Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre XVI. Du mariage des Gaspesiens

Texte intégral

  • 1 Bien qu’il ait lui-même signalé plus haut un exemple de « bigamie » (supra, p. 375) et que la plup (...)
  • 2 Sans être aussi précise que celle de Leclercq, la description de Lescarbot laisse entendre que cel (...)
  • 3 Selon Diéreville, l’accord maternel serait aussi primordial : « la réponse qu’il [le futur époux] (...)
  • 4 Lescarbot rapporte un exemple qui montre que cette règle n’était pas absolue, mais qui illustre bi (...)
  • 5 Pour comprendre l’insistance de Leclercq, il faut se rappeler qu’en France, sous l’Ancien Régime, (...)
  • 6 Nicolas Denys signale aussi cette absence de contrainte envers les enfants en matière de mariage : (...)

1Les garçons, selon la coûtume ordinaire du Païs, ne sortent jamais de la cabanne de leur pere, que pour aller demeurer chez quelques-uns de leurs amis, où ils esperent de trouver une fille, pour se marier avec elle1 : ils n’ont pas plûtôt formé le dessein de l’épouser, qu’ils en font eux-mêmes la proposition au pere de la Sauvagesse2 ; parce qu’ils sçavent bien que la fille n’approuvera jamais leur recherche, à moins qu’elle ne soit agreable à son pere3, auquel il demande s’il juge à propos qu’il entre dans sa cabanne, c’est à dire dans son alliance, en épousant sa fille, pour laquelle il luy proteste avoir beaucoup d’inclination. Si le pere n’agrée pas la recherche du jeune Sauvage, il luy dit, sans autre compliment, que cela ne se peut faire : & cet amant, tout passionné qu’il puisse être, reçoit paisiblement cette réponse, comme l’arrêt decisif de son sort & de ses amours, & cherche ailleurs quelqu’autre maîtresse4. Il n’en est pas de-même, si le pere trouve que le parti qui se presente soit avantageux pour sa fille : car pour lors, aprés avoir donné son agrément à cet amant, il luy dit de parler à sa maîtresse, pour sçavoir sa volonté sur une affaire qui la regarde uniquement ; ne voulant pas, disent ces Barbares, violenter les inclinations de leurs enfans en fait de mariage, & les obliger d’épouser un homme qu’elles ne sçauroient se résoudre d’aimer, ni par force, ni par complaisance, ni par inclination. C’est ainsi que les peres & les meres de nos Gaspesiens, laissent une entiere liberté à leurs enfans5, de se choisir le parti qu’ils jugent le plus convenable à leur humeur, & plus conforme à leurs amitiez ; quoique cependant les parens se reservent toûjours le droit de leur indiquer celuy qu’ils croient raisonnablement leur être plus avantageux : mais enfin, il n’en est que ce que veulent ceux qui se doivent marier ; & ils sçavent fort bien dire, qu’ils ne se marient pas pour les autres, mais pour eux-mêmes6.

  • 7 D’autres auteurs précisent que les présents n’étaient pas faits à la jeune fille, mais à son père. (...)

2Le garçon donc, aprés le consentement du pere, s’adresse à la fille, pour sonder ses inclinations : il luy fait un present, de tout ce qu’il peut avoir de considerable7 ; en sorte que si elle agrée sa recherche, elle le reçoit, l’accepte avec plaisir, & luy offre reciproquement de ses plus beaux ouvrages ; n’aïant garde, disent-elles, de recevoir la moindre chose de ceux qui les recherchent en mariage, pour ne pas contracter aucun engagement avec un jeune homme qu’elles n’ont pas dessein d’épouser.

  • 8 Voir supra, p. 456.
  • 9 Comme le rapporte la Genèse, 29, 18-20.
  • 10 Toutes ces tâches sont également attribuées aux femmes par Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-Fran (...)
  • 11 Lescarbot et Biard mentionnent cette période qui précède le mariage. Lescarbot parle d’une durée d (...)

3Les presens reçûs & acceptez de part & d’autre, le Sauvage retourne chez luy, prend congé de ses parens, & vient demeurer une année toute entiere dans la cabanne du pere de sa maîtresse, auquel, selon les Loix du Païs, il doit servir, & donner toutes les pelleteries qu’il fait à la chasse8 ; à peuprés comme fit autrefois Jacob, qui servit son beau-pere Laban, avant que d’épouser Rachel9. Il faut ensuite, qu’il se montre bon chasseur, & capable de nourrir une grosse famille ; qu’il se rende agreable, obeïssant, promt à faire tout ce qui regarde le bien & l’utilité de la cabanne, & adroit aux éxercices ordinaires de la Nation : afin de meriter l’estime de sa maîtresse, & luy faire connoître qu’elle sera parfaitement bien-heureuse avec luy. La fille, de son côté, fait aussi de son mieux ce qui est du ménage, & s’applique entierement durant cette année, si la recherche du garçon luy plaît, à faire des raquettes, coudre les canots, accommoder des écorces, passer les peaux d’orignaux & de castors, aller à la traîne10, en un mot, faire tout ce qui luy peut donner la réputation d’être une bonne ménagere11.

  • 12 Passage inspiré de Sagard : « De douaire il ne s’en parle point, non plus que de trousseaux, ni de (...)

4Comme ils sont tous également pauvres & riches, l’interêt ne preside jamais à leurs mariages ; aussi n’est-il pas question de doüaire, de possession, ni d’heritage, de contract, ni de Notaire, qui reglent les biens des deux parties en cas de divorce12 : c’est assez qu’ils aient une couverture, ou quelque robe de castor pour se mettre en ménage ; & tout ce que les plus riches peuvent esperer, c’est une chaudiere, un fuzil, un bate-feu, un coûteau, une hache, un canot, & quelques autres bagatelles, qui sont toutes les richesses de ces nouveaux mariez, lesquels ne laissent pas cependant de vivre contens, lorsque ce peu leur manque ; parce qu’ils esperent de trouver en chassant, dequoy avoir abondamment leur besoin & leur necessité.

  • 13 Voir supra, p. 456.
  • 14 Voir supra, p. 479-482.
  • 15 Nicolas Denys, qui insiste sur la « pudeur des filles », formule des remarques similaires : « le p (...)

5Plusieurs se sont persuadez trop facilement, que le jeune homme abusoit de son épouse future, durant cette année qu’il est obligé de demeurer dans la cabanne de sa maîtresse ; car outre que c’est une coutume & une Loi inviolable chez nos Gaspesiens13, qu’il n’est pas permis de transgresser, sans exposer toute la Nation à quelque malheur considerable, il est véritable de dire que ces deux amans vivent l’un avec l’autre comme frère & sœur, avec beaucoup de reserve ; n’aïant jamais appris, tout le temps que j’ai demeuré dans la Gaspesie, qu’il se soit passé quelque desordre entre eux : attendu même que les femmes & les filles, comme nous avons dit14, sont assez modestes d’elles-mêmes, pour n’accorder en ce rencontre aucune liberté qui soit contraire à leur devoir15.

  • 16 Leclercq veut-il dire après un an de fréquentations ou à la fin de l’année du calendrier micmac, q (...)
  • 17 Nicolas Denys précise qu’à la fin de la période prévue avant le mariage les parents du garçon fais (...)
  • 18 Nicolas Denys décrit plus longuement la cérémonie du mariage chez les Micmacs : « [...] si tout es (...)
  • 19 Voir supra, p. 469.

6Lors donc que deux parties symbolisent d’humeurs & d’inclinations, on convoque sur la fin de l’année16, les plus anciens de la Nation, les parents & les amis des époux futurs, au festin qui se doit faire, pour célébrer publiquement leur mariage17. Le jeune homme est obligé d’aller à la provision ; & le regale est plus ou moins magnifique, qu’il fait une chasse, ou une pêche, plus ou moins avantageuse : on fait les harangues ordinaires, on chante, on danse, on se divertit ; & on donne, en presence de toute l’assemblée, la fille au garçon, pour sa femme, sans aucune autre ceremonie18. S’il arrive pour lors, que l’humeur de l’un, soit incompatible avec le génie de l’autre, le garçon ou la fille se retire sans bruit ; & tout le monde est aussi content & satisfait, que si le mariage avoit reüssi : parce, disent-ils, qu’il ne faut pas se marier pour être malheureux le reste de ses jours19.

  • 20 Biard affirmait au contraire : « Peu de divorces arrivent entr’eux » (Relation de 1616, JR, vol. 3 (...)
  • 21 Nicolas Denys précise aussi que les enfants sont presque une condition de la stabilité des unions  (...)
  • 22 Plusieurs observateurs ont noté la stabilité des mariages chez les couples avec enfants, dans la m (...)
  • 23 Voir supra, p. 458.
  • 24 Sur la division sexuelle du travail et les tâches réservées aux femmes chez les Micmacs, voir nota (...)
  • 25 Ce passage emprunte aux réflexions de Lejeune sur les Montagnais avec qui il hiverna en 1633-1634  (...)
  • 26 Voir supra, p. 277-278.

7Il y a cependant beaucoup d’instabilité dans ces sortes d’alliances20 ; & les jeunes mariez changent assez facilement d’inclination, lorsqu’ils passent quelques années sans avoir d’enfans : car enfin, disent-ils, à leur femme, je ne me suis marié avec toi, que dans l’espérance de voir dans ma cabanne une famille nombreuse ; & puisque je ne peux avoir d’enfans avec toi, separons-nous, & cherchons ailleurs chacun nôtre avantage21. En sorte que s’il se trouve quelque solidité dans les mariages de nos Gaspesiens, c’est seulement lorsque la femme donne à son mari des marques de sa fécondité ; & on peut dire avec vérité, que les enfans sont pour lors comme les liens indissolubles22, & la confirmation du mariage de leurs pere & mere, qui se tiennent fidele compagnie, sans jamais se separer, & qui vivent en si grande union l’un avec l’autre, qu’ils semblent n’avoir plus qu’un même cœur, & qu’une même volonté. Ils s’aiment cordialement, & s’accordent admirablement bien ; vous ne voïez point de querelles, d’inimitiez, ni de reproches parmi eux : les hommes laissent la disposition du ménage aux femmes, sans les inquiéter : elles coupent, elles tranchent, elles donnent comme il leur plaît, sans que le mari s’en fâche ; &je peux dire, que je n’ai jamais vu le Chef de la cabanne où je demeurois, demander à sa femme, ce que devenoit la viande d’orignac & de castor, quoique tout ce qu’il en avoit amassé diminuât assez vite. Je n’ai non plus jamais oüi les femmes se plaindre, de ce qu’on ne les invitoit pas aux festins, ni aux conseils23 ; que les hommes se divertissoient, & mangeoient les bons morceaux ; qu’elles travailloient incessament, allant quérir le bois pour le chaufage, faisant les cabannes, passant les peaux, & s’occupant en d’autres travaux assez pénibles, qui ne se font que par les femmes24. Chacun fait son petit devoir doucement, paisiblement, & sans dispute25 : la multiplication des enfans ne les embarrasse pas ; tant plus ils en ont, tant plus sont-ils contens & satisfaits26.

  • 27 Voir supra, p. 385 et 477.
  • 28 28. Leclercq décrit ailleurs la réaction d’un Micmac à la mort de sa femme (voir supra, p. 384-386

8On ne peut exprimer la douleur d’un Gaspesien, quand il perd sa femme. Il est vrai qu’au dehors il dissimule autant qu’il peut, l’amertume qu’il en a dans le cœur ; parce que ces Peuples estiment que c’est une marque de foiblesse, indigne d’un homme qui est tant soit peu brave & genereux, de pleurer en public. Si donc le mari verse quelquefois des larmes, c’est seulement pour montrer qu’il n’est pas insensible à la mort de sa femme, qu’il aimoit tendrement ; quoique dans son particulier il est vrai de dire, qu’il s’abandonne entierement à la mélancolie27, qui le fait mourir assez souvent, ou qui le porte jusques aux Nations les plus éloignées, pour y faire la guerre, & noïer dans le sang de ses ennemis, la tristesse & la douleur qui l’accable28.

Notes

1 Bien qu’il ait lui-même signalé plus haut un exemple de « bigamie » (supra, p. 375) et que la plupart de ses prédécesseurs aient relevé la pluralité des femmes chez les Micmacs, Leclercq ne fait aucune mention de la polygamie dans la description qui suit. Elle était surtout le lot des chefs et remplissait un rôle économique et politique important, comme le constate le jésuite Biard au début du siècle : « Selon la coustume du païs, ils peuvent avoir plusieurs femmes, neantmoins la pluspart de ceux que j’ay veu n’en ont qu’une : plusieurs des Sagamos [chefs] pretendent ne se pouvoir passer de ceste pluralité, non ja pour cause de luxure (car ceste nation n’est point fort incontinente,) ains pour autres deux raisons, l’une à fin de retenir leur authorité, & puissance ayants plusieurs enfans ; car en cela gist la force des maisons, en multitude d’alliés, & consanguins : la seconde raison est leur entretien & service, qui est grand, & penible, puis qu’ils ont grande famille & suitte, & partant requiert nombre de serviteurs & mesnagers : or n’ont-ils autres serviteurs, esclaves, ou artisants que les femmes » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 98-100 ; voir aussi « Lettre du P. Pierre Biard au R. P. Provincial à Paris, le 31 janvier 1612 », JR, vol. 2, p. 22, et Epistola ex Portu-Regali in Acadia, [1612], JR, vol. 2, p. 78-79). En 1672, Denys observait qu’un Micmac pouvait avoir « trois ou quatre femmes & quelques-fois plus » s’il était assez bon chasseur pour assurer leur subsistance (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 583, 586-587). « They prefer a plurality of wives », affirmait vingt ans plus tard Lamothe Cadillac (« The Cadillac Memoir on Acadia of 1692 », dans Collections of the New Brunswick Historical Society, p. 81 ).

2 Sans être aussi précise que celle de Leclercq, la description de Lescarbot laisse entendre que celui qui recherche une épouse va lui-même en parler au père de la jeune fille : « celui qui veut avoir une fille en mariage il faut qu’il la demande à son pere », écrit-il dans son Histoire de la Nouvelle-France (livre VI, chap. XII, éd. Grant, t. III, p. 390). Biard et Denys ne font aucune allusion précise à ce sujet et, dans les textes postérieurs, seule la description de Diéreville rejoint celle de Leclercq : « Quand un Garçon est amoureux d’une Fille qu’il trouve à son gré, il va trouver son pere, & luy dit sans plus de façon en termes sauvages, je voudrois bien entrer dans ta famille [...] » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 265). À la fin du xviiie siècle, l’abbé Maillard brossera un portrait bien différent de ces démarches préliminaires. Les futurs époux n’auraient aucune autonomie en cette matière et les arrangements prématrimoniaux seraient du ressort exclusif de leurs parents : «  Their manner of courtship and marriage is as follows : When a youth has an inclination to enter into the connubial state, his father, or next relation, looks out for a girl, to whose father the proposal is made : this being always transacted between the parents of the parties to be married. The young man, who is commonly about thirty years of age, or txuenty al the least, rarely consulls his mon fancy in this point. The girl, who is always extreamly young, is never supposed to trouble her head about the measures that are taking to marry her. When the parents on each side have settled the matter, the youth is applied to [...] » (An Account of the Customs and Manners, p. 53). Il n’est pas possible de savoir si cette divergence résulte d’une meilleure connaissance de la culture micmaque chez Maillard ou si elle rend compte de transformations culturelles qu’aurait connues la société micmaque. Elle découle peut-être aussi du fait que Maillard et Leclercq n’avaient pas le même groupe témoin : le premier travaillait auprès des Micmacs du Cap-Breton, le second parmi ceux de Gaspésie (voir B. G. Hoffman, « The Historical Ethnography of the Micmac », p. 296-298).

3 Selon Diéreville, l’accord maternel serait aussi primordial : « la réponse qu’il [le futur époux] en reçoit [du père de la fille] est qu’il faut en parler à la mere » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 265). Pour Regina Flannery, il est difficile d’établir avec certitude si le consentement au mariage était demandé au père seul, comme plusieurs sources l’affirment, ou aux deux parents de la future épouse : «  although the father is mentioned frequently, it may be due to explanations of Indian customs in terms of our own conventional forms » (An Analysis of Coastal Algonquian Culture, p. 99).

4 Lescarbot rapporte un exemple qui montre que cette règle n’était pas absolue, mais qui illustre bien tout de même l’importance du consentement des parents de la jeune fille : « un Sauvage nommé Bituani » épouse une jeune fille sans le consentement de son père qui la lui enlève parce qu’il « s’amusoit à la cuisine » des Français au lieu d’aller chasser ou pêcher ; la querelle prend fin lorsque le jeune homme revient de la pêche avec « force saumons », « revétu d’un beau manteau de castors » (Histoire de la Nouvelle-France, livre IV, chap. IV, éd. Grant, t. II, p. 509-510).

5 Pour comprendre l’insistance de Leclercq, il faut se rappeler qu’en France, sous l’Ancien Régime, si le consentement des parents n’était pas absolument nécessaire pour les enfants majeurs, « les Garçons, jusqu’à l’âge de ving-cinq ans complets, ne peuvent pas se marier sans le consentement des Peres & Meres, ou si ceux-ci sont morts, sans celui de leurs Tuteurs ou Curateurs [...]. § Ce seul défaut de consentement n’emporte pas en vérité la nullité du Mariage, quoad fœdus, [...] car ce défaut de consentement tout seul, & qui n’est pas joint au rapt de la séduction, ou à la clandestinité, ne donne atteinte qu’aux effets civils, c’est-à-dire, que le Mariage est déclaré non-valablement contracté [...]. § Lors même que les Garçons ont vingt-cinq ans, ils ne peuvent pas non plus se marier jusqu’à l’âge de trente ans complets sans ce consentement ; & s’ils le font, ils peuvent être déshérités, mais leur Mariage ne peut pas être cassé [...]. § Lorsqu’ils ont trente ans complets, ils peuvent se marier sans ce consentement, mais à condition qu’ils aient fait faire à leurs peres & Meres trois sommations respectueuses, sans quoi ils pourroient être déshérités, à moins qu’ils n’eussent leur domicile, depuis plusieurs années & depuis l’âge de trente ans, hors du lieu de la demeure de leurs Pere & Mere. § Les Filles jusqu’à l’âge de ving-cinq ans complets ne peuvent pas se marier sans le consentement de leurs Pere & Mere, ou s’ils ne vivent plus, sans celui de leurs Tuteurs ou Curateurs : le tout sous les mêmes peines que les Garçons, avec cette différence que les Mariages des Filles sans ce consentement, sont toujours sujets à être déclarés non-valablement contractés. C’est la disposition des Ordonnances : & même les Veuves, soit Mineures ou Majeures, doivent requérir ce consentement quand elles veulent convoler à de secondes Nôces. Mais ces mêmes Ordonnances n’obligent pas les Hommes veufs, mineurs ou majeurs, à requérir ce consentement ; cependant ils y sont obligés par respect » (Dictionnaire théologico-portatif, p. 203-204).

6 Nicolas Denys signale aussi cette absence de contrainte envers les enfants en matière de mariage : « Le terme estant finy il faloit parler du mariage : les parens du garçon venoient trouver ceux de la fille, leur demandoient s’ils l’auroient agreable : si le pere de la fille en estoit d’accord, il falloit sçavoir des deux parties s’ils en estoient contens, & si l’un des deux ne vouloient le mariage il n’y avoit rien de fait, on ne les contraignoit point [...] » (Description geographique, et historique, t. II, éd. Ganong, p. .585). Lahontan développera ce thème dans ses Dialogues avec Adario : « Adario. [...] Or il faut que je veüille ce que ma fille veut aujourdhui. Car si je prétendois lui donner un autre Mari ; elle me diroit aussitôt : Pére, à quoy penses-tu ? suis-je ton Esclave ? ne dois-je pas joüir de ma Liberté ? Dois-je me marier pour toy ? Epouzeray-je un homme qui me déplaît, pour te satisfaire ? Comment pourray-je soufrir un époux qui achete mon corps à mon Pére, & comment pourray-je estimer un Pére qui vend sa fille à un brûlai ? Est-ce qu’il me sera possible d’aimer les enfans d’un homme que je n’aime pas ? Si je me marie avec luy, pour t’obéir, & que je le quille au bout de quinze jours, suivant le privilége & la liberté naturelles de la Nation, tu diras que cela va mal ; cela te déplaira ; tout le monde, en rira, & peut-être, je seray grosse. Voilà, mon cher Frére, ce que ma fille auroit sujet de me répondre ; & peut-être, encore pis [...] » (Lahontan, Dialogues, dans Œuvres complètes, p. 876).

7 D’autres auteurs précisent que les présents n’étaient pas faits à la jeune fille, mais à son père. Selon Biard, au contraire des Français, les Micmacs « font en leurs mariages, non que le pere donne doüaire à sa fille pour la loger avec quelqu’un ; ains que le poursuivant face de bons, & beaux presens au pere, à ce qu’il luy donne sa fille pour espouse. Les presents seront proportionnément à la qualité du pere, & beauté de la fille ; des chiens, des castors, des chauderons, & haches, &c. » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 98). Selon Diéreville, « si la Fille a plus que luy de mérite, on ne luy accorde qu’à force de presens » ( Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 266). Hoffman (« The Historical Ethnography of the Micmac », p. 287) pense que la différence notée dans les descriptions de Biard et de Diéreville renvoie peut-être à des distinctions sociales : «  It is possible that the customs observed by Biard and Diéreville are those associated with the daughters of chiefs, and that those described by Leclercq and Denys relate to the daughters of commoners. »

8 Voir supra, p. 456.

9 Comme le rapporte la Genèse, 29, 18-20.

10 Toutes ces tâches sont également attribuées aux femmes par Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XVII, éd. Grant, t. III, p. 411-412) : « S’il y a quelque chasse morte, elles la vont dépouiller & querir, y eust-il trois lieuës [...], elles conroyent & addoucissent des peaux de Castors, d’Ellans, & autres [...]. Elles s’exercent aussi à faire des écuelles d’ecorces pour boire, & mettre leurs viandes [...]. Quand il faut depouïller des arbres sur le Printemps, ou l’Eté, pour de l’écorce couvrir leurs maisons, ce sont elles qui font cela ; comme aussi elles travaillent à l’œuvre des Canots & petits bateaux quand il en faut faire » ; Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 100) : «  [Les femmes] vont querir la chasse ou ell’ a esté tuée, cousent & radoubent les canots, accommodent & tendent les peaux, les conroyent [...] » ; Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 592-593) : « Le travail des femmes estoit d’aller chercher la beste apres qu’elle estoit tuée [...]. Elles faisoient leurs plats d’écorces grands & petits, [...] passoient les peaux, [...] cordoient les raquettes, [...] estoient obligées de macher la gomme de sapin pour calfetter leurs canots. »

11 Lescarbot et Biard mentionnent cette période qui précède le mariage. Lescarbot parle d’une durée de six mois à un an, tandis que Biard, qui ne lui assigne pas de durée précise, note seulement qu’elle était fixée par le père de la fille et la « parentée », en fonction des qualités du futur époux (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 98). Lescarbot ajoute que durant cette période le jeune homme devait démontrer ses qualités de chasseur, mais ni lui ni Biard ne précisent toutefois qu’il devait résider chez son futur beau-père et le servir (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XII, éd. Grant, t. III, p. 390). Nicolas Denys, dont Leclercq semble s’inspirer, décrivit le premier cette pratique, étendant la période de probation à plusieurs années : « Pour leur mariage, anciennement un garçon qui vouloit avoir une fille, estoit obligé de servir le pere plusieurs années selon la convention : son service estoit d’aller à la chasse, faire voir qu’il estoit bon chasseur, capable de bien nourrir sa femme & sa famille ; faisant des arcs, des fleches, le bois des raquestes, mesme un canot, cela est le travail des hommes : tout ce qu’il faisoit pendant son temps estoit pour le pere de la fille, mais il ne laissoit pas d’en avoir luy-mesme l’usage en cas de besoin. § Sa Maistresse cordoit les raquestes, faisoit ses robbes, ses souliers & ses bas pour marquer qu’elle estoit habille au travail [...] » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 585). Le témoignage de Raudot recoupe celui de Denys : « Quand un père a promis sa fille, il faut que celuy qui doit estre son gendre vienne demeurer pendant un an ou deux dans sa cabane, suivant la convention qu’ils ont faite ensemble ; pendant ce tems toute la chasse qu’il peut faire appartient aux parens de celle qui doit estre sa femme » (Relation par lettres, p. 205). À la suite de Biard et de Lescarbot, Diéreville laisse entendre que la période qui précédait le mariage était variable : «  [Le futur époux] s’engage à nourir de son gibier le Pere, la Mere & les Enfans pendant un temps qu’on limite [...] » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 266). Maillard établit la durée de cette période à quatre ans, mais précise que, lorsque les parents étaient satisfaits du prétendant de leur fille, ils le dispensaient généralement, à la fin de la deuxième année, de terminer sa période de probation (An Account of the Customs and Manners, p. 55).

12 Passage inspiré de Sagard : « De douaire il ne s’en parle point, non plus que de trousseaux, ni de possessions, & encore moins d’argent, aussi quand il arrive divorce, le mary n’est tenu de rien, ny la femme de luy rendre compte, chacun prenant ce qui luy appartient, qui n’est pas souvent grand-chose, un peu de fourrures, un peu de rassades & quelque escuelles » (Histoire du Canada, livre II, chap. XVII, éd. Tross, p. 298 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XI, éd. Warwick, p. 210). Sagard avait lui-même puisé chez Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XII, éd. Grant, t. III, p. 391)

13 Voir supra, p. 456.

14 Voir supra, p. 479-482.

15 Nicolas Denys, qui insiste sur la « pudeur des filles », formule des remarques similaires : « le pere, la mere, la fille, & le serviteur [c’est-à-dire le futur époux qui servait les parents de la jeune fille], tout couchoit en une mesme cabanne, la fille proche la mere, le serviteur de l’autre costé, & toujours le feu entredeux, les autres femmes & enfans y couchoient aussi. Il n’y arrivoit jamais de desordre, les filles estoient fort sages pour lors » (Description géographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 585).

16 Leclercq veut-il dire après un an de fréquentations ou à la fin de l’année du calendrier micmac, qui correspondait à la fin de l’été (supra, p. 328) ?

17 Nicolas Denys précise qu’à la fin de la période prévue avant le mariage les parents du garçon faisaient une démarche officielle auprès de ceux de lajeune fille : « Le terme estant finy il faloit parler du mariage : les parens du garçon venoient trouver ceux de la fille, leur demandoient s’ils l’auroient agreable [...]. » L’accord des parents donné, on demandait aux jeunes gens « s’ils en estoient contens » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 585).

18 Nicolas Denys décrit plus longuement la cérémonie du mariage chez les Micmacs : « [...] si tout estoit d’accord on prenoitjour pour faire le festin, pendant quoy le garçon alloit à la chasse, faisoit tout son possible pour traiter toute l’assemblée, tant de rosty que de boüilly, & d’avoir force bouillon bien gras principalement. § Le jour estant venu tous les parens & conviez assemblez, & tout estant prest, les hommes & grands garçons entroient tous dans la cabanne, les vieillards au haut bout proches des pere & mere ; le haut bout c’est la gauche en entrant dans la cabane faisant le tour allant à la droite : il n’y entroit point d’autre femme que la mere du garçon ; chacun ayant pris son rang, tous assis sur le cul comme des singes, car c’est leur posture, le marié apportoit la viande dans un grand plat d’écorce, la partageoit & la mettait en autant de plats qu’il y avoit de personnes, tant qu’ils en peuvent tenir, il y avoit dans chaque plat de la viande pour douze personnes, il donnoit à chacun son plat, & : on se mettait à manger, le marié estoit là qui avoit un grand plat de bouillon, dont il donnoit à boire tout son saoul au premier, lequel estant suffisamment désaltéré bailloit le plat à son voisin qui faisoit de mesme, estant vuide on le remplissoit, puis ayant bien beu & mangé ils faisoient une pose, le plus ancien faisoit une harangue à la louange du marié, & faisoit le recit de sa genealogie où il se trouvoit toujours décendre de quelque grand Capitaine de dix ou douze races, exageroit tout ce qu’ils avoient fait de beau, tant en guerre qu’à la chasse, l’esprit qu’ils avoient, les bons conseils qu’ils avoient donné, & : tout ce qu’ils avoient fait en leur vie de considérable, il commençoit par le plus ancien en décendant de race en race & venoit finir au pere du marié, puis exhortait le marié à ne point degenerer de la valeur de ses ancestres : ayant achevé sa harangue, toute la compagnie faisoit deux ou trois cris, disant hau, hau, hau ; apres quoy le marié les remercioit, promettant autant & plus que ses ancestres, & l’assemblée faisoit encore le mesme cry : ensuite le marié se metoit à dancer, chantait des chansons de guerre qu’il composoit sur le champ, qui exhaltoit son courage & sa valeur, le nombre des bestes qu’il avoit tuées, & de tout ce qu’il pretendoit faire : en dansant il prenoiten ses mains un arc, des flèches, un grand baston où est amanché un os d’un Orignac, bien pointu dequoy ils tuent les bêtes l’Hyver, lors qu’il y a beaucoup de neges : ces choses-là les unes après les autres, chacun ayant sa chanson, pendant laquelle il se mettait en furie, & sembloit qu’il vouloit tout tuer : ayant finy, toute l’assemblée recommençoit leur hau, hau, hau, qui signifie joye & contentement. § Apres cela ils recommencent à manger & boire tant qu’ils soient saouls, puis ils appellent leurs femmes & enfans qui ne sont pas loin, ils viennent & chacun leur donne son plat dont elles vont manger à leur tour » (ibid., p. 585-586). Diéreville décrit brièvement la cérémonie du mariage, mais, contrairement à Leclercq et à Denys, il précise que l’homme et la femme vont ensemble chercher la nourriture pour le festin ; durant le repas, ce serait le père de la mariée qui ferait un discours et non « le plus ancien » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 267). Voir encore Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 98) et Maillard (An Account of the Customs and Manners, p. 55-60).

19 Voir supra, p. 469.

20 Biard affirmait au contraire : « Peu de divorces arrivent entr’eux » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 102). Et Lescarbot notait : « Aussi avient-il peu souvent qu’ils ayent des divorces, que volontaires » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XVII, éd. Grant, t. III, p. 412). Cette disparité des témoignages peut s’expliquer en partie par la fréquence différente des divorces chez les couples sans enfants et chez les couples avec enfants, que Leclercq s’apprête lui-même à signaler.

21 Nicolas Denys précise aussi que les enfants sont presque une condition de la stabilité des unions : « si une jeune mariée n’a point d’enfans de son mary au bout de deux ou trois ans, il la peut répudier, & la chasser pour en prendre une autre » (Description géographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 586 ; aussi p. 583). Près d’un siècle plus tard, Maillard observe de même : « A woman is not looked upon as a woman, till she has proved it, by her fulfilling what they consider as one of the great ends of her creation. Failing in that, she is divorced from her husband [...] » (An Account of the Customs and Manners, p. 51).

22 Plusieurs observateurs ont noté la stabilité des mariages chez les couples avec enfants, dans la majorité des nations autochtones de l’Amérique du Nord-Est. Même si le divorce y était admis, il demeurait plus rare chez les couples avec enfants. Voir Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XVII, éd. Tross, p. 298-299 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XI, éd. Warwick, p. 211), Hennepin (Nouveau Voyage, p. 159-160), N. Perrot (Mémoire sur les mœurs, p. 22-23), Lamothe Cadillac (« Relation du sieur de Lamothe Cadillac », dans P. Margry, Découvertes et établissements, vol.5, p. 101) et Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, p. 580-581).

23 Voir supra, p. 458.

24 Sur la division sexuelle du travail et les tâches réservées aux femmes chez les Micmacs, voir notamment supra, p. 265-268, 299-300, 500.

25 Ce passage emprunte aux réflexions de Lejeune sur les Montagnais avec qui il hiverna en 1633-1634 : « Ils s’entraiment les uns les autres, & s’accordent admirablement bien ; vous ne voyez point de disputes, de querelles, d’inimitiez, de reproches parmy eux, les hommes laissent la disposition du mesnage aux femmes sans les inquiéter ; elles coupent, elles tranchent, elles donnent comme il leur plaist, sans que le mary s’en fasche. Je n’ay jamais veu mon hoste demander à une jeune femme estourdie qu’il tenoit avec soy, que devenoient les vivres, quoy qu’ils diminuassent assez viste. Je n’ay jamais oùy les femmes se plaindre de ce que l’on ne les invitoit aux festins, que les hommes mangeoient les bons morceaux, qu’elles travailloient incessamment, allans quérir le bois pour le chauffage : faisants les Cabanes, passans les peaux, & : s’occupans en d’autres œuvres assez penibles, chacun fait son petit affaire doucement, & paisiblement sans dispute » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 232-234).

26 Voir supra, p. 277-278.

27 Voir supra, p. 385 et 477.

28 28. Leclercq décrit ailleurs la réaction d’un Micmac à la mort de sa femme (voir supra, p. 384-386)

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search