Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre IX. De la religion des Gaspesiens

Texte intégral

  • 1 Leclercq s’accorde ici avec Lescarbot, qui « n’appelle point Religion s’il n’y a quelque latrie, (...)
  • 2 Voir supra, chap. II, p. 229, n. 5.
  • 3 Voir supra, chap. II, p. 229, n. 6.
  • 4 Concernant la « Croyance des Sauvages », Lahontan rapporte que « quand on leur demande comment ils (...)

1Les Gaspesiens, si on en excepte ceux qui ont reçû la Foi de Jesus-Christ avec le Baptême, n’ont jamais bien connu aucune Divinité ; puisqu’ils ont vêcu jusques aujourd’hui sans Temples, sans Prêtres, sans sacrifices, & sans aucune marque de Religion : en sorte que si on peut juger du passé par le present, il est aisé d’inferer que s’ils ont adoré quelque Divinité, ils luy ont témoigné si peu de veneration & de respect, qu’ils ont été veritablement insensibles & infideles en matiere de Religion1 ; si ce n’est toutefois à l’égard du Soleil, qu’ils ont adoré & qui a toujours été l’objet constant de leur culte, de leurs hommages & de leur adoration2. Ils ont crû que cet astre lumineux, qui par ses influences admirables & ses effets merveilleux fait l’ornement & toute la beauté de la Nature, en étoit aussi le premier auteur3 ; & que par consequent ils étoient obligez, par reconnoissance, de conserver tous les sentimens de respect dont ils étoient capables, pour un astre qui leur faisoit tant de bien par sa presence, & dont l’éloignement pendant les obscuritez de la nuit, causoit le deüil à toute la Nature4.

  • 5 Parmi tous les « horribles sacrifices » qu’il décrit aux chapitres XX et XXI de son Historia, publ (...)
  • 6 Selon Diodore de Sicile, « un petit nombre d’Éthiopiens » qui ne croient pas aux dieux, considéran (...)

2Le culte qu’ils rendoient au Soleil n’étoit pas le sacrifice des Mexicains, qui offroient tous les ans à leurs Idoles plus de vingt mille cœurs de leurs petits enfans5 ; ni celuy des Ethiopiens, qui benissoient le Soleil à son Levant, & qui le maudissoient avec mille imprecations dans son Couchant6.

3Plus religieux cent fois que ces Peuples extravagans & cruels, nos Gaspesiens sortoient regulierement de leur Ca-banne pour le saluer, lorsqu’il commençoit à darder ses premiers raïons, ce qu’ils observoient aussi inviolablement à son Couchant ; ce tems, dans leur opinion, étant le plus favorable où ces Courtisans du Soleil esperoient de le rendre propice à leurs vœux, aprés luy avoir exposé leurs necessitez & leurs besoins.

  • 7 Au début du siècle, Lescarbot avait noté cette triple exclamation qu’il interprétait comme signe d (...)
  • 8 Interrogé par Biard sur les « prieres » des Micmacs et leur façon d’« adorer » leur Dieu, un « jeu (...)

4Ils n’observoient point d’autres ceremonies, que de tourner la face vers le Soleil : ils commençoient d’abord leur adoration par le salut ordinaire des Gaspesiens, qui est de dire par trois fois Ho, ho, ho7 ; aprés quoy, faisant de profondes reverences avec quelques agitations des mains au-dessus de leur tête, ils demandoient ce dont ils avoient besoin8 : qu’il conservât leurs femmes & leurs enfans : qu’il leur donnât la force de vaincre & de triompher de leurs ennemis : qu’il leur accordât une chasse abondante en orignaux, castors, martes, & en loutres ; avec une grosse pêche de toutes sortes de poissons : enfin ils demandoient la conservation de leur vie, avec un grand nombre d’années, & une longue posterité.

5Voila ce que j’ai vu observer à un certain vieillard de cette Nation, qui en mourant, ce me semble, a emporté avec luy tout ce qui restoit de superstition & de faux culte d’une Religion assez mal observée ; puisque depuis luy je n’ai vu, ni ne sçache de Gaspesien qui ait fait cette sorte de ceremonie.

6C’est-là l’idée generale que j’ai conçûë de la Religion de nos Gaspesiens ; parce que dans le particulier j’ai trouvé auprés de certains Sauvages, que nous appelions Porte-Croix, une matiere suffisante pour nous faire conjecturer & croire même que ces Peuples n’ont pas eu l’oreille fermée à la voix des Apôtres, dont le son a retenti par toute la terre : puisqu’ils ont parmi eux, tout infideles qu’ils soient, la Croix en singuliere veneration, qu’ils la portent figurée sur leurs habits & sur leur chair ; qu’ils la tiennent à la main dans tous leurs voïages, soit par mer, soit par terre ; & qu’enfin ils la posent au dehors & au dedans de leurs Cabannes, comme la marque d’honneur qui les distingue des autres Nations du Canada.

  • 9 Sur l’origine de ce nouveau toponyme pour désigner la rivière Miramichi, voir infra, p. 378.

7Ces Sauvages demeurent à la riviere de Mizamichiche, que nous avons depuis honorée du titre auguste de Sainte-Croix9, au bruit du canon, & de mille acclamations de joie & de rejouïssance, tant des François, que des Sauvages.

  • 10 C’est la seconde mention par Leclercq de la durée de son apostolat en Nouvelle-France : voir supra(...)

8Comme j’estime que cette remarque est une des plus considerables de ma Relation, j’ai crû qu’aprés la perquisition tres-éxacte que j’en ai faite pendant les douze années de Mission que j’ai demeuré parmi ces Peuples10, je devois satisfaire au desir & à la priere de plusieurs personnes, qui m’ont conjuré de mettre au jour cette Histoire ; afin de faire connoître au Public l’origine du culte de la Croix chez ces Infideles, son interruption, & son retablissement.

Notes

1 Leclercq s’accorde ici avec Lescarbot, qui « n’appelle point Religion s’il n’y a quelque latrie, & office divin » et qui affirme au sujet des « Souriquois » qu’« ilz sont destituez de toute conoissance de Dieu, n’ont aucune adoration, & ne font aucun service divin, vivans en une pitoyable ignorance » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. IV, éd. Grant, t. III, p. 354,353). Des « Hurons, & Canadiens », Sagard écrit semblablement, d’une manière qui déprécie à la fois leur « creance » et leur Dieu, qu’« encor bien qu’ils advoüent un premier principe & Createur de toutes choses, & par consequent une Divinité, avec le reste des Nations, si est-ce qu’ils ne les prient d’aucune chose, & vivent presque en bestes, sans adoration, sans Religion & sans vaine superstition sous l’ombre d’icelle. § De Temple ny de Prestres, il ne s’en parle point entr’eux non plus que d’aucunes prieres publiques ny communes, & s’ils en ont quelqu’unes à faire, ou des sacrifices, ce n’est pas à cette premiere cause, ou premier principe qu’ils les adressent, mais à de certains esprits puissants qu’ils logent en des lieux particuliers, ausquels ils ont recours » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXX, éd. Tross, p. 447-448). D’autres auteurs, tout en s’étonnant que l’on puisse reconnaître un Etre suprême sans lui rendre hommage, ne concluent pas ainsi hâtivement de l’absence de culte à l’absence de divinité chez les Amérindiens. Voir, par exemple, Charles Lalemant (« Lettre [...] Au Pere Hierosme l’Allemant son frere — 1er août 1626 », JR, vol. 4, p. 202) : « Ils n’ont aucun culte divin, ny aucunes sortes de Prieres. Ils croyent neantmoins qu’il y en a Un qui a tout fait ; niais pourtant ils ne luy rendent aucun honneur » ; Lejeune (Relation de 1633, JR, vol. 5, p. 152) : « Je confesse que les Sauvages n’ont point de prieres publiques & communes, ny aucun culte qu’ils rendent ordinairement à celuy qu’ils tiennent pour Dieu, & que leur cognoissance n’est que tenebres ; mais on ne peut nier qu’ils ne recognoissent quelque nature superieure à la nature de l’homme » ; et Brébeuf (« Relation de ce qui s’est passé aux Hurons », Relation de 1635, JR, vol. 8, p. 118) : « ayant la cognoissance de Dieu, ils [les Hurons] ne luy rendent pas l’honneur, ny l’amour, ny le service qui convient : car ils n’ont ny Temples, ny Prestres, ny Festes, ny ceremonies aucunes ».

2 Voir supra, chap. II, p. 229, n. 5.

3 Voir supra, chap. II, p. 229, n. 6.

4 Concernant la « Croyance des Sauvages », Lahontan rapporte que « quand on leur demande comment ils peuvent prouver qu’ils ont plus de raison d’adorer Dieu dans le Soleil, que dans un arbre ou une Montagne ; ils répondent qu’ils choisissent la plus belle chose qui soit dans la Nature, pour admirer ce Dieu publiquement » (Memoires, dans œuvres complètes, p. 656-657). Raudot, néanmoins, affirme que les « sauvages Mikemacs adorent le soleil et la lune, disant que c’est le bon esprit » (Relation par lettres, p. 206) ; et Maillard signale également chez ces Indiens l’existence d’un culte à la lune, vénérée comme une vraie mère et invoquée par eux tant pour le succès de leur chasse et sa protection dans leurs excursions nocturnes que pour la fécondité de leurs femmes (An Account of the Customs and Manners of the Micmakis and Maricheets Savage Nations, p. 46-48). Voir à ce sujet Lescarbot, qui, peut-être par erreur, mais peut-être aussi à bon escient, ne traduit pas Kinch’Kaminau par « Soleil » (supra, chap. II, p. 229, n. 5), mais par « Lune » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VI, éd. Grant, t. III, p. 366).

5 Parmi tous les « horribles sacrifices » qu’il décrit aux chapitres XX et XXI de son Historia, publiée en 1589 et traduite en français en 1598, Joseph de Acosta écrit : « l’on affirme [...] qu’il y eut même un jour où l’on en sacrifia [des hommes] plus de vingt mille en différents endroits » (Histoire naturelle et morale des Indes occidentales, p. 271).

6 Selon Diodore de Sicile, « un petit nombre d’Éthiopiens » qui ne croient pas aux dieux, considérant le soleil comme « leur plus grand ennemi, [...] lancent contre lui des imprécations et fuient vers les lieux marécageux » (Bibliothèque historique, livre III, IX, 2, t. III, p. 11). Hérodote attribue le même comportement aux Atarantes de Libye (L’Enquête, IV, 184, p. 351). Voir aussi Strabon, Géographie, XVII, 2-3.

7 Au début du siècle, Lescarbot avait noté cette triple exclamation qu’il interprétait comme signe de joie et de cordialité : « Quand ils arrivoient chez nous, la salutation estoit Ho, ho, ho, & ainsi font ordinairement [...]. § Or soit que la salutation Ho, ho, signifie quelque chose, ou non [...] c’est toutefois une salutation de joye, & la seule voix Ho, ho, ne se peut faire que ce ne soit quasi en riant, témoignans par là qu’ilz sont joyeux de voir leurs amis » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XVIII, éd. Grant, t. III, p. 414). Sagard reprend ce passage dans son Histoire du Canada (livre II, chap. X, éd. Tross, p. 222) et son Grand Voyage du pays des Hurons (livre I, chap, V, éd. Warwick, p. 174).

8 Interrogé par Biard sur les « prieres » des Micmacs et leur façon d’« adorer » leur Dieu, un « jeune Autmoin [...] respondit : Que quand ils estoyent en necessité il prenoit sa robe sacrée, (car les Autmoins ont une robe precieuse, exprés pour leurs Orgies) & se tournant vers l’Orient disoit, Niscaminou hignemoûy ninem marcodam : Nostre Soleil, ou nostre Dieu, donne nous à manger. Qu’apres cela ils alloyent à la chasse, & volontiers avec bonheur » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 132- 134). La pratique ne semble pas être tombée en désuétude, ainsi que l’affirme Leclercq au paragraphe suivant, puisque Maillard, en 1755, cite la longue invocation au soleil de Micmacs se disposant à partir en guerre contre des Malécites : « Be witness, thou great and beautiful luminary, of what we are this day going to do in the face of thy orb ! If thou didst disapprove us, thou wouldst, this moment, hide thyself, to avoid affording the light of thy rays to all the actions of this assembly. [...] Sun! be thou favorable to us in this point, as thou art in that of our hunting, when we beseech thee to guide us in quest of our daily support. Be propitious to us, that we may not fail of discovering the ambushes that may be laid for us; that we may not be surprized unawares in our cabbins, or elsewhere; and, finally, that we may not fall into the hands of our enemies. » Après cette invocation, des peaux d’animaux chassés sur les terres des Malécites étaient brûlées en sacrifice au soleil (An Account of the Customs and Manners of the Micmakis and Maricheets Savage Nations, p. 22-23, 26-27). La vénération du soleil semble avoir été très répandue parmi les groupes amérindiens, comme l’affirme succinctement Lafitau : « Le Soleil est la Divinité des Peuples de l’Amerique, sans en excepter aucun de ceux qui nous sont connus » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 130). Pour le témoignage des missionnaires jésuites, voir, par exemple, Relation de 1637 (JR vol. 13, p. 260), Relation de 1666-1667 (JR vol. 50, p. 260, 284- 286, et vol. 51, p. 58), Relation de 1670-1671 (JR vol. 55, p. 214), Relation de 1671- 1672 (JR vol. 56, p. 126), Relation de 1673-1674 (JR, vol. 58, p. 180, 274), Relation de 1676-1677 (JR vol. 60, p. 218-220). Voir aussi Hennepin (Nouveau Voyage, p. 137) et Raudot (Relation par lettres, p. 193). Dans son épître à Louis XIV, en tête de la Description de la Louisiane (1683 et 1688), Hennepin prétend que les Indiens de la Louisiane, sans le savoir, rendent hommage au monarque français quand ils adorent le soleil sous le nom de Louis : « Il semble, SIRE, que Dieu vous avoit destiné pour en estre le Maître, par le rapport heureux qu’il y a de vôtre glorieux Nom au Soleil, qu’ils appellent en leur langue Louis, & au quel, pour marque de leur respect & de leur adoration, avant que de fumer ils presentent leur pipe, avec ces paroles : Tchendiouba Louis ; c’est à dire, fume Soleil. » S’inspirant du voyageur Asseline de Ronval, Lahontan décrira longuement, dans ses Memoires de l’Amerique septentrionale, une cérémonie au cours de laquelle des groupes indiens brûlent des offrandes, chantent, dansent et offrent « des pipes de tabac allumées au Soleil » (Œuvres complètes, p. 666).

9 Sur l’origine de ce nouveau toponyme pour désigner la rivière Miramichi, voir infra, p. 378.

10 C’est la seconde mention par Leclercq de la durée de son apostolat en Nouvelle-France : voir supra, p. 223, n. 58.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search