Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les raisons fortes

 | 
Gilles Gagné
, 
Simon Langlois

Deuxième partie. Sociographie du sentiment souverainiste

6. Les immigrants : sortir de l'ethnicité

Texte intégral

« ... à l’argent et à des votes ethniques »
(Jacques Parizeau, le 30 octobre 1995)

1La question « du vote ethnique » a fait couler beaucoup d’encre et animé bien des colloques depuis le fameux soir où Jacques Parizeau attribuait la défaite du OUI au référendum que son gouvernement venait de perdre de justesse « à l’argent et à des votes ethniques ». Nous avons souligné au chapitre trois que certains des appels lancés aux Canadiens français à demeurer dans la fédération avaient des relents ethniques et nous avons montré au chapitre cinq comment les liens puissants, historiques, sociaux et ethnolinguistiques qui attachaient collectivement les Anglo-Saxons du Québec à cette fédération canadienne étaient autant de motifs rationnels pour eux de rejeter assez massivement, en quelque sorte sans examen, le projet soumis à leur discrétion. Outre le fait que l’explication sélective de Parizeau avait le défaut d’être toujours vraie et qu’elle avait la forme d’une accusation dirigée contre une catégorie sociale déterminée (encore qu’il ait dit « des votes ethniques » et non pas « le vote ethnique »), il est curieux qu’on lui imputa, pour ainsi dire sur-le-champ, un acte d’ostracisme visant essentiellement les néo-Québécois, ceux-ci étant de plus identifiés aux « communautés culturelles » organisées : les anglophones et les autochtones n’étaient pas au rang des victimes présumées, ni les immigrants francophones ou la riche mosaïque de l’allophonie sans porte-parole. Parler des votes ethniques fut alors considéré comme l’indication d’une sorte de xénophobie, et cela même si tout le monde comprenait que Jacques Parizeau avait dans la mire de sa vindicte ceux qui avaient travaillé durant la campagne à transformer certaines des communautés culturelles organisées en acteurs politiques.

  • 1 En France, Hervé Lebras est le plus virulent critique de la mesure de l’ethnicité dans les recensem (...)

2Ce psychodrame contribua beaucoup à renforcer dans leurs thèses ceux qui soutiennent qu’il est illégitime de considérer l’ethnicité ou la langue maternelle dans les études de sociologie électorale parce que l’on contribue ainsi à stigmatiser des catégories de citoyens. Certains démographes français, par exemple, s’opposent même à l’inclusion de toute référence à l’origine ethnique dans leurs travaux ou dans la cueillette de données, sous prétexte de ne pas donner de munitions ou d’arguments à l’extrême droite xénophobe1. Cette position, nous semble-t-il, tient difficilement la route. Outre le fait que la langue ou l’origine ethnique servent de référence à de nombreuses interventions étatiques au Canada et qu’elles soient à la base du multiculturalisme, ceux qui analysent la portée des politiques publiques ont besoin de cette information, la connaissance des processus sociaux devant rester indépendante, autant que faire se peut, de l’usage politique des catégories sociales auxquelles recourent ces mêmes politiques. Bien que cela soit plus facile à dire qu’à faire et n’aille pas sans interroger en profondeur la nature des sciences sociales, toute autre attitude serait l’invitation à une régression à l’infini : si quelqu’un devait demain montrer du doigt le vote des femmes, le vote des vieux, le vote des riches ou le vote des régions, c’est la sociologie politique la plus banale qu’il faudrait mettre à l’index.

3Analyser le vote en fonction de catégories comme l’origine ethnique a toujours été considéré comme une opération légitime en sciences sociales. Au milieu du siècle dernier, l’ethnicité était même vue comme une variable-clé dans les études de sociologie de l’École de Chicago, haut lieu de l’analyse sociologique des mutations observables dans les genres de vie aux États-Unis, la perspective de cette école ayant même été élevée au rang de paradigme en sciences sociales.

4Ceci étant dit, il est clair que la notion d’ethnicité que nous utilisons dans le titre de ce chapitre a une valeur extrêmement approximative et qu’elle partage plusieurs des défauts de la notion de « vote ethnique » à laquelle, volens nolens, elle fait écho. Les sondages électoraux, comme la plupart des sondages, utilisent la notion « d’allophones » qui, en excluant les anglophones et les francophones, recouvre bien imparfaitement les néo-Québécois tout en y incluant un certain nombre de personnes nées au Québec. Substitut imparfait du groupe des néo-Québécois, la catégorie des allophones qui nous est ici imposée est, déjà pour cette seule raison, la moins consistante de celles que nous utilisons dans cette étude. Nous poserons donc notre question habituelle — les allophones sont-ils marqués par les mêmes clivages sociaux que l’on observe dans les autres groupements analysés dans cet ouvrage ? — en ayant à l’esprit le fait que les données dont nous disposons peuvent au mieux servir d’indicateur des grandes tendances du vote des néo-Québécois. Avant de répondre à cette question, quelques précisions de méthode s’imposent donc quant à la valeur de cet indicateur.

Immigrants, allophones et Amérindiens

5Le nombre de personnes de langue maternelle autre que française ou anglaise est en progression au Québec. Elles comptent pour un peu moins de 10 % de la population totale (9,3 % plus précisément en 1996, voir le tableau A-13). Il s’agit d’une forte augmentation par rapport aux années 1950, certes, mais la diversité ethnique que révèle cette statistique n’est pas encore aussi prononcée qu’elle l’est ailleurs au Canada, car les immigrants ne parlant ni anglais ni français représentent 21,6 % de la population en Ontario, ou encore 18,3 % dans le reste du Canada, une part nettement plus élevée qu’au Québec.

6Les données que nous analysons ne permettent donc pas d’étudier les opinions des immigrants car nous n’avons accès dans les sondages utilisés dans la présente étude qu’à la question portant sur la langue maternelle répartie en trois catégories : française, anglaise et autre. Le fait d’utiliser ainsi la langue maternelle et non pas le lieu de naissance en dehors du Canada biaise-t-il l’analyse ? Les données sur la langue maternelle des immigrants indiquent que 13,2 % de ceux qui se sont établis au Québec en 1999 avaient le français comme langue maternelle et 2,8 %, l’anglais, la proportion de francophones ayant quelque peu augmenté depuis les années 1990 mais non celle des anglophones (voir Langlois 2000 pour plus de détails). La langue maternelle peut donc être considérée comme un indicateur valable, bien qu’imparfait, du statut d’immigrant.

7Cette fois encore, bref, il faut compter avec les limites des données disponibles ; nous considérons néanmoins que l’étude des allophones (définis à partir de la langue maternelle) sera malgré tout instructive et indicative des comportements et des opinions sur la souveraineté chez les néo-Québécois.

8Ajoutons enfin que nous ne pourrons malheureusement rien dire du vote des Amérindiens dans le présent ouvrage. Ceux-ci sont en nombre trop faible dans les échantillons pour apparaître dans les statistiques des maisons de sondage qui effectuent des enquêtes sur tout le territoire. Une analyse minutieuse de leur vote et de leurs opinions exigerait une enquête spécifique, ou encore l’examen des résultats enregistrés dans les bureaux de scrutin où ils se rendent voter, ce qui dépasse l’objet de notre recherche. On en trouvera un premier examen dans l’ouvrage de Drouilly déjà cité.

Les raisons des immigrants

9Les personnes nées à l’étranger et établies au Québec ont en fait immigré au Canada et elles ont prêté serment d’allégeance à leur nouveau pays lors de la remise officielle de leur certificat de citoyenneté. Tous les immigrants — y compris la majorité de ceux que de tels rites laissent généralement indifférents — soulignent l’émotion ressentie lors de cette cérémonie qui marque leur intégration symbolique à leur pays d’adoption. Cette émotion est encore plus vive chez ceux qui ont fui la misère, la pauvreté ou le chômage, chez ceux qui ont fui la persécution ou la violence et qui se sentent en confiance dans ce nouveau pays d’adoption. Ils sont soucieux de refaire leur vie dans un nouvel environnement plus accueillant.

10Les immigrants n’émigrent pas dans un nouveau pays pour en transformer le statut constitutionnel, ils y viennent d’abord pour refaire leur vie, y vivre et y travailler. Il n’est donc pas surprenant de constater que les nouveaux citoyens sont peu portés à militer pour la souveraineté du Québec qui est de leur point de vue une sorte de destruction du Canada. Il n’est pas surprenant qu’ils soient réticents à voter OUI au projet de souveraineté et que plusieurs d’entre eux aient même des raisons fortes de craindre d’éventuels effets négatifs de ce projet. On perçoit le monde à partir de son cadre de référence et celui de bien des nouveaux arrivants est marqué par la violence, les conflits ethniques et les conflits entre nations en des guerres plus ou moins larvées ; ils ont alors de bonnes raisons de craindre davantage les effets d’un « nationalisme » qui vise à changer un ordre de choses qu’ils jugent valable que ceux d’un « nationalisme » qui vise à le faire durer. En ce sens, les immigrants qui s’installent au Québec se voient offrir non pas un seul mais bien deux univers de références en formation : celui de la nouvelle nation canadienne mais aussi celui de la nouvelle nation québécoise.

11Certains immigrants ont été intégrés dans un environnement francophone et ils ont adopté le projet politique de souveraineté politique en partageant les raisons que les francophones qu’ils côtoient ont de l’appuyer. On sait par exemple que l’appui donné au OUI est plus prononcé dans les communautés hispaniques ou haïtiennes, mais beaucoup moins parmi les communautés ethniques en provenance de l’Inde ou de la Jamaïque, traditionnellement plus proches du milieu anglophone.

Retour sur 1995

12Comment ont voté les allophones en 1995 ?

13Lors du référendum de 1995, les allophones ont donné un appui plus fort que les anglophones à l’option souverainiste. Les données empilées des sondages faits en octobre 1995 révélaient 6,2 % d’intentions de vote pour le OUI parmi les anglophones et 14,1 % parmi les allophones (tableau A-19). Ces chiffres ne sont pas des estimations du vote final, mais bien la moyenne des intentions de vote recueillies au fil des sondages effectués avant la tenue du référendum. Ils ne sont pas non plus généralisables sur le plan statistique à cause de la faiblesse des échantillons. Tout au plus donnent-ils un ordre de grandeur de ce qui s’est passé en 1995.

14Il est difficile de considérer les allophones québécois comme un ensemble homogène dont on pourrait étudier les caractéristiques en liaison avec le vote en faveur de la souveraineté. Ce groupement d’électeurs est lui-même fort diversifié et de nombreuses études électorales ont signalé le fait que les allophones étaient loin de voter de façon unanime ou homogène. Le vote souverainiste est fort différent d’une communauté ethnique à l’autre, et les allophones sont marqués par les mêmes clivages que leurs concitoyens, clivages entre générations ou entre classes sociales par exemple.

15Une analyse globale par variables peut cependant se révéler utile dans une perspective de comparaison avec les autres groupements qui ont été scrutés dans les chapitres précédents. À cette fin, nous avons présenté des données dans le tableau A-20 afin d’examiner les relations entre intentions de vote et diverses variables, exactement comme nous l’avons fait auparavant pour les francophones et les anglophones.

16Les résultats de notre analyse des données recueillies avant le référendum de 1995 auprès des allophones ne manqueront pas de surprendre par leur étonnante parenté avec ceux qui caractérisent les autres groupements d’électeurs. Il apparaît que les hommes entendaient voter OUI en proportion plus élevée que les femmes en 1995, de même que les individus vivant en régions. Les personnes plus âgées ou ayant les revenus les plus élevés étaient quant à elles davantage contre ce projet. Enfin, les individus vivant à Montréal ont avancé avoir l’intention de voter en faveur du projet souverainiste en moins forte proportion que les autres.

17Les différences observées parmi les Québécois allophones recoupent donc celles observées dans le reste de la population.

Progression du sentiment souverainiste

18Contrairement à ce qui se passe chez les francophones pris globalement, l’appui donné au projet de souveraineté au sein de la population allophone est en progression depuis 1995 d’après les données empilées, qui mesurent ici une tendance plutôt qu’une estimation des intentions de vote à un moment précis (graphique 6.1). Les données portant sur cette période seront plus fiables sur le plan statistique car la taille totale des échantillons est plus élevée (n = 1470). D’après les sondages empilés, un cinquième des allophones exprimerait une intention de voter OUI en 2001. Cette fois encore, la proportion de personnes favorables à l’idée souverainiste est plus élevée qu’en milieu anglophone, comme c’était le cas six ans plus tôt.

19Une caractéristique importante distingue cependant les citoyens québécois identifiés dans cette étude comme étant allophones des autres composantes de la population québécoise : ils sont moins divisés entre eux que les francophones ou que les anglophones, comme le montre l’examen des caractéristiques associées à l’intention de voter OUI en faveur du projet de souveraineté (tableau A-20). Ils paraissent aussi moins divisés qu’ils l’étaient en 1995, divisions qui viennent d’être rappelées plus haut.

Graphique 6.1. Proportion d'allophones ayant l'intention de voter OUI à la souveraineté selon la période des sondages empilés, 1995,1999, 2000 et 2001

Graphique 6.1. Proportion d'allophones ayant l'intention de voter OUI à la souveraineté selon la période des sondages empilés, 1995,1999, 2000 et 2001

Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calcul des auteurs.

20Les données empilées révèlent que 18 % environ des allophones québécois appuieraient le projet de souveraineté, et cette proportion varie peu dans les diverses catégories d’analyse considérées. La stabilité des proportions est même étonnante d’une catégorie à l’autre. Les quelques écarts par rapport à cette moyenne de 18 % sont en fait peu importants et pour la grande majorité non significatifs sur le plan statistique, comme le montre aussi l’analyse de régression logistique (tableau A-21). Le sexe, le groupe d’âge, le fait de vivre à Montréal ou ailleurs ou encore la scolarité des individus ne les distinguent pas dans leurs intentions de vote qui restent plus ou moins autour de cette moyenne de 18 %. Le lecteur que ces questions intéressent pourra comparer les différences qui existent entre les mêmes catégories dans les analyses faites ailleurs dans cet ouvrage pour se convaincre de l’étonnante uniformité de la distribution des intentions de vote en milieu allophone. Une exception vaut d’être notée : le faible support donné au OUI chez les hauts salariés, une donnée aussi observée chez les francophones, ainsi que les différences observables entre les professions distinguées dans les sondages. Ici encore, les moyennes restent cependant proches de celle qui caractérise l’ensemble, mis à part quelques groupes de profession, mais il est difficile de proposer une conclusion nette sur la relation entre occupation et intentions de vote à cause de la faiblesse des échantillons.

L'activité et l'appui au OUI

21L’étude du lien entre la typologie des électeurs et les intentions de vote proposée dans cet ouvrage apporte-t-elle des observations nouvelles susceptibles d’éclairer ce qui se passe dans le groupement des citoyens nouvellement établis ? Les deux premiers types d’électeurs allophones (les types I et II), soit les plus jeunes, ont donné un plus grand support au camp du OUI en 1995 (première colonne du tableau 6.1) mais cette différence s’est estompée en 2001, l’appui à l’option souverainiste ayant également augmenté dans tous les types (avant-dernière colonne du même tableau). Contrairement à ce qui a été dégagé chez les francophones, et contrairement à ce qu’on observe chez les anglophones où l’âge et le statut socio-économique marquent différemment le soutien donné à la souveraineté, la typologie des électeurs et les variables examinées ne permettent pas de dégager des différences d’opinon vraiment importantes chez les allophones au total. La proportion de personnes qui entendent appuyer l’option du OUI tourne autour de 16 % à 18 % dans les quatre types distingués d’après les données empilées sur toute la période (dernière colonne du tableau 6.1).

Tableau 6.1. Distribution des types d'électeurs allophones dans les échantillons empilés, 1995 et 1999 à 2001

Tableau 6.1. Distribution des types d'électeurs allophones dans les échantillons empilés, 1995 et 1999 à 2001

Les valeurs manquantes sont enlevées.
Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calculs des auteurs.

Tableau 6.2. Intentions de vote sur la souveraineté (pourcentage de OUI fermes) des allophones selon la période de sondage

Tableau 6.2. Intentions de vote sur la souveraineté (pourcentage de OUI fermes) des allophones selon la période de sondage

* Différences statistiquement significatives.
Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calculs des auteurs.

22L’examen des années 1995 à 2000 donne cependant à penser que l’activité professionnelle sur le marché du travail est liée à une plus grande probabilité d’appuyer le OUI chez les allophones, constat qui a été développé dans une publication antérieure qui était en fait une mise à jour de notre étude s’arrêtant à l’année 2000 (Gagné, Langlois et Fortier 2000). Les données sont reproduites dans la première colonne du tableau 6.2. On peut expliquer cette différence par le fait que les personnes actives et les étudiants allophones, en participant aux activités et débats dans la sphère publique où les entraîne nécessairement leur activité, sont amenés à partager les convictions souverainistes, ce qui ne serait pas le cas des personnes non actives. Or on observe que cette différence entre allophones actifs et inactifs disparaît (ou n’est plus statistiquement significative) au cours de l’année 2001, le support donné au OUI par le sous-groupe des actifs n’étant plus différent de celui des inactifs, lui étant même dorénavant inférieur L’appui donné au OUI a certes augmenté en général chez les allophones en 2001, mais le sous-groupe qui était auparavant le plus favorable à cette option ne se démarque plus nettement des autres. Cette observation est un autre indicateur d’une tendance générale mise en évidence auparavant, à savoir que la faveur particulière dont jouissait auparavant l’option souverainiste auprès des électeurs plus jeunes (anglophones), plus actifs (allophones) ou plus jeunes et plus actifs (francophones) était en recul, en particulier dans leurs sous-groupes de condition modeste.

Notes

1 En France, Hervé Lebras est le plus virulent critique de la mesure de l’ethnicité dans les recensements ou les sondages.

Table des illustrations

Titre Graphique 6.1. Proportion d'allophones ayant l'intention de voter OUI à la souveraineté selon la période des sondages empilés, 1995,1999, 2000 et 2001
Légende Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calcul des auteurs.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/12348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 6.1. Distribution des types d'électeurs allophones dans les échantillons empilés, 1995 et 1999 à 2001
Légende Les valeurs manquantes sont enlevées.Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/12348/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 6.2. Intentions de vote sur la souveraineté (pourcentage de OUI fermes) des allophones selon la période de sondage
Légende * Différences statistiquement significatives.Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/12348/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540