Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre VI. De la maniere de vivre des Gaspesiens, & de leur nourriture

Texte intégral

  • 1 Dans sa Relation de 1633, Lejeune rappelle le témoignage du Montagnais Pastedechouan sur l’étonnem (...)
  • 2 Sur la traite de l’eau-de-vie et les effets de sa consommation sur les Amérindiens, voir infra, p. (...)

1Il est constant que nos Gaspesiens ont eu si peu de connoissance du pain & du vin, que lorsque les François arriverent la premiere fois dans leur païs, ces Barbares prirent le pain qu’on leur presenta, pour quelque morceau de tondre de bouleau, & se persuaderent que les François étoient également cruels & inhumains ; parce que, disoient-ils, dans leurs divertissemens ils bûvoient du sang sans repugnance ; c’est ainsi qu’ils appelloient le vin1 : aussi furent ils quelque tems, non seulement sans en goûter, mais même sans vouloir en aucune façon familiariser, & commercer avec une nation, qu’ils croïoient accoûtumée au sang & au carnage ; cependant à la fin, ils se sont fait peu à peu à ce breuvage, & il seroit à souhaiter, qu’ils eussent encore aujourd’hui la même horreur pour le vin & l’eau de vie2 qu’ils prennent jusqu’à l’ivresse au préjudice de leur salut & du Christianisme, leur faisant commettre des crüautez bien plus grandes, que celles qu’ils se figuroient dans la conduite des François.

  • 3 Dans les chapitres XII et XIII de sa Relation de 1634, le jésuite Lejeune raconte longuement « ce (...)
  • 4 Voir, infra, le chapitre sur la chasse, p. 527-550.

2Plusieurs sans doute sont surpris & ont de la peine à comprendre comment un Missionnaire peut vivre des années toutes entieres à la Sauvagesse ; j’avoüe effectivement, qu’il en coûte aussi bien des mortifications3, particulierement dans les commencemens, qui sont toujours extrémement penibles : mais enfin on en a bien-tôt surmonté toute la repugnance, quand on a des viandes aussi bonnes & aussi succulentes, que celles d’origniac, de castor, de loup marin, de porc epic, de perdrix, d’outarde, de sarcelles, de canards, de becasses, de morüe, de saulmon, de bar, de truitte, & de quantité d’autres poissons & gibiers, qui servent de nourriture ordinaire aux Sauvages4.

  • 5 Cette période critique correspondait au moment où, l’automne ayant déjà dispensé ses ressources et (...)
  • 6 Presque tous les voyageurs déplorent l’« imprévoyance » des Indiens nomades qui mangent « goinfrem (...)
  • 7 Sagard formule sensiblement la même réflexion : « Ils sont aussi naturellement fort paresseux & ne (...)
  • 8 Matthieu, 6, 31-34 : « Ne vous inquiétez donc pas en disant : Qu’allons-nous manger ? qu’allons-no (...)
  • 9 Sur la manière de sécher et de fumer le poisson et la viande pour les conserver, voir infra, p. 30 (...)
  • 10 Bien qu’il les décrive comme « pas trop [...] bons ménagers », Lejeune rapporte comment les Montag (...)
  • 11 « Leur vivre est ce que la chasse, & la pesche leur donnent : car ils ne labourent point », consta (...)
  • 12 Le maïs, encore généralement appelé « blé d’Inde » au Québec et au Canada français.
  • 13 Avant l’arrivée des Européens, les Amérindiens cultivaient diverses variétés de la faséole (Phaseo (...)
  • 14 Originaire d’Amérique, la citrouille (Cucurbita pepo) était cultivée par les Amérindiens cultivate (...)
  • 15 Dans ses Voyages publiés en 1613, Champlain parle de « pauvres miserables » « sauvages », « si mai (...)
  • 16 Le sang frais du gibier paraît avoir fait partie de l’alimentation normale de certains Amérindiens (...)
  • 17 Parce qu’ils n’ont pas « l’usage du sel », affirme Lescarbot, les indigènes souffrent parfois de l (...)
  • 18 Voir infra, p. 288-292.

3Les mois de Janvier & de Fevrier, sont pour l’ordinaire le tems de la penitence involontaire & du jeûne tres-rigoureux de ces Barbares5, & souvent même tres funeste, vû les effets cruels & horribles qu’il cause parmi eux ; dont cependant ils pourroient facilement prevenir les fâcheuses suites, s’ils vouloient suivre l’exemple des fourmis, & des petits écureuils, qui par un instinct autant admirable qu’il est naturel, amassent avec soin dans l’êté, de quoy vivre abondamment pendant l’hyver6. Mais enfin nos Gaspesiens, sont de ces gens qui ne se soucient pas du lendemain, plûtôt par paresse d’amasser de bonnes provisions7, que par le zele d’observer le conseil que Dieu en donne dans son saint Evangile8. Ils se persuadent que quinze à vingt paquets de viande ou de poisson sechez ou boucannées à la fumée9, sont plus que suffisans pour les nourrir l’espace de cinq à six mois : cependant comme ce sont des gens de bon appetit, ils consomment bien-plûtôt leurs vivres, qu’ils ne s’imaginent10 : ce qui les expose assez souvent au danger de mourir de faim, faute des alimens qu’ils pourroient facilement avoir jusqu’à l’abondance s’ils s’en vouloient donner la peine ; mais ces Barbares étant errans & vagabonds, ils ne labourent point la terre11, ils ne moissonnent ni bled d’Inde12, ni pois13, ni citrouilles14, comme les Iroquois, les Hurons, les Algomquins, & plusieurs autres peuples du Canada ; ce qui les reduit quelquefois dans une si grande necessité, qu’ils n’ont plus la force ni le courage, de sortir de leurs cabannes, pour aller chercher de quoy vivre dans les bois. C’est alors qu’il est impossible de voir sans compassion des petits innocens, qui n’aiant plus que la peau & les os, font assez connoître dans un visage tout extenué, & dans des carcasses vivantes15, la faim cruelle qu’ils souffrent, par la negligence de leurs peres & meres, qui se trouvent eux même obligez avec leurs malheureux enfans de manger du sang caillé16, des raclures de peaux, des vieux souliers, & mille autres choses contraires à la vie de l’homme17 ; tout cela seroit peu, s’ils n’en venoient quelques-fois à d’autres extremitez bien plus touchantes & plus horribles18.

  • 19 Sur l’origine de cette nouvelle désignation, voir infra, p. 378.
  • 20 Voir le Lévitique, 19, 18.
  • 21 W. F. Ganong estime qu’il s’agit non pas de la femme de Richard Denys de Fronsac, mais de sa mère, (...)

4Il est surprenant d’apprendre, qu’ils se voient souvent reduits à des excez si grand & si cruels qu’on ne les peut seulement entendre sans fremir, & la nature ne les peut souffrir sans horreur ; nous en avons veu un exemple assez deplorable à la riviere de sainte Croix19, autrement dite Miramichis, dans le mois de Janvier 1680. où nos Sauvages consommerent leurs viandes, & leur poissons boucannez, bien plûtôt qu’ils ne se l’êtoient imaginez ; en sorte que la saison n’étant pas encore commode pour la chasse, ni les rivieres propres pour la pêche, ils se virent reduits à souffrir tout ce qu’on peut experimenter de rude dans une famine, qui en fit mourir jusqu’au nombre de quarante à cinquante. Les François qui étoient pour lors au Fort de sainte-Croix les soulagerent autant qu’ils pûrent, dans une rencontre où l’obligation de secourir son prochain, que l’Evangile nous commande d’aimer comme nous même20, paroissoit trop sensiblement, pour ne pas s’en acquitter, avec toute la compassion, & la charité possible. Madame Denis21 donna ordre à ses Domestiques, de leur distribuer selon la necessité de chaque Cabanne, du pain, de la farine, des pois, de la viande, du poisson, & même jusques à du bled, que les plus patiens de ces pauvres affamez faisoient boüillir ; mais quelques-autres d’entr’eux ne pouvant plus supporter la faim cruelle qui les accabloit, le mangeoient tout crud : jusques-là même, qu’une pauvre femme étant morte immediatement aprés ce repas, qui fut le dernier de sa vie, on fut assez surpris l’Automne suivant, lorsqu’on vid plusieurs beaux épis de bled qui étoient venus en parfaite maturité, dans la place même où on avoit enterré cette Sauvagesse. Nous n’en pûmes donner d’autres raisons que celle-ci, qui nous parut la plus juste & la plus probable : c’est qu’il faloit necessairement que ce bled qu’elle avoit mangé tout crud, eût germé dans sa carcasse ; & que son estomac n’aïant pas eu assez de force, ni de chaleur naturelle pour le digerer, il étoit venu en maturité : ce qui est tres vraisemblable, puisqu’en effet personne n’avoit jamais semé de froment en ce lieu.

  • 22 Évoquant la disette sévère survenue à l’hiver de 1634-1635, Lejeune signale également l’existence (...)
  • 23 Cette construction du complément d’agent n’était déjà plus très usitée au xviie siècle, où l’on em (...)
  • 24 La Relation de 1650, par Ragueneau, raconte une scène d’anthropophagie alimentaire un peu similair (...)
  • 25 Après le meurtre d’Abel par Caïn, Dieu dit à Caïn : « Qu’as-tu fait ! Écoute le sang de ton frère (...)
  • 26 Voir infra, p. 308-311.
  • 27 Les Micmacs ont emprunté au français le mot « patriarche » pour désigner les premiers missionnaire (...)

5Dans une consternation si grande & une desolation si generale, qui affligeoit sensiblement les François & les Sauvages, il se trouva un de nos Gaspesiens, qui ne pouvant plus souffrir la faim qui le devoroit tout vivant, fut assez barbare & cruel, pour se resoudre d’assassiner & de manger sa femme22 ; laquelle penetrant dans le funeste dessein de son mari, luy inspira, pour se conserver la vie, de casser la tête & de couper la gorge à deux de leurs enfans, l’un âgé de cinq à six ans, & l’autre de sept à huit. Il est vrai, disoit cette marâtre à son mari, le cœur tout transpercé de douleur, que tu es à plaindre, & que la necessité où nous sommes est extréme : mais enfin, si tu veux tuer quelqu’un de ta famille, ne vaut-il pas mieux que nous mettions à mort quelques-uns de nos enfans, & que nous les mangions ensemble ; afin que je puisse élever & nourrir les plus petits, qui ne pourront plus vivre, si une fois ils viennent à perdre leur mere. Elle plaida si bien sa cause en sa faveur, que d’un commun consentement l’homme & la femme massacrerent & couperent la gorge à ces deux pauvres innocens, sans se laisser attendrir aux23 larmes ni aux lamentations d’une petite fille, qui conjuroit son pere & sa mere de ne la pas égorger. Elle ne put jamais obtenir cette grace de ces inhumains ; & ils reçûrent tous deux la mort, de ceux qui leur avoient donné la vie. Ils hacherent ensuite par morceaux, & mirent dans une chaudiere toute bouillante les cadavres de leurs enfans : & enfin, par une cruauté inoùie, dont le simple souvenir fait encore aujourd’hui fremir d’horreur la Nation Gaspesienne, ces monstres de nature les mangerent en la compagnie d’un de leurs freres, qui fut obligé de fuir avec les autres à la riviare de Saint Jean, de peur que les Chefs de nos Sauvages les surprenant dans ce cruel festin, ne leur eussent cassé la tête ; & en effet ils furent autant indignez que surpris, à la nouvelle d’une action si noire & si barbare24. Il est vrai que ces malheureux, au retour du Printems, qui se trouva tres-commode pour la chasse, étoient inconsolables, du miserable genre de mort de leurs enfans, qu’ils avoient inhumainement sacrifiez à la conservation de leur vie. Ils étoient dignes, par leurs cris, de toucher de compassion les cœurs les plus insensibles : le pere reprochoit à la mere l’excez de sa cruauté : la femme representoit à son mari son peu de constance à souffrir la faim, & d’avoir été si dénaturé, que de vouloir conserver sa vie aux dépens de celle qu’ils avoient donnée l’un & l’autre à leurs enfans. Cette pauvre mere affligée luy reprochoit, les larmes aux yeux, avec des soupirs & des gemissemens capables d’attendrir un cœur de bronze ; que luy seul l’avoit forcée à consentir malgré elle, à une action si brutale & si barbare : mais aprés avoir pleuré reciproquement un malheur volontaire où il n’y avoit plus de remede, & la perte irreparable de leurs chers enfans, dont ils faisoient encore retentir les noms au milieu de leurs plaintes, ils ne pouvoient trouver assez de larmes, ni de termes pour détester & pour exprimer eux-mêmes l’énormité de leur crime. Je les ay vû moi-même, ces parens infortunez, qui avoient encore, comme des autres Caïns, l’image affreuse de leur crime abominable si presente à leur idée, qu’ils se croïoient à tout moment frapez de la même malediction que Dieu donna à ce fratricide25. Effraïez qu’ils étoient sans cesse par une terreur panique qui ne les abandonnoit jamais, ils se persuadoient voir autant de boureaux qu’ils rencontroient de Sauvages : & ne pouvant trouver de sûreté en aucun lieu, pour se dérober à la juste colere de nos Gaspesiens, qui ne les regardoient plus qu’avec horreur & indignation, ils couroient les bois jour & nuit sans relâche, cherchant inutilement partout un repos qu’ils ne pouvoient rencontrer nulle-part ; mais encore moins dans le fond de leur conscience, qui les boureloit & les persecutoit continuellement avec tant de cruauté, au seul souvenir de l’horreur du crime qu’ils venoient de commettre, qu’ils se crûrent enfin tout-à-fait indignes de recevoir les billets & les caracteres que je donnois aux autres Sauvages, & dont je me servois tres-utilement pour leur enseigner les Prieres, le Catechisme, & les principes de la Foi que je leur annonçois26. Comme je m’apperçûs donc qu’ils n’osoient plus paroître, & qu’ils cessoient de se rendre à l’Instruction avec les autres, je tâchai de les rassûrer, & de leur persuader de venir à nôtre Chapelle pour y apprendre les Prieres : ils me répondirent que c’étoit en vain ; car quelques efforts qu’ils pussent faire, disoient-ils, pour apprendre ce que je leur enseignois, jamais ils n’auraient la memoire, ni l’esprit de le retenir, jusqu’à ce que ce crime leur fût entierement remis & pardonné de Dieu, par le ministere du grand Patriarche : c’est ainsi qu’ils appellent Monseigneur l’Evêque de Quebec27, voulant, disoient-ils, se jetter à ses pieds, pour obtenir de luy l’absolution de leur crime.

  • 28 Cette histoire rappelle étrangement celle de Sagard où deux femmes canadiennes mangèrent leurs mar (...)

6Tels étoient les paroles & les sentimens de ces pauvres malheureux. Je fis tout mon possible pour les consoler, en leur promettant la protection & tout le secours que je pourrois ; leur remontrant qu’à la verité leur crime étoit énorme, mais qu’enfin Dieu avoit plus de bonté & de misericorde pour eux, qu’ils n’avoient eu de malice & de cruauté, en mettant ainsi à mort ceux ausquels ils avoient donné la vie. Ils crûrent à mes paroles, & reçûrent mes billets ; bien resolus de faire & de pratiquer éxactement tout ce que je pourrais leur inspirer de bon, pour appaiser la justice de Dieu, & se concilier sa misericorde28.

  • 29 En attribuant à l’imprévoyance la disette de nourriture chez les Micmacs, Leclercq oublie que ses (...)
  • 30 Leclercq reprend ici avec plus de concision le commentaire formulé avant que ne débute l’anecdote (...)

7Voila sans doute les accidens fâcheux où s’exposent tous les ans nos Sauvages, par leur paresse, & par le peu de soin qu’ils prennent d’amasser suffisamment en Eté, dequoi éviter & prévenir mille malheurs, qui les accablent tres-frequemment en Hiver29 ; comme ils ne le sçavent que trop bien eux-mêmes, par la funeste experience qu’ils en font. Ces Gaspesiens en tombent d’accord avec nous ; mais il semble que l’abondance qu’ils trouvent au Printems, l’Eté & l’Automne, leur fasse perdre le souvenir des disgraces qu’ils ont souffertes pendant l’Hiver30.

  • 31 Lejeune écrivait déjà en 1635 : « [...] ils supportent beaucoup mieux la faim que nous, si bien qu (...)
  • 32 « Ne faut penser qu’ilz mangent la chair cruë : comme quelques uns s’imaginent », mettait en garde (...)
  • 33 Voir Lejeune (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 248-250) : « Il est du manger parmy les Sauvages, c (...)

8Aprés tout, j’avouë qu’on ne peut assez admirer la constance avec laquelle ils souffrent les rigueurs de la faim ; & on peut dire qu’ils jeûnent peut-être avec autant, ou plus même de patience & d’austerité, que les Anachoretes les plus reguliers & les plus mortifiez. C’est quelque chose de surprenant, de voir qu’ils se font une entiere occupation de chanter à gorge déploïée, & de danser quelque fois comme des fols, lorsqu’ils ont un appetit devorant, & qu’ils n’ont rien dequoy se rassasier ; pour perdre, disent-ils, par ce divertissement, l’envie qu’ils pourroient avoir de manger. Il ne leur est pas difficile de demeurer des trois à quatre jours à jeun, lors particulierement qu’ils sont à la chasse31, & qu’ils poursuivent quelques bêtes fauves, comme l’origniac. Ils ne prennent jamais de refection devant cet éxercice, quelque penible qu’il leur soit ; mais sur le soir, quand ils sont de retour à la Cabanne, ils se regalent de tout ce qu’il y a de meilleur ; faisant boüillir, griller, ou rôtir32, suivant le goût d’un chacun, tout ce qu’ils ont, sans reserve, & sans aucune apprehension qu’on compte leurs morceaux ; mais au contraire, ces Barbares estiment que c’est une chose fort louable & glorieuse, de manger beaucoup : C’est pourquoy, ne se pouvant soûmettre aux regles de la temperance & de l’œconomie, qui cependant leur seroient bien utiles & necessaires, ils font consister tout leur bonheur & mettent leur beatitude à manger avec excez, à accorder à leur appetit au-delà de ce qu’il souhaite, & à manger comme bon leur semble, tant de jour que de nuit ; se faisant un plaisir & une felicité parfaite de leurs ventres33 : aussi est-ce un proverbe parmi nous en Canada, qu’il ne faut que quatre à cinq bons repas pour les remettre des fatigues & des langueurs de plusieurs mois de maladie.

  • 34 Chanté par Hésiode, Lucrèce, Tibulle, Horace et Ovide, évoqué par le géographe Strabon et les hist (...)
  • 35 Voir supra, chap. V, p. 277-278 ; aussi infra, chap. XIV, p. 457, et chap. XV, p. 473. Dans son Hi (...)
  • 36 Sagard aussi note que le « Sauvage avare, & qui refuse d’ayder au necessiteux, ayant moyen de luy (...)
  • 37 Ressemblance étonnante avec les dernières lignes du Discours sur l’origine de l’inégalité : « [... (...)
  • 38 Lescarbot écrivait de même, à propos de la « Liberalité » : « Cette vertu est propre & bien-seante (...)

9Ils conservent inviolablement entr’eux la maniere de vivre qui étoit en usage pendant le siecle d’or34 ; & ceux qui se figurent un Sauvage Gaspesien comme un monstre de la nature, ne croiront que difficilement la charité avec laquelle ils se soulagent reciproquement les uns & les autres : Le fort supporte le foible avec plaisir ; & ceux qui par leur chasse font beaucoup de pelleterie, en donnent charitablement à ceux qui n’en ont point, soit pour païer leurs dettes, soit pour se vêtir, ou avoir le necessaire à la vie. Les veuves & les orphelins reçoivent des presens ; & s’il s’en trouve quelqu’une qui ne puisse nourrir ses enfans, les anciens prennent le soin de les distribuer & de les donner aux meilleurs chasseurs, avec lesquels ils vivent, ni plus ni moins que s’ils étoient les propres enfans de la Cabanne35. Ce seroit un opprobre & une espece de blâme digne d’un reproche éternel, si on sçavoit qu’un Sauvage aïant des vivres en abondance, n’en eût pas fait largesse à ceux qu’il sçauroit dans la disette & dans la necessité36. Voila pourquoy ceux qui tuent les premiers origniaux au commencement de Janvier & de Fevrier, tems auquel ces Peuples pâtissent davantage, d’autant qu’ils ont consommé toutes leurs provisions, se font un plaisir d’en porter eux-mêmes tres-éxactement à ceux qui n’en ont point, fussent-ils éloignez de quinze à vingt lieuës : & non contens de cette liberalité, ils les convient encore, avec toute la tendresse possible, de venir en leur compagnie, & de s’approcher de leur Cabanne ; afin de les pouvoir soulager plus commodément dans leur necessité, & dans leur plus pressant besoin ; avec mille promesses de leur faire genereusement part de la moitié de leur chasse : Belle instruction, sans doute, pour ces riches impitoïables & ces cœurs de roche, qui n’ont que des entrailles de fer pour leurs semblables, & qui ne se mettent aucunement en peine de secourir la misere extréme de tant de pauvres qui gemissent, & qui souffrent la faim & la nudité, pendant que ces mauvais-riches regorgent d’une infinité de biens & de richesses37, dont la Providence ne les a fait que dépositaires, & ne les a mis entre leurs mains, que pour en faire un saint usage d’aumônes & de charité aux membres necessiteux du Sauveur38.

  • 39 Notation similaire chez Lejeune : « les Sauvages en boivent [de la graisse] assez souvent, voire m (...)
  • 40 Gamo : gâteau de suif (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 2 (...)
  • 41 Denys décrit longuement la préparation du « cacamo » : « Le travail des femmes estoit d’aller cher (...)
  • 42 Selon Denys, les Micmacs « beuvoient peu d’eau cruë pour lors [vers 1630] aussi bien qu’a present (...)
  • 43 Dans sa Description geographique et historique (t. II, éd. Ganong, p. 575), Denys mentionne que «  (...)

10La viande d’origniac est celle que nos Gaspesiens estiment davantage : ils en aiment la graisse, & l’estiment un mets si delicieux, qu’ils la boivent toute pure, avec autant de sensualité que si c’étoit la liqueur du monde la plus agreable. Ils la mangent encore toute crue, comme quelque chose d’exquis39 : en un mot, il n’y a point chez eux de festin plus magnifique, que lorsque celuy qui traite donne aux conviez un pain de cacamos40, de neuf à dix livres. Or ce pain est une espece de graisse qui se tire des os des jambes & des cuisses des origniaux : & aprés qu’ils en ont mangé toute la moëlle, ils mettent ces os, qu’ils concassent & qu’ils pilent, jusques à presque les reduire en poudre, dans une grande chaudiere d’eau boüillante ; en sorte que tout ce qui peut rester de moëlle ou de graisse dans ces os ainsi brisez, surnage au-dessus de l’eau par la chaleur du feu. Ils l’amassent ensuite, & la conservent soigneusement, comme quelque chose d’excellent & de delicat41. Quant au bouillon42, il devient blanc comme du lait ; & suivant leur sentiment, ils le croient aussi pectoral qu’un grand verre d’eau-de vie, ou que le meilleur de nos consommez. Ils font beaucoup plus d’état de l’origniac femelle pendant l’Hiver, que du mâle : & au contraire, ils estiment bien davantage le mâle en Eté, que la femelle ; parce qu’en effet ces animaux ont l’alternative, pour devenir gras & maigres, n’étant pas de leur nature ni de leur temperament de l’être en même tems43 : ce qui est encore fort commun à plusieurs autres animaux du Canada.

  • 44 Dans son « Histoire naturelle des Indes occidentales » (f. 95), Louis Nicolas affirme : « La bete (...)
  • 45 Les témoignages à ce sujet sont unanimes : les femmes « vont querir la chasse ou ell’ a esté tuée  (...)
  • 46 Louis Nicolas explique la raison de cette précaution : « de peûr que la bete regele il la couvre d (...)

11Si par bonheur il arrive que le chasseur tuë une femelle pendant l’Hiver, ou un mâle pendant l’Eté, il se fait alors une réjouissance entiere dans toute les Cabannes voisines, dans l’attente & dans l’esperance où chacun est de manger délicieusement de la graisse d’origniac ; mais ils redoublent leur joie avec des cris & des chants d’allegresse, quand le Chasseur, tout victorieux de sa prise, entre dans la Cabanne, & jette par terre, d’un serieux & d’une fierté comme s’il avoit triomphé d’un redoutable ennemi, le fardeau qu’il a apporté sur ses épaules, dans lequel sont envelopez le cœur, le roignon, la langue, les entrailles, & la graisse la plus delicate44. C’est par là d’abord que ses amis & toute sa famille commencent le regale, tandis que les filles & les femmes vont avec mille marques de joie, toûjours en chantant & en dansant, querir sur leurs traîneaux le reste de la viande de l’origniac45 que ce glorieux Chasseur a laissée fort proprement ensevelie dans les neiges46.

  • 47 Voir supra, p. 294. « Quand ils l’ont bien fait secher [la chair d’orignal], ils pourroient la con (...)
  • 48 Le jésuite Louis Nicolas signale deux façons d’apprêter les boyaux d’orignal. Pour le côlon, qui « (...)
  • 49 Ce sont les femmes qui « apprestent les viandes, boucannent les chairs & autres provisions, c’est (...)
  • 50 Ils « n’ont l’usage du sel » ni d’« aucun assaisonnement », observe Lescarbot (Histoire de la Nouv (...)
  • 51 Voir supra, p. 283.
  • 52 À propos de l’orignal, Diéreville mentionne: « La chair du mufle & de la langue en est trés-délica (...)
  • 53 D’après Denys, les Micmacs faisaient particulièrement cas de la chair des jeunes animaux, voire de (...)
  • 54 Nigiaju : petit d’un orignal (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 89, 188, 276) ; neg (...)
  • 55 Denys décrit en détail cette méthode de rôtissage de la viande: « Ils avoient une autre maniere de (...)
  • 56 De nouveau, l’information est confirmée par Nicolas Denys : « pour faire rostir la viande ils la c (...)

12C’est à la Maîtresse de la Cabanne de ménager tout ce qu’on apporte de la chasse, si on peut dire qu’il se trouve quelque œconomie parmi des gens qui mangent presque à tout moment47. Elle choisit de tous les boïaux de cet animal, ceux qui sont les plus gras, qu’elle fait bouillir, aprés les avoir fort legerement lavez, & qu’elle accommode ensuite en paquets, à peu prés comme les boudins & saucisses48 : c’est dequoy ils font ordinairement leurs regales les plus delicieux. Elle découpe encore en feüillet, tout ce qu’il y a de plus charnu & de plus maigre, qu’elle fait secher & boucaner à la fumée, sur des perches qui forment une espece de petit échaffaut ; afin d’empêcher que leur viande ne se gâte, ni ne se corrompe49. C’est ainsi que sans l’usage du sel, ni d’aucune autre épicerie50, ils la conservent tres facilement quelque-tems, & leur est dans la suite, comme j’ay déja dit51, d’un tres-grand secours dans les extrémitez, où ces pauvres malheureux, faute de prévoïance, ne tombent que trop souvent. On peut dire que le muffle & la langue boucanez de l’origniac, sont merveilleux & excellens52 ; mais c’est encore quelque chose de meilleur & de bien plus délicat, non seulement au goût de nos Sauvages, mais même à celuy de nos François, & de toutes les autres Nations qui sont en Canada, lorsqu’on mange l’un & l’autre tout frais & sans les avoir exposez à la fumée : c’est aussi le festin par excellence de nos Gaspesiens. Ils font encore rôtir quelquefois par divertissement, la tête toute entiere d’un petit élan53, qu’ils appellent communément dans leur langue Nigaiou54, sans en ôter ni le muffle, ni la langue ; mais seulement, sans autre ceremonie, ils attachent à quelque perche une corde, à laquelle cette tête est suspenduë directement devant le feu, en sorte qu’en luy donnant le branle de tems en tems avec un bâton, elle tourne & détourne à droite & à gauche sans se brûler, jusqu’à ce qu’elle soit cuite55. Il n’y a rien encore de si plaisant, que de voir le foïer assiegé, pour ainsi dire, d’autant de portions de viande embrochée dans des bâtons, qu’il y a de Sauvages dans la Cabanne ; lesquels ne pouvant se donner la patience qu’elle soit entierement rôtie, l’arrachent demi-cuite de la broche, & la mangent56 ainsi comme des chiens goulûment, avec une avidité surprenante, qui seroit capable de dégoûter les personnes le plus en appetit. Voila tout l’appareil que ces Barbares apportent dans leurs repas ordinaires, sans chercher ni napes, ni serviettes, tables, plats, assiettes, ni fourchettes.

  • 57 D’abord troqué aux Amérindiens de la côte atlantique canadienne par les pêcheurs normands, bretons (...)
  • 58 Cette pratique, qu’avait observée Lescarbot au début du siècle (Histoire de la Nouvelle-France, li (...)
  • 59 Voir supra, p. 293, n. 32. Les informateurs micmacs rencontrés par W. D. Wallis en 1911-1912 rappo (...)
  • 60 Comme les Montagnais, dont la cuisine et les manières de table dégoûtaient si fort le jésuite Leje (...)
  • 61 Comme le raconte Lejeune, en 1634, dans son chapitre XII, intitulé « De ce qu’il faut souffrir hyv (...)
  • 62 « Jamais ils ne lavent [...] leur chaudiere » (Lejeune, Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 264). Voi (...)
  • 63 « Quand la chaudiere commence à boüillir, écrit Lejeune, ils recueillent l’écume fort soigneusemen (...)
  • 64 Ils « ne lavent [...] point du tout la viande qu’ils font cuire, quoy que le plus souvent (je le d (...)
  • 65 Lejeune relevait chez les Montagnais la même absence de linge de table et observait: « Pour eux il (...)

13Plusieurs sont en peine de sçavoir la maniere dont les Sauvages faisoient bouillir leur viande, devant qu’on leur eût donné l’usage de nos chaudieres57, qu’ils trouvent aujourd’hui extrémement commodes. J’ay appris d’eux mêmes, qu’au défaut de nos chaudieres ils avoient de petits baquets ou auges de bois, qu’ils remplissoient d’eau, dans laquelle ils jettoient si souvent des pierres ardentes qu’ils faisoient rougir au feu, que l’eau peu à peu s’échaufant, boùilloit enfin par l’ardeur & la chaleur de ces roches embrasées, jusqu’à ce que la viande fût suffisamment cuite58 pour la manger à la Sauvagesse, c’est à dire à demi crue59, comme ils la mangent encore aujourd’hui, & d’une maniere même tout-à-fait dégoûtante ; car il est vrai que ces Peuples sont singuliers dans leur façon de vivre, par une malpropreté qui fait mal au cœur. Je ne puis me persuader qu’il y ait aucune Nation dans le Monde, si maussade dans le boire & dans le manger, que la Gaspesienne, si ce n’est peut-être quelques autres Peuples de ce nouveau Monde60 : aussi est-il vrai que de toutes les peines que les Missionnaires souffrent d’abord, pour s’accoûtumer à la manière de vivre de ces Sauvages, afin de les instruire dans les maximes du Christianisme, celle-ci est sans doute une des plus difficiles à supporter61 ; puisqu’elle leur cause souvent des bondissemens de cœur. Jamais nos Gaspesiens n’écurent leur chaudiere que la premiere fois qu’ils s’en servent62, à cause, disent-ils, qu’ils apprehendent le verd-de-gris, qui n’a garde de s’y attacher, quand elles sont bien graissées & brûlées. Ils ne l’écument point non plus, parce qu’il leur semble que c’est ôter la graisse du pot, & autant de bien perdu63 ; ce qui rend la viande toute farcie d’une écume noire & épaisse, semblable à de petites boulettes, qui font à peu prés la figure d’un lait tourné : ils se contentent d’en ôter seulement les plus gros poils d’origniac, quoiqu’elle ait souvent traîné dans leur Cabanne des cinq à six jours, & que les chiens même en aïent toujours goûté les premiers par avance64. Ils n’ont point d’autres tables que la terre plate, ni d’autres serviettes pour essuïer leurs mains, que leurs souliers, ou leurs cheveux, ausquels ils s’essuient exactement les mains65. Enfin il n’y a rien que de rude, de grossier & de rebutant dans les manieres extraordinaires de vivre de ces Barbares, lesquels n’observent dans le boire ni dans le manger, aucunes regles de bienseance, ni de civilité.

  • 66 Voir supra, p. 298, n. 42.
  • 67 Lejeune notait aussi, dans sa Relation de 1634 (JR, vol. 7, p. 52), qu’il faut « boire de ceste ne (...)
  • 68 Les principales espèces d’érables se trouvant en « Gaspésie » sont l’érable rouge (Acer rubrum), a (...)
  • 69 Si l’érable à sucre se trouve en Gaspésie, il se concentre surtout dans les régions actuelles de B (...)
  • 70 Il faut en moyenne quarante litres de sève d’érable à sucre (Acer saccharum) pour obtenir un litre (...)
  • 71 Beige, plutôt.
  • 72 Sur l’utilisation de la sève de l’érable en Amérique du Nord, voir infra, Appendice III, p. 657-65 (...)
  • 73 Non pas parce « qu’il faut qu’il y ait de la neige au pied de cet arbre », mais parce que la tempé (...)

14La boisson ordinaire de nos Gaspesiens est l’eau naturelle66 qu’ils boivent avec plaisir pendant l’Eté. Pour l’Hiver, ils sont assez souvent obligez de fondre la neige dans leurs chaudieres, pour en boire l’eau, qui sent presque toûjours la fumée67. Quant à l’eau d’érable68, qui est la séve de l’arbre même, elle est également délicieuse pour les François & les Sauvages, qui s’en donnent au Printems à cœur joie. Il est vrai aussi qu’elle est fort agreable & abondante dans la Gaspesie69 ; car par une ouverture assez petite, qu’on fait avec la hache dans un érable, on en fait distiler des dix ou douze pots. Ce qui m’a paru assez remarquable dans l’eau d’érable, c’est que si à force de la faire boüillir on la reduit au tiers70, elle devient un veritable syrop, qui se durcit à peu prés comme le sucre, & prend une couleur rougeâtre71. On en forme des petits pains, qu’on envoie en France par rareté, & qui dans l’usage sert bien souvent au défaut du sucre François72. J’en ay plusieurs fois mélangé avec de l’eau-de-vie, des cloux de girofle & de la canelle ; ce qui faisoit une espece de rossoli fort agreable. L’observation est digne de remarque, qu’il faut qu’il y ait de la neige au pied de cet arbre, pour qu’il laisse couler son eau sucrée ; & il refuse de donner cette douce liqueur, lorsque la neige ne paroît plus sur la terre73. Mais enfin, tout ce que je puis dire de l’eau du Canada en general, c’est qu’elle est extrémement saine, bienfaisante, & beaucoup meilleure qu’en France : jamais, ou du moins rarement on s’en trouve incommodé, selon l’experience que j’en ay faite moy-même pendant plusieurs années ; aussi disons-nous en Canada, que les eaux de la Nouvelle France valent le petit vin de l’Europe.

Notes

1 Dans sa Relation de 1633, Lejeune rappelle le témoignage du Montagnais Pastedechouan sur l’étonnement de ses ancêtres à l’arrivée des Français : ils jugèrent ceux-ci comme « des hommes prodigieux & espouvantables », qui « beuvoient du sang, & mangeoient du bois, appellant ainsi le vin, & le biscuit » (JR, vol. 5, p. 120). À l’égard des Micmacs, Lescarbot confirme qu’« ilz n’ont point de pain » ni « l’usage du vin » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XII, éd. Grant, t. III, p. 395, 397 et 393).

2 Sur la traite de l’eau-de-vie et les effets de sa consommation sur les Amérindiens, voir infra, p. 486-493.

3 Dans les chapitres XII et XIII de sa Relation de 1634, le jésuite Lejeune raconte longuement « ce qu’il faut souffrir hyvernant avec les Sauvages ».

4 Voir, infra, le chapitre sur la chasse, p. 527-550.

5 Cette période critique correspondait au moment où, l’automne ayant déjà dispensé ses ressources et les provisions tirant à leur fin, la chasse pouvait tarder à être productive en raison de conditions atmosphériques défavorables. « Si le temps [...] leur est contraire, c’est grande pitié d’eux, affirme Biard, & souvent meurent de miserable faim. Le temps leur est contraire, quand il pleut beaucoup, & ne gele pas ; parce que lors ils ne peuvent chasser ny aux eslans, ny aux castors » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 78). Le « meilleur temps & plus commode », observait Lescarbot, est « lors que les foréts sont chenuës & les neges hautes, & principalement si sur ces neges vient une forte gelée qui les endurcisse » pour entraver la course de « l’Ellan » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XX, éd. Grant, t. III, p. 422 ; voir aussi Denys, Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 595, 596). Le début du printemps était également une période de précarité, le dégel rendant la chasse difficile et la pêche n’étant pas encore possible : « ilz patissent quelquefois : ce qui avient quand l’hiver est trop doux, ou au sortir d’icelui. Car alors ilz n’ont ny chasse, ni poisson, qu’avec beaucoup de peine » (Lescarbot, op. cit., livre VI, chap. XIII, éd. Grant, t. III, p. 395). Selon N. Clermont, ces famines hivernales ne résultent pas, comme le soutiennent certains auteurs (B. G. Hoffman, « The Historical Ethnography of the Micmac », p. 151-195, 230-236 ; P. L. Nietfeld, « Determinants of Aboriginal Micmac Political Structure », p. 360-363), d’une « mésadaptation économique » consécutive à l’intensification du commerce des fourrures avec les Blancs : « En effet, l’hiver a été, pour tous les nomades du Nord-Est, une saison occasionnellement difficile quand les neiges ne leur étaient pas favorables et ils n’en devenaient point, pour autant, mal adaptés. Il ne faudrait pas surestimer non plus les effets négatifs que la traite a pu avoir au xvie siècle sur l’économie autochtone » (« L’adaptation maritime au pays des Micmacs », dans Ch. A. Martijn, dir., Les Micmacs et la mer, p. 13).

6 Presque tous les voyageurs déplorent l’« imprévoyance » des Indiens nomades qui mangent « goinfrement » en période d’abondance sans faire de provisions pour l’hiver. Champlain, par exemple, raconte comment des Indiens affamés se jettent sur une charogne pour la dévorer « à demy cuite », avant de conclure : « quand ils en ont [des vivres], ils ne mettent rien en reserve, & en font chere entiere jour & nuit, puis aprés ils meurent de faim » (Les Voyages du Sieur de Champlain, 1613, éd. Biggar, t. II, p. 56). Biard décrira pareillement les Micmacs comme une « nation [...] fort peu soucieuse de l’avenir, ainsi que tous les autres Americains, qui jouyssent du present : & ne sont poussez au travail, que par la necessité presente. Tandis qu’ils ont dequoy, ils font tabagie perpetuelle ; chants, danses & harangues : & s’ils sont en troupe, n’attendez pas autre chose ; il y a lors belles trêves par les bois. Parler de reserve s’ils ne sont en guerre, sont propos de sédition. Ils auront faim l’Hyver, leur dirés vous : Endriex, vous respondront : c’est tout un ; nous l’endurons facilement » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 106).

7 Sagard formule sensiblement la même réflexion : « Ils sont aussi naturellement fort paresseux & negligens, & ne s’adonnent à aucun travail du corps, que forcé de la necessité, particulierement les Canadiens & Montagnais plus que toutes les autres Nations, c’est pourquoy ils en ressentent souvent les incommoditez, & la faim qu’ils ont quelquefois extreme » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXV, éd. Tross, p. 379 ; aussi Le Grand Voyage, livre I, chap. XVI, éd. Warwick, p. 230).

8 Matthieu, 6, 31-34 : « Ne vous inquiétez donc pas en disant : Qu’allons-nous manger ? qu’allons-nous boire ? de quoi allons-nous nous vêtir ? Ce sont là toutes choses dont les païens sont en quête. Or votre Père céleste sait que vous avez besoin de tout cela. Cherchez tout d’abord son royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain : demain s’inquiétera de lui-même. À chaque jour suffit sa peine. »

9 Sur la manière de sécher et de fumer le poisson et la viande pour les conserver, voir infra, p. 300.

10 Bien qu’il les décrive comme « pas trop [...] bons ménagers », Lejeune rapporte comment les Montagnais constituaient des réserves pour répondre aux fluctuations éventuelles de l’approvisionnement : « ce qu’ils tuent en un jour ne void pas l’autre, excepté l’Elan & l’Anguille, dont ils font secherie quand ils en ont en grande abondance, si bien que pendant le mois de Septembre & octobre, ils vivent pour la plus part d’anguilles fresches en Novembre, Decembre, & souvent en Janvier, ils mangent leurs anguilles boucanées [...]. Quand les grandes neiges sont venues ils mangent l’Orignac frais, ils le font seicher pour se nourrir le reste du temps jusques en Septembre » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 276). À propos des Micmacs, Biard affirme qu’« ils feront aucunesfois des magasins pour l’Hyver, où ils se reserveront quelques chairs boucanées : quelques racines, du gland espeluché en noyaux, quelques pois, ou febves, ou pruneaux de la trocque, &c. La façon de ces magasins est telle. Ils mettent ces provisions dans des sacs, qu’ils enveloppent dans des grandes & amples escorces ; lesquelles ils suspendent en l’air aux branches de deux ou trois arbres, liées par ensemble, à ce que les rats ny les autres bestes, ny l’humidité de la terre, ne les endommage. Voila leurs magasins » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 106-108). Les chroniqueurs s’accordent néanmoins pour dire que ces provisions étaient peu abondantes et qu’elles ne suffisaient pas à mettre les Micmacs à l’abri des famines hivernales. S’interrogeant sur ce « développement apparemment médiocre de la préservation des surplus et de la redistribution différée » de nourriture, N. Clermont observe que « la disette d’hiver était un phénomène extrêmement commun chez tous les Algonquiens nomades et qu’elle n’y était pas nécessairement considérée comme un grand malheur. Généralement, elle faisait partie de la nature des choses comme l’abondance, et, le plus souvent, on savait qu’elle n’était que temporaire, et on avait une certaine assurance qu’on pourrait la vaincre » (« L’adaptation maritime au pays des Micmacs », dans Ch. A. Martijn, dir., Les Micmacs et la mer, p. 25).

11 « Leur vivre est ce que la chasse, & la pesche leur donnent : car ils ne labourent point », constate Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 78). Selon Lescarbot, cependant, les Souriquois, comme « ceux de Canada & Hochelaga », labouraient la terre « au temps de Jacques Quartier », « mais depuis que les François leur portent des chauderons, des féves, pois, biscuit, & autres mangeailles, ilz sont devenus paresseux, & n’ont plus tenu conte de ces exercices » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XVI et XXIII, éd. Grant, t. III, p. 409 et 438). Voir également infra, chap. XII, la légende de Papkootparout, qui raconte que les Micmacs « cultiverent avec succez le bled d’Inde & le petun l’espace de plusieurs années » après les avoir reçus du gardien du « Païs des Ames » ; « la negligence de leurs ancêtres, disent-ils, les privent aujourd’hui de toutes ces commoditez, si utiles & si necessaires à toute la Nation » (p. 417-418).

12 Le maïs, encore généralement appelé « blé d’Inde » au Québec et au Canada français.

13 Avant l’arrivée des Européens, les Amérindiens cultivaient diverses variétés de la faséole (Phaseolus vulgaris).

14 Originaire d’Amérique, la citrouille (Cucurbita pepo) était cultivée par les Amérindiens cultivateurs.

15 Dans ses Voyages publiés en 1613, Champlain parle de « pauvres miserables » « sauvages », « si maigres & deffaits, qu’ils sembloyent des anathomies » (Les Voyages du Sieur de Champlain, 1613, éd. Biggar, t. II, p. 54). En 1650, Ragueneau emploiera l’expression « squeletes mourantes » pour désigner des Indiens affamés (JR, vol. 35, p. 88).

16 Le sang frais du gibier paraît avoir fait partie de l’alimentation normale de certains Amérindiens nomades. Dans le chapitre de sa Relation de 1634 consacré aux « viandes & autres mets dont mangent les Sauvages », Lejeune raconte avoir quelquefois vu des Montagnais « découper en petits morceaux un castor ou autre viande desjà cuite, puis la jetter dans du sang d’orignac qu’ils font à demi bouillir » (passage supprimé par l’éditeur, manquant dans l’édition Thwaites, JR, vol. 6, p. 276 ; rétabli dans l’édition Laflèche, p. 81, et dans l’édition Campeau, Monumenta Novœ Franciœ, t. II, p. 618). Louis Nicolas indique également que certains boyaux de l’orignal « se mangent sans façon melés avec du sang dont on fait des bouillons que les sauvages nomment la boisson de sang — Miskoûioûaboû, qu’ils estiment ; disant que cette sorte de bouillon est fort norrissante » (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 99). Au début du xxe siècle, des informateurs micmacs interrogés par W. D. Wallis sur la façon traditionnelle de préparer la nourriture rapportaient qu’on faisait souvent cuire la viande en la plongeant dans du sang utilisé comme sauce (The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 63). En Europe, des livres de cuisine témoignent de la consommation de boudin, de sauces et de préparations au sang dès la fin du xive siècle (voir J.-L. Flandrin, Chronique de Platine : pour une gastronomie historique, p. 168-180). Néanmoins, le père Nicolas cache mal sa répugnance lorsque, vantant le lait des femelles d’orignal qu’il dit avoir bu à « plains plats », il confie qu’il ne se « metoi[t] gueres en peine s’il y avoit quelque pû de sang mêlé » : « la faim n’a horreur de rien » (op. cit., f. 95).

17 Parce qu’ils n’ont pas « l’usage du sel », affirme Lescarbot, les indigènes souffrent parfois de la faim et « sont contraints de recourir aux écorces d’arbres & raclures de peaux, & à leurs chiens, qu’ilz mangent à cette necessité » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIII, éd. Grant, t. III, p. 395). Le jésuite André Richard rapporte que des Micmacs, surpris par le gel hâtif des rivières au début de l’hiver de 1644-1645, furent « contraints de manger leurs chiens, leurs cuirs & souliers, & passer souvent plusieurs jours sans manger » (« De ce qui s’est passé à Miscou », Relation de 1644-1645, JR, vol. 28, p. 28). Le même sort attendait les missionnaires qui accompagnaient les Amérindiens dans leurs hivernements ou qui entreprenaient des voyages pendant l’hiver. Leclercq fut lui-même menacé, lors de sa traversée des « bois brûlez » à l’hiver de 1677-1678, de consommer des « souliers Sauvages » en raison du manque de vivres (voir infra, chap. XI, p. 367). En 1634, pressé par la faim, Lejeune mangea les morceaux de peau d’anguille dont il avait auparavant rapiécé sa soutane : « [...] & si ma sotane eust esté de mesme estoffe, je vous répond que je l’eusse rapportée bien courte en la maison : je mangeois bien les vieilles peaux d’Orignac, qui sont bien plus dures que les peaux d’Anguilles, j’allois dans les bois brouter le bout des arbres & ronger les écorces plus tendres » (Relation de 1634, JR vol. 7, p. 48). À l’hiver de 1651-1652, le jésuite Druillettes et un néophyte abénaquis, qui n’avaient rien mangé pendant dix jours, « s’adviserent de faire boüillir leurs souliers, & en suite la camisole du Pere, qui estoit faite de cuir d’Elan, & les neiges se fondans, ils firent aussi bouillir les cordes ou les tresses des raquettes dont ils se servoient pour ne point enfoncer quand elles estaient hautes » (Ragueneau, Relation de 1651-1652, JR, vol. 37, p. 260). Vingt ans plus tard, la Relation de 1670-1671 raconte sensiblement la même chose : après avoir été vainement dans le bois « pour chercher des racines, du gland, & d’une espece de mousse, que les François appellent tripe de roche », le jésuite Louis André tente de calmer sa faim avec « une vieille peau d’Orignac » et imagine qu’il devra se résoudre un jour à dévorer « quelques souliers Sauvages, & quelques livres », auxquels il ajoutera « un peu de Theriaque » (Dablon, Relation de 1670-1671, JR vol. 55, p. 142-144).

18 Voir infra, p. 288-292.

19 Sur l’origine de cette nouvelle désignation, voir infra, p. 378.

20 Voir le Lévitique, 19, 18.

21 W. F. Ganong estime qu’il s’agit non pas de la femme de Richard Denys de Fronsac, mais de sa mère, Marguerite Lafite. Elle avait épousé Nicolas Denys en 1642 et l’avait suivi en Acadie en 1658. En l’absence de son mari, elle s’était occupée du fort de Nipisiguit à l’hiver de 1669-1670 (Denys, Description geographique et historique, t. I, éd. Ganong, p. 487). Il est néanmoins possible que Richard Denys ait été marié en janvier 1680 (son aînée naquit vers janvier 1681), mais improbable, selon Ganong, que son épouse amérindienne ait alors joui de l’autorité dont fait ici preuve Madame Denys. Ganong invoque en outre à l’appui de son point de vue que Leclercq et Saint-Vallier désignent toujours Richard Denys par son titre de Fronsac, alors qu’ils appellent simplement son père Monsieur Denys. Marguerite Lafite était décédée en 1688, comme en témoigne le recensement de la « Baye Saint Laurent » que fit Richard Denys cette année-là (New Relation of Gaspesia, p. 111-112, n. 2 ; C.-J. d’Entremont, Nicolas Denys, sa vie et son œuvre, p. 326, 334, 380 ; W. F. Ganong, « Richard Denys, Sieur de Fronsac, and His Settlements in Northern New Brunswick », dans Collections of the New Brunswick Historical Society, vol. 3, n° 7, 1907, p. 14, 33 ; G. MacBeath, « Denys, Nicolas », DBC, t. I, p. 266).

22 Évoquant la disette sévère survenue à l’hiver de 1634-1635, Lejeune signale également l’existence chez les Micmacs d’un cannibalisme de famine, distinct dans son objet et ses significations du cannibalisme pratiqué sur les prisonniers de guerre : « la famine qui fut cruelle l’an passé les a encore traicté plus rudement cet hyver, du moins en plusieurs endroits ; on nous a rapporté que vers Gaspé les Sauvages ont tué & mangé un jeune garçon que les Basques leur avoient laissé pour apprendre leur langue » (Relation de 1635, JR, vol. 8, p. 28-30). Sur la pratique du cannibalisme à l’égard des ennemis, voir infra, chap. XVII, p. 524-525. Voir, en outre, chap. XIII, p. 430-431, où Leclercq rapporte que des Micmacs se décident à manger le cœur d’un parent défunt pour « se vanger du Demon » qui s’y est logé et qui, après avoir tué sa victime, veut « l’empêcher de revivre ». Le thème de l’anthropophagie, déjà présent chez Hérodote (les Scythes buveurs de sang humain et leurs alliés androphages, L’Enquête, IV, 64 et 106), dans la mythologie gréco-romaine (Cronos-Saturne qui dévore ses enfants), dans le dogme catholique (l’Eucharistie), dans la littérature populaire (les contes et les chansons), connaîtra un développement considérable au xvie siècle, avec la découverte de l’Amérique, plus particulièrement des îles antillaises et du Brésil : sur le xvie siècle et ses prolongements jusqu’à Flaubert et à Jules Verne, voir F. Lestringant, Le Cannibale. Grandeur et décadence ; Une sainte horreur, ou Le Voyage en Eucharistie ; voir aussi P. P. Boucher, Cannibal Encounters. Europeans and Island Caribs, 1492-1763. Faut-il rappeler que la psychanalyse ne cesse de s’interroger sur le cannibalisme, depuis Totem et tabou de Freud (1912) ? Voir, là-dessus, M. Harris, Cannibales et monarques. Essai sur l’origine des cultures, G. Carloni et D. Nobili, La Mauvaise Mère, et surtout « Destin du cannibalisme », dans Nouvelle Revue de psychanalyse, n° 6, automne 1972.

23 Cette construction du complément d’agent n’était déjà plus très usitée au xviie siècle, où l’on employait beaucoup « de » et « par ». Aujourd’hui, il n’en reste que quelques expressions figées : « mangé aux mites », « battu aux vents », « raison à moi connue ».

24 La Relation de 1650, par Ragueneau, raconte une scène d’anthropophagie alimentaire un peu similaire : « [...] nous f’usmes contrains de voir des squeletes mourantes, qui soustenoient une vie miserable, mangeant jusqu’aux ordures, & les rebuts de la nature. [...] Les charognes mesme deterrées, les restes des Renards & des Chiens, ne foisoient point d’horreur, & se mangeoient, quoy qu’en cachete : [...] je puis dire avec verité, qu’ils n’ont pas moins d’horreur de manger de leurs compatriotes, qu’on peut avoir en France de manger de la chair humaine. Mais la necessité n’a plus de loy, & des dents fameliques ne discernent plus ce qu’elles mangent. Les meres se sont repuës de leurs enfans, des freres de leurs freres, & des enfans ne reconnoissoient plus en un cadavre mort, celuy lequel lors qu’il vivoit, ils appeloient leur pere » (JR, vol. 35, p. 88). Cette observation rappelle la thématique anthropophagique de plusieurs contes et chansons folkloriques comme « Il était un petit navire » [« Les vivres vinrent à manquer. / On tira à la courte paille / Pour savoir qui serait mangé. / Le sort tomba sur le plus jeune. »] ou cette autre intitulée « L’enfant rôti à la broche » (M. et R. d’Harcourt, La Chanson folklorique française au Canada, p. 115). Elle rappelle aussi les célèbres Contes de Charles Perrault, publiés en 1697 et inspirés de la tradition orale, où l’on trouve des ogres affamés de chair fraîche : l’un veut dévorer des enfants perdus (« Le Petit Poucet ») ; un autre, transformé en souris, se fait manger par un chat anthropomorphe qui lui prend toutes ses richesses pour les donner à son maître (« Le Chat botté ») ; dans « La Belle au bois dormant », une méchante reine veut dévorer sa bru et ses petits-enfants. Sans parler du célèbre « Petit Chaperon rouge »... Cette veine macabre se retrouverait encore, tout au long du xviie siècle, dans les nombreuses rééditions d’Histoires tragiques comme celles de Camus, de Rosset ou de Malingre : voir F. Charbonneau et R. Ouellet, Anthologie de la nouvelle française du xviie siècle.

25 Après le meurtre d’Abel par Caïn, Dieu dit à Caïn : « Qu’as-tu fait ! Écoute le sang de ton frère crier vers moi du sol ! Maintenant sois maudit et chassé du sol fertile qui a ouvert la bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère. Si tu cultives le sol, il ne te donnera plus son produit : tu seras un errant parcourant la terre » (Genèse, 4, 8-12).

26 Voir infra, p. 308-311.

27 Les Micmacs ont emprunté au français le mot « patriarche » pour désigner les premiers missionnaires (voir infra, p. 444, n. 48). « Grand Patriarche » — gtjipatlias (patlias : prêtre + gtji : préfixe augmentatif) : évêque (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 239, 258 ; Maillard, Grammaire de la langue mikmaque, p. 10, 12) ; uktcepadulas (uktce : grand ; padleas : prêtre) : évêque (S. T. Rand, English-Micmac Dictionary, p. 127, 163). Voir encore Maillard (« Lettre de M. l’abbé Maillard sur les missions de l’Acadie et particulièrement sur les missions micmaques », dans Les Soirées canadiennes, 1863, p. 338) : « Vous dites alors, un peu avant qu’on vous versât l’eau de salut sur la tète : Non je ne manquerai jamais à la grâce que Jésus-Christ va me faire par ce sacrement de croire et de prier ; je serai fidèle croyant et Priant ; jusqu’à ma mort, toûjours obéissant et soumis au Grand Patriarche qui tient sur la terre la place du Sauveur. »

28 Cette histoire rappelle étrangement celle de Sagard où deux femmes canadiennes mangèrent leurs maris (Histoire du Canada, livre III, chap. XLIV, éd. Tross, p. 629-638).

29 En attribuant à l’imprévoyance la disette de nourriture chez les Micmacs, Leclercq oublie que ses propres compatriotes ont souvent eux aussi souffert de la famine pendant l’hiver, au point qu’ils étaient parfois réduits à manger des glands, des rognures d’écorces ou même leurs chaussures et leurs vêtements pour ne pas mourir de faim (voir supra, p. 286, n. 17).

30 Leclercq reprend ici avec plus de concision le commentaire formulé avant que ne débute l’anecdote de la Gaspésienne cannibale. Le récit enchâssé descriptif vient encore une fois étayer les propos de l’auteur sur l’imprévoyance des Gaspésiens.

31 Lejeune écrivait déjà en 1635 : « [...] ils supportent beaucoup mieux la faim que nous, si bien qu’après avoir jeune les deux ou trois jours entiers, vous en verrez encore ramer, porter, chanter, rire, gausser, comme s’ils avoient bien disné » (JR, vol. 8, p. 126). Au reproche que leur faisaient les Français de ne pas se prémunir contre les risques de famine pendant la saison froide, Biard rapporte que les Micmacs répondaient : « c’est tout un ; nous l’endurons facilement : nous passons les sept & huict jours, voire les dix aucunefois sans manger, si n’en mou-rons point pour cela » (Relation de 1616, JR vol. 3, p. 106). Voir également à ce sujet le commentaire de Diéreville (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 247) : « Il semble que la Providence / Qui pour leur entretien les partagea le moins, / Prenne pour eux en recompense / Les bons & salutaires soins / De les rendre plus forts contre la défaillance. / Ils seront sans manger huit jours & même plus [...]. »

32 « Ne faut penser qu’ilz mangent la chair cruë : comme quelques uns s’imaginent », mettait en garde Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XX, éd. Grant, t. III, p. 423). S’apprêtant à décrire les diverses méthodes de cuisson utilisées par les Micmacs, Denys résumait : « leur nourriture estoit de poisson & de viande rostye & boüillie » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 582).

33 Voir Lejeune (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 248-250) : « Il est du manger parmy les Sauvages, comme du boire parmy les yvrognes d’Europe : ces ames seiches & toujours alterées, expireroient volontiers dans une cuve de malvoisie, & les Sauvages dans une marmite pleine de viande [...]. Quand vous les traittez bien, ils témoignent le contentement qu’ils prennent en vostre festin par ces paroles : tapoué nimitison, en verité je mange : comme si leur souverain contentement estoit en cette action ; & à la fin du banquet, ils diront pour action de graces, Tapoué nikhispoun, veritablement je suis saoul ; c’est à dire, tu m’as bien traitté, j’en ay jusques à crever. [...] Ils croyent que c’est bestise & stupidité de refuser : le plus grand contentement qu’ils puissent avoir en leur Paradis, qui est le ventre. » À propos des Micmacs, Lescarbot écrivait de même : « pour les viandes il faut confesser leur intemperance quand ils ont dequoy, & mangent perpetuellement jusques à se lever la nuit pour faire Tabagie » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIX, éd. Grant, t. III, p. 418). Au siècle suivant, Diéreville observera pareillement : « Ils sont contens pourvû qu’ils branlent la machoire [...], il faut que les moins gourmands ayent du moins dans le ventre quinze ou vingt livres de viande ; car s’ils sçavent bien patir quand ils n’ont rien, ils sçavent encore mieux se remplir quand ils ont dequoy » ( Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 279-281).

34 Chanté par Hésiode, Lucrèce, Tibulle, Horace et Ovide, évoqué par le géographe Strabon et les historiens Hérodote et Diodore de Sicile, l’Age d’or, gouverné par Cronos, était marqué par la paix et l’éternel printemps : les humains vivaient heureux car ils étaient vertueux et la nature généreuse suffisait à tous leurs besoins. À cette époque bienheureuse s’opposait l’Âge de fer, marqué par le travail épuisant, l’injustice et le mal. L’évocation du mythe par Leclercq pour décrire la « charité » des Gaspésiens rappelle Strabon. Après avoir cité Homère et Hésiode, qui ont parlé favorablement des anciens Scythes, Strabon résume ainsi les réflexions d’Éphore : « la frugalité de leur régime de vie, leur éloignement des affaires d’argent leur permettent d’avoir entre eux des rapports réglés par l’équité, étant donné qu’ils ont tout en commun, entre autres, les femmes, les enfants, et toute leur parenté, et qu’ils se dressent, inébranlables et invincibles, contre ceux qui les menacent de l’extérieur, ne possédant rien qui les expose à la servitude » (Géographie, livre VII, 3,9, t. IV, p. 92-93). Leclercq se souvient peut-être aussi de Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIII, éd. Grant, t. III, p. 396) : « Au surplus tous Sauvages vivent generalement & par tout en communauté : vie la plus parfaite & plus digne de l’homme (puis qu’il est un animal sociable) vie de l’antique siecle d’or [...]. S’il arrive donc que noz Sauvages ayent de la chasse, ou autre mangeaille, toute la troupe y participe. Ils ont cette charité mutuelle, laquelle a eté ravie d’entre nous depuis que Mien & Tien prindrent naissance. »

35 Voir supra, chap. V, p. 277-278 ; aussi infra, chap. XIV, p. 457, et chap. XV, p. 473. Dans son Histoire du Canada (livre II, chap. XII, éd. Tross, p. 248), Sagard raconte comment les Montagnais, avant de partir à la chasse, « font une reveuë de la quantité de femmes vesves, petits enfans & de personnes qui ne peuvent avoir leur vie par le moyen de la chasse, & les departent par les familles egalement, ostans des enfans où il y en a beaucoup, pour les mettre où il y en a moins, & ainsi des autres personnes inutiles. Et pour ce qui est des hommes & des garçons capables de la chasse, s’il y a quelque famille qui en manque, on en tire de celles qui en ont trop, pour en accommoder de moins accommodées. » Parlant des « orphelins » indiens « dispersez dans les Cabanes de leurs oncles, de leurs tantes, ou autres parents », Lejeune ajoute : « ne pensez pas qu’on les rabrouë, qu’on leur reproche qu’ils mangent les vivres de la maison, rien de tout cela, on les traitte comme les enfans du pere de famille, ou du moins peu s’en faut, on les habille le mieux qu’on peut » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 238). Dès 1616, le jésuite Biard vantait la générosité des Micmacs qui « s’entre-donnent tout. Nul oseroit esconduire la priere d’un autre, ny manger, sans luy faire part de ce qu’il a » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 94). Denys relève également qu’« ils ne se refusoient rien les uns aux autres, si une cabanne ou famille n’avoit pas de vivres suffisamment ses voisins luy en donnoient, quoy qu’ils n’eussent que ce qui leur faloit, & de toutes autres choses de mesme » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 589). Un siècle après Biard, Diéreville confirmera l’observation du missionnaire : « ils se secourent entr’eux de tout leur pouvoir ; si quelqu’un a des vivres, il ne manque jamais de les partager avec ceux qui n’en ont pas, & qui en souffrent » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 288).

36 Sagard aussi note que le « Sauvage avare, & qui refuse d’ayder au necessiteux, ayant moyen de luy bien faire [...] est fort blasmé » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXIV, éd. Tross, p. 371). Sur le mépris des Micmacs pour le manque de générosité, voir infra, chap. XV, p. 473-474.

37 Ressemblance étonnante avec les dernières lignes du Discours sur l’origine de l’inégalité : « [...] il est manifestement contre la Loi de la Nature [...] qu’une poignée de gens regorge de superfluités, tandis que la multitude affamée manque du nécessaire » (Rousseau, Œuvres complètes, t. III, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », p. 194).

38 Lescarbot écrivait de même, à propos de la « Liberalité » : « Cette vertu est propre & bien-seante aux grans, qui sont comme dispensateurs des biens de la terre, que Dieu a mis entre leurs mains pour en user liberalement, c’est à dire en élargir à celui qui n’en a point » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIX, éd. Grant, t. III, p. 418).

39 Notation similaire chez Lejeune : « les Sauvages en boivent [de la graisse] assez souvent, voire mesme ils la mangent & mordent dedans, quand elle est figée, comme nous morderions dans une pomme » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 274). Voir également Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 583) : « leur plus grand ragoust est de la graisse, ils la mangent comme on fait le pain & la boivent fonduë ». Au dire du jésuite Louis Nicolas, la moelle des os d’orignal est « d’un tres bon goût a manger : même toute crue quand l’elan vient d’être tué, elle est encore meilleure cuite, et si on la fait fondre il ny a point de burre qui soit ny si doux, ny si delicat, que si enfin on la laisse refroidir on en fait des petits pains qu’on mange avec appetit. [...] cét de bonne foy le meilleur ragoût que ces gens ayent, aussi l’estiment ils beaucoup [...] ; cét un present parmy eux digne a faire a des Ambassadeurs qui viennent traiter de paix dans leur pays » (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 98).

40 Gamo : gâteau de suif (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 248) ; kumoo : pain de suif (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac indians, p. 261 ; English-Micmac Dictionary, p. 81 ; A First Reading Book, p. 14 ; Legends of the Micmacs, p. 48). Voir aussi Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 592) : « nous l’appelions du beurre d’Orignac, & eux du Cacamo » ; et Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VI, éd. Grant, t. III, p. 367) : « Beurre, Cacamo ». Ce mot ne serait plus en usage en micmac moderne (J. Leralu, « L’œuvre de Chrestien Leclercq », p. 181). Les Micmacs désignent aujourd’hui la graisse d’orignal sous le terme de tiàmùmi (tiàm : orignal + -ùmi ; cf. ours : muin / graisse d’ours : muinomi ; porc : gulgwisùmi / lard : gulgwisùmi ; lait : mêlagejg/ beurre : mêlagejùmi ; etc.) (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 137, 276).

41 Denys décrit longuement la préparation du « cacamo » : « Le travail des femmes estoit d’aller chercher la beste apres qu’elle estoit tuée, l’écorcher, la couper par morceaux pour la faire cuire : pour cet effet elles faisoient rougir les roches, les mettoient & ostoient de la chaudiere, amassoient tous les os des orignaux, les piloient avec des pierres sur une autre bien large, les reduisoient en poudre, puis les mettoient en leur chaudiere & les faisoient bien bouillir, ce qui rendoit une graisse qui venoit sur l’eau, qu’ils amassoient avec une cuillier de bois, & les faisoient tant bouïllir qu’à la fin les os ne rendoient plus rien, en sorte que des os d’un orignac, sans compter la moüelle, ils en tiroient cinq à six livres de graisse blanche comme nege, ferme comme de la cire ; c’étoit dequoy ils faisoient toute leur provision pour vivre allant à la chasse ; nous l’appelions du beurre d’Orignac, & eux du Cacamo » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 592).

42 Selon Denys, les Micmacs « beuvoient peu d’eau cruë pour lors [vers 1630] aussi bien qu’a present [vers 1670] » et le « boüillon [...] estoit leur plus grand breuvage » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 583). Voir également Lejeune (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 274) : « Quand à leurs boissons, ils n’en font aucune ny de racines ny de fruicts, se contentans d’eau pure, il est vray que le bouillon dans lequel ils ont cuit la viande, & un autre bouillon qu’ils font d’os d’Elan concassez & brisez, servent aussi de boisson. »

43 Dans sa Description geographique et historique (t. II, éd. Ganong, p. 575), Denys mentionne que « le masle est gras l’Esté, & la femelle l’Hyver ».

44 Dans son « Histoire naturelle des Indes occidentales » (f. 95), Louis Nicolas affirme : « La bete étant evantrée le sauvage veneur en prent le cœur, la langue : ou la tête pour montrer qu’il a fait massacre. » Il s’agit là en fait des meilleurs morceaux de l’animal : « Le cœur de l’orignac passe pour un morceau recherché parmy les venurs » ; « La tête est la meilleure partie de l’animal tout y étant fort bon. La langue est un mets tres exquis » ; « Les rognons qui sont fort gros sont excellents motifs lors qu’ils sont couverts d’une belle graisse fort blanche » (ibid., f. 101, 103, 100). Quant aux « entrailles », Lescarbot et Denys indiquent plutôt qu’elles étaient réservées aux chiens : la bête étant tombée, « ilz luy ouvrent le ventre, baillent la curée ausdits chiens, & en prennent leur part » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XX, éd. Grant, t. III, p. 423) ; « le Sauvage arrivé, l’acheve de tuer, luy fend le ventre, donne toutes les tripailles à ses chiens qui font grand curée » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 596).

45 Les témoignages à ce sujet sont unanimes : les femmes « vont querir la chasse ou ell’ a esté tuée » (Biard, Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 100) ; « le chasseur étant retourné aux cabannes il dit aux femmes ce qu’il a exploité, & qu’en tel endroit qu’il leur nomme elles trouveront la venaison. C’est leur devoir d’aller depoüiller l’Ellan, Caribou, Cerf, Ours, ou autre chasse, & de l’apporter à la maison » (Lescarbot, Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XX, éd. Grant, t. III, p. 423) ; « Le travail des femmes estoit d’aller chercher la beste après qu’elle estoit tuée, l’écorcher, la couper par morceaux pour la faire cuire » (Denys, Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 592 ; voir aussi p. 584) ; « Cét le commun enploy des fammes des chasseurs de courir dans les bois pour aller chercher les animaux, et d’y faire le chois de tout ce qui est de bon, et d’abbandonner tout le reste de l’animal pour la curée des chiens » (L. Nicolas, « Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 101).

46 Louis Nicolas explique la raison de cette précaution : « de peûr que la bete regele il la couvre de nege, l’experiance luy a appris ce secret, et s’il y manquoit il ne pourroit plus le landemain ; qu’il vient querir la viande des betes tuées les ecorcher : par ce que elles seroient gelées dur comme du fer » (ibid., f. 95).

47 Voir supra, p. 294. « Quand ils l’ont bien fait secher [la chair d’orignal], ils pourroient la conserver toute une année », remarque Diéreville, « mais ils ne sçauroient s’empêcher de toujours manger, tant qu’ils ont dequoy, ils ne cessent point » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 251-252).

48 Le jésuite Louis Nicolas signale deux façons d’apprêter les boyaux d’orignal. Pour le côlon, qui « est d’un goût exquis, [...] plain d’une graisse fort fine qui est fort bonne a manger, et qui ne laisse point de degoût sur le cœur », « elles le tortillent » et le font rôtir ; « pour les autres boyeaux ils se mangent sans façon melés avec du sang dont on fait des bouillons » (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 99). Au début du xxe siècle, un informateur micmac affirmait que les intestins de tous les animaux étaient consommés, soit rôtis soit bouillis (W. D. et R. S. Wallis, The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 63).

49 Ce sont les femmes qui « apprestent les viandes, boucannent les chairs & autres provisions, c’est à dire les seichent à la fumée pour les conserver », écrivait Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 100). Louis Nicolas détaillera davantage cette opération : la femme « apprete ses viandes pour les pozer sur des perches a la fumée, et pour les tourner de tems en teins sens dessus dessous, affins que la fumée agissant plus vite elle se puisse plûtot secher » ; enfin, « pour presser leur boucan [elles] persent en mille endroits, avec de petits batons pointus, leurs quartiers de viande pour les faire sechér plutot : par le moyen de la chaleur, et de la fumée qui passant par ces trous qu’elles viennent de faire la chair seche beaucoup plus vite qu’elle ne fairoit » (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 102).

50 Ils « n’ont l’usage du sel » ni d’« aucun assaisonnement », observe Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIII, éd. Grant, t. III, p. 395, 394). Denys attribue notamment au fait que les Micmacs « ne mangeoient ny salé ny épissé » avant l’arrivée des Français leur longévité et leur nombre alors supérieurs (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 583). Trente ans plus tard, Diéreville continue néanmoins d’affirmer qu’ils cuisent leurs viandes « sans sel pour être plus doux » et que c’est précisément pour cette raison qu’ils boivent peu en mangeant : « Car les mêts cuits sans sel ne sont point alterans » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 277-279). D’après S. T. Rand (Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 224), l’emprunt par les Micmacs d’un mot français pour désigner le sel (salawa) montre que ces Indiens ne disposaient eux-mêmes d’aucun terme pour le nommer et qu’ils n’en faisaient donc pas usage traditionnellement.

51 Voir supra, p. 283.

52 À propos de l’orignal, Diéreville mentionne: « La chair du mufle & de la langue en est trés-délicate, c’est ce qu’il y a de plus friant sur cet animal » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 252). Louis Nicolas écrit de même: « La langue est un mets exquis, et sans autre apret que de la faire bouillir [...]. Le mufle qui est fort grand, et fort large nét pas d’un goût moins exquis, et sans autre façon que de le flamber, et de le faire bouillir, il est tres delicat, la chair ou plutot une certaine graisse bien fine, et fort blanche, est si douce, et si succulente qu’elle rejouit a même tems le palais et fortifie le cœur, elle est un pû gluante: mais sans importunité, et la gélée qu’on en fait n’ait pas comparable a celles qu’on voit sur les meilleures tables» (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 103).

53 D’après Denys, les Micmacs faisaient particulièrement cas de la chair des jeunes animaux, voire de celle des embryons: « L’humeur des Sauvages est de ne pardonner non plus aux petits qu’aux grands; ils tuoient tout de quelque sorte de beste que ce fust quand ils les pouvoient attraper : il est bon de remarquer icy qu’ils estoient plus friands des petits que des grands de quelques especes de bestes que ce fust, en sorte que souvent lors qu’ils couroient deux Eslans masles & femelles, ils quittoient le masle s’ils appercevoient que la femelle fust pleine afin d’avoir ses petits, car d’ordinaire elles en portent d’eux, & c’est pour eux un grand regal » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 597).

54 Nigiaju : petit d’un orignal (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 89, 188, 276) ; negeajoo : petit d’un orignal, d’un caribou ; jeune orignal d’un an (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 172 ; English-Micmac Dictionary, p. 114 ; A First Reading Book, p. 45).

55 Denys décrit en détail cette méthode de rôtissage de la viande: « Ils avoient une autre maniere de faire rostir avec une corde d’écorse d’arbres, attachée à une perche, qui traversoit le haut de leur cabanne, ou d’un arbre à l’autre, où sur deux fourches piquées en terre l’on attachoit la viande au bout d’en bas de la corde, au travers de laquelle on mettoit un bâton, avec lequel on luy faisoit tourner plusieurs tours, apres on le laissoit aller, ainsi la viande tournoit longtemps d’un costé, puis de l’autre devant le feu: ne toumoit-elle plus, on tournoit encore la corde avec le baston du milieu, on le laissoit encore aller » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 582).

56 De nouveau, l’information est confirmée par Nicolas Denys : « pour faire rostir la viande ils la coupoient par rouelles, fendoient un bâton, la mettoient dedans, puis piquoient le baston devant le feu, chacun y avoit les siens, lors qu’elle estoit cuite d’un costé & à mesure qu’elle cuisoit, ils la mangeoient mordant à mesme, & coupoient le morceau avec un os qu’ils aiguisoient sur des roches pour les faire couper, ce qui leur tenoit lieu de cousteaux de fer, & d’acier dont nous leur avons introduit l’usage depuis. § Ayant mangé tout ce qu’il y avoit de cuit ils remettoient la viande devant le feu, prenoient un autre bâton, & faisoient de mesme, avoient-ils mangé toute la viande d’un baston ils en remettoient toujours d’autres en continuant tout le jour » (ibid.).

57 D’abord troqué aux Amérindiens de la côte atlantique canadienne par les pêcheurs normands, bretons et basques, le chaudron de cuivre européen a connu dès la seconde moitié du xvie siècle une diffusion considérable dans le nord-est de l’Amérique du Nord (L. Turgeon, « Le chaudron de cuivre: parcours historique d’un objet interculturel », dans L. Turgeon, J . Létourneau et K. Fall, dir., Les Espaces de l’identité, p. 246). La « chaudiere », disait Denys, « leur a toûjours paru & paroist encore la chose la plus precieuse qu’ils puissent tirer de Nous » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 601).

58 Cette pratique, qu’avait observée Lescarbot au début du siècle (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XX, éd. Grant, t. III, p. 423), est décrite avec précision par Nicolas. Denys, qui précise davantage la manière de fabriquer ce bac: « cette chaudiere estoit de bois, faite comme une grande auge ou timbre de pierre: pour la faire ils prenoient le pied d’un gros arbre qui estoit tombé, ils ne le tranchoient point n’ayant pas d’outils propres pour cela; de les porter il n’y avoit pas de moyen ; ils en avoient fait quasi en tous les endroits où ils alloient. § Pour les faire ils se servoient de haches de pierre bien éguisées, amanchées au bout d’un baston fendu, bien liées, & avec ces haches ils coupoient un peu le dessus du bois de la longueur qu’ils vouloient la chaudiere; cela fait ils mettoient du feu dessus, faisoient brûler l’arbre; estant brûlé d’environ quatre doigts de profondeur, ils ostoient le feu, puis avec des pierres & des gros os pointus larges d’un pouce, ils creusoient de leur mieux en ostant tout le charbon, puis y remettoient du feu, & ayant encore brûlé, ils ostoient tout le dedans, & recommençoient d’en separer le charbon, faisant toujours de mesme jusques à ce que leur chaudiere fust assez grande à leur fantaisie, mais plûtost trop grande que trop petite » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 582-583; aussi p. 602). Au siècle suivant, un interlocuteur micmac interrogé par Maillard sur les « vases » autrefois utilisés par son peuple pour faire cuire la viande décrira plutôt des « chaudières faites de pierre de grès tendre, que [l’on creusait] avec des os gros et petits tant d’orignal que de castor ». Ces chaudières pouvaient être directement posées sur le feu ou remplies d’eau amenée à ébtillition en y plongeant des pierres brûlantes (« Lettre de M. l’abbé Maillard sur les missions de l’Acadie et particulièrement sur les missions micmaques », dans Les Soirées canadiennes, 1863, p. 305-306). Sur cette dernière technique de cuisson de la viande dans des plats d’écorce, voir Lejeune (Relation de 1633, JR, vol. 5, p. 96), Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XIV, éd. Tross, p. 270), Relation de 1669-1670 (JR, vol. 54, p. 154) et L. Nicolas (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 32).

59 Voir supra, p. 293, n. 32. Les informateurs micmacs rencontrés par W. D. Wallis en 1911-1912 rapportent qu’anciennement la viande était rarement, si ce n’est jamais, mangée crue. La préparation en était toutefois hâtive et, selon les normes des Blancs, trop sommaire (The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 63).

60 Comme les Montagnais, dont la cuisine et les manières de table dégoûtaient si fort le jésuite Lejeune: voir, en particulier, les chapitres VI, VIII et XII de la Relation de 1634, que Leclercq connaissait et dont il semble se souvenir dans ce chapitre.

61 Comme le raconte Lejeune, en 1634, dans son chapitre XII, intitulé « De ce qu’il faut souffrir hyvernant avec les Sauvages » (JR, vol. 7, p. 34-50).

62 « Jamais ils ne lavent [...] leur chaudiere » (Lejeune, Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 264). Voir aussi infra, chap. XV, p. 484.

63 « Quand la chaudiere commence à boüillir, écrit Lejeune, ils recueillent l’écume fort soigneusement, & la mangent avec delices » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 266). Voir également Louis Nicolas (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 102) : « la chaudiere bout de son coté, et comme j’ay dit de peur que rien ne se perde on profite de l’ecume qu’on prend avec une cuillière fort grande ».

64 Ils « ne lavent [...] point du tout la viande qu’ils font cuire, quoy que le plus souvent (je le dis comme je l’ay veu cent & cent fois) elle soit toute couverte de poil de bestes, & de cheveux de leurs testes » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 264). Louis Nicolas déplorait également le manque de soin dans la manipulation des viandes: « qui n’auroit pas de l’horreur de voir [...] des morceaux de viande au fonds d’une cabane rengés a terre remplis de poil de la bète, et des chiens qui aprés s’en ètre soulés se couchent dessus » (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 102). Voir aussi infra, chap. XV, p. 484.

65 Lejeune relevait chez les Montagnais la même absence de linge de table et observait: « Pour eux ils torchent leurs mains à leurs cheveux, qu’ils nourrissent fort longs, d’autrefois à leurs chiens : je veis une femme qui m’apprit un secret, elle nettoya ses mains à ses souliers, je fis le mesme; je me servois aussi de poil d’Orignac, & de branches de pin, & notamment de bois pourry pulverisé, ce sont les essuyemains des Sauvages » (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 268) ; voir également Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XXV, éd. Tross, p. 378-379; Le Grand Voyage, livre I, chap. VII, éd. Warwick, p. 224). Sur « le linge qui lave » et l’importance de l’essuiement de la peau dans la conception de la propreté en France au xviie siècle, voir G. Vigarello, Le Propre et le sale, p. 47-102.

66 Voir supra, p. 298, n. 42.

67 Lejeune notait aussi, dans sa Relation de 1634 (JR, vol. 7, p. 52), qu’il faut « boire de ceste neige fonduë dans une chaudiere, dont le cuivre estoit moins épais que la saleté: qui voudra sçavoir l’amertume de ce breuvage qu’il le tire d’un vaisseau sortant de la fumée & qu’il en gouste ».

68 Les principales espèces d’érables se trouvant en « Gaspésie » sont l’érable rouge (Acer rubrum), appelé communément « plaine », l’érable argenté (Acer saccharinum) et l’érable à sucre (Acer saccharum). On utilisait surtout ce dernier en raison de la forte concentration en sucre de sa sève.

69 Si l’érable à sucre se trouve en Gaspésie, il se concentre surtout dans les régions actuelles de Beauce-Appalaches, de Québec, des Bois-Francs-Estrie et du Bas-Saint-Laurent. On le retrouve aussi, en moins grande quantité, dans les régions de Montréal et de l’Outaouais, en Nouvelle-Angleterre (au Vermont surtout), dans l’Etat de New York et même encore plus loin, dans les États du Michigan, du Wisconsin, de l’Ohio et de la Pennsylvanie.

70 Il faut en moyenne quarante litres de sève d’érable à sucre (Acer saccharum) pour obtenir un litre de sirop. Celui-ci, concentré et brassé vigoureusement, devient sucre.

71 Beige, plutôt.

72 Sur l’utilisation de la sève de l’érable en Amérique du Nord, voir infra, Appendice III, p. 657-659.

73 Non pas parce « qu’il faut qu’il y ait de la neige au pied de cet arbre », mais parce que la température du sol et de l’air est trop élevée. Pour que la sève coule en abondance, il faut qu’alternent des périodes de froid nocturne et de réchauffement graduel diurne: le gel attire la sève vers les extrémités des branches, tandis que le réchauffement la fait descendre par capillarité vers le pied de l’arbre (Annick Bertrand, « La physiologie de l’érable à sucre et le phénomène de la coulée », Géographes, n° 6, mars 1995, p. 21-26).

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search