Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

I. Notices biographiques

Texte intégral

1Allart, Germain (1618-1685), prêtre, récollet. Natif de Sézanne, en Brie champenoise, il fit profession chez les récollets de Paris en 1637. Il fut successivement gardien des couvents de Corbeil (1648-1649), de Rouen (1650), de Saint-Denys (1657-1659) et définiteur de la province de Saint-Denys (1654-1657), avant de remplir pour la première fois la charge de provincial de cette province (1660-1663). En 1662, conformément à la volonté royale, juridiquement contestable mais appuyée par l’armée, il intégra onze couvents franciscains de l’Artois, nouvellement conquis, à la province des récollets de Paris (voir supra, p. 189, n. 4). Quatre ans plus tard, à la demande de Louis XIV et sans attendre l’autorisation de son provincial, il envoya des religieux assister spirituellement la population de Gravelines, éprouvée par la peste. Au cours de son second mandat comme provincial (1668-1671), le père Allart vint au Canada, en compagnie des pères de La Ribourde, Guénin, Landon et des frères Luc François et Anselme Bardou, pour y restaurer l’ordre des récollets. Arrivé à Québec en août 1670, il réinstalla sommairement ses religieux, nomma le père de La Ribourde commissaire et supérieur du nouveau couvent et se rembarqua pour la France dès octobre. De retour à Paris en décembre, il reprit ses fonctions de provincial et fonda, l’année suivante, le couvent de Versailles. En 1672, enfin, à la tête d’une trentaine de récollets, le père Allart accompagna l’armée du roi en Flandre. De 1674 à 1677, le père Allart fut ministre provincial de la province de Saint-Antoine en Artois. Il était élu commissaire général des trois custodies de Flandre (Saint-Hubert, Saint-Pierre d’Alcantara, Sainte-Famille) en 1675 et commissaire de toutes les provinces de récollets, d’observants et de cordeliers de France en 1676. En mai 1678, il entamait un troisième mandat comme provincial de la province de Saint-Denys, mais démissionna en juin 1679. Ainsi ne serait-ce pas au provincial de Paris que les récollets du Canada s’adressent en présentant leurs requêtes au père Allart en 1680 ? Mêlé d’assez près à la politique de son temps et estimé du roi pour ses qualités et son dévouement (voir supra, p. 593, n. 25), Germain Allart fut nommé à l’évêché de Vence en 1681. Il visita son diocèse à l’automne de 1683 et mourut deux ans plus tard, à l’âge de 67 ans (G.-M. Dumas, « Allart, Germain (baptisé Théodore) », DBC, t. I, p. 55-56 ; M. Prevost, « Allart (Le P. Germain) », Dictionnaire de biographie française, vol. 2, col. 134-136 ; A. de Sérent, « Allart (Germain) », Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, vol. 2, col. 477-479 ; Leclercq, PEF, t. II, p. 86-95 ; C. Tanguay, Répertoire général du clergé canadien, p. 58 ; J.-B.-A. Allaire, Dictionnaire biographique du clergé canadien-français, vol. 1, p. 9 ; père Marie-Albert, Nécrologe de la province Saint-Joseph, p. 97 ; Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 182).

2Bazire, Charles (v. 1651 ou 1658-1738), frère convers, récollet ; cousin du négociant et copropriétaire de la seigneurie de Percé, Charles Bazire, mort à Québec en 1677. Né à Rouen, il prit l’habit franciscain à Québec, le 3 février 1679, lors d’une cérémonie présidée par le père Valentin Le Roux. Il aurait éventuellement œuvré à Plaisance (Terre-Neuve) et servait « encore avec édification dans le païs » en 1691 (PEF, t. II, p. 125). O. Jouve (Le Frère Didace Pelletier, récollet, p. 126-127) estime la durée de sa carrière missionnaire au double de celle du frère Didace, entré au noviciat le même jour que lui et mort en 1699 — ce qui situerait le retour du frère Charles en France autour de 1719. Il mourut à Corbeil, en Brie française, près de vingt ans plus tard (père Marie-Albert, Nécrologe de la province Saint-Joseph, p. 57 ; voir aussi R. Bacon, « Frère Charles Bazire », DBR, p. 32).

3Bernardin ou Sébastien (certains auteurs combinent les deux dénominations pour faire de ce missionnaire le père Sébastien Bernardin ou Bernardin Sébastien : Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 119 ; Leclercq, PEF, t. I, p. 242 ; Sagard, Histoire du Canada, livre II, chap. XXIV, éd. Tross, p. 374 ; L. Wadding, Annales Minorum, t. XXV, p. 325, n° 346, § XX : « Sebastianus Miscovia », pour Miscou). Débarqué à Port-Royal en 1619, en compagnie de deux autres récollets de la province de l’Immaculée-Conception en Aquitaine, le père Bernardin prit dès son arrivée le chemin de l’île Miscou, où il allait jeter les bases d’une mission notamment appelée à desservir l’établissement de pêche sédentaire qu’une petite société de marchands bordelais s’apprêtait à y fonder. Il passa au moins un hiver à Québec. Il mourut d’inanition au début de janvier 1623, sur la route qui le menait de Miscou à la rivière Saint-Jean Chrestien Leclercq relate plus précisément les circonstances de son décès dans le Premier Etablissement de la foy (t. I, p. 242-243) : « [...] le R. P. Sebastien y travailloit [en Acadie] depuis trois ans, lors qu’en 1623. nous apprîmes à Quebec la nouvelle de sa mort par deux Sauvages : ce bon Religieux estoit parti de Miscou pour se rendre à la riviere de Saint Jean, où estoit établie la Mission principale des Recollets de sa Province. Il fut accablé de misères, & de fatigues en traversant les bois, & cette grande étendue de païs qu’il y a entre Miscou & le Port Royal : en sorte qu’il y mourut de faim, après avoir saintement exercé le Ministère Apostolique pour la conversion des Infidèles : comme il avoit rendu visite à nos Peres de Quebec avec lesquels il avoit hyverné, nos Religieux qui le consideroient par estime & par affection, comme un membre de nostre Mission, luy rendirent au Convent de Nostre-Dame des Anges les suffrages accoutumez. » L’auteur anonyme de l’Histoire chronologique de la Nouvelle France (p. 119) raconte plutôt qu’à l’hiver de 1623, le père Bernardin « etoit party de Miscou en la Cadie avec les Sauvages qui alloient à la chasse afin de les instruire : les neiges se trouvant trop basses & trop molles, ils ne purent chasser, ce qui fit que le Pere & la plupart de ceux qui l’avoient mené, n’ayant rien à manger, ils moururent de faim. Il y avoit 3 ans que ce Religieux etoit à faire la mission parmy les Sauvages de la Cadie, dont il possedoit fort bien la langue, & qu’il instruisoit avec contentement, comme il manda l’année auparavant aux PP. Recollects de Quebec en se plaignant de certains Basques qui venoient faire traitte sans congé à la coste de l’Acadie & qui donnoient de mechantes impressions des François aux Sauvages de ces costes ». Premier missionnaire récollet chez les Micmacs, le père Bernardin fut aussi le premier religieux prêtre à décéder dans la colonie (père Hugolin [Lemay], Les Récollets de la province de l’Immaculée-Conception en Aquitaine. Missionnaires en Acadie, 1619-1633, p. 14-16 ; L. Poirier, « Les Franciscains récollets en Nouvelle-France, 1615-1849 », Chroniques et documents, vol. 39, n° 1, 1986, p. 11 ; père Marie-Albert, Nécrologe de la province Saint-Joseph, p. 10 ; W. F. Ganong, édit., New Relation of Gaspesia, p. 162, n. 1).

4Buisset, Luc (1641-1684), prêtre, récollet. Natif d’Ath, dans le Hainaut, il s’embarqua pour le Canada en juin 1675 avec ses confrères de la province d’Artois, Leclercq, Hennepin et Membré. Arrivé à Québec en août ou septembre, il allait dès octobre remplacer au fort Frontenac le père de La Ribourde, alors nommé supérieur au couvent de Québec. Il fut successivement secondé par les pères Léonard Duchesne (1675-1676), Louis Hennepin (1676-1678) et Gabriel de La Ribourde (1678-1679) dans son ministère auprès des Français du fort, puis auprès des Iroquois qu’attira la « maison de Mission » dont Buisset et Hennepin avaient dirigé la construction à proximité du poste en 1677. Selon Leclercq (PEF, t. II, p. 115), le père Buisset « suivoit par tout les Sauvages, & hyverna même deux ans dans les bois avec eux, afin de les gagner à Jesus-Christ ». A l’été de 1679, il resta seul au fort après le départ des autres missionnaires vers Niagara. Il y était toujours en 1681, quand Hennepin revint de son hivernement à Michillimakinac (Description de la Louisiane, p. 300 ; voir aussi A. Lafontaine, Recensement annoté de la Nouvelle-France, 1681, p. 7-8). Relayé à la mission iroquoise par le père François Wasson (voir infra, p. 596-597, 601), le père Buisset retourna ultérieurement à Québec, où il se trouva mêlé, en 1683, à « l’affaire du clocheton ». Il signa en juin la « Protestation des Récollets » contre les accusations et les interdictions prononcées à l’endroit des religieux de l’hospice par Mgr de Laval et, le 11 novembre suivant, quittait le Canada en compagnie des pères LeRoy, Le Roux et Maxime Leclercq. Le père Buisset mourut en août 1684, à Saint-François-sur-Sambre, sur le territoire actuel de la Belgique (P. Dubé, Les Frères insoumis, p. 79-83 ; O. Jouve, Le Père Gabriel de La Ribourde, récollet, p. 38-47 ; Hennepin, Description de la Louisiane, p. 12-13 ; Nouvelle Découverte, p. 60, 66 ; R. Bacon, « Père Luc Buisset », DBR, p. 66-67).

5Bullion, Madame Angélique Faure de (après 1587-1664), épouse de Claude de Bullion, surintendant des Finances sous Louis XIII, fondatrice séculière de l’Hôtel-Dieu de Montréal et membre de la Société de Notre-Dame de Montréal. Veuve en 1640 et détentrice d’une fortune considérable, elle établit de nombreuses fondations pieuses en France et en Nouvelle-France. Elle confia à Jeanne Mance, en 1641, la mise sur pied et l’administration de l’hôpital qu’elle projetait de fonder à Ville-Marie et qui fut vraisemblablement érigé en 1645. Elle affecta des sommes importantes tant à la construction et au développement de l’Hôtel-Dieu qu’à l’entretien des religieuses et de Jeanne Mance. Elle tint à garder l’anonymat de son vivant et n’apparaît dans les contrats que sous le nom d’« Une personne qui ne veult estre cogneue en ce monde » (« Acte de fondation pour les malades dans l’isle de Monreal », reproduit dans M. Mondoux, L’Hôtel-Dieu, premier hôpital de Montréal, p. 324). Madame de Bullion fut inhumée à Paris, dans le caveau des récollets de la province de Saint-Denys, pour qui elle « avait fait bastir un chapitre clostré et ancienne bibliothèque » (ibid., p. 193 ; R. Le Blant, « Notes sur Madame de Bullion, bienfaitrice de l’Hôtel-Dieu de Montréal », RHAF, vol. 12, n° 1, 1958, p. 121-125 ; M. Morin, Histoire simple et véritable, p. 40-44, 82).

6Cartier, Jacques (1491-1557), navigateur malouin ; il voyagea vraisemblablement au Brésil et à Terre-Neuve, avant d’être présenté au roi de France, en 1532, par Jean Le Veneur, évêque de Saint-Malo et abbé du Mont-Saint-Michel, lié à un parent du pilote. François Ier le chargea, en 1534, d’une première expédition vers le Nouveau Monde, d’où Cartier revint sans avoir atteint le double objectif fixé (recherche de métaux précieux, découverte du passage vers l’Asie), mais riche de nouvelles connaissances géographiques sur le golfe du Saint-Laurent. De retour à Saint-Malo en septembre 1534, Cartier recevait mission, dès le mois suivant, de poursuivre son exploration et repartait pour l’Amérique en mai 1535, mieux équipé et guidé dans sa navigation par deux Amérindiens ramenés en France lors de son premier voyage. De Blanc-Sablon, il longea la côte nord du golfe, s’engagea dans le « grand fleuve de Hochelaga », le remonta jusqu’à Stadaconé (sur l’emplacement actuel de Québec) et se fixa sur la rivière Sainte-Croix (Saint-Charles). En dépit des efforts des indigènes pour l’en dissuader, Cartier poursuivit son exploration jusqu’à Hochelaga (sur l’emplacement actuel de Montréal), puis revint à Sainte-Croix, où il hiverna, exposé au ressentiment des Amérindiens et aux ravages du scorbut. Il se rembarqua au printemps, accompagné d’une dizaine d’habitants de Stadaconé et de leur chef, Donnacona. Il abordait à Saint-Malo en juillet 1536, avec, à son crédit, la découverte d’une voie de pénétration majeure du continent américain. La situation européenne empêcha Cartier de retourner au Canada avant 1541. François Ier le nomma à la tête d’une troisième expédition en 1540, puis se ravisa et lui substitua Roberval en 1541. Cartier devait néanmoins faire le voyage, mais sous les ordres du « chef, ducteur et cappitaine » de l’entreprise. Le printemps venu, Roberval n’ayant pu s’embarquer faute d’avoir entièrement rassemblé le matériel de guerre nécessaire à l’expédition, Cartier partit seul. Arrivé à Sainte-Croix en août 1541, il s’installa peu après sur la rivière de Cap-Rouge, où il établit un fort, Charlesbourg-Royal. Sur ce nouveau site, Cartier trouva « bonne quantité de pierres » qu’il pensa « être des diamants » et « certaines feuilles d’or fin ». Il se dirigea vers Hochelaga en septembre, puis revint passer l’hiver à Cap-Rouge, d’où il mit voile vers la France en juin 1542. A la hauteur de Terre-Neuve, il croisa Roberval, parti de La Rochelle deux mois auparavant. Malgré l’ordre que ce dernier lui donna de faire demi-tour, Cartier rentra en France, où « l’or » et les « diamants » qu’il rapportait se révélèrent, à l’examen, pyrite de fer et cristaux de quartz. Cartier ne retourna plus au Canada. Il vécut jusqu’à sa mort à Saint-Malo et à Limoilou, près de Paramé (M. Trudel, « Cartier, Jacques », DBC, t. I, p. 170-177 ; M. Bideaux, Introduction et Chronologie, dans Cartier, Relations, p. 9-72 et 87-92).

7Chabot, Philippe, comte de Charny et de Buzançais, seigneur de Brion (1480-1543) ; compagnon d’enfance de François, comte d’Angoulême, futur François Ier. Il fut successivement amiral de France, capitaine de Honfleur, capitaine de Dijon, gouverneur et lieutenant général de Bourgogne, gouverneur de Valois (1526), amiral de Bretagne (1531), amiral de Guyenne, gouverneur et lieutenant général de Bretagne (1532), capitaine de Brest (1533). Il négocia la trêve de Nice entre François Ier et l’empereur Charles Quint, en 1538, puis connut brusquement la disgrâce. Trouvé coupable de malversations et de lèse-majesté, à l’issue d’un procès ordonné par le roi (1539-1541), il fut dépouillé de ses biens et de ses charges, condamné au bannissement et enfermé à Vincennes. Sur l’intervention de la duchesse d’Étampes, François Ier le rétablit peu à peu dans son honneur et ses fonctions (1542). L’amiral Chabot avait délivré à Cartier, le 30 octobre 1534, la commission relative à sa seconde expédition au Canada (le texte de cette commission est reproduit en appendice dans Cartier, Relations, p. 227-228). Comme Jeanne-Pélagie de Rohan-Chabot, Philippe Chabot descendait de Jacques Chabot, seigneur de Jarnac, de Brion et d’Aspremont († 1496), père de l’amiral et de Charles Chabot, baron de Jarnac († l559), ancêtre de la princesse d’Épinoy (G. Chaix d’Est-Ange, « Chabot (de), aujourd’hui Rohan-Chabot (de) », Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du xixe siècle, t. V, p. 175-177 ; G. Martin, Histoire et généalogie des maisons de Chabot, de Rohan-Chabot et de Rohan, t. I, p. 38-71, 142-150 ; L. Moréri, « Chabot » et « Chabot (Philippe) », Le Grand Dictionnaire historique, t. III, p. 424-426).

8Denys de Fronsac, Richard (1647-1691), négociant, entrepreneur en pêcheries et colonisateur de l’Acadie ; fils de Nicolas Denys. Né à La Rochelle, il vint vraisemblablement en Acadie avec sa mère en 1658. La famille s’établit alors à Saint-Pierre du Cap-Breton, où Nicolas Denys s’était réinstallé après avoir obtenu, en 1653, les droits sur la côte et les îles du golfe du Saint-Laurent et, l’année suivante, le titre de gouverneur et lieutenant général de ce territoire. Au départ de son père pour la France, en 1671, Richard Denys assuma à sa demande la direction de ses affaires, subsistant principalement de la traite des fourrures et des pêcheries. Il se fixa lui-même sur la rivière Miramichi (voir supra, p. 377, n. 42) et encouragea le peuplement des propriétés familiales. Au fil des ans, néanmoins, le vaste domaine des Denys subit un certain morcellement, tant en raison du manquement des propriétaires à remplir les conditions de peuplement portées par le contrat de 1653 qu’en raison de l’inconsistance des décisions prises ultérieurement par des autorités différentes à l’égard des terres initialement concédées. Le 17 avril 1687, semble-t-il, la concession princière de Nicolas Denys fut finalement annulée et l’ensemble des terres non encore concédées par lui ou son fils, réunies au domaine de la Couronne (voir les allusions à cette révocation et à cette date dans les pièces d’archives colligées par W. F. Ganong, « Richard Denys, Sieur de Fronsac, and His Settlements in Northern New Brunswick », dans Collections of the New Brunswick Historical Society, vol. 3, n° 7, p. 43-50). Après la mort de son père en 1688, Richard Denys demanda à être investi personnellement des pouvoirs qu’il exerçait par délégation depuis dix-huit ans ; la cour consentit apparemment à sa requête puisque, dans un document de 1689, il se désigne lui-même comme « commandant dans la Baye de Saint Laurent, Miramychy et Risticouhe, Baye des Chaleurs ». En 1690, il reçut, à titre d’héritier de son père, la seigneurie de Miramichi et, peu après, acheta de Jean Gobin et de Pierre Le Moyne d’Iberville les seigneuries de Nepisiguit et de Ristigouche qui venaient de leur être respectivement attribuées. Ainsi demeurait-il, en vertu de nouvelles concessions, propriétaire d’une large part du territoire acadien. Richard Denys de Fronsac mourut à l’automne de 1691, dans le naufrage du Saint-François-Xavier. Il avait épousé une Amérindienne, Anne Parabego (Partarabego), vers 1680, et s’était remarié à Québec, le 15 octobre 1689, avec Françoise Cailleteau. Ses biens passèrent après sa mort aux enfants issus du second mariage de cette dernière avec Pierre Rey Gaillard (A. G. Bailey, « Denys de Fronsac, Richard », DBC, t. I, p. 267-269 ; W. F. Ganong, « Richard Denys, Sieur de Fronsac », p. 7-54 ; W. F. Ganong, édit., New Relation of Gaspesia, p. 159-160, n. 1 ; id., The Description and Natural History of the Coasts of North America (Acadia), p. 21-22 ; C.-J. d’Entremont, Nicolas Denys, sa vie et son œuvre, p. 53 ; G. MacBeath, « Denys, Nicolas », DBC, t. I, p. 265-266).

9Denys de La Ronde, Pierre (1631-1708), propriétaire terrien et négociant. Né à Tours, il vint très jeune en Nouvelle-France en compagnie de son père, Simon Denys de La Trinité, le frère de Nicolas Denys. En 1672, il reçut de l’intendant Talon une concession des côtes situées entre Percé et la baie de Gaspé en vue d’y créer, avec ses associés Charles Aubert de La Chesnaye et Charles Bazire, des établissements de pêche sédentaire. La concession fut ratifiée par l’intendant Duchesneau en 1676, après que les trois hommes eurent aménagé deux pêcheries, l’une à Percé même, l’autre à Petite Rivière, à l’entrée du Barachois. Le poste de Percé était surtout fréquenté pendant l’été, alors qu’à Petite Rivière se trouvaient « le lieu de l’hyvern[emen]t et la ménagerie » (« Estat de la seigneurie de l’Isle de percée et dépendances », dans père Hugolin [Lemay], L’Etablissement des récollets à l’isle Percée, 1673-1690, p. 9). L’exploitation gérée par Pierre Denys n’eut cependant pas le succès prévu. En 1677, la plus grande partie de la seigneurie de Percé passa aux mains de Jacques Le Ber, de Montréal, et, en 1685, Richard Denys de Fronsac, dont le père en avait été propriétaire avant 1672, l’administrait de nouveau en son nom. Pierre Denys de La Ronde rentra ensuite à Québec, où, devenu aveugle, il vécut de la location des propriétés qu’il avait acquises dans les années 1650-1660. Il fut inhumé dans la chapelle des récollets à Québec (A. J. E. Lunn, « Denys de La Ronde, Pierre », DBC, t. II, p. 185-186 ; W. F. Ganong, édit., New Relation of Gaspesia, p. 77-79, n. 1 ; id., « Richard Denys, Sieur de Fronsac, and His Settlements in Northern New Brunswick », Collections of the New Brunswick Historical Society, vol. 3, n° 7, p. 19-21 ; C.-J. d’Entremont, Nicolas Denys, sa vie et son œuvre, p. 388-391 ).

10Dethune, Exupère (1644-1692), prêtre, récollet. Entré chez les récollets de la province de Saint-Denys en 1665, il passa au Canada en 1671, avec les pères Claude Moireau, Léonard Duchesne, Étienne Saulnier et le frère Innocent Desmarais. Il œuvra aux environs de Québec (Cap-Rouge, Rivière-aux-Roches, Dombourg) jusqu’en 1673 et partit ensuite pour Percé exercer le ministère auprès des pêcheurs qui, du printemps à l’automne, fréquentaient annuellement l’endroit. Ainsi est-il l’un des « deux Recollects » — Leclercq étant l’autre — dont certains documents signalent, entre 1675 et 1683, la présence à l’île Percée durant l’été ; « pendant l’hiver un religieux p[ouvai]t s’appliquer à la mission des Sauvages & l’autre rester en ce lieu pour les François » ou regagner Québec (voir supra, p. 404, n. 110 ; « Estat de la Mission des PP. Recolets de Canada », dans Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 216). En 1680, le père Dethune fut envoyé en France avec Chrestien Leclercq afin d’obtenir les autorisations nécessaires à l’établissement d’un hospice à Québec et d’un couvent à Montréal (voir supra, p. 580). De retour au Canada, il réintégra la mission de Percé, d’où il était rappelé en 1682 pour remplir la fonction de vicaire au couvent de Québec. Maître des novices l’année suivante, il succéda en 1684 au père Henri LeRoy comme supérieur et commissaire provincial de la mission canadienne. Le père Dethune retourna en France à l’automne de 1685. Il était au couvent de Châlons-sur-Marne en 1688. Il mourut quatre ans plus tard à l’hospice des récollets de Sainte-Marguerite, près de Gisors (O. Jouve, « Père Exupère Dethune », DBR, p. 353-367 ; F. Gingras, « Dethune, Exupère », DBC, t. I, p. 272-273 ; I. Caron, « Prêtres séculiers et religieux qui ont exercé le saint ministère au Canada (1670-1679) », BRH, vol. 47, n° 8, 1941, p. 228 ; père Marie-Albert, Nécrologe de la province Saint-Joseph, p. 70 ; W. F. Ganong, édit., New Relation of Gaspesia, p. 75-76, n. 3, et p. 305, n. 1 ; PEF, t. II, p. 104 ; père Hugolin [Lemay], L’Établissement des récollets à l’isle Percée, 1673-1690, p. 11-13).

11Dollier de Casson, François (1636-1701), prêtre, sulpicien. Arrivé en Nouvelle-France en 1666, il succédait à Thubières de Queylus comme supérieur de Saint-Sulpice et seigneur de l’île de Montréal en 1671. Il assuma d’abord ces fonctions jusqu’en 1674, puis les remplit de nouveau, au retour d’un séjour en France, de 1678 à sa mort. Il employa les premières années de son mandat à l’organisation de la ville, à la construction de l’église Notre-Dame (commencée en 1672, ouverte au culte en 1678, parachevée en 1683) et à la rédaction de son Histoire du Montréal. Il fit construire un nouveau séminaire pour sa communauté (1686) et, pendant les vingt dernières années de sa vie, se consacra à un projet dont il ne vit pas l’aboutissement : le creusage du canal de Lachine. Esprit conciliateur, Dollier de Casson entretint de bonnes relations avec les autres communautés religieuses en Nouvelle-France : jésuites, récollets, prêtres des Missions étrangères (J. Mathieu, « Dollier de Casson, François », DBC, t. II, p. 198-203 ; M. Trudel et M. Baboyant, Introduction, dans Dollier de Casson, Histoire du Montréal, p. 17-42).

12Duchesne, Léonard (v. 1646-1679), prêtre, récollet. Natif de Dreux, il vint au Canada en 1671, en compagnie des pères Claude Moireau, Exupère Dethune, Etienne Saulnier et du frère Innocent Desmarais. Les récollets n’étant pas pour lors autorisés à se rendre dans les missions, le père Duchesne demeura quelques années attaché à la résidence de Québec, s’employant à l’étude des langues amérindiennes et au service pastoral des colons de L’Ange-Gardien. En octobre 1675, il reçut de Mgr de Laval les approbations nécessaires à l’exercice du ministère au fort Frontenac, où il se rendit remplacer le père de La Ribourde avec le père Luc Buisset. De santé délicate, il resta peu de temps à Cataracoui, où le père Hennepin prenait sa relève dès le printemps de 1676. Le père Duchesne se trouvait au couvent de Notre-Dame-des-Anges en juin 1679, ainsi qu’en témoigne la lettre du père Le Roux à Chrestien Leclercq. Il dut repasser peu après en France, puisqu’il mourut à Paris le 18 décembre suivant (O. Jouve, Le Père Gabriel de La Ribourde, récollet, p. 19, 25, 38, 41 ; id., Le Frère Didace Pelletier, récollet, p. 117 ; P. Dubé, Les Frères insoumis, p. 53-54, 58-59 ; Leclercq, PEF, t. II, p. 97-98 ; O. Jouve, « Père Léonard Duchesne », DBR, p. 392-394).

13Filiastre, Luc (1646-1721), prêtre, récollet. Natif de Rouen et prêtre depuis 1672, le père Filiastre vint au Canada en 1677, en compagnie du commissaire provincial Valentin Le Roux et de deux autres récollets. Dès son arrivée, il s’employa au ministère, œuvrant successivement à Charlesbourg (juillet 1678), à Saint-François-du-Lac (juillet 1680), à Bécancour (1680) et à la rivière Saint-Michel (janvier 1681). En novembre 1681, il était directeur du tiers ordre à Québec et, à l’été de 1682, accompagnait à titre de chapelain le gouverneur Frontenac à Montréal (vraisemblablement aussi à l’été de 1681 : voir Hennepin, Nouvelle Decouverte d’un très grand pays, p. 470-471). En juin 1683, il fut délégué avec son confrère Joseph Denys auprès du gouverneur de La Barre, afin de lui notifier la conduite pacifique des récollets de Québec dans « l’affaire du clocheton ». Visé par l’injonction épiscopale prononcée en octobre suivant contre les religieux de Notre-Dame-des-Anges, le père Filiastre quitta la Nouvelle-France en novembre, avec le commissaire provincial Henri Le Roy et les autres récollets empêchés par Mgr de Laval de prêcher et de confesser dans son diocèse. Il repassa au Canada en 1689, en qualité de commissaire provincial et de gardien du couvent de Québec. Après un triennat ponctué d’événements pénibles (pillage de la mission de Plaisance et destruction de la mission de Percé, siège de Québec par Phips, cession du couvent de Notre-Dame-des-Anges), il fut envoyé à Trois-Rivières, où le roi venait d’autoriser l’établissement des religieux de son ordre. Le père Filiastre dirigea la construction du couvent à partir de mai 1693 et cumula peu après les fonctions de supérieur et de curé de la paroisse (1693-1696). Il assuma ensuite la direction spirituelle des ursulines de Trois-Rivières et, en novembre 1700, entamait un nouveau mandat comme supérieur des récollets et curé de la paroisse. Il rentra probablement à Québec à l’automne de 1703 et remplissait l’année suivante, en l’absence d’Apollinaire Luteau, la charge de président du couvent (pour la distinction entre « président », « gardien » et « supérieur », voir O. Jouve, Aux Trois-Rivières, p. 80-81). Il continua par la suite d’exercer occasionnellement le ministère, restant jusqu’à sa mort attaché à la mission canadienne. Le père Luc Filiastre mourut à Québec, à l’âge de 75 ans (J. Valois, « Filiastre, Luc » et « Le Roy, Henri », DBC, t. II, p. 230-231 et 439 ; O. Jouve, op. cit., p. 50-51, 58, 72-79, 302, 306-307, 312 ; O. Jouve, « Père Luc Filiastre », DBR, p. 423-432).

14Fillon, François (1629-1679), prêtre séculier. Originaire d’Autun, en Bourgogne, il fut ordonné prêtre en 1659 et quitta la France pour le Canada en 1667. Dès son arrivée, il alla assister l’abbé Thomas Morel à la côte de Beaupré, puis le remplaça lorsque celui-ci passa sur la rive sud du fleuve en 1671. L’abbé Fillon desservit jusqu’à sa mort le territoire de la côte de Beaupré, exerçant le ministère à L’Ange-Gardien (où il dirigea les travaux de construction de l’église, de 1674 à 1679), à Château-Richer, à Sainte-Anne-de-Beaupré (où il se vit confier la reconstruction de l’église, en 1676), à Saint-Joachim et à Baie-Saint-Paul. C’est en se rendant à ce dernier endroit qu’il se noya le 14 juin 1679. Il fut inhumé dans l’église de Sainte-Anne-de-Beaupré le 13 juillet suivant. Il avait été nommé procureur du séminaire de Québec en décembre 1678, emploi auquel lui succéda l’abbé Louis-Pierre Thury (J.-B.-A. Allaire, Dictionnaire biographique du clergé canadien-français, t. I, p. 208 ; C. Tanguay, Répertoire général du clergé canadien, p. 55-56 ; N. Baillargeon, Le Séminaire de Québec sous l’épiscopat de Mgr de Laval, p. 52-53, 91, 205-206).

15François Xavier, saint (1506-1552), jésuite et missionnaire espagnol, considéré par les missionnaires, depuis le xvie siècle, comme le modèle de l’« apôtre » en terre païenne. Étudiant à Paris (1525-1536), il fit la connaissance d’Ignace de Loyola et compta parmi ses premiers disciples. Il séjourna en Italie de 1537 à 1540 et participa à la fondation de la Compagnie de Jésus (1539). Désigné par le pape pour les missions des Indes orientales (1540), il débarqua à Goa comme nonce apostolique en 1542. Ses travaux le menèrent en Inde (1542-1552), à Ceylan (1545), à Malacca (1545-1552), aux Moluques (1546-1547) et au Japon (1549-1551). Il quitta Goa pour la Chine en 1552, mais mourut sur l’île de Sancian avant d’avoir atteint sa destination. Le jésuite Dominique Bouhours a publié en 1682 une Vie de saint François Xavier (Paris, S. Mabre-Cramoisy), plusieurs fois rééditée du xviie au xixe siècle et ridiculisée par Voltaire (voir « François Xavier », Questions sur l’Encyclopédie, 6e partie, 1771, dans Œuvres complètes, vol. 19, p. 200-204).

16Gallard, Charlotte (1648-1725), religieuse hospitalière de Saint-Joseph ; fille de René Gallard, conseiller à la prévôté royale d’Angers. Novice à l’Hôtel-Dieu de Beaufort-en-Vallée, professe en 1679, elle quitta Beaufort pour la Nouvelle-France le 27 mai 1681 (voir supra, p. 598, n. 40), accompagnée de Françoise Maumousseau, sous la protection du « révérend père Chrétien, Récollet » (V. Cuillerier, « Relation de sœur Cuillerier (1725-1747) », Écrits du Canada français, p. 164). Arrivée à l’Hôtel-Dieu de Montréal en août suivant, elle fut chargée du dépôt des pauvres, puis du soin des malades. Elle était de nouveau dépositaire des pauvres lors du premier incendie de l’hôpital en l695. Elle fut par la suite maîtresse des novices, assistante et, pendant près de dix-huit ans (1702-1708, 1711-1717, 1720-1725), supérieure de sa communauté. Elle mourut à Montréal (H. Bernier, « Gallard (Gallar, Galard), Charlotte », DBC, t. II, p. 244 ; M. Mon-doux, L’Hôtel-Dieu, premier hôpital de Montréal, p. 221-223, 241, 272 ; M. Morin, Histoire simple et véritable, p. 9, 153).

17Guénin, Hilarion (v. 1641-1705), prêtre, récollet. Il comptait parmi les premiers religieux qui, en 1669, furent chargés d’aller rétablir l’ordre des récollets au Canada et que le naufrage de leur navire força à regagner la France. Il se rembarqua l’année suivante en compagnie du provincial de Saint-Denys, Germain Allart, des pères de La Ribourde et Landon, ainsi que des frères Luc François et Anselme Bardou. Arrivé à Québec le 18 août, il fut affecté en novembre au ministère paroissial de Trois-Rivières, où il demeura jusqu’en avril 1671. Bien que Leclercq (PEF, t. II, p. 104) parle comme si le père Dethune avait été, en 1673, le premier prêtre récollet à Percé, il semble que le père Guénin ait desservi le poste de pêche dès 1672, vraisemblablement pendant un seul été. En 1678, il fut nommé maître des novices au couvent de Québec et, en 1681, y occupait la charge de vicaire. Il rentra en France l’année suivante, après douze années au Canada. Il était gardien du couvent de Melun lorsqu’il mourut, à l’âge de 63 ans (I. Caron, « Prêtres séculiers et religieux qui ont exercé le saint ministère au Canada (1670-1679) », BRH, vol. 47, n° 8, 1941, p. 226 ; père Marie-Albert, Nécrologe de la province Saint-Joseph, p. 11 ; W. F. Ganong, édit., New Relation of Gaspesia, p. 75-76, n. 3 ; O. Jouve, Aux Trois-Rivières, p. 20-21 ; père Hugolin [Lemay], L’Établissement des récollets à l’isle Percée, 1673-1690, p. 11-12 ; Le Père Joseph Denis, vol. 1, p. 107 ; O. Jouve, « Père Hilarion Guénin », DBR, p. 480-484).

18Guillaume III d’Orange-Nassau (1650-1702). Stathouder de Hollande (1674-1702), roi d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande (1689-1702). Il était le petit-fils de Charles Ier d’Angleterre et le gendre de Jacques II. Il commanda les troupes de la république pendant la guerre de Hollande (1672-1678), s’allia à l’Angleterre en épousant Marie, fille aînée de Jacques, duc d’York (1677), et se posa dès lors en défenseur du protestantisme contre l’hégémonie française catholique. En 1688, les adversaires de Jacques II, inquiets à la perspective d’une Angleterre papiste et absolutiste, le pressèrent d’intervenir en armes pour assurer le maintien de l’Église anglicane et la protection du Parlement. La flotte du stathouder aborda à Torbay en novembre, son armée se rassembla à Exeter, puis marcha sur Salisbury où Jacques II avait concentré la sienne. Il n’y eut pas de combat, le roi ayant fait se replier ses troupes, avant de s’enfuir en France. Une convention décida la vacance du trône et appela Guillaume et Marie à régner sur l’Angleterre. Ils durent auparavant signer une déclaration des droits (février 1689) les engageant à respecter les lois fondamentales du royaume (interdiction d’établir des impôts sans un vote du Parlement, d’entretenir une armée en temps de paix, de créer des juridictions exceptionnelles ; obligation de respecter la liberté de parole dans le Parlement et le droit de pétition des sujets). La France reconnut Guillaume roi d’Angleterre par le traité de Ryswick (1697). L’Acte d’établissement (1701) régla sa succession en excluant définitivement les catholiques du trône d’Angleterre (R. Mandrou, Louis XIV en son temps : 1661-1715, p. 376-403 ; R. Marx, L’Angleterre des révolutions, p. 240-277).

19Hennepin, Louis (1626-v. 1705), prêtre, récollet. Né à Ath, dans le Hainaut, il fit son noviciat au couvent de Béthune (Artois) sous la direction du père Gabriel de La Ribourde, avant de poursuivre à Montargis (Loiret) les études qui allaient le mener au sacerdoce. Il vint au Canada en 1675, en compagnie des pères Leclercq, Buisset et Membre. A son arrivée, il s’employa au ministère (Cap-Tourmente, Trois-Rivières, Sainte-Anne-de-Beaupré, Bourg-Royal) et, à la demande de Mgr de Laval, prêcha l’avent et le carême à l’Hôtel-Dieu de Québec. Au printemps de 1676, il se rendit au fort Frontenac remplacer le père Léonard Duchesne aux côtés du père Luc Buisset. Les deux confrères dirigeaient l’année suivante les travaux de construction d’une « maison de Mission » à proximité du fort. En 1678, le père Hennepin rentra à Québec, d’où il regagna, dès l’automne, le fort Frontenac afin de prendre part aux préparatifs de la première expédition de La Salle. Le 18 novembre, il s’embarquait avec La Motte de Lucière à destination de Niagara, où les deux hommes avaient mission d’entreprendre, avec l’assentiment des Iroquois, la construction d’un fort et d’une barque. Le bateau fut mis en chantier en janvier 1679 et le fort, achevé au cours de l’hiver. Le 11 mai, Hennepin alla chercher au fort Frontenac les pères de La Ribourde et Membre, chargés, comme lui, d’accompagner La Salle dans son voyage d’exploration. De retour au fort de Niagara en juillet, les trois récollets prenaient place sur le Griffon le 7 août suivant et partaient avec l’explorateur et ses hommes à la découverte du Mississipi. La troupe atteignit le pays des Illinois en janvier 1680. Le 29 février suivant, La Salle envoyait Hennepin et deux membres de l’expédition en reconnaissance vers le haut Mississipi. Les trois voyageurs furent capturés par des guerriers sioux le 11 avril et contraints à les suivre jusqu’à leur village, dans la région des Mille Lacs (Minnesota). Libérés à la fin de septembre 1680, ils gagnèrent Michillimakinac et y passèrent l’hiver avant de reprendre la route vers Québec en avril 1681. Le père Hennepin rentra en France la même année. Il était vicaire du couvent de Cateau-Cambrésis en 1683 et supérieur du couvent de Renty de 1684 à 1687. Il tomba par la suite en disgrâce, fut chassé de la province d’Artois et forcé de chercher refuge à Gosselies (1687-1692), puis, au fil des poursuites et des expulsions, à Amsterdam (1696), à Utrecht (1696-1698), à Rome (1698-1701). Ses dernières années restent obscures. Il est l’auteur de la Description de la Louisiane (Paris, 1683), ouvrage qui connut à l’époque un vif succès. Il a aussi publié la Nouvelle Découverte d’un très grand pays Situé dans l’Amérique (Utrecht, 1697), le Nouveau Voyage d’un Pais plus grand que l’Europe (Utrecht, 1698) — récits contestés dans lesquels il prétend n’avoir pas seulement remonté le fleuve Mississipi en 1680, mais encore l’avoir descendu jusqu’à son embouchure — et La Morale pratique du jansénisme (Utrecht, 1698) (J.-R. Rioux, « Père Louis Hennepin », DBR, p. 494-502 ; Leclercq, PEF, t. II, p. 114, 140-162 ; O. Jouve, Le Père Gabriel de La Ribourde, récollet, p. 38-57 ; C. Dupré, « Cavelier de La Salle, René-Robert », DBC, 1.1, p. 181-182 ; A. Louant, Le Cas du Père Louis Hennepin ; P. Dubé, « Édition critique de La Morale pratique du jansénisme de Louis Hennepin »).

20Jacques II (1633-1701), duc d’York (1633), roi d’Angleterre et d’Irlande (1685), roi d’Ecosse sous le nom de Jacques VII. Il était le second fils de Charles Ier. Il vécut en Hollande et en France sous le protectorat de Cromwell (1653-1658) et rentra en Angleterre à la Restauration (1660). Nommé grand amiral, il commanda la flotte anglaise contre les Hollandais en 1665 (Solebay) et en 1672 (Southwold Bay). Converti au catholicisme, il fut destitué de son poste d’amiral après que le Parlement eut adopté le bill du Test (1673) imposant à tout candidat à une charge publique un serment de non-catholicité. Nommé haut-commissaire en Ecosse en 1679, il revint à Londres en 1682 et y reprit ses anciennes fonctions. En dépit du bill d’Exclusion voté par le Parlement en 1680 et déclarant inhabile à régner tout prince catholique, il succéda à son frère Charles II en 1685. Très tôt, il suscita l’hostilité au sein du personnel politique et du clergé anglican par son gouvernement absolutiste et procatholique. En 1686, il renoua les relations diplomatiques avec Rome et, l’année suivante, proposa au Parlement une déclaration d’indulgence favorable aux minorités religieuses et les dispensant du serment institué par le bill du Test. Le Parlement rejeta la mesure ; Jacques II révoqua les deux chambres. La publication, en 1688, d’une nouvelle déclaration d’indulgence et la naissance d’un héritier mâle issu de la seconde union du roi avec une princesse catholique précipitèrent l’intervention des opposants. Vaincu, sans avoir combattu, par les troupes orangistes, Jacques II se réfugia en France, où Louis XIV l’accueillit. Avec le concours du roi de France, il tenta de rétablir son pouvoir en Irlande, mais dut s’incliner à la Boyne en 1690. Il se fixa à Saint-Germain-en-Laye et légua, à sa mort, ses prétentions à son fils Jacques-Edouard Stuart, connu en France sous le nom de chevalier de Saint-George (R. Mandrou, Louis XIV en son temps : 1661-1715, p. 376-403 ; R. Marx, L’Angleterre des révolutions, p. 240-277).

21Jumeau, Emmanuel (?-1707), prêtre, récollet. Entré au noviciat d’Arras en 1675 (voir supra, p. 352), il quitta vraisemblablement la France pour le Canada en 1682. Affecté aux missions de la Gaspésie, il exerça particulièrement son ministère auprès des Porte-Croix de Miramichi, où, selon l’auteur anonyme de l’Histoire chronologique de la Nouvelle France (p. 39-40), les « PP. Chrétien Le Clerq & Emmanuel Jumeau [...] ont fait sept ou huit ans la mission, & baptisé grand nombre de sauvages Gaspeysiens, juques à ce que M. Richard Denys ait donné [en 1685] neuf lieuës de ses terres à Messieurs du Seminaire de Quebec qui y ont envoyé Mr Thury pour continuer la mission des PP. Recollects ». En 1688-1689, il desservait Rivière-Ouelle et Grande-Anse (Sainte-Anne-de-la-Pocatière) ; en 1689, il remplaça à Percé le père Joseph Denys, parti fonder un établissement de récollets à Plaisance (Terre-Neuve). Il fut ainsi témoin du saccage de la mission qui, en 1690, le força à rentrer précipitamment en France. Emmanuel Jumeau est l’auteur d’une carte de « La grande baye de S. Laurens en la nouvelle France » (du cap des Rosiers, à l’extrémité nord de la baie de Gaspé, jusqu’à Canso, en Acadie), où figurent de nombreux détails originaux (carte reproduite supra, p. 9 ; voir W. F. Ganong, édit., New Relation of Gaspesia, p. 152-153, n. 1 ; I. Caron, « Prêtres séculiers et religieux qui ont exercé le ministère en Canada (1680-1690) », BRH, vol. 47, n° 9,1941, p. 259 ; père Marie-Albert, Nécrologe de la province Saint-Joseph, p. 102 ; père Hugolin [Lemay], L’Établissement des récollets à l’isle Percée, 1673-1690, p. 17-18, 39-41 ; R. Bacon, « Père Emmanuel Jumeau », DBR, p. 532-535).

22La Ribourde, Gabriel de (v. 1620-1680), prêtre, récollet. Profès en 1638, prêtre vers 1640, il fut d’abord prédicateur, puis gardien et maître des novices au couvent de Béthune, où il eut notamment sous sa direction Louis Hennepin et Chrestien Leclercq. En mai 1670, il s’embarqua pour le Canada avec le provincial Germain Allart et quatre autres religieux chargés d’aller restaurer l’ordre des récollets en Nouvelle-France. Débarqué en août, il devenait dès l’automne commissaire provincial et supérieur du couvent de Québec. Après un triennat employé à réorganiser la mission (1670-1673), le père de La Ribourde fut envoyé au fort Frontenac, nouvellement construit, pour y remplir la charge d’aumônier. En 1676, il rentrait à Québec, où il dirigea le couvent jusqu’à l’arrivée du père Le Roux en septembre 1677. En octobre suivant, il relaya le père Martial Limosin à la mission de Trois-Rivières, puis retourna au fort Frontenac en février 1678. Nommé chef spirituel de la première expédition de La Salle, le père de La Ribourde se rendit au fort de Niagara en juillet 1679, en compagnie de ses confrères Hennepin et Membre, de l’explorateur et d’une partie de ses hommes. Le groupe expéditionnaire s’embarqua sur le Griffon le 7 août suivant, traversa les lacs Érié et Huron, s’arrêta à la baie des Puants (Green Bay), poursuivit sa route en canots jusqu’au sud du lac Michigan, puis descendit la rivière des Miamis et celle des Illinois. Le père de La Ribourde passa l’hiver et l’été de 1680 au pays des Illinois, d’abord au fort Crèvecœur, que La Salle avait fait construire non loin du village de Pimitéoui (à proximité de la ville actuelle de Peoria), puis parmi les Illinois. Le 18 septembre, il s’embarqua dans un canot avec les membres de la troupe encore sur place (Tonty, Membre et trois autres hommes) en vue de remonter la rivière des Illinois et de retourner au Canada. Le lendemain, s’étant retiré un peu à l’écart pour réciter son bréviaire pendant qu’on réparait le canot, le père de La Ribourde fut assailli et tué, vraisemblablement par des guerriers kicapous (O. Jouve, Le Père Gabriel de La Ribourde, récollet, 73 p. ; L. Lamontagne, « La Ribourde, Gabriel de », DBC, t. II, p. 431-432 ; Leclercq, PEF, t. II, p. 91,94, 112, 140, 145, 167-196 ; Hennepin, Description de la Louisiane, p. 306-309 ; Nouvelle Découverte, p. 488-497 ; O. Jouve et R. Bacon, « Père Gabriel de La Ribourde », DBR p. 247-259).

23Le Roux, Valentin, (1642-1708), prêtre, récollet. Il entra chez les récollets de Paris en 1660 et devint gardien du couvent de Vitry en 1673. Élu commissaire provincial et gardien du couvent de Québec en mai 1677, il débarquait au Canada en septembre suivant, avec le père Luc Filiastre et deux autres religieux. En 1678, il fit construire la première chapelle du tiers ordre à Québec et transférer dans le caveau des récollets les restes des défunts autrefois inhumés dans le cimetière attenant à Notre-Dame-des-Anges. Tout au long de son mandat, le père Le Roux favorisa la fondation de nouveaux établissements de son ordre en Nouvelle-France. Il déléguait ainsi les pères Leclercq et Dethune à Paris en 1680, en vue de promouvoir auprès des autorités civiles et religieuses les projets de construction d’un hospice dans la haute ville de Québec et d’un couvent à Montréal (voir supra, p. 580). En décembre 1681, Valentin Le Roux rédigea, à la demande de Frontenac et à l’intention du roi, un compte rendu des événements entourant « l’affaire du sermon », qui opposait alors le récollet Adrien Ladan et Mgr de Laval. L’hospice de Québec ayant été construit sous son provincialat, le père Le Roux fut également mêlé à « l’affaire du clocheton » : sous le coup de la suspension prononcée par Mgr de Laval contre les religieux de l’hospice et du couvent, il repassa en France en novembre 1683, en compagnie des pères Luc Buisset, Maxime Leclercq (probablement aussi des pères Ladan et Filiastre) et du nouveau commissaire provincial Henri Le Roy. Il était gardien du couvent de Bethléem-lès-Meizières en 1684. Il fut nommé gardien du couvent de Paris en 1688, custode et maître des novices en 1689, définiteur provincial en 1695. Il mourut à Paris, à l’âge de 66 ans (J. Valois, « Ladan, Adrien (Adrian) », « Leroux, Valentin » et « Le Roy, Henri », DBC, t. II, p. 349, 436-437 et 437-439 ; P. Dubé, Les Frères insoumis, p. 69-83 ; R. Bacon, « Père Valentin Leroux », DBR, p. 611-620).

24Macé, René (1611-1691), sulpicien ; frère de Catherine Macé, religieuse hospitalière de Saint-Joseph arrivée à Montréal en 1659. Il était déjà prêtre lorsqu’il fut admis, en 1649, au séminaire de Saint-Sulpice de Paris, où il exerça par la suite les fonctions d’assistant et de consulteur du supérieur Bretonvilliers († 1676). Il fut également procureur des hospitalières de Montréal à Paris et, à ce titre, contribua à la reconnaissance officielle de cette communauté, s’occupa du recrutement des religieuses (notamment en 1669 lorsqu’il s’est agi d’en trouver qui puissent « porter la stabilité et la pratique des vœux solannels » à leurs consœurs du Canada) et soutint financièrement l’hôpital par ses dons personnels et les allocations qu’il obtint de la cour. Marie Morin estime les fonds versés à l’Hôtel-Dieu de Montréal par René Macé « à la somme de 37 à 38 mil livres. Ce qui auroit pu luy mériter le tiltre de fondateur bien justement » (Histoire simple et véritable, p. 194 ; aussi p. 138, 142-145, 152-153, 221-222 ; M. Mondoux, L’Hôtel-Dieu, premier hôpital de Montréal, p. 156, 178, 208, 214).

25Maumousseau, Françoise (1657-1704), religieuse hospitalière de Saint-Joseph ; fille de Jean Maumousseau, marchand. Entrée au noviciat de Beaufort-en-Vallée en 1679, elle rejoignit la communauté de l’Hôtel-Dieu de Montréal en 1681, en même temps que Charlotte Gallard. Dépositaire en 1688, elle surveilla les travaux de construction de l’hôpital que Mgr de Saint-Vallier pressait les religieuses de rénover et d’agrandir, mais fut dès l’année suivante relayée dans cet office par Marie Morin, « sœur Maumousseau ne connessant pas encorre bien le peys, [et ayant] peine a trouver des matériaux necesseires qu’a des pris fort haut » (M. Morin, Histoire simple et véritable, p. 156). Elle fut la sixième supérieure des hospitalières de Saint-Joseph de Montréal et exerça deux triennats consécutifs, de 1696 à 1701. Elle mourut à Montréal (H. Bernier, « Maumousseau, Françoise », DBC, t. II, p. 486-487 ; M. Mondoux, L’Hôtel-Dieu, premier hôpital de Montréal, p. 222-223, 235, 255).

26Melun, Anne de (1618-1679), belle-sœur de Jeanne-Pélagie de Rohan-Chabot, princesse d’Épinoy. Après avoir été, dès l’âge de six ans, chanoinesse d’un chapitre noble n’obligeant ni aux vœux ni à la résidence, elle fréquenta le monde puis s’en détacha pour vivre dans la solitude et la prière. Elle forma à Mons une société charitable, entra, en 1650, chez les hospitalières de Saint-Joseph à La Flèche, puis se rendit à Baugé, où elle travailla à la construction de l’hôpital et au soin des malades. A la demande de l’évêque d’Angers, elle alla restaurer l’hôpital de Beaufort-en-Vallée en 1671. Elle mourut à Baugé « en odeur de sainteté » (Moréri, « Melun », Le Grand Dictionnaire historique, t. X, additions & corrections, p. 39).

27Melun, Louis de (1673-1704), prince d’Épinoy et connétable héréditaire de Flandre depuis la mort de son père en 1679. Entré aux mousquetaires en 1688, à l’âge de quinze ans, il servit la même année aux sièges de Philippsburg, de Mannheim, de Frankenthal (voir supra, p. 200, n. 48). Il prit part à l’attaque de Walcourt en 1689 (défaite du maréchal d’Humières contre les troupes du prince de Waldeck) et à la bataille de Fleuras en 1690 (victoire du maréchal de Luxembourg). Nommé colonel du régiment de Picardie en 1691 (voir supra, p. 199, n. 45), il combattit en Allemagne, où il fut blessé d’un coup de feu à la cuisse en 1693. Brigadier d’infanterie en 1699, maréchal de camp en 1702, il se signala pendant la guerre de Succession d’Espagne. Il mourut à Strasbourg de la petite vérole. « Presque personne de la cour ni des armées ne le plaignit », écrit Saint-Simon, qui le connut bien pour avoir « été élevé comme avec lui » et qui souligne à la fois sa valeur et sa fatuité (Mémoires, t. II, p. 512-513 ; voir aussi « Joyeuse », Écrits inédits, t. VI, p. 357 : « C’estoit un homme qu’on estoit forcé d’estimer avec dépit, et qu’on se dédomageoit à haïr »).

28Membré, Zénobe (1645-1689), prêtre, récollet ; cousin de Chrestien Leclercq. Natif de Bapaume, il entra chez les récollets d’Artois en 1668 et fut parmi les premiers religieux de cette province à être affectés aux missions de la Nouvelle-France. Il passa au Canada en juin 1675, avec les pères Leclercq, Hennepin et Buisset, et exerça d’abord son ministère à Sainte-Anne-de-Beaupré (avril 1676), à Cap-de-la-Madeleine et à Trois-Rivières (janvier 1678). Nommé aumônier de la première expédition de La Salle, il se rendit au fort Frontenac en novembre 1678, puis gagna le fort de Niagara en juillet 1679, pour s’embarquer le 7 août suivant avec l’explorateur et ses hommes à destination du golfe du Mexique. En janvier 1680, la troupe atteignit le pays des Illinois, où Membré séjourna avec une partie de l’expédition jusqu’à l’automne, passant d’abord « tout le jour dans le Camp des Sauvages », dont il apprit ainsi quelques rudiments de langue, puis se fixant parmi eux et les suivant durant l’été « dans leurs Camps & à la chasse », accompagné alors du père de La Ribourde que la désertion du fort Crèvecœur avait contraint à s’installer aussi chez les Illinois. Le 18 septembre, le père Membre prit le chemin du retour avec les cinq autres hommes auxquels se réduisait alors la troupe ; il perdit le lendemain son compagnon de mission. Le naufrage de leur canot ayant obligé les voyageurs à poursuivre leur chemin à pied, ils finirent par arriver à un village de Potéouatamis, où Tonty hiverna, mais d’où le père Membre continua sa route jusqu’à la mission des jésuites de Saint-François-Xavier, à proximité de Des Pères, dans le Wisconsin. Réuni au printemps, le groupe gagna Michillimakinac, puis rentra au fort Frontenac à l’été de 1681. Malgré l’insuccès de cette première entreprise, le missionnaire prenait part, en 1681-1682, à la seconde expédition de La Salle. Après avoir atteint l’embouchure du Mississipi et pris possession de la Louisiane en avril 1682, l’explorateur envoyait le récollet rendre compte de sa découverte au roi. Arrivé à Québec le 15 novembre 1682, Membre partait deux jours plus tard pour la France, où il resta près de deux ans, occupant à Bapaume la charge de supérieur du couvent. Le père Membre se rembarqua pour le Canada en juillet 1684, en compagnie de La Salle qu’il avait de nouveau mission d’accompagner dans son projet d’établissement en Louisiane. L’explorateur atteignit sans le reconnaître le delta du Mississipi et entraîna son expédition dans une suite d’événements désastreux. Le père Membre mourut au fort Saint-Louis (Texas) en janvier 1689, tué par les Karankawas. Il a laissé un récit détaillé de l’expédition de 1682 et une lettre qui en constitue le premier compte rendu par un témoin oculaire (« De la rivière de Mississipi, le 3 Juin 1682 », reproduite dans P. Margry, Découvertes et établissements, vol. 2, p. 206-212). On lui attribue aussi parfois la « Relation de la découverte de l’embouchure de la rivière Mississipi dans le golfe du Mexique, faite par le Sieur De La Salle, l’année passée 1682 » (F. Gingras, « Membre, Zénobe », DBC, t. I, p. 512-513 ; Leclercq, PEF, t. II, p. 140, 145, 167-290 ; O. Jouve, Le Père Gabriel de La Ribourde, récollet, p. 45-70 ; J. Delanglez, « The First Establisment of Faith in New France. Chapters XXI to XXV », Mid-America, vol. 30, n° 3, p. 187-203 ; C. Dupré, « Cavelier de La Salle, René-Robert », DBC, t. I, p. 181-186 ; R. Bacon, « Père Zénobe Membre », DBR, p. 691-703).

29Moireau ou Moreau, Claude (v. 1637-1703), prêtre, récollet. Profès en 1654, il vint au Canada en 1671, avec les pères Exupère Dethune, Léonard Duchesne, Etienne Saulnier et le frère Innocent Desmarais. Arrivé à Québec en septembre, il prit dès novembre la relève du père Hilarion Guénin à Trois-Rivières et desservit pendant trois ans la paroisse trifluvienne et les postes encore embryonnaires de la rive sud du fleuve sous sa dépendance (Bécancour, Nicolet, Baie-du-Febvre). Nommé en Acadie en 1675, le père Moireau y exerça jusqu’en 1686 le ministère auprès des Français et des Amérindiens du vaste territoire allant de la rivière Saint-Jean (Menagoniche, Jemseg, Médoctec) au bassin des Mines. Il se rendit en outre jusqu’à Percé en 1680, pour y remplacer temporairement le père Leclercq. Entre ses tournées missionnaires, Claude Moireau résidait habituellement à Beaubassin (Chignectou), où Michel Leneuf de La Vallière, seigneur du lieu, avait concédé aux récollets un terrain de six arpents de front en septembre 1678. Le père Moireau y fit construire une petite église, dédiée à Notre-Dame-de-Bonsecours, et devint le premier curé résident de l’endroit. Il avait fait la connaissance de La Vallière quelques années auparavant, à Trois-Rivières, où il avait notamment baptisé son fils Jean-Baptiste (1672), futur récollet (1696). Quoique la plupart des historiens situent le terme de ses activités en Acadie en 1686, Claude Moireau paraît avoir été rappelé à Québec dès le mois d’août 1685, pour y devenir supérieur de sa communauté, selon certains (voir le témoignage de Mgr de Saint-Vallier, supra, p. 316, n. 19), alors que d’autres mentionnent plutôt à cette charge pour la même période le père Ferdinand Moreau (voir O. Jouve, « Père Exupère Dethune (1644-1692) », Chroniques et documents, vol. 35, n° 1, 1982, p. 75). En octobre 1686, le père Moireau alla remplacer l’abbé Thomas Morel sur la rive sud du Saint-Laurent et desservit entre autres jusqu’en 1688 Cap-Saint-Ignace et L’Islet. Il œuvrait à Cap-Santé et à Pointe-aux-Trembles en 1690. Il rentra par la suite en France, où il mourut à Nemours à l’âge de 66 ans (R. Baudry, « Moireau (Moreau), Claude », DBC, t. II, p. 498-499 ; Leclercq, PEF, t. II, p. 105, 125-126 ; W. F. Ganong, édit., New Relation of Gaspesia, p. 132, n. 3 ; O. Jouve, « Père Claude Moireau », DBR, p. 707-713).

30Ozon, Potentien (v. 1627-1705), prêtre, récollet. Profès chez les récollets de Paris en 1645, il fut successivement gardien des couvents de Châteauvilain (1661), de Saint-Denys à Paris (1663), de Saint-Germain-en-Laye (1671) et supérieur du couvent de Versailles (1671). En 1667, il avait été envoyé à Rome en vue de faire autoriser par le pape la création de la province de Saint-Antoine en Artois (voir supra, p. 189, n. 4). Il vint au Canada en 1675, à titre de commissaire provincial selon les uns, de visiteur de la mission selon les autres (voir supra, p. 595, n. 33). Il aurait fait la traversée en compagnie des pères Leclercq, Hennepin, Buisset et Membre. Débarqué à Québec en août ou septembre, il regagna la France en décembre suivant. Il était de retour au Canada à l’été de 1676, en qualité de commissaire provincial, fonction qui l’amena à visiter les missions canadiennes, du fort Frontenac à Percé, et qu’il exerça jusqu’à l’arrivée de Valentin Le Roux à l’automne de 1677. Il rentra définitivement en France la même année. Le père Ozon était définiteur de la province de Saint-Denys en 1680, gardien du couvent de Rouen en 1683 et supérieur de l’hospice du faubourg Saint-Germain en 1686. Il fut élu provincial de la province de Saint-Antoine en Artois en 1691 et provincial de la province de Saint-Denys à Paris en 1695. Il mourut au couvent de Paris, à l’âge de 78 ans (G.-M.-R. Gingras, « Ozon, Potentien », DBC, t. II, p. 529 ; C. Tanguay, Répertoire général du clergé canadien, p. 62 ; père Marie-Albert, Nécrologe de la province Saint-Joseph, p. 51 ; W. F. Ganong, édit., New Relation of Gaspesia, p. 316, n. 1 ; PEF, t. II, p. 122 ; O. Jouve, Le Frère Didace Pelletier, récollet, p. 118-119, n. 2 ; Le Père Gabriel de La Ribourde, récollet, p. 39, 42 ; père Hugolin [Lemay], L’Établissement des récollets à l’isle Percée, 1673-1690, p. 14, n. 1 ;R. Bacon, « Père Potentien Ozon », DBR, p. 732-736).

31Pelletier, Didace, baptisé Claude (1657-1699), frère convers, récollet ; fils de Georges Pelletier (1624-1708), colon dieppois établi à Sainte-Anne-de-Beaupré vers 1652. Né lui-même au Canada, Claude Pelletier commença en 1668 son apprentissage de charpentier à l’école des arts et métiers de Saint-Joachim et travailla plus tard à la construction de la seconde église de Sainte-Anne-de-Beaupré. A l’automne de 1678, il demanda à être admis chez les récollets de Québec, où il prit l’habit le 3 février 1679 et prononça ses vœux le 5 février 1680. Il résida quelques années au couvent de Notre-Dame-des-Anges, puis accompagna en 1683 le père Joseph Denys à la mission de Percé, où il fut chargé de bâtir « une eglise de 50 pieds de long & des chambres pour les Religieux » (« Estat de la mission des PP. recolets de Canada », dans Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 216). A l’été de 1689, le frère Didace et le père Denys se rendirent à Plaisance (Terre-Neuve) travailler au nouvel établissement que Mgr de Saint-Vallier accordait aux récollets. Vraisemblablement rentrés à Québec en septembre 1690, ils repartaient en 1692 fonder à Montréal une autre maison de leur ordre. Vers la fin de 1696, Didace Pelletier fut envoyé à Trois-Rivières pour y construire l’église conventuelle des récollets. Il préparait le bois de charpente à l’hiver de 1698-1699, lorsqu’il contracta une « pleurésie » qui l’emporta. Sa réputation de sainteté se répandit après sa mort, sur la foi de faits extraordinaires attribués à son intercession. Sur l’initiative du père Denys, qui avait été son confesseur pendant quatorze ans (1682-1696) et son supérieur pendant plus de temps encore, et avec l’appui de Mgr de Saint-Vallier, qui fit procéder à des enquêtes canoniques et témoigna être lui-même redevable au frère Didace de la guérison d’une fièvre, on dressa un dossier des « Actes » du récollet (reproduits dans Le Canada français, vol. 4, 1891, p. 252-282). Le père Denys emporta ce dossier en France en 1718 et le fit expédier l’année suivante au procureur général des récollets à Rome. La cause en béatification du frère Didace ne semble cependant pas avoir été introduite auprès du pape (O. Jouve, Le Frère Didace Pelletier, récollet, p. 71-208 ; id., Aux Trois-Rivières, p. 65-69 ; id., Les Frères mineurs à Québec, 1615-1905, p. 83-87 ; A. Gourans, « Pelletier, Didace, baptisé Claude », DBC, 1.1, p. 548-549 ; Leclercq, PEF, t. II, p. 125 ; R. Bacon, « Frère Didace Pelletier », DBR, p. 761-775).

32Rohan-Chabot, Jeanne-Pélagie de (1651-1698), fille d’Henri Chabot, seigneur de Saint-Aulaye et, par son mariage, duc de Rohan-Chabot, et de Marguerite, duchesse de Rohan. Elle épousa, en 1668, Alexandre-Guillaume de Melun, prince d’Épinoy († l679), connétable héréditaire de Flandre, sénéchal de Hainaut et gouverneur de Tournai. Veuve au moment où Leclercq publie la Nouvelle Relation de la Gaspesie, la princesse douairière d’Épinoy aurait plus tard épousé Michel Le Peletier de Souzy (1640-1725), intendant de Flandre, directeur général des fortifications, frère du ministre et contrôleur des Finances Claude Le Peletier. Saint-Simon la décrit : « C’était une femme d’esprit et de grand sens, bonne et aussi vraie et sûre que sa sœur de Soubise était fausse ; noble, généreuse, bonne et utile amie, accorte, qui aimait passionnément ses enfants, et qui, excepté ses amis, ne faisait guère de choses sans vues » (Mémoires, t. I, p. 531 ; aussi p. 1092-1093). La princesse d’Épinoy mourut subitement à Versailles, chez Barbezieux, fils de Louvois et secrétaire d’État à la Guerre depuis 1691.

33Souart, Gabriel (vers 1611-1691), sulpicien ; premier curé de Montréal (1657-1666), supérieur du séminaire de Saint-Sulpice (1661-1668, 1674-1676). Entré chez les sulpiciens de Paris en 1646 et ordonné prêtre en 1650, il s’embarqua pour la Nouvelle-France en 1657 en compagnie de Thubières de Queylus et de deux autres sulpiciens chargés d’aller fonder le séminaire de Montréal. En 1661, il devint directeur et confesseur des hospitalières de Saint-Joseph, fonctions qu’il exerça jusqu’en 1684 et auxquelles s’ajouta ultérieurement celle de supérieur ecclésiastique. Dès 1665, il réclama activement la reconnaissance officielle de ces religieuses et « prit en main leur fait et cause auprès de Monseigneur l’evesque et de Monsieur l’abbé de Quelus à qui il parla fortement pour faire consommer leur établissement » (M. Morin, Histoire simple et véritable, p. 126 ; voir supra, p. 597, n. 36). Il concéda aux hospitalières de Saint-Joseph cent arpents de terre vers 1662 et leur garantit trois fondations de dot. Il avait étudié la médecine et l’aurait occasionnellement pratiquée à l’Hôtel-Dieu de Montréal, ayant « optenu de Rome la permission de servir [les malades] en calité de médecin sans aucun interest » (ibid., p. 127). Il fit un premier voyage en France en 1667 et quitta définitivement le Canada vers 1686 (O. Maurault, « Souart, Gabriel », DBC, t. I, p. 627 ; L. Campeau, « Mgr de Laval et les hospitalières de Montréal (1659-1684) », dans L’Hôtel-Dieu de Montréal (1642-1973), p. 106-122 ; M. Mondoux, L’Hôtel-Dieu, premier hôpital de Montréal, p. 179-181, 214-216, 226, 394).

34Tronson, Louis (1622-1700), sulpicien. Ordonné prêtre en 1647 et pourvu d’un brevet d’aumônier ordinaire du roi en 1654, il entra au séminaire de Saint-Sulpice de Paris en 1656. D’abord chargé de la conduite du noviciat, il fut dès 1657 premier directeur du séminaire et succéda en 1676 à Bretonvilliers comme supérieur général. Il est l’auteur de nombreux ouvrages religieux et d’une correspondance de près de cinq mille lettres, adressées pour la plupart aux supérieurs et aux directeurs des neuf séminaires rattachés à la Compagnie de Saint-Sulpice dans l’intervalle de son supériorat (Puy, Clermont, Montréal, Lyon, Limoges, Bourges, Autun, Angers, Tulle).

35Wasson, François, prêtre, récollet. Il vint au Canada en compagnie de Chrestien Leclercq en 1681 et se rendit avec lui négocier à Montréal l’obtention d’un terrain que le supérieur général des sulpiciens donnait liberté à Dollier de Casson d’accorder aux récollets pour s’y établir (voir la « Copie de la lettre de Mr Dollier, supérieur du séminaire de Montreal adressée au reverend Père Valentin le Roux commissaire sur touttes les missions des RR. PP. Recollets dans la nouvelle France au sujet de notre établissement du Montreal, 22 sep. 1681 » et la « Copie collationnée de la concession de l’establissement des Recollets au Mont Réal donné et concédé par Monsieur Dollier, 26 oct. 1681 », citées en appendice dans Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 211-214 et 220-221). Le père Wasson fut ensuite affecté sur la rive nord du lac Ontario, chez les Goyogouins (Cayugas) de la baie de Kenté (Quinte), où il resta jusqu’à l’abandon probable de cette mission par les récollets en 1687. Il mourut en France (I. Caron, « Prêtres séculiers et religieux qui ont exercé le ministère en Canada (1680-1690) », BRH, vol. 47, n° 9, 1941, p. 258 ; père Marie-Albert, Nécrologe de la province Saint-Joseph, p. 134 ; C. Hawley, Early Chapters of Cayuga History. Jesuit Missions in Goi-o-gouen, 1656-1684, p. 99 ; R. Bacon, « Père François Wasson », DBR, p. 873-876).

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search