Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les raisons fortes

 | 
Gilles Gagné
, 
Simon Langlois

Première partie. La mobilisation souverainiste

1. Les raisons fortes des électeurs

Texte intégral

  • 1 Il est de la nature des rapports sociaux que les liens intersubjectifs qui s’y forment entraînent l (...)

1Il faut situer l’acteur politique dans l’espace social à l’intérieur duquel se structurent ses choix et ses prises de décision. Le citoyen qui vote n’est pas un pantin qui réagit aux propagandes, il n’est pas manipulé par les sondages. Il vote selon ses intérêts, ses idées politiques, ses motivations qui peuvent être les plus diverses ; il vote selon la connaissance qu’il a des hommes et des femmes politiques, des programmes électoraux et des enjeux de société ; il vote aussi selon ses préjugés, ses préférences, ses valeurs. Bref, le citoyen vote pour les raisons qui lui paraissent les meilleures, des raisons fortes au sens donné à ce terme par Raymond Boudon (1999, 2001). Nous n’avançons pas que les électeurs font des choix rationnels — comme c’est le cas dans la théorie politique inspirée du courant rational choice, par exemple. Nous posons plutôt qu’il faut comprendre les raisons fortes qui amènent les citoyens à prendre la décision qui est la leur, ce qui n’est pas la même chose. Ces raisons, qui relèvent entre autres d’une rationalité cognitive et d’une rationalité axiologique, se forment dans un espace social bien particulier, différent d’un groupement d’individus à un autre, et elles portent la trace de la place, objective et subjective, de ce groupement dans la société globale1.

Le groupement porteur du projet souverainiste

2La seule analyse par variables — si utile et intéressante soit-elle — ne suffit pas à interpréter les comportements des citoyens. Certes, l’approche par variables permet de décrire les comportements à partir de régularités statistiques (Crête 1984 ; Nadeau 1992 ; Cloutier, Guay et Latouche 1992 ; Lachapelle 1996 ; Pinard, Bernier et Lemieux 1997 ; Drouilly 1998). Mais de telles régularités morcelées ne composent pas nécessairement un portrait d’ensemble et elles paraissent souvent contradictoires. Nous chercherons plutôt dans cet ouvrage à expliquer ces comportements ; sur la base d’un modèle théorique assez simple, nous proposerons d’entrée de jeu de regrouper les acteurs selon les manières typiques de prendre place dans la société québécoise et nous confronterons les prédictions de cette typologie à la réalité. Si les données se révèlent congruentes aux hypothèses du modèle, alors on aura avancé dans l’explication sociologique des comportements politiques, étant entendu qu’on ne peut vérifier une hypothèse, mais tout juste en établir la plausibilité ou la falsifier au sens popérien.

3Nous posons que les individus ne se comportent pas seulement en fonction de paramètres statistiques comme l’âge, la langue ou le sexe, mais bien plutôt en fonction des caractéristiques de l’espace social associé à ces variables. Si les jeunes votent en plus forte proportion pour la souveraineté, c’est parce qu’ils sont des acteurs québécois plutôt que canadiens-français, c’est aussi qu’ils font partie d’un groupement social qui porte le projet de construire une société différente à laquelle ils vont œuvrer. Si les anglophones sont fortement contre l’idée, c’est aussi qu’ils ont de bonnes raisons d’être contre. Leur champ d’action, leur référence est le Canada. Il en va de même pour les immigrants, qui ont pour la plupart immigré d’abord au Canada et qui ont prêté serment d’allégeance à la reine d’Angleterre, chef de l’État canadien. Voter pour ce qu’ils considèrent être une séparation de leur pays d’adoption est pour plusieurs d’entre eux difficile à accepter. Il pourra en être différemment pour les jeunes immigrants, comme on le verra plus loin, soit parce qu’ils sont moins fortement tenus par cette loyauté initiale, soit parce qu’ils sont engagés d’une manière plus profonde dans la vie de leur société d’adoption. On le voit, derrière des variables comme la langue maternelle, l’origine nationale ou l’âge se cache un espace social dans lequel se structurent les raisons d’agir que se donnent les citoyens appelés à faire des choix politiques et des choix de société, comme c’est le cas lors d’un référendum.

4Nous proposons dans cet ouvrage de partir des variables classiques disponibles — nous sommes ici dépendants de l’information statistique disponible dans les sondages — pour construire une typologie des électeurs visant à reconstruire sommairement l’espace social dans lequel se structurent leurs décisions. En d’autres termes, plutôt que de séparer l’ensemble des électeurs en catégories statistiques descriptives, nous les classerons dans les catégories d’une typologie qui permet à la fois de prédire et d’expliquer leur vote au référendum. Nous identifierons des groupements définis à partir des raisons fortes de voter OUI au référendum sur la souveraineté et aussi, par conséquent, à partir des raisons fortes de voter NON dans le groupe complémentaire (au sens statistique du terme). Cette approche permettra de donner une interprétation nouvelle des résultats du vote au référendum de 1995 et aussi du support à l’option de la souveraineté jusqu’au milieu de l’année 2001.

5Un mot au passage sur le vocable groupement qui est utilisé ici. Nous avons retenu un concept classique de la sociologie, quelque peu oublié ou négligé il faut le dire. Il était impossible de parler de groupe, car ce terme a un sens précis en sciences sociales, désignant un ensemble d’individus ayant la possibilité d’avoir des relations face à face, l’expression consacrée dans la littérature étant en fait petit groupe. Par extension, le groupe peut aussi désigner un ensemble plus vaste sans possibilité d’interactions directes — le groupe des infirmières par exemple — mais alors il s’agit d’un ensemble social quand même assez homogène ou ayant des caractéristiques objectives qui s’accompagnent de la conscience assez forte de former une communauté. Mais dès qu’on élargit quelque peu l’éventail, le terme groupement s’impose pour marquer l’appartenance à un même ensemble social de grande taille. Les membres d’un groupement ont des traits communs, partagent une même expérience historique, agissent à l’occasion dans le même sens. Ainsi, les immigrants, les syndiqués du secteur public, les étudiants universitaires formeront-ils des groupements au sens où nous les définirons dans cette étude.

6On doit admettre cependant qu’il y a une part d’arbitraire dans le choix du terme groupement et il en est ainsi parce qu’aucun autre mot ne convenait vraiment pour désigner les éléments de notre typologie.

7On nous verra aussi, à l’occasion, parler des types d’électeurs pour désigner nos groupements, mais en refusant alors implicitement la connotation trop strictement constructiviste que l’on associe parfois à la notion de type idéal. Cette typologie des électeurs sera présentée plus loin. L’un de ces types, par exemple — en gros, les retraités francophones que nous nommerons le type IV —, n’est pas uniquement un construit de notre méthode ; du point de vue de la question abordée ici, nous soutenons que ce type a une certaine existence objective, institutionnelle et culturelle même, de même qu’une certaine conscience de soi. Il nous arrivera aussi, avec autant d’imperfection relativement à l’usage reçu, de parler de « classe moyenne francophone » pour désigner un autre type (le type I), et cela même si l’exclusion d’un groupe d’âge (55 ans et plus) ou l’inclusion de tous les revenus familiaux supérieurs à 20 000 $, par exemple, ne cadrent pas avec l’usage classique de la notion. Cette expression doit alors être entendue comme référant au fait que le noyau de la classe moyenne classique se retrouve forcément dans ce groupement d’électeurs. La notion de strate aurait été encore moins appropriée — et nous l’avons donc systématiquement évitée — alors que celle de « catégorie sociale », trop fortement marquée par les classifications bureaucratiques et fonctionnelles qu’implique l’action sur la société, nous semblait avoir une trop faible portée synthétique. Nous parlerons donc, un peu par défaut, de groupements d’électeurs ou de citoyens en espérant par là rester à mi-chemin entre les deux usages courants du mot : il s’agit certes de groupements, au sens où nous avons bel et bien regroupé d’autorité l’ensemble des dossiers individuels qui servent de base à notre étude, mais aussi de groupements au sens où, relativement à la question traitée, il y a une consistance sociale effective de même que des orientations typiques qui s’expriment dans chacun.

8Nous avons retenu quatre variables pour construire notre typologie : l’âge, l’activité professionnelle, la langue maternelle et le revenu. On objectera immédiatement qu’il faudrait aussi analyser la variable sexe, car de nombreuses analyses de sondages ont montré que les femmes appuyaient moins que les hommes l’option souverainiste (environ 10 % moins de femmes ont voté OUI lors du référendum de 1995, une donnée sur laquelle nous revenons plus loin). C’est juste, mais dans notre approche nous ne voyons pas pour quelles raisons les femmes voteraient plus souvent NON que les hommes et il n’y a pas lieu de poser qu’elles se comportent différemment des hommes en matière politique en tant que femmes. Il n’y a pas d’ontologie féminine en politique, pas plus d’ailleurs qu’il n’y a d’âme québécoise. Nous posons plutôt que d’autres variables cachées (pour reprendre le langage des méthodologues) expliquent ces différences entre les sexes et que les femmes comme les hommes décident en fonction de leur place dans la société. Une analyse par sexe sera faite dans le chapitre quatre pour vérifier cette hypothèse qui, on le verra, se révèle fructueuse.

Les raisons fortes des citoyens

9Avant de construire la typologie des groupements sociaux que nous proposons, il faut justifier le choix des quatre dimensions qui vont la constituer. Les quatre variables retenues pour les caractériser sont en fait des indicateurs de raisons que pourront avoir les citoyens d’appuyer ou non le projet de souveraineté politique du Québec.

10Considérons d’abord l’âge. Les électeurs les plus âgés sont plus susceptibles d’être attachés au Canada que les plus jeunes. L’identité québécoise nouvelle n’a émergé que durant les années 1960 et les personnes les plus âgées sont sans doute encore attachées au Canada français de leurs ancêtres, au Canada dualiste d’Henri Bourassa, d’André Laurendeau ou de Claude Ryan. Elles refusent de croire que ce rêve a été enterré le jour de l’échec de l’entente du lac Meech. Elles ont donc de bonnes raisons, des raisons historiques de voter contre le projet souverainiste. Par ailleurs, les personnes âgées sont plutôt tournées vers le passé, elles craignent l’avenir incertain. Elles vivent de leurs rentes et l’incertitude qu’engendre un nouveau projet politique est perçue comme étant menaçante pour leur sécurité. À cela s’ajoute le fait que leur principal revenu vient dans bien des cas de la pension de sécurité de la vieillesse, versée par le gouvernement fédéral. D’autres raisons pourraient être invoquées pour expliquer le fait que les personnes âgées votent majoritairement contre le projet de souveraineté du Québec, mais nous nous limiterons ici à l’évocation de celles qui viennent d’être mentionnées. Les personnes âgées de plus de 65 ans ont voté NON aux trois quarts lors du dernier référendum et celles qui sont un peu plus jeunes (55-64 ans) ont voté quant à elles NON dans une proportion de deux sur trois environ.

  • 1 Les mutations du nouveau Canada, pays d’immigration, comptent pour beaucoup dans ce changement, on (...)

11Les jeunes Québécois de leur côté ont été socialisés dans un espace différent. Peu d’entre eux s’identifient comme Canadiens français parce que ce vocable est pratiquement disparu dans les jeunes générations, l’identité québécoise (et dans le reste du Canada, les identités francophones régionales) ayant supplanté l’identité canadienne-française1. L’idée d’indépendance a été portée par le Rassemblement pour l’indépendance nationale (le RIN) dans les années 1960 et le projet de souveraineté-association est né avec le MSA en 1968. Les autres partis politiques de la scène québécoise ont aussi véhiculé l’affirmation d’une nouvelle identité nationale, du Maître chez nous de Jean Lesage, à l’Égalité ou indépendance de Daniel Johnson père, à la Souveraineté culturelle de Robert Bourassa. Les électeurs qui ont voté pour la première fois en 1960 ont eu 6z ans en l’an 2001 (ils avaient 56 ans lors du référendum de 1995). Tous ceux qui avaient moins de 55 ans en 1995 ont donc été socialisés dans un contexte politique fort différent de celui des années 1950, comme l’ont montré les études de sociologie électorale de Vincent Lemieux. Aussi posons-nous que le projet de souveraineté politique du Québec recevra un appui plus marqué chez les électeurs qui ont moins de 55 ans ; cette coupure est imposée par les données de sondages disponibles, mais elle correspond aussi à une réalité sociale (historique) décisive, soit le fait d’avoir été socialisé politiquement avant ou exclusivement après la Révolution tranquille. Notons aussi que c’est dans ce groupement de personnes qu’on trouve la plus forte probabilité de se projeter dans l’avenir, la capacité de faire des projets, y compris celui de changer la société. Les données disponibles vont dans le sens de cette hypothèse, comme on le constatera dans l’étude statistique qui suivra. Idéalement, les coupures de la variable âge devraient être faites de façon précise à ces âges (56 ans en 1995 et 62 en 2001), mais les données disponibles nous empêchent de le faire. La coupure à 55 ans est cependant proche de cet idéal.

  • 2 En réalité, il s’agit des descendants des Canadiens français qui sont porteurs de ce projet de souv (...)

12Les francophones sont les principaux porteurs de l’idée souverainiste depuis qu’elle a germé2. Nous n’insisterons pas sur ce point évident. À l’opposé, les anglophones ont quant à eux des raisons solides de voter massivement contre le projet souverainiste. Ils sont majoritaires dans le Canada et ils deviendraient minoritaires dans un nouveau pays souverain, un changement perçu à tort ou à raison par plusieurs d’entre eux comme menaçant pour leurs droits historiques.

13Les immigrants ont aussi des raisons fortes de rester attachés au Canada. Pour la plupart, ils ont choisi d’immigrer d’abord dans ce pays et ils ont découvert les conflits linguistiques une fois sur place, surtout ceux qui se sont établis ici avant les années 1970. Ils ne se sont pas identifiés comme Canadiens anglais ni comme Canadiens français, mais plutôt simplement comme Canadiens et ils ont prêté un serment d’allégeance à un nouveau pays, puis obtenu une citoyenneté qui leur a permis de construire une nouvelle vie. Au Québec, ils se comportent comme des anglophones, mais pour des raisons différentes. Si cette vision des choses est juste, on devrait voir augmenter quelque peu le support à la souveraineté dans les groupements d’immigrants plus proches des francophones et dans ceux qui sont établis ici depuis moins longtemps, ce que montrent effectivement les sondages (Drouilly 1997). Si les immigrants votent en majorité pour le NON, ils sont cependant plus nombreux que les anglophones à voter OUI, même si cette proportion reste assez faible au total. Une étude des différences entre les votes anglophone et allophone sera effectuée à part dans les chapitres cinq et six.

14Il nous paraît nécessaire de distinguer les rentiers des personnes âgées, car ces deux statuts ne se recoupent pas entièrement. Plusieurs rentiers n’ont pas 65 ans et une partie de ceux qui ont dépassé cet âge continuent d’occuper un emploi. Les rentiers ont des raisons de s’inquiéter des remous que peut causer un changement politique perçu comme radical. Leurs pensions seront-elles encore versées ? Que deviendront leurs investissements, leurs rentes ? D’autres soutiendront que les rentiers sont plus prudents, qu’ils ont une plus grande aversion au risque au sens que les économistes donnent à ce terme. Par ailleurs, les retraités sont plus âgés, donc plus susceptibles d’être attachés au Canada, et en particulier au Canada français de leur enfance. Mais on trouvera aussi dans ce groupement des individus qui ont encore du ressentiment envers les injustices passées dont ont été victimes les Canadiens français. Le nationalisme de ces derniers pourra alors être plus motivé par ce ressentiment ou, mieux, être tout entier structuré par le dialogue imaginaire avec l’« autre », notamment pour la recherche de reconnaissance au sens donné à ce terme par Charles Taylor. Cette orientation dialogique et cette quête de reconnaissance seront moins prononcées chez les jeunes, on peut le supposer. Les rentiers — qu’ils aient cette fois moins ou plus de 65 ans — ont voté en majorité (environ 70 %) pour le NON, toujours d’après les sondages de 1995.

15Arrivons maintenant à l’argument central sur lequel est basée notre approche.

16Se projeter dans l’avenir — les sociologues l’ont abondamment montré depuis les analyses d’Alexis de Tocqueville au XIXe siècle — exige d’avoir une marge de manœuvre, implique de ne pas être enfermé dans l’univers du besoin. Cette affirmation est bien documentée depuis un siècle et des douzaines d’exemples pourraient être donnés. Les personnes à faible revenu sont enfermées dans l’univers des besoins et leur maigre sécurité leur vient de l’État. Les personnes dépendantes de l’État auront tendance à se comporter comme les retraités et elles hésiteront à remettre en cause l’ordre existant qui assure leur subsistance. C’est ce qui explique que les plus pauvres, les plus démunis, optent plutôt pour le NON.

17À l’opposé, c’est dans le groupement des personnes actives sur le marché du travail que devrait se trouver le plus fort appui au projet souverainiste. Les personnes actives sont d’abord responsables d’elles-mêmes en travaillant. Ce groupement de personnes actives doit être entendu au sens large et il comprend les chômeurs temporairement sans emploi et les étudiants qui sont en fait les actifs de demain. Ce qu’elles possèdent, les personnes actives ont le sentiment de l’avoir gagné par leur labeur. Travailler donne la sécurité, la confiance en soi. Étudier, travailler donnent aussi confiance en l’avenir et rendent possible l’élaboration de projets. Les travailleurs au sens large sont enfin souvent impliqués dans des groupements professionnels comme des syndicats, des corporations et des associations qui leur donnent une force collective, qui leur permettent aussi d’avoir une prise sur leur destin. Enfin, les travailleurs et les étudiants attendent de l’État qu’il fixe les règles du jeu économique, qu’il balise l’espace dans lequel ils travaillent ou vont travailler : politiques de salaire minimum, aide à l’exportation pour les PME, recyclage de la main-d’œuvre, financement des universités, des hôpitaux et des services publics, politiques antidumping, lois anti-scabs, défenses des intérêts des entreprises dans les négociations internationales, politiques monétaires, et ainsi de suite. Par leur effort personnel, par leurs connaissances, par leurs associations et avec l’appui de politiques de l’État, les travailleurs peuvent se projeter dans l’avenir et avoir le sentiment d’être nécessaires à la société. Le changement politique qu’impliquerait la souveraineté leur paraît moins menaçant parce qu’ils disposent d’une plus grande autonomie.

18On objectera que la rupture éventuelle de l’ordre constitutionnel menacerait l’emploi, comme l’ont avancé les tenants du NON durant les campagnes référendaires. Les travailleurs sont moins sensibles que les autres à ce type d’argument car ils ont prise sur leur vie, en plus d’avoir le fort sentiment de leur « utilité ». Si l’on suivait cet argument, les travailleurs salariés ne feraient jamais la grève, qui les prive de revenus et menace leur emploi dans certains cas. C’est dans ce groupement de personnes qu’on devrait observer la réponse la plus favorable au nouveau nationalisme véhiculé par le mouvement souverainiste, moins marqué par le dialogue imaginaire avec le Canada en vue d’obtenir une reconnaissance quelconque, mais plutôt porté par l’engagement dans un nouveau projet de société.

19Les femmes qui restent au foyer sont aussi beaucoup moins en faveur de la souveraineté. Ici elles se comportent comme les retraités. D’après les sondages, elles ont voté OUI dans une proportion d’environ 33 % lors du dernier référendum.

Le groupement porteur du projet souverainiste

20Après les avoir justifiées sur le plan théorique, nous proposons de croiser les propriétés que nous venons d’identifier — âge, langue maternelle, activité professionnelle, revenu — afin de construire une typologie des électeurs susceptible d’expliquer et de prédire le comportement en ce qui concerne l’option souverainiste mieux que la considération des variables prises une à une.

21Quel est le groupement social qui fera la promotion de l’idée de souveraineté ? De même, quel groupement y sera le plus opposé ? Nous avançons l’hypothèse que le groupement qui sera le principal porteur du projet souverainiste sera composé des personnes âgées de 18 à 55 ans, francophones, actives sur le marché du travail (en emploi ou au chômage), disposant de revenus leur permettant de s’élever au-dessus de l’univers des besoins. Nous ajoutons à ce groupement les étudiants, qui sont les travailleurs de demain, quels que soient leurs revenus. Sont réunies dans ce type d’électeurs toutes les caractéristiques susceptibles de les amener à appuyer en plus forte proportion le projet souverainiste. C’est dans ce type que la capacité de se projeter dans l’avenir est la plus forte, la plus marquée parce qu’il ne comprend que des personnes actives, ou des étudiants, excluant les travailleurs pauvres, qui, francophones, ont été socialisées sur le plan politique dans le cadre de la société civile québécoise depuis le début des années soixante et assument en conséquence l’évidence de l’existence d’une souveraineté nationale. Ce type caractérise en fait un groupement qui sera le véritable porteur du projet de souveraineté et du mouvement souverainiste. Au fond, les citoyens qui en font partie considèrent la société québécoise comme un état de fait, et c’est la raison pour laquelle ils réclament pour elle un état de droit.

22L’appui à la souveraineté sera moins marqué chez d’autres types d’électeurs parce qu’on y trouve des personnes aux intérêts divergents et des combinaisons de caractéristiques qui amènent les individus à se comporter d’une manière plus prudente devant la souveraineté. On peut penser que l’attachement au Canada sera plus marqué chez les personnes plus âgées, les amenant à pencher plus fortement en faveur du NON. De même, les citoyens anglophones et âgés auront quant à eux les meilleures raisons (de leur point de vue) d’être contre le projet souverainiste. Les anglophones se mobiliseront eux aussi dans des associations et des groupements pour combattre le projet souverainiste. Mais attention, il faut aussi s’attendre à ce qu’une partie des travailleurs et des étudiants allophones et anglophones qui ont été socialisés dans le Québec d’après 1960 appuient le projet souverainiste, si la théorie avancée plus haut est juste. Nous verrons ce qu’il en est à l’examen des données.

La typologie

23La typologie proposée n’est pas seulement une autre manière de décrire les caractéristiques des électeurs susceptibles d’enrichir la sociologie électorale classique. Comme elle repose sur une théorie du comportement construite du point de vue des acteurs sociaux, elle offre aussi un modèle explicatif qu’il est possible de confronter aux données pour en évaluer la validité, un modèle qui permet de comprendre la logique sociale sous-tendant les données brutes.

24Nous avons dichotomisé les quatre variables qui définissent l’espace de prise de décision des individus de la manière suivante :

(1) 18-55 ans

55 ans et plus ;

(2) actifs sur le marché du travail, chômeurs et étudiants

inactifs, retraités, au foyer ;

(3) revenu au-dessus de l’univers des besoins (+20 000 $)

revenu familial faible (-20 000 $) ;

(4) francophones

allophones et anglophones.

25Le croisement de ces variables donne 16 types possibles. Pour des raisons évidentes, plusieurs d’entre eux sont vides ou presque et nous les avons regroupés en six types pour les fins de l’analyse. Les anglophones/allophones sont distingués selon l’âge seulement, d’abord parce que les effectifs de ce groupement sont faibles, mais aussi parce qu’une forte majorité est opposée au OUI. Ceci dit, les deux groupements d’électeurs (anglophones et allophones) ont des comportements différents et nous les distinguerons dans les chapitres cinq et six. Nous avons enfin mis dans le type II les répondants francophones de moins de 55 ans qui n’ont pas déclaré leurs revenus. Pour l’ensemble des sondages de 1995, par exemple, sondages qui portent sur 4019 personnes au total, cela fait 115 dossiers composés d’une majorité de femmes et de personnes ayant une faible scolarité. Nous avons pris la décision de ne pas tenter de répartir les personnes n’ayant pas déclaré leurs revenus entre les types I et II (le problème ne se pose pas dans les autres types) et de ne pas nous aventurer dans des hypothèses, certes réalistes (mettre dans le type I les 28 professionnels et cadres qui n’ont pas déclaré leurs revenus, par exemple), mais qui de toute manière nous auraient laissé un important résidu. Nous avons choisi, bref, de garder le type I le plus cohérent possible, sociologiquement parlant, quitte à tolérer que le type II ait le caractère d’un complément au sens mathématique pour les francophones de moins de 55 ans. Ceci dit, nous avons évalué les différences de résultats avec d’autres façons de classer les revenus indéterminés, mais aucune ne change l’analyse ni le diagnostic. Enfin, afin d’obtenir une plus grande homogénéité du type I, nous en aurions aussi idéalement exclu ceux qui appartiennent au décile supérieur de revenu pour serrer le plus possible notre analyse sur la « classe moyenne » francophone, mais cela n’a pas été possible à cause des données disponibles.

26Voici la liste des types retenus :

  1. Francophones, 18-54 ans, étudiants (tous) et actifs gagnant 20 000 $ et + ;

  2. Francophones, 18-54 ans, inactifs et travailleurs à faible revenu et revenu non déclaré ;

  3. Francophones, 55 ans et plus, actifs ;

  4. Francophones, 55 ans et plus, inactifs ;

  5. Anglophones et allophones, 18-54 ans ;

  6. Anglophones et allophones, 55 ans et plus.

Sources des données

27Nous analyserons les données recueillies par la firme Léger Marketing de Montréal qui sonde les opinions des Québécois sur une base régulière avec un instrument de cueillette produisant des données standardisées et identiques sur le long terme, ce qui rend possible des analyses diachroniques et des comparaisons dans le temps. La firme sonde les intentions de vote sur la souveraineté du Québec au moyen d’une question standardisée et de procédures invariables, ce qui rend les sondages en tout point comparables.

  • 3 Nous avons placé en annexe nombre de tableaux pour ne pas alourdir le texte. Ces tableaux seront id (...)

28Nous avons au total quatre sondages effectués au cours des quatre semaines qui ont précédé le référendum de 1995 et 23 sondages faits entre avril 1999 et avril 2001. Cela donne au total 23 796 dossiers à analyser dans la présente étude. Le tableau A-I en annexe donne la date et la distribution des effectifs à chacun des sondages3. Lorsqu’on les regroupe, ces sondages donnent un nombre suffisant de dossiers pour effectuer divers croisements de variables pour analyse, ce que ne permet pas de faire l’examen des sondages mensuels pris isolément. Nous parlerons alors de sondages empilés pour désigner la base de données utilisée.

29L’empilement de plusieurs sondages est une technique classique pour étudier des relations entre variables ou des processus sociaux, car nous obtenons ainsi un échantillon plus important de répondants qui permet l’examen de plusieurs variables croisées. Nous pourrons en particulier étudier ce qui se passe dans des catégories d’électeurs qui autrement auraient des effectifs trop faibles dans un seul sondage parce qu’ils sont minoritaires dans la société québécoise. Un exemple éclairera cette approche. Il y a peu d’anglophones dans chaque sondage. Mais si nous empilons plusieurs sondages, on peut alors se demander quelles sont les caractéristiques de ceux qui, de langue maternelle anglaise, répondent OUI à l’un ou l’autre de ces sondages, car ici c’est l’explication du vote qui retiendra notre attention et non la prédiction du score final.

30Comme nous entendons aussi analyser dans le chapitre deux l’évolution des intentions de vote durant la campagne référendaire et l’évolution des intentions de vote entre les années 1995 et 2001 dans le chapitre trois, un commentaire de méthode s’impose. La composition des bases échantillonnales est-elle assez stable d’un sondage à l’autre ? La stabilité de la composition des différents sondages est essentielle si l’on veut les empiler sans introduire des biais systématiques ou des biais de sélection. Par exemple, s’il y a plus de jeunes dans l’un des sondages et si les jeunes se comportent différemment, alors la comparaison dans le temps sera biaisée. En d’autres termes, les variations enregistrées entre le début et la fin de la campagne référendaire et celles qu’on observe entre les années 1999 et 2001 sont-elles bien réelles ou ne seraient-elles pas plutôt dues à des variations dans les échantillons recueillis ?

31Nous avons examiné les caractéristiques objectives des répondants à chacun des quatre sondages de 1995 — sexe, langue, âge et activité, soit des caractéristiques qui ne changent pas en quelques semaines — et celles-ci sont très stables d’un sondage à l’autre, ce qui donne une bonne sûreté à la base de données (tableau A-2). Cette observation est importante, car elle signifie que les variations des réponses à la question sur l’intention de vote au référendum ne pourront pas être attribuées à des variations dans la base échantionnale, de sorte que les changements observés caractériseront bien les évolutions dans les intentions de vote des citoyens. Il n’y a donc pas de biais de sélection.

32Nous avons aussi effectué la même vérification pour les sondages des années 1999, 2000 et 2001 (tableau A-3). La distribution de fréquences de cinq variables y est examinée selon la période de sondages (données empilées). La distribution des individus selon la langue maternelle et le sexe est assez stable d’une période à l’autre et elle reflète la hausse des personnes déclarant une langue autre que l’anglais ou le français. Il y a moins de personnes à faible revenu et plus de répondants à revenu élevé en 2001 qu’en 1995, ce qui témoigne du changement observé au cours de la période puisqu’il s’agit ici de dollars courants. On observe aussi une augmentation de la proportion de personnes plus scolarisées à la fin de la période couverte par l’étude. Enfin, la distribution des répondants dans les catégories d’âge a changé entre 1995 et 2001. C’est cette variable qui est davantage modifiée d’un bloc de sondages à l’autre et on notera une hausse de la proportion des individus dans les deux tranches d’âge 45-54 et 55-64 en 2001. Il est normal que la distribution des répondants aux sondages soit un peu déformée vers le haut à mesure qu’on avance dans le temps, ce qui reflète le lent vieillissement de la population québécoise, mais les changements observés ici sont en fait plus rapides qu’ils ne le sont dans la réalité. C’est la seule variable qui indique la présence d’un possible biais d’échantillon dont il faudra tenir compte dans l’interprétation de certaines données lorsque viendra le temps d’étudier les évolutions temporelles des intentions de vote. Cependant, le fait de contrôler la variable âge dans la typologie neutralise en bonne partie ce biais.

Analyser et prédire les comportements : deux approches différentes

33Les données de sondages électoraux peuvent servir à deux fins : 1) décrire, analyser et interpréter des comportements et 2) prédire et extrapoler des résultats applicables à toute une population. Nous privilégions ici la description et l’explication des comportements des citoyens. Qu’est-ce qui les amène à voter dans un sens ou dans l’autre à la question qui porte sur la souveraineté du Québec telle que formulée dans le référendum de 1995 ? Comment voteraient-ils si la même question devait être de nouveau posée aujourd’hui ? Pour ce faire, nous nous attarderons à l’analyse des réponses réelles à la question sur les intentions de vote. Trois catégories de réponses seront étudiées : OUI, NON et Discret (cette dernière catégorie comprenant les refus de répondre et les ne sais pas). Nous n’avons pas réparti les indécis car nous entendons d’abord étudier la dynamique qui sous-tend l’expression ferme d’un OUI ou d’un NON.

34Lorsqu’on cherchera à prédire le résultat du vote final (à un seul endroit dans le présent ouvrage, soit dans le chapitre suivant), nous le signalerons clairement et nous expliciterons les critères et les paramètres sur lesquels se fondent ces prédictions, car il ne faut pas oublier que nous travaillons avec des sondages qui ont une marge d’erreur. Les prédictions qui pourraient théoriquement être faites portent en fait sur des tendances ou des évolutions. Nous pourrons ainsi avancer que les intentions de vote en faveur du OUI seraient en hausse chez les allophones — ce qui est le cas comme on le verra — mais il ne sera pas possible de prédire le niveau précis de l’appui donné, ce qui est une question différente.

Les types d'électeurs : évolution de 1995 à 2001

35Avant d’entreprendre l’analyse des données, précisons d’abord comment les six types distingués se distribuent dans la population québécoise et quel est leur poids respectif à partir des résultats des sondages empilés en 1995 et de 1999 à 2001 (tableau 1.1). Il s’est écoulé presque six ans entre le référendum de 1995 et les derniers sondages faits en 2001. Au cours de cette période, la morphologie de la population québécoise s’est quelque peu transformée. Ainsi, il y a plus d’immigrants en 2001 qu’en 1995, le solde migratoire international ayant été positif ces dernières années (Langlois 2000). L’âge de la retraite a varié au fil des années 1990 à cause des efforts de rationalisation de la main-d’œuvre observables dans de nombreuses entreprises publiques et privées. Le taux de participation des femmes au marché du travail a aussi légèrement augmenté, les nouvelles cohortes de femmes actives remplaçant peu à peu celles dans lesquelles le taux de participation des femmes au marché du travail était plus faible, ce fait interagissant avec celui qui précède. Il paraît donc nécessaire de voir comment a évolué dans le temps le poids de chacun des types distingués dans cette étude.

36Le type I — celui que nous identifions comme le principal porteur du projet souverainiste — est le plus lourd numériquement dans la population. Il représente 45,9 % de l’ensemble en 2001, en légère croissance par rapport à 1995. Ce type est aussi le plus important des trois types d’électeurs engagés sur le marché du travail ou aux études.

Tableau 1.1. Distribution des types d'électeurs dans les échantillons empilés, 1995 et 1999 à 2001

TYPOLOGIE

1995

2001

I

Francophones, 18-54 ans, étud., actifs 20 000 $ et +

44,8

45,9

II

Francophones, 18-54 ans, inactifs et actifs faible rev.

15,7

13,5

III

Francophones, 55 ans et plus, actifs

4,5

5,5

IV

Francophones, 55 ans et plus, inactifs

17,6

16,8

V

Anglophones et allophones, 18-54 ans

12,7

13,5

VI

Anglophones et allophones, 55 ans et plus

4,7

4,8

Total

%

100

100

N

4020

5001

Source : données fournies par la maison Léger Marketing. Calculs des auteurs.

37Le second en importance est le type IV formé des francophones inactifs âgés de 55 ans et plus (16,8 % de la population en 2001, en légère décroissance par rapport à 1995 dans nos échantillons). Le type II — celui des francophones de 18 à 54 ans, inactifs ou travailleurs pauvres — suit avec 13,5 % de l’ensemble en 2001, en diminution celui-là. Les francophones plus âgés qui sont actifs — le type III — représentent une part fluctuante de la population (4,5 % de celle-ci en 1995 et 5,5 % en 2001) marquée par deux tendances, soit à la baisse à cause des retraites anticipées dont le nombre a crû ces dernières années, soit à la hausse lorsque la conjoncture de l’emploi s’améliore.

38Enfin, les anglophones et les allophones (regroupés dans le même type pour l’analyse, même s’ils ont des caractéristiques différentes) sont en majorité des personnes actives, ou des étudiants, ayant moins de 55 ans (ici 13,5 % de l’ensemble), les plus âgées représentant 4,8 % de la population. Les proportions que représentent ces deux derniers types sont en légère hausse.

39La comparaison des effectifs observés dans les six types en 1995 et 2001 reflète bien les changements démographiques survenus durant la période mais aussi des variations de comportements, comme l’âge au moment de la retraite, qui se traduisent par des changements dans la distribution des effectifs, en affectant notamment le nombre de retraités. Il n’y a pas de biais de sélection qui entacheraient l’analyse comparée des données. Les différences entre les deux correspondent aux changements connus dans la structure sociale survenus en six ans : régression du nombre de personnes à faible revenu (le nombre de ménages dépendant de l’aide sociale a beaucoup régressé), variation du nombre de personnes âgées de 55 ans et plus qui sont actives, et enfin légère augmentation du nombre d’anglophones et d’allophones dans les années 1999-2001, ce qui reflète l’arrivée de nouveaux immigrants.

Notes

1 Les mutations du nouveau Canada, pays d’immigration, comptent pour beaucoup dans ce changement, on l’oublie souvent. Les millions d’immigrants qui s’y sont établis au XXe siècle ont aussi contribué à changer radicalement la dualité canadienne-française/canadienne-anglaise, puisqu’ils se sont en fait assimilés au Canada anglais. Une nouvelle identité canadienne a émergé, parallèle à la nouvelle identité québécoise (voir Ian Angus 1997, Andrée Fortin et Simon Langlois 1998 et S. Langlois 1999 parmi un grand nombre de publications qui ont bien documenté ce changement).

2 En réalité, il s’agit des descendants des Canadiens français qui sont porteurs de ce projet de souveraineté, à l’exclusion des immigrants francophones qui n’ont pas nécessairement les mêmes raisons qu’eux. L’expression francophones englobe de fait tous les immigrants de langue maternelle française. Les sondages ne permettent pas de distinguer dans l’analyse les immigrants francophones de ceux qui sont nés sur le territoire.

3 Nous avons placé en annexe nombre de tableaux pour ne pas alourdir le texte. Ces tableaux seront identifiés par la lettre A précédent le chiffre.

Notes de fin

1 Il est de la nature des rapports sociaux que les liens intersubjectifs qui s’y forment entraînent l’adhésion des acteurs aux orientations normatives typiques des milieux sociaux qui les encadrent.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540