Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les raisons fortes

 | 
Gilles Gagné
, 
Simon Langlois

Première partie. La mobilisation souverainiste

2. La mobilisation de 1995

Texte intégral

1Le deuxième référendum sur la souveraineté du Québec a été tenu le 30 octobre 1995. Comme le précédent organisé en mai 1980, il a été marqué par de vifs débats et par une campagne à haute intensité de capital, de technique et d’engagements subjectifs. Contrairement à une élection générale, un référendum sur l’avenir du pays éveille en effet les émotions des uns et des autres : ceux qui adhèrent au projet souverainiste se mobilisent en sa faveur, mais les électeurs qui lui sont opposés marquent avec passion leur attachement au Canada. Le taux de participation au scrutin donne une bonne idée de l’intensité générale de la lutte et du sérieux des mobilisations auxquelles elle a donné lieu : il est rare dans une démocratie libérale qu’une consultation populaire attire aux urnes plus de 80 % des électeurs inscrits et il est rarissime que la participation libre et volontaire à un scrutin atteigne les 94 %, comme ce fut le cas dans le référendum de 1995.

2Qui a appuyé la souveraineté du Québec en 1995 ? Ce chapitre n’entend pas se limiter à ajouter une autre description des caractéristiques des électeurs associées à diverses probabilités de dire OUI ou NON ; l’exercice a déjà été fait et nous nous contenterons d’en récapituler les résultats toutes les fois que nous voudrons aller plus loin (voir Cloutier 1995 ; Blais 1996 ; Drouilly 1997, 1998 ; Pinard, Bernier et Lemieux 1997 ; Fox, Andersen et Dubonnet 1999 ; Evenson 1999, notamment). Nous entendons plutôt montrer comment le groupement des électeurs qui a porté le projet de souveraineté s’est mobilisé en sa faveur au cours de la campagne référendaire, donc au corns des semaines qui ont précédé le vote, analyse qui sera conduite à l’aide de la typologie des électeurs présentée dans le chapitre précédent.

3En d’autres termes, plutôt que d’étudier une fois de plus les caractéristiques des électeurs, nous proposons de comprendre ce qui s’est passé à partir des raisons que ceux-ci avaient de se mobiliser pour ou contre le projet soumis à leur approbation. Cette approche nous paraît offrir une clé pour expliquer de manière plus satisfaisante ce qui s’est passé en 1995, mais aussi une clé pour expliquer la suite, après l’échec de ce second scrutin référendaire.

4Mais avant de procéder à notre analyse, nous ferons une sorte de sociographie du vote d’octobre 1995.

Sociographie de l'électorat au référendum de 1995

5Nous ne disposons pas de base de données sur les comportements des électeurs qui permettraient d’étudier avec exactitude la nature de leur vote réel dans les urnes au moment du référendum de 1995. Aussi proposons-nous d’exploiter les données de sondages qui ont précédé le scrutin afin d’estimer quel a été ce comportement. Comme nous ne nous intéresserons qu’accessoirement au niveau réel (ou final) du vote des différents groupes sociaux pour privilégier l’étude des variations de ce niveau d’appui d’un groupe à l’autre, nous n’examinerons ici, comme cela a déjà été dit, que les intentions fermes de voter OUI. Les chiffres que nous utiliserons pour le référendum de 1995 seront donc toujours inférieurs aux résultats observés le soir du 30 octobre.

6Pour fixer les idées, nous proposons d’abord une description bi-variée des intentions de vote exprimées à la veille du référendum selon certaines caractéristiques, et cela à partir des données empilées des quatre sondages de 1995 (tableau A-4). L’important n’est pas de savoir si ces sondages ont effectivement prédit le résultat effectif, mais de comprendre ce qui a amené les individus à voter OUI ou NON à partir de l’examen de leurs intentions de vote.

7Nous ne commenterons pas en détail ce qui se dégage de ce tableau A-4, nous contentant de signaler que les affirmations faites plus haut pour expliquer la construction de la typologie des électeurs sont confirmées par la compilation de données provenant des différents sondages retenus. Voici les principales observations qui s’en dégagent :

  • les francophones appuient majoritairement le OUI ;
  • les femmes appuient moins fortement le camp du OUI ;
  • les allophones votent davantage pour le OUI que les anglophones (les deux groupes donnant cependant un mince appui à cette option) ;
  • l’appui au OUI décline avec l’âge ;
  • les personnes à faible revenu votent OUI en moindre proportion ;
  • les personnes au foyer et les rentiers votent moins en faveur du OUI ;
  • les chômeurs et les étudiants votent plutôt comme les personnes en emploi.

Une analyse de régression logistique

8Nous avons volontairement choisi de ne pas appliquer de méthodes sophistiquées sur le plan statistique dans cette monographie afin de proposer un texte accessible au lecteur ayant une bonne formation générale. Mais, à l’occasion, nous proposerons une analyse faisant appel à des connaissances plus précises en statistiques à l’intention des lecteurs spécialisés et cela afin de bien asseoir nos interprétations. Le tableau A-5 présente les résultats d’une analyse de régression logistique sur les intentions de vote au référendum (OUI = 1, autre = o) en dichotomisant les variables explicatives. Le lecteur à qui les méthodes statistiques sont familières préférera lire ce tableau A-5, alors que les non-spécialistes comprendront mieux les données présentées dans le tableau A-4.

  • 1 Cette absence d’effet du revenu tient très certainement au fait que les catégories utilisées dans (...)

9L’analyse de régression logistique permet de préciser les relations statistiques dégagées au tableau précédent. On voit nettement qu’il y a une coupure autour de l’âge de 55 ans et que la langue maternelle est bien liée à l’intention de vote. Les ouvriers, les professionnels et les étudiants se démarquent de la catégorie de référence (les employés) en déclarant une intention de voter OUI significativement plus élevée, et il en va de même pour les hommes. Enfin, le modèle ne fait pas apparaître d’effet propre du revenu ni du niveau de scolarité lorsque les autres variables sont contrôlées1.

Une typologie discriminante

10Nous irons maintenant à l’essentiel de notre étude en présentant les résultats du vote au référendum de 1995 selon la typologie définie plus haut. Le tableau 2.1 donne la distribution des intentions de vote dans chacun des types dans les quatre sondages empilés qui ont été menés avant le scrutin. Premier constat : on voit que la typologie des électeurs est discriminante et que la relation entre cette typologie et l’intention de vote est statistiquement significative. Ce résultat doit être noté, car à lui seul il justifie la pertinence de la construction d’une nouvelle façon de catégoriser les électeurs. Par définition, une bonne mesure doit discriminer les objets (au sens statistique du terme) qu’elle entend mesurer, ce qui est nettement le cas ici.

Tableau 2.1 Intentions de vote au référendum de 1995 selon la typologie des citoyens, ensemble du Québec, quatre sondages empilés effectués en octobre 1995

Tableau 2.1 Intentions de vote au référendum de 1995 selon la typologie des citoyens, ensemble du Québec, quatre sondages empilés effectués en octobre 1995

Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calculs des auteurs.

11Le support à l’option souverainiste a été de loin plus marqué dans le type I, ce qui va dans le sens du modèle proposé dans le premier chapitre. Il s’agit bien du type porteur de l’option souverainiste, le seul qui présente une forte majorité de votes en faveur du OUI en 1995 (61,4 % en moyenne dans les quatre sondages empilés). Les personnes du même groupe d’âge mais qui sont inactives ou qui sont des travailleurs pauvres (le type II) supportent en moins forte pro portion cette option (48,1 %), ce qui va aussi dans le sens de la prédiction qui pouvait être faite à partir du modèle. De même, les personnes plus âgées votent en faveur du OUI davantage si elles sont actives (48,9 %) qu’inactives (34,7 %).

12Les anglophones et les allophones plus âgés sont presque tous contre le projet de souveraineté (4,3 % seulement pour le OUI d’après les données empilées), mais non les plus jeunes de ce groupe, qui entendent voter OUI dans une proportion deux fois et demie plus élevée, même si celle-ci est au total assez faible (10,8 % des données empilées).

13Globalement, les résultats obtenus sont congruents aux hypothèses formulées plus haut. Le fait d’être actif ou étudiant, âgé de moins de 55 ans et francophone est lié à une plus grande probabilité de voter OUI, et la combinaison de ces caractéristiques est liée à une probabilité encore plus grande.

La mobilisation des électeurs

14Sur la base des sondages préréférendaires, la plupart des observateurs et analystes ont avancé qu’il s’était passé finalement peu de choses au cours de la campagne référendaire de 1995, la proportion d’électeurs en faveur du OUI ferme étant passée, au meilleur des cas, de 43 % en début de campagne à 46 % à la fin, ne montrant donc qu’une très légère progression (graphique 2.1). Ce graphique est étonnant. Il laisse supposer que la distribution des intentions de vote est restée relativement stable durant la campagne et qu’il n’y a pas eu de mobilisation pour ou contre le projet proposé à l’attention de l’électorat.

15Or cette analyse globale ne reflète pas ce qui s’est vraiment passé en cinq semaines de campagne cette année-là, bien au contraire. Les quatre composantes combinées de notre typologie des électeurs proposent une clé de lecture de l’évolution des intentions de vote pour le OUI ou le NON. Nous avons eu la surprise d’observer des évolutions très contrastées entre le début et la fin de la campagne référendaire dans les types que nous avons distingués, preuve qu’il se passe bien des choses dans une telle campagne comme d’ailleurs dans la plupart des campagnes électorales. Les intentions des francophones ont évolué selon deux mouvements de sens contraire, mouvements qui se sont en quelque sorte annulés l’un l’autre pour produire l’apparente stabilité des intentions d’ensemble qui a étonné les analystes. Le graphique 2.2 représente fort clairement ce qui s’est passé.

Graphique 2.1 Proportion de personnes ayant l’intention de voter OUI au référendum de 1995, selon la date de quatre sondages effectués en octobre 1995

Graphique 2.1 Proportion de personnes ayant l’intention de voter OUI au référendum de 1995, selon la date de quatre sondages effectués en octobre 1995

Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calcul des auteurs.

Graphique 2.2 Proportion de personnes ayant l'intention de voter OUI au référendum de 1995, selon la typologie des citoyens et la date de quatre sondages effectués en octobre 1995

Graphique 2.2 Proportion de personnes ayant l'intention de voter OUI au référendum de 1995, selon la typologie des citoyens et la date de quatre sondages effectués en octobre 1995

Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calcul des auteurs.

16Entre le début de la campagne référendaire et la date du vote, le 30 octobre 1995, soit en un peu plus d’un mois, nous observons une montée régulière des intentions de vote pour le OUI dans le groupement que nous avons identifié comme étant porteur du projet souverainiste. La première ligne du tableau A-6 illustre cette hausse de l’appui donné au OUI, qui passe de 57,9 % à 66,9 %, une différence statistiquement significative. Les électeurs composant ce type se sont donc mobilisés encore davantage en faveur de l’option souverainiste à la fin de la campagne. Nous considérons ce résultat comme étant le plus important dans la présente recherche. Il montre à l’évidence que les électeurs peuvent s’engager dans un projet de changement majeur s’ils ont des raisons solides de croire qu’il sera bénéfique.

17La mobilisation n’apparaît pas dans le deuxième type — celui des personnes inactives et des travailleurs pauvres chez les moins de 55 ans — dans lequel l’appui au OUI a diminué de 48,2 % au début d’octobre à 46,4 % à la fin de la campagne. Cette fois, la combinaison de raisons qui les amènent à appuyer le camp du OUI est moins solide et la capacité de ces électeurs à se mobiliser ou à se projeter dans l’avenir est moins forte. C’est l’absence d’implication dans la vie active par le biais du marché du travail qui distingue ce type du précédent, et il est permis de croire que cette implication joue un rôle central dans la mobilisation évoquée plus haut.

18Les choses se sont passées bien différemment dans le groupement de personnes âgées de 55 ans et plus, donc dans la génération qui a été socialisée politiquement avant la Révolution tranquille. Il faut parler ici d’un véritable décrochage, d’une baisse importante de l’adhésion au camp du OUI en cours de campagne et surtout vers la fin. L’écart important que la seule variable âge — toutes choses égales par ailleurs — introduit donne à penser que la socialisation politique, l’identité « canadienne-française » et la perspective des rentes doivent fortement se conjuguer pour le produire.

19Ce qui s’est passé dans ce groupement de Québécois francophones plus âgés jette un éclairage neuf sur la mobilisation des acteurs sociaux au cours d’une période d’effervescence sociale. Si un groupement de personnes peut se mobiliser en faveur d’une option politique, un autre groupement peut aussi se démobiliser et les citoyens qui en font partie, faire défection pour des raisons qui leur sont propres. À deux semaines de l’échéance, pourquoi une partie des électeurs les plus âgés s’est-elle tournée vers le NON ? Prudence ? Attachement au Canada devant l’éventualité bien réelle d’une victoire du OUI ? Crainte de perdre des acquis ? Peur de perdre une pension ? Crainte devant l’inconnu ? L’arrivée de M. Lucien Bouchard en tant que chef du camp du OUI à mi-chemin de la campagne référendaire n’a pas réussi à rassurer les personnes âgées qui ont toujours été en forte majorité opposées à l’option souverainiste pour les raisons évoquées plus haut.

  • 2 Sur le plan statistique, il est habituel de retenir un seuil plus élevé que le seuil habituel de , (...)

20Les deux mouvements en sens contraire — hausse marquée du OUI dans le type I et baisse prononcée dans les types III et IV — expliquent l’apparente stabilité de la moyenne au cours de la campagne référendaire qui est illustrée dans le graphique 2.2. Ouvrons ici une parenthèse. Les différences qui viennent d’être observées — mobilisation des électeurs du type I et démobilisation de ceux des types III et IV — sont-elles statistiquement significatives ? Cette question est importante, non seulement parce qu’elle vient à l’esprit de tout lecteur à qui l’analyse quantitative de données est familière, mais surtout parce qu’il faut s’assurer que le diagnostic qui vient d’être posé correspond bien à la réalité. La réponse apportée à cette question est positive. Nous avons d’abord testé la relation statistique entre les six types et l’intention de vote au référendum dans chacun des sondages. Dans tous les cas, la relation est statistiquement significative (voir les colonnes du tableau A-6). Puis nous avons testé la relation entre l’intention de vote et la date du sondage dans chacun des types. Seules deux relations ressortent comme étant statistiquement significatives : celles observées dans les types I et III, ce qui confirme le diagnostic posé. La relation observée dans le type III comporte une marge d’erreur plus grande (,103) mais nous la considérons comme étant statistiquement significative, compte tenu de la faiblesse du nombre de cas dans ce type2.

21Enfin, le support donné au OUI est encore plus faible chez les anglophones du Québec et les Québécois qui viennent d’immigrer (types V et VI). Il est cependant plus important avant l’âge de 55 ans (type V) qu’après (type VI), ce qui révèle l’existence de différences explicables par la logique des raisons. Nous proposerons une analyse plus fouillée de ces deux groupements d’électeurs plus loin dans la deuxième partie de l’ouvrage.

Estimation du vote final

22Nous allons maintenant illustrer le clivage qui caractérise la société québécoise en estimant le vote final au référendum de 1995 dans les différents types distingués. Ce que nous avons étudié plus haut était en fait les intentions de vote avant la répartition des indécis. Or le résultat final obtenu par le OUI (et aussi celui du NON) a été plus élevé, en l’absence des indécis. Comment l’estimer dans chacun des types ? Pour y arriver, nous avons choisi d’analyser le dernier sondage fait du 23 au 26 octobre 1995, dont les résultats sont dans le tableau A-6, parce que ce sondage est le plus proche du scrutin final. Il reflète le mieux l’évolution de l’opinion au cours de la campagne. Nous considérons en d’autres termes cet échantillon comme étant représentatif de l’état de l’opinion au terme d’une campagne fort émotive. La question posée dans ce dernier sondage ne reflète pas une simple opinion construite dans un espace abstrait, comme c’est le cas dans les sondages habituels dans lesquels on interroge des gens sur des questions qui ne les intéressent pas le plus souvent, mais elle correspond au contraire à un enjeu discuté sur la place publique et dans les foyers.

23Nous avons réparti les indécis entre le OUI et le NON de la façon suivante. Nous avons d’abord déterminé quelle était la proportion de OUI qui manquait pour atteindre le résultat final obtenu lors du scrutin, soit 49,4 %. Puis nous avons réparti les indécis au prorata de la proportion de OUI fermes obtenue dans chaque type. C’est la méthode la plus réaliste, l’autre étant de répartir les indécis d’après le score moyen total obtenu par les OUI et NON dans le sondage, ce qui serait absurde, car les électeurs discrets anglophones n’ont certainement pas voté à 45 % pour le OUI. Il se peut cependant que les électeurs discrets âgés de 5 5 ans et plus aient en fait voté en plus forte proportion pour le OUI. Nous n’avons pas les moyens de le savoir, mais sachant par contre qu’ils représentent un poids d’environ 20 % dans l’ensemble de la population, le vote en faveur du OUI de la part de tous les discrets de ce groupement aurait été de toute façon insuffisant pour atteindre la marque des 49,4 % observée le soir du 30 octobre. Le poids du nombre — encore une fois —indique qu’il faut répartir les indécis comme nous le faisons et poser que les électeurs discrets du type I votent comme les autres membres de leur groupement, et ainsi de suite. En adoptant cette méthode, nous obtenons les résultats présentés dans le tableau 2.2. Bien entendu, cette estimation est hypothétique, mais jusqu’à preuve du contraire elle nous semble utile pour décrire la distribution sociale du OUI le 30 octobre 1995.

24Les tendances observées à partir des sondages empilés se conforment à l’hypothèse. Le gros de l’appui à l’option du OUI se retrouve dans le type I, c’est-à-dire parmi les francophones âgés de moins de 5 5 ans, actifs gagnant au moins 20 000 $ annuellement et étudiants. Nous estimons que les personnes de ce type ont donné un appui au OUI en 1995 dans une proportion de 71,3 % (tableau 2.2). Comme les électeurs de ce type I représentent une partie très importante de la population québécoise (44,9 % de la population totale), ils ont fourni environ 68 % de tous les votes OUI. Les référendums se gagnent et se perdent dans ce groupement, un peu comme les électeurs du Québec et de l’Ontario peuvent élire ou défaire le gouvernement fédéral, comme ils l’ont fait à maintes reprises dans le passé.

Tableau 2.2 Estimation du vote final pour le OUI et répartition des OUI en % au référendum de 1995 et poids des types dans la population totale selon la typologie des électeurs

Tableau 2.2 Estimation du vote final pour le OUI et répartition des OUI en % au référendum de 1995 et poids des types dans la population totale selon la typologie des électeurs

* Calculé à partir de données empilées.
Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calculs des auteurs.

  • 3 La part que représentent les Anglo-Québécois et les allophones est plus importante dans la populat (...)

25Les électeurs du type II, formé de francophones inactifs ou à très faible revenu et de personnes n’ayant pas déclaré leur revenu, ont voté OUI à 49 % et ce groupement a apporté un peu plus de 13,9 % de ses voix au camp du OUI, moins que son poids dans la population totale. L’appui à la souveraineté n’atteint pas 40 % dans le troisième type — les travailleurs âgés de plus de 55 ans — mais ce groupement est numériquement peu important dans la société puisque après 55 ans la majorité des citoyens n’occupent plus d’emploi. Un peu plus du tiers des personnes retraitées ont voté OUI et elles ont apporté r 2,3 % des voix du camp souverainiste. Les Anglo-Québécois et les allophones quant à eux lui ont apporté environ 2 % des voix, alors qu’ils comptent pour presque 17 % des quatre échantillons empilés3.

Ressentiment ou projet de société ?

26Les résultats qui précèdent — y compris l’estimation du vote final — mettent en évidence la pertinence de notre approche. Nous voyons bien que l’idée de souveraineté, associée à un partenariat avec le Canada, est en fait portée par un type bien particulier d’électeurs. Leurs caractéristiques donnent à penser qu’ils aspirent à changer la société et qu’ils ne votent pas par ressentiment. Cette question des motifs qui sous-tendent le vote souverainiste revient souvent dans les débats sur la question. Le mouvement souverainiste est-il marqué par le ressentiment envers l’« autre », par les griefs passés, ou est-il au contraire porteur d’un projet de société à construire, orienté vers l’affirmation de soi plutôt que par le rejet de l’« autre » ? Ayant été socialisés politiquement après la Révolution tranquille, les électeurs du type I sont sans doute moins sensibles que les électeurs plus âgés aux « humiliations » subies dans le passé, qu’ils n’ont en fait pas vraiment connues. Voter pour la souveraineté, c’est pour eux voter pour une société à construire. Ressentiment et projet seraient donc aussi affaire de générations.

Les fractures de la société québécoise

27Trois fractures caractérisent la société québécoise dans le débat sur son avenir. Il ressort de l’analyse précédente que la société québécoise est d’abord divisée selon un clivage linguistique, mais aussi selon un clivage ethno-culturel (ou encore un clivage ethnique). Les Anglo-Québécois sont en majorité contre le projet de souveraineté politique du Québec, de même que les immigrants et les allophones. Nous examinerons plus avant ce qui en est de ces deux clivages dans les chapitres cinq et six. Mais notre étude met aussi en évidence un troisième clivage, au sein même de la majorité francophone, qui paraît fort divisée sur son avenir : un clivage générationnel.

28Une prudence s’impose ici. Lorsque l’on aborde la question des divisions de la société québécoise autour de l’enjeu référendaire de 1995, on se trouve à mettre le pied sur un terrain miné. L’interprétation de Jacques Parizeau de la défaite du OUI — « l’argent et des votes ethniques » — a été reçue comme une sorte de profanation de la démocratie (pour la bonne raison qu’elle avait la forme d’une accusation) et elle en a conduit plus d’un à frapper d’interdit tout effort de faire la lumière sur les lignes sociales du partage des camps. Il faut donc se saisir de l’occasion que nous offre l’examen des clivages de la société québécoise pour tenter d’abord de lever cette hypothèque. L’affirmation amère de Parizeau, certes, était logiquement pernicieuse : quand il s’agit d’interpréter une défaite aussi serrée, n’importe quel facteur marginal peut avoir joué un rôle décisif, n’importe quelle minorité sociale devient mathématiquement déterminante. Et comme une telle désignation des voix manquantes a toutes les chances d’avoir quelque pertinence (comme en auraient eue plusieurs autres : les gens de l’Outaouais, les femmes âgées, les citoyens de la ville de Québec, etc., soit autant de facteurs explicatifs qui ont aussi été avancés à un moment ou à un autre, mais avec moins de visibilité dans les médias), on peut ainsi se donner des airs de dire la vérité tout en restant libre de choisir la vérité qui nous convient.

29Ceci dit, il est assez évident que les facteurs de la défaite du OUI que Jacques Parizeau a choisi de désigner entre tous les autres sont aussi peu contestables qu’ils sont inintéressants : le premier — l’argent — parce que ce facteur a autant d’incarnations que l’on voudra bien lui trouver et qu’elles ont toutes quelque influence sur un résultat de cette nature ; le second — des votes ethniques — parce qu’il s’agissait là d’un des paramètres initiaux du vote et que les résultats référendaires n’ont rien appris à personne à ce sujet qui n’ait été prévisible et prévu. Il n’y avait donc rien à constater à ce sujet le soir du résultat : les immigrants, tout comme les anglophones, ont été en majorité opposés au projet souverainiste au début, pendant et à la fin de la campagne référendaire. La souveraineté du Québec n’est pas leur projet. Ils pourront s’y rallier si elle arrive un jour, certes, si l’on se fie aux discours de plusieurs leaders des différentes communautés ethniques, mais ce ne sont pas les nouveaux arrivants qui le proposent et le portent comme mouvement social. Nous reviendrons cependant sur cette affirmation dans le chapitre six, car il est loin d’être vrai que le vote des allophones est aussi homogène qu’on le pense.

30Reste la réalité politique fondamentale : les « communautés culturelles », comme il convient de les désigner, appartiennent au multiculturalisme canadien ; en tant qu’institutions et en tant qu’acteurs politiques, elles dépendent financièrement et idéologiquement du secrétariat d’État et ceux qui les dirigent tiennent l’essentiel de leur poids politique de l’approche impériale de la politique intérieure canadienne qui s’y est développée. S’attarder au « vote ethnique » pour tout autre motif que pour constater qu’il n’est pas aussi monolithique qu’il pourrait l’être, c’est voir les choses par le petit bout de la lorgnette.

31Quant à « l’argent », pour revenir à ce facteur, c’est un fait de vieille observation que tout changement politique qui le met en jeu le fait entrer en jeu. Il intervient d’abord en tant que nerf de la guerre, aussi bien sous la forme des campagnes publicitaires du gouvernement fédéral que sous la forme du love in de Montréal, deux grands postes de dépenses qui ont échappé à la loi référendaire du seul fait que l’argent circulait alors en dehors du rayon d’action de la « province » de Québec. L’argent parle ensuite en tant que capital, quitte à être plus drôle que triste comme ce fut le cas lorsqu’un investisseur de la Beauce en mission commandée convoqua la presse pour annoncer qu’il allait devoir procéder au licenciement de 400 travailleurs si le OUI l’emportait. « Quatre cents licenciements, vraiment ? » demanda la journaliste un tantinet incrédule. « Vous ne me croyez pas madame, répliqua notre humoriste improvisé mais néanmoins imperturbable, alors sachez que j’irai peut-être jusqu’à 600 ! »

32Dans tous les cas de figure, remarquons-le en terminant, l’argent joue aussi bien d’un bord que de l’autre ; cependant, comme il ne connaît qu’une seule différence, celle de la quantité, il est raisonnable de penser qu’il aura tendance à faire « la différence » au profit du bord qui en a le plus. L’amertume de Jacques Parizeau au sujet de ce « facteur » devrait d’ailleurs être jaugée à l’aune de l’histoire ; cet artisan de l’émancipation de la bourgeoisie « nationale » québécoise au moyen de l’État faisait peut-être ce soir-là le bilan du succès de l’entreprise lancée trente-cinq ans plus tôt : hormis celui qui était encore dans le giron de l’État québécois, « l’argent » de cette bourgeoisie volait maintenant de ses propres ailes et il ne connaissait plus d’autre cause que la sienne. Cette cause passait en 1995 par le continentalisme et, tant que le continentalisme passera par le Canada, l’argent lui sera favorable.

  • 4 Lors du référendum de 1980, la compagnie montréalaise Brink’s, chargée du transport blindé de devi (...)

33Le référendum de 1995 a-t-il été gagné (du point de vue fédéraliste) avec le concours de « l’argent » ? Bien évidemment ! Ce « facteur », cependant, comme d’ailleurs la plupart des autres facteurs de la lutte politique, n’agit dans le débat que par la médiation de la lecture de la réalité que font ceux qui se rendent aux urnes et cette dernière dépend beaucoup de la place qu’ils occupent dans la société ; la sensibilité aux dangers qu’on leur présente, la confiance en l’évaluation des risques qu’ils sont en mesure de faire par eux-mêmes, la capacité d’agir conformément à leurs intérêts — dont ils se croient doués (ou privés) —, le sens qu’ils donnent aux changements sociaux dont on dispute dépendent du type et du niveau de leur participation à la vie sociale. Les lois sur le financement des activités politiques visent à baliser l’usage de l’argent dans les campagnes de propagande et elles sont fondées sur la connaissance expérimentale de l’efficacité de ce facteur pour ce qui est de construire une représentation de la réalité au sein de laquelle les électeurs devront se décider. Ces lois ne peuvent cependant agir à court terme que sur une partie du pouvoir de l’argent : les « coups de la Brink’s4 » de toute nature, les annonces d’investissements ou les pressions financières anticipées sur la dette publique sont des messages qui, eux, ne coûtent rien et dont l’efficacité dépend de ceux qui les reçoivent, de leurs propensions, socialement différenciées, à les accueillir comme réalité ou à les récuser comme matraquage.

34Le référendum de 1995 a-t-il été perdu (du point de vue des souverainistes) sous l’impact des votes ethniques ? Poser cette question, c’est raisonner à la marge et postuler ce faisant que les communautés culturelles font passer dans la société québécoise une importante ligne de clivage quant à la vision de son avenir simplement parce que l’on a pu y compter un nombre suffisant de NON pour faire la différence en 1995. L’erreur de perspective n’est pas mince : trois des quatre groupements de francophones que nous avons distingués ont battu le OUI par un écart supérieur à l’écart global et ils ont fourni ensemble un nombre de NON plusieurs fois supérieur au nombre total d’immigrants. La loi du nombre, cette fois encore, mène à une conclusion d’une simplicité décisive : le troisième clivage de la société québécoise, celui qui traverse la majorité francophone, est de loin le plus important des trois, aussi bien en ce qui a trait à son poids démographique qu’à sa signification politique. Les immigrants des communautés culturelles, fondus dans notre typologie dans les catégories « allophones et anglophones » (nous corrigerons ce point plus loin en les distinguant), ne forment que l’un des multiples groupements d’électeurs qui ont voté NON en majorité ; ils sont loin d’être le groupement numériquement le plus important et le vote référendaire s’y divise au surcroît selon les lignes de clivages sociaux tout à fait comparables à celles qui divisent la majorité francophone.

35Nous avons entrepris cette étude pour examiner ce qui s’est passé au sein de cette majorité francophone elle-même et nous trouvons ici que la fracture qui la caractérise fut la principale source du résultat final. Pendant qu’un groupement social relativement cohérent, caractérisé principalement par le jeune âge et l’activité salariée, votait OUI dans une proportion de 71 %, d’autres segments de la société, presque aussi lourds démographiquement, tout aussi consistants sur le plan social et non moins francophones, appuyaient le NON à plus de 60 %. Les raisons du vote des immigrants, qui sont devenus québécois du fait de leur adhésion aux institutions canadiennes, et celles des anglophones, que rien n’éloigne de ces institutions, ne posent aucun problème d’interprétation à l’analyse sociologique ; et le sens qu’ils donnent à leur action quand ils votent NON se conçoit plus aisément comme adhésion à une idée, comme loyauté envers une société, que comme opposition ou rejet d’une idée adverse. Par contre, les raisons du vote des francophones, on le voit à ce partage, sont d’office moins limpides.

36Certes, on dira que la vieille histoire de la « question nationale » attire tout aussi naturellement les « Canadiens français » vers le projet souverainiste qu’elle attire les autres groupements vers le statu quo. Nous ne sommes pas certains qu’il s’agisse là d’une manière éclairante de poser le problème, surtout si c’est pour pousser le mouvement souverainiste dans les bras du « nationalisme ethnique ». Tout au contraire, nous croyons que le nationalisme ethnique est une orientation politique interne à l’État canadien et que ceux qui y adhèrent cherchent à obtenir la « reconnaissance », au sein de cet État, de droits collectifs basés sur l’appartenance ethnique. Nous voyons ce nationalisme voué à la perpétuation du dialogue identitaire canadien, pour la bonne raison qu’il a ses sources historiques dans la période de la « survivance » ethno-culturelle canadienne-française ; le Canada français, la première « communauté culturelle » à vivre au Canada selon le statut octroyé d’une nation « identitaire », a précédé sur cette voie aussi bien les autochtones que la myriade de communautés reconnues qui peuplent maintenant l’espace politique canadien. La souveraineté, bref, n’est pas l’affaire du Canada français ; elle est ce que le Québec a fait de l’héritage canadien-français.

37Le Canada français, tel qu’il existe encore pour les personnes âgées, cherche donc tout naturellement à reproduire les conditions d’instabilité politique qui lui ont donné un poids dans le passé et qui lui ont valu la tolérance de l’Empire, puis celle de la majorité canadienne ; loin de tendre à l’indépendance du Québec, il profite de cette menace pour obtenir le renouvellement du statut particulier non écrit qui a toujours été le sien et qui a été si utile aux grands leaders politiques canadiens sortis de ses rangs (Kelly 2001). En examinant la partition du vote de la majorité francophone, bref, nous arrivons à la conclusion que la ligne des catégories socio-économiques qui y sépare une forte majorité de OUI d’une forte majorité de NON se trouve renforcée par celle qui oppose l’approche « ethnique » de la question nationale qui a toujours caractérisé la survivance canadienne-française et l’approche « politique » qui caractérise la société québécoise encore en formation. Nous croyons que c’est là ce qui explique une part importante de l’efficacité de la ligne des âges qui sépare ces deux groupements.

38Il n’est pas sans ironie d’arriver ainsi à la conclusion que les seuls « votes ethniques » qui aient été de quelque importance dans cette affaire furent ceux qui se sont retirés du camp du OUI devant l’éminence d’une victoire qui aurait signé la fin du Canada français. Durant la dernière semaine de la campagne référendaire, l’un des auteurs écrivit à Jacques Parizeau pour lui signaler qu’il était « en train de perdre le Canada français, c’est-à-dire les vieux » ; il lui fut répondu par son bureau que « le premier ministre ne croyait pas que ceux qui avaient eu toute leur vie pour réviser la politique de la survivance au sein du Canada puissent être convaincus de changer d’idée en quelques jours ». Quelques jours plus tard, justement, Jean Chrétien fit, à quelques heures du vote, son ultime intervention de la campagne : « Vous ne pouvez pas, dit-il aux Canadiens français du Québec, abandonner vos frères et vos sœurs du reste du pays. » Il y eut bien quelques autres appels ethniques durant la campagne référendaire, mais celui-là vint de très haut.

Une société divisée sur son avenir

39Que retenir de ce premier examen ?

40Une première conclusion s’impose. Ceux qui soutiennent que l’âme des Québécois est torturée entre le souverainisme et le fédéralisme restent enfermés dans le paradigme ethnique. On aura beau se faire historien pour montrer que la succession des allégeances et la multiplicité des dépendances ont fait un homo quebecensis voué à l’ambiguïté, on pourra, philosophe, élever la chose au niveau altier d’un être de l’ambivalence et appeler à l’amour de l’ambivalence, on ne fera jamais que mettre des mots creux sur les divisions politiques et sociales bien ordinaires de la société québécoise.

41Le projet souverainiste (incluant le projet indépendantiste, plus ancien) s’inscrit dans un véritable mouvement social qui s’est bâti et structuré au fil des ans sur le fond d’un mouvement nationalitaire plus ancien encore. Ce projet est porté par des élites liées au développement de l’État et au rôle de structuration de l’économie québécoise qu’il a assumé depuis 1960. Installé à cheval sur deux époques et sur deux modes de constitution des élites de la société québécoise et de la classe dominante, le projet de souveraineté est donc appuyé sur le groupement social aux caractéristiques bien particulières que nous avons décrit plus haut et il peut compter, dans les autres groupements de la société, sur un certain capital de sympathie.

42Nous avons montré qu’en 1995 le projet souverainiste a reçu des Canadiens français, plus âgés, un rejet aussi net que l’appui qu’il a reçu de la main-d’œuvre active francophone. Entre ceux qui ont été socialisés dans l’espace politique du Canada bi-national et ceux qui l’ont été dans l’espace québécois d’après la Révolution tranquille, il n’y a, pour ainsi dire, nulle ambiguïté. Ce clivage social, cependant, n’est pas seul en jeu et il est clair qu’une autre logique sociale se combine à cette première opposition, parfois avec un effet de même sens, parfois avec un effet de sens contraire. La faible capacité à se projeter dans l’avenir lorsqu’on est dépendant de l’État, lorsqu’on est enfermé dans l’univers du besoin, lorsqu’on se situe en dehors du marché du travail ou de l’école, de même que la demande de stabilité politique qui vient avec les revenus fixes de la pension faisaient partie de nos hypothèses initiales et il nous semble maintenant que les résultats exposés ici n’ont rien pour les contredire : on y voit donc, pour parler ainsi, que les Québécois inactifs sont moins favorables au OUI que leurs vis-à-vis actifs, pendant que les Canadiens français actifs lui sont moins défavorables que leurs pairs inactifs. D’autres facteurs sont en jeu, bien sûr, et il s’agit ici d’une manière de parler.

43Il faudra, par exemple, examiner attentivement ce qui s’est passé dans les différents types pour comprendre l’évolution de l’appui global à l’option souverainiste dans les années qui ont suivi le référendum. Dans quels groupements cet appui a-t-il augmenté, dans quels groupements a-t-il décliné ? Peut-on départager dans cette évolution l’humeur du moment (marquée par la conjoncture politique) et la tendance à long terme ? C’est ce que nous allons maintenant tenter de dégager en analysant les sondages faits au cours des années 1999, 2000 et 2001.

Notes

1 Cette absence d’effet du revenu tient très certainement au fait que les catégories utilisées dans ces sondages assimilent les très grands revenus à la catégorie des « 80 000 $ et plus » de revenus familiaux. Drouilly (1997) a montré que l’on avait toutes les raisons de penser que, chez les francophones, les très grands revenus, comme les très faibles, étaient associés à un très faible appui au OUI.

2 Sur le plan statistique, il est habituel de retenir un seuil plus élevé que le seuil habituel de ,05 lorsque l’échantillon est faible, afin de ne pas éliminer trop facilement une hypothèse HI qu’il faut retenir parce qu’elle est intéressante sur le plan sociologique. Le chercheur entend alors réduire l’erreur de type II. Nous considérons que le décrochage observé en fin de campagne correspond bien à la réalité mais la faiblesse de la taille de l’échantillon sur lequel nous basons cette hypothèse nous empêche de l’avancer avec le degré de certitude que permettraient d’atteindre des échantillons de plus grande taille.

3 La part que représentent les Anglo-Québécois et les allophones est plus importante dans la population québécoise totale (soit environ 20 %). La faiblesse des échantillons rend difficile une estimation précise et il faut prendre ces chiffres comme des ordres de grandeur plutôt que comme des certitudes.

4 Lors du référendum de 1980, la compagnie montréalaise Brink’s, chargée du transport blindé de devises dans les banques, a ostensiblement organisé un convoi de Montréal à Toronto afin de simuler une fuite de capitaux, visible et fort médiatisée, façon dramatique de faire peur aux personnes hésitantes à voter OUI.

Table des illustrations

Titre Tableau 2.1 Intentions de vote au référendum de 1995 selon la typologie des citoyens, ensemble du Québec, quatre sondages empilés effectués en octobre 1995
Légende Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/12343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 2.1 Proportion de personnes ayant l’intention de voter OUI au référendum de 1995, selon la date de quatre sondages effectués en octobre 1995
Légende Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calcul des auteurs.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/12343/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Graphique 2.2 Proportion de personnes ayant l'intention de voter OUI au référendum de 1995, selon la typologie des citoyens et la date de quatre sondages effectués en octobre 1995
Légende Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calcul des auteurs.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/12343/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 2.2 Estimation du vote final pour le OUI et répartition des OUI en % au référendum de 1995 et poids des types dans la population totale selon la typologie des électeurs
Légende * Calculé à partir de données empilées.Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/12343/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540