Version classiqueVersion mobile

Décentralisation, politiques publiques et relations de pouvoir

 | 
Vincent Lemieux

Avant-propos

Texte intégral

1 Cet ouvrage, comme son titre l’indique, porte principalement sur les relations de pouvoir dans les politiques publiques et en particulier dans les politiques de décentralisation.

2Dans le vaste univers des politiques publiques, les politiques de décentralisation et de centralisation occupent une place particulière en ce qu’elles sont des politiques encadrant d’autres politiques. Quand des transferts d’attributions se font du centre à la périphérie ou de la périphérie au centre, certaines politiques de ces deux paliers en sont modifiées subséquemment. Par exemple, si un gouvernement central transfère à un gouvernement périphérique plus d’argent à des fins de santé ou d’éducation, le gouvernement périphérique pourra consacrer plus de ressources à certains services ou à certaines organisations qui favorisent ces services.

3Même si l’ouvrage se concentre sur les politiques de décentralisation, il est question à l’occasion des politiques de centralisation. Pour désigner de façon générale les politiques appartenant à ces deux mouvements, nous utiliserons le terme commode de centra-décentralisation. Ainsi, on dira que, dans une réforme des attributions d’un gouvernement central et des gouvernements périphériques, des politiques de centra-décentralisation ont été adoptées, comportant à la fois des transferts du centre à la périphérie, et de la périphérie au centre.

4Sans prétendre que les politiques de centra-décentralisation sont plus importantes que d’autres, elles présentent suffisamment d’intérêt pour qu’on leur consacre une attention spéciale. D’autant plus qu’elles se sont multipliées depuis la fin des années 1970 et qu’elles ont généralement été très discutées dans les collectivités où elles ont pris place.

5Les politiques de décentralisation ont des traits propres, dont celui d’impliquer deux paliers de régulation, un palier central et un palier périphérique, mais elles ont aussi beaucoup de traits plus généraux qui les assimilent aux autres politiques publiques. Le dernier chapitre de l’ouvrage traitera, entre autres, de l’extension à l’ensemble des politiques publiques de certains de nos résultats de recherche.

6Dans l’étude des politiques de décentralisation, nous adoptons une approche centrée sur les relations de pouvoir, tout en mettant à contribution d’autres approches, dont celle des trois courants de Kingdon et celle des réseaux de politique publique (policy networks). Nous nous expliquons là-dessus dans les deux premiers chapitres de l’ouvrage. Ce choix tient surtout à notre conviction que les relations de pouvoir demeurent au centre de la science politique, malgré la difficulté qu’il y a à les opérationnaliser. L’Annexe de l’ouvrage propose à cet égard une voie de formalisation des relations de pouvoir dans les politiques publiques qui montre que cette opérationnalisation est possible.

7L’ouvrage est divisé en quatre parties. Dans la première partie, trois chapitres portent successivement sur les relations de pouvoir dans les politiques publiques, sur les politiques de décentralisation et sur quatre propositions appelées à guider la recherche sur les douze politiques de décentralisation retenues.

8La deuxième partie présente nos analyses des politiques de décentralisation. Elle est divisée en quatre chapitres, selon les types de décentralisation auxquels appartiennent les politiques, soit la décentralisation administrative, la décentralisation fonctionnelle, la décentralisation politique et la décentralisation dite structurelle, qu’on appelle aussi privatisation. Trois politiques sont étudiées à l’intérieur de chacun des quatre types.

9Dans la troisième partie, nous revenons d’abord sur les quatre propositions de recherche appliquées aux politiques étudiées, de façon à dégager les constats de recherche qui découlent de ces applications. Nous y ajoutons quelques constats venant d’autres chercheurs qui se sont intéressés aux politiques de décentralisation. Le dernier chapitre de l’ouvrage formule, à partir des constats et des quatre propositions de recherche vingt et une hypothèses, qui constituent une tentative de théorisation des politiques de décentralisation. Nous montrons que la plupart de ces hypothèses peuvent être appliquées aussi, au prix de quelques modifications, aux politiques publiques en général.

10La dernière partie de l’ouvrage consiste en une Annexe qui présente une voie de formalisation des relations de pouvoir dans les politiques publiques. Cette voie de formalisation est ensuite appliquée, en guise d’illustration, à une des douze politiques étudiées dans la deuxième partie.

11Cet ouvrage a bénéficié de l’apport de plusieurs personnes. André Larocque, Marc-Urbain Proulx et Jean Turgeon, de l’Université du Québec, ont contribué à améliorer nos connaissances sur la décentralisation. Plusieurs étudiants ont travaillé avec nous, à titre d’assistants de recherche, à l’analyse des politiques de décentralisation. D’abord Patrick Boulanger et Victor Dzomo-Silinou, mais surtout Laurence Bhérer, Nathalie Bolduc et Julie Levasseur, qui ont produit les documents de base qui ont permis l’analyse de la plupart des politiques de décentralisation présentées dans la deuxième partie.

12Quant à l’Annexe sur la formalisation des relations de pouvoir dans les politiques publiques, elle est l’aboutissement d’une méthode qui a été proposée au début des années 1990 dans un cours de maîtrise et de doctorat sur les structures du pouvoir. Dans les éditions successives du cours, les étudiants ont appliqué cette méthode à des politiques publiques de différents secteurs d’activité. Deux étudiants de doctorat, Nelson Michaud et Jean-François Tremblay, l’ont utilisée dans leur thèse, et deux étudiantes de maîtrise, Nathalie Bolduc et Stéphanie Yung-Hing, l’ont utilisée dans leur mémoire. L’utilisation que les étudiants ont fait de la méthode a permis de l’améliorer. Qu’ils en soient tous remerciés.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search