Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre X. De l’origine du culte de la Croix, chez les Gaspesiens dits Porte-Croix1

Texte intégral

  • 1 Voir aussi supra, p. 232, 340-341 et infra, p. 375-376, 388-392. Mgr de Saint-Vallier avait égalem (...)
  • 2 Voir supra, chap. II, p. 228-229 ; et chap. IX, p. 338-339
  • 3 Dans la Relation de 1669-1670, un missionnaire chez les Agniers, étonné de voir « une grande Croix (...)
  • 4 Voir infra, p. 441.

1Je ne sçai quel jugement vous ferez de la maniere que nos Sauvages disent avoir reçû la Croix, selon la tradition de leurs ancêtres ; qui porte que leur Païs étant affligé d’une maladie tres dangereuse & pestilentielle, qui les reduisoit dans une extréme disette de toutes choses, & qui en avoit déja mis plusieurs dans le tombeau ; quelques vieillards de ceux qu’ils estimoient les meilleurs, les plus sages & les plus considerables s’endormirent, tous accablez de langueur & de chagrin, de voir une desolation si generale, & la ruine prochaine de toute la nation Gaspesienne, si elle n’étoit promtement soulagée par un puissant secours du Soleil, qu’ils reconnoissent, comme nous avons dit2, pour leur Divinité. Ce fut, disent-ils, dans ce sommeil plein d’amertume, qu’un homme beau par excellence leur apparut, avec une Croix à la main, qui leur dit de prendre bon courage, de s’en retourner chez eux, de faire des Croix semblables à celle qu’on leur montroit, & de les presenter aux Chefs des Familles ; les assûrant que s’ils les recevoient avec estime, ils y trouveraient indubitablement le remede à tous leurs maux3. Comme les Sauvages sont credules aux songesjusqu’à la superstition4, ils ne negligerent pas celuy-ci, dans leur extréme necessité : ainsi ces bons vieillards retournerent aux Cabannes, d’où ils étoient partis le jour precedent. Ils firent une assemblée generale de tout ce qui restoit d’une Nation mourante ; & tous ensemble conclurent, d’un commun accord, que l’on recevrait avec honneur le sacré signe de la Croix qu’on leur presentoit du Ciel, pour être la fin de leur misere, & le commencement de leur bonheur : comme il arriva en effet, puisque la maladie cessa, & que tous les affligez qui porterent respectueusement la Croix furent gueris miraculeusement : Plus heureux mille fois que les Peuples de Bizance, dont la Ville fut presque toute dépeuplée de ses Habitans, par la peste qui avoit infecté toute la Sicile & la Calabre en l’année sept cens quarante-huit.

  • 5 Le moine byzantin Theophanes (fin viiie siècle - 818) raconte cet événement dans sa chronique : «  (...)

2L’histoire nous apprend que l’on voïoit de certaines Croix bleuës & reluisantes sur les habits des personnes, & que tous ceux qui en étoient marquez mouroient subitement de la peste, au grand étonnement de tout le monde5.

  • 6 Genèse, 9, 8-15 : « Dieu parla ainsi à Noé et à ses fils : “Voici que je conclus mon alliance avec (...)

3La Croix ne fut pas si fatale, ni d’un si mauvais augure à nos pauvres Gaspesiens : elle fut plûtôt dans leur Païs, comme l’Arc-en-ciel que Dieu fit paroître autrefois à la face de tout l’Univers, pour consoler le genre humain, avec promesse de ne le plus punir d’un second deluge6 ; & c’est ainsi que la Croix arrêta tout court ce torrent de maladie & de mortalité qui desoloit ces Peuples, & leur fut un signe efficace & rempli d’une merveilleuse fecondité de graces & de benedictions. Les avantages miraculeux qu’ils en reçûrent, leur en firent esperer de bien plus considerables dans la suite ; c’est pourquoy ils se proposerent tous, de ne decider aucune affaire, ni d’entreprendre aucun voïage sans la Croix.

  • 7 Voir Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIV, éd. Grant, t. III, p. 402) : (...)

4Aprés donc la resolution prise dans leur Conseil, qu’ils porteroient toujours la Croix, sans en excepter même les petits enfans, pas un Sauvage n’eût jamais osé paroître devant les autres, sans avoir en sa main, sur sa chair, ou sur ses habits, ce sacré signe de leur salut : en sorte que s’il étoit question de décider quelque chose de consequence touchant la Nation, soit pour conclure la paix, ou déclarer la guerre contre les ennemis de la Patrie, le Chef convoquoit tous les Anciens, qui se rendoient ponctuellement au lieu du Conseil ; où étant tous assemblez, ils élevoient une Croix haute de neuf à dix pieds, ils faisoient un cercle & prenoient leur place, avec chacun leur Croix à la main, laissant celle du Conseil au milieu de l’Assemblée. Ensuite le Chef prenant la parole, faisoit ouverture du sujet pour lequel il les avoit convoquez au Conseil ; & tous ces Porte-Croix disoient leur sentimens, afin de prendre des mesures justes, & une derniere resolution sur l’affaire dont il s’agissoit. Que s’il étoit question d’envoïer quelque Deputé à leurs voisins, ou à quelque-autre Nation étrangere, le Chef nommoit & faisoit entrer dans ce cercle, celuy de la jeunesse qu’il connoissoit le plus propre pour l’éxecution de leur projet : et aprés luy avoir dit publiquement le choix qu’on avoit fait de sa personne pour le sujet qu’on luy communiquoit, il tiroit de son sein une Croix admirablement belle, qu’il tenoit envelopée dans ce qu’il pouvoit avoir de plus precieux ; & la montrant avec reverence à toute l’Assemblée, il faisoit, par une harangue prémeditée, le recit des graces & des benedictions que toute la Nation Gaspesienne avoit reçûës par le secours de la Croix. Il ordonnoit ensuite au Deputé de s’approcher, & de la recevoir avec reverence ; et la luy mettant au col : Va, luy disoit-il, conserves cette Croix, qui te preservera de tous dangers auprés de ceux ausquels nous t’envoïons. Les Anciens approuvoient par leurs acclamations ordinaires d’hoo, hoo, hoo7, ce que le Chef avoit dit ; souhaitant toute sorte de prosperité à ce Deputé, dans le voïage qu’il alloit entreprendre pour le service de sa Nation.

5Cet Ambassadeur donc sortait du Conseil, la Croix au col, comme la marque honoraire & le caractere de son Ambassade : il ne la quittoit que le soir, pour la mettre sur sa tête, dans la pensée qu’elle chasseroit tous les méchans esprits pendant son repos. Il la conservoit toujours avec soin, jusqu’à l’accomplissement de sa negociation, qu’il la remettoit entre les mains du Chef, avec les mêmes ceremonies qu’il l’avoit reçûë, en plein Conseil ; où devant toute l’Assemblée, il faisoit rapport de l’issuë de son voïage.

6Enfin, ils n’entreprenoient rien sans Croix : le Chef la portoit luy-même à la main, en forme de bâton, lorsqu’il marchoit en raquettes ; & il la plaçoit dans le lieu le plus honorable de sa Cabanne. S’ils s’embarquoient sur l’eau dans leurs petits canots d’écorce, ils y mettoient une Croix à chaque bout ; croïant religieusement qu’elle les preserverait du naufrage.

  • 8 Leclercq ne signale pourtant ces motifs de croix ni en parlant des peintures corporelles (supra, p (...)

7Voila quels étoient les sentimens d’estime & de veneration de nos anciens Gaspesiens, pour la Croix, qui subsistent encore aujourd’hui religieusement dans les cœurs de nos Porte-Croix ; puisqu’il n’y en a pas un qui ne la porte dessus ses habits, ou dessus sa chair. Les langes & les berceaux des petits enfans en sont toujours ornez : les écorces de la Cabanne, les canots & les raquettes en sont toutes marquées8.

8Les femmes enceintes la figurent avec le porc-épi dessus l’endroit de la couverture qui cache leur sein, pour mettre leur fruit sous la protection de la Croix. Enfin il n’y en a guere qui ne conserve precieusement en son particulier, une petite Croix faite avec de la pourcelaine & de la rassade, qu’il garde & qu’il estime à peu prés comme nous faisons les Reliques ; jusques-là même, que ces Peuples la preferent à tout ce qu’ils ont de plus riche & de plus precieux.

  • 9 Le père Moireau (voir infra, p. 626) était arrivé au Canada en 1671, avec le second groupe de réco (...)
  • 10 Il est difficile de savoir à quelle attaque iroquoise Leclercq fait allusion, puisque aucune sourc (...)

9Une Sauvagesse nommée Marie Joseph, que le Reverend Pere Claude Moreau, le plus ancien de nos Missionnaires9, avoit baptisée, en est une preuve convaincante. Faussement allarmée, aussi-bien que les autres Sauvages avec lesquels elle étoit cabannée, & croïant que les Iroquois étoient entrez dans le Païs, pour desoler une troisiéme fois la Nation Gaspesienne10, elle s’embarqua avec tant de precipitation dans son canot d’écorce, pour traverser la riviere, que l’aïant abandonné au gré du courant, elle s’égara volontairement dans les bois pour éviter la fureur de ses ennemis. La faim & la necessité que cette pauvre femme ressentit étoient si grandes, qu’elle s’estima encore heureuse de trouver dans ces deserts, des racines qui luy servirent de nourriture pendant les dix ou douze jours de son égarement. Accablée de douleur dans cette vaste solitude, elle n’avoit point d’autre consolation que sa Croix ; elle ne la quitta jamais ; jusques-là même qu’étant obligée de repasser la riviere à la nage, pour se rendre aux Cabannes des Sauvages, qui la croïoient morte, elle aima mieux renoncer & delaisser le peu qu’elle avoit, que d’abandonner sa Croix, qu’elle mit entre ses dents, & se rendit ainsi aux Cabannes : disant qu’il n’y avoit rien de plus precieux que la Croix, puisqu’elle l’avoit preservée d’une infinité de dangers ; qu’elle luy avoit procuré toute sorte de consolation dans ses disgraces ; & qu’enfin la vie luy paroîtroit tout à fait indifferente, s’il faloit qu’elle vêcût sans la Croix.

10On connoît assez les lieux de la sepulture de ces Peuples, par les Croix qu’ils plantent sur leurs tombeaux ; & leurs Cimetieres, distinguez par ce signe de salut, paroissent plûtôt Chrêtiens, que Sauvages : ceremonie qu’ils observent autant de fois qu’il meurt quelqu’un de la Nation des Porte-Croix, fût-il éloigné de cent lieuës de l’endroit où se fait ordinairement leur sepulture.

  • 11 La croix patriarcale, ou croix de Lorraine, porte deux traverses, la première plus courte que la s (...)
  • 12 Dans sa description des cérémonies funéraires (infra, p. 578), Leclercq ne retiendra pas ce détail (...)

11Les lieux de pêche & de chasse les plus considerables sont distinguez par les Croix qu’ils y plantent ; & on est agreablement surpris, en voïageant dans leur Païs, de rencontrer de tems en tems des Croix sur le bord des rivieres, à double & à trois croisées, comme celles des Patriarches11. En un mot, ils font tant d’estime de la Croix, qu’ils ordonnent qu’elle soit enterrée avec eux dans un même cercüeil12, aprés leur mort ; dans la croïance que cette Croix leur fera compagnie dans l’autre monde, & qu’ils ne seroient pas connus de leurs ancêtres, s’ils n’avoient avec eux la marque & le caractere honorable qui distingue les Porte Croix, de tous les autres Sauvages de la Nouvelle France.

  • 13 Aucun renseignement précis ne nous est parvenu sur cette destruction presque complète de la nation (...)
  • 14 Le père Jumeau travailla en effet, comme Leclercq, à la conversion des « Gaspesiens » Porte-Croix  (...)
  • 15 Hyacinthe Le Febvre atteste l’existence du noviciat d’Arras dès la création de la province de Sain (...)
  • 16 Arras, ville de l’ancienne province d’Artois (capitale) et du département actuel du Pas-de-Calais, (...)
  • 17 Probablement en 1682. Le père Jumeau accompagnait peut-être le père Joseph Denys, qui rentrait alo (...)
  • 18 Voir supra, p. 208, n. 14. De 1630 à 1740, le commerce maritime entre la France et le Canada fut d (...)
  • 19 Voir supra, p. 222, n. 56.

12Comme cette Nation Gaspesienne des Porte-Croix a été presque toute détruite, tant par la guerre qu’elle a euë avec les Iroquois, que par les maladies qui ont infecté ce Païs, & qui par trois à quatre fois en ont fait mourir un fort grand nombre13, ces Sauvages se sont insensiblement relâchez de cette première ferveur de leurs ancêtres : tant il est vrai que les pratiques les plus saintes & les plus religieuses, par une certaine fatalité annexée aux choses humaines, souffrent toujours beaucoup d’altération, si elles ne sont animées & conservées par le même esprit qui leur a donné la naissance. Enfin, quand je fus dans leur Païs pour commencer ma Mission, je trouvai des Peuples qui n’avoient plus que l’ombre de la coûtume de leurs anciens : Ils manquoient de respect pour la Croix ; ils avoient aboli l’usage des Assemblées Croisées, où la Croix étant au milieu du cercle & du Conseil, comme nous avons dit, ils décidoient en dernier ressort des affaires de la Nation. Mais au reste, nous avons travaillé heureusement, pour faire renaître dans le cœur & dans l’esprit de ces Sauvages, l’amour & l’estime qu’ils dévoient conserver inviolablement pour ce sacré signe de leur salut : & le Ciel versa avec abondance la plénitude de ses bénédictions, sur le zele du R. P. Emanuel Jumeau nôtre cher Compagnon Missionnaire14, qui eut la consolation de voir nos Gaspesiens plus affectionnez que jamais au culte de la Croix, après y avoir emploié soigneusement tous ses soins & le talent que Dieu luy a donné, pour la conversion de ces pauvres Infidèles. Ce bon Religieux, que j’avois autrefois introduit dans le Noviciat15 de nôtre Convent d’Arras16, le jour même que j’en partis pour le Canada, m’avoit plusieurs fois écrit, pour me témoigner le zele que Dieu luy donnoit pour le salut des ames ; & que la plus grande de toutes ses consolations, me disoit il, seroit de mourir généreusement au milieu des bois & des forêts du Canada, en annonçant l’Evangile de Jesus-Christ aux Sauvages. Il exposa le désir qu’il en avoit, au Révérend Pere Provincial ; & après en avoir reçu l’obédience, qu’il luy demanda avec beaucoup de ferveur, il s’embarqua17 à la Rochelle18 pour le Canada, & vint ainsi me soulager dans les éxercices pénibles & laborieux de la Mission queje faisois à nos Porte-Croix. Il apprit la langue en tres-peu de tems, à la faveur du Dictionnaire que j’en avois composé19 ; en sorte qu’il fut bien tôt en état d’instruire ces Infidèles.

13Quelque inclination que j’eus de demeurer plus longtems avec cet aimable Missionnaire, je fus toutefois obligé de me priver de cette consolation : jugeant qu’il étoit à propos, pour la gloire de Dieu, de nous séparer ; afin de me rendre utile à plusieurs autres Sauvages, qui m’avoient suplié par leurs Ambassadeurs, d’aller chez eux annoncer l’Evangile de jesus-Christ.

14Nous fixâmes donc, d’un commun accord, le jour de nôtre séparation. Les Porte-Croix, qui en avoient appris la nouvelle, s’assemblèrent à la Chapelle, pour assister aux Prières que nous devions faire devant nôtre départ. Ils s’efforcèrent à l’envi les uns des autres, de me donner des marques sincères de leur amitié, en me témoignant un sensible regret de ce que je les quittois. Nos Sauvages ne m’abandonnèrent point : & quelque chagrin qu’ils eussent dans le cœur, ils me le dissimulèrent cependant, autant qu’ils en furent capables ; soit pour ne pas augmenter la peine que j’avois moi même de les quitter ; soit parce que je leur promettois de les revoir aussi-tôt que j’aurois achevé la Mission que j’allois commencer pour la conversion de leurs Frères.

  • 20 Sur l’emplacement du fort Sainte-Croix, voir infra, p. 377, n. 42.

15Je leur fis, avant que de nous séparer, une harangue préméditée, dans laquelle leur aïant exposé les peines que j’avois prises pour les instruire dans les maximes du Christianisme, je leur témoignai que je n’en voulois point de reconnoissance plus agréable, que le bon usage qu’ils feroient de mes instructions. Je leur fis connoître encore, l’avantage queje leur avois procuré, en leur donnant un Missionnaire aussi zélé pour leur salut, que le Pere Emanuel ; & l’obligation étroite qu’ils avoient sur tout, d’embrasser & de conserver le Christianisme, avec plus de pieté que les autres Sauvages de ce nouveau Monde, à cause de cette grâce miraculeuse qu’ils avoient reçuë du Ciel par préférence à tant d’autres Nations, comme le signe & le gage sacré de leur salut. Enfin, après les avoir exhorté de tout mon cœur, par le mérite de la Croix, que je tenois en main, & que j’embrassois souvent avec révérence, d’être toujours fidèles à Dieu, & d’avoir pour leur Missionnaire les mêmes soins, les mêmes respects & les mêmes amitiez qu’ils avoient eues pour moi ; je conjurai le Pere Emanuel Jumeau, par tout ce que je luy pûs dire de plus tendre & de plus touchant, de persévérer constament à les instruire des veritez de nôtre sainte Religion. Il falut enfin nous séparer, après avoir imploré le secours du Ciel pour l’heureux succez de nos Missions. Je pris donc congé de nos François, & je fus coucher à Mirmenaganne avec trois Sauvages, à quatre lieuës du Fort de Monsieur Richard de Fronsac20.

16J’appris avec joie, quinze jours après mon départ, par l’un de nos Porte-Croix, que ce cher Missionnaire aïant assemblé autant de Sauvages qu’il avoit pû, les avoit obligez de faire amende honorable à la Croix ; afin de luy faire rendre par ces Peuples, une partie de l’honneur que la négligence de leurs ancêtres luy avoient ravi.

  • 21 Le Vexilla Régis célèbre le triomphe de la croix. Cet hymne de la liturgie romaine se chantait ord (...)
  • 22 Hilqiyya ou Hilqiyyahu, en latin Helcias, grand prêtre qui, lors de travaux dans le Temple, découv (...)

17La ceremonie commença le soir, au Soleil couchant, en cette manière. Le Pere fit élever une Croix semblable à celle que les Anciens de la Nation Gaspesienne avoient coûtume de mettre au milieu de la place destinée pour tenir leur Conseil : il se prosterna respectueusement avec tous les Sauvages, devant ce sacré signe de nôtre salut ; & entonna en langue Sauvage, à la fin des Prières ordinaires, le Vexilla régis21, que nos Porte-Croix chantoient à l’alternative, les hommes & les femmes, avec une pieté singulière. Tout le monde se retira dans la Cabanne du Chef, après ces éxercises de dévotion, où l’on ne fit que parler des merveilles de la Croix : je peux même dire avec vérité, que comme le Peuple d’Israël, qui avoit vêcu longtems dans la négligence & le mépris des Commandemens de la Loi, ne put contenir ses larmes, lorsque le Grand-Prêtre Helchias leur fit le récit fidèle des bienfaits qu’ils avoient reçus de Dieu, & lejuste reproche de l’ingratitude où ils avoient vécu si long-tems, sans en reconnoître les excellences & les grandeurs22 ; ainsi tous nos Porte-Croix fondoient en larmes, lorsque le Pere Missionnaire leur expliqua les avantages & les bénédictions qu’ils avoient reçûs de la Croix ; l’estime & la vénération avec laquelle elle avoit été honorée par leurs ancêtres ; & le peu de soin qu’on avoit eu jusqu’alors, de luy rendre le culte qui luy étoit légitimement dû. Ils protestèrent tous publiquement, avant que de se coucher, qu’ils en étoient sensiblement touchez de douleur ; & que le même Soleil qui avoit été le témoin de leur ingratitude, le seroit aussi des respects & des adorations qu’ils rendroient publiquement à la Croix. La nuit se passa avec ces sentiments de dévotion : & le lendemain à la pointe du jour, le Pere fit dresser son Autel dans une Cabanne particulière, que les Sauvages avoient accommodée fort proprement avec des branches de sapin, où il célébra la sainte Messe ; après laquelle, tout revêtu qu’il étoit des habits Sacerdotaux, il distribua des Croix à tout ce qu’il y avoit de Gaspesiens, jusques aux enfans même. Ces Sauvages, par une sainte émulation, qui marquoit visiblement l’approbation qu’ils donnoient au zele de leur Missionnaire, firent tous autant qu’ils étoient, plusieurs belles Croix, lesquelles ils enjolivèrent avec la rassade, la pourcelaine, & leur peinture ordinaire ; & ils les attachèrent aux deux bouts de leurs canots, dans lesquels ils s’embarquèrent, en chantant dévotement le Vexilla régis.

18Je laisse au Lecteur à juger de la beauté de cette flotte Gaspesienne, qui par une agréable variété d’étendarts ornez de ces Croix de différentes couleurs, faisoient voir, par l’agitation de l’eau & la réverbération du Soleil, un spectacle des plus ravissans, qui donna beaucoup de consolation aux François, quand ils virent arriver ces Sauvages avec leur Missionnaire, portant tous à la main ce sacré signe du salut.

  • 23 Aujourd’hui Bathurst (N.-B. ; 47° 36°; 65° 39’) , au fond de la baie des Chaleurs sur la baie Nipi (...)

19Ce fut l’année 1677. & la seconde après mon arrivée en Canada, que je commençai pour la première fois la Mission des Porte-Croix, avec les circonstances que vous allez voir dans la Relation du pénible voïage que je fis par les bois brûlez ; afin de leur prêcher l’Evangile, suivant la promesse que j’en avois faite aux Députez que le Chef de cette Nation m’avoit envoïez, de la rivière de Sainte-Croix à Nipisiquit23, pour me prier de les aller catechiser.

Notes

1 Voir aussi supra, p. 232, 340-341 et infra, p. 375-376, 388-392. Mgr de Saint-Vallier avait également abordé ce sujet trois ans auparavant dans l’Estat present de l’Eglise (p. 34-41), ainsi que Leclercq le signale lui-même au chapitre suivant (infra, p. 389-390). Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 429-440) critiquera longuement les conclusions du missionnaire récollet sur ce point : « Cependant, comme je ne voudrois pas penser, que ce que le Pere le Clerc dit du culte de la Croix chez les Gaspesiens, fût une fable de son invention, je crois devoir dire, pour l’excuser, que ces Sauvages qui avoient pratiqué longtemps les François avant le Pere Chrestien le Clerc ; qui avoient eu chez eux des Missionnaires de nôtre Compagnie [de Jésus], pendant plusieurs années ; auront conservé pour la Croix parmi eux quelque respect, que ces premiers Missionnaires leur avoient inspiré ; que la superstition des songes aura accredité ce culte, pendant quelque temps, après quoi il aura commencé à languir, & que le Pere le Clerc allant rétablir cette Mission, qu’on avoit été obligé d’abandonner ; & ayant trouvé quelque reste de ce culte, aura été persuadé, ou sur ces apparences, ou sur le récit trompeur de quelque Sauvage, que ce culte étoit de temps immemorial » (p. 439). William F. Ganong discute en détail cette question de l’origine du culte de la croix chez les Micmacs de Miramichi (New Relation of Gaspesia, p. 32-40). Voir aussi B. G. Hoffman, « The Historical Ethnography of the Micmac of the Sixteenth and Seventeenth Centuries », p. 477-488; et A. G. Bailey, The Conflict of European and Eastern Algonkian Cultures, 1504-1700, p. 144, 152-153.

2 Voir supra, chap. II, p. 228-229 ; et chap. IX, p. 338-339

3 Dans la Relation de 1669-1670, un missionnaire chez les Agniers, étonné de voir « une grande Croix » plantée au milieu d’un bourg, demande « qui estoit celuy dont la pieté s’estoit portée à planter cette Croix ». On lui répondit « que celuy qu’ils reconnoissoient tous comme le prophete du païs, avoit apris en songe, qu’il falloit planter une Croix au milieu du Bourg, parce qu’elle les protegeroit & les defendroit contre leurs ennemis, qui ne pourroient jamais les vaincre, tant qu’elle subsisteroit. Que cette Croix estoit la maistresse de la vie » (JR, vol. 53, p. 160).

4 Voir infra, p. 441.

5 Le moine byzantin Theophanes (fin viiie siècle - 818) raconte cet événement dans sa chronique : « La même année (an 6238 de la création du monde, an 738 après que Dieu se fut incarné) une épidémie de peste meurtrière, partie de Sicile et de Calabre, et semblable à un feu dévorant, gagna Malvoisie, la Grèce et les îles au large de celle-ci. Elle frappa de plein fouet Constantin [Constantin V] lui-même, se retenant loin de la folie qui était irritée contre les églises saintes et les images sacrées. Mais lui, comme jadis Pharaon, survécut sans avoir été corrigé. Cette peste bubonique atteignit la ville dans son parcours pendant la quinzième indiction. Soudainement et de façon invisible, commencèrent à apparaître un très grand nombre de petites croix comme marquées avec de l’huile, tant sur des habits d’hommes et sur des vêtements sacrés des églises que sur des voiles également. L’incertitude engendrée par ce genre de signes fit naître l’affliction et un grand désarroi. La colère divine ne s’amoindrit pas et détruisit sans répit non seulement les citoyens de la ville mais aussi les habitants de tous ses faubourgs. »

6 Genèse, 9, 8-15 : « Dieu parla ainsi à Noé et à ses fils : “Voici que je conclus mon alliance avec vous et avec vos descendants après vous, et avec tous les êtres animés qui sont avec vous : oiseaux, bestiaux, toutes bêtes sauvages avec vous, tout ce qui est sorti de l’arche, tous les animaux de la terre. J’établis mon alliance avec vous : nulle chair ne sera plus détruite par les eaux du déluge, et il n’y aura plus de déluge pour ravager la terre.” § Et Dieu dit : “Voici le signe de l’alliance que je mets entre moi et vous, et tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à venir : j e mets mon arc dans la nuée, et il deviendra un signe d’alliance entre moi et la terre. § Lorsque j’assemblerai les nuées sur la terre et que l’arc apparaîtra dans la nuée, j e me souviendrai de l’alliance qu’il y a entre moi et vous et tous les êtres animés, en somme toute chair, et les eaux ne deviendront plus un déluge pour détruire toute chair.” »

7 Voir Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIV, éd. Grant, t. III, p. 402) : « [le sagamo] haranguera une, deux, ou trois heures, & à chaque remontrance demandant l’avis de la compagnie, si elle approuve ce qu’il propose, chacun criera He e e e en signe d’avœu & ratification » ; Biard (« Lettre du P. Pierre Biard au R. P. Provincial à Paris, le 31 janvier 1612 », JR, vol. 2, p. 40) : « mes hostes [...] m’applaudirent en leur façon, s’escriant Ho ! ho ! ho ! » ; Champlain (Des Sauvages, éd. Biggar, t. I, p. 100-101) : « ils respondirent [à la proposition du sagamo] tous d’une voix, ho, ho, ho, qui est à dire, ouy, ouy ». Cf. infra, p. 386 (hé, hé, hé), 558 (ho, ho, ho, ho).

8 Leclercq ne signale pourtant ces motifs de croix ni en parlant des peintures corporelles (supra, p. 253-257, ni en traitant de l’ornementation des vêtements (p. 253), des berceaux (p. 238), des cabanes (p. 263), des canots et des raquettes (p. 255).

9 Le père Moireau (voir infra, p. 626) était arrivé au Canada en 1671, avec le second groupe de récollets venu en Nouvelle-France après le rétablissement de cet ordre. Exupère Dethune (rentré en France en 1685), Léonard Duchesne (†1679), Étienne Saulnier (†1689) et Innocent Desmarais (†1678) l’accompagnaient. Ils avaient été précédés, en 1670, de Germain Allart (rentré en France la même année), Gabriel de La Ribourde (†1680), Simple Landon (rentré en France en 1672 ou en 1674), Hilarion Guénin (rentré en France en 1682), Luc François (rentré en France en 1671) et Anselme Bardou (rentré en France en 1674). Au moment où Leclercq rédige la Nouvelle Relation de la Gaspesie, le père Moireau apparaît donc, en effet, comme le doyen des récollets en mission au Canada. Voir aussi Premier Etablissement de lu foy, également de 1691 : « le Pere Claude Moreau [...] qui travaille encore en Canada depuis 20. ans » (t. II, p. 105).

10 Il est difficile de savoir à quelle attaque iroquoise Leclercq fait allusion, puisque aucune source écrite n’en fait état. En revanche, plusieurs légendes micmaques (voir Rand, Legends of the Micmacs) rappellent des raids guerriers d’Iroquoiens en territoire micmac. À quelques reprises, des missionnaires jésuites évoquent la crainte des Micmacs d’être attaqués par les Iroquois. Ainsi, Jérôme Lalemant, dans une lettre de 1659 sur « la mission de l’Acadie », parle, au sujet de la Gaspésie, de « ce bout du monde, qui commence d’estre inquieté par la terreur des Iroquois » (JR, vol. 45, p. 70-72) ; André Richard, dans le chapitre sur Miscou de la Relation de 1644-1645, rappelle « les craintes & apprehensions des mains des Hiroquois » (JR, vol. 28, p. 36).

11 La croix patriarcale, ou croix de Lorraine, porte deux traverses, la première plus courte que la seconde. La croix à trois traverses identifie la papauté depuis le xve siècle, la croix double revenant au cardinal et à l’archevêque et la croix simple à l’évêque (J. Chevalier et A. Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, p. 319 ; J. B. Rietstap, Armorial général, vol. 1, p. xix).

12 Dans sa description des cérémonies funéraires (infra, p. 578), Leclercq ne retiendra pas ce détail ; on met seulement « une belle Croix » sur le « mausolée » « si le défunt est un [des] Gaspesiens Porte-Croix ».

13 Aucun renseignement précis ne nous est parvenu sur cette destruction presque complète de la nation gaspésienne. Dans la mesure où celle-ci entretenait des rapports réguliers avec des groupes français qui venaient commercer et pêcher, elle a dû, comme d’autres nations amérindiennes, être touchée par certaines maladies épidémiques contre lesquelles elle n’était pas immunisée. Chez les Micmacs de l’Acadie, Lescarbot observe en 1612 qu’« il a couru [...] plusieurs maladies de dysenteries, qui ont esté mortelles à ceux qui en estoient attaints » (Relation derniere, JR, vol. 2, p. 148). L’année précédente, Biard parlait déjà de « cette nation, qui est fort peu peuplée, principalement les Soriquois et Etechemins qui avoysinent la mer, combien que Membertou assure qu’en sa jeunesse il a veu chimonutz, c’est-à-dire des Sauvages aussi dru semés que les cheveux de la teste. On tient qu’ils sont ainsi diminués depuis que les François ont commencé a y hanter [...]. Seulement cette année, soixante en sont morts [de "pleurésies, esquinances, flux de sang"] au Cap de la Hève, qui est la plus grande partie de ce qu’ils y estoient » (« Lettre du P. Biard, au R. P. Christophe Baltazar, Provincial de France », JR, vol. 1, p. 176). Cinq ans plus tard, le missionnaire tiendra les mêmes propos ; « Ils s’estonnent & se plaignent souvent de ce que dés que les François hantent & ont commerce avec eux, ils se meurent fort, & se depeuplent. Car ils asseurent qu’avant ceste hantise, & frequentation, toutes leurs terres estoyent fort populeuses, & historient par ordre coste par coste, qu’a mesure qu’ils ont plus commencé à traffiquer avecques nous, ils ont plus esté ravagez de maladies » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 104). Dans les décennies ultérieures, d’autres témoignages viennent confirmer la persistance de maladies chez les Micmacs. Voir, par exemple, J. Perrault (« Relation de quelques particularitez, du lieu & des Habitans de l’Isle du Cap Breton », Relation de 1635, JR, vol. 8, p. 162), J- de La Place (« De ce qui s’est passé à Miskou », Relation de 1645-1646, JR, vol. 30, p. 142), Relation de 1660-1661 (JR, vol. 47, p. 62) et P. Lejeune. La fréquentation par les Micmacs d’autres Amérindiens, eux-mêmes, en contact avec les Français, a certainement aussi favorisé la transmission de maladies infectieuses : voir, par exemple, Relalion de 1647-1648, JR, vol. 33, p. 18-20, 34 ; et Relalion de 1669-1670, JR, vol. 53, p. 60, 70. Des épidémies de variole auraient touché l’Est canadien en 1662-1663 et en 1669-1670 (J. Duffy, cité dans R. Larocque, « L’introduction de maladies européennes chez les autochtones des xviie et xviiie siècles », RAQ vol. 12, n° 1, 1982, p. 20). Au début du xviie siècle, Biard évaluait la population des Souriquois à « 3000. ou 3500. » individus (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 110). Selon Virginia P. Miller (« Aboriginal Micmac Population : A Review of the Evidence », Ethnohistory, vol. 23, p. 117-127), la population micmaque totale avant l’arrivée des Européens devait atteindre entre trente-cinq mille et cinquante mille personnes. Sur cette question, voir également id., « The Décline of Nova Scotia Micmac Population, A.D. 1600-1850 », Culture, vol. 2, n° 3, 1982, p. 107-120 ; A. L. Kroeber, « Native American Population », American Anthropologist, vol. 36, n° 1, 1934, p. 1-25 ; et J. H. Steward, « The Composite Hunting Band », dans Theory of Culture Change, p. 143-150.

14 Le père Jumeau travailla en effet, comme Leclercq, à la conversion des « Gaspesiens » Porte-Croix : voir infra. Appendice I, p. 621.

15 Hyacinthe Le Febvre atteste l’existence du noviciat d’Arras dès la création de la province de Saint-Antoine en Artois (1668), en mentionnant, dans la liste des titulaires institués lors du chapitre de fondation de cette province, un gardien et un maître des novices pour le seul couvent d’Arras (Histoire chronologique de la province des Recollets de Paris, p. 98).

16 Arras, ville de l’ancienne province d’Artois (capitale) et du département actuel du Pas-de-Calais, située sur la Scarpe. Les récollets s’y établirent en 1610 (P. Pierrard, Histoire du Nord, Flandre, Artois, Hainaut, Picardie, p. 204-205).

17 Probablement en 1682. Le père Jumeau accompagnait peut-être le père Joseph Denys, qui rentrait alors au Canada après trois années d’absence (W. F. Ganong, édit., Neru Relation of Gaspesia, p. 152-153, n. 1 ; père Hugolin [Lemay], Le Père Joseph Denis, vol. 1, p. 119 ; G.-M. Dumas, « Le Clercq, Chrestien », DBC, t. I, p. 449).

18 Voir supra, p. 208, n. 14. De 1630 à 1740, le commerce maritime entre la France et le Canada fut dominé par les armateurs et négociants de La Rochelle : de nombreux passagers (gouverneurs, intendants, évêques, missionnaires, « engagés », marchands, commis, etc.) profitèrent des allées et venues de la flotte rochelaise pour gagner le Canada ou la France. Les vaisseaux quittaient généralement le port français en juin pour atteindre Québec en août, chargés de « tout ce qui [était] nécessaire à l’habillement & à la nourriture des habitants » ; ils s’en retournaient vers la mi-octobre avec « de la morue verte & sèche, du poisson salé, de l’huile de poisson, des mâts, des pelleteries » (J.-J. Expilly, « Rochelle (la) », Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, t. VI, p. 357 ; M. Delafosse, Histoire de La Rochelle, p. 155-166).

19 Voir supra, p. 222, n. 56.

20 Sur l’emplacement du fort Sainte-Croix, voir infra, p. 377, n. 42.

21 Le Vexilla Régis célèbre le triomphe de la croix. Cet hymne de la liturgie romaine se chantait ordinairement à vêpres, dans le temps de la Passion. Les deux premiers mots du chant lui donnent son titre : « Vexilla Régis prodeunt, /Fulgel Crucis mysterium, / Quo came camis conditor, / Suspensus est patibulo [trad. : Les étendards du Roi s’avancent, / De la croix brille le mystère, / Où le Créateur de la chair, / En chair au gibet fut pendu] ». Pour le texte latin complet, voir G. Vaudelin, Nouvelle manière d’écrire comme on parle en France, p. 211 ; pour la traduction française, voir P. Paris, Les Hymnes de la liturgie romaine, p. 70-71. Le jésuite Nouvel chantait aussi cet hymne « en langue Montagnese » pour saluer « une grande Croix » avec ses Papinachois (Relation de 1663-1664, JR, t. 49, p. 38).

22 Hilqiyya ou Hilqiyyahu, en latin Helcias, grand prêtre qui, lors de travaux dans le Temple, découvre le livre de la Loi. À la suite de cette découverte et sur la demande du roi Josias, il conduit une délégation chez la prophétesse Hulda et participe à la réforme religieuse de Josias. Voir 2 Rois, 22, 3-20, 23, 1-24 ; et 2 Chroniques, 34, 8-33. A la lecture qu’on lui fait du livre de la Loi, le roi Josias, saisi par la parole « Grande doit être la colère de Yahvé qui s’est enflammée contre nous parce que nos pères n’ont pas obéi aux paroles de ce livre en pratiquant tout ce qui y est écrit », déchire ses vêtements en signe de douleur et pleure (2 Rois, 22, 13, 19).

23 Aujourd’hui Bathurst (N.-B. ; 47° 36°; 65° 39’) , au fond de la baie des Chaleurs sur la baie Nipisiguit. Nicolas Denys, qui y eut un établissement, l’écrit habituellement « Nepegiguit » (Description géographique et historique, t. I, éd. Ganong, p. 486, 498, 502, 503). Le toponyme apparaît sous des formes diverses dans les écrits des jésuites : « Nepegiguit » (Relation de 1642-1643, JR, vol. 24, p. 150 ; Journal, 1646, JR, vol. 28, p. 212) , « Nepegigoüit » (Relation de 1644-1645, JR, vol. 28, p. 24, 34), « Nepigiguit » (Relation de 1645-1646, JR vol. 30, p. 126, 132), « Nipigig8i » (Relation de 1647, JR, vol. 32, p. 40), « Nepigigouit » (Lettres envoiées de la Nouvelle France, « Troisième lettre », 1659, JR, vol. 45, p. 58). D’après S. T. Rand (English-Micmac Dictionary, p. 192), le nom de Nipisiguit viendrait de winepugijoitk qui signifie « eau agitée ».

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search