Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre VII. De l’ignorance des Gaspesiens

Texte intégral

  • 1 Leclercq écrira pourtant que ses pictogrammes lui permettaient de compenser le « peu de memoire » (...)
  • 2 Le chef gaspésien affirmait éloquemment cette préférence dans sa harangue aux « Messieurs de l’Isl (...)

1Ils ne sçavent ni lire, ni écrire : ils ont cependant assez de jugement & de memoire1, s’ils vouloient avoir autant d’application qu’il en faut pour apprendre l’un & l’autre ; mais outre l’inconstance & l’instabilité de leurs esprits, qu’ils ne veulent gêner qu’autant qu’il leur plaît, ils sont encore tous dans cette fausse & ridicule creance, qu’ils ne vivroient pas long-tems, s’ils étoient aussi sçavans que les François : de-là vient qu’ils se plaisent à vivre & à mourir dans leur ignorance naturelle. Quelques-uns cependant de ces Sauvages que l’on a pris la peine d’instruire, sont devenus en peu de tems Philosophes, & même assez bons Theologiens : mais aprés tout, ils sont toujours demeurez Sauvages, n’aïant pas eu l’esprit de profiter de ces avantages considerables, dont ils se sont rendus tout-à-fait indignes, en quittant les études pour demeurer dans les bois avec leurs Compatriots, où ils ont vêcu en tres-méchans Philosophes ; preferant, par un raisonnement extravagant, la vie Sauvage à la Françoise2.

  • 3 En 1642, grâce à l’aide financière de madame de La Peltrie, les ursulines de Tours ouvrirent à Qué (...)

2J’ay rencontré dans ma Mission, deux filles de nos Gaspesiens qui sçavoient lire & écrire, parce qu’elles avoient demeuré chez les Ursulines de Quebec3, qui saintement animées de ce zele tout de feu qu’elles font paroître pour la gloire de Dieu & le salut des ames, retiennent chez elles les petites filles des Sauvages, ausquelles elles apprennent avec la pieté & la devotion, non-seulement à lire & à écrire, mais encore à faire d’autres ouvrages conformes à leur état.

  • 4 François-Marc Gagnon a montré que les missionnaires se servaient fréquemment d’images ou de représ (...)
  • 5 La transcription « ou Kateguenne », du texte de base, est, de toute évidence fautive ; cf. infra, (...)
  • 6 Voir infra, chap. XIX, p. 553-554 ; chap. XXI, p. 582, 589.
  • 7 Leclercq séjourna à Québec à l’été de 1678 et y rendit visite à son supérieur (voir notamment la l (...)

3La facilité & la metode que j’ay trouvé d’enseigner les Prieres à nos Gaspesiens, avec certains caracteres que j’ay formez, me persuadent efficacement que la pluspart se rendroient bien tôt sçavans : car enfin, je ne trouverois pas plus de difficulté à leur montrer à lire, qu’à prier Dieu par mes papiers, dans lesquels chaque lettre arbitraire signifie un mot particulier, quelque-fois même deux ensemble4. Ils ont tant de facilité pour concevoir cette sorte d’écriture, qu’il apprennent dans une seule journée, ce qu’ils n’eussent jamais pû retenir en une semaine entiere sans le secours de ces billets, qu’ils appellent Kignamotinoer, oukateguenne5. Ils conservent ces papiers instructifs avec tant de soin, & ils en font une estime si particuliere, qu’ils les mettent bien proprement dans de petits étuis de bouleau enrichis de pourcelaine, de rassade & de porc-épi. Ils les tiennent entre leurs mains comme nous faisons nos heures, pendant la sainte Messe, aprés laquelle ils les serrent dans leurs étuis. L’avantage & l’utilité principale que produit cette nouvelle metode, c’est que les Sauvages s’instruisent les uns les autres, en quelque endroit qu’ils se rencontrent : ainsi le fils enseigne son pere, la mere les enfans, la femme son mari, & les enfans les vieillards, sans que le grand âge leur donne aucune repugnance d’apprendre par leur petits neveux, & par les filles mêmes, les principes du Christianisme. Il n’est pas jusques aux plus petits Sauvages, qui n’aïant pas encore entierement l’usage de la parole, prononcent cependant du mieux qu’ils peuvent, quelques mots de ces billets qu’ils entendent dans leurs Cabannes, lorsque les Sauvages, par une sainte émulation, les lisent & les repetent ensemble. On a même souvent admiré avec justice, dans nôtre Convent de Quebec, un petit enfant d’environ sept ans, qui lisoit distinctement dans son livre les Prieres que je luy avois apprises en faisant la Mission. Il déchifroit ces caracteres avec tant de facilité & de présence d’esprit, que nos Religieux, aussi bien que les Séculiers, en furent extraordinairement surpris. Ils ne furent pas moins édifiez, voïant le pere & la mere assister à la sainte Messe, leurs heures Gaspesiennes à la main, où étoient les instructions qu’un bon Chrêtien doit sçavoir, pour assister avec merite à cet auguste Sacrifice. Ces pauvres Sauvages, qui m’avoient adopté pour leur enfant, avec les ceremonies ordinaires6, étoient venus exprès de plus de cent cinquante lieuës, pour me conjurer de retourner au plûtôt avec eux. Il n’y avoit que deux mois que j’étois arrivé à Quebec7, pour rendre compte au Reverend Pere Valentin le Roux*, nôtre Commissaire & Superieur, à present Custode des Recollets de la Province de Saint Denis en France, des Missions de la Gaspesie, Isle Percée, Ristigouche, Nipisiquis & Mizamichis, que l’obéissance avoit confiées à mes soins. Il est vrai que j’avois été obligé de rester en nôtre Convent de Nôtre-Dame des Anges, plus long-tems que je ne m’étois proposé ; parce que le R. Pere Commissaire n’y étoit pas quand j’y arrivai.

  • 8 Les récollets sont une branche réformée de l’ordre de saint François. D’après le Dictionnaire hist (...)
  • 9 Frontenac avait quitté Québec le 6 juillet 1679 ; il était revenu le 3 octobre suivant : voir supr (...)
  • 10 Valentin Le Roux exposait lui-même, dans sa réponse aux lettres que lui avait envoyées Leclercq au (...)
  • 11 L’adjectif numéral « six-vingt » était un reste de l’ancienne façon de compter des Gaulois qui, co (...)
  • 12 D’autres tentatives de l’explorateur en vue de trouver « le chemin de la mer du Sud » avaient préc (...)

4Le même zele qu’il a fait paroître toujours avec tant d’ardeur & de succez pour la gloire de Dieu, le salut des ames, le service du Roi, & l’honneur de nôtre sainte Reforme8, durant les six années qu’il a gouverné nos Missions de la Nouvelle France, l’avoit obligé de s’embarquer dans l’un des canots de Monsieur le Comte de Frontenac9, qu’il eut l’honneur d’accompagner jusques au Fort du même nom10, à six-vingt lieues11 de Quebec ; afin d’y animer par ses paroles & par son éxemple, les RR. Peres Gabriel de la Ribourd*, Zenobe Membre* & Louis Hennepin*, qu’il avoit destinez pour faire avec Monsieur de la Sale, la fameuse découverte du Golfe de Mexique, par les fleuves de Saint Laurent & de Missipé12 ; ou d’y aller luy-même tout le premier, s’il en eût été besoin, partager avec eux les travaux Apostoliques qu’il faloit soûtenir dans cette glorieuse entreprise.

  • 13 Le 11 mai 1679, le père Louis Hennepin quittait Niagara pour rejoindre ses confrères au fort Front (...)
  • 14 Si le père Le Roux revint à Québec avec Frontenac, ce fut le 3 octobre 1679. Mais il retourna vrai (...)

5Il fut cependant sensiblement mortifié, de ne plus trouver au fort de Frontenac nos Missionnaires, qui étoient déja partis pour la découverte du Golfe de Mexique13 ; ensorte qu’aprés avoir fait dans cette Mission tout ce que son zele luy inspira de bien, & donné les ordres necessaires au R. Pere Luc Buisset* Recollet, qui étoit resté seul au Fort pour l’instruction des François & des Sauvages ; il descendit avec Monsieur le Comte de Frontenac à Quebec14, & se rendit en nôtre Convent de Nôtre-Dame des Anges.

  • 15 Il s’agit sans doute des projets pour l’établissement sédentaire des récollets à Nipisiguit et au (...)

6Je luy representai alors, avec cette aimable confiance que sa bonté & sa douceur naturelle inspiroit à tous les Missionnaires, ce que j’avois jugé capable d’avancer pour la gloire de Dieu & le salut des ames dans toutes ces Missions. Il en écouta favorablement les propositions15 ; & je peux dire avec verité, que ce voïage que je fis à Quebec, eut tout le succez que je pouvois en esperer : en sorte qu’aprés avoir fait les éxercices spirituels sous sa direction, afin d’y recevoir les lumieres & les forces necessaires pour m’acquitter dignement de mon ministere ; je me disposois déja à partir quand nos Sauvages parurent à Quebec.

7Quelque inclination, cependant, que j’eus de rester encore quelques jours dans nôtre solitude de Nôtre Dame des Anges, il falut me rendre aux instances de mes Sauvages, ausquels j’avois promis en passant, que je retournerais chez eux dans une Lune & demie, c’est à dire dans six semaines.

8Affligez sensiblement qu’ils étoient de mon absence, & voïant que ce terme que je leur avois prescrit étoit déja expiré, les Chefs délibererent d’un commun accord de m’envoïer deux canots, avec ordre aux Sauvages qu’ils deputerent pour cet effet, de me témoigner le grand desir qu’ils avoient de me revoir au plûtôt, & de me demander si les Lunes de Quebec étoient plus longues que celles de Ristigouche ; c’est l’endroit où je faisois alors ma Mission. Je ne pûs me défendre des instances que me firent ces Deputez, pour m’obliger à presser mon retour : & suivant plûtôt l’attrait de la grace, que les inclinations naturelles, qui m’inspiroient fortement de jouir plus long-tems de la conversation de mes Freres ; je m’embarquai enfin avec plaisir dans leurs canots ; & aprés quinze jours d’une heureuse navigation, nous arrivâmes aux Cabannes de nos Sauvages, qui me reçûrent avec tant de cordialité, d’affection & de tendresse, qu’ils firent des festins publics & particuliers, avec les harangues & les réjouissances ordinaires, pour me témoigner, autant qu’ils en étoient capables, la joie qu’ils avoient de mon retour. Que je fûs agreablement surpris, & que je ressentis de consolation dans mon cœur, lorsque voulant presenter de mes papiers à des Sauvages qui étoient venus de bien loin, expres pour se faire instruire, ils en déchi-froient déja les caracteres, avec autant de facilité que s’ils étoient toujours demeurés parmi nous ; d’autant que ceux que j’avois auparavant instruits étant retournez chez eux, avoient enseigné ceux-ci, & avoient fait à leur égard l’office de Missionnaire.

9Il est donc aisé de juger par là, de l’utilité de ces caracteres pour un Missionnaire qui veut faire beaucoup de fruit en peu de tems dans toute l’étenduë de son district : car pour peu de memoire qu’aient nos Sauvages, ils peuvent non-seulement apprendre facilement leurs Prieres par ces caracteres ; mais encore il leur est aisé, aprés les avoir oubliées, de s’en ressouvenir, en les comptant les uns après les autres, de la maniere qu’on leur a montré.

  • 16 Les récollets Hennepin, Membré et La Ribourde accompagnèrent La Salle dans son premier voyage d’ex (...)
  • 17 Dans les chapitres XXI à XXV du tome II.

10Enfin, je m’en suis servi si utilement l’espace de dix ans, que si le merite de l’obeïssance me destinoit aux Missions nombreuses du Golfe de Mexique nouvellement découvert par nos Religieux, qui ont eu l’honneur d’accompagner Monsieur de la Salle dans cette glorieuse entreprise16, comme je fais voir dans le Premier établissement de la foi dans la Nouvelle France17 ; je les presenterois à ces Barbares, comme le moïen le plus efficace pour les instruire en fort peu de tems, des veritez les plus saintes de nôtre Christianisme.

11Nôtre Seigneur m’en inspira la metode la seconde année de ma Mission, où étant fort embarrassé de quelle maniere j’enseignerois les Sauvages à prier Dieu, je m’apperçûs que quelques enfans faisoient des marques avec du charbon sur de l’écorce de bouleau, & les comptoient avec leur doigt fort exactement, à chaque mot de Prieres qu’ils prononçoient : cela me fit croire qu’en leur donnant quelque formulaire qui soulageât leur memoire par certains caracteres, je pourrais beaucoup plus avancer, que de les enseigner en les faisant repeter plusieurs fois ce que je leur disois. Je fus ravi de connoître que je ne m’étois pas trompé, & que ces caracteres que j’avois formez sur du papier, produisoient tout l’effet que je souhaitois ; en sorte qu’en peu de jours ils apprirent sans peine toutes leurs Prieres. Je ne vous puis exprimer avec quelle ardeur ces pauvres Sauvages contestoient les uns avec les autres, par une émulation digne de loüange, qui serait le plus sçavant & le plus habile. Il est vrai qu’il en coûte beaucoup de tems & de peine, pour en former autant qu’ils en demandent, & particulierement depuis que je les ay augmentez, pour leur apprendre toutes les Prieres de l’Eglise, avec les sacrez Misteres de la Trinité, de l’Incarnation, du Baptême, de la Penitence & de l’Eucharistie. Mais enfin, que ne doit-on pas faire pour Dieu ? & qu’importe, de graces, en quoy & de quelle maniere emploïer nôtre tems, pourvû que le Seigneur soit glorifié, & qu’on procure avec sa gloire le salut des ames, en expliquant avec une simplicité Chrêtienne, les Misteres de nôtre Religion à de pauvres Sauvages, qui ont passé des soixante & quatre-vingt années sans invoquer jamais une seule fois pendant leur vie, le sacré nom du Seigneur ? C’est ainsi que ces Ouvriers Evangeliques retirent des portes de l’Enfer, des ames qui ne joûiroient jamais de l’éternité bienheureuse, sans le secours charitable de ces genereux Missionnaires.

  • 18 Nommé à l’évêché de Québec par Louis XIV en 1685, l’abbé de Saint-Vallier ne fut sacré évêque qu’e (...)
  • 19 L’abbé de Saint-Vallier fit, d’avril à octobre 1686, ce voyage dont il retrace l’itinéraire dans l (...)
  • 20 Le père Moireau, ou Moreau, avait momentanément remplacé le père Leclercq à la mission de Percé en (...)

12Comme je n’ay recherché dans ce petit formulaire, que l’utilité de mes Sauvages, & la metode la plus promte & la plus facile pour les instruire ; je m’en suis servi toûjours avec d’autant plus de plaisir, que plusieurs personnes de merite & de vertu, ont bien voulu, de vive voix & par lettres, m’exhorter à continuer ; m’obligeant même de leur en envoïer en France, pour faire voir aux curieux une nouvelle metode d’apprendre à lire, & comment Dieu se sert des moindres choses, pour manifester la gloire de son saint Nom à ces Peuples de la Gaspesie. L’approbation de Monseigneur de Saint Valier, à present Evêque de Quebec18, en a autorisé l’usage plus que suffisamment : & ce digne Prelat en a fait tant d’estime, qu’aprés en avoir reconnu luy-même les avantages & les utilitez dans le voïage tres-penible qu’il fit à la Cadie19, il voulut bien en demander des modeles au Reverend Pere Moreau*, auquel je les avois communiquez il y avoit plusieurs années20. Sa Grandeur reçut avec plaisir de ce zelé Missionnaire, nos billets & nos caracteres instructifs, pour en faire part à l’un de ses Missionnaires : & je ne doute pas que ce bon Serviteur de Dieu n’en reçoive bien du soulagement dans les instructions qu’il fera aux Sauvages de sa Mission.

  • 21 Voir supra, p. 210, n. 20.

13Nos Gaspesiens ont tant de veneration & de respect pour ces caracteres, qu’ils se font scrupule de les jetter au feu. Lorsqu’ils se déchirent ou qu’ils se gâtent, ils m’en rapportent les fragmens ; plus religieux cent fois que les Iconoclastes21, qui par une impieté sacrilege brisoient les Images les plus sacrées. Ces Peuples même n’ont pû voir sans se scandaliser, la manie d’une Sauvagesse qui les jetta au feu, en dépit de ce que je l’avois chassée de la Priere, pour une faute considerable qu’elle avoit commise.

14Son incartade étant trop extraordinaire & trop scandaleuse parmi un Peuple qui commençoit déja à avoir beaucoup de veneration pour les instructions du Christianisme, je crûs que j’étois obligé de témoigner par certaines formalitez conformes au genie des Sauvages, le ressentiment que j’en avois conçû ; afin que mon silence ne donnât pas occasion à quelque autre d’en faire autant.

  • 22 Akaye : hélas (Maillard, Grammaire de. la langue mikmaque, p. 32) ; agai : hélas ! (père Pacifique (...)

15Je fus donc à sa Cabanne, où je trouvai son pere avec quelques autres Sauvages, qui furent assez surpris de me voir entrer, avec une contenance qui marquoit la douleur que j’avois dans le cœur. Ils me prierent plusieurs fois de leur en dire le sujet, que j’affectois de leur dissimuler par mon silence : ils s’étonnerent de me voir remuer les cendres de leur foïer, avec autant d’application que si j’y eusse perdu quelque chose de la derniere consequence, & en emporter trois ou quatre pincées dans mon mouchoir, faisant des soupirs à la Sauvagesse, akahie, akahié22. Je luy dis en sortant de leur Cabanne qu’ils ne devoient pas être surpris de mon silence ; puisque mon cœur pleuroit amérement ; qu’il versoit des larmes de sang, depuis que sa fille avoit jette dans le feu les oukate guenne Kignamatinoër : Qu’à la verité je paroîtrois peu sensiblement touché de cette insulte, si ce n’étoit que de simple papier ; mais que j’étois inconsolable pour l’injure qu’elle avoit faite à la Priere de Jesus, qui avoit été griévement offensé par cette action scandaleuse : & qu’enfin j’exposerois ces cendres, que je croïois être celles de mes oukate guenne, à la porte de la Chapelle, où sa fille n’entreroit jamais, jusqu’à ce qu’elle les eût détrempées de ses larmes, & qu’elle n’eût blanchi de ses pleurs le mouchoir, qui par la noirceur qu’il en avoit contracté, marquoit évidemment l’énormité de son attentat, qui étoit capable d’attirer la haine & la colere de Dieu sur toute la Nation : Que pour mon particulier, je faisois état de les quitter ; puisque je ne pouvois vivre, si on ne ressuscitoit la Priere qu’on avoit fait mourir dans le feu.

  • 23 Chapelle, église : alasoodumogwom, littéralement « cabane de prière, des "priants", des chrétiens  (...)

16Ces paroles prononcées de la maniere dont il faut parler aux Sauvages en semblable rencontre, firent tout l’effet que j’en attendois : car ils parurent tous si consternez, qu’ils se persuaderent que j’avois déja fermé pour toûjours la porte de la Chapelle, qu’ils appellent la Cabanne de Jesus23 ; & que j’étois absolument resolu de refuser le Baptême aux Sauvages, que j’avois auparavant disposez pour recevoir dignement le premier de nos Sacremens. Ils s’assemblerent tous ensemble, & vinrent en foule me conjurer, au nom du Dieu que je leur annonçois, de ne les pas abandonner ; me disant que mon chagrin étoitjuste, à la verité, mais que je sçavois bien que cette fille n’avoit pas d’esprit ; & qu’enfin ils feroient tous en sorte, qu’elle reparerait entierement la faute qu’elle avoit commise. Ils obligerent en effet cette Sauvagesse à me venir trouver le lendemain d’un grand matin, pour me témoigner publiquement, en presence de tous les Sauvages, le déplaisir sensible qu’elle avoit dans l’ame, d’avoir brûlé ses Oukate guenne, dans lesquels étoit la Priere de Jesus ; voulant, me disoit-elle, luy faire une amende honorable & reparation d’honneur, par une conduite toute sainte & toute opposée aux déreglemens de sa vie passée. Elle me conjura, avec toutes les instances possibles, de luy vouloir bien permettre d’assister avec les autres au saint Sacrifice de la Messe ; mais je luy refusai cette grace pour quelques jours, afin de luy faire mieux concevoir par là, le scandale qu’elle avoit donné à toute la Nation.

  • 24 Voir supra, chap. I, p. 222 ; chap. VII, p. 308-310.
  • 25 Voir Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VII, éd. Grant, t. III, p. 370) : (...)

17Vous voïez par là l’estime que nos Sauvages font de mes Oukate guenne Kignatimonoër, que nous appelions, comme j’ay déja dit24, papiers ou caracteres instructifs : ils n’ont pas moins d’admiration pour nos livres, & principalement pour nos lettres, dont ils sont les porteurs lorsque nous écrivons à nos amis. Ils s’imaginent qu’il y a de l’enchantement & de la jonglerie, ou que cette lettre a de l’esprit ; puisque, disent-ils, elle a la vertu de dire à celuy qui la reçoit, tout ce qui se dit & tout ce qui se fait de plus caché & de plus secret25.

  • 26 Voir supra, p. 307.
  • 27 Moin : ours ; « Moin est aussi le nom de la constellation » ; mointjitj (moin + -tjitj : suffixe d (...)
  • 28 Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 238) refuse de voir une coïncidence dans cette (...)
  • 29 L’« Etoile du Nord » — la Polaire — appartient à la constellation de la Petite Ourse, dont elle fo (...)

18Quoique nos Gaspesiens soient dans une ignorance si grossiere, qu’il ne sçachent, comme nous avons dit26, ni lire, ni écrire, ils ont cependant quelque connoissance de la grande & de la petite Ourse, qu’ils appellent la premiere Mouhinne, & la seconde Mouhinchiche27, qui veut dire effectivement en nôtre langue, la grande & la petite Ourse28. Ils disent que les trois gardes de l’Etoile du Nord29, est un canot où trois Sauvages sont embarquez, pour surprendre cette Ourse ; mais que par malheur ils ne l’ont pû encore joindre.

  • 30 En 1702, Lahontan vantera lui aussi l’habileté des Amérindiens à dessiner des cartes sur des écorc (...)

19Ils ont beaucoup d’industrie, pour faire sur de l’écorce une espece de carte30, qui marque éxactement toutes les rivieres & ruisseaux d’un Païs dont ils veulent faire la description : ils en marquent au juste tous les endroits ; en sorte qu’ils s’en servent avec succez, & qu’un Sauvage qui la possede fait de longs voïages sans s’égarer.

  • 31 Parlant de Québec, le jésuite Charles Lalemant écrivait en 1626 : « Les vents qui regnent en ce pa (...)
  • 32 La direction du soleil peut être établie, même par temps nuageux, en élevant un bâton et en observ (...)
  • 33 Selon Lafitau, « Rien n’est plus admirable que l’idée de ces Barbares. C’est une qualité qui sembl (...)
  • 34 « Ces sauvages sçavent les routes des bois et les connoissent comme nous savons les ruës d’une vil (...)
  • 35 Quelques auteurs relèvent comment l’observation des arbres aidait les Amérindiens à s’orienter. Lo (...)

20Ils connoissent cinq sortes de vents, sçavoir le Nord, le Sud, le Nord-est, le Nord-oüest, & le Sud-ouëst31. Ils ont l’idée si juste, que pourvû qu’ils voient le Soleil32, ils ne s’écartent jamais de leur route33 ; & connoissent si précisément toutes les rivieres, que pour peu qu’on leur indique quelque Cabanne, fût-elle éloignée de quatre-vingt ou cent lieuës, ils la trouvent à point nommé, quoiqu’il faille traverser des forêts fort épaisses34 : Mais quand la nuit les surprend, ou que les brouillards cachent le Soleil, alors ils sont bien embarrassez, quelques remarques naturelles qu’ils trouvent faites sur certains arbres, & quelque mousse ou branches qui panchent du côté du Nord, & qui leur servent de regle dans leurs voïages au défaut du Soleil35 ; car si-tôt que l’obscurité survient ils perdent la tramontane. Ils ne reglent leurs lieuës que par les pointes & les caps qui se trouvent le long des rivieres ou des côtes. Ils les comptent & les mesurent encore par la longueur du tems qu’ils mettent à leur voïage, & par le nombre des nuits qu’ils sont obligez de coucher en chemin ; ne comptant point le jour de leur départ, ni celuy de leur arrivée.

  • 36 Au xixe siècle, Silas T. Rand (A Short Stalement of Facts, p. 20) contestait toujours cette opinio (...)

21Il ne sçavent point compter que jusques au nombre de dix : ainsi quand ils veulent dire vingt, ils disent deux fois dix ; pour dire trente, ils disent trois fois dix ; & ainsi du reste36.

  • 37 Voir, par exemple, Biard (« Lettre du P. Biard, au R. P. Christophe Baltazar, Provincial de France (...)
  • 38 Genèse, 15, 1-6 : « [...] la parole de Yahvé fut adressée à Abram, dans une vision : “Ne crains pa (...)
  • 39 Psaumes, 40 (39), 13 : « Mes torts retombent sur moi, / je n’y peux plus voir ; / ils foisonnent p (...)
  • 40 Selon Lescarbot, « pour demontrer une chose innumerable, comme le peuple de Paris, ilz prendront l (...)

22Lorsqu’ils veulent signifier un nombre extraordinaire, ils se servent des mêmes expressions que nos premiers Peres, montrant les feüilles des arbres, les grains de sable, & les cheveux de leur tête37 ; expression dont Dieu luy-même s’est servi, lorsque promettant à Abraham une posterité nombreuse, il déclara qu’il luy susciteroit des enfans en aussi grand nombre que les étoiles sont au firmament, & les grains de sable sur les rivages de la mer38. David même ne se sert point d’autre expression pour marquer le nombre de ses pechez, que par celuy de ses cheveux39 : & ce fut aussi de cette maniere de parler dont quelques uns de nos Gaspesiens qui étoient venus en France se servirent, pour marquer à leurs Compatriotes, lorsqu’ils en furent de retour, le grand nombre de Peuple qu’ils y avoient vû40.

  • 41 A propos des Amérindiens en général, Lafitau observe : « Ils comptent ordinairement par les nuits (...)
  • 42 « Ils ne sçavent ce que c’est que la distinction [...] des jours en heures reglées ; ils n’ont gue (...)
  • 43 Lescarbot se sert précisément de cet exemple pour illustrer qu’« ilz signifient aussi les saisons (...)
  • 44 D’après la liste des noms de mois en micmac dressée par S. T. Rand en 1875, l’appellation du mois (...)
  • 45 La liste de Rand indique pour juillet Upskooe-goos’, « mois pendant lequel les oiseaux de mer ["se (...)
  • 46 Peut-être Leclercq prévoyait-il revenir sur cette question dans son chapitre sur la chasse. Il n’y (...)

23Ils comptent les années par les Hivers, les mois par les Lunes, les jours par les nuits41 ; les heures du matin, à proportion que le Soleil avance dans son meridien ; & celle de l’aprés midi, selon qu’il décline, & qu’il s’approche de son couchant42. Ils donnent trente jours à toutes les Lunes, & reglent l’année sur certaines observations naturelles qu’ils font sur le cours du Soleil & des saisons. Ils disent que le Printems est venu, lorsque les feuilles commencent à pousser43, que les outardes paroissent, que les faons d’orignaux sont d’une certaine grandeur dans le ventre de leur mere, & que les loups marins font leurs petits44 : ils connoissent l’Eté, lorsque les saumons montent les rivieres, & que les outardes quittent leurs plumes45 : ils connoissent la saison de l’Automne, quand le gibier retourne du Nord au Midi : pour l’Hiver, ils en sçavent les approches par la rigueur du froid, lorsque les neiges sont abondantes sur la terre, & que les ours se retirent dans le creux des arbres, d’où ils ne sortent que le Printems, selon la remarque que nous en ferons dans la suite46.

  • 47 À propos des Amérindiens en général, Lafitau rapporte que « leurs années [...] sont partagées en q (...)
  • 48 Paniag : printemps (on dit aussi sigo) ; nipg : été ; tôgoag : automne ; gésig : hiver (père Pacif (...)
  • 49 Leclercq affirmant plus haut qu’ils « donnent trente jours à toutes les Lunes » (p. 326), cette an (...)
  • 50 C’est en effet en 45 av. J.-C. que Jules César (assassiné en mars 44) réforma le calendrier romain (...)
  • 51 « Ils ne sçavent ce que c’est que la distinction des semaines », notent Lafitau (Mœurs des Sauvage (...)
  • 52 Même si les Micmacs ne divisaient pas systématiquement chaque période de trente jours en intervall (...)
  • 53 Voir Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 230) : « Les mois prennent les noms des Lu (...)
  • 54 Skools : novembre (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 181 ; A First (...)
  • 55 Boonamooe-goos’ (« Frost-Fish Month » : le mois du ponamon) désignerait plutôt le mois de janvier, (...)
  • 56 Poonamoo, boonamoo : petite morue [« tomcod »] (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micm (...)
  • 57 S. T. Rand dresse la liste des noms de mois en micmac et donne leur signification dans A First Rea (...)

24Nos Gaspesiens donc divisent les années en quatre saisons47, par quatre tems differens : le Printems s’appelle Paniah, l’Eté Nibk, l’Automne Taoüak, & l’Hiver Kesic48. Ils ne comptent que cinq Lunes d’Eté, & cinq d’Hiver pour toute l’année49, comme il étoit en usage anciennement parmi les Romains, avant que Jules Cesar l’eût divisée en douze mois, un an avant sa mort50. Ils confondent une Lune du Printems avec celles de l’Eté, & une de l’Automne avec celles de l’Hiver ; parce qu’en effet il est vrai de dire, qu’il y a peu de Printems & d’Automne dans la Gaspesie, d’autant que l’on y passe insensiblement du froid au chaud, & du chaud au froid, qui est tres-rigoureux. Ils n’ont point de semaines reglées51 ; s’ils en divisent quelques-unes, c’est par le premier & le second quartier, le plein, & le decours de la Lune52. Tous leurs mois ont des noms fort significatifs53 : ils commencent les années par l’Automne, qu’ils appellent Tkours54, qui veut dire que les rivieres commencent à se glacer ; c’est proprement le mois de Novembre. Bonodemeguiche55, qui est celuy de Decembre, signifie que le ponamon56 monte dans les rivieres : ils pêchent ce poisson à la ligne, faisant un trou dans la glace. Et ainsi des autres mois, qui ont tous leur signification particuliere57.

Notes

1 Leclercq écrira pourtant que ses pictogrammes lui permettaient de compenser le « peu de memoire » de ses Micmacs (infra, p. 314). Biard fournit peut-être la clé de cette apparente contradiction : « Ils ont fort bonne memoire des choses corporelles, comme de vous avoir veu, des qualitez d’une place, où ils auront esté, de ce qui aura esté fait devant eux, despuis vingt & trente ans, &c. Mais d’apprendre par cœur, là est l’escueil : il n’y a moyen de leur mettre dans la caboche une tirade rengée de paroles » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 72).

2 Le chef gaspésien affirmait éloquemment cette préférence dans sa harangue aux « Messieurs de l’Isle Percée » (supra, p. 270-275).

3 En 1642, grâce à l’aide financière de madame de La Peltrie, les ursulines de Tours ouvrirent à Québec, sous la direction de Marie de l’Incarnation (Marie Guyart), une institution pour l’éducation des petites Amérindiennes. Le couvent, construit en 1641-1642, fut rasé par les flammes en 1650, reconstruit deux ans plus tard, à nouveau incendié en 1686, puis reconstruit l’année suivante. À plusieurs reprises, Marie de l’Incarnation rappellera la difficulté de « franciser ou civiliser » les filles qu’on lui confie pour les éduquer « à la Françoise » : « Nous en avons l’expérience plus que tout autre, et nous avons remarqué de cent de celles qui ont passé par nos mains à peine en avons nous civilisé une. Nous y trouvons de la docilité et de l’esprit, mais lors qu’on y pense le moins elles montent par dessus notre clôture et s’en vont courir dans les bois avec leurs parens [...]. L’humeur Sauvage est faite de la sorte : elles ne peuvent être contraintes, si elles le sont, elles deviennent mélancholiques, et la mélancholie les fait malades » (lettre du 1er septembre 1668, dans Correspondance, p. 809). Le 9 août de la même année, elle décrivait certaines élèves comme « des oyseaux passagers » qui mourraient de tristesse si on les gardait ; d’autres, ajoutait-elle, « s’en vont par fantaisie et par caprice ; elles grimpent comme des écurieux notre palissade, qui est haute comme une muraille, et vont courir dans les bois » (ibid., p. 802).

4 François-Marc Gagnon a montré que les missionnaires se servaient fréquemment d’images ou de représentations graphiques pour convaincre les Indiens et retenir leur attention (La Conversion par l’image. Un aspect de la mission des jésuites auprès des Indiens du Canada au xviie siècle). Ils les faisaient aussi écrire sur des écorces de bouleau avec des morceaux de charbon, comme le rapporte le jésuite Druillettes dans sa Relation de 1651-1652 (JR, vol. 38, p. 27). La Relation de 1669-1670 décrit la confection d’un « jeu » pictographique destiné à « détruire [...] l’étrange ignorance » des petits Iroquois : « Il est composé d’emblêmes, qui representent tout ce qu’un Chrestien doit sçavoir. On y voit les sept Sacremens, tous depeints, les trois Vertus Theologales, tous les Commandemens de Dieu, & de l’Eglise, avec les principaux pechez mortels [...]. J’y ay representé les quatre fins de l’homme, la crainte de Dieu, les Indulgences, & toutes les œuvres de misericorde : La Grace y est depinte dans une Cartouche separée : La conscience dans une autre ; la liberté que nous avons de nous sauver ou de nous perdre ; le petit nombre des Eleuz : en un mot, tout ce qu’un Chrestien est obligé de sçavoir, s’y trouve exprimé par des emblêmes qui font le portrait de chacune de ces choses. [...] § C’est ainsi que nos Sauvages apprennent en jouant, à se sauver [...]. § Ce jeu s’appelle du Point au Point, c’est à dire du point de la naissance au point de l’Eternité. Nos Iroquois le nomment, Le chemin pour arriver au lieu où l’on vit toujours, soit dans le Paradis, soit dans l’Enfer » (JR, vol. 53, p. 206-208).

5 La transcription « ou Kateguenne », du texte de base, est, de toute évidence fautive ; cf. infra, p. 318 (oukate guenne Kignamatinoêr), 319 (Oukate guenne Kignatimonoër), 583 (Oukateguennes Kignamatinoër). Kegenoodumooa’ : instruire, enseigner; weegadigun : livre, papier, lettre (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 41, 146, 189, 262; English-Micmac Dictionary, p. 167; A First Reading Book, p. 31; Legends of the Micmacs, p. 265). Géginamoei : instruire, enseigner (« s’entend de l’intelligence : montrer à lire, à parler, à prier ; géginotemoei : montrer autre chose, comme à travailler ») ; oigatigen : livre, papier, lettre (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 250, 313 ; II, p. 229 ; Leçons grammaticales de la langue micmaque, p. 268, 283). Ceginàmuet : enseigner, instruire ; wigatign : papier, livre, lettre, journal (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 32, 159, 181, 264, 281, 290, 344).

6 Voir infra, chap. XIX, p. 553-554 ; chap. XXI, p. 582, 589.

7 Leclercq séjourna à Québec à l’été de 1678 et y rendit visite à son supérieur (voir notamment la lettre que lui adresse le père Le Roux l’année suivante, infra, p. 395, 402, 403 ; aussi G.-M. Dumas, « Le Clercq, Chrestien », DBC, t. I, p. 450). La suite du passage, toutefois, où Leclercq rapporte le départ de Valentin Le Roux au fort Frontenac et l’absence, à son arrivée là-bas, des pères de La Ribourde, Hennepin et Membré, déjà partis eux-mêmes à la découverte du Mississipi, renvoie plutôt à des événements survenus à l’été de 1679 (voir supra, Chronologie, p. 150- 151). Or, en 1679, Leclercq hiverna à Québec, à l’invitation du père Le Roux, et s’il était venu lui rendre compte des missions de la Gaspésie dès l’été, il n’aurait sans doute pas prévenu les Micmacs de son retour prochain parmi eux (p. 313), pas plus qu’il ne serait reparti en leur compagnie deux mois après son arrivée au couvent de Notre-Dame-des-Anges. Leclercq semble donc faire erreur ici dans la reconstitution chronologique de son voyage. William F. Ganong (New Relation of Gaspesia, p. 128-129, n. 1) estime que la mémoire du missionnaire lui fait défaut quand il associe sa propre visite à Québec avec le voyage du père Le Roux au fort Frontenac en 1679 et qu’il aura sans doute fait cette visite une autre année, alors que le commissaire provincial était aussi absent, mais pour une autre raison. S’il envisage la possibilité de situer cette visite en 1678, Ganong la fixe plus volontiers après le séjour de Leclercq en France (soit en 1682 ou plus tard), en raison de l’aisance que manifestent les Micmacs, à son retour à Restigouche (infra, p. 313-314), à se servir des caractères instructifs qu’il n’avait commencé à mettre au point qu’en 1677.

8 Les récollets sont une branche réformée de l’ordre de saint François. D’après le Dictionnaire historique de la langue française (dir., A. Rey), le mot « réforme » « désigne le rétablissement de l’ancienne discipline dans un ordre religieux (1625) » ; « se réformer » s’emploie pour « ramener l’observance d’une règle qui s’est relâchée (1690) ».

9 Frontenac avait quitté Québec le 6 juillet 1679 ; il était revenu le 3 octobre suivant : voir supra, p. 151, n. 11.

10 Valentin Le Roux exposait lui-même, dans sa réponse aux lettres que lui avait envoyées Leclercq au printemps de 1679, le projet de ce voyage au fort Frontenac qu’il comptait faire à l’été (voir infra, p. 404-405). Le séjour du commissaire provincial au fort Frontenac eut lieu comme le confirme Leclercq lui-même dans Premier Etablissement de la foy (t. II, p. 144-145) : « Le Pere Commissaire estoit parti quelque temps auparavant [avant le parachèvement du Griffon en août 1679] de Quebec pour monter au Fort, afin d’ordonner ce qui regardoit son ministere & : faire executer les obediences & les ordres qu’il avoit envoyées au mois de Juillet par lesquelles le Pere Gabriel [de La Ribourde] estoit preposé Superieur de cette nouvelle découverte : les Peres Louïs Henpin, Zenobe Membre & Melithon Vatteaux avec luy que le Pere Melithon demeure-roit à Niagara pour en faire sa Mission pendant que le Pere Luc [Buisset] resteroit dans celle du Fort. » Frontenac ne se rendit pas lui-même au fort, mais il y envoya des hommes pour prendre des nouvelles de l’entreprise de La Salle (voir supra, p. 151, n. 11). Le père Le Roux accompagna vraisemblablement cette expédition.

11 L’adjectif numéral « six-vingt » était un reste de l’ancienne façon de compter des Gaulois qui, comme tous les peuples celtes, comptaient en base vingt. En devenant maîtres de la Gaule, les Romains importèrent leur système numérique à base dix. De la concurrence des deux systèmes, il reste de nos jours les nombres soixante-dix à quatre-vingt-dix-neuf. Les Belges et les Suisses ont cependant totalement adopté le système à base dix et disent soixante, septante, octante, nonante, cent (Histoire universelle des chiffres, p. 48-56).

12 D’autres tentatives de l’explorateur en vue de trouver « le chemin de la mer du Sud » avaient précédé l’expédition de 1679. La Salle n’atteindra les bouches du Mississipi et le golfe du Mexique qu’à l’issue d’un voyage ultérieur, en avril 1682 (C. Dupré, « Cavelier de La Salle, René-Robert », DBC, t. I, p. 178- 184 ; J. Delanglez, « A Calendar of La Salle’s Travels 1643-1683 », Mid-America, vol. 22, n° 3, juillet 1940, p. 301-302).

13 Le 11 mai 1679, le père Louis Hennepin quittait Niagara pour rejoindre ses confrères au fort Frontenac. Selon celui-ci, La Salle, assailli par ses créanciers, y séjournait déjà. Dans Description de la Louisiane (p. 48-49), Hennepin écrit : « [...] nous nous rendîmes avec luy [La Salle] trois Missionaires Recolets à Niagara, au commencement du mois d’Aoust de la mesme année 1679 ». Considérant que Le Roux partit de Québec pour Montréal en compagnie de Frontenac le 6 juillet, qu’il y régla quelques affaires avant de partir avec les hommes de Frontenac et que les canoteurs « employent ordinairement douze à quinze jours à monter » au fort (« Dépenses faites par La Salle de 1675 à 1684, au fort Frontenac et au poste établi par lui à l’embouchure de la rivière de Niagara », dans P. Margry, Découvertes et établissements, vol. 2, p. 15), on peut croire que les récollets chargés de la direction spirituelle de l’expédition que La Salle projetait vers le Mississipi et le golfe du Mexique avaient déjà atteint Niagara quand leur supérieur arriva au fort Frontenac.

14 Si le père Le Roux revint à Québec avec Frontenac, ce fut le 3 octobre 1679. Mais il retourna vraisemblablement à Montréal avec les hommes qu’il avait accompagnés au fort Frontenac. Or, les voyageurs n’étaient pas encore de retour à Québec le 9 octobre : voir supra, p. 151, n. 11.

15 Il s’agit sans doute des projets pour l’établissement sédentaire des récollets à Nipisiguit et au Cap-Breton (voir infra, p. 407). Ce paragraphe et les suivants ramènent le lecteur à l’année 1678. L’enthousiasme de Leclercq contraste avec l’attitude morose qui incita son supérieur à autoriser son hivernement à Québec en 1679 (voir infra, p. 403).

16 Les récollets Hennepin, Membré et La Ribourde accompagnèrent La Salle dans son premier voyage d’exploration (1679-1681) ; le père Membré prit part à la découverte de l’embouchure du Mississipi que concrétisa le second (1681-1682) ; Membré, de nouveau, et Anastase Douay furent de la troisième expédition (1684-1687).

17 Dans les chapitres XXI à XXV du tome II.

18 Nommé à l’évêché de Québec par Louis XIV en 1685, l’abbé de Saint-Vallier ne fut sacré évêque qu’en 1688, en raison des tensions que suscitait alors l’affaire de la Régale entre le roi et le pape Innocent XI. Il séjourna entre-temps au Canada en qualité de grand vicaire de Mgr de Laval (A. Rambaud, « La Croix de Chevrières de Saint-Vallier, Jean-Baptiste de », DBC, t. II, p. 342-343).

19 L’abbé de Saint-Vallier fit, d’avril à octobre 1686, ce voyage dont il retrace l’itinéraire dans l’Estat present de l’Eglise et de la colonie françoise dans la Nouvelle France. Il n’eut pas alors l’occasion de rencontrer le père Moireau, déjà « rappelé [de Beaubassin] à Quebec pour y étre Superieur » (p. 96). Il vit toutefois à Miramichi, en juin, l’abbé Louis-Pierre Thury, qui avait remplacé à cet endroit les pères Leclercq et Jumeau en 1685 et dont un rapport rédigé la même année avait déjà fait valoir les dispositions particulières des Porte-Croix au christianisme et, indirectement, l’enseignement que leur avaient jusque-là dispensé les récollets (p. 45-52, 85-90 ; voir aussi N. Baillargeon, Le Séminaire de Québec sous l’épiscopat de Mgr de Laval, p. 230-239, et W. F. Ganong, édit., New Relation of Gaspesia, p. 153, n. 1). Le coadjuteur de Mgr de Laval visita en outre, à la fin d’août, le poste de Percé (op. cit., p. 110-111), où Leclercq avait aussi précédemment œuvré.

20 Le père Moireau, ou Moreau, avait momentanément remplacé le père Leclercq à la mission de Percé en 1680-1681 (voir infra, p. 591, n. 22). Leclercq lui avait peut-être aussi transmis, antérieurement à son séjour là-bas, des échantillons du système d’idéogrammes dont il avait conçu l’idée dès 1677. Le père Moireau travaillait en Acadie depuis 1675.

21 Voir supra, p. 210, n. 20.

22 Akaye : hélas (Maillard, Grammaire de. la langue mikmaque, p. 32) ; agai : hélas ! (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 221, 232 ; II, p. 275) ; aagei’ : hélas (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 11). La même racine se retrouve dans le verbe akayemtum : pleurer, se lamenter (voir infra, p. 478, n. 54 : oüahgahi). Cf. infra, p. 585 (akaia).

23 Chapelle, église : alasoodumogwom, littéralement « cabane de prière, des "priants", des chrétiens » (alasoodumei’ : prier; alasoodumâkun : prière; alasoodumawenoo : “priant” [« praying-man »], chrétien; wigwom : cabane, maison) (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 55, 58, 134, 202; English-Micmac Dictionary, p. 12, 172; A First Reading Book, p. 52, 67; A Short Statement of Facts, p. 7). Église : alasotmôgoôm (alasotmai : prier ; alasotmagan : prière ; alasotméoino : chrétien (priant) ; oigoôm : cabane) (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 235, 259, 288, 297 ; Leçons grammaticales de la langue micmaque, p. 245, 252, 278).

24 Voir supra, chap. I, p. 222 ; chap. VII, p. 308-310.

25 Voir Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VII, éd. Grant, t. III, p. 370) : « Chacun sçait assez que ces peuples Occidentaux n’ont point l’usage des lettres, & c’est ce que tous ceux qui en ont écrit disent qu’ils ont davantage admiré, de voir que par un billet de papierje face conoitre ma volonté d’un monde à un autre, & pensoient qu’en ce papier il y eust de l’enchanterie. » Sagard soulignait également que les Hurons « admiroient [...] grandement l’Escriture, par laquelle, absent, on se faict entendre où l’on veut ; et tenans volontiers nos livres, apres les avoir bien contemplez, et admiré les images et les lettres, ils s’amusoient à en compter les fueillets » (Le Grand Voyage, livre I, chap. XVIII, éd. Warwick, p. 252). Revers sombre de cette admiration, les Amérindiens soupçonneront très tôt les jésuites de se servir de l’écriture pour les ensorceler et les faire mourir. Voir, par exemple, Lejeune (Relation de 1636, JR, vol. 9, p. 206) : « Un autre prenant la parole, prit la defense du vin & de l’eau de vie. Non, dit-il, ce ne sont pas ces boissons qui nous ostent la vie ; mais vos écritures : car depuis que vous avez décry nostre païs, nos fleuves, nos terres, & nos bois, nous mourons tous, ce qui n’arrivoit pas devant que vous vinssiez icy » ; et J. Lalemant (« Relation de ce qui s’est passé en la Mission des Hurons », Relation de 1640, JR, vol. 19, p. 128) : « Demandions-nous le nom de quelqu’un pour l’escrire dans le registre de nos baptisez, & n’en pas perdre la memoire, c’estoit (nous disoient-ils) pour le piquer secrettement, & deschirant par apres ce nom escrit, faire mourir d’un mesme coup celuy ou celle qui portoit ce nom là. »

26 Voir supra, p. 307.

27 Moin : ours ; « Moin est aussi le nom de la constellation » ; mointjitj (moin + -tjitj : suffixe diminutif) : petit ours (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 227, 245, 247, 255, 258). Mooin : ours; « They call the Great Bear, “Muen”, the bear »; mooincheech (mooin + -cheech, -jeech : suffixe diminutif) : petit ours (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 32, 159; English-Micmac Dictionary, p. 101; A First Reading Book, p. 16, 44; A Short Statement of Facts, p. 25).

28 Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 238) refuse de voir une coïncidence dans cette identité de dénomination qu’il n’arrive pas pour autant à expliquer : « Ce qui est très-sûr, c’est que les Iroquois & la plûpart des Sauvages connoissent la grande Ourse sous le même nom que nous ; & comme les noms des Constellations sont purement arbitraires, & : donnés par le caprice, ils ne peuvent s’être rencontrés avec nous à imposer les mêmes noms sans une communication d’idées, laquelle suppose celle des personnes par qui ces connoissances sont dérivées des uns aux autres. Il ne faut pas croire au reste qu’ils lui ayent donné ce nom, depuis que les Européans ont abordé sur leurs Terres. C’est certainement un nom très-ancien parmi eux. Ils nous raillent même de ce que nous donnons une grande queuë à la figure d’un animal qui n’en a presque point ; & ils disent que les trois Etoiles qui composent la queuë de la grande Ourse, sont trois Chasseurs qui la poursuivent. La seconde de ces Etoiles en a une fort petite, laquelle est fort près d’elle. Celle-là, disent-ils, est la chaudiere du second de ces Chasseurs, qui porte le bagage, & la provision des autres. » Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 770) pose au contraire l’hypothèse d’une transmission récente du nom européen de ces constellations aux Amérindiens : « Ils donnent le nom d’Ours aux quatre premieres [étoiles] de ce que nous appelions la grande Ourse ; les trois, qui composent sa queuë, ou qui sont le train du Chariot de David, sont, selon eux, trois Chasseurs, qui poursuivent l’Ours ; & la petite Etoile, qui accompagne celle du milieu, est la Chaudiere, dont le second est chargé. Les Sauvages de l’Acadie nommoient tout simplement cette Constellation & la suivante, la grande & la petite Ourse ; mais ne pourroit-on pas juger que quand ils parloient ainsi au sieur Lescarbot, ils ne répétoient que ce qu’ils avoient oui dire à plusieurs François ? » Dans l’étude qu’il consacre à la constellation de la Grande Ourse dans les légendes amérindiennes et dont les conclusions reposent largement sur l’analyse d’un récit micmac, S. Hagar (« The Celestial Bear », Journal of American Folk-Lore, vol. 13, n° 49, 1900, p. 99-101) réfute cette proposition de Charlevoix en arguant à la fois du témoignage des voyageurs, qui rapportent que ces légendes étaient déjà bien connues, et depuis longtemps, quand elles leur ont été racontées ; des dissemblances marquées que présentent entre elles les légendes autochtones, ce qui empêche de voir à leur source un enseignement commun récemment diffusé ; des analogies, enfin, qu’offrent par ailleurs ces récits sur toute l’étendue du continent nord-américain, sans qu’aucun trait de la pensée européenne ne se dégage pratiquement de leur contenu. S’il penche volontiers en faveur de l’origine indépendante des dénominations européenne et amérindienne de la Grande Ourse, Hagar se heurte néanmoins, dans l’explication qu’il tente d’en proposer, à des interrogations sans réponse. Voir aussi C. Dubé, « Le thème de l’Ours céleste chez les Micmacs », RAQ vol. 26, n° 1, 1996, p. 55-64.

29 L’« Etoile du Nord » — la Polaire — appartient à la constellation de la Petite Ourse, dont elle forme « le bout de la queue ». « Gardes, en termes d’Astronomie & de Marine, sont les deux étoiles les plus voisines du Pole Arctique, qui sont les dernieres du Chariot ou de la Petite Ourse, sur lesquelles si on éleve un triangle équilateral, sa pointe tombera justement sur le point du Pole : car c’est abusivement, qu’on dit l’Etoile Polaire, parcequ’il n’y en a point precisément sur le Pole. Quelques-uns mettent trois gardes au lieu de deux » (Furetière, 1690 et 1727). Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 238-240) croit que les Amérindiens ne connaissaient pas la Petite Ourse et met ouvertement en doute les propos de Leclercq : « Le Pere le Clerc, dans sa Relation de la Gaspesie, assure que les Sauvages Gaspesiens ont la connoissance de la grande & de la petite Ourse : qu’ils appellent la premiere Mouhinne, & la seconde Mouhinchiche, ce qui revient aux noms d’Arclos Major & Minor. Il ajoûte, qu’ils disent que les trois Gardes de l’Etoile du Nord sont un canot, où trois Sauvages sont embarqués pour poursuivre l’Ourse ; mais que par malheur ils n’ont pû encore la joindre. Il n’est gueres ordinaire de chasser aux Ours en canot, à moins qu’il ne fût question des Ours blancs, lesquels allant pêcher sur les glaces, en sont quelquefois abandonnés dans les Mers du Nord ; mais cette chasse n’étant ni sûre, ni pratiquée, ce canot me paroît être de la pure invention du Pere le Clerc. § Les Iroquois que j’ai consultés, ne m’ont point paru connoître la petite Ourse sous ce nom-là. Ils appellent l’Etoile polaire, ia te ouattenties, celle qui ne marche point, parce qu’elle a un mouvement insensible à l’œil, & qu’elle paroît toûjours fixe dans le même point. Cependant, quoiqu’ils ne connoissent des deux Ourses que la grande, c’est l’Etoile polaire qui les dirige dans leurs voyages, & qui leur sert à distinguer les differens Rhumbs de vent qu’ils ont à suivre. Les Sauvages Abenaquis ne connoissent pas non plus la petite Ourse ; & je crois, quoiqu’en dise le pere le Clerc, qu’il en est de même des Micmacs qui sont leurs voisins. » S. Hagar (art. cité, p. 99) rapproche au contraire des assertions de Leclercq celles d’un Micmac qui, au tournant du xxe siècle, lui racontait que les siens pensaient autrefois qu’un autre ours se cachait dans le ciel, près du pôle, et que les étoiles voisines étaient des chasseurs cherchant en vain à repérer sa tanière.

30 En 1702, Lahontan vantera lui aussi l’habileté des Amérindiens à dessiner des cartes sur des écorces de bouleau : « ils font les Cartes du Monde les plus correctes des Païs qu’ils connoissent, auxquelles il ne manque que les Latitudes & les Longitudes des lieux. Ils y marquent le vrai Nord selon l’Etoile Polaire, les Ports, les Havres, les Rivieres, les Anses & les Côtes des Lacs, les Chemins, les Montagnes, les Bois, les Marais, les Prairies, &c. en contant les distances par journées, demie-journées de Guerriers ; chaque journée valant cinq lieues. Ils font ces Cartes Chorographiques particuliéres sur des écorces de Bouleau, & toutes les fois que les Anciens tiennent des Conseils de Guerre & de Chasse, ils ne manquent pas de les consulter » (Memoires, dans Œuvres complètes, p. 645-646). Voir également Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 225) : « [...] ils tracent grossierement sur des écorces, ou sur le sable, des Cartes exactes & ausquelles il ne manque que la distinction des degrés. Ils conservent même de ces sortes de Cartes Geographiques dans leur Trésor public, pour les consulter dans le besoin. » Selon Wilson D. Wallis (The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 54-55), il semble improbable que les Micmacs aient conservé ces cartes qu’ils traçaient pour répondre à des besoins ponctuels, par exemple pour indiquer à un canoteur l’emplacement exact d’un orignal abattu à la chasse.

31 Parlant de Québec, le jésuite Charles Lalemant écrivait en 1626 : « Les vents qui regnent en ce païs, sont, le Nor-d’Est, le Nor-Ouest, & le Sur-Ouest. Le Nor-d’Est ameine les neges en Hyver, & les pluyes en autre saison Le Nor-Ouest est si froid qu’il penetre jusques aux moüelles des os ; le Ciel est fort serein quand il souffle » (« Lettre du Pere Charles L’Allemant [...] Au Pere Hierosme l’Allemant son frere », JR, vol. 4, p. 194).

32 La direction du soleil peut être établie, même par temps nuageux, en élevant un bâton et en observant l’ombre qu’il projette (W. D. et R. S. Wallis, The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 54).

33 Selon Lafitau, « Rien n’est plus admirable que l’idée de ces Barbares. C’est une qualité qui semble née avec eux. Un enfant s’oriente naturellement, comme on pourroit le faire avec une Boussole par rapport aux endroits où il a été, ou dont il a entendu parler. Dans les forêts les plus épaisses, & dans les temps les plus sombres, ils ne perdent point, comme on dit, leur Etoile. Ils vont droit où ils veulent aller, quoique dans des païs impratiqués, & où il n’y a point de route marquée » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 224-225).

34 « Ces sauvages sçavent les routes des bois et les connoissent comme nous savons les ruës d’une ville », affirme Raudot (Relation par lettres, p. 97). En 1911, Wilson D. Wallis soulignait l’intérêt encore marqué de certains Micmacs pour la géographie locale et leur connaissance détaillée du territoire (The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 102-103).

35 Quelques auteurs relèvent comment l’observation des arbres aidait les Amérindiens à s’orienter. Louis Nicolas mentionne, par exemple, que lorsque « les nuages couvrent le soleil ils connoissent la route du nort en regardant le tour des arbres, et la chose nêt pas si difficille qu’on pourroit se persuader puisque toujours les arbres de ces grandes forets sont couverts d’une certaine mousse qui fait distinguer le côté du nort de celuy du sud » (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 8). Lafitau rapporte que « quand la vûë du Soleil, ou la clarté des Etoiles leur manque, ils ont une Boussole toute naturelle dans les arbres des forêts, qui leur font connoître le Nord par des signes presque infaillibles. Le premier est celui de leur cime, laquelle panche toujours davantage vers le Midy, où le Soleil l’attire. Le second est celui de leur écorce, qui est plus terne & plus obscure du côté du Nord. S’ils veulent s’assurer davantage, ils n’ont qu’à lever quelques éclats avec leur hache ; les couches diverses, qui forment le corps de l’arbre, sont toujours plus épaisses du côté qui regarde le Septentrion, & plus minces vers le Midy » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 240). Voir également Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 771). Wilson D. Wallis signale que les Micmacs déduisaient en outre leur direction du fait que les arbres portent davantage de grosses branches du côté sud et que les fruits abattus par le vent se trouvent à l’est et au sud-est (The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 54).

36 Au xixe siècle, Silas T. Rand (A Short Stalement of Facts, p. 20) contestait toujours cette opinion voulant que les Micmacs ne sussent compter que jusqu’à dix et commentait : « The Indian can count as far as he phases. [...] It is true, he enumerates by tens, as all other nations do; and often, like. the rest of mankind, uses his fingers in counting; and he happens to have, as others have, just that number of these convenient appendages. » Le système numérique micmac est en effet fondé sur le nombre dix et les dizaines s’y expriment verbalement de deux façons : 1) dix : m’teln ; vingt : tab8 m’teln (tab8 : deux [le signe 8 représente la diphtongue /ou/]) ; trente : tchicht m’teln (tchicht : trois) ; quarante : nè8 m’teln (nè8 : quatre) ; etc. 2) dix : ne8ktinnchkak (ne8kt : un) ; vingt : tab8ninnchkak ; trente : néginnchkak ; quarante : ne8innchkak ; etc. Les nombres plus élevés sont pareillement obtenus en combinant les unités lexicales exprimant des nombres plus petits. Par exemple, « Tab8 [2] pid8i m’telnakan [1000] tchel [et] i8igueneuk [7] kachkemtelnakan [100] tchel [et] aj8gom [6] m’teln [10] tchel [et] nann [5] : deux mille, et sept cent, et soixante et cinq = 2 765 » (Maillard, Grammaire de la langue mikmaque, p. 22-23 ; sur le système de numération à base dix, voir G. Ifrah, Les Chiffres ou l’histoire d’une grande invention, p. 56-61). Au début du xxe siècle, le père Pacifique faisait remarquer : « Aujourd’hui on trouve généralement plus commode et plus court de compter en anglais » (Traité théorique et pratique de la langue micmaque, t. II, p. 235- 237 ; voir encore S. T. Rand, A First Reading Book, p. 19, 65-66 ; Lescarbot, Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VI, éd. Grant, t. III, p. 365 ; et Lafitau, Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 234-235).

37 Voir, par exemple, Biard (« Lettre du P. Biard, au R. P. Christophe Baltazar, Provincial de France a Paris, le 10 juin 1611 », JR, vol. 1, p. 176) : « Membertou assure qu’en sa jeunesse il a veu chimonutz, c’est-à-dire des Sauvages aussi dru semés que les cheveux de la teste » (chimonutz, du basque txima, xima : tignasse [P. Bakker, « “The Language of the Coast Tribes is Half Basque” : A BasqueAmerican Indian Pidgin in Use between Europeans and Native Americans in North America, ca. 1540 - ca. 1640 », Anthropological Linguistics, vol. 31, nos 3-4, 1989, p. 136]).

38 Genèse, 15, 1-6 : « [...] la parole de Yahvé fut adressée à Abram, dans une vision : “Ne crains pas, Abram ! Je suis ton bouclier, ta récompense sera très grande.” Abram répondit : “[...] Voici que tu ne m’as pas donné de descendance et qu’un des gens de ma maison héritera de moi.” Alors cette parole de Yahvé lui fut adressée : “Celui-là ne sera pas ton héritier, mais bien quelqu’un issu de ton sang.” Il le conduisit dehors et dit : “Lève les yeux au ciel et dénombre les étoiles si tu peux les dénombrer” et il lui dit : “Telle sera ta postérité” » ; également, Genèse, 22, 15 : « [...] l’Ange de Yahvé appela une seconde fois Abraham du ciel et dit : “Je jure par moi-même, paroles de Yahvé : parce que tu as fait cela, que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique, j e te comblerai de bénédictions, je rendrai ta postérité aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable qui est sur le bord de la mer [...]”. »

39 Psaumes, 40 (39), 13 : « Mes torts retombent sur moi, / je n’y peux plus voir ; / ils foisonnent plus que les cheveux de ma tête / et le cœur me manque. »

40 Selon Lescarbot, « pour demontrer une chose innumerable, comme le peuple de Paris, ilz prendront leurs cheveux, ou du sable à pleines mains : & de cette façon de conter use bien quelquefois l’Ecriture sainte, comparant (par hyperbole) des armées au sable qui est sur le rivage de la mer » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VI, éd. Grant, t. III, p. 368).

41 A propos des Amérindiens en général, Lafitau observe : « Ils comptent ordinairement par les nuits [...], plutôt que par les jours : par les mois lunaires, plutôt que par ceux du Soleil [...]. Cependant cette maniere de compter est subordonnée au cours du Soleil, qui sert à regler leurs années, lesquelles sont partagées en quatre saisons comme les nôtres [...]. La maniere de compter par les Lunes, n’est pas même si universelle, qu’ils ne comptent aussi par les années solaires. Je crois avoir remarqué que l’une & l’autre maniere de compter est affectée à certaines choses, & qu’en d’autres occasions elles s’employent indifferemment. § Les années heliaques ou solaires, sont destinées à marquer l’âge des hommes. [...] Ils expriment aussi les années heliaques par le nom d’une des saisons, & sur-tout de l’Hyver [...]. Ils diront, par exemple, il y a tant d’Hyvers que je suis au monde, pour dire il y a tant d’années [...]. Ils comptent de la même façon pour toutes les choses éloignées, qui renferment une période de temps assez longue, où le nombre & la supputation des mois lunaires les embarrasseroient. Ils comptent au contraire par les Lunes, & par les nuits, quand il s’agit d’un terme assez court, de prendre leurs mesures pour leurs voyages de guerre, de chasse, ou de pêche, pour leur rendez-vous, & : pour le temps de leur retour, &c. » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 225-227) ; voir aussi Lejeune (Relation de 1634, JR, vol. 7, p. 180) et Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XXXIX, éd. Tross, p. 444 et 511). Concernant plus spécifiquement les Micmacs, voir Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 78) : « ils content par Lunes » ; Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 582) : « ils comptent par Lunes »; et Maillard (An Account of the Customs and Manners, p. 48-49) : « This nation counts its years by the winters. When they ask a man how old he is, they say, “How many winters have gone over thy head?” § Their months are lunar, and they calculate their time by them. When we would say, “I shall be six weeks on my joumey ;” they express it by, “I shall be a moon and a half on it.” » Ce que rapporte Lescarbot à ce sujet diffère sur certains points des observations de ses successeurs : « ilz ne content point distinctement, comme nous, les jours, les semaines, les mois, les années : ains declarent les années par soleils, comme pour cent années ilz diront Cach’metren achtek, c’est à dire cent soleils, bitumetrenagué achtek, mille soleils, c’est à dire mille ans : metren Knichkaminau, dix lunes, tabo metrenguenah, vingt jours » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VII, éd. Grant, t. III, p. 368). La langue micmaque désigne par un même mot « une année » et « un hiver, tout l’hiver » : naooktebook’ (S. T. Rand, Diclionary of the Language of the Micmac Indians, p. 283, 285 ; voir cependant A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 88, 368, 372 : newtipug / newtipungeg) ; « mois » et « lune » : depkunoo’set (S. T. Rand, Diclionary of the Language of the Micmac Indians, p. 172 ; A First Reading Book, p. 13, 62 ; Maillard, Grammaire de la langue mikmaque, p. 12 ; père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 247 ; Leçons grammaticales de la langue micmaque, p. 250, 290, 312 ; A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 134, 275).

42 « Ils ne sçavent ce que c’est que la distinction [...] des jours en heures reglées ; ils n’ont gueres que quatre points fixes, le lever du Soleil, le Midi, le Coucher, & la Minuit ; mais ils suppléent au défaut des horloges par une attention, pratique si exacte, qu’à quelque heure que ce soit du jour, ils marquent à peu près du doigt le point où le Soleil doit être », affirme Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 230). Voir également Lahontan (Memoires, dans Œuvres complètes, p. 647-648). A la fin du xixe siècle, Stansbury Hagar faisait remarquer que plusieurs Micmacs savaient encore dire avec précision le moment de la journée en forêt à partir de l’ombre projetée par les arbres (« Weather and the Seasons in Micmac Mythology », Journal of American Folk-Lore, vol. 10, n° 37, 1897, p. 103). Wilson D. et Ruth S. Wallis reproduisent les noms micmacs des divisions du jour tels qu’ils les ont recueillis auprès d’informateurs sur le terrain en 1911 (avant-midi, après-midi, obscurité après le coucher du soleil, minuit) et en 1950 (obscurité avant l’aube, lever du jour, vers neuf heures, midi, coucher du soleil) (The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 104-105).

43 Lescarbot se sert précisément de cet exemple pour illustrer qu’« ilz signifient aussi les saisons par leurs effects » : « pour donner à entendre que le Sagamos Poutrincourt viendra au Printemps, ilz diront nibir betour, Sagmo (pour Sagamos, mot racourci) Poutrincourt betour eta, kedretch, c’est à dire, La fueille venue, alors le Sagamos Poutrincourt viendra, certainement » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VII, éd. Grant, t. III, p. 368-369). Le jésuite François du Peron écrit de même à propos des Hurons : « Ils règlent les saisons de l’année par les bêtes sauvages, par les poissons, les oyseaux et plantes de la terre » (« Lettre du P. François du Peron [...] au P. Joseph-Imbert du Peron, son Frère — 27 avril 1639 », JR, vol. 15, p. 156).

44 D’après la liste des noms de mois en micmac dressée par S. T. Rand en 1875, l’appellation du mois de mai, Agese-goos’, signifie « mois des jeunes phoques » (A First Reading Book, p. 103).

45 La liste de Rand indique pour juillet Upskooe-goos’, « mois pendant lequel les oiseaux de mer ["sea-fowl"] perdent leurs plumes » (ibid., p. 104).

46 Peut-être Leclercq prévoyait-il revenir sur cette question dans son chapitre sur la chasse. Il n’y mentionnera finalement l’ours qu’au sein d’une énumération d’animaux communs en Gaspésie (infra, p. 545) et n’évoquera la chasse à l’ours que pour signaler qu’il n’en traitera pas (p. 538).

47 À propos des Amérindiens en général, Lafitau rapporte que « leurs années [...] sont partagées en quatre saisons comme les nôtres » et que les « noms des quatre saisons sont fixés » parmi eux (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 226, 230).

48 Paniag : printemps (on dit aussi sigo) ; nipg : été ; tôgoag : automne ; gésig : hiver (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 240, 241, 253, 287, 301, 333). Paniag : fin de la période d’enneigement (printemps : siggw) ; nipg : été ; togwàg : automne ; gesig : hiver (A.-D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 35, 90, 99, 125, 139, 171, 329, 334, 341, 369). Baneâk’ : commencement du printemps (printemps : sikw); nipk : été; togwaah : automne; kesic : hiver (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 27, 249, 258, 283; English-Micmac Dictionary, p. 30, 118; A First Reading Book, p. 9, 55, 63). Les différences de transcription d’un même mot que l’on observe d’un auteur à l’autre ne correspondent pas, le plus souvent, à des différences de prononciation, mais à des façons différentes de noter les mêmes phonèmes. Ainsi, par exemple, le père Pacifique marque-t-il par « g » la prononciation /k/ que prend généralement la lettre g au commencement et à la fin des mots en micmac (Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 220-221), alors que Rand la traduit par « k ».

49 Leclercq affirmant plus haut qu’ils « donnent trente jours à toutes les Lunes » (p. 326), cette année de dix lunes ne compterait par conséquent que trois cents jours. Au début du xviie siècle, Biard écrivait plutôt : « ils content par Lunes, & en mettent treze en l’an » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 78). Selon W. D. Wallis, les Micmacs divisaient l’année en douze mois lunaires et en ajoutaient un treizième si les plantes et les animaux arrivaient à la mauvaise lune. Citant les propos du récollet touchant la confusion d’« une Lune du Printems avec celles de l’Eté, & [d’]une de l’Automne avec celles de l’Hiver », il avance : « LeClercq, [...] it seems, was present al a moment of miscalculation » (The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 103). Un calendrier de dix lunes existait néanmoins parmi certains groupes amérindiens. Lejeune, par exemple, affirme que les Montagnais « ne reconnoissent que dix Lunes en l’année » et « croyent que la Lune de Fevrier est plus longue de plusieurs jours que les autres, aussi la nomment ils la grande Lune » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 222).

50 C’est en effet en 45 av. J.-C. que Jules César (assassiné en mars 44) réforma le calendrier romain, qui devint le calendrier « julien » d’où est issu notre calendrier actuel. Mais tous les calendriers préjuliens comptaient bien douze mois lunaires et non pas dix. « L’année primitive de dix mois, alléguée par les auteurs anciens, n’a jamais existé. La preuve qu’on en donnait dans l’Antiquité, et qu’on en donne encore, à savoir que décembre représente le dixième mois [latin decem : dix] après le début de l’année en mars, n’a aucune valeur. Décembre n’a pas été créé parce qu’existait une année romaine de dix mois, mais une année romaine de dix mois a été inventée parce que décembre, et d’autres mois à dénomination numérique, existaient. Le système des noms des mois est en réalité d’une grande simplicité et d’une grande symétrie ; six mois ont des noms théophores, et six des dénominations numériques » (P. Brind’Amour, Le Calendrier romain, p. 225).

51 « Ils ne sçavent ce que c’est que la distinction des semaines », notent Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 230) et, après lui, Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 773). Selon Sagard, les Hurons « ne font non plus distinction de sepmaines, mais seulement de mois par les Lunes, des quatre saisons de l’année, & des années entieres » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXX, éd. Tross, p. 448). Voir également Lahontan (Memoires, dans Œuvres complètes, p. 647).

52 Même si les Micmacs ne divisaient pas systématiquement chaque période de trente jours en intervalles de temps plus courts, ils paraissent s’être servis au besoin d’unités temporelles plus petites, puisqu’ils disposent de mots pour plusieurs phases de la lune. Wilson D. Wallis fournit ceux que lui ont communiqués des informateurs micmacs en 1911-1912 (nouvelle lune, premier quartier, demi-lune croissante ou décroissante, troisième quartier croissant ou décroissant, pleine lune, dernier quartier). En 1950, les Micmacs interrogés ne se souvenaient plus que des noms de cinq de ces phases (nouvelle lune, premier quartier, demi-lune, dernier quartier, pleine lune) (The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 104).

53 Voir Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 230) : « Les mois prennent les noms des Lunes, ou des differens effets qui y répondent. Chez les Nations sedentaires de la Nouvelle France, ils les désignent par les semences, par les differens degrés de la hauteur des bleds, les récoltes, &c. Les Nations errantes ont d’autres circonstances particuleres à chaque Lune, qui déterminent le nom qu’elles lui donnent. » Voir aussi Hennepin (Nouveau Voyage, p. 217), Lahontan (Memoires, dans Œuvres complètes, p. 646), Pierre Laure (Relation du Saguenay [1720- 1730] JR, vol. 68, p. 86) et Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 772-773).

54 Skools : novembre (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 181 ; A First Reading Book, p. 104) ; tjgôltjéoigos : ancien nom du mois de novembre (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 241) ; sur le remplacement du /l/ micmac par /r/ dans la transcription, voir infra, p. 334, n. 9.

55 Boonamooe-goos’ (« Frost-Fish Month » : le mois du ponamon) désignerait plutôt le mois de janvier, selon Rand (décembre : ukchegoos’, « The chief month [...] because Christmas comes in it ») (Dictionary of the Language of the Micmac. Indians, p. 76, 149; English-Micmac Dictionary, p. 35, 163; A First Reading Book, p. 103-104). Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 78-82) confirme néanmoins que c’est en décembre que « le ponamon monte dans les rivieres » : Dieu « n’a point laissé ces pauvres creatures, capables de luy, sans provision convenable, qui leur est comme par estape, assignee à chasque lune [...] en Decembre (admirable providence de Dieu) vient un poisson appellé d’eux ponamo, qui fraye sous la glace ». Chez les Malécites, en outre, c’est la lune de décembre qui porte le nom de « lune du ponamon » (« frost-fish moon »), ponam’wi ki’sos (lune aussi appelée nipa’yummi-hamke’wi ki’sos, « Christmas moon ») (M. Chamberlain, Maliseet Vocabulary, p. 57).

56 Poonamoo, boonamoo : petite morue [« tomcod »] (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 266; English-Micmac Dictionary, p. 33, 142; A First Reading Book, p. 54); plamuj : petite morue [« tommy cod »] (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 113, 351). Voir aussi Lescarbot (« Adieu à la Nouvelle France », dans Histoire de la Nouvelle-France, éd. Grant, t. III, p. 482) : « [...] le Dauphin, l’Eturgeon / Y vient parmi la foule avecque le Saumon, / Comme font le Turbot, le Pounamou, l’Anguille » ; et Denys (Description geographique et historique, t. I, éd. Ganong, p. 491) : « une petite riviere [...], dans laquelle on prend l’hiver force ponnamon ; c’est un petit poisson presque semblable au goujon qui est excellent ». Le terme survit au Québec (« poulamon », « poulémon ») et en Acadie (« poulamon ») pour désigner la « petite morue » (Microgadus tomcod ; synonymes : loche, petite loche, poisson-de-Noël, poisson des chenaux, poisson des Trois-Rivières ; angl. : tomcod, frost-fish) (N.-E. Dionne, Le Parler populaire des Canadiens français, p. 525 ; Glossaire du parler français au Canada, p. 536 ; L.-A. Bélisle, Dictionnaire nord-américain de la langue française, p. 754 ; G. Dulong, Dictionnaire des canadianismes, p. 414 ; P. Poirier, Le Glossaire acadien, p. 375-376 ; É. Boudreau, Glossaire du vieux parler acadien, p. 197).

57 S. T. Rand dresse la liste des noms de mois en micmac et donne leur signification dans A First Reading Book, p. 103-104. Voir également W. D. et R. S. Wallis, The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 104.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search