Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre XXI. Premier retour de l’Auteur en France, & la harangue que le Chef des Gaspesiens luy a faite à son départ

Texte intégral

  • 1 Voir supra, p. 404, n. 113.
  • 2 Même réflexion dans le Premier Etablissement de la foy : « on ne réûssiroit jamais à leur conversi (...)
  • 3 W. F. Ganong (Leclercq, New Relation of Gaspesia, p. 304, n. 2) estime que Dethune et Leclercq dur (...)

1Il y avoit deja six années consecutives que je cultivois la Mission Gaspesienne, que l’obeïssance avoit commise à mes soins, lorsque le Reverend Pere Valentin le Roux nôtre Commissaire Provincial & Superieur, qui donnoit toutes ses applications, & emploïoit avec succez les ardeurs de son zele pour la gloire de Dieu, le service de la Colonie, & le progrez de nos Missions ; aïant parfaitement bien reconnu la necessité absoluë où nous étions, d’avoir un Hospice à Quebec, pour le soulagement de nos Missionnaires ; sollicité puissamment par les principaux Habitans de Mont-Roïal1, d’établir dans cette belle Isle, sous le bon plaisir & avec l’agrément de Messieurs du Seminaire de Saint Sulpice, qui en sont les Seigneurs proprietaires, une Maison de Recollets ; & d’ailleurs voulant rechercher les moïens possibles de rendre fixes & sedentaires les Missions que nous avions chez les François & les Sauvages, afin d’humaniser ces Peuples, les habituer avec nous, les appliquer à la culture des terres, les soûmettre à nos Loix & nos Coûtumes, & d’en faire de veritables Chretiens, aprés les avoir rendu hommes civils, policez & sociables2 ; jugea à propos de nous envoïer en France le R. P. Exuper de Thunes, & moi3, avec des lettres au Reverendissime Pere Germain Allart*, depuis Evêque de Vences, afin d’obtenir du Roi & de Messieurs de Saint Sulpice, le contenu de l’exposé, & des instructions qu’il nous remit entre les mains.

2Nous nous embarquâmes à cet effet, dans le vaisseau nommé la Sainte-Anne, & nous arrivâmes heureusement à l’Isle Percée, aprés sept semaines d’une fâcheuse & penible navigation, causée par trois horribles tempêtes, dont la derniere pensa nous abîmer au milieu de sept Isles.

  • 4 Voir supra, p. 553, n. 6, et infra, p. 590.
  • 5 Cette longue cérémonie des adieux est comme le développement, largement orchestré, d’une scène qui (...)

3Comme j’étois entierement convaincu de l’affection sincere que les Gaspesiens avoient pour moi, & qu’ils se persua-doient que je devois encore hiverner avec eux dans les bois, je crûs que j’étois obligé de faire la confidence & l’ouverture du dessein quej’avois de repasser en France, à celuy des Sauvages qui se disoit mon pere, & dont je me disois le fils, depuis le moment qu’il m’eût enfanté4 au milieu des festins ordinaires à la Nation Gaspesienne en semblable ceremonie. Il me seroit bien difficile de vous exprimer la consternation que cette nouvelle causa dans l’ame de ce Barbare, lequel, par le changement de couleur, le chagrin & la tristesse qui parut tout à coup sur son visage, me fit bien-tôt connoître qu’il étoit sensiblement touché de la resolution où je luy paroissois, de m’embarquer dans les premiers navires de nos Pêcheurs. Il me quitta brusquement, contre sa coûtume ; il entra dans les bois, peut-être pour essuïer les larmes qui commençoient à couler de ses yeux : il en sortit quelque-tems aprés, & trouva bon d’envoïer un de ses enfans avec deux ou trois jeunes Sauvages, porter la nouvelle de mon départ aux Gaspesiens qui étoient à la pêche de saumons, & les convier de se rendre tous incessament auprés de luy, afin de me dire adieu5. Il ordonna à ces Députez de ne pas approcher de leurs cabannes, qu’avec les mêmes ceremonies qu’ils observoient inviolablement lorsqu’ils vont annoncer la mort de quelqu’un de leurs considerables ; parce qu’ils estimoient que j’allois mourir à leur égard, & qu’ils ne me verroient plus jamais davantage.

4La promtitude avec laquelle tous ces Sauvages, baptisez & non baptisez, se rendirent à l’Isle Percée, jointe à la tendresse que ces Barbares me témoignerent, en me conjurant tous ensemble de ne les pas abandonner, me fit balancer quelque-tems sur la resolution que j’avois prise de partir ; & je vous avouë ingenûment, qu’en aïant moi-même le cœur sensiblement touché de compassion, il n’y eut precisément que le merite de l’obeïssance, qui m’ordonnoit de m’embarquer dans les premiers navires Pêcheurs, pour le bien de nos Missions, qui acheva de me déterminer à repasser en France.

  • 6 Voir supra, p. 309, 318, 319, 583.
  • 7 1 Samuel, 12.
  • 8 Actes des Apôtres, 20, 17-38.

5Le petit nombre de nos Gaspesiens que j’avois baptisez, vint de grand matin à la Chapelle, quelques-uns pour se confesser, les autres pour se faire instruire, plusieurs pour me demander des Oukateguennes Kignamatinoër, des Papiers instructifs à prier Dieu6, & tous pour entendre la sainte Messe & la harangue ; c’est ainsi qu’ils appellerent l’exhortation que je leur fis, afin de les encourager à pratiquer fidelement ce que je leur avois enseigné. Les paroles dont Samüel se servit autrefois, quand il se déchargea de la conduite du Peuple d’Israël, en luy donnant un Roi7 ; & celles de l’Apôtre, lorsqu’à son départ pour Jerusalem, il appella le Ciel & la Terre à témoin du zele qu’il avoit pris, d’annoncer aux Ephesiens l’Evangile du Seigneur8, furent à peu prés les mêmes dont je me servis heureusement en prenant congé de mes Sauvages, qui proposerent tous d’être fideles à Dieu. je les embrassai tendrement aprés mes actions de graces, pendant lesquelles les hommes & les femmes entonnerent & chanterent à l’alternative, des Cantiques spirituels que je leur avois enseignez avec une harmonie de voix si douce & si agreable, que nos François en furent sensiblement édifiez.

  • 9 Peut-être l’pàtu : jeune homme (16-18 ans) ; l’pàtùs : jeune homme (A. D. DeBlois et A. Metallic, (...)

6Comme l’on m’avoit donné quelques brasses de tabac de Bresil, & qu’il me restoit encore une douzaine de petits miroirs, coûteaux, éguilles, & d’autres bagatelles, qu’ils estiment autant que nous faisons l’or & l’argent ; je les leur distribuai tres-volontiers, les conjurant affectueusement de les recevoir, comme les gages fideles & sinceres de mes amitiez. Trois Matelots qui vinrent à nôtre Chapelle de la part de leur Capitaine, pour emporter dans leur navire nôtre petit équipage, alloient finir nos entretiens, lorsque le Chef de nos Gaspesiens me supplia avec beaucoup d’instance, de ne pas permettre que ces hommes me rendissent ce service ; parce que les Sauvages en vouloient avoir l’honneur & la gloire, afin, me disoit-il, de faire paroître à tous les François, combien ils avoient d’estime & d’affection pour moi. Il nomma sur le champ six jeunes Chasseurs, qu’ils appellent Iarbasou9 ; & quoique tout ce qui étoit à mon usage ne consistât seulement qu’en un petit matelas, une couverture, & une cassette qui renfermoit les ornemens de nôtre Chapelle portative, ils le partagerent cependant, par ostentation, en trois canots differens, dans lesquels ils s’embarquerent promtement, pour le porter au vaisseau qui étoit prêt de mettre à la voile.

  • 10 Voir supra, p. 317, n. 22.

7Nous sortîmes de la Chapelle avec differens sentimens de douleur, parce qu’enfin je n’avois pas moins de peine à les quitter, qu’ils en témoignerent de me perdre : il falut cependant nous separer, pour joindre nos François qui m’atten-doient pour aller à bord ; & je fus extrémement surpris, lorsque prenant congé de Messieurs les Capitaines qui restoient à l’Isle Percée, le Chef de nos Gaspesiens fendit la presse, s’approcha de moi, parut au milieu de l’assemblée avec un visage tout consterné de douleur & de tristesse, haussa vers le Ciel, & baissa plusieurs fois les yeux dessus la terre, & prononça en soûpirant ces paroles, Akaia, akaia10, qui marquent ordinairement l’amertume & le déplaisir qu’ils ont dans le cœur ; il me prit la main, & me regardant fixement avec des yeux prêts à verser des larmes, il me dit en ces propres termes.

  • 11 Voir supra, p. 552-553.
  • 12 Pour la traduction de cette citation, voir supra, p. 553, n. 5. Oigitôgsep (oigi : avoir une demeu (...)
  • 13 Compte tenu de ce que nous savons de la chefferie et de la justice amérindienne, cette affirmation (...)

8Hé bien donc, mon fils, la resolution en est prise, tu veux nous abandonner & repasser en France ; car voila le grand canot de bois (en me montrant le navire dans lequel je devois m’embarquer) qui va te dérober aux Gaspesiens, pour te rendre à ton Païs, à tes parens, & à tes amis. Ah ! mon fils, si tu voïois mon cœur à present, tu verrois qu’il pleure des larmes de sang, dans le tems même que mes yeux pleurent des larmes d’eau, tant il est sensible à cette cruelle separation. Il s’arrêta tout court, & ne dit plus mot, selon la coûtume & la maniere des Sauvages, qui en agissent de-même ; soit pour reflechir à ce qu’ils ont à dire, ou pour donner le loisir & le tems à ceux qui les écoutent, d’éxaminer, d’approuver ou de rejetter ce qu’ils ont avancé. Hé quoy donc, mon fils, ajoûta-t’il, seroit-il bien possible que tu aies perdu si-tôt le souvenir du festin que tu nous fis autrefois à Gaspé, la premiere fois que tu vins demeurer dans nos cabannes, où aïant formé avec de la farine pêtrie dans la graisse & la moëlle d’orignac, autant de cœurs de pâte11, que nous étions de Gaspesiens, tu les arrangeas dans un même plat d’écorce, voulant nous persuader que le plus grand de tous ces cœurs, qui cachoit & couvroit tous les autres, étoit la figure du tien, dont le zele & la charité renfermoit au-dedans de soi-même tous les cœurs des Sauvages, ni plus, ni moins que les meres renferment les enfans dans leur sein ? Tu étois fâché, disois-tu, que la Nature ne t’en avoit donné qu’un seul en partage, lequel tu souhaitois de multiplier autant qu’il étoit en ton pouvoir, par la distribution que tu nous faisois de ces cœurs de pâte, en disant à chacun de nous, en particulier ces aimables paroles : Tahoé nkamera mon ignemoulo : Mon frere, je te donne mon cœur ; nkameramon achkou oüiguidepcheup12 ; vous cabannerez, vous logerez & demeurerez doresnavant dans mon cœur, qui veut devenir comme les vôtres, par l’union d’une amitié mutuelle & reciproque, tout Sauvage & tout Gaspesien. A peine eûs-tu fini ta harangue, qui acheva de te gagner les cœurs de la Gaspesie, qu’on ne parla plus que de danses & de festins, pour te marquer la joie sensible que nous avions du present que tu nous avois fait ; & parmi les acclamations universelles de toutes nos cabannes, un chacun s’efforçoit d’exprimer par les chansons que l’on chanta à ta louange, le bonheur qu’il avoit de posseder le cœur du Patriarche : Dis-moi donc à present, ce cœur n’est il plus aujourd’hui le même qu’il étoit autrefois ? est-il donc tout-à-fait devenu François, & n’a-t’il plus rien de Gaspesien ? ou bien, veut-il vomir pour jamais les Sauvages, aprés les avoir reçûs & aimez tendrement ? Il s’arrêta pour la seconde fois : Si quelqu’un de nous, me dit-il ensuite, d’un ton de voix plus élevé & plus imperieux, t’a causé quelque déplaisir, qui peut-être t’oblige de nous abandonner, ne sçais-tu pas, mon fils, que je suis ton pere, & le Chef de la Nation Gaspesienne ? comme ton pere, tu ne peux ignorer jusqu’à present, la sincerité de mon amitié ; je t’assûre même que je t’aimerai toûjours aussi tendrement que l’un de mes propres enfans : comme Chef des Sauvages, tu sçais bien que j’ai la puissance & le pouvoir en main, pour faire punir le coupable, si tu veux me le dénoncer13 ; ou si tu es dans le dessein de le cacher, suivant les maximes & les regles de la charité que tu nous as enseignées, tiens, mon fils, voila des robes de castor, de loutre & de marte que nous t’offrons volontiers, pour essuïer & effacer le chagrin que l’on t’a donné, & l’indignation que tu peux avoir conçûë contre nous.

  • 14 Leclercq vise-t-il implicitement les jésuites, souvent accusés de faire le commerce illicite des f (...)

9Il fit jetter en effet à mes pieds, par deux jeunes Sauvages, quelques unes de ces pelleteries ; mais voïant que je refusois ces presens : Il est vrai, dit-il, que tu les as toujours méprisez14 ; le peu d’état que tu en as fait, pendant que les François les recherchent avec tant d’empressement, nous a bien fait connoître il y a longtems, que tu ne desirois rien au monde, que le salut de nos ames, & que nous étions trop pauvres & jamais assez riches, pour récompenser dignement les peines & les travaux que tu prenois, afin de nous faire vivre en bons Chrêtiens : mais si le peu que nous possedons n’a pas assez d’attrait pour t’engager à rester avec nous, il faut, mon fils, que je t’ouvre mon cœur, & que je te demande aujourd’hui, en presence du Soleil qui nous éclaire, s’il faut croire ce que tu nous as enseigné, ou s’il ne faut pas croire ? Répons, & parles à present.

  • 15 Voir Sagard: « ceux qui ont à dire quelque chose, les uns apres les autres, sans bruit, sans s’int (...)

10Vous remarquerez, s’il vous plaît, que les Sauvages n’interrompent jamais celuy qui harangue15 ; & ils blâment avec raison, ces entretiens, ces conversations indiscretes & peu reglées, où chacun de la compagnie veut dire son sentiment, sans se donner la patience d’écouter celuy des autres : c’est aussi pour ce sujet, qu’ils nous comparent à des cannes & aux oyes, qui crient, disent-ils, & qui parlent tous ensemble, comme les François. Il faut attendre qu’ils aient achevé tout ce qu’ils ont à dire, & qu’ils vous obligent à répondre, comme celuy-ci, qui m’engagea de luy témoigner en peu de mots, que je ne leur avois enseigné que ce que le Fils de Dieu avoit enseigné à tous les Chretiens ; & que par consequent ce n’étoit pas seulement assez de le croire, par la soûmission respectueuse qu’il devoit avoir à ses Commandemens ; mais encore, qu’il les faloit observer religieusement, & mourir même, s’il en étoit necessaire, pour la verité & la défense de son saint Evangile.

  • 16 Eksooen : tu mens [« you tell what is not true »] ; terme moins injurieux que kesnukuion : « you l (...)
  • 17 Gotj : ton père (déterminant de possession obligatoire) ; ggitj (ou eggitj, iggitj) : ta mère (dét (...)
  • 18 Voir supra, p. 553-554, 582.
  • 19 Voir Sagard : « ne nous abandonne donc point, & prend courage en nous instruisant, & enseignant le (...)

11S’il est ainsi, répliqua le Sauvage, de deux choses l’une ; ou tu es un menteur, ou tu n’es pas un bon Chretien : Ouce choüen tahoé16 : tu es un menteur, mon frere, si tout ce que tu nous as enseigné n’est pas veritable ; ou tu n’es pas bon Chretien, puisque tu n’observes pas comme il faut les Commandemens de Jesus. Car enfin, je veux bien que tout le monde m’entende : tu as dit à nos enfans, qu’ils étoient obligez, sous peine d’être brûlez dans les Enfers, d’honorer leurs pere & mere ; que c’étoit un crime énorme de les abandonner, & de leur refuser le secours qu’ils en pouvoient esperer dans leurs besoins : Tes instructions, & le Commandement de Dieu, qui dit ; Koutche, kitche chibar, chaktou, baguisto skiginouidex17 ; Honore & crains ton pere & ta mere, tu vivras longuement, ont retenu mon fils aîné dans ma cabanne, qui cependant vouloit m’abandonner au milieu de l’Hiver, dans nos plus grands besoins : il a tué un grand nombre d’orignaux, il t’a fait bonne chere, & donné abondamment de la graisse à manger & de l’huile d’ours à boire dans nos festins, autant que tu en as pû souhaiter. François, encore un coup, mon fils aîné a demeuré avec son pere & sa mere, pour le respect qu’il portoit au Commandement de Jesus, & l’amitié qu’il avoit pour le Patriarche : Fais donc à present, à son exemple, pour moi, pour ma femme & pour luy, ce qu’il a fait si genereusement pour toi. Tu m’appellois ton pere ; ma femme, disois-tu à tous les Sauvages, étoit ta mere, depuis que nous t’avions tous les deux enfanté18 dans nos cabannes ; mes enfans étoient tes frères & tes enfans : Hé bien, maintenant, est-ce donc bien fait à un enfant, de quitter son pere, sa mere, ses freres & ses sœurs ? Est-ce ainsi que tu méprises le Commandement de Dieu, qui dit, Koutche, kitche chibar chaktou, baguisto skinouidex ? Sil est vrai que les enfans qui honorent leurs parens vivent long-tems, n’apprehendes-tu pas de perir dans le grand lac, & de faire naufrage dans ces eaux salées, aprés nous avoir abandonné dans le besoin que nous avons de ton secours ? Helas, mon fils ! ajoûta ce Sauvage, aïant les larmes aux yeux, si quelqu’un de nous vient à mourir dans les bois, qui est ce qui aura le soin de nous montrer le chemin du Ciel19, & de nous assister à bien mourir ? Faloit-il donc prendre tant de peine pour nous instruire, comme tu as fait viens de dire, sçaches, mon présent, pour nous laisser dans un peril evident de mourir sans les Sacremens, que tu as administrez à mon frere, à mon oncle, & à plusieurs de nos vieillards moribons ? Si ton cœur demeure encore insensible à tout ce que je viens de dire, sçaches, mon fils, que le mien verse & pleure des larmes de sang en si grande abondance, qu’il m’étouffe la parole. C’est ainsi qu’il finit sa harangue, & me donna le tems de luy déclarer mes sentimens.

  • 20 Sagard répondait de même aux Hurons qui le suppliaient de rester chez eux : « je taschay de les co (...)
  • 21 Voir Exode, 20, 12 ; Lévitique, 19, 3 ; Deutéronome, 5, 16 ; Épître aux Ephésiens, 6, 2-3.
  • 22 Le père Moireau ne semble pas avoir remplacé le père Leclercq à l’île Percée dès son départ à l’ét (...)

12Comme toute la compagnie, autant surprise que je l’étois moi-même d’un semblable discours, auquel je ne m’attendois pas, étoit en peine de ce que je répondrois à ce pauvre Sauvage, qui se disoit mon pere ; je luy fis connoître & luy dis, que mon cœur versoit plus de larmes de sang que le sien, à cause qu’il étoit luy seul plus sensible à nôtre commune separation, que tous les cœurs des Sauvages ensemble : Que je n’avois reçû aucun déplaisir de la Nation Gaspesienne20, qui m’avoit toûjours puissamment engagé, par les amitiez & le bien qu’elle m’avoit fait, de rester avec elle, & d’en preferer la Mission, comme je la prefererois toûjours, si l’occasion se presentoit, à toutes celles qu’on voudroit me donner dans la Nouvelle France : Que je le reconnoissois encore pour mon pere, autant & plus que jamais ; & que je le priois aussi de tout mon cœur, de me considerer toujours comme son fils : Qu’il faloit observer religieusement tout ce que je leur avois enseigné du devoir des enfans envers leurs pere & mere, exprimez dans le quatrieme Commandement de Dieu21 ; Koutche, kitche chibar, chaktou, &c. Que bien loin de pratiquer le contraire à leur égard, je ne repassois en France que pour le mettre plus efficacement en pratique, puisque c’étoit pour obeïr à Dieu dans la personne de mon Superieur, qui me tenoit lieu de Pere, & dans le dessein de persuader à quelques-uns de mes Freres, de les venir instruire. Que je ne les abandonnois pas dans leur besoin sans secours, d’autant que je leur laissois un autre moi-même, dans la personne du R. P. Claude Moreau22, extremement zelé pour leur salut. Que j’avois écoûte paisiblement tout ce qu’il m’avoit dit, plûtôt comme l’effet de son amitié, que d’un reproche outrageant qu’il eût voulu me faire, aprés les avoir aimé si tendrement : Mais qu’enfin, je ne pouvois m’empêcher de luy témoigner que mon cœur avoit été touché jusqu’au vif, en me demandant s’il n’étoit plus Gaspesien, & s’il vouloit vomir les Sauvages pour jamais. Tu te trompes, mon pere, luy dis-je d’un ton de voix assez severe, mon cœur est plus Gaspesien que jamais ; & dans le tems même que tu te persuades qu’il se retressit, il devient plus grand de jour en jour, pour y loger & recevoir tous ceux de ta Nation : Il voudroit, ce cœur, se multiplier, afin de se trouver dans tous les endroits où sont les Gaspesiens, pour les instruire ; & je t’assûre que je ne repasse en France, que dans le dessein où je suis, de faire à mon retour, par le ministere de nos Missionnaires, ce qu’il m’étoit impossible de faire moi seul. Ce sera pour lors, que tu confesseras que mon cœur est bien plus grand que tu ne penses ; & que bien loin de vomir & de rejetter les Sauvages, il cesserait de vivre, s’il étoit un moment sans inclination pour les Gaspesiens.

13S’il est ainsi, répondit au même instant un certain Nemi-doüades, il faut que je passe en France avec le Patriarche ; il a raison, il a de l’esprit, & nous n’en avons pas autant que luy ; il ne recherche que nôtre salut : mais je veux que nous nous embarquions dans des navires differens ; afin que si l’un de nous vient à perir, l’autre se puisse sauver, pour en apporter la nouvelle, ce qui serait impossible, si nous faisions tous deux naufrage dans un même vaisseau. Il alloit nous dire quelqu’autre chose, lorsque le Capitaine nous avertit qu’il étoit tems de partir.

14Nos Sauvages demeurerent au bord de la mer, durant nôtre embarquement ; & je vous avouë que j’eus un déplaisir sensible, considerant avec une lunette d’approche nos pauvres Gaspesiens, qui resterent toûjours dans la même place où je les avois laissé, jusqu’à ce que nôtre navire aïant doublé la Pointe au Loup-marin, l’Isle de Bonaventure, que nous laissâmes entre nous & la terre-ferme, me priva de la satisfaction de les voir, & d’en être vûs.

  • 23 Honfleur, ville de l’ancienne province de Normandie et du département actuel du Calvados (arrondis (...)
  • 24 Le père Ozon fut nommé provincial de la province de Saint-Antoine en Artois en 1691. Il était défi (...)
  • 25 Le Premier Etablissement de la foy (t. II, p. 129-130) confirme ce renseignement et apporte quelqu (...)
  • 26 Voir la « Lettre de M. Dudouyt [procureur du séminaire de Québec à Paris] à Mgr de Laval, 9 mars 1 (...)
  • 27 Sur les instances des récollets de Paris, Tronson avait fait parvenir aux récollets de Nouvelle-Fr (...)
  • 28 François Dollier de Casson : voir infra, Appendice I, p. 615.
  • 29 Le participe passé « dit » se soudait anciennement avec « le », « la », « les », « au », « aux », (...)
  • 30 Pour la description de ce terrain, voir infra, p. 601-603. L’emplacement accordé aux récollets ne (...)
  • 31 Dans la lettre du 22 septembre 1681 qu’il adressait au père Le Roux, Dollier de Casson précisait : (...)

15La navigation fut également promte, & heureuse ; en sorte que nous arrivâmes à Honfleur23 trente jours aprés nôtre départ de l’Isle Percée. Nous prîmes ensuite la route de Paris, où le Reverendissime Pere Germain Allart, & le tres-Reverend Pere Potentien Ozon Provincial actuel des Recollets d’Artois24, ménagerent avec tant de succez les interêts de nos Missions, que le premier obtint du Roi, l’établissement de l’Hospice que nous avons presentement à Quebec25 ; & le second26, des Lettres27 de faveur de Monsieur Tronçon* Superieur des Messieurs du Seminaire de Saint-Sulpice, à Monsieur d’Ollier28 Superieur des Messieurs du Seminaire de Mont-Roïal en Canada, en vertu desquelles mondit29 Sieur d’Ollier eut la bonté de nous accorder genereusement une espace de terrein30 sur le bord du fleuve, avec pouvoir d’y bâtir une Maison de Mission, avec l’agrément de Monseigneur l’Evêque31, pour la consolation spirituelle des Habitans de Mont-Roïal.

  • 32 Voir supra, p. 190, n. 5.
  • 33 Potentien Ozon séjourna à deux reprises au Canada (voir infra, Appendice I, p. 627-628), mais les (...)
  • 34 En 1681, le père Henri Le Roy avait été nommé commissaire provincial et gardien du couvent de Québ (...)

16Pendant que ces Reverends Peres agissoient de concert pour obtenir ces nouveaux établissemens, l’obeïssance me permit de retourner dans nôtre chere Province d’Artois32, où tout le monde, pour ainsi dire, parens, amis, Religieux & Seculiers, firent leurs efforts afin d’empêcher & de me faire perdre le dessein que j’avois formé de retourner en Canada. Peut-être aurois je succombé aux instances de ces personnes, qui ne cherchoient dans mon sejour en France, que leur propre & seule satisfaction, si le tres R. P. Potentien Ozon, qui avoit passé deux fois en ce nouveau Monde, en qualité de Commissaire & Superieur de nos Missions Canadiennes33, n’eût dissipé tous ces obstacles par une de ses Lettres, en me faisant connoître que toutes les difficultez que je luy proposois n’étoient plus de saison, & qu’il ne s’agissoit pas de penetrer la volonté de Dieu sur une affaire, où elle paraissoit trop évidemment dans celle des Supérieurs des deux Provinces de Saint Denis & de Saint Antoine ; mais bien de l’executer au plûtôt : attendu même que Monseigneur l’Evêque de Quebec & le R. P. Valentin le Roux Superieur de nos Missions34, demandoient avec instance mon retour en Canada.

  • 35 Bapaume, ville de l’ancienne province d’Artois et du département actuel du Pas-de-Calais (arrondis (...)

17Il n’en falut pas davantage pour me déterminer à faire un sacrifice de toutes les repugnances que je pouvois avoir de quitter une seconde fois nôtre chere Province ; convaincu parfaitement que l’esprit du Seigneur residoit dans ce grand Serviteur de Dieu, je reçûs sa Lettre & ses avis comme la décision de mon sort ; & pour ne plus être exposé davantage aux attaques que l’amitié naturelle des parens & des amis me livroit tous lesjours, afin de m’engager à rester au Païs, je sortis de Bapaume35 pour aller à Arras, y faire ma retraite annuelle, & me disposer au second voïage que je devois faire dans la Nouvelle France. Il semble que Dieu agrea mon sacrifice, puisque celuy de nos Religieux qui s’étoit opposé le plus jusqu’alors à mon retour, se trouva luy-même tellement changé, huit jours apres mon départ, qu’il demanda avec tant d’empressement de venir avec moi en Canada, que les Superieurs se rendirent à ses instantes prieres : cette nouvelle me fut d’autant plus agreable, que j’étois persuadé de la capacité, & de la vertu de ce Religieux, & du grand bien qu’il feroit, comme il a fait dans les Missions Françoises & Iroquoises, qu’il a cultivées durant six années, avec une singuliere édification.

  • 36 Il s’agit d’hospitalières de Saint-Joseph, dont la communauté fut fondée à La Flèche dans les anné (...)
  • 37 Beaufort-en-Vallée, ville de l’ancienne province d’Anjou et du département actuel de Maine-et-Loir (...)
  • 38 Henri Arnaud (1597-1692), évêque d’Angers (1650) ; membre de la célèbre famille Arnaud, liée à l’h (...)
  • 39 Voir supra, p. 352, n. 18.
  • 40 « Feste solemnelle où l’on fait la commemoration de la descente du St. Esprit sur les Apostres, de (...)
  • 41 Vraisemblablement Antoinette Roseau, religieuse hospitalière de Saint-Joseph. Elle commença son no (...)
  • 42 Françoise Maumousseau : voir infra, Appendice I, p. 624.
  • 43 Henri Marie de Laval de Bois-Dauphin, évêque de La Rochelle de 1661 à 1693.
  • 44 Hymne de louange et d’action de grâces, le Te Deum se chantait ordinairement à matines, avant l’au (...)

18J’en écrivis aussi-tot à nos Superieurs, pour les informer de la resolution du R. P. François Wasson*, qui vouloit passer avec moi en Canada : en effet, nous partîmes incessamment de Bapaume pour Paris, où j’eus l’honneur de recevoir la visite de Monsieur Macé* tres-digne Ecclesiastique de Saint Sulpice, homme d’une vertu consommée, & d’un zele veritablement Apostolique pour la Mission de la Nouvelle France, qui me pria instament de m’embarquer avec deux Religieuses Hospitalieres36 de Beaufort en Vallée37, que Monseigneur d’Angers38 vouloit bien confier à mes soins à Quebec. Quelque indigne que je me crûs de la conduite & de la direction de ces saintes Filles, il m’obligea cependant de condescendre à sa demande, & ne sortit pas de chez nous, qu’il n’eût tiré parole que nous irions au Convent de ces bonnes Religieuses, & leur donnerions avis du tems auquel elles devoient se rendre à la Rochelle39, pour s’embarquer dans les premiers navires ; en sorte que toutes choses étant disposées, nous partîmes de Paris, & nous arrivâmes heureusement, vers les Fêtes de la Pentecôte40, aux Hospitalieres de Beaufort en Vallée. La Reverende Mere des Roseaux41, que Mademoiselle de Melun*, si célèbre par la pratique des vertus les plus éminentes du Christianisme, avoit mise en ce saint Monastere, en étoit devenuë la Suprrieure : animée par les éxemples de pieté de sa sainte Maîtresse, & brûlant de ce même feu de la charité du prochain qui consuma le cœur de cette grande Princesse, elle fit un sacrifice aux pauvres malades de Mont-Roïal, de ses deux cheres & bien-aimées Filles, les Sœurs Gallard* & Monmusseau42 ; la premiere, fille d’un Conseiller d’Angers ; la seconde, d’un fameux Marchand. Comme ces deux bonnes Religieuses étoient d’une vertu solide, & fortifiées de l’Esprit de Dieu qui les conduisoit en Canada, il semble aussi qu’elles ne sortirent du Cloître, que pour en donner des marques éclatantes, soit durant le sejour qu’elles firent à la Rochelle, où Monseigneur l’Evêque43 les reçut comme des veritables épouses de Jesus-Christ ; soit durant la navigation, que Nôtre-Seigneur rendit tres-heureuse, par les prieres & la sainteté de ces ames Religieuses, qui faisoient leurs Oraisons mentales, Lectures spirituelles, recitoient leur Office en commun, comme si le navire fût devenu pour elles un autre Convent de Beaufort en Vallée. Elles parurent insensibles à toutes les incommoditez qui sont ordinaires sur la mer ; mais elles ne pûrent s’empêcher de fremir & de trembler comme des ames chastes, apprenant que nous étions en danger d’être bien-tôt attaquez par un navire Turc, qui venoit à toutes voiles dessus nous, ou pour s’emparer de nôtre vaisseau, ou pour le couler à fond. Le canon que l’on disposoit, les mousquets, les piques, la poudre & le plomb que l’on distribuoit à tous les Passagers avec assez de precipitation, ne les effraïoit pas : incertaines de ce qu’elles deviendroient, si les Turcs, qui s’approchoient à vûë d’œil de nous, se rendoient les maîtres du navire, elles apprehendoient tout pour leur pureté ; & preferant genereusement la mort à la perte de ce precieux tresor, qui couroit risque d’être exposé aux insultes & aux violences de ces ennemis du nom Chrêtien, elles se jetterent à genoux, pour implorer le secours du Ciel, & me prierent, avec une ferveur d’esprit extraordinaire, d’approuver la resolution qu’elles avoient formée de se jetter à la mer aussi tôt que les Turcs monteroient dans le vaisseau ; aimant mieux, disoient-elles, s’abandonner aux soins amoureux de la Providence & mourir mille fois, que de tomber entre les mains & d’être souillées par la brutalité de ces Infideles. Le Ciel cependant se contenta de leur bonne volonté : on se mit en état de resister au navire Turc, qui approchoit à la portée du canon de nôtre vaisseau ; & comme il étoit beaucoup meilleur voilier que nous, on se resolut de l’attendre, & de se mettre en état d’attaquer & de se défendre. Cette fermeté & la resolution que nous fîmes paroître, de vouloir combattre l’ennemi, jetta la terreur parmi ces Barbares, lesquels se persuadant que nous étions beaucoup plus de monde que nous ne paraissions sur le tillac, apprehenderent eux-mêmes le succez d’un combat où ils commençoient à perdre l’esperance de vaincre & de triompher ; ils jugerent à propos de ne rien risquer, changerent de bord, passerent en arriere de nôtre navire, & se contenterent de nous faire des menaces, ausquelles on répondit avec une fierté qui ne cedoit rien du tout à leurs insultes : en sorte que ces Infideles s’étant éloignez de nous, jusqu’à nous faire perdre leur vaisseau de vûë, on chanta le Te Deum44, en action de graces ; & l’on attribua cet heureux succez aux merites & aux prieres ferventes de ces bonnes Religieuses que le Ciel consola dans la continuation du voïage, par une navigation autant heureuse qu’elles le pouvoient souhaiter, & qui nous fit voir l’embouchûre du fleuve de Saint Laurent, trente jours aprés nôtre départ de la Rochelle.

  • 45 Henri de Bernières, alors aussi curé en titre de Québec et supérieur du Séminaire, et Louis Ango d (...)

19Le vent s’étant rendu de jour enjour favorable, on mouilla bien-tôt l’anchre devant Quebec, où je m’étois rendu en canot, pour informer Monseigneur de Laval premier Evêque de Quebec, & Messieurs ses Grands Vicaires45, de l’heureuse arrivée de nos deux Religieuses Hospitalières, qui avoient généreusement exposé leur vie aux perils de la mer, pour se consacrer entièrement au service des malades de Mont-Roïal, dans le Convent & l’Hôpital fondez par la charité & les liberalitez de Madame de Bullion*. On les reçut avec tout le bon accueil & le respect possible ; elles furent conduites aux Ursulines de Quebec, & quelques jours après à Mont-Roïal, par Monsieur Soùart* leur Directeur, grand serviteur de Dieu, dont la mémoire sera toujours en benediction dans la Nouvelle France, par l’odeur de ses vertus, qu’il y a répandue durant quarante années de Mission, jusqu’à une heureuse vieillesse.

  • 46 De 1681 à 1687. Voir aussi supra, p. 597.
  • 47 Le passage de Frontenac à Montréal est confirmé dans la lettre du 22 septembre 1681 que Dollier de (...)
  • 48 Voir supra, p. 593, n. 27. Une lettre de Dollier de Casson à Valentin Le Roux, datée du 22 septemb (...)
  • 49 Dans la lettre (22 septembre 1681) qu’il adressa à Valentin Le Roux après sa négociation du terrai (...)
  • 50 La chapelle Notre-Dame-de-Bonsecours, érigée par les soins de Marguerite Bourgeoys entre 1657 et 1 (...)
  • 51 Dollier de Casson expédiait à Valentin Le Roux, le 30 octobre 1681, une copie de l’acte de concess (...)
  • 52 Le Premier Etablissement de la foy ne raconte pas cette seconde mission.

20Le Reverend Pere Valentin le Roux, qui ne perdoit aucune occasion de procurer les établissements de nos Missions, destina le Pere François Wasson pour continuer celle que nous avions aux Iroquois, où ce bon Religieux a demeuré l’espace de six ans46, soit durant la paix, soit durant la guerre que nous eûmes avec ces Barbares, aux insultes desquels ce zélé Missionnaire étoit continuellement exposé. Le Reverend Pere Supérieur m’ordonna aussi de monter avec luy, & de servir d’Aumônier à Monseigneur le Comte de Frontenac Gouverneur General de la Nouvelle France, jusqu’au Mont-Roïal47 ; afin de ménager auprès de Monsieur d’Ollier Supérieur du Séminaire, & Seigneur de l’Isle du Mont-Roïal, un espace de terrein qu’il nous accorda généreusement, après avoir fait lecture de la Lettre48 que je luy présentai de la part de Monsieur Tronçon, nous donnant en sa consideration quatre arpens de terre49 situez sur le bord du fleuve, proche la Chapelle de la Sainte Vierge50, vis à vis d’une petite élévation sur laquelle on a bâti un moulin, commodes & tres-propres pour l’abord des canots & des chaloupes, & dont il envoïa le Contract51 de concession au Reverend Pere Valentin le Roux, aussi-tôt queje fus de retour à Quebec. Deux jours avant mon départ pour ma Mission, de nos Gaspesiens, ou celuy qui se disoit mon pere, & sa famille, me reçurent avec tout le bon accueil qu’il leur fut possible. J’obmets ici les circonstances de cette seconde Mission, que je reserve pour le Premier établissement de la Foi dans la Nouvelle France52.

Notes

1 Voir supra, p. 404, n. 113.

2 Même réflexion dans le Premier Etablissement de la foy : « on ne réûssiroit jamais à leur conversion, si avant que de les rendre Chrestiens, on ne les rendoit hommes. Que pour les humaniser il falloit necessairement, que les François se mélassent avec eux, & les habituer parmy nous » (t. I, p. 96).

3 W. F. Ganong (Leclercq, New Relation of Gaspesia, p. 304, n. 2) estime que Dethune et Leclercq durent quitter l’île Percée pour la France à l’été de 1680, puisque les Micmacs se trouvaient alors à la pêche au saumon (voir infra, p. 583) et que cette pêche ne se pratique qu’au printemps et à l’été. Les deux délégués s’acquittèrent avec succès de leur mission (voir infra, p. 593-595, 601-602). Le père Dethune, vicaire au couvent de Québec en 1682 et commissaire provincial en 1684 (voir infra. Appendice I, p. 614-615, continua en outre de jouer un rôle actif dans l’établissement de l’hospice de Québec et dans la querelle que suscita le clocher de l’édifice entre les récollets et Mgr de Laval (O. Jouve, « Père Exupère Dethune (1644-1692) », Chroniques et documents, vol. 35, n° 1, 1982, p. 67-75 ; P. Dubé, Les Frères insoumis, p. 73-78).

4 Voir supra, p. 553, n. 6, et infra, p. 590.

5 Cette longue cérémonie des adieux est comme le développement, largement orchestré, d’une scène qui se trouvait déjà chez Sagard (Histoire du Canada, livre III, chap. VI, éd. Tross, t. III, p. 720-721 ; Le Grand Voyage, livre II, chap. V, éd. Warwick, p. 318).

6 Voir supra, p. 309, 318, 319, 583.

7 1 Samuel, 12.

8 Actes des Apôtres, 20, 17-38.

9 Peut-être l’pàtu : jeune homme (16-18 ans) ; l’pàtùs : jeune homme (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 62, 271) ; elbadus : garçon de 17 ou 18 ans (W. D. et R. S. Wallis, The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 234) ; elpatos, Ipatos : garçon (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 245 ; Leçons grammaticales de ta langue micmaque, p. 313) ; ulbadoo: garçon, jeune homme, célibataire (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 42 ; English-Micmac. Dictionary, p. 163 ; A First Reading Book, p. 27) ; sur la substitution du / l / micmac par / r / dans la transcription, voir supra, p. 374, n. 9.

10 Voir supra, p. 317, n. 22.

11 Voir supra, p. 552-553.

12 Pour la traduction de cette citation, voir supra, p. 553, n. 5. Oigitôgsep (oigi : avoir une demeure + -tôgsep : terminaison de la deuxième personne du duel de l’indicatif futur des verbes de la première conjugaison) : vous [deux] aurez votre demeure. À la deuxième personne du pluriel, le verbe devrait plutôt s’écrire oigoltitôgsep : vous [tous] aurez votre demeure (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 273). Maillard (Grammaire de la langue mikmaque, p. 38) n’indique pas la terminaison du duel et donne pour celle du pluriel de la deuxième personne de l’indicatif futur : -dokchep.

13 Compte tenu de ce que nous savons de la chefferie et de la justice amérindienne, cette affirmation du chef semble pour le moins surprenante ; voir supra, p. 450-451.

14 Leclercq vise-t-il implicitement les jésuites, souvent accusés de faire le commerce illicite des fourrures ? Comme celles-ci servaient, en pratique, de monnaie d’échange avec les Indiens, il est bien difficile d’établir une frontière précise entre le commerce proprement dit et le troc des missionnaires pour assurer leur survie au milieu des populations indigènes. L’accusation, formulée dès le séjour en Acadie des jésuites, fut reprise par des personnages aussi différents que Talon, La Salle, Frontenac et d’Auteuil. Dans ses Memoires (Œuvres complètes, p. 619-620), Lahontan rapportait l’accusation sans la reprendre à son compte ; dans les mémoires envoyés aux autorités anglaises, il la formule clairement (Œuvres complètes, p. 1022 et 1104). Sur toute cette question, voir P. J. Lomasney, « The Canadian Jesuit and the Fur Trade », Mid-America, vol. 15, n° 3, janvier 1933, p. 139-150 ; J. Delanglez, Frontenac and the Jesuits, p. 133-270;M. Eastman, Church and Stale in Early Canada, p. 4-6, 82-89, 265-267 ; C. J. Jaenen, « The Catholic Clergy and the Fur Trade, 1585-1685 », Société historique du Canada, 1970, p. 60-80.

15 Voir Sagard: « ceux qui ont à dire quelque chose, les uns apres les autres, sans bruit, sans s’interrompre, & en peu de mots, opinent & disent leurs advis » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXVI, éd. Tross, t. III, p. 392 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XVII, éd. Warwick, p. 233).

16 Eksooen : tu mens [« you tell what is not true »] ; terme moins injurieux que kesnukuion : « you lie in your tkroat » (« The most offensive epithet a Micmac can use ») (S. T. Rand, A First Reading Book, p. 25 ; English-Micmac Dictionary, p. 73 ; Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 157). Ègsoèn : tu mens (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, i, p. 226). Pour la traduction de tahoé, voir supra, p. 532, n. 12.

17 Gotj : ton père (déterminant de possession obligatoire) ; ggitj (ou eggitj, iggitj) : ta mère (déterminant de possession obligatoire) ; tjipabgato : honore-les, obéis-leur avec révérence (voir aussi tjipalg : craindre quelqu’un ; sagtag : obéir à quelqu’un) ; pegitji : longtemps ; osgitjinoitegs : tu vivras (oesgitjinoi : vivre + contraction de la première syllabe, usuelle au futur + -tesg, -legs [noté -dex dans Maillard, Grammaire du la langue mikmaque, p. 38] : terminaison de la deuxième personne du singulier de l’indicatif futur des verbes de la première conjugaison) (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 230, 239, 264-265, 273, 283, 329 ; II, p. 203, 210, 251, 265 ; Leçons grammaticales de la langue micmaque, p. 246, 248, 288, 297-298, 314-315). Kooch : ton père (déterminant de possession obligatoire) ; ukech’ : ta mère (déterminant de possession obligatoire) ; chepalk : craindre ; sâktdk’ : obéir ; pegejaak : longtemps (voir aussi pegedowse : vivre longtemps) ; weskijenooe : né, être né (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 41, 107, 161, 173, 182 ; English-Micmac Dictionary, p. 79, 131, 145, 170 ; A First Reading Book, p. 8, 10, 16).

18 Voir supra, p. 553-554, 582.

19 Voir Sagard : « ne nous abandonne donc point, & prend courage en nous instruisant, & enseignant le chemin du Ciel » (Histoire du Canada, livre III, chap. VI, éd. Tross, t. III, p. 720 ; Le Grand Voyage, livre II, chap. V, éd. Warwick, p. 318).

20 Sagard répondait de même aux Hurons qui le suppliaient de rester chez eux : « je taschay de les consoler au mieux que je pû, & leur donnoy esperance de les revoir l’année suivante, & que le voyage que je devois faire en France n’estoit d’aucun mecontentement que j’eu d’eux » (Histoire du Canada, livre III, chap. X, éd. Tross, t. III, p. 760 ; Le Grand Voyage, livre II, chap. V, éd. Warwick, p. 338).

21 Voir Exode, 20, 12 ; Lévitique, 19, 3 ; Deutéronome, 5, 16 ; Épître aux Ephésiens, 6, 2-3.

22 Le père Moireau ne semble pas avoir remplacé le père Leclercq à l’île Percée dès son départ à l’été de 1680, ni pendant toute la durée de son séjour en France. Il se trouvait en effet à la rivière Saint-Jean en juillet 1680, de même qu’en mai et en juin de l’année suivante. Selon W. F. Ganong, le père Moireau aurait simplement visité la mission gaspésienne à l’hiver de 1680-1681. Il avait reçu de l’évêque de Québec son approbation de mission pour l’Acadie le jour même où Leclercq avait reçu la sienne pour l’île Percée, en octobre 1675 (New Relation of Gaspesia, p. 314, n. 1 ; W. O. Raymond, The River St. John, p. 48-49 ; P. Dubé, Les Frères insoumis, p. 67-69).

23 Honfleur, ville de l’ancienne province de Normandie et du département actuel du Calvados (arrondissement de Lisieux), située sur l’estuaire de la Seine ; « avec un bon port, haute justice & amirauté » (« Honfleur », Encyclopédie, vol. 8, p. 284).

24 Le père Ozon fut nommé provincial de la province de Saint-Antoine en Artois en 1691. Il était définiteur de la province de Saint-Denys au moment du passage des pères Leclercq et Dethune à Paris (voir infra, Appendice I, p. 627-628).

25 Le Premier Etablissement de la foy (t. II, p. 129-130) confirme ce renseignement et apporte quelques précisions supplémentaires : « Le Reverend Pere Germain Allart qui a esté depuis honnoré de l’Evesché de Vences, avoit obtenu du Roy la concession d’un emplacement dans la haute-Ville de Quebec, pour y bâtir un hospice regulier à l’usage de nos Peres, en datte du 28. May 1681. Les Lettres en furent enregistrées au Conseil souverain de Quebec, en Octobre de la même année [voir Jugements et délibérations du Conseil souverain de la Nouvelle-France, vol. 2, p. 705]. »

26 Voir la « Lettre de M. Dudouyt [procureur du séminaire de Québec à Paris] à Mgr de Laval, 9 mars 1681 » (citée en appendice dans P. Dubé, Les Frères insoumis, p. 150) : « Monsieur de Baluze [Jean-Calmine Baluze (1632-1704), aumônier du roi de Pologne ; fixé au séminaire de Saint-Sulpice à Paris à partir de 1680] me vient de dire que le pere Potentian avoit esté trois fois à Saint. Sulpice pour obtenir de Monsieur Tronson une permission de s’y etablir à Montreal disant que les puissances et les peuples les y demandent. »

27 Sur les instances des récollets de Paris, Tronson avait fait parvenir aux récollets de Nouvelle-France, en 1680, une lettre destinée à Dollier de Casson au sujet de leur établissement à Montréal. La lettre fut perdue dans le naufrage du navire qui la transportait et Leclercq se trouva à rapporter l’année suivante une copie de la même lettre à son destinataire : « Les révérends Pères Récollets m’ont témoigné le désir que l’on avoit de les voir établis à Montréal. Ils m’assurent que les habitants ont déjà présenté une requête, et ils me prient de leur vouloir accorder quelques fonds, où ils puissent faire cet établissement. Comme je ne sais pas assez l’état des lieux ni la disposition des esprits, non plus que les ouvertures qui se trouveront lorsque vous recevrez cette lettre, je ne puis vous dire autre chose, sinon que je serai bien aise de les pouvoir servir, et que vous me ferez plaisir de les obliger en ce que vous pourrez. Ils ne veulent s’établir dans l’île qu’avec l’agrément des Puissances, le consentement des peuples et la permission de Monseigneur l’évêque de Québec. Vous êtes sur les lieux, et vous voyez l’avantage qu’en peut recevoir la colonie. Si vous ne remarquez pas d’obstacle à ce dessein, vous m’obligerez de leur accorder une concession des terres qui leur seront nécessaires (« Lettre à Monsieur Dollier, juin 1681 », dans Correspondance de M. Louis Tronson, t. II, p. 228 ; voir aussi père Hugolin [Lemay], L’Établissement des récollets à Montréal, 1692, p. 10-11).

28 François Dollier de Casson : voir infra, Appendice I, p. 615.

29 Le participe passé « dit » se soudait anciennement avec « le », « la », « les », « au », « aux », avec des prépositions comme « sus », « sous », et avec les adjectifs possessifs et démonstratifs « mon », « ton », « son », « nos », « vos », « ses », « ce », « ces ». De cet usage, que Littré explique comme le résultat d’une analogie avec les formes monsieur et madame, il ne reste en français du xxe siècle que les formes, agglutinées ou non, avec l’article ou avec des prépositions et elles ne sont utilisées que dans la langue judiciaire et administrative.

30 Pour la description de ce terrain, voir infra, p. 601-603. L’emplacement accordé aux récollets ne l’était « à d’autres fins que pour l’establissement d’un couvent de leur ordre, sans pouvoir jamais estre alliené pour autre chose » (« Concession de l’establissement des recollets au Mont Réal », reproduite en appendice dans Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 220). Dans la lettre datée du 22 septembre 1681 que Dollier de Casson fit remettre par Leclercq à Valentin Le Roux pour l’informer de l’entente conclue, le supérieur du séminaire de Montréal proposait au commissaire des récollets de Québec de reporter à l’automne de 1682 l’établissement de la communauté à Montréal afin de ne pas fractionner les aumônes des fidèles, pour lors affectées à la construction de l’église paroissiale. Le délai pris pour terminer l’église, les démêlés ultérieurs des récollets de Québec avec Mgr de Laval, l’appréciation défavorable vraisemblablement portée par le nouveau gouverneur de La Barre (1682) sur les récollets et le refus qu’aurait finalement opposé le roi à leur venue à Montréal différèrent leur établissement sur l’île jusqu’en 1692. Le terrain obtenu en 1681, hors de l’enceinte fortifiée et assez éloigné des habitations, ne parut plus alors aussi intéressant, et les récollets lui préférèrent un « clos » situé à l’extrémité ouest de la ville, d’une superficie d’environ trois arpents, « entouré de pieux plantés en terre », qu’ils acquirent du chirurgien Martinet de Fonblanche en avril 1692. Dollier de Casson leur fit remise du droit de lods et ventes et le syndic des récollets vendit en 1696 la terre précédemment cédée par les sulpiciens (père Hugolin [Lemay], L’Etablissement des récollets à Montréal, 1692, p. 11-30 ; R. Rumilly, Histoire de Montréal, t. I, p. 210, 216, 260).

31 Dans la lettre du 22 septembre 1681 qu’il adressait au père Le Roux, Dollier de Casson précisait : « Le pere Chrestien m’a demandé un contract, mais je luy ay repondu que celle-cy [c.-à-d. la présente lettre] & ma parole que je luy donnois devoit suffire & que je ne debvois pas passer plus outre que monseigneur n’y eust marqué son agréement, estant juste que je rendisse cette deference à nostre evesque » (dans Anonyme, Histoire chronologique de Ut Nouvelle France, p. 211). Une lettre de Frontenac, du 2 novembre suivant, montre que Mgr de Laval avait entre-temps donné son approbation : « Les habitants de Montréal espèrent des religieux Récollets un si grand soulagement qu’il y a 4 ans qu’ils me présentèrent une requête pour obtenir qu’ils s’établissent dans leur ville. Mais ces Pères n’ayant pas voulu y entendre qu’ils n’eussent l’agrément de Mr Tronson et du Séminaire de St Sulpice et de Montréal, comme ils y ont non seulement donné les mains, mais même accordé un fonds de terre pour y construire une maison, il ne resterait plus que la permission de votre Majesté et ses lettres patentes pour donner au peuple de Montréal la consolation et les assistances qu’ils attendent depuis si longtemps, Mr notre Evêque leur ayant donné son consentement » (dans père Hugolin [Lemay], L’Établissement des récollets à Montréal, p. 21-22). C’est précisément l’autorisation royale sollicitée alors par le gouverneur qui fera obstacle au projet d’établissement des récollets à Montréal et en retardera la réalisation jusqu’en 1692.

32 Voir supra, p. 190, n. 5.

33 Potentien Ozon séjourna à deux reprises au Canada (voir infra, Appendice I, p. 627-628), mais les avis divergent sur la fonction qu’il occupait lors de son premier passage, en 1675. Si Hyacinthe Le Febvre (Histoire chronologique de lu province des Recollets de Paris, p. 134) affirme qu’il remplissait dès cette année la charge de commissaire provincial « avec plenitude de puissance, & pouvoir mesme d’établir un Superieur dans la Mission », d’autres auteurs estiment plutôt qu’il vint alors comme « custode des récollets de Paris en mission extraordinaire » (père Hugolin [Lemay], Le Père Joseph Denis, vol. 1, p. 104) ou comme visiteur général de la mission canadienne (Leclercq, PFF, t. II, p. 122 ; G.-M.-R. Gingras, « Ozon, Potentien », DBC, t. II, p. 529 ; C. Tanguay, Répertoire général du clergé canadien, p. 62 ; O. Jouve, Le Frère Didace Pelletier, récollet, p. 118, n. 2 ; Le Père Gabriel de La Ribourde, récollet, p. 39). Le père Ozon cumulait peut-être alors les fonctions de visiteur et de commissaire provincial (J.-B.-A. Allaire, Dictionnaire biographique du clergé canadien-français, t. I, p. 407).

34 En 1681, le père Henri Le Roy avait été nommé commissaire provincial et gardien du couvent de Québec, en remplacement du père Le Roux. Pour des raisons inconnues, toutefois, Le Roy ne passa pas au Canada avant 1683 et Valentin Le Roux continua d’assumer ces deux charges jusqu’à son arrivée (J. Valois, « Le Roy, Henri », DBC, t. II, p. 437).

35 Bapaume, ville de l’ancienne province d’Artois et du département actuel du Pas-de-Calais (arrondissement d’Arras). Bapaume possédait notamment un couvent de récollets (1604) et un monastère de sœurs grises du tiers ordre de saint François (xve siècle) (H. Le Febvre, Histoire chronologique de la province des Recollets de Paris, p. 96-98 ; J. Lestocquoy, Le Diocèse d’Arras. La vie religieuse d’une province, p. 134).

36 Il s’agit d’hospitalières de Saint-Joseph, dont la communauté fut fondée à La Flèche dans les années 1630 et érigée canoniquement en congrégation de vœux simples en 1643. Dès 1635-1636, leur fondateur — le futur instigateur de la Société de Notre-Dame de Montréal, Jérôme Le Royer de La Dauversière — envisageait de les établir en Nouvelle-France. Après s’être heurté à la volonté de Queylus, vicaire général de Rouen à Montréal, puis de Mgr de Laval, évêque de Pétrée et vicaire apostolique en Nouvelle-France, d’installer à l’Hôtel-Dieu de Montréal les hospitalières de Saint-Augustin de Dieppe, déjà fixées à Québec depuis 1639, les hospitalières de Saint-Joseph obtinrent en 1659 la permission épiscopale de résider à l’hôpital. Louis XIV confirma leur établissement à Montréal en 1669, après que la communauté eut adopté les vœux solennels, et Mgr de Saint-Vallier reconnut leurs nouvelles constitutions en 1689. Les trois premières hospitalières de Saint-Joseph (sœurs Brésoles, Macé et Maillet) arrivèrent à Montréal en 1659, suivies de trois autres (sœurs Ronceray, Le Jumeau et Babonneau) en 1669 et des sœurs Gallard et Maumousseau (voir infra, p. 599) en 1681 (L. Campeau, « Mgr de Laval et les hospitalières de Montréal (1659-1684) », dans L’Hôtel-Dieu de Montréal (1642-1973), p. 103-123 ; M. Morin, Histoire simple et véritable, p. 3-9).

37 Beaufort-en-Vallée, ville de l’ancienne province d’Anjou et du département actuel de Maine-et-Loire (arrondissement d’Angers), située dans le val d’Anjou. Les hospitalières de Saint-Joseph s’établirent à Beaufort en 1671 pour restaurer l’Hôtel-Dieu et en assurer le service. Les récollets, venus s’y fixer vers 1603, en étaient alors les seuls religieux (J. Grandet, Vie de Mademoiselle de Melun, p. 200 ; F. Lebrun, Le Diocèse d’Angers, p. 119).

38 Henri Arnaud (1597-1692), évêque d’Angers (1650) ; membre de la célèbre famille Arnaud, liée à l’histoire du jansénisme et de Port-Royal. Il avait déjà remis leur obédience aux trois premières religieuses parties de La Flèche en 1659 (les secondes, de la communauté de Laval, la reçurent de l’évêque du Mans). Rigoriste, il réforma les constitutions des hospitalières de Saint-Joseph, approuvées en 1643 par son prédécesseur Claude de Rueil, et les adapta au régime des vœux solennels (1666). Il mourut à l’âge de 95 ans. Michel Le Peletier, fils du ministre d’Etat et contrôleur général des finances Claude Le Peletier, lui succéda en 1692 (L. Campeau, « Mgr de Laval et les hospitalières de Montréal (1659-1684) », dans L’Hôtel-Dieu de Montréal (1642-1973), p. 109-120 ; M. Mondoux, L’Hôtel-Dieu, premier hôpital de Montréal, p. 157, 208).

39 Voir supra, p. 352, n. 18.

40 « Feste solemnelle où l’on fait la commemoration de la descente du St. Esprit sur les Apostres, descrite dans les Actes [2, 1-4]. Elle est ainsi nommée, parce qu’on la feste le cinquantiéme jour après Pasques. C’est elle qui finit le temps pascal » (Furetière, 1690). En 1681, Pâques fut célébré le 6 avril et la semaine de la Pentecôte du dimanche 25 au samedi 31 mai (J. J. Bond, Handy-book of Rules and Tables for Verifying Dates within the (Christian Era, p. 139).

41 Vraisemblablement Antoinette Roseau, religieuse hospitalière de Saint-Joseph. Elle commença son noviciat à Baugé, puis, à la demande d’Anne de Melun, se rendit à Beaufort en 1671 pour aider à la fondation de l’Hôtel-Dieu. Elle y prononça ses vœux solennels et resta par la suite attachée à cette communauté. On ne saurait attester qu’elle en ait été supérieure au moment du passage de Leclercq à Beaufort en 1681 : Lézine-Scholastique Bérault des Essarts, hospitalière de La Flèche et fondatrice des maisons de Laval et de Nîmes, aurait, selon d’autres sources, occupé cette fonction de l’établissement des religieuses en 1671 jusqu’en 1693 (E.-L. Couanier de Launay, Histoire des religieuses hospitalières de Saint-Joseph, t. II, p. 58-60 ; J. Grandet, Vie de Mademoiselle de Melun, p. 155-229 ; vicomte de Melun, Vie de Mlle de Melun, p. 189-193, 253-256).

42 Françoise Maumousseau : voir infra, Appendice I, p. 624.

43 Henri Marie de Laval de Bois-Dauphin, évêque de La Rochelle de 1661 à 1693.

44 Hymne de louange et d’action de grâces, le Te Deum se chantait ordinairement à matines, avant l’aube, et concluait les cérémonies religieuses solennelles (sacres, bénédictions, dédicaces, ordinations, etc.). Le titre du cantique en reproduit les premiers mots : « Te Deum laudamus, te Dominum confitemur. / Te œternum Patrem : omnis terra veneratur [Nous te louons, ô Dieu, nous te célébrons, Seigneur. / En toi toute la terre vénère le Père éternel] ». Pour le texte latin complet, voir G. Vaudelin, Nouvelle Maniere d’écrire comme on parle en France, p. 187-189 ; pour la traduction française, voir Les Heures de l’office divin. Bréviaire en français, p. 8-9.

45 Henri de Bernières, alors aussi curé en titre de Québec et supérieur du Séminaire, et Louis Ango des Maizerets.

46 De 1681 à 1687. Voir aussi supra, p. 597.

47 Le passage de Frontenac à Montréal est confirmé dans la lettre du 22 septembre 1681 que Dollier de Casson rédigea à l’intention de Valentin Le Roux et qu’il fit remettre au commissaire provincial par le père Leclercq : « Le sejour de Mr le comte qui a esté un peu plus long a Montreal qu’on ne croyoit pas a retardé la presente response [...] » (dans Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 211).

48 Voir supra, p. 593, n. 27. Une lettre de Dollier de Casson à Valentin Le Roux, datée du 22 septembre 1681, semble plutôt indiquer que le père Luc Filiastre « estoit chargé [...] de toutte cette négociation ». La même lettre ajoute encore : « Le pere Chrestien & le pere François qui l’accompagnoient ont été très contents aussy. [...] Le pere Chrestien m’a demandé un contract, mais je luy ay repondu que celle-cy & ma parole que je luy donnois devoit suffire [...]. Au reste je vous dirois que je suis le plus content du monde des procédés des reverends pères Luc [Filiastre], Chrestien [Leclercq] & François [Wasson] ; ce sont de grands serviteurs de Dieu & dignes religieux ; ils en ont tous trois donné des marques bien edifiantes ; ils ne veulent que le service & la gloire de Dieu [...] ; ils marchent dans la simplicité qui est le chemin que nostre Maistre a tenu & que nous ambitionnons [...] » (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 211-212).

49 Dans la lettre (22 septembre 1681) qu’il adressa à Valentin Le Roux après sa négociation du terrain avec Leclercq, Dollier de Casson précise : « J’ay été avec luy [Leclercq] sur le peu de terre qui nous reste à donner dans la ville & : heureusement il s’est trouvé un fort bel espace pour faire nostre établissement, je crois qu’il aura bien deux harpents de front & que sa profondeur qui irajusque sur une autre rue n’aura pas moins d’estendue. Le tout dans un très agréable terrein pour la veue & pour tout : vostre maison n’aura que la rue à traverser pour aller au fleuve et comme il n’y aura aucune maison vis à vis, ce sera plutôt une terasse qu’une rue dont l’aspect sera tres beau, y ayant très peu d’apparence qu’on bastisse jamais du costé de la riviere, & quand cela seroit on laisserait toujours une belle issue à vostre maison pour y aller. Le terrein sera sec en tout temps & à l’abry des mauvais vents ; il est vray qu’il est un peu dominé du costeau mais tout le Montreal l’est tellement de mesme par tout qu’il n’y a aucun lieu où l’on se puisse garantir de la vue si ce n’est par le moyen des arbres, mais les pruniers ne sont pas rares dans ce pays icy » (ibid., p. 211).

50 La chapelle Notre-Dame-de-Bonsecours, érigée par les soins de Marguerite Bourgeoys entre 1657 et 1678, incendiée en 1754 et reconstruite sur les mêmes fondations, de 1771 à 1773.

51 Dollier de Casson expédiait à Valentin Le Roux, le 30 octobre 1681, une copie de l’acte de concession rédigé quatre jours auparavant à Montréal devant le notaire Mougue. Pour « reconnoissance de laditte terre concédée », les récollets s’engageaient à dire « à perpetuitté tous les ans une messe basse chaque premier jour chaque année dans le convent qui sera estably sur icelle pour le salut & bien desdits seigneurs [sulpiciens] ». Pour le texte complet du contrat, voir Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 220-221 ; aussi père Hugolin [Lemay], L’Etablissement des récollets à Montréal, p. 18-20.

52 Le Premier Etablissement de la foy ne raconte pas cette seconde mission.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search