Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les raisons fortes

 | 
Gilles Gagné
, 
Simon Langlois

Introduction

Texte intégral

1Le vote par référendum sur l’avenir constitutionnel du Québec est différent des votes qui se tiennent en vue de l’élection d’un nouveau gouvernement. Les enjeux ne sont pas de même nature. Lors d’un scrutin tenu aux quatre ans, les électeurs jugent un gouvernement en place, votent pour un programme politique, optent pour une orientation idéologique destinée à inspirer les choix politiques. Un référendum sur la souveraineté du Québec — comme celui de 1980 ou celui de 1995 — porte quant à lui sur l’avenir, sur un projet de société, et il met donc en cause chez les citoyens la capacité de se projeter dans cet avenir, la capacité de lui donner un sens et d’en imaginer les implications pour eux-mêmes, à plus forte raison si ce projet implique une part de risques — risques réels ou perçus comme réels.

2Nous parlons ici de l’électeur au sens étymologique, c’est-à-dire de l’individu qui, en dernière instance, « choisit » (du latin eligere). Créé par les institutions du Saint Empire germanique, l’électeur désigna d’abord celui qui (prince ou évêque) participait au choix de l’empereur. Cet acte d’une haute portée politique avait le caractère d’un acte « constituant » (au sens constitutionnel), un acte hobésien instaurateur du pouvoir suprême (l’Imperiumi). Les élections courantes que nous pratiquons, bien qu’elles mettent en scène un acte de consentement qui renouvelle la légitimité du régime, reposent de leur côté sur une idée de délégation dont l’importance a décrû en même temps que la place de la législature dans le régime était relativisée par son instrumentalisation. La chose est encore plus vraie dans les institutions « britanniques » du Québec où la souveraineté du législateur se trouve, selon la Cour suprême, limitée par le principe fédéral et par la Cour elle-même. Par opposition à ce déclin de l’élection ordinaire et contrairement à la prétention politique qui tend à faire du référendum un gros sondage — une consultation populaire —, nous croyons que les Québécois ont eu tendance jusqu’ici à pratiquer le référendum à la française, c’est-à-dire comme un acte du souverain, et que l’électeur, alors, reprend la souveraineté dans son acte plutôt qu’il ne la délègue. Ce qui fait de cet électeur un tout autre animal, son choix portant ainsi sur la nature même du régime et des institutions.

3Si cette distinction entre référendum et scrutin électoral est juste, il nous semble nécessaire de dépasser les catégories classiques avec lesquelles on a jusqu’ici analysé les intentions de vote et le vote réel, afin plutôt de comprendre le résultat du vote référendaire en fonction de la capacité des acteurs sociaux à se projeter dans l’avenir. Nous avançons qu’il faut mettre en relation le vote à un référendum sur la souveraineté et les intentions de vote exprimées dans un sondage avec une typologie des électeurs définie à partir de leurs intérêts, de leurs motivations et de leur engagement dans l’élaboration d’un projet de société différent. Autrement dit, il nous a paru prometteur d’analyser les opinions et les comportements des citoyens qui sont appelés à voter à partir des raisons fortes qu’ils ont de le faire. Une telle approche, qui pourrait certes avoir son utilité pour comprendre le comportement électoral régulier, s’impose carrément dans le cas d’un vote où l’écart entre les options sur lesquelles porte le choix est beaucoup plus grand et où les lignes de partage de la société, en conséquence, se réfléchissent avec beaucoup plus de netteté dans la distribution des votes.

4Il faut par ailleurs prendre acte du fait que la société n’est pas homogène. Aucune société ne l’est, et encore moins une société démocratique dans laquelle les options les plus diverses s’opposent. La société québécoise — comme les autres sociétés développées — est plutôt un ensemble plus ou moins conflictuel de groupes et de catégories d’acteurs aux intérêts différents, souvent opposés : syndiqués et patrons, travailleurs et rentiers, ruraux et citadins, jeunes et vieux, immigrants et citoyens nés sur le territoire, francophones et anglophones, chasseurs et écologistes, pauvres et riches, et ainsi de suite, presque à l’infini. Formés sur la base de combinaisons typiques de telles allégeances et de telles positions objectives, les groupements sociaux dont nous tenterons ici de dessiner les contours ont des intérêts, des demandes, des représentations sociales, des attentes et des visions qui leur sont propres. Tout l’effort des mouvements sociaux et des partis politiques vise à fédérer ces orientations, alors qu’il appartient à l’État de droit de rendre formellement possible la coexistence des intérêts contradictoires.

5Certaines oppositions sont cependant plus importantes que d’autres, tout à la fois plus structurantes pour l’évolution du débat public et plus fortement structurées par les clivages économiques et culturels de la société. Pensons à l’opposition entre la droite et la gauche en France depuis la Révolution de 1789, opposition qui a profondément divisé le pays jusqu’à récemment et qui imprime encore sa marque sur la politique française contemporaine. Les États-Unis ont été marqués par la question raciale et la discrimination envers les Noirs est encore présente malgré l’affirmative action. Les pays européens sont partagés entre les tenants de la souveraineté nationale et ceux qui favorisent l’Union européenne. Le traité de Maastricht a divisé la France et le Danemark, et l’Angleterre n’a pas encore adhéré au traité d’union monétaire. La liste des exemples pourrait s’allonger.

6Plusieurs États ont connu des guerres civiles pour régler leurs différends. Celles-ci furent particulièrement sanglantes aux États-Unis et en France et elles le sont encore dans bien des coins de la planète au XXIe siècle comme l’actualité le rappelle tous les jours. Ces différends se règlent maintenant dans un contexte démocratique dans la plupart des pays développés où s’applique la règle du 50 % plus un. Cette règle, toute pragmatique, qui vise à donner à « la force du nombre » (en matière d’opinion) le pouvoir de trancher les conflits suppose toutefois l’existence d’une entente quant à la composition du 100 %, ce qui ne peut pas être le cas lorsque le conflit porte justement sur le découpage de la communauté politique. C’est ce qui explique que la loi sur la clarté référendaire proposée par Ottawa en 2000 ait soulevé l’opposition des élus au Québec — y compris celle du chef du parti libéral, opposition officielle — et celle des milieux progressistes au Canada anglais, car elle vient élargir le différend en refusant d’accepter que la « société québécoise » soit une totalité de référence en matière de droit politique.

7La société québécoise est divisée devant le projet de souveraineté du Québec, rien là de plus normal. D’ailleurs, loin que cette division de l’opinion doive être considérée comme anormale ou désastreuse, c’est plutôt le caractère doux et civil de ses manifestations qui mériterait de retenir l’attention, comme l’ont bien vu les nombreux journalistes qui ont couvert le référendum de 1995. Parce que les clivages ethniques qui sont ailleurs associés à la question nationale sont traversés au Québec par des clivages sociaux et culturels de toute nature, les oppositions quant à la nature de la communauté politique s’y trouvent singulièrement tempérées. Déjà au XIXe siècle, la question de la loyauté à l’Angleterre puis à l’Empire britannique divisait les élites anglo-saxonnes alors qu’une bourgeoisie nationale, d’orientation républicaine, cherchait à accroître son emprise sur les institutions politiques des colonies puis du Dominion (Kelly 1997). Le système impérial de l’indirect rule, d’autre part, en associant une partie des élites canadiennes-françaises aux avantages du régime, introduisait dans ce groupe une solution de rechange crédible à la rébellion en donnant quelque efficacité politique à la collaboration (Bariteau 1998). Déjà, le fort potentiel de conflits religieux, dont l’Angleterre avait une longue expérience, avait obligé à des tolérances et avait invité à des alliances qui n’étaient pas forcément convergentes avec celles qui combinaient alors la classe sociale avec l’origine ethnique. Autant de clivages que l’industrialisation et le développement de la classe ouvrière au XXe siècle viendront complexifier, et tempérer, en introduisant dans le débat public « l’opposition du social et du national ».

8En un sens, les divisions de la société québécoise sur la question de la souveraineté prolongent une situation historique où l’oppression nationale ne fut jamais si massive ou si uniforme que les divisions politiques en auraient été rabattues sur des lignes ethniques et absorbées par elles. Si bien que l’appui à la souveraineté — justement parce qu’il a des ancrages dans une histoire politique où les oppositions nationales ont été tempérées par les appartenances de classes — montre dans la société québécoise des divisions qui vont au-delà de la question nationale et qui, par là, ouvrent le débat public à des enjeux tout à fait contemporains. Dépassant les oppositions de langues et celles de l’origine ethnique, nous voulons esquisser dans cette étude les contours d’une carte sociale de l’appui à la souveraineté et pour cela considérer en priorité les divisions de cet appui chez les francophones d’abord et principalement, mais aussi les divisions observables chez les Anglo-Québécois et les immigrants.

9Six ans après le référendum de 1995, la question qui hante la conscience des politiques, pro ou contra, et qui ramène régulièrement les sondeurs à leurs échantillons, est la suivante : où en est l’appui au projet souverainiste tel qu’il a été formulé d’abord par René Lévesque et les membres du Mouvement souveraineté-association en 1967 ? Telle que posée couramment cependant, la question appellerait une recherche qui tenterait de prédire le résultat à un nouveau référendum sur ce projet. Or c’est précisément ce que nous ne ferons pas dans les pages qui suivent. Nous entendons plutôt analyser la distribution sociale du sentiment souverainiste, en étudiant l’appui ferme que les citoyens donnent dans les sondages au projet de souveraineté du Québec assortie d’une offre de partenariat avec le Canada, de même que l’évolution de ce sentiment, de cette inclination souverainiste.

10Nous ne voulons pas ajouter une nouvelle analyse descriptive des caractéristiques des électeurs favorables ou opposés à la souveraineté du Québec. Il en existe d’excellentes, mais leur pouvoir explicatif est limité. Notre approche est différente, car nous nous demanderons plutôt quels sont précisément les groupements sociaux qui sont porteurs de cette idée de souveraineté du Québec et quels sont ceux qui y sont opposés. Nous nous demanderons aussi quels sont les groupements sociaux qui évoluent de l’une à l’autre des deux options cristallisées autour d’une question référendaire qui force à voter OUI ou NON. Prédiction et explication du vote sont deux opérations de recherche différentes, deux opérations qui mettent en œuvre des démarches et des méthodes à distinguer. Notre objectif privilégie nettement l’explication à la prédiction.

11Ce premier ensemble de questions en appelle un autre. Comment évolue dans le temps l’appui en faveur de la souveraineté du Québec dans les groupements sociaux qui se mobilisent pour ce projet ? Sans prétendre vouloir prédire le résultat d’un vote éventuel, on peut se poser la question de savoir où va le support à ce projet formulé il y a plus de trente ans. Peut-on dire qu’il est maintenant trop tard pour que se réalise le rêve ou l’aspiration de plusieurs générations de Québécois ? La fatigue constitutionnelle est-elle en train de gagner les citoyens ? Le confort et l’indifférence, pour reprendre les mots de Denys Arcand, l’ont-ils finalement emporté ? Telles sont quelques-unes des questions qui ressurgissent périodiquement dans les médias, et qui appellent un examen attentif des données qui portent précisément sur les opinions et les comportements des acteurs sociaux, ceux-là mêmes qui auront — encore une fois sans doute un jour — à se prononcer sur le projet de souveraineté. La présente étude se propose de dégager les tendances qui marquent l’appui à ce projet et son évolution dans le temps. L’appui donné à la souveraineté du Québec est-il en progression ? Est-il stagnant ? En régression ? Nous espérons donner des pistes de réponse à ces questions, en parallèle à l’explication ou à l’interprétation des opinions et comportements qui est l’objet de ce livre.

Le plan de l'ouvrage

12La première partie de l’ouvrage portera sur la mobilisation souverainiste. Nous exposerons d’abord notre approche théorique et nous montrerons qu’il faut analyser l’appui à la souveraineté comme le résultat dynamique de mobilisations divergentes qui partagent les acteurs sur la base des modalités de leur participation à la vie sociale. Pour comprendre et interpréter la situation actuelle, nous posons qu’un retour sur le référendum de 1995 s’impose afin de voir comment un large groupement d’électeurs s’est alors mobilisé en faveur du projet souverainiste, mais aussi comment un autre groupement a fait défection en cours de campagne. C’est en suivant la piste ouverte par cette analyse que nous allons par la suite interpréter les variations de l’appui qui ont été observées au tournant de l’an 2000.

13La deuxième partie du livre propose une sociographie du sentiment souverainiste en quatre chapitres. Le premier portera sur le vote des femmes, qui présente une énigme pour plus d’un observateur. L’approche adoptée dans la présente analyse se révélera fructueuse pour rendre compte — croyons-nous — des différences entre les hommes et les femmes, qui ont été maintes fois commentées dans les médias et les publications spécialisées. Puis, nous cernerons comment a évolué l’appui à l’option souverainiste chez les anglophones et les immigrants, étude qui nous amènera à montrer comment l’âge et l’activité professionnelle départagent différemment les intentions de vote dans les deux groupements. Enfin, une analyse par régions s’imposera, afin de voir si le projet de souveraineté est commun à tout le Québec et pour comprendre la nature des fractures territoriales.

14L’ouvrage se termine par l’examen d’une question centrale — en lien direct avec l’analyse des raisons fortes que les électeurs ont d’appuyer ou non le projet souverainiste et avec l’étude de la mobilisation des électeurs. La souveraineté, pour quoi faire ? se demandera-t-on en troisième partie. Les deux chapitres qu’elle comprend constituent en fait un essai explicatif de l’ensemble des observations proposées dans l’ouvrage, depuis la mobilisation de la classe moyenne francophone en 1995 jusqu’à la défection des femmes actives de condition modeste dans les années 2000, sans oublier l’appui plus important accordé au projet souverainiste par les immigrants qui travaillent ou par les anglophones des régions.

15En filigrane à l’ensemble de l’ouvrage, se pose la question de l’avenir du mouvement souverainiste.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540