Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre XVIII. De la Chasse des Gaspesiens

Texte intégral

1Nos sauvages n’ont pas d’employ plus honorable que la chasse, après la guerre ; & ils ne s’acquièrent pas moins de gloire & de réputation, par le nombre des orignaux & des castors qu’ils surprennent & qu’ils tuent à la chasse, que par le nombre des chevelures qu’ils enlèvent de dessus la tête de leurs ennemis.

  • 1 L’élan d’Amérique (Alces alces americana), appelé couramment « orignal » au Québec et au Canada fr (...)
  • 2 Description assez semblable à celle de Lescarbot : « Disons donc que le meilleur temps & plus comm (...)

2La chasse à l’élan ou orignac1, se fait en toutes les saisons de l’année : celle de l’Hiver est la plus commode & la plus favorable, principalement lorsque la neige est haute, ferme, dure & gelée, à cause que les Sauvages aïant des raquettes aux pieds, approchent facilement de l’élan, qui enfonce, & ne peut se dérober à la poursuite des Chasseurs. Il n’en est pas de-même en Eté, parce que ces animaux courent avec tant de vitesse, qu’il est presque impossible de les joindre, quelquefois même aprés dix jours de course2

  • 3 Leclercq s’inspire de Lescarbot : « C’est un animal le plus haut qui soit aprés le Dromadaire & l (...)
  • 4 Plusieurs Français rapportent cette croyance : voir Boucher (Histoire véritable et naturelle, p. 5 (...)
  • 5 D’après Denys, dans le cœur de l’orignal « il se trouve un petit os dont les femmes des Sauvages s (...)
  • 6 Coganléö : os ; nigitami : pour donner naissance (erreur typographique probable : hi guidanne [h a (...)
  • 7 Notation similaire chez Lahontan : « Lors qu’on les joint, on leur tire des coups de fusil, quelqu (...)
  • 8 Voir Denys : « Pour trouver les orignaux, les Sauvages couroient dans les bois d’un costé & d’autr (...)
  • 9 Baktakn : lieu où se nourrissent les orignaux [« moose-feeding ground »], percée dans la forêt (S. (...)

3L’orignac est haut comme un cheval ; il a le poil grison, la tête à peu prés-comme celle d’un mulet, & porte son bois double comme le cerf, excepté qu’il est large comme une planche, & long de deux à trois pieds, garni aux deux cotez de cornichons, qui tombent l’Automne, & se multiplient au Printems, par autant de nouvelles branches qu’il a d’années. Il broute l’herbe, & paît dans les prairies sur le bord des rivières, & dans les forêts durant l’Eté : il mange en Hiver, les pointes des arbres les plus tendres. Il a le pied fourchu3 : le gauche de derrière guérit du haut-mal ; mais il faut le prendre, disent les Sauvages, dans le tems qu’il tombe luy-même de ce mal, duquel il se guérit en portant ce pied gauche à son oreille4. On trouve dans son cœur un petit os5 que les Gaspesiens appellent Oagando ht guidanne6, qui est un remède souverain pour faciliter les couches des femmes, & les délivrer des tranchées & des douleurs de l’enfantement, en le prenant dans du bouillon, aprés l’avoir réduit premierement en poudre. Il pleure comme les cerfs & les biches, lorsqu’il est pris & qu’il ne peut échaper la mort : les larmes luy tombent des yeux, grosses comme des pois. Il ne laisse pas cependant de se défendre de son mieux : les approches même en sont assez dangereuses ; parce qu’à la faveur d’un chemin qu’il a l’adresse de batre avec ses pieds, il s’élance quelquefois avec tant de furie sur les Chasseurs & sur les chiens, qu’il ensevelit & les uns & les autres dans la neige ; ensorte que plusieurs Sauvages en sont souvent estropiez7, leurs chiens restant morts sur la place. Les Chasseurs connoissent les endroits où les orignaux se retirent, par certaines pointes d’arbres rongées ou rompues8, qu’ils appellent Pactagane9, c’est à dire le ravage de l’élan : ils mâchent ce bois, & ils reconnoissent au goût de ces branches, le tems que ces animaux ont passé par ces endroits. Ils les surprennent quelquefois à l’affût, & par de certains colets faits de grosses courroies de cuir, & tendus à la passe ordinaire de cet animal.

  • 10 Leclercq s’inspire ici de Nicolas Denys : « Le Printemps la chasse se faisoit encore de mesme, si (...)

4La maniere la plus industrieuse de nos Gaspesiens pour surprendre l’orignac, est celle-ci. Les Chasseurs connoissant l’endroit de la riviere où il se retire ordinairement quand il entre en chaleur, s’embarquent la nuit dans leur canot ; & approchant de la prairie où il se retire, broute l’herbe, & se couche ordinairement, l’un contrefait le cri de la femelle, & l’autre prend en même-tems de l’eau dans son plat d’écorce, & la laisse tomber goute à goute, comme si c’étoit la femelle même qui quittât son eau. Le mâle approche, & les Sauvages qui sont aux aguets le tuent à coups de fuzi10 : adresse & subtilité dont ils usent aussi à l’égard de la femelle, en contrefaisant le mâle.

5La chasse du castor est aussi facile en Eté, qu’elle est penible en Hiver ; quoiqu’elle soit également agréable & divertissante dans l’une & dans l’autre de ces deux saisons, pour le plaisir qu’on a de voir l’industrie naturelle de cet animal, laquelle surpasse l’imagination de ceux qui n’en ont pas vû les effets surprenans : aussi les Sauvages disent-ils que les castors ontde l’esprit ; qu’ils sontune Nation à part ; & qu’ils cesseroient de leur faire la guerre, s’ils parloient tant soit peu, pour leur apprendre s’ils sont de leurs amis, ou de leurs ennemis.

  • 11 Le castor est l’un des animaux le plus fréquemment décrits depuis l’Antiquité, et celui auquel on (...)
  • 12 Ôgôtei, abrégé en tei [ei : diphtongue] : ami, compagnon, mari, femme (en s’adressant à eux) ; toe (...)
  • 13 Leclercq emprunte au jésuite Lejeune ce passage, où il remplace par du micmac le montagnais de la (...)

6Le castor11 est de la grosseur d’un chien barbet : son poil est châtain, noir, & rarement blanc ; mais toujours fort doux, & propre à faire des chapeaux : c’est le grand commerce de la Nouvelle France. Les Gaspesiens disent que le castor est le bien-aimé des François & des autres Europeans, qui les recherchent avec avidité ; & je n’ai pû m’empêcher de rire, entendant un Sauvage qui me disoit en se gaussant : Tahoé messet kogoüar pajo ne daoüi dogoüil mkobif12. En vérité, mon frère, le castor fait parfaitement bien toutes choses ; il nous fait des chaudieres, des haches, des épées, des couteaux ; & nous donne à boire & à manger, sans avoir la peine de labourer la terre13.

  • 14 Le Castor canadensis, largement répandu dans toute la colonie, était chassé avant tout pour sa fou (...)
  • 15 Vers la fin du iie siècle, le compilateur grec Élian décrivait déjà le castor comme un amphibie : (...)
  • 16 Le castor est-il un poisson ou un animal terrestre ? S’il est un poisson, on peut le manger en car (...)
  • 17 Voir encore Lejeune (Relation de 1634, JR vol. 6, p. 302) : « ils ont quatre dents, deux embas & d (...)
  • 18 « Pour ce travail, écrit Denys, ils s’assemblent jusques à deux, trois & quatre cens castors & plu (...)
  • 19 Au témoignage de Denys, parce qu’« il lui faut de l’eau », le castor « fait des lacs & de grands é (...)
  • 20 « Pour mettre tous ces ouvriers en besogne, & bien faire leur travail, il leur faut un architecte (...)
  • 21 Si habile soit-il, le castor ne se sert pas de sa queue comme d’une truelle ni comme d’un chariot, (...)
  • 22 Voir supra, p. 358.

7Cet animal14 a les pieds courts : ceux de devant sont faits en ongles, ceux de derrière en nageoires ; à peu prés comme les loups marins. Il marche fort lentement. On l’a crû pour un tems amphibie15, moitié chair, moitié poisson ; parce qu’il a sa queuë à peu prés de la figure d’une sole, garnie d’écaillés qui ne se levent pas : mais à present, on le mange comme poisson en Carême ; soit qu’il le soit en effet, soit pour ôter les abus qui se commettoient, plusieurs reduisant en queue plus de la moitié du corps de cet animal16. Il a la tête grosse & courte : ses machoires sont armées de quatre grosses dents tranchantes, sçavoir deux en-haut, & deux en-bas, qui sont propres à polir l’or & l’argent, étant dures & douces tout ensemble17. C’est avec ces quatre dents, que le castor coupe des petites perches pour faire sa cabanne, & des arbres gros comme la cuisse, qu’il fait tomber justement dans l’endroit même où il prévoit qu’ils luy seront plus utiles & plus necessaires : il découpe ces arbres par morceaux de longueurs differentes, selon l’usage qu’il en veut faire ; il les roule sur la terre, ou les pousse à l’eau avec ses pâtes de devant, pour bâtir sa cabanne18, & fortifier une digue qui arrête le courant d’un ruisseau, & forme un étang considerable, sur le bord duquel il se loge ordinairement19. Il y a toujours un maître castor, qui preside à ce travail, & qui frape même ceux qui ne font pas bien leur devoir-20 Ils charient tous la terre sur leur queue, marchant sur les pâtes de derriere, & portant dans celles de devant, le bois qui leur est necessaire pour achever leur ouvrage : ils mêlent la terre avec le bois, & font une espece de maçonnerie avec leur queue, à peu prés comme les Maçons avec leur truelle21. Ils élevent des chaussées & des digues larges de deux ou trois pieds, hautes de douze ou quinze pieds, & longues de vingt ou trente ; mais si difficiles & si mal-aisées à rompre, que c’est veritablement le plus rude travail de la chasse au castor, qui par ces digues font d’un petit ruisseau, un étang si considerable, qu’ils inondent assez souvent une grande étendue de païs. Ils embarrassent même tellement les rivieres, qu’il faut se mettre souvent à l’eau, pour monter les canots par-dessus les digues ; comme il m’est arrivé plusieurs fois, en allant de Nipisiguit à la Riviere de Sainte-Croix, & autres endroits de la Gaspesie22.

  • 23 La description de la cabane du castor de Leclercq ressemble beaucoup à celle de Lejeune (Relation (...)
  • 24 Lescarbot écrivait, dans son Histoire de la Nouvelle-France (livre VI, chap. XX, éd. Grant, t. III (...)

8La cabanne du castor23 est haute de sept à huit pieds, si bien maçonnée & mastiquée avec la terre & le bois, que la pluie, ni le vent n’y peuvent entrer : elle est divisée en trois étages, où logent separément les grands, les moïens, & les petits, qui couchent sur de la paille24, avec cette circonstance digne de remarque, que le nombre de ces animaux, qui multiplient beaucoup, venant à augmenter, les plus vieux cedent la cabanne aux plus jeunes, qui ne manquent jamais de les assister à bâtir une maison ; comme si ces animaux vouloient donner une leçon naturelle aux peres & aux enfans, de se soulager reciproquement les uns & les autres.

  • 25 Voir Denys : « Le logement fait, ils font leur provision d’Hyver, car le castor ne mange point de (...)
  • 26 Cette comparaison se trouvait déjà chez Lescarbot : « La chair en est tres-bonne quasi comme du mo (...)
  • 27 « Roignons » ne signifie pas ici « reins » mais « testicules » (Furetière, 1690 et 1727 ; Académie (...)

9Le castor ne se nourrit pas dans l’eau, comme quelques-uns se sont imaginez : il prend sa nourriture à terre, & mange certaines écorces d’arbre, qu’il découpe par morceaux & transporte dans sa cabanne, pour en faire sa provision durant l’Hiver25. La chair en est delicate, à peu prés comme celle de mouton26. Les roignons sont recherchez par les Apoticaires ; & on s’en sert avec succez, pour soulager les femmes en couche, & appaiser les vapeurs27.

  • 28 D’après Lejeune, certains Indiens ont une « façon » « plus noble » de prendre le castor sous la gl (...)

10Quelque chasse qu’on fasse du castor, soit en Hiver, ou en Eté, il faut toujours rompre & briser la cabanne, dont nos Sauvages observent exactement toutes les avenues ; afin d’assieger & d’attaquer plus seurement cet animal, qui est retranché dans son petit fort28.

  • 29 Description semblable chez Lejeune : « Au printemps, le Castor se prend à l’attrappe amorcée du bo (...)
  • 30 Au témoignage de Denys, « le plus commun & le plus assuré, c’estoit de rompre leur digue & en fair (...)
  • 31 Lescarbot raconte une manière semblable d’échapper aux chasseurs : « avisé qu’il est, il ne se con (...)

11Au Printems & l’Eté, ils se prennent à la trape, laquelle venant à se détendre, une grosse piece de bois leur tombe dessus le corps, & les assomme29 : mais il n’est rien de si divertissant, que la chasse de l’Hiver, qui est cependant tres-penible & laborieuse ; & en effet il faut, & on est obligé de trouer la glace à plus de quarante ou cinquante endroits, rompre les digues, briser les cabannes, & faire écouler les eaux, pour observer & découvrir plus aisément les castors30, qui se jouent, se moquent & se dérobent bien souvent à la poursuite du Chasseur, en s’échapant de leur étang, par une sortie secrete que ces animaux ont l’instinct de laisser à leur chaussée, qui a communication avec un autre étang voisin31.

  • 32 Probablement un lagopède à l’époque de la mue.
  • 33 Leclercq fait probablement allusion à la gelinotte huppée (Bonasa umbellus), et peut-être aux tétr (...)
  • 34 Deux sortes de lagopèdes deviennent blancs en hiver : le lagopède des rochers (Lagopus mulus) et l (...)
  • 35 Leclercq s’inspire ici de Denys : « Il y a de trois sortes de Perdrix, de rouges, de grises, & de (...)

12Je passe ici sous silence, les differentes chasses des loutres, des ours, des cerfs, & de quantité d’autres animaux de la Gaspesie ; parce qu’elles n’ont rien de considerable, & qu’il est plus à propos de donner ici au Lecteur, la connoissance des especes differentes des bêtes-fauves, d’oiseaux, & des poissons qui se trouvent dans la Gaspesie : où l’on voit premiérement trois sortes de perdrix, dont les unes ont l’œil faizané, & sont d’un plumage mêlé de blanc, de noir, de gris, & d’orange32 : les autres sont grises33 ; & j’en ai vû plusieurs durant l’Hiver, qui étoient toutes blanches34. Les perdrix du Canada se perchent & se juchent sur les arbres & mangent le bouleau ou le sapin, qui leur communique un peu de son amertume : l’estomac en est blanc & delicat, comme celuy d’un chapon ; & celles qui ne mangent que du bouleau sont fort excellentes, en quelque maniere qu’on les accommode. La chasse en est facile, principalement au Printems, lorsqu’elle veut faire sa ponte ; parce qu’elle fait un bruit avec le batement de ses aîles, qui la découvre au Chasseur : & elle est si peu farouche, qu’on la chasse comme les poules devant soi, & se laisse approcher, jusqu’à souffrir qu’on luy presente un colet attaché au bout d’une perche, dans lequel elle passe la tête, & facilite ainsi le moïen de la prendre35.

  • 36 Le canard huppé (Aix sponsa) est appelé couramment « branchu », en raison de son habitude de perch (...)

13Les canards Canadiens sont semblables à ceux que nous avons en France ; on en voit cependant une espece differente, que nous appelions canards branchus36, qui se juchent sur les arbres, & dont le plumage est tres-beau, pour la diversité agreable des couleurs qui la composent.

  • 37 Au Québec et au Canada français, on appelle encore couramment « oiseau mouche » le colibri à gorge (...)
  • 38 Cette description rappelle parfois celle de Sagard : « Entre tous les oyseaux que j’ay veu dans le (...)
  • 39 Miledow : oiseau-mouche (S. T. Rand, Diclionary of the Language of Ihe Micmac Indians, p. 138 ; A (...)

14L’oiseau mouche37, que quelques-uns appellent l’oiseau du Ciel, est de la grosseur d’une noix : il a le bec mince & pointu comme une éguille : il ne vit que du suc des fleurs, comme les mouches à miel : son plumage est d’une beauté ravissante, principalement celuy de la gorge, qui est embelli d’un azur & d’un rouge éclatant, qu’on ne peut assez admirer, surtout quand il est exposé au Soleil38. Nos Gaspesiens l’appellent Nirido39 ; & on n’en fait la chasse seulement que par curiosité : on charge même les fuzils de sable ; parce que le plomb le plus menu seroit assez gros pour écraser ce petit oiseau, que l’on fait secher au four & au Soleil, de crainte que la corruption ne se mette dans un corps qui paroît tout de plume.

  • 40 Selon Nicolas Denys, les « Piquebois [...] ont le plumage plus beau que ceux de France, & de la mê (...)
  • 41 Ces oiseaux creusent évidemment avec leur bec et non pas avec leur langue.

15Les pic-bois40, que nous appelions de ce nom, parce qu’ils prennent leur nourriture en picotant les troncs des arbres qui sont pourris, se distinguent par deux sortes de plumage ; les uns sont mouchetez de noir & blanc ; les autres sont tout noirs, & portent sur la tête une huppe d’un rouge admirablement beau : ils ont la langue extrémement dure, & aiguë comme des éguilles, avec laquelle ils font dans les arbres41, des trous à y mettre le poing.

  • 42 L’aigle pêcheur (Pandion paliœtus) ou l’aigle à tête blanche.
  • 43 Peut-être l’alouette hausse-col, appelée aussi « alouette cornue » (Eremophila alpestris), largeme (...)
  • 44 Probablement le pinson chanteur (Melospiza melodia).
  • 45 La bernache canadienne (Branla canadensis), encore appelée populairement « outarde » au Québec et (...)
  • 46 La grande oise blanche (Chen cœruhscens), nommée communément « oie sauvage ».
  • 47 Une vingtaine d’espèces de canards se trouvaient dans la « Gaspésie » de Leclercq : les sarcelles (...)
  • 48 Le cygne siffleur (Olor columbianus).
  • 49 Le cormoran à aigrettes (Phalacrocorax auritus), largement répandu dans l’est de l’Amérique, et, p (...)
  • 50 Comme les « siffleurs » se retrouvent parmi les oiseaux aquatiques, entre les cormorans et les goé (...)
  • 51 L’espèce la plus répandue était le goéland argenté (Larus argentatus). Denys écrit : « Le Goislan (...)
  • 52 Le fou de Bassan (Morus bassanus) : le terme « margault », encore utilisé en Gaspésie et en Acadie (...)
  • 53 La bécasse américaine (Philohela minor), plus petite que la bécasse européenne (Scohpax rusticola)(...)
  • 54 La bécassine des marais (Gallinago gallinago), mais peut-être aussi divers petits bécasseaux de ri (...)
  • 55 Nom populaire de diverses sortes de bruants : le bruant ortolan (Emberiza hortulana), le bruant de (...)
  • 56 De nombreuses espèces de grives (famille des turdidés) se trouvent dans l’est de Amérique du Nord  (...)
  • 57 Le merle américain (Turdus migratorius), dont la poitrine est rouge brique. Denys parle d’« un oys (...)
  • 58 Vraisemblablement le geai bleu (Cyanocitta cristata) ou geai du Canada (Perisoreus canadensis).
  • 59 Ce terme désigne le grand corbeau ( Corvus corax), mais probablement ici la corneille américaine ((...)
  • 60 S’agit-il du plongeon huard (Cavia immer, appelé encore « huard à collier ») ou du grèbe à bec big (...)

16Les aigles42, les titiais43, les rossignols44, dont le chant n’est pas si charmant, à beaucoup prés, que ceux de l’Europe ; l’outarde45, l’oie46, les canards47, les cignes48, cormorans49, siffleurs50, le goislan51, la margot52, les bécasses53, bécassines54, ortolans55, grives56, merles57, pies58, corbeaux59, marionnets60 ; des oiseaux même tout blancs, tout rouges, bleus, jaunes, & une infinité d’autres, sont fort communs dans la Gaspesie, mais qu’on ne connoît pas en France, & dont le recit seroit inutile, pour n’avoir rien de plus curieux que les noms qu’on leur donne.

  • 61 Appelé aussi « lynx du Canada » (Lynx lynx), le loup-cervier a le corps trapu et le pelage « long, (...)

17On voit encore chez nos Gaspesiens trois sortes de loups : le loup servier61 est d’un poil argenté ; il a deux cornichons à la tête, qui sont de poil tout noir : la viande en est assez bonne, quoiqu’elle sente un peu trop le sauvagin. Cet animal est plus affreux à voir, que cruel : la peau est tres-bonne, pour en faire des fourrures.

  • 62 Le terme « loup-marin » ne désigne évidemment pas un loup (Canis lupus), mais l’une des espèces de (...)
  • 63 D’après Denys, ils « font [...] leurs petits à terre dans ces Isles, sur le sable, & sur les roche (...)
  • 64 Au témoignage de Denys, l’huile de loup-marin « est bonne à manger fraiche & pour fricasser du poi (...)
  • 65 ’Mtaakw : phoque à capuchon (femelle) ; le nom de l’espèce, sans distinction de sexe, est goolwaak (...)
  • 66 Oaspo : phoque (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 234) ; x (...)

18Le loup marin62 est une espece de poisson, dont la peau est mouchetée d’un poil noir & blanc : il fait ses petits à terre, ou sur quelques rochers63 ; la mere a l’instinct de les porter sur son dos, pour les apprendre à nager, lorsqu’ils sont trop fatiguez dans l’eau. Leurs pieds sont fort courts ; ceux de devant faits en ongles, & ceux de derriere en nageoires. Ils ne marchent pas, mais ils rampent sur le sable ; où ils dorment & se divertissent au Soleil, principalement quand la marée est basse, qui est le tems le plus propre & le plus commode pour en faire la chasse, qui est d’un très grand profit, tant à cause de l’huile64, que pour le débit considérable qu’on fait de la peau de ces poissons, dont quelques-uns sont aussi grands & aussi gros que des chevaux & des bœufs. Ces loups marins s’appellent Metauh65, pour les distinguer d’avec les communs, qui s’appellent Oùaspous66 : la chair en est passablement bonne, & la fressûre paroît d’aussi bon goût, que celle du porc. Les autres loups sont à peu prés comme ceux de nôtre Europe, excepté qu’ils ne sont pas si méchans, ni si cruels.

  • 67 Le lièvre d’Amérique (Lepus americanus) ressemble au lièvre variable européen (Lepus timidus) qui (...)

19Les liévres de Canada67 sont fort differens de ceux de France, & ils ressemblent aux lapins : la chair cependant en est assez delicate, surtout quand on la met en pâte, ou en civet. Plusieurs ont un goût d’amertume, à cause du sapin qu’ils mangent durant l’Hiver, étant assez probable qu’ils paissent l’herbe en Eté. Ce qu’on remarque de curieux dans ces animaux, c’est que leur poil change de couleur, selon le cours des saisons de l’année : il commence à blanchir, aux approches de l’Hiver ; & il est tout-à-fait blanc, quand la terre est couverte de neige : mais il perd cette blancheur & devient tout gris, au Printemps, & durant l’Eté.

  • 68 L’ours noir ( Ursus americanus), très abondant dans les forêts gaspésiennes.
  • 69 De la famille des mustélidés, le carcajou (Gulo gulo), appelé encore « glouton », a disparu du Nou (...)
  • 70 Probablement le cerf de Virginie (Odocoileus virginianus), appelé communément « chevreuil ».
  • 71 Le renard roux (Vulpes vulpes), répandu dans tout l’hémisphère nord.
  • 72 Le mot « caribou », emprunté au micmac, fut adopté par les premiers voyageurs français pour désign (...)
  • 73 La martre d’Amérique (Martes americana).
  • 74 Le porc-épic (Erethizondorsatum), répandu dans presque toute l’Amérique du Nord. Il ne lance pas s (...)
  • 75 Rongeur amphibie répandu dans toute l’Amérique du Nord et chassé pour sa fourrure, le rat musqué a (...)
  • 76 De nombreuses variétés d’écureuils se trouvent dans la partie est de l’Amérique du Nord : le tamia (...)
  • 77 La morue (Gadus morhua), de la famille des gadidés, était particulièrement abondante sur les grand (...)
  • 78 Le saumon de l’Atlantique (Salmo salar), présent aussi sur les côtes européennes, était particuliè (...)
  • 79 Le hareng atlantique (Clupea harengus).
  • 80 La truite mouchetée, ou omble de fontaine (Salvelinus fontinalis).
  • 81 Sans cloute le bar rayé (Morone saxatilis).
  • 82 Le maquereau bleu (Scomber scombrus).
  • 83 Vraisemblablement la barbotte brune (Ameiurus nebulosus) (L. Bernachez et M. Giroux, Guide des poi (...)
  • 84 Voisine de l’alose européenne (Alosa alosa), l’alose savoureuse (Alosa sapidissima) était très abo (...)
  • 85 L’esturgeon noir (Acipenser oxyrhynchus), présent dans le golfe du Saint-Laurent, et différent de (...)
  • 86 Sous le Régime français, le terme « carpe » désignait « plusieurs poissons de la famille des catos (...)
  • 87 Le grand brochet (Esox lucius), poisson d’eau douce largement répandu dans l’Amérique du Nord-Est.
  • 88 Probablement la ouitouche (Semotilus corporalis) (L. Bernatchez et M. Giroux, Guide des poissons d (...)
  • 89 S’agit-il du congre d’Amérique (Conger océaniens) ou de l’anguille de mer (Anguilla rostrata) ?
  • 90 Le calmar américain, que Denys appelait « Lencornet » et qu’il jugeait « bon à manger, rosty, boüi (...)
  • 91 Le doré jaune (Stizostedion vitreum), plus abondant, ou le doré noir ( Stizostedion canadense).
  • 92 Les huîtres de l’Est (Crassostrea virginica), abondantes sur la côte est, jusqu’au golfe du Mexiqu (...)
  • 93 L’éperlan d’Amérique (Osmerus mordax), très abondant des Grands Lacs à l’Atlantique, que l’on pech (...)
  • 94 Plusieurs sortes de raies vivent le long des côtes atlantiques : la raie commune (Raja lœvis), la (...)
  • 95 Le grand corégone (Coregonus clupeaformis), souvent mentionné par les voyageurs européens qui en a (...)
  • 96 Sur la pêche dans l’estuaire du Saint-Laurent, voir supra, Introduction, p. 203-204, 217-218, 222  (...)

20Les ours68, le quinquajou69, les cerfs70, les renards71, caribous72, martes73, porcs-épis74, rats-musquez75, écureuils76, & c. sont autant d’animaux qu’on trouve communément dans la Gaspesie ; où l’on voit encore une prodigieuse quantité de toute sorte de poisson, morue77, saumon78, harans79 truites80, bar81, maquereau82, barbue83, aloze84, esturgeon85, carpes86, brochets87, brèmes88, anguilles89, ancornets90, poisson doré91, huîtres92, esplan93, raie94, poisson blanc95 : en un mot, on peut dire que la chasse & la pêche96 y sont abondantes, & qu’on y trouve, sans beaucoup de peines, toutes les choses necessaires à la vie.

  • 97 Au xviie siècle, ce terme désignait indistinctement la plupart des cétacés : la baleine elle-même, (...)
  • 98 98. Il ne s’agit ni du poisson-épée (Xiphias gladius) ni du poisson-scie (Pristis), tous deux appe (...)

21C’est un plaisir d’y voir encore ce nombre prodigieux de baleines97 ; mais sur tout, le combat terrible de ce poisson monstrueux avec l’espadon, lequel porte dessus son dos une espèce d’épée ou de dard, qui luy sert d’armes offensives & défensives, pour attaquer & se défendre des ailerons & de la queue de la baleine. Il est surprenant de voir les approches & les attaques mutuelles de ces deux puissans ennemis, qui mugissent comme des taureaux animez de rage & de fureur ; l’espadon s’élance hors de l’eau, & tombe de toute sa force à la renverse dessus la baleine, afin de la percer de son dard. La baleine se plonge [dans] l’eau, & se dérobe aux coups de l’espadon, qu’elle tâche de batre & de vaincre avec sa queue & ses ailerons, dont le bruit se fait entendre de plus d’une lieuë. La mer paroît toute agitée, par les mouvemens & les efforts violens de ces poissons formidables ; & elle devient toute rouge de leur sang, qui sort en abondance de leurs plaies, qui les font mourir quelquefois : telle étoit la baleine que nous trouvâmes échouée à la côte, à quinze lieues de la rivière de Saint Joseph, dite Ristigouche ; le sable qui la couvroit nous empêcha de voir les coups furieux qu’elle avoit reçus de l’espadon, nous n’en vîmes que deux ou trois, qui paroissoient fort larges & profonds98. Quoique la baleine soit un poisson d’une grosseur & d’une force prodigieuse, elle ne peut cependant renverser, ni briser avec sa queuë les navires, comme plusieurs se le persuadent un peu trop facilement.

  • 99 Description assez semblable chez Denys : « Il s’y voit encore un poisson que les matelots François (...)

22Le requin, que quelques-uns appellent requiem, est un poisson fort dangereux, armé de deux à trois rangées de dents, long de quatre à cinq pieds, & gros à proportion. Il est tres-dangereux de se baigner dans les endroits où ce poisson se retire ordinairement ; parce qu’il court après ceux qu’il apperçoit dans l’eau, & leur coupe un bras ou une cuisse, qu’il mange & qu’il devore en même-tems99. Je me souviens qu’un pauvre passager s’étant jetté à la mer par divertissement, pour se baigner dans un tems de calme, beau & serain, fut asez malheureux de rencontrer un de ces requiem, qui ne luy fit aucun mal, aussi long-tems qu’il fut à l’eau ; mais dés-lors que ceux du navire se mirent en état d’enlever ce pauvre misérable, le requin s’élança sur luy, & luy coupa la cuisse avant qu’il fût dans le vaisseau, où il mourut deux heures après.

Notes

1 L’élan d’Amérique (Alces alces americana), appelé couramment « orignal » au Québec et au Canada français. Selon Lescarbot, la forme « orignac », utilisée aussi par Denys, viendrait de « noz Basques » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XX, éd. Grant, t. III, p. 422). Voir DHFQ p. 386-387.

2 Description assez semblable à celle de Lescarbot : « Disons donc que le meilleur temps & plus commode pour lesdits Sauvages à toute chasse terrestre est la plus vieille saison, lors que les foréts sont chenuës & les neges hautes, & principalement si sur ces neges vient une forte gelée qui les endurcisse. [...] Et pour plus commodément la poursuivre [la bête], ils attachent au dessouz des piez des Raquettes trois fois aussi grandes que les nôtres, moyennant quoy ilz courent legerement sur cette nege dure sans enfoncer. Que si elle n’est assez ferme ilz ne laissent de chasser, & poursuivre trois jours durant si besoin est » (ibid., p. 422-423). Voir aussi Lejeune (Relational 1634, JR vol. 6, p. 294) et Denys : « Pour l’Hyver la chasse estoit differente à cause des neges, on se servoit de raquettes, par le moyen desquelles on marche sur la nege sans enfoncer, principalement le matin à cause de la gelée de la nuit, & en ce temps-là elle porte les chiens, mais l’orignac ne fait pas grand chemin, parce qu’il enfonce dans la nege, ce qui le fatigue beaucoup à cheminer » (Description géographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 595).

3 Leclercq s’inspire de Lescarbot : « C’est un animal le plus haut qui soit aprés le Dromadaire & le Chameau, car il est plus haut que le cheval. Il a le poil ordinairement grison, & quelquefois fauve, long quasi comme les doigts de la main. Sa téte est fort longue & a un fort long ordre de dents qui paroissent doubles pour recompenser le defaut de la machoire supérieure, qui n’en a point. Il porte son bois double comme le Cerf, mais large comme une planche, & long de trois piedz, garni de cornichons d’un côté, & au-dessus. Le pied en est fourchu comme du Cerf, mais beaucoup plus plantureux » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XX, éd. Grant, t. III, p. 422). La même description se retrouvait presque textuellement chez Sagard (Histoire du Canada, livre III, chap. I, éd. Tross, p. 681 ; Le Grand Voyage, livre II, chap. II, éd. Warwick, p. 298). Voir aussi Denys : « L’Orignac est aussi puissant qu’un mulet, la teste à peu prés de mesme, le col plus long, le tout plus déchargé, les jambes longues fort seches, le pied fourchu [...] il porte un grand bois sur la teste plat & fourchu en forme de main : il s’en void qui ont environ une brasse par le haut de largeur, & qui pesentjusques à cent & cent 50. livres, il leur tombe comme au cerf [...] » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 575). Voir encore la description de Lahontan (Nouveaux Voyages, dans Œuvres complètes, p. 326) et celle de Charlevoix ( Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 313-314).

4 Plusieurs Français rapportent cette croyance : voir Boucher (Histoire véritable et naturelle, p. 55), Denys (Description géographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 320-321), L. Nicolas (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 103-105), Lahontan (Nouveaux Voyages, dans Œuvres complètes, p. 326), Diéreville (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 253), Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 314), Jouvency (De Regione et Moribus Canadensium seu Barbarorum Novœ Franciœ, JR, vol. 1, p. 246-248). Selon Jacques Rousseau, la « médecine médiévale prêtait au mal caduc— l’épilepsie ou mal sacré — des origines quasi surnaturelles, qui commandaient un traitement confinant à la magie : le pied gauche des animaux — côté sinistre — jouissait donc de vertus particulières » (« Pierre Boucher, naturaliste et géographe », dans Boucher, Histoire véritable et naturelle, p. 306). Le remède semble d’origine européenne, bien que Leclercq et, avant lui, Denys l’aient attribué aux Amérindiens. Les pharmacopées françaises du xviie siècle classaient le « pié d’éland » parmi les « antiepileptica » et l’intégraient à de nombreuses poudres antispasmodiques, généralement sous forme de corne râpée (voir Charas, Pharmacopée royale, t. I, p. 190-191, et t. II, p. 334 ; Lémery, Pharmacopée universelle, p. 304-306). Charas précise l’origine des propriétés thérapeutiques prêtées à la corne du pied gauche : « Les Naturalistes racontent que [l’élan] est si viste à la course, qu’il serait impossible de le prendre si les chasseurs n’épioient le tems qu’il tombe du mal caduc (ce qui lui arrive souvent) pour s’en saisir avant qu’il puisse reprendre assez de forces pour mettre le pied gauche dans son Oreille ; Car quand ils lui en donnent le tems, il est incontinent guéri, se relevé, & en reprenant sa course, trouve son salut dans la fuite ; C’est pourquoi on veut que la corne de ce pied toute seule ait la vertu de guérir de l’Epileptie ceux qui en sont attaquez, prise par la bouche & portée en bague, ou pendue au col » (Pharmacopée royale, t. I, p. 191 ; cité à peu près textuellement dans Furetière, 1690 et 1727). L’efficacité de l’« ongle d’éland » fut mise en doute au siècle suivant, ce qui n’empêcha pas le Codex medicamentarius seu Pharmacopœa Parisiensis (5e éd., 1758, p. 68) de continuer à l’inclure dans les préparations antiépileptiques, « sans doute pour se conformer à l’ancien usage, qui étoit de le prescrire dans toutes les maladies spasmodiques » (« Elan », Encyclopédie, vol. 5, p. 441).

5 D’après Denys, dans le cœur de l’orignal « il se trouve un petit os dont les femmes des Sauvages se servent pour aider à leur accouchement, le mettant en poudre & l’avallent dans de l’eau ou du bouillon de la beste » (Description géographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 575). Voir aussi Charlevoix : « On prétend [...] qu’il a dans le Cœur un petit Os, lequel, réduit en Poudre, & pris dans du Bouillon, facilite les Couches, & appaise les douleurs de l’Enfantement » (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 317). Louis Nicolas (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 101) prêtait au remède d’autres vertus : « on trouve un os au milieu du cœur [de l’orignal] qu’on dit être bon pour empêcher ; ou pour guarir des fièvres, on en pend au col des enfans ». Parlant de l’os du cœur de cerf, dont la médecine européenne faisait de son côté usage comme cordial, Furetière (1727) et l’Encyclopédie (« Cerf », vol. 2, p. 843) précisent : « os ou cartilage ».

6 Coganléö : os ; nigitami : pour donner naissance (erreur typographique probable : hi guidanne [h au lieu de n] = ni gitami : père Pacifique, cité par W. F. Ganong, édit., New Relation of Gaspesia, p. 275, n. 3 ; Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 259 ; Leçons grammaticales de la langue micmaque, p. 318). Wagan’tew : os (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 145, 181) ; wokundaoo : os (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Jndians, p. 40) ; wahguntou : os (f. Barrât, The Indian of New-England, p. 18).

7 Notation similaire chez Lahontan : « Lors qu’on les joint, on leur tire des coups de fusil, quelques fois ils entrent en fureur & viennent à la charge sur les Sauvages, qui se couvrent d’un arbre pour se garantir de leurs pieds, avec lesquels ils les foulent jusqu’à les écraser » (Nouveaux Voyages, dans Œuvres complètes, p. 328).

8 Voir Denys : « Pour trouver les orignaux, les Sauvages couroient dans les bois d’un costé & d’autre pour trouver du bois mangé ; car en ce temps4à ils ne mangent que le jet du bois de l’année, là où ils trouvoient le bois mangé, ils rencontroient bien-tost les bêtes qui n’en estoient pas loin » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 595) ; Lejeune : « Ils pressoient le Pere de demeurer quelques jours avec eux, disans qu’ils avoient veu du bois rongé, & qu’infailliblement ils trouveraient d’autres Elans » (Relation de 1633, JR, vol. 5, p. 166) ; Kalm : « Les Français disent que plusieurs personnes l’appellent [Acer pennsylvanicum] Bois d’orignal, parce que ces animaux, l’hiver, en broutent beaucoup les branches ; quand on va en forêt en cette saison-là, on peut savoir ainsi où gîtent ces bêtes, car les rameaux des arbres sont coupés ; on peut également savoir quel chemin ils suivent, car les branches coupées se courbent dans le sens de leur marche » ( Voyage de Pehr Kalm au Canada en 1749, p. 586).

9 Baktakn : lieu où se nourrissent les orignaux [« moose-feeding ground »], percée dans la forêt (S. T. Rand, Micmac Dictionary, p. 30). Les labiales /b/ et /p/ ne sont pas toujours faciles à distinguer en micmac et Rand fait remarquer qu’elles prennent fréquemment la place l’une de l’autre à l’intérieur d’un même mot, les deux prononciations pouvant exister chez des locuteurs différents et parfois chez un même locuteur (ibid., p. xi, 30 ; Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 33, 63, 71 ; voir aussi père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 221-223).

10 Leclercq s’inspire ici de Nicolas Denys : « Le Printemps la chasse se faisoit encore de mesme, si ce n’est lors que les femelles entrent en amour ; en ce temps-là la chasse se faisoit la nuit sur les rivieres en canot, contrefaisant le cry de la femelle, & puis avec un plat d’écorce, les Sauvages prenoient de l’eau, la laissoient tomber dans l’eau de haut, & le bruit faisoit venir le masle qui croyoit que ce fust une femelle qui pissoit [...], s’il y avoit quelque masle dans le bois qui entendit le bruit de cette eau il y venoit [...] ; ils estoient tous prests à tirer dessus & ne la manquoient pas [...] » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 594).

11 Le castor est l’un des animaux le plus fréquemment décrits depuis l’Antiquité, et celui auquel on a attribué le plus de traits anthropomorphiques, comme le montre l’étude de François-Marc Gagnon, Images du castor canadien.

12 Ôgôtei, abrégé en tei [ei : diphtongue] : ami, compagnon, mari, femme (en s’adressant à eux) ; toei : compagnon, camarade ; « expression familière entre Sauvages, qui leur est aussi appliquée par les Blancs des Provinces Maritimes, sous la forme taoei » (voir aussi P. Poirier, Ix Parler franco-acadien, p. 291 : « laoeïe ou taoueille : Sauvagesse » ; et « Des vocables algonquins, caraïbes, etc., qui sont entrés dans la langue », MSRC, 1917, p. 361-362) ; mset gôgqèl : toutes choses (mesel, msel : tout ; gôgoei : chose / gôgoèl : choses) ; pagi : complètement (touchant la qualité) ; na taa : sans doute (adverbe d’affirmation) ; elogoei : travailler (elogoalg, elogoatem : faire, travailler, fabriquer (chose de genre animé ou inanimé) ; élogoalemag : travailler, façonner quelque chose pour quelqu’un) ; gopit : castor (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 232, 234-235, 247, 257, 315 ; II, p. 186 187, 218, 248, 258, 261, 270, 275 ; Leçons grammaticales de la langue micmaque, p. 269-270, 276, 285, 305, 317). Okooda’, souvent abrégé en da : ami, camarade, mon ami, mon camarade ; mesl, ‘msut : tout ; cogooa’ : chose / cogooaal. choses ; na tuhu : en effet, en vérité, vraiment [« it is a fact »] ; elookwa’ : faire, travailler ; kobet : castor (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 32, 88, 105, 117, 264, 284 ; English-Micmac. Dictionary, p. 49, 78, 98, 125 ; A First Reading Book, p. 7, 11, 21, 23-24, 27, 36, 43,61,74-75).

13 Leclercq emprunte au jésuite Lejeune ce passage, où il remplace par du micmac le montagnais de la citation originale : « Les Sauvages disent que c’est [le castor] l’animal bien aymé des François, des Anglois, & des Basques, en un mot des Europeans ; j’entendois un jour mon hoste qui disoit en se gaussant, Missi picoutau amiscou, le Castor fait toutes choses parfaictement bien, il nous faict des chaudieres, des haches, des espées, des couteaux, du pain, bref il fait tout » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 296-298).

14 Le Castor canadensis, largement répandu dans toute la colonie, était chassé avant tout pour sa fourrure, dont on fabriquait un feutre de qualité. Dans un passage qui recopiait Lescarbot mot à mot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XX, éd. Grant, t. III, p. 423-424), Sagard écrivait : « Cet animal est à peu prés gros comme un mouton tondu, ou peu moins [...]. 11 a le poil fort doux & le duvet plus que le velours, de couleur chastaignée, & y en a peu de bien noirs. Il a les pieds fort courts & fort propres pour nager, particulierement ceux de derrière, car ils ont une peau continuë entre les ongles, à la façon des oyseaux de rivières ou des loups marins ; sa queue n’a point de poil, ny d’escailles qui se puissent lever, elle est toute platte & faicte presque comme une sole [...]. Quant à la teste, elle est courte & presque ronde, ayant en gueule sur le devant quatre grandes dents tranchantes comme rasoirs, sçavoir deux en haut & deux en bas [...]. § De ces dents il couppe aysement des petits arbres & des perches en plusieurs pièces, dont il bastit sa maison, & mesme à succession de temps il en couppe par fois de bien gros [...] » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXVIII, éd. Tross, p. 697-699 ; Le Grand Voyage, livre II, chap. III, éd. Warwick, p. 305). Pour Nicolas Denys, le castor « est un poisson comme la Loutre, il n’est pas si long, il est à peu prés de la longueur & grosseur d’un mouton, les pieds plus courts, ceux de derrière toillés ainsi qu’un oye, ceux de devant sont en forme de mains, la queue en est faite comme une solle couverte de petites écailles noires ; [...] pour leur couleur ils sont d’ordinaire d’un minime brun, tirant sur le noir ou bien roux, il s’en trouve quelquefois de noirs, & mesme de blancs, ces peaux-là ont eu autrefois grand cours lors des chappeaux de castors [...] » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 568).

15 Vers la fin du iie siècle, le compilateur grec Élian décrivait déjà le castor comme un amphibie : « Le castor est une créature amphibie : le jour, il vit caché dans la rivière, mais la nuit il parcourt les bois, se nourrissant de tout ce qu’il peut trouver. Il sait pourquoi les chasseurs le pourchassent avec une telle ardeur et une telle impétuosité et, inclinant la tête, il se tranche les testicules et les lance dans leur direction, tel l’homme prudent qui, tombé aux mains des voleurs, sacrifie tout ce qu’il porte pour sauver sa vie et offre ses biens en guise de rançon. Si toutefois le castor a déjà eu la vie sauve par cette castration et est à nouveau poursuivi, alors il se dresse et montre qu’il ne possède plus ce qui motive une si ardente poursuite : les chasseurs abandonnent alors leur battue, car la chair du castor les intéresse moins. Souvent cependant, des castors aux testicules intacts, après avoir fui le plus possible, ont su dérober à la vue les parties convoitées et, avec une très grande habileté et une très grande ingéniosité, ont leurré leur pousuivant en feignant de ne plus posséder ce qu’ils gardaient caché » (traduit du grec par C. Bécard ; Ælianus, On the Characteristics of Animais, t. II, p. 50-51). Le mot « amphibie » reviendra régulièrement sous la plume des observateurs : Lescarbot, Lejeune, Lahontan, Charlevoix... Lejeune, par exemple, écrivait : « on prend ici le Castor pour un animal amphivie, voila pourquoy on en mange en tout temps : ma pensée est que sa gresse fondue approche plus de l’huille que de la gresse, la chair en est fort bonne, elle m’a semblé un peu fade au Printemps, & non pas en Hiver ; Au reste si sa peau surpasse la peau du mouton, la chair de mouton surpasse à mon advis celle de Castor ; tant pource qu’elle est de meilleur goust, comme aussi que le Mouton est plus gros qu’un Castor » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 304).

16 Le castor est-il un poisson ou un animal terrestre ? S’il est un poisson, on peut le manger en carême, comme en avaient décidé les théologiens de la Sorbonne et comme l’affirmait, par exemple, Nicolas Denys : « il est permis d’en manger pendant le Caresme » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 567). D’autres, dont Claude Perrault, soutenaient que la queue seulement était semblable à celle du poisson (Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux, cité par P. Berthiaume, dans Charlevoix, Journal, p. 262-263, n. 8). Sur cette question, voir F.-M. Gagnon, Images du castor canadien, p. 35-47.

17 Voir encore Lejeune (Relation de 1634, JR vol. 6, p. 302) : « ils ont quatre dents, deux embas & deux en haut merveilleusement acérées, les autres deux sont petites, mais celles-cy sont grandes & tranchantes, ils s’en servent pour couper les bois de leur provision, & les bois dont ils batissent leur demeure ».

18 « Pour ce travail, écrit Denys, ils s’assemblent jusques à deux, trois & quatre cens castors & plus, tant grands que petits : il faut sçavoir premierement que le castor n’a que quatre dents, deux en haut & deux en bas, les plus grandes sont de la longueur de deux travers de doigt, les autres les ont à proportion de leur grandeur, ils ont des pierres pour les aiguiser, en les frottant dessus : avec leurs dents ils abattent des arbres gros comme de demie bariques ; ils se mettent deux aprés, & un homme avec une coignée ne l’aura pas plûtost mis à bas qu’eux, & le font toujours tomber du costé qu’ils veulent le plus à leur commodité » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 568-569).

19 Au témoignage de Denys, parce qu’« il lui faut de l’eau », le castor « fait des lacs & de grands étangs ; & la pluspart de tous ceux qui sont en ces quartiers de la nouvelle France ont esté faits par les Castors ; pour cela ils cherchent un ruisseau qui passe par quelque endroit étroit, dont les côtes soient hautes, comme entre-deux montagnes ou cotteaux, & où les bois, la terre, & tous les materiaux propres à leur travail se trouvent en cet endroit-là ; ils font une digue ou chaussée, ils s’en voit de cent cinquante & deux cens pas & plus de longueur, & de huit, dix, onze & douze pieds de hauteur » (ibid., p. 568).

20 « Pour mettre tous ces ouvriers en besogne, & bien faire leur travail, il leur faut un architecte & des commandans », écrit Denys (ibid., p. 569).

21 Si habile soit-il, le castor ne se sert pas de sa queue comme d’une truelle ni comme d’un chariot, ainsi que le laisse entendre Denys, dans une description que Leclercq a certainement lue: « [...] leur queue porte à terre toute plate; les chargeurs mettent la terre dessus qu’ils foullent pour la faire tenir, & tout le plus haut qu’ils peuvent venant en dos d’asne par enhaut, puis ceux qui sont chargez marchant tous droits trainant leur queuë aprés eux, qu’ils déchargent proche les massons, lesquels ayans des matereaux commencent à arranger leurs bois les uns contre les autres» (ibid.).

22 Voir supra, p. 358.

23 La description de la cabane du castor de Leclercq ressemble beaucoup à celle de Lejeune (Relation de 1634, JR vol. 6, p. 298-300).

24 Lescarbot écrivait, dans son Histoire de la Nouvelle-France (livre VI, chap. XX, éd. Grant, t. III, p. 424) : « Cet animal [...] fait premièrement son lit avec de la paille, ou autre chose propre à coucher, tant pour lui que pour sa femelle : dresse une voute avec son bois coupé & preparé, laquelle il couvre de gazons de terre en telle sorte qu’il n’y entre nul vent, d’autant que tout est couvert & fermé, sinon un trou qui conduit dessous l’eau, & par là se va pourmener où il veut. Et d’autant que les eaux des lacs se haussent quelquefois, il fait une chambre au-dessus du bas manoir pour s’y retirer le cas d’inondation avenant : de sorte qu’il y a telle cabanne de Castor qui a plus de huit piez de hauteur tout faite de bois dressé en pyramide, & maçonné avec de la terre. »

25 Voir Denys : « Le logement fait, ils font leur provision d’Hyver, car le castor ne mange point de poisson, il vit d’écorce de tremble qui est un bois fort leger ; il abat un arbre, le couppe par tronçons de longueur pour ranger en son logis [...] » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 570). Voir aussi Lejeune, Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 300.

26 Cette comparaison se trouvait déjà chez Lescarbot : « La chair en est tres-bonne quasi comme du mouton » (Histoire de la NouvelleFrance, livre VI, chap. XX, éd. Grant, t. III, p. 424).

27 « Roignons » ne signifie pas ici « reins » mais « testicules » (Furetière, 1690 et 1727 ; Académie, 1695 ; voir aussi Boucher, Histoire veritable et naturelle, p. 62-63 : « les testicules sont recherchez par les Apoticaires » ; et Charlevoix, Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 264-265). On a en effet longtemps confondu avec les testicules du castor les deux glandes productrices de castoréum, situées de chaque côté de l’anus, à l’intérieur du cloaque de l’animal. À l’origine, le castor était principalement chassé pour ces glandes, et de nombreux auteurs grecs et latins ont soutenu que la bête se castrait d’elle-même à l’approche des chasseurs, pour éviter d’être capturée (voir notamment Élian, De la nature des animaux, VI, 34, et Pline l’Ancien, Histoire naturelle, VIII, 47). L’intérêt commercial que présenta ultérieurement la fourrure du castor n’empêcha pas que l’on continue de prélever « ces glandes que les sauvages distribuent aux François qui les envoyent puis aprés en France » (F. Gendron, Quelques particularitez du pays des Hurons en la Nouvelle. France, p. 14-15). « Liqueur d’une odeur desagréable, jaune comme du miel, onctueuse comme de la graisse fondue » (« Castor », Encyclopédie, vol. 2, p. 751-752), le castoréum était recherché pour ses vertus thérapeutiques. Utilisé en médecine depuis Hippocrate, il entrait dans la composition de nombreuses préparations pharmaceutiques, parfois tel quel, parfois sous forme de poudre, la substance devenant peu à peu dure et friable à l’intérieur de la tunique glandulaire. Décrit par Lémery comme un « hæmagogus, remede qui excite les menstrues, les lochies qui suivent l’accouchement » (Pharmacopée universelle, p. 36), le castoréum passait aussi pour soulager le « mal de Mere » ( « les parturientes s’en trouvent fort bien quand on leur en brule au prés du nez, et quand on leur en fait sentir la mauvaise odeur », assure Louis Nicolas [« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 114]), « abattre les vapeurs qui s’élèvent de la matrice », supprimer les « pasles couleurs » (aménorrhée, chlorose), « faire sortir l’arriere-fais aprés l’accouchement », etc. (voir les multiples recettes de médicaments « utérins », « hystériques » ou « matricaux » à base de castoréum, dans Charas, Pharmacopée royale ; Lémery, Pharmacopée universelle et Codex medicamentarius seu Pharmacopœa Parisiensis, passim). Quelques groupes amérindiens utilisaient aussi le castoréum à des finscuratives. Les Mohegans (sur le territoire actuel du Connec-ticut) s’en servaient pour soigner les blessures. Les Penobscots (sur le territoire actuel du Maine) l’employaient dans le traitement de la rougeole et le mêlaient fréquemment à d’autres remèdes ; ils considéraient en outre les testicules de castor comme efficaces contre les maladies gynécologiques. Voir également Lescarbot : « Quant aux playes, les Aoutmoins de noz Souriquois & leurs voisins les lechent & succent, se servans du roignon de Castor, duquel ilz mettent une rouëlle sur la playe, & se consolide ainsi » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XV, éd. Grant, t. III, p. 404). Le castoréum a figuré dans la Pharmacopeiu of the United States of America de 1820 à 1882 (V. J. Vogel, American Indian Medicine, p. 400-401).

28 D’après Lejeune, certains Indiens ont une « façon » « plus noble » de prendre le castor sous la glace : ils en « brisent à coups de haches la Cabane ou maison du Castor » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 298).

29 Description semblable chez Lejeune : « Au printemps, le Castor se prend à l’attrappe amorcée du bois dont il mange : les Sauvages sont tres-bien entendus en ces attrapes, lesquelles venant à se detendre, une grosse piece de bois tombe sur l’animal & l’assomme [...] » (ibid.).

30 Au témoignage de Denys, « le plus commun & le plus assuré, c’estoit de rompre leur digue & en faire perdre l’eau, alors les Castors se trouvoient sans eau, ne scachant plus où aller, leur logement paroissoit par tout » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 595).

31 Lescarbot raconte une manière semblable d’échapper aux chasseurs : « avisé qu’il est, il ne se contente point de ce que nous avons dit, ains ha d’abondant une sortie en une autre part hors le lac, sans cabane, par où il va à terre, & trompe le chasseur. Mais noz Sauvages bien avertis de cela, y donnent ordre, & occupent ce passage » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XX, éd. Grant, t. III, p. 424).

32 Probablement un lagopède à l’époque de la mue.

33 Leclercq fait probablement allusion à la gelinotte huppée (Bonasa umbellus), et peut-être aux tétras du Canada (Dendragapus canadensis).

34 Deux sortes de lagopèdes deviennent blancs en hiver : le lagopède des rochers (Lagopus mulus) et le lagopède des saules (Lagopus lagopus).

35 Leclercq s’inspire ici de Denys : « Il y a de trois sortes de Perdrix, de rouges, de grises, & de noires, la rouge est la meilleure, égale à celle de France pour la chair & le goust ; la grise a un autre goust que celle de France, elle sent la venaison : quelques-uns trouvent le goust meilleur que de la rouge ; pour la noire elle a la teste & les yeux d’un Faisant, la chair brune, le goust de venaison si fort, que je le trouve moins bon que les autres, elle sent le genievre avec un goust de sapin, elle mange de ces graines-là, ce que les autre ne font pas. Toutes ces sortes de perdrix ont la queuë longue, elles ouvrent leurs queuë comme une poulie d’Inde en évantail, elles sont fort belles, la rouge l’a meslée de rouge brun & gris, la grise de deux gris, un clair & l’autre brun, la noire de gris & noir, on en a apporté en France que l’on a donné à quelques personnes qui en ont fait faire de éventailles, que l’on a trouvé beaux ; elles perchent toutes, &  : sont si sottes, que si vous en rencontrez une bande sur un arbre vous les tirez toutes l’une aprés l’autre sans qu’elles s’envolent, & mesme si elles sont assez basses & que vous y puissiez toucher d’une perche, il en faut couper une, & y attacher au bout une corde ou un petit ruban avec un nœud coulant, puis leur passer au col & les tirer à bas, vous les prenez toutes vives les unes aprés les autres, portez les au logis mettez-les à terre dans une chambre, baillez leur du grain elles le mangent toute à l’heure, mais il ne faut pas qu’elles puissent sortir autrement elles s’envoleroient [...] » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 578-579).

36 Le canard huppé (Aix sponsa) est appelé couramment « branchu », en raison de son habitude de percher sur les branches des arbres. Dans ses Memoires de l’Amerique septentrionale ((Euvres complètes, p. 579), publiés en 1702, Lahontan vantera aussi la beauté de son plumage : « Ceux qu’on appelle Branchus, quoi que petits sont les plus beaux ; ils ont le plumage du coû si éclatant par la variété & le vif des couleurs, qu’une fourrure de cette espéce n’auroit point de prix en Moscovie ou en Turquie. On les appelle Branchus, parce qu’ils se posent sur les branches d’arbre. »

37 Au Québec et au Canada français, on appelle encore couramment « oiseau mouche » le colibri à gorge rubis (Archilochus coluirris), différent de l’« oiseau mouche » français, qui est le roitelet huppé (Regulus regulus).

38 Cette description rappelle parfois celle de Sagard : « Entre tous les oyseaux que j’ay veu dans le païs, il me semble que le plus beau, le plus ravissant & le plus petit qui soit peut estre au monde, est le Vicilin, ou oyseau mousche, que les Indiens appellent en leur langue ressuscité. Cet oyseau, en corps, n’est pas plus gros qu’un grillon, il a le bec long & tres-delié, de la grosseur de la pointe d’une aiguille, & ses cuisses & ses pieds aussi menus que la ligne d’une escriture. L’on a autrefois pesé son nid avec les oyseaux &  : trouvé qu’il ne peze davantage de 24. grains, il se nourrit de la rosée du Ciel, & de l’odeur des fleurs qu’il succe sans se poser sur icelles, mais seulement en voltigeant par-dessus. Sa plume est aussi deliée que duvet, & est tres-plaisante belle à voir pour la diversité de ses couleurs » (Histoire du Canada, livre III, chap. II, éd. Tross, p. 666-667 ; Le Grand Voyage, livre II, chap. I, éd. Warwick, p. 289). Voir aussi Denys : « L’oiseau Mouche est un petit oyseau qui n’est pas plus gros qu’un hanneton, la femelle a le plumage d’un vert doré, le mâle de mesme exscepté la gorge, qu’il a d’un rouge brun, quand on le void d’un certain jour, il jette un feu plus vif que le ruby : ils ne vivent que de miel qu’ils amassent sur des fleurs, leur bec est long & gros comme une petite épingle, leur langue passe un peu le bec & est fort déliée, leur vol est preste & fait un grand bruit en volant ; ils font leurs nids dans des arbres de la grandeur d’une piece de quinze sols, leurs œufs sont gros comme des pois, ils en font trois, quatre, ou cinq au plus, on a tâché d’en nourrir, mais l’on n’a pas pû en venir à bout » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 579).

39 Miledow : oiseau-mouche (S. T. Rand, Diclionary of the Language of Ihe Micmac Indians, p. 138 ; A First Reading Book, p. 48) ; militaw : oiseau-mouche (A.-D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 76, 250) ; melelow : oiseau-mouche (J. Barrat, The Indian of New-England, p. 13). Les premiers voyageurs français ont adopté le terme amérindien pour désigner cet oiseau inconnu en Europe : « Niridau c’est ton nom que je ne veux changer / Pour t’en imposer un qui seroit étranger. / Niridau oiselet delicat de nature, / Qui de l’abeille prent la tendre nourriture / Pillant de noz jardins les odorantes fleurs, / Et des rives des bois les plus rares douceurs » (Lescarbot, « Adieu à la Nouvelle France », dans Histoire de ta Nouvelle-France, t. III, p. 485) ; « Nous vismes aussy un petit oiseau qui n’estoit pas plus gros, avec toute sa plume, qu’une amende avec sa coque, lequel va vollettant comme les papillons, et ne vit que de fleurs non plus que les mouches à miel. Ses plumes sont grisastres, et la plus part enrichies d’un verd doré comme celle du pan. Les habitans du lieu l’appellent en leur langue Nirido. [...] Le Nerido de Mr De Mons a le bec plus long au double que celuy de Clusius [Charles de L’Escluse, naturaliste flamand], et a le corps plus petit de beaucoup [...] » (Peiresc, « Observations de Peiresc sur les curiosités rapportées d’Acadie par Pierre du Gua, sieur de Mons, le 26 novembre 1605 et le 13 mars 1606 », dans Nouveaux Documents sur Champlain et son époque, vol. 1, p. 102-104) ; sur le remplacement du /1/ micmac par /r/ dans la transcription, voir supra, p. 334, n. 9. Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 579) désigne plutôt le colibri à gorge rubis sous le nom d’« oiseau Mouche », terme probablement d’origine dialectale et attesté au Canada depuis Sagard (S. Pellerin, « Étude du vocabulaire de la faune et de la flore nord-américaines dans les écrits de Lahontan », p. 151-152). Diéreville (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 244-245) emploie « Colibris, ou Oyseaux-Mouches ».

40 Selon Nicolas Denys, les « Piquebois [...] ont le plumage plus beau que ceux de France, & de la même grosseur, il y en a d’autres que l’on nomme Gays, qui sont d’un beau plumage, la teste est toute rouge & le col d’une vraie couleur de feu » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 579). Le pic à huppe rouge est probablement le grand pic (Dryocopus pilealus) tandis que le pic moucheté de noir et blanc serait soit le pic chevelu (Picoïdes villosus), soit le pic tridactyle (Picoïdes tridactylus) (W. E. Godfrey, Les Oiseaux du Canada, p. 273-284 ; W. F. Ganong, « The Identity of the Animals and Plants Mentioned by the Early Voyagers to Eastern Canada and Newfoundland », dans MSRC, 1909, p. 205) ; D. et L. Stokes, Guide des oiseaux de l’est de l’Amérique du Nord, p. 256-265).

41 Ces oiseaux creusent évidemment avec leur bec et non pas avec leur langue.

42 L’aigle pêcheur (Pandion paliœtus) ou l’aigle à tête blanche.

43 Peut-être l’alouette hausse-col, appelée aussi « alouette cornue » (Eremophila alpestris), largement répandue en Amérique du Nord : les dictionnaires encyclopédiques du xixe siècle (Larousse, Littré, Poitevin) mentionnent en effet un oiseau appelé communément « tit » « titi » ou « titit » qu’ils identifient à la fauvette d’hiver ou à l’alouette des buissons. Cette dénomination populaire ne se trouve ni dans Le Grand Robert ni dans le Trésor de la langue française.

44 Probablement le pinson chanteur (Melospiza melodia).

45 La bernache canadienne (Branla canadensis), encore appelée populairement « outarde » au Québec et au Canada français ; elle est différente de la petite outarde européenne (Otis tetrax).

46 La grande oise blanche (Chen cœruhscens), nommée communément « oie sauvage ».

47 Une vingtaine d’espèces de canards se trouvaient dans la « Gaspésie » de Leclercq : les sarcelles (Anas carolinensis et Anas discors), le canard noir (Anas rubripes), l’eider à duvet (Somateria mollissima), le canard huppé (Aix sponsa), etc.

48 Le cygne siffleur (Olor columbianus).

49 Le cormoran à aigrettes (Phalacrocorax auritus), largement répandu dans l’est de l’Amérique, et, peut-être, le grand cormoran (Phalacrocorax carbo), qui se trouve aussi en Europe. D’après Denys, il « se dresse à la pesche du poisson, on luy lie le col proche l’estomac qui l’empesche d’avaler, estant privé il apporte sa pesche à terre (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 572).

50 Comme les « siffleurs » se retrouvent parmi les oiseaux aquatiques, entre les cormorans et les goélands, on peut penser que le terme désigne une espèce de « canard de surface [...] qui doit son nom à son cri flûte qui, de loin, ressemble vraiment à un coup de sifflet. » (Trésor de la langue françise).

51 L’espèce la plus répandue était le goéland argenté (Larus argentatus). Denys écrit : « Le Goislan [...] vit de poisson & de foye, ou tripaille de moluë, mais n’atrappe que ce qui flotte sur l’eau » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 573).

52 Le fou de Bassan (Morus bassanus) : le terme « margault », encore utilisé en Gaspésie et en Acadie, viendrait des « parlers côtiers du nord-ouest de la France » (S. Pellerin, « Étude du vocabulaire de la faune et de la flore », p. 92).

53 La bécasse américaine (Philohela minor), plus petite que la bécasse européenne (Scohpax rusticola).

54 La bécassine des marais (Gallinago gallinago), mais peut-être aussi divers petits bécasseaux de rivage comme le pluvier Kildir (Charadrius vociferus).

55 Nom populaire de diverses sortes de bruants : le bruant ortolan (Emberiza hortulana), le bruant des neiges (Plectrophenax nivalis) et l’alouette cornue (Eremophila alpestris).

56 De nombreuses espèces de grives (famille des turdidés) se trouvent dans l’est de Amérique du Nord : la grive des bois (Hylocichla mustelina), la grive solitaire (Catharus guttatus), la grive fauve (Catharus fuscescens), la grive à dos olive ( Catharus uslulalus), etc.

57 Le merle américain (Turdus migratorius), dont la poitrine est rouge brique. Denys parle d’« un oyseau que l’on nomme Merle » : « il tient de l’Etourneau estant moins noir que le Merle & moins grisastre, que l’Etourneau, il n’est pas mauvais à manger » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 579).

58 Vraisemblablement le geai bleu (Cyanocitta cristata) ou geai du Canada (Perisoreus canadensis).

59 Ce terme désigne le grand corbeau ( Corvus corax), mais probablement ici la corneille américaine (Corvus brachyrhynchos).

60 S’agit-il du plongeon huard (Cavia immer, appelé encore « huard à collier ») ou du grèbe à bec bigarré (Podylimbus podiceps) ? Denys affirme qu’on l’appelle « marionnette » parce qu’il va « sautant sur l’eau » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 572).

61 Appelé aussi « lynx du Canada » (Lynx lynx), le loup-cervier a le corps trapu et le pelage « long, souple et dense. La large bande grisâtre qui précède la pointe noire des jarres donne à la fourrure du dos un aspect gris argenté. La région ventrale est plutôt chamois. Les oreilles à revers gris sont ourlées de noir, et leurs pointes se terminent par une mèche noire » (A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 325).

62 Le terme « loup-marin » ne désigne évidemment pas un loup (Canis lupus), mais l’une des espèces de phoques : le phoque commun (Phoca vitulina), ou peut-être le phoque gris (Phoca Groenlandica), populairement appelé « tête de cheval » : voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 341-355 ; P. Morisset et C. Fortin, dans Cartier, Relations, p. 355-356, n. 118.

63 D’après Denys, ils « font [...] leurs petits à terre dans ces Isles, sur le sable, & sur les roches, & par tout où il se trouve des ances de sables » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 562).

64 Au témoignage de Denys, l’huile de loup-marin « est bonne à manger fraiche & pour fricasser du poisson : elle est encore excelente à brûler, elle n’a odeur ny fumée, non plus que celle d’olive, & en banques elle ne laisse d’ordure ny lie au fonds » (ibid., p. 563) ; voir aussi ibid., p. 477. Les Indiens s’en servent aussi comme « ragoust à tous les festins qu’ils font entr’eux, ils s’en servent encore à gresser leurs cheveux » (ibid., p. 563).

65 ’Mtaakw : phoque à capuchon (femelle) ; le nom de l’espèce, sans distinction de sexe, est goolwaakw (S. T. Rand, Dictionary of the Ijinguage. of the Micmac Indians, p. 228 ; A First Reading Book, p. 43-44). Le phoque à capuchon (Cystophora cristala) peut atteindre une longueur de trois mètres et un poids de quatre cent dix kilos ; son pelage est « raide, de couleur gris acier, parsemé de taches foncées réparties irrégulièrement sur le corps, mais plus concentrées sur le dos. Les nouveau-nés ont une fourrure gris ardoise sur le dos, qui devient noirâtre sur la tête et blanc argenté sur le ventre » (A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 353).

66 Oaspo : phoque (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 234) ; xoaspu : phoque (A. D. DeBloiset A. Metallic, Micmac Ijixicon, p. 147, 316) ; wospoo : phoque, veau marin (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 228 ; English-Micmac Dictionary, p. 175 ; A First Reading Book, p. 45). Le phoque commun (Phoca vitulina), appelé aussi « chien de mer », est plus petit et plus répandu que le phoque à capuchon ; la couleur de son pelage « varie beaucoup, celle du fond passant du blanc crème au brun sombre » (A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 345).

67 Le lièvre d’Amérique (Lepus americanus) ressemble au lièvre variable européen (Lepus timidus) qui change aussi de pelage en hiver. Leclercq pense sans doute au lièvre brun (Lepus eumpœus) qui ne change pas de couleur.

68 L’ours noir ( Ursus americanus), très abondant dans les forêts gaspésiennes.

69 De la famille des mustélidés, le carcajou (Gulo gulo), appelé encore « glouton », a disparu du Nouveau-Brunswick et du sud-est du Québec au xixe siècle ; l’espèce est aujourd’hui éparpillée « dans la forêt boréale depuis le Labrador jusqu’à l’Alaska et, en direction sud, dans les montagnes Rocheuses jusque dans le nord-ouest des États-Unis » (A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 311). Le terme « carcajou » vient du dialecte montagnais (kwekwatsew, kwikatchew) ; Leclercq emprunte sans doute la forme « quinquajou » à Denys, qui décrit ainsi l’animal dans son Histoire naturelle (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 576) : « Le Quincajou est approchant d’un chat d’un poil roux brun, a la queuë longue [...]. » Grand mustélidé au corps « robuste et massif », il possède un pelage « grossier », « d’un brun très sombre, intense et lustré », avec deux « rayures chamois clair » des épaules « jusqu’à la base de la queue » (A. W. F. Banfield, ibid., p. 309-310). Voir supra, p. 432.

70 Probablement le cerf de Virginie (Odocoileus virginianus), appelé communément « chevreuil ».

71 Le renard roux (Vulpes vulpes), répandu dans tout l’hémisphère nord.

72 Le mot « caribou », emprunté au micmac, fut adopté par les premiers voyageurs français pour désigner cet « animal moitié asne, moitié cerf » (Biard, inconnu en France (Rangifer larandus caribou). Galipo : caribou (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 228) ; galipu : caribou (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 50, 190) ; kaleboo : caribou (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 52 ; English-Micmac Dictionary, p. 60 ; A First Reading Book, p. 43) ; kahlepoo : caribou (J. Barrat, The Indian of New-England, p. 11). Le terme d’origine est descriptif et renvoie à l’habitude qu’a le caribou de creuser des cratères d’alimentation, pendant la saison froide, en « pelletant » la neige avec ses pattes antérieures pour dégager les lichens et autres plantes dont il se nourrit (galipoli, kâleboode : pelle). On trouve trace de cet emprunt dans les textes français dès le début du xviie siècle : voir « Observations de Peiresc sur les curiosités rapportées d’Acadie par Pierre du Gua, sieur de Mons, le 13 mars 1606 », dans Nouveaux Documents sur Champlain et son époque, vol. 1, p. 106 ; Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre IV, chap. XIII, éd. Grant, t. II, p. 554 ; livre IV, chap. XVI, t. II, p. 569 ; livre VI, chap. XX, t. III, p. 423) et Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 78).

73 La martre d’Amérique (Martes americana).

74 Le porc-épic (Erethizondorsatum), répandu dans presque toute l’Amérique du Nord. Il ne lance pas ses piquants comme on le croit souvent, mais il peut frapper son assaillant de sa queue hérissée d’épines qui s’enfoncent dans la chair. Les Amérindiens le mangeaient et utilisaient ses piquants pour décorer leurs vêtements : voir supra, p. 238, 251, 255. Sa chair a souvent sauvé les voyageurs égarés : voir supra, p. 374.

75 Rongeur amphibie répandu dans toute l’Amérique du Nord et chassé pour sa fourrure, le rat musqué atteint soixante centimètres de longueur ; il doit son nom au liquide musqué que sécrètent ses glandes anales.

76 De nombreuses variétés d’écureuils se trouvent dans la partie est de l’Amérique du Nord : le tamia rayé (Tamias strialus, appelé communément « suisse »), l’écureuil roux (Tamiasciurus hudsonicus), le grand polatouche (Glaucomys sabrinus, appelé communément « écureuil volant »).

77 La morue (Gadus morhua), de la famille des gadidés, était particulièrement abondante sur les grands bancs de Terre-Neuve, fréquentés par des pêcheurs normands, bretons et basques dès le début du xvie siècle. Pour une description de la pêche, voir Denys, Description geographique et historique, t. II, chap. II-XVI, éd. Ganong, p. 521-562.

78 Le saumon de l’Atlantique (Salmo salar), présent aussi sur les côtes européennes, était particulièrement abondant dans les cours d’eau qui se jettent dans la baie des Chaleurs et le golfe du Saint-Laurent.

79 Le hareng atlantique (Clupea harengus).

80 La truite mouchetée, ou omble de fontaine (Salvelinus fontinalis).

81 Sans cloute le bar rayé (Morone saxatilis).

82 Le maquereau bleu (Scomber scombrus).

83 Vraisemblablement la barbotte brune (Ameiurus nebulosus) (L. Bernachez et M. Giroux, Guide des poissons d’eau douce du Québec, p. 177).

84 Voisine de l’alose européenne (Alosa alosa), l’alose savoureuse (Alosa sapidissima) était très abondante dans le Saint-Laurent ; peut-être Leclercq fait-il aussi allusion à une espèce apparentée à l’alose, le gaspareau (Alosa pseudoharengus).

85 L’esturgeon noir (Acipenser oxyrhynchus), présent dans le golfe du Saint-Laurent, et différent de l’esturgeon de lac (Acipenser fulvescens), qui ne vit qu’en eau douce. « La chair en est bonne comme du bœuf », écrit Denys (Description géographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 565).

86 Sous le Régime français, le terme « carpe » désignait « plusieurs poissons de la famille des catostomidés, regroupant les meuniers et les suceurs » (P. Morisset et C. Fortin, dans Lahontan, Memoires, dans Œuvres complètes, t. I, p. 587, n. 311) ; la véritable carpe (Cyprinus carpio) a été introduite au Canada au xixe siècle.

87 Le grand brochet (Esox lucius), poisson d’eau douce largement répandu dans l’Amérique du Nord-Est.

88 Probablement la ouitouche (Semotilus corporalis) (L. Bernatchez et M. Giroux, Guide des poissons d’eau douce du Québec, p. 148).

89 S’agit-il du congre d’Amérique (Conger océaniens) ou de l’anguille de mer (Anguilla rostrata) ?

90 Le calmar américain, que Denys appelait « Lencornet » et qu’il jugeait « bon à manger, rosty, boüilly, & fricassé » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 565) n’est pas un poisson mais un crustacé dont on trouve un grand nombre d’espèces sur la côte atlantique.

91 Le doré jaune (Stizostedion vitreum), plus abondant, ou le doré noir ( Stizostedion canadense).

92 Les huîtres de l’Est (Crassostrea virginica), abondantes sur la côte est, jusqu’au golfe du Mexique. Selon Denys, elles sont « une grande manne pour l’Hyver » quand « le temps ne permet pas d’aller à la pesche » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 566-567).

93 L’éperlan d’Amérique (Osmerus mordax), très abondant des Grands Lacs à l’Atlantique, que l’on pechait à la seine dans le Saint-Laurent.

94 Plusieurs sortes de raies vivent le long des côtes atlantiques : la raie commune (Raja lœvis), la raie hérisson (Raja erinacea), la raie étoilée (Raja acabrata), etc.

95 Le grand corégone (Coregonus clupeaformis), souvent mentionné par les voyageurs européens qui en appréciaient la saveur.

96 Sur la pêche dans l’estuaire du Saint-Laurent, voir supra, Introduction, p. 203-204, 217-218, 222 ; infra, Appendice II, p. 631-655.

97 Au xviie siècle, ce terme désignait indistinctement la plupart des cétacés : la baleine elle-même, le cachalot et le rorqual. Les plus communs dans la « Gaspesie » étaient le rorqual à bosse (Megaptera novœangliœ), la baleine boréale (Balœna mystecetus) et la baleine noire (Balœna glacialis) ; voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 221-266 ; P. Morisset et C. Fortin, dans Cartier, Relations, p. 353, n. 94.

98 98. Il ne s’agit ni du poisson-épée (Xiphias gladius) ni du poisson-scie (Pristis), tous deux appelés « espadon » au xviie siècle, mais de l’orque épaulard (Orcinus orca), prédateur de gros mammifères marins : voir là-dessus Lahontan, Nouveaux Voyages, dans Œuvres complètes, p. 261, n. 25. Dans son Histoire naturelle (livre IX, 5), Pline avait longuement raconté ce combat, qu’on retrouve dans de nombreux récits de voyage aux xviie et xviiie siècles. Quelques années avant Leclercq, Denys en reprend à son tour le récit : « L’Espadon [...] est l’ennemy de la Balene, s’ils se rencontrent il faut se battre : je m’y suis une fois rencontré j’en eust le divertissement prés d’une heure sans en approcher que de trois ou quatre cens pas, n’ayant qu’eune barque pour lors qui n’eust pas pû resister aux coups de queuë de la balene ; je les voyois assez, c’est l’espadon qui attaque estant plus agile que la balene : ils estoient deux espadons contre une balene, l’espadon s’élance sur l’eau plus que de sa hauteur : étant en l’air il se tourne le nez en bas & tâche de donner en tombant de son espadon dans le corps de la balene, qui se plonge en l’eau quasi toute droite, & ayant la queue en l’air en frappe l’eau de toute sa force, taschant d’attraper son ennemy : si elle l’attrappoit elle l’incommoderoit, mais au mesme temps qu’il tombe sur elle, il va au fonds pour retrouver la balene qu’il oblige à revenir sur l’eau : si-tost qu’elle revient, l’autre espadon s’élève qui tasche aussi à luy donner de son espadon sur le dos : quelquefois ils s’élevoient tous deux à la fois & tomboient dessus la baleine qui n’a que sa queue pour deffence, & n’estant si agille que l’autre n’atrappe rien, mais l’autre qui se remue bien autrement, estoit à sa teste au fonds de l’eau avant qu’elle donnast son coup de queue, & l’obligeoit à revenir sur l’eau, eux en mesme temps en l’air pour offencer la balene, ce qu’ils ne peuvent faire, ayant le lard plus épais que la longueur de l’espadon, qui ne peu toucher à la chair, & s’ils y touchoient ces pointes pourraient s’y accrocher, ce qui l’y ferait demeurer & causerait sa perte : tout leur combat ne provient que d’une haine, sans se pouvoir faire de mal ; neantmoins ils obligerent la balene à s’enfuir qui s’en alla au fonds, & ne revint plus au combat, du moinsje ne la vis plus paroistre sur l’eau, mais bien les espadons comme victorieux » (Description géographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 565-566). Voir aussi les descriptions de Hennepin (Nouvelle Decouverte, p. 14-15), de Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 169) et de Labat (Nouveau Voyage aux Isks de l’Amerique, t. III, p. 252-253).

99 Description assez semblable chez Denys : « Il s’y voit encore un poisson que les matelots François appellent Requiem, & les Espagnol Tiburon, il est long de cinq à six pieds, plus menu que l’esturgeon, en diminuant vers la queue, la teste pointue, fort longue : il a la gueule par dessous, & faut qu’il se tourne sur le dos pour mordre, il a sept rangées de dents fort affilées ; si un homme tomboit à l’eau ou qu’il se baignât, & qu’un de ces poissons-là s’y rencontrast il auroit bien de la peine à s’en sauver, à moins que de bien nager pour gagner la terre, jusques à mettre le ventre sur le sable ; car s’il luy donnoit le temps à se pouvoir tourner il le morderoit, & s’il prenoit un bras, une cuise, ou la teste il emporteroit la piece ; nous n’avons point d’os qu’il ne tranchast net comme une rave ; s’il l’on estoit tombé à l’eau en un lieu d’où l’on ne peust gagner la terre, si on n’estoit promptement secouru on ne s’en pouroit sauver » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 566). Denys lui-même s’était peut-être inspiré de Sagard : « Je vis un jour un poisson de quelque 10 ou 12 pieds de longueur, & gros à proportion, passer tout joignant nostre Navire : on me dit que c’estoit un Requiens, poisson fort friant de chair humaine, c’est pourquoy qu’il ne fait pas bon se baigner où il y en a, pource qu’il ne manque pas d’engloutir les personnes qu’il peut attraper, ou du moins quelque membre du corps, qu’il coupe aysement avec ses 3. 4. 5. & 6. rangées de dents qu’il a en gueule fort aiguës & dangereuses [...] » (Histoire du Canada, livre II, chap. I, éd. Tross, p. 132-133 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. II, éd. Warwick, p. 127-128). La graphie requiem, fréquente au xviie siècle, vient de l’étymologie attribuée alors au mot : « Quand il a saisi un homme [...], il ne reste plus qu’à faire chanter le Requiem pour le repos de l’âme de cet homme-là » (Furetière, 1690). R. Challe l’utilise encore en 1721 dans son Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, t. I, p. 163.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search