Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

II. Extraits de la correspondance officielle sur l’île Percée

Texte intégral

Jean de Berraute, habitant de Biarritz

Mémoire de ce qu’un navire de dix chaloupes doit avoir pour la pescherie et laisser du monde à terre pour iverner [12 juillet 1676]1

  • 1 BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 295r°-v°.

1Premièrement il faut avoir cincquante hommes sur quoy on peut laisser à terre quinze hommes qui est l’équipage de trois chaloupes ; si le navire est de plus grand pont il faudra faire à proportion.

2La coustume de Bayonne est que l’équipage a les deux cinquiesme de la moulue qui prendront. Comme par exemple un navire de dix chaloupes doit avoir pour sa charge trois mille quintaux qui est trois cens par chaloupe.

3L’équipage n’a aucun avance ni pot de vin si non que les bourgeois sont obligés de leur avancer de l’argent à la grosse qui pourra venir aprochant de cincq cens livres par chaloupe pour les esquiper qui cera le premier payé.

4Il faut cent quarante conque de sel par chaloupe. Il faut à chaque chaloupe cincq hommes à terre et à mer 20 quintaux de pain.

5Il faut dix barique de vin par chaloupe qui est cincq hommes. Il faut 80ll d’huille d’olive par chaloupe.

6Pour le reste suivant le mémoire en son detail. De plus il revient à partager barique de graisse par chaloupe et pour les hommes de terre capitaine et officiers, mais pour bien faire il faudra donner les trois cincquiesme de l’huille qui se faira pour le capitaine et l’équipage s’acomodra entreux.

7La robe est pour le capitaine. Au depart du vessau pour les gens qui doivent res [ter] il les faut acorder au mois chacun suivant leur capacité. Il seront pour pescher et travailler à la pesche et au bois selon que le temps le permettera et sitost que le primtemps sera venu ils travailleront pour leur compte suivant la coutume qui est trois cens quintaux par chal[oupe] et pour commencer et ne pas espouvanter les gens qui resteront il faut s’obliger de les faire passer l’anné suivant dans le mesme navire ou autre allant au lieu de son depart. S’il y en a aucun qui veille rester la seconde année on leur acheptera le poisson au mesme prix qu’à Plaisance sur le lieu.

8Fait par moy Jean de Berraute habitant de Biarrit.

9Je promes faire equipage suivant le mémoire cy dessu pourveu qu’on me mande en temps qui sera le plus tart à Noel et chargerons de marchandisses tout autant qu’on pourra de barque à l’isle Percée.

10Fait à l’isle Percée le 12 juillet 1676 en presence du révérant pere Ustache de Monpassant supe [rieur] des pères recolles et de Monsieur Denys seigneur de l’isle Percée.

***

Pierre Denys

Inventaire general de tout ce que j’ay laissez dans l’habitation de l’isle Percée et de la Petite Riviere entre les mains de mon frère de Saint Pierre [15 septembre 1676]2

  • 2 Ibid., f. 321-322r°.

11Premièrement. 7 personnes pour le service de l’habitation avec le pere recollet sçavoir mon frère Saint Pierre, mon fils Bonnavanture du Tartre, mon petit cadet Jacque Boisel, Pierre [Filtoupier] matelot, Lepine et sa famme.

12Batimens et terre désertée.

A l’isle Percée

13Un grand magasin de 90 piés de long 29 de large couvert et clos de pieux prest à planter.

14Proche un autre cors de logis de vint piés de long sur 16 de large pareillement couvert et clos placé à la place de l’amiral.

15Plus une maison pour le pere recollet presque baty au depans de l’habitation.

À la Petite Riviere

16Du logement suffisamant pour 19 personnes

171 grange et une estable pour 20 bestes à cornes

182 magasins l’un pour les vituailles et l’autre pour les agrets

19Des batiments, cour close de deux arpans avec un jardin de deux arpens le tout clos de pieux pointu par[tout] atenant

20un clos de 9 arpans presque prest à mettre à la charue

21clos de perche présentement en navaux

22Bestiaux.

234 beux, vaches, deux génisses de 2 ans avec un torau

246 petites génisses et un torau de l’année une truie et trois [ ?]

25une charue garni de tout une charette et un cabrouet [ ?]

261 chodiere à faire de la bière ou fondre de l’huille de 3 baryl

27[L’énumération qui suit consiste en ustensilles et en victuailles.]

28Il y a plus de 100 arpans de terre à l’ille Persée prest à labourer et à la Petite Riviere quelque 30 arpans d’abatu et brûlé à la reserve de 5 arpans en valeur.

29A l’isle Persée toutes la terre n’a pas servi mais il y a [peu de] travail à faire.

***

Jacques Duchesneau

Copie du contrat de la seigneurie de Percée 2 novembre 16763

  • 3 Ibid., f. 297r°-298r°.

30Jacques Du Chesneau Chevalier seigneur de la Doussiniere et d’Ambrault Conseiller du Roy en ses conseils d’estat et privé, intendant de justice, police et finances de la Nouvelle France, Isle de Terre Neuve, Acadie et autres païs de la France septentrionale.

31En procédant la confection du papier terrier du domaine de la Nouvelle France en consequence de l’arrest du Conseil d’Estat de Sa Majesté tenu au camp de Lutin dans la Cité de Namur le quatriesme juin 1675 et nostre ordonnance rendue sur iceluy le 9e février dernier.

32Sont comparus pardevant nous Pierre Denis escuier sieur de La Ronde et Monsieur Charles Bazire receveur general des droits du Roy en ce païs tant en son nom que comme associé et faisant pour Charles Aubert sieur de La Chesnaye Lesquels nous ont remonstré qu’aiant formé entreux une Compagnie et entrepris de faire la pesche de morues, marsouins, loups marins et toute autre espèce de poisson que la mer et les rivieres produisent, ils se retirèrent pardevers Monsieur Talon lors intendant de ce païs pour qu’il leur accordast une estendue de terre sufisante pour défricher et mettre en culture pour faire subsister plusieurs sujets de Sa Majesté capables avec eux de faire une pesche sédentaire considérable pour suivre les intentions de Sadite Majesté lequel leur accorda sous le nom dudit sieur Denis une lieue de terre à prendre de l’Isle Persée sur le bord de la mer tirant vers le passage de Canseau et autant de profondeur dans les terres et depuis ladite Isle du costé de l’ance de Gaspé, les terres qui se trouvent entre les deux, la Baye des Moruës et l’ance Saint Pierre comprise jusques à demye lieue entrant dans la Baye de Gaspé avec droits de pesche et de chasse, mesme le droit de traite avec les Sauvages à l’exclusion des pescheurs ambulans, en considération de son établissement fixe et arresté comm’aussi le droit d’admiral sur tous les vaisseaux, qui pourraient venir mouiller l’ancre à la veuë de l’Isle Persée et dans son voisinage pour y fere pesche. A la charge toutes fois que ledit sieur Denis soufrira qu’après avoir pris la grève qui luy sera nécessaire pour sa secherie, les pescheurs françois et sujets de Sa Majesté occupent toutes les grèves restantes pour y faire sécher leur poisson sans les troubler ny inquiéter en quelque manière que ce soit jusques à ce que seul il puisse par ses propres forces ou celles de sa société occuper utilement tout le terrain qui luy est concédé. Et que si la compagnie qui a esté cy devant projettée pour les pesches sédentaires est formée ou se formast cy après elle pouroit rentrer en cette concession en remboursant les frais utilement faits par ledit sieur Denis qui seroient estimez par des personnes à cet éfet choisis de main commune et ce par provision en attendant que le Roy en eust esté plus amplement informé ainsi que le tout est plus au long porté par le titre de Mondit sieur Talon du vintiéme juillet [mil six cent] soixante et douze qui nous a esté réprésenté.

33Requerent lesdits sieurs Denis et Bazire audit nom attendu qu’ils ont desja fait de grandes dépences sur lesdits lieux tant en culture de terre et bastimens et qu’il en faut faire encore pour la continuation de l’établissement d’une pesche sédentaire ce qu’ils ne peuvent faire, s’ils ne sont entiérement asseurés de la possession d’iceux, qu’il nous plaise lever la provision portée par ledit titre. Ce faisant leur donner, accorder et concéder les lieux pour par eux les posséder et en jouir en commun au désir de leurdite société et pendant qu’elle subsistera et en cas de rupture d’icelle séparément sçavoir ledit sieur Denis de trois huitième du total et lesdits sieurs de la Chesnaye et Bazire pour cinq huitieme en tous droits de seigneurie haute, moienne et basse justice, à la charge seulement de la foy et hommage qu’ils seront tenus de porter au Chasteau de Saint Louis de Quebec, duquel ils relèveront et que les appellations des juges qu’ils établiront sur chacunes leur part desdits lieux ressortiront duement au Conseil et Cour souveraine établie en cette ville de Quebec avec les droits de pesche, de chasse, de traite avec les Sauvages à l’exclusion de tous autres et d’admiral èsdits lieux ainsi qu’il est cy dessus exprimé. Veu ledit titre de Monsieur Talon susdatté, Nous suivant les ordres du Roy portées par la lettre de Monseigneur Colbert, avons sous le bon plaisir de Sa Majesté accordé et concédé par ces prwmtes accordons, donnons et concédons ausdits sieurs Denis, de la Chesnaye et Bazire lesdits lieux cy dessus designés et déclarés pour eux, leurs hoirs et aiant cause jouir en commun, tant que leurdite société subsistera et après la dissolution d’icelle séparément sçavoir ledit sieur Denis, ses hoirs et aiant cause de trois huitieme au total desdits lieux et les sieurs de la Chesnaye et Bazire, leurs hoirs et aiant cause les autres cinq huitième en tous droits de seigneurie avec haute, moienne et basse justice, droits de chasse, de pesche, de traite avec les Sauvages à l’exclusion de tous autres comm’aussi lesdits droits d’Amiral [...].

34À la charge de continuer à travailler et faire travailler au défrichement des terres desdîta lieux et l’établissement de ladite pesche sédentaire, comm’aussi qu’ils soufriront après qu’ils auront pris les grèves qui leur sufiront et seront nécessaires pour faire leurs secheries de poisson, que les pescheurs françois et sujets de Sa Majesté occupent les autres grèves restantes pour y faire sécher leur poisson sans les troubler ny inquiéter en quelque manière que ce soit jusques à ce que seuls ils puissent par leurs propres forces, occuper utilement tout le terrain qui leur est accordé dont acte et ont signé à la minutte des présents que nous avons signé de nostre main et à icelle fait apposer le cachet de nos armes et contresigner par nostre secrétaire. A Quebec en nostre hostel le deuxiewjour de novembre mil six cens soixante et seize signé Du Chesneau et plus bas par Monseigneur Chevallier.

***

Mémoire pour l’establissement de la pesche sédentaire de l’isle Percée et la manierre d y réussir avec facilité et en peu de temps [1678]4

  • 4 Ibid., f. 314r°-315v°.

35Les aventages de la pesche sédentaire consistent en ce que les pescheurs estants nourris et entretenus tant du provenu de leurs habitations ainsy que les autres habitants du Canada, que du commerce qu’ils pourroient faire par le moyen des pelletries, bois, charbon de terre &c. ils pourroient sept mois durant s’occuper à la pesche qui seroit pour eux un profit clair et liquide ils pourroient ainsy pescher et saler des saulmons, des truittes, des bars, des macreaux, des esturgeons, quelsques balaines, des vaches marines, des marsoeins, des loups marins qui sont des poissons propre à faire de l’huille dont nos voisins font un fort grand commerce en France par ce moyen on pourrait fournir des poissons, des huilles à la France et à meilleur marché et en plus grande abondance, et en envoyer plus tost que touttes les autres nations dans le Levant dans l’Espagne et dans touttes les illes de l’Amérique.

36On excluroeit peu à peu les estrangers de ce commerce par le peu de profit qu’ils y trouveroient. On formeroit un grand nombre de mathelots et de pécheurs et l’on augmentroit le nombre des vaisseaux françois.

37L’habitation de l’isle Percée est plus commode pour l’exécution de ce dessein, le poisson y donne en plus grande abondence et plus régulièrement qu’en aucun autre endroit on y a veu unze navires à la fois y faire leur pesche il ne fault pas pour cela s’éloigner de la coste ny aller à dix lieux loing comme on faict entrautre à Plaisence en l’isle de Terre Neuve.

38Le moüillage est bon presque par tout, les graves ou places à seicher la morue y sont fort commodes et peuvent estre facillement augmentez et touttes soubs le canon d’un fort, très facilles à garder, imprenable que l’on pourrait construire à peu de fraits si Sa Majesté le désirait sur une pointe qui avence dans la mer et qui servirait en un besoin de retraitter aux vaisseaux, aux pescheurs et aux habitants.

39Ce lieu est aussy très commode pour le commerce et pour la subsistence des habitants estant située près la rivierre Saint Laurent et sur le passage des vaisseaux qui vont à Quebecq. La terre y est fertille et peut produire aussy bien que le Canada touttes sortes de grains, d’herbes et de legumes. Il y a quantité de bois et de prairies et la mer jette about ou sart ou gouemond aussy propre à engresser la terre que le meilleur fumier.

40L’exposant a une connoissance particulière de touttes ces choses entr’autres de la fertilité de la terre par une experience de plusieurs années, il a en cette habitation en deux endroits différents cent trente arpents de terre preste à labourer, deux magazins, une grange et une estable, trois logis dont il y en a un avec une chappelle destiné pour deux Recollets, une grande basse cours avec un jardin bien clos, des vollailles et des bestiaux de touttes sortes, les utils et ustensilles pour touts les metiers nécessaires à une colonie, des armes et des vituailles et dix chalouppes avec la plus part de leurs agrets.

41Pour faire un bon establissement dans un lieu si favorable il seroit nécessaire de le faire habiter par de bons pescheurs pour y mettre la pesche sur un bon pied ; il n’y en a point au monde de plus habilles que les Bayonnois et Basques dont une chalouppe faict ordinairement autant de poisson que trois des autres pescheurs cela n’empescheroit pas neantmoins qu’on y meslast d’autres dont on jouit plus facillement que des Basques qui s’instruiroient à leur exemple avec le temps.

42Pour cet effect il seroit à désirer que Sa Majesté prestast pour trois ans un navire ou flutte de deux à trois cent tonneaux dont l’esquippage pour la pesche seroit faict tout Bayonnois parmy lesquels il y auroit des garçons que l’on mariroit avec quinze ou vingt honnestes filles qu’on y feroit passer avec quelsques laboureurs et ouvriers, lesdittes filles affin d’y arrester des hommes plus facillement après la pesche faitte et le navire chargé renvoyant la motié de l’esquippage pour remener le navire et le reste par exemple au nombre de vingt cinq hommes resteroit jusqu’au mois de novembre et s’occuperoit pendant l’hyver à faire des planches, des logements, des chalouppes et autres ouvrages nécessaires et utils à la colonie mesme à abbattre les bois de l’habitation ; les deux années suivantes on en userait de mesme faisant passer le plus de gens que l’on pourrait et qu’on y en pourrait entretenir.

43Il faudrait que touts ces hommes fussent d’un bon aage acoutumez au travail et que ceux qui seroient mariez ne fussent pas chargez de petits enfents affin qu’ils pussent subsister facillement et travailler d’abord avec quelque profit ensorte que lorsqu’ils seroient chargez de famille ils pussent subsister d’eux mesme sans estre à charge à l’habitation.

44Cette precotion empescheroit qu’il n’arrivast à l’isle Percée la mesme chose qu’à Plaisence où l’on mena des familles chargées d’enfents à la mammelle, qui n’entendoient rien à la pesche qui furent placez dans un pays de rochers sans aucune terre labourable ensorte qu’après avoir beaucoup cousté la plus part moururent de misère et de pauvreté ceux neantmoins qui sont restez s’estant addonnez peu à peu à la pesche et s’y estants instruits ont trouvé moyen de subsister et vivent assez à leur aize quoy qu’ils soient contraincts d’aller chercher le poisson fort loing et qu’ils n’ayent presque pas un des aventages que pourront espérer ceux qui s’establiront à l’isle Percée où dès la premiere année la colonie pourra estre plus florissente qu’elle n’est aujourd’huy à Plaisence.

45Mais il seroit nécessaire comme il a esté dit qu’il pleust à Sa Majesté de donner la flutte ou navirre cy dessus avec la somme de vingt mil livres pour la premierre année que l’on emploiroit sçavoir dix mil livres pour esquipper le navire en pesche et les dix autres mil pour les provisions utils et ustensilles, augmentation de bestiaux et pour les marchandises nécessaires, comme aussy pour les avences gages, passage et nourritures pendant un an de touttes personnes des deux sexes qui restroient dans l’habitation.

46Et à l’esgard des deux autres années il suffiroit de dix mil livres par chacune année avec les profits que le navirre pourroit faire ce qui seroit employé à faire passer des gens, augmenter et fortifier la colonie.

47Et comme à present les Anglois et Hollandois apportent une si grande quantité de poisson qu’ils peschent sur les costes de Norvège et d’Ecosse, que les marchands françois ont peine à y trouver leur compte à cause du bon marché que ces estrangers font de leur poisson qui ne vaust pas assurément le nostre il seroit nécessaire que Sa Majesté pour y remédier et encourager les pécheurs de ladite habitation remist les droits d’entrée à cette pesche sédentaire affin d’animer d’autant plus ses subjets à s’y aller establir et à faire de pareilles entreprises y ayant plus de cinquente havres tant dans l’Acadië que dans les illes de Terre Neuve et du Cap Breton où l’on pourroit faire de bons establissements par les moyens cy dessus que le proposant a examinez à loisir et vérifiez sur les experiences du passé il y a lieu d’espérer un succez infallible de ce dessein et de veoir dans quelsques années de si belles cottes et si importentes peuplées d’habitants de pescheurs et de mathelots et particulierment celle de ladite habitation de l’isle Percée.

48Les associez de ladite concession sont les sieurs de La Chesnaye et Bazir fermiers des droits du Roy avec le sieur Denys bourgeois de Quebecq qui a commencé cette entreprise et en a encor à present la conduitte de laquelle ses associez ont esté satisfaits elle auroit esté plus avencée sans l’embarras de la guerre qui les a arrestez et causé beaucou de despences.

49Le sieur de La Salle est parti en resolution de s’accommoder de la portion du sieur Bazir mort depuis quelsque mois dans l’esperence qu’il a si cette affaire réussit comme il en est persuadé qu’entre les adventages qui luy en pourroient revenir ainsy qu’aux autres associez il auroit enfcor celuy de faire porter les marchandisses nécessaires à son fort de meilleure heure et à meilleur marché.

50Il est très important de remarquer que pour avoir un bon et prompt succez de cette entreprise et avoir de bons pescheurs, il faudroit les arrester devant Noel qui est le temps auquel les bourgeois renouvellent leur esquippage et engagent touts les bons pescheurs après quoy ils disposent incessemment leurs vaisseaux pour partir au mois de mars d’autant que s’ils partoient plus tard ils coureroient grand risque de ne pouvoir pas faire charge entierre outre que si ceux qui y iroient pour s’y habituer n’y arriveroient qu’au milieu de l’esté ils n’auroient pas le temps de se loger, ne pourroient faire aucunne pesche ny rien gaigner ce qui les pourroit dégoûter et décourager et causeroit une grande despence puisqu’il faudrait les entretenir deux hyvers pour un esté qu’ils travailleroient.

***

Pierre Denys

Mémoire pour l’establissement de la pesche sedentaire de l’isle Percée [167 ?]5

  • 5 Ibid., f. 318r°-319r°.

51Comme Monseigneur Colbert n’est pas dans le dessein de donner d’argent pour poursuivre l’establissement de la pesche sédentaire de l’isle Percée, ainsi que monsieur Talon l’avoit faict espérer, à la solicitation duquel ledit establissement avoit esté commencé selon l’ordre qu’en avoit envoyé Monseigneur, Pierre Denis supplie Monseigneur de luy accorder une grace qui ne coustera rien au Roy ny aux particuliers et qui facilitera l’establissement d’une bonne colonie dans laditte habitation.

52On prend à La Rochelle et à Bordeaux touts les vins et eauës de vie que l’on transporte dans la Nouvelle France sans payer aucuns droits de sortie, moyennant un acquit à caution que l’on est obligé de faire décharger en Canada et par cette raison il est indifferant aux fermiers du Roy de quelle province de France on tire les vins et eauës de vie nécessaires pour la consommation dudit Canada.

53Sur ce principe ledit Denis supplie Monseigneur de luy permettre de tirer des pays d’Anjou et Tourainne des vins, eauës de vie et vituailles pour son habitation et pour Keubecq soubs l’offre qu’il faict de prendre un acquit à caution qu’il fera décharger en Canada sans pouvoir en divertir ny vendre en Bretaigne ou ailleurs soubs telles peines et conditions qu’il plaira à Monseigneur d’ordonner.

54Moyennant cette grace ledit Denis a des gens touts prêts desdits pays d’Anjou et de Tourainne qui est le pays natal du suppliant, lesquels avec des marchands de Bayonne entreprendront l’establissement de ladite pesche de l’isle Percée, d’y faire passer dès cette année du monde et un petit vaisseau si l’affaire estoit expediée dans peu pour se disposer à recevoir l’année prochainne deux vaisseaux au moins dont une partie des esquippages resteroit pour hyverner, d’y transporter chaque année des habitants et pescheurs, et s’obligeront d’y construire un fort et d’y avoir cent familles au moins dans quatre ans.

55Ledit Denis supplie encor Monseigneur de se souvenir que l’année dernière il luy fit la grace de luy promettre de le maintenir dans la charge de grand maistre des eauës et forets qui luy a esté donnée par l’ancienne Compagnie où il avoit deux oncles et en recompence des services que son pere avoit rendus dans le pays, de laquelle charge le sieur Dupont auroit obtenu des provisions supposant qu’elle n’estoit point remplie, ledit Denis a un fils capable de l’exécuter.

56Le suppliant expère que Monseigneur aura la bonté de considérer que ledit Denis n’a rien oublié pour faire réussir l’establissement de ladite pesche selon ses ordres qui y a employé tout son temps et le plus net de son bien, ensorte que s’il n’est pas assisté il n’a pas mesme de quoy s’en retourner, que tout ce qu’il a faict en son habitation va estre perdu sans resource s’il n’y est promptement pourveu ; qu’il a dix enfants vivants comme il paroist par le certificat de Monsieur le Comte de Frontenacq et que l’affliction qui luy est arrivée par la perte presque entierre de la veüe le rend digne de compation.

57Il y a plusieurs endroits sur les costes de Terre Neuve où il se pourroit faire de semblables establissements à l’imitation ce qui feroit dans la suitte habituer touttes lesdites costes. [Accordé]

***

Estat de la seigneurie de l’Isle percée et dépendances [1678 ou 1679]6

  • 6 Ibid., f. 323r°-324v°.

58Il y a à l’isle Percée un com [mandant ?] avec quelques hommes et un pere recollet que le sieur Denys y entretient depuis 8 ans.

59Il y a faict construire un grand magasin de 50. pieds de long et 25. de large suffisant pour serrer grand nombre de poisson et loger un equipage considerable.

60Un logis pour le Commandant, une chapelle et logement pour deux Recollects.

61Plus de 100. arpens de bonne terre preste à labourer à la reserve de quelque peu de travail à faire sur une partie pour en achever entièrement le défrichement.

62A la Petitte Riviere qui est à 2 lieues de l’isle Percée le lieu de l’yvernement et la ménagerie.

63Un logis suffisant pour quinze personnes.

64Un magasin pour les vivres et ustanciles de barque et de chalouppe.

65Une grange et une estable capable de contenir quantité de bestiaux.

6630. arpens de terre découverte outre les cent cy dessus.

67Une grande basse cour et un grand jardin le tout clos.

68De toute sorte de bestiaux en bon nombre comme bœufs, vaches.

69Les outils et ustenciles nécessaires pour touts les mestiers utiles à une colonie.

7010 Chalouppes avec leurs aggrez laissez à l’habitation, armes et vituailles suffisamment pour un an.

71Toutes sortes de grains y viendront comme à Quebec le lieu est fort avantageux pour fortiffier l’entrée du fleuve Saint Laurens.

72Sur ladite seigneurie qui sera de 6 lieues de front si Monseigneur a la bonté d’accorder au sieur Denys la baye de Gaspé qu’il luy a demandée il y aura de quoy placer plus de 2 mille habittans qui pourront tous s’occuper au défrichement des terres et à la pesche tant hommes que femmes et enfans depuis l’âge de 8 ans.

73Si le Roy avoit la bonté d’aider à y faire passer des familles on pourrait espérer de ce lieu un revenu considerable et plus assuré que d’aucun de ceux qui sont aux environs de Quebec.

74On pourrait encores faire partir tous les ans quelques navires chargés pour les Isles tant de morue verte, sèche, aultres poissons, huilles à brusler, charbon de terre, bois à bastir et planches et un autre dans la Méditerranée pour y porter le poisson sec.

75On a esprouvé plusieurs années de suitte que toutes sortes de grains d’herbes et legumes y peussent venir aussy bien qu’à Quebec.

76Si Monseigneur avoit la bonté d’accorder au sieur Denys la baye de Gaspé qu’il luy a demandée, il y aurait de quoy placer sur ladite seigneurie qui n’aurait que 6. lieues de front plus de 2 000 habitans qui pourraient tous s’occuper au défrichement des terres et à la pesche tant hommes que femmes et enfants depuis l’âge de 8 ans.

77Ces habitans y seraient estably en peu de temps si le Roy avoit la bonté d’ayder à y faire passer et établir des familles, qui pourraient espérer en ce lieu un revenu plus prompt, plus considerable et plus assuré qu’à Quebec.

78La pesche est très avantageuse pendant 6. mois, et on n’est point obligé comme presque par tout ailleurs d’y faire de degrat c’est à dire d’aller chercher le poisson au loin.

79Les rades y sont très bonnes, on y peut faire des graves pour 20 vaisseaux, et leur fournir quantité de choses qui leur font perdre beaucoup de temps, et qui estans prestes sur le lieu, donneraient moyen aus pescheurs de faire leur voyage, leur pesche, et le debit de leur poisson plutost que les estrangers.

  • 7 Raturé puis récrit en interligne.

80On pourrait tous les ans en faire partir quelques navires pour les Isles chargés de morue verte et sèche et d’autres poissons, d’huiles à brusler, de charbon de terre, de bois à bastir, de planches etc. et un autre vaissseau pour aller porter le poisson sec de fort bonne heure [dans la Méditerranée7].

81Il y a des lieux aisés à fortifier et d’autant plus commodes qu’ils seraient à l’entrée de la grande riviere, et que les vaisseaux françois pourraient y trouver en temps de guerre une bonne et seure retraitte.

82On pourroit aussy de cette mesme habitation, donner facilement par terre ou par des rivieres dont l’une va aboutir vers Tadoussac, des nouvelles de l’arrivée des vaisseaux ennemis, et en tout temps envoyer et recevoir pendant 5 ou 6 mois des lettres de France à Quebec par le moyen des vaisseaux pescheurs.

83Enfin le prompt succès de cette entreprise contribueroit beaucoup à faire peupler l’Acadie et à rendre les François maistres absolus de l’importante pesche des morues.

***

Requeste des habitans de l’ile Percée [1684 ou 1685]8

  • 8 Ibid., f. 333r°-v°.

84Monsieur Richar Denis ecuier sieur de Fronsac lieutenant et commandant an l’absance de Nicollas Denis ecuier, gouverneur et lieutenant pour le Roy an toute l’etandus de la grande baye de Saint Laurant à comancer du depuis le cape de Canceau jusque au cape Des Rosiers isle du Cabreton, Saint Jean et autre isle ajacante.

85Supplis humblemant Vincant Chataigner, dit Lepine, Nouel Boissel, Piere Egron, dit Lamote, Piere Valleau, Piere DuLion, demurant à l’ille Percée, vous remontre qu’il lui a huit à nuf ans, qu’il sont audit lieu de l’ille Percé, sant avoir peu obtenir de contrat d’aucunne taire, quoy qu’il an est fait plussieur instance, à monsieur Piere Denis ecuier sieur de La Ronde, qui leurs a toujours refussé, et les menace tous les jours de les faire sortir dudit lieu de l’ille Percé, et s’anparer de leus maisons, ce qui les anpesche de travailer à defrecher des taire pour ansemancer du grai[n] decoy faire subsite [r] leurs faimille, qui leus cause unne pairte considerable, et anpesche que plussieu personne ne viene s’y établir et n’y forme unne pesche cedentere aisi qui a Plaisance, qui les oblige d’avoir recours à vous. Ce considéré Monsieur, il vous plaisse de [livrer ?] des contra au supliant afin qu’il puisse deserter des taire, pour ancemancer, et pour faire des clais et graves nesesere pour faire chese[r] le poisson, qu’il sont en estât de pesche[r] dont il pouront jouir sant estre troublé, ni inquiété et fere justisse.

86Les trois habitans déclarent ne sçavoir signé

87Vinsan Chatigné, Nouel Boisel, Pierre Egron, Pierre Duvion, Vallot

***

[Concession d’une terre par Denis à Vincent Chateignier dit Lepine dans l’habitation de Percé 14 septembre 1685]9.

  • 9 Ibid., f. 329r°-v°.

88Ayant considéré la requeste ou supliment faict par les habittans de l’isle Persée par les quels il remontrent que les uns depuis six à sept ans et austres du depuis neuf ans et austres du depuis trois ans, en va qu’il estant venus audit lieu de l’isle Percée avec leur famille et biens à dessein d’y travailler tant pour les terres que pour le deffrichement [ ?] et pour les bois à celle fin de pouvoir c’y establir et avec le temps y faire la pesche de molue, ce qu’il aurois faict sans les inconveniens qu’il y sont venus et les obissions qu’on leur a faite par Pierre Denis escuyer sieur de la Ronde comme estant habittué dans la Pettite Riviere. Ce considérant moy Richard Denis escuyer sieur de Fronsac faisant pour Nicollas Denis mon pere par lequel il m’a donné pouvoir et commission de son lieutenant comme il est dans le pouvoir qu’il a de Sa Majesté, avec ordre de donner des terres à qui bon me semble selon les quallités des personnes conformément aux coustumes depuis ainsy comme les habittans n’ont faict auqun austres chosses que ce soit ; j’ay accordé et accorde pour suivre les intentions de Sa Majesté, que Vincent Chateigne dit Lespine jouira des terres qu’il sont accordée sçavoir qu’il aura [auprès] sa maison à prendre du costé du sieur Esgron une toisse et demie de terre, avec un demi arpent pour son fils aisné à prendre du depuis ladite toisse et demie allant du costé du ruisseau sans en payer auqune rente à raison qu’il est le premier habittant dudit lieu à la reserve toutes fois de foy et hommages, de plus il aura deux arpens aussy de terres à prendre le longt du sieur Boissel suivant son [contrat] du costé du soroùest laissant les chemins libre allant du costé de la montaigne de longt qu’il couront au ouest soroùest Le dict Chateigne des deux dits arpens de terres allant comme dit est tant de longueur que de largeur sans que personnes y puisse bastir ny defricher sans son consentement ou des siens à la reserve qu’il ne pourat empescher auquns de couper bois qu’il sera dans ces dittes limites et que les bois seront communs tant pour les uns que les austres à la reserve qu’il n’usse esté marqués du propriettaire voullant que ledit jouisse des herbages qu’il seront comme jusque à six année sçavoir foin et austres herbes qu’il font pour nouritture des bestiaux à la reserve de ladite Pettite Riviere qu’il est dans le fond de la baie des Moulüe où luy sera permis de prendre foin, herbes pour la quantité des bestiaux qu’il pourat avoir à la charge qu’il pairat un escut par an dont il jouira des dittes prairie six année durand à commencer cette présente année et qu’il ne sera permis d’empescher d’austres à prendre et que les prairies seront partagée aux habittans de l’isle Percée celon la quantité des bestiaux quil auront à la reserve du Seigneur qu’il aurat la prefference de tous les habittans d’en prendre preferablement à tous austres selon qu’il en aura necessitté et que les habittans ne prendront auqune herbages dans ledit temps speciffié que le seigneur n’eut choissi ce qu’il luy sera necesaire et que le temps de six années passée lesdites prairie demeureront au proffit dudit seigneur pour en jouir ainsy qu’il advisera bien à la reserve que cy les habittans les veullent emploier ou prendre à ferme pour leurs utillité le seigneur sera obligé de leurs distribuer selon les vœux et coustumes de Paris que ledit Chateigne jouira dans touttes l’etendüe de sa terre de la chasse aussy bien à l’isle Percée que à la baie des Molüe et rivieres qu’il y sont circonvoisines qu’il est à sçavoir du depuis l’isle Platte jusques au Cap d’Espoir avec permission que dans touttes l’estendüe desdictes terres jouir de la permission comme dit est cy dessus de chasser gibier beste farosses sans que personne ne le puisse troubler voullant que la chasse sçoit permisse à tous les habittans et qu’en cas que ledit Chateigne fasse pesche des molüe il sera permis au seigneur de choissir une journée de pesche à l’arivée des chaloupe à l’echaffaut [ ?] la prendre comme elle sortira des chaloupes une fois l’an seullement sans que ledit Chateigne il puisse contredire et aussy ledit Chateigne sera obligé de paier par chaque arpent de front de terre tous les ans vingt sols en argent et un chapon la valleur ou deux poulies bonnes et vallable. Il aura aussy permission de faire la traitte avec les Sauvages dans toutte l’estendüe du depuis la pointe Saint Pierre jusques au Cap d’Espoir à l’excluttion de tous les pescheurs avec deffences à luy de faire la traitte ailleurs sans le consentement de ceux qu’il auront ordre à peinne d’en courir les risques portée par la commission que nous avons de Sadite Majesté ledit Chateinge sera obligé encor qu’il veuille cœuillir bled ou autres grein ou lesgumes et garder prairie de les faires encolore pour la garde des bestiaux affaulte de ce sy il font du dommages il n’aurat auqun subjet de plainte ny faires dommages. Ledit sera obligé travailler dans le temps de quatre ans lesdicte terres à faulte de quoy demeureront au proffït du seigneur pour en fairre son proffit ainsy que touttes les choses cy dessus. Moy Richard Denis escuyer sieur Fronsac lieutenant pour touttes l’estendue de la grande baye Sainct Laurens à commencer du depuis le Cap de Canceau jusques à celuy des Roziers comme il est plus amplement porté par la commission que nous avons de sadicte Majesté c’est pourquoy j’ay accordé et accorde audit Chateigne touttes les choses cy dessus pour en jouir luy et les siens sans qu’auqune personnes les puisse troubler ny inquiéter en auqune façon luy respondant en vertue de ma commission de touttes les peines que on luy puisse faires. C’est pourquoy nous prions touttes personnes de quelques quallité et condittion qu’il puisse estre de ne le troubler ny inquietter.

89Faict à l’isle Percée ce quatorziesme septembre [mil six cent] quatre vingt cinq [en] presence des personnes cy dessoubs. Signé le temoingt et tous les quels dits habitans ont receu et accepté. Signé Qacriquient ?] Henos, Lespine et plusieurs autres ont signé comme il parest par leur contrat.

***

Jacques de Meulles

Mémoire sur l’isle Percée après lesquels il y a plusieurs reiglemens faits sur le lieu par Monsieur De Meulles intendant 168610

  • 10 AC, C11D, vol. 2, f. 43°-44r°.

90L’isle Percée est un reste de montagne qui est comme un pan d’une vieille muraille, où il y a une ouverture au milieu par où il peut passer de haulte mer une chaloupe avec sa voille ; elle n’est pas continue avec la terre y ayant un interval de dix ou douze toises, et ainsy on peut tourner tout autour en chaloupe ; elle peut avoir trente toises de long sur trois ou quatre de large et huit ou dix toises de hault.

91Tout proche de cette isle il y a un espace de terre qui peut estre de quinze ou vingt arpens au pied d’une coste qui est fort eslevée, et où il y a une montagne plus haulte que le reste que l’on apelle la Table à Rolland, considerable parce qu’elle se descouvre de loin dans le fleuve de Saint Laurens. Ce lieu de l’isle Percée est le plus estimé pour la pesche du poisson sec. Il est scitùé à six vingt lieües de Quebec, et à quatre vingt de l’entrée du golfe de Saint Laurens, ce qui fait à peu prez les deux cent lieües de fleuve jusques à Quebec.

92A une lieüe de cette isle Percée il y a une autre isle apellée Bonaventure qui peut avoir une lieüe de long sur trois de tour, il vient tous les ans dans ces deux isles plusieurs vaisseaux de France de deux à trois cent tonneaux ou environ pour faire la pesche de la morue seiche. Il y en avoit dix lors que Monsieur De Meulles intendant de Canada y passa au printemps de mil six cent quatre vingt six, et plusieurs autres qu’il a encore veu à Gaspé qui est une baye à cinq lieües de l’isle Percée tirant vers Quebec. Il y a encore un autre endroit nommé le Banc aux Orphelins à douze lieües de l’isle Percée du costé de la mer, où il se pesche quantité de morüe qu’on raporte à l’isle Percée pour faire seicher.

93Ceux qui y viennent le plus frequamment sont des Bayonnois, Normands de Honfleur, et des Rochelois. Ils estoient tous dans une si grande contestation lorsque Monsieur l’Intendant y passa, qu’ils estoient prêts à se battre et mesme à se canoner, mais ayant pris connoissance de leur demeslé, et entretenu tous les Capitaines il fit les reiglemens cy apres.

94On peut faire un lieu de consequence de cette isle Percée quoiqu’il y ait peu de terrain, il s’en trouve de propre autour de ladite isle pour mettre une grande quantité d’habitans, comme dans un endroit qu’on apelle la Petite Riviere qui est à deux lieües, et ailleurs. Cet endroit seroit fort propre pour y construire un beau logis qui serviroit de magasin pour les marchandises qui viendroient de France, et à l’usage de ceux de Quebec qui pourroient tous les ans faire leurs provisions et y aller deux ou trois fois en barque dans un esté. On mettroit aussy dans lesdits magasins la morue que l’on pescheroit sur ces costes dans le mois d’octobre et novembre, pour vendre aux premiers vaisseaux de l’année suivante qui seroient bien aise d’en pouvoir porter de bonne heure en France ; pour celle que l’on pescheroit pendant l’esté se pourroit mettre pareillement dans ces magasins mais elle seroit mieux en pilles sur le galet.

***

Jacques de Meulles

Ordonnance de Monsieur De Meulles portant reiglement sur la pesche de la morue à l’isle Percée 19 juin 168611.

  • 11 Ibid., f. 44v°-47v°.

95Jacques De Meulles seigneur de la Source Chevalier Conseiller du Roy en ses conseils Grand Bailly d’Orléans intendant de justice, police, et finances en Canada, Acadie, Isle de Terre Neuve et autres pays de la France septentrionalle.

96Estant à l’isle percée au retour du voyage que nous avons fait par ordre du Roy dans touttes les costes de l’Acadie, nous avions fait assembler les sieurs Beaugour, Claverie, Monseigueur [Monségur] Laisné, Monseigueur le Cadet, de La Fargue, Bonfils, Herigoyen, Louvet, Sanson et Pallié, tous dix Capitaines de vaisseaux faisant la pesche de la morue seiche et verte, tant à l’isle Percée qu’à celle de Bonaventure pour les entendre sur plusieurs contestations qui se sont mués entreux et sur lesquelles ils nous attendoient pour estre reiglez ayant eu avis de nostre voyage et après les avoir ouys, ensemble les habitans dudit lieu, nous avons sous le bon plaisir du Roy et conformément aux ordonnances de la marine et du consentement desdits Capitaines fait le reiglement qui ensuit, pour servir tant auxdits lieux de l’isle Percée et Bonaventure, qu’à la baye de Gaspé et autres lieux de pesche depuis le Cap des Rosiers jusque au Cap d’Espoir.

  1. Les vaisseaux venus de France auront les graves, galets, et vignaux préférablement aux habitans qui demeurent sur les lieux.
  2. Lesdits vaisseaux auront pour chaque chaloupe trois vignaux chacun de quarante brasses à raison de cinq pieds par brasses, sur cinq pieds et demy de large, et trois pieds pour le chemin d’entre les vignaux.
  3. Deffenses à tous Capitaines et autres de brusler les cabanes, vignaux et eschafaux à peine de cinquante livres d’amande applicable à l’église du lieu.
  4. Permis aux Capitaines et autres qui ont fait des echafaux de les défaire à la fin de leur pesche à cause des glaces qui les brisent et emportent à la mer, pour les mettre en bottes et les serrer en lieu où ils ne nuisent à personne faisant deffenses de prendre lesdits eschafaux en bottes sans avoir une permission expresse du propriétaire ; à peine de cent livres d’amende aplicable comme dessus, et de la restitution de pareille quantité de bois qui auroit esté prise, et ce pendant trois ans seulement.
  5. Deffenses à tous Capitaines et autres de prendre les chaloupes et barques des absens, ny d’y faire aucun tort, à peine contre les contrevenans de payer le prix et de cinquante livres d’amende suivant l’article huit du code de la marinne.
  6. Les vaisseaux ne pourront avoir de chaloupe qu’à proportion de leur port, à raison d’une chaloupe par vingt tonneaux, et en cas de contestation sur la port du vaisseau, on se pourvoira par devers le Capitaine admiral pour le faire jauger.
  7. Permis aux habitans des lieux de déserter des terres, y faire des vignaux ou galets qui leur apartiendront et dont ils pourront disposer comme de leur propre.
  8. Pareille permission est accordée aux Capitaines de vaisseaux à la charge de bastir une maison et faire hyverner quelqu’un sur les lieux.
  9. Lorsque quelque Capitaine fera la pesche du poisson vert aussy bien que du sec, il n’aura que deux vignaux par chaloupe, et les grandes barques passeront pour chaloupes.
  10. On laissera le chemin par nous indiqué et marqué en presence des susdits Capitaines pour passer charrettes et autres voitures depuis le bord de l’eau jusques au maisons.

97Et à l’esgard des autres contestations qui pourroient cy apres se mouvoir entreux ou autres pescheurs pour les rades, mouillages, et cables qui se pourraient trouver meslez, et semblables differens impreveus, nous les renvoyons à estre reiglez par celuy qui sera l’admirai auquel nous remettons l’execution du present reiglement luy enjoignant d’y tenir la main, comme à tous les articles des ordonnances de la Marine concernant la pesche de la morue. Mandons, &c. faict au havre de l’Isle Percée le dix neufiesme juin mil six cents quatre vingt six. De Meulles. [...]

98Nous soussignez déclarons que le contenu cy dessus a esté fait en nostre presence et qu’il est conforme à nos sentimens. Fait à l’Isle Percé le dix neufiesme juin 1686. Signé Beaugour, Pierre Claverie, Bonfils, I. Louvet, Pierre d’Hérigoyen, de Monségur, I. de Monségur le jeune, La Fargue, P. Pallié, J. Sanson.

99Nous Capitaines faisant la pesche à Gaspé, certifions avoir veu le reiglement que Monseigneur l’Intendant a fait à l’Isle percée qui est conforme à nos sentimens. Fait à Gaspé le 22° juin 1686. Gitart de Lavret et E. M. marque d’Elie Moüil [ ?] ne sçachant pas escrire.

***

Jacques de Meulles

Memoire instructif de la maniere dont on fait la pesche du poisson sec à l’isle Percée et ailleurs, fait par Monsieur De Meulles intendant de Canada 168612

  • 12 AC, C11D, vol. 2, f. 60r°-62r°.

100Il fault avoir une chaloupe qui couste cent cinquante livres toute apareillée et garnie ; pour ladite pesche il fault cinq matelots sur chaque chaloupe qui font à la part pour les proffits ; c’est à dire que le bourgeois qui a équipé et envoyé le vaisseau retire les trois quarts du bénéfice pour son vaisseau, les vitüailles et autres frais, qu’il est obligé de faire ; et le quatrième quart se partage à tout l’equipage, le bourgeois donne encore à un chacun avant le départ de France, le pot de vin, qui va à quatre cinq ou six escus plus ou moins ; le Capitaine qui commande le vaisseau n’a que sa part dans le proffit comme un matelot, mais il prend un garçon qu’il choisit pour chaque chaloupe et qui a sa part comme les autres matelots, dont le Capitaine proffite ayant la liberté de luy donner pour gages ce qu’il luy promet dez France.

101Quand les matelots vont à la pesche on donne à chacun une couple de gabettes, (c’est un biscuit de mer) pour toutes choses, et employent toute la journée à pescher. Ils reviennent le soir à une ou deux heures de soleil, et soupent à leur retour ; leur soupe consiste en morüe que l’on fait cuire et qu’ils mangent sans bœurre, huille, ny vinaigre. Le dimanche à midy on leur donne du lard, et le soir des febves et de la morue assaisonnée d’huile et de vinaigre. Le jeudy ils ont une soupe à midy avec des febves et de la morue et le soir du lard.

102Lesdits matelots pescheurs partent à la pointe du jour dans leurs chalouppes, et vont mouiller avec un grapin à une ou deux lieües au plus, et lorsqu’ils ont leur provision de morue, et qu’il est l’heure de se retirer, ils reviennent à terre où ils deschargent leur morüe. Les cinq hommes qui sont dans chaque chaloupe portent la morue qu’ils ont peschée dans un endroit qu’on nomme chafaux où il y a une grande table qu’on apelle étalle. L’un evantre la morüe et la jette au second qui luy rond la teste, en la ployant il luy casse un os qui fait qu’elle se sépare du corps aisement. Le troisieme couppe l’arreste qui est dans le corps le plus proprement qu’il peut avec des couteaux qui sont egallement larges et sans pointe, c’est ce que l’on apelle habiller la morüe ; apres quoy ils la jettent dans une broüette que les deux autres transportent sur le chafaux, et en font des pilles larges de trois pieds sur quatre pieds de hault et telle longueur que l’on veult, on apelle cela mettre la morue à la rime ; ensuitte on jette beaucoup de sel sur chaque lict de morue qu’on laisse ainsy deux ou trois jours au plus, apres quoy on Poste dudit chafaux avec des boyars pour la porter au bord de la mer dans de grands timbres qui sont comme des cages d’osier où on la lave pour oster tout son sel ; apres cela on la met dans un endroit large de dix ou douze pieds en quarré qu’on apelle galère ce qui est fait de perches. On laisse de cette maniere la morue deux fois vingt quatre heures, ce qu’on apelle metre la morüe en paste et c’est pour égouter son eau.

103Quand elle a esté ce temps, on la porte sur des clez eslevés de trois pieds de terre sur quatre de large, cela s’apelle vignaux où on estend la morue l’une apres l’autre, qu’on a le soin de retourner deux fois le jour, quand elle est assez seiche, on le met quatre à quatre sur lesdits vignaux toujours les queües vis à vis les testes, on apelle cela mettre la morue en petits moutons, ensuitte on grossit ces moutons en y augmentant le nombre des morues, apres quoy les pescheurs les ostent de dessus ces vignaux pour les mettre sur des caillous où ils en font de petites pilles en rond, et toujours les testes en dedans des pilles, et la peau dessus, afin que la pluie n’endomage pas la morue ; quelques fois ils la font seicher sur le galet qui sont des caillous qu’ils etendent fort uniment.

104Apres que ces petites pilles sont faittes et que l’on connoist que la morue commance à süer, on l’estend sur le galet une à une, et le soir on la met en plus grosses pilles qu’on laisse ainsy quinze jours ou environ jusques à ce qu’elle commance à resùer de nouveau et pour lors on l’estend une seconde fois sur le mesme galet, et sur le soir on la remet encore, en plus grosses pilles, elle demeure ainsy jusques à l’embarquement et avant de la mettre dans le vaisseau, on luy donne ce qu’on apelle, le dernier soleil qui est de l’estendre tout de nouveau sur le galet, d’où on la prend pour la mettre dans le navire apres l’avoir mis par quartrons qui sont de trente deux morües, dont on prend un compte fort exact pour la mettre proprement dans le vaissseau on se sert de fardages qui sont des branches de bouleau et noisilliers sauvages avec leurs feuilles, affin que le poisson se conserve sec et marchand. L’espinette et autre bois gommeux n’y vallent rien.

105On apelle chafaux dont on a cy devant parlé un bastiment que l’on fait de perches au bord de l’eau, dont les deux tiers avancent dans la mer et sont soustenus par des traitteaux. Ce bastiment a la figure d’une grange fort longue couverte de perches et de branches de sapin ; les costez sont aussy faits de cette maniere, et on observe de mettre les branches si espoisses que le vent ny le soleil n’y puissent passer, ce bastiment a deux pignons comme une grange ; on esleve ce chafaux de six pieds de terre, et il n’y a aussy que des perches pour plancher qui sont assez grosses et les unes proches des autres ; on y fait des trous pour jetter à la mer les testes et tripes de morues.

***

Requete de Simon Denys de Bonaventure 168613

  • 13 AC, C11A, vol. 8, f. 216r°-217r°.

106Expose que M. Talon ayant accordé à son pere une lieue de terre en profondeur et le long du bord de la mer, à prendre de l’isle Percée en tirant vers Canceau par concession du 20. juillet 1672. confirmée par M. Du Chesneau par contrat du 2. novembre 1676. avec faculté de traitte et de chasse, et de la pesche à l’exclusion des pescheurs ambulants, mesme le droit appelle entre les pescheurs droit d’admirauté à la charge de mettre le 1er ses chaloupes à la mer. Son pere, qui a depuis perdu la veüe a fait des etablissements pour ladite pesche, a cultivé des terres, et a attiré des hommes et qu’il a jouy de l’essor de sa concession et augmenté ce que son pere a commancé jusqu’au mois de juin 1686. que M. de Meulles a rendu une ordonnance estant à l’isle Percée laquelle il pretend contraire aux reglements et à sa concession, et qu’elle luy porte un prejudice de plus de 20 000ll par les 1er, 7. et 8. articles.

107Le 1er en ce qu’il donne aux vaisseaux venus de France les graves par preference aux habitans.

108Le second en ce qu’il permet aux habitans des lieux de deserter les terres et faire des vignaux qui leur apartiendront et dont ils pourront disposer, comme de leur propre.

109Et le huitieme en ce qu’il permet la mesme chose aux capitaines des vaisseaux françois à la charge de batir une maison et de faire hiverner quelqu’un sur les lieux.

110Il rapporte avec son placet la copie de la confirmation de sa concession par M. Duchesneau dans laquelle il est mention de celle de M. Talon.

111Et l’ordonnance de M. De Meulles en forme de reglement du 19. juin 1686.

112Il dit que le sieur Pierre Denis son pere est le 1er qui a fait la pesche sedentaire, qu’il a depencé beaucoup de bien pour former son etablissement et le pretend augmenter.

113Il demande d’estre maintenu dans la jouissance de touttes les conditions qui luy ont esté accordées par ses concessions nonobstant le reglement du sieur de Meulles.

114M. de Saint Valier assure qu’il y a 7. ou 8. habitans à son habitation et qu’on y pesche, et il paroit content de sa conduite.

115On estimeroit cependant que si Monseigneur le trouvoit à propos il faudrait renvoyer ledit sieur Bonnaventure à Monsieur Denonville et de Champigny pour y estre par eux pourveu en leur expliquant les considerations sur lesquelles ils doivent former leurs resolutions.

116Ledit Simon Bonnaventure pour un autre placet presenté à Monseigneur.

117Expose qu’estant occupé à faire la pesche sedentaire avec 10 hommes dans ses concessions M. de Meulles l’aurait obligé de l’accompagner à la visitte des costes de l’Acadie, à quoy il aurait employé huit mois à la conduitte d’un batiment et de l’equipage du sieur de Meulles sans qu’il l’ayt payé.

118Rapporte copie de l’ordonnance dudit sieur de Meulles du 30e octobre 1685 pour cet effet.

119Il supplie Monseigneur d’avoir la bonté de le faire payer, et une gratiffication pour le voyage qu’il a esté obligé de faire en France tant pour demander payement, que pour estre maintenu dans le droit de la pesche sedentaire.

Notes

1 BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 295r°-v°.

2 Ibid., f. 321-322r°.

3 Ibid., f. 297r°-298r°.

4 Ibid., f. 314r°-315v°.

5 Ibid., f. 318r°-319r°.

6 Ibid., f. 323r°-324v°.

7 Raturé puis récrit en interligne.

8 Ibid., f. 333r°-v°.

9 Ibid., f. 329r°-v°.

10 AC, C11D, vol. 2, f. 43°-44r°.

11 Ibid., f. 44v°-47v°.

12 AC, C11D, vol. 2, f. 60r°-62r°.

13 AC, C11A, vol. 8, f. 216r°-217r°.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search