Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre XIII. Des Superstitions des Gaspesiens

Texte intégral

  • 1 « C’est l’office du Sorcier d’interpreter les songes, d’expliquer le chant, ou le rencontre des oi (...)

1Il semble que les Peuples qui ont été les plus adonnez à l’Idolatrie, ont aussi été les plus superstitieux : d’où vient que les Romains, pour se distinguer de toutes les Nations du Monde par la Religion, aussi-bien que par leurs armes victorieuses & triomphantes, ont voulu retenir chez eux les Idoles de tous les Peuples qu’ils avoient vaincus, ausquelles ils rendoient leurs hommages & leurs adorations. Leur aveuglement même est parvenu jusqu’à ce point de superstition, que les vaines observations de leurs Devins, sur le vol & sur le manger des oiseaux, ou dans les entrailles des animaux, gouvernoient entierement l’Empire Romain ; ne leur étant pas permis d’entreprendre, ou d’abandonner une affaire de consequence, sans consulter ces sortes d’Oracles, d’Augures & d’Haruspices1, qui étoient à leur égard les Interpretes de la volonté des Dieux : maximes criminelles, & observations ridicules, qui sont encore aujourd’hui en vigueur chez nos Gaspesiens, qui observent, dans les fourberies de leurs Jongleurs, tout ce que les Romains reconnoissoient autrefois par le ministere de leurs Devins, de leurs vaines observations, & de leurs superstitions.

  • 2 Formulation analogue chez Raudot (Relation par lettres, p. 80) : « Ces sauvages en ont parmy eux q (...)
  • 3 Appelé par eux « Tchougis » : voir infra, p. 429, n. 19.
  • 4 Les Amérindiens attribuaient diverses causes aux maladies dont le traitement par les moyens nature (...)
  • 5 Voir supra, p. 242, n. 19. Le pouvoir du chaman était souvent attribué à un « démon familier », à (...)
  • 6 Selon Lescarbot, « quand les Sauvages ont faim ilz consultent l’oracle de Membertou, & il leur dit (...)
  • 7 Biard rapporte, par exemple, que le chaman devait rêver pour établir le pronostic d’une maladie et (...)
  • 8 La plupart des observateurs européens décrivent le chaman comme un imposteur qui profite de l’igno (...)

2En effet, ils se persuadent que certains Sauvages d’entre eux ont communication avec le Demon, duquel ils esperent d’apprendre ce qu’ils desirent, ou obtenir ce qu’ils demandent2. Ils croient que dans toutes leurs maladies il y a un Demon, ou un ver3 dans la partie affligée, que ces Barbares que nous appelions Jongleurs, ont le pouvoir de faire sortir, & de rendre la santé aux malades, par leurs insufflations, leurs chants, & les postures horribles qu’ils font dans leurs cabannes4. Ils s’imaginent encore que leurs Jongleurs peuvent sçavoir de leur Demon, qu’ils appellent Oüahich5, les meilleurs endroits de la chasse6 ; & que tous les songes de ces Imposteurs sont autant de revelations & de propheties, dont le succez & l’évenement leur semble infaillible7. Cette credulité d’un Peuple qui est extrémement susceptible de ces sotises, & de toutes sortes d’erreurs, a mis tellement ces Jongleurs en credit, que ces maîtres Fourbes passent pour les plus considerables de la Nation8 : en un mot celuy-là est le plus estimé, qui paroît avoir l’Oüahich le plus fort ; & qui se fait distinguer entre les autres, par des effets les plus extraordinaires & les plus infaillibles.

  • 9 Le pacte était une composante essentielle du modèle démonologique en Europe. Cette convention écri (...)
  • 10 Les chamans communiquent-ils avec le Diable ? Le Diable se manifeste-t-il directement aux humains  (...)
  • 11 Lejeune raconte une scène de ce genre dans sa Relation de 1634 (JR, vol. 6, p. 194-198) : « [...] (...)

3Plusieurs de nos François ont crû un peu trop facilement, que ces Jongleries n’étoient que des bagatelles, & un jeu d’enfant : qu’il n’étoit rien de moins que ce qu’on disoit, de l’invocation qu’ils faisoient du Demon dans ces Jongleries superstitieuses & criminelles. Je veux bien croire que dans quelques-unes, il n’y a bien souvent que de vaines observations ; & c’est aussi, peut-être, ce qui a donné lieu à quelques-uns d’inferer trop legerement de ces Jongleries particulieres & tout-à-fait pueriles, que les autres n’avoient rien de diabolique. Il est vrai que je n’y ai pû découvrir aucun pacte explicite, ou implicite, entre les Jongleurs & le Demon9 ; mais je ne puis me persuader aussi, que le Diable10 ne domine dans leurs tromperies, & les impostures dont il se sert pour amuser ces Peuples, & les éloigner d’autant plus de la connoissance du vrai Dieu : car enfin il est difficile de croire qu’un Jongleur fasse naturellement paroître les arbres tout en feu, qui brûlent visiblement sans se consumer ; & donne le coup de la mort à des Sauvages, fussent-ils éloignez de quarante à cinquante lieuës, lorsqu’il enfonce son coûteau ou son épée dans la terre, & qu’il en tire l’un ou l’autre tout plein de sang, disant qu’un tel est mort, qui effectivement meurt & expire, dans le même moment qu’il prononce la sentence de mort contre luy11.

  • 12 Voir infra, p. 432-435.
  • 13 La même pratique est rapportée chez les Malécites et les Penobscots par Frank G. Speck: « [...] ha (...)

4Il n’est pas encore naturel, qu’avec le petit arc dont ils se servent, & qu’un Jongleur me donna avec son sac de Jonglerie12, ils blessent & tuent quelquefois les enfans dans le sein de leur mere, quand ils décochent leurs fléches dessus la simple figure de ces petit innocens, qu’ils craïonnent & marquent tout exprés, du mieux qu’ils peuvent, sur quelque morceau de peau de castor, ou d’orignac13.

  • 14 Voir supra, p. 422, n. 4, et infra, p. 429, n. 19.
  • 15 Booöin, boowoin : sorcier, magicien, devin (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac I (...)
  • 16 Emgatoig : prêter à quelqu’un ; magaloi : prête-moi (contraction de la première syllabe, usuelle à (...)
  • 17 Au témoignage de Biard, « la commune opinion est, qu’il faut faire plusieurs & bons presents à l’A (...)
  • 18 Lescarbot donne également une description détaillée de ce rituel curatif : « S’il y a quelqu’un de (...)

5Jugez de-là, s’il ne faut pas avouer qu’il y a dans ces effets extraordinaires, quelque chose de diabolique. Nos Gaspesiens cependant, font tant d’estime de leurs jongleurs, qu’ils recherchent dans leurs incommoditez, ceux qui passent pour les plus fameux, (ainsi que parmi nous, les malades ont recours dans leurs maux, aux plus habiles Medecins :) ils se persuadent même que ces Fourbes peuvent sûrement guerir leurs maladies, & les soulager, en chassant le Demon, ou le ver qu’ils croient être renfermé dans la partie affligée14. Ils appellent & font entrer le Jongleur dans la cabanne du malade : ce Bouhinne15 s’informe exactement de son mal ; & aprés luy avoir fait esperer qu’il luy donnera guerison, il demande & reçoit le present qu’il souhaite, étant en droit de choisir ce qu’il y a de plus considerable, de plus beau & de meilleur dans la cabanne du malade qui luy demande la guerison, le conjurant de la luy obtenir de son Ouhaïche, en luy disant ces paroles, Emkadoui16 comme s’il disoit, Prête-moi ton Demon. Le Jongleur luy répond : Si tu veux que je l’emploie à ton service, il faut que tu me fasse tels & tels prescris17. Il ne les a pas plûtôt reçus, qu’il chante quelque chanson à la louange du Oüahiche, & fait des postures & des contorsions épouventables : il s’approche & se recule du malade ; il souffle par plusieurs reprises sur la partie infirme ; il plante & fiche un bâton bien avant dans la terre ; il y attache une corde, dans laquelle il passe la tête, comme s’il se vouloit étrangler : c’est-là où il fait des invocations, jusqu’à se mettre tout en eau & en écume ; faisant croire, par toutes ces infames & violentes contorsions, que le Diable est enfin venu, & qu’il le tient même attaché, pour qu’il luy accorde la santé du malade. Il appelle ensuite & fait entrer les Sauvages dans la cabanne, ausquels il montre la corde, qui, dit-il, tient le Demon enchaîné : il en coupe un morceau, & le laisse ainsi échaper ; promettant que le malade guerira infailliblement. Un chacun luy en témoigne sa reconnoissance, par les presens ordinaires, & chantent tous d’un commun accord, quelque chanson à la loüange du Demon ; afin de le rendre propice & favorable, non-seulement au malade, mais encore à la Nation Gaspesienne18.

  • 19 Choojech’, tcoojetc: ver; choojich: reptile (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac (...)
  • 20 Voir supra, p. 422, n. 4.

6Tout ce qui me paroît encore de plus étrange dans l’aveuglement surprenant de ces Peuples touchant leur Jonglerie, c’est qu’ils jonglent même les corps morts, comme s’ils étoient vivans ; tant ils sont persuadez que le Demon, ou le ver, qu’ils appellent du nom de Tchougis19, ou de Malefice20, est la cause de toutes leurs maladies, & qu’il reste encore quelque-tems dans le corps du malade aprés sa mort : ce qu’ils firent assez connoître, par une action qui vous paroîtra sans doute bien cruelle, & tout-à-fait inhumaine.

7Un des plus considerables de nos Gaspesiens étant tombé dangereusement malade, fit appeller le Bouhinne le plus expert, pour luy rendre la santé : mais aïant expiré au milieu du tintamare des invocations & des insufflations de ce Jongleur, toute la parenté s’assembla, pour assister aux funerailles de celuy qui avoit toujours fait l’honneur de leur famille ; ils pleurerent ensemble son malheur, & firent les festins ordinaires des morts.

  • 21 Voir infra, p. 578.
  • 22 Décrivant les « ceremonies funebres d’un corps mort decedé en la terre des Etechemins », Lescarbot (...)
  • 23 Le cœur, organe central du corps et de la vie mais aussi siège du désir, de l’amour et de la haine (...)

8Le plus proche parent fit l’oraison funebre21, avec un long discours sur les actions les plus glorieuses, que le défunt avoit faites en faveur de la Nation : il la commença d’un ton de voix fort moderé ; mais enfin, outré qu’il étoit, par le déplaisir sensible qu’il ressentoit de la mort de son ami, il parut tout à coup plein de rage & de fureur, & dit à ceux qui l’accompagnoient : Qu’il faloit necessairement se vanger du Demon, qui non content d’avoir fait mourir le plus brave & le plus genereux de tous les Gaspesiens, étoit encore resté dans le cœur du défunt, pour l’empêcher de revivre, & le tourmenter aprés sa mort, comme il l’avoit persecuté cruellement durant sa vie. On le crut ; & tous d’un commun consentement, descendirent le cadavre, qui étoit exposé sur une espece d’échafaut22 qu’ils avoient fait dans la cabanne. Ils luy ouvrirent le ventre : & le Jongleur prenant le cœur entre ses mains, aprés l’avoir arraché, par un mouvement d’indignation contre le Tchougis, le découpa en autant de morceaux qu’ils étoient de personnes ; & les aïant distribuez à toute l’assemblée, ils en mangerent chacun leur part, pour, disoient-ils, se vanger du Demon, qui étoit dans le cœur du défunt. Cette action, barbare & cruelle, ne s’est faite qu’à quatre à cinq lieuës de l’endroit où j’étois ; & je l’ai sçû de ceux-mêmes qui avoient assisté à cet horrible festin, où la colere & la rage firent paroître tout ce qu’on se peut imaginer de plus inhumain23.

  • 24 Lafitau rapporte l’objection comparable d’une Abénaquise convertie à qui un missionnaire reproche (...)

9Nos Gaspesiens sont tellement adonnez à leur Jonglerie, qu’on peut dire que ce vice leur est naturel & hereditaire : c’est pourquoy, quand on les en veut tirer, ce qui ne se fait qu’avec bien de la peine, ils ont assez de malice pour dire aux Missionnaires, Qu’ils n’ont pas d’esprit, de trouver mauvais de ce qu’ils soufflent leurs malades ; puisqu’ils font eux-mêmes des insufflations, lorsqu’ils baptisent les enfans : & que si les Patriarches ont l’intention de chasser le Diable ou le peché, par leurs souffles & par leurs exorcismes ; les Sauvages n’ont point aussi d’autre dessein, que de chasser le ver, ou le Demon, du corps du malade24.

  • 25 Généralement considéré comme l’objet le plus précieux de l’équipement du chaman, le sac-médecine é (...)
  • 26 Employée pour la première fois par Denys en 1672 (Description geographique et historique, t. II, é (...)
  • 27 Parlant de certaines pierres que les Montagnais obtiennent du « diable » pour être « heureux à la (...)

10Vous remarquerez que chaque Jongleur a son sac particulier25, où sont toutes les piéces dont il se sert dans sa Jonglerie : les uns ont la figure de leur Oüahich, sous la forme d’un Quinquajou26 ; les autres, sous celle de quelque monstre, ou d’un homme sans tête. Il m’est tombé entre les mains un de ces sacs, qu’un Jongleur me donna, pour me témoigner qu’il vouloit prier Dieu, & se faire instruire27. Je le reçûs avec d’autant plus de joie, qu’il y avoit déja longtems que je souhaitois de gagner cette ame à Dieu, en luy faisant quitter ses erreurs, pour suivre les veritez du Christianisme. Il me le remit entre les mains, avec resolution de se faire Chrêtien, en me donnant avis, que si je le conservois pour l’envoïer en France, & luy faire changer de Païs, je ne vivrois pas davantage que quatre à cinq jours ; & que si je le jettois au feu, je devois apprehender que la maison ne fût aussitôt reduite en cendres, à cause des effets extraordinaires que son Oûahich causerait, lorsqu’il se verrait dans les fiâmes.

  • 28 Voir supra, p. 318, n. 23.
  • 29 Voir supra, p. 229, n. 5.

11Il est bon de ménager les Sauvages, & de differer quelquefois à les instruire, jusqu’à ce qu’ils aïent levé l’obstacle qui s’oppose à leur conversion : cela leur donne plus d’estime & de veneration pour le Christianisme, qu’ils croient alors ne pouvoir compatir avec leurs erreurs. Celuy-ci m’avoit témoigné plusieurs fois, qu’il vouloit se faire baptiser ; afin d’entrer avec les autres dans la cabanne du Jesus28, pour prier le Dieu du Soleil29. Je sçavois cependant qu’il étoit un des plus fameux Jongleurs de toute la Nation ; ce qui m’obligeoit de le traiter assez indifferemment, toutes les fois qu’il me parloit de se faire instruire. Il connut bien que toutes ses poursuites seroient inutiles, s’il ne changeoit pas de conduite, & s’il ne renonçoit pour jamais à son Oüahich. Je luy dis que toutes les promesses qu’il m’avoit faites jusqu’alors, avoient été sans effet ; & que si son cœur parloit tout de bon, il m’en devoit donner des marques plus sinceres, que par le passé. Ah ! me dit-il ; tu crois donc que je te veux tromper toûjours, comme j’ai fait jusqu’à present ? Tu te trompes toi même : & pour te persuader efficacement que je suis dans une veritable disposition de quitter mes erreurs, & de venir à la Priere ; tiens, me dit-il, voila mon sac de Jonglerie que je remets entre tes mains, pour ne m’en plus jamais servir.

12Voici l’inventaire de ce que je trouvai dans ce petit sac à Diable, qui étoit fait de la peau d’une tête entiere d’orignac, à la reserve des oreilles, qui en étoient ôtées.

  • 30 Lescarbot décrivait aussi le Oüahich de Membertou comme « je ne sçay quoy gros comme une noisette  (...)
  • 31 Voir supra, p. 426, n. 3.

13Il y avoit premierement le Oùahich de ce Jongleur, qui étoit une pierre de la grosseur d’une noix30, envelopée dans une boëte qu’il appelloit la maison de son Demon. Un morceau d’écorce, sur laquelle étoit une figure assez hideuse, faite avec de la pourcelaine noire & blanche, qui representoit quelque monstre, qu’on ne put pas bien distinguer, n’étant ni la representation d’un homme, ni d’aucun animal ; mais la forme d’un petit Quinquajou, qui étoit ornée de rassade noire & blanche : celuy-là, disent les Jongleurs, est le maître Diable, ou Oüahich. Il y avoit de plus, un petit arc d’un pied de longueur, avec une corde de deux brasses, entrelassée de porc-épi : c’est de cet arc fatal dont ils se servent, pour faire mourir les petits enfans dans le sein de leur mere31. Je me suis servi de la corde, pour en faire une ligne à pêcher la truite ; & j’en ai pris plus de deux cens, en trois heures de tems, dans un lieu où elles étoient en tres-grande abondance. Cela surprit un peu nos Sauvages, de voir que je faisois si peu d’état d’une chose que leurs Jongleurs estiment tant.

  • 32 B. G. Hoffman porte une attention particulière à cette description que fait Leclercq du contenu d’ (...)

14Outre cela, ce sac contenoit encore un morceau d’écorce envelopé d’une peau delicate & bien mince, où étoient representez des petits enfans, des oiseaux, des ours, des castors & des orignaux ; sur lesquels le Jongleur darde sa fléche à sa volonté, avec son petit arc, pour faire mourir des enfans, ou quelque autre chose, dont la figure est representée sur ce morceau d’écorce. Enfin, j’y trouvai un bâton d’un grand pied de long, garni de porc-épi blanc & rouge, au bout duquel étoient attachées plusieurs courroies de la longueur d’un demi-pied, & deux douzaines d’ergots d’orignac : c’est avec ce bâton qu’il fait un bruit de Demon, se servant de ses ergots comme de sonnettes, qui semblent plus propres à divertir les petis enfans, qu’à jongler. En un mot, la derniere piece du sac fut un oiseau de bois, qu’ils portent avec eux lorsqu’ils vont à la chasse, dans la pensée qu’il leur fera tuer du gibier en abondance32.

15Nôtre Sauvage Jongleur étoit cependant fort en peine, de ce qu’étoit devenu son sac, & quel usage j’en avois fait : il s’en voulut éclaircir, cinq à six semaines aprés me l’avoir donné ; & vint pour ce sujet à la cabanne où j’étois. Je luy dis, qu’il ne faloit plus songer à son sac, qui avoit merité d’être jetté au feu, puisque c’étoit le partage du Diable, qui y avoit demeuré si longtems ; & qu’il ne m’étoit arrivé aucun mal, non plus qu’à la maison, quoiqu’en me le donnant il m’eût menacé de quelque malheur. Se persuadant d’abord que je l’avois brûlé, Helas ! dit-il, je m’en suis bien apperçû, dans les voïages que j’ai fait depuis que je te l’ai donné : car j’ai eu faim, & j’ai été fatigué ; ce qui ne m’arrivoit jamais, quand j’avois mon sac. Je prenois mon Diable entre mes mains, & le pressois fortement contre mon estomac. Hé quoy donc, luy disois-je, souffriras-tu que je sois accablé de faim & de fatigue, toi qui ne m’asjamais delaissé ? Fais, de grace, quej’aie dequoy manger : donnes-moi quelque soulagement dans les fatigues & dans la necessité qui m’accablent. Il écoutoit ma priere, & éxauçoit promtement mes vœux. Je luy fis cependant avouer, en luy montrant son Oüahich, que c’étoit encore un reste de ses réveries et de ses sotes imaginations ; luy marquant plusieurs rencontres où il avoit beaucoup souffert, sans qu’il eût reçû aucun secours du Demon, dont la vertu étoit si foible, qu’il n’avoit pas le pouvoir de s’aider, ni de se soulager luy-même dans l’excez de ses souffrances.

  • 33 À propos du chef et chaman souriquois Membertou, Lescarbot rapporte : « S’il est question d’avoir (...)

16Quelques-uns de ces Jongleurs se mêlent aussi de prédire les choses futures ; ensorte que si leurs prédictions se trouvent veritables, comme il arrive quelquefois par hazard, les voila en credit & en reputation33 : si au contraire elles se trouvent fausses, comme c’est l’ordinaire, ils en sont quittes pour dire que leur Demon est fâché contre toute la Nation. C’est une chose assez surprenante, que cette impertinente excuse, bien loin de les décrediter, leur procure des presens considerables qu’on leur fait, pour appaiser la colere de ce Demon, qui par le ministere de ces Jongleurs, abuse ces Peuples, & se joue aisément de leur simplicité.

  • 34 Voir Biard (Relation de 1616, JR vol. 3 p. 132) : « Les Sauvages m’ont bien souvent dit, que du te (...)

17Nos pauvres Gaspesiens étoient autrefois tourmentez du Diable, qui souvent les batoit tres cruellement34, & même les épouventoit par des spectres hideux, & des phantômes horribles ; jusques-là, qu’on a vû autrefois d’effroïables carcasses tomber au milieu de leurs cabannes, lesquelles causoient tant de terreur aux Sauvages, que quelquefois ils en tomboient morts sur la place.

18Comme dans les occasions qui font perdre courage aux plus hardis, il se rencontre toujours quelque déterminé, il arriva en celle-ci, qu’un de nos Sauvages, se proposa de vanger luy seul les outrages que les Demons faisoient à toutes les cabannes de la Nation ; il prit en effet le dessein de tuer celuy qui les avoit tourmenté cruellement depuis si longtems : il assûra même aux Sauvages, qu’il ne doutoit aucunement du succez de son entreprise, & qu’ils n’avoient qu’à se réjouir ; parce, disoit-il, qu’il sçavoit précisément l’endroit par lequel il venoit chez eux : c’étoit un petit ruisseau entre deux rochers, où il ne manqua pas de se camper avec son fuzil entre ses bras. Un de nos François l’aïant trouvé en cette posture, luy demanda ce qu’il faisoit, & qui il attendoit. Qui j’attens ? répondit-il fierement ; j’attens le Diable pour le tuer, luy arracher le cœur du ventre, & ensuite luy enlever la chevelure, en punition & en vengeance des outrages & des insultes qu’il nous a faits jusqu’à present : il y a trop longtems qu’il nous tourmente ; & c’est aujourd’hui que je veux délivrer tous les Gaspesiens de ces malheurs : qu’il vienne, qu’il paroisse, je l’attens de pied ferme.

19Il est constant que depuis qu’ils sont instruits de nos sacrez Misteres, particulierement ceux que nous avons baptisez, ne sont plus batus, ni tourmentez du Demon, de la maniere qu’ils l’étoient auparavant qu’ils eussent reçû le premier & le plus necessaire de nos Sacremens.

  • 35 La description que Leclercq s’apprête ici à faire de ces « coutumes » constitue l’un des témoignag (...)

20Si ces Peuples, comme vous venez de voir, sont si arrêtez à leurs Jongleries, ils n’observent pas avec moins d’éxactitude certaines coûumes ridicules & superstitieuses35 ; sçavoir, que lesjeunes gens non mariez ne mangent jamais de porc-épi rôti, se persuadant qu’ils ne marcheroient non plus que cet animal, qui va tres-lentement : il leur est cependant permis de le manger bouilli, sans aucun risque.

  • 36 Voir supra, p. 301, n. 54. Au sujet des Montagnais, Lejeune rapporte : « Ils ne mangent point les (...)

21Les petits fans d’ours, d’orignac36, de loutres, de castors, & de porc-épis qui sont encore dans le ventre de leur mere, est le morceau délicat qui est reservé pour les anciens, n’étant pas permis aux jeunes gens d’y goûter ; parce qu’ils auroient, disent-ils, bien mal aux pieds quand ils iroient à la chasse. Par ce même raisonnement, il leur est aussi défendu de manger des entrailles de l’ours, de la moëlle, ou de quelques autres morceaux delicats, ces mets frians étant uniquement reservez pour les vieillards.

  • 37 Denys confirme que les Micmacs ne donnent pas aux chiens les os « de Castor, s’ils en mangeoient c (...)

22Les os du castor ne se donnent pas aux chiens, d’autant qu’ils perdroient, selon leur opinion le sentiment de la chasse du castor. On ne les jette point non plus dans les rivieres, par ce que les Sauvages apprehendent que l’esprit des os de cet animal n’en portent bientôt la nouvelle aux autres castors, qui deserteroient le Païs, pour éviter le même malheur37.

  • 38 En 1634, le jésuite Lejeune relate comment il fut sévèrement blâmé par les Montagnais pour avoir d (...)

23Ils ne brûlent jamais encore les os du faon de l’orignac, ni la carcasse des martes : & ils se donnent bien de garde aussi de les donner aux chiens38 ; parce qu’ils ne pourraient plus prendre aucuns de ces animaux à la chasse, si les esprits des martes & des faons d’orignac disoient à leurs semblables, le mauvais traitement qu’ils auroient reçu chez les Sauvages.

  • 39 Même observation chez Lejeune : « c’est chose estrange qu’ils recueillent & ramassent ces os, & le (...)

24S’ils prennent quelques castors à la trappe, la coutume veut qu’il soit ouvert en public, & que la viande demeure deux jours sur les perches à la fumée, avant que de la mettre à la chaudiere. Il faut bien prendre garde que le bouillon ne tombe dans le feu, & conserver les os soigneusement39 ; parce que le contraire est un presage de malheur, ou de quelque infortune sur toute la Nation.

25Un Chef de la Nation jetta une fois en ma presence, le pied d’un hibou dans la chaudiere d’un festin solemnel, comme un pronostic assûré que son fils, qui l’avoit tué à l’âge de cinq ans, seroit un jour un grand chasseur, & le plus vaillant guerrier du Monde.

  • 40 Voir Lejeune (Relation de 1633, JR vol. 5, p. 128-130) : « Le corps du mort ne sort point par la p (...)
  • 41 Selon Lejeune, « toutes les filles nubiles, & les jeunes femmes mariées qui n’ont point encore eu (...)

26Les jeunes gens ne mangent jamais le cœur de l’ours, crainte de souffler en marchant, & de manquer de courage dans les occasions. Si quelque chasseur a tué, ou pris à la trape quelqu’un de ces animaux, on se donne bien de garde de le faire entrer par la porte ordinaire de la cabanne40 ; la coutume veut, & la superstition ordonne, d’y faire une ouverture nouvelle, à droite ou à gauche ; parce que, disent-ils, les Sauvagesses ne meritent pas de passer par où l’ours entre dans la cabanne. Les filles & les femmes qui n’ont pas encore eu d’enfans, en sortent au moment que l’ours en approche ; & elles n’y reviennent jamais, qu’il ne soit tout mangé41.

  • 42 Dans son Histoire de la Nouvelle-France (livre V, chap. III, éd. Grant, t. III, p. 306), Lescarbot (...)

27Nos Gaspesiens sont encore tellement credules aux rêves, qu’ils donnent facilement dans tout ce que l’imagination, ou le Demon leur represente en dormant ; & c’est assez que de rêver chez eux, pour leur faire prendre des resolutions sur un même sujet, toutes contraires à celles qu’ils auront prises auparavant42.

  • 43 Biard note : « On dresse tousjours une cabane à l’escart pour les femmes, qui ont leurs mois, car (...)

28Ce qui est de plus surprenant, c’est qu’ils observent encore aujourd’hui certaines ceremonies dont ils ne connoissent point l’origine, ni ne donnent d’autres raisons, sinon que leurs ancêtres ont toûjours pratiqué la même chose. La premiere, c’est que les filles & les femmes se reputent immondes, lorsqu’elles souffrent les incommoditez ordinaires à leur sexe ; & alors il ne leur est pas permis de manger avec les autres : mais il faut qu’elles aient leur chaudiere à part, & qu’elles vivent en leur particulier43. Il n’est pas permis aux filles, pendant ce tems-là, de manger du castor, & celles qui en mangent sont reputées méchantes ; se persuadant que le castor, disent-ils, qui a de l’esprit, ne se laisseroit plus prendre par les Sauvages, aprés avoir été mangé par leurs filles immondes. Les veuves ne mangent jamais de ce qui a été tué par les jeunes gens ; il faut que ce soit un homme marié, un vieillard, ou un considerable de la Nation, qui chasse ou pêche pour leur nourriture. Elles observent si scrupuleusement cette coûtume superstitieuse, qu’elles racontent encore aujourd’hui avec admiration, qu’une veuve Gaspesienne se laissa mourir de faim, plûtôt que de manger de l’orignac ou du castor, qui étoient dans sa cabanne jusqu’à l’abondance ; parce qu’ils avoient été tuez par des jeunes gens, & qu’il n’étoit pas permis aux veuves d’en manger.

  • 44 Les Micmacs ont en effet emprunté au français le mot « carême », en l’utilisant notamment avec le (...)
  • 45 Biard observait, dès 1616, ce type d’objections relativisantes chez les Micmacs : « [...] toutes v (...)
  • 46 Même remarque chez Lescarbot (Histoire de lu Nouvelle-France, livre VI, chap. XVII, éd. Grant, t. (...)
  • 47 Sagard avait déjà noté dans son Histoire du Canada (livre II, chap. XVIII, éd. Tross, p. 311) : «  (...)

29J’en ai vû une, dans les hivernemens que j’ai fait dans les bois avec nos Sauvages, qui demeura trois jours sans manger, avec autant de joie, que si elle eût fait la meilleure chere du monde. Je luy dis tout ce qu’il me fut possible, pour luy faire rompre son Carême ; c’est ainsi qu’ils appellent cette abstinence44 : mais ce fut en vain ; & je ne pûs jamais la resoudre à manger, quoiqu’il y eût de la viande abondamment dans sa cabanne : ses enfans mêmes murmurerent contre moi, de ce que je sollicitois leur mere à quitter la coûtume de leurs ancêtres ; me disant que les Sauvages avoient leur maniere de vivre, aussi-bien que les François ; que nous pouvions suivre nos maximes, sans vouloir les obliger à quitter les leurs45. Cette femme me pria d’accompagner les Sauvages à la chasse du castor, à laquelle ils m’avoient invité, pour m’en donner le divertissement : & elle m’assûra qu’elle mangeroit volontiers de celuy que je tuërois, si j’avois assez d’adresse d’en surprendre quelqu’un ; parce qu’elle me consideroit comme leur pere, & comme un de leurs anciens. Je fus assez heureux d’en trouver deux, ausquels je cassai la tête ; je les portai à sa cabanne, & je luy en fis present : elle les mangea tous les deux en son particulier, ne luy étant pas permis de manger avec les autres, ni aux autres de manger avec elle. Elles observent la même chose aprés leurs couches, pendant un mois ou deux, suivant leur volonté46 : & pendant tout ce tems-là, c’est une espece d’infamie, & un méchant presage, si elles boivent dans la chaudiere, ou dans le plat d’écorce qui sont à leur usage, parce que, disent ces Barbares, on ne peut faire bonne chasse d’orignac, ni de castor, quand cela arrive47.

  • 48 Les Micmacs désignaient en effet les missionnaires sous le terme de « patriarche », souvent repris (...)
  • 49 Sans doute un Amérindien de la rivière Kennebec (Maine), par conséquent un Abénaquis de l’Est. Lec (...)

30Comme nos Sauvages s’apperçoivent qu’on rend beaucoup d’honneur aux Missionnaires, & qu’eux-mêmes les ont qualifié, par respect & par reverence, du titre de Patriarche48 ; on a souvent vû de ces Barbares s’ingerer & affecter l’exercice & les fonctions de Missionnaire, jusqu’à confesser comme nous, ceux de leur Nation. Quand donc ces sortes de gens veulent autoriser ce qu’ils disent, & s’ériger en Patriarches, ils font acroire à nos Gaspesiens, qu’ils ont reçu quelque don particulier du Ciel : comme celuy de Kenibeki49 disoit, qu’il avoit reçu une image du Ciel ; ce n’étoit cependant qu’un portrait qu’on luy avoit donné, lorsqu’il étoit à la traite chez nos François.

  • 50 Il s’agit d’un complément d’agent qui serait, en français du xxe siècle, introduit par la préposit (...)
  • 51 Voir supra, p. 229, n. 5.
  • 52 Voir supra, p. 274, n 27.
  • 53 Expression fréquemment attribuée aux Amérindiens quand ils formulent une objection : dans la Relat (...)
  • 54 Voir supra, p. 239, n. 9, et p. 253, n. 18.
  • 55 Voir supra, p. 419-420.

31Ce qui est surprenant, c’est que cette ambition de faire le Patriarche, ne domine pas seulement sur les hommes ; les femmes mêmes s’en mêlent, lesquelles en usurpant la qualité & le nom de Religieuses, disent quelques prieres à leur mode, & affectent une maniere de vivre plus retenuë que celle du commun des Sauvages, qui se laissant ébloüir à50 l’éclat d’une fausse & ridicule devotion, les considerent comme des femmes extraordinaires, qu’ils croient converser, parler familierement, & communiquer avec le Soleil, qu’ils ont adoré tous comme leur Divinité51. Nous en avions une fameuse il n’y a pas longtems, qui par ses superstitions extravagantes, entretenoit celles de ces pauvres Sauvages. J’avois un desir extréme de la voir ; mais elle mourut dans les bois, sans le baptême, que j’avois dessein de luy donner, si j’eusse été assez heureux de l’en rendre capable. Cette vieille, qui comptoit plus de cent quatorze ans52 depuis sa naissance, avoit, pour toutes ses devotions ridicules & supertitieuses, quelques grains de jaie, qui étoient les restes d’un chapelet défilé, qu’elle conservoit precieusement, ne les donnant qu’à ceux qui étoient de ses amis ; en leur protestant cependant, que le don qu’elle leur faisoit étoit venu originairement du Ciel, qui luy continuoit toujours cette même faveur, autant de fois que pour adorer le Soleil, elle sortoit de sa cabanne, & luy rendoit ses hommages & ses adorations : Je n’ai pour lors, leur disoit-elle, qu’à presenter ma main & l’ouvrir, pour faire tomber du Ciel ces grains misterieux, qui ont la vertu & la propriété non-seulement de soulager les Sauvages dans leurs maladies & dans toutes leurs necessitez les plus pressantes ; mais encore de les preserver de la surprise, de la persecution, & de la fureur de leurs ennemis. On peut dire veritablement, que si quelqu’un de ce Peuple s’adonnoit tout de bon à la vertu, & qu’il prît soin d’instruire les autres, il feroit des prodiges parmi eux ; puisqu’ils croiroient aisément tout ce que diroit un homme de leur Nation. Cette fourberie donc, que ces grains de chapelet venoient du Ciel, étoit si bien recûë de ceux qui se glorifioient d’en avoir quelques-uns, qu’ils les conservoient comme tout ce qu’ils avoient de plus cher au monde ; & c’étoit les aigrir à outrance, que de les contredire dans une sotise, qui dans leur estime passoit pour quelque chose de divin & de sacré. Tel étoit le sentiment d’une Sauvagesse qui m’avoit demandé le Baptême, & que j’instruisois pour ce sujet pendant mon hivernement de Nipisiguit : elle avoit, comme parente de cette Patriarche, cinq grains de chapelet misterieux, qu’elle tenoit envelopez avec beaucoup de soin ; elle me les montra, en me voulant persuader que c’étoit un present que le Ciel avoit fait à cette pretenduë Religieuse. Ce trait de superstition, que j’apperçûs dans cette Catechumene, me fit prendre la resolution de differer son Baptême, luy faisant connoître l’obstacle qu’elle y apportoit, par la fausse & foie creance qu’elle avoit touchant ces grains de chapelet, qui venoient de France ; & que si elle avoit autant d’empressement pour le Baptême, qu’elle l’avoit témoigné, elle ne m’en pouvoit donner de preuves plus évidentes, qu’en me les remettant entre les mains. Elle fut assez surprise de ce discours ; elle me promit neanmoins, quoique d’une maniere assez foible, qu’elle feroit tout ce que je souhaiterois en ce rencontre. Elle me les fit voir ; & les aïant entre mes mains, j’admirai la simplicité de cette creature. J’en cachai un ; & de cinq qu’elle m’avoit donné, je ne luy en rendis que quatre. Elle me demanda, bien embarrassée, où étoit le cinquiéme ? J’affectai d’ignorer le nombre qu’elle m’en avoit donné, & je fis semblant de le chercher parmi les branches de sapin sur lesquelles j’étois pour lors assis. Cette Catechumene s’étant donc persuadée, aussi-bien que toute sa famille, que j’avois laissé tomber par mégarde ce grain misterieux, elle en fit elle-même, avec tous les autres une recherche, si exacte, qu’il ne resta rien dans sa cabanne qui ne fût ôté plusieurs fois de sa place. J’avois assez de peine à garder le serieux, voïant tout ce plaisant remuë-ménage ; & peu s’en falut, que je n’éclatasse de rire, lorsqu’une vieille Sauvagesse considerant que toutes ces recherches étoient inutiles, commença à se plaindre du peu de soin que j’avois eu de conserver une chose si precieuse ; elle me dit, les larmes aux yeux : Qu’elle avoit un regret mortel, d’une perte si considerable : qu’il étoit bien aisé de voir que ce grain étoit venu du Ciel : puisqu’il avoit quitté si subitement leur cabanne, pour s’envoler dans le sein du Soleil, duquel il descendrait une seconde fois, quand la Patriarche ferait sa priere accoûtumée : que tout incredule que j’avois paru jusqu’alors, à tout ce que me disoient les Gaspesiens, de la sainteté de cette vieille, & de la conversation familiere qu’elle avoit tous les jours avec Dieu, elle m’en feroit cependant connoître la verité, lorsque nous irions au Printems, comme nous nous le proposions, dans la cabanne de cette Patriarche, où je trouverais infailliblement le grain que j’avois perdu. Elle me reïtera la même chose pendant plusieurs jours, avec tant d’importunité, que j’admi¬ rois son extravagance & ses superstitions. Les raisons les plus convaincantes que je luy alleguois pour la détromper, furent inutiles ; car fermant l’oreille à tout ce que je pus dire pour luy inspirer des sentimens plus justes, elle s’emportoit contre moi avec tant de colere & de violence, que je jugeai à propos de la détromper dans le moment, & de la convaincre de l’erreur où elle étoit : ce qui me fut bien facile, en luy montrant ce grain de chapelet, & l’abus surprenant dont elle étoit coupable. Elle fut extrémement surprise, & m’avoua franchement qu’elle n’avoit pas d’esprit53. Chacun profita de mes instructions ; & nôtre Catechumene me donna d’un grand cœur les quatre autres, qu’elle conservoit precieusement, parmi tout ce qu’elle avoit de plus considerable. Quelques-uns de nos François, qui avoient été dans la cabanne de cette vieille Gaspesienne, m’assûrerent qu’elle avoit encore en singuliere veneration un Roi de cœur, le pied d’un verre, & une espece de medaille : qu’elle adoroit ces bagatelles avec tant de respect, qu’elle se prosternoit devant elles, comme devant ses Divinitez. Elle étoit de la Nation des Porte-Croix, selon qu’il étoit aisé de voir par la sienne, qu’elle avoit placée dans l’endroit le plus honorable de sa cabanne ; l’aïant enjolivée de rassade, de pourcelaine, de matachias54, & de porc-épi, dont le mélange agreable representoit plusieurs & differentes figures de tout ce qui étoit à sa devotion. Elle la mettoit ordinairement entre elle & les François ; les obligeant de faire leurs Prieres devant sa Croix, pendant que de son côté elle faisoit les siennes, selon sa coûtume, devant son Roi de cœur & ses autres Divinitez, que les Sauvages enterrerent avec elle aprés sa mort, persuadez qu’ils étoient, qu’elle iroit faire la Patriarche dans l’autre Monde, & qu’elle n’auroit pas la destinée des autres hommes mortels dans le Païs des Ames, qui dansent sans cesse à leur arrivée, & sont toujours dans un continuel mouvement55 ; mais qu’elle joüiroit d’un repos perpetuel, & d’une heureuse tranquillité.

32Je n’aurois jamais fait, si je voulois vous rapporter ici tous les traits de superstition de ces Barbares : ce que j’en ai dit suffit, pour vous faire voir jusqu’où va l’abus & la simplicité de ce Peuple aveugle, qui a vêcu dans les tenebres du Christianisme, sans Loi, sans Foi, & sans Religion.

Notes

1 « C’est l’office du Sorcier d’interpreter les songes, d’expliquer le chant, ou le rencontre des oiseaux. Les Romains avoyent les Augures qui faisoyent la mesme chose » (Lejeune, Relation de 1637, JR, vol. 12, p. 8). A cette distinction près, toutefois, s’il faut en croire Lafitau, que si les « Peuples de l’Amerique » sont « bien infatués de leurs songes », ils « ne sçavent pas trop [...] ce que c’est que prédire par l’aspect des Astres, & [...] ne paroissent pas faire grande attention aux Augures, par ie vol des oiseaux, & par la consideration des entrailles des victimes », préférant à ces méthodes « la Pyromantie, l’Hydromantie, & les autres qu’on peut voir dans les Auteurs, qui ont traité de la Magie & de la Divination » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 358, 385).

2 Formulation analogue chez Raudot (Relation par lettres, p. 80) : « Ces sauvages en ont parmy eux qu’on appelle des jongleurs. Ces gens pretendent parler au diable et qu’il leur dit des choses qu’ils luy demandent. » Sur l’acquisition du pouvoir chamanique, voir infra, p. 423, n. 5. Selon Lescarbot, la fonction de chaman était héréditaire : « [...] parmi ces gens ici ce métier est successif, & par une traditive en enseignent le secret à leurs fils ainés. Car l’ainé de Membertou [...] nous disoit qu’aprés son pere il seroit Aoutmoin au quartier » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. V, éd. Grant, t. III, p. 362).

3 Appelé par eux « Tchougis » : voir infra, p. 429, n. 19.

4 Les Amérindiens attribuaient diverses causes aux maladies dont le traitement par les moyens naturels traditionnels échouait : sorcellerie, transgression d’un tabou, intrusion d’un esprit ou d’un « objet pathologique » (Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, p. 185), perte de l’âme, insatisfaction des désirs de l’âme (Iroquoiens). L’intrusion dans le corps d’un objet ou d’un esprit était très fréquemment interprétée comme l’effet d’un sortilège. La guérison du malade exigeait l’intervention du chaman et l’extraction, soit par insufflation, comme le mentionne ici Leclercq, soit par succion, de l’agent responsable de l’état morbide. Voir, par exemple, Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. V, éd. Grant, t. III, p. 360) : « S’il y a quelqu’un de malade on l’envoye querir [l’aoutmoin], il fait des invocations à son dæmon, il souffle la partie dolente, il y fait des incisions, en succe le mauvais sang » ; Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 118) : si le malade ne mange pas ce qu’on lui aura donné, « Ion dira, qu’il est bien malade. Et apres quelques jours (si lon peut) on mandera querir l’Autmoin, que les Basques appellent Pilotoys, c’est à dire, sorcier. Or ce Pilotoys ayant consideré son malade, le souffle, & resouffle avec je ne sçay quels enchantements ». Voir aussi Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 589-590). Selon R. Flannery (An Analysis of Coastal Algonquian Culture, p. 145-146), la succion de la région douloureuse du corps du malade est une pratique chamanique largement répandue dans toute l’Amérique du Nord, alors que l’insufflation serait un procédé absent chez les Algonquiens septentrionaux et dont la présence chez les Algonquiens côtiers pourrait témoigner d’une influence iroquoienne. Pour d’autres descriptions de ce rituel de guérison chez divers groupes amérindiens, voir Lejeune (Relation de 1636, JR, vol. 9, p. 80), Ragueneau (Relation de 1647-1648, JR, vol. 33, p. 198), Bressani (Relation abrégée, p. 43), Claude Allouez (Relation de 1666-1667, JR, vol. 50, p. 290-292), Claude Dablon (Relation de 1679, JR, vol. 61, p. 148-150), Gabriel Marest (« Lettre [...] au Père Germon, le 9 Novembre 1712 », JR, vol. 66, p. 232-234), Hennepin (Nouveau Voyage, p. 171-173), Lamothe Cadillac (« Relation du sieur de Lamothe Cadillac », dans P. Margry, Découvertes et établissements, vol. 5, p. 108-110), Lahontan (Mémoires, dans Œuvres complètes, p. 685-686), Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 381-382) et Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 714).

5 Voir supra, p. 242, n. 19. Le pouvoir du chaman était souvent attribué à un « démon familier », à un esprit auxiliaire acquis soit après un rêve, soit au cours d’un jeûne, exercice qui, chez beaucoup d’Amérindiens, passait pour favoriser une lucidité exceptionnelle. L’esprit se manifestait au chaman dans des visions oniriques ou hallucinatoires, sous la forme matérielle d’un animal ou d’un objet qu’il devait ensuite se procurer pour invoquer par son intermédiaire cet auxiliaire spirituel. Voir Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 370-371) : « Cet Oïaron, qui leur est montré dans un de ces songes mysterieux, consiste dans la premiere bagatelle qui aura passé dans leur imagination, déreglée par le sommeil, ou alterée par un long jeûne. Un calumet, un coûteau, une peau d’Ours, une plante, un animal, en un mot quelque chose que ce puisse être, c’est là l’Otkon, l’Okki, le Manitou, c’est-à-dire, l’Esprit : non pas qu’ils croyent que ce soit réellement un esprit, mais plûtôt c’en est le symbole, le signe du pacte, ou le terme de l’union morale, qui est entre leur ame & ce génie, qui s’attache à eux, par qui ils doivent tout connoître, & tout operer » Parlant de Membertou, « sçavant Aoutmoin », Lescarbot rapportait : « [il] porte penduë à son col la marque de cette profession, qui est une bourse en triangle couverte de leur broderie, c’est à dire de Matachiaz, dans laquelle y aje ne sçay quoy gros comme une noisette, qu’il dit étre son demon appelle Aoutem » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. V, éd. Grant, t. III, p. 362). Parmi les chamans, celui dont les performances étaient les plus remarquables était réputé avoir l’auxiliaire le plus puissant (V. J. Vogel, American Indian Mediane, p. 26). Voir encore, à ce sujet, Ragueneau (Relation de 1647-1648, JR, vol. 33, p. 192, 220), Lamothe Cadillac (« Relation du sieur de Lamothe Cadillac », dans P. Margry, Découvertes et établissements, vol. 5, p. 108) et Lafitau (op. cit., t. II, p. 375-376).

6 Selon Lescarbot, « quand les Sauvages ont faim ilz consultent l’oracle de Membertou, & il leur dit, Allés en tel endroit, & vous trouverez de la chasse. [...] ilz s’en vont l’arc au poin, & le carquois sur le dos la part que leur Aoutmoin leur aura indiqué [...] ou ailleurs où ilz penseront ne devoir perdre temps » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. V et XX, éd. Grant, t. III, p. 360 et 422). Sagard reprend presque textuellement ce passage dans son Histoire du Canada (livre II, chap. XII, éd. Tross, p. 247). Biard signale également parmi les « sorceleries & charmes des Autmoins » des « sacrifices faicts au Diable, pour avoir bonne fortune à la chasse » (Relation de 1616, JR vol. 3, p. 130). Décrivant une séance d’hydromancie au siècle suivant, Maillard citera de même parmi les principaux motifs de consultation du chaman: « to know whether the chase of such a particular species of beasts should be undertaken; al what season, or on which side of the country » (An Account of the Customs and Manners, p. 42). Voir encore supra, p. 372-373.

7 Biard rapporte, par exemple, que le chaman devait rêver pour établir le pronostic d’une maladie et que son verdict était considéré comme infaillible : « L’Autmoin dit, que ja le Diable estant tué, ou bien blessé, ou du moins dehors [...] ; Il reste à sçavoir s’il aura point laissé le malade blessé à mort. Pour deviner cela il faut qu’il songe [...]. Ayant bien dormy, & songé, il revoit son malade, [...] il le prononce devoir, ou vivre, ou mourir. [...] Il dira doncques qu’il mourra, par exemple dans trois jours. [...] le malade dés qu’il est ainsi jugé à mort ne mange point, & lon ne luy donne rien plus » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 122). On trouve d’autres exemples de divination par le rêve chez le chaman dans les légendes micmaques recueillies au xixe siècle par S. T. Rand (Legends of the Micmacs, p. 127, 147).

8 La plupart des observateurs européens décrivent le chaman comme un imposteur qui profite de l’ignorance générale pour vivre et se faire craindre et respecter. Lescarbot écrit : « Les Aoutmoins de la derniere terre des Indes qui est la plus proche de nous, ne sont si lourdauts qu’ilz n’en sachent bien faire à croire au menu peuple. Car avec leurs impostures, ilz vivent, & se rendent necessaires, faisans la Medecine & Chirurgie [...] » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. V, éd. Grant, t. III, p. 360). Voir aussi Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 589-590). De nombreux auteurs reconnaissent néanmoins l’influence et le prestige du chaman au sein de sa communauté. Parlant des assemblées de chefs ou sagamos, Biard affirme : « Il n’y a que lesdits Sagamos, qui ayent voix en chapitre, & qui harenguent, ne fussent quelques vieux, & renommés Autmoins, qui sont comme leurs Prestres, car il les honnorent fort, & leur donnent seance la mesme qu’aux Sagamos. Il arrive quelque fois, qu’un mesme est tout ensemble & Autmoin & Sagamo, & lors il est grandement redouté » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 90). Maillard dépeint également le chaman comme un personnage craint et dont l’influence est établie dans l’ensemble de la communauté (An Account of the Customs and Manners, p. 39, 41). Lafitau témoigne de « l’estime que les Sauvages ont pour le leurs Jongleurs » et « de l’intime persuasion où ils sont tous, du pouvoir que le Démon a sur eux, de l’efficace des sorts, & de la vertu qu’ont leurs Jongleurs pour connoître, & pour découvrir ceux qui les ont donnez » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 379, 388).

9 Le pacte était une composante essentielle du modèle démonologique en Europe. Cette convention écrite par laquelle le sorcier renonçait à Dieu et s’engageait à céder son âme au Diable en échange de ses services commença à être recherchée comme preuve matérielle de culpabilité au moment des grandes possessions conventuelles qui marquèrent la première moitié du xviie siècle en France (R. Mandrou, Magistrats et sorciers en France au xviie siècle, p. 78, 109).

10 Les chamans communiquent-ils avec le Diable ? Le Diable se manifeste-t-il directement aux humains ? Lejeune lui-même, qui se demande, dans le chapitre X de sa Relation de 1637, si les « sorciers » montagnais sont en « communication avec le Diable », finit par répondre qu’« il est probable que le Diable se communique par fois sensiblement à ces pauvres Barbares » (JR, vol. 12, p. 22). La persistance des procès pour sorcellerie ou possession diabolique au xviie siècle atteste largement cette croyance. Ainsi le jésuite Surin, venu exorciser les ursulines de Loudun, se trouve-t-il à son tour habité par le Malin qui le possède « plusieurs heures comme un énergumène » (M. de Certeau, La Possession de Loudun, p. 299-300). Une ordonnance royale de 1682 restreindra la peine de mort aux empoisonneurs et à ceux qui auront joint à la « superstition » « l’impiété et le sacrilège ». On ne sera pas surpris que Lafitau revienne sur cette question en 1724 dans son grand traité d’anthropologie comparée. Il estimera que si tous les auteurs conviennent que « le Démon [...] apparoît sous diverses formes » aux « Sauvages [...] de l’Amerique Meridionale & du Mexique » et « qu’ils ont avec lui un commerce sensible », la majorité d’entre eux « parle néanmoins autrement des Sauvages de l’Amerique Septentrionale. Les Missionnaires de la Nouvelle France [...] examinerent d’abord avec grand soin, si le Démon avoit part à leurs sorts, & à leurs autres pratiques superstitieuses ; mais, quelque peine qu’ils ayent pû prendre, ils ne purent rien découvrir, sur quoi ils pussent appuyer un jugement assuré » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 376-378).

11 Lejeune raconte une scène de ce genre dans sa Relation de 1634 (JR, vol. 6, p. 194-198) : « [...] je leur demanday donc où estoit l’homme qu’ils vouloient faire mourir, ils me repartent qu’il estoit vers Gaspé à plus de cens lieuës de nous. [...] Là dessus mon hoste va ayder son frere, il fait une assez grande fosse en terre avec ces pieux : cependant les chants & autres bruits continuoient incessemment. La fosse faite, les pieux plantez, le valet du sorcier, j’entens l’Apostat, va querir une espée, & le sorcier en frappe l’un de ces paux, puis descend dans la fosse, tenant la posture d’un homme animé qui tire de grands coups d’espée & de poignard ; car il avoit l’un & l’autre dans cette action d’homme furieux & enragé. Le sorcier prend le sort envelopé de peau, le met dans la fosse, & redouble les coups d’espée à mesme temps qu’on redoubloit le tintamarre. § En fin ce mystere cessa, il retire l’espée & le poignard tout ensanglanté, lesjette devant les autres Sauvages ; on recouvre viste la fosse, & le magicien tout glorieux, dit que son homme est frappé, qu’il mourra bien tost [...]. » Voir aussi Relation de 1637, JR vol. 12, p. 10.

12 Voir infra, p. 432-435.

13 La même pratique est rapportée chez les Malécites et les Penobscots par Frank G. Speck: « [...] having made an image by outlining in sand or drawing with a charred stick on bark the figure of his victim, the shaman named il and then shot, stabbed, clubbed or burned the likeness. As a consequence of this action the victim would suffer a corresponding fate unless he could bribe the operator to withdraw the cause or to annul il » (« Penobscot shamanism », Memoirs of the American Anthropological Association, vol. 6, n° 4, 1919, p. 265-266). Lafitau fait mention, non pas de dessins, mais de « figures de pâte, ou de feüilles de bled d’Inde, ou de fil de coton, qui supposent [c’est-à-dire qui servent de substituts] pour la personne que le sort regarde » et qui étaient percées « avec des épines » ou frappées « avec de petites flêches proportionnées à la grandeur de la figure » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 382). Voir également R. Flannery, An Analysis of Coastal Algonquian Culture, p. 151.

14 Voir supra, p. 422, n. 4, et infra, p. 429, n. 19.

15 Booöin, boowoin : sorcier, magicien, devin (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 163, 245 ; English-Micmac Dictionary, p. 35 ; A Short Statement of Facts, p. 28) ; poôoin : sorcier (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 236 ; Leçons grammaticales de la langue micmaque, p. 253) ; puowin : sorcier (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 117, 363). Voir aussi S. Hagar (« Micmac Magic and Medicine », Journal of American Folk-Lore, vol. 9, n° 34, 1896, p. 173): « Booöin appears to be a general name for magic power and all possessors of it »; et W. D. et R. S. Wallis (The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 156-162). Lescarbot et Biard désignent plutôt le chaman sous le terme d’aoutmoin (ostemoy chez Champlain) ou de pilolois (du basque pilotua : pilote).

16 Emgatoig : prêter à quelqu’un ; magaloi : prête-moi (contraction de la première syllabe, usuelle à l’impératif) (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, II, p. 211). Emkadooeega: prêter; emkadooek: je le lui prête; emkadooe: j’emprunte (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 157; English-Micmac Dictionary, p. 50). Magatàg : prêter à (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 61, 264). Le père Pacifique (op. cit., I, p. 312) précise encore la valeur sémantique du terme : « M. Maillard dit que quand les Micmacs se servent de ignémoei, ils lui donnent toujours la signification littérale de pur don [voir infra, p. 553 : ignemoulo] ; le terme dont ils se servent pour : donner à rendre ou prêter, est oetjgonem, je donne telle chose pour l’usage, pour qu’on s’en serve, à la condition de me la rendre. Aujourd’hui, ils se servent surtout de magatoi, prête-moi, entendant que c’est pour longtemps, à longue échéance, et en pratique sans échéance. »

17 Au témoignage de Biard, « la commune opinion est, qu’il faut faire plusieurs & bons presents à l’Autmoin, à celle fin qu’il aye meilleure main : car, disent-ils, cela y fait beaucoup en toutes sortes de symptomes » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 124). De nombreux Européens voyaient dans ces présents que le chaman recevait de ceux qui le consultaient la marque de l’exploitation dont ils étaient victimes. Lescarbot, par exemple, rapporte qu’en échange des services du chaman « on lui fait quelque présent de chasse, ou de peaux. [...] Car entre les Grecs il y a un proverbe trivial qui porte que sans argent les oracles de Phœbus sont muets » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. V, éd. Grant, t. III, p. 360). Et Denys assurait : « [...] ces Medecins-là estoient vieillards paresseux qui ne vouloient plus aller à la chasse, & qui avoient d’eux [les Micmacs] tout ce qui leur faloit, s’il y avoit quelques belles robes ou autre chose de rare en une cabane, c’étoit pour Monsieur le Medecin, quand on tuoit des bestes on luy envoyoit tous les meilleurs morceaux, quand ils avoient guery trois ou quatre personnes ils ne manquoient plus de rien [...] » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 590).

18 Lescarbot donne également une description détaillée de ce rituel curatif : « S’il y a quelqu’un de malade on l’envoyé quérir [l’aoutmoin], il fait des invocations à son dæmon, il souffle la partie dolente, il y fait des incisions, en succe le mauvais sang : [...] Lors que ces Aoutmoins font leurs chimagrées ilz plantent un baton dans une fosse auquel ils attachent une corde, & mettans la téte dans cette fosse ilz font des invocations ou conjurations en langage inconu des autres qui sont alentour, & ceci avec des battemens & criaillemens jusques à en suer d’ahan. Toutefois je n’ay pas ouï qu’ils écument par la bouche comme font les Turcs. Quand le diable est venu, ce maitre Aoutmoin fait à croire qu’il le tient attaché avec sa corde, & tient ferme alencontre de lui, le forçant de lui rendre réponce avant que le lâcher. [...] Cela fait il se met à chanter quelque chose (à mon advis) à la louange du diable [...] : & les autres Sauvages qui sont là repondent faisans quelque accord de musique entre eux » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. V, éd. Grant, t. III, p. 360). Voir aussi Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 118-122) et Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 719-720). W. D. et R. S. Wallis reconstituent une intervention type du chaman micmac à partir des informations contenues dans les textes de Biard, de Lescarbot et de Leclercq (The Micmac Indians of Eastem Canada, p. 134-136). Si le pronostic de l’aoutmoin était généralement favorable (Lescarbot, op. cit., livre VI, chap. XV, éd. Grant, t. III, p. 404 ; Lafitau, Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 382), il arrivait néanmoins que son traitement échouât. Le chaman imputait alors la mort du malade à diverses causes : « Le Jongleur a mille raisons pour sortir d’intrigue. Il n’en perd point son crédit, & il n’en est pas moins bien payé. C’est, ou le charme, qui étoit au-dessus des remedes, ou quelque chose d’essentiel que le Jongleur avoit prescrit à quoi l’on a manqué. Enfin c’est toûjours le mort qui a tort » (Lafitau, ibid., t. II, p. 382-383 ; voir aussi Denys, Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 590). Le chaman prédisait aussi parfois l’issue fatale de la maladie. La confiance en son pronostic était à ce point entière que « dès aussitost que les Aoutmoins ont sentencié la maladie ou plaie estre mortelle, dès lors le patient ne mange plus ; aussy ne luy donne-t-on rien. Ains, prenant sa belle robe, il entonne luy-mesme le chant de sa mort ; après lequel cantique, s’il tarde trop â mourir, on luy jette force seaux d’eau dessus, pour l’advancer, et quelquefois l’enterre-t-on à demy vif » (« Lettre du P. Biard au R. P. Christophe Baltazar, le 10 juin 1611 », JR, vol. 1, p. 166 ; voir aussi Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 122 ; Lafitau, op. cit., t. II, p. 386 ; et Charlevoix, Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 720).

19 Choojech’, tcoojetc: ver; choojich: reptile (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 284 ; English-Micmac Dictionary, p. 161 ; A First Reading Book, p. 42; Legends of the Micmacs, p. 194) ; jujij : animal rampant, lézard, serpent (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 58, 202, 266, 318). Dans sa traduction du texte de Leclercq, William F. Ganong rend le mot « ver » par germ, l’estimant plus propre que worm à transmettre l’idée de « cause indéfinie d’un mal », que le mot « ver » lui paraît ici exprimer (New Relation of Gaspesia, p. 90, n. 2).

20 Voir supra, p. 422, n. 4.

21 Voir infra, p. 578.

22 Décrivant les « ceremonies funebres d’un corps mort decedé en la terre des Etechemins », Lescarbot raconte qu’avant d’être « port[é] en sepulture » le défunt « estoit couché sur un ais appuyé de quatre fourches, & fut couvert de peaux » (« Relation Derniere [...] », 1612, JR, vol. 2, p. 132-134).

23 Le cœur, organe central du corps et de la vie mais aussi siège du désir, de l’amour et de la haine, bref, des grandes passions, a donné naissance à une thématique complexe qui valorise autant la générosité que la cruauté, le don de soi que la dévoration de l’autre par haine ou par amour. Dans la tradition chrétienne, la dévotion au « Sacré-Cœur » de Jésus (née au xiie siècle en Allemagne et aux Pays-Bas, elle se répand en France au xviie) met l’accent sur le cœur de chair blessé par les péchés des humains. Ainsi, « Sainte Marguerite de Cortone (1247-1297) a collé ses lèvres sur la blessure du côté pour entrer dans les secrets de la divine tendresse ; sainte Angèle de Foligno (1246-1309) a bu le sang encore chaud sorti de la divine blessure » (A. Hamon, « Cœur (sacré) », Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, vol. 2, col. 1028). Dans la littérature de voyage en Amérique, la dévoration du cœur de l’ennemi par les Amérindiens apparaît comme le paroxysme de la cruauté. Thevet, parlant de l’anthropophagie des indigènes du Brésil rappelle le proverbe « Je voudrais avoir mangé de son cœur » (Le Brésil d’André Thevet, p. 158). Cette dévoration du cœur est au centre de la littérature édifiante produite sur les « Saints Martyrs canadiens » (voir G. Laflèche, Les Saints Martyrs canadiens, vol. 1, 1988) et prend sa source dans des textes comme celui de Ragueneau : « Avant leur mort, on leur arracha le cœur à tous les deux, leur ayant fait une ouverture au dessus de la poictrine ; & ces Barbares s’en repeûrent inhumainement, beuvant leur sang tout chaud, qu’ils puisoient en sa source d’une main sacrilège. Estans encore tout pleins de vie, on enlevoit des morceaux de chair de leurs cuisses, du gras des jambes & de leurs bras, que ces bourreaux faisoient rostir sur des charbons & les mangeoient à leur veuë. § Ils avoient tailladé leurs corps en diverses parties, & pour accroistre le sentiment de la douleur, ils avoient fourré dans ces playes des haches toutes en feu » (Relation de 1649, JR, vol. 34, p. 146). Voir, à l’inverse, le don symbolique de son cœur que fait Leclercq à ses invités sous forme de petits pains qu’il a lui-même préparés (infra, p. 552-553).

24 Lafitau rapporte l’objection comparable d’une Abénaquise convertie à qui un missionnaire reproche d’avoir recours à la pyromancie ; « [...] je n’aijamais compris qu’il y eut à cela aucun mal, & j’ai peine à y en voir encore ; écoute, Dieu a partagé differemment les hommes : à vous autres François, il a donné l’Ecriture, par laquelle vous apprenez les choses qui se passent loin de vous, comme si elles vous étoient présentes ; pour ce qui est de nous, il nous a donné l’art de connoître par le feu les choses absentes & éloignées ; suppose donc que le feu, c’est nôtre Livre, nôtre Ecriture ; tu ne verras pas qu’il y ait de difference, & plus de mal dans l’un que dans l’autre. Ma mere m’a appris ce secret pendant mon enfance, comme tes parens t’ont appris à lire & à écrire [...] » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 387-388).

25 Généralement considéré comme l’objet le plus précieux de l’équipement du chaman, le sac-médecine était souvent constitué de la peau entière d’un animal (parfois de l’animal incarnant l’esprit auxiliaire du chaman : voir supra, p. 423, n. 5) et contenait les fétiches personnels de son propriétaire, divers instruments nécessaires à ses activités et quelquefois des herbes. Le chaman parvenu à un âge avancé transmettait habituellement son sac à un nouvel initié (E. Stone, Medicine among the American Indians, p. 12-13 ; G. Tantaquidgeon, Folk Medicine of the Delaware and Related American Indians, p. 24-26 ; V. J. Vogel, American Indian Medicine, p. 27-28). A propos des « Medecins, Apoticaires & Maistres de ceremonies » hurons, Sagard écrit qu’ils « portent tousjours avec eux un petit sac de cuir dans quoy ils tiennent quelques petits remedes pour les malades [...]. Ceux qui font particuliere profession de consulter le diable, & predire les choses à venir ou cachées (car tous n’en ont point le grade) ont quelques autres petits instrumens qui leur servent à ce mestier » (Histoire du Canada, livre II, chap. XLI, éd. Tross, p. 599 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XX, éd. Warwick, p. 269). Décrivant une cérémonie de la « tente tremblante », Lafitau remarque : « LeJongleur se cache dans ce sanctuaire avec son sac, dans lequel, outre son tabac & sa pipe, il porte toujours ce que j’ai appelle son Oïaron 8c son Manitou, qu’on peut regarder comme ses Talismans où réside toute sa vertu » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 377). D’après le jésuite Mathurin Le Petit, les chamans natchez, en Louisiane, ont « un petit panier où ils conservent ce qu’ils appellent leurs esprits, c’est-à-dire, de petites racines de différentes espèces, des têtes de hiboux, de petits paquets de poil de bêtes fauves, quelques dents d’animal, de petites pierres ou cailloux, et d’autres semblables fariboles. Il paraît que, pour rendre la santé à leurs malades, ils invoquent sans cesse ce qui est dans leur panier » (« Lettre du Père Le Petit au Père d’Avaugour, le 12 juillet 1730 », JR, vol. 68, p. 150-152). Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XLI, éd. Tross, p. 599-600) et Leclercq (voir infra) décrivent tous deux le contenu d’un sac-médecine tombé entre leurs mains : le nombre et la nature des articles inventoriés témoignent des habiletés particulières et de l’expérience individuelle du chaman auquel chacun de ces sacs appartenait.

26 Employée pour la première fois par Denys en 1672 (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 575), la forme « quincajou » semble antérieure à « carcajou » (du montagnais kwekwatsew, kwikatchew) et pourrait être d’origine micmaque. Kekwajoo, keskwajoo: blaireau, carcajou [« Indian devil » ] (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 28; English-Micmac Dictionary, p. 67); gigwa’dju: carcajou (W. D. et R. S. Wallis, The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 112) ; quâquâsut, « diable-des-bois » ; carcajou, glouton (P. Poirier, Le Glossaire acadien, p. 117). Voir encore G. Massignon, Les Parlers français d’Acadie, p. 248-249 ; S. Pellerin, « Étude du vocabulaire de la faune et de la flore nord-américaines dans les écrits de Lahontan », p. 57-58 ; et W. F. Ganong, édit., The Description and Natural History of the Coasts of North America, p. 385, n. 2. Kekwajoo est aussi un personnage important de la mythologie micmaque (S. T. Rand, Legends of the Micmacs, p. 111, 162-167, 263-269, 311-318 ; W. D. et R. S. Wallis, op. cit., p. 323-325, 413, 417-430). Voir infra, p. 545.

27 Parlant de certaines pierres que les Montagnais obtiennent du « diable » pour être « heureux à la chasse », Lejeune évoque la « coustume qu’ont les Sauvages d’avoir un sac si particulier pour eux, que pas un autre n’oseroit regarder dedans, ils s’en offenseroyent peut-estre jusques à s’entretuer. Ils ne veulent pas qu’on voye ceste pierre ou chose semblable s’ils en ont : & l’un d’eux me dit un jour, en ce poinct tu cognoistras si un Sauvage veut croire véritablement en Dieu, s’il te donne ceste pierre s’il en a quelqu’une » (Relation de 1637, JR, vol. 12, p. 14).

28 Voir supra, p. 318, n. 23.

29 Voir supra, p. 229, n. 5.

30 Lescarbot décrivait aussi le Oüahich de Membertou comme « je ne sçay quoy gros comme une noisette » : voir supra, p. 423, n. 5.

31 Voir supra, p. 426, n. 3.

32 B. G. Hoffman porte une attention particulière à cette description que fait Leclercq du contenu d’un sac-médecine : voir « The Historical Ethnography of the Micmac of the Sixteenth and Seventeenth Centuries », p. 443 et suivantes.

33 À propos du chef et chaman souriquois Membertou, Lescarbot rapporte : « S’il est question d’avoir nouvelles des choses absentes ; aprés avoir interrogé son dæmon il rend ses oracles ordinairement douteux, & bien-souvent faux, mais aussi quelquefois veritables : comme quand on lui demanda si Panoniac étoit mort, il dit que s’il ne retournoit dans quinze jours il ne le falloit plus attendre, & que les Armouchiquois l’auroient tué » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. V, éd. Grant, t. III, p. 360 ; passage partiellement repris par Sagard, Histoire du Canada, livre II, chap. XLI, éd. Tross, p. 601 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XX, éd. Warwick, p. 269). Diéreville et Maillard mentionnent également parmi les compétences du chaman le pouvoir de prédire le moment du retour d’un guerrier ou d’un voyageur, mais en outre celui de prévoir les attaques de l’ennemi « afin de n’être pas surpris, & de se tenir prêts à [le] repousser » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 283; An Account of the Customs and Manners, p. 37, 42). Voir encore Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XXXIII, éd. Tross, p. 491) : « Quelqu’uns en suitte nous appelloient Arondiouane, c’est à dire Prophete ou homme qui predit les choses à venir & peut changer les temps, car entr’eux il y a de certains Sorciers, Medecins ou Magiciens, qui ont accez au diable & qui font estat de predire les choses futures & de faire tonner ou cesser les orages, & ceux-là sont les plus estimez entr’eux [...]. »

34 Voir Biard (Relation de 1616, JR vol. 3 p. 132) : « Les Sauvages m’ont bien souvent dit, que du temps de leurs Peres, & avant la venuë des François, le Diable les mastinoit [c.-à-d. qu’il les traitait avec rudesse] fort, mais qu’il ne le faict plus maintenant, comm’il appert » ; Diéreville (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 312-313) : « Cet Esprit malin les bat quelquefois d’une étrange force, il les meurtrit & marque de contusions par toutes les parties de leur corps » ; et Raudot (Relation par lettres, p. 206) : « Ces sauvages Mikemacs adorent [,..] aussy le diable qui est leur manitou [...] ; si on veut les en croire, il leur apparoit souvent et les maltraitte quelquefois beaucoup. »

35 La description que Leclercq s’apprête ici à faire de ces « coutumes » constitue l’un des témoignages les plus complets sur le cérémonialisme animal et les interdits alimentaires des Micmacs aux xviie et xviiie siècles. On trouve quelques mentions complémentaires chez Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIII, éd. Grant, t. III, p. 395) et Diéreville (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 287).

36 Voir supra, p. 301, n. 54. Au sujet des Montagnais, Lejeune rapporte : « Ils ne mangent point les petits embrions d’Orignac, qu’ils tirent du ventre de leurs meres, sinon à la fin de la chasse de cet animal, la raison est que leurs meres les aiment, & qu’elles s’en rendroient fascheuses & difficiles à prendre, si on mangeoit leur fruict si jeune » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 220).

37 Denys confirme que les Micmacs ne donnent pas aux chiens les os « de Castor, s’ils en mangeoient cela empescheroit les Sauvages d’en tuer, mesme si on les faisoit brûler [...] » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 596). Selon un témoignage rapporté par Maillard, cependant, il aurait été non seulement permis, mais habituel de jeter les os de castor dans les rivières : « [...] nous ne laissions jamais les os des viandes sur la place, ni ne les donnions à nos chiens ; un acte de religion parmi nous étoit de les ramasser tous fort exactement, et de les jetter dans le feu quand nous en avions, ou dans quelques rivières à castor. De te dire la raison de cecy, mon Père, je ne la sçais pas ; je sçais seulement que nos grands pères nous disoient qu’il falloit jetter tous les os des castors que nous mangions, dans des rivières où on y voyoit des cabannes, afin qu’il y en eût toujours de ces cabannes ; que tous les os de gibier de mer devoient être jettez dans la mer, afin qu’on y en vit toujours de l’espèce ; qu’il ne falloit pas que nos animaux domestiques les rongeassent pour les digérer, vû que cela ne pouvoit manquer de faire diminuer l’espèce dont la chair nous avoit servi de nourriture » (« Lettre de M. l’abbé Maillard sur les missions de l’Acadie et particulièrement sur les missions micmaques », dans Les Soirées canadiennes, 1863, p. 304). Dans sa Relation de 1634, Lejeune raconte aussi que les Montagnais « prennent garde tres-soigneusement que les chiens ne mangent aucun os des oyseaux & des autres animaux qui se prennent au lacs, autrement ils n’en prendront plus qu’avec des difficultez incomparables », mais qu’ils les jettent « au feu » ou, « pour le Castor pris à la rets, [...] dans un fleuve » : « je me mocquois d’eux, & [...] leurs disois que les Castors ne sçavoient pas ce que l’on faisoit de leurs os ; ils me respondirent, tu ne sçais pas prendre les Castors, & tu en veux parler : devant que le Castor soit mort tout à faict, me dirent-ils, son ame vient faire un tour par la Cabane de celuy qui le tuë, & remarque fort bien ce qu’on fait de ses os ; que si on les donnoit aux chiens, les autres Castors en seroient advertis : c’est pourquoy ils se rendroient difficiles à prendre [...] » (JR, vol. 6, p. 210-212).

38 En 1634, le jésuite Lejeune relate comment il fut sévèrement blâmé par les Montagnais pour avoir donné « secrettement » de la viande d’orignal à des chiens : « les Sauvages s’en estans doutez par la querelle qui survint entre ces animaux, se mirent à crier contre moy, disans que je contaminois leur festin, qu’ils ne prendroient plus rien, & que nous mourrions de faim, les femmes & les enfans ayans sceu cela, me regardoient par apres comme un tres-meschant homme, me reprochant avec dedain que je les ferois mourir, & veritablement si Dieu ne nous eust donné rien de long temps, j’estois en danger d’estre mis à mort pour avoir commis un tel sacrilege » (JR vol. 7, p. 162).

39 Même observation chez Lejeune : « c’est chose estrange qu’ils recueillent & ramassent ces os, & les conservent avec tant de soin, que vous diriez que leur chasse seroit perduë s’ils avoient contrevenu à leurs superstitions » (Relation de 1634, JR vol. 6, p. 210).

40 Voir Lejeune (Relation de 1633, JR vol. 5, p. 128-130) : « Le corps du mort ne sort point par la porte ordinaire de la cabane [...]. Je demanday pourquoy : ce Sauvage me repartit que la porte ordinaire estoit la porte des vivans, & non des morts [...] je luy demanday, si quand il avoit tué un Castor, il le faisoit entrer & sortir par la porte commune ? ouy, dit-il : elle est donc, luy dis-je, la porte des morts aussi bien que des vivans : il repart qu’un Castor estoit une beste : alors je repliquay en riant, vostre porte est donc la porte des bestes, aussi bien que vous l’appeliez la porte des vivans ; il s’écria, asseurément cela est vray, & se mit a rire. »

41 Selon Lejeune, « toutes les filles nubiles, & les jeunes femmes mariées qui n’ont point encore eu d’enfans, tant celles de la Cabane où l’Ours doit estre mangé, que des autres voisines, s’en vont dehors, & ne rentrent point tant qu’il y reste aucun morceau de cet animal, dont elles ne goustent point » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 216-218). Sagard reprend textuellement ce passage du jésuite dans son Histoire du Canada (livre III, chap. III, éd. Tross, p. 684). Sur le cérémonialisme de l’ours, voir A. I. Hallowell, « Bear Ceremonialism in the Northern Hémisphère », American Anthropologist, vol. 28, n° 1, 1926, p. 1-175, notamment p. 62-68, 135-138 et 144-147. Cet auteur souligne l’intérêt du témoignage de Leclercq à l’égard de la porte spéciale par laquelle on faisait entrer la dépouille de l’ours dans la cabane, mais estime, à propos du présent passage : « It ispossible that this is not an independent observation. Le Clerq knew Le Jeune’s Relation and may have incorporated certain items of it in his work » (p. 68, n. 269). Voir également R. Flannery, qui attribue l’existence d’un cérémonialisme de l’ours chez les Micmacs et les Malécites à une influence des Algonquiens septentrionaux (An Analysis of Coastal Algonquian Culture, p. 138-139).

42 Dans son Histoire de la Nouvelle-France (livre V, chap. III, éd. Grant, t. III, p. 306), Lescarbot notait déjà, au début du siècle : « Ilz sont fort credules aux songes, & aprés le sommeil chacun s’enquiert de ce que son camarade a songé : de sorte que si le songe presage victoire, ilz la tiendront pour asseurée : si au contraire, ilz se retireront. » Lejeune dira presque la même chose des Montagnais : « Ils ont [...] une grande croyance à leurs songes, s’imaginans que ce qu’ils ont veu en dormant doit arriver, & qu’ils doivent executer ce qu’ils ont resvé [...]. Nos Sauvages me demandoient quasi tous les matins, n’as-tu point veu de Castors, ou d’Orignac en dormant » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 180-182). Voir supra, p. 373.

43 Biard note : « On dresse tousjours une cabane à l’escart pour les femmes, qui ont leurs mois, car ils les estiment estre alors contagieuses » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 104). Denys rapporte que « s’il y avoit quelques femmes ou filles qui eust ses mois, il faut qu’elle se retire à part, les autres leur donnent à chacune leur part, en ce temps-là ils ne mangent jamais que toutes seules, elles ne font rien, & n’osent toucher aucunes choses, principalement du manger, il faut qu’elles soient toûjours à l’écart » (Description geographique et historique, éd. Ganong, p. 586 ; aussi p. 602). Diéreville mentionne pareillement : « Quand une Femme est dans cet état, il faut qu’elle se mette à l’écart », mais il relève de plus qu’elle ne devait alors ni enjamber le corps d’un homme étendu, ni toucher ses armes : « Quand une fille est dans un certain état que la Lune luy cause par une regle assez ordinaire, si elle passe par-dessus un Garçon, quand ils sont cabanez ensemble, il se croit tout perclus de ses membres, & il est si persuadé de leur débilité, qu’il ne voudroit pas s’exposer à faire un pas [...]. Si elle touchoit son fusil dans ce temps-là, il le croiroit enchanté, & qu’il n’en pourroit jamais rien tuer » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 287). Voir encore Lamothe Cadillac (« The Cadillac Memoir on Acadia of 1692 », dans Collections of the New Brunswick Historical Society, n° 13, 1930, p. 81); Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. VII, éd. Tross, p. 194 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. IV, éd. Warwick, p. 159) : « Entre les Hurons & autres peuples sedentaires, les femmes ny les filles ne sortent point de leur maison ou village pour semblables incommoditez ; mais elles font leur manger en de petits pots à part pendant ce temps là, & ne permettent à personne d’en manger, ny de prendre ses repas avec elles : de sorte qu’elles semblent imiter les Juifves, lesquelles s’estimoient immondes pendant le temps de leurs fleurs » ; et Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 262) : « Les séparations des femmes & des filles, au temps de leurs ordinaires, & leurs purifications [...] sont très-rigoureuses en Amérique, où on leur fait des Cabanes à part [...]. Elles passent alors pour être si immondes, qu’elles n’osent toucher à rien, qui soit d’usage. »

44 Les Micmacs ont en effet emprunté au français le mot « carême », en l’utilisant notamment avec le sens plus général de « jeûne, abstinence ». Galèm, galèmewumg : carême (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 30, 264) ; kalamawimk’ : carême, jeûne (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 157 ; English-Micmac Dictionary, p. 60) ; voir aussi goèltamoltimg : vendredi (jour d’abstinence) (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, II, p. 240, 265) ; sur le remplacement du /r/ par /l/ en micmac, voir supra, p. 334.

45 Biard observait, dès 1616, ce type d’objections relativisantes chez les Micmacs : « [...] toutes vos raisons, & apportez-en mille si vous voulez, sont biffées, par ce seul traict, qui leur est en main. Aoti Chabaya, c’est (disent-ils) la façon de faire des Sauvages. Vous usez de la vostre, nous de la nostre » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 122-124). Lejeune rapporte très tôt également des réflexions du même genre chez les Montagnais : « Je m’approche [du malade], & leurs dy [...] qu’il le falloit laisser reposer, & non pas le tuer avec ce grand bruit qui augmentoit sa maladie [...]. Le sorcier me repart, cela est bon pour vous autres, mais pour nous c’est ainsi que nous guerissons les malades » (Relation de 1633, JR, vol. 5, p. 236 ; voir aussi ibid., p. 160 : cité supra, p. 390, n. 71).

46 Même remarque chez Lescarbot (Histoire de lu Nouvelle-France, livre VI, chap. XVII, éd. Grant, t. III, p. 411) : « Le premier exercice [de la femme] aprés qu’elle est mariée, c’est de faire des beaux enfans [...]. Noz femmes Sauvages aprés avoir produit les fruits de cet exercice, par je ne sçay quelle pratique font (sans loy) ce qui étoit commandé en la loy de Moyse touchant la purification. Car elles se cabannent à-part & n’ont conoissance de leurs maris de trente, voire quarante jours. »

47 Sagard avait déjà noté dans son Histoire du Canada (livre II, chap. XVIII, éd. Tross, p. 311) : « Entre les Montagnais ils ont cette coustume que personne ne se sert de vaisselles, calumets ou petunoirs de la nouvelle accouchée pendant le temps de 15. Jours, tenant tout cela comme immonde, lesquels ils ne veulent mesme pas toucher, & les bruslent après ce temps là, ce qui sent fort de son honnesteté. »

48 Les Micmacs désignaient en effet les missionnaires sous le terme de « patriarche », souvent repris ensuite par les Français avec son sens amérindien. patliàs : prêtre (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 100, 298) ; paduleas’, padleas : prêtre (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 204 ; Micmac Dictionary, p. 127) ; sur la substitution du /r/ français par /l/ en micmac, voir supra, p. 334. Voir encore Biard (« Lettre du P. Biard, au R. P. Christophe Baltazar, Provincial de France a Paris, le 10 juin 1611 », JR, vol. 1, p. 162) : « quand je leur demandois s’ils estoient baptizés, ils me respondoient : Hetaion enderquir Vortmandia Patriarche ; c’est à-dire : “Oui, le Patriarche nous a fait semblables aux Normans” » ; Lescarbot (« Relation Dernière [...] », 1612, JR, vol. 2, p. 136) : « C’est ainsi que je l’ay leu sur les lettres de ce [nonce] octroyées audit fleuche [fléché] premier Patriarche de ces terres là. Je di patriarche, par ce que communement on l’appelloit ainsi » ; Diéreville (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 301) : « aussi furent-ils [les indigènes] sensiblement touchez de la mort de ce saint Homme [l’abbé Thury] qui vivoit parmy eux de ce qu’ils avoient, & qu’ils appelloient leur Patriarche. »

49 Sans doute un Amérindien de la rivière Kennebec (Maine), par conséquent un Abénaquis de l’Est. Leclercq ne fait nulle part ailleurs allusion à cet Amérindien.

50 Il s’agit d’un complément d’agent qui serait, en français du xxe siècle, introduit par la préposition « par ». Voir supra, p. 289, n. 23.

51 Voir supra, p. 229, n. 5.

52 Voir supra, p. 274, n 27.

53 Expression fréquemment attribuée aux Amérindiens quand ils formulent une objection : dans la Relation de 1634, par exemple, elle est employée à deux pages d’intervalle contre Lejeune par le sorcier (JR vol. 6, p. 212 et 214). Voir supra, p. 258, n. 30.

54 Voir supra, p. 239, n. 9, et p. 253, n. 18.

55 Voir supra, p. 419-420.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search