Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondances

 | 
Alain Grandbois

Note sur l’établissement du texte

Texte intégral

1Nous donnons ici les lettres d’Alain Grandbois, de 1920 à 1975, y compris celles à Simone Routier (publiées par René Pageau, en 1978, dans Rencontres avec Simone Routier suivies de Lettres d’Alain Grandbois) et celles à Lucienne Boucher (publiées en 1987, sous le titre Lettres à Lucienne). Sauf indication contraire, le texte en est établi à partir des manuscrits originaux. Seules les lettres à Lucienne Boucher font exception à cette règle, les manuscrits ayant été vraisemblablement détruits après leur publication ; nous avons cependant eu accès à des photocopies des lettres (fonds privé Andrée Maillet et Lloyd Lyn Hobden). Par ailleurs, nous n’avons trouvé aucune lettre de Lucienne Boucher à Alain Grandbois.

2Dans les lettres de Grandbois, nous n’avons pas résolu les abréviations courantes. Nous avons aussi respecté les dates « à l’anglaise » : par exemple, « Janvier 24-25/32 » (infra, p. 111). Les mots soulignés par Grandbois ou ses correspondants sont en italique. Quand elles ne portent pas de date, les lettres sont datées au moyen des enveloppes ou à partir d’indices internes. On trouvera en note une description matérielle de chaque lettre. Un index onomastique permet d’y repérer les occurrences des noms de personnes.

3Pour les lettres de la famille de Grandbois, que nous donnons en appendice, nous avons cru devoir privilégier l’authenticité. Nous en reproduisons les tournures et les abréviations, notamment celles des noms de personnes, et les surnoms : « Tit-Lin », pour Alain, dans les lettres de Bernadette Rousseau-Grandbois ; « Mad. » ou « M. », pour Madeleine ; « Cath. » ou « C », pour Catherine ; « Gaby », « Gab. » ou « G. » pour Gabrielle ; « L. J. », « Louis J. » ou « Louis » pour Louis-Jérôme, le frère cadet d’Alain.

Remerciements

4Cette édition n’aurait pas été possible sans l’aimable autorisation de madame Jeanne Grandbois-Drouin et sans la collaboration des amis et correspondants d’Alain Grandbois, qui m’ont généreusement permis d’avoir accès à leurs archives personnelles.

5Je remercie Marcel Fortin, dont les recherches sur la réception critique des œuvres et sur la biographie d’Alain Grandbois ont constitué une aide précieuse, notamment pour l’édition des lettres de jeunesse à Simone Routier.

6Pour leur soutien constant, je tiens à remercier Philippe Beaudoin, Jean-Philippe Beaulieu, Eric Devlin, Marie-France Godbout, Alexandre Masino, Denis Meilleur, Christine Tellier et tous ceux et celles qui ont contribué, de près ou de loin, à l’élaboration de cet ouvrage.

7Un mot pour remercier le personnel de la Bibliothèque nationale du Québec à Montréal, tout particulièrement France Ouellet, de la salle de consultation des collections spéciales et des archives privées, pour l’attention qu’elle a portée à chacune de mes nombreuses demandes.

8Enfin, tous mes remerciements vont à Nicole Deschamps et Jean Cléo Godin, codirecteurs du projet Alain Grandbois, et à tous les membres de l’équipe du projet « Textes et intertextes chez Alain Grandbois » : Jo-Ann Stanton, Marielle Saint-Amour, Dany Bérard, Luc Bouchard, Stéphane Caillé, Simon Dupuis, Suzie Lalancette et Martin Robitaille.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540