prie beaucoup pour votre bonheur à tous, plus particulièrement pour toi, mon petit que je voudrais si heureux. J’offre mes souffrances à Dieu pour cela, si à ce prix je vous obtenais le bonheur, j’en remercierai la Providence à deux genoux. Soigne-toi bien. N’oublie pas l’Ave promis, et je te serre bien fort dans mes bras.

488Maman

489Jean a passé ses examens avec succès. En anatomie il est arrivé premier. Malheureusement en bactériologie il a fait une grosse erreur, qu’il aurait pu corriger s’il s’était relu, car il savait très bien la matière, cela lui a fait perdre plusieurs points. Dans l’ensemble il a 86 sur 100.

490Je ne puis lire beaucoup maintenant car le soir il faut me coucher à bonne heure. Merci, mon petit. J’ai suffisamment ici pour m’entretenir. Je t’aime avec tout mon cœur.

491Maman

54. De Bernadette Rousseau-Grandbois209

  • 209 Autographe, 1 f. (17 x 28 cm) plié en deux et paginé II, écrit recto verso à l’encre noire. Envelo (...)

492Québec, 21 décembre, 1938

493Mon bien cher Alain,

494Un mot de toi m’a aussitôt donné du bonheur. J’en aurai davantage quand tu m’écriras plus longuement. Je ne veux cependant pas attendre plus longtemps pour venir te faire mes vœux de bonne et heureuse année. Malgré toute la force que nous donnons à nos souhaits, ils ne se réalisent pas aussi vite que nous le voulons. Il faut les imprégner d’une prière constante, et attendre. L’attente est longue parfois, mais l’espérance n’est-elle pas là pour nous soutenir ? Comme j’ai hâte que le bonheur que je souhaite pour toi se réalise ! ! ! Tout s’arrangera avec le secours de Dieu, j’en ai la ferme conviction.

495J’ai un cadeau à te demander moi aussi. C’est que tu me renouvelles ta promesse de dire tous les jours un Ave. La Ste-Vierge n’abandonne jamais ceux qui l’invoquent. C’est promis, n’est-ce pas ? Ainsi je serai plus tranquille sachant que tu as près de toi une puissante protectrice. Les Fêtes s’annoncent ici plutôt monotones. La grippe est entrée dans la maison, les « bonnes » en sont affectées, ce qui dérange passablement le service. Moi, je garde la chambre depuis dix jours pour faire baisser ma « tension ». Je suis tout à fait bien maintenant sans avoir le droit de sortir encore pour quelques jours. Les Paquin viendront pour une couple de jours au 1er de l’An. Gaby est venue faire des achats samedi dernier ; paraît tout à fait encouragée et espère que Raymond décrochera une bonne place à salaire fixe. La difficulté est qu’il faut faire signer cinq médecins sur un questionnaire demandant si le proposé prend des narcotiques. Louis R. à qui j’ai parlé de la chose, m’a dit qu’il signerait car il a rencontré Raymond et l’a trouvé bien. Il m’a dit qu’il fallait donner une chance à un homme. Je te donnerai plus de nouvelles dans ma prochaine car Henri veut maller cette lettre aujourd’hui et il m’attend. Nous incluons notre petit cadeau du Jour de l’An, il est fait du plus tendre de notre cœur et ton papa se joint à moi pour t’exprimer avec notre amour nos souhaits les meilleurs. Je te serre dans mes bras de toute la force de ma tendresse,

496Maman

497Nous attendons fermement le dénouement de nos affaires. Ton papa a repris un peu confiance, mais il faut attendre encore quelques mois.

55. De Bernadette Rousseau-Grandbois210

  • 210 Autographe, 1 f. (16,5 x 26 cm) plié en deux et paginé II et III, écrit recto verso à l’encre noir (...)

498Québec, 4 mars, 1942.

499Mon cher Alain,

  • 211 Jean Bruchési est alors sous-secrétaire de la Province de Québec ; René Garneau travaille à la Com (...)
  • 212 Pour le service militaire.

500Je t’apporte mes meilleurs souhaits de Pâques, ainsi que ceux de toute la famille. J’ai bien pensé à toi, tout particulièrement ces jours derniers où j’ai prié de toute mon âme. Puisses-tu ressusciter avec le Christ dans la joie, tant spirituelle que temporelle ! C’est le meilleur souhait que je puisse te faire. J’ai reçu ton mot. D’après ce que je comprends, il n’y a rien de changé dans ta situation. As-tu eu quelques nouvelles de Bruchési ou Garneau211 ? J’espère que le soleil te guérira tes rhumatismes. Tu verras probablement à Montréal Jeanne ou Mark ces jours-ci, car je ne t’attends pas, si j’en juge par ce que tu m’as dit avant ton départ, et je n’insiste pas non plus, puisque je serai sans « bonne » jusqu’à lundi soir. Anne-Marie prend un petit congé. Cath. nous invite pour dîner à Pâques, mais comme il y aura Louis en plus, je n’abuserai pas plus qu’il faut. J’essaierai mes forces au cas où on soit obligé un jour de se passer de serviteur. Et toi, mon petit, je crains que tu ne te négliges pas trop quand il s’agit de tes repas. Je voudrais bien que tu me dises si au moins tu t’approvisionnes de lait pour le matin, et si ton dîner et souper sont réguliers. Ta santé, mon cher petit, en dépend. Je souhaiterais vraiment pour toi une chambre dans un appartement où tu pourrais prendre tes repas à bonne condition. Ça doit se trouver pourtant une accommodation de ce genre. Rien de nouveau ici. Louis attend encore sa situation. Ça n’arrive pas aussi vite qu’on nous le laissait croire. Jean est définitivement fixé pour la dermatologie. S’il n’est pas appelé212 dans l’année, il entrera en juillet pour ses nouvelles fonctions. Plusieurs de ses amis ont été appelés, ça lui donne le désir de se présenter de nouveau. Je lui conseille d’attendre les événements. Il a fait son devoir puisqu’il s’était engagé volontaire, tandis que les autres, ses amis, n’y vont qu’obligatoirement. D’ailleurs sa santé n’est pas encore très forte — une grosse grippe l’a abattu. Louis ne parle plus d’entrer dans l’armée depuis que son régiment est mobilisé ; si on l’appelle il faudra qu’il se qualifie ; cela paraît lui moins sourire. J’espère qu’il trouvera sa voie. C’est si triste de le voir ainsi désœuvré. Jeanne ne manquera pas de te donner les nouvelles de la famille. Tous se joignent à moi pour te souhaiter une Pâques fleurie. Je te redis toute ma tendresse tout en te serrant bien fort dans mes bras.

501Ta Maman qui t’aime bien fort.

56. De Bernadette Rousseau-Grandbois213

  • 213 Autographe, 1 f. (9 x 16 cm), carton portant les initiales de Henri Grandbois et l’adresse du 17 G (...)

50215 juillet, 1942.

503Mon cher Alain,

  • 214 Probablement Hector Perrier, alors secrétaire de la Province.

504Ton papa rentrera à l’hôpital vendredi. Il a vu le Dr Vézina qui lui assure que d’après son expérience, il faut en venir à une opération quels que soient, au préalable, les traitements. Les nouveaux cas qu’il a eus ont très bien réussi et les patients sont très satisfaits. Au bout de quinze jours, il pensera revenir à la maison et bien soulagé, lui répète-t-il. J’ai confiance avec le secours d’En Haut que tout ira bien. Et toi, comment t’es-tu arrangé avec le ministre P214 ? Marguerite est venue me faire visite ce matin. Cela m’a fait plaisir et d’autant plus qu’elle m’a donné de tes nouvelles. Par la même tu recevras tes pantalons. Je n’ai pas trouvé deux gris. Jean commençait ce matin son hôpital. J’espère qu’il aimera cela. Avec toute ma tendresse de

505Maman

57. De Bernadette Rousseau-Grandbois215

  • 215 Autographe, 1 f. (16,5 x 26 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire. E (...)

506Québec, 13 oct., 1942.

507Mon cher Alain,

508J’attendais toujours ta lettre annoncée avant d’écrire. Le retour de nos voyageurs, Mad. et Jean m’apprennent que tu as eu une grosse grippe, que tu n’étais pas encore parfaitement rétabli. Ce n’est pas pour me rassurer. Je t’en prie fais attention à toi. Je n’aimerai jamais ce régime d’hôtel qui t’oblige à prendre tes repas en dehors, repas bien irréguliers. Un jour viendra-t-il enfin où tu m’apprendras que tu es stabilisé ? Mad. m’a dit ne t’avoir pas vu comme elle avait voulu, tu étais si malade. Je m’étais mise en tête que tu profiterais peut-être de leur visite pour venir faire une petite visite à Québec. Ton papa vieillit, ses affaires le tracassent plus que jamais, l’avenir est si problématique qu’il n’y a pas lieu d’espérer beaucoup. Dr Rochette doit avoir une entrevue avec P. avant d’en venir à d’autres décisions capitales. Il serait facile pourtant de s’entendre avec de la bonne volonté, car en toute justice, c’est notre bien qu’on nous dispute. Déchire cette lettre aussitôt lue — ainsi que les autres mots compromettants, il ne faut pas mettre le feu aux poudres sans absolue nécessité, et je ne désespère pas que Dieu nous aidera à résoudre notre difficile problème. Louis est toujours sombre mais persévère quand même. Simonne cherche en ce moment un logement, c’est aussi difficile à trouver que l’or. Elle doit laisser celui actuel le 1er nov. et elle n’a rien en vue. Mad. vient dîner tous les midis et Jeanne fait sa visite tous les jours. Cath. traîne les ailes, garde le lit certains jours. C’est vraiment méritoire que d’avoir un enfant en pareilles conditions. Sitôt que tu seras tout à fait bien, écris-moi un mot. N’oublie pas que mon bonheur est le vôtre. Je t’aime et je t’embrasse de tout mon cœur de

509Maman

58. De Bernadette Rousseau-Grandbois216

  • 216 Autographe, 1 f. (20 x 25,5 cm), écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain G (...)

510Québec, 27 août, 1943.

511Mon cher Alain,

  • 217 Probablement Jean Bruchési, alors sous-secrétaire de la Province de Québec. Le ministre auquel Ber (...)

512Les jours qui ont suivi ton départ, j’ai attendu des nouvelles au sujet de tes démarches auprès du sous-ministre. Je sais que tu n’as pu le voir, c’est peut-être bien ainsi, en septembre tu pourras sans doute t’arranger avec le ministre et, en mettant les choses au point, il finira par passer outre les mises en garde de B217. En attendant repose-toi bien, fais des réserves de force. Pars-tu à St Canut le mois de septembre ? Tandis que j’y pense, c’est le temps de te procurer un « carnet » de rationnement. Il doit y avoir un bureau à St Canut, ces jours-ci on distribue les nouveaux livrets. Mad. est revenue de son voyage tout à fait satisfaite. Elle t’en parlera probablement quand tu viendras. Elle doit reprendre ses activités de la Croix-Rouge ces jours prochains. Elle est revenue plus forte et bien grillée. Gabrielle m’écrit qu’elle viendra à Québec avec Ray et Michel le 6 août. Fête du travail. Ils doivent y passer une huitaine. Depuis ton départ Paul a eu une grippe assez inquiétante mais selon son habitude, il refuse de se faire soigner. Jean l’a ausculté toutefois et il trouve qu’il ferait bien de faire prendre une radiographie. Depuis que Paul est sur pied, il ne songe plus qu’à travailler. Il est à craindre qu’un jour il tombe pour y rester, mais tout de même il semble assez bien ces jours-ci. Tu as vu par la une des journaux que Jean a eu sa Bourse. Nous en sommes tous heureux. S’il avait fallu qu’il empruntât cet argent, c’eût été une grosse charge pour lui, car il était bien décidé d’aller aux É.-U. envers et contre tout. Ton papa est mieux de ses yeux. Il y a eu rupture d’une couple de petits vaisseaux et le sang a couvert un œil surtout, mais le spécialiste a dit qu’il n’y avait rien de dangereux. Écris-moi un mot quand tu pourras. Je t’embrasse avec tout mon cœur de

513Maman

59. De Bernadette Rousseau-Grandbois218

  • 218 Autographe, 1 f. (20 x 25,5 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire (B (...)

514Québec, 23 mai, 1944.

515Mon cher Alain,

516Comme nous n’aurons pas le plaisir de t’avoir avec nous le 25 mai, je t’apporte nos meilleurs souhaits de Fête. Ton papa et moi évoquions hier au soir les beaux jours du passé. Il nous a plu tout particulièrement de revivre la joie de ta naissance. Que de rêves avons-nous fait sur ta petite tête chérie. Depuis tu as grandi, tu es devenu un homme, et la tendresse que nous portions au tout petit a grandi avec les années. Tes peines et tes joies ont été nôtres, tes espoirs, notre vie. Jeudi 25 mai, nous irons ton papa et moi communier à l’occasion de ton anniversaire. Nous parlerons de toi au bon Maître avec tout notre cœur qui t’aime. Qui mieux que Lui pourra combler nos désirs !

517Je n’oublie pas que ton cadeau sera des lunettes, les as-tu achetées ? Tu seras assez bon de me dire combien tu les as payées. En attendant, j’inclus un petit « billet » qui te permettra de faire un bon petit dîner le 25. En pensée nous serons avec toi.

  • 219 Les Îles de la nuit, Montréal, Lucien Parizeau, 1944,135 p. ; illustrations d’Alfred Pellan.

518Nous avons reçu ton beau livre de poèmes219. Merci de tout cœur. Je t’assure, et tu le sais d’ailleurs toi-même, que je n’assimile qu’imparfaitement la poésie, mais je sais toutefois que ce qui m’échappe d’autres le saisissent pour en faire leurs délices. N’empêche que j’ai lu et relu tes poèmes avec beaucoup de goût, mettant en branle une imagination enlisée, hélas, dans la prose, mais qui tout à coup se sent renaître au contact de son cher poète. Je me suis laissé dire que les véritables images ne sont pas celles que nous voyons. Ce sont celles des poètes qui les empruntent à la réalité, mais qui les transforment, selon la magie qui est leur secret, pour en faire une réalité de l’esprit supérieure à celle du monde sensible. Et voilà donc que convaincue, je me suis laissée glisser sur les rivages magiques et avec Muses, je répète. C’est MERVEILLEUX ! Madeleine qui a lu quelques-uns de tes poèmes est enthousiasmée. Elle se réserve de les lire tous, puis de les relire. C’est une adepte celle-là, et non une convertie comme moi. Ton papa vient de recevoir ta lettre et te remercie. Je vois que tu as vu Albert Georges. Je suis heureuse que la glace soit rompue. C’est toujours mieux ainsi. J’espère que le dentiste saura enrayer tes maux de dents. C’est si souffrant. Nous attendons Gaby la semaine prochaine, et dans l’autre ce sera toi. Nous sommes des parents privilégiés de pouvoir voir ainsi nos enfants. À un autre tantôt. Je veux maller cette lettre pour que tu la reçoives à temps. Je te serre bien fort dans mes bras de tout l’infini de ma tendresse de

519Maman

520Ton papa doit lire tes poèmes cet après-midi dans le parc devant la belle nature. Sans aucun doute il [en] jouira pleinement. J’attends des nouvelles de Jean. Bientôt, il sera au milieu de nous. Probablement tu le rencontreras à la prochaine visite. Tu salueras Marg. pour moi. Je serais heureuse qu’elle puisse représenter la famille en dînant avec toi le 25 mai. Bonne Fête.

60. De Bernadette Rousseau-Grandbois220

  • 220 Autographe, 1 f. (19,5 x 25 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire (B (...)

521Québec, 27 mai, 1944.

522Mon cher Alain,

523Je viens de recevoir une lettre de Jean. Il aimerait bien te rencontrer à Montréal et me prie de te donner la date de son arrivée. Il sera à Montréal jeudi soir (8 hres p.m.) le 1er juin. Il y restera jusqu’au samedi. Je lui ai donné ton adresse et le numéro de ton téléphone.

524J’ai bien pensé à toi le 25 mai. J’ai commencé ma journée par la messe et la communion à ton intention. J’espère que tu as bien reçu ma lettre du 23 mai ? Un moment donné j’ai été inquiète, me demandant si j’avais bien adressé ma lettre. Je suis si distraite. Mais de penser que tu n’aurais pas un mot de moi pareil jour me bouleversait. Qui plus que ta maman a pensé à toi le 25 mai ?

525As-tu fini tes séances chez le dentiste ? Comment est ta santé ? A ta prochaine visite, tu pourrais me dire, n’est-ce pas, combien t’ont coûté tes lunettes (afin que je remplisse mon obligation), je compte bien que tu ne négliges pas ce point de ta santé.

  • 221 Pierre Gélinas, « Chronique des livres : Les Îles de la nuit par Alain Grandbois chez Parizeau, éd (...)
  • 222 Ce « livre spécial » contient diverses coupures de presse sur la réception critique de Né à Québec (...)

526Ton papa vient de m’apporter Le Jour où il est question des Îles de la nuit. Nous avons été heureux de lire cette critique de Pierre Gélinas221 qui te fait honneur. Comme c’est à peu près le seul journal de Montréal qui se vend à Québec, tu voudrais bien, si on fait des critiques soit dans les journaux, d’Ottawa ou autres, nous acheter ces journaux. J’ai dans un livre spécial toutes les critiques de ton Né à Québec et Marco Polo222. J’aimerais de même avoir ces dernières.

527Ces jours derniers nous recevions une invitation de la part des Rousseau (Lacasse) pour assister à la première grande messe de Thomas, qui se chantera à Berthier en-bas à leur résidence d’été. Comme nous ne pourrons pas y assister nous trouverons peut-être un de nos enfants pour nous représenter. Il y a tout le temps d’y penser, ce n’est que pour le 2 juillet. Ça ne te tenterait-il pas d’y aller à notre place ? Ce sera l’occasion de voir la famille au complet sans compter les amis. Il paraît qu’on veut faire une grande fête. Nous en reparlerons. Écris-moi un mot. Rien d’extraordinaire ici. Tout est tranquille. Notre cause est inscrite, paraît-il, pour être plaidée. Mais Mark croit, vu les retards continus, [qu’elle] ne sera jugée qu’en septembre, il est probable.

528Avec toute ma tendresse, je t’embrasse.

61. De Bernadette Rousseau-Grandbois223

  • 223 Autographe, 1 f. (19,5 x 25 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire. E (...)

529Québec, 26 juin, 1944.

530Mon cher Alain,

  • 224 Thérèse Tardif, Désespoir de vieille fille, Montréal, Éditions de l’Arbre, 1943, 124 p. ; Marie de (...)

531Je t’ai trouvé l’air si fatigué lors de ton passage à Québec, que je suis restée inquiète. J’ai bien hâte que tu sois installé à la campagne. Là seulement tu pourras te remettre tout à fait. Des repas réguliers, un certain règlement dans ta vie, peu d’occasions d’alcool, car il faut bien se rendre à l’évidence, ta santé ne te permet plus ces légitimes satisfactions. Pour la conserver (ta santé) il te faut faire quelques petits sacrifices, n’est-ce pas ? Tu es appelé à faire de belles et bonnes choses. Il faut donc te garder en forme. Je compte beaucoup sur ton séjour à la campagne. Quand pars-tu ? Avant ton départ, pourras-tu m’envoyer les deux livres dont il a été question ? (Vieille fille et Réponse par Simone R224.).

  • 225 Le Canada français (qui deviendra la Revue de l’Université Laval) mentionne la parution de « Les Î (...)

532Samedi, on a demandé chez Garneau le Canada français225. On ne l’avait pas encore reçu. Jean doit aller le redemander aujourd’hui. Je te l’enverrai sitôt en mains.

533Jean a sa Bourse pour l’an prochain, mais de nouveaux règlements l’obligent à demander un permis du Ministère du travail à Ottawa. On a tant besoin de médecins que Jean redoute un peu ces dernières décisions. Jean ne semble pas goûter son séjour à Québec comme l’été dernier. Ses amis sont tous absents et Pauline n’a plus ses faveurs. Comme toujours, il allait à la dernière minute pour inviter une jeune fille à sortir avec lui. Aussi est-il refusé assez souvent. Il se propose d’aller passer une fin de semaine au camp de Mark. Je t’écris au milieu du brouhaha des enfants. Ils sont une demi-douzaine dans la cour et tapagent à qui mieux mieux. Je m’amuse à les voir agir mais je m’aperçois qu’ils me donnent un peu trop de distractions. Je perds de la suite dans les idées. A un autre tantôt donc. Écris-moi ta nouvelle adresse et dis-moi comment tu es. Je t’aime de tout mon cœur de

534Maman

62. De Bernadette Rousseau-Grandbois226

  • 226 Autographe, 1 f. (16 x 26 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire. Env (...)

535Québec, 19 juillet, 1944.

536Mon cher Alain,

537Je t’avoue que j’ai été un peu désappointée de ta décision de revenir en ville, je comptais tellement sur un séjour à la campagne pour te remettre en forme. Je crois avec toi que tu seras plus tranquille dans ta chambre en ville, mais il reste les repas que tu prendras un peu à la diable et irrégulièrement, c’est ce qui me chiffonne passablement. Je te souhaite un été sans trop grande chaleur, comme ces jours-ci. La température est merveilleuse, ni chaud, ni froid, un ciel sans nuage, tout ce qu’il faut pour agréablement influencer le moral.

  • 227 Le 21 juillet, L’Événement annoncera la candidature de Ross Drouin comme candidat de l’Union natio (...)
  • 228 Voir la lettre du 12 juillet 1944 à Bernadette Rousseau-Grandbois, supra, p. 219.

538Jeanne et Mark reçoivent cette semaine M. et Mme Lopez de Porto-Rico et un Mr Doyle. Ils attendant aussi Grace Moore avec son mari. Mark, malgré les sollicitations pressantes de Duplessis, a refusé de se présenter, mais on croit que Ross se présentera227. Ce n’est pas encore officiel. Jeanne parlera à la « radio » en faveur de l’Union Nationale. On l’a même demandée pour parler au palais Montcalm, ce qu’elle a refusé net. Elle ne se sent aucune assurance pour parler en public. Mad. doit t’écrire un mot pour te remercier de l’envoi de son manuscrit228. Elle te dira probablement qu’elle se propose de partir pour sa villégiature à Métis au commencement d’août. Jean prendra aussi quelques jours de vacances en août. Louis a congé en ce moment. Hier soir, il soupait avec nous, il était d’une humeur extravagamment joyeuse. Simonne et Claude doivent l’accompagner à la plage de l’île d’Orléans demain. La vie est belle, répète-t-il. Simonne l’apprécie beaucoup maintenant, elle disait à Cath. Combien-elle le trouvait fin son Louis. N’est-ce pas que c’est un couple bien assorti ? Cath. ne passe pas un été à son goût. Ces jours derniers, on lui conseillait de prendre une « délinquante » comme « bonne » sous caution — honnête, paraît-il, mais d’humeur vagabonde. Elle a fait trois jours et s’est enfuie. Cath. ne l’a pas trop regrettée, elle avait si peu confiance en elle. Elle devra donc se mettre à la besogne sans espérer avoir de l’aide. D’ici à quelque temps, rien à faire. As-tu reçu ma lettre à Belœil ? Ton papa est fort occupé à écouter les discours politiques à la radio. Il me semble que les cartes se mêlent. Que sortira-t-il de tout cela ? Pour nous, rien de mieux à faire que d’attendre en silence le dénouement. Mme Paquin venue ici hier, est sûre que Godbout arrivera au pouvoir, mais d’autres ne sont pas moins sûrs que Duplessis ou le « Bloc » arriveront au pouvoir. Pour ma part je ne me sens pas d’intuition. Je suis aussi mêlée que les esprits actuels. Au revoir, j’ai hâte de te voir et je prie de toutes mes forces pour que tu trouves enfin le bonheur que désire pour toi une maman qui t’aime infiniment.

539Bernadette

63. De Henri Grandbois229

  • 229 Autographe, 1 f. (21,5 x 28,5 cm) paginé II, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Mons (...)

540Québec, jeudi midi le 28 sept. 1944

541Mon cher Alain,

  • 230 Bernadette Rousseau-Grandbois est décédée le 8 septembre 1944, à l’âge de soixante-dix ans.

542Merci pour ta bonne lettre de mercredi reçue ce matin. Elle me donne le réconfort, comme le faisaient toutes celles que nous adressait « la chère petite maman » quand elle nous écrivait avec tout son grand cœur et sa délicatesse doucereuse d’épouse et de mère bien-aimée. T’entendre me dire ce qu’elle t’a rappelé dans sa belle journée lucide du mercredi le 6 septembre, me fait du bien et me fortifie dans ces jours douloureux qui suivent la séparation230... Oh ! ne crois pas que je suis seul... de cœur comme d’esprit, nous nous entretenons continuellement et à tous les instants du jour, même pendant mon travail, mes prières surtout, voire quand je fais mes marches à travers les rues du Vieux-Québec qu’elle aimait tant... Conservons-lui donc notre tendresse, nos douceurs et efforçons-nous de nous aider à suivre la voie droite qu’elle nous a si bien marquée, par son exemple, sa grande foi et son esprit si fin et si pondéré.

543Pour ce qui me concerne, ne prends pas d’inquiétude, je saurai me soigner, et me faire une petite vie aussi douce et raisonnable que possible. Fais de même, et la petite Maman sera contente. Surtout, prends quelques nuits de repos, de sommeil, car tu étais bien énervé quand tu nous as laissés vendredi.

  • 231 Un recueil de contes intitulé Maria de l’hospice, qui paraîtra chez Lucien Parizeau en 1945.

544Je suis content de la bonne réception que Madeleine a eue de tes amis, Parizeau, Pellan & autres, lors de son passage ; et aussi pour le succès de son nouveau livre, c.-a.-d. des arrangements préliminaires, — et toujours ennuyeux, c’est entendu — concernant l’édition de ce premier ouvrage231. Tu as bien fait de faire les remarques que tu as cru devoir lui donner dans ces circonstances un peu extraordinaires pour elle. Je sais que tu es sage et avec ton expérience, tout bon conseil a sa raison d’être. C’est ton droit d’aînesse d’en agir ainsi, et au besoin fais-le.

545Jugement a été rendu mardi, au cours de la journée, pour plein montant du billet avec les frais. C’est Jean qui m’a appris la nouvelle au téléphone à 6 hres mardi. Voilà un premier bon point de gagné... Attendons maintenant le règlement...

546J’espère que Jean va pouvoir se refaire un peu de force, avant de partir pour N. Y., il aurait dû prendre au moins une semaine de congé... mais il ne le pouvait...

547Madeleine fait bien de prolonger son séjour à Montréal, elle va s’éviter le froid de la maison... le chauffage commence aujourd’hui et a été retardé à cause de l’absence de Mde Morris qui n’est pas encore arrivée. Louis vient me voir tous les jours ou à peu près... il est toujours optimiste. Gabrielle m’a aussi écrit lundi, Raymond projette d’aller résider à Frampton, à 9 milles de S. Malachie, paroisse de 1800 âmes et où le médecin résident doit laisser pour Montréal, ces jours-ci.

548Voilà en peu de mots, le va-et-vient de la maisonnée ces temps-ci. Mon « clou » diminue graduellement.

549Saluts & amitiés à Mad., Jean & autres.

550Ton père

551Henri

552Dans tes troubles, tes difficultés, demande toujours conseil à « Maman », elle se tient là pour nous protéger et assurer notre bonheur...

553Écris-moi souvent, je te répondrai. J’inclus un chèque de cent pour aujourd’hui et la balance plus tard.

554H. G.

  • 232 Sans doute Simone Routier. Cette lettre n’a toutefois pas été retrouvée.

555J’ai lu la belle lettre que Simone232 t’a adressée, je la relirai encore et la conserverai pour te la remettre à ton prochain voyage. Au revoir.

556Dad.

64. De Henri Grandbois233

  • 233 Autographe, 1f. (8,5 x 15,5 cm) paginé II, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsie (...)

557Québec mardi matin 10 oct. 1944

558Mon cher Alain,

559Un mot seulement ce matin ; nos lettres se sont croisées hier et je n’ai rien à ajouter sur le terrain des nouvelles.

560Seulement je veux te dire ceci : ne sois pas triste, et fuis la solitude, si la bonne petite maman te voyait, elle en aurait du chagrin... et il ne le faut pas. Sois gai plutôt, vis de son souvenir, de sa présence si douce, si bienfaisante, elle saura bien t’apporter comme à nous d’ailleurs, le courage, la force et les moyens de passer l’épreuve et de la surmonter. Il est certain que sa puissance d’influence heureuse s’est augmentée du fait qu’elle est encore mieux placée pour travailler à nous obtenir le « Bonheur » qu’elle avait tant désiré nous donner. Donc, courage, confiance et repose-toi tranquillement pour récupérer tes forces. C’est son désir et le mien. Nous t’attendons [en] fin de semaine et descends droit à la maison ; tu occuperas la chambre de Jean. En attendant je te salue,

561Ton père

562Henri

65. De Henri Grandbois234

  • 234 Autographe, 1f. (9 x 15,5 cm), écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Gra (...)

563Québec, le 24 mai 1945

564Mon cher Alain,

565Quand tu recevras ces quelques mots, ce sera le jour anniversaire de ta naissance, 25 mai. À cette occasion, tu me permettras de venir te faire mes bons souhaits pour une bonne fête anniversaire et mes vœux les plus ardents pour garder la santé, le succès dans tes projets et surtout une grande confiance dans l’avenir. À 45 ans, c’est la pleine maturité, c’est le meilleur temps de constater le chemin parcouru et la route à poursuivre pour atteindre le bon port. C’est aussi le meilleur moment pour s’en remettre à la bonne Providence, et en toute confiance, car rien n’arrive sans elle. Je suis sûr que c’est ce que dirait notre bonne petite maman, si elle était encore au milieu de nous. Alors, suis sa direction, et va en toute confiance vers l’avenir. C’est la meilleure manière de prendre la vie présente, c’est la seule.

566À ces vœux, je veux ajouter un tout petit cadeau que j’inclus ici. Bonne et joyeuse fête et viens nous voir, quand cela fera le mieux ton affaire.

567Ton père qui t’aime bien

568Henri Grandbois

66. De Henri Grandbois235

  • 235 Autographe, 1f. (21,5 x 28,5 cm) paginé II, écrit recto verso à l’encre noire, papier à en-tête «  (...)

569Québec, vendredi le 19 octobre 1945

570Mon cher Alain,

571Je n’ai pas souvent de tes nouvelles, c’est pourquoi je prends la plume ce matin. As-tu quelque chose de nouveau ? Ta santé, comment est-elle ? Qu’est-ce que tu fais de bon ?

  • 236 Louis Baunard (1828-1929) est l’auteur d’un ouvrage intitulé Le Vieillard : la vie montante : pens (...)

572C’est un questionnaire, comme tu vois. Que veux-tu, toutes ces choses m’intéressent et beaucoup plus que tu penses. À mon stage de la vie, je reste loin des brouhahas de la vie active et souvent troublé du temps où je faisais des affaires, et je pense plutôt à celles de mes chers enfants et j’en prends ma grande part, veuille le croire. Ici, je n’entends parler de rien, je ne vois à peu près personne, excepté ceux des miens qui viennent me voir à la maison et ce sont toujours les mêmes ; alors, ce sont toujours les mêmes nouvelles. Dans les loisirs, je fais quelques lectures. C’est ainsi que dans la dernière quinzaine, j’ai lu, avec grande satisfaction, Le Vieillard de Mgr Baunard236, et j’en reste encore sous tous ses charmes ; c’est bien le livre qu’il me faut, maintenant que j’ai touché le soir de ma vie. Oh ! j’avais déjà parcouru ce volume, il y a bien 15 ou 20 ans. Mais à cette époque, j’étais encore trop mêlé à la vie active pour en goûter toute la saveur. Il faut être vieux pour sentir comme les vieux. Je me rappelle aussi que la chère petite maman aimait bien lire et relire ce Vieillard qu’elle aimait profondément, car de temps en temps elle m’en lisait des pages... Raison de plus pour me faire aimer ce beau livre que vous verrez souvent maintenant parmi les volumes préférés qui reposent sur mes petites tables, au fumoir et dans la chambre à coucher.

  • 237 Louis Grandbois, comptable, n’a pas été mobilisé et ne peut donc être considéré comme un « vétéran (...)
  • 238 Antonio Barrette (1899-1968) a été ministre du Travail de 1944à 1960. L’Événement du 13 octobre 19 (...)
  • 239 Fils de Raymond Paquin et Gabrielle Grandbois.

573Rien de mauvais, à Québec, ici, autour de moi. Paul n’est pas encore revenu de voyage d’Europe, mais nous l’attendons d’ici une quinzaine. Louis vient faire son tour, au moins deux fois la semaine ; il tient bon à l’Arsenal, en sa qualité de « Vétéran237 », mais il a hâte de voir revenir son ministre Barrette238, pour obtenir sa position que maintenant, il désire plus que jamais. Il voit bien que la fin approche à l’Arsenal, alors il a hâte de s’en aller ; c’est bien légitime, surtout s’il peut obtenir ce qu’il convoite... mais il faut attendre la bonne volonté des Chefs, et c’est souvent énervant !... Gaby & Raymond viennent me visiter tous les dimanches soirs, et pour souper et y passer un bout de la veillée ; un dimanche, c’est Simonne & Louis, puis l’autre Gabrielle & Ray, avec Michel239, mais Louis vient tous les dimanches, et je n’en suis pas fâché, car il sait si bien égayer ces heures qui seraient peut-être un peu moroses, sans ses réparties ou histoire un peu folles mais bien vivantes...

  • 240 Fille adoptive de Jeanne et Mark Drouin.
  • 241 Tous deux fils de Paul Gagnon et Catherine Grandbois.

574Jeanne vient tous les jours, le midi à l’heure du dîner, quelques fois avec sa Julie240, et le plus souvent seule. Mark, je ne le vois que rarement, seulement que quand je vais causer une fois par-ci par-là, un soir que j’arrête en faisant mes promenades. Les petits Jean & Marco241 sont toujours intéressants et amusants. Malgré les petits moments d’ennui qu’ils me font — pas souvent, c’est entendu — je m’ennuierai de ne plus les avoir dans la maison.

575Et voilà, c’est la vie qui continue, toujours la même, au soir de la course comme en son plein midi.

576Saluts & amitiés les plus affectueux, surtout écris et viens me voir quand tu le pourras.

577Ton père dévoué

578Henri G.

579Dans tes moments de dépression, pense à la petite Maman qui veille toujours sur nous, prie-la même, elle te soutiendra et te consolera.

580Ton père

581H. G.

67. De Henri Grandbois242

  • 242 Autographe, 1 f. (9 x 15,5 cm), écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Gr (...)

582Québec, le 31 octobre 1945

583Mon cher Alain,

  • 243 « Donec eris sospes, multos numerabis amicos  : Tempora si fuerint nubila, solus eris »  : « Tant (...)

584Je constate à la lecture de ta dernière lettre que tu as été malade et que ton moral en a été aussi affecté quelque peu. Mais il ne faut pas s’en faire, surtout s’en faire trop ; ce qui est important, c’est qu’il faut prendre les choses et les gens comme ils sont... pas mieux, pas pires. Alors, maintenant que la santé revient, force le moral à suivre sa trace et tout reviendra en place. Au cours de ma longue vie, que j’en ai éprouvé de ces moments de hausse et de baisse avec ma santé délicate, fragile, qui brisait non pas seulement mon corps mais aussi mon moral, ma volonté et mon énergie, et la vie reprenait... C’est naturel que veux-tu ! Et les gens, ô mon Dieu, ils sont restés toujours les mêmes... puisqu’on apprenait dans la grammaire latine de mon temps (il y a maintenant 60 ans passés ! ! !) le précepte déjà vieux : Donec erisfelix, multos amicos numerabis !243

585Donc trêve à ces tristes pensées, et courage pour continuer la vie, jusqu’au bout.

  • 244 Plutôt Les Étapes d’une conversion de Paul Féval (1816-1887), connu surtout comme auteur de romans (...)

586Ces temps-ci, je lis Le Vieillard de Mgr Baunard et le Temps d’une conversion de Paul Féval244 ; j’y trouve de belles pensées avec une couleur bien réelle de notre passage sur la planète terrestre ; tout ça prépare pour le « grand voyage » qu’il me faudra entreprendre bientôt. C’est le soir, tu sais, et je m’efforce de le bien passer pour pouvoir entrer dans l’autre vie qui sera, elle, exempte de tous ces tracas dont est fait le présent. Soigne-toi bien et pense souvent à ton vieux père qui veut ton bien et ton bonheur pour toujours. J’inclus un chèque pour acquitter ton loyer.

587H. G.

68. De Henri Grandbois245

  • 245 Autographe, 1 f. (9 x 15,5 cm), écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Gr (...)

588Québec le 31 déc. 1946

589Mon cher Alain,

590Merci pour tes bons souhaits du Nouvel An et aussi pour les vœux de Noël dans ton message reçu la veille. Je n’ai pas répondu plus tôt, j’espérais t’exprimer de vive voix les miens les plus ardents demain avec tous les autres membres de la famille, en même temps que ma bénédiction que j’étendrai, — sois-en assuré — jusqu’au pays de Montréal, pour que tu puisses en profiter avec tous les autres membres de la famille.

591Rien de nouveau non plus à Québec ; il fait aussi un dur temps, bien que nous ayons eu un automne beau et doux.

592Nous aurons beaucoup de choses à se raconter quand tu viendras aux Rois. En attendant soigne ta santé, ménage-la, c’est encore le plus grand et plus précieux bien que nous puissions avoir. Dieu te bénisse, et n’oublions jamais la petite maman qui, elle, ne nous oublie certainement pas.

593Ton vieux père

594H. G

69. De Henri Grandbois246

  • 246 Autographe, 1 f. (9 x 15,5 cm), écrit recto verso à l’encre noire (BNQ, 204/9/20).

595Québec, le 13 oct. 1947

596Mon cher Alain,

597J’ai reçu ta lettre avec son contenu et j’ai versé à Bruneau le versement dû, pour lequel il m’a remis le reçu que j’inclus dans la présente. Merci pour le beau cadeau que tu y as ajouté, je vais l’appliquer à m’acheter quelque chose de pratique, soit une paire de gants ou de chaussures pour les froids à venir ; encore une fois merci. Jeanne est venue me chercher hier après-midi pour aller faire un petit voyage au lac S. Joseph. La nature était splendide, avec ses teintes coloriées et mille et une nuances. Franchement avec un ciel pur et un soleil suffisamment chaud, nous avons joui d’un des plus beaux jours de la Saison. Mark tenait le volant et se délectait à écouter les harmonies du concert que donnait la Columbia, à l’assistance du Carnegie Hall de New York. Son radio est bon, la musique reposante, ça remplaçait merveilleusement le décousu de la conversation. Au lac, il construit présentement un petit garage, et améliore le terrain du côté de la grève où il a coupé plusieurs petits arbustes & gros arbres, puis rapporté de la terre franche. Quand le gazon y aura sorti des pousses, il y aura sûrement amélioration. Louis nous a parlé longuement de son voyage en Abitibi ; il semble, à ce qu’il dit, qu’il préfère rester à Québec que dans ces colonies !...

598Quand tu nous viendras dans la semaine du 20, tu seras le bienvenu toujours.

599Amitiés et saluts de nous tous.

600Ton père

601H.G.

Notes

1 Autographe, 1 f. (19,5 x 14,75 cm) écrit recto verso à l’encre bourgogne (BNQ, 204/9/19).

2 L’Événement du 12 novembre (p. 1) rend compte de la représentation de l’opéra Carmen par la Troupe de Féo, mais ne signale pas le nom de Suzanne Alain : le rôle de Mercédès a été interprété ce soir-là par Jane Jamoie. D’origine américaine, la Troupe de Féo, fondée par Georges de Féo, passe la semaine à Québec, où elle présente chaque soir un nouvel opéra, dont les rôles principaux sont tenus par des Américains ou des Européens. En tournée, Georges de Féo complète la distribution en faisant appel à des chanteurs locaux, ce qui expliquerait la présence de Suzanne Alain. Celle-ci chantera également au mariage de Madeleine Grandbois, sa cousine.

3 Sœur d’Alain, née le 21 mars 1907.

4 Il s’agit probablement de Lucilie Rousseau (née en 1880), sœur de Bernadette, et de Gabrielle et Madeleine Grandbois (sœur d’Alain, née le 30 décembre 1903).

5 Louis-Jérôme, frère d’Alain, né le 6 mars 1905.

6 Autographe, 1 f. (17,5 x 27 cm) plié en deux et paginé II et III, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe adressée d’abord à « Monsieur Alain Granbois avocat / / 17 Boulevard des Capucines / / Commissariat Canadien / / Paris, France », puis au « 15 rue Delambre / / Paris ». Cachet postal : « QUEBEC 5 PM NOV 29 1925 P.Q. ». Adresse de retour : « 11 Place George V / / QUEBEC ». Porte également le cachet du Commissariat du Canada à Paris (BNQ, 204/9/20).

7 Les élections fédérales du 29 octobre 1925 dans lesquelles les Conservateurs ont élu 116 députés, les Libéraux, 99, les Progressistes, 24, les Indépendants, 2, et les autres, 4. Le chef du Parti libéral, William Lyon Mackenzie King (1874-1950) est réélu premier ministre et Arthur Meighen (1874-1960), chef du Parti conservateur, devient chef de l’Opposition.

8 Joseph Morin, futur ministre de la Justice dans le gouvernement de Mackenzie King, et André Fauteux, candidat conservateur défait, qui avait été solliciteur général.

9 Autographe, 2 f. (17,5 x 27 cm), pliés en deux et paginés II et III, à l’encre noire. Enveloppe adressée d’abord à « Monsieur Alain Granbois avocat / / 17 Boulevard des Capucines / / Commissariat Canadien / / Paris, France », puis au « 15 rue Delambre / / Paris ». Cachet postal : « QUEBEC 11 AM JAN 18 1926 P.Q. ». Adresse de retour : « 11 Place George V / / QUEBEC ». Porte également le cachet du Commissariat du Canada à Paris (BNQ, 204/9/20).

10 C’est à Montmagny qu’habitent Blanche Grandbois, sœur d’Henri, et Maurice Rousseau, frère de Bernadette Rousseau-Grandbois. Celui-ci a été admis au Barreau de la province de Québec en janvier 1900 et a exercé sa profession à Montmagny, où il a été maire de 1902 à 1905, alors qu’il démissionne de son poste pour se porter acquéreur de l’aqueduc de la ville, qu’il exploitera jusqu’en 1927. Le couple a eu trois enfants : Alice (qui épousera Henri Provencher, chirurgien-dentiste), Robert et Lucienne.

11 Léon Rousseau, frère de Bernadette Rousseau-Grandbois. Né à Saint-Casimir en 1868, il complète des études de droit puis devient notaire en 1902. Il pratique à Montmagny.

12 Lacasse Rousseau, frère de Bernadette Rousseau-Grandbois, entrepreneur électricien et industriel, d’abord à Montréal, puis à Mont-magny. Il épouse Gabrielle Fafard, fille du Dr Norbert Fafard, premier professeur et fondateur du département de chimie de l’école de médecine de l’Université Laval à Montréal. Il est le père du botaniste Jacques Rousseau.

13 Arthur Rousseau (1871-1934), frère de Bernadette Rousseau-Grandbois, a fondé l’hôpital Laval pour les tuberculeux, en 1914, et, avec Mgr Camille Roy et les Sœurs de la Charité, la clinique Roy-Rousseau pour le soin des malades mentaux, en 1926. De 1914 à sa mort, il est doyen de la Faculté de médecine de l’Université Laval. Il a épousé Bernadette Landry, fille du sénateur Philippe Landry, ancien président du Sénat ; le couple a six enfants, dont Marguerite, qu’Alain Grandbois épousera en 1958.

14 Joseph-Philippe Landry est le frère de Bernadette Landry, mère de Marguerite Rousseau-Grandbois.

15 Charles-Raymond Paquin, fils de Charles-Rosaire et de Blanche-Alice de Varennes, épousera Gabrielle Grandbois à l’église Saint-Cœur-de-Marie de Québec, le 25 mai 1926.

16 Paul Fontaine est né à Québec en 1893. Diplômé des Sciences morales et politiques à Paris, admis au Barreau en 1919, il a exercé sa profession en cabinet privé avant de devenir avocat pour le ministère de la Justice du Québec.

17 Joseph-Émery Grandbois, frère de Henri Grandbois, enseigne au Grand Séminaire de Québec.

18 Ézioff-Léon Patenaude (1875-1963) a été lieutenant-gouverneur du Québec (1934-1939), député du Parti conservateur d’Hochelaga à la Chambre des communes (1915-1917) et député conservateur de Jacques-Cartier à l’Assemblée législative (1923-1925). En 1926, il est ministre de la Justice dans le gouvernement d’Arthur Meighen.

19 Charles-Auguste Chauveau (né en 1877), avocat, a été bâtonnier du Barreau de Québec. Aux élections fédérales de 1925, il a été candidat du Parti conservateur dans le comté de Québec.

20 E. W. Beatty est alors le président de Canadian Pacific Railway, propriétaire du Château Frontenac. Cette déclaration de M. Beatty a paru dans L’Événement du samedi 16 janvier 1926.

21 La Banque de Montréal.

22 Autographe, 2f. (17,5x27cm) pliés en deux, non paginés, écrits recto verso à l’encre noire. Enveloppe adressée d’abord à « Monsieur Alain Grandbois avocat / / 17 Boulevard des Capucines / / Commissariat Canadien / / Paris, France », puis au « 15 rue Delambre / / Paris ». Cachet postal : « QUEBEC FEB26 1926 5 PM P.Q. ». Adresse de retour : « 11 Place George V / / QUEBEC ». Porte également le cachet du Commissariat du Canada à Paris (BNQ, 204/9/20).

23 Paul-Eugène Roy (né en 1859) est décédé le samedi 20 février. Toute la semaine suivante, Le Soleil et L’Événement rappelleront son souvenir et parleront de son œuvre ; un deuil public est proclamé par le maire de Québec, Joseph Samson. Les funérailles auront lieu le vendredi 26 février à la basilique de Québec.

24 Nous n’avons trouvé aucun renseignement sur cette personne.

25 Nous n’avons trouvé aucun renseignement sur cette personne.

26 Pierre de Varennes, né à Waterloo en 1901, fils d’Ernest de Varennes, a fait ses études classiques au Collège Sainte-Marie de Montréal et au Séminaire de Québec et il complète ses études de droit à l’Université Laval en 1926. Actif sur la scène politique provinciale et municipale, il a aussi été directeur et membre du bureau fédéral des Cadets de l’air, organisateur et membre du Comité de la France libre. Il épousera Madeleine Grandbois le 23 octobre 1928.

27 Jeu de cartes chinois qui demande la participation de quatre personnes, chacune incarnant un des points cardinaux ou Vent (Est, Ouest, Nord et Sud).

28 Samuel de Champlain, fondateur de Québec.

29 Autographe, 2 f. (16,5 x 13 cm) portant les initiales de Bernadette Rousseau-Grandbois, écrits recto verso à l’encre bleue. Enveloppe d’abord adressée à « Monsieur Alain Grandbois / / Commissariat Canadien / / 17 Boulevard des Capucines / / Paris / / France », puis réacheminée au « 15 rue Delambre / / Paris ». Cachet postal : « Québec 11 PM May 1 1926 ». Cachet d’accusé de réception du Commissariat canadien (BNQ, 204/9/ 19).

30 L’immeuble, situé au 61 de la rue Drummond, à Montréal, aujourd’hui disparu, était une résidence privée, propriété de Mlle A. Connolly (BNQ, Service de cartographie).

31 « M. Maurice Rousseau, avocat, de Montmagny, s’est embarqué samedi [le 24] à New York, à bord du “Majestic” pour un voyage en Europe » (L’Événement, 27 avril 1926, p. 5). L’Événement signalera son retour, le 7 juin suivant.

32 Construit par William Waldorf Astor, l’hôtel Waldorf ouvre ses portes en 1893 au coin de la 5e Avenue et de la 33e Rue. L’hôtel devra cependant céder sa place lors de la construction de l’Empire State Building, en 1929 ; il sera réaménagé sur Park Avenue, son emplacement actuel.

33 « Mademoiselle Yolande Hudon, de l’avenue Laurier, reçoit demain après-midi [le 4] à un “shower” d’ustensiles de cuisine en l’honneur de mademoiselle Gabrielle Grandbois, à l’occasion de son prochain mariage avec M. le docteur Raymond Paquin, de Hull » (L’Événement, 3 mai 1926, p. 5). L’Événement du mercredi 5 mai (p. 5) rendra compte de la fête, en signalant le nom des invités.

34 « Mademoiselle Simone Routier recevra jeudi [le 6] à un “shower” de gravures en l’honneur de mademoiselle Gabrielle Grandbois, à la résidence de ses parents, M. et Madame A.-C Routier » (L’Événement, 3 mai 1926, p. 5).

35 L’Événement du 8 mai 1926 (p. 5) rendra compte de la fête organisée par Françoise de Varennes en l’honneur de Gabrielle Grandbois.

36 Autographe, 2f. (16,5 x 13 cm) portant les initiales de Bernadette Rousseau-Grandbois, écrits recto verso à l’encre bleue. Enveloppe adressée à « Monsieur Alain Grandbois / / Commissariat Canadien / / 17 Boulevard des Capucines / / Paris / / France ». Cachet postal : « Québec May 10 1926 » (BNQ, 204/9/19).

37 Peut-être Jeannette Lamothe, fille de Georges Lamothe, de la rue Aberdeen, à Québec. Son frère Alain est un ami de Mark Drouin et de Pierre de Varennes, beaux-frères d’Alain Grandbois (voir la lettre d’Henri Grandbois, du 21 juillet 1926, supra, p. 430).

38 Autographe, 1f. (11 x 13,25 cm), carton portant l’écusson de l’Université Laval, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe adressée à « Monsieur Alain Grandbois avocat / / Commissariat du Canada / / 17, Boulevard des Capucines / / Paris / / France », réadressée « 15, rue Delambre ». Cachet postal : « QUEBEC 10 PM MAY 14 1926 P.Q. ». Adresse de retour : « Université Laval / / Québec » (BNQ, 204/9/21).

39 Autographe, 2f. (20,5 x 28 cm), papier à en-tête « Manufacturiers de Bois de Sciage et de Bois de Pulpe / / Lumber and Pulp Wood Manufacturiers. M. A. Grandbois (enregistré) / / Saint-Casimir, P. Q. », paginés II à IV, écrit recto verso à l’encre noire (BNQ, 204/9/20).

40 Paul Fontaine (voir supra, p. 13-14).

41 Saint-Casimir de Portneuf.

42 Après des études de droit à l’Université Laval, Henri Grandbois abandonne la pratique du droit pour se consacrer à l’administration de l’entreprise familiale fondée par son oncle et son père en 1866. Il est également l’un des fondateurs, en 1903, de la Compagnie de Téléphone de Portneuf, dont il sera gérant-directeur pendant vingt ans.

43 Joseph-Émery Grandbois.

44 Marthe de Varennes est la fille d’Ernest de Varennes et la sœur de Pierre de Varennes, futur époux de Madeleine Grandbois. L’Evénement du 22 juillet 1926 (p. 5) signale qu’elle a passé quelques jours au chalet des Grandbois au lac Clair.

45 Mark Drouin (1903-196) a fait ses études de droit à l’Université Laval et a été reçu au Barreau en 1926, un an après Alain Grandbois. En 1929, il épousera Jeanne Grandbois (née en 1907). Mark Drouin sera président du Théâtre du Nouveau Monde, directeur de l’École Nationale de Théâtre, conseiller de l’Association des Conservateurs du Québec (en 1949, 1953 et 1957), premier vice-président du Parti progressiste-conservateur (en 1955), candidat défait aux élections fédérales de 1949, et sénateur de 1957 à 1962.

46 « MM. Pierre de Varennes, Alain La Mothe et Marc Drouin ont passé quelques jours au Lac Claire, les invités de M. et Madame Henri Grandbois » (L’Événement, 23 juillet 1926, p. 5).

47 Autographe, 1f. (17,5 x 27 cm) plié en deux et paginé III et IV, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe adressée à « Monsieur Alain Grandbois / / Commissariat Canadien / / 17, Boulevard des Capucines / / Paris, France ». Cachet postal difficilement lisible. Adresse de retour : « 11 Place George V / / QUEBEC » (BNQ, 204/9/20).

48 Arthur Douville (1894-1986) est né à Saint-Casimir, dans le comté de Portneuf, le 24 juillet 1894. « Il fit ses études classiques et théologiques au Petit et au Grand Séminaire de Québec. Après son ordination presbytérale le 25 mai 1919, il se rendit à Rome pour étudier la philosophie. De retour au Québec, il fut nommé directeur des élèves à l’École apostolique Notre-Dame, à Lévis, poste qu’il occupa jusqu’en 1926. Il retourna alors à Rome pour obtenir un doctorat en droit canonique. Il revint à Québec en 1930, où il occupa diverses fonctions reliées au domaine de l’enseignement. Il fut par la suite nommé évêque de Vita et auxiliaire au diocèse de Saint-Hyacinthe en janvier 1940. En novembre 1942, il succéda à Mgr Fabien-Zoël Decelles et fut nommé évêque du diocèse » (www.diocese-st-hyacinthe.qc.ca/douville).

49 Bernadette Landry-Rousseau, épouse d’Arthur Rousseau.

50 Alice Rousseau, fille de Maurice Rousseau, épouse de Henri Provencher, chirurgien-dentiste à Rivière-du-Loup.

51 Seconde fille de Maurice Rousseau.

52 Autographe, 2f. (17,5 x 27 cm) pliés en deux, dont le second est paginé II, écrits recto verso à l’encre noire (BNQ, 204/9/20).

53 Louis Stephen Saint-Laurent (1882-1973), premier ministre du Canada (1948-1957), a étudié le droit à l’Université Laval, où il enseigne depuis 1914.

54 Jean Bruchési, « Croquis de Paris. Le Prince de Galles à la Maison des étudiants canadiens », Le Devoir, 27 novembre 1926, p. 2 ; repris sous le titre « Edward P. à la Maison canadienne » dans Jours éteints, Montréal, Libraire d’Action canadienne-française, 1929, p. 202-211. Jean Bruchési étudie la politique, l’histoire et le droit international en France, de 1924 à 1927, grâce à une bourse du Gouvernement de la Province de Québec. En 1926, il est élu président de l’Association des étudiants canadiens de Paris.

55 Le Devoir du 6 décembre 1926 rapporte que le premier ministre Taschereau se trouve alors en Europe pour voir aux intérêts de son gouvernement au sujet du droit de propriété du Labrador. A Paris, il a assisté à l’inauguration de la Maison des étudiants canadiens : « La chose l’intéressait particulièrement, car son gouvernement envoie chaque année un bon nombre de jeunes gens poursuivre leurs études à Paris. »

56 William Lyon Mackenzie King (voir supra, p. 694, n. 2). Ernest Lapointe (1876-1941) a notamment été ministre de la Marine et des pêcheries en 1921, puis ministre de la Justice de 1924 à 1941. Le premier ministre Mackenzie King et Ernest Lapointe se sont rendus à Paris, le 27 novembre, après avoir assisté à la Conférence impériale à Londres. Ils s’embarquent le 1er décembre à bord du Majestic pour le retour au Canada (« MM. King et Lapointe s’embarqueront le 1er décembre à Cherbourg », Le Devoir, 18 novembre 1926, p. 1).

57 Reçu au Barreau en 1924, Louis-Philippe Picard (1899-1955) a fait partie de la délégation canadienne à la Conférence impériale de Londres, en 1926. La même année, il devient le secrétaire du ministre Ernest Lapointe. Il sera député libéral de Bellechasse à la Chambre des communes (1940-1955) et ambassadeur du Canada en Argentine (1955).

58 Parti le 13 novembre, Maurice Rousseau rentre de Londres, où il vient de plaider une cause importante devant le Conseil privé. En 1920, il a créé la Corporation d’énergie de Montmagny et ses filiales, la Compagnie électrique de Montmagny et la Compagnie électrique de Bellechasse, qui ont pour objectif de construire, de développer et de distribuer l’énergie de la future centrale électrique de Saint-Raphaël, mise en service en 1921. Cette entreprise obtient alors un contrat pour alimenter en électricité une usine de laminage à Montmagny et la ville elle-même, mais elle n’a pas le droit d’utiliser la production de Saint-Raphaël. Elle fait aussitôt construire la centrale d’Armagh sur la rivière La Fourche : l’électricité qui y est produite est transportée jusqu’à la centrale de Saint-Raphaël et, de là, acheminée à Montmagny. La compagnie Price Brothers conteste aux promoteurs le droit de passage et le droit de corporation de la Compagnie électrique de Montmagny. Représentée par un des avocats les plus réputés de Montréal, Me Eugène Lafleur, elle entreprend des poursuites judiciaires contre la Corporation d’énergie de Montmagny, qu’elle accuse d’alimenter la ville de Montmagny avec l’énergie produite par la centrale de Saint-Raphaël. Après avoir entendu une première fois la cause en avril, le Conseil privé demande une nouvelle audition. Le jugement sera rendu en janvier de l’année suivante (http://www.municipa-lité.saint-raphael.qc.ca).

59 William Price (1867-1924) a été député conservateur de Québec-Ouest à la Chambre des communes de 1908 à 1911. Il devient président et directeur général de la compagnie Price Brothers en 1889, spécialisée dans la production du papier. Par l’achat de la papeterie de Jonquière, il fait de son entreprise, aujourd’hui amalgamée à la compagnie Abitibi-Price, le plus grand producteur de papier journal au Canada.

60 Siméon Grondin, qui a été le directeur de la Maison canadienne à Paris.

61 Autographe, 3f. (25,75 χ 20,5 cm) paginés 2 et 3, à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois, avocat // Commissariat du Canada // 17, Boulevard des Capucines / / Paris / / France ». Adresse de retour : « Université Laval / / Québec ». Cachet postal : « QUEBEC 12 AM DEC 30 1926 P.Q. » (BNQ, 204/9/21).

62 « Car ma puissance se déploît dans ma faiblesse » (2 Cor. 12, 9). Joseph-Emery Grandbois a été ordonné prêtre en 1896. La même année, il quitte Québec pour étudier à l’École d’études bibliques de Saint-Étienne, à Jérusalem. De retour à l’été 1898, il est professeur au Grand Séminaire de Québec. Il y demeurera jusqu’à sa mort en décembre 1930 (La Semaine religieuse de Québec, 21 janvier 1931, p. 330-335).

63 Langevin Cimon (1897-1957) est le fils du juge Ernest Cimon, de Charlesbourg.

64 Voir supra, p. 700, n. 6.

65 Pierre Lasserre a publié chez Calmann-Lévy La Jeunesse d’Ernest Renan : histoire de la crise religieuse au xixe siècle. De Tréguier à Saint-Sulpice et La Jeunesse d’Ernest Renan : histoire de la crise religieuse au xixe Siècle. Le drame de la métaphysique chrétienne. Le troisième et dernier volume de cette série paraîtra sous le titre La Jeunesse d’Ernest Renan : histoire de la crise religieuse au xixe siècle. L’initiation philosophique d’Ernest Renan (1932).

66 Gaëtan Bernoville est alors directeur de la revue catholique Les Lettres. Au début des années vingt, il a été au centre d’une controverse qui l’opposa d’abord à Julien Benda, puis à Maurras. Il adopte une position pro-romantique en affirmant que la « sensibilité » permet d’avoir accès, mieux que l’intelligence, à la part « obscure et mystérieuse » de la vie.

67 Jacques Dumoulin (1898-1988), admis au Barreau en 1921, sera député du comté de Montmorency (1939-1948), membre du Conseil de l’instruction publique du Québec (1942-1964), juge à la Cour de l’échiquier du Canada (1955-1970) et à la Cour d’appel de la Cour martiale en 1959.

68 Desmond A. Clarke est président de Clarke Steamship Company (L’Événement, 28 avril 1926, p. 5). Il louera, quelques mois plus tard, la résidence qu’habitait la famille Grandbois, place George V, à Québec (voir supra, p. 442).

69 Autographe, 1f. (17.5 X 27 cm) plié en deux et paginé II et IV, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe adressée d’abord à « Monsieur Alain Grandbois avocat / / Commissariat Canadien / / 17 Boulevard des Capucines // Paris, France », puis au « 49 rue Gay-Lussac // Paris ». Cachet postal : « QUEBEC 1 PM FEB 15 1927 P.Q. ». Adresse de retour : « 11 Place George V// Québec ». Porte le cachet du Commissariat du Canada à Paris (BNQ, 204/9/20).

70 La nouvelle figure en première page de L’Événement du 19 janvier 1927, sous la manchette : « Mtre Maurice Rousseau gagne au Conseil privé ». L’article rappelle les origines de la cause et conclut que « le jugement rendu par le Conseil privé donne gain de cause à Mtre Maurice Rousseau et à la compagnie d’énergie électrique de Montmagny, un service d’utilité publique qui est très apprécié des citoyens des comtés de la rive sud du St-Laurent. Un câblogramme de Londres a appris l’heureuse nouvelle à Mtre Rousseau, qui est revenu d’Angleterre le mois dernier après un rapide voyage... et un beau succès. »

71 Léo-K. Laflamme, né aux États-Unis en 1893, a été admis au Barreau en 1918. Il a d’abord exercé sa profession à Québec, avant de se joindre au cabinet de Maurice Rousseau et d’Alexandre Chouinard. Député libéral de Montmagny à la Chambre des communes, de 1925 à 1930, il deviendra substitut du procureur général à Montmagny en 1935.

72 Alexandre Chouinard (né en 1891) fut admis au Barreau en 1918. Il a exercé sa profession à Montmagny, de 1918 à 1930, en société avec Maurice Rousseau, Léo-K. Laflamme et René Paré. Il quitte Montmagny pour Québec, en 1930, et devient, l’année suivante, député provincial de Gaspé-Sud.

73 Arthur Rousseau fut doyen de la Faculté de médecine de l’Université Laval, de 1923 jusqu’à sa mort, en 1934.

74 Membre-correspondant de l’Académie de médecine de Paris, Arthur Rousseau devient ainsi le premier médecin canadien à faire partie de l’Institut de France.

75 Louis et Paul Rousseau, fils d’Arthur, habitent au 125 Grande-Allée.

76 Autographe, 3 f. (17,5 X 13 cm) paginés II à VIII, papier portant les initiales de Bernadette Rousseau-Grandbois, écrits recto verso à l’encre violette. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 17, Boulevard des Capucines / / Commissariat Canadien / / Paris / / France ». Cachet postal : « QUEBEC 12 PM May 11 1926 » (BNQ, 204/9/19).

77 L’anniversaire de naissance d’Alain Grandbois, le 25 mai.

78 Bernadette Landry-Rousseau, épouse d’Arthur Rousseau.

79 Autographe, 1 f. (20 x 15,5 cm) plié en deux et paginé II-III, écrit recto verso à l’encre violette (BNQ, 204/9/19).

80 Autographe, 1 f. (18 x 14 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre bleue (BNQ, 204/9/19).

81 Paul Rousseau, cousin d’Alain, et son épouse Marguerite.

82 Autographe, 2 f. (17,5 x 27 cm) pliés en deux et paginés II et VI, écrits recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois avocat / / Commissariat Canadien // 17 Boulevard des Capucines / / Paris, France // S.V.P. Faire suivre ». Cachet postal : « QUEBEC JAN 8 28 P.Q. ». Adresse de retour : « 127 Grande Allée // QUEBEC » (BNQ, 204/9/20).

83 Voir supra, p. 541, n. 4.

84 Ernest de Varennes et Marie-Louise Cimon.

85 Léon et Maurice Rousseau, beaux-frères d’Henri Grandbois.

86 Philippe Rousseau (né en 1903), fils d’Arthur Rousseau et de Bernadette Landry. Admis au Barreau en 1928, il pratique à Montmagny dans le cabinet de son oncle Maurice Rousseau.

87 Né en 1894, fils de Charles-R. Devlin, ancien ministre de la Colonisation, des Mines et des Pêcheries, Charles-Bernard Devlin a été admis au Barreau en janvier 1919. Il pratique à Québec, notamment avec Antonin Galipeault et Louis Saint-Laurent. Il a épousé Marguerite Rousseau (fille d’Arthur) en 1921.

88 Henri Provencher, chirurgien-dentiste, époux d’Alice Rousseau (fille de Maurice).

89 Probablement Charles-Joseph Simard (1877-1931). Nommé sous-secrétaire de la Province en 1912, il devient, en 1930, conservateur du Musée et directeur des beaux-arts de la Province de Québec. Époux de Marie de Varennes, fille d’Ernest de Varennes, il est le beau-frère de Pierre de Varennes.

90 Surnom de Gabrielle Grandbois.

91 Autographe, 3f. (19,5 x 12,5 cm) paginés I-VI, papier à en-tête : « CANADIAN PACIFIC // MEDITERRENEAN CRUISE // S. S. Empress of Scotland », à l’encre noire. Enveloppe adressée d’abord à « Monsieur Alain Grandbois / / Québec Government Office / / 38 Kingsway W. C. // London // England », réadressée « a/s Commissariat Canadien / / 17, Bld des Capucines / / PARIS, FRANCE ». Cachet postal : « Vennezia 10-10 I III 1928 Ferrovia » (BNQ, 204/9/19).

92 Autographe, 4f. (19,5 x 12,5 cm) paginés 1-VI et VI-VII, papier à en-tête : « CANADIAN PACIFIC // MEDITERRENEAN CRUISE // S. S. Empress of Scotland ». Enveloppe adressée d’abord à « Monsieur Alain Grandbois / / Canadian Building / / Trafalgar Square / / London / / England », réadressée « a/s Commissariat Canadien // 17, Bd des Capucines // PARIS, FRANCE », puis « Juan-les-Pins // Poste Restante / /A. M. ». Cachet postal :» Vennezia 10-10 I III 1928 Ferrovia » (BNQ,204/ 9/19).

93 Autographe, 4 cartes postales (9 x 13.5 cm) paginées II-IV, à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois avocat // Commissariat Canadien / / 17 Boulevard des Capucines / / Paris / / France ». Adresse de retour : « Hôtel Tibérias // R. Grossmann // Tibérias // Galilée » (BNQ, 204/9/20).

94 Notre Seigneur.

95 Le docteur Raymond Paquin, mari de Gabrielle Grandbois.

96 Autographe, 2f. (17,5 x 27 cm) pliés en deux et paginés II-V et VII, écrits recto verso à l’encre noire (BNQ, 204/9/20).

97 Les Grandbois sont revenus à Québec le 6 mai, à bord de l’Empress of Scotland (« Me Rousseau a vu 14 pays en trois mois », L’Événement, 15 mai 1928, p. 1 et 13).

98 L’Événement du 28 avril (p. 27) rapporte le jugement rendu par le recorder Des Rivières dans l’affaire de la Laiterie Champlain et de son gérant, Narcisse Naud, condamné à payer une amende de 100 $ pour avoir ajouté de l’eau au lait, contrevenant ainsi à la loi. Nulle part on ne mentionne le nom d’Henri Grandbois, ni celui de son associé. Nous n’avons pu trouver l’article du Soleil.

99 Le manuscrit est déchiré à cet endroit.

100 Autographe, 2 f. (16,5 x 25,5 cm) pliés en deux et paginés I-VII, à l’encre bleue sur papier lilas. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois / / 1 François 1er / / Légation canadienne / / Paris / / France ». Cachet postal : « QUEBEC 17 SP 18 28 » (BNQ, 204/9/19).

101 Fils de Maurice Rousseau. Prêtre, il enseigne au collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière. En 1928-1929, il est résident au Collège canadien de Rome.

102 Autographe, 2f. (16,5 x 26,5 cm) plies en deux et pagines I-VI, a l’encre bleue sur papier violet. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois / / 1 Francois 1er / / Légation Canadienne / / Paris / / France », réadressée poste restante « Grand Palais / / Juan les Pins / / (Alpes Maritimes) ». Cachet postal : « QUEBEC 7 PM DEC 10 1929 P.Q. » (BNQ, 204/9/19).

103 Autographe, 1 f. (16.5 x 26 cm) plié en deux et paginé II, III, écrit recto verso à l’encre bleue sur papier mauve (BNQ, 204/9/19).

104 Autographe, 1 f. (19 x 27,5 cm) plié en deux et paginé II, III et IV, papier à en-tête « Norddeutscher Lloyd Bremen // On Board D. Lützow », à l’encre noire (BNQ, 204/9/20).

105 Autographe, 1 f. (19 x 30,5 cm) plié en deux et paginé II et III, écrit recto verso à l’encre bleue sur papier vert. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1 François 1er // Légation Canadienne // Paris // France », réadressée « Poste Restante // Cannes / / (Alpes-Maritimes) » (BNQ, 204/9/19).

106 Neveu de Charles-Joseph Simard, ami de la famille Grandbois. Il est chirurgien à l’Hôtel-Dieu de Québec.

107 Né à Québec, qu’Alain Grandbois a entrepris d’écrire à la fin des années vingt.

108 Autographe, 1 f. (18 x 27,5 cm) plié en deux et paginé II et III, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1 François 1er / / Légation canadienne / / Paris / / France », réadressée « Hostellerie Provençale // Ile de Port Cros / / par Hyères / / (Var) ». Cachet postal : « QUEBEC 5PM JAN 27 1931 P.Q. ». Porte le cachet de la Légation canadienne, du 5 février 1931.

109 Perruque, postiche.

110 Autographe, 3 f. (21 x 27,5 cm) paginés II-V, écrits recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // Légation Canadienne // 1, rue François 1er // Paris, France », réadressée « Hostellerie Provençale / / Ile de Port Cros / / par Hyères / / (Var) ». Cachet postal : « QUEBEC 3 PM FEB 2 1931 P.Q. ». Adresse de retour : « 127 Grande Allée / / Québec » (BNQ, 204/9/20).

111 Fondée par Joseph-Alphonse Asselin, en 1926, dans la paroisse du Sacré-Cœur à Québec. A la suggestion de Pierre de Varennes, on déménage l’usine de chaussures à Saint-Casimir. En 1929, la compagnie quitte Saint-Casimir pour Saint-Grégoire de Montmorency (Ange-Aimée Asselin, « La venue d’une nouvelle usine à Saint-Casimir », dans Saint-Casimir, 1847-1997, Comité du 150e anniversaire de Saint-Casimir, 1997, p. 183-185).

112 Diplômé de la Faculté de droit de l’Université Laval en 1926, Mark Drouin pratique dans le cabinet de son oncle, Me Paul Drouin. En 1929, il s’associe à son frère Ross (né en 1904, diplômé de la Faculté de droit à l’Université Laval en 1929).

113 Plusieurs journaux font état du voyage du premier ministre Bennett à Londres à l’automne de 1930 pour signer des accords commerciaux avec la Grande-Bretagne, dans l’espoir de contrer le mouvement autonomiste. Ses démarches n’auront cependant pas les résultats escomptés : le 11 décembre 1931, le Parlement britannique adoptera le Statut de Westminster, qui donne force de loi aux documents de la Conférence impériale de 1926. L’autonomie du Canada devient un article du droit britannique, encore que le pouvoir d’amender la constitution du Canada, l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, continue de relever du Parlement britannique jusqu’à ce que le gouvernement fédéral et les provinces s’entendent sur une formule d’amendement.

114 La Conférence économique impériale aura lieu à Ottawa en 1932, mais dans une atmosphère d’acrimonie. Le premier ministre Bennett fera peu de concessions aux Britanniques : la conférence donnera lieu, non pas à un grand plan impérial, tel que souhaité, mais plutôt à une série d’ententes bilatérales.

115 Autographe, 3 f. (18 x 27.5 cm) pliés en deux et paginés I-VII, (VIII) et IX, écrits recto verso à l’encre noire sur papier beige. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois / / 1 François 1er / / Légation Canadienne / / Paris // France », réadressée « Poste Restante / /à Hyères / / Var ». Cachet postal : « QUEBEC 3 PM MAR 25 1931 P.Q. ». Porte le cachet de la Légation canadienne, du 7 avril 1931 (BNQ, 204/9/19).

116 Issu du second mariage de Louis-Eugène Rousseau, Talbot Rousseau (né en 1892) change son nom, de Jean-Godfroi à Jean-Talbot, pour adopter le patronyme de sa mère Clorinthe Talbot. Ordonné prêtre en 1912, il devient vicaire à Saint-Léon-de-Standon, puis professeur au Séminaire de Saint-Victor-de-Beauce, où il enseigne de 1918 à 1925. En 1925, il entre dans la Compagnie de Jésus.

117 Voir supra, p. 694, n. 2.

118 Jules Rousseau (né en 1876), entrepreneur-électricien à Montréal, frère de Bernadette Rousseau-Grandbois.

119 Le mariage d’Yvette Saint-Jacques, fille d’Arthur Saint-Jacques, et de Louis Rousseau aura lieu le 10 juin, en l’église Notre-Dame des Laurentides. L’abbé Talbot Rousseau (frère d’Arthur Rousseau) bénira le mariage (L’Événement, 10 juin 1931, p. 5).

120 Autographe, 2 f. (18 x 28 cm) pliés en deux et paginés I-VI, écrits recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1 François 1er / / Légation Canadienne / / Paris / / France », réadressée « Poste Restante // Hyères // (Var) ». Cachet postal : « QUEBEC 3PM MAY 18 1931 P.Q. ». Porte le cachet de la Légation canadienne, du 27 mai 1931 (BNQ, 204/9/19).

121 Simone Rousseau et Raymond d’Auteuil, fils de Pierre d’Auteuil (1857-1933), juge de la Cour Supérieure à Québec.

122 Louis Rousseau et Yvette Saint-Jacques : voir supra, p. 708, n. 5

123 Louis-Jérôme Grandbois, frère d’Alain.

124 Voir la lettre du 26 janvier 1931, supra, p. 467.

125 Autographe, 2 f. (18 x 28 cm) pliés en deux et paginés (I), II-VI, écrits recto verso à l’encre noire (BNQ, 204/9/19).

126 Né à Québec ne sera publié que deux ans plus tard, en 1933.

127 L’Événement du 15 juin 1931 (p. 1) rapporte qu’« au cours de la soirée [du 14] deux machines vinrent en collision au milieu de la côte à Pente Douce et la remorqueuse-ambulance dut conduire deux blessés à l’Hôpital du St-Sacrement ».

128 Le Kent Golf Club, aujourd’hui le Club de golf royal Québec, situé à un kilomètre des chutes Montmorency et du pont de l’île d’Orléans.

129 Le lieu du mariage et de la réception ainsi que la destination du voyage de noces de Louis Rousseau et d’Yvette Saint-Jacques figurent dans le « Carnet Mondain » de L’Événement du mercredi 10 juin 1931, p. 5.

130 Autographe, 2 f. (18 x 28 cm), écrits recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1 François 1er // Légation Canadienne / / Paris / / France », réadressée « Hôtel le Royal // 212 Bd Raspail ». Cachet postal : « Saint-Casimir AU 8 31 QUE ». Porte le cachet de la Légation canadienne, du 20 août 1931. (BNQ, 204/9/19).

131 Le mariage de Simone Rousseau et de Raymond d’Auteuil aura lieu le 29 septembre 1931 en l’église de Sainte-Pétronille, à l’île d’Orléans (L’Événement, 29 septembre 1931, p. 5).

132 L’Événement du 4 août (p. 5) mentionne le départ de la famille d’Auteuil (Raymond, sa sœur et son père) pour Les Éboulements.

133 Tailleur de pierre, boulanger et commerçant, David Foley est le fondateur de la Caisse populaire de Saint-Stanislas. Il a été marguillier, échevin, commissaire d’école à Saint-Casimir, secrétaire d’une société de pompes à feu et d’une société d’élevage de renards argentés.

134 Autographe, 2 f. (18 x 28 cm) pliés en deux et paginés II-VI, écrits recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1 François 1er // Légation Canadienne // Paris XIV // France », réadressée « Le Royal Hôtel / / 21 Bv Raspail » (BNQ, 204/9/19).

135 Député du Parti conservateur (1923-1927, 1928-1931), puis député indépendant (1939-1944) de Sainte-Marie à l’Assemblée législative, Camillien Houde (1889-1958) a été chef du Parti conservateur de la Province de Québec de 1929 à 1932 et chef de l’Opposition officielle à l’Assemblée législative de 1929 à 1931.

136 Autographe, 2 f. (11 x 13,25 cm), carton portant l’écusson du Séminaire de Québec, à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois / / Légation du Canada / / 1 François 1er / / Paris / / 16e ». Cachet postal : « QUEBEC < ?> AM NOV 23 1931 P.Q. ». Adresse de retour : « Université Laval / / Québec ». Porte le cachet de la Légation canadienne, du 5 décembre 1931 (BNQ, 204/9/21).

137 Né à Québec paraîtra chez Messein, à Paris, à la mi-novembre 1933.

138 Le libéral Louis-Alexandre Taschereau a été réélu premier ministre, le 24 août 1931, pour un quatrième mandat consécutif.

139 Louis-Athanase David, secrétaire de la Province de Québec de 1919 à 1936.

140 Omer Héroux (1876-1963) est alors un des proches collaborateurs d’Henri Bourassa au Devoir ; Jean-Charles Harvey (1891-1967) est rédacteur en chef du journal Le Soleil, ; Louis Francœur (1895-1941) dirige le Journal de Québec. Jules Dorion et Edmond Chassé rendront compte du livre de Grandbois, le premier dans L’Action catholique (« Petites notes : Né à Québec », 27 janvier 1934, p. 4), le second dans L’Événement (« Né à Québec par M. Alain Grandbois », 16 décembre 1933. p. 3).

141 Louis Francœur et Philippe Panneton, À la manière de..., Montréal, Éditions Variétés, 1924.

142 Maurice Dupré (né en 1888), solliciteur général du Canada depuis août 1930, est député du comté de Kamouraska.

143 Camille Roy (1870-1943), ordonné prêtre en 1894, nommé protonotaire en 1925, a enseigné la littérature française à l’Université Laval et y a inauguré l’enseignement de la littérature canadienne-française, avant d’y être recteur (1924-1927, 1929, 1932-1938). Il est l’auteur d’un Manuel d’histoire de la littérature canadienne-française qui connut de nombreuses éditions et qui fit longtemps autorité dans les milieux scolaires.

144 Autographe, 2 f. (16,5 x 26 cm) pliés en deux et paginés I-VI, écrits recto verso à l’encre noire. Enveloppe adressée à « Monsieur Alain Grandbois / / 1 François 1er / Légation Canadienne / / Paris / / France », réadressée « Hostellerie Provençale / / Ile de Port Cros / /en Méditerranée // par Hyères // (Var) » (BNQ, 204/9/19).

145 Sœur de Bernadette Rousseau-Grandbois, dépositaire générale des Sœurs de la Providence à Montréal.

146 Autre sœur de Bernadette Rousseau-Grandbois, supérieure de l’hôpital du Sacré-Cœur à Cartierville.

147 Autographe, 3 f. (21 x 27,5 cm), paginés II, III, III, écrits recto verso à l’encre noire. Les 2e et 3e feuillets portent l’en-tête « Manufacturiers de Bois de Sciage et de Bois de Pulpe / / Lumber and Pulp Wood Manufacturers. M. A. Grandbois (enregistré) / / Saint-Casimir, P. Q. ». Enveloppe adressée à « Monsieur Alain Grandbois / / a/s de Légation Canadienne / / 1, rue François 1er // Paris, France ». Adresse de retour : « 127 Grande Allée // Québec » (BNQ, 204/9/20).

148 Adresse du docteur Arthur Rousseau, père de Simone.

149 Enfants de Maurice Rousseau et de Blanche Grandbois, sœur d’Henri Grandbois.

150 Philippe Rousseau (né en 1903), admis au Barreau en 1928, exerce sa profession à Montmagny.

151 Originaire de Montmagny, René Paré (né en 1904), admis au Barreau en 1929, a travaillé au sein du cabinet Rousseau & Rousseau, avec Maurice Rousseau, puis avec Philippe Rousseau. Il pratiquera seul à partir de 1932.

152 « Faits à retenir, corrections à faire » paru en première page du journal Le Devoir, le 2 décembre 1932, s’inscrit dans une série d’articles sur « les faillites et les réorganisations de grandes compagnies papetières ». Arthur Rousseau y dénonce la spéculation lors de l’achat de la Donacona Paper Co. par la Royal Securities Corporation en 1928, qui aura eu pour effet de mener à la faillite la Donacona. « Des répressions sévères sont devenues nécessaires, écrit-il, qui doivent être appliquées non seulement aux délits futurs mais à ceux mêmes dont nous déplorons les conséquences. »

153 Banque canadienne nationale à Paris.

154 Autographe, 1 f. (18,5 x 30 cm) plié en deux et paginé (1), II et III, écrit recto verso à l’encre bleue. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1 François 1er // Légation Canadienne // Paris VI // France », réadressée « 21 rue Racine ». Cachet postal : « QUEBEC 7 PM JAN 7 1933 P.Q. ». Porte également le cachet de la Légation canadienne, du 13 janvier 1933. Cette lettre ayant été accidentellement déchirée, le texte en est incomplet et difficilement lisible par endroits (BNQ, 204/9/19).

155 Raymond d’Auteuil mourra le 10 janvier 1933.

156 Le docteur Martial Lavoie a épousé Jeanne Rousseau, demi-sœur de Bernadette Rousseau-Grandbois.

157 Autographe, 1 f. (18,5 x 28 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois / / 1 François 1er / / Légation Canadienne / / Paris / / France », réadressée « Hôtel Duminy / / 3 rue du / / Mont Thabor ». Cachet postal : « QUEBEC 6 PM NOV 2 1933 P.Q. ». Porte le cachet de la Légation canadienne, du 13 novembre 1933 (BNQ, 204/9/19).

158 Frappé de paralysie en décembre 1929, Maurice Rousseau est mort à Montmagny, le 21 octobre 1933, à l’âge de 56 ans.

159 Né en 1904, Antoine Lacourcière a été reçu au Barreau en 1927 ; il pratiquera à Saint-Joseph de la Beauce. Il est le frère de Luc et d’Agathe Lacourcière, que Grandbois a rencontrée et fréquentée à Paris au début des années trente, alors qu’elle voyageait en compagnie de Simone Routier.

160 Autographe, 1 f. (18,5 x 28 cm), plié en deux, non paginé, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1 François 1er / / Légation Canadienne / / Paris // France », réadressée « Messageries Maritimes » à Marseille. Cachet postal : « QUEBEC 8 PM DEC 4 1933 P.Q. ». Porte le cachet de la Légation canadienne, du 13 décembre 1933 (BNQ, 204/9/19).

161 Blanche Grandbois, sœur d’Henri Grandbois et veuve de Maurice Rousseau.

162 Autographe, 1 f. (18,5 x 28 cm) plié en deux, non paginé, à l’encre noire (BNQ, 204/9/19).

163 Né à Québec sera mis en vente à la libraire J. P. Garneau de Québec le 16 décembre 1933 (Anonyme, « Succès d’un livre : l’œuvre de M. Alain Grandbois attire de grands éloges à son auteur », L’Événement, 18 décembre 1933, p. 3).

164 Le 13 décembre 1933, sur les ondes de la station radiophonique CRCM, dans le cadre de l’émission Revue des livres. Le texte de cette causerie paraîtra dans La Revue populaire (vol. 27, n° 2, février 1934, p. 56-57). Jean Chauvin y fait naître Grandbois à Québec, comme Louis Jolliet. Or, Grandbois est né à Saint-Casimir ; quant au lieu de naissance de Jolliet, on l’ignore. Selon Jean Chauvin, l’ouvrage de Grandbois a les qualités d’un roman historique : « intérêt soutenu et mouvement. Il en a aussi les défauts [...] : on ne sait pas où s’arrête la chronique, où commence l’invention. » Chauvin ajoute que « la manière flaubertienne [...] convient exactement au genre historique » et qu’on la retrouve dans certaines pages du livre de Grandbois.

165 Edmond Chassé signe, dans L’Événement du 16 décembre 1933, un article élogieux sur Alain Grandbois. Après avoir rappelé le parcours du jeune écrivain, Chassé évoque son talent « prédestiné » et signale la qualité d’écriture de Né à Québec : « Ceux qui connaissent Alain Grandbois, ses talents, son goût, sa finesse d’observation, son esprit critique, savaient qu’à Paris il ne perdrait pas son temps. Sans doute, il publierait un jour une œuvre qui le révélerait à ses compatriotes et ferait honneur au Canada français dans le monde des lettres. [...] On raconte qu’il a écrit deux livres avant et que, n’étant pas satisfait de leur valeur, il n’a pas voulu les publier. »

166 Louis Grandbois épousera Simonne Boucher, fille de Demétrius Boucher, employé au ministère des Mines. Le mariage sera célébré par l’abbé Jos.-V. Boucher, de Lauzon.

167 Autographe, 2 f. (18,5 x 28 cm) pliés en deux et paginés II, IV, VI, écrits recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1 François 1er // Légation Canadienne / / Paris / / France ». Cachet postal : « QUEBEC 3PM JAN 15 1934 P.Q. » (BNQ, 204/9/19). Porte le cachet de la Légation canadienne (BNQ, 204/9/19).

168 Dans Né à Québec (p. 214-217), Grandbois raconte que le père Marquette (décédé à Ludington, le 18 mai 1675) avait prévu le jour de sa mort et il rappelle les instructions qu’il avait données aux hommes qui l’accompagnaient.

169 Les funérailles d’Arthur Rousseau furent célébrées par Mgr Camille Roy, en présence de nombreux dignitaires, dont le premier ministre L.-A. Taschereau et le secrétaire de la Province Louis-Athanase David. On trouve dans le fonds Grandbois de la Bibliothèque nationale du Québec un cahier dans lequel sont conservés plusieurs articles de journaux au sujet du décès d’Arthur Rousseau (BNQ, 204/6/13). Alain Grandbois publiera dans L’Action catholique du 28 janvier 1936 un texte en hommage à son oncle.

170 « Né à Québec (Louis Jolliet), le livre de M. Alain Grandbois, obtient un succès extraordinaire. On en parlait samedi à la réunion du Club canadien, où l’élite de Québec assistait à la conférence de Mgr Camille Roy et on pouvait entendre les éloges les plus flatteurs de cette œuvre de M. Grandbois, qui est reconnu déjà comme un écrivain de tout premier ordre. L’hon. Thomas Chapais, qui a lu le livre de M. Alain Grandbois, qui est un historien éminent et une autorité incontestable, en a fait lui-même de grands compliments. A la librairie J.-P. Garneau, où le livre est arrivé samedi, un grand nombre d’exemplaires se sont enlevés dans la journée » (L’Événement, 18 décembre 1933, p. 1).

171 Entrefilet paru dans La Patrie du 26 décembre 1933, p. 6.

172 L’inventaire de la bibliothèque d’Alain Grandbois, par Simon Dupuis, comprend deux exemplaires reliés en cuir chez C. A. Dorion et Fils, Québec.

173 Autographe, 1 f. (18,5 x 28 cm) plié en deux et paginé I, écrit recto verso à l’encre noire (BNQ, 204/9/19).

174 Georges Rousseau, fils de Lacasse Rousseau, de Saint-Casimir, est avocat ; il sera nommé juge à la cour de Montréal-Nord. Il a publié dans Le Devoir du 5 février 1934 (p. 1-2) un article intitulé « Ainsi parle le lecteur... Autour de Né à Québec... Louis Jolliet : en marge d’une appréciation d’Albert Pelletier », en réponse à un article d’Albert Pelletier (Le Canada, 22 janvier 1934, p. 2) qui accusait Grandbois de s’être mis « en bonne place devant son sujet » et de s’être adonné « au mode subjectif », à la « transformation artistique » et à la « biographie romancée », au détriment du personnage de Jolliet et de la recherche de la « vérité » historique. Selon Georges Rousseau, faute de disposer de données historiques suffisantes, Grandbois « a romancé la vie de Jolliet à sa guise dans les justes bornes d’un récit et à l’ombre des faits » ; il ajoute que la beauté du livre ne se trouve pas dans le contenu mais dans le style de l’auteur.

175 Jacques Rousseau (1905-1970), frère de Georges Rousseau, a été botaniste et ethnologue. Sa thèse de doctorat a été publiée sous le titre Les Astragales du Québec et leurs alliés immédiats, (New York/ Montréal/ Leipzig, H.G. Fiedler/Institut botanique, Université de Montréal/T.O. Weigel, 1933, 66 p.). Alain Grandbois et lui correspondront au début des années quarante.

176 Autographe, 3 f. (21,5 x 27,5 cm), papier à en-tête « M. A. Grandbois (enregistré) / / Manufacturiers de Bois de Sciage et de Bois de Pulpe / / Québec // Casier Postal 35 », paginés II-VI, écrits recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Granbois // s/de Légation Canadienne / / 1 François 1er / / Paris / / France / / p. faire suivre ». Cachet postal : « QUEBEC 12 PM MAR 19 1934 P.Q. ». Adresse de retour : « M. A. Grandbois / / (enregistré) / / Casier Postal 35 / / Québec » (BNQ, 204/9/ 20).

177 La résidence de Maurice Rousseau, à Montmagny.

178 Enfants de Maurice Rousseau et Blanche Grandbois.

179 Paul Rousseau est architecte.

180 Philippe Rousseau est avocat dans le cabinet de son oncle Maurice Rousseau.

181 Joseph-Ernest Grégoire a été maire de la ville de Québec du 1er mars 1934 au 1er mars 1938.

182 Autographe, 2 f. (21,5 x 27.5 cm) paginés II et III, écrits recto verso à l’encre noire (BNQ, 204/9/20).

183 Né en 1873, Ferdinand Roy a été admis au Barreau en 1896 et a exercé sa profession pendant plus de trente ans au sein du cabinet Fitzpatrick, Taschereau, Roy, Parent et Cannon. Il a été professeur à la Faculté de droit de l’Université Laval, dont il devint doyen en 1929. La même année, il est nommé juge en chef de la Cour du Magistrat.

184 Charles-Rosaire Paquin et son épouse Blanche-Alice de Varennes.

185 Alain Grandbois travaillerait à la rédaction de Sun Yat-Sen (BNQ, 204/3/22) et des Chroniques de l’Empire (BNQ, 204/3/19). Une version d’un texte sur le révolutionnaire chinois Sun Yat-Sen, intitulé « Un dieu tout neuf. Sun Yat-Sen », date de 1935. Quant aux Chroniques de l’Empire, elles avaient pour but de relater les « hauts faits du régime impérial chinois, de la dynastie mythique des Hia jusqu’à la chute du dernier empereur Yinn, vers 1200 avant notre ère ». Grandbois cherchera à fondre ces deux manuscrits, en intercalant des chapitres des Chroniques entre ceux de la biographie sur Sun Yat-Sen, mais le projet demeurera à l’état d’ébauche. Voir Luc Bouchard, « Édition critique de Sun Yat-Sen d’Alain Grandbois », mémoire de maîtrise ès arts, Université de Montréal, Département d’études françaises, 1995, p. 4.

186 Autographe, 1 f. (19 x 30 cm) plié en deux et paginé II et III, écrit recto verso, à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1 François 1er / / Légation Canadienne / / Paris / / France », réadressée « Hôtel Provençal / / Ile de Port Cros / / par les Salins d’Hyères / / Var ». Cachet postal : « QUEBEC FEB 25 1PM 1935 P.Q. ». Porte le cachet de la Légation canadienne, du 11 mars 1935 (BNQ, 204/9/19).

187 Autographe, 1 f. (21,5 x 27,5 cm), écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // s/de Légation Canadienne / / 1 François 1er / / Paris, France », réadressée « Hostellerie Provençale / / Ile de Port Cros // (Var) ». Adresse de retour : « Henri Grandbois / / 127 Grande Allée / / Québec » (BNQ, 204/9/20).

188 Le 11 juin 1936, le premier ministre Louis-Alexandre Taschereau démissionne après qu’une enquête sur les comptes publics l’a incriminé. Il est remplacé par Adélard Godbout, ministre de l’Agriculture (1930-1936), jusqu’aux élections du 17 août 1936, alors qu’il est défait par Maurice Duplessis.

189 En 1933, le Parti conservateur de Maurice Duplessis s’allie avec l’Action libérale nationale, organisée autour de Paul Gouin et formée de dissidents du Parti libéral. Leur programme met l’accent sur l’agriculture et la colonisation, la lutte contre les trusts étrangers, l’amélioration des politiques sociales et l’assainissement des mœurs électorales. L’alliance profite à Duplessis qui, le 7 novembre 1935, annonce la formation d’un nouveau parti : l’Union nationale. L’élection du 17 août 1936 met fin à l’alliance conclue avec Gouin.

190 Autographe, l f. (17 x 26 cm) plié en deux et paginé III, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois / / 1 François 1er // Légation Canadienne // Paris // France // Faire suivre ». Cachet postal : « QUEBEC JAN 8 4PM 1937 P.Q. ». Porte le cachet de la Légation canadienne, du 21 janvier 1937 (BNQ, 204/9/19).

191 Louis Rousseau et Bernard Devlin.

192 Marguerite Grandbois-Devlin.

193 Madeleine Grandbois, Jeanne Grandbois-Drouin, Suzanne Legendre et Madeleine Simard.

194 Louis-Jérôme Grandbois.

195 Autographe, 1 f. (17 x 27 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1 François 1er / / Légation Canadienne / / Paris / / France / / Faire suivre », réadressée « Hostellerie Provençale / / Ile de Port Cros // Var ». Cachet postal : « QUEBEC FEB 3 5 PM 1937 P.Q. ». Porte le cachet de la Légation canadienne, du 15 février 1937.

196 Autographe, 1 f. (17 x 27 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1 François Ier / / Légation Canadienne / / Paris / / France / / Faire suivre », réadressée « 21 rue Racine VII ». Cachet postal : « QUEBEC MAY 15 5 PM 1937 P.Q. ». Porte le cachet de la Légation canadienne, du <illisible> mai 1937.

197 Bernard Devlin et Marguerite Rousseau se rendront en Europe au cours de l’année et y rencontreront Alain Grandbois à plusieurs reprises. L’Événement du 22 décembre 1937 signale que Bernard Devlin a donné une conférence sur son voyage à Paris au Club Rotary.

198 Outre une note d’Henri Grandbois (« Je t’envoie un mandat postal — par lettre séparée — pour $ 37.00. Meilleurs souhaits. Papa »), la lettre porte deux additions marginales : « Papa a été sensible à < ?> et l’en remercie. » (p. III) ; « Louis est heureux de travailler. Mais papa < ?> très content. / / Jean passe ses examens ces temps-ci. Je suis aussi excitée que lui. Il redoute son examen de chimie. / / Je te serre bien fort dans mes bras, mon petit, et je t’aime avec tout mon cœur de / / maman » (p. I).

199 Autographe, 2 f. (19 x 27 cm) pliés en deux et paginés I-VI, écrits recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois / / 1 François 1er / / Légation Canadienne / / Paris / / France », réadressée « 21 rue Racine VII ». Cachet postal : « QUEBEC JUN 12 11 AM 1937 P.Q. ». Porte le cachet de la Légation canadienne, du 18 juin 1937 (BNQ, 204/9/19).

200 Raymond Paquin, époux de Gabrielle Grandbois, souffre alors de toxicomanie (consommation de morphine).

201 Claude Grandbois, fils de Louis Grandbois et de Simonne Boucher ; Jean Gagnon, fils de Paul Gagnon et de Catherine Grandbois.

202 Autographe, 1 f. (16,5 x 25 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire (BNQ, 204/9/19).

203 Bernard Devlin et Marguerite Rousseau reviennent d’un séjour en Europe, au cours duquel ils ont fréquenté Alain Grandbois.

204 Autographe, 1 f. (17,5 x 27,5 cm) plié en deux et paginé I-III, à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1 François 1er // Légation Canadienne / / Paris / / France », réadressée « Hôtel des Dunes / / rue / / Georges Clémenceau / / Dinard / / Ile et Vilaine ». Cachet postal : « QUEBEC FEB 19 PM 1938 P.Q. ». Porte le cachet de la Légation canadienne, du 14 février 1938 (BNQ, 204/9/19).

205 Après des études classiques au Petit Séminaire de Québec (1899-1909) et des études en médecine à l’Université Laval (1909-1913), Charles Vézina (1888-1955) est chirurgien à Québec. En septembre 1940, il deviendra doyen de la Faculté de médecine de l’Université Laval.

206 Autographe, 1 f. (17,5 x 27 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1 François 1er // Légation Canadienne // Paris // France // Faire suivre », réadressée « Duminy / / rue du Mont / / Thabor / / Paris I ». Cachet postal : « QUEBEC FEB 9 12 PM 1938 P.Q. ». Porte le cachet de la Légation canadienne, du 21 février 1938 (BNQ, 204/9/19).

207 Autographe, 2 f. (18 x 27 cm) pliés en deux et paginés I -VI, écrits recto verso à l’encre noire (BNQ, 204/9/19).

208 Plutôt le samedi 19 février 1938.

209 Autographe, 1 f. (17 x 28 cm) plié en deux et paginé II, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois / / 1 François 1er / / Légation Canadienne / / Paris / / France ». Cachet postal : « QUEBEC DEC 21 2 PM 1938 P.Q. » (BNQ, 204/9/19).

210 Autographe, 1 f. (16,5 x 26 cm) plié en deux et paginé II et III, écrit recto verso à l’encre noire (BNQ, 204/9/19).

211 Jean Bruchési est alors sous-secrétaire de la Province de Québec ; René Garneau travaille à la Commission de l’information en temps de guerre.

212 Pour le service militaire.

213 Autographe, 1 f. (9 x 16 cm), carton portant les initiales de Henri Grandbois et l’adresse du 17 Grande-Allée à Québec, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // Hotel Ford // Rue Dorchester // Montréal // P.Q. ». Cachet postal : « QUEBEC JUL 15 8 PM 1942 P.Q. » (BNQ, 204/9/19).

214 Probablement Hector Perrier, alors secrétaire de la Province.

215 Autographe, 1 f. (16,5 x 26 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois / / Hôtel Ford // Rue Dorchester // Montréal // P.Q. ». Cachet postal : « QUEBEC OCT 15 12 AM 1942 P.Q. » (BNQ, 204/9/19).

216 Autographe, 1 f. (20 x 25,5 cm), écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // Manoir St Canut // St Canut / / Près St Jérôme / / P.Q. ». Cachet postal : « QUEBEC AUG 27 8 PM 1943 » (BNQ, 204/9/19).

217 Probablement Jean Bruchési, alors sous-secrétaire de la Province de Québec. Le ministre auquel Bernadette Rousseau-Grandbois fait allusion est vraisemblablement Hector Perrier, secrétaire de la Province (voir la lettre du 15 juillet 1942 de Bernadette Rousseau-Grandbois, supra, p. 523).

218 Autographe, 1 f. (20 x 25,5 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire (BNQ, 204/9/19).

219 Les Îles de la nuit, Montréal, Lucien Parizeau, 1944,135 p. ; illustrations d’Alfred Pellan.

220 Autographe, 1 f. (19,5 x 25 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire (BNQ, 204/9/19).

221 Pierre Gélinas, « Chronique des livres : Les Îles de la nuit par Alain Grandbois chez Parizeau, éditeur », Le Jour, 27 mai 1944, p. 5. En conclusion, l’auteur affirme que l’hermétisme de l’œuvre représente « la source d’un enchantement poétique que seule une parfaite sûreté de technique, jointe à un souffle authentique, peut créer ».

222 Ce « livre spécial » contient diverses coupures de presse sur la réception critique de Né à Québec et de Voyages de Marco Polo, de même que des articles de journaux sur les familles Grandbois et Rousseau (avis nécrologiques, articles parus à l’occasion du décès d’Arthur Rousseau, de Maurice Rousseau et de Joseph-Émery Grandbois, avis de mariage de Louis-Jérôme Grandbois et Simonne Boucher) (BNQ, 204/7/13).

223 Autographe, 1 f. (19,5 x 25 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1452 Union Street / / Montréal / / P.Q. ». Cachet postal : « JUN 26 8 PM 1944 » (BNQ, 204/9/19).

224 Thérèse Tardif, Désespoir de vieille fille, Montréal, Éditions de l’Arbre, 1943, 124 p. ; Marie de Villiers (pseudonyme de Simone Routier), Réponse à Désespoir de vieille fille, Montréal, Beauchemin, 1943, 125 p.

225 Le Canada français (qui deviendra la Revue de l’Université Laval) mentionne la parution de « Les Îles de la nuit, poèmes, par Alain Grandbois. Ouvrage de 137 pages, orné de cinq dessins originaux de Pellan. Prix : $ 2.00 », dans son numéro de juin 1944 (vol. 31, n° 10, p. 793).

226 Autographe, 1 f. (16 x 26 cm) plié en deux et paginé I-III, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1452 Union Street // Montréal // P.Q. ». Cachet postal : « JUL 19 7 PM 1944 » (BNQ, 204/9/19).

227 Le 21 juillet, L’Événement annoncera la candidature de Ross Drouin comme candidat de l’Union nationale dans Québec-Ouest. Il sera défait par le libéral Wilfrid Samson.

228 Voir la lettre du 12 juillet 1944 à Bernadette Rousseau-Grandbois, supra, p. 219.

229 Autographe, 1 f. (21,5 x 28,5 cm) paginé II, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // 1452 Union Street // Montréal ». Cachet postal : « SEP 28 9 PM 1944 » (BNQ, 204/9/20).

230 Bernadette Rousseau-Grandbois est décédée le 8 septembre 1944, à l’âge de soixante-dix ans.

231 Un recueil de contes intitulé Maria de l’hospice, qui paraîtra chez Lucien Parizeau en 1945.

232 Sans doute Simone Routier. Cette lettre n’a toutefois pas été retrouvée.

233 Autographe, 1f. (8,5 x 15,5 cm) paginé II, écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois / / 1452 Union Street / / Montréal ». Cachet postal : « OCT 10 3 PM 1944 » (BNQ, 204/9/20).

234 Autographe, 1f. (9 x 15,5 cm), écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois // Haddon Hall Apartm. // 2151 Lincoln Avenue // Montréal ». Cachet postal : « QUEBEC MAY 24 3 PM 1945 » (BNQ, 204/9/20).

235 Autographe, 1f. (21,5 x 28,5 cm) paginé II, écrit recto verso à l’encre noire, papier à en-tête « Henri Grandbois / / 127 Grande Allée / / Québec. Télé. Résidence 2-8310 Bureau - 3-2664 » (BNQ, 204/9/20).

236 Louis Baunard (1828-1929) est l’auteur d’un ouvrage intitulé Le Vieillard : la vie montante : pensées du soir, paru à Paris en 1910 ; réédité à Montréal, par les Éditions Variétés, en 1945.

237 Louis Grandbois, comptable, n’a pas été mobilisé et ne peut donc être considéré comme un « vétéran », mais, à l’Arsenal, il travaille probablement à une agence qui s’occupe d’anciens combattants. Henri Grandbois fait allusion à la Commission d’enquête sur l’intégration des vétérans comme stagiaires au sein de cabinets comptables.

238 Antonio Barrette (1899-1968) a été ministre du Travail de 1944à 1960. L’Événement du 13 octobre 1945 (p. 1) signale sa présence à la conférence de l’Organisation internationale du travail à Paris et annonce son retour en novembre.

239 Fils de Raymond Paquin et Gabrielle Grandbois.

240 Fille adoptive de Jeanne et Mark Drouin.

241 Tous deux fils de Paul Gagnon et Catherine Grandbois.

242 Autographe, 1 f. (9 x 15,5 cm), écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois / / Haddon Hall Apartm. // 2151 Lincoln Avenue // Montréal ». Cachet postal : « QUEBEC OCT 31 8 PM 1945 » (BNQ, 204/9/20).

243 « Donec eris sospes, multos numerabis amicos  : Tempora si fuerint nubila, solus eris »  : « Tant que tu seras heureux, tu compteras de nombreux amis, mais si le temps devient sombre, tu seras seul » (Ovide, Tristes, texte établi et traduit par Jacques André, Paris, Les Belles Lettres, 1968, p. 27).

244 Plutôt Les Étapes d’une conversion de Paul Féval (1816-1887), connu surtout comme auteur de romans-feuilletons.

245 Autographe, 1 f. (9 x 15,5 cm), écrit recto verso à l’encre noire. Enveloppe : « Monsieur Alain Grandbois / / Haddon Hall Apartm. // 2151 Lincoln Avenue / / Montréal ». Cachet postal : « QUEBEC DEC 31 2 PM 1946 » (BNQ, 204/9/20).

246 Autographe, 1 f. (9 x 15,5 cm), écrit recto verso à l’encre noire (BNQ, 204/9/20).

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540