Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre XII. De la croïance des Gaspesiens, touchant l’immortalité de l’Ame

Texte intégral

  • 1 Sur Épicure, voir supra, p. 235 n. 2. L’Assyrien Sardanapale était un roi légendaire chez les Grec (...)
  • 2 Selon Furetière (1690, 1727), l’âme « se dit [...] du principe de vie dans les vegetaux, & dans le (...)
  • 3 La tradition grecque attribuait à Pythagore et aux pythagoriciens la croyance en la transmigration (...)
  • 4 « Tous ces peuples generalement croyent l’immortalité de l’ame », estimait Lescarbot au début du s (...)
  • 5 Sur ces « verités » chrétiennes ignorées des « Sauvages », voir Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriq (...)
  • 6 Cette croyance des Micmacs en un pays où vont les âmes des morts est relevée par Denys (Descriptio (...)
  • 7 L’identification de Papkootparout reste problématique. Il n’est pas fait mention de ce personnage (...)

1Ceux qui ont fait mourir dans leurs opinions erronées, l’ame avec le corps, comme un Epicure & un Sardanapale1, étoient bien dignes de compassion ; puisqu’eux-mêmes vouloient cesser d’être hommes, pour devenir semblables aux bêtes : & il faut avoüer que Pytagore ne connoissoit gueres bien, tout sçavant qu’il étoit, l’excellence d’une ame raisonnable2, lorsqu’il la logeoit aprés la mort, par sa Metampsicose, dans le corps des animaux les plus vils & les plus immondes de la terre3. Nos Gaspesiens n’ont jamais suivi ni l’une, ni l’autre de ces deux opinions ; quoique la pensée qu’ils ont euë autrefois, & que plusieurs ont encore aujourd’hui de l’immortalité de l’Ame4, ne soit pas moins ridicule que le sujet même qui leur a persuadé que nos ames étoient immortelles : c’est pour-quoy, tout abîmez & ensevelis qu’ils ont été durant plusieurs siècles dans une profonde ignorance de nos divins Misteres, jamais ils n’ont connu quelle étoit la dignité, la grandeur & la sainteté de l’ame raisonnable, soit par rapport à son principe, soit par rapport à sa fin, qui n’est autre que Dieu même5 ; aussi ne faut-il pas s’étonner si l’erreur & l’imposture ont été les seuls fondemens de leur croïance à son égard, selon la tradition de leurs ancêtres, qui porte : Que l’un des plus considerables de la Nation tomba dangereusement malade ; & qu’aprés avoir perdu l’usage de tous les sens, dans les étranges convulsions de sa maladie, il revint à soi, & dit aux Sauvages qui luy demanderent où il avoit été si long-tems, Qu’il venoit du Païs des Ames, où toutes celles des Gaspesiens qui mouroient se retiroient aprés la mort6. Il ajoûta, Que par une faveur extraordinaire, qui n’avoit encore jamais été accordée à qui que ce soit, le Papkootparout, Gouverneur & Souverain de ce Païs7, luy avoit donné la permission de retourner au monde, pour dire aux Gaspesiens des nouvelles du Païs des Ames, qui leur avoit été jusqu’alors inconnu, & leur presenter de sa part certains fruits, qu’il assûra être la nourriture de ces Ames, qu’il alloit rejoindre pour toujours. Il expira en effet, en achevant ces paroles : & cette imposture, qu’ils prirent pour une verité indubitable, fut plus que suffisante pour les persuader que les Ames, aprés la sortie de leurs corps, avoient un lieu où elles alloient demeurer. Il n’en falut pas davantage pour déterminer quelques-uns des plus hardis de nos Sauvages, d’y faire un voïage en corps & en ame pendant leur vie ; attendu que ce Païs n’étoit éloigné & separé du leur, que par le trajet d’un étang de quarante à cinquante lieuës, qu’on traversoit facilement à gué.

  • 8 Comme Orphée qui voulut délivrer sa femme Eurydice. La légende micmaque de Papkootparout et du « P (...)

2Il se presenta bien-tôt une occasion favorable de contenter leur curieuse resolution, rendant service à l’un de leurs amis, qui ne se pouvant consoler de la mort de son fils unique qu’il aimoit tendrement, les conjura tous, & les engagea par les presens ordinaires, à luy tenir compagnie dans le voïage qu’il avoit resolu de faire au Païs des Ames, pour en retirer son fils8. Il n’eut pas beaucoup de peine à persuader ce voïage, à des gens qui ne demandoient pas mieux que de l’entreprendre. Ils se trouverent aussi bien-tôt en état de partir, & de commencer cette course perilleuse, qui fait encore aujourd’hui l’étonnement de toute la Nation Gaspesienne, laquelle pour lors n’avoit jamais entendu parler d’une entreprise si extraordinaire. En effet, ces Voïageurs s’étant munis de tous les vivres qui leur étoient necessaires, armez de leurs arc, fléches, carquois, casse-têtes, & de plusieurs perches de neuf à dix pieds de hauteur se mirent à l’eau, & marcherent à grandes journées, avec beaucoup de peines & de fatigues. Le soir étant venu, ils piquerent dans le sable quelques-unes de leurs perches, pour en former une espece de brancart ou de cabanne, afin de s’y reposer durant la nuit ; ce qu’ils observerent toujours dans la continuation de ce penible voïage, jusqu’à ce que plusieurs d’entr’eux étant morts de fatigues, les cinq ou six autres qui restoient encore en vie, enfin, arriverent heureusement au Païs des Ames, qu’ils cherchoient avec tant d’empressement.

  • 9 D’après Lejeune, « les Sauvages se persuadent que non seulement les hommes & les autres animaux : (...)
  • 10 Voir infra, p. 417 et 577.
  • 11 Sur l’amour des enfants, voir supra, chap. I, p. 225; chap. V, p. 277-278; chap. VI, p. 295 ; infr (...)
  • 12 Dieu des enfers, lieu de séjour des âmes des morts, chez les Romains.
  • 13 Altestagan : jeu de dés (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue mirmaque, I, p. (...)

3Comme nos Gaspesiens, aussi bien que tous les autres Sauvages de la Nouvelle France, ont crû jusqu’à present, qu’il y a un esprit particulier en chaque chose, même dans celles qui sont inanimées9, qui suivent les défunts dans l’autre Monde ; afin de leur rendre autant de service aprés la mort, qu’ils en ont reçû pendant la vie : ils disent que nos Voïageurs furent également surpris & consolez, d’y voir à leur arrivée une infinité d’esprits d’orignaux, de castors, de chiens, de canots, de raquettes, qui voltigeoient agreablement devant leurs yeux, & qui par je ne sçai quel langage inconnu, leur firent comprendre qu’ils étoient tous au service de leurs pères10 ; mais qu’un moment aprés ils penserent mourir de crainte & de fraïeur, lorsqu’approchant d’une cabanne semblable à celles qu’ils avoient dans leur Païs, ils apperçûrent un homme, ou plûtôt un geant, armé d’une grosse massuë, de son arc, de ses fléches & de son carquois, qui leur parla en ces termes, avec des yeux étincelans de colere, & un ton de voix qui marquoit toute son indignation : Qui que vous soïez, disposez-vous à mourir, puisque vous avez eu la temerité de passer le trajet, & de venir tout vivans dans le Païs des Morts ; car je suis Papkootparout, le Gardien, le Maître, le Gouverneur & le Souverain de toutes les Ames. En effet, outré qu’il étoitjusqu’à la fureur, de l’attentat que nos Sauvages avoient commis, il les alloit assommer à grands coups de cette horrible massuë qu’il avoit en main, lorsque ce pauvre pere vivement penetré de douleur de la mort de son fils unique, le conjura plutôt par ses larmes & par ses soûpirs, que par ses paroles, d’excuser la temerité de son entreprise, qui à la verité meritoit tous les châtimens de sajuste colere, s’il n’en vouloit adoucir la rigueur, en consideration d’un pere qui ne se croïoit coupable, que parce qu’il avoit trop de tendresse & d’inclination pour son enfant11. Décoches contre nous, si tu veux, toutes les fléches de ton carquois ; accable-moi, par la pesanteur de ta massuë, continua ce pere affligé, en luy presentant son estomac & sa tête, pour recevoir les coups de l’un & de l’autre, puisque tu es le maître absolu de ma vie & de ma mort : mais enfin, s’il te reste encore quelques sentimens d’humanité, de tendresse & de compassion pour les mortels, je te suplie d’agréer les presens que nous avons apportez du Païs des Vivans, & de nous recevoir au nombre de tes amis. Ces paroles si soûmises & si respectueuses, toucherent de compassion le cœur de ce petit Pluton12, lequel s’étant rendu luy-même sensible à la douleur de ce pere affligé, luy dit de prendre bon courage ; qu’il luy pardonnoit pour cette fois l’attentat qu’il venoit de commettre ; & qu’enfin, pour le combler de graces & de consolation, il luy donneroit avant son départ l’ame de son fils : mais qu’en attendant cette faveur extraordinaire, il vouloit bien se divertir avec luy, & jouer une partie de Ledelstaganne13 ; c’est le jeu ordinaire de nos Gaspesiens.

  • 14 Même remarque, supra, p. 41
  • 15 Voir infra, p. 417

4Ce discours obligeant dissipa entierement toutes les inquietudes & les apprehensions de nos Voïageurs, qui mirent au jeu tout ce qu’ils avoient apporté de plus considerable de la Gaspesie. Papkootparout mit pour son compte du bled d’Inde, du petun, & quelques fruits, qu’il assûroit être la nourriture de ces Ames14. Ils jouërent avec beaucoup d’application, depuis le matin jusques au soir. Nos voïageurs cependant demeurerent les victorieux ; ils gagnerent le bled d’Inde & le petun de Papkootparout, qui leur donna l’un & l’autre avec d’autant plus de plaisir, qu’il crut que ces hommes meritoient de vivre, qui avoient eu le bonheur de gagner tout ce que les Morts avoient de plus precieux & de plus rare dans le Païs des Ames. Il leur commanda de les planter dans la Gaspesie ; les assûrant que toute la Nation en recevrait un avantage inconcevable15 : & voila, disent nos Sauvages d’aujourd’hui, la maniere dont le bled d’Inde & le tabac sont venus dans leur Païs, selon la tradition de leurs ancêtres.

5Pendant que le pere se réjoüissoit de sa bonne fortune, voici que le fils arrive invisiblement dans la cabanne. On entendoit bien, à la verité, le chant de plusieurs esprits assez distinctement, & la réjoüissance qui se faisoit entre ces Ames ; mais ce n’étoit pas là ce que le pere demandoit : il souhaitoit, suivant la promesse qu’on luy avoit faite, d’avoir l’Ame de son fils, qui demeura toujours invisible ; mais qui devint dans un instant, grosse comme une noix, par le commandement de Papkootparout, qui la prit entre ses mains, la serra bien étroitement dans un petit sac, & la donna à nôtre Sauvage, avec ordre de retourner incessamment dans son Païs ; d’étendre immediatement apres son arrivée, le cadavre de son fils au milieu d’une cabanne faite exprés ; d’y remettre cette ame dans son corps ; & sur tout, de prendre garde qu’il n’y eût aucune ouverture, de crainte, luy dit-il, que l’ame n’en sorte, & ne retourne au Païs, qu’elle ne quittoit qu’avec des repugnances extrémes.

  • 16 On trouve mention de cette double sanction selon le mérite dès le xvie siècle (Cartier, Thevet), c (...)

6Le pere reçut ce sac animé avec joie, & prit congé de ce Pluton Sauvage, aprés avoir vû & éxaminé curieusement tout ce qu’il y avoit de plus considerable dans le Gouvernement de Papkootparout : sçavoir le lieu tenebreux où couchoient les Ames méchantes, qui n’étoit couvert que de branches de sapin toutes seches & mal arrangées : celuy des bons Sauvages, n’avoit rien que de charmant & d’agreable, par une infinité de belles écorces qui ornoient le dehors & dedans de leur cabanne, où le Soleil venoit les consoler deux fois le jour, & renouvelloit les branches de sapin & de cedre, qui ne per-doient jamais leur verdure naturelle : enfin, une infinité d’esprits de chiens, de canots, de raquettes, d’arcs, de fléches, dont les Ames se servoient pour leur divertissement16.

  • 17 Voir supra, p. 413.
  • 18 Voir infra, p. 577, et Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XXX, éd. Tross, p. 457-458) : « (...)

7Remarquez, s’il vous plaît, que depuis ce voïage imaginaire, ils n’ont pas crû seulement que les Ames étoient immortelles ; mais ils se sont encore persuadez, par une étrange rêverie, que dans tout ce qui etoit à leur usage, comme canots, raquettes, arcs, fléches, & autres choses, il y avoit un esprit particulier17, qui accompagnoit toujours aprés la mort, celuy qui s’en étoit servi pendant la vie : & c’est justement pour ce sujet & par cette fole imagination, qu’ils enterrent avec les défunts tout ce qu’ils possedoient étant au monde, dans la pensée que l’esprit de chaque chose en particulier, leur rend les mêmes services dans le Païs des Ames, qu’ils faisoient lorsqu’ils étoient en vie18.

  • 19 La question de la culture du maïs chez les Micmacs reste controversée. Malgré la légende rapportée (...)

8Nos Voïageurs cependant retournerent joïeusement dans leur Païs, où étant arrivez, ils firent à toute la Nation Gaspe-sienne un ample recit des merveilles qu’ils avoient vûës dans le Païs des Ames, & commanderent à tous les Sauvages, de la part de Papkootparout, de planter incessamment le bled d’Inde & le petun qu’ils avoient gagné en joüant avec luy à Leldestaganne. Les ordres qu’on leur signifioit de la part du Gouverneur des Ames, furent éxecutez fidelement ; & ils cultiverent avec succez le bled d’Inde & le petun l’espace de plusieurs années19 : mais la negligence de leurs ancêtres, disent-ils, les privent aujourd’hui de toutes ces commoditez, si utiles & si necessaires à toute la Nation.

  • 20 Cette scène rappelle à la fois le mythe de Pandore (la curiosité féminine qui provoque un malheur) (...)

9On ne sçauroit exprimer quel fut l’étonnement & la joie de ces Peuples, quand ils apprirent toutes ces merveilleuses rêveries, & que le pere avoit apporté dans un sac l’Ame de son fils, qui les instruiroit de toutes choses, dés le moment qu’elle serait rentrée dans son corps. L’impatience extréme où étoient ces Gaspesiens, d’apprendre des nouvelles de l’autre Monde, les obligea de faire promtement une cabanne, de la même maniere que le Papkootparout l’avoit ordonné. Leurs esperances cependant furent vaines & inutiles ; car le pere aïant confié son sac aux soins d’une Sauvagesse, afin d’assister & danser plus librement aux festins publics qui se faisoient pour son heureux retour ; cette femme eut la curiosité de l’ouvrir, & l’Ame en sortit aussitôt, & retourna d’où elle étoit venue20. Le pere en aïant appris la nouvelle, en mourut de chagrin, & suivit son fils au Païs des Ames, au grand regret de toute la Nation Gaspesienne : & voila justement ce qui fait croire à nos Sauvages l’immortalité des Ames.

  • 21 Maillard observe: « They have even no word in their language that answers to that of soul in ours. (...)
  • 22 Leclercq ne reprend pas cette information dans son chapitre sur les festins, infra, p. 551-561.
  • 23 Selon Å. Hultkrantz (Conceptions of the Soul among North American Indians, p. 75), la conception m (...)
  • 24 Passage emprunté en partie à Lejeune, en partie à Sagard, qui lui-même s’inspire du jésuite. Voir (...)
  • 25 Cette expression se trouvait dans une objection de Lejeune au « sorcier » montagnais : « il n’y a (...)
  • 26 Voir supra, p. 416.
  • 27 Voir infra, p. 577.

10De ces faux principes, appuïez sur une tradition aussi fabuleuse que celle-ci, ils ont tiré ces consequences extravagantes ; Que toutes les choses étoient animées, & que les ames n’étoient rien autre chose, que l’ame de ce qui étoit animé : Que l’ame raisonnable étoit une image sombre & noire de l’homme même21 : Qu’elle avoit des pieds, des mains, une bouche, une tête, & toutes les autres parties du corps humain : Qu’elle avoit encore la même necessité de boire, de manger, de se vêtir, de chasser & pêcher, que lorsqu’elle étoit dans le corps ; d’où vient que dans leurs regals & festins ils servoient toujours la portion de ces ames22, qui se promenoient, di-soient-ils, aux environs des cabannes de leurs parens & de leurs amis23. Qu’elles alloient à la chasse des ames de castors & d’orignaux, avec les ames de leurs raquettes, de leurs arcs, & de leurs fléches24. Que les méchans, à leur arrivée au Païs des Ames, dansoient & voltigeoient avec une grande violence ; ne mangeant que de l’écorce de bois pourri25, en punition de leur crime, jusqu’à un certain nombre d’années marqué par le Papkootparou. Que les bons, au contraire, vivoient dans un lieu separé du bruit des méchans, dans un grand repos ; mangeant quand il leur plaisoit, & se divertissant à la chasse des castors & des orignaux, dont les esprits se laissoient prendre facilement26 : & voila le sujet pour lequel nos Gaspesiens ont toujours observé inviolablement la coûtume d’enterrer avec les défunts, tout ce qui étoit à leur usage durant la vie27.

Notes

1 Sur Épicure, voir supra, p. 235 n. 2. L’Assyrien Sardanapale était un roi légendaire chez les Grecs. Dernier des rois d’Assyrie, à la vie corrompue, il s’enferma dans Ninive alors que les Mèdes attaquaient son empire et que des révoltes éclataient partout. Il fit construire un immense bûcher où il entassa toutes les richesses de son palais et s’y brûla avec ses concubines et ses eunuques. L’épitaphe inscrite sur le monument élevé à sa mémoire restait célèbre chez les Grecs : « J’ai vu la vie fugitive de l’homme empoisonné par les amertumes du chagrin et des remords ; j’ai observé que toutes les jouissances que je pourrais dédaigner passeraient à d’autres qui s’y livreraient sans scrupule ; alors j’ai usé de tous les droits du trône, et, tant que j’ai vu la lumière du soleil, j’ai bu, j’ai mangé et j’ai fait l’amour » (« Sardanapale », Encyclopédie du xixe siècle).

2 Selon Furetière (1690, 1727), l’âme « se dit [...] du principe de vie dans les vegetaux, & dans les animaux. L’ame vegetative est dans les plantes ; la sensitive dans les bêtes ; [...] & l’ame raisonnable & spirituelle est dans l’homme ». Voir aussi infra, p. 410, 419

3 La tradition grecque attribuait à Pythagore et aux pythagoriciens la croyance en la transmigration des âmes, croyance empruntée à l’Egypte (l’historien grec Hérodote parle d’un cycle de trois mille ans de pérégrination des âmes chez les Égyptiens) ou à l’Inde, où elle apparut au début du vie siècle av. J.-C. Xénophane de Colophon, contemporain de Pythagore, raconte à son sujet l’anecdote suivante : « Pythagore passait un j o u r à côté d ’ u n chien que son maître bâtonnait ; il aurait alors prononcé ces mots : “Cesse de le battre, car c’est l’âme d ’ u n ami, j ’ e n suis sûr ; j e l’ai reconnue au son de sa voix” » (M. Detienne, La Notion de Daïmôn dans le pythagorisme ancien, p. 62). D’après Lafitau : « O n voit encore des idées parmi les Sauvages de cette Metempsycose ; mais ils n ’ e n ont pas poussé si loin l’extravagance, que les Disciples de Pythagore, & les Gymnosophistes des Indes. Une opinion de cette nature leur seroit trop préjudiciable ; car sans la chasse & la pêche, la plupart mourroient de faim » (Mœurs des Sauvages arneriquains, t. I, p. 411).

4 « Tous ces peuples generalement croyent l’immortalité de l’ame », estimait Lescarbot au début du siècle (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. IV, éd. Grant, t. III, p. 355). Lafitau affirmait de même au siècle suivant : « Tous les Barbares sont intimement persuadés, que l’ame ne meurt point avec le corps » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 398). Biard confirme à l’égard des Micmacs : « Ils tiennent l’immortalité de l’ame » (Relation de 1616, ]R, vol. 3, p. 134).

5 Sur ces « verités » chrétiennes ignorées des « Sauvages », voir Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 396-397) : « Ce que la Foy nous enseigne de nôtre derniere fin, c’est qu’ayant été créés pour Dieu, nous devons tous tendre, & nous réunir à lui, comme au centre de nôtre bonheur : que l’homme étant tiré de la poussiere, doit retomber en poussiere ; mais q u e son ame, immortelle de sa nature, n’est pas plûtôt délivrée des liens, qui la tenoient captive dans son corps, qu’elle est portée au Tribunal du souverain Juge, qui condamne aux flammes éternelles ceux qui sont morts dans le crime, & qui destine d’éternelles récompenses à ceux qui ont vêcu dans la justice, après néanmoins qu’ils auront expié les taches légeres, qui ne les rendent pas ennemis de Dieu à la verité, mais qui leur ferment encore, pour quelque temps, ce lieu de délices, où rien de soüillé & d’impur ne peut entrer. »

6 Cette croyance des Micmacs en un pays où vont les âmes des morts est relevée par Denys (Description géographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 599) : « ils croyoient qu’estans morts ils iroient en un autre pays où tout abondoit à foison, & où l’on ne travaille point » ; Raudot (« De la religion des Sauvages mikemacs », Relation par lettres, p. 207) : « après leur mort ils iroient dans un pays delicieux où le poisson, la viande et le tabac seroient en abondance » ; et Maillard (An Account of the Customs and Manners, p. 45) : « The general belief amongst them is, that, after death, they go to a place of joy and plenty [...]. There they are to find women in abundance, a country thick of all manner of game to humor their passion for hunting, and bonus and arrows of the best sort, ready mode. » Cette croyance est attestée chez d’autres Amérindiens qui, comme Leclercq le rapporte lui-même à propos des Micmacs (infra, p. 412), semblent avoir une idée relativement précise de la situation de ce « païs » dans l’espace et du chemin à suivre pour s’y rendre. Parlant des Montagnais, Lejeune note par exemple : « [...] je leurs fis plusieurs interogations. Premierement, où alloient ces ames apres la mort de l’homme, & des autres creatures ; elles vont, dirent-ils, fort loin, en un grand village situé où le Soleil se couche : [...] elle vont à pied, me dirent-ils, passants les eaux à gay en quelque endroict » (Relation de 1634, ]R vol. 6, p. 176) ; voir également Champlain (Des Sauvages, 1603, chap. III, éd. Biggar, t. 1, p. 120), Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XXX, éd. Tross, p. 457-458 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XVIII, éd. Warwick, p. 251-252) et Brébeuf (Relation de 1636, JR, vol. 10, p. 144-146).

7 L’identification de Papkootparout reste problématique. Il n’est pas fait mention de ce personnage dans des recueils de légendes plus tardifs. L. Campeau l’assimile au héros culturel micmac Glooscap, car tous deux « président au séjour des morts et ont le même caractère » (Monumenta Novoe Francioe, t. I : La Première Mission d’Acadie (1602-1616), p. 169, n. 78). B. G. Hoffman pose la même hypothèse, mais envisage également la possibilité que Papkootparout soit le frère jumeau de Glooscap, conformément à un modèle fréquemment observé dans les traditions mythologiques des Amérindiens du Nord-Est (« The Historical Ethnography of the Micmac of the Sixteenth and Seventeenth Centuries », p. 400- 404). Au début du xxe siècle, W. D. et R. S. Wallis ne relevaient aucune réminiscence de cette légende du « Païs des Ames » chez leurs informateurs micmacs du Québec et des Maritimes (The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 149- 150).

8 Comme Orphée qui voulut délivrer sa femme Eurydice. La légende micmaque de Papkootparout et du « Païs des Ames » relève d’une tradition orphique répandue dans toute l’Amérique du Nord, particulièrement sur la côte ouest du continent. Les récits rattachés à cette tradition présentent de nombreuses variantes, mais obéissent tous au même schéma narratif de base : une personne tente de ramener l’âme d’un défunt, parent ou ami, du pays des morts au pays des vivants ; la tentative échoue parce que le protagoniste ne respecte pas toutes les conditions posées à la réalisation de ce projet par le maître du séjour des morts (Â. Hultkrantz, The North American Indian Orpheus Tradition, p. 19-20, 26). Le premier auteur à rapporter une légende orphique chez des Indiens d’Amérique du Nord serait le jésuite Brébeuf (Relation de 1636, JR, vol. 10, p. 148-152), qui ne paraît pas toutefois en remarquer lui-même les analogies avec le mythe grec. Citant cette « fable » au début du siècle suivant, Lafitau ne manquera pas de souligner qu’elle « est presque absolument semblable à celle d’Orphée, qui descendit aux Enfers, pour en retirer Euridice son épouse » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 402-404).

9 D’après Lejeune, « les Sauvages se persuadent que non seulement les hommes & les autres animaux : mais aussi que toutes les autres choses sont animées, & que toutes les ames sont immortelles » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 174). Sagard reprend ce passage du jésuite : « [Les Hurons croient que] non seulement les hommes & les autres animaux ont l’ame immortelle, mais aussi toutes les choses materielles & sans sentiment » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXX, éd. Tross, p. 454). Denys rapporte l’exemple d’un Micmac qui, à l’occasion de l’exhumation des objets d’une sépulture, frappe sur « une chaudiere toute percée de ver de gris » et, constatant qu’elle ne résonne plus, conclut qu’« elle n’a plus de son & qu’elle ne dit plus mot, parce que son ame l’a abandonnée pour aller servir en l’autre monde au deffunt à qui nous l’avons donnée ». Il ne faut pas oublier de dire, ajoute Denys, que « pour exprimer une chose telle qu’elle soit qui ne peut plus servir, ils disent qu’elle est morte, par exemple quand leur canot est rompu, ils disent qu’il est mort, & ainsi de toutes autres choses hors de service » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 600-601).

10 Voir infra, p. 417 et 577.

11 Sur l’amour des enfants, voir supra, chap. I, p. 225; chap. V, p. 277-278; chap. VI, p. 295 ; infra, chap. XIV, p. 458 ; chap. XV, p. 473.

12 Dieu des enfers, lieu de séjour des âmes des morts, chez les Romains.

13 Altestagan : jeu de dés (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue mirmaque, I, p. 234) ; walleslagan : os rond ou dé utilisé dans le jeu de dés (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 146, 208) ; altestakun : « dé indien » utilisé dans le jeu appelé alteslamk (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 82 ; English-Micmac Dictionary, p. 15). Cf. infra, p. 417, 560 (Leldestaganne). Leclercq décrit brièvement en quoi consiste ce jeu, infra, p. 56

14 Même remarque, supra, p. 41

15 Voir infra, p. 417

16 On trouve mention de cette double sanction selon le mérite dès le xvie siècle (Cartier, Thevet), ce qui l’a fait interpréter par B. G. Hoffman comme une croyance autochtone plutôt qu’acquise sous l’influence des missionnaires européens (« The Historical Ethnography of the Micmac of the Sixteenth and Seventeenth Centuries », p. 359-363). Lafitau observera aussi que le « païs des Ames a [...] ses differens étages » et que « tous n’y sont pas également bien. [...] § Les Sauvages sont assez éclairés pour discerner le bien d’avec le mal. La conscience ne laisse ignorer l’un & l’autre à personne. Il n’est pas surprenant qu’ils ayent connu, comme tous les autres, qu’il y avoit des peines réservées pour le crime, & des récompenses destinées à la vertu » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. 1, p. 404- 405). Voir, néanmoins, les témoignages de Denys, de Raudot, de Maillard (cités supra, p. 411, n. 6), qui décrivent le « Païs des Ames » comme un paradis.

17 Voir supra, p. 413.

18 Voir infra, p. 577, et Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XXX, éd. Tross, p. 457-458) : « Ils croyent l’immortalité de l’âme, avec tous les autres peuples sauvages [...], & que partant de ce corps mortel, elle s’en va droicte du costé du Soleil couchant [...]. Ils disent que les ames des chiens & des autres animaux y vont aussi par le costé du Soleil levant, (à ce que disent les Montagnais), qui croyent aller apres leur mort en un certain lieu où elles n’ont aucune necessité. [...] c’est à dire que les ames des chiens vont encores servir les ames de leurs maistres en l’autre vie, ou du moins qu’elles demeurent avec les ames des autres animaux, dans ce beau païs d’Youskeha où elles se rangent toutes, lequel païs n’est habité que des ames des animaux raisonnables & irraisonnables, & celles des haches, cousteaux chaudieres & autres choses, qui ont esté offertes aux deffuncts, ou qui sont usées, consommées ou pourries sans qui s’y mesle aucune chose qui n’ayt premierement gousté de la mort ou de l’aneantissement, c’estoit leur ordinaire response, lorsque nous leur disions que les souris mangeoient l’huyle & la galette, & la rouille & pourriture le reste des instrumens, qu’ils enfermoient avec les morts dans le tombeau. »

19 La question de la culture du maïs chez les Micmacs reste controversée. Malgré la légende rapportée ici par Leclercq, il n’existe pas de preuves archéologiques de cette culture sur le territoire micmac et les premiers témoignages historiques relatifs à ces Amérindiens affirment qu’« ils ne sçavent que c’est du labourage, & ne s’y peuvent addonner, courageux seulement & penibles à la chasse, & à la pécherie » (Lescarbot, « Relation Derniere [...] », 1612, JR, vol. 2, p. 164) ; « Leur vivre est ce que la chasse, & la pesche leur donnent : car ils ne labourent point » (Biard, Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 78). Néanmoins, le climat et les conditions du sol dans les régions occupées par les Micmacs auraient, semble-t-il, permis la culture de certaines variétés précoces de cette graminée. Il n’est donc pas impossible que les Micmacs aient déjà cultivé le maïs et qu’ils aient ensuite abandonné cette pratique pour des motifs indéterminés — peut-être en raison des répercussions du commerce des fourrures sur leur mode de vie, ainsi que le soutient Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XVI et XXIII, éd. Grant, t. III, p. 409 et 438 ; cité supra, p. 284, n. 11). Sur cette question, voir P. L. Nietfeld, « Determinants of Aboriginal Micmac Political Structure », p. 322- 331 ; et R. Flannery, An Analysis of Coastal Algonquian Culture, p. 6. W. D. et R. S. Wallis rapportent une autre légende micmaque sur l’origine du maïs, recueillie auprès d’un informateur de la Nouvelle-Ecosse en 1911-1912 (The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 399-400). Sur le tabac, voir A. Von Gernet, « The Transculturation of Amerindian Pipe Tobacco Smoking »

20 Cette scène rappelle à la fois le mythe de Pandore (la curiosité féminine qui provoque un malheur) et une fable rapportée par Lejeune : « Nostre Sauvage racontait au Pere Breboeuf que ses compatriotes croyent qu’un certain Sauvage avoit receu du Messou le don d’immortalité dans un petit pacquet, avec une grande recommandation de ne la point ouvrir, pendant qu’il le tint fermé il fust immortel, mais sa femme curieuse & incredule, voulut voir ce qu’il y avoit dans ce present, l’ayant deployé, tout s’envola, & depuis les Sauvages ont esté sujets à la mort » (Relation de 1634, JR vol. 6, p. 158).

21 Maillard observe: « They have even no word in their language that answers to that of soul in ours. The term approaching nearest thereto that we can find, is M’cheejacmih, which signifies Shade » (An Account of the Customs and Manners, p. 44; voir également id., « Lettre de M. l’abbé Maillard sur les missions de l’Acadie et particulièrement sur les missions micmaques », dans Les Soirées canadiennes, 1863, p. 349).

22 Leclercq ne reprend pas cette information dans son chapitre sur les festins, infra, p. 551-561.

23 Selon Å. Hultkrantz (Conceptions of the Soul among North American Indians, p. 75), la conception micmaque de l’âme paraît s’intégrer dans un schéma dualiste répandu en Amérique du Nord, suivant lequel chaque individu possède deux âmes : une « âme libre », qui va au « Païs des Ames » après la mort (l’« image sombre & noire » dont parle Leclercq) ; et une « âme vitale », qui s’éteint après la mort ou devient un fantôme (celle à qui l’on réserve de la nourriture lors des festins).

24 Passage emprunté en partie à Lejeune, en partie à Sagard, qui lui-même s’inspire du jésuite. Voir Lejeune (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 174-176) : « De plus, les Sauvages se persuadent que [...] toutes les [...] choses sont animées [...], ils se representent l’ame de l’homme, comme une image sombre & noire, ou comme une ombre de l’homme mesme, luy attribuant des pieds, des mains, une bouche, une teste, & toutes les autres parties du corps humain. Voila pourquoy ils disent que les ames boivent & mangent, aussi leurs donnent-ils à manger quand quelqu’un meurt, jettant la meilleure viande qu’ils ayent dans le feu, & souvent ils m’ont dit qu’ils avoient trouvé le matin de la viande rongée la nuict par les ames » ; et Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XXX, éd. Tross, p. 458) : « Ils croyent de plus que les ames en l’autre vie bien qu’immortelles ont encores les mesmes necessitez du boire & du manger, de se vestir, chasser & pescher, qu’elles avoient lorsqu’elles estoient encores revestues de ce corps mortel, & que les ames des hommes vont à la chasse des ames des animaux, avec les ames de leurs armes & outils [...]. »

25 Cette expression se trouvait dans une objection de Lejeune au « sorcier » montagnais : « il n’y a guère de plaisir d’aller manger du vieux bois & des escorces en l’autre vie » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 178).

26 Voir supra, p. 416.

27 Voir infra, p. 577.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search