Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les raisons fortes

 | 
Gilles Gagné
, 
Simon Langlois

Troisième partie. La souveraineté: pour quoi faire ?

La souveraineté : pour quoi faire ?

Texte intégral

1Les études qui ont été publiées sur le référendum de 1995 et les analyses des comportements politiques des Québécois que nous avons rappelées plus haut ont fait beaucoup de psychologie sociale collectiviste et peu d’analyse sociologique allant au-delà de la description. On a maintenu ce faisant la réflexion sur les résultats de 1995 dans le paradigme historique du Canada français — l’un soulignant l’ambiguïté historique du « Québec », l’autre l’ambivalence traditionnelle du « peuple » canadien-français — ou, mieux, on a célébré ces résultats dans le langage et la doctrine du multiculturalisme. Or, de telles perspectives normatives, toutes légitimes qu’elles soient, ont une valeur analytique limitée.

2Rappelons notre perspective théorique. En tant qu’entité politique, le Québec ne forme un tout, si l’on y tient, que dans l’exacte mesure où l’orientation des institutions — qui y règlent les pratiques sociales internes et qui définissent, vers l’extérieur, le statut politique de la province — fait l’objet de conflits et de débats entre les groupements sociaux qui la composent (Gagné 2000). On peut toujours se prononcer sur l’orientation culturelle d’une civilisation — « les Inuits voient le monde comme ceci » — mais on s’aventure en terrain glissant quand on veut faire la même chose pour les choix politiques d’une société formée de groupements sociaux différents. L’analyse par variables, à l’autre extrême, revient sans doute à faire droit à des caractéristiques anthropologiques, historiques, culturelles et sociales assez lourdes qui marquent les attitudes politiques. Mais cela revient aussi à oublier qu’en matière politique les citoyens sont plusieurs choses à la fois et qu’il y a des combinaisons typiques de certains de ces « traits » qui appartiennent à la structure générale de la société. En privilégiant l’étude des groupements sociaux et leurs liens possibles avec des mouvements sociaux, on évite la promotion au statut de mystérieuses différences ethniques des écarts qui révèlent plutôt la trace des héritages qui s’y trouvent ressaisis et qui président aux délibérations intimes et publiques des individus qui composent ces groupements quand ils se donnent des raisons d’agir.

3De la même manière que l’appui à la souveraineté (ou son rejet) est fortement marqué par des orientations « typiques » des acteurs, l’évolution depuis 1995 de ces choix est très fortement différenciée selon les mêmes types. La considération de l’évolution globale du niveau d’appui à la souveraineté indique donc très mal la nature de ces changements. Nous l’avons vu, le support donné au projet souverainiste augmente dans certains groupements de la population québécoise mais il décline dans d’autres, donnant l’impression de faire du surplace.

4Sur la base des données examinées, nous avons avancé l’hypothèse que la concentration du déclin du support à la souveraineté du Québec observée principalement dans une catégorie d’électeurs — du type I, celui-là même qui s’était mobilisé en faveur du OUI lors du dernier référendum — indique que leur adhésion à la souveraineté n’a pas, comme on l’a prétendu, le caractère tranché d’une conviction idéologique permanente fondée sur une expérience historique identitaire mais qu’elle fluctue plutôt comme une prise de position en faveur d’un projet d’État sur lequel ces électeurs portent des jugements sensibles au contexte.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter