Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre XI. Relation du pénible Voïage de l'Auteur, allant annoncer la Foi aux Gaspesiens Porte-Croix

Texte intégral

  • 1 Rappelant qu’il est « devenu ministre de Dieu pour répandre sa parole chez les païens, saint Paul (...)

1Il est bien vrai qu’il n’y a que Dieu seul qui puisse adoucir, par l’onction de sa grâce, les travaux Apostoliques des Missions laborieuses de la Nouvelle France : aussi faut-il avoüer ingénument, que toutes les forces de la Nature ne serviroient qu’à augmenter les peines des Missionnaires, si la Croix d’un Dieu crucifié ne leur communiquoit une partie de cette force victorieuse, avec laquelle il a glorieusement triomphé de tout ce qu’il y avoit de plus rude & de plus douloureux dans les opprobres du Calvaire. C’étoit aussi sans doute dans cette pensée que l’Apôtre saint Paul disoit, qu’il pouvoit toutes choses avec la grâce de celuy qui luy donnoit la force de tout entreprendre, & de totit faire pour sa gloire & le salut des ames1.

  • 2 En janvier 1678 : voir p. 362, n. 15, et p. 377, n. 41.
  • 3 Non pas la ville actuelle de Miramichi (47° 00’ ; 65° 28’), mais plutôt Chatham (47° 02’ ; 65° 28’ (...)
  • 4 Il s’agit de Koucdedaoüi, que Leclercq nommera plus loin (p. 378).
  • 5 Furetière (1690) signale : « En quelques endroits le pot sert de mesure, & tient deux pintes de Pa (...)
  • 6 Hennepin aussi en avait apporté pour son voyage (Description de la Louisiane, p. 86 ; Nouvelle Déc (...)

2Je n’ai jamais fait une expérience plus sensible de cette vérité, que dans le voïage2 que j’entrepris pour aller administrer les Sacremens aux François, qui demeuroient avec Monsieur Richard Denys de Fronsac* à Mizamichis3, & prêcher l’Evangile aux Sauvages Porte-Croix, qui n’avoient presque point du tout entendu parler des Misteres de nôtre sainte Religion. La charité que je devois avoir pour tous les Sauvages de ma Mission, me sollicitoit puissamment de l’entreprendre, quoique ce fût dans la saison de l’Hiver la plus difficile & la plus rigoureuse : & il semble que Dieu en approuva le dessein, puisqu’un Sauvage4, lorsque nous y pensions le moins, arriva avec sa femme à Nipisiquit, qui m’assura que pour éviter quelques différents qui étoient survenus entre les Gaspesiens de Ristigouche, il en étoit sorti avec sa femme & son enfant, pour se retirer à Mizamichis ; afin d’y vivre en repos, avec ceux de sa connoissance. Comme c’étoit là pour moi une occasion assez favorable, & une compagnie qui me pouvoit être d’un très-grand secours pendant cette route, je le priai de différer son départ jusqu’à quelques jours, pour me donner le tems & la consolation de baptiser quelques Sauvages que j’avois instruits, pour recevoir le premier & le plus nécessaire de nos Sacremens. Nôtre Sauvage m’attendit avec plaisir : Monsieur Hainaut de Barbaucannes* voulut bien être de la partie, & s’offrit, de la manière la plus obligeante, à me tenir compagnie. On fit pour cet effet nos provisions, qui consistoient en vingt-quatre petits pains, cinq à six livres de farine, trois livres de beurre, & un petit baril d’écorce, qui contenoit deux à trois pots5 d’eau-de-vie : d’ailleurs, je m’étois précautionné d’une boëte de confection d’hyacinte6, que les Religieuses Hospitalières m’avoient donnée devant mon départ de Québec pour Nipisiquit.

  • 7 La lieue commune de France équivalant à 4,05 km, Leclercq sous-estime la distance : à vol d’oiseau (...)
  • 8 Les rivières Tetagouche (47° 38’ ; 65° 41’), Middle (47° 36’ ; 65° 40’) et Nipisiguit (47° 37’ ; 6 (...)
  • 9 Sur les missions capucines en Acadie, voir supra. Introduction, p. 26, 29-30, et Candide de Nant, (...)
  • 10 En 1635, les jésuites ont une « résidence » à Miscou (Lejeune, Relation de 1635, JR, vol. 7, p. 26 (...)
  • 11 On ne trouve pas de mention explicite de cette chapelle dans les Relations des jésuites, mais il y (...)
  • 12 Philippe Enault fit construire un moulin à eau pour moudre son grain. Il possédait aussi du bétail (...)
  • 13 Le père de Richard Denys de Fronsac, Nicolas Denys, avait établi dès 1652 un poste à Nipisiguit, o (...)

3Nipisiquit est un séjour des plus charmans qu’il y ait dans la grande Baye de Saint Laurent : il n’est éloigné que de douze à quinze lieues de l’Isle Percée7. La terre y est fertile, & abondante en toutes choses : l’air y est pur & sain. Trois belles rivières qui s’y déchargent8, forment un bassin tres-agreable, dont les eaux se perdent dans la mer, par un détroit qui en fait l’entrée & l’ouverture. Les Recollets de la Province d’Aquitaine y ont commencé la Mission en 1620. & le Pere Bernardin*, un de ces illustres Missionnaires, mourut de faim & de fatigues, en traversant les bois pour aller de Miscou & de Nipisiquit à la rivière de Saint Jean, à la Cadie, où ces Révérends Pères avoient leur établissement principal. Les RR. PP. Capucins9 , & singulièrement les RR. PP. Jésuites10, y ont éxercé leur zele & leur charité pour la conversion des Infidèles : ils y ont fait bâtir une Chapelle dédiée à la Sainte Vierge11 ; & l’on remarque que celuy de ces Pères qui quitta cette Mission, laissa son bonnet dessus l’Autel, disant qu’il le reviendroit chercher quand il luy plairoit ; pour faire connoître que sa Compagnie avait droit d’établissement dans ce lieu. Le Sieur Henaut de Barbaucannes y cultive la terre avec succez, & recüeille du froment au-delà de ce qu’il en faut pour l’entretien de sa famille12. Monsieur Richard Denys de Fronsac en est le Seigneur propriétaire13.

  • 14 « Nous » semble renvoyer ici aux deux voyageurs français qui s’apprêtent à partir. Furetière (1690 (...)

4Il est bon de sçavoir qu’il faut porter le nécessaire à la vie, quand on s’éloigne en Canada, des Habitations Françoises, & lorsqu’on entreprend quelque voïage considérable ; n’y aïant ni Cabarets, ni Auberges, & ne trouvant pas de maison dans ces vastes forêts, pour s’y retirer la nuit, on se trouve obligé de coucher à la Belle-étoile. Persuadez que nous étions de cette vérité, par l’expérience que nous en avions déjà faite autrefois14 ; un chacun prit sa couverture, & se chargea de son paquet, dans lequel étoit une partie des vivres dont nous avions besoin, pour la route que nous avions à faire.

  • 15 Se fondant sur diverses notations de Leclercq (p. 377, 381), W. F. Ganong (New Relation of Gaspesi (...)
  • 16 C’est-à-dire par les « hoo, hoo, hoo » d’usage : voir supra, p. 339, et infra, p. 386 et 558.

5Tous nos Gaspesiens assistèrent dévotement aux Prières, que nous fîmes de bon matin, pour implorer le secours des Anges Tutelaires de ces Païs, & demander à Dieu la conversion des Sauvages Porte-Croix, ausquels j’allois, pour la première fois, annoncer les veritez de nôtre sainte Religion. Ils firent tout ce qu’ils pûrent pour m’obliger de passer avec eux le reste de l’Hiver, & de différer mon départ jusqu’à une saison plus commode & moins rigoureuse : mais enfin, il étoit juste de contenter les François & les Sauvages de Mizamichis. La parole de Dieu est le pain spirituel des ames ; il faloit, après quatre mois de séjour à Nipisiquit15, le distribuer à ceux qui m’attendoient depuis si long-tems pour le recevoir. Je fis donc concevoir à nos Sauvages, que s’ils avoient autant de désir du salut de leurs frères, qu’ils m’avoient témoigné, ils devoient se réjouir de la peine que j’allois prendre, pour leur donner les mêmes instructions qu’ils avoient eux-mêmes reçues de mes Catéchismes ; puisque je n’avois pas d’autre dessein, que de les conduire & de les voir tous ensemble dans le Ciel. Ces pauvres gens approuvèrent mes raisons & mon zele, par les applaudissemens ordinaires à cette Nation16, & consentirent enfin à mon départ, sous la promesse que je leur fis de retourner chez eux au commencement du Printems.

  • 17 Voir infra, p. 377.
  • 18 Sur la manière de monter la tente d’écorce, voir supra, p. 263-265.
  • 19 Autant l’eau-de-vie est néfaste aux Amérindiens (voir infra, p. 486-493), autant elle est utile lo (...)

6La femme de nôtre Sauvage se chargea de son petit enfant, que je baptisai & nommai Pierre, avant mon départ de Nipisiquit, par un effet singulier de la Providence & de la miséricorde de Dieu, comme il sera bien aisé de remarquer à la fin de la Relation de ce pénible Voïage17. Nous primes chacun nos paquets sur nos épaules, & nous nous mîmes en chemin, avec les raquettes aux pieds. Le soir nous obligea, après quatre à cinq lieues de marche, de faire une Cabanne18, afin d’y passer la nuit. Il falut, pour la rendre autant commode que le païs le pouvoit permettre, faire un trou dans la neige, haute de quatre à cinq pieds, laquelle nous fûmes obligez de jetter avec nos raquettes, jusques à ce que nous eussions trouvé la terre, que nôtre Sauvagesse couvrit de branches de sapin toutes ver-doïantes, sur lesquelles nous nous couchâmes durant la nuit. Monsieur Henaut se donna la peine, avec nôtre Sauvage, de couper & d’amasser le bois nécessaire pour nous chaufer : & un chacun prit sa réfection avec autant de contentement, que si nous eussions été dans une bonne Auberge. La perte seule que nous avions faite de nôtre eau-de-vie, nous donna un peu de chagrin ; car quelque précaution que l’on eût prise de bien gommer le petit baril d’ecorce, il s’y trouva encore quelque petite ouverture, par laquelle l’eau-de-vie s’étoit écoulée en chemin faisant, sans que pas un de nous en eût connoissance, que lorsque l’on en voulut prendre un coup après le repas. Il n’en restoit plus que tres-peu : elle fut aussi distribuée sur le champ, pour nous consoler de cette disgrâce, & mettre le reste hors de danger de se perdre. Il est vrai cependant, que nous fûmes privez d’un grand soulagement, par la perte de cette eau-de-vie19 ; puisque nous nous trouvâmes quelque-tems après dans des conjonctures si pressantes, que cette liqueur nous eût été sans doute d’un tres-grand secours ; mais enfin il falut bien nous consoler de cette fâcheuse avanture : & nous passâmes la première nuit, comme toutes les autres de nôtre Voïage, à l’enseigne de la Lune & de la Belle-étoile.

  • 20 D’après W. F. Ganong (New Relation of Gaspesia, p. 166, n. 1, et 175, n. 1), il s’agit probablemen (...)
  • 21 W. F. Ganong (New Relation of Gaspesia, p. 166, n. 1) montre que le plus court empruntait vraisemb (...)

7Le lendemain matin, après avoir célébré la sainte Messe dans une cabanne que nos gens firent exprés, avec des perches couvertes de branches de sapin, & après que nous eûmes déjeûné & accommodé anos paquets, nous continuâmes nôtre voïage, en montant toûjours, & côtoïant la rivière de Nipisiquit, jusqu’au rapide appelle vulgairement le Saut aux Loups Marins20, qui fait la séparation des deux chemins qui conduisent à Mizamichis ; l’un plus court, mais plus difficile, par les bois brûlez ; & l’autre plus long, mais plus aisé, par la rivière21. Le désir extrême que j’avois de me rendre incessa-ment chez nos Porte-Croix, pour y commencer la Mission, me fit résoudre d’autant plus facilement à prendre la route des bois brûlez, que le Sieur Henaut & le Sauvage même en avoient fait la traverse, peu de tems auparavant : & ainsi nous quittâmes, d’un commun accord, la rivière, qui cependant nous eût épargné beaucoup de peine & de fatigue en la suivant, selon que l’expérience nous l’a fait assez connoître depuis.

  • 22 Les dictionnaires de l’époque (Richelet, 1680 ; Furetière, 1690 et 1727 ; Académie, 1695) consigne (...)
  • 23 Réflexion surprenante, car les voyageurs pourraient se chauffer avec les troncs à demi calcinés re (...)
  • 24 D’après Furetière (1727), « on dit plus communément l’Arabie Pétrée », ainsi nommée de son ancienn (...)

8Pour sçavoir ce que c’est que les bois brûlez, je vous dirai que le Ciel étant un jour tout en feu, plein d’orage & de tonnerres, qui grondoient & se faisoient entendre de toutes parts ; la foudre tomba, dans un tems où la sécheresse étoit extraordinaire, & embrasa non-seulement tout ce qu’il y avoit de bois & de forêts entre Mizamichis & Nipisiquit ; mais encore brûla & consuma plus de deux cens cinquante lieues de païs : en sorte qu’on n’y voit plus que des troncs d’arbres fort hauts & tous noircis, qui portent dans leur affreuse stérilité, des marques d’une incendie22 générale & tout-à-fait surprenante. Cette vaste étendue de païs est toujours couverte de neige pendant l’Hiver. On n’y voit que des rejettons & de petits arbrisseaux, qui paroissent plutôt des isles distantes les unes des autres de deux à trois lieuës, que des bois, ni des forêts de Canada : en un mot, cet incendie fut si furieux & si violent, que les fiâmes s’élançoient, & s’embrassoient même, pour ainsi dire, d’un bord de la rivière à l’autre ; d’où vient que les orignaux & les castors n’y ont paru que long-tems après ce funeste accident. Tout ce qui donne plus de peine aux Voïageurs qui traversent ces bois brûlez, c’est qu’ils ne trouvent ni lieu pour se cabanner à l’abri du vent, ni de bois propre pour se chaufer23. Ce fut cependant dans ces tristes solitudes, & dans ces déserts plus affreux mille fois que ceux de l’Arabie Pierreuse24, que nous nous égarâmes, à cause que nous voulûmes suivre les pistes de quelques Sauvages qui étoient à la chasse au castor : car voulant éxaminer les tours & détours des Sauvages & de ces animaux, nous prîmes une fausse route, & nous nous éloignâmes de celle qui étoit sans doute la plus juste & la plus assurée. Nous marchâmes trois jours continuels au milieu de ce désert, avec des peines incroïables ; en sorte que nous fûmes obligez d’y séjourner, pour nous reposer de tant de fatigues si longues & si pénibles.

  • 25 Autre observation surprenante : on n’enfonce jamais jusqu’aux genoux quand on a des raquettes. Bie (...)
  • 26 D’après Furetière (1690), « on est sur les dents » signifie qu’on « est las & fatigué » ; Richelet (...)

9Le lendemain nous continuâmes nôtre route avec de nouvelles difficultez, causées par une grande abondance de neige qui étoit tombée la nuit précédente, & qui pensa nous désoler entièrement ; étant obligez de marcher, depuis le matin jusqu’au soir, en ces neiges, dans lesquelles nous enfoncions jusques au genoüil25, à chaque pas que nous faisions. Cette marche extraordinairement pénible & fatiguante, jointe à la disette des vivres, n’aïant plus qu’un petit morceau de pain chaque jour à manger, nous réduisit dans une misère extrême : nôtre Sauvage tomboit sur les dents26 ; sa femme, avec son petit enfant, me faisoient compassion : & je vous avoué ingénument, pour mon particulier, que je n’en pouvois plus du tout.

10La nécessité cependant où nous étions de toutes choses, nous obligeoit de continuer nôtre chemin ; & il faloit nécessairement ou mourir, ou marcher. Monsieur Henaut, Sieur de Barbaucannes, étoit le seul qui avoit le plus de courage ; il nous traçoit le chemin : nôtre Sauvage le suivoit, sa femme marchoit après, & je restois le dernier de la troupe, comme étant le plus harassé du chemin, que je trouvois néanmoins plus aisé & moins fatiguant que les autres, à cause qu’il étoit batu & fraie par ceux qui me précedoient ; ce qui me fut sans doute d’un grand secours, & me donna beaucoup de soulagement.

  • 27 La Miramichi : voir infra, p. 378.

11Cependant, quelque pénible que fut cette marche, je vous avoué qu’elle perdoit à mon égard une partie de ce qu’elle pouvoit avoir de rude & de fâcheux, par l’espérance & la pensée que j’avois, que nous approchions de la rivière de Sainte-Croix27 : mais enfin elle me parut affreuse, au-delà de ce qu’on peut s’imaginer, lorsque le Sieur Henaut & le Sauvage me dirent qu’il y avoit déjà trois jours que nous étions égarez ; qu’ils ne connoissoient plus de route, ni de chemin ; & qu’enfin il faloit nous abandonner entièrement à la Providence, & aller où il plairoit à Dieu de nous conduire.

12Cette nouvelle me fut d’autant plus affligeante, qu’il n’y avoit plus d’apparence de retourner à Nipisiguit, à cause que la neige, qui étoit tombée en grande quantité depuis nôtre départ, avoit comblé & couvert toutes nos pistes. Il neigeoit encore actuellement ; & il nous falut cependant faire de nécessité vertu, & marcher jusqu’à la nuit, pour trouver un lieu propre pour nous cabanner.

  • 28 Le cuir bouilli était souvent la dernière ressource que pouvaient utiliser les voyageurs épuisés, (...)

13Je ne sçaurois vous exprimer ici, quelles furent alors nos inquiétudes, nous trouvant au milieu de ces déserts affreux, dépourvûs de toutes les choses les plus nécessaires à la vie, accablez de foiblesse & de fatigue, dans la saison la plus difficile & la plus rigoureuse de l’Hiver, sans vivres ; & ce qui est de plus affligeant, sans guide & sans chemin. Pour comble de malheur, il y avoit troisjours que nous ne mangions qu’un petit morceau de pain sur le soir, qui pour lors nous manqua tout-à-fait : en sorte qu’aïant été obligez d’avoir recours à la farine que nôtre Sauvage avoit dans son paquet, nous fûmes réduits d’en jetter soir & matin deux à trois poignées dans une chaudronnée d’eau de neige, que nous faisions bouillir ; ce qui servoit plûtôt à la blanchir, qu’à nous nourrir. Pour toute consolation, le Sieur Henaut me dit, qu’il avoit deux paires de souliers Sauvages, avec un morceau de peau passée ; & qu’en tout cas nous les ferions griller, ou boüillir, pour les manger ensemble28. Jugez de là, si nous n’étions pas véritablement dignes de compassion.

14La nuit se passa avec de nouvelles difficultez. Un vent de Nord-oüest, d’un froid extraordinairement sensible & piquant, nous pensa glacer ; parce que nous n’avions pû trouver du bois ce qu’il nous en faloit pour nous chaufer pendant la nuit : en sorte que pour ne point mourir de froid dans nôtre cabanne, nous en partîmes avant le jour, avec des peines que l’on ne peut s’imaginer. Je pensai être abîmé dans un fossé profond qui étoit couvert de neige, d’où l’on eut beaucoup de peine & de difficulté à me retirer : je peux même dire que c’étoit fait de moi, si par un bonheur singulier je n’eusse rencontré un gros arbre qui étoit au-travers de cette fosse, sur lequel je demeurai en attendant le secours qu’on me donna pour sortir de cet horrible danger, où je me vis pour lors exposé à deux doigts de la mort.

15A peine étois-je éloigné d’une portée de fuzil de ce précipice, que voulant passer une petite rivière, l’une de mes raquettes se cassa, & je tombai dans l’eau jusqu’à la ceinture ; ce qui obligea Monsieur Henaut & le Sauvage, de chercher promtement un lieu propre pour nous cabanner, faire du feu pour me réchaufer, parce que le froid commençoit à me saisir par tout le corps : ce fut dans cette cabanne, où le peu de farine que nous avions toujours ménagé fort éxactement, nous manqua aussi-bien que le pain ; la faim nous en chassa de bon matin, pour chercher ce que la Providence voudrait nous donner.

16Je conçûs dés-lors parfaitement bien le danger évident où nous étions de mourir de faim, de foiblesse, & de misères dans ces bois, si le Seigneur ne nous donnoit bientôt les moïens d’en sortir : comme je sentois que les forces commençoient à me manquer, & que je n’en pouvois presque plus, je renouvellai les premières intentions avec lesquelles j’avois entrepris ce pénible voïage ; & j’offris derechef de bon cœur à Nôtre-Seigneur, les peines & les fatigues que j’endurois pour sa gloire, & pour la satisfaction de mes péchez.

  • 29 Voir infra, p. 617. Resté sans compagnon de mission, François Xavier mourut dans une paillote de l (...)

17La seule pensée d’un Jesus-Christ mourant sur la Croix, abandonné de tout le monde, nous donnant un exemple admirable du sacrifice que nous devons faire de nôtre vie pour le salut des ames, jointe à la reflexion que je fis sur la mort de saint François Xavier29, expirant dans sa petite cabanne, destitué de tous les secours humains, me combla de joie & de consolation au milieu de mes peines : & il est vrai que je fus pour lors persuadé, mieux que jamais, que Dieu a un trésor de grâces & de bénédictions, qu’il reserve uniquement pour les Missionnaires, qui se confient & s’abandonnent entièrement aux soins amoureux de sa Providence, parmi les dangers & les périls les plus affreux de leurs Missions, & de leurs travaux Apostoliques.

18Nous avions marché tout le long du jour, & tres-peu avancé, tant à cause de la foiblesse extrême où j’étois réduit, qu’à cause de la difficulté du chemin ; lorsqu’étant entièrement occupé de ces aimables & saintes reflexions, Monsieur Henaut & le Sauvage, qui nous devançoient, firent un cri de joie & d’allégresse, pour la rencontre heureuse qu’ils avoient faite, de la piste toute nouvelle d’un Sauvage qui avoit passé le matin pour aller à la chasse. Ils vinrent tous les deux au-devant de moi, pour m’assûrer que toutes nos peines alloient bientôt finir, par l’heureuse arrivée au Fort de la rivière de Sainte-Croix, où ils espéraient que nous arriverions bien-tôt. Je ne fus pas insensible, non plus que les autres, à la joie que me causa cette agréable rencontre : mais enfin, comme il n’y a point de plaisir si épuré dans le monde, qu’il ne s’y trouve toujours quelque mélange de chagrin & d’inquiétude, la satisfaction que nous venions de recevoir fut altérée, par l’incertitude, si nous devions suivre ou rebrousser sur les traces nouvellement découvertes ; d’autant que nous avions sujet de douter si ce Sauvage alloit à la chasse seulement, ou s’il ne commençoit pas l’un de ces voïages considérables & d’une longue étenduë de païs, qu’ils traversent assez souvent pendant l’Hiver, pour rendre visite à leurs amis. Incertains de la route que nous devions tenir, nous résolûmes, à tout hazard, de traverser ces pistes, & de marcher à nôtre ordinaire ; dans l’espérance que Dieu nous serviroit de guide, & nous ferait miséricorde. Il exauça nos vœux & nos prières : & le Seigneur se contentant de nos fatigues & de nos peines, voulut bien nous consoler d’une manière qui nous fit admirer la conduite admirable de sa divine Providence.

  • 30 L’habileté des Amérindiens à lire les empreintes de pas est relevée avec admiration par plusieurs (...)

19C’est une coûtume généralement observée parmi nos Gaspesiens, de ne retourner jamais le soir, ou du moins tres-rarement, par le même chemin à la cabanne, quand ils en sortent le matin pour aller à la chasse : ils prennent des routes différentes, afin de batre la campagne, & de découvrir plus de païs de ravages d’orignaux & de castors. Dieu permit cependant que le Sauvage dont nous avions apperçû les vestiges revint sur ses pas, jusqu’à l’endroit même où nous avions traversé son chemin. Il en fut furpris d’abord ; mais conjecturant de nôtre manière de marcher, que ceux qui venoient de passer étoient extrêmement fatiguez30, il prit la résolution de nous suivre, & vint après nous, pour nous soulager autant qu’il en étoit capable.

20Un certain bruit sourd, causé par l’agitation de ses raquettes & le mouvement des branches au-travers desquelles il étoit obligé de marcher, m’obligea de tourner la tête, pour reconnoître de quel endroit il pouvoit provenir. Vous pouvez juger de la joie que j’eus, en voïant ce Gaspesien charitable qui venoit à moi, pour nous enseigner nôtre chemin, par celle que vous recevriez vous-même en semblable rencontre : la mienne fut si sensible, que je redoublai le pas, tout fatigué que j’étois pour en avertir ceux qui me precedoient.

  • 31 Leclercq donne à nouveau cette information à la page 538.
  • 32 Non pas la perdrix proprement dite (Perdix perdix), qui n’existe pas au Canada, mais la gélinotte (...)

21Comme la nuit s’approchoit, & que d’ailleurs nous étions sans force & sans vigueur, il nous obligea de cabanner, & voulut luy seul prendre la peine de couper le bois nécessaire pour nous chaufer, & mettre la cabanne en état de nous y reposer. Il me fit présent d’une perdrix qu’il avoit tué à la chasse ; la Providence luy en donna deux autres aussitôt, pour récompenser la charité qu’il nous faisoit : elles étoient juchées sur les branches d’un sapin31, comme le sont ordinairement les perdrix de Canada32 ; il les tua toutes deux d’un coup de fuzil, & on les mit toutes trois dans la chaudière, pour souper à cinq personnes, autant fatiguez du voïage & de la faim, que nous étions pour lors.

  • 33 Voir infra, p. 474, où Leclercq parle de l’« ingratitude » des Amérindiens à l’égard des Français.

22Quoique les Sauvages soient charitables au-delà de ce qu’on s’imagine en Europe, ils se font cependant assez souvent prier, quand on a besoin de leur secours, mais singulièrement quand ils se persuadent qu’on ne peut se passer de leur service. Le nôtre étoit de ce caractère : connoissant parfaitement bien de quelle utilité il nous étoit dans la conjoncture fâcheuse où nous nous trouvions, il s’offroit de tems en tems à nous servir de guide ; mais à condition, disoit-il, que nous luy donnerions deux douzaines de couvertures, une barique de farine, & trois de bled d’Inde ; une douzaine de capots, dix fuzils, avec de la poudre & du plomb & une infinité d’autres choses qu’il vouloit avoir pour nous remettre dans le bon chemin, & nous conduire dans sa cabanne. C’étoit beaucoup, je l’avouë ; mais enfin, c’étoit trop peu demander à des gens qui auroient volontiers donné toute chose au monde, pour se retirer d’un aussi méchant pas que celuy où nous nous trouvions malheureusement engagez, & duquel nous eussions eu beaucoup de peine à sortir, sans le secours de ce Sauvage33.

  • 34 Voir infra, p. 425-426, où Leclercq énumère les fonctions du jongleur.

23La nuit se passa un peu plus tranquillement que les précédentes ; il falut cependant partir le lendemain matin, sans prendre aucune nourriture ; & comme nôtre petite troupe attendoit que j’eusse achevé mon Office, le Sauvage qui me servoit de guide étant impatient de ce que je demeurais si long-tems à genoux dans un endroit séparé du bruit de la cabanne, s’approcha de moi ; & croïant que j’avois eu quelque révélation, ou reçu le don de prophétie, me pria fort sérieusement de luy prédire ce qui nous devoit arriver durant la journée : Tu parles à Dieu, me dit-il ; tu enseignes le chemin du Soleil, tu es Patriarche, tu as de l’esprit ; & il faut croire que celuy qui a tout fait, aura exaucé ta prière : Dis-moi donc, si nous tuerons aujourd’hui beaucoup d’orignaux & de castors, pour te régaler, après tant de fatigues & de misères que tu as souffertes jusques à présent34.

  • 35 Allusion au sermon sur la montagne, où le Christ recommande de se détourner des biens terrestres p (...)

24Je fus assez surpris de ce discours : & luy aïant répondu que le Seigneur ne m’avoit pas fait cette grâce, dont je me reputois tout-à-fait indigne, je luy fis connoître que Dieu étant le Pere commun de tous les hommes, qui ne refuse pas même nourriture aux corbeaux, ni aux plus petits animaux de la terre35 ; il faloit aussi espérer que sa Providence nous donneroit dequoi nous substanter, puisqu’il n’abandonnoit jamais ses serviteurs dans leurs besoins ; & que s’il les faisoit souffrir pour un tems dans ce monde, c’étoit pour les récompenser éternellement dans le Ciel.

  • 36 Sur l’importance des songes dans l’univers mental des Indiens, voir Lejeune : « Ils ont [...] une (...)

25Ejougouloumoüet, c’était le nom de ce Sauvage, qui n’étoit pas encore baptisé, quoiqu’il fût âgé de cinquante à soixante ans, ne pouvoit comprendre ces veritez Chrétiennes. Préoccupé uniquement de la pensée qu’il avoit, que Dieu parloit familièrement aux Patriarches, me témoigna son chagrin, particulièrement après que je luy eûs dit que je ne connoissois aucun endroit où nous pourrions trouver des castors, des ours, ou des orignaux ; & qu’enfin il falloit s’en remettre entièrement aux soins de la divine Providence. Je suis donc, repartit Ejougouloumoüet, quelque chose de plus que les Patriarches ; puisque Dieu m’a parlé durant mon sommeil, & qu’il m’a révélé qu’infailliblement, avant qu’il soit midi, nous tuerons des orignaux & des castors en abondance, pour nous régaler : Allons, marchons à la bonne heure, & tu verras que les Sauvages ont plus d’esprit que toi. Il falut le suivre, plûtôt dans l’espérance de trouver de quoi manger dans sa ca-banne, où nous allions, que dans la route qu’il nous obligeoit de faire pour trouver ses orignaux & ses castors, qu’une imagination famélique luy persuadoit de rencontrer à tout moment. Cependant, ses espérances furent vaines & inutiles : il fut même obligé d’avoüer qu’il avoit été trop crédule ; & que doresnavant, jamais il ne croiroit plus aux rêves, ni aux songes, ausquels tous les Sauvages sont attachez jusqu’à la superstition36.

  • 37 Beaucoup plus gros que le hérisson (il mesure environ quatre-vingt-dix centimètres), le porc-épic (...)

26Pour confondre son extravagante crédulité, & le convaincre du soin que Dieu prend de ses serviteurs, la Providence permit que lorsque nous y pensions le moins, nous trouvâmes deux gros porcs-épis37, sur les quatre heures du soir. Ces animaux, qui ressemblent assez bien aux hérissons que l’on voit en France, étoient cabannez dans le creux d’un arbre dont ils avoient mangé l’écorce, qui leur servoit de nourriture. Ils ont pour l’ordinaire, chacun leur cabanne particulière ; & nôtre Ejougouloumoûet fut surpris aussi-bien que nous, de les voir cabannez tous les deux ensemble. On en prit un d’abord, qu’on chargea dessus mes épaules, pour porter à la Sauvagesse, qui avoit déjà allumé le feu, afin de le faire cuire dans la chaudière. Nous en fîmes un fort bon repas : le bouillon nous sembla aussi succulant qu’un bon consommé ; & nous expérimentâmes de bonne-foi, que le proverbe est bien véritable, & qu’il n’y a point de meilleure sauce que le bon appétit. Nous portâmes l’autre porc-épi à la cabanne de nôtre Sauvage, où nous trouvâmes huit personnes, qui faisoient assez voir dans leurs visages exténuez & tout décharnez, le peu de nourriture qu’ils avoient pris, & la faim que ces pauvres malheureux souffraient depuis un mois, qu’ils étoient cabannez sur le bord d’une rivière, où ils pêchoient des truites en tres-petite quantité : ils n’en avoient plus que cinq pour toutes provisions, lorsque nous arrivâmes chez eux ; on les mit dans la chaudière avec nôtre porc-épi, que nous mangeâmes ensemble.

  • 38 Voir supra, p. 341.
  • 39 Dans sa Relation de 1616, le jésuite Biard affirmait : « Selon la coustume du païs, ils peuvent av (...)

27Je fus assez surpris de voir dans la place d’honneur, & dans l’endroit le plus considérable de la cabanne, une belle Croix38, enjolivée avec de la rassade, entre deux femmes que nôtre Ejougouloumoûet entretenoit ; l’une comme sa femme légitime ; & l’autre comme sa concubine39, qui étoit, disoit-il, venuë miraculeusement du Ciel à son secours, dans le tems qu’il étoit abandonné de tous les Sauvages, & cruellement affligé de maladie au milieu des bois, luy, sa femme & ses enfans, sans aucune espérance de secours humain.

28Je pris respectueusement cette Croix entre mes mains, en présence de toute la compagnie ; & trouvant dans un si beau sujet de pieté, l’occasion favorable de catéchiser ces Sauvages, je fis connoître à nôtre Ejougouloumoûet, qu’elle étoit le caractère du Chrétien, & le sacré signe de nôtre salut ; qu’elle condamnoit par sa pureté, la bigamie criminelle dans laquelle il avoit vécu jusqu’alors ; & qu’enfin il faloit de deux choses l’une, ou quitter sa concubine, ou renoncer tout de bon à sa Croix.

29S’il est ainsi, répondit cet Infidèle, j’aimerois mille fois mieux abandonner, non-seulement la femme qui vient du Ciel, mais encore ma femme légitime, & mes enfans mêmes, plûtôt que de quitter la Croix que j’ai reçûë de mes ancêtres en titre d’héritage & par droit d’aînesse ; & je la veux conserver toûjours précieusement, comme la marque d’honneur qui distingue les Sauvages de Mizamichis, de toutes les autres Nations de la Nouvelle France. Il me promit donc qu’il quitteroit cette concubine ; attendu même que cette femme, peut-être intérieurement touchée des instructions que je venois de faire à ceux de la cabanne, prit resolution de retourner chez ses parens, & de se faire instruire pour recevoir le saint Baptême. C’étoit aussi, sans doute, tout ce que je pouvois espérer pour lors de ces pauvres Barbares.

  • 40 Voir sufra, p. 3 5 9 , n. 6.

30Nous les quittâmes dans cette bonne résolution ; & prenant de nouvelles forces de nôtre foiblesse, par l’espérance que nous avions d’arriver ce soir-là chez Monsieur de Fronsac, nous continuâmes nôtre route. A peine avions nous fait une demi lieuë, que je fus obligé de me jetter sur la neige, par une débilité de cœur & un ébloûissement qui me prit, & dont je ne pûs revenir, que par le secours d’une prise de confection d’hyacinthe40, que l’on démêla avec un peu d’eau de neige, pour me la faire avaler plus facilement : remède dont je fus obligé de me servir le reste du voïage, & qui me donna la force de suivre, quoiqu’avec de grandes difficultez, nôtre petite troupe qui me traçoit le chemin.

  • 41 Se fondant sur la chronologie interne du récit, W. F. Ganong situe cette arrivée vers le 5 février (...)
  • 42 Aucune source ne mentionne l’emplacement exact du fort de Richard Denys, mais le recoupement des t (...)

31Le Sieur Henaut, dont je ne pouvois assez admirer la force & la vigueur, m’encourageoit du mieux qu’il luy étoit possible ; m’assûrant, à chaque pointe de terre ou de rochers que nous rencontrions, qu’il appercevoit l’Habitation & le Fort de Monsieur de Fronsac, & qu’il ne restoit plus qu’un peu de chemin à faire, pour nous délivrer entièrement de nos peines, & nous consoler de nos fatigues : mais enfin, si la croïance que je donnois à ses paroles, m’obligeoient quelquefois de rédoubler le pas, dans l’espérance dont je me flatois d’arriver bien-tôt ; ma lassitude s’augmentoit aussi d’autant plus, qu’aïant doublé plusieurs pointes, je ne voïois point l’Habitation, ni le Fort de Fronsac ; en sorte que je ne voulus plus ajoûter foi à tout ce qu’il me dit dans la suite, lors même qu’il me montra la véritable pointe que nous cherchions depuis le matin. La faim que je souffrois m’empêchoit d’écouter toutes ces raisons ; & la lassitude où j’étois réduit ne me laissoit plus de force, qu’autant qu’il m’en falut pour me traîner à l’abri du vent, dans un endroit assez agréable, où je me couchai sur la neige ; conjurant de tout mon cœur le Sieur Henaut de me laisser tout seul, & d’aller avec sa compagnie chez monsieur de Fronsac : Car enfin, luy disois-je, ou nous en sommes proche, ou éloignez : si nous avons aussi peu de chemin à faire, comme vous le dites, allez à la bonne heure, & rendez-vous incessamment au Fort ; vous m’envoirez quelques-uns de nos François pour m’apporter des vivres, & pour me conduire chez Monsieur Denys de Fronsac : mais si nous en sommes encore aussi éloignez, comme je me le persuade, je vous déclare que je ne puis marcher davantage. Tout ce que je pûs luy dire, ne fut cependant pas capable de le persuader d’aller chercher le repos dont luy-même avoit tres-grand besoin ; jamais il ne voulut m’abandonner d’un seul moment : il m’encouragea du mieux qu’il luy fut possible, & ordonna aux Sauvages de couper du bois pour nous chaufer ; aimant mieux, me disoit-il, rester dans la cabanne où nous étions, que d’arriver un quart-d’heure avant moi au logis. Ce peu de repos me donna des forces nouvelles ; & déférant entièrement, par un principe de reconnoissance, à l’amitié & à la générosité de ce fidèle ami, je pris la résolution de continuer nôtre chemin : en sorte qu’après avoir marché l’espace d’une petite demi-lieuë, nous arrivâmes41, par un tems de neige qui tomboit en abondance, au Fort & à l’Habitation de Monsieur de Fronsac42, lequel fit tout ce qu’il put pour nous remettre & nous consoler de nos fatigues. Nous y fûmes bientôt visitez par nos Sauvages Porte-Croix, qui demeurent ordinairement à Mizamichiche, qui est une belle rivière, abondante en toute sorte de chasse & de poisson : elle est éloignée de quarante lieuës de l’Isle Percée ; les terres y sont assez fertiles. Nous l’avons appellée depuis, la Rivière de Sainte-Croix, en mémoire & à l’honneur de ce sacré signe de nôtre rédemption, qui est en vénération singulière parmi ces Peuples infidèles. L’accident funeste qui nous mit dans la dernière de toutes les consternations, trois ou quatre jours après nôtre arrivée, nous fit assez connoître que nous étions dans un païs où la Croix, qui avoit autrefois comblé de bénédiction les Sauvages, selon la tradition de leurs ancêtres, nous fit goûter une bonne partie de son amertume.

  • 43 Ce nom propre signifie « Émerillon », c’est-à-dire « bon chasseur » ; voir supra, p. 335-336.
  • 44 Dans la nuit du 18 au 19 juillet 64, un très fort incendie se déclara à Rome et ravagea la ville d (...)
  • 45 Alexandre, s’étant rendu maître de la capitale perse en avril 330 av. J.-C, s’y reposa avec ses tr (...)

32Nôtre Sauvagesse, femme de Koucdedaoüi43, avec lequel nous étions partis de Nipisiquit, s’étoit cabannée à l’absence de son mari, tout proche le Fort de Monsieur de Fronsac, avec une Sauvagesse de sa connoissance, qui avoit un enfant à la mammelle. Au défaut d’écorce de bouleau, elles couvrirent leur cabanne avec des branches de sapin, & trouvèrent à propos d’y mettre de la paille, pour s’y reposer durant la nuit. Le froid étoit extrême : un vent de Nord-oüest qui souffloit de toute sa force, en augmentoit la rigueur ; en sorte que ces femmes se virent obligées de faire plus grand feu qu’à l’ordinaire, & s’endormirent paisiblement, sans aucun présentiment du malheur qui leur devoit arriver : mais, à peine ces deux Sauvagesses infortunées eurent-elles fermé les yeux, que le feu prit à la paille ; & poussant son activité jusques aux branches de sapin, il consomma & réduisit en cendres toute la cabanne. On laisse à penser, quelle fut l’extrémité où furent réduites ces pauvres femmes, lorsqu’elles se virent toutes investies & environnées de flâmes ; elles firent d’abord des cris si perçans, qu’ils parvinrent à nos oreilles, presque aussi-tôt qu’ils furent sortis de leur bouche. On peut même dire qu’elles ne seroient jamais sorties de ce terrible embrasement, si l’une de ces deux Sauvagesses, aïant toûjours une présence d’esprit admirable dans un danger si pressant, n’eût fait une ouverture à la cabanne, par laquelle elle se jetta toute nuë avec son enfant, au milieu de la neige. Sa compagne ne fut pas si prudente, ni si heureuse : elle perdit presque aussi-tôt le jugement, que l’espérance de se sauver ; & ne se mettant plus en peine de la vie, que pour la conserver à son cher enfant, qu’elle tenoit entre ses bras, jamais elle ne le voulut abandonner, jusqu’à ce qu’un gros tourbillon de feu & de flâme luy aïant offusqué la vûë, elle fut contrainte de le laisser tomber au milieu du feu ; & ce fut un grand bonheur pour elle, de se trouver, quoique par hazard, à l’endroit par lequel sa compagne s’étoit sauvée avec son petit enfant. Une lumière confuse qui parut d’abord à nos yeux, jointe aux pleurs & aux sanglots de ces pauvres malheureuses, nous firent dans un même moment appréhender & concevoir le funeste accident qui étoit arrivé : il étoit trop digne de compassion, pour se contenter d’en être seulement les simples spectateurs, comme le fut autrefois Néron de l’embrasement de la Ville de Rome44 ; ou comme Alexandre, de Persepolis, réduite en cendres par le conseil de ses concubines45 : nous courûmes tous incessament, pour y apporter le secours dont nous étions capables.

  • 46 Héros de la guerre de Troie, lorsque la ville fut prise par les Grecs, Énée s’échappa en portant s (...)

33Jamais la pieté d’Enée, qui retira Anchise hors de l’embrasement de Troye46 ; ni celle de ces trois enfans généreux, qui sauvèrent leur pere des incendies du Vésuve, ne fut mieux représentée que par ces pauvres mères, qui avoient tâché de sauver leurs enfans de ces fiâmes dévorantes : l’une étoit couchée dans la neige, avec son petit : l’autre étoit encore à l’ouverture de la cabanne, sans pouvoir en sortir ; & la douleur qu’elle souffroit étoit d’autant plus sensible, que les flammèches & les charbons tomboient continuellement dessus sa chair.

  • 47 Voir infra, p. 570.

34L’on sçait que le sapin est un bois plein de gomme, que quelques-uns appellent terebentine47 ; & comme par la violence du feu cette gomme tomboit toute brûlante dessus le corps de cette Sauvagesse, il est à croire qu’elle eût expiré avec son fils dans cet horrible tourment, si Monsieur Henaut ne l’eût, à force de bras, retirée de cet embrasement funeste.

  • 48 Voir supra, p. 362.

35J’entrai dans la cabanne, qui étoit encore toute en feu, pour tâcher de sauver son enfant : mais il étoit trop tard ; & ce petit innocent étoit étouffé dans les fiâmes, à demi rôti. Il expira en effet un moment après, entre mes bras ; ne me laissant point d’autre consolation, parmi tant de sujets de douleur, que celle de l’avoir baptisé avant mon départ de Nipisiquit48. Ce fut pour lors, que me prosternant à genoux avec ce précieux dépôt, j’adorai, avec les sentimens d’une profonde soûmission, la conduite amoureuse de la Providence dans le salut de ses prédestinez ; puisqu’il m’eût été absolument impossible de baptiser cet enfant, qui fut la première victime que le Ciel reçut de la Mission que je fis à nos Porte-Croix. J’ensevelis moi-même le corps de ce petit Ange : & on luy rendit solemnellement dans nôtre Chapelle, les honneurs ordinaires ; pour faire voir aux Sauvages le respect & la vénération que la sainte Eglise conserve religieusement, pour tous les enfans qui meurent dans l’innocence après leur Baptême.

  • 49 Une femme algonquine, « se voyant pressée d’espouser un homme qu’elle n’aymoit point », « se voulu (...)

36On ne peut exprimer les regrets sensibles de cette mere affligée, lorsqu’elle fit reflexion sur la perte & le genre de mort d’un fils unique qu’elle aimoit tendrement. Accablée de douleur & d’amertume par la mort de ce cher enfant, elle bouchoit les oreilles à tout ce qu’on pouvoit luy donner de consolation dans ses disgrâces : elle n’avoit un cœur que pour soupirer, une langue que pour se plaindre, des yeux que pour verser des larmes, des pieds & des mains que pour remuër les charbons, & foüiller dans les cendres afin d’y trouver celuy qui faisoit le plus grand sujet de sa douleur ; en un mot, saisie d’un cruel desespoir, elle se fût étouffée elle-même49 en nôtre présence, si on ne l’eût empêché d’éxecuter son pernicieux dessein.

  • 50 Les dictionnaires du xviie siècle ne citent que l’acception figurée d’« homi-cide de soi-même », e (...)

37Les premiers mouvemens sont pardonnables, parce qu’ils nous ôtent & nous privent du libre usage de la raison : aussi faut-il avouër que nôtre Sauvagesse paroissoit en quelque manière excusable50, puisque toutes ses actions étoient plutôt d’une femme outrée & transportée par la violence de la douleur, que d’une personne raisonnable ; & on peut dire qu’elle ne revint de ses emportemens, qu’à même-tems qu’elle fut en état de reflechir que son malheur étoit sans remède.

  • 51 Philippe Énault était chirurgien. Voir Furetière (1690, 1727) : « Celui qui sçait la Chirurgie, & (...)
  • 52 Sur les remèdes des Gaspésiens, voir infra, p. 563-574.
  • 53 Furetière (1690) définit la grangrène comme suit : « Maladie qui vient dans les chairs, qui les co (...)

38Le Sieur Henaut prit soin de la penser, avec sa charité ordinaire ; & il eût entierement gueri toutes ses plaies, si les onguents ne luy eussent manqué51. Au défaut de nos remèdes, les Sauvages en voulurent appliquer des leurs52, qui ne servirent qu’à réduire cette pauvre femme à l’extrémité ; soit que ces remèdes sauvages fussent incompatibles avec nos onguents ; soit parce qu’ils tarderent un peu trop long-tems à y appliquer le premier appareil : si bien qu’aprés vingt-deux jours de souffrance, la gangrene53 se mit dans ses plaies, qui rendoient une puanteur si horrible, que personne n’en pou-voit plus approcher du tout.

  • 54 En 1678, le mercredi des Cendres tombait le 24 février.

39Monsieur de Fronsac fit tous ses efforts pour m’empêcher de la voir davantage ; mais enfin, comme il étoit plus juste de déferer aux regles de la charité, qu’à des raisons humaines, de bien-seance & de civilité ; je voulus luy continuer mes services, ne pouvant jamais me résoudre de l’abandonner jusques à la mort. Elle avoit été baptisée & nommée Marie, par l’un de nos Missionnaires : je l’avois disposée pour se confesser ; en sorte que s’étant toujours acquitée des devoirs d’une bonne Chrêtienne, particulierement sur la fin de sa maladie, elle fit une confession générale de ses pechez, le matin du jour des Cendres54, & mourut le soir, me laissant de grandes esperances de son salut.

  • 55 Parlant de la moelle des os d’orignal, le jésuite Louis Nicolas affirme que « ceux qui la scavent (...)

40Le corps resta toute la nuit dans la cabanne ; & Monsieur de Fronsac ne me voulut jamais permettre de la veiller, comme je le souhaitois. Deux François & deux Sauvages furent destinez pour rester auprés de la défunte durant la nuit ; Ejougouloumoùet en étoit du nombre, lequel se persuadant que le cierge beni étoit composé de la graisse d’orignac55, il le mangea tout entier. Nous nous en fussions volontiers divertis ; mais il falut ceder à la douleur & à la tristesse, qui nous affligeoient autant qu’on se peut imaginer.

  • 56 La gangrène est généralement une infection de plaie et les bactéries anaérobies qui en sont respon (...)

41Quelque effort qu’on fit pour transporter le corps au Cimetiere ordinaire, on fut cependant obligé de faire la fosse dans la cabanne même, à cause qu’il étoit impossible d’en approcher, pour l’infection & la puanteur étrange qui en sortoient ; jusques-là même, que le Sieur Henaut voulant s’essuïer la face avec son mouchoir, fut extrèmement surpris de le voir trempé d’une sueur toute bleuë & livide, qui marquoit assez le danger évident d’y gagner quelque maladie contagieuse56. Elle fut enterrée dans sa cabanne, aprés que j’eus beni son tombeau ; & nous dîmes ensuite la sainte Messe pour le repos de son ame, dans nôtre Chapelle, où tous les François & les Sauvages assisterent, avec beaucoup de devotion.

  • 57 2 Samuel, 19, 1-5.
  • 58 Voir supra, p. 229-230.
  • 59 Selon Å. Hultkranlz (Les Religions des Indiens primitifs de l’Amérique, p. 28, 31, 61), l’un des t (...)

42Son mari cependant, qui ne sçavoit rien de ce qui s’étoit passé durant son absence, arriva de la chasse deux heures aprés que nous eûmes enterré cette Sauvagesse : il pleura amerement la mort de sa femme ; & comme il aimoit tendrement son enfant, il étoit à peu prés comme un autre David, qui demandoit à tout moment, où étoit son cher Absalon57. Il visita souvent leur tombeau, sur lesquels étant un jour à genoux, les mains & les yeux élevez vers le Ciel, & le cœur tout transpercé de douleur, on luy entendit prononcer ces paroles en forme de priere : O grand Dieu, qui gouvernes le Soleil & la Lune58, qui as créé les orignaux, les loutres & les castors59 ; appaise-toi, ne sois plus fâché contre moi, & contente-toi des malheurs qui m’accablent : j’avois une femme, tu me l’as ôtée ; j’avois un enfant quej’aimois comme moi-même, & je n’en ai plus, parce que tu l’as voulu : n’en voila-t’il pas assez ? Fais-moi donc desormais autant de bien, que je ressens de mal à présent : ou si tu n’es pas encore satisfait de ce que je souffre dans mon cœur, fais-moi mourir au plûtôt ; car aussi bien il m’est impossible de vivre davantage.

  • 60 Voir infra, p. 469.
  • 61 Sur les cérémonies funéraires, voir infra, p. 576-579.
  • 62 Voir infra, p. 578.

43Mais enfin, comme le tems est un sçavant Medecin, qui apporte des remèdes efficaces aux douleurs les plus sensibles, & que d’ailleurs ces Peuples ne font pas grand état d’un homme qui pleure60, & qui ne se console pas dans les accidens mêmes les plus fâcheux de la vie humaine ; nôtre Sauvage voulut donner des marques autentiques de la force qu’il avoit dessus son esprit, & convia les Porte-Croix au festin des morts, qu’il leur fit selon la coûtume ordinaire du Païs61. Il le commença par une harangue, qui exposoit succintement le sujet pour lequel il les avoit conviez : il ajoûta ensuite une espece d’oraison funèbre, où il rapporta les belles qualitez de sa femme, & tout ce que ses ancêtres avoient fait de plus considerable pour les interêts de la Nation : & il finit enfin son discours, en faisant des éloges de son fils ; protestant qu’il eût été un jour un bon chasseur, un grand guerrier, & le digne heritier de la valeur & de la générosité de son pere62.

  • 63 Le mot « mélancolie », « entré dans le vocabulaire littéraire courtois », recouvrait « un registre (...)
  • 64 Hivernant avec un groupe de Montagnais, en 1634, le jésuite Lejeune se verra maintes fois exhorté (...)

44Un profond silence qui suivit immédiatement, l’arrêta tout court, aïant les yeux fichez contre terre, comme s’il eût été plongé dans la derniere de toutes les mélancolies63, pour mieux exprimer l’amertume qu’il avoit dans le cœur, à cause de la mort de sa femme & de son enfant : puis tout d’un coup, portant la main à ses yeux, pour en essuïer quelques larmes qu’il avoit versées devant cette assemblée, il fit un cri de joie, & dit en même-tems : Que s’il avoit donné des larmes, qu’il n’avoit pû refuser aux défunts qu’il aimoit si tendrement, il vouloit cependant en arrêter le cours, pour correspondre à l’estime que tous les Sauvages avoient conçûë de la grandeur de son courage. Il ajoûta, Que nous étions tous mortels : que la trop grande tristesse & la douleur faisoient perdre l’esprit aux Sauvages64 : & qu’enfin il faloit se consoler de tous les accidens fâcheux qui nous arrivent dans la vie ; parce que celuy qui a tout fait, & qui gouverne toutes choses, le permettoit ainsi.

  • 65 Voir supra, p. 347, n. 7. È : oui ; « Heh, which is as much as to say, Yes, or Surely » (Maillard, (...)
  • 66 Voir infra, p. 557-559.

45Tous les conviez répondirent à cette harangue, par trois ou quatre huées, qu’ils poussèrent du fond de leur estomac, en disant à l’ordinaire, hé, hé, hé65 ; c’est ainsi qu’ils approuvent ordinairement les raisons de celuy qui harangue. Nôtre Koucdedaoüi n’eut pas plûtôt reçû ces applaudissemens publics, qu’il se mit à danser de son mieux, & chanter quelque chanson de guerre, de chasse66, pour témoigner à l’assemblée qu’il avoit banni de son cœur tout ce qu’il y avoit eu jusqu’alors de chagrin, de douleur, & de tristesse : il bût ensuite un bon coup d’eau de vie, & donna le reste du flâcon aux plus anciens, pour être distribué aux conviez, avec la sagamite du festin.

  • 67 Quelques auteurs ayant séjourné chez les Micmacs font mention de cette pratique. Décrivant les cér (...)
  • 68 Dans sa Relation de 1634 (JR vol. 6, p. 208), Lejeune raconte comment les Montagnais « enterrent l (...)

46C’est une coûtume generalement observée par nos Gaspesiens, de ne se reserver rien du tout de ce qui a été à l’usage des malades, lorsqu’ils viennent à mourir ; afin, disent-ils, d’éloigner autant qu’ils peuvent de devant leurs yeux, tous les objets qui pourroient renouveller leurs peines, par le souvenir & la memoire de leurs parens & de leurs amis ; ils brûlent toutes les hardes qui leur ont servi pendant leur vie67 : ou bien ils les enterrent avec eux ; afin, disent-ils, que les esprits de ces choses leurs fassent compagnie dans l’autre monde68 : ou ils en font present aux étrangers, pour reconnoissance des services qu’ils auront rendus aux défunts. Kouededaoüi donna tout ce que sa femme possedoit, aux Sauvages qui avoient assisté sa femme pendant sa maladie. Il resta encore quelques jours avec nous ; mais enfin, soit qu’il se lassât de rester avec les François, soit qu’il ne voulût plus demeurer davantage dans un lieu qui luy avoit été si funeste, il prit la resolution de nous quitter, & d’abandonner la rivière de Sainte-Croix, où je demeurois jusques au Printems, pour y faire la Mission, & disposer les Porte-Croix à recevoir les principes & les élemens du Christianisme.

  • 69 Actes des Apôtres, 17, 16-34. Déjà dans l’épître (sufrra, p. 191), Leclercq comparait les « Sauvag (...)

47Il ne me fut pas beaucoup difficile de trouver le sujet de la première harangue que je devois faire à ces pauvres Infideles ; il fut à peu prés le même que celuy de Saint Paul, quand il prêcha pour la première fois dans Athènes, la Foi de Jesus-Christ aux Areopagites69.

48Ce grand Apôtre aïant considéré cette fameuse inscription, que les Athéniens avoient fait graver en lettres d’or sur le frontispice du Temple qu’ils avoient consacré au Dieu Inconnu, Ignoto Deo ; prit de là occasion de leur faire connoître, que ce Dieu Inconnu auquel ils rendoient leurs hommages & leurs adorations, étoit celuy-là-même qui avoit fait le Ciel & la Terre ; qui s’étoit fait homme dans le sein d’une Vierge ; qui par un excez d’amour avoit bien voulu expier sur la Croix pour le salut de tout le genre humain : que la nature avoit donné des marques de son ressentiment, durant les mortelles agonies de son Calvaire ; & que le Soleil même en avoit souffert de douleur, un éclipse si extraordinaire, que l’un des premiers de l’Aréopage, en le voïant s’écria, Qu’il faloit ou que le Dieu de la Nature souffrît, ou que la machine du Monde allât se dissoudre.

49L’usage de la Croix, & l’honneur que nos Gaspesiens Infidèles rendoient à ce sacré signe de nôtre salut, me donnèrent le même sujet de leur expliquer les sacrez Misteres, qu’ils ignoroient dans les ténèbres de leurs erreurs & de leur aveuglement. Je leur fis donc concevoir que cette Croix, qu’ils avoient reçûë en partage par une faveur singulière du Ciel, les devoit porter au culte & à l’adoration de celuy qui l’avoit embrassée pour nôtre amour : qu’ils avoient même des obligations plus étroites que les autres Nations de la Nouvelle France, de professer la Foi de Jesus-Christ ; & que pour ce sujet il faloit quitter leurs erreurs, & recevoir le Baptême, sans lequel ils ne pouvoient pas être sauvez. Ils parurent tres-contens & satisfaits de ce discours, & me promirent de suivre éxactement les avis charitables que je leur donnois ; protestant tous publiquement, qu’ils étoient bien fâchez, de ce que leurs ancêtres avoient négligé si long-tems le culte du Dieu de la Croix ; ils m’offrirent leurs petits enfans, & me prièrent de les baptiser, en attendant qu’ils fussent eux-mêmes suffisamment instruits pour le recevoir.

50J’accordai la grâce du Baptême à cinq ou six de ces enfans, dont le plus âgé de tous ne passoit pas deux ans ; & j’ai cette consolation, que quatre de ces petits innocens joüissent à présent de la gloire, étant morts heureusement, quelque-tems aprés leur Baptême.

  • 70 Dans l’Estat présent de l’Eglise (p. 35-41) : « On auroit peine à croire que cette rivière qu’on a (...)

51Je laisse au Lecteur la liberté de juger comme il luy plaira, de l’origine du culte de la Croix parmi cette Nation Infidèle ; puisque je n’ai pas de fondement plus solide pour le persuader de cette vérité, que le témoignage des anciens Sauvages & des François, confirmé par la Relation qu’en a faite Monseigneur de Saint Vallier70, présentement Evêque de Québec : attendu même que je me suis proposé uniquement dans cette Histoire, d’écrire les choses comme je les ai connuës durant tout le tems que j’ai fait la Mission chez nos Gaspesiens Porte-Croix.

  • 71 Réplique semblable d’un Montagnais à une objection de Lejeune : « il repart que [...] tout ainsi q (...)
  • 72 Hennepin faisait tenir des propos semblables à des « vieillards » et à des « femmes qui tiennent a (...)
  • 73 Voir supra, p. 274, n. 27.
  • 74 Voir supra, p. 208.
  • 75 L’île du Cap-Breton (N.-É.) : 46° 10’ ; 60° 45’. Au xviie siècle, le territoire micmac s’étendait (...)
  • 76 Sur les missionnaires qui ont précédé Leclercq dans la région, voir supra, Introduction, p. 23-24, (...)
  • 77 Comme le note Ganong (New Relation of Gaspesia, p. 192, n. 2), cette affirmation est inexacte : pa (...)

52Voici cependant, quoiqu’en abrégé, quelques raisons principales, qui m’obligèrent de croire que la Croix avoit été en vénération parmi ces Barbares, avant la première arrivée des François dans leur Païs ; car voulant un jour faire avoüer à ces Infidèles, que les Missionnaires qui m’avoient précédé leur avoient enseigné la manière dont ils dévoient adorer la Croix : Hé quoy, me dit le Chef, tu es Patriarche ; tu veux que nous croïons tout ce que tu nous propose, & tu ne veux pas croire ce que nous te disons71 : Tu n’as pas encore quarante ans, & il n’y en a que deux que tu demeures avec les Sauvages ; & tu prétens sçavoir nos maximes, nos traditions & nos coûtumes mieux que nos ancêtres, qui nous les ont enseignées72. Ne vois-tu pas encore tous les jours le vieillard Quioudo, qui a plus de six-vingts ans73 ? il a vû le premier navire qui ait abordé dans nôtre Païs ; il t’a répété si souvent que les Sauvages de Mizami-chis n’ont pas reçû des Etrangers l’usage de la Croix ; & que ce qu’il en sçait luy-même, il l’a appris par la tradition de ses pères, qui ont vécu pour le moins aussi long-tems que luy : Tu peux donc inférer que nous l’avions reçû avant que les François vinssent à nos côtes. Mais si tu fais encore quelque difficulté de te rendre à cette raison, en voici une autre, qui te doit entièrement convaincre de la vérité que tu revoques en doute. Tu as de l’esprit, puisque tu es Patriarche, & que tu parles à Dieu : Tu sçais que la Nation des Gaspesiens s’étend depuis le Cap des Rosiers74, jusqu’au Cap Breton75 : tu n’ignores pas que les Sauvages de Ristigouche sont nos frères & nos compatriotes, qui parlent la même langue que nous ; tu les as quittez pour nous venir voir ; tu les as instruits : tu as vû les vieillards qui ont été baptisez par d’autres Missionnaires que toi76 ; & cependant nous avons été privez malheureusement de ce bonheur jusqu’à présent77. Si donc la Croix est la marque sacrée qui distingue les Chrétiens d’avec les Infidèles, comme tu nous l’enseignes ; dis-nous pourquoi les Patriarches nous en auroient-ils donné l’usage, preferablement à nos frères de Ristigouche qu’ils ont baptisez, & qui cependant n’ont pas eu toûjours le signe du Chrétien en vénération, comme nos ancêtres qui n’ontjamais reçû le Baptême ? Tu vois donc manifestement que ce n’est pas des Missionnaires, que nous avons le mistere de la Croix.

  • 78 À propos des Hurons, Sagard rapporte que « chacun bourg ou village [...] a ses armoiries particuli (...)

53L’on dira que ce raisonnement est sauvage : il est vrai, je l’avoué ; mais il n’en est pas pour cela ni moins persuasif, ni moins convaincant : puisqu’il est vrai de dire, que les Sauvages de Ristigouche sont baptisez, & qu’ils ne portent point cependant la Croix ; mais bien la figure d’un saumon, qu’ils avoient anciennement penduë au col, comme la marque d’honneur de leur Païs : Car il est à remarquer que la coutûme de tous nos Gaspesiens a toujours été, de porter quelque figure particulière, qui sont comme des armoiries qui les distinguent des autres Sauvages78, par rapport aux differens endroits où ils résident ordinairement.

  • 79 Voir supra, le chapitre sur la religion des Gaspésiens, p. 337-341.

54Voila tout ce que j’ai pû reconnoître de l’origine du culte de la Croix, & ce que nous avons fait pour en procurer le rétablissement parmi ces Peuples, qui n’ont jamais eu connoissance parfaite d’aucune Divinité79 ; aïant toûjours été, comme la pluspart de ceux d’aujourd’hui, insensibles en matière de Religion.

  • 80 Sur l’« insensibilité » aux vérités du christianisme, voir supra, p. 291, et infra, p. 406, 408, 4 (...)
  • 81 Voir infra, p. 421-422.
  • 82 Sur les missions jésuites en Acadie, voir L. Campeau, Monumenta Novœ Froncicœ, t. I : La Première (...)
  • 83 En mission à l’île du Cap-Breton en 1635, le jésuite Julien Perrault déplorait le peu de religion (...)

55Il est vrai que plusieurs de nos Gaspesiens souhaitent à présent se faire instruire, demandent le Baptême, & paroissent même à l’extérieur assez bons Chrétiens, après avoir été baptisez ; zelez pour les Prières ordinaires du soir & du matin, modestes dans les Eglises, & portez à se confesser de leurs péchez, pour s’approcher dignement de la sainte Communion : mais on peut dire que le nombre est très-petit, de ceux qui vivent selon les règles du Christianisme, & qui ne retombent dans les déreglemens d’une vie brutale & sauvage ; soit à cause de l’insensibilité naturelle de ces Peuples pour les choses du salut80 ; soit à raison de l’yvrognerie, de leurs erreurs, de leurs superstitions81, & autres défauts considérables ausquels ils sont extrêmement adonnez : d’où vient que quoique plusieurs Missionnaires aient beaucoup travaillé pour la conversion de ces Infidèles, on n’y remarque cependant, non plus que chez les autres Nations Sauvages de la Nouvelle France, de Christianisme solidement établi ; & voila peut-être le sujet pour lequel les RR. PP. Jésuites, qui ont cultivé avec tant de ferveur & de charité, les Missions qu’ils avoient autrefois au Cap Breton, Miscou & Nipisiguit82, où nos Gaspesiens résident encore aujourd’hui, ont trouvé à propos de les abandonner, pour en établir d’autres aux Nations éloignées, & situées au haut du fleuve de Saint Laurent, dans l’espérance d’y faire des progrez plus considérables ; quoique d’ailleurs, selon le témoignage de ces Révérends Pères, les Gaspesiens soient les plus dociles de tous les Sauvages de la Nouvelle France, & les plus susceptibles des instructions du Christianisme83.

  • 84 C’est à ce constat démoralisant que tentera de répondre le supérieur Le Roux dans sa lettre (« Vou (...)
  • 85 Leclercq était arrivé à Percé le 27 octobre 1675 : voir supra, p. 218.
  • 86 Plutôt qu’à ses contemporains Dethune et Guénin (voir supra, p. 217), Leclercq fait sans doute all (...)
  • 87 Le père Le Roux était alors supérieur du couvent de Québec et commissaire provincial de la mission (...)
  • 88 Se fondant sur les témoignages des pères Hugolin Lemay et Odoric Jouve, W. F. Ganong estime que ce (...)

56Il est vrai que le peu de progrez84 que j’avois fait depuis quatre ans que je travaillois à la conversion de ces Peuples85, avec autant d’application qu’il m’étoit possible, joint au déplaisir sensible de ne pas trouver toute la disposition que je souhaitois du côté de mes Gaspesiens, dont la pluspart n’étoient Chrêtiens qu’en apparence, nonobstant les travaux infatiguables de tant d’illustres & zelez Missionnaires qui m’avoient précédé86, me fit hésiter d’abandonner l’ouvrage, n’aïant pas lieu d’en espérer de plus heureux succez : cependant, pour ne rien précipiter dans une affaire d’une si grande conséquence, je demandai au Saint Esprit les lumières qui m’étoient nécessaires, pour connoître quelle étoit la volonté de Dieu, pour m’y abandonner entièrement. Je consultai les personnes les plus éclairées, & sur tout le R. P. Valentin le Roux nôtre Supérieur87, comme Dieu même ; & je peux dire avec vérité, que la resolution qu’il m’envoïa dans ma Mission, me servit de règle, & m’engagea d’y rester encore l’espace de huit ans, pour cultiver cette vigne du Seigneur. Voici les propres termes de sa lettre88.

57J’ai reçû une joie ires-sensible, d’apprendre par les deux vôtres, l’une du quinze Avril, l’autre du huit Mai, la continuation de vôtre santé au milieu des travaux Apostoliques, où vous éxercez vôtre zele avec tant de succez & d’édification : il est vrai que dans ce plaisir extrême que j’ai eu en recevant vos Lettres, causé par cette préférence d’estime que je fais de vôtre personne, & par la tendresse singulière que j’ai pour vous, je ne crois pas avoir reçû une douleur plus sensible depuis que je suis en Canada, que de voir par un endroit de vôtre dernière, le dessein où vous êtes d’abandonner vôtre poste, àf même de retourner en France.

  • 89 Pendant un séjour de Leclercq à Québec, pour sa retraite annuelle, vraisemblablement. Voir, plus l (...)

58Je vous avouë, mon tres-cher Pere, que dans mille mortifications que je reçois tous les jours, & qui sont comme inséparables de mon ministère, vous êtes la personne sur qui j’avois fait plus de fond : la résolution que j’avois remarquée en vous l’année dernière89, de faire un sacrifice perpétuel de vos travaux à nos anciennes Missions, qui renaissent aujourd’hui, par une conduite particulière de la Providence, & cette onction de grâce qui me paroissoit en vous, me consoloient infiniment. J’en ai beni Dieu mille fois depuis vôtre départ, le conjurant tous les jours, aux pieds des Autels, de vous combler de ses bénédictions. Je voïois même nos autres Pères dans le même dessein ; & je fondois là-dessus mes projets & mes espérances pour la gloire du Seigneur. Je les croïois plus sûres àf plus certaines de vôtre part, que de tous les autres ; mais je conçois que mes péchez me rendent indigne de cette consolation : je leur attribuë ce changement où vous paroissez ; je ne mérite pas de voir fleurir de mon tems nos Missions, dont le succez dépend uniquement de la fermeté & de la persévérance des Religieux. En cela, mon tres-cher Pere, vous serez toûjours le maître de vôtre sort : je me reserve seulement le droit de représenter, d’exhorter, de prier, de conjurer de la part de Dieu ; laissant après cela une entière liberté aux Religieux, lorsque nonobstant les prières instantes, du Supérieur & de l’ami, qui marquent l’ordre de Dieu, & malgré la nécessité où se trouvent nos Missions, ils souhaiteront de quitter l’ouvrage ; car le sacrifice doit être libre & volontaire.

  • 90 1 Jean, 3, 16 : « Et nous aussi nous devons livrer notre vie pour nos frères. »
  • 91 Matthieu, 28, 20 : « Et voici que moi je suis avec vous jusqu’à la fin du monde. »
  • 92 Jean, 16, 28 : « Je suis sorti du Père et je suis venu dans le monde. »
  • 93 Paul, 1 Corinthiens, 4, 9 : « II nous a placés comme des condamnés à mort. » Citation extraite de (...)
  • 94 La citation exacte est : « Et peribit infirmus in tua scientia frater propter quem Christus mortuu (...)
  • 95 Exclus du Canada quand la France reprend possession de Québec en 1632, les récollets y reviennent (...)
  • 96 Voir Actes des Apôtres, 2, 1-4, et Marc, 16, 17.
  • 97 Même si cette métaphore biblique est très fréquente chez les missionnaires— tout particulièrement (...)
  • 98 Luc, 17, 10 : « Nous avons fait ce que nous devions faire, nous sommes des esclaves inutiles. »
  • 99 Marc, 16, 15-16 : « Et il leur dit : “Allez dans le monde entier, proclamez l’Evangile à toute la (...)
  • 100 Voir Premier Etablissement de la foy :« dans l’Amérique, & dans le Pérou, [...] on convertissoit t (...)
  • 101 Matthieu, 15, 24 : « [Je n’ai été envoyé qu’]aux brebis perdues de la maison d’Israël. » Voir auss (...)
  • 102 Ces mots sont extraits de la prophétie de Syméon faite à Marie, venue avec Joseph présenter Jésus (...)
  • 103 Isaïe, 5, 4 : « Que pouvait-on faire encore à ma vigne / que je n’aie fait pour elle ? / Pourquoi, (...)
  • 104 Psaumes, 51, 6, et Paul, Romains, 3, 4 : « Afin que tu sois reconnu juste dans tes paroles et que (...)
  • 105 « Que sert donc à l’homme de gagner le monde entier, s’il se perd ou se ruine lui-même ? » (Luc, 9 (...)
  • 106 Ignace de Loyola (1491-1556) avait fondé à Rome, en 1543, la maison Sainte-Marthe, destinée à la r (...)
  • 107 Voir Luc, 14, 26 : « Si quelqu’un vient à moi sans haïr son père, sa mère, sa femme, ses enfants, (...)
  • 108 L’évêque de Québec, Mgr de Laval.
  • 109 En nommant Leclercq missionnaire à l’île Percée pour trois ans, le 11 octobre 1675, Mgr de Laval l (...)

59Mais enfin, mon cher Pere, considérez, je vous prie, l’exemple de Jesus-Christ, ce premier Missionnaire du monde, dont nous devons être les imitateurs, & luy rendre dans la personne de nos frères, ce qu’il a fait pour nous & pour eux, en nous venant éclairer dans les voies du salut, avec des travaux & des obstacles continuels : sa Mission a été constante ; & depuis qu’il l’a commencée, il y a persévéré tout le reste de sa vie ; il l’a consommée par le sacrifice de son propre Sang : Et nos debemus pro fratribus nostris animas ponere90. C’est jusques-là que nous devons aller, pour nous rendre recommandables devant luy par nôtre ministère ; & quoique par sa mort il soit entré dans la gloire, ce Missionnaire ne laisse pas d’éxercer encore les mêmes offices : il continuë tous les jours une espèce de Mission, en descendant sur nos Autels, où il s’attache avec une persévérance inviolable ; il en remplit les fonctions à tous momens, par sa grâce intérieure, & par les soins d’une providence de Pere sur son Eglise : Ecce ego vobiscum sum usque ad consummationem saeculi91. Voila le zele de persévérance sur lequel se sont réglez les Apôtres & tous les hommes Apostoliques, & qui fera devant Dieu le discernement de l’amour inviolable que nous aurons pour luy. Si les apôtres s’étoient bornez à un certain nombre d’années ; s’ils s’étoient érigez en Missionnaires de trente-six mois, la vérité Evangelique n ’auroit pas eu tant de succez pour la conversion du monde : ils s’en sont fait un vœu & une nécessité inviolable, & ils n’ont jamais cessé, pendant qu’ils ont eu un soupir de vie. Cet éloignement de leur Patrie ne leur a point causé de regret, à l’exemple du Fils de Dieu, qui avoit quitté la sienne pour venir dans le monde : Exivi a pâtre, & veni in mundum92. Ces travaux insurmontables, cette faim, cette disette, ces persécutions, les mépris, les gibets & les rouës, l’ingratitude, & même le peu de succez de leurs peines, ne les ont point rebuté : au contraire, tout cela n’a fait qu’enflâmer leur zele, pour s’acquitter de leur Mission avec plus d’éxactitude, pour consommer leur course, & le ministère de la parole Apostolique qu’ils avoient reçû de Dieu. Quelle application n ’auroient-ils pas donné à la conversion de ce nouveau Monde, qui étoit alors inconnu, & dont Dieu nous a destinez les Apôtres ? Posuit tanquam morti dcstinatos93. Et quel reproche Dieu ne vous feroit-il pas un jour, d’avoir tiré la faux de la moisson, presque aussi tôt que vous l’y avez mise ? Quel compte ne rendriez vous pas à Dieu, de tant d’ames qui periroient, faute d’avoir persévéré à leur annoncer la parole, ou d’avoir jetté la semence, & ensuite de ne l’avoir pas cultivée ? Quelle ingratitude à vous, de laisser périr des ames pour lesquelles Jesus-Christ est mort, faute de donner la même application que Jesus-Christ a donnée pour nous jusqu’à la mort ? Périt in tua scientia frater pro quo Christus mortuus est94. Vous n’ignorez pas, mon tres-cher Pere, que nos Missions ne sont que de purs amusemens, si l’on ne se fixe pour quelques années dans les principales, à cause de la diversité des langues : il faut deux ou trois ans à un Religieux, auparavant qu’il soit bien en état de se faire entendre ; & s’il faut le changer après cela, nous travaillerions inutilement, nous serions des Missionnaires de nom, & non pas d’effet : les Hérétiques de la Nouvelle Angleterre qui sont à vos portes, vous confondraient en ce point ; & je ne scai pas ce que nous pourrions répondre à Dieu, quand il nous reprocheroit ce peu de concert que nous aurions pour sa gloire. Il s’agit même, mon cher Pere, d’établir, ou plûtôt de rétablir nos Missions ; puisqu’elles ne font encore que de commencer à se remettre, après un intervale de quarante années95 : il s’agit de montrer l’éxemple à ceux qui viendront après nous ; àf si nous mettions les choses sur un pied de ne venir ici qu’en passant, ne serions-nous pas responsables du peu de zele des autres à nôtre imitation ? Si nous avions le don des langues, comme autrefois les Apôtres96, nous aurions quelque excuse, en disant qu’un autre seroit aussi-bien que nous en état de s’acquiter d’une Mission ; mais puisque Dieu ne nous donne pas cette grâce, il désire de nous que nôtre zele y supplée, par une persévérance & une application habituelle : & outre cette nécessité de la langue, la grâce que Dieu vous donne d’édifier beaucoup par vôtre conversation ; cet attrait & cette onction que j’ai remarquez en vous, pour la conversion de ces pauvres aveugles ; la conoissance que vous avez de leurs esprits, & la manière de les prendre ; l’ascendant que Dieu vous a donné sur ces Barbares, sont des avantages qu’un autre ne sçauroit acquérir que par un long travail, & qui marquent aussi une vocation & un choix particulier que Dieu fait de vous pour cette Mission. J’ai mille raisons qui me font comprendre la nécessité que nous avons de nous fixer dans nos Missions : je tâcherai d’en donner l’exemple à mes frères, par le sacrifice perpétuel que j’ai fait de mon repos, de mon talent, de mon honneur & de ma vie, au ministère Apostolique dans ce Païs ; & je croirois que Dieu ne me le pardonneroit jamais, si je venois à me relâcher de ma resolution, à cause du mauvais éxemple que je donnerois aux autres, qui à mon imitation en feroient de même ; je les vois tous assez fermes àf assez résolus ; mais en vérité, je puis vous dire que si vous veniez à lâcher le pied, comme les autres sont beaucoup arrêtez par l’éxemple de vôtre ferveur, que je leur ai souvent proposé, afin de les animer : vous détruiriez l’ordre & les moïens des desseins de Dieu, & ce que nous tâchons d’avancer avec sa sainte grâce, pour leur donner la persévérance. Vous auriez une douleur éternelle, de voir des Missions tomber dans la décadence, au moment qu’elles commencent à prendre cet esprit de Religion & de vertu qui nous doit animer, pour répondre à ce que le Seigneur demande de nous dans nôtre Ministère. Vous êtes peut-être dégoûté, par le peu de fruit que vous remarquez dans la conversion des Sauvages ; mais enfin, mon cher Pere, pourriez-vous un jour faire valoir cette excuse devant Dieu, étant instruit comme vous êtes des veritez de nôtre Foi ? Considérez, je vous prie, que c’est à nous à planter & à arroser ; mais que c’est à Dieu de donner les accroissemens, & de produire les fruits97. Nous nous sommes suffisamment acquittez de nôtre obligation, quand nous avons annoncé la vérité ; ce n’est pas à nous de la rendre féconde, mais de reconnaître nôtre néant, d’adorer les jugemens de Dieu, & de luy dire : Quod debuimus facere fecimus, servi inutiles sumus98. Souvenez-vous que quand le Fils de Dieu donne la Mission à ses Apôtres, il leur ordonne de prêcher l’Evangile à toutes les Nations ; non seulement à celles qui croiront à leur parole, mais encore à celles qui n’y ajouteront point de foi. Qui crediderit salvus erit, qui non crediderit condemnabitur99. Dieu tire également sa gloire de la perte des uns, du salut & de la sanctification des autres ; mais il ne tirera parfaitement sa gloire de ceux qui ne croiront pas, qu’en tant qu’il aura eu soin de leur faire annoncer la vérité. Nous avons l’avantage de justifier Dieu au jugement, dans la condamnation des Infidèles qui ne seront pas convertis à nos paroles ; & si nous ne cherchons que la gloire de Dieu, un Missionnaire doit être bien plus content dans le peu de succez àf de fruit des Missions de ce Païs, que s’il operoit des conversions aussi nombreuses que dans l’Eglise naissante, & même dans nos derniers siècles aux Indes Orientales & Occidentales, où un homme baptisot en un jour des quatre &cinq mille âmes100 ; car Dieu est également glorifié dans la dureté de nos Sauvages & dans leur réprobation, aprés qu’on leur a annoncé la Foi, comme dans la conversion des autres. Vous avez encore cet avantage, que dans les grandes conversions on y peut trouver de la propre complaisance, de la gloire àf de la satisfaction sensible ; au lieu que dans vôtre sort, vous n’y regardez qu’une gloire de Dieu, cachée dans les ombres de nôtre Foi. Cette sterelité de vos travaux, ne flate en rien l’amour propre ; & vous n’y trouverez de gloire que pour l’éternité, lorsque vous verrez Dieu justifié dans la perte de ces ames, & glorifié par le soin que vous aurez eu, & ces assiduitez que vous aurez données à leur conversion. Mais serez-vous en état de le faire, si après avoir ébauché l’ouvrage, vous l’abandonnez à un autre, qui en fera de même à votre éxemple ? Le Fils de Dieu, qui étoit venu principalement pour instruire les Juifs : Ad oves, quæ perierunt domus Israël101. En a-t’il beaucoup convertis, à l’exception de douze Apôtres chancelans, àf de quelques Disciples ? Qu’a t’il trouvé, sinon de l’aveuglement, de la dureté dans tout le reste de son Peuple, des mépris, de l’ingratitude, & enfin une mort infâme ? mais toute sa vûë étoit de justifier Dieu dans leur perte ; & la pureté & la sainteté de ses intentions le soûtenoit dans la stérilité de ses travaux. Il a persévéré jusques à la mort dans sa Mission : il est venu pour être le Sauveur de tous les hommes, & il est mort pour tous : il est mort pour ceux qui se damnent, comme pour les plus grands Saints ; afin que son sang plaidât pour la justice, & magnifiât la miséricorde de son Pere dans le jugement des reprouvez, Il crû que son Sang ne se prodiguoit pas d’être répandu in ruinam, & in resurrectionem multorum102 ; pourvû qu’il pût dire, quid ultra potui facere vineae meae ? expectavi ut faceret uvas, & fecit labruscas103. Ne veut-il pas que l’on jette la semence de sa parole, aussi-bien sur des cœurs insensibles que sur des cœurs dociles ? & s’il faloit se rebuter par le peu de fruit de nos travaux, où est le Predicateur qui pourroit monter deux fois en Chaire, dans les Pais les plus Catholiques ? Tant de bouches sont ouvertes en France, pour la reformation des mœurs ; cependant combien voit-on operer de conversions ? & pour un million de Predications, de Catechismes, d’Instructions familieres, combien y en a-t’il qui rabatent d’un seul point de leur vanité, de l’esprit d’interêt, d’impudicité, de médisance, de ressentiment, &c ? Ils n’ont donc point d’autre ressource, que celle de dire qu’ils s’acquittent de ce que Dieu demande de leur Ministere ; luy laissant operer la conversion ou la sanctification, par la grace interieure, & enfin de le justifier un jour dans son jugement : Ut justificeris in sermonibus tuis, & vincas cum judicaris104. Il semble que le tems & l’heure de la Providence n’est pas encore venu pour les Nations de ce nouveau Monde ; les moissons ne blanchissent pas encore, il est vrai : mais que sçavez-vous si Dieu n’a pas destiné de l’accorder enfin quelque jour à nos larmes, à nos soupirs & à nos travaux ; & si nous ne serons pas coupables des retardemens que Dieu y apporteroit, si nous venons à manquer de fermeté & de constance dans notre vocation ? Du moins, mon cher Pere, pouvez vous esperer de sauver des enfans, ou des vieillards moribons, & même quelques adultes, particulierement des enfans, que l’on instruit peu à peu : & quand vous ne sauveriez qu’une seule ame, elle vaut plus que la conquête de tout le Monde105, aprés que Dieu a donné son Sang pour elle. Les travaux de toute votre vie seroient tres-bien emploïez, selon les principes de notre Foi ; que Saint Ignace, Patriarche de nos Freres ajoints dans la conversion de ce nouveau Monde, se seroit estimé heureux, si pour fruit de ses travaux & du sacrifice de sa vie, il avoit pû esperer de convertir une seule des Courtisanes de Rome106. Je ne sçaurois croire que l’attrait de la Patrie, soit l’occasion ou le sujet de votre dégoût, & peut-être de votre chagrin : nous avons fait par notre Profession un renoncement si general à pere, à mere, à Païs, à amis107, que tout cela ne doit plus avoir de charme pour vous. Votre vocation même dans ce nouveau Monde, qui n’est pas differente de celle des Apôtres, a dû faire mourir tous ces res-sentimens de la Nature : ces hommes divins n’avoient plus de Patrie ; ou plûtôt les endroits où ils étoient destinez, leur en tenoient lieu. Je vous trouvai l’année derniere dans les sentimens assez conformes à ceux de la grace sur cet article. Vous me disiez que cet éloignement du Païs & des proches, étoit ce qui vous plaisoit le plus ; & que vous n’auriez jamais de regret à votre vocation en Canada, par cette consideration, que même vous voiez bien qu’elle seroit la source de votre salut. Or ce seroit, mon tres-cher Pere, en avoir bien-tôt changé de pensée, ou bien mal reconnoître la grace que Dieu vous auroit fait, que de vous lasser au milieu de votre course, de former des desseins si opposez à ceux de Dieu sur votre personne, & aux attraits de sa sainte grace particulierement dans les conjonctures presentes, où certaines personnes qui nous caressent à l’exterieur, ne seroient peut être point fâchez de vous en voir rappellé par des ordres superieurs. Sçavez-vous bien que depuis deux ans, sa Grandeur108 me presse de ne pas souffrir que nos Missionnaires soient plus de trois ans attachez à une même Mission109 ? Je vois bien que l’on surprend, par des artifices de Demon, la droiture de ses intentions, pour faire échouer par ce moïen les entreprises de son zele & du notre ; & vous ne votez pas que vous favorisez ces desseins de l’esprit de tenebres, au préjudice des François & des Sauvages, qui ont une entiere confiance en vous, comme Monsieur Richard Denys de Fronsac me l’écrit. Je ne finirois jamais, mon cher Pere, si je suivois le torrent de ma plume sur celte matiere, & sur la mortification que me cause votre dessein : c’est le Demon qui me traverse dans la personne que je croïois la plus intrepide ; mais je prierai Dieu avec tant d’ardeur, pour vous attirer la perseverance que j’espere encore du changement, & que du moins vous ne penserez plus à quitter les Missions.

  • 110 Rattaché à la mission de Percé pendant la saison de pêche, Exupère Dethune rentrait parfois à Québ (...)
  • 111 Il semble plutôt que ce soit plus tard au cours du même été que le commissaire provincial se rendi (...)
  • 112 La Salle descendra le Mississippi jusqu’au golfe du Mexique en mars-avril 1682.
  • 113 Estimant les sulpiciens trop rigoureux, les habitants de Montréal souhaitaient l’établissement, su (...)
  • 114 L’obtention d’un terrain où les récollets puissent s’établir à Montréal requérait en premier lieu (...)
  • 115 Le père Membre paraît plutôt être arrivé au fort Frontenac le 2 novembre 1678, soit à l’automne pr (...)
  • 116 Le père de La Ribourde s’était rendu au fort Frontenac en février 1678, pour relayer le père Louis (...)
  • 117 Arrivé au fort Frontenac en compagnie de Zénobe Membre et de Mélithon Watteau, le 2 novembre 1678, (...)
  • 118 Le père Buisset remplissait depuis l’automne de 1675 les fonctions d’aumônier et de missionnaire a (...)
  • 119 Léonard Duchesne : voir infra, Appendice I, p. 615-616.
  • 120 Les récollets de Québec avaient ouvert un noviciat au couvent de Notre- Dame-des-Anges en 1677. Le (...)
  • 121 Didace Pelletier : voir infra, Appendice I, p. 628-629.
  • 122 François Fillon : voir infra, Appendice I, p. 617.

60Au reste, s’il ne s’agit que de venir hiverner avec nous, vous jugez bien que j’y trouverai ma plus grande joie. Vous pourriez retourner l’Eté prochain, si vous reprenez, comme je l’espere, votre premiere resolution, où je vous voïois l’année derniere ; sinon vous demeurerez ceans, autant de tems qu’il vous plaira : vous en serez toujours le maître, apres avoir entendu mes raisons, & ce que l’onction de la grace vous inspirera. Si vous venez hiverner avec nous, je vous prie de disposer Monsieur Richard Denys, en sorte qu’il n’attende personne jusques au Printems prochain ; n’aïant à present que quatre Prêtres ceans, de seize, dont vous êtes douze partagez aux Missions. Le cher Pere Exuper, dont vous connaissez le zele & la vertu, est arrivé depuis peu à nôtre secours110 : il faudra même que je monte au Fort de Frontenac, l’Eté prochain111, avec Monsieur le Comte de Frontenac nôtre Gouverneur, pour ordonner la découverte du Mexique112, en vertu des ordres de la Cour, & visiter nos Missions. Ma presence est encore necessaire au Mont-Roïal, où les Peuples demandent, avec plus d’empressement que jamais, un établissement de nôtre Ordre113 ; & Messieurs du Seminaire, qui en sont les Seigneurs, y consentent114. Le cher Pere Zenobbe Membre est au Fort dés le Printems dernier115, avec les Peres Gabriël de la Ribourd116, Loüis Hennepin117, Luc Buisset118, & doivent aller en Mission aux découvertes que l’on va faire. C’est, comme vous voïez, une grosse Communauté pour ce Païs. Frere Leonard119 est extrêmement malade ; on ne sçait encore quelle en doit être la suite. Le R. P. Luc Filliastre* est aussi incommodé ; mais il n’y a pas de danger. Nous avons deux Freres Laïcs Novices120, qui sont assez bien : l’un est cousin de feu Monsieur Bazire* ; & l’autre est le fils de Maître George de la Coste de Beaupré121. Tous nos chers & venerables Peres, & Frere Leonard, vous saluent avec affection. Il n’est rien arrivé ici de nouveau, qui merite d’être écrit ; sinon la mort de Monsieur Filion122, Prêtre, qui s’est noie dans le fleuve. Il est universellement regretté, comme un Missionnaire parfaitement accompli. Priez Dieu pour moi ; offrez-luy tous les jours les interêts de nôtre pauvre Mission ; & soïez persuadé que je suis avec affection, Vôtre tres-humble & tres-obeïssant Serviteur en Jesus-Christ, Frere Valentin le Roux, Superieur indigne des Recollets de la nouvelle France.

61Il n’est pas croïable combien la lecture de cette Lettre me donna de consolation. Penetré vivement de la volonté de Dieu, & la reconnoissant visiblement dans celle de mon Superieur, je conçûs de nouvelles esperances pour la conversion de ces Peuples, & je pris resolution de me fixer dans cette Mission ; en attendant avec d’autant plus de patience les fruits qu’il plairoit au Seigneur d’y produire par sa grace & sa misericorde, que parmi le grand nombre de nos Sauvages, qui me paroissoient insensibles & impenetrables aux veritez les plus communes du Christianisme, je voïois quelques Familles Gaspesiennes qui travailloient avec application à leur salut, prenoient plaisir à se faire instruire, assistoient avec devotion à la sainte Messe, & vivoient en assez bons Chrêtiens.

  • 123 Très tôt, missionnaires récollets et jésuites arrivèrent à la conviction qu’il fallait sédentarise (...)
  • 124 Dans le recensement de la « Baye Saint Laurent » qu’il fit en 1688, Richard Denys mentionne que so (...)

62La vie errante & vagabonde de ces Peuples étant incontestablement un des principaux obstacles à leur conversion123, je sollicitai Monsieur Denys de Fronsac, de nous accorder une espace de terrein à Nipisiguit, propre à la culture de la terre ; afin de les rendre sedentaires, les habituer, & les humaniser parmi nous. Ce Seigneur, qui souhaitoit avec passion de voir le Christianisme établi dans cette vaste étenduë de Païs qu’il possede124, y donnoit les mains avec plaisir : il en avoit fait agréer la proposition, & former la resolution aux principaux de nos Sauvages ; mais la perte considerable qu’il fit de son vaisseau, qui perit à l’Isle Percée, par une tempête la plus violente que l’on ait jamais vüê dans ces quartiers, jointe au retardement de deux navires, qui manquerent deux années consecutives à luy apporter, selon qu’ils s’y étoient obligez, tout ce qui luy étoit necessaire pour l’entretien de ses Habitations, rompit toutes les mesures que nous avions prises, non-seulement d’établir une Mission sedentaire à Nipisiguit ; mais encore au Cap Breton, où le R. P. Valentin le Roux nôtre Superieur, devoit, selon le projet que nous avions fait, envoïer deux de nos Missionnaires.

63Ces fâcheux accidens ne me rebuterent pas cependant de continuer ma Mission, afin de conserver dans la pieté le petit troupeau de Chrêtiens, qui faisoient toute ma consolation, parmi une infinité de chagrins qui m’accabloient ; ne voïant d’un côté qu’une insensibilité surprenante des anciens, à recevoir le Christianisme ; & de l’autre, une attache & une opiniâtreté invincible dans ces Sauvages, à suivre & à croire les erreurs, les superstitions, & les traditions fabuleuses de leurs ancêtres, dont la plus extravagante est, à mon avis, celle qui regarde l’immortalité de l’ame.

Notes

1 Rappelant qu’il est « devenu ministre de Dieu pour répandre sa parole chez les païens, saint Paul écrit, dans son épître aux Colossiens : « Ce Christ, nous l’annonçons, avertissant tout homme et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de rendre tout homme parlait dans le Christ. Et c’est bien pour cette cause que je me fatigue à lutter, avec son énergie qui agit en moi avec puissance » (Colossiens, 1, 28-29). Voir aussi : « le Seigneur [...] m’a déclaré : “Ma grâce te suffit, car ma puissance se déploie dans ta faiblesse” » (2 Corinthiens, 12, 8-9) ; « Le Seigneur, lui, m’a assisté et m’a rempli de force afin que, par moi, le message fût proclamé et qu’il parvînt aux oreilles de tous les païens » (2 Timothée, 4, 17).

2 En janvier 1678 : voir p. 362, n. 15, et p. 377, n. 41.

3 Non pas la ville actuelle de Miramichi (47° 00’ ; 65° 28’), mais plutôt Chatham (47° 02’ ; 65° 28’). Voir la note sur l’emplacement de l’habitation de Richard Denys de Fronsac, infra, p. 377, n. 42 ; voir aussi les cartes reproduites aux p. 8, 9 et 184 ci-dessus.

4 Il s’agit de Koucdedaoüi, que Leclercq nommera plus loin (p. 378).

5 Furetière (1690) signale : « En quelques endroits le pot sert de mesure, & tient deux pintes de Paris. On l’appelle autrement la quarte » (la « pinte de Paris » contenait « le poids de deux livres d’eau commune »). La mesure du pot pouvait toutefois varier : « En d’autres endroits le pot ne tient qu’une pinte » ; et « en plusieurs lieux » on appelle « pot » la « pinte de St. Denis », plus grande que celle de Paris.

6 Hennepin aussi en avait apporté pour son voyage (Description de la Louisiane, p. 86 ; Nouvelle Découverte d’un très grand pays, p. 155-156). Les anciens entendaient par « confection » une préparation pharmaceutique de consistance molle, formée de poudres mélangées à du miel ou à du sirop. La confection (d’) hyacinthe contenait à l’origine des fragments d’hyacinthes, de saphirs, d’émeraudes, de topazes, de perles, mêlés à une vingtaine d’autres ingrédients plus ou moins rares, pilés au mortier et liés avec du sirop de citron ou d’œillet. Elle se prenait telle quelle ou dissoute dans du vin, du bouillon ou une potion cordiale. Elle passait pour fortifier le cœur (« elle fait cesser les palpitations de cœur & les Syncopes » [Charas, Pharmacopée royale, t. I, p. 234]), l’estomac et le cerveau ; on l’employait également comme vermifuge, antidiarrhéique et antiémétique. Nicolas Lémery, apothicaire de Louis XIV, proposa du remède une version « réformée » qui éliminait les pierres précieuses, à l’exclusion des hyacinthes, et remplaçait certains constituants (Pharmacopée universelle, p. 645-646). L’Encyclopédie retient cette variante de la confection d’hyacinthe, sans toutefois l’épargner dans sa critique du médicament : « Si jamais les Médecins galénistes firent une préparation monstrueuse, on peut dire que ç’a été la confection hyacinthe : tous les éloges qu’on lui a donnés, & qu’on lui donne encore tous les jours, ne font rien en sa faveur ; & malgré les corrections qu’on a faites à la description que nous avoient laissé les anciens, on peut assurer hardiment que cet électuaire ne peut pas avoir de grande vertu » (« Confection », vol. 3, p. 846). Les hyacinthes furent ultérieurement retranchées de la préparation et la confection apparut dès lors au Codex medicamentarius seu Pharmacopœa gallica, formulaire pharmaceutique français officiel, sous le nom de « confection ou électuaire de safran » (1re éd., 1818, p. 309).

7 La lieue commune de France équivalant à 4,05 km, Leclercq sous-estime la distance : à vol d’oiseau, on compte environ 110 km entre Nipisiguit (Bathurst, N.-B.) et Percé. Le jésuite Jacques de La Place évalue à « trente lieuës » la distance entre ces deux endroits (Relation de 1645-1646, JR, vol. 30, p. 140).

8 Les rivières Tetagouche (47° 38’ ; 65° 41’), Middle (47° 36’ ; 65° 40’) et Nipisiguit (47° 37’ ; 65° 38’).

9 Sur les missions capucines en Acadie, voir supra. Introduction, p. 26, 29-30, et Candide de Nant, Une mission capucine en Acadie.

10 En 1635, les jésuites ont une « résidence » à Miscou (Lejeune, Relation de 1635, JR, vol. 7, p. 262). Vers 1644, ils établiront une nouvelle habitation à Nepisiguit, à laquelle seront attachés, en 1646, le père André Richard et le frère Jacques Ratel (Journal, JR vol. 28, p. 212). Les Relations de 1645, de 1646 et de 1647 contiennent un chapitre entièrement consacré à Miscou, où se trouvent consignées les informations relatives à la mission de Nipisiguit

11 On ne trouve pas de mention explicite de cette chapelle dans les Relations des jésuites, mais il y avait à Nipisiguit, construites et entretenues grâce au soutien financier de Jacques de La Ferté, abbé de Sainte-Madeleine, et de la Compagnie de Miscou, une « habitation » pour les religieux et, en 1647, « de petites maisons à la Françoise, pour loger quelques familles instruittes & baptisées par leurs soings, & par leur diligence » (J. Lalemant, Relation de 1647, JR vol. 32, p. 38-40 ; voir également Relation de 1644-1645, JR, vol. 28, p. 24, 34 ; Journal, 1646, JR, vol. 28, p. 212 ; et Relation de 1645-1646, JR, vol. 30, p. 136).

12 Philippe Enault fit construire un moulin à eau pour moudre son grain. Il possédait aussi du bétail, que ses enfants dispersèrent à sa mort en quittant les terres familiales (G. MacBeath, « Enault (Esnault, Hénaut) de Barbaucannes (Barbocant), Philippe », DBC, t. II, p. 225 ; W. F. Ganong, « Richard Denys, Sieur de Fronsac », dans Collections of the New Brunswick Historical Society, p. 35).

13 Le père de Richard Denys de Fronsac, Nicolas Denys, avait établi dès 1652 un poste à Nipisiguit, où il était allé vivre avec sa famille en 1669, après l’incendie de ses bâtiments de Saint-Pierre du Cap-Breton. Rentré en France en 1671, il était de nouveau à Nipisiguit depuis deux ans lorsque furent révoqués, selon toute apparence le 17 avril 1687, ses droits sur les terres qu’il avait acquises de la Compagnie de la Nouvelle-France en 1653 et que ni lui ni son fils n’avaient encore concédées ou défrichées. Nicolas Denys mourut l ’année suivante et son fils semble alors avoir a b a n d o n n é leur établissement d e Nipisiguit. Le 3 août 1689, le gouvernement de Québec accorda au chirurgien Philippe Enault une concession le long des deux rives de l’embouchure de la Nipisiguit, à l’endroit même où Richard Denys l’avait autorisé à s’établir vers 1676. L e 2 6 mai 1690, le marchand Jean Gobin reçut à son tour du gouverneur et de l’intendant une grande terre seigneuriale qui incluait la rivière Nipisiguit et englobait les terres d’Énault. Richard Denys acheta de Gobin sa seigneurie deux j o u r s plus tard et devint ainsi, c o n f o r m é m e n t à l’assertion de Leclercq, « Seigneur propriétaire » de Nipisiguit. Il réclama que lui soit restituée la concession d’Enault, mais l’arrangement auquel les d e u x hommes e n vinrent, le 2 9 août 1691, laissa la jouissance de ses terres au chirurgien, qui s’engagea à verser en échange à Richard Denys cent sols tous les deux ans (A. G. Bailey, « Denys de Fronsac, R i c h a r d » , DBC, t. I, p. 2 6 7 - 2 6 8 ; W. F. Ganong, « Richard Denys, Sieur de Fronsac », dans Collections of the New Brunswick Historical Society, p. 8-11, 34-35, 3 9 * , 4 7 , 4 9 - 5 2 ; ici., « A Monograph o f Historic Sites in the Province o f New Brunswick », MSRC, 2e série, vol. 5, section II, 1899, p. 2 9 8 - 3 0 1 , 3 1 8 - 3 1 9 ; W. F. Ganong, édit., NewRelation of Gaspesia, p. 159-160, n. 1, p. 160-161, n. 2, p . 1 6 1 , n. 1 ; id., The Description and Natural History of the Coasts of North America (Acadia), p. 12, 22, 2 1 3 - 2 1 4 ; G. MacBeath, « Denys, Nicolas » et « Enault (Esnault, Hénaut) de Barbaucannes ( Barbocant ) , Philippe », DBC, t. I, p. 264-266, et t. II, p. 2 2 5 ; voir encore , pour une discussion de plusieurs dates habituellement admises de la biographie de Nicolas Denys, C J . d ’Entremont , Nicolas Denys, sa vie et son œuvre, p. 21-55, 3 7 6 - 3 8 0 ; et id., « Date de naissance de Nicolas Denys — 1603 », Les Cahiers de la Société historique acadienne, vol. 20, n° 3, 1989, p. 112-113).

14 « Nous » semble renvoyer ici aux deux voyageurs français qui s’apprêtent à partir. Furetière (1690) consigne notamment, comme sens d’« autrefois », « cy-devant », c’est-à-dire « précédemment ». Or, en janvier 1677, Leclercq et Énault sont déjà tous deux familiarisés avec ces voyages où l’on doit « porter le nécessaire à la vie » : au cours de l’année qui vient de s’écouler, Leclercq s’est déplacé de la baie de Gaspé à Ristigouche, puis de Ristigouche à Nipisiguit (infra, p. 562, 391) ; et, comme le récollet le signale lui-même quelques pages plus loin (infra, p. 364), le chirurgien Enault a « peu de tems auparavant » effectué le trajet de « Mizamichis » par les « bois brûlez ». Mais peut-être Leclercq fait-il aussi allusion à la mésaventure fatale du père Bernardin qu’il vient d’évoquer (supra, p. 360).

15 Se fondant sur diverses notations de Leclercq (p. 377, 381), W. F. Ganong (New Relation of Gaspesia, p. 164, n. 1) situe l’arrivée du missionnaire à Nipisiguit vers le 26 septembre 1676. Mais il faut plutôt la dater de 1677 : voir supra. Chronologie, p. 148.

16 C’est-à-dire par les « hoo, hoo, hoo » d’usage : voir supra, p. 339, et infra, p. 386 et 558.

17 Voir infra, p. 377.

18 Sur la manière de monter la tente d’écorce, voir supra, p. 263-265.

19 Autant l’eau-de-vie est néfaste aux Amérindiens (voir infra, p. 486-493), autant elle est utile lors de voyages : voir infra, p. 477.

20 D’après W. F. Ganong (New Relation of Gaspesia, p. 166, n. 1, et 175, n. 1), il s’agit probablement des chutes Pabineau (47° 31’ ; 65° 41’), sur la rivière Nipisiguit, situées à une vingtaine de kilomètres du point de départ.

21 W. F. Ganong (New Relation of Gaspesia, p. 166, n. 1) montre que le plus court empruntait vraisemblablement le chemin de la voie ferrée « Intercoloniale » (construite au xixe siècle), tandis que le plus long, « par la rivière », aurait remonté la Nipisiguit jusqu’au Gordon Brook, emprunté le portage jusqu’à la rivière Portage, puis enfin la Miramichi du Nord-Ouest.

22 Les dictionnaires de l’époque (Richelet, 1680 ; Furetière, 1690 et 1727 ; Académie, 1695) consignent déjà tous « s[ubstantif] m[asculin] ». Mais Dubois et Lagane (Dictionnaire de la langue française classique, p. 279) attestent qu’« incendie » était « parfois féminin » au xviie siècle. Leclercq emploie le mot au masculin quelques lignes plus loin.

23 Réflexion surprenante, car les voyageurs pourraient se chauffer avec les troncs à demi calcinés restés debout.

24 D’après Furetière (1727), « on dit plus communément l’Arabie Pétrée », ainsi nommée de son ancienne capitale, Pétra (du latin file:///tetra : roche), bâtie sur la pierre. L’Arabie pétrée occupait le nord-ouest de l’Arabie, bornée à l’est par l’Arabie déserte et au sud par l’Arabie heureuse. « L’Arabie petrée est un pays extrêmement désert » (L. Moréri, « Arabie », Le Grand Dictionnaire historique, t. I, p. 235). La référence géographique comporte des résonances bibliques : « C’est dans ce pays que les enfans d’Israël demeurèrent quarante ans » (ibid.) avant d’entrer dans la terre de Canaan, promise par Yahvé (Nombres, 14, 34-35).

25 Autre observation surprenante : on n’enfonce jamais jusqu’aux genoux quand on a des raquettes. Bien au contraire, « c’est la coustume en ce païs de marcher sur des raguettes pendant l’Hyver, de peur d’enfoncer dans la neige » (« Lettre du Père Charles L’Allemant [...] Au Pere Hierosme l’Allemant son frère », JR vol. 4, p. 192). Mais Leclercq rapporte plus loin (infra, p. 368) avoir, à un moment du voyage, cassé une de ses raquettes : peut-être se méprend-il sur la suite chronologique des événements et n’avait-il déjà plus l’usage de ses raquettes le jour de ces neiges abondantes.

26 D’après Furetière (1690), « on est sur les dents » signifie qu’on « est las & fatigué » ; Richelet ajoute la nuance d’épuisement.

27 La Miramichi : voir infra, p. 378.

28 Le cuir bouilli était souvent la dernière ressource que pouvaient utiliser les voyageurs épuisés, comme Jean de Léry en avait fait la cruelle épreuve au retour de son voyage au Brésil en 1558 (Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil (1578), p. 528-529). On en trouve aussi quelques exemples dans les textes des missionnaires jésuites : voir supra, p. 288, n. 22. Sur le danger de la famine en hiver, voir supra, chap. VI, p. 286-288.

29 Voir infra, p. 617. Resté sans compagnon de mission, François Xavier mourut dans une paillote de l’île de Sancian, au large de Canton, assisté de son domestique indien Christophe et du néophyte chinois Antoine de Sainte-Foi (voir notamment Bouhours, Vie de saint François Xavier, p. 431-434). L’évocation du saint et de sa mort en pays de mission revient fréquemment dans la littérature missionnaire jésuite (voir Lejeune, Relation de 1637, JR, vol. 12, p. 264 ; J. Lalemant, Relation de 1662-1663, JR, vol. 48, p. 142 ; Récit du second voyage et de la mort du P. Jacques Marquette, JR vol. 59, p. 194-198 ; etc.).

30 L’habileté des Amérindiens à lire les empreintes de pas est relevée avec admiration par plusieurs voyageurs français. Diéreville fait ainsi remarquer : « Si quelqu’un en passant dans les Bois voit sur la neige, ou sur la terre molle la marque du pied d’un autre, il ne manque jamais à connoître sûrement par l’arrangement du talon, des doigts, ou de tout le pied ensemble, de quelle Nation est celuy qui l’a faite » ( Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 303). Lafitau confirme : « Du premier coup d’œil, ils diront sans se tromper, de quelle nation, de quel sexe, de quelle taille sont les personnes dont ils voyent les pistes, & combien à peu près il y a de temps que ces pistes sont imprimées. Supposé que ces personnes soient de leur connoissance, ils ne tarderont pas à dire, ce sont les vestiges d’un tel, ou d’une telle » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 244-245). Voir également Lahontan (Mémoires, dans Œuvres complètes, p. 648, 714), Raudot (Relation par lettres, p. 97) et Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 512).

31 Leclercq donne à nouveau cette information à la page 538.

32 Non pas la perdrix proprement dite (Perdix perdix), qui n’existe pas au Canada, mais la gélinotte huppée (Bonasa umbellus). Voir infra, p. 538, n. 33.

33 Voir infra, p. 474, où Leclercq parle de l’« ingratitude » des Amérindiens à l’égard des Français.

34 Voir infra, p. 425-426, où Leclercq énumère les fonctions du jongleur.

35 Allusion au sermon sur la montagne, où le Christ recommande de se détourner des biens terrestres pour mettre toute sa confiance en Dieu qui nourrit les oiseaux du ciel et habille richement les lis des champs (Matthieu, 6, 25-34).

36 Sur l’importance des songes dans l’univers mental des Indiens, voir Lejeune : « Ils ont [...] une grande croyance à leurs songes, s’imaginans que ce qu’ils ont veu en dormant doit arriver, & qu’ils doivent exécuter ce qu’ils ont resvé » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 180-182) ; Brébeuf : « Ils ont une croyance aux songes qui surpasse toute croyance [...]. Ils prennent leurs songes pour des ordonnances & des arrests irrévocables, & dont il n’est pas permis sans crime de différer l’exécution. [...] § Le songe est l’oracle que tous ces pauvres Peuples consultent & escoutent, le Prophète qui leur prédit les choses futures, la Cassandre qui les advertit des malheurs qui les menacent, le Médecin ordinaire dans leurs maladies, l’Esculape & le Galien de tout le pays, c’est le maistre le plus absolu qu’ils ayent [...] : le songe préside souvent à leurs conseils ; la traitte, la pesche & : la chasse s’entreprennent ordinairement souz son aveu, & ne sont quasi que pour luy satisfaire » (Relation de 1636, JR, vol. 10, p. 168-170) ; Vimont : « Les Sauvages n’ont point de plus forte créance que les songes, ce sont leurs Oracles, ausquels ils obéissent comme à une souveraine Divinité. [...] Un songe en France n’est qu’un songe, mais c’est icy un poinct de Théologie, ou un article de Foy : il faut une grâce bien forte pour le faire mépriser » (Relation de 1642, JR, vol. 22, p. 226).

37 Beaucoup plus gros que le hérisson (il mesure environ quatre-vingt-dix centimètres), le porc-épic (Erethizon dorsatum) a un pelage « formé de poils sensoriels, d’un duvet brun, laineux et fourni, de longs jarres à pointes crème et de piquants rigides ». Pendant l’hiver, il creuse des galeries sous la neige et loge souvent dans des troncs d’arbres creux. Habituellement solitaire, il s’accouple à l’époque du rut, de novembre à janvier ou en avril. Parce qu’il est facile à tuer avec un gourdin et que sa chair est « nutritive et savoureuse », il a souvent sauvé la vie des voyageurs. Les Amérindiens utilisaient ses piquants pour décorer leurs vêtements et leurs objets (A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 216-219). Voir infra, p. 545.

38 Voir supra, p. 341.

39 Dans sa Relation de 1616, le jésuite Biard affirmait : « Selon la coustume du païs, ils peuvent avoir plusieurs femmes, neantmoins la pluspart de ceux que j’ay veu n’en ont qu’une » (JR vol. 3, p. 98). Lescarbot, qui n’affirme pas la présence de la polygamie chez les Souriquois, laisse entendre qu’elle existe : « Quelquefois noz Sauvages ayans plusieurs femmes en bailleront une à leur ami s’il a envie de la prendre en mariage [...] » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XII, éd. Grant, t. III, p. 392). En 1672, Nicolas Denys, qui insiste sur la stabilité et les cérémonies du mariage chez les Micmacs, affirme que certains pouvaient vivre avec plusieurs femmes à la fois : « [...] ils prennent des femmes tant qu’ils veullent, moyennant qu’ils soient bons chasseurs, & point paresseux, autrement les filles ne le prendront pas, on voit des Sauvages qui ont des deux ou trois femmes grosses tout à la fois [...] » (Description géographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 586-587). Sur la polygamie ou la pluralité des femmes, voir, par exemple, le « Sauvage rétif » qui affirme ne pouvoir se convertir parce que le christianisme défend « d’avoir plusieurs femmes » (Lejeune, Relation de 1637, vol. 11, p. 176-180). Sur le mariage des Gaspésiens, voir infra, p. 495-505.

40 Voir sufra, p. 3 5 9 , n. 6.

41 Se fondant sur la chronologie interne du récit, W. F. Ganong situe cette arrivée vers le 5 février 1677 (New Relation of Gaspesia, p. 178, n. 1), après une dizaine de jours de marche. Mais comme le voyage a plutôt lieu en 1678, il faut présumer que les voyageurs arrivèrent au fort vers le 20 janvier, puisque le mercredi des Cendres tombait le 24 février cette année-là.

42 Aucune source ne mentionne l’emplacement exact du fort de Richard Denys, mais le recoupement des témoignages permet de situer l’ancien établissement français sur la rive nord de la rivière Miramichi, en face du passage appelé « the Tickle » entre la pointe Wilsons (46° 58’ ; 65° 35’) et l’île Beaubears (46° 58’ ; 65° 34’). Le récollet Emmanuel Jumeau l’identifie par un drapeau sur sa carte de « La grande baye de S. Laurens » datée de 1685 (voir supra, p. 9) et Mgr de Saint-Vallier, en tournée acadienne à l’été de 1686, précise : « Miramichy est un lieu fort agréable sur la rivière de Manne [appelée « Mirmenaganne » par Leclercq, supra, p. 354 ; il s’agit de la branche nord-ouest de la Miramichi], à une lieuë de celle de Sainte Croix [la rivière Miramichi proprement dite] ; il y a un petit fort de quatre bastions formez de pieux, & dans ce fort une maison où Mr de Tronsac [sic] fait sa demeure » (Estat présent de l’Eglise, p. 85-86). Le père de Richard Denys de Fronsac, Nicolas Denys, semble avoir établi un poste de traite temporaire sur la Miramichi dès la fin des années 1640, comme en témoigne une carte anonyme dressée entre 1654 et 1658 (voir W. F. Ganong, édit., The Description and Natural History of the Coasts of North America (Acadia), entre les p. 160 et 161 ; datée plutôt de 1660-1664 par C.J. d’Entremont, Nicolas Denys, sa vie et son œuvre, p. 323, 360-361) ; voir aussi W. F. Ganong, « Richard Denys, Sieur de Fronsac », dans Collections of the New Brunswick Historical Society, p. 29-32, 35-39, 43-47 ; id., « A Monograph of Historié Sites in the Province of New Brunswick », MSRC, 1899, p. 292-295, 317-318 ; id., « Additions and Corrections to Monographs on the Place-nomenclature, Cartography, Historic Sites, Boundaries and Settlement-origins of the Province of New Brunswick », MSRC, 2e série, vol. 12, section II, 1906, p. 125-129 ; W. F. Ganong, édit., New Relation of Gaspesia, p. 178-180, n. 1 ; id., The Description and Natural History, p. 11, 22-23, p. 160-161, n. 1, p. 199-200, n. 3 ; A. G. Bailey, « Denys de Fronsac, Richard », DUC, t. I, p. 268 ; G. MacBeath, « Denys, Nicolas », DBC t. I, p. 264, 266).

43 Ce nom propre signifie « Émerillon », c’est-à-dire « bon chasseur » ; voir supra, p. 335-336.

44 Dans la nuit du 18 au 19 juillet 64, un très fort incendie se déclara à Rome et ravagea la ville durant six jours. Néron ne se trouvait pas à Rome, que fuyaient tous les patriciens durant les jours de chaleur estivale, mais à Antium. Il revint à Rome aussitôt qu’il sut la nouvelle. Très vile la rumeur courut que c’était lui qui avait fait allumer cet incendie pour pouvoir reconstruire la ville à sa guise, et de nombreux auteurs se sont faits l’écho de cette rumeur. Parmi eux, l’historien Suétone, dans sa Vie des douze Césars, décrit ainsi l’empereur : « Néron contemplait cet incendie du haut de la tour de Mécène et charmé, disait-il, “par la beauté des flammes”, il chanta la prise d’Ilion dans son costume de théâtre » (Néron, XXXVIII, 3-6).

45 Alexandre, s’étant rendu maître de la capitale perse en avril 330 av. J.-C, s’y reposa avec ses troupes durant quelques mois. C’est au cours d’un banquet que, poussé par la belle danseuse athénienne Thaïs, Alexandre, imité par ses compagnons, aurait mis le feu au palais de Xerxès. Mais la ville entière de Persépolis, si elle fut largement pillée par les troupes macédoniennes, ne fut cependant pas livrée aux flammes (Plutarque, Vies, Alexandre, chap. 38 ; Diodore de Sicile, 17). Comme on ne sait pas si Leclercq cite ses anecdotes de seconde main ou directement à partir des sources littéraires anciennes, on ne peut lui attribuer à coup sûr la responsabilité des exagérations qu’elles contiennent.

46 Héros de la guerre de Troie, lorsque la ville fut prise par les Grecs, Énée s’échappa en portant son père sur ses épaules. Virgile raconte dans l’Énéide comment il parvint ensuite en Italie, où ses descendants fondèrent Rome.

47 Voir infra, p. 570.

48 Voir supra, p. 362.

49 Une femme algonquine, « se voyant pressée d’espouser un homme qu’elle n’aymoit point », « se voulut étrangler » (Lejeune, Relation de 1640, JR, vol. 18, p. 162). Lahontan mentionnera à deux reprises que des Amérindiens se suicident après la mort de leur conjoint : une Iroquoise s’empoisonne (Mémoires, dans Œuvres complètes, p. 602) ; le conjoint survivant « s’empoisonne d’un grand sens froid » s’il « songe à l’autre deux nuits de suite » (ibid., p. 678).

50 Les dictionnaires du xviie siècle ne citent que l’acception figurée d’« homi-cide de soi-même », expression préférée jusqu’à la fin du xviiie siècle à la formation savante « suicide », attestée depuis 1734 (Dictionnaire historique de la langue française, vol. 2, p. 2041). A l’article « Suicide (Morale) », l’Encyclopédie mentionne : « Pour ce qui regarde l’imputation du suicide, il faut remarquer qu’elle dépend de la situation d’esprit où un homme se trouve avant & au moment qu’il se tue ; si un homme qui a le cerveau dérangé, ou qui est tombé dans une noire mélancolie, ou qui est en phrénésie, si un tel homme se tue, on ne peut pas regarder son action comme un crime, parce que dans un tel état on ne sait pas ce qu’on fait » (vol. 15, p. 640). L’article « Suicide (Jurisprud.) » précise davantage : « Parmi nous, tous suicides, excepté ceux qui sont commis par l’effet d’une aliénation d’esprit bien caractérisée, sont punis rigoureusement. § Le coupable est privé de la sépulture, on en ordonne même l’exhumation au cas qu’il eût été inhumé ; la justice ordonne que le cadavre sera traîné sur une claie, pendu par les piés, & ensuite conduit à la voirie » (vol. 15, p. 641).

51 Philippe Énault était chirurgien. Voir Furetière (1690, 1727) : « Celui qui sçait la Chirurgie, & qui en fait les operations ; qui saigne ; qui pance les playes, &c » ; la chirurgie « consiste aux opérations qui se font de la main pour guérir les playes, & plusieurs autres maladies du corps humain. »

52 Sur les remèdes des Gaspésiens, voir infra, p. 563-574.

53 Furetière (1690) définit la grangrène comme suit : « Maladie qui vient dans les chairs, qui les corrompt, & qui gagne les parties voisines, qu’on ne peut guerir que par l’amputation du membre pourri. On a observé par le microscope que la gangreine consistoit en un nombre infini de petits vers qui naissent de la chair morte, & qui en produisent sans cesse d’autres qui corrompent les parties voisines. »

54 En 1678, le mercredi des Cendres tombait le 24 février.

55 Parlant de la moelle des os d’orignal, le jésuite Louis Nicolas affirme que « ceux qui la scavent raffiner la font devenir plus blanche que la plus belle cire de Monpeiller ». « J’en ay raffiné beaucoup, écrit-il, que j’envoiois à mes amis en France. [...] quelques uns en ont fait des chandelles qui éclairent beaucoup mieux que les nôtres » (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 98).

56 La gangrène est généralement une infection de plaie et les bactéries anaérobies qui en sont responsables (odeur fétide) risquent peu de provoquer une infection dans des tissus sains. C’est peut-être comme indice occasionnel de fièvre — signe proprement infectieux — que la sudation peut paraître ici d’un mauvais présage. Quant à la coloration plombée laissée sur le mouchoir, il est permis de se demander si la source n’en était pas plutôt sur la peau que dans la sueur du chirurgien.

57 2 Samuel, 19, 1-5.

58 Voir supra, p. 229-230.

59 Selon Å. Hultkranlz (Les Religions des Indiens primitifs de l’Amérique, p. 28, 31, 61), l’un des traits fondamentaux de l’Etre suprême chez les Amérindiens est de s’associer aux aliments, ce qui, chez les peuples chasseurs, et notamment chez les Algonquiens les plus septentrionaux, l’apparente étroitement au maître des animaux. Voir supra, p. 373, où « Dieu » révèle en rêve à Ejougouloumoüet qu’il tuera le lendemain des orignaux et des castors en abondance.

60 Voir infra, p. 469.

61 Sur les cérémonies funéraires, voir infra, p. 576-579.

62 Voir infra, p. 578.

63 Le mot « mélancolie », « entré dans le vocabulaire littéraire courtois », recouvrait « un registre d’états et de sentiments allant de la tristesse profonde à l’inquiétude, et même à la folie et au délire » (A. Rey, dir., Dictionnaie historique de lu langue française).

64 Hivernant avec un groupe de Montagnais, en 1634, le jésuite Lejeune se verra maintes fois exhorté à résister à la tristesse pour ne pas tomber malade : « Je me suis trouvé avec eux en des dangers de grandement souffrir ; ils me disoient [...] prends courage, Chihiné, aye l’ame dure, resiste à la peine & au travail, garde toy de la tristesse, autrement tu seras malade » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 232 ; voir aussi vol. 7, p. 46).

65 Voir supra, p. 347, n. 7. È : oui ; « Heh, which is as much as to say, Yes, or Surely » (Maillard, Grammaire de la langue mikmaque, p. 29 ; An Account of the Customs and Manners, p. 14) ; ee (prononcé éhé) : oui (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 219, 226) ; è, è’e : oui (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 28, 372) ; a, aa : oui, très bien, j’approuve (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 285 ; English-Micmac Dictionary, p. 1 ; A First Reading Book, p. 7).

66 Voir infra, p. 557-559.

67 Quelques auteurs ayant séjourné chez les Micmacs font mention de cette pratique. Décrivant les cérémonies entourant la mort de « Panounia », Champlain rapporte : « Aprés avoir bien pleuré, ils prindrent quantité de petum, & deux ou trois chiens, & autres choses qui estoient au deffunct, qu’ils firent brusler à quelque mille pas de nostre habitation sur le bort de la mer » (Voyages, 1613, éd. Biggar, t. I, p. 443-444) ; et Lescarbot : « Aprés que noz Sauvages eurent pleuré Panoniac, ils allèrent au lieu où étoit sa cabanne quand il vivoit, & ils brulerent tout ce qu’il avoit laissé, ses arcs, fleches, carquois, ses peaux de Castors, son petun (sans quoy ilz ne peuvent vivre), ses chiens, & autres menus meubles, afin qu’aucun ne querelat pour sa succession » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XXV, éd. Grant, t. III, p. 454). Biard observe plus généralement : « leur mode est qu’ils prennent tout ce qui appartient au defunct, peaux, arcs, ustensiles, cabannes, etc. bruslent tout cela [...] » (« Lettre du P. Biard, au R. P. Christophe Baltazar, 10 juin 1611 », JR, vol. 1, p. 168).

68 Dans sa Relation de 1634 (JR vol. 6, p. 208), Lejeune raconte comment les Montagnais « enterrent les robbes, les chaudières, & autres meubles avec le trespassé, pource qu’ils l’ayment, & afin aussi qu’il se serve de l’ame de toutes ces choses en l’autre vie ». Sur cette coutume de faire des présents au mort, voir aussi Lescarbot (Histoire de la Nouvelle France, livre VI, chap. XXV, éd. Grant, t. III, p. 457) : « Nos Sauvages [...] ont tout ce que l’office d’humanité peut desirer, voire encore plus. Car après avoir mis le mort en son repos, chacun lui fait un present de ce qu’il a de meilleur. On le couvre de force peaux de Castors, de Loutres, & autres animaux : on lui fait présent d’arcs, flèches, carquois, couteaux, matachiaz, & autres choses » ; et Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 600) : après avoir mis le défunt dans un cercueil d’écorce de bouleau, ils le déposaient « dans une grande fosse qu’ils avoient faite dans la terre, dans laquelle tous les parens & amis jettoient des arcs, des fleches, des raquettes, des darcs, des robbes d’orignac, de loutre, de castor, des chausses, des souliers & tout ce qu’il leur estoit necessaire pour la chasse & le vestement ; tous les amis du deffunt luy faisoient chacun son present du plus beau & du meilleur qu’ils avoient, ils se piquoient à qui feroit le plus beau don ». Voir encore Brébeuf (Relation de 1636, JR, vol. 10, p. 270). Leclercq reviendra plus longuement sur ce sujet dans un passage sur les rites funéraires (infra, p. 577).

69 Actes des Apôtres, 17, 16-34. Déjà dans l’épître (sufrra, p. 191), Leclercq comparait les « Sauvages Gaspesiens » à des « Athéniens d’un nouveau Monde ».

70 Dans l’Estat présent de l’Eglise (p. 35-41) : « On auroit peine à croire que cette rivière qu’on appelle de la Croix n’ait pas esté ainsi nommée par des Chrétiens ; il est pourtant vray que ce n’est pas eux qui luy ont donné ce nom ; elle le tire de certains Sauvages, qui de temps immémorial s’appellent Cruciantaux, parce qu’ils conservent enti’eux un respect particulier pour la Croix. § Si l’on s’en rapporte à un des plus anciens qui vivoit encore il y a peu d’années, on trouvera sans doute quelque chose de bien extraordinaire dans ce qu’on a pu apprendre de luy. Cet homme âgé de cent ou six vingts années, interrogé un jour par Mr de Fronsac, fils de Mr Denis, dît qu’il avoit vu le premier navire d’Europe qui avoit abordé dans leur païs ; qu’avant son arrivée ils avoient déjà parmi eux l’usage de la Croix ; que cet usage ne leur avoit point esté apporté par des étrangers, & que ce qu’il en sçavoit, il l’avoit appris par la tradition de ses pères. Voici donc à peu prés comme il s’expliqua. § Il y a longtemps, dît-il, que nos Pères étant affligez d’une cruelle famine qui dépeuploit la Nation, après avoir invoqué inutilement le Démon par leurs Jongleries, c’est à dire par leurs cérémonies superstitieuses, un des plus vieux vit en songe un jeune homme, qui en l’assurant de leur délivrance prochaine par la vertu de la Croix, luy en montra trois, dont il luy déclara que l’une leur serviroit dans les calamitez publiques, l’autre dans les délibérations & les conseils, & la troisième dans les voyages & les périls. § A son réveil il ne trouva plus rien entre ses mains ; mais l’image de ces Croix luy demeura si vivement imprimée dans l’imagination, qu’il en fit sur le champ de semblables à celles qu’il croyoit avoir vûës, & racontant à ses enfans ce qui s’étoit passé dans son sommeil, sa famille commença dés lors à mettre dans la Croix cette confiance qui se communiqua ensuite à toute la Nation. § Tous en mettoient une de bois à l’un des bouts de leurs canots, & en portoient sur eux une autre de porcelaine qui flotoit agréablement sur leur estomac ; plusieurs en pendoient une à leur col, & les femmes enceintes en cousoient une d’étoffe rouge & bleuë à cet endroit de leur couverture qui cache leur sein, comme pour mettre leur fruit sous la protection de la Croix. Enfin ces pauvres gens, après avoir porté la Croix sur leur corps durant leur vie, la faisoient enterrer avec eux après leur mort, ou arborer sur leur tombeau. Le Capitaine se distinguoit du commun, en ce qu’il en avoit une particulière sur les épaules jointe à celle de l’estomac, & l’une & l’autre avoit une bordure de poil de porc-épic, teinte en rouge du plus vif couleur de feu, outre cela les trois Croix de bois de deux pieds & demy de haut, dont il appliquoit l’une au devant de son canot pour les voyages, & dont il plantoit les deux autres au milieu de sa cabane, & à la porte contre les périls & pour les conseils, avoient chacune pour marque de distinction, trois croisillons qui étaient un monument toujours subsistant de la vision des trois Croix. » William F. Ganong conclut des similitudes de cette « Relation » avec l’exposé de Leclercq (voir supra, p. 343-348 et infra, p. 390-392) que Saint-Vallier tire ses informations des mêmes sources orales que le récollet, sinon du récollet lui-même (New Relation of Gaspesia, p. 36) ; voir également Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 435).

71 Réplique semblable d’un Montagnais à une objection de Lejeune : « il repart que [...] tout ainsi qu’il nous croyoit quand nous luy disions quelque chose, ou que nous luy monstrions quelque image : de mesme que nous luy devions croire quand il nous disoit quelque chose propre de sa nation » (Relation de 1634, JR vol. 5, p. 160).

72 Hennepin faisait tenir des propos semblables à des « vieillards » et à des « femmes qui tiennent avec opiniatreté les traditions de leurs ancestres » ; « Tu n’as que trente ou quarante-ans, & tu veux sçavoir mieux les choses que nos vieillards : va tu ne sçais ce que tu dis ; tu peux bien sçavoir ce qui se passe dans ton païs, parce que tes anciens te l’ont dit ; mais non pas ce qui s’est passé dans le nostre, avant que les François y fussent venus » (Les Mœurs des Sauvages, 1688, p. 91-92).

73 Voir supra, p. 274, n. 27.

74 Voir supra, p. 208.

75 L’île du Cap-Breton (N.-É.) : 46° 10’ ; 60° 45’. Au xviie siècle, le territoire micmac s’étendait de la péninsule gaspésienne jusqu’à l’île du Cap-Breton, en passant par le Nouveau-Brunswick (à l’est de la vallée de la rivière Saint-Jean, occupée par les Malécites), l’Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Ecosse continentale. Les chasseurs micmacs fréquentaient également l’île d’Anticosti, les îles de la Madeleine et parfois le littoral de la Côte-Nord et le sud de Terre-Neuve (P. K. Bock, « Micmac », dans B. G. Trigger, dir., Handbook of North American Indians, vol. 15 ; Northeast, p. 109-110 ; Ch. A. Martijn, « Les Micmacs aux îles de la Madeleine : visions fugitives et glanures ethnohistoriques » et « Voyages des Micmacs dans la vallée du Saint-Laurent, sur la Côte-Nord et à Terre-Neuve », dans Ch. A. Martijn, dir., Les Micmacs et la mer, p. 163-174 et 197-223).

76 Sur les missionnaires qui ont précédé Leclercq dans la région, voir supra, Introduction, p. 23-24, 27-28, 36, 40 ; voir aussi supra, p. 215 et 360.

77 Comme le note Ganong (New Relation of Gaspesia, p. 192, n. 2), cette affirmation est inexacte : par exemple, le jésuite Martin de Lyonne avait une mission dans la baie de Miramichi en 1646 (JR, vol. 30, p. 142).

78 À propos des Hurons, Sagard rapporte que « chacun bourg ou village [...] a ses armoiries particulières, qu’ils affichent sur les chemins faisans voyages, lorqu’ils veulent qu’on sçache qu’ils ont passé celle part, ou pour autre raison qu’ils ne [lui] ont pas fait sçavoir » (Histoire du Canada, livre III, chap. VII, éd. Tross, p. 732 ; Le Grand Voyage, livre II, chap. V, éd. Warwick, p. 323). Voir aussi Lahontan (Mémoires, dans Œuvres complètes, p. 726-729).

79 Voir supra, le chapitre sur la religion des Gaspésiens, p. 337-341.

80 Sur l’« insensibilité » aux vérités du christianisme, voir supra, p. 291, et infra, p. 406, 408, 485, 491.

81 Voir infra, p. 421-422.

82 Sur les missions jésuites en Acadie, voir L. Campeau, Monumenta Novœ Froncicœ, t. I : La Première Mission d’Acadie (1602-1616). Voir également supra, p. 217, n. 43 ; p. 360, n. 10 ; et infra, p. 407, n. 124.

83 En mission à l’île du Cap-Breton en 1635, le jésuite Julien Perrault déplorait le peu de religion des Micmacs, mais fondait l’espoir « d’y veoir un jour la Foy plantée bien avant [...] en partie [sur] la docilité qu’ils [...] font paroistre à vouloir estre instruits, & en partie [sur] la fidélité & l’honnesteté [qu’ils manifestent] » (« Relation de quelques particularitez, du lieu & des Habitans de l’Isle du Cap Breton », Relation de 1635, JR, vol. 8, p. 160). Dix ans plus tard, son confrère André Richard jugeait les Micmacs de Miscou « pleins de bonne volonté & de disposition » (« De ce qui s’est passé à Miscou », Relation de 1644-1645, JR vol. 28, p. 30).

84 C’est à ce constat démoralisant que tentera de répondre le supérieur Le Roux dans sa lettre (« Vous êtes peut-être dégoûté, par le peu de fruit que vous remarquez dans la conversion des Sauvages [...] », infra, p. 398) pour suggérer à Leclercq de continuer son travail missionnaire. Sur la rhétorique déculpabilisante de l’auteur, voir supra. Introduction, p. 117-118.

85 Leclercq était arrivé à Percé le 27 octobre 1675 : voir supra, p. 218.

86 Plutôt qu’à ses contemporains Dethune et Guénin (voir supra, p. 217), Leclercq fait sans doute allusion ici aux grands missionnaires de la famille franciscaine qui se sont illustrés : voir supra, p. 360.

87 Le père Le Roux était alors supérieur du couvent de Québec et commissaire provincial de la mission du Canada depuis près de deux ans (voir infra, Appendice I, p. 623).

88 Se fondant sur les témoignages des pères Hugolin Lemay et Odoric Jouve, W. F. Ganong estime que cette lettre a été écrite en 1679, après le 6 juillet (New Relation of Gaspesia, p. 194, n. 1, et p. 204, n. 2).

89 Pendant un séjour de Leclercq à Québec, pour sa retraite annuelle, vraisemblablement. Voir, plus loin, dans la même lettre : « Je vous trouvai l’année dernière dans les sentimens assez conformes à ceux de la grâce sur cet article [...] » (infra, p. 402) ; « [...] votre première résolution, où je vous voïois l’année dernière [...] » (infra, p. 403).

90 1 Jean, 3, 16 : « Et nous aussi nous devons livrer notre vie pour nos frères. »

91 Matthieu, 28, 20 : « Et voici que moi je suis avec vous jusqu’à la fin du monde. »

92 Jean, 16, 28 : « Je suis sorti du Père et je suis venu dans le monde. »

93 Paul, 1 Corinthiens, 4, 9 : « II nous a placés comme des condamnés à mort. » Citation extraite de la première épître de Paul aux Corinthiens : « Puto enim quod Deus nos apostolos novissimos ostendit, tanquam morti destinatos... [car Dieu, ceme semble, nous a exhibés, nous les apôtres, au dernier rang, comme des condamnés à mort]. »

94 La citation exacte est : « Et peribit infirmus in tua scientia frater propter quem Christus mortuus est », c’est-à-dire « Et ta science alors va perdre le faible, ce frère pour qui Christ est mort ! » (1 Corinthiens, 8, 11).

95 Exclus du Canada quand la France reprend possession de Québec en 1632, les récollets y reviennent en 1670 : voir supra. Introduction, p. 34-35.

96 Voir Actes des Apôtres, 2, 1-4, et Marc, 16, 17.

97 Même si cette métaphore biblique est très fréquente chez les missionnaires— tout particulièrement les jésuites—, on peut penser que le supérieur. Le Roux s’inspire ici du jésuite Biard, qui tentait d’expliquer pourquoi le travail de ses confrères avait donné si peu de résultats en Acadie, au début du siècle. Parlant de Dieu qui « dispose les evenemens comme il luy plaist », il ajoute : « Car celuy, qui plante n’est rien, ny celui qui arrouse ; ains celuy, qui donne accroissement » (Relation de 1616, JR, vol. 4, p. 82).

98 Luc, 17, 10 : « Nous avons fait ce que nous devions faire, nous sommes des esclaves inutiles. »

99 Marc, 16, 15-16 : « Et il leur dit : “Allez dans le monde entier, proclamez l’Evangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé, celui qui refusera de croire sera condamné.” » C’est cette dernière phrase que cite immédiatement après, en latin, le père Le Roux, sans le verbe baptitzatus fuerit (sera baptisé). Voir aussi Matthieu, 28, 18-20 et Marc, 24, 45-48.

100 Voir Premier Etablissement de la foy :« dans l’Amérique, & dans le Pérou, [...] on convertissoit tous les jours des millions d’ames, au lieu que dans le Canada, on n’y remarquoit qu’une terre stérile & inféconde, de l’aveuglement, de l’insensibilité, un prodigieux éloignement de Dieu, & même une opposition à la Foi, que des siècles se passeraient à préparer ces Barbares à l’Evangile, avant que d’en espérer quelque progrés » (t. I, p. 144). Cette évaluation hyperbolique des conversions passées en Amérique latine et en Asie se retrouve encore chez des auteurs modernes : ainsi, G. Schurhammer affirme que saint François Xavier « baptisa en un mois toute la caste des pêcheurs Makua au sud du Travancore, soit 10 000 âmes » (« François de Xavier », dans Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, vol. 5, col. 1 100).

101 Matthieu, 15, 24 : « [Je n’ai été envoyé qu’]aux brebis perdues de la maison d’Israël. » Voir aussi les prescriptions de Jésus aux douze apôtres : « Ne prenez pas le chemin des nations, et n’entrez pas dans une ville de Samaritains. Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël » (« sed potius ite ad oves quae perierunt domus Israël ») (Matthieu, 10, 5-6).

102 Ces mots sont extraits de la prophétie de Syméon faite à Marie, venue avec Joseph présenter Jésus au temple : « Vois ; cet enfant est là pour la chute et le relèvement de beaucoup en Israël... » (Luc, 2, 34).

103 Isaïe, 5, 4 : « Que pouvait-on faire encore à ma vigne / que je n’aie fait pour elle ? / Pourquoi, quand j’en attendais des raisins, / a-t-elle donné des grappes sauvages ? »

104 Psaumes, 51, 6, et Paul, Romains, 3, 4 : « Afin que tu sois reconnu juste dans tes paroles et que tu sois vainqueur, lorsqu’on te juge.

105 « Que sert donc à l’homme de gagner le monde entier, s’il se perd ou se ruine lui-même ? » (Luc, 9, 23 ; voir aussi Matthieu, 16, 26).

106 Ignace de Loyola (1491-1556) avait fondé à Rome, en 1543, la maison Sainte-Marthe, destinée à la réhabilitation des prostituées et patronnée par un groupe de dames nobles et fortunées de la société romaine, la Compagnie de la Grâce. L’un de ses premiers disciples, Pierre de Ribadeneyra (1526-1611), rapporte dans De actis Patris Nostri Ignatii la réponse que fit un jour son maître à certaines personnes qui lui objectaient que ses efforts étaient vains et que des pécheresses invétérées retomberaient tôt ou tard dans leur vice : « Pas du tout. Quand même toutes mes peines et mes efforts ne pourraient en amener qu’une seule à s’abstenir du péché ne fût-ce qu’une seule nuit pour l’amour de mon Seigneur Jésus Christ, j e ne négligerais rien, absolument rien, pour obtenir qu’au moins pendant ce temps-là elle n’offensât point Dieu, même si j’étais assuré qu’ensuite elle retournerait sur-le-champ à son ancien vice » (H. Rahner, Ignace de Loyola. Correspondance avec les femmes de son temps, t. II, p. 257 ; voir aussi t. I, p. 34- 39 ; pour le texte original en latin, voir Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola, vol. 2, p. 346-347).

107 Voir Luc, 14, 26 : « Si quelqu’un vient à moi sans haïr son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses sœurs, et jusqu’à sa propre vie, il ne peut être mon disciple. »

108 L’évêque de Québec, Mgr de Laval.

109 En nommant Leclercq missionnaire à l’île Percée pour trois ans, le 11 octobre 1675, Mgr de Laval l’autorise à confesser et à exercer toutes les fonctions d’un curé : « Francisais, etc. Dilecto nobis in Xsto Fratri Christiano le Clerc, Presbytero Recollecto, Salutem in Domino, ut in regione Insulæ perforatœ quo te mittimus pœnitentes a secretis confessionis audire, eosdemque absolvere possis, libi licentiam concedimus ad tres annos dumtaxat a data pntm computandos et ibidem oia parochialia mania exercere valeas, libi tenore pntium facultatem impertimur. Datum etc., die undecima octobris, anni sexcentesimi septuagesimi quinti. Franciscus Quebecensis episcopus [François, etc., au frère Chrétien Leclercq, prêtre récollet, notre bien-aimé dans le Christ, salut dans le Seigneur, afin que dans la région de l’île Percée où nous t’envoyons, tu pourras entendre en secret les confessions des pénitents et les absoudre ; nous t’accordons le privilège pour trois ans seulement, à compter des présentes, et nous t’accordons aussi le pouvoir d’exercer toutes les fonctions d’un curé] » (AAQ, 12 A, Registre des insinuations ecclésiastiques, vol. 1, f. 92 ; texte latin reproduit dans W. F. Ganong, New Relation of Gaspesia, p. 202, n. 1). Voir supra, p. 310-311.

110 Rattaché à la mission de Percé pendant la saison de pêche, Exupère Dethune rentrait parfois à Québec l’automne venu (voir infra, p. 614-615). En 1679, toutefois, il semble avoir quitté Percé, où il était resté depuis 1677, dès le printemps. Les registres paroissiaux témoignent ultérieurement de sa présence à Cap-Santé (septembre et décembre 1679, janvier 1680). Il avait déjà séjourné dans la région de Québec au cours des hivers de 1673 (Notre-Dame de Québec), 1675 et 1676 (L’Ange-Gardien, Bourg-Royal) (F. Gingras, « Dethune, Exupère », DBC, t. I, p. 273 ; O. Jouve, « Père Exupère Dethune (1644-1692) », Chroniques et documents, vol. 35, n° 1, 1982, p. 64 ; père Hugolin [Lemay], L’Etablissement (les récollets à liste Percée, 1673-1690, p. 12 ; O. Jouve, « Père Exupère Dethune », DBR, p. 354).

111 Il semble plutôt que ce soit plus tard au cours du même été que le commissaire provincial se rendit au fort Frontenac : voir supra, p. 311, n. 10.

112 La Salle descendra le Mississippi jusqu’au golfe du Mexique en mars-avril 1682.

113 Estimant les sulpiciens trop rigoureux, les habitants de Montréal souhaitaient l’établissement, sur l’île, des jésuites et des récollets pour élargir leur choix de confesseurs. En 1678, trente-neuf d’entre eux avaient adressé une requête au gouverneur Frontenac pour l’engager à solliciter auprès de Mgr de Laval la venue des récollets à Montréal, alléguant que « les peuples dudit lieu et de ladite Isle s’estans multipliez & se multiplians tous les jours [avaient] besoin plus particulièrement de cette assistance tant pour le repos & soulagement de leurs consciences que pour estre aidez & secourus de ces bons religieux & augmenter par leur moyen le service de Dieu ». Les signataires « s’offr[ai]ent de fournir ausdits Peres un emplacement propre pour les bastir en cas que les seigneurs du lieu n’en voulussent point accorder » (« Requeste de Messieurs de Montréal pour un establissement en faveur des recollets », reproduite en appendice dans Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 193-194).

114 L’obtention d’un terrain où les récollets puissent s’établir à Montréal requérait en premier lieu l’assentiment des sulpiciens de Paris, que le père Le Roux chargera Leclercq et Dethune d’aller solliciter en France en 1680 (voir infra, p. 581, 593-594).

115 Le père Membre paraît plutôt être arrivé au fort Frontenac le 2 novembre 1678, soit à l’automne précédent (F. Gingras, « Membre, Zénobe » et « La Ribourde, Gabriel de », DBC, t. 1, p. 513 et 431 ; Leclercq, PEF, t. II, p. 140-141 ; Hennepin, Description de la Louisiane, p. 19 ; O. Jouve, Le Père Gabriel de La Ribourde, récollet, p. 45 ; R. Bacon, « Père Zénobe Membré », DBR, p. 692).

116 Le père de La Ribourde s’était rendu au fort Frontenac en février 1678, pour relayer le père Louis Hennepin, qui rentrait alors à Québec après avoir passé deux ans à Cataracoui, en remplacement du père Léonard Duchesne (O. Jouve, Le Père Gabriel de La Ribourde, récollet, p. 40-41 ; J.-R. Rioux, « Père Louis Hennepin », DBR, p. 496).

117 Arrivé au fort Frontenac en compagnie de Zénobe Membre et de Mélithon Watteau, le 2 novembre 1678, Hennepin en était reparti à destination de Niagara, le 18 novembre suivant. Sur l’ordre de La Salle, il avait regagné le fort Frontenac en mai 1679, afin de ramener au fort de Niagara le père Watteau, nommé aumônier du poste, et les pères Membré et de La Ribourde, chargés d’accompagner l’explorateur dans sa première expédition (J.-R. Rioux, « Père Louis Hennepin », DBR, p. 496 ; Hennepin, Description de la Louisiane, p. 19-20, 48 ; L. Lamontagne, « La Ribourde, Gabriel de », DBC, t. I, p. 431).

118 Le père Buisset remplissait depuis l’automne de 1675 les fonctions d’aumônier et de missionnaire au fort Frontenac. Il n’accompagna pas La Salle dans son voyage d’exploration (voir supra, p. 311, n. 10) et resta en poste au fort Frontenac au moins jusqu’en 1681 (O. Jouve, Le Père Gabriel de La Ribourde, récollet, p. 38-47 ; Hennepin, Description de la Louisiane, p. 300 ; A. Lafontaine, Recensement annoté de la Nouvelle-France, 1681, p. 7-8 ; R. Bacon et O. Jouve, « Père Gabriel de La Ribourde », DBR, p. 252-258).

119 Léonard Duchesne : voir infra, Appendice I, p. 615-616.

120 Les récollets de Québec avaient ouvert un noviciat au couvent de Notre- Dame-des-Anges en 1677. Le premier maître des novices fut le père Hilarion Guénin et le premier postulant canadien à prendre l’habit le père Joseph Denys, fils du seigneur de Percé, Pierre Denys de La Ronde (Leclercq, PEF, t. II, p. 125 ; O. Jouve, Le Frère Didace Pelletier, récollet, p. 123-128 ; R. Bacon, « Frère Didace Pelietier », DBR, p. 763-764).

121 Didace Pelletier : voir infra, Appendice I, p. 628-629.

122 François Fillon : voir infra, Appendice I, p. 617.

123 Très tôt, missionnaires récollets et jésuites arrivèrent à la conviction qu’il fallait sédentariser les Indiens pour les convertir au christianisme. Le récollet Le Caron, qui avait séjourné chez les Hurons en 1615-1616, écrivait dans un mémoire sur « le génie, l’humeur, les superstitions, les bonnes & mauvaises dispositions des Sauvages » : « Il faudrait pour les convertir les familiariser & les habituer parmy nous. Et c’est ce qu’on ne peut faire si-tost, à moins que la Colonie ne soit multipliée, & répandué par tout, encore quand ils ont passé un mois avec nous il faut qu’ils aillent en guerre, à la chasse, ou à la pesche pour trouver de quoy vivre ; & cela les débauche étrangement, il faudra donc les fixer, & les porter à défricher & à cultiver les terres, à travailler de differens métiers, comme les François, aprés cela peu à peu on les civilisera entre eux & avec nous » (reproduit dans PEF, t. I, p. 285-286). En 1636, Sagard écrira de même qu’il faut « les rendre sedentaires, & y entremesler parmy eux, des familles de bons & vertueux Catholiques » (Histoire du Canada, livre II, chap. V, éd. Tross, p. 166-167). Les jésuites — tout particulièrement Lejeune — reviendront continuellement sur le sujet. Voir, là-dessus, A. Beaulieu, Convertir les fils de Caïn, p. 76-88.

124 Dans le recensement de la « Baye Saint Laurent » qu’il fit en 1688, Richard Denys mentionne que son père et lui y ont maintenu à leurs frais des jésuites pour l’instruction des Indiens installés sur leurs terres et que lui-même y a entretenu des récollets l’espace de neuf ans, ainsi qu’un prêtre de Québec pendant deux ans (W. F. Ganong, « Richard Denys, Sieur de Fronsac », dans Collections of the New Brunswick Historical Society, p. 36). D’abord établis à Miscou (mission Saint-Charles, 1634), les jésuites avaient transféré leur mission à Nipisiguit vers 1644 et ce nouveau centre de leurs opérations missionnaires devint bientôt le plus important de toute la côte nord de l’Acadie. Quatre prêtres sillonnèrent le territoire acadien jusqu’à l’abandon de la mission vers 1662 : Jacques de La Place, Martin de Lyonne, Jacques Frémin et André Richard. Entre 1677 et 1685, les récollets Chrestien Leclercq et Emmanuel Jumeau s’occupèrent de la mission des « Porte-Croix », sur la rive sud de la rivière Miramichi, vis-à-vis du fort Sainte-Croix et près de la ville actuelle de Nelson-Miramichi (46° 58’ ; 65° 33’). Le 13 août 1685, enfin, Richard Denys de Fronsac concéda aux autorités du séminaire de Québec trois lieues de terrain en vue d’établir une mission sédentaire à Miramichi, sur le site même où les récollets avaient précédemment oeuvré. L’abbé Louis-Pierre Thury y travailla jusqu’en 1688, alors que le Séminaire décida de réorienter ses efforts missionnaires vers Pentagouët (W. F. Ganong, « Richard Denys, Sieur de Fronsac », op. cit., p. 21-28, 48-49 ; id., « A Monograph of Historic Sites in the Province of New Brunswick », MSRC, 1899, p. 297-299 ; A. Dragon, L’Acadie et ses 40 Robes noires, p. 85-113 ; N. Baillargeon, Le Séminaire de Québec sous l’épiscopat de Mgr de Laval, p. 230-239).

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search