Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les raisons fortes

 | 
Gilles Gagné
, 
Simon Langlois

Deuxième partie. Sociographie du sentiment souverainiste

4. Le vote des femmes : sanction d'un gouvernement, sanction d'une option

Texte intégral

1Les études menées sur le support à l’option souverainiste dans la population ont maintes fois noté les différences entre les sexes et c’est un fait connu que les femmes appuient moins que les hommes ce projet. Bien des choses ont cependant changé depuis le temps où de telles études ont été menées pour la première fois et nous proposons dans les pages qui suivent de faire le point sur ces différences à la lumière des récentes données disponibles.

2Il faut d’abord souligner que des expressions comme « les femmes sont prudentes » ou « les femmes sont conservatrices » sont beaucoup trop vagues car elles recouvrent des réalités hétérogènes. « La » condition féminine a beaucoup changé au Québec et tout un monde sépare les jeunes femmes d’affaires socialisées dans l’espace public de la société québécoise, par exemple, et les grand-mères socialisées dans l’espace de la société canadienne-française (dont les plus âgées aujourd’hui n’avaient pas encore le droit de vote lorsqu’elles ont atteint 21 ans). Par ailleurs, les différences entre les hommes et les femmes ne doivent pas être attribuées uniquement à la variable sexe, car l’âge — entre autres — les explique en partie : on sait que pour un ensemble de raisons sociales et historiques, les personnes les plus âgées sont en majorité contre le projet souverainiste et qu’il y a dans ce groupe davantage de femmes. Aussi importe-t-il d’examiner les différences entre les deux sexes en contrôlant cet effet d’âge d’abord, mais aussi l’effet de l’activité professionnelle en dehors du foyer, une variable importante dans la vie politique.

3C’est pour des raisons de cette nature qu’il nous paraît nécessaire d’aller au-delà de l’analyse classique par variables pour comprendre l’effet du sexe sur le vote. Les femmes se comportent en tant que femmes certes, mais aussi en tant que membres de la société et donc aussi en fonction d’autres caractéristiques qu’elles partagent avec les hommes. La condition féminine est une condition sociale : sa place et sa portée dans la hiérarchie de ce qui est plus général et de ce qui est plus spécifique peut varier dans le temps d’une société aussi bien que dans la structure sociale à un moment donné. Ainsi, l’hypothèse qui est au cœur de notre démarché dans le présent ouvrage — hypothèse selon laquelle il faut comprendre ensemble la distribution sociale de l’appui à la souveraineté et les mobilisations différentielles auxquelles elle donne lieu pour saisir la nature de ce projet aujourd’hui — nous oblige à examiner sérieusement le vote des femmes en même temps qu’elle nous interdit de donner d’entrée de jeu au sexe le statut d’un déterminant fondamental de ce vote. Ce qui suit est donc une étude des interactions variables, dans le temps et au fil des différents groupements de la société, entre la condition féminine et les autres aspects de la condition sociale. Nous ferons d’abord un retour, dans cet esprit, sur la mobilisation de 1995 pour examiner les particularités du vote des femmes en conjonction avec les différents types d’électeurs ; nous suivrons ensuite l’évolution des écarts hommes/femmes jusqu’au milieu de l’année 2001 en accordant une attention particulière aux transformations assez marquées des deux dernières années.

La mobilisation — plus tardive — des femmes en 1995

4Selon ce qui vient d’être dit, deux types limites (« purs ») de mobilisation féminine sont possibles. Le premier amènerait les femmes à s’engager dans le même mouvement social que les hommes, partageant alors les mêmes raisons de le faire et agissant en conséquence dans le même sens. Le second mettrait en scène une mobilisation des femmes totalement différente de celle des hommes, aussi bien dans sa structure et son rythme que dans les raisons sociales sur lesquelles elles reposeraient. Le vote des femmes représenterait dans ce cas une réalité synthétique extrêmement complexe, le résultat du jeu d’une variable « sexe » elle-même difficilement décomposable, l’effet résiduel d’une cause « indépendante ». Essayons ici de faire la part des choses.

5L’histoire du sujet de notre étude semble avoir donné un bel exemple d’une mobilisation strictement féminine lors du premier référendum sur la souveraineté-association en mai 1980. L’affaire des Yvette avait alors déclenché un vaste mouvement de protestation de femmes heurtées par une remarque maladroite de la ministre Lise Payette, qui s’était moquée dans un discours électoral des Yvette, ces petites filles sages et soumises des manuels scolaires canadiens-français des années 1950. La remarque était doublement maladroite du fait que l’épouse du chef du camp du NON (Claude Ryan) lors de ce référendum se prénommait justement Yvette. Il n’en fallait pas plus pour susciter un vaste mouvement de protestation qui eut une portée considérable à l’époque — ce qu’on a appelé le mouvement des Yvette. Ce vaste mouvement, strictement féminin, impliquait cependant des femmes appartenant à la sphère plus traditionnelle de la société québécoise d’avant la Révolution tranquille : femmes au foyer, femmes en dehors du marché du travail et femmes plus âgées qui sont alors sorties de leur « discrétion » habituelle pour s’engager publiquement en faveur du NON. Ceux qui, à l’époque, se réjouirent — ou s’attristèrent — de cette manifestation féminine en supposant qu’elle exprimait un conservatisme propre à cet électorat, conclurent sur cette base qu’elle avait eu une influence générale — néfaste au OUI — sur le vote féminin en en cristallisant la tendance spontanée. Nous sommes loin d’être sûrs de ce diagnostic ; nous croyons plutôt que cette prise de parole fut d’abord l’indication d’une élévation du niveau de participation politique des femmes et que l’on ne peut pas tirer de conclusion sur l’orientation générale de cette participation accrue du fait qu’elle a été exprimée par un groupe plutôt que par l’autre.

6Nous explorerons plus avant les subtilités du vote des femmes en passant maintenant au cas de 1995, cas pour lequel nous pourrons « interroger » les données et illustrer ainsi quelques idées portant sur les faits. Nous verrons que les mouvements de l’opinion féminine sur la souveraineté laissent assez peu de place aux effets résiduels de la variable sexe.

7Examinons d’abord comment les hommes et les femmes se sont globalement distingués lors de ce scrutin à partir des données empilées des quatre sondages qui l’ont précédé. Les données sont présentées dans le tableau A-7.

8Il ressort que :

  • Les écarts entre les hommes et les femmes sont plus prononcés chez les francophones et les allophones et ils sont statistiquement significatifs ; ils sont marqués aussi au sein de la population anglophone, mais non significatifs sur le plan statistique.
  • Les écarts dans les intentions de vote entre les sexes sont très élevés dans tous les groupes d’âge (ces moyennes empilées ne tiennent pas compte du rapprochement observé en fin de campagne référendaire).
  • Les femmes professionnelles et étudiantes ne se différencient pas tellement des hommes qui sont dans la même situation, tout comme celles qui ont une formation universitaire ; les femmes actives employées dans les services ou celles qui sont cadres supportent moins la souveraineté que les hommes dans la même condition.

9L’analyse qui précède est utile certes mais, se limitant à la description, elle a cependant une portée explicative limitée. À preuve, à mesure que se déroulait la campagne référendaire, les écarts entre les hommes et les femmes dans les intentions de voter OUI se sont fortement amenuisés dans la population prise globalement. De 14,9 % dans le premier sondage au début d’octobre 1995, ils sont passés à 7,3 % dans le dernier sondage, soit une réduction notable (graphique 4.1). Encore une fois, nous constatons que la campagne référendaire a été le théâtre de changements d’opinion importants et, dans ce cas-ci, d’un rapprochement global entre les intentions de vote des hommes et des femmes. Il faut donc mettre en œuvre une approche qui saisit mieux la dynamique des intentions des électrices et cette fois encore, nous croyons que notre analyse typologique sera utile à cet effet.

10Chez les francophones actifs de moins de 55 ans, les femmes on-t-elles participé autant que les hommes au mouvement de mobilisation en faveur du OUI analysé dans le chapitre précédent ? Oui, peut-on répondre, mais avec un peu de retard sur les hommes (tableau A-8). En fait, leur mobilisation a été plus marquée que celle des hommes, les hommes du type I étant déjà largement acquis à cette option dès le début de la campagne référendaire comme le montre le graphique 4.2. En un mois, la proportion des femmes du type I favorables à l’option du OUI a augmenté plus rapidement que celle des hommes ayant les mêmes caractéristiques, comme l’indiquent les proportions de la deuxième ligne du tableau 4.2, passant de 49,7 % à 63,9 % entre le début et la fin de la campagne référendaire, ce qui représente une progression remarquable faisant même disparaître la différence statistiquement observable entre les sexes au moment du lancement de la campagne. Un tel changement témoigne d’une forte mobilisation des femmes de ce groupement porteur du projet souverainiste à mesure qu’approchait l’échéance du vote.

Graphique 4.1 Proportion de personnes ayant l'intention de voter OUI au référendum de 1995 selon le sexe et la date de quatre sondages effectués en octobre 1995

Graphique 4.1 Proportion de personnes ayant l'intention de voter OUI au référendum de 1995 selon le sexe et la date de quatre sondages effectués en octobre 1995

Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calcul des auteurs.

  • 1 Gilles Gagné et Simon Langlois, « Relativiser le recul et comprendre l’appui à la souveraineté », (...)

11Sur la base de ce résultat, nous avons soutenu dans des publications précédentes que les écarts entre hommes et femmes étaient appelés à se réduire à mesure que de nouvelles cohortes de femmes, actives sur le marché du travail dans une plus forte proportion, allaient remplacer les femmes inactives plus âgées, les femmes étant alors proportionnellement plus nombreuses à partager les mêmes raisons que les hommes d’appuyer — ou de rejeter — le projet souverainiste1. Il nous paraît nécessaire de revenir sur cette tendance à la lumière de séries de données plus longues, qui ne nous étaient pas disponibles au moment où cette interprétation avait été formulée, et d’en faire un examen plus fin.

Graphique 4.2 Proportion de personnes ayant l'intention de voter OUI au référendum de 1995 selon le sexe (type I) et la date de quatre sondages effectués en octobre 1995

Graphique 4.2 Proportion de personnes ayant l'intention de voter OUI au référendum de 1995 selon le sexe (type I) et la date de quatre sondages effectués en octobre 1995

Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calcul des auteurs.

Les écarts hommes-femmes se maintiennent entre 1999 et 2001

12Le rapprochement observé durant la campagne référendaire de 1995 entre les intentions de vote des femmes et des hommes annonçait-il la convergence des comportements et opinions entre les deux sexes au cours des années qui ont suivi ? Pour répondre à cette question, nous analyserons l’évolution des intentions de vote selon le sexe entre 1995 et 2001 en suivant une démarche identique à celle du chapitre précédent. Nous allons prendre comme point de référence les données empilées de 1995, mais aussi le dernier sondage fait juste avant le scrutin référendaire qui nous a semblé le mieux refléter l’état de l’opinion à la veille du référendum comme on l’a expliqué plus haut. Il faut tenir compte de l’effet de mobilisation que nous venons de dégager pour évaluer la progression des intentions de vote. L’étude des différences hommes-femmes doit, autrement dit, tenir compte de ce net rapprochement observable durant la campagne. Ceci dit, le lecteur qui préfère comparer les données empilées aura le loisir de le faire puisque nous les donnons aussi dans les tableaux.

13Nos données ne nous permettent pas d’étudier l’évolution des intentions de vote en faveur de la souveraineté au cours des trois années qui ont suivi 1995, puisque le premier sondage disponible après l’année où s’est tenu le référendum dans cette étude est daté du mois d’avril 1999. L’examen des données empilées donne à penser que les écarts entre hommes et femmes dans l’ensemble de la population sont restés à peu près inchangés si on les compare avec la différence (7,3 %) qui marquait le dernier sondage fait juste avant le référendum de 1995, comme l’indique le tableau A-9. Il y a bien eu un rapprochement entre les intentions de vote des hommes et des femmes dans la première moitié de l’année 1999, mais ce rapprochement ne s’est pas concrétisé par la suite jusqu’en mai 2001, date du dernier sondage disponible ici. En fait, les différences globales entre hommes et femmes varient un peu à la hausse ou à la baisse mais à l’intérieur d’un couloir se situant entre 4 % et 8 % d’après les données empilées (dernière colonne du tableau A-9).

14Les femmes sont davantage indécises — davantage discrètes faudrait-il plutôt avancer, à la suite de Vincent Lemieux — que les hommes. C’est là une donnée déjà signalée par les analystes de sondages qui se confirme une fois de plus.

15Nous avons construit un graphique en lissant les données de chaque sondage fait au cours de la période étudiée selon deux techniques, soit la moyenne mobile sur deux périodes afin de voir les variations à court terme et ensuite un lissage fait au moyen d’une technique logarithmique afin de dégager la tendance derrière les variations de court terme (graphique 4.3).

Graphique 4.3 Proportion de personnes ayant l'intention de voter OUI à la souveraineté selon le sexe et la date des sondages, de 1999 à 2001

Graphique 4.3 Proportion de personnes ayant l'intention de voter OUI à la souveraineté selon le sexe et la date des sondages, de 1999 à 2001

Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calcul des auteurs.

Comparaison 1995-2001

16Les paragraphes précédents scrutent les différences observables entre les appuis que donnent les hommes et les femmes au projet de souveraineté dans l’ensemble de la population. Il faut maintenant aller au-delà de cette vue globale afin de cerner les changements — nombreux, on le verra — qui se sont produits en une si courte période, changements d’ensemble caractérisés encore une fois par des mouvements de sens contraire donnant l’impression d’une certaine stabilité au total.

17En toile de fond, nous observons une défection chez les hommes actifs après 1995 et une défection plus tardive à l’égard de l’option du OUI chez les femmes actives. Celles-ci se sont mobilisées plus tardivement que les hommes au cours de la campagne référendaire de 1995, et elles se sont démobilisées aussi plus tardivement qu’eux par la suite, soit seulement au tournant des années 2000.

18Pour fixer les idées, nous analyserons d’abord l’ensemble des sondages empilés de 1995 et ceux faits au début des années 2000 afin de voir comment les écarts dans les intentions de vote ont changé dans les diverses catégories d’électeurs (tableau A-10). Cette étude descriptive devrait nous permettre de formuler quelques pistes pour l’interprétation de ce qui se passe.

19On notera d’abord une réduction des différences hommes-femmes dans les intentions de vote en faveur de la souveraineté lorsqu’on examine l’ensemble des données, ensemble qui ne reflète pas les évolutions qui ont pu prendre place au cours des trois années rassemblées dans cette pile. Ainsi, les données empilées de 1995 (moyennes présentées dans la dernière colonne du tableau A-10) ne prennent pas en compte la réduction de ces différences au cours de la campagne, plus élevées au début et moins fortes à la fin. De la même manière, les écarts hommes/femmes de l’avant-dernière colonne du tableau agrègent les évolutions de sens contraire que nous examinerons plus bas. Ceci dit, il apparaît clairement que les écarts entre les deux sexes ont été réduits de façon marquée entre les deux dates (1995 et début des années 2000), ce qui confirme en partie notre pronostic. Les écarts sont assez stables de 1999 à 2001, certes comme on l’a vu plus haut, mais par rapport à ce qu’ils étaient auparavant, ils sont en régression. La comparaison des deux dernières colonnes du tableau A-10 est éloquente sur ce point. Exprimés de cette manière, tous les écarts diminuent, sauf (peut-être) chez les étudiants et chez ceux qui ont une formation universitaire.

20Les femmes appuient le OUI moins que les hommes chez les francophones, mais ce ne semble plus être le cas dans les deux autres groupements distingués, les anglophones et les allophones. Les différences entre les sexes sont aussi assez minces chez les jeunes mais elles s’accroissent à mesure que les individus vieillissent, notamment dans la tranche d’âge 45-64 ans. Elles sont cependant moins marquées après l’âge officiel de la retraite, car le support à l’option souverainiste décline beaucoup dans le groupe des électeurs qui ont été socialisés dans l’espace du Canada français traditionnel, quel que soit le sexe.

21Les femmes moins scolarisées et celles qui ont des revenus plus bas supportent moins l’option du OUI que les hommes ayant les mêmes caractéristiques dans les années 2000. Il en va de même pour les femmes ouvrières et pour celles qui œuvrent dans les services. Enfin, les femmes inactives sur le marché du travail et celles qui sont retraitées donnent le taux le plus faible de support au OUI, mais cette fois il n’y a pas de différence avec les hommes qui sont dans la même situation dans les derniers sondages.

22Deux observations basées sur cette première analyse descriptive doivent retenir l’attention. Il y a eu un net rapprochement entre hommes et femmes dans les années 2000, comme le montre la réduction de moitié des écarts qui les séparaient. Mais cette réduction ne s’est pas faite également dans toutes les catégories des variables examinées. Certaines caractéristiques — comme le revenu élevé, le jeune âge, le diplôme collégial ou les professions qui exigent les plus grandes qualifications — sont associées à une réduction plus marquée des différences jusque-là observées entre les deux sexes. Mais surtout — et ce sera notre deuxième observation — la classe sociale semble avoir pour effet de moduler le jeu des différences entre hommes et femmes, puisque les femmes de condition sociale modeste (faible scolarité, revenu bas et professions moins prestigieuses) restent celles dont les intentions de voter OUI se distinguent le plus nettement — à la baisse — de celles des hommes qui partagent leur condition.

23La typologie des électeurs que nous avons proposée permettra de poursuivre plus avant cette analyse, car elle est précisément construite pour refléter la présence conjointe de ces traits caractéristiques que nous venons de mettre en évidence.

La défection des femmes... actives

24Les femmes se comportent-elles comme les hommes dans les différents types d’électeurs distingués dans notre problématique ? Mais surtout, cette typologie aide-t-elle à comprendre la cause des différences notées entre les sexes et leur évolution dans le temps ?

25Cette fois encore, nous empilerons les sondages en cinq blocs de 1999 à 2001. L’examen des premiers sondages disponibles en 1999 révèle un changement majeur : la proportion des hommes qui ont déserté le camp du OUI dans le type I (par rapport à 1995) y est plus forte que celle des femmes, comme l’indique la première ligne du tableau A-11, défection masculine qui élimine complètement la différence entre les deux sexes dans ce type d’électeurs durant l’année 1999. Mais ce rapprochement ne fut que de courte durée, car dès le début de l’année 2000 et par la suite, l’écart entre les deux sexes a réapparu de manière marquée dans ce type qui est central dans l’analyse que nous menons. Il s’agit même d’un changement majeur qui apparaît mieux dans le graphique 4.4. On observe une véritable défection à l’égard de l’option souverainiste chez les femmes francophones engagées sur le marché du travail et âgées de moins de 55 ans, défection de plus en plus accentuée d’un sondage à l’autre sur deux ans.

Graphique 4.4 Proportion de personnes du type I ayant l'intention de voter OUI à la souveraineté selon le sexe et la date des sondages

Graphique 4.4 Proportion de personnes du type I ayant l'intention de voter OUI à la souveraineté selon le sexe et la date des sondages

Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calcul des auteurs.

26L’évolution des écarts entre hommes et femmes à mesure qu’on s’éloigne du référendum de 1995 nous amène à nuancer le pronostic que nous avait inspiré l’étude des données de sondages préréférendaires — soit qu’une tendance à un rapprochement entre les sexes dans les années à venir allait résulter d’une accentuation de la présence des femmes sur le marché du travail. Comme on le verra plus loin, ce sont justement les principes généraux qui inspirent notre analyse qui nous obligent à revenir sur cette interprétation mécanique pour mieux comprendre l’évolution récente.

L'appui à la souveraineté augmente dans plusieurs groupements de femmes

27Parallèlement à la défection marquée des femmes du type I en ce qui concerne l’option souverainiste, on observe sur la même période une réduction de l’écart entre les hommes et les femmes dans les cinq autres groupements de notre typologie (tableau A-11 et graphique 4.5). Ce phénomène illustre le fait qu’une stabilité d’ensemble (ici, de l’écart entre les intentions de vote des hommes et des femmes entre 1999 et 2001) peut être le résultat de deux évolutions importantes mais de sens contraire.

Graphique 4.5 Proportion de personnes des types II à V regroupés ayant l’intention de voter OUI à la souveraineté selon le sexe et la date des sondages

Graphique 4.5 Proportion de personnes des types II à V regroupés ayant l’intention de voter OUI à la souveraineté selon le sexe et la date des sondages

28La hausse de l’appui donné au OUI dans les autres types (II à VI) serait en partie attribuable au remplacement des générations qui commence à faire sentir ses effets. Les cohortes de fédéralistes âgées sont peu à peu remplacées par de nouvelles cohortes qui donnent un appui plus marqué à l’option souverainiste (tableau 4.1 et tableau A-12 pour les deux sexes). Ce phénomène apporte une nouvelle confirmation d’une conjecture que nous avions faite : c’est dans le type I qu’ont lieu les mouvements rapides et déterminants des intentions de voter OUI (mouvements qu’il ne faut pas confondre avec les changements structuraux comme le remplacement des cohortes dans le temps qui favoriserait le camp du OUI à long terme).

29Reste cependant à expliquer cette défection relative observée chez les femmes qui étaient jusque-là les plus mobilisées en faveur du projet souverainiste. La chose en effet ne laisse pas d’être intrigante : notre hypothèse sur le rapprochement des sexes semble confirmée, en général, mais alors que nous fondions sur l’activité professionnelle ou sur le travail ce pronostic, nous voyons ici se rapprocher les hommes et les femmes qui ne travaillent pas pendant que les femmes actives du type I se sont éloignées des hommes qui ont un travail comparable.

Tableau 4.1 Proportion de femmes ayant l’intention de voter OUI lors d’un prochain référendum sur la souveraineté selon la typologie des citoyens, ensemble du Québec, sondages effectués en 1999, 2000 et 2001

Tableau 4.1 Proportion de femmes ayant l’intention de voter OUI lors d’un prochain référendum sur la souveraineté selon la typologie des citoyens, ensemble du Québec, sondages effectués en 1999, 2000 et 2001

Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calculs des auteurs.
* Différences significatives entre les sexes, *p<,01 **p<,05

Différences entre sexes, mais aussi différences entre classes sociales

30Dans le but de comprendre ce qui se passe, nous proposons de jumeler l’analyse faite avec notre typologie des électeurs — qui permet d’expliquer la mobilisation (ou la démobilisation) des citoyens envers l’option souverainiste — avec une analyse faisant appel d’une manière plus précise à la position sociale, puisque les femmes de condition modeste semblent se comporter de façon différente des hommes de même condition dans l’ensemble de la population.

  • 2 Ces deux classes sociales sont bien sûr grossières mais une analyse plus fine des données, qui déf (...)

31On trouvera au tableau 4.2 une confirmation de la valeur de cet examen. Afin de faire saisir la nature de la défection dont il est question ici, le tableau présente, à deux moments situés respectivement au début et la fin de la période étudiée — le premier « moment » allant d’avril à septembre 1999 et le second d’octobre 2000 à avril 2001 —, le taux de l’appui au OUI des hommes et des femmes du type I. Nous avons cependant isolé dans ce type les personnes qui ont un bas niveau socio-économique (scolarité primaire, secondaire ou collégiale, revenu de moins de 40 000 $ et ouvriers ou employés dans les services) et cela afin de les comparer aux autres personnes actives du même type I. En d’autres termes, le type I est divisé en deux classes sociales2 afin d’être lui-même comparé au reste de la société (somme des types II à VI).

Tableau 4.2 Intentions de vote sur la souveraineté (pourcentage de OUI fermes) selon le sexe, la typologie des citoyens et la période de sondage

Tableau 4.2 Intentions de vote sur la souveraineté (pourcentage de OUI fermes) selon le sexe, la typologie des citoyens et la période de sondage

Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calculs des auteurs.

32L’analyse montre qu’il n’y avait pas en 1999 de différence entre hommes et femmes dans le type que nous identifié comme porteur du projet souverainiste, quelle que soit la classe sociale. Les choses se passent différemment en 2001. Non seulement les femmes salariées appartenant à ce type retirent-elles en partie leur appui à l’option souverainiste, mais on observe aussi un retrait plus marqué dans le groupe des femmes salariées de condition modeste. C’est dans ce sous-groupe du type I, pouvons-nous dire, que s’est manifestée de la façon la plus prononcée depuis deux ans la diminution de l’appui en faveur de la souveraineté. Pour ce qui est de l’écart entre les intentions de vote des deux sexes, il y là un renversement qui fait fortement image : alors qu’au milieu de 1999, l’écart des sexes avait disparu du type I pour se concentrer tout entier dans les autres types sociaux, il disparaît pratiquement de cette partie majoritaire de la société au début de 2001 pour se retrouver, plus grand à cause du poids relatif des groupements, dans le type I. Ce renversement donne à réfléchir.

Sanction d'un gouvernement, sanction de l'option souverainiste ?

33Le résumé de ce qui s’est passé depuis deux ans avec l’opinion des femmes sur la souveraineté tient en deux propositions : a) un écart important s’est créé ces dernières années entre les hommes et les femmes qui travaillent ; b) et dans ce groupement — fait nouveau —, les femmes de condition modeste, soit celles qui dépendent le plus des politiques sociales pour avoir accès au marché du travail, se démarquent encore davantage de leurs vis-à-vis masculins.

34Comment expliquer ce constat de défection des femmes envers l’option souverainiste au cours des dernières années ?

35Nous pouvons avancer — à titre d’hypothèse encore une fois —, qu’en l’absence de véritable débat référendaire, les opinions des électeurs et des électrices s’expriment aussi face aux politiques du gouvernement en place, gouvernement qui est le principal promoteur du projet souverainiste. En sanctionnant le projet souverainiste par l’expression d’un NON, les femmes du groupement social qui lui a été jusqu’ici le plus favorable n’expriment-elles pas une sorte de désaveu de l’orientation générale des politiques « souverainistes » ? Les femmes actives sur le marché du travail seraient plus que les hommes sensibles aux compressions budgétaires qui ont lourdement affecté les secteurs de la santé, de l’éducation et des affaires sociales au fil des années. Mais ce contexte budgétaire difficile n’explique pas tout. Plus largement, les femmes seraient plus sensibles au recul — réel ou perçu comme réel — du social devant l’économique, pour parler la langue vernaculaire des « politiques ».

36La mise en place de politiques sociales relativement généreuses, qui a été la marque de la social-démocratie québécoise depuis une quarantaine d’années, a cédé peu à peu la priorité à un discours économique (libre-échange, création d’emplois et mondialisation occupant le devant de la scène et le cœur du discours public) et surtout, a cédé le pas à des efforts bien réels de rationalisation des dépenses publiques. « Le social » n’est plus un projet de société, la désignation d’un domaine d’action qui aurait en vue le « progrès social » ; il est devenu une dépense à réduire, un amoncellement de solutions à des problèmes que l’on préférerait ne pas avoir, un enchevêtrement de programmes bien intentionnés dont les objectifs sont disparates et contradictoires.

37Il est par ailleurs permis de penser que les femmes de condition modeste ont été encore plus sensibles que les autres femmes à ce changement de cap dans les discours et les politiques publiques, étant même davantage touchées que les autres femmes par ces dernières, ceci dit sans oublier le fait qu’elles ont vécu une mutation plus importante encore de leur condition ces dernières années. Certaines politiques gouvernementales ont même touché de manière plus particulière les ménages de condition modeste. Ainsi, la politique d’ouverture de garderies à cinq dollars a-t-elle été financée en partie par l’abolition en pratique des allocations familiales, allocations qui profiteraient davantage, de manière relative ou en proportion du revenu total, aux ménages appartenant à la classe moyenne inférieure. Plus concrètement, cette politique a opéré une sorte de transfert entre les ménages les plus riches (dont elle réduisait substantiellement les frais de garderie) et les ménages moins nantis. Bref, serait en jeu, dans cette défection plus marquée des femmes de condition modeste, la tendance des politiques sociales d’inspiration féministe à favoriser l’autonomie fondée sur la carrière plutôt que l’aide supplétive aux familles qui profite davantage aux femmes de condition modeste. L’effort pour désenclaver les femmes, quant à leurs conditions matérielles, de leur inscription dans l’institution matrimoniale est certainement mieux adapté aux conditions sociales des femmes les plus favorisées.

38Le changement de discours public ne date pas d’hier, de même que les contraintes budgétaires ne sont pas nouvelles dans le décor, mais ce changement n’a commencé à faire sentir plus ouvertement — et plus durement dirions-nous — ses effets qu’à la fin des années 1990. Les années 1999 et 2000 en particulier ont été marquées par d’interminables débats autour de l’état des services publics et, surtout, par un changement de perspective sur les politiques sociales qui, dans la foulée de l’atteinte du déficit zéro, ont été redéfinies comme des dépenses sociales improductives appelant des arbitrages.

39Ces changements de perception prennent du temps à se mettre en place et un événement peut parfois servir de déclencheur ou encore révéler le nouvel ordre des choses. La grève des infirmières en 1999 a sans aucun doute eu un tel impact symbolique, un impact qui est venu cristalliser en quelque sorte l’insatisfaction latente de la population, et l’insatisfaction des femmes en particulier. La politique des congés de maternité (et les difficiles négociations entre les deux ordres de gouvernement) ou la hausse du salaire minimum sont autant d’occasions de susciter l’insatisfaction chez les femmes au travail, en commençant par les moins bien nanties, les moins bien protégées par les acquis des conventions collectives. Il est cependant difficile d’identifier de manière précise l’effet de telles politiques, l’important étant de souligner le changement du discours dominant et le recul du social devant l’économique, pour aller vite encore une fois.

Un « effet Tocqueville »

40Il peut arriver par ailleurs que la mise en place de politiques longtemps désirées par des segments de la population engendre de l’insatisfaction, c’est-à-dire un effet en apparence contradictoire. L’avènement des garderies à cinq dollars est venu répondre à un besoin pressant formulé par les femmes actives (et leurs conjoints), mais en même temps cette politique a soulevé des attentes légitimes encore plus élevées, illustrant une fois de plus ce qu’on peut appeler un effet Tocqueville : l’avènement d’une politique appréciée peut engendrer de l’insatisfaction parce qu’elle légitime des attentes encore plus élevées. La sociologie américaine a bien désigné ce phénomène sous le terme de rising expectations.

41Le gouvernement en place estime avoir beaucoup fait pour les femmes, au point de s’autoproclamer premier gouvernement féministe de l’histoire du Québec. Fort bien, mais le même Tocqueville avançait que le recul des inégalités dans la société rendait les individus encore plus sensibles aux inégalités qui persistent. Il faut par ailleurs noter une chose importante : comme c’est le cas pour toute doctrine abstraite, le féminisme s’entend en plusieurs modulations culturelles et sociales lorsqu’il s’agit de traduire des valeurs dans le concret et il se peut que le féminisme du gouvernement n’ait pas le même écho dans toutes les classes sociales. Que l’État québécois compte huit (ou plus selon le moment, peu importe) ministres de sexe féminin peut marquer un progrès par rapport au passé, certes, mais les unes peuvent souhaiter, par exemple, qu’une des leurs dirige l’État pendant que les autres attendent des femmes au pouvoir des politiques qui viendraient en appui à leur volonté de concilier famille et travail, une volonté de conciliation qui récuse la priorité qu’elles « devraient » accorder à leur carrière.

La souveraineté à l'essai

42Si le Parti québécois était retourné dans l’opposition après l’échec du référendum de 1995, il serait raisonnable de penser que son option constitutionnelle et sa doctrine politique auraient pu, avec assez de facilité, garder le statut de solution de rechange à la situation courante et à ses impasses. Et l’on peut légitimement imaginer que le groupement social qui l’a si fortement supporté en 1995 maintiendrait d’autant mieux cet appui qu’il serait plus insatisfait de sa propre situation.

43Mais le Parti québécois est au pouvoir et cette situation, loin de maintenir l’appui et la mobilisation de sa clientèle naturelle, place celle-ci en situation de pouvoir juger l’arbre à son fruit et d’expérimenter sur elle-même les effets d’une politique souverainiste concrète. Loin d’être parfaitement sympathique aux complaintes d’un gouvernement qui aspire au jour prochain où il aura enfin « tous ses outils », tout se passe comme si le groupement porteur du projet souverainiste était plutôt sensible à l’usage que font les indépendantistes au pouvoir des outils qu’ils ont déjà. Pour ceux qui étaient favorables à l’indépendance du Québec, bref, le programme de « bon gouvernement » se présenterait comme une sorte de mise à l’essai de la souveraineté et comme l’occasion de faire l’expérience, par anticipation, de l’orientation sociale et économique de l’indépendance.

44Les électeurs du type I, ceux dont le niveau d’appui à la souveraineté est à la fois le plus haut et le plus lourd de conséquence lorsqu’il fluctue, donnent tous les signes de faire varier leur adhésion à la souveraineté selon leur appréciation des politiques du gouvernement souverainiste. Dans un contexte où il est clair que le programme social du gouvernement du Québec n’est plus un programme de développement social mais une batterie de solutions destinées à compenser les effets du modèle économique auquel il adhère, il nous semble que les défections sélectives enregistrées parmi les souverainistes sont autant de sanctions de cette orientation. Le gouvernement du Québec pourrait bien s’installer à demeure le long des grandes routes de la globalisation pour se féliciter bruyamment de développements économiques qui largement ne dépendent pas de lui, se contentant de blâmer Ottawa pour le reste ; mais il n’est pas certain que cela pourrait empêcher pendant longtemps les souverainistes de le juger sur la base de ce qu’il fait dans les domaines qui dépendent de lui. On a l’impression, somme toute, que les souverainistes au pouvoir sont sanctionnés comme mauvais gouvernement par ceux qui les supportaient, alors même que ce gouvernement tente de donner du répit à sa cause et de se présenter comme bon gouvernement aux yeux de ceux qui ne les supportent pas encore.

45Plusieurs aiment à répéter qu’avant de redistribuer la richesse il faut la produire, opposant de cette manière le programme économique de l’État à ses programmes sociaux. Outre le fait déjà souligné que le succès des politiques économiques du Québec dépend en partie de forces et d’institutions extérieures — l’exemple de l’expansion de Bombardier en est la preuve —, il arrive que cette thèse, indépendamment de sa valeur sur le plan collectif, soit un contresens du point de vue subjectif de nombreux citoyens : dans la plupart des ménages modestes, en effet, la possibilité même pour les deux conjoints de participer à la « création de la richesse » en travaillant repose sur la qualité des mesures sociales collectives. Ceux-là soutiendraient sans coup férir la thèse selon laquelle il faut d’abord redistribuer de la richesse — par l’éducation, la santé, les politiques familiales, etc. — afin de pouvoir ensuite produire davantage... de bien-être collectif. C’est d’ailleurs ce que John Maynard Keynes soutenait avant de mourir célèbre.

Notes

1 Gilles Gagné et Simon Langlois, « Relativiser le recul et comprendre l’appui à la souveraineté », Le Devoir, 14 mars 2000.

2 Ces deux classes sociales sont bien sûr grossières mais une analyse plus fine des données, qui définit de manière diverse les classes, arrive à la même conclusion.

Table des illustrations

Titre Graphique 4.1 Proportion de personnes ayant l'intention de voter OUI au référendum de 1995 selon le sexe et la date de quatre sondages effectués en octobre 1995
Légende Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calcul des auteurs.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/12346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Graphique 4.2 Proportion de personnes ayant l'intention de voter OUI au référendum de 1995 selon le sexe (type I) et la date de quatre sondages effectués en octobre 1995
Légende Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calcul des auteurs.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/12346/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Graphique 4.3 Proportion de personnes ayant l'intention de voter OUI à la souveraineté selon le sexe et la date des sondages, de 1999 à 2001
Légende Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calcul des auteurs.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/12346/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 4.4 Proportion de personnes du type I ayant l'intention de voter OUI à la souveraineté selon le sexe et la date des sondages
Légende Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calcul des auteurs.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/12346/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Graphique 4.5 Proportion de personnes des types II à V regroupés ayant l’intention de voter OUI à la souveraineté selon le sexe et la date des sondages
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/12346/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Tableau 4.1 Proportion de femmes ayant l’intention de voter OUI lors d’un prochain référendum sur la souveraineté selon la typologie des citoyens, ensemble du Québec, sondages effectués en 1999, 2000 et 2001
Légende Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calculs des auteurs.* Différences significatives entre les sexes, *p<,01 **p<,05
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/12346/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau 4.2 Intentions de vote sur la souveraineté (pourcentage de OUI fermes) selon le sexe, la typologie des citoyens et la période de sondage
Légende Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/12346/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540