Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

III. Le Sirop d’érable

Texte intégral

1Comme le note William F. Ganong (New Relation of Gaspesia, p. 122, n. 2), Leclercq est l’un des premiers observateurs à mentionner le sucre d’érable. On trouve avant lui quelques mentions de la sève, considérée pour ses vertus médicinales. Lejeune la mentionne par ouï-dire : « Quand la grande famine les presse, ils mangent des racleures ou des escorces d’un certain arbre, qu’ils nomment Michtan, lesquels ils fendent au Printemps pour en tirer un suc doux comme du miel, ou comme du sucre : à ce que m’ont dit quelques uns, mais à peine s’amusent ils à cela tant il en coule peu » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 272). Dans son Histoire du Canada, publiée en 1636, Sagard écrira de même : « S’ils sont pressez de la soif, & qu’ils ne rencontrent point d’eau ils ont l’industrie de faire un fente dans l’escorce des plus gros fouteaux [hêtres] qui sont en seve, & en succent la douce & agreable liqueur qui en distile, comme nous soulions faire pour semblable necessité, & les affadissemens & debilité du cœur » (livre II, chap. XII, éd. Tross, p. 251). En 1663, Pierre Boucher écrira : « Quand on entaille ces Herables au printemps, il en degoutte quantité d’eau, qui est plus douce que l’eau detrempée dans du sucre, du moins plus ageable à boire » (Histoire veritable et naturelle, p. 44-45). Neuf ans plus tard, Nicolas Denys en décrit la cueillette et l’usage, sans mentionner la fabrication du sucre : « [...] l’Erabe [...] a la séve differente de tous les autres, on en fait une boisson tres-agreable à boire, de la couleur de vin d’Espagne, mais non si bonne ; elle a une douceur qui la rend d’un fort bon goust, elle n’incommode point l’estomac, elle passe aussi promptement que les eaux de Pougue ; je croy qu’elle seroit bonne pour ceux qui ont la pierre : pour en avoir au Printemps & l’Automne que l’arbre est en seve, l’on fait une entaille profonde d’environ un demy pied, un peu enfoncée au milieu pour recevoir l’eau, cette entaille a de hauteur environ un pied, & à peu prés la mesme largeur ; au-dessous de l’entaille à cinq ou six doigts on fait un trou avec un villebrequin ou foiret, qui va répondre au milieu de l’entaille où tombe l’eau : on met un tuyau de plume ou deux bout à bout si un n’est assez long, dont le bout d’en bas répond en quelque vaisseau pour recevoir l’eau, en deux ou trois heures il rendra trois à quatre pots de liqueurs ; c’est la boisson des Sauvages & mesme des François qui en sont friands » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 574-575). Un passage du Premier Etablissement de la foy, qui cite Sagard sans le nommer (« un de ces Missionnaires » [t. I, p. 251] ), raconte : « [...] si dans le temps, que les arbres étoient en seve quelqu’un de nous se trouvoit indisposé, ou ressentoit quelque debilité de cœur, nous faisions une fente dans l’écorce d’un erable qui distilloit une eau sucrée, qu’on amassoit avec un plat d’écorce, & qu’on beuvoit comme un remede souverain quoi qu’à la verité, les effets n’en fussent pas bien considerables » (ibid., p. 253 ; d’après Histoire du Canada, livre II, chap. IX, éd. Tross, p. 217-218).

2Lahontan, selon qui la sève d’érable aurait été conservée aussi loin qu’à Michillimakinac (Mackinaw City, Michigan [Memoires, dans Œuvres complètes, p. 648]), décrira à son tour la fabrication du sucre et du sirop et vantera les mérites de celui-ci pour « fortifier la poitrine » : « Les Erables sont à peu près de la même hauteur & grosseur, avec cette différence que leur écorce est brune & le bois roussâtre. Ils n’ont aucun rapport à ceux d’Europe. Ceux dont je parle ont une séve admirable, & telle qu’il n’y a point de limonade, ni d’eau de cerise qui ait si bon goût, ni de breuvage au monde qui soit plus salutaire. Pour en tirer cette liqueur on taille l’arbre deux pouces en avant dans le bois, & cette taille qui a dix ou douze pouces de longueur est faite de biais ; au bas de cette coupe on enchasse un coûteau dans l’arbre aussi de biais, tellement que l’eau coulant le long de cette taille comme dans une goûtiére, & rencontrant le coûteau qui la traverse, elle coule le long de ce coûteau sous lequel on a le soin de mettre des vases pour la contenir. Tel arbre en peut rendre cinq ou six bouteilles par jour, & tel habitant en Canada en pourroit ramasser vingt Barriques du matin au soir, s’il vouloit entailler tous les Erables de son Habitation. Cette coupe ne porte aucun dommage à l’arbre. On fait de cette séve du Sucre & du Sirop si précieux qu’on n’a jamais trouvé de reméde plus propre à fortifier la poitrine » (ibid., p. 599 ; voir aussi la description qu’en donne Diéreville dans sa Relation du voyage du Port Royalde 1708, éd. Doiron, p. 238-239).

3Dans un récit de 1688, « Voyage depuis les Illinois jusqu’à Missilimakinac [...] », Henri Joutel rapporte que le sucre d’érable « estoit plus rouge que le nostre », « mais presque aussi bon » et que le maïs cuit dans la sève d’érable avait « un assez bon goust, c’est à dire un peu sucré » (dans Margry, Découvertes et établissements, vol. 3, p. 510). En 1722, Lafitau, qui le dira aussi « très-pectoral, admirable pour les médicaments », le comparera aux « merveilles » de « l’Age d’or » et lui trouvera « plus d’agrément, que le miel que font les Abeilles » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 154-155). Dans son Journal d’un voyage fait par ordre du Roy dans l’Amerique seplentrionnale, Charlevoix rappellera le témoignage d’« un Rafineur d’Orléans » pour prouver la supériorité du sucre d’érable sur « celui, qu’on tire des Cannes » (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 308) ; contre l’avis de Lafitau, il en attribuera l’invention aux Français de la vallée du Saint-Laurent : « nous leur avons appris à le faire » (ibid., p. 308). L. Campeau, qui partage là-dessus l’avis de Charlevoix, cite un texte anglais de 1685, présenté à la Royal Society de Londres : « The Savages of Canada in the time that the sap rises in the maple make an incision in the tree by which it runs out. And after they have evaporated 8 pounds of liquor, the remains one pound as sweet and as much sugar as that which is got out of the canes. Part of the same sugar is sent to be refined at Rouen. The Savages have practised this art longer than any now living among them can remember. Tere is made with sugar a very good syrup of maidenhair and other capilary plants which is used in France » (Philosophical Transactions, vol. 15, 1685, p. 988; cité par L. Campeau dans « Les origines du sucre d’érable », Géographes, n° 6, mars 1995, p. 14).

4Si l’on se rappelle que Leclercq vécut au Canada entre 1675 et 1687 et Lahontan entre 1683 et 1692, on peut poser l’hypothèse que la fabrication du sirop et du sucre d’érable ne commença guère avant la décennie 1670 ou même 1680. Le sirop et surtout le sucre durent franchir rapidement les limites de leur aire de fabrication, puisque Lahontan rapporte que des groupes indiens lui offrirent, lors d’un festin, du « syrop d’érable battu avec de l’eau » (Nouveaux Voyages, dans Œuvres complètes, p. 385).

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search