Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre XV. Des mœurs des Gaspesiens

Texte intégral

1Nous vons parlé dans les Chapitres precedens, de l’origine & de la naissance des Gaspesiens ; nous avons dit comment ils étoient vêtus, logez, & nourris ; quelles étoient leur Langue, leur Religion, leurs Superstitions, les Chefs, les Souverains & les Loix de ces Peuples : il est juste à present, pour contenter pleinement la curiosité du Lecteur, de luy faire ici un portrait naturel de leurs Mœurs en general, & un abregé des bonnes & mauvaises qualitez des Gaspesiens, soit du corps, soit de l’esprit.

  • 1 Lescarbot décrit les Souriquois comme « bien membrus, bien ossus, & bien corsus, robustes à l’aven (...)
  • 2 « Estant bien composés, ilz ne peuvent faillir d’être agiles & dispos à la course », remarquait Le (...)
  • 3 Peut-être un souvenir de Sagard : « Nos Sauvages [...] vont aux festins d’un pas plus modeste & re (...)
  • 4 Lescarbot affirme : « Ilz sont tous de couleur olivatre, ou du moins bazanez comme les Hespagnols  (...)
  • 5 En France, le mot « sapin » avait souvent un sens extensif et pouvait désigner divers conifères, i (...)
  • 6 Voir Diéreville (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 296) : « Leurs dents imittent la blancheur, (...)
  • 7 Leclercq s’inspire ici de Sagard : « Cette couleur pourtant ne diminuë en rien de leur beauté natu (...)
  • 8 « S’il y a quelque borgne ou boiteux » chez les Souriquois, affirmait Lescarbot, « c’est chose acc (...)

2Ils sont tous naturellement bienfaits de corps1, d’une riche taille, haute, bien proportionnée, & sans aucune difformité ; puissans, robustes, adroits, & d’une agilité surprenante, sur tout quand ils poursuivent les orignaux2, dont la vitesse ne cede point à celle des daims & des cerfs. Les hommes sont plus grands que les femmes, qui sont presque toutes petites ; mais les uns & les autres d’un maintien grave, serieux, & fort modeste ; marchant posément, comme s’ils avoient toûjours quelque grosse affaire à ruminer, & à décider dans leur esprit3. Leur couleur est brune, olivâtre & bazanée4 ; mais leurs dents sont extrémement blanches, peut-être à cause de la gomme de sapin5, qu’ils mâchent fort souvent, & qui leur communique cette blancheur6. Cette couleur cependant ne diminuë rien de la beauté naturelle des traits de leur visage : & on peut dire avec verité, qu’on voit dans la Gaspesie d’aussi beaux enfans, & des personnes aussi bien faites qu’en France7 ; entre lesquelles il n’y a pour l’ordinaire ni bossus, boiteux, borgnes, aveugles, ni manchots8.

  • 9 Tous les voyageurs s’accordent sur le bon état de santé général des Amérindiens. Leur tendance à c (...)
  • 10 Voir Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XII, éd. Tross, p. 342 ; Le Grand Voyage, livre I (...)
  • 11 Selon Denys, les Micmacs « n’estoient point sujets à la goûte, gravelle, fiévres ny rumatismes » ((...)

3Ils jouissent d’une santé parfaite9, n’étant pas sujets à une infinité de maladies comme nous : ils ne sont ni trop gras, ni trop maigres ; & l’on ne voit pas chez les Gaspesiens, de ces gros ventres pleins d’humeurs & de graisse10 : aussi les noms de gouttes, de pierre, de gravelle, de galle, de colique, de rhumatisme, leur sont entierement inconnus11.

  • 12 Emprunt presque textuel à Sagard : « Tous les Sauvages en general, ont l’esprit et l’entendement a (...)
  • 13 Voir supra, p. 332.

4Ils ont tous naturellement de l’esprit, & le sens commun au-delà de ce qu’on se persuade en France12 ; ils conduisent adroitement leurs desseins, & prennent des moïens justes & necessaires, pour y parvenir heureusement ; sont fort éloquens & persuasifs parmi ceux de leur Nation, usant de metaphores & de circonlocutions fort agreables dans leurs harangues, qui sont tres-éloquentes13, particulierement quand elles sont prononcées dans les Conseils & les Assemblées publiques & generales.

  • 14 Voir supra, p. 450-451.
  • 15 Leclercq reprend ici les termes mêmes du jésuite Lejeune : « De plus, si c’est un grand bien d’est (...)
  • 16 Sur la tranquillité d’esprit des Gaspesiens, voir supra, p. 270-275, le plaidoyer d’un chef et le (...)
  • 17 Voir Jouvency (De Regione et Moribus Canadensium seu Barbarorum Novœ Franciœ, 1710, JR vol. 1, p. (...)
  • 18 Sur les rapports des parents amérindiens avec leurs enfants, voir supra, p. 244-246, 277-279. Cons (...)

5Si c’est un grand bien, que d’être délivré d’un grand mal, nos Gaspesiens se peuvent dire heureux ; parce qu’ils n’ont point d’avarice, ni d’ambition, qui sont les deux cruels bourreaux, qui donnent la gêne & la torture à une infinité de personnes. Comme ils n’ont ni Police, ni Charge, ni Dignité, ni Commandement qui soit absolu, n’obeissant, comme nous avons dit14, à leurs Chefs & à leurs Capitaines, qu’autant qu’il leur plaît ; ils ne se mettent guere en peine d’amasser des richesses, ni de se faire une fortune plus considerable, que celle qu’ils possedent dans leurs bois. Ils sont assez contens, pourvû qu’ils aient dequoy vivre15, & qu’ils aient la reputation d’être bons guerriers & bons chasseurs, en quoy ils mettent toute leur gloire & leur ambition. Ils aiment naturellement leur repos16, éloignant d’eux, autant qu’ils peuvent, tous les sujets de chagrin qui les pourroient troubler : d’où vient qu’ils ne contredisent jamais à personne17, & qu’ils laissent agir chacun selon sa volonté ; jusques-là même, que les peres & les meres n’osent pas corriger leurs enfans, & les souffrent dans leurs desordres, de peur de les chagriner en les châtiant18.

  • 19 Voir supra, p. 227 et 458. Voir aussi, sur ce point, Lahontan (Memoires, dans Œuvres complètes, p. (...)
  • 20 Phrase inspirée de Lejeune : « Ils font profession de ne se point fascher, non pour la beauté de l (...)

6Jamais ils ne se querellent & ne se fâchent entr’eux19, non pas à cause de l’inclination qu’ils ont à pratiquer la vertu ; mais pour leur propre satisfaction, & dans la crainte, comme nous venons de dire, de troubler leur repos, dont ils sont tout-à-fait idolatres20.

  • 21 Voir supra, p. 457, et infra, p. 501-503.
  • 22 Dans son Nouveau Voyage (p. 145), Hennepin utilisera ce passage pour montrer comment l’indissolubi (...)
  • 23 Voir supra, p. 384-386.
  • 24 Reprise textuelle d’un passage de Lejeune : « ils font estat de ne rien aimer, de ne point s’attac (...)
  • 25 Sagard affirme : « Tous les Sauvages en general [...] sont d’une humeur assez joyeuse et contente, (...)
  • 26 Maillard dira, au siècle suivant : « Il suffit chez eux d’être bon chasseur, et de bien payer ses (...)

7En effet, s’il se trouve quelque antipathie naturelle entre le mari & la femme, ou s’ils ne peuvent vivre ensemble en parfaite intelligence, ils se separent tous les deux, pour chercher ailleurs la paix & l’union qu’ils ne peuvent avoir l’un avec l’autre : aussi ne peuvent ils comprendre comment on peut s’assujettir à l’indissolubilité du mariage21. Ne vois-tu pas bien, vous diront-ils, que tu n’as pas d’esprit ? ma femme ne s’accommode point de moi, & je ne m’accommode point d’elle ; elle s’acordera bien avec tel, qui ne s’accorde pas avec la sienne : pourquoy veux tu que nous soïons quatre malheureux pour le reste de nos jours22 ? En un mot, ils ont pour maxime, que chacun est libre ; que l’on peut faire ce que l’on veut ; & que ce n’est pas avoir d’esprit, de contraindre les hommes. Il faut, disent-ils, vivre sans chagrin & sans inquietude, se contenter de ce que l’on a, & souffrir constament les disgraces de la Natureb ; parce que le Soleil, ou celuy qui a tout fait & qui gouverne tout, l’ordonne ainsi. Si quelqu’un d’entr’eux pleure, s’afflige, ou se fâche, voici tout leur raisonnement pour le consoler : Dis-moi, mon frere, pleureras-tu toujours ? seras-tu toujours fâché ? ne viendras-tu plus jamais aux danses & aux festins des Gaspesiens ? mourras-tu, enfin, en pleurant, & dans la colere où tu es à present ? Si celuy qui pleure & qui s’afflige, luy répond que non, & que dans quelques jours il reprendra sa belle humeur & sa douceur ordinaire : Hé mon frere, luy dira-t’on, tu n’as pas d’esprit : & puisque tu n’es pas dans la volonté de pleurer, ni d’être toujours fâché, pourquoy ne commences-tu pas dés à present à bannir toute l’amertume de ton cœur, & à te réjouir avec ceux de ta Nation ? En voila assez pour rendre au plus affligé de nos Gaspesiens, son repos, & sa tranquillité ordinaire23. En un mot, ils font état de ne rien aimer, & de ne point s’attacher aux biens de la terre ; afin de ne point avoir de douleur, ni de tristesse quand ils les perdent24. Ils sont, pour l’ordinaire, toûjours joïeux25, sans se mettre en peine qui païera leurs dettes26.

  • 27 Lescarbot vante la force et le courage des Souriquois à la guerre (Histoire de la Nouvelle-France,(...)
  • 28 Lejeune l’avait déjà noté dans sa Relation de 1634 (JR, vol. 6, p. 232) : « Je n’ay rien veu de si (...)
  • 29 Voir supra, p. 414, et Diéreville (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 292) : « Mais si leur inso (...)

8Ils ont de la force, & beaucoup de constance pour souffrir genereusement les disgraces ordinaires, & communes à tous les hommes. Cette grandeur de courage éclate merveilleusement dans les fatigues de la guerre, de la chasse, & de la pêche, dont ils supportent les travaux les plus rudes, avec une constance admirable27. Ils ont de la patience, à faire confusion aux Chrêtiens, dans leurs maladies28 : qu’on crie, qu’on tempête, qu’on chante & qu’on danse dans la cabanne, il est bien rare que le malade s’en plaigne ; il se contente de ce qu’on luy donne, & prend sans repugnance ce qu’on luy presente, pour le rétablir dans sa premiere santé. Ils souffrent encore patiemment les châtimens les plus rigoureux, lorsqu’ils sont convaincus qu’ils les ont meritez, & qu’on a sujet d’être fâché contr’eux : ils font même des presens considerables à ceux qui les châtient severement de leurs desordres ; afin, disent-ils, de leur ôter du cœur toute l’amertume que leur cause le crime dont ils sont coupables ; alleguant toujours pour leur excuse ordinaire, qu’ils n’avoient point d’esprit, quand ils ont fait telles & telles actions. Convaincus enfin de leur faute, on a beau les menacer de les roüer à coups de bâton, de leur percer le corps avec une épée, ou de leur casser la tête avec le fuzil ; ils se presentent eux-mêmes, pour subir ces châtimens : Frapes-moi, disent-ils, & tuës moi si tu le veux : tu as raison d’être fâché ; & moi, j’ai tort de t’avoir offensé29.

  • 30 Voir de nouveau Diéreville (ibid.) : « Mais si quelqu’un est maltraité, / Et qu’il ne l’ait point (...)
  • 31 D’après Nicolas Denys, ce sont les pêcheurs français qui « leurs ont apris à se vanger les uns des (...)

9Il n’en est pas de-même cependant, quand on les maltraite sans sujet ; car pour lors tout est à apprehender : & comme ils sont extrémement vindicatifs envers les Etrangers, ils en conservent le ressentiment dans le cœur, jusqu’à ce qu’ils soient entierement vangez de l’injure ou de l’affront qu’on leur aura fait mal à propos30. Ils s’enyvreront même tout exprés, ou ils feront semblant d’être saouls d’eau-de-vie, pour éxecuter leur pernicieux dessein ; se persuadant qu’ils seront toûjours suffisamment justifiez du crime qu’ils auront commis, quand ils diront aux Anciens & aux Chefs de la Nation, qu’ils étoient saouls ; & qu’ils n’avoient ni raison, ni jugement durant leur yvresse31.

  • 32 Lescarbot écrit : « Ilz craignent le deshonneur & le reproche [...]. Ilz sont excités à bien faire (...)

10Ils ne sçavent, pour l’ordinaire, ce que c’est que de relâcher d’une entreprise qu’ils auront formée, principalement si elle est publique, & connuë de leurs compatriots ; à cause qu’ils apprehendent d’encourir le reproche qu’on leur feroit, de n’avoir pas eu assez de cœur pour l’effectuer32.

  • 33 « Le naturel de nos Sauvages est de soy liberal », observe Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. (...)
  • 34 Au début du siècle, en décrivant le comportement des Micmacs lors des activités de traite et en ra (...)
  • 35 Sur l’Âge d’or, voir supra, p. 294, n. 34.

11Ils sont tellement genereux & liberaux, les uns avec les autres, qu’ils semblent n’avoir aucune attache au peu qu’ils possedent33 ; s’en privant tres-volontiers & d’un grand cœur, dés le moment qu’ils connoissent que leurs amis en ont besoin. Il est vrai que cette inclination genereuse souffre à present quelque alteration, depuis que les François, par le commerce qu’ils ont avec eux, les ont insensiblement accoûtumez à troquer, & à ne donner rien pour rien34 : car avant que la traite fût en usage parmi ces Peuples, c’étoit comme le siecle d’or35, & tout étoit commun entr’eux.

  • 36 Voir supra, p. 371 ; et W. D. et R. S. Wallis, The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 177-178.
  • 37 Passage emprunté à Lejeune : « Vous leur verrez nourrir leurs parents, les enfans de leurs amis, d (...)
  • 38 Medoojawae : avare, ladre (« stingy ») ; metujawa : être chiche, mesquin (« mean, niggardly ») ; l (...)
  • 39 Remarque identique chez Lejeune : « l’une de leurs grandes injures parmy eux, c’est de dire cet ho (...)

12L’hospitalité est en si grande estime chez nos Gaspesiens, qu’ils ne font presque point de distinction entre le Domestique & l’Etranger36 : ils logent également les François, & les Sauvages qui viennent de loin ; & ils distribuent de grand coeur, aux uns & aux autres, ce qu’ils ont pris à la chasse, ou à la pêche ; se mettant peu en peine qu’on demeure chez eux des semaines, des mois, & même des années toutes entieres. Ils montrent toûjours bon visage à leurs hôtes, qu’ils considerent pour lors comme s’ils étoient de la cabanne, principalement si on entend tant soit peu la langue Gaspesienne. Vous leur verrez nourrir leurs parens, les enfans de leurs maris, des femmes veuves, des orphelins, & des vieillards ; sans jamais leur faire aucun reproche de la nourriture, ou des autres secours qu’ils leur donnent. Il faut assûrément avoüer que c’est-là une veritable marque d’un bon cœur, & d’une ame genereuse37 : aussi est-il vrai de dire, que l’injure la plus sensible parmi eux, c’est de reprocher à un Sauvage, qu’il est Medousaoüek38, c’est à dire, qu’il est avare. Voila pourquoy, quand on leur refuse quelque chose, ils disent fierement. Tu es un avare : ou bien, Tu aimes cela, aimes-le donc tant que tu voudras ; mais tu seras toujours un avare, & un homme sans cœur39.

  • 40 Leclercq reprend à nouveau l’expression de Lejeune : « ils sont ingrats au possible envers les est (...)
  • 41 Expression empruntée à Sagard (« ils ne donnent ordinairement rien pour rien aux estrangers » : Hi (...)
  • 42 Voir le comportement d’Ejougouloumoüet lors de la traversée des « bois bruslez », supra, p. 371-37 (...)

13Ils sont cependant ingrats envers les François40, & ils ne leur donnent ordinairement rien pour rien41. Leur ingratitude va même jusqu’à ce point, qu’aprés les avoir nourris & entretenus des choses necessaires à la vie, dans leurs besoins & leurs necessitez, ils vous demanderont le salaire du moindre service qu’ils vous rendront42.

  • 43 Selon Biard, « ils ne cessent de se vanter, & f[ont] leur possible d’estre censés [estimés, réputé (...)
  • 44 Au début du siècle, Biard décrivait pareillement l’attitude des Micmacs à l’endroit des « navires (...)
  • 45 Voir supra, p. 274, n. 27.

14Ils aiment l’honneur43, & ils sont bien-aises d’en recevoir, lorsqu’ils viennent en traite aux Habitations Françoises44 ; & c’est aussi pour les contenter, qu’on tire quelquefois les fuzils, & même du canon à leur arrivée. Le Chef luy-même assemble tous les canots auprés du sien, & les range dans un bel ordre, avant que de descendre à terre, pour attendre le salut qu’on luy fait, & que tous les Sauvages rendent aux François, par la décharge de leurs fuzils. On admet quelquefois à table les Chefs & les Capitaines, pour montrer à tous les Sauvages de la Nation, qu’on les aime & qu’on les honore. On leur donne même assez souvent, quelque bel habit, pour les distinguer du commun, & dont ils font une estime particuliere, principalement s’il a été à l’usage du Commandant des François. Ce fut peut-être pour cette raison, qu’un bon vieillard qui m’aimoit tendrement, ne vouloit jamais paroître en aucune ceremonie, soit publique, soit particuliere, qu’avec une calotte, une paire de gands brochez, & un chapelet que je luy avois donnez : il faisoit tant d’état de mon present, qu’il se croïoit quelque chose de plus grand qu’il n’étoit, quoiqu’il fût alors tout ce qu’il pouvoit être parmi son Peuple, dont il étoit encore le Chef & le Capitaine, à l’âge de plus de cent quinze ans45. Ce bon homme se glorifioit, & se vantoit par tout, d’être mon frère, & disoit que nous étions tellement liez d’amitié l’un avec l’autre, que son cœur & le mien n’étoit plus qu’une même chose ; jusques-là même, qu’il vouloit me faire compagnie par tout où j’allois, peut-être autant pour profiter de ce que l’on me donnoit parmi les François, que pour contenter son amitié.

  • 46 Voir Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 603) : « Les Sauvages en general sont d’ail (...)

15Les Gaspesiens, cependant, sont si sensibles aux affronts qu’on leur fait, qu’ils s’abandonnent quelquefois au desespoir, & attentent même sur leur vie46 ; se persuadant que l’insulte qu’on leur a faite, ternit l’honneur & la reputation qu’ils se sont acquis, soit à la guerre, soit à la chasse.

  • 47 Diéreville relate une anecdote du même genre dans sa Relation du voyage du Port Royal (éd. Doiron, (...)
  • 48 Pierre Denys de La Ronde, dont l’habitation se trouvait à Petite Rivière (voir supra, p. 276, n. 4 (...)

16Tels furent les sentimens d’un jeune Sauvage, qui pour avoir reçû un coup de balet par mégarde, de la servante qui balaïoit la maison ; se persuada qu’il ne devoit plus survivre à cet affront imaginaire, qui grossissoit dans son idée, à mesure qu’il y faisoit reflexion47. Quoy, disoit-il en soi-même, avoir été chassé d’une maniere si honteuse, & en présence d’un si grand nombre de Sauvages mes compatriotes, & aprés cela paroître encore devant leurs yeux ? Ah, j’aime mieux mourir ! Quelle apparence de me trouver doresnavant dans les Assemblées publiques de ma Nation ? Et quelle estime aura-t’on de mon courage & de ma valeur, quand il sera question d’aller en guerre, aprés avoir été batu & chassé confusément par une Servante, de l’Habitation du Capitaine des François ? Il vaut mieux, encore un coup, que je meure. En effet il entra dans le bois, en chantant quelques chansons lugubres, qui exprimoient l’amertume de son cœur : il prit & attacha à un arbre, la courroie qui luy servoit de ceinture, & commença tout de bon à se pendre, & à s’étrangler. Il perdit bientôt le jugement, & même il eût perdu infailliblement la vie, si sa propre sœur ne se fût rencontrée par hazard, mais par un bonheur particulier, dans l’endroit même où son miserable frere s’étoit pendu. Elle coupa la corde promtement : & aprés avoir pleuré comme mort, celuy en qui elle ne voïoit plus aucune marque de vie, elle vint annoncer cette funeste nouvelle aux Sauvages qui étoient chez Monsieur Denys48. Ils allerent dans le bois, & apporterent à l’Habitation ce malheureux Gaspesien, qui respiroit encore tant soit peu. Je luy desserrai les dents ; & luy aïant fait avaller quelques cueillerées d’eau-de-vie, il revint à luy : & peu de tems aprés, il recouvra sa premiere santé.

  • 49 Voir supra, p. 468-471.
  • 50 Sur le sens de ce mot, voir supra, p. 385, n. 63.
  • 51 À quelques reprises Lahontan mentionne ce suicide du conjoint survivant : voir Memoires, dans (Œuv (...)

17Son frere s’étoit autrefois pendu & étranglé tout-à-fait, dans la Baye de Gaspé, à cause du refus qu’on luy fit, d’une fille qu’il aimoit tendrement, & qu’il recherchoit en mariage : car enfin, quoique nos Gaspesiens, comme nous avons dit, vivent joïeux & contens, & qu’ils éloignent avec application, autant qu’ils peuvent, tout ce qui peut les affliger49 ; cependant, plusieurs d’entr’eux tombent quelquefois dans une melancolie50 si noire & si profonde, qu’ils entrent tout d’un coup dans un cruel desespoir, & attentent même sur leur vie51.

  • 52 D’après le Dictionnaire historique de lu langue française, « jusqu’au xviiie s. [...] c’est un ter (...)
  • 53 La surprise de Leclercq s’explique par le fait qu’il ne saisit pas le sens du rituel funéraire mic (...)
  • 54 Nugooch’, nugaach : maintenant ; apch : de nouveau, encore ; moo (employé avec d’autres mots) : pa (...)

18Les femmes & les filles ne sont pas éxemtes, non plus que les hommes, de cette phrenesie52, s’abandonnant entierement à la douleur & à la tristesse, causée par un déplaisir qu’elles auront reçû, ou par le souvenir de la mort de leurs parens, & de leurs amis : elles se pendent & s’étranglent, comme autrefois les femmes & les filles Millesiennes, que la seule apprehension d’être exposées toutes nuës dans les places publiques, selon la Loi que l’on fit exprés, empêcha de commettre de semblables cruautez. Rien cependant n’a encore été capable jusques-ici, d’arrêter la manie de nos Gaspesiennes, dont plusieurs finiraient miserablement leur vie, si dans le tems qu’on a connoissance de leurs chagrins & de leur desespoir, par les chansons tristes & lugubres qu’elles chantent, & qu’elles font retentir dans les bois, d’une maniere tout-à-fait douloureuse, on ne les suivoit par tout, pour empêcher & prévenir les effets funestes de leur rage & de leur fureur. Il est cependant surprenant, de voir que ce chagrin & ce desespoir se dissipent presque dans un moment, & que ces Peuples, quelque affligez qu’ils paroissent, essuient tout à coup leurs larmes, arrêtent leurs soupirs, & reprennent leur premiere tranquillité53 ; protestant à tous ceux qui les accompagnent, qu’ils n’ont plus d’amertume dans le cœur. Ndegouche, disent-ils, apche mou, adadafeou, apche mou oüahgahi, apche mou kedoukichtonebilchi54. Voila mon chagrin passé ; je t’assûre que je ne pleurerai plus, & que j’ai perdu le dessein de me pendre & de m’étrangler.

19Ils sont doux, paisibles, traitables ; aïant beaucoup de charité, d’amour & de tendresse les uns pour les autres : bons à leurs amis, cruels & impitoïables à leurs ennemis : errans & vagabons, industrieux cependant, & fort adroits à tout ce qu’ils entreprennent ; jusqu’à faire des fûts de fuzils, aussi bien qu’on en peut faire en France. J’en ai vû quelques-uns qui avoient fait des serrures de bois, & les clefs de-même, sur le modele de celle qui servoit à fermer nôtre cassette, dans laquelle étoient renfermez les ornemens de la Chapelle qui étoit à mon usage.

  • 55 « Quant à l’extérieur habit, port & façon, les femmes & filles sont fort pudiques & honteuses », a (...)
  • 56 Le jésuite Perrault remarquait en 1635 : « Pour l’honnesteté, ils l’ont en telle recommandation, a (...)

20On peut dire, à la louange & à la gloire de nos Gaspesiennes, qu’elles sont fort modestes, chastes & retenuës, au delà de ce qu’on peut s’imaginer55 ; & je peux dire, avec verité, que je me suis particulierement dévoüé à la Mission de la Gaspesie, à cause de l’inclination naturelle que les Gaspesiens ont pour l’honnêteté. On n’entend pas dans leurs cabannes, aucunes paroles deshonnêtes, ni même de ces discours qu’on appelle à double entente. Jamais ils ne prennent devant le monde, aucune liberté, je ne dirai pas criminelle, mais même les plus indifferentes ; point de baisers, point de badinerie parmi les jeunes gens de different sexe : en un mot, tout se dit, & se fait dans leur cabanne, avec beaucoup de modestie & de reserve56.

  • 57 Leclercq semble se souvenir ici de Sagard : « La jeunesse entre nos Hurons, Quicunontateronons & a (...)
  • 58 En 1616, Biard écrit que « les hommes [...] sont fort mal edifiés, quand quelque fol François ose (...)

21Il n’en est pas de nos Sauvagesses, comme de ces filles de quelques Nations de ce nouveau Monde, qui font gloire de se prostituer au premier venu57, & que les pères & les meres presentent eux-mêmes aux Chasseurs & aux Guerriers les plus fameux & les plus considerables : toutes ces prostitutions honteuses sont en horreur & en abomination parmi nos Gaspesiens58 ; & on voit sans admiration des jeunes Sauvagesses assez chastes & pudiques, pour servir d’éxemple, & apprendre à celles de leur sexe, l’amour & l’estime qu’elles doivent avoir pour la pudeur & la chasteté. J’en ai vû une, qui sollicitée puissamment de se rendre aux poursuites & aux prieres d’un jeune Guerrier, qu’elle ne pouvoit aimer sans la perte de son honneur, qui luy étoit aussi-cher que sa vie ; & voulant en éviter les poursuites insolentes, se déroba de la cabanne de son pere, & s’en éloigna de plus de cinquante lieuës, avec une de ses compagnes, marchant sur les glaces & dans la neige, où elle aima mieux passer les nuits en plein Hiver, sur quelques branches de sapin, que de s’exposer à commettre un crime qu’elle detestoit infiniment dans son cœur. Le jeune Sauvage la chercha inutilement dans la compagnie des autres Sauvagesses, qui ne pouvant s’imaginer ce qu’étoit devenuë leur compagne, apprehenderent qu’elle ne fût tombée dans quelque precipice, ou qu’elle n’eût attenté sur sa vie, dans le déplaisir & le chagrin qu’elle avoit, de se voir persecuté par la brutalité de son amant : tous les Sauvages cependant, furent agreablement surpris, quand cette fille parut quelque-tems aprés, à la cabanne de son pere, auquel elle fit le recit du sujet & de la cause de son absence.

  • 59 Voir infra, p. 487-490.
  • 60 Construite sur le modèle de l’expression bien connue In vino veritas, cette formule pourrait se tr (...)

22Je ne pretens pas cependant conclure, par tout ce que je viens de dire, que la chasteté ait un empire absolu sur tous les cœurs de nos Gaspesiennes ; puisqu’on voit chez elles quelques filles & des femmes libertines, qui vivent sans honneur : mais enfin, il est vrai que la boisson d’eau-de-vie & l’yvrognerie, causent ces déreglemens59, selon le proverbe, In vino Venus60 ; puisque celles qui n’en boivent pas sont si jalouses de leur honneur, que non-seulement elles ne s’abandonnent pas au mal ; mais au contraire, elles vont même jusques à défaire & rendre tout confus, par leur forte & genereuse resistance, ceux qui ont l’insolence & la temerité de les solliciter à la moindre action criminelle, qui peut les écarter de leur devoir.

  • 61 Voir Lejeune (Relation de 1633, JR, vol. 5, p. 196) : « leur volonté [...] est extrémement volage (...)
  • 62 Leclercq s’inspire ici de Lejeune, qui reprochait aux Montagnais les mêmes « vices » et « imperfec (...)

23Ils sont naturellement volages61, moqueurs, médisans, & dissimulez : ils ne sont fideles à leurs paroles, qu’autant qu’ils sont retenus ou par la crainte, ou par l’esperance ; & ils croiroient qu’on n’aurait pas d’esprit, d’être fidele contre son interêt62.

  • 63 Au cours d’un festin de guerre rapporté par Maillard en 1755, les Micmacs jurent ainsi, par le sol (...)
  • 64 Dès le début du xviie siècle, Biard se plaignait du piètre exemple que les Français de Port-Royal (...)

24Leurs juremens se font comme ceux des Romains ; ils jurent par le Soleil, qu’ils ont adoré comme leur Divinité ; par leurs enfans, par leurs peres, & par tout ce qu’ils estiment de plus cher & de plus considérable63 : comme les Romains, qui juraient autrefois par Jupiter, par César, & par les Dieux immortels. Il est vrai que nos Gaspesiens mettent quelquefois les doigts en croix, en invoquant le saint Nom de JESUS, quand ils jurent pour quelque chose de la derniere consequence : il y en a même quelques-uns qui jurent & blasphement le saint Nom de Dieu comme les François, qui servent, par leurs mauvais exemples, de pierres de scandale à ces Peuples64, par les blasphémes éxecrables qu’ils vomissent contre celuy que les Anges adorent dans le Ciel, & que les Demons reverent dans les abîmes de l’Enfer.

  • 65 Traduction : Le rustre ne connaît pas la civilité (ou : ne sait acquérir les bonnes manières). Voi (...)
  • 66 S’esquisse ici une critique des bienséances que le Huron Adario reprendra vigoureusement dans le d (...)
  • 67 Lescarbot, dont s’inspire peut-être Leclercq, voyait dans ce geste une marque de « noblesse » : «  (...)
  • 68 Passage emprunté à Lejeune : « & cependant il n’y a aucune incivilité parmy eux ; car tout ce qui (...)

25Jamais on n’a pû mieux appliquer qu’à nos Gaspesiens, les paroles du Distique, Rustica progenies nescit habere modum65 ; parce qu’en effet ils ne sçavent ce que c’est de civilité, ni de bienseance. Comme ils s’estiment tous égaux, aussi grands, aussi riches, aussi puissans les uns que les autres, ils se moquent ouvertement de nos reverences, de nos complimens, & de nos accolades66 : ils n’ôtent jamais leur bonnet, quand ils entrent dans nos Habitations, cette ceremonie leur paroît trop embarrassante, ils jettent leurs presens par terre, au pied de celuy auquel ils les veulent donner67, & fument une pipe de tabac, auparavant que de parler : Tiens, disent-ils, prens le present queje te donne de tout mon cœur. Voila l’unique compliment qu’ils font en ce rencontre : & cependant tout est civil chez eux ; car tout ce qui donne du contentement aux sens, passe pour honnête68.

  • 69 Ce passage rappelle le chapitre VI de la Relation de 1634 par Lejeune (JR, vol. 6, p. 260) : « J’a (...)
  • 70 Remarque semblable chez Sagard : « D’escumer le pot jamais il ne s’en parle non plus que de laver (...)
  • 71 Lejeune rapportait en 1633 : « Ils sont si enragez contre tout ce qui leur fait du mal, qu’ils man (...)
  • 72 L’observation est attestée par l’historien jésuite Jouvency (De Regione et Moribus Canadensium seu (...)
  • 73 Diéreville note plutôt que si un Micmac « se sentoit pressé, mais vous le dirai-je ? d’un vent, ma (...)
  • 74 Traduction : Il n’est pire corruption que du meilleur.

26Ils sont sales & vilains dans leurs cabannes, dont les avenües sont remplies d’ordures, de plumes, de copeaux, de raclures de peaux69, & assez souvent des entrailles des animaux ou des poissons qu’ils prennent, à la chasse, ou à la pêche : dans leur manger, ils ne lavent que superficiellement la viande avant que de la mettre au feu, & n’écurent jamais la chaudiere, que la premiere fois qu’ils s’en servent70 : leurs habits sont tous crasseux par le dehors & par le dedans, & remplis d’huile & de graisse, dont la puanteur fait souvent mal au cœur. Ils cherchent la vermine devant tout le monde, sans se détourner tant soit peu : ils la font marcher par divertissement sur leurs mains ; & ils la mangent71, comme si c’étoit quelque chose de bon. Ils trouvent l’usage de nos mouchoirs ridicule ; ils se moquent de nous, & disent que c’est mettre des ordures dans sa poche72. Enfin, quelque calme qu’il fasse au dehors de la cabanne, il y regne toûjours un vent du ponant tres-incommode, que ces Sauvages lâchent fort librement73, surtout lorqu’ils ont mangé beaucoup d’orignac, duquel on peut dire, Corruptio optimi pessima74.

  • 75 Hennepin voyait aussi dans cette « indifference qu’ils ont pour toutes choses » « le premier obsta (...)
  • 76 Voir infra, p. 487.

27L’opposition est grande au Christianisme, du côté de leur indifference75, de leur insensibilité, & des autres défauts que nous avons remarquez : mais elle ne l’est pas moins aussi du côté de l’yvrognerie, qui est le vice prédominant de nos Gaspesiens ; & je peux même dire, avec verité, que c’est un des plus puissans obstacles à la conversion de ces Peuples76.

  • 77 Voir supra, p. 281.
  • 78 Lescarbot raconte une anecdote de ce genre : « On leur montra, en pressant le raisin dans le verre (...)
  • 79 Tous les observateurs ont été frappés par la surconsommation d’alcool et la recherche systématique (...)

28Ces Barbares, qui prenoient autrefois le vin pour du sang77, l’eau de vie pour du poison78, & qui fuïoient avec horreur les François qui leur presentoient ces liqueurs, sont aujourd’hui si passionnez pour ces sortes de boissons, qu’ils se font un principe d’honneur, de se saouler comme des bêtes, & ne boivent, à proprement parler, que pour s’enyvrer79 : ce qui oblige les Missionnaires de regarder avec douleur la traite immoderée de l’eau-de-vie dans le Canada, comme l’un des obstacles le plus pernicieux que le Demon pouvoit susciter, au salut des François, & à l’établissement de la Foi parmi ces Nations infideles & barbares ; attendu que tous les vices & les crimes qui se trouvent ordinairement separez les uns des autres, se reünissent dans la seule traite d’eau-de-vie, lorsqu’elle se fait sans regle & sans moderation.

  • 80 Denys parle dans les mêmes termes des abus commis par les pêcheurs dans le commerce de l’eau-de-vi (...)

29L’avarice, l’interêt, & la cupidité déreglée d’amasser des richesses que le Fils de Dieu a condamnées, par le choix qu’il a fait de la pauvreté Evangelique, est la source malheureusement feconde, des desordres surprenans que commettent ceux qui commercent & qui traitent de l’eau-de-vie aux Sauvages : car vous remarquerez, s’il vous plaît, qu’ils les enyvrent tout exprés ; afin que ces pauvres Barbares étant privez de l’usage de raison, ils les puissent tromper plus facilement, & avoir presque pour rien leurs pelleteries, qu’ils ne leur donneroient que pour un prix juste & raisonnable, s’ils étoient dans leur bons sens. Ce commerce est frauduleux, & oblige à restitution, au prorata de ce que la chose peut valoir ; selon les formalitez de la traite ; ces Barbares n’aïant pas dans leur yvresse la liberté, ni le jugement qu’il faut pour conclure un marché de vente ou d’achat, qui demande un consentement libre & mutuel de part & d’autre80.

  • 81 En 1672, Denys consignait une observation similaire : « pour acheter de l’eau de vie pour lors fau (...)

30Comme il n’est pas permis de vendre de l’eau pour du vin, ou pour de l’eau-de-vie, selon qu’il arrive assez souvent, par le mélange de ces liqueurs dans la vente & la distribution de ces sortes de boissons : c’est aussi le second déreglement dont sont coupables nos Traiteurs d’eau-de-vie, qui colorent cette injustice du titre de charité ; alleguant pour raisons, qu’ils font cette mixtion afin de ne pas enyvrer les Sauvages. Il est vrai qu’ils seroient en quelque maniere excusables, s’ils les récompensoient par d’autres marchandises : mais on sçait bien qu’ils n’en font rien du tout ; qu’ils retirent le même profit, que s’ils vendoient loïalement, & qu’ils les enyvrent encore par ces liqueurs mixtionnées ; se rendant ainsi, par ce malheureux commerce, les maîtres non-seulement des pelleteries des Sauvages, mais même des couvertures, fuzils, haches, chaudieres, &c. qu’ils leur auront vendu bien cherement : en sorte que ces pauvres Barbares se voient tout nuds, & dépouïllez des pelleteries & des marchandises qu’ils avoient apportées, & traitées pour leur usage, & pour l’entretien de leur famille81.

  • 82 L’« impureté » et la violence physique sont les « désordres » liés à la consommation d’alcool les (...)
  • 83 Pour Denys, les Amérindiennes elles-mêmes « se vont cacher dans les bois » pour y attendre les mat (...)
  • 84 Voir supra, p. 479-481.

31L’impureté, les adulteres, les incestes, & plusieurs autres crimes que la pudeur m’empêche de nommer, sont les déreglemens ordinaires qui se commettent par la traite d’eau-de-vie82, de laquelle plusieurs Traiteurs se servent pour abuser des Sauvagesses83, qui s’abandonnent facilement durant leur yvresse, à toute sorte d’impudicité ; quoique d’ailleurs, comme nous avons dit84, elles donneroient plutôt un soufflet, qu’un baiser, à quiconque les voudroit porter au mal, si elles étoient presentes à elles-mêmes.

  • 85 Voir supra, p. 468 ; aussi Boucher (Histoire veritable et naturelle, p. 95) : « [...] on n’avoit j (...)
  • 86 Voir, par exemple, Lejeune (Relation de 1632, JR, vol. 5, p. 48-50) : « [...] depuis que je suis i (...)

32Les injures, les querelles, les homicides, les meurtres & les parricides, sont encore aujourd’hui les suites funestes de la traite d’eau-de-vie : & on voit avec douleur, des Sauvages mourir dans leur yvresse, s’étrangler eux-mêmes ; le frere, couper la gorge à sa sœur ; le mari, casser la tête à sa femme ; une mère, jetter son enfant dans le feu, ou dans la riviere ; & le pere, étoufer cruellement des petits innocens, qu’ils cherissent & qu’ils aiment autant, ou plus qu’eux-mêmes, quand ils ne sont pas privez de raison. C’est un jeu pour eux, d’aller tout rompre & briser dans les cabannes ; de crier à pleine tête, des heures toutes entieres, en repetant toûjours le même mot ; ils se batent & se déchirent à belles-dents ; ce qui ne leur arrive jamais, ou du moins tres rarement, hors de la boisson85. Les François mêmes ne sont pas éxemts de la fureur bachique de ces Barbares, qui par un effet de la colere de Dieu justement irrité contre une conduite si peu Chrêtienne, pillent, ravagent & brûlent quelquefois leurs maisons, leur magazin, & en viennent assez souvent à des extrémitez plus fâcheuses86.

  • 87 Arrivé à Québec en 1659, Mgr de Laval s’était dès l’année suivante attaqué à la traite de l’eau-de (...)

33J’abrege une infinité d’autres desordres de la traite immoderée qui se fait à nos Sauvages, du vin, de l’eau-de-vie, & de toute autre boisson enyvrante, pour justifier le zele de Monseigneur l’Evêque de Québec87, des Recollets, & des autres Missionnaires, qui se sont hautement déclarez contre ces desordres ; avec d’autant plus de justice, qu’ils ont reconnu par une longue experience, qu’elle étoit la cause funeste de la perte des biens spirituels & temporels des François & des Sauvages de la Nouvelle France ; & que parmi un grand nombre d’obstacles, de superstition, d’insensibilité, d’aveuglement, d’indifference, d’impureté, qui s’opposent à la conversion de ces Nations Infideles, il y auroit toûjours bien moins d’apparence d’établir solidement un veritable Christianisme chez ces Peuples, aussi longtems qu’on les saouleroit, & qu’on ne garderoit aucune regle, ni aucune moderation dans la distribution & le commerce de l’eau-de-vie. C’étoit aussi, peut-être, ce que vouloit me dire ce jeune libertin, qui ne se mettant aucunement en peine du salut des Sauvages, pourvû qu’il en eût les pelleteries, pour satisfaire à son ambition & à ses interêts, se vantoit qu’il ferait plus de mal avec une bouteille d’eau-de-vie, que les Missionnaires ne leur sçauroient faire de bien avec une bouteille d’eau-benîte ; c’est à dire qu’il damnerait plus de Sauvages en les saoulant, que les Missionnaires n’en sauveraient en les instruisant des veritez du Christianisme.

  • 88 Voir supra, p. 486, n. 79.
  • 89 D’après un mémoire de Colbert, daté du 24 mai 1678 et portant sur « la difficulté de la traitte de (...)

34Je ne veux pas m’arrêter ici, aux raisons que nos Traiteurs alleguent pour justifier l’injustice de leur procedé ; disant qu’il faudroit fermer les Cabarets en France : que ce n’est pas un peché de saouler un François, encore moins un Sauvage, en l’excitant même à boire ; quoique l’on sçache qu’ils ne prennent de l’eau-de-vie expressément que pour s’enyvrer88, ces Barbares ne trouvant pas de plaisir dans cette boisson, qu’autant qu’elle leur fait perdre entierement le jugement & la raison : que ce seroit ruiner absolument le commerce & le trafic de la Colonie, si on ne donnoit pas d’eau-de-vie aux Sauvages ; à cause que ces Barbares se retireroient chez les Anglois & les Hollandois, de la Nouvelle Angleterre, & de la Nouvelle Hollande89 : qu’enfin, il faudroit un Reglement de Police, & sur tout, point d’acceptation de personnes, ni de parens, ni d’amis ; mais que la traite fût accordée à tout le monde, pour en user avec moderation : afin que le profit du commerce ne fût pas, comme il avoit été autrefois, du côté de ceux ausquels on avoit accordé la traite, privativement à tout autre ; sous pretexte, disoit-on, qu’ils n’enyvroient pas les Sauvages, parmi lesquels cependant on voïoit beaucoup de desordres & de déreglemens.

  • 90 Le Premier Etablissement de la foy veut en effet montrer qu’au Canada, comme dans « tous les pais  (...)

35Il seroit fort aisé de répondre à toutes ces raisons ; mais comme la pluspart se détruisent d’elles-mêmes, je dirai seulement, qu’il seroit à souhaiter qu’on fît un Reglement de police, sous des peines rigoureuses, pour arrêter les desordres de cette malheureuse boisson : que la traite fût commune, sans acceptation de personne, afin d’éviter toute jalousie : & qu’enfin, chacun voulût bien relâcher quelque chose de ses intérêts ; afin de faciliter la conversion de ces Peuples, & l’établissement du Christianisme parmi ces Barbares, en les habituant & humanisant avec nous, selon l’ancien projet des RR. PP. Recollets de la Province de Paris, qui ont l’honneur d’avoir été les premiers Apôtres de ce nouveau Monde, comme je l’ai fait voir dans le premier établissement de la Foi dans la Nouvelle France90.

Notes

1 Lescarbot décrit les Souriquois comme « bien membrus, bien ossus, & bien corsus, robustes à l’avenant : [...] ilz sont bien formés en perfection naturele » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. IX, éd. Grant, t. III, p. 378-379). Le jésuite Biard observe : « Universellement parlant ils sont de taille un peu moindre que nous, principalement quant à l’espaisseur : Belle toutesfois & bien prinse, comme si nous demeurions en l’estat qu’avons à l’age de vingt & cinq ans » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 74). Parlant des Micmacs du Cap-Breton, son confrère Julien Perrault consigne en 1635 : « pour ce qui est du corps, ils n’ont rien de monstrueux ; vous y voyez des gens bien-faits, d’un beau visage, & d’une riche taille, forts Se puissans » (« Relation de quelques particularitez, du lieu & des Habitans de liste du Cap Breton », dans Lejeune, Relation de 1635, JR, vol. 8, p. 158). La majorité des observateurs, français, anglais et hollandais (voir V. J. Vogel, American Indian Medicine, p. 149-152) ont souligné les qualités physiques des Amérindiens. Voir, par exemple, Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XII, éd. Tross, p. 342 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XIV, éd. Warwick, p. 220) : « ils sont tous generalement bien formez & proportionnez de leurs corps, & sans difformité aucune » ; Lejeune (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 228) : « Si nous commençons par les biens du corps, je diray qu’ils les possedent avec avantage : ils sont grands, droicts, forts, bien proportionnez, agiles, rien d’effeminé ne paroist en eux » ; Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 104) : « ils sont grands, d’une taille superieure à la nôtre, bien faits, bien proportionnez, d’un bon tempérament, lestes, forts, & adroits ; en un mot pour les qualités du corps, ils ne nous cedent en rien, si même ils n’ont sur nous quelque avantage ». Voir aussi « Lettre du P. François du Peron au P. Joseph-Imbert du Peron, son Frère, le 27 avril 1639 » (JR vol. 15, p. 154), Boucher (Histoire veritable et naturelle, p. 92), Hennepin (Nouveau Voyage, p. 176), Lahontan (Memoires, dans Œuvres complètes, p. 632, 682), Raudot (Relation par lettres, p. 63) et Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 618-619). Sur l’acuité sensorielle des Amérindiens, voir encore notamment Lescarbot (op. cit., p. 380 et 808), Diéreville (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 248-249, 303), Bressani (Relation de 1653, JR, vol. 38, p. 257-259) et Lafitau (op. cit., t. II, p. 245-246).

2 « Estant bien composés, ilz ne peuvent faillir d’être agiles & dispos à la course », remarquait Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. IX, éd. Grant, t. III, p. 379). Biard disait les Micmacs « plus agiles à courir » que les Français (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 92).

3 Peut-être un souvenir de Sagard : « Nos Sauvages [...] vont aux festins d’un pas plus modeste & representans ses magistrats, s’y comportent avec la mesme modestie & silence, & s’en retournent en leurs maisons & cabanes avec la mesme sagesse : de maniere que vous diriez voir en ces Messieurs là, allant à leur brouet, les vieillards de l’ancienne Lacedemone » (Histoire du Canada, livre II, chap. XV, éd. Tross, p. 278 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. IX, éd. Warwick, p. 199-200). Voir également J. Perrault (« Relation de quelques particularitez, du lieu & des Habitans de l’Isle du Cap Breton », dans Lejeune, Relation de 1635, JR, vol. 8, p. 160) : « Vous ne voyez paroistre en leurs gestes & démarches aucune sottise ou niaiserie, mais plutost une certaine gravité & modestie naturelle, qui les rend aimables. »

4 Lescarbot affirme : « Ilz sont tous de couleur olivatre, ou du moins bazanez comme les Hespagnols : non qu’ilz naissent tels, mais étans le plus du temps nuds ilz s’engraissent les corps, & les oignent quelquefois d’huile de poisson, pour se garder des mouches » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. IX, éd. Grant, t. III, p. 375-376). Sagard s’inspire de ce passage dans le chapitre « De la forme, couleur et stature des Sauvages » : « Toutes les Nations & peuples Indiens, & Sauvages que nous avons veus en nostre voyage, sont presque tous de couleur brune, olivatre ou bazanné [...] non qu’ils naissent tels, mais cela vient de la nudité, de l’ardeur du Soleil qui leur donne à plomb sur le dos, & de diverses graisses, huyles, & peintures, desquelles ils se frottent & peignent souvent tout le corps » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXII, éd. Tross, p. 341 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XIV, éd. Warwick, p. 220). Julien Perrault tient les mêmes propos à l’égard des Micmacs du Cap-Breton : « Leur charnure est blanche naturellement, comme en font foy les petits enfans ; mais le hasle du Soleil, & les frictions d’huile de Loup marin, & de graisse d’Orignac, les rend fort bazanez, à mesure qu’ils croissent » (« Relation de quelques particularitez, du lieu & des Habitans de l’Isle du Cap Breton », dans Lejeune, Relation de 1635, JR, vol. 8, p. 158). Voir également Diéreville ( Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 294-295), Lahontan (Memoires, dans Œuvres complètes, p. 633), Raudot (Relation par lettres, p. 63) et Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 104).

5 En France, le mot « sapin » avait souvent un sens extensif et pouvait désigner divers conifères, incluant les trois espèces d’épinette (blanche, noire et rouge), le sapin proprement dit et quelquefois la pruche (J. Rousseau, « Pierre Boucher, naturaliste et géographe », dans Boucher, Histoire veritable et naturelle, p. 283 ; J. C. Webster, édit., Voyage to Port Royal, p. 74, n. 1 ; aussi Charlevoix, Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 379 : « Il y a quatre espèces de Sapin en Canada. La première ressemble à la nôtre ; les trois autres sont l’Epinette blanche, l’Epinette rouge, & la Perusse »). Les Amérindiens utilisaient largement la gomme d’épinette comme gomme à mâcher. Ils mâchaient également la gomme des conifères pour la rendre propre à d’autres fins : calfatage des canots (Denys, Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 592 ; et L. Nicolas, « Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 31-32), usages thérapeutiques (voir infra, p. 570), etc. (J. Rousseau, op. cit., p. 285; F. G. Speck, « Medicine Practices of the Northeastern Algonquians », dans Proceedings of the Nineteenth International Congress of Americanists, p. 309).

6 Voir Diéreville (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 296) : « Leurs dents imittent la blancheur, / Et de la neige & de l’albâtre » ; et Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XXII, éd. Tross, p. 341 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XIV, éd. Warwick, p. 220) : « ils ont [les dents] merveilleusement blanches ». Voir également Charles Lalemant (« Lettre [...] au superieur de la mission de Canadas », JR, vol. 4, p. 204), Relation de 1657-1658 (JR, vol. 44, p. 284), Lamothe Cadillac (« Relation du sieur de Lamothe Cadillac », dans P. Margry, Découvertes et établissements, vol. 5, p. 86) et Lahontan (Mémoires, dans Œuvres complètes, p. 633). Comme Leclercq, Denys attribuait à la gomme de sapin la blancheur particulière des dents des femmes micmaques : « [On les] accoûtumoit [...] de jeune âge au travail, & à tout ce qu’il y avoit à faire, mesme à mâcher de la gomme de sapin, aussi n’avoient-elles jamais mal aux dents, qu’elles avoient bien arrangées & blanches comme de la nege : si les Dames de France se servoient de cette gomme, je ne doute point qu’elles n’en tirassent les mesmes avantages : car il est bon de remarquer icy que les hommes qui vivoient d’un mesme regime n’avoient pas neantmoins les dents si belles que les femmes qui estoient obligées de macher la gomme de sapin pour calfetter leurs canots » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 592-593).

7 Leclercq s’inspire ici de Sagard : « Cette couleur pourtant ne diminuë en rien de leur beauté naturelle, des traicts de leur visage, ny de la juste proportion de leurs corps, qui ne cedent en rien à ceux d’icy, car ils sont tous generalement bien formez & proportionnez sans difformité aucune, marchent droit avec un maintien grave & modeste, sans estre aucunement courbé, bossu, vouté, boiteux, borgnes ou aveugles, d’où vous voyez d’aussi beaux enfans, & des personnes d’aussi bonne grace qu’il y en sçauroit avoir en France [...] » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXII, éd. Tross, p. 342 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XIV, éd. Warwick, p. 220-221). Sagard se souvenait lui-même de Lescarbot : « Et puis dire en asseurance & verité » avoir vu chez les Souriquois « d’aussi beaux fils & filles qu’il y en sçauroit avoir en France » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. IX, éd. Grant, t. III, p. 378).

8 « S’il y a quelque borgne ou boiteux » chez les Souriquois, affirmait Lescarbot, « c’est chose accidentaire, & du fruit de la chasse » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. IX, éd. Grant, t. III, p. 379). Biard : « Vous ne rencontreriez point entr’eux un ventru, bossu, ny contre-fait : [...] ceux d’entre nous qui sont tarez, comme borgnes, lousches, camus, &c. sont aussi tost remarqués par eux, & mocqués largement, specialement par derriere, & quand ils sont entr’eux » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 74). L’absence de tares physiques chez les Amérindiens est un thème récurrent dans la littérature de voyage des xviie et xviiie siècles. Voir encore, par exemple, Boucher (Histoire veritable et naturelle, p. 92) : « on en voit fort peu parmy eux qui ayent des defauts de nature, comme d’estre louches, bossus, boiteux, à moins qu’il ne leur soit arrivé par accident » ; Lahontan (Memoires, dans Œuvres complètes, p. 633) : « Il est très-rare d’en voir de boiteux, de borgnes, de bossus, d’aveugles, de muets, &c » ; et Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 360) : « On voit parmi eux peu de gens contrefaits de naissance. » Constantin-François de Volney, voyageur français en séjour chez les Miamis au début du xixe siècle, s’interrogera sur cette parfaite conformation des autochtones : « si l’on ne voit jamais parmi eux ni boîteux, ni manchot, ni bossu, ni aveugle, avant d’en tirer des inductions trop favorables pour leur genre de vie, il est bon d’observer que tout sujet né faible périt nécessairement de bonne heure par l’effet des fatigues : il arrive même que les parens délaissent ou détruisent l’enfant mal conformé qui leur serait à charge » (« Observations générales sur les Indiens ou Sauvages de l’Amérique-Nord », dans Tableau du climat et du sol des États-Unis d’Amérique, p. 443-444). D’autres interprétations seront avancées pour expliquer la rareté des infirmités chez les Amérindiens, notamment la sélection naturelle (dont Volney invoque déjà le principe) et la difficulté qu’auraient éprouvée les femmes indiennes handicapées à trouver un mari (alors que les Européennes y arrivaient sans trop de peine si elles étaient fortunées) : voir V. J. Vogel, American Indian Medicine, p. 155-156.

9 Tous les voyageurs s’accordent sur le bon état de santé général des Amérindiens. Leur tendance à comparer, toutefois, et à évaluer la santé des autochtones en fonction d’affections communes en France, mais parfois inconnues en Amérique, peut donner l’illusion que les Indiens étaient exempts de maladies. Selon Robert Larocque (« L’introduction de maladies européennes chez les autochtones des xviie et xviiie siècles », RAQ vol. 12, n° 1, 1982, p. 13-24), les documents ethnohistoriques du xvie au xviiie siècle laissent croire qu’avant la période de contact avec les Européens les Amérindiens d’Amérique du Nord souffraient de maladies du système respiratoire (catarrhe et rhume, pleurésie, tuberculose pulmonaire), de syphilis (probablement dans plusieurs régions, mais moins certainement dans le Nord-Est), de scorbut (les Algonquiens de l’Est, notamment, ne connaissaient pas de remède à la maladie), d’affections oculaires (surtout attribuables à l’accumulation de fumée dans les habitations). L’examen d’ossements humains de la période précolombienne (voir G. Gagné, « La paléopathologie humaine en Amérique du Nord : un aperçu », RAQ vol. 12, n° 1, 1982, p. 3-11 ; et R. Larocque, « Les maladies chez les Iroquoiens préhistoriques », RAQ vol. 18, n° 1, 1988, p. 165-180) montre aussi l’existence probable de pathologies des os et des articulations (tuberculose osseuse, périostite, arthrose, ostéophytose vertébrale, arthrite rhumatismale), de syphilis, de tumeurs et d’anémie. Les principales maladies contagieuses (variole, rougeole, fièvre jaune, peste bubonique, typhus) ont été introduites en Amérique par les Européens ; l’action conjuguée des agents infectieux et de certains facteurs liés au processus de colonisation (installation à demeure des Européens, incitation des autochtones nomades à la sédentarisation, augmentation de la taille des groupes humains, etc.) explique l’éclosion des épidémies dévastatrices des xviie et xviiie siècles (voir R. Larocque, « Le rôle de la contagion dans la conquête des Amériques : importance exagérée attribuée aux agents infectieux », RAQ vol. 18, n° 1, p. 5-16).

10 Voir Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XII, éd. Tross, p. 342 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XIV, éd. Warwick, p. 220) : « il n’y a pas mesme de ces gros ventres pleins d’humeurs & de graisse, que nous avons icy, car ils ne sont ny trop gras ny trop maigres, aussi n’ont-ils pas trop de quoy s’engraisser, & c’est ce qui les maintient en santé, & exempts de beaucoup de maladies, ausquelles nous sommes sujets par trop faire bonne chere ».

11 Selon Denys, les Micmacs « n’estoient point sujets à la goûte, gravelle, fiévres ny rumatismes » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 589). Biard affirme que « ladres, gouteux, pierreux, insensés, ils ne sçavent ce que c’est » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 74). Pour des remarques relatives à d’autres groupes amérindiens ou aux autochtones en général, voir Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XLI, éd. Tross, p. 598) : « ils sont tellement bien composez qu’ils sont rarement malades, & encores plus rarement goutteux, graveleux, hypocondres ou pulmoniques » ; Hennepin (Nouveau Voyage, p. 176) : « Ils ne sont ni gouteux, ni hydropiques, ni sujets à la gravelle, ni fievreux » ; Lahontan (Mémoires, dans Œuvres complètes, p. 637) : « Les Sauvages sont fort sains & exemts de quantité de maladies dont nous sommes attaquez en Europe, comme de paralisie, d’hidropisie, de goute, d’éthisie, d’asme, de gravelle & de pierre » ; Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 360) : « ils ne sont sujets ni aux goutes, ni aux graveles, ni aux apoplexies, ni aux morts subites » ; et Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 713) : « La Goute, la Gravelle, la Pierre, l’Apoplexie, & quantité d’autres Maux, si communs en Europe, n’ont point encore pénétré dans cette partie du Nouveau Monde parmi les Naturels du Pays. » Malgré l’unanimité des témoignages, il semble qu’il faille en tempérer parfois le caractère absolu et interpréter plutôt comme relativement rares certains de ces maux « entierement inconnus » des Amérindiens. Quant au rhumatisme, les autochtones paraissent non seulement l’avoir connu, mais encore y avoir été fréquemment sujets. Voir Kalm (Voyage de Pehr Kalm au Canada en 1749, p. 151) : « Les maladies qui se rencontrent le plus souvent chez les Sauvages d’Amérique sont, dit-on, les douleurs rhumatismales et la pleurésie. Elles sont provoquées en partie par le fait que ces gens sont souvent obligés de coucher durant la nuit en forêt et dans des endroits humides, et en partie à cause des rapides passages du chaud au froid, et vice-versa » ; et C.-F. Volney (« Observations générales sur les Indiens ou Sauvages de l’Amérique-Nord », dans Tableau du climat et du sol des États-Unis d’Amérique, p. 447) : « Les rhumatismes les fatigueraient davantage s’ils n’avaient pas l’usage des fumigations, au moyen des cailloux ardens. » Les nombreux remèdes mis au point par les Indiens contre le rhumatisme témoignent encore de son extension parmi eux (W. H. Carter, Medical Practices and Burial Customs of the North American Indians, p. 46 ; E. Stone, Medicine among the American Indians, p. 49-53 ; V. J. Vogel, American Indian Medicine, p. 161, 207-209).

12 Emprunt presque textuel à Sagard : « Tous les Sauvages en general, ont l’esprit et l’entendement assez bon, et ne sont point si grossiers et si lourdauds que nous nous imaginons en France » (Le Grand Voyage, livre I, chap. XV, éd. Warwick, p. 223). Au témoignage de Biard, les Micmacs « ont l’esprit assez gaillard & net, quant à l’estime, & jugement des choses sensibles, & communes & deduisent fort gentiment leurs raisons, les assaisonnant tousjours avec quelque jolie similitude » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 72). « Pour le regard de l’esprit », estimait le jésuite Julien Perrault, « s’il en faut juger de leurs deportemens, & de leurs façons de traitter avec nos François, ils ne l’ont pas mauvais » (« Relation de quelques particularitez, du lieu & des Habitans de l’Isle du Cap Breton », dans Lejeune, Relation de 1635, JR, vol. 8, p. 158-160).

13 Voir supra, p. 332.

14 Voir supra, p. 450-451.

15 Leclercq reprend ici les termes mêmes du jésuite Lejeune : « De plus, si c’est un grand bien d’estre delivré d’un grand mal, nos Sauvages sont heureux, car les deux tyrans qui donnent la gehenne & la torture à un grand nombre de nos Europeans, ne regnent point dans leurs grands bois, j’entends l’ambition & l’avarice ; Comme ils n’ont ny police, ny charges, ny dignitez, ny commandement aucun, car ils n’obeyssent que par bienveillance à leur Capitaine ; aussi ne se tuent ils point pour entrer dans les honneurs, d’ailleurs comme ils se contentent seulement de la vie, pas un d’eux ne se donne au Diable pour acquerir des richesses » (Relation de 1634, JR vol. 6, p. 230). Voir une critique comparable sous la plume de L. Nicolas : « tous nos Indiens [...] ne sont attachés à rien qu’à vivre du jour à la journée sans se mettre en peine d’amasser rien, ny de rien laisser, ny à leurs femmes, ny à leurs enfans : aussi ne les voit-on jamais quereller, ny plaider pour le bien dont ils ne recherchent pas les avantages : comme les nations policées que l’intéret ronge jusques aux mouëlles, et d’une maniere dont je n’ay rien à dire tout le monde ne le sachant que trop, et particulierement les pauvres qu’on opprime partout avec une violence qui fait gemir les gens de bien » (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 90).

16 Sur la tranquillité d’esprit des Gaspesiens, voir supra, p. 270-275, le plaidoyer d’un chef et le commentaire de Leclercq.

17 Voir Jouvency (De Regione et Moribus Canadensium seu Barbarorum Novœ Franciœ, 1710, JR vol. 1, p. 274-276 : « Ex eodem concordiœ studio fit ut assentiantur ultro, quidquid doceas [...] Quœcumquœ calamitas ingruat, nunquam se dimoveri de animi tranquillitate patiunlur, qua felicitatem potissimum definiunt [De ce même désir de concorde, vient leur accord pour ce qu’on leur enseigne [...]. Peu importe le malheur qui les frappe, jamais ils ne perdent la tranquillité d’âme en quoi ils font consister le bonheur]. »

18 Sur les rapports des parents amérindiens avec leurs enfants, voir supra, p. 244-246, 277-279. Constatant l’amour des Indiens pour leurs enfants et la grande liberté qu’ils laissaient à ceux-ci, les observateurs français reprochaient aux parents de ne pas les corriger et même de se laisser tyranniser par eux. Ainsi Champlain, en 1619, jugeait-il les enfants hurons « fort libertins » : « les peres, & meres, les flattent trop, & ne les chastient point du tout, aussi sont-ils si meschants, & de si perverse nature » (Voyages et descouvertures, 1619, éd. Biggar, t. III, p. 142). Dès 1633, Lejeune explique la nécessité de fonder un séminaire à Québec pour éduquer les petits Hurons, loin de leur « pays » où « les Sauvages empeschent leur instruction, ils ne sçauroient supporter qu’on chastie un enfant, quoy qu’il fasse » (Relation de 1633, JR, vol. 5, p. 196) ; quelques pages plus loin, il revient sur le sujet : « Toutes les nations Sauvages de ces quartiers [...] ne sçauroient chastier [...] un enfant : que cela nous donnera de peine dans le dessein que nous avons d’instruire la jeunesse ! » (ibid., p. 220). L’année suivante, il aborde à nouveau la question dans les mêmes termes : « La raison pourquoy je ne voudrois pas prendre les enfans du pays dans le pays mesme, mais en un autre endroict, c’est pour autant que ces Barbares ne peuvent supporter qu’on chastie leurs enfants, non pas mesme de paroles, ne pouvans rien refuser à un enfant qui pleure » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 152).

19 Voir supra, p. 227 et 458. Voir aussi, sur ce point, Lahontan (Memoires, dans Œuvres complètes, p. 638) : « ils ne se querellent, ni ne se battent, ni ne se volent, & ne médisent jamais les uns des autres » ; et Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 627-628) : « On n’est pas moins charmé [...] de ne les voir jamais se quereller entr’eux avec ces paroles indécentes, & ces juremens si communs parmi nous. »

20 Phrase inspirée de Lejeune : « Ils font profession de ne se point fascher, non pour la beauté de la vertu, dont ils n’ont pas seulement le nom mais pour leur contentement & plaisir, je veux dire, pour s’affranchir des amertumes que cause la fascherie » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 230).

21 Voir supra, p. 457, et infra, p. 501-503.

22 Dans son Nouveau Voyage (p. 145), Hennepin utilisera ce passage pour montrer comment l’indissolubilité du mariage chrétien était un obstacle à la conversion des Amérindiens : « Voici encore un grand obstacle à la conversion de ces peuples. C’est, que la plupart d’entr’eux ont plusieurs femmes, & que dans les païs du Nord ils en changent, quand il leur plait. Ils ne comprennent pas, comment on peut s’assujetir à l’indissolubilité du Mariage. Ne vois tu pas bien, disent ils, quand on raisonne avec eux sur ce sujet, que tu n’as point d’esprit ? Ma femme ne s’accommode pas de moi. Je ne m’accommode pas d’elle. Elle s’accordera bien avec un tel, qui ne s’accorde pas avec la sienne. Pourquoi voudrois-tu, que nous fussions quatre malheureux pendant le reste de nos jours ? »

23 Voir supra, p. 384-386.

24 Reprise textuelle d’un passage de Lejeune : « ils font estat de ne rien aimer, de ne point s’attacher aux biens de la terre, afin de ne se point attrister s’ils les perdent » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 236).

25 Sagard affirme : « Tous les Sauvages en general [...] sont d’une humeur assez joyeuse et contente, toutefois ils sont un peu saturniens [...] » (Le Grand Voyage, livre I, chap. XV, éd. Warwick, p. 223-224). Sur la « melancolie » des Micmacs, voir infra, p. 477-478.

26 Maillard dira, au siècle suivant : « Il suffit chez eux d’être bon chasseur, et de bien payer ses dettes, pour mériter de porter le nom de virtuosus [...] rendu en leur langue Tochechk8èg » (« Lettre de M. l’abbé Maillard sur les missions de l’Acadie et particulièrement sur les missions micmaques », dans Les Soirées canadiennes, 1863, p. 296-297).

27 Lescarbot vante la force et le courage des Souriquois à la guerre (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIX, éd. Grant, t. III, p. 417). Voir en outre Lejeune (Relation de 1634, JR vol. 6, p. 232) : « Qui fait profession de ne se point fascher, doit faire profession de patience ; les Sauvages nous passent tellement en ce poinct, que nous en devrions estre confus : je les voyois dans leurs peines, dans leurs travaux souffrir avec allegresse. [...] une chose presque seule les abat, c’est quand ils voyent qu’il y a de la mort ; car ils la craignent outre mesure ; ostez cette apprehension aux Sauvages, ils supporteront toutes sortes de mespris & d’incommoditez, & toutes sortes de travaux & d’injures fort patiemment. »

28 Lejeune l’avait déjà noté dans sa Relation de 1634 (JR, vol. 6, p. 232) : « Je n’ay rien veu de si patient qu’un Sauvage malade ; qu’on crie, qu’on tempeste, qu’on saute, qu’on dance, il ne se plaint quasi jamais » ; et (ibid., p. 244) : « J’ay admiré avec compassion la patience des malades que j’ay veu parmy eux. » Voir également Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XLII, éd. Tross, p. 609-610) : « c’est une grande pitié de les voir languir [les malades], couchés de leur long à platte terre sur une meschante natte de joncs, [...] ils ne geignent neantmoins point tant que nos malades, ils ne disent pas, mon chevet est trop haut ou trop bas, mon lict n’est pas bien faict, on me rompt la teste, les sauces ne sont point à mon appetit, je ne puis prendre goust à tout ce que vous faictes, car ils demeurent couchez sur la natte, patiens comme des Saincts » ; et Raudot (Relation par lettres, p. 159) : « le pauvre malade [...] n’ose se plaindre de peur de faire connoître son peu de courage ». Sur les soins particuliers que les Français s’étonnaient de ne pas voir prodiguer aux malades, voir infra, p. 574, n. 33.

29 Voir supra, p. 414, et Diéreville (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 292) : « Mais si leur insolence est rudement punie / Quand ils ont merité des coups, / Ils ne sont pas longtemps sans revenir chez vous / Vous demander pardon d’avoir fait la folie, / Ils marquent le chagrin que leur cœur en ressent, / Pour effacer le tort de leur faute commise, / Ils vous font encore un present / De leurs plus belles Marchandises. »

30 Voir de nouveau Diéreville (ibid.) : « Mais si quelqu’un est maltraité, / Et qu’il ne l’ait point merité, / Car il sçait bien quand il offense, / Il en conservera tout le ressentiment, / Jusqu’à ce qu’il ait pû rencontrer le moment / D’exercer contre vous la plus grande vengeance, / La Hache, ou le fusil en sera l’instrument. » Au jugement de Lescarbot, les Souriquois « sont trop vindicatifs, & en cela mettent leur souverain contentement, ce qui degenere à la brutalité » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIX, éd. Grant, t. III, p. 417). Biard écrit : « Genus totum vindictœ auidum [La race entière est très vindicative] » (Epislola ex Portu-Regali in Acadia, [1612], JR, vol. 2, p. 72).

31 D’après Nicolas Denys, ce sont les pêcheurs français qui « leurs ont apris à se vanger les uns des autres » et à feindre l’ivresse pour se venger : « celuy qui voudra mal à son compagnon le fera boire en compagnie tant qu’il l’aye fait saouller pendant qu’il se reserve, il fait semblant d’estre saoul comme les autres & fait une querelle ; la batterie estant commencée, il a une hache ou autre ferement qu’il a caché devant que de boire qu’il prend & dont il assomme son homme ; il continuë de faire l’yvrogne & c’est le dernier reveillé : le lendemain on luy dit que c’est luy qui a tué l’autre, dont il fait le fasché, & dit qu’il estoit yvre ; si le mort estoit marié, ce faux yvrogne fait ou promet de faire present à la veufve, & si c’est un garçon il témoigne les mesmes regrets au pere & à la mere, avec promesse aussi de leur faire des presens : si le deffunt a des freres ou des parens qui l’aiment celuy qui a tué est assuré qu’on luy en fera autant, & tost ou tard ils se vengeront » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 605). Voir infra, p. 486, n. 79.

32 Lescarbot écrit : « Ilz craignent le deshonneur & le reproche [...]. Ilz sont excités à bien faire par l’honneur, d’autant que celui entre eux est toujours honoré, & s’acquiert du renom, qui a fait quelque bel exploit » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIX, éd. Grant, t. III, p. 417). Passage repris textuellement par Sagard dans Le Grand Voyage, livre I, chap. XV, éd. Warwick, p. 224).

33 « Le naturel de nos Sauvages est de soy liberal », observe Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 72). Au chapitre de la « Liberalité », Lescarbot estime de même que « [les] Sauvages sont loüables en l’exercice de cette Vertu » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIX, éd. Grant, t. III, p. 418 ; repris par Sagard à propos des Hurons : Le Grand Voyage, livre I, chap. XV, éd. Warwick, p. 224). Dans sa Relation de 1634 (JR, vol. 6, p. 236), Lejeune jugera également les Montagnais « fort liberaux entr’eux ».

34 Au début du siècle, en décrivant le comportement des Micmacs lors des activités de traite et en rapportant le jugement sévère porté par eux sur certains marchands français, Lescarbot témoignait d’une conception amérindienne de l’échange qui était radicalement opposée à la logique commerciale européenne fondée sur le profit : « ilz ne marchandent point volontiers, & se contentent de ce qu’on leur baille honnetement, meprisans & blamans les façons de faire de noz mercadens qui barguignent une heure pour marchander une peau de Castor : comme je vi étant à la riviere Saint-Jehan [...], qu’ils appelloient Chevalier, jeune Marchant de Saint-Malo, Mercateria, qui est mot d’injure entre eux emprunté des Basques, signifiant comme un racque-de-naze [c.-à-d. racleur de deniers, homme rapace]. Bref ilz n’ont rien que d’honnéte & liberal en matiere de permutation [c.-à-d. troc]. Et voyans les façons de faire sordides de quelques uns des notres, ilz demandoient quelquefois qu’est-ce qu’ilz venoient chercher en leur païs, disans qu’ilz ne vont point au nôtre : & que puis que nous sommes plus riches qu’eux nous leur devrions bailler liberalement ce que nous avons » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIX, éd. Grant, t. III, p. 418-419 ; repris en partie par Sagard, Histoire du Canada, livre II, chap. XXIV, éd. Tross, p. 371, et Le Grand Voyage, livre I, chap. XV, éd. Warwick, p. 224). Sur cette question, voir M. Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », dans Sociologie et anthropologie, p. 143-279. Voir aussi infra, p. 474.

35 Sur l’Âge d’or, voir supra, p. 294, n. 34.

36 Voir supra, p. 371 ; et W. D. et R. S. Wallis, The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 177-178.

37 Passage emprunté à Lejeune : « Vous leur verrez nourrir leurs parents, les enfans de leurs amis, des femmes vesves, des orphelins, des vieillards, sans jamais leur rien reprocher, leur donnans abondamment quelquefois des Originaux tous entiers ; c’est veritablement une marque d’un bon cœur, & d’une ame genereuse » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 238). Voir supra, p. 295-296.

38 Medoojawae : avare, ladre (« stingy ») ; metujawa : être chiche, mesquin (« mean, niggardly ») ; le terme est péjoratif et comporte une connotation plus infamante que amasega : avare (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 253 ; English-Micmac Dictionary, p. 99).

39 Remarque identique chez Lejeune : « l’une de leurs grandes injures parmy eux, c’est de dire cet homme aime tout, il est avare : si vous leur refusez quelque chose, voicy leur reproche, comme je remarquay l’an passé, Khisakhitan SaKhita, tu aime cela, aime le tant que tu voudras » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 236-238). La même phrase se retrouvait, à peu de chose près, dans la Relation de 1633 (JR, vol. 5, p. 170).

40 Leclercq reprend à nouveau l’expression de Lejeune : « ils sont ingrats au possible envers les estrangers » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 238).

41 Expression empruntée à Sagard (« ils ne donnent ordinairement rien pour rien aux estrangers » : Histoire du Canada, livre II, chap. IX, éd. Tross, p. 212), qui l’avait lui-même empruntée à Champlain : « Ils [les Hurons] ne donnent rien pour rien » (Voyages et descouvertures, 1619, éd. Biggar, t. III, p. 52). Voir aussi supra, p. 473.

42 Voir le comportement d’Ejougouloumoüet lors de la traversée des « bois bruslez », supra, p. 371-372.

43 Selon Biard, « ils ne cessent de se vanter, & f[ont] leur possible d’estre censés [estimés, réputés], & avoir le nom de Grand cœur » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 90-92).

44 Au début du siècle, Biard décrivait pareillement l’attitude des Micmacs à l’endroit des « navires François avec lesquels ils trocquent » : « [...] & sçavez vous s’ils entendent bien à se faire courtiser. Ils tranchent des freres avecques le Roy, & ne leur faut rien rabbattre de toute la piece. Il faut leur faire des presents, & les bien haranguer avant qu’ils accordent la traicte ; & icelle faicte, faut encores les Tabagier, c’est à dire, les banqueter. Alors ils danseront, harangueront & chanteront Adesquidex, Adesquidex, Sçavoir est, qu’ils sont les bons amys, alliés, associés, confederés, & comperes du Roy, & des François » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 80).

45 Voir supra, p. 274, n. 27.

46 Voir Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 603) : « Les Sauvages en general sont d’ailleurs si sensibles, que pour un reproche un peu trop amer, il n’est pas extraordinaire de les voir s’empoisonner avec la ciguë, & se défaire eux-mêmes. »

47 Diéreville relate une anecdote du même genre dans sa Relation du voyage du Port Royal (éd. Doiron, p. 291).

48 Pierre Denys de La Ronde, dont l’habitation se trouvait à Petite Rivière (voir supra, p. 276, n. 44), et non Richard Denys, établi à Miramichi, et que Leclercq désigne toujours par son titre de Fronsac ; voir aussi infra, Appendice I, p. 613-614.

49 Voir supra, p. 468-471.

50 Sur le sens de ce mot, voir supra, p. 385, n. 63.

51 À quelques reprises Lahontan mentionne ce suicide du conjoint survivant : voir Memoires, dans (Œuvres complètes, p. 602, 637, 660, 678, et Dialogues, ibid., p. 813. Alors que Lahontan fait état de suicides par empoisonnement, Leclercq et Diéreville rapportent chez les Micmacs des suicides par pendaison.

52 D’après le Dictionnaire historique de lu langue française, « jusqu’au xviiie s. [...] c’est un terme médical, désignant un délire provoqué par une affection cérébrale ; de là vient par analogie (xviie s.) l’emploi vieilli d“‘état d’agitation fébrile, d’égarement” ».

53 La surprise de Leclercq s’explique par le fait qu’il ne saisit pas le sens du rituel funéraire micmac. Presque tous les observateurs ont noté que le chagrin de l’individu s’intègre dans les manifestations collectives, de manière que le groupe prenne en charge la douleur du survivant, comme Sagard le notait déjà : « nos Hurons ensevelissent [...] leurs [morts] en pleurs & tristesses, neantmoins tellement moderées & reglées au niveau de la raison, qu’il semble que les femmes qui doivent pleurer [...] ayent un pouvoir absolu sur leurs larmes & sur leurs sentimens, de maniere qu’elles ne leur donnent cours que dans l’obeissance, & les arrestent par la mesme obeissance » (Histoire du Canada, livre II, chap. XLV, éd. Tross, p. 641 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XXI, éd. Warwick, p. 280).

54 Nugooch’, nugaach : maintenant ; apch : de nouveau, encore ; moo (employé avec d’autres mots) : pas, non, ne... pas ; adadafeou (erreur typographique probable) : peut-être ajedasoode, racine présente dans les mots oonmajeda’soode, woonmajeda ‘soode : peine, chagrin (W. F. Ganong, New Relation of Gaspesia, p. 249, n. 1) ; wagia, wegeie : être fâché (voir aussi akayemtum : pleurer, se lamenter) ; kedoo (préfixe) : souhaiter de, être sur le point de ; kestoonapilse, kestonabilk : pendre, étrangler, étouffer par la pression d’une corde sur la gorge (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 9, 15, 58, 87, 124, 128, 153, 168, 181, 245, 255, 279 ; English-Micmac. Dictionary, p. 24, 63, 74, 101, 123, 166 ; A First Reading Book, p. 15, 38). Nigètj : maintenant (voir aussi nogotj : désormais, dorénavant ; et Maillard, Grammaire de la langue mikmaque, p. 28 : naguèch : maintenant ; n8g8ch : à présent [le signe 8 représente la diphtongue /ou/]) ; aptj : de nouveau, derechef ; mo : point, pas, non, ne... pas (présent et passé) ; oégai : se fâcher, être fâché, en colère (voir aussi gagiemtem : se désoler, gémir, brailler) ; gétoi (devant un verbe) : vouloir ; je veux, voulais, voudrais (c’est le verbe suivant qui se met en micmac aux temps, aux modes, aux personnes de « vouloir » en français) (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 227, 240, 284 ; II, p. 249, 257, 262, 264, 270-271 ; Leçons grammaticales de la langue micmaque, p. 247-248, 271).

55 « Quant à l’extérieur habit, port & façon, les femmes & filles sont fort pudiques & honteuses », affirmait Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 102). Denys rapporte qu’« anciennement », c’est-à-dire avant l’introduction de l’eau-de-vie, les Micmacs « vivoient dans la pureté, les femmes estaient fidelles à leurs maris, & les filles fort chastes » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 589). Voir supra, p. 250.

56 Le jésuite Perrault remarquait en 1635 : « Pour l’honnesteté, ils l’ont en telle recommandation, au moins quant à ce qui se void à l’exterieur, en leurs actions & paroles, qu’il y a de l’apparence qu’ils se leveront au dernier jour, & condamneront plusieurs Chrestiens, qui l’auront moins cultivée en la Loy degrace, que ne font ces pauvres gens, en celle de nature. Nous ne leur avons jamais oüy dire parole messeante, ny veu faire aucune action trop libre, quoy que nous ayons vescu assez familierement avec eux, dedans & hors de leurs cabanes » (« Relation de quelques particularitez, du lieu & des Habitans de l’Isle du Cap Breton », dans Lejeune, Relation de 1635, JR, vol. 8, p. 164). Au siècle suivant, Diéreville notait de même : « Quoique les Sauvages vivent dans les Bois avec les Bêtes, ils ne laissent pas d’avoir beaucoup d’honnêteté. Un Frere devant sa Sœur ne dira jamais un mot qui puisse choquer en rien sa pudeur » (Voyage, du Port Royal, éd. Doiron, p. 290). Voir également Mgr de Saint-Vallier (Estat present de l’Eglise, p. 43-47). Biard, toutefois, observait dès 1612 : « La première chose que ces pauvres Sauvages apprennent, ce sont les juremens, parolles sales et injures ; et orriés souvent les Sauvagesses (lesquelles autrement sont fort craintives et pudiques), mais vous les orriés souvent charger nos gens de grosses pourries et eshontées opprobres, en langage françois » (« Lettre du P. Pierre Biard au R. P. Provincial à Paris, le 31 janvier 1612 », JR, vol. 2, p. 8). Et Julien Perrault ne manquait pas d’ajouter à son éloge des Micmacs du Cap-Breton : « Quelqu’un repliquera volontiers, que si nous eussions esté plus versez en leur langue, nous n’eussions pas manqué d’y en remarquer [des paroles indécentes]. Mais n’est-ce pas beaucoup, que si peu que nous en sçavons ne nous ait encore appris rien de semblable ? » (ibid., p. 164). Leclercq a peut-être aussi en mémoire ici Lejeune, qui vitupérait la « saleté » des Montagnais dans leurs mœurs, leur nourriture, leurs vêtements et même leurs paroles : « On m’avoit dit que les Sauvages estoient assez chastes, je ne parleray pas de tous, [...] mais ceux que j’ay conversez sont fort lubriques, & hommes & femmes. [...] Ils ont incessamment la bouche puante de ces ordures [les mots désignant les parties sexuelles], & mesmes jusques aux petits enfants [...]. Les femmes un peu âgées se chauffent presque toutes nuës, les filles & les jeunes femmes, sont à l’exterieur tres-honnestement couvertes, mais entre elles leur discours sont puants, comme des cloaques » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 252-254).

57 Leclercq semble se souvenir ici de Sagard : « La jeunesse entre nos Hurons, Quicunontateronons & autres peuples sedentaires, a un peu trop de liberté au vice, car les jeunes hommes ont licence de s’addonner au mal si tost qu’ils peuvent, 8c les filles de se prostituer si tost qu’elles en sont capables » (Histoire du Canada, livre II, chap. XVII, éd. Tross, p. 294-295 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XI, éd. Warwick, p. 208). Sagard s’inspirait lui-même de Lescarbot : « Les filles du Bresil ont licence de se prostituer si-tot qu’elles en sont capables, tout ainsi que celles de Canada. [...] Entre noz Souriquois, il n’est point nouvelle de cela : non que ces Sauvages ayent grand’cure de la continence & virginité, car ilz ne pensent point mal faire en la corrompant : mais soit par la frequentation des François, ou autrement, les filles ont honte de faire une impudicité publique » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XII, éd. Grant, t. III, p. 389-390).

58 En 1616, Biard écrit que « les hommes [...] sont fort mal edifiés, quand quelque fol François ose se jouer avec leurs femmes. Certain escervelé s’estant une fois licentié en cela, ils vindrent adviser nostre Capitaine qu’il reprimast ses gents, l’advertissant que celuy n’auroit pas beau jeu, qui le recommenceroit, qu’on l’estendroit par terre » (JR, vol. 3, p. 102-104).

59 Voir infra, p. 487-490.

60 Construite sur le modèle de l’expression bien connue In vino veritas, cette formule pourrait se traduire par « Le vin attise les ardeurs de Vénus ».

61 Voir Lejeune (Relation de 1633, JR, vol. 5, p. 196) : « leur volonté [...] est extrémement volage & changeante ».

62 Leclercq s’inspire ici de Lejeune, qui reprochait aux Montagnais les mêmes « vices » et « imperfections » dans sa Relation de 1634 : « Je ne crois pas qu’il y aye de nation sous le ciel plus mocqueuse & plus gausseuse [...], leur vie se passe à manger, à rire, & à railler les uns des autres, & de tous les peuples qu’ils cognoissent [...]. Les Sauvages sont mesdisants au de là de ce qu’on en peut penser ; je dis mesme les uns des autres, ils n’espargnent pas leurs plus proches : ils sont avec cela fort dissimulez [...]. La menterie est aussi naturelle aux Sauvages que la parole, non pas entr’eux, mais envers les estrangers : en suitte dequoy l’on peut dire, que la crainte & l’espoir, en un mot, que l’interest est la mesure de leur fidelité, je ne me voudrais confier en eux qu’autant qu’ils craindroient d’estre punis s’ils manquoient à leur devoir, ou qu’ils espereroient d’estre recompensés s’ils estoient fideles » (JR, vol. 6, p. 242, 246).

63 Au cours d’un festin de guerre rapporté par Maillard en 1755, les Micmacs jurent ainsi, par le soleil, par la lune, par leurs ancêtres, de dominer l’ennemi: « Whilst they are eating, or rather devouring, all of them, young and old, great and little, engage themselves by the sun, the moon, and the name of their ancestors, to do as much by the enemy-nation » (An Account of the Customs and Manners, p. 20).

64 Dès le début du xviie siècle, Biard se plaignait du piètre exemple que les Français de Port-Royal donnaient aux Micmacs : « Et de vray, bon besoing seroit que fussions meilleurs ouvriers de Nostre Seigneur ; d’autant que gens de marine, tels que sont quasi nos paroissiens, sont assez d’ordinaire totalement insensibles au sentiment de leur ame, n’ayans marque de religion sinon leurs juremens et reniemens, ny cognoissance de Dieu sinon autant qu’en apporte la pratique connue de France, offusquée du libertinage et des objections et bouffonneries mesdisantes des heretiques. D’où l’on peut aussy veoir, quelle esperance il y a de planter une belle chrestienté par tels evangelistes. La première chose que ces pauvres Sauvages apprennent, ce sont les juremens, parolles sales et injures » (« Lettre du P. Pierre Biard au R. P. Provincial à Paris, le 31 janvier 1612 », JR, vol. 2, p. 6-8).

65 Traduction : Le rustre ne connaît pas la civilité (ou : ne sait acquérir les bonnes manières). Voir Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XVIII, éd. Grant, t. III, p. 413) : « Il ne faut attendre de noz Sauvages cette civilité que les Scribes & Pharisiens requeroient és Disciples de nôtre Seigneur », c’est-à-dire qu’ils se lavassent les mains avant de prendre leurs repas (Matthieu, 15, 2).

66 S’esquisse ici une critique des bienséances que le Huron Adario reprendra vigoureusement dans le dialogue de Lahontan sur le bonheur (Dialogues, dans Œuvres complètes, p. 859-862).

67 Lescarbot, dont s’inspire peut-être Leclercq, voyait dans ce geste une marque de « noblesse » : « les Sauvages ont cela de noble qu’ilz donnent liberalement, jettans aux piez de celui qu’ilz veulent honorer le present qu’ilz lui font : mais c’est en esperance de recevoir quelque honnêteté reciproque » (Histoire de la Nouvelle-France, livre IV, chap. XIV, éd. Grant, t. II, p. 557).

68 Passage emprunté à Lejeune : « & cependant il n’y a aucune incivilité parmy eux ; car tout ce qui donne du contentement aux sens, passe pour honeste » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 260).

69 Ce passage rappelle le chapitre VI de la Relation de 1634 par Lejeune (JR, vol. 6, p. 260) : « J’ay dit qu’ils sont fort sales en leurs demeures, l’advenuë de leurs Cabanes est une grange à pourceaux. Jamais ils ne balient leur maison, ils la tapissent au commencement de branches de pin, mais au troisiesme jour ces branches sont pleines de poil, de plumes, de cheveux, de coupeaux, de raclure de bois. »

70 Remarque semblable chez Sagard : « D’escumer le pot jamais il ne s’en parle non plus que de laver la viande, ou le poisson, avant de le mettre au pot » (Histoire du Canada, livre II, chap. VI, éd. Tross, p. 178). Dans sa Relation de 1634, Lejeune avait écrit : « Jamais ils ne lavent leurs mains exprés pour manger, encore moins leur chaudiere, & point du tout la viande qu’ils font cuire, quoy que le plus souvent (je le dis comme je l’ay veu cent & cent fois) elle soit toute couverte de poil de bestes, & de cheveux de leurs testes » (JR, vol. 6, p. 264). Voir supra, p. 304.

71 Lejeune rapportait en 1633 : « Ils sont si enragez contre tout ce qui leur fait du mal, qu’ils mangent les poux & toute autre vermine qu’ils trouvent sur eux, non pour aucun goust qu’ils y ayent ; mais seulement, disent-ils, pour se vanger & pour manger ceux qui les mangent » (Relation de 1633, JR, vol. 5, p. 30). Le même passage figure dans la relation de l’année suivante (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 244). Voir également Biard (Epistola ex Portu-Regali in Acadia, [1612], JR, vol. 2, p. 78-79) ; et C. Lalemant (« Lettre [...] au supérieur de la mission de Canadas », JR, vol. 4, p. 198).

72 L’observation est attestée par l’historien jésuite Jouvency (De Regione et Moribus Canadensium seu Barbarorum Novœ Franciœ, 1710, JR, vol. 1, p. 280) et dans un passage de la Relation de 1657-1658 attribué par Thwaites à Paul Lejeune : « La civilité & l’honnesteté nous ont appris à porter des mouchoirs : les Sauvages nous accusent de saleté en ce point : pource que nous mettons disent-ils, une ordure dans un beau linge blanc, & nous la serrons dans nostre pochette, comme une chose bien precieuse, & eux lajettent par terre » (JR, vol. 44, p. 296). Importée de Venise vers 1540, la mode du « mouchoir à moucher » (ou « mouchoir de nez », par opposition au « mouchoir de col ») mit un certain temps à s’implanter en France avant de prendre son essor à la faveur de l’introduction du tabac et de la vogue de la prise (N. Rival, Histoire anecdotique du lavage et des soins corporels, p. 115-116). L’avis des Amérindiens sur cet usage rejoint le témoignage que cite Montaigne, à la fin du xvie siècle, d’un gentilhomme réfractaire à la nouvelle règle de civilité : « Un Gentil-homme François se mouchoit tousjours de sa main : chose tres ennemie de nostre usage. Defendant là-dessus son faict (et estoit fameux en bonnes rencontres [c.-à-d. plaisanteries, bons propos]) il me demanda quel privilege avoit ce salle excrement que nous allassions lui apprestant un beau linge delicat à le recevoir, et puis, qui plus est, à l’empaqueter et serrer soigneusement sur nous ; que cela devoit faire plus de horreur et de mal au cœur, que de le voir verser où que ce fust, comme nous faisons tous autres excremens. Je trouvay qu’il ne parloit pas du tout sans raison : et m’avoit la coustume osté l’appercevance de cette estrangeté, laquelle pourtant nous trouvons si hideuse, quand elle est recitée [c.-à-d. racontée] d’un autre païs [“laquelle” représente non cette étrangeté particulière, mais l’étrangeté d’une coutume quelconque] » (Les Essais de Michel de Montaigne, éd. critique par P. Villey, t. I, p. 111-112). Les Micmacs ont emprunté au français le mot « mouchoir » : mosoei (père Pacifique, Traité théorique el pratique de la langue micmaque, I, p. 250) ; musuei (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac. Lexicon, p. 79, 242); moosooa’, musowea (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac. Indians, p. 128 ; English-Micmac Dictionary, p. 105).

73 Diéreville note plutôt que si un Micmac « se sentoit pressé, mais vous le dirai-je ? d’un vent, matiere facile à s’échaper, il aimeroit mieux crever que de la faire entendre » ( Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 290).

74 Traduction : Il n’est pire corruption que du meilleur.

75 Hennepin voyait aussi dans cette « indifference qu’ils ont pour toutes choses » « le premier obstacle » à la conversion des Amérindiens (Mœurs des Sauvages, p. 100 et 103). Voir supra, p. 393.

76 Voir infra, p. 487.

77 Voir supra, p. 281.

78 Lescarbot raconte une anecdote de ce genre : « On leur montra, en pressant le raisin dans le verre, que de cela nous faisions le vin que nous beuvions. On les voulut faire manger du raisin, mais l’ayans en la bouche ilz le crachoient, & pensoient (ainsi qu’Ammian Marcellin recite de noz vieux Gaullois) que ce fût poison, tant ce peuple est ignorant de la meilleure chose que Dieu ait donnée à l’homme, apres le pain » (Histoire de la Nouvelle-France, livre IV, chap. XIV, éd. Grant, t. II, p. 558).

79 Tous les observateurs ont été frappés par la surconsommation d’alcool et la recherche systématique de l’ivresse chez les Amérindiens. Voir Boucher (Histoire veritable et naturelle, p. 116-117) : « les Sauvages ne boivent que pour s’enyvrer » ; Relation de 1668-1669 (JR, vol. 52, p. 192) : « il est constant que plusieurs ne boivent que pour s’enyvrer » ; Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 602) : « ils n’appellent pas boire s’ils ne se saoulent » ; Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 619) : « ils ne boivent que pour s’enyvrer ». Voir aussi Lejeune (Relalion de 1634, JR, vol. 6, p. 250-252 ; Relation de 1636, JR, vol. 9, p. 204), Rale (« Lettre du Père Sébastien Rasles à Monsieur son Frère, le 12 octobre 1723 », JR, vol. 67, p. 176) et Maillard (« Lettre de M. l’abbé Maillard sur les missions de l’Acadie et particulièrement sur les missions micmaques », dans Les Soirées canadiennes, 1863, p. 311, 343). Plusieurs hypothèses ont été émises pour tenter d’expliquer cet usage abusif d’alcool parmi les Amérindiens. On a notamment supposé qu’ils avaient transposé dans le domaine du boire un modèle de consommation déjà existant dans les « festins à tout manger » (voir infra, p. 556-557). L’abus d’eau-de-vie a pu être motivé également par la recherche de la sensation physique de l’ivresse ou par le « plaisir de se voir redouter » des autres et l’impression exaltante d’être des « personnes de consideration » que disaient éprouver certains Indiens après avoir bu (Relation de 1642, JR, vol. 22, p. 242). Il est possible encore que les autochtones aient associé l’état d’ébriété au rêve et recherché dans l’ivresse, comme dans le songe, une expérience de communication avec le surnaturel. Enfin, comme les Amérindiens rendaient l’alcool, et non le buveur, responsable des méfaits commis sous son influence, de nombreux Français ont vu dans l’abus qu’en faisaient les Indiens le prétexte à commettre impunément tous les crimes (voir supra, p. 472-473, et Boucher, op. cit., p. 94 : « les Sauvages ne boivent quasi jamais que pour s’enyvrer, & en suite faire piece à quelqu’un qui leur aura rendu quelque déplaisir, ou pour assouvir quelque-autre passion brutale, comme de violer une fille ou femme » ; voir aussi Raudot, Relation par lettres, p. 66, et « Lettre du R. P. Jacques Bruyas, le 21 janvier 1668, JR, vol. 51, p. 124). Avec le temps, la surconsommation d’alcool semble être davantage devenue symptomatique de la désintégration des sociétés amérindiennes et notamment du désœuvrement des populations consécutif à l’abandon de leur mode de vie traditionnel (D. Delâge, Le Pays renversé, p. 147-150 ; R. C. Dailey, « The Role of Alcohol among North American Indian Tribes as Reported in the Jesuit Relations », Anthropologica, vol. 10, n° 1, 1968, p. 48-50, 57).

80 Denys parle dans les mêmes termes des abus commis par les pêcheurs dans le commerce de l’eau-de-vie avec les Amérindiens (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 602-603).

81 En 1672, Denys consignait une observation similaire : « pour acheter de l’eau de vie pour lors faut qu’il vende son fuzil, sa couverture ou autre chose pour en avoir, ce qui leur coûtera des cinq à six peaux ils le donneront aux pescheurs pour une bouteille ou deux d’eau de vie, ils recommencent à boire ; si l’eau de vie qu’ils ont euë n’est pas capable de les enyvrer ils donneront tout ce qu’ils auront pour en avoir encore, c’est à dire qu’ils ne cesseront de boire tant qu’ils auront quelque chose, ainsi les pêcheurs les ruinent entierement » (ibid.).

82 L’« impureté » et la violence physique sont les « désordres » liés à la consommation d’alcool les plus souvent évoqués dans les documents. Querelles, assauts, viols, incestes, meurtres, actes de destruction matérielle composent, au fil des descriptions, le tableau d’une réaction à l’alcool beaucoup plus spectaculaire chez les Amérindiens que chez les Blancs. Voir, par exemple, le mémoire du P. Lafitau « Sur la boisson [vendue] aux Sauvages » (JR, vol. 67, p. 38) : « Quand ces peuples sont ivres, ils entrent dans de telles fureurs qu’ils cassent et brisent tout dans leurs ménages, font des cris et des hurlements terribles, et cherchent comme des furieux leurs ennemis pour les poignarder ; leurs parents, leurs amis ne sont pas dans ces moments à couvert de leur rage, et ils se mangent le nez et les oreilles » ; Raudot (Relation par lettres, p. 67) : « quand ils sont yvres, [...] ils se poignardent les uns les autres, se mangent le nez et les oreilles, jettent leurs enfans dans le feu et font tous les desordres dont un homme furieux et fou peut être capable » ; Maillard (« Lettre de M. l’abbé Maillard sur les missions de l’Acadie et particulièrement sur les missions micmaques », dans Les Soirées canadiennes, 1863, p. 312) : « [...] dans ces malheureuses circonstances [de l’ivresse], il arrive, et je j’assure, qu’un père se saisira aussi bien de sa fille, un frère de sa sœur, un oncle de sa niepce, un beau-père de sa bru, comme de toute autre fille ou femme ; c’est une nécessité à ces misérables créatures de se rendre victimes de l’incontinence de ces brutaux, autrement elles seroient poignardées, ou du moins si maltraitées qu’elles ne pourraient n’en pas mourir que par miracle. » Voir aussi, sur ce sujet, la liste bibliographique dressée par Lionel Groulx (« La querelle de l’eau-de-vie sous le Régime français », RHAF, vol. 1, n° 4, mars 1948, p. 138-140) et l’article de R. C. Dailey (« The Role of Alcohol among North American Indian Tribes as Reported in the Jesuit Relations », Anthropologica, vol. 10, n° 1, 1968, p. 45-59). On a proposé des explications physiologiques (absence de résistance acquise à l’alcool, influence d’une alimentation sans sel, carence possible en certains minéraux) et culturelles (modèle de consommation différent, expression plus libre des pulsions) pour rendre compte de cet effet particulier de l’alcool chez les Indiens (D. Delâge, Le Pays renversé, p. 148). Pour une vue d’ensemble de la littérature parue sur la question des rapports entre les Amérindiens et l’alcool, voir la bibliographie annotée de P. D. Mail et D. R. McDonald, Tulapai to Tokay (356 p.).

83 Pour Denys, les Amérindiennes elles-mêmes « se vont cacher dans les bois » pour y attendre les matelots qui, leur fournissant l’eau-de-vie, « les mettent en si bon estat [qu’ils] peuvent faire d’elles tout ce qu’ils veulent » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 605).

84 Voir supra, p. 479-481.

85 Voir supra, p. 468 ; aussi Boucher (Histoire veritable et naturelle, p. 95) : « [...] on n’avoit jamais veu, ny entendu parler parmy les Sauvages, des maux qui se sont faits depuis qu’on leur a donné de ces boissons enyvrantes : car les Sauvages de leur naturel ne sont point capables de grandes malices, comme sont les Europeens. » Dans son mémoire du 8 août 1688, où il décrit l’eau-de-vie comme « un des plus grand maux de la colonie », Denonville écrit : « Tous les Sauvages en sont friands et quand ils en ont bu sont forcenez et comme enragez, hurlans et mordans comme chiens et voulant tout tuer » (AC, C11A, vol. 10, f. 73). R. C. Dailey (art. cité, p. 48-55) met plutôt l’accent sur la similarité entre les comportements suscités par la consommation d’alcool et certains comportements violents ou désordonnés antérieurs à son introduction chez les Amérindiens (meurtres par sorcellerie, querelles de jeu) et parfois socialement acceptés (exécution des prescriptions d’un rêve, célébration de l’Ononhouaroia ou « renversement de teste »). Le vin et l’eau-de-vie n’ont introduit, selon lui, aucune forme strictement nouvelle de comportement chez les Indiens. Certaines ont pu s’intensifier et, à mesure qu’augmentait leur fréquence, bouleverser la routine quotidienne, mais ce sont moins les effets de l’alcool (intégrés par les autochtones dans la logique de leur civilisation) que la recherche d’alcool (et la multiplication consécutive des contacts avec les Blancs, la dépendance croissante à leur égard, l’appauvrissement et l’endettement) qui auraient, à son avis, perturbé le fonctionnement des sociétés amérindiennes.

86 Voir, par exemple, Lejeune (Relation de 1632, JR, vol. 5, p. 48-50) : « [...] depuis que je suis icy je n’ay veu que des Sauvages yvres, on les entend crier & tempester jour & nuict, ils se battent & se blessent les uns les autres, ils tuent le bestial de madame Hebert [...] je m’attend bien qu’ils tueront l’un de ces jours quelques François, ce qu’ils ont déjà pensé faire, & passé huict heures du matin il ne fait pas bon les aller voir sans armes, quand ils ont du vin. Quelques uns de nos gens y estant allez après le disner, un Sauvage les voulut assommer à coups de haches : mais d’autres Sauvages qui n’estoient pas yvres vindrent au secours. » Voir aussi Relation de 1636 (JR, vol. 9, p. 204) et « Lettre du reverend pere Nau au R. p. Bonin, le 2 octobre 1735 » (JR, vol. 68, p. 266).

87 Arrivé à Québec en 1659, Mgr de Laval s’était dès l’année suivante attaqué à la traite de l’eau-de-vie. En mai 1660, il interdisait de vendre des boissons alcooliques aux Amérindiens sous peine d’excommunication. Et en avril 1669, en réponse à la décision du Conseil souverain de permettre le commerce de l’eau-de-vie à tous les Français, il se réservait le pouvoir exclusif d’absoudre ceux qui se rendraient coupables de péché mortel pour avoir procuré des boissons enivrantes aux Indiens (« cas réservé »). À rencontre de la prohibition totale de l’alcool que réclamaient l’évêque et le clergé, Louis XIV promulgua le 24 mai 1679 une ordonnance qui préservait les intérêts politiques et commerciaux de la colonie en autorisant la vente d’eau-de-vie aux Amérindiens à l’intérieur des établissements français (A. Vachon, « Laval, François de », DBC, t. II, p. 380, 382-384 ; G. F. G. Stanley, « The Indians and the Brandy Trade during the Ancien Regime », RHAF, vol. 6, n° 4, mars 1953, p. 492-498 ; M. Eastman, Church and State in Early Canada, p. 72-82, 122-134, 179-201).

88 Voir supra, p. 486, n. 79.

89 D’après un mémoire de Colbert, daté du 24 mai 1678 et portant sur « la difficulté de la traitte des boissons aux Sauvages dans le Canada ou Nouvelle France », c’est l’argument même de « ceux qui soutiennent qu’il faut en laisser la liberté entiere dis[a]nt que [...] ce commerce est absolument necessaire pour attirer les Sauvages dans les colonies françoises, et par ce moyen leur donner les premieres teintures de la foy, et enfin que si leur envie de s’enyvrer est si grande, ils ne manqueront pas s’ils voyent ce commerce interdit avec les François, de porter leurs pelleteries et autres marchandises aux Anglois et Hollandois, qui ont des colonies, qui ne sont pas assez esloignées d’eux, pour les divertir d’y aller chercher ce qu’ils ont une envie immoderée d’avoir et qu’ils ne pourront avoir dans les colonies françoises, en sorte que cette interdiction, au lieu d’estre avantageuse à l’augmentation de la foy catholique, apostolique et romaine, elle la diminuera considerablement, par ce que les Anglois et Hollandois, ou les convertiront pour suivre leurs heresies, ou les laisseront dans leur fausse et mauvaise religion » (AC, C11A, vol. 4, f. 194-199).

90 Le Premier Etablissement de la foy veut en effet montrer qu’au Canada, comme dans « tous les pais », « les Religieux de saint François » ont « eu l’avantage d’estre les precurseurs des Reverends Peres de la Compagnie de Jesus » « par la predication de l’Evangile ; de faire les premieres decouvertes, defricher la vigne du Seigneur, & de preparer les voyes à ces hommes Apostoliques dans les deux Indes, dans l’Affrique, dans l’Asie, dans la Barbarie, dans la Turquie » (t. I, p. 468).

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search