Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre XVII. De la maniere dont les Gaspesiens font la guerre

Texte intégral

  • 1 La majorité des écrits du xviie siècle font de la vengeance le principal mobile des guerres indien (...)
  • 2 «Leurs guerres ne se font que par surprises», remarque Lescarbot, «de nuict obscure, ou à la lune (...)
  • 3 Dans son Histoire de la Nouvelle-France, Lescarbot écrivait qu’ils « sçavent patir à la guerre, co (...)
  • 4 Dès 1535, le chef Donnaconna montre à Cartier, au retour d’Hochelaga, « les peaulx de cinq testes (...)

1Si nous recherchons les motifs & les sujets particuliers qui ont animé ces Peuples à la guerre, nous n’en trouverons pas d’autres, que le desir de vanger1 une injure qu’ils ont reçue, ou plutôt l’ambition de se faire craindre & redouter des Nations étrangeres : d’où vient qu’on a vû des Sauvages traverser de grands Païs, avec quelques poignées de bled d’Inde pour toute provision ; coucher sur la neige, souffrir la faim & la soif, & s’exposer aux injures du tems, dans les saisons les plus rigoureuses ; attendre des dix à quinze jours derrière un arbre, pour trouver l’occasion de surprendre2, combatre, vaincre leurs ennemis3, leur enlever la chevelure4, & retourner au Païs chargez de ces cruelles dépouilles : afin de marquer à toute la Nation, qu’ils ont assez de courage pour se vanger eux-seuls des insultes qu’on leur aura faites, lorsqu’elle ne se met pas en état d’entrer elle-même dans leur ressentiment.

  • 5 Passage inspiré de Lescarbot et de Sagard. « Noz Sauvages n’ont point leurs guerres fondées sur la (...)

2L’interêt, ni le desir d’étendre les limites de leur Province, ne president jamais dans le Conseil de guerre, & ils n’attaquent pas leurs ennemis dans le dessein de s’emparer de leur Païs, ou de les assujettir aux Loix & aux Coutumes de la Gaspesie : ils sont trop contents, pourvu qu’ils puissent avoir l’avantage de dire, Nous avons vaincu telles & telles Nations ; nous nous sommes vangez de nos ennemis ; & nous en avons enlevé une infinité de chevelures, après en avoir fait un grand carnage dans la chaleur du combat5

  • 6 Ce que sembleraient confirmer les nombreuses mentions de guerre contre les « Kwedeches » dans la t (...)
  • 7 Vers Mingan, comme Leclercq le précise plus loin (infra, p. 518) et comme le confirment les repère (...)
  • 8 Voir supra, p. 205. Dès 1632, Champlain fait mention des relations hostiles qu’entretiennent les M (...)

3Quoique nos Gaspesiens jouissent des douceurs de la paix, & que je parle ici plutôt de la guerre des anciens de cette Nation6, que de ceux d’à present, qui semblent avoir entièrement perdu cette humeur belliqueuse avec laquelle leurs ancêtres ont dompté autrefois, & triomphé glorieusement des Nations les plus nombreuses de la Nouvelle France ; ils conservent cependant encore un reste de cruauté, & un désir d’aller en guerre contre les anciens ennemis de la Nation, & particulierement contre les Sauvages situez au Nord de l’embouchure du fleuve de Saint Laurent7, qui redoutent nos Gaspesiens, comme les plus terribles & les plus cruels de leurs ennemis8.

  • 9 Selon Saugrain, qui s’inspire notamment de Leclercq, les « grands Esquimaux » « habitent la terre (...)
  • 10 Les Inuits, que des conflits opposaient également aux Micmacs. Voir, par exemple, la lettre envoyé (...)
  • 11 La baie de Brador (51° 28’ ; 57° 17), à l’extrémité ouest du détroit de Belle-Isle.

4Nous appelions ces Barbares les petits Eskimaux9, pour les distinguer des grands10, qui demeurent à la Baye des Espagnols11, où les Basques vont faire la pêche de Moruë, avec beaucoup de périls & de dangers, à cause de la guerre implacable qu’ils ont avec ces Sauvages.

5La source & l’origine de cette guerre vient, de ce qu’un Matelot Basque ou Espagnol s’etant égaré dans les bois, sans pouvoir se ranger à bord avant le départ des navires, qui le cherchèrent & l’attendirent inutilement, se vit obligé de rester dans les cabannes des Sauvages, qu’il rencontra heureusement, après beaucoup de peines & de fatigues. Ces Barbares firent tout ce qu’ils pûrent, pour le consoler de ses disgrâces : ils luy donnèrent même la fille du plus considérable de leurs Capitaines, laquelle il épousa, & vécut paisiblement avec elle. Cette Sauvagesse avoit pour luy toute la complaisance imaginable, principalement depuis qu’elle se vid en état d’être bientôt la mere d’un enfant, qu’elle souhaitoit avec passion, pour engager son mari à l’aimer cordialement. L’Hiver se passa fort agréablement ; les navires arrivèrent à l’ordinaire ; le Capitaine fut réjoui de trouver son Matelot en parfaite santé, & d’apprendre la manière obligeante dont les Sauvages en avoient agi à son égard : il fit à tous les Eskimaux un festin solemnel de reconnoissance ; & il n’y eut que ce misérable, qui fut non seulement insensible aux amitiez qu’il avoit reçûës de ces Peuples, mais qui prit même la resolution funeste de couper la gorge à sa femme, avant que de retourner en France. Animé de rage & de fureur, & dissimulant cependant le cruel dessein qu’il avoit conçû contre celle qui luy avoit sauvé la vie, il fit semblant de vouloir aller à la chasse, pour régaler les François : à cet effet, il s’éloigne des navires, il s’écarte des cabannes, s’embarque en canot avec sa femme ; & étant arrivé dans un endroit où couloit un agréable ruisseau entre deux rochers, il y débarque avec elle, la querelle, la jette par terre, la tuë, l’assomme, &pour comble de sa cruauté, il luy ouvre le ventre avec son coûteau, pour voir si les enfans étoient conçûs & formez dans le sein des Sauvagesses, comme dans le sein des femmes de l’Europe. Il semble que la Nature luy reprocha tout aussi-tôt l’horreur de sa cruauté, & l’énormité de son attentat, en luy faisant voir le corps d’un petit enfant qui se plaignoit tacitement, de ce qu’il le faisoit mourir si cruellement aprés luy avoir donné la vie.

  • 12 Les sources rapportent plusieurs versions plus ou moins concordantes de cet événement à l’origine (...)
  • 13 À propos des Inuits, qu’il désigne sous le nom d’Excomminqui, Biard notait au début du siècle : « (...)
  • 14 Explorant la Côte-Nord et la côte du Labrador à l’été 1694, Louis Jolliet décrira aussi les Inuits (...)
  • 15 Leclercq formule ailleurs la même remarque au sujet des Micmacs (supra, p. 246).
  • 16 Jolliet décrit au contraire les Inuits comme des «  gens sans armes [à feu] » (« Journal de Louis (...)

6Je ne sçai pas si ce Matelot dénaturé, qui s’embarqua après une action si noire & si méchante, conçut tout le regret qu’il en devoit avoir dans le cœur ; mais je sçai bien que les Sauvages en furent si sensiblement outrez de douleur, qu’ils ont fait passer sur les Espagnols & sur les Basques, la vengeance qu’ils jurèrent tous contre l’auteur d’un meurtre si détestable12 : ils en ont en effet tué & mangé un grand nombre depuis ce temps-là, sans distinction de l’innocent, ou du coupable. Les armes de ces Antropophages13 sont ordinairement l’arc & la flèche, avec lesquelles ils sont tellement adroits14, qu’ils tuent au vol toute sorte d’oiseaux15, & qu’ils transpercent assez souvent leurs ennemis de part en part : les coups en sont tres-dangereux ; par ce qu’il y a toûjours au bout de ces flèches une espece de dard, qui reste dans la plaie, quand on les veut retirer. Quelques-uns cependant ont l’usage des fuzils16, aussi-bien que nos Gaspesiens, qui ont désolé deux ou trois fois la Nation des petits Eskimaux.

  • 17 Darius III régna sur l’empire perse jusqu’en 330 av. J.-C, où il fut définitivement vaincu par Ale (...)
  • 18 La légèreté des équipements des troupes d’Alexandre et la grande valeur de ses soldats sont des tr (...)

7On ne voit pas de bagage, ni de femmes dans leur armée, comme dans celle de Darius, à qui un trop grand attirail fit perdre la vie, avec le Roïaume17. Nos Guerriers n’ont rien de superflu : ils se contentent, comme les Soldats d’Alexandre, d’avoir de bonnes armes, & fort peu de provisions18, quoiqu’ils portent la guerre dans les Païs les plus éloignez, où ils trouvent abondamment ce qui leur est nécessaire ; parce qu’il y a tous les jours une bande de Sauvages qui chassent, pour nourrir le corps de l’armée, qui gagne toûjours païs.

  • 19 Sur la porcelaine, voir supra, p. 238, n. 8. Dans les sociétés de tradition orale, toute parole d’ (...)
  • 20 Comme le fit Membertou, au témoignage de Lescarbot, lors du raid des Micmacs contre les « Armouchi (...)

8Jamais ils n’implorent le secours de leurs alliez, que dans la dernière nécessité ; trouvant dans leur ambition assez de courage, pour combatre & vaincre leurs ennemis, lorsqu’ils ne sont pas invincibles : ils demandent cependant des troupes auxiliaires à leurs alliez, s’ils ne peuvent terminer eux-mêmes leurs differens ; & ils députent des Ambassadeurs, avec des coliers de pourcelaine19, pour les inviter à lever la hache contre les ennemis de la Nation20.

  • 21 « Quand [...] ilz veulent faire la guerre, rapporte Lescarbot, le Sagamos qui a plus de crédit ent (...)
  • 22 Voir supra, p. 455.
  • 23 Leclercq a déjà donné cette information supra, p. 256. Voir aussi Barthélémy Vimont (Relationde 16 (...)

9Jamais encore on ne déclare la guerre, que par le conseil des Anciens21, qui seuls décident en dernier ressort des affaires du Païs, & prescrivent l’ordre qu’il faut tenir dans l’éxecution de leurs entreprises militaires22 : ils fixent le jour du départ, & convoquent au festin de guerre les jeunes Guerriers, qui s’y trouvent avec leurs armes ordinaires, bien résolus de combatre généreusement pour les intérêts de la Nation. Ils se matachient la face de rouge23, avant que de partir ; afin, disent-ils, de cacher à leurs camarades & à leurs ennemis, les differens changemens de couleur, que la crainte naturelle du combat fait paroître quelquefois sur le visage, & dans le cœur des plus braves & des plus intrépides.

  • 24 Quelques auteurs donnent une description plus détaillée des préparatifs de guerre chez les Micmacs (...)
  • 25 Ayant raconté comment des Micmacs de Gaspé décidèrent « d’aller à la guerre contre les Esquimaux » (...)
  • 26 Voir supra, p. 511, n. 9 et 10.

10Les harangues, les festins, les chansons & les danses24 ne sont pas plutôt achevez, qu’ils s’embarquent dans des chaloupes25, & traversent aux Isles de Maingan, païs des petits Eskimaux26 : il n’est pas de femmes, ni de filles qui n’excitent leurs maris & les jeunes gens à bien faire leur devoir.

  • 27 Voir supra, p. 508, n. 4. Ayant fait trois victimes dans leur « guerre contre les Esquimaux » au p (...)

11Etant arrivez chez les ennemis, ils reconnoissent le terrein, observent les endroits où sont cabannez les Eskimaux ; ils les attaquent vigoureusement, & lèvent la chevelure à tous ceux qui succombent sous la force de leurs armes27, s’ils sont assez heureux pour demeurer les maîtres du champ de bataille.

  • 28 Cette allusion à une coutume gauloise reprend presque mot pour mot un passage du géographe grec St (...)
  • 29 Souvenir de Lescarbot, qui écrivait : «  [...] c’est leur coutume, ainsi qu’aux anciens Gaulois, d (...)

12C’est pour satisfaire à leur cruauté, que tous ces Barbares portent toujours un coûteau pendu à leur col, avec lequel ils font des incisions à la tête de leurs ennemis, & enlèvent la peau à laquelle sont attachez les cheveux, qu’ils emportent, comme les monumens glorieux de leur valeur, & de leur générosité : semblables en cela à nos anciens Gaulois, qui ne faisoient pas moins de trophée que nos Gaspesiens, de la tête de leurs ennemis, qu’ils laissoient pendre au poitrail de leurs chevaux, au retour de la guerre. Ils les attachoient même à leurs portes28, à peu prés comme on fait encore aujourd’hui les hures des ours & des sangliers29.

  • 30 Sagard rappelle une scène semblable chez les Indiens de la vallée du Saint-Laurent (Histoire du Ca (...)

13Le combat fini, tous nos Guerriers s’embarquent pour retourner au Païs, où tous ceux de la Nation les reçoivent, avec des réjoüissances extraordinaires. Les filles & les femmes paroissent toutes matachiées, & parées de leurs coliers de rassade & de pourcelaine, sur le bord de l’eau, aussi-tôt qu’on apperçoit les chaloupes victorieuses des Gaspesiens ; afin de recevoir les trophées & les chevelures que leurs maris apportent du combat : elles se jettent même à l’eau avec précipitation, pour les aller quérir, & plongent dans la rivière ou dans la mer, à chaque fois que les Guerriers font des huées & cris de joie, qui marquent le nombre des ennemis qu’ils ont tué sur la place, & des prisonniers qu’ils amènent, pour leur faire souffrir les tourmens & les suplices ordinaires30.

  • 31 Sur le deuil et les cérémonies funéraires chez les Micmacs, voir supra, p. 256, et infra, p. 576-5 (...)
  • 32 Voir infra, p. 578.

14Si quelqu’un d’entr’eux est resté dans le combat, ils en font un deüil particulier31, & donnent quelques jours à la douleur & à la tristesse. On fait ensuite les festins des morts, où le Chef expose dans sa harangue les belles actions de ceux qui se sont distinguez, & qui sont morts dans le combat32. Un profond silence suit immediatement ; mais il est tout à coup interrompu par les parens des défunts, qui s’écrient de toutes leurs forces, & disent : Qu’il ne s’agit pas de pleurer davantage un malheur auquel il n’y a plus de remède ; mais bien de vanger la mort de leurs compatriots, par une entière desolation de leurs ennemis. C’est ainsi que nos Sauvages vivent presque toûjours en guerre avec les Eskimaux ; car comme il est impossible qu’il n’en demeure toûjours quelqu’un sur la place, lorsqu’ils se batent contre ces Barbares, ils conçoivent aussi toûjours de nouveaux desseins de s’en vanger, à quelque prix que ce soit.

  • 33 Roi légendaire de Thrace qu’Héraclès fit dévorer par ses chevaux, qu’il nourrissait de chair humai (...)
  • 34 Dans la mythologie grecque, ce tyran égyptien sacrifiait tous les étrangers qui pénétraient en Égy (...)
  • 35 Cet empereur romain fut à l’origine de la plus violente et de la plus longue persécution contre le (...)
  • 36 Empereur romain de la première moitié du ier siècle ap. J.-C, dont le règne, après quelques mois s (...)
  • 37 La description du supplice rituel des ennemis se retrouve chez presque tous les auteurs ; elle est (...)

15Les prisonniers cependant, sont ceux qui souffrent le plus : en effet, si les Diomedes33, les Buziris34, les Diocletiens35, les Nerons36, & leurs semblables, vivoient encore, je crois qu’ils auroient en horreur la vengeance, les suplices, & la cruauté des Sauvages de la Nouvelle France, & surtout des Iroquois, envers leurs prisonniers ; car enfin, couper les doigts à leurs ennemis, ou les brûler avec des tisons ardens par tout le corps ; leur arracher les ongles ; leur faire manger leur propre chair, aprés qu’elle est toute grillée & rôtie par la violence du feu ; verser du sable brûlant & tout rouge, sur les plaies du patient ; passer des bâtons dans les nerf des bras & des jambes, & les tourner jusques à ce que le corps devienne en double, par la retraction de ces nerfs : faire rougir des haches, & les mettre en forme de colier embrasées sur le corps : ce ne sont là que les suplices ordinaires, que les Iroquois & les autres Nations font souffrir à leurs prisonniers37.

  • 38 Louis Nicolas formulait la même réflexion en des termes différents : «  Ces sauvages accadiens von (...)
  • 39 Voir supra, p. 510.
  • 40 Des accusations de barbarie sanglante contre les Français et leurs alliés indiens reviennent souve (...)
  • 41 Selon Lescarbot, les Indiens « sauvent la vie » des « femmes & petits enfans de leurs ennemis », « (...)
  • 42 Voir le traitement infligé par des Micmacs de Gaspé à un jeune prisonnier papinachois, dans la Rel (...)

16Il m’a paru même, que nos anciens Gaspesiens n’ont pas été moins cruels que les autres38 ; puisque de nos Sauvages d’aujourd’hui ont fait voir depuis quelques années, un reste de leur cruauté39, dans la guerre qu’ils eurent avec les Anglois de la Nouvelle Angleterre40 : en effet, aïant pris dans la chaleur du combat, un Officier Anglois qui s’étoit fait distinguer, par le grand nombre des Sauvages qu’il avoit couchez sur le carreau ; ces Barbares animez de rage & de vangeance, le dépoüillèrent tout nud, & firent dessus son corps plusieurs incisions, dans lesquelles ils passèrent & lièrent tous les rubans qu’il avoit dessus son habit ; mais avec tant d’inhumanité, que ce pauvre Anglois expira dans ce cruel suplice. Ils ne sont pas cependant si cruels à l’égard des femmes & des enfans : bien au contraire, ils les nourissent & les élèvent parmi ceux de leur Nation41 ; ou bien ils les renvoient ordinairement chez eux, sans leur faire aucun mal. On leur casse cependant quelquefois la tête, à coups de hache, ou de massuë42.

  • 43 « Au moins se reconoit une chose louable en eux, qu’ilz ne sont point anthropophages comme ont été (...)
  • 44 Passage largement inspiré de Sagard : «  [...] ce qu’ils endurent avec une constance incroyable, c (...)
  • 45 Parlant du sort que les Micmacs réservaient autrefois à leurs prisonniers de guerre, l’abbé Mailla (...)

17On auroit peine à croire la constance avec laquelle les prisonniers souffrent toutes les cruautez de leurs ennemis, qu’ils bravent même au milieu des suplices ; jusqu’à leur reprocher qu’ils n’entendent rien à les faire souffrir, & les menacer de les traiter bien plus cruellement, s’ils les tenoient dans leur Païs. Vous diriez, à les voir chanter au milieu des brasiers qui les environnent de toutes parts, qu’ils sont insensibles à ces ardeurs : Hé-bien, vous me tuërez, disent-ils à leurs boureaux ; vous me brûlerez : mais aussi il faut que vous sçachiez que j’en ai tué & brûlé plusieurs des vôtres : Si vous me mangez43, je me console d’avoir aussi mangé quelques-uns de vôtre Nation. Faites donc tout ce que vous voudrez ; j’ai des oncles, j’ai des neveux, des frères & des cousins, qui vangeront bien ma mort, & qui vous feront souffrir plus de tourmens, que vous n’en sçauriez inventer contre moi44. Mourir de cette sorte chez les Sauvages, c’est mourir en grand Capitaine, & en homme de cœur : aussi ces Barbares font-ils boire à leur enfans le sang de ceux qui meurent45 sans se plaindre dans les tourmens ; afin de leur en inspirer le courage & la générosité. C’est une réjouissance publique, lorsque le patient pleure, se plaint, ou soupire dans l’excez de ses douleurs : c’est pourquoy ces Barbares luy font souffrir tous les maux imaginables, afin d’obliger celuy qu’ils tourmentent à se plaindre, & confesser qu’ils sont adroits & ingénieux à tourmenter les prisonniers.

Notes

1 La majorité des écrits du xviie siècle font de la vengeance le principal mobile des guerres indiennes. Ainsi, Boucher affirme dans son Histoire véritable (p. 117): «La guerre qu’ils se font les uns aux autres, ne se fait point pour conquerir des terres, ny pour devenir plus grands Seigneurs, ny mesme pour l’interest, mais par pure vangeance»; et Raudot (Relation par lettres, p. 83): «Comme les sauvages ne veulent point envahir les terres n’y les bois de leurs ennemis, on ne peut douter que ce n’est que l’animosité, la haine, la vengeance et l’envie désordonné de tuer des hommes ou de s’agrandir par les esclaves qui leur fait faire la guerre.» Voir aussi Brébeuf (Relationde 1636, JR, vol. 10, p. 224), Relation de 1661-1662 (JR vol. 47, p. 222), Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 162-163) et Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 530).

2 «Leurs guerres ne se font que par surprises», remarque Lescarbot, «de nuict obscure, ou à la lune par embûche, ou subtilité. [...] Et après les surprises ilz viennent aux mains, & combattent bien souvent de jour» (Histoire de la Nouvelle- France, livre VI, chap. XXIV, éd. Grant, t. III, p. 445-446). Biard observe pareillement que «leurs guerres [...] se font [...] tousjours par surprinse & trahison. Ils ont l’arc & le pavois, ou targue, mais ils ne se mettentjamais en bataille rangée » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 90). Voir aussi Maillard (An Account of the Customs and Manners, p. 32) : «  Sometimes the scheme tuas to examine what particular spot lay so, that the enemies musl, in ail necessity, pass through il, to hunt, or provide bark for making their canoës. Il was commonly in thèse passes, or defiles, that the bloodiest encounters or engagements happened [...] » ; et Lafitau (Mœurs des Sauvages Ameriquains, t. II, p. 255-256) : « Ils font leurs coups d’ordinaire dans les lieux de chasse & de pêche, & quelquefois à l’entrée des champs & des bois, où après s’être tenus tapis dans les brossailles pendant quelques jours, le malheur de quelques passans, qui ne pensent à rien moins, leur donne l’avantage de la surprise & de la victoire. »

3 Dans son Histoire de la Nouvelle-France, Lescarbot écrivait qu’ils « sçavent patir à la guerre, coucher parmi les neges, & à la gelée, souffrir le chaud, le froid, la faim » et traverser «  de grandz païs par les bois pour surprendre leur ennemi, & l’attaquer au depourveu » (livre VI, chap. XXIV, éd. Grant, t. III, p. 447).

4 Dès 1535, le chef Donnaconna montre à Cartier, au retour d’Hochelaga, « les peaulx de cinq testes d’hommes estandues sus du boys comme peaulx de parchemyn et nous dict que c’estoient des Toudamans de devers le su qui leur menoyent continuellement la guerre » (Relations, p. 159). Trente ans plus tard, les protestants de Laudonnière qui tentent de s’établir en Floride sont témoins de scènes de scalp, que l’érudit Basanier décrit dans son Histoire notable de la Floride située ès Indes occidentales (dans S. Lussagnet, dir., Les Français en Amérique pendant la deuxième moitié du xviesiècle, t. II, p. 43, 109-110, 140). Au début du siècle suivant, Champlain rappelle, dans ses Voyages de 1613 (éd. Biggar, t. II, p. 103), que ses alliés indiens massacrèrent un prisonnier iroquois puis « réservèrent la peau de la teste, qu’ils avoient escorchee, comme ils avoient fait de tous les autres qu’ils avoient tuez à la charge ». A la même époque, Lescarbot raconte une autre scène du même genre (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XXIV, éd. Grant, t. III, p. 449). Les guerriers scalpaient souvent leurs ennemis pendant le combat (ils « luy escorchent & luy enlèvent la peau de la teste » [Relation de 1645-1646, JR, vol. 29, p. 252]) pour rapporter la chevelure en trophée. Le scalp était aussi pratiqué au cours des supplices amérindiens, ainsi que le raconte le père Lejeune dans sa Relation de 1639 (JR, vol. 17, p. 66) ; voir aussi la lettre du 20 mai 1644, du père Chaumonot au père Vitelleschi (JR, vol. 18, p. 30). Pour intimider leurs ennemis, certains administrateurs français comme Frontenac et Champigny payaient leurs alliés indiens pour chaque chevelure rapportée, comme en témoigne la lettre datée du 4 novembre 1693 et adressée au ministre par l’intendant Champigny : « nous estions convenu Monsieur de Frontenac et moy de donner [par Iroquois ramené prisonnier] vingt escus, et pour chaque homme tué dont on raporteroit la chevelure dix escus » (AC, C11A, vol. 12, f. 267v"). La même chose se passait en Nouvelle-Angleterre, comme le révèle le compte rendu des délibérations de la Convention du Gouverneur et du Conseil de la Colonie du Massachusetts : le Trésor public offre de verser huit livres par tête de combattant ennemi qu’on rapportera («  Eight Pounds per Head for every fighting Man that shall be try them taken, or Destroy’d to he Paid in, or as, Money out of the Publie Treasury », dans R. E. Moody et R. C. Simmons, edit., The Glorious Revolution in Massachusetts. Selected Documents, 1689-1692, p. 115). Le scalp se pratiquait aussi dans l’Antiquité, comme en témoigne Hérodote : « Voici comment on scalpe une tête : on fait une incision circulaire en contournant les oreilles, puis d’une brusque secousse on détache la peau du crâne ; on la racle à l’aide d’une côte de bœuf, on l’assouplit en la maniant, [...] on l’accroche à la bride de son cheval, avec Fierté, car qui en possède le plus grand nombre passe pour le plus vaillant » (L’Enquête, livre IV, 64). Voir encore Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 256-260).

5 Passage inspiré de Lescarbot et de Sagard. « Noz Sauvages n’ont point leurs guerres fondées sur la possession de la terre. Nous ne voyons point qu’ils entreprennent les uns sur les autres pour ce regard. Ils ont de la terre assez pour vivre & pour se promener. Leur ambition se borne dans leurs limites. Hz font la guerre à la maniere d’Alexandre le Grand, pour dire, Je vous ay battu : ou par vindicte en ressouvenance de quelque injure reçeuë ; qui est le plus grand vice que je trouve en eux, par ce que jamais ilz n’oublient les injures [...] » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XXIV, éd. Grant, t. III, p. 445) ; « Neantmoins nos Hurons [...] continuent leur guerre contre leurs ennemis, non pour en posséder les terres, ny pour les rendre tributaires & sujects à leur estât, mais pour les exterminer & : ruyner totalement : de maniere, qu’ils tiennent plus à gloire d’avoir tué un de leurs ennemis, que d’avoir gaigné cent lieues de païs, & si toutes ces guerres ne sont fondées pour la pluspart, que sur un appetit de vengeance, pour quelque petit tort ou desplaisir qui n’est pas souvent grand-chose [...] » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXVII, éd. Tross, p. 406-407).

6 Ce que sembleraient confirmer les nombreuses mentions de guerre contre les « Kwedeches » dans la tradition orale micmaque (S. T. Rand, legends of the Micmacs, plus particulièrement p. 200-240). Les «  Kwedeches* sont décrits par Rand comme «  a tribe of Canadian Indians », ainsi appelés par les Micmacs ; «  It is somewhat uncertain to what tribe the Kwedechk belong. The tradition is that they were driven from their provinces by the Micmacs, who came from the southwest » (ibid., p. 126). Mais Rand traduit plutôt ailleurs « Kwedeches » par « Mohawks » (ibid., p. 169 ; Dictionary of the [Imguage of the Micmac [ndians, p. 172). A. D. De Blois et A. Metallic traduisent plus généralement « Gwetej » par « [roquais Indian » (MicmacLexicon, p. 49, 255) et le père Pacifique (Goétètjg), par « Iroquois » (Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 241, 316). Voir également à ce sujet supra, p. 348, n. 10 ; et P. K. Bock, « Micmac », dans B. G. Trigger, dir., Handbook of North American Indians, vol. 15 : Northeast, p. 109.

7 Vers Mingan, comme Leclercq le précise plus loin (infra, p. 518) et comme le confirment les repères de l’époque pour situer l’embouchure du fleuve : « Gaspé, où proprement se rencontre l’entrée du grand fleuve de S. Laurens » (J. Lalemant, Lettres envolées de la Nouvelle France, 1660, JR, vol. 45, p. 58) ; « l’Isle d’Anticosti, où le Golphe commence quasi à se changer en fleuve» (Relation de 1661-1662 JR v o 1 - 47, p. 2 2 6)

8 Voir supra, p. 205. Dès 1632, Champlain fait mention des relations hostiles qu’entretiennent les Micmacs de Gaspé avec des autochtones de la Moyenne-Côte- Nord: «Au Nortd est de Gaspey est l’Isle d’Enticosty [...]. Cette Isle n’est point habitée de sauvages, [...] les sauvages de Gaspey y vont quelquesfois, allant à la guerre contre ceux qui se tiennent au Nort» (Voyages, 1632, éd. Biggar, t. V, p. 166- 168). En 1652, le jésuite Paul Ragueneau parle de la mission récemment entreprise par le père Jean de Quen chez les Oumamiouek, «quelques alliés des Esquimaux, qui habitent les costes du Nord, au-dessous de l’Isle d’Anticosti» : «Ces pauvres gens, affirme De Quen, sont poursuivis par les Sauvages de Gaspé, qui traversent le grand fleuve, pour les aller massacrer dedans le pays des bestes» (Relationde 1651-1652, JR vol. 37, p. 232-234). Dans les années 1670, Louis Nicolas confirme cette inimitié entre les Micmacs et certains peuples situés le long de la Côte-Nord et il identifie le phoque comme la source de leurs conflits: «On voit communement [les phoques] tout le long de la plage du Nort du fleuve entre l’ile d’Anticostis, et entre la terre ferme des peuples eskimaux, des Oumiamis leurs voizins leurs aliés, et leurs proches parens, et des Papinachois, et des autres peuples: [...] qui en mangent, et qui en font leur principalle norriture, et particulièrement, ceux qui sont dans l’entre deux des iles de Mantounoc [Sept-Îles], jusque a la rivière St j e an [sur la Côte-Nord, à l’ouest de la rivière Mingan], et même au de là tirant toujours au nort du côté des Esximaux: aux quels cette seule chose de manger le loup marin a attiré une cruelle guerre avec les Accadiens [Micmacs] : lesquels sans autre raison, ny sans autre intérêt, vont faire la guere aux nations du nort seulement parceque les hommes de ces terres mangent du loup marin» («Histoire naturelle des Indes occidentales», f. 120).

9 Selon Saugrain, qui s’inspire notamment de Leclercq, les « grands Esquimaux » « habitent la terre de Labrador pendant plus de cinq cents lieues de côtes, jusqu’au cap Degue, [...] à l’entrée de la Baye d’Hudson » ; les « petits » sont fixés « au Nord de l’embouchure du fleuve Saint Laurent, aux environs de l’Isle & riviere de Maingan » (Dictionnaire de la Nouvelle France, col. 1227). Cette distinction établie par Leclercq entre « grands » et « petits Eskimaux » recoupe en partie l’utilisation que font les jésuites du terme « Esquimaux » au xviie siècle pour désigner tantôt les Inuits et tantôt une population amérindienne apparentée aux Montagnais et habitant « les terres voisines de l’Isle d’Anticosti », les Oumamiouek (Ragueneau, Relation de 1649-1650, JR, vol. 35, p. 274). Bien que les sources jésuites les définissent, entre 1650 et 1675, comme Esquimaux ou alliés des Esquimaux, les Oumamiouek entretiennent avec les Montagnais de Tadoussac des relations pacifiques fort différentes des rapports habituellement conflictuels décrits entre Inuits et Montagnais et qui inclinent à reconnaître dans ces autochtones une population amérindienne plutôt qu’inuite. Par ailleurs, le père Claude Dablon affirme dans la Relation de 1673-1674 que la langue « des nations qu’on nomme Oumamiois [...] tire son origine de celle des Sauvages de Tadoussac, quoiqu’elle ait beaucoup plus de mots et d’idiomes différents » (JR, vol. 59, p. 48). Louis Nicolas, dont le supérieur Dablon s’inspire dans la rédaction de son compte rendu annuel, est encore plus explicite : le missionnaire qui ira à Sept-Iles « y Trouvera au printemps prochain en diverses fois environ 150 personnes tant grands q[ue] petits il pourrea les voir tous et peut estre d’autres qui arriveront des Terres ou des bords de la mer. den-haut il ny peut avoir q [ne] les Papinachois. den bas les 8mami8etch qui sont une nation des esKimeaux et les esKimeaux mesme pourront venir toutes ces nations parlent quasi de mesme le fons de leur langue est Montagnes il est Beaucoup different de celuy de ceux qui viennent a Tad8ssak et chek8timi et a Pig8agami [au lac Saint-Jean] Pour les entendre raisonnablement il faut Bien scauvoir le Montagnes » (Mémoire pour un Missionaire qui ira aux 7 isles, 1673, JR vol. 59, p. 56). Il est donc certain qu’« alliés des Esquimaux » ou « Esquimaux » eux-mêmes, les Oumamiouek ne sont pas des Inuits. Leurs relations avec les Montagnais de Tadoussac, la langue qu’ils partagent avec eux, bien que leur dialecte soit différent, marquent au contraire, d’une manière difficilement contestable, leur identité montagnaise. La confusion qui entoure la dénomination des Oumamiouek proviendrait, selon J. Mailhot, J.-P. Simard et S. Vincent, de la superposition de « deux systèmes de désignation [...] appliqués à la même population » (« On est toujours l’Esquimau de quelqu’un », Études/ Inuit/Studies, vol. 4, nos 1-2, 1980, p. 73). Si le terme Oumamiouek est une appellation locale, employée par les Montagnais de Tadoussac, l’application du terme « Esquimaux » aux Oumamiouek pourrait être, sur la base de la nouvelle étymologie du mot « Esquimau » mise en évidence par J. Mailhot (« parlant la langue d’une terre étrangère », et non pas « mangeur de viande crue »), d’origine micmaque : « Il n’est pas impossible que, pour les Micmacs, l’ancêtre du terme "esgimow" ait pu désigner d’une part les Inuits et d’autre part les Montagnais, deux groupes [...] qui faisaient l’objet de leurs attaques sanglantes et dont les langues ne leur étaient pas intelligibles » (ibid., p. 74). Voir également sur cette question Ch. A. Martijn, « La présence inuit sur la Côte-Nord du golfe St-Laurent à l’époque historique », Études/Inuit/Studies, vol. 4, nos 1-2, 1980, p. 105-125.

10 Les Inuits, que des conflits opposaient également aux Micmacs. Voir, par exemple, la lettre envoyée par Jérôme Lalemant sur la mission d’Acadie en 1659, où le supérieur signale des affrontements survenus « il y a deux ans » et « il y a quelque temps » entre les Micmacs et des « Esquimaux » qu’il décrit d’une manière qui laisse raisonnablement présumer qu’il s’agit dans ce cas d’Inuits (lettres envoiées de la Nouvelle France, 1660, JR, vol. 45, p. 64-68).

11 La baie de Brador (51° 28’ ; 57° 17), à l’extrémité ouest du détroit de Belle-Isle.

12 Les sources rapportent plusieurs versions plus ou moins concordantes de cet événement à l’origine des rapports conflictuels entre Européens et Inuits. Biard affirme : «  Ceste guerre a commencé (comme lon dit) à l’occasion de certains Basques, qui voulurent faire un meschant rapt [enlèvement d’une femme] : mais ils payèrent bien leur maudite incontinence, & non seulement eux, ains à leur occasion & ceux de S. Malo, & beaucoup d’autres ont paty, & patissent beaucoup tous les ans » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 68). Champlain, en 1632, écrit : «  [Les Inuits] ont fait mourir nombre de Malouains, qui auparavant leurs ont souvent rendu leur change au double, ceste guerre procède de ce que un matelot Malouain par mesgarde ou autrement, tua la femme d’un capitaine de ceste nation » (Voyages, 1632, éd. Biggar, t. V, p. 169). En 1689, l’auteur anonyme de l’Histoire chronologique de la Nouvelle France raconte avoir « demandé quelquefois la raison pourquoy ces sauvages [Esquimaux] étoient si animés contre les Europeans » et s’être fait répondre « que cela venoit d’un chirurgien basque, lequel après avoir abusé d’une de leurs filles, l’ouvrit toute vive pour voir le fœtus qui s’étoit formé dans son ventre. Ils ont conçu depuis ce temps tant de haine pour cette noire action qu’ils n’épargnent personne quand ils trouvent l’occasion de nuire » (p. 34-35). Antoine-Denis Raudot, enfin, observe en 1709 : « Tout le monde convient [...] et on ne peut s’empescher de croire que ces sauvages ont eu autrefois commerce avec les Européens par le moyen des vaisseaux qui venoient à la pesche, mais on ne s’accorde point sur la raison qui a causé cette interruption et qui leur a inspiré la crainte et la deffiance qu’ils ont ; les uns prétendent qu’un chirurgien ayant violé la femme d’un Esquimaux, l’attacha à un arbre et luy ouvrit le ventre pour tacher de connoître de quelle manière une femme concevoit, que n’étant pas morte sur l’heure, plusieurs de ces Esquimaux étant venus à ses cris, elle leur raconta ce qui s’étoit passé, et que depuis ce tems ils ont toujours été en guerre avec les gens d’Europe ; d’autres disent qu’un matelot ayant été oublié d’un bâtiment pescheur, se retira parmy ces sauvages où il resta cinq ans, et qu’il s’y maria, qu’au bout de ce temsy ayant vu un bâtiment sur lacoste, il prit des mesures avec l’équipage pour pouvoir se sauver, que pour cet effet il avoit fait cacher dix hommes derrière des roches avec des fusils, que comme on l’observoit et on l’accompagnoit toujours depuis l’arrivée de ce vaisseau, il étoit venu avec plusieurs Esquimaux vers cette embuscade, qu’il avoit couru joindre ceux qui y étoient et que ces Esquimaux voulant le poursuivre, ils en avoient été empeschés par une descharge de coups de fusil qui en tua plusieurs, que la femme de ce matelot étant avertie de sa fuite vint sur le bord de la coste et après l’avoir appelle longtemps inutilement, voyant qu’il ne revenoit point, elle prit un enfant qu’elle avoit de luy, le déchira par morceaux et en jetta partie à terre, partie dans la mer. § On ne peut assurer la vérité d’aucune de ces deux histoires » (Relation par lettres, p. 59-60). Charles de La Morandière date et localise cet épisode des relations entre Européens et Inuits à l’aide d’un mémoire rédigé vers 1785 par le vice-amiral Thévenard : « C’est icy [au cap Noir du Petit Nord (pointe nord-est de Terre-Neuve)], dit-il [Thévenard], que la première rixe se passa entre les Malouins et les Esquimaux [...]. § Vers 1588 des Esquimaux vinrent à l’anse du cap Noir qui fait face à l’entrée nord du Querpont et l’équipage d’un navire malouin s’y rendit pour troquer avec eux. Les premiers faisaient le guet de nuit suivant l’usage lorsque la sentinelle entendit du bruit parmy les sauvages et craignant une surprise fit feu dont la femme d’un chef des sauvages fut tuée [...] » (Histoire de la pêche française de la morue dans l’Amérique septentrionale, vol. 1, p. 19).

13 À propos des Inuits, qu’il désigne sous le nom d’Excomminqui, Biard notait au début du siècle : « Fera gens est, & ut dicitur Anthropophaga [Ce peuple est féroce et, dit-on, adonné au cannibalisme] » (Epislola ex Portu-Regali in Acadia, [1612], JR, vol. 2, p. 66).

14 Explorant la Côte-Nord et la côte du Labrador à l’été 1694, Louis Jolliet décrira aussi les Inuits comme « fort adroits a la flèche » (« Journal de Louis Jolliet allant a la descouverte de Labrador, 1694 » [J. Delanglez, édit., RAPQ 1944, p. 180]). Dans une des lettres qu’il consacre aux « Esquimaux », Raudot affirme qu’ils « se servent de l’arc et de la flèche armés de fer ; l’arc est très petit et la flèche de même avec deux plumes au bout, au lieu que les autres nations en mettent trois ou 4 » (Relation par lettres, p. 53). En 1659, le jésuite J. Lalemant observe que le fer trouvé par les Inuits « auprès des échaffaux des pescheurs de moluë, leur sert à faire des fers de flèches [...] » (Lettres envoiées de la Nouvelle France, 1660, JR, vol. 45, p. 68).

15 Leclercq formule ailleurs la même remarque au sujet des Micmacs (supra, p. 246).

16 Jolliet décrit au contraire les Inuits comme des «  gens sans armes [à feu] » (« Journal de Louis Jolliet allant a la descouverte de Labrador, 1694 » [J. Delanglez, édit., RAPQ 1944, p. 180]) et Raudot remarque qu’ils « paroissent avoir grand peur [des] armes à feu » (Relation par lettres, p. 47).

17 Darius III régna sur l’empire perse jusqu’en 330 av. J.-C, où il fut définitivement vaincu par Alexandre le Grand. Cette défaite le discrédita auprès de ses sujets et il fut assassiné durant sa fuite du champ de bataille. Plusieurs auteurs anciens ont insisté sur l’importance des troupes perses et des bagages qui les suivaient. Même dans les petites expéditions guerrières, Darius ne se déplaçait pas sans sa femme et ses filles. Xénophon, comparant la valeur guerrière des Perses du temps du fondateur de l’empire à leur faiblesse militaire en son temps, décrit la foule inutile qui accompagne l’armée dans ses déplacements : « Aujourd’hui ce sont des portiers, pétrisseurs, cuisiniers, verseurs de vin, verseurs de bain, serveurs et desserveurs de la table, préposés au coucher et au lever, les coiffeurs qui les fardent, les maquillent et qui pomponnent le reste du corps, de tous ces gens-là les grands ont fait des cavaliers pour disposer de mercenaires réguliers. Ces gens-là font une foule, sans doute, mais ils n’ont aucune utilité pour la guerre » (Cyropédie, VIII, 8, 20-21).

18 La légèreté des équipements des troupes d’Alexandre et la grande valeur de ses soldats sont des traits relevés par tous les auteurs anciens qui ont parlé de lui. L’imposante grandeur de l’armée perse face au petit nombre des Macédoniens rendit la victoire d’Alexandre d’autant plus éclatante.

19 Sur la porcelaine, voir supra, p. 238, n. 8. Dans les sociétés de tradition orale, toute parole d’importance devait être portée par un objet, le plus précieux de tous étant la porcelaine faite de perles de coquillage. La porcelaine, comme l’appelaient les Français, ou le wampum, comme le nommaient les Néerlandais, jouait un rôle essentiel en diplomatie pour « porter » les propositions et contre-propositions débattues de même que pour sceller les ententes conclues. Comme Lahontan le souligne au début du xviiie siècle : « On ne sauroit faire aucune affaire, ni entrer en négociation avec les Sauvages de Canada, sans l’entremise de ces Coliers ; qui servent de contracte & d’obligations parmi eux, l’usage de l’écriture leur étant inconnu » (Nouveaux Voyages, dans Œuvres complètes, p. 304). Vingt ans plus tard, Lafitau en décrit longuement la fabrication et l’usage : « La Porcelaine dont nous parlons ici [...] est tirée de certains coquillages de mer, connus en géneral sous le nom de Porcelaines [...]. Les Sauvages n’ont rien de plus précieux que leur Porcelaine : ce sont leurs bijoux, leurs pierreries. § Il y a de la porcelaine de deux sortes ; l’une est blanche, & c’est la plus commune. [...] L’autre est d’un violet obscur, elle est beaucoup plus recherchée que la première [...]. § La porcelaine, qui sert pour les affaires d’Etat, est toute travaillée en petits cylindres de la longueur d’un quart de pouce, & gros à proportion. On les distribuë en deux manières, en branches, & en colliers. Les branches sont composées de cylindres, enfilés sans ordre, à la suite les uns des autres, comme des grains de chapelet ; la Porcelaine en est ordinairement toute blanche, & on ne s’en sert que pour des affaires d’une légère conséquence, ou que comme d’une préparation à d’autres présens plus considérables. § Les colliers sont de larges ceintures, où les petits cylindres blancs & pourpre, sont disposés par rangs, & assujettis par de petites bandelettes de cuir, dont on fait un tissu assez propre. Leur longueur, leur largeur, & les grains de couleur, se proportionnent à l’importance de l’affaire. Les Colliers communs & ordinaires, sont de onze rangs de cent quatre-vingt grains chacun. [...] § Pour éviter la confusion que causeroit indubitablement la multitude des affaires, ces Colliers sont variés, & ces Cylindres blancs & pourpre, sont tellement disposés & entremêlés, qu’ils représentent tous différemment » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 502-507). Plutôt que des colliers en perles de coquillage, Diéreville décrit chez les Micmacs de Port-Royal, en 1708, des colliers faits de bâtonnets de bois : « Leur façon de s’écrire est tout-à-fait particulière, [...] ils se font entendre par de petits morceaux de bois arrangez de différente manière. De ces petits bâtonnets ils font des Coliers qui servent à déclarer la guerre, ou à demander la paix, & ils les envoyent aux Nations avec lesquelles ils ont des différends » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 299). Selon R. Flannery, l’usage du wampum dans la diplomatie des Algonquiens côtiers relèverait d’une influence iroquoienne (An Analysis of Coastal Algonquian Culture, p. 118-119). Voir encore sur cette question A. Vachon, « Colliers et ceintures de porcelaine dans la diplomatie indienne », Cahiers des Dix, 1971, p. 179-192 ; F. G. Speck, « The Functions of Wampum among the Eastern Algonkian », Memoirs of the American Anthropological Association, p. 32-40, 66-71 ; et G. Havard, La Grande Paix de Montréal de 1701 : les voies de la diplomatie franco-amérindienne, p. 22-24.

20 Comme le fit Membertou, au témoignage de Lescarbot, lors du raid des Micmacs contre les « Armouchiquois » en 1607 : « Actaudin mon cher fils, & ton frère puisné / Qui n’avez vôtre pere oneques abandonné, / Il faut ores s’armer de force & de courage, / Sus, allez vitement l’un suivant le rivage, / D’ici au Cap-Breton, l’autre à travers les bois / Vers les Canadiens, & les Gaspeïquois, / Et les Etechemins annoncer cette injure, / Et dire à nos amis que tous je les conjure / D’en porter dedans l’ame un vif ressentiment, / Et pour l’effect de ce qu’ilz s’arment promptement / Et me viennent trouver prés de cette rivière, / Où ils sçavent que j’ay plantée ma bannière » (Les Muses de la Nmivelle-France, éd. Grant, t. III, p. 499).

21 « Quand [...] ilz veulent faire la guerre, rapporte Lescarbot, le Sagamos qui a plus de crédit entre eux leur en fait sçavoir la cause, & le rendez-vous, & le temps de l’assemblée. Etans arrivés il leur fait des longues harangues sur le sujet qui se présente, & pour les encourager. A chacune chose qu’il propose il demande leur avis, & s’ilz consentent, ilz font tous une exclamation, disans Hau d’une voix longuement trainée : sinon, quelque Sagamos prendra la parole, & dira ce qu’il lui en semble, étans & l’un & l’autre bien écoutés » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XXIV, éd. Grant, t. III, p. 445). Selon Biard, « plusieurs Sagamos s’assemblent, & consultent par entr’eux de la paix, & de la guerre, des traictés d’amitié, & du bien commun » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 90). Au début du xviiie siècle, Diéreville écrit : «  [...] la guerre des Sauvages [...] est ordinairement entre des Nations opposées, comme les Sauvages Anglois, & les Sauvages François [...]. Lorsque les Sagaino se trouvent insultez / Par des maltraitemens, par des hostilitez, / Qu’exerce en leur Pays la Nouvelle Angleterre, / Ils assemblent leurs Gens pour luy faire la guerre. / Pour les mieux animer ils leur font un Discours » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 282). Voir, en outre, Sagard : « Quand ils veulent faire guerre, soit offensive, soit deffensive ce seront deux ou trois des anciens ou vaillans Capitaines, qui en entreprendront la conduite pour cette fois [...]. Ces Capitaines ou généraux d’armes ont le pouvoir, non seulement de designer les lieux, de donner quartier, & de renger les bataillons, mais aussi de commander aux assauts, & disposer des prisonniers, & de toute autre chose de plus grande conséquence » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXVII, éd. Tross, p. 408 ; le Grand Voyage, livre I, chap. XVII, éd. Warwick, p. 234).

22 Voir supra, p. 455.

23 Leclercq a déjà donné cette information supra, p. 256. Voir aussi Barthélémy Vimont (Relationde 1644-1645, JR, vol. 27, p. 298) : « les Sauvages ont coustume quand ils vont en guerre de se peindre de diverses couleurs & de s’huyler ou de se gresser la teste & le visage » ; et Simon Le Moyne (Relation de 1653-1654, JR, vol. 41, p. 110-112) : « c’est la coustume des guerriers, de jamais n’aller au combat, qu’ils n’ayent le visage peint, qui de noir, qui de rouge qui de diverses autres couleurs, chacun ayant en cela, comme des livrées particulieres ausquelles ils s’attachent jusques à la mort ».

24 Quelques auteurs donnent une description plus détaillée des préparatifs de guerre chez les Micmacs. Lescarbot, par exemple, signale : « [...] avant que partir, les nôtres (j’enten les Souriquois) ont cette coutume de faire un Fort, dans lequel se met toute la jeunesse de l’armée ; où estans, les femmes les viennent environner & tenir comme assiégés. Se voyans ainsi enveloppés ils font des sorties pour évader, & se libérer de prison. Les femmes qui sont au guet les repoussent, les arrêtent, font leur effort de les prendre. Et s’ils sont pris elles chargent dessus, les battent, les dépoüillent, & d’un tel succès prennent bon augure de la guerre qui se va mener. S’ils échappent c’est mauvais présage » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XXIV, éd. Grant, t. III, p. 446). Se fondant sur les mémoires du jésuite André Richard, l’auteur de la Relation de 1661-1662 décrit un rituel analogue à l’occasion d’une guerre menée par les Micmacs contre les « Esquimaux » : «  [Des] Sauvages de Gaspé [...] se rendirent au Printemps sur les bords d’une Rivière nommée Bacadensis, qui se va décharger dans le Golfe. [...] Comme ces Argonautes voguoient à force de rames, sur la Rivière Bacadensis, voilà deux Canots qui sortent comme d’une embuscade, & qui tirent droit à eux, pour les attaquer, & pour les piller, & pour empescher leur course. Ce sont de jeunes femmes bien lestes, & bien couvertes, qui viennent donner une idée, & faire un portrait du combat, que ces guerriers doivent rendre à leurs ennemis. Elles vont, elles viennent, elles tournent, elles font mille caracolles à l’entour de ces Chalouppes, s’efforçant de se jetter dedans, pour les piller, ou du moins pour enlever quelque butin : Bien attaqué, bien deffendu : les hommes les repoussent, ils tirent quantité de coups de fusils, plustost pour faire du bruit, que pour les blesser. § Enfin ces jeunes femmes se retirent, bien lassées, sans jamais avoir peu rien enlever. Elles s’en reviennent à bord, où les autres femmes, qui les attendoient, les reçoivent avec des cris, & des huées, comme des ennemis vaincus : & se jettent sur elles, les despoûillent, leur ostent leurs robes neuves & leurs ornemens, leur donnant en la place de vieux haillons. [...] Ces femmes sont bien aises d’estre ainsi pillées, pour donner un heureux pronostique de la victoire, qu’elles souhaittent à leurs parens & à leurs amis » (JR, vol. 47, p. 222-226). Voir encore le long compte rendu que fait Maillard, en 1755, des cérémonies ayant précédé la déclaration de guerre des Micmacs aux Malécites (An Account of the Customs and Manners, p. 18-29). Pour la description de festins de guerre chez les Hurons, voir Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XXVII, éd. Tross, p. 409 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XVII, éd. Warwick, p. 234-235) ; chez les Montagnais et les Algonquins, voir Relation de 1636 (JR, vol. 9, p. 110) et Relation de 1639 (JR, vol. 16, p. 64).

25 Ayant raconté comment des Micmacs de Gaspé décidèrent « d’aller à la guerre contre les Esquimaux », l’auteur de la Relation de 1661-1662 note pareillement qu’on prépara aux guerriers « deux Chalouppes » et ajoute : « Ils acheptent ces Chalouppes des François, qui vont en pescherie vers leurs costes, & ils s’en servent aussi adroitement, que nos plus braves, & plus lestes Matelots de France » (JR, vol. 47, p. 220-224). Louis Nicolas affirme de même, vers 1675, que, dans la guerre qu’ils mènent aux peuples situés entre Sept-Iles et la rivière Saint-Jean, « les Accadiens entreprennent de faire des traverses de vint : ou de 30 lieuës dans des petits batteaux qu’on appelle des Biscayennes, qui sont des petits esquifs que les Basques qui vont tous les ans a la pesche de la morue vers les côtes des accadiens y abbandonnent après s’en être servis a leur pesche dans lance des gachepé ; ou a l’ile percée » (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 120-121).

26 Voir supra, p. 511, n. 9 et 10.

27 Voir supra, p. 508, n. 4. Ayant fait trois victimes dans leur « guerre contre les Esquimaux » au printemps 1662, les Micmacs de Gaspé « se jettent sur ces corps morts, leur couppent & leur cernent la peau à l’entour de la teste, enlèvent leurs chevelures » (Relation de 1661-1662, JR, vol. 47, p. 228).

28 Cette allusion à une coutume gauloise reprend presque mot pour mot un passage du géographe grec Strabon, dont la Géographie, ignorée au Moyen Age, fut rééditée à la Renaissance. Strabon écrit en effet : « Je pense à cet usage qui consiste à suspendre à l’encolure de leur cheval les têtes de leurs ennemis quand ils reviennent de la bataille, et à les rapporter chez eux pour les clouer devant les portes » (IV, 4, 5).

29 Souvenir de Lescarbot, qui écrivait : «  [...] c’est leur coutume, ainsi qu’aux anciens Gaulois, d’en faire ainsi, c’est à dire d’enlever toutes les têtes d’ennemis qu’ils auront peu tuer, & les pendre en (ou dehors) leurs cabanes pour trophées. Ce qui est coutumier par toutes les Indes Occidentales » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. IV, éd. Grant, t. III, p. 357). Voir aussi Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XXVII, éd. Tross, p. 410).

30 Sagard rappelle une scène semblable chez les Indiens de la vallée du Saint-Laurent (Histoire du Canada, livre II, chap. XXVIII, éd. Tross, p. 421). Voir aussi Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre V, chap. IV, éd. Grant, t. III, p. 308) : «  [Des Montagnais victorieux] arrivèrent à Tadoussac, ayans mis chacun au bout d’un bâton attaché à la prouë de leurs canots les têtes de leurs ennemis, & chantans pour leur victoire à l’abord de la terre. Ce que voyans leurs femmes, elles se jetterent nuës dans l’eau allans au devant d’eux pour prendre lédites têtes, léquelles elles se pendirent au col comme unjoyau précieux, & passèrent plusieurs jours de cette façon en danses & chansons » ; et Relation de 1661-1662 (JR, vol. 47, p. 228-230) : « Approchant des rives de leur païs », au retour d’une expédition contre les « Esquimaux » où ils ont fait trois victimes et un prisonnier, des Micmacs de Gaspé « poussèrent un grand cry, marque de leur victoire. [...] Au bruit, & au cry de ces Guerriers, tout le monde sort des Cabanes [...]. Comme ils estoient assez esloignez de la terre où ils vouloient aborder, ils usèrent d’une cruelle barbarie vers leur pauvre petit prisonnier : ils le précipitèrent dedans l’eau tout blessé qu’il estoit en divers endroits : ils jetterent à mesme temps les chevelures qu’ils avoient enlevées, donnant au pillage tout le butin qu’ils avoient pris sur leurs ennemis prétendus. Aussi-tost, la pluspart des Sauvages, hommes & femmes se jettent à la nage : les femmes tirent droit aux chevelures flotantes, & les hommes au petit garçon, qui se noyoit [...]. »

31 Sur le deuil et les cérémonies funéraires chez les Micmacs, voir supra, p. 256, et infra, p. 576-579. Lescarbot écrit au sujet des femmes micmaques qu’elles « ayment [...] communément leurs maris plus que deça. Car on n’en voit point entre-elles qui se remarient sur le tombeau d’iceux, c’est à dire incontinent après leur decez, ains attendent un long temps. Et s’il a été tué elles ne mangeront point de chair, ny ne convoleront à secondes nopces qu’elles n’en ayent veu la vengeance faite » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XVII, éd. Grant, t. III, p. 412). Voir également, au sujet d’autres Amérindiens, Brébeuf (Relation de 1636, JR, vol. 10, p. 272) : « Les funérailles faites, le deuil ne cesse pas, la femme le continuë toute l’année pour le mary, & le mary pour la femme » ; Hennepin (Nouveau Voyage, p. 124) : « Les femmes portent le düeil de leurs proches parens un An entier, Pendant cela elles s’abstiennnent des danses & des festins, & ont une manière de chaperon sur la tête. » Voir encore N. Perrot (Mémoire sur les mœurs, p. 36), Raudot (Relation par lettres, p. 95, 207) et Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 438-440).

32 Voir infra, p. 578.

33 Roi légendaire de Thrace qu’Héraclès fit dévorer par ses chevaux, qu’il nourrissait de chair humaine.

34 Dans la mythologie grecque, ce tyran égyptien sacrifiait tous les étrangers qui pénétraient en Égypte, pour apaiser la colère divine.

35 Cet empereur romain fut à l’origine de la plus violente et de la plus longue persécution contre les chrétiens (303-313 ap. J.-C.).

36 Empereur romain de la première moitié du ier siècle ap. J.-C, dont le règne, après quelques mois seulement, se transforma en un despotisme sanglant.

37 La description du supplice rituel des ennemis se retrouve chez presque tous les auteurs ; elle est particulièrement fréquente dans les Relations des jésuites : voir, par exemple, Lejeune (1632, y », vol. 5, P- 26-30 et 50-54), Le Mercier (1637, JR, vol. 13, p. 36-82), Ragueneau (1649, JR, vol. 34, p. 138-148). Ici, Leclercq semble s’inspirer surtout de Sagard : « Premièrement ils leur arrachent les ongles avec les dents, leur couppent les trois principaux doigts de la main, qui servent à tirer de l’arc, puis leur lèvent toute la peau de la teste avec la chevelure, & mettent sur le tet des cendres ardentes, ou y font dégoutter de la gomme fonduë, pendant que d’autres disposent des flambeaux d’escorces, avec quoy ils les bruslent tantost sur une partie, puis sur l’autre, & à aucuns ils font manger le cœur de leur parens & amis qu’ils tiennent prisonniers, tant leur barbarie est incapable d’assouvissement. § Ils les font ordinairement marcher, nuds comme la main, au travers un grand nombre de feux, qu’ils font d’un bout à l’autre de la cabane ordonnée, où tout le monde qui y borde les deux costez, ayans en main chacun un tizon allumé, luy en donnent par tout les endroits du corps en passant, puis l’ayant lié à un poteau, luy marquent des jaretieres autour des jambes avec des haches chaudes, desquelles ils luy frottent aussi les cuisses du haut en bas, & ainsi peu à peu bruslent ce pauvre misérable : & pour luy augmenter ses tres-cuisantes douleurs, lui jettent par fois de l’eau sur le dos, & luy mettent du feu sur les extremitez des doigts, & de sa partie naturelle, puis luy percent les bras prés des poignets & avec des bastons en tirent les nerfs & les arrachent à force, & ne les pouvans avoir les couppent [...] » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXVIII, éd. Tross, p. 426). Ce passage reprend et développe une notation de Champlain qui raconte l’action de ses alliés indiens contre un prisonnier iroquois (Voyages, 1613, éd. Biggar, t. II, p. 101-104). Lescarbot cite aussi ce passage dans son Histoire de la Nouvelle-France (livre V, chap. IV, éd. Grant, t. III, p. 308).

38 Louis Nicolas formulait la même réflexion en des termes différents : «  Ces sauvages accadiens vont faire des prisonniers de guerre dans les terres de la nation des mangeurs de tygres, et de loups marins [phoques] ; lesquels étant pris sont tués sur le champ : brulés ou mangés comme s’ils avoient fait des grands crimes : ou offencé beaucoup les Accadiens : d’où l’on voit que ce nét seulement pas dans le pays des hyroquois : ou l’on écartelle les hommes comme des moutons a la boucherie, et que l’on nét pas entropophage dans un seul pays : ou l’on mange les hommes d’une differente nation lorsqu’ils sont pris a la guerre, et lors seulement qu’une nation est fort aigrie contre l’autre pour des raisons fort legeres, et qu’on ne sçait souvent pas » (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 121). Certaines légendes micmaques rapportent qu’on pratiquait la torture en arrachant la peau des prisonniers ou en leur coupant le nez, les oreilles et les joues (S. T. Rand, Legends of the Micmacs, p. 177-178, 218).

39 Voir supra, p. 510.

40 Des accusations de barbarie sanglante contre les Français et leurs alliés indiens reviennent souvent dans les délibérations et proclamations de la General Court qui gouverne la colonie du Massachusetts : « Their Majesties Subjects [...] have of late been invaded by the French, and Indians and many of them, barbarously Murdered, and in great Danger of farther Mischeifs » (The Glorious Revolution in Massachusetts. Selected Documents, 1689-1692, p. 227) ; «  Whereas a bloody war hath been raised by the Combination of French and Indian Enemies which is still carrying on against the Protestant Religion as well as the Peace of their Majesties Subjects in these parts of America wherein not onely the Calamities and destructions already suffered have been exceeding great, but the Common dangers and distresses are daily spreading and increasing more and more » (ibid., p. 236). Ces accusations reviendront régulièrement pendant toute la première moitié du xviiie siècle, quand des groupes Indiens, alliés souvent à des coureurs de bois canadiens, mèneront des raids meurtriers contre la Nouvelle-Angleterre. On en trouve encore des échos à la veille de la conquête anglaise, dans les mémoires et et la correspondance de Bougainville sur le Canada : « En vérité, la Nouvelle-Angleterre doit être bien ennuyée des guerres que lui font nos Sauvages, elle voit dans son sein près de 4 000 familles de ses frontières qui pleurent les leurs qui ont été massacrés et dont les biens ont été ravagés, elle sait qu’en prenant le Canada elle sera délivrée de la cruauté des Sauvages et qu’elle jouira à jamais des douceurs de la paix » (« Mémoire sur le Canada [...] », Écrits sur le Canada, p. 56). A en croire le jeune officier français, premier aide de camp de Montcalm, les Anglais, qui jugent les Canadiens « plus cruels que les Sauvages mêmes » (« Journal de l’expédition d’Amérique [...] », ibid., p. 327), disent qu’en cas de victoire sur les forces françaises « il y aura deux capitulations, une pour les troupes françoises et l’autre pour les Canadiens » (Lettre à madame de Séchelles, 20 septembre 1757, ibid., p. 420).

41 Selon Lescarbot, les Indiens « sauvent la vie » des « femmes & petits enfans de leurs ennemis », « mais ilz demeurent leurs prisonniers pour les servir, selon le droit ancien de servitude introduit par toutes les nations du monde de deça, contre la liberté naturelle » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIX, éd. Grant, t. III, p. 419 ; voir aussi chap. XXIV, ibid., p. 448). Sagard répétera à peu près la même chose dans son Histoire du Canada (livre II, chap. XXIV, éd. Tross, p. 372). En 1645, le jésuite André Richard fait mention d’« une troupe de Sauvages Se des principaux de l’Acadie » qui reviennent de guerre avec « treize ou quatorze prisonniers la pluspart enfans » (Relation de 1644-1645, JR, vol. 28, p. 32-34). Jacques de La Place rapporte, l’année suivante, la présence parmi les Micmacs de Nepisiguit d’un « jeune esclave aagé d’environ 23. ans, Esquimau de nation, pris en guerre, [...] treize ans [auparavant] » (Relation de 1645-1646, JR, vol. 30, p. 132). Diéreville affirme que certains prisonniers servaient à remplacer des proches disparus : « Quand un Sauvage vieux & caduque [...] perd à la guerre un Fils unique, accablé de douleur, & comme désespéré, il assemble ses amis, les regale, & leur dit le triste & funeste sujet de sa peine. Touchez de compassion, ils entrent dans sa misère, & forment en même temps le charitable dessein de rendre à ce Pere affligé un autre Enfant ; [...] Ils s’en vont dans la Terre Etrangère où a péri ce Fils si regretté, & cherchent un autre Garçon pour le malheureux Pere qui a perdu le sien ; ils le trouvent, le luy amènent, & il l’adopte » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 289).

42 Voir le traitement infligé par des Micmacs de Gaspé à un jeune prisonnier papinachois, dans la Relation de 1661-1662 (JR, vol. 47, p. 230-236).

43 « Au moins se reconoit une chose louable en eux, qu’ilz ne sont point anthropophages comme ont été autrefois les Scythes, & maintes autres nations du monde de deçà : & comme encore aujourd’hui sont les Brésiliens, Canibales, & autres du monde nouveau », affirmait Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIII, éd. Grant, t. III, p. 395 ; voir aussi chap. XXIV, ibid., p. 449). Au siècle suivant, Maillard observera qu’après avoir été, comme les Indiens en général, des cannibales à l’endroit de leurs ennemis (« It was rarely the case that they did not devour some limbs, at least, of the prisoners they made upon one another, after torturing them to death in the most cruel and shocking manner »), les Micmacs ne sont plus enclins à de tels actes de barbarie : « I have, yet, lately myself seen amongst them some remains of thai spirit of ferocity ; some tendencies and approaches to those inhumanities ; but they are nothing in comparison to what they used to be, and seem every day wearing out » (An Account of the Customs and Manners, p. 32). Voir également l’extrait de Louis Nicolas cité supra, p. 510, n. 8. Sur le thème de l’anthropophagie, voir supra, p. 288, n. 22.

44 Passage largement inspiré de Sagard : «  [...] ce qu’ils endurent avec une constance incroyable, chantans cependant avec un chant neantmoins fort triste, mille menaces & imprecations contre ces bourreaux & contre toute la Nation, disant : il ne me chaut de tous vos tourmens ny de la mort mesme, laquelle je n’ay jamais appréhendée pour aucun hazard, poussez, faictes ce que vous voudrez, je ne mourray point en vilain ny en homme couard, car j’ay tousjours esté vaillant à la guerre, & rien ne m’a pas encore espouvanté. § Et bien vous me tuerez, vous me bruslerez, mais aussi en ay-je tué plusieurs des vostres, si vous me mangez, j’en ay mangé plusieurs de vostre Nation : & puis j’ay des frères, j’ay des oncles, des cousins & des parens, qui sçauront bien venger ma mort, & vous faire encore plus souffrir de tourmens que vous n’en sçauriez inventer contre moy ; neantmoins avec tout ce grand courage, encores yen a-il qui se trouvent souvent contraints de jetter de haut cris, que la force des douleurs arrachent du profond de leur estomach [...] » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXVIII, éd. Tross, p. 427). Voir aussi Lalemant, Relation de 1659-1660, JR vol. 45, p. 38 ; Lafitau, Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 274-286 ; Charlevoix, Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 524.

45 Parlant du sort que les Micmacs réservaient autrefois à leurs prisonniers de guerre, l’abbé Maillard signale qu’ils ne manquaient jamais de boire leur sang comme de l’eau (An Account of the Customs and Manners, p. 32 ; voir aussi p. 20).

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search