Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les raisons fortes

 | 
Gilles Gagné
, 
Simon Langlois

Troisième partie. La souveraineté: pour quoi faire ?

9. Le mouvement souverainiste, orphelin d'un projet ?

Texte intégral

1Dans un article paru dans le Financial Times de Londres (14-15 octobre 2000), le journaliste Nicolas Woodsworth rapporte les propos que lui aurait tenus Pierre-Marc Johnson lors d’une visite à Montréal : « L’enjeu [de la souveraineté] est devenu lettre morte dans la ville. Les Montréalais veulent simplement oublier la question et prendre le temps de vivre. » Cette idée est largement répandue dans les médias et dans les commentaires politiques de certains observateurs, y compris au sein même du Parti québécois. C’est aussi devenu un lieu commun de dire que « les Québécois ne veulent pas d’un autre référendum ». Qu’en est-il vraiment ? Avant de précéder à l’exploration de ce lieu commun, il n’est peut-être pas inutile de dire d’abord quelques mots des fondements sociaux de la politique contemporaine de l’opinion.

L'opinion publique et les messagers

2Les journalistes, comme chacun l’admet aisément, jouent un rôle très important dans le fonctionnement de la démocratie actuelle. Le pouvoir de la presse, comprise comme institution globale des sociétés modernes, passe généralement pour être la condition de la transparence de l’espace démocratique à l’égard des menées des autres pouvoirs de la société, condition elle-même fondée sur le droit du public d’être informé quant aux faits. Comme le pouvoir de la presse, comprise cette fois comme entreprise profitable, peut aussi s’exercer (avec le concours d’autres pouvoirs) contre les journalistes, ceux-ci doivent mener une sorte de campagne de vigilance permanente (sous le thème ambigu de la liberté de presse) en vue d’obtenir le respect de leur capacité à « rapporter les faits ». Cette vigilance multiforme jouit d’une efficacité exceptionnelle pour ce qui est, par exemple, de sanctionner les politiciens qui, insatisfaits du message, s’avisent à l’occasion de tirer sur le messager. Or, nous assistons aujourd’hui à une extension considérable, en grande partie justifiée, de cette sympathie du public en faveur de l’autonomie du messager. Sous l’impulsion du modèle américain du columnist, la presse d’opinion a fait un retour impressionnant depuis une vingtaine d’années alors qu’à l’opinion éditoriale (traditionnellement « partisane » et peut-être pour cette raison en déclin) s’est ajoutée une belle variété de billets d’opinion répartis dans toutes les sections de la presse, quotidienne ou périodique. Jouissant du respect traditionnel dû au « messager », les essayistes de cette nouvelle presse d’opinion commentent l’événement dans la perspective de faire la chronique de « l’esprit du temps », et cela dans les différents domaines dont ils sont dès lors les spécialistes ; les uns se rapprochent du domaine traditionnel de la critique du goût — littéraire, artistique, gastronomique, etc. —, les autres tendent, en tant « qu’analystes », vers le style du journalisme d’enquête, et d’autres encore osent sans ambages le style du papier d’humeur.

3Par rapport à la question qui nous occupe ici, il n’est pas sans intérêt de remarquer que la « nouvelle » du déclin de l’appui à la souveraineté a été depuis cinq ans la chose de cette presse d’opinion nouveau genre et que la plupart des sondages, qui disaient tous en gros la même chose, ont été à tour de rôle l’occasion d’annoncer que la souveraineté était en déclin, généralement sur la base de la réponse à la question « Êtes-vous favorable à la tenue prochaine d’un référendum ? » (ce qui est peut-être autre chose). Nous avons tendance à penser que l’obligation dans laquelle ces chroniqueurs se trouvent de faire la nouvelle, combinée à la sensibilité sélective de cette catégorie professionnelle aux humeurs populaires, a joué un grand rôle dans la consolidation, à titre de fait, de l’opinion que Pierre-Marc Johnson exposait à son interlocuteur.

Une marge d'incertitude

4Ceci dit, il est évidemment libre à chacun de prendre pour déclin la baisse de quelques points des intentions de vote en faveur du OUI, ou de déplorer sur cette base la stagnation de la question nationale dans la société québécoise ou bien encore de célébrer la persistance d’un appui à la souveraineté qui fait pièce au découragement de ses promoteurs. Les constats sur lesquels nous avons voulu pour notre part fonder notre propre essai d’interprétation nous portent à considérer la question du « déclin » dans une sorte de marge d’incertitude : d’abord parce que les intentions couramment exprimées le sont en dehors du contexte émotif d’un débat public ; ensuite parce que l’expérience de 1995 montre que les intentions de voter OUI recueillies par les sondages peuvent être substantiellement inférieures aux votes effectivement recueillis par un référendum, ceci pouvant se combiner avec cela de bien des manières, toutes aussi imprévisibles les unes que les autres ; finalement, parce que le plafonnement, au total, de l’appui déclaré à la souveraineté du Québec résulte à la fois d’une augmentation observée dans certains groupements de la population québécoise qui lui sont traditionnellement défavorables et d’un recul appréciable qui se trouve justement concentré dans le groupement social porteur de ce projet.

5Lorsque nous abandonnons la question du niveau de l’appui à la souveraineté à ceux qui ont de meilleures boules de cristal que nous pour nous tourner vers l’examen de sa structure et de son évolution, il nous semble alors que notre interprétation prend prise sur un terrain qui a été peu exploré jusqu’ici. L’un des phénomènes les plus importants que nous ayons dégagés dans l’analyse empirique menée plus haut est celui de la mobilisation ou de la démobilisation différentielle des différents groupements sociaux et du rôle éminent des femmes du type I dans ce processus, aussi bien en 1995 que récemment. Ce constat, qui a l’avantage d’offrir une clé pour l’interprétation de ce qui s’est passé ces dernières années et d’alimenter une conjecture quant à ce qui pourrait se passer dans l’avenir, ne nous oblige nullement, cependant, à conclure que le recul noté dans le groupement de citoyens que nous identifions comme porteur du projet souverainiste n’est qu’un effet de conjoncture, pas plus qu’il ne nous force à y voir l’indice d’un changement permanent. Nous avons plutôt tendance à soutenir, dans la perspective de la mobilisation, qu’il y a des raisons profondes à ce recul, sans avoir à soutenir aussi qu’il s’agit là de déterminations dont l’effet serait irréversible.

  • 1 La question des générations est étudiée dans certains travaux, mais d’une façon qui reste encore a (...)

6Cette analyse a aussi montré une autre ligne de fracture, cette fois entre les travailleurs au sens très large (groupement comprenant les étudiants) et les personnes inactives, notamment les personnes dépendantes de l’État, les rentiers et les femmes au foyer (surtout les femmes âgées), ces trois dernières catégories ayant voté largement NON dans les consultations référendaires passées. Si, malgré cette tendance de fond, le OUI a progressé dans ces catégories d’électeurs entre 1995 et 2001, c’est que les cohortes d’âge avancé étaient remplacées par d’autres cohortes donnant un plus grand appui à l’option souverainiste ; c’est du moins l’hypothèse que nous faisons dans l’attente d’une étude spécifique sur la question1. Travailler et étudier impliquent une relation de confiance en l’avenir et la capacité de s’engager dans des projets personnels ou collectifs ; ne pas travailler, vivre de ses rentes ou être dépendants de l’État amèneraient les citoyens à se méfier d’une remise en cause de l’ordre établi, jugé plus sécuritaire.

7Nous voudrions en terminant revenir sur le contexte général qui doit, à notre avis, être pris en compte par qui voudra aller au-delà de cette étude. Notre but ici, comme c’était déjà le cas dans le chapitre précédent, est d’essayer de poser différemment le problème.

Nouveau blocage politique

8On se plaît parfois à comparer le gouvernement actuel à celui de Duplessis. Pour paraître injuste de prime abord (Duplessis étant le mal incarné), la comparaison est peut-être plus féconde qu’on ne le croirait à s’en tenir à l’invective partisane. Duplessis, comme on le dit maintenant, était « autonomiste ». Libéral, il attirait les capitaux américains vers le fer du Nouveau-Québec ou vers les « salaires raisonnables » antisyndicaux tout en ménageant les privilèges financiers de la bourgeoisie de Montréal. Il laissait la croissance de la demande de services sociaux écraser l’Église, laissant les puissances hiérocratiques, maîtres du sens sur la place publique, venir en secret dans son antichambre quémander les moyens de les dispenser. Il obtenait par cette méthode les résultats suivants : l’ouverture au grand capital donnait de l’ouvrage aux petits entrepreneurs, le clergé séculier et la dîme régnaient sur des villages d’agriculteurs à demi salariés, le monopole de l’Église des œuvres sur l’éducation et la santé faisait l’encadrement social le moins cher possible, pendant que la dépendance générale de l’Église à l’endroit des subsides ad hoc obligeait les évêques, gardiens de la nation canadienne-française, à partager ce titre avec le gouvernement de la province et à agir, dans la lutte contre les mouvements sociaux contestataires, comme couverture doctrinale du pouvoir.

9La campagne votait donc contre l’immoralité urbaine et pour Duplessis, les catholiques, bénéficiaires de l’école et de l’hôpital, votaient pour l’Église et pour Duplessis, le petit capital votait pour la voirie et pour Duplessis, et la nation votait contre Ottawa et pour Duplessis. Les capitalistes américains, à qui l’on concédait des camps de chasse tout à fait comparables à ceux des « Anglais » de Montréal, n’avaient pas d’objections à formuler contre ce régime, ce qui ne laissait aux artistes et aux contestataires insatisfaits que l’option d’aller déprimer en France.

10Duplessis, bref, était l’équilibriste d’un blocage politique qui laissait le champ libre aux mutations souterraines dont allait sortir la société québécoise ; comme elles étaient déjà trop avancées pour qu’il soit possible de maintenir le Canada français sous l’égide des Pères et des Pairs du Canada de 1867 et comme elles n’étaient pas encore assez avancées pour que la nouvelle classe qu’elle préparait prenne appui sur ces mutations économiques, sociales et culturelles pour achever sa propre ascension, un fin politicien appuyé sur une solide caisse électorale a pu pendant quinze ans renouveler le cocktail idéologique « progressiste et conservateur » où chacun croyait trouver son compte et maintenir ainsi le blocage de l’espace politique, le temps qu’une transformation de la société civile accouche de nouveaux acteurs collectifs.

11C’est tout naturellement que la nouvelle élite issue du grand brassage de la Révolution tranquille s’est dirigée depuis 1995 vers la formule d’un semblable moratoire politique. Les professions de foi souverainistes promettent des ressources fiscales supplémentaires à la technocratie d’État, dont la face nationale reste tournée vers l’intérieur, en même temps qu’elles couvrent une ouverture sur le monde des organisations planétaires où la classe managériale de la nouvelle économie a son champ d’opération et son destin ; le petit nationalisme de la résistance à Ottawa entretient au quotidien le statut de gardien de la nation qui sert de politique officielle à l’État du Québec mais, en faisant sporadiquement revivre le Canada français du « dialogue » canadien, il embrouille le politique dans la politicaillerie et fait perdre de vue la valeur qu’il y a pour des citoyens à être maîtres de leurs institutions ; quant à l’assainissement des finances publiques en vue du grand soir de l’indépendance, elle permet entre-temps de livrer la marchandise que réclament les prêteurs sur « engagement » et de faire preuve du genre de respect fiscal pour les capitaux qui permet d’en attirer d’autres ; les baisses d’impôt, les dépenses fiscales et les privilèges accordés à l’épargne se combinent avec les « aménagements » juridiques et réglementaires pour favoriser la rentrée des investissements, mais elles contribuent ce faisant à élargir le cercle des satisfaits pour qui l’indépendance politique devient la menace d’un coût inutile.

12La mobilisation indépendantiste, en somme, permet au PQ de maintenir sa base électorale sans que cela ne lui impose le moindre échéancier ; elle permet de comprimer l’école, l’hôpital et les municipalités pour leur faire rendre leur miel à moindre coût, de livrer ces institutions aux experts en systèmes, de détruire leur autonomie au nom de l’assainissement des finances publiques et de les assujettir aux subsides ad hoc ; elle permet de faire de la création d’emplois une vertu absolue et d’y jeter autant de ressources fiscales qu’il en faut pour rendre le territoire québécois attrayant aux investisseurs étrangers ; et elle permet, tout en bloquant la formation d’un parti de la gauche, de raccrocher à l’idéal républicain de la « citoyenneté » le développement d’une classe supranationale qui croît aussi vite que les institutions publiques se mettent au service de ses organisations. De son côté, le gouvernement fédéral a autant d’argent qu’il peut en dépenser, comme au temps de Duplessis. Québec et Ottawa s’arrachent la province, l’un avec des votes, l’autre avec des dollars, pendant que les universités, comme jadis, accueillent favorablement l’aide fédérale.

13Coincée, avec les couches sociales dont elle est issue, entre des avantages actuels trop importants pour prendre des risques et un projet politique qui lui vaut une bonne part de ses appuis populaires, l’élite indépendantiste — gouvernementale et managériale — se retrouve aujourd’hui dans la position de Duplessis. Les tendances de fond de la société contribuent à défaire la coalition qu’a rassemblée le mouvement souverainiste et il n’est pas certain qu’il soit encore à l’avantage de ceux qui en ont les moyens de réunir de nouveau cette coalition sous l’étendard d’une bataille référendaire. Même l’art de diviser la société en grandes corporations sectorielles pour obtenir de leur confrontation au sommet des consensus sans lendemain s’épuise. Mais rien, sur la droite ou sur la gauche, ne se dessine qui pourrait dépasser ce blocage ou en rassembler les éléments dans une nouvelle synthèse politique. De semblables lignes de séparation traversent tous les milieux et les multiples pressions sociales sont dans un état général d’équilibre, fût-il instable.

14L’unité du monde du travail, par exemple, traditionnellement fondée sur un enracinement commun dans des installations physiques, des ressources, des modes de vie et des lois nationales, de même que sur une commune dépendance salariale, se relâche rapidement. Les syndicats deviennent capitalistes, l’aristocratie ouvrière est actionnaire, les fonds de pension jouent contre les revenus de travail, la sauvegarde des emplois exige des licenciements et les jeunes travailleurs sont tenus en situation d’exception — qu’ils soient millionnaires de l’avant-garde technologique, travailleurs à la pige des nouveaux talents, troupes de relève de la circulation des emplois ou simplement membres de l’armée de réserve. Pendant ce temps, l’épargne, l’âge et les échelons conventionnés enseignent lentement mais sûrement aux membres de la « vieille » économie à passer du revenu de travail vers la rente viagère. Et les idéaux qui animent les luttes locales pour la juste part du travail s’embrouillent dans les perspectives de participation au miracle financier « global ». Le monde du travail, jadis lié à des législations nationales et capable en retour de tenir le pouvoir politique comptable de ses appels à la « fraternité », est ainsi profondément travaillé de l’intérieur par des « libertés nouvelles » qui y introduisent (sous les habits de la participation) l’opposition du travail et du capital.

15Le consensus anti-inflation, qui est un consensus de rentiers et de créanciers, se combine bellement avec ces divisions internes du travail pour en accroître la portée générationnelle. Dans toutes les sociétés de marché, les périodes d’inflation modérée sont favorables aux jeunes ménages en diminuant les frais d’intérêt liés aux dettes d’établissement et en relevant d’autant la valeur des revenus courants du travail. Dans ce sens-là, les vraies périodes de prospérité sont celles où le taux d’intérêt réel est négatif. Le contentement actuel à l’endroit d’une économie où l’accroissement de la valeur des titres court loin devant celui de la valeur du travail est un triomphe de la publicité. Les spéculations de toute nature, en accroissant la valeur des « instruments financiers », accroissent à moyen terme leur capacité de ponctionner l’économie réelle et modifient cumulativement la distribution sociale du revenu.

  • 2 La situation du premier ministre du Canada est exemplaire de cette tendance, comme l’a montré Savo (...)

16La question nationale, pour prendre un second exemple, a contribué à préserver, au Canada d’abord et au Québec ensuite, un certain sens de la valeur des institutions et à ouvrir l’espace politique à de nouvelles alliances. Qu’elle ait été une arme pour les uns ou un leurre pour les autres, qu’elle ait servi la confusion ou la lucidité, elle permettait de poser constamment à nouveaux frais la question constitutive du pouvoir moderne (celle de son fondement) et, audelà, celle de la liberté. Mais voilà qu’elle travaille maintenant dans le sens d’une deuxième tendance lourde, la tendance au rabattement des États parlementaires sur les gouvernements et à la concentration des gouvernements autour de quelques membres de l’exécutif qui, en s’identifiant à la cause nationale, tendent à élever le gouvernement au-dessus de l’État2. Le Québec et le Canada finiront de cette manière par être deux lieux d’un même combat mené de la même manière : la nation, le ministère des Drapeaux, le bureau du premier ministre.

17Dans le cours de l’histoire canadienne, la question nationale a été à de nombreuses reprises restructurée autour de nouveaux enjeux et convertie à de nouvelles circonstances. Le problème du Parti québécois, c’est qu’il ne donne aucun signe de pouvoir l’enrichir d’un sens nouveau à mi-chemin de son second mandat, au tournant des années 2000. Il ne montre aucune velléité de la déplacer sur le terrain des batailles qui comptent. L’indépendance politique des États modernes s’est dépensée à se faire valoir contre d’autres États. Ce qu’il en reste aujourd’hui devrait servir plutôt à retarder la destitution des citoyens le temps que le no man’s land de l’économie globale devienne un domaine de responsabilités politiques plutôt qu’un champ d’opportunités privées. Limiter le programme de la politique extérieure du Québec à l’art de profiter des tendances du continentalisme en s’y adaptant est une entreprise dangereuse quand il devient clair à nombre de citoyens que les États signent ainsi une charte des droits des investisseurs (comme le disait l’AMI) qui est d’un niveau supérieur à celles dont dépendent leurs propres droits.

18Bref, le problème extérieur des nations ne laisse pas d’être préoccupant. Comme il est le même pour les petits pays indépendants que pour le Québec, les souverainistes seraient peut-être mieux avisés de sortir de leur attitude de docilité enthousiaste — dont ils usent comme d’une ruse pour faire accepter leur projet d’indépendance — et de donner quelque signe de partager l’inquiétude des États qui n’ont pas encore déposé leurs responsabilités aux pieds des « marchés ». Comme jadis en Amérique du Sud quand la classe dominante avait gardé ses châteaux dans Tailleurs lointain de l’Empire et qu’elle n’avait cure du destin « national » de la vice-royauté d’Espagne, les classes dominantes nationales veulent leurs entrées dans la superbourgeoisie. Elles y ont une part de leurs actifs, elles y voient leur avenir. Cette classe supranationale se développe aussi bien par l’absorption de citoyens dans les organisations transnationales dont ils revêtent la puissance que par la transformation interne des institutions publiques nationales qui deviennent des bases de promotion. Elle se développe aussi, d’une manière insidieuse cette fois, par une sorte de suggestion sympathique qui amène les législatures à adhérer au moyen de la loi aux directives qui les destituent, au point où Ton se demande comment un État peut arriver à s’interdire par la loi de faire un déficit.

Le projet souverainiste : pour quoi faire ?

19La conjonction de cette ligne de réflexion et des données que nous avons présentées dans cette étude nous mène vers une question de sens commun, une question en tout cas que se posent nombre de Québécois : la souveraineté, pour quoi faire ? Et pour qui ?

20Nous avons soutenu dans ce qui précède que les souverainistes au pouvoir sont en train de perdre la confiance d’un mouvement social réformiste qui a été largement dominé depuis sa naissance par de nombreuses lois à portée sociale mais aussi par la doctrine selon laquelle il revient à l’État de « civiliser le capital ». Ce genre de mouvement social trouve en général son principal écho auprès de ceux qui vivent activement les aléas du marché du travail, qui forment l’essentiel du soutien fiscal de l’État et qui font assez confiance en leur propre valeur économique pour appuyer les changements sociaux qui ont en vue la capacité collective d’imposer des normes susceptibles de contrer ce qu’on appelle les tendances du marché, depuis la loi anti-scabs jusqu’à la loi sur l’équité salariale entre hommes et femmes.

21La crise fiscale qui a frappé les finances publiques et le déséquilibre persistant du pouvoir de dépenser entre l’État fédéral et les provinces ont obligé le gouvernement du Parti québécois à faire des choix difficiles. D’un côté, ce dernier a maintenu un discours socialdémocrate (comparativement aux gouvernements néo-conservateurs de l’Ontario ou de l’Alberta, par exemple) et il a continué à implanter des mesures sociales (assurance-médicaments ou garderies à cinq dollars, par exemple encore). Mais de l’autre, il s’est aussi engagé sur la voie de l’atteinte rapide du déficit zéro et il a procédé à l’assainissement des finances publiques d’une manière qui a réduit le pouvoir de l’État sur la chose financière. Mais surtout, il a pris le virage managérial dans le domaine de la gestion publique, ce qu’il faut aujourd’hui distinguer d’une gestion technocratique orientée vers l’atteinte de buts et d’objectifs politiques visant le développement de la société. La création de la Caisse de dépôt et placement au début des années soixante ou la réforme de l’assurance-automobile dans les années soixante-dix sont des exemples de gestion technocratique visant une finalité clairement exposée alors que la gestion contemporaine des hôpitaux et des universités — pensons aux contrats de performance — illustre plutôt ce virage managérial qui renonce à tout objectif au profit de l’efficacité des appareils et au profit de leur adaptation compétitive à des environnements quelconques. Ce virage managérial ne tend-il pas à dominer le paysage politique ? La nouvelle loi de la fonction publique (l’orientation client) est un bel exemple de cette évolution : reconçant à mettre les institutions publiques au service de finalités politiques, la nouvelle doctrine de l’imputabilité, de l’efficacité et de la satisfaction du client assujettit les « organisations » publiques aux orientations de la demande et elle prend pour seul indicateur de leur santé leur capacité à s’adapter aux pressions diverses, et souvent divergentes, qui s’appliquent à elle.

22L’argument que nous soutenons, à n’en pas douter, nous expose à une mésinterprétation malveillante qui y verrait une manière de montrer du doigt la nouvelle élite du pouvoir et les catégories sociales privilégiées qui ont tiré avantage des transformations esquissées dans les paragraphes précédents. En réalité, la transformation des institutions publiques en vastes organisations de service, le caractère mondialisant des opportunités de la nouvelle économie et la démocratisation, par la rente, de la participation au nouveau capitalisme financier donnent une assez large base sociale à ce mouvement d’ensemble. C’est là l’essentiel de la thèse de Galbraith que nous avons reprise à notre compte. Du point de vue limité de ses avantages immédiats, cette nouvelle « stratégie de développement » suscite la participation, réelle ou imaginaire, de segments importants de la population québécoise et elle abandonne les classes moyennes attachées au travail à leur ancienne confiance en l’État. Les nouveaux clivages sociaux qui résultent de ces transformations traversent à l’évidence le « mouvement » souverainiste lui-même et ils contribueront peut-être, sur la longue période, à sa dissolution pure et simple.

23« Le confort et l’indifférence » que d’aucuns ont vus se mettre en place dans « la » société québécoise nous semblent faire partie des abstractions psychologisantes qui désignent des phénomènes qui doivent plutôt être interprétés sur la base de l’examen de leur distribution différentielle au fil des catégories sociales. Rappelions encore une fois que Charles Taylor soutenait en 1965 qu’il n’y avait pratiquement que des diplômés universitaires qui donnaient leur appui à l’indépendance du Québec, essentiellement parce qu’ils redoutaient que la langue de la nouvelle économie postindustrielle, l’anglais, ne bloque leur propre mobilité sociale. Or, il se peut que ce genre de dynamique élitaire se soit maintenant inversé. Entre 1999 et 2001, pour continuer avec le même exemple, l’appui à la souveraineté des diplômés universitaires était tombé sous celui des diplômés du collégial (tableau A-3). Certes, on pourrait toujours soutenir que ces gens, plus instruits, sont mieux à même de juger de l’évolution récente du monde et de comprendre que la souveraineté correspond à une orientation politique dont la valeur est objectivement périmée ; mais alors on laisserait dans le flou le fait que l’accès à la vérité qui viendrait avec l’éducation pousse les diplômés universitaires à rejoindre ceux qui n’ont pourtant qu’une éducation de niveau primaire.

24Nous nous sommes contentés pour notre part de constater que la souveraineté avait gardé un solide appui dans certains groupements de la société et de soutenir qu’il y avait dans cette fidélité moins la trace d’une erreur que celle d’une division. La société québécoise, assez fortement marquée par ses héritages français puis cléricaux, est une société plus centraliste et plus étatiste — plus élitaire, en un mot — que cela n’est généralement le cas dans son environnement politique immédiat. Les statuts de « minorité nationale » puis de « communauté culturelle » ont inscrit dans la culture politique du Canada français une plus grande propension des membres des classes inférieures à consentir aux orientations de « leurs » élites, caractéristique canadienne-française qui ne s’est pas complètement dissipée dans le passage à la société québécoise (où certains voient encore à l’œuvre une « mentalité » d’état de siège). Il n’est pas impossible que le fait que l’on puisse aujourd’hui y décréter à répétition la fin d’une orientation politique qui pourtant jouit encore d’un solide appui populaire appartienne à cette « tradition » de l’appel au réalignement et que le blocage actuel tienne au désarroi temporaire des catégories sociales qui se sont développées avec le mouvement souverainiste mais qui ne sont pas prêtes à suivre leur élite dans l’aventure du continentalisme des organisations.

Notes

1 La question des générations est étudiée dans certains travaux, mais d’une façon qui reste encore approximative (voir Durand 2001 ou Pinard, Bernier et Lemieux 1997).

2 La situation du premier ministre du Canada est exemplaire de cette tendance, comme l’a montré Savoie (1999).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540