Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre V. Des Cabannes & logemens des Gaspesiens

Texte intégral

  • 1 Si, l’hiver, les Micmacs se dispersaient à l’intérieur des terres en petites unités mobiles compos (...)

1Comme ces peuples vivent sans societé & sans commerce, ils n’ont ni Villes, ni Bourgs, ni Villages1, à moins qu’on ne veüille appeller de ce nom quelques amas de Cabannes en forme de tentes, bien mal propres, & assez mal arrangées.

  • 2 Cette description de la tente micmaque s’accorde en gros avec ce qu’en ont rapporté d’autres obser (...)
  • 3 Dans son Histoire du Canada (livre II, chap. XII, éd. Tross, p. 251), Sagard utilisait une compara (...)
  • 4 Voir supra, p. 233, n. 13.
  • 5 Sur ces déplacements nécessités par la recherche de nourriture, voir Lescarbot (Relation derniere, (...)

2Leurs Cabannes ne sont composées que de perches, qu’ils couvrent de quelques écorces de bouleau, cousuës les unes avec les autres, & enjolivées le plus souvent par mille figures differentes d’oiseaux, d’origniac, de loutres & de castors, que les femmes y craïonnent elles-mêmes avec leur matachias. Ces Cabannes sont d’une figure ronde, capables de loger quinze à vingt personnes ; en sorte cependant qu’avec sept ou huit écorces, ils en construisent une dans laquelle on void des trois à quatre feux2. Elles sont si legeres & si portatives, que nos Sauvages les roulent comme un morceau de papier3, & les portent ainsi sur leur dos, par tout où il leur plaît ; semblables à peu prés aux tortuës, qui portent leurs maisons ; & suivant la coûtume ancienne de nos premiers Peres, lesquels ne demeuroient cabannez dans un lieu, qu’autant de tems qu’ils trou-voient dequoy subsister avec leurs familles & leurs troupeaux4. C’est ainsi que nos Gaspesiens décampent, lorsqu’ils ne trouvent plus dequoy vivre dans les lieux où ils resident ; parce que n’aïant ni bestiaux à nourrir, ni terres, ni champs à cultiver, ils sont obligez d’être presque toujours errans & vagabons, pour chercher la nourriture, & les autres commo-ditez necessaires à la vie5.

  • 6 Lors de l’établissement d’un nouveau camp, les tâches à accomplir étaient strictement réparties en (...)
  • 7 Biard observe : « Ils ne se cabanent point, qu’aupres de quelque bonne eau, & en lieu de plaisant (...)
  • 8 Tôpagan : traîneau, « le toboggan des anciens » (père Pacifique, Leçons grammaticales de la langue (...)
  • 9 Voir Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 584 ; aussi p. 592-593)  (...)
  • 10 Selon Biard, ce sont plutôt les « femmes [qui] vont au bois, & en apportent des perches, lesquelle (...)
  • 11 L’original porte « dont elles », mais il s’agit manifestement d’une mauvaise lecture du manuscrit, (...)
  • 12 Toutes ces activités comptaient, en effet, au nombre des « exercices des femmes », comme le soulig (...)
  • 13 Voir Denys (ibid., p. 584) : « [...] la maîtresse femme, qui est celle qui a eu le premier garçon (...)
  • 14 Voir la description ironique des tentes montagnaises par Lejeune dans sa Relation de 1634 (JR, vol (...)
  • 15 Forme ancienne du moderne « âge » (latin œtatem).
  • 16 Sagard faisait également mention d’une hiérarchisation des places dans une habitation temporaire c (...)
  • 17 Denys affirme plutôt que « le haut bout c’est la gauche en entrant dans la cabane » (Description g (...)
  • 18 Voir supra, p. 267, n. 13.

3Il appartient au Chef de la famille, privativement à tout autre, d’ordonner de cabanner où il luy plaît, & de décabanner quand il veut6. C’est pourquoy, la veille du départ, il va luy-même tracer le chemin qu’on doit tenir, & choisir un lieu propre & commode pour camper7 : il en ôte tout le méchant bois, coupe les branches qui pourroient l’incommoder, appla-nit & fraie une route, pour faciliter aux femmes le moïen de traîner sur la neige & sur leur tabagannes8, le peu de meubles & de bagages qui composent leurs ménages9. Il marque encore luy seul le plan de la Cabanne : il jette la neige avec ses raquettes, jusques à ce qu’il ait trouvé la terre, qu’il applanit & qu’il hache par morceaux, pour en ôter tout ce qui est gelé ; afin de loger le plus commodément qu’il peut, le nombre de gens qui composent sa famille. Cela étant fait, il coupe ensuite autant de perches qu’il juge à propos, & les plante en rond10, sur le bord du creux qu’il a fait dans la terre & dans la neige ; en sorte toutefois que les extrémitez d’en-haut se terminent en pointe, comme des tentes ou des clochers : après quoy il fait des préparatifs pour la chasse, d’où il ne revient que la Cabanne ne soit entierement accommodée par les femmes, ausquelles il en commet le soin pendant son absence, donnant à chacune son emploi particulier. Ainsi les unes vont cüeillir des branches de sapin, d’autres11 mettent les écorces sur des perches : d’autres cherchent du bois sec pour faire du feu : les autres apportent de l’eau pour mettre boüillir dans la chaudiere, afin de tenir le souper prêt, quand les hommes arrivent de la chasse12. La femme du Chef, en qualité de Maîtresse, choisit les branches de sapin les plus tendres & les plus deliées, pour en couvrir tout le circuit du dedans de la Cabanne, reservant le milieu pour leur servir de foïer13. Elle ajuste ensuite, & proportionne les plus grandes & les plus rudes à la hauteur de la neige, lesquelles forment une espece de petite muraille ; en sorte que ce petit bâtiment paroît plûtôt une Cabanne de printems, que d’hiver, par une verdure agreable que le sapin conserve long-tems sans se flaîtrir14. C’est encore à elle de marquer la place d’un chacun, suivant l’âage15, la qualité des personnes, & la coûtume de la nation16. Celle du chef est à droite17 ; il la cede quelquefois par honneur & par civilité aux étrangers, les conviant même de prendre place & de se reposer sur quelques peaux d’ours, d’orignaux, de loup marin18, ou sur quelques belles robes de castors dont ces sauvages se servent, comme de tapis de Turquie. Les femmes occupent toûjours les premieres places qui sont prés de la porte, afin d’estre toutes prêtes à obeïr, & à servir prompte-ment lors qu’on leur commande.

  • 19 Lejeune mettait aussi au rang des inconvénients de la tente montagnaise « la posture fascheuse qu’ (...)

4Il y a de grandes incommoditez dans ces sortes de ca-bannes ; car outre qu’elles sont si basses, qu’on ne s’y peut aisément tenir debout, & que de necessité il y faut estre toûjours assis ou couché ; c’est que d’ailleurs elles sont d’une froideur qui ne se peut exprimer, & la fumée qu’on est necessairement obligé de souffrir dans la compagnie de ces barbares, est quelque chose d’insuportable19.

  • 20 « Oui, libre à l’égard de tous, je me suis asservi à tous, afin d’en gagner le plus grand nombre. (...)

5Toutes ces disgraces sans doute ne sont pas les moindre mortifications, que souffrent les Missionnaires, qui pour se faire tout à tous, à l’exemple de saint Paul20, afin de gagner ces peuples à jesus-christ, ne laissent pas malgré tant d’in-commoditez, de travailler sans relâche à la conversion de ces pauvres Infideles.

  • 21 La tente d’écorce de bouleau décrite par Leclercq dans ce chapitre (voir aussi infra, chap. XI, p. (...)
  • 22 Sur l’emprunt par les Micmacs du mot français « patriarche », voir infra, p. 444, n. 48.
  • 23 Dans sa description des Hurons, Champlain écrivait en 1619 : « Pour ce qui est de leurs loix, je n (...)
  • 24 Dès 1619, Champlain écrivait : « Leur vie est miserable au regard de la nostre, mais heureuse entr (...)
  • 25 Le « castor gras » était en effet le plus propre à faire un feutre à chapeaux de qualité et par co (...)
  • 26 La dénonciation de la vaine agitation pour acquérir les biens matériels, lieu commun des moraliste (...)
  • 27 De nombreux voyageurs se sont étonnés de la longévité des Amérindiens et notamment de l’âge qu’ils (...)
  • 28 Dans les derniers chapitres (XXIII-XXVII) de son Histoire naturelle, publiée en 1672, Nicolas Deny (...)
  • 29 C’est ce que s’attachera à démontrer le Huron Adario de Lahontan dans le dialogue sur le bonheur ((...)
  • 30 Lejeune écrivait dans sa Relation de 1634 (JR, vol. 6, p. 230) : « Si c’est un grand bien d’estre (...)

6Je passe sous silence plusieurs autres manieres de cabanner21, qui sont en usage chez nos Gaspesiens ; parce qu’elles n’ont rien de plus considerable, que de faire extrémement souffrir ceux qui les suivent dans les bois, & qu’elles sont toutes également chetives & miserables ; mais quoy qu’il en soit, ils en font autant & même plus d’estime que de nos maisons les plus superbes & les plus commodes. C’est ce qu’ils témoignerent un jour à quelques-uns de nos Messieurs de l’Isle Percée, qui m’ayant prié de leur servir d’interprete dans une visite qu’ils souhaitoient rendre à ces Sauvages, & de leur faire concevoir, que ce seroit une chose bien plus avantageuse pour-eux de vivre & de se bâtir à nôtre maniere, furent extrémement surpris, lorsque le chef qui avoit écouté avec beaucoup de patience, tout ce que je lui avois dit de la part de ces Messieurs, me répondit en ces termes. Je m’étonne fort, que les François aient si peu d’esprit, qu’ils en font paroître dans ce que tu viens de dire de leur part, pour nous persuader de changer nos perches, nos écorces, & nos cabannes, en des maisons de pierre & de bois, qui sont hautes & élevées, à ce qu’ils disent, comme ces arbres ! hé quoy donc, continua-t-il, pour des hommes de cinq à six pieds de hauteur, faut-il des maisons, qui en aient soixante ou quatre-vingts ; car enfin tu le sçai bien toy Patriarche22, ne trouvons nous pas dans les nôtres toutes les commoditez, & les avantages que vous avez chez vous, comme de coucher, de boire, de dormir, de manger & de nous divertir avec nos amis, quand nous voulons ? Ce n’est pas tout, dit-il, s’adressant à l’un de nos Capitaines ; mon frere, as-tu autant d’adresse & d’esprit que les Sauvages, qui portent avec-eux leurs maisons & leurs cabannes, pour se loger par tout où bon leur semble, independamment de quelque Seigneur que ce soit ? tu n’est pas aussi brave, ni aussi vaillant que nous ; puisque quand tu voyages, tu ne peus porter sur tes épaules tes bâtimens ni tes édifices ; ainsi, il faut que tu fasses autant de logis, que tu changes de demeure, ou bien que tu loges dans une maison empruntée, & qui ne t’appartient pas ; pour nous, nous nous trouvons à couvert de tous ces inconveniens, & nous pouvons toujours dire plus veritablement que toy, que nous sommes par tout chez nous, parceque, nous nous faisons facilement des Cabannes par tout où nous allons, sans demander permission à personnes ; tu nous reproche assez mal à propos, que nôtre païs est un petit enfer, par raport à la France, que tu compares au Paradis Terrestre, d’autant qu’elle te fournit, dis-tu, toutes sortes de provisions en abondance ; tu nous dis encore que nous sommes les plus miserables, & les plus malheureux de tous les hommes, vivans sans religion, sans civilité, sans honneur, sans societé, & en un mot sans aucunes regles, comme des bêtes dans nos bois23 & dans nos forêts, privez du pain, du vin & de mille autres douceurs, que tu possedes avec excez en Europe. Hé bien, mon frere, si tu ne sçais pas encore les veritables sentimens, que nos Sauvages ont de ton païs, & de toute ta nation, il est juste que je te l’aprenne aujourd’huy : je te prie donc de croire que tous miserables que nous paroissions à tes yeux, nous nous estimons cependant beaucoup plus heureux que toi24, en ce que nous sommes tres-contens du peu que nous avons, & crois encore une fois de grace, que tu te trompes fort, si tu prétens nous persuader que ton païs soit meilleur que le nostre ; car si la France, comme tu dis, est un petit Paradis Terrestre, as-tu de l’esprit de la quitter, & pourquoy abandonner femmes, enfans, parens & amis ? pourquoy risquer ta vie & tes biens tous les ans, & te hazarder temerairement en quelque saison que ce soit aux orages, & aux tempêtes de la mer, pour venir dans un païs étranger & barbare, que tu estimes le plus pauvre & le plus malheureux du monde : au reste comme nous sommes entierement convaincus du contraire, nous ne nous mettons guere en peine d’aller en France, parce que nous aprehendons avec justice, d’y trouver bien peu de satisfaction, voïant par experience que ceux qui en sont originaires en sortent tous les ans, pour s’enrichir dans nos côtes ; nous croïons de plus que vous estes encore incomparablement plus pauvres que nous, & que vous n’estes que de simples compagnons, des valets, des serviteurs & des esclaves, tous maîtres, & tous grands Capitaines que vous paroissiez ; puisque vous faites trophée de nos vieilles guenilles, & de nos méchans habits de castor25, qui ne nous peuvent plus servir, & que vous trouvez chez nous par la pesche de Moruë que vous faites en ces quartiers, de quoy soulager vôtre misere, & la pauvreté, qui vous accable : quant à nous, nous trouvons toutes nos richesses & toutes nos commoditez chez nous-mêmes, sans peines, & sans exposer nos vies aux dangers où vous vous trouvez tous les jours, par de longues navigations ; & nous admirons en vous portant compassion dans la douceur de nôtre repos, les inquietudes & les soins que vous vous donnez nuit & jour, afin de charger vôtre navire : nous voïons même que tous vos gens ne vivent ordinairement, que de la Morüe que vous pêchez chez nous ; ce n’est continuellement que Morue, Morüe au matin, Morue à midi, Morue au soir, & toujours Morue, jusques là même, que si vous souhaitez quelques bons morceaux ; c’est à nos dépens, & vous êtes obligez d’avoir recours aux Sauvages, que vous méprisez tant, pour les prier d’aller à la chasse, afin de vous regaler. Or maintenant dis-moi donc un peu, si tu as de l’esprit lequel des deux est le plus sage & le plus heureux ; ou celui qui travaille sans cesse, & qui n’amasse, qu’avec beaucoup de peines, de quoi vivre ; ou celuy qui se repose agreablement, & qui trouve ce qui luy est necessaire dans le plaisir de la chasse & de la pêche26. Il est vray, reprit il, que nous n’avons pas toujours eu l’usage du pain & du vin, que produit vôtre France : mais enfin avant l’arrivée des François en ces quartiers, les Gaspesiens ne vivoient-ils pas plus long-tems qu’à present ? & si nous n’avons plus parmi nous de ces viellards de cent trente à quarante ans27, ce n’est que parce que nous prenons insensiblement vôtre maniere de vivre, l’experience nous faisant assez connoître que ceux-là d’entre nous vivent d’avantage, qui méprisans vôtre pain, vôtre vin, & vôtre eau de vie, se contentent de leur nourriture naturelle de castor, d’orignaux, de gibier & de poissons, selon l’usage de nos ancêtres & de toute la nation Gaspesienne28. Aprens donc, mon frere, une fois pour toutes puisqu’il faut que je t’ouvre mon cœur, qu’il n’y a pas de Sauvage, qui ne s’estime infiniment plus heureux, & plus puissant que les François29. Il finit son discours par ces dernieres paroles, disant qu’un Sauvage trouvoit sa vie partout ; qu’il se pouvoit dire le Seigneur & le Souverain de son païs, parce qu’il y residoit autant qu’il lui plaisoit avec toute sorte de droits, de pêche & de chasse, sans aucune inquietude, plus content mille fois dans les bois & dans sa cabanne, que s’il êtoit dans les Palais, & à la table des plus grands Princes de la Terre30.

  • 31 Sur ce discours, voir les commentaires de Denys Delâge dans Le Pays renversé, p. 172-174.
  • 32 Leclercq se rappelle probablement Sagard : « Ce n’est pas neantmoins en cela que consiste leur bon (...)
  • 33 Un collaborateur du Journal de Trévoux, le jésuite Claude Buffier, écrira, en 1704, dans un chapit (...)
  • 34 « Ils s’entraiment les uns les autres, & s’accordent admirablement bien », écrivait Lejeune dans s (...)
  • 35 Pour montrer comment les Micmacs « sont extrêmement glorieux » et « s’estiment meilleurs » que les (...)
  • 36 Dans le dernier chapitre de son Histoire naturelle, « La difference qu’il y a entre les coustumes (...)
  • 37 Voir infra, chap. VI, p. 295. Même s’il les jugeait parfois sévèrement, le jésuite Biard écrivait, (...)
  • 38 Les « enfans sont le trésor des Sauvages », affirme Lahontan (Memoires, dans Œuvres complètes, p. (...)
  • 39 Lescarbot ne manque pas de souligner le gage de sécurité qu’une nombreuse progéniture représentait (...)
  • 40 Dans son Grand Voyage du pays des Hurons (livre I, chap. VIII, éd. Warwick, p. 195-196), Sagard dé (...)
  • 41 Pulmentum, mot latin qui signifie « ragoût, fricot ». Ésaù et Jacob étaient les deux fils jumeaux (...)

7Quoyque l’on puisse dire de ce raisonnement31, j’avoue pour moy que je les estimerais incomparablement plus heureux que nous, & que la vie même de ces Barbares seroit capable de donner de la jalousie, s’ils avoient les instructions, les lumieres, & les mêmes moïens pour leur salut, que Dieu nous a donnés pour nous sauver, par préference à tant de pauvres Infideles, et par un effet de sa misericorde : car aprés tout, leur vie n’est pas traversée de mille chagrins comme la nôtre ; ils n’ont point chez-eux ces charges ni ces emplois soit dejudicature, soit de guerre, qu’on recherche parmi nous avec tant d’ambition, & ne possedant rien en propre, ils n’ont aussi ni chicane ni procez, pour la succession de leurs parens ; le nom de Sergent, de Procureur, de Greffier, de Juge, & de President leur est inconnu32 ; toute leur ambition se termine, à surprendre, & à tuër quantité de Castors, d’orignaux, de Loup marins & d’autres bêtes fauves, afin d’en prendre la viande pour se nourrir, & la peau pour se vêtir33 ; ils vivent d’une tres-grande union34, ne se querellans, ni ne se battans jamais35 que dans l’ivresse36 ; mais au contraire, ils se soulagent reciproquement dans leur besoin les uns les autres, avec beaucoup de charité37 & sans interest. C’est une joie continuelle dans leurs cabannes ; la multitude des enfans ne les embarrasse point : car bien loin de s’en chagriner, ils s’estiment d’autant plus heureux & plus riches, que leur famille est plus nombreuse38 ; ne prétendant pas que la fortune des enfans soit plus considerable que celle de leurs peres, aussi n’ont ils point toutes ces inquiétudes, que nous nous donnons, pour leur amasser des biens & les élever dans le faste & dans la grandeur ; d’où vient que la nature a toûjours conservé parmi-eux dans toute son integrité, cet amour conjugal, qui ne doit jamais souffrir d’alteration entre le mari & la femme par la crainte interessée d’avoir trop d’enfans, charge qu’on estime en Europe trop onereuse, mais que nos Sauvages reputent tres-honorable, tres-avantageuse, & tres-utile, celui-là étant le plus consideré dans toute la nation qui en a un plus grand nombre ; parce qu’il trouve plus de support dans sa vieillesse39, & que les garçons & les filles font également dans leur condition le bonheur & lajoie de ceux qui leur ont donné la vie : ils vivent enfin les uns & les autres, le pere & les enfans comme les premiers Rois de la terre, qui vivoient au commencement du monde de leur chasse, de leur pêche, de legume & de sagamité40 ou bouilli, semblable, à mon avis, au pulment que Jacob demanda à Esaù avant que de lui donner sa benediction41.

Notes

1 Si, l’hiver, les Micmacs se dispersaient à l’intérieur des terres en petites unités mobiles composées de quelques familles nucléaires, l’été, ils se rassemblaient sur les côtes en groupes pouvant atteindre plus d’une centaine d’individus et formaient des campements parfois fortifiés, assimilés à des villages par certains voyageurs européens. Lescarbot, par exemple, affirme qu’« ils ont des villes & maisons, ou cabannes [...]. Quant aux villes ce sont multitude de cabannes faites les unes en pyramides, les autres en forme de toict, les autres comme des berceaux de jardin, environnées comme de hautes pallissades d’arbres joints l’un auprès de l’autre » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XVI, éd. Grant, t. III, p. 409-410). Denys, en 1672, mentionnait : « Le Capitaine de Rechibouctou nommé Denis [...] a sur le bord du bassin de cette riviere un Fort fait de pieux assez gros, avec deux formes de bastions, & dans lequel est sa cabanne & les autres Sauvages cabannent autour de luy » (Description geographique et historique, t. I, éd. Ganong, p. 496) ; en visite au même endroit en mai 1686, Mgr de Saint-Vallier confirmait la présence de ce « fort de Richibouctou, où il y a environ 50. Sauvages » (Estat present de l’Eglise, p. 85).

2 Cette description de la tente micmaque s’accorde en gros avec ce qu’en ont rapporté d’autres observateurs des xviie et xviiie siècles. Voir Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 76) : « Quelque part qu’ils soyent arrivés, la premiere chose c’est de faire du feu, & se cabaner, ce qu’ils ont faict dans un heure, ou deux : souvent en demy heure. Les femmes vont au bois, & en apportent des perches, lesquelles on dispose par en bas en rond à lentour du feu ; & par en haut on les enfourche entr’elles pyramidalement, de maniere qu’elles se reposent l’une contre l’autre droit au dessus du feu ; car là est la cheminée. Sur les perches on jette des peaux, ou bien des nattes, ou des escorces » ; Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 584) : « Estant arrivez au lieu où ils veulent demeurer, il faut qu’elles [les femmes] bastissent la cabanne, chacune fait ce qu’elle doit faire ; l’une va chercher des perches dans le bois, l’autre va rompre des branches de sapin [...] ; si la famille est grande elles la font longue pour faire deux feux, sinon elles la font ronde, toutes semblables aux tentes de guerre, si ce n’est qu’au lieu de toilles sont des écorses de bouleau, qui sont si bien accommodées qu’il ne pleut point dans leurs cabannes : la ronde tient dix à douze personnes, la longu[e] le double, les feux se font dans le milieu de la ronde, & aux deux bouts de la longue » ; et Diéreville (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 206) : « On plante en rond quinze ou seize Piquets, plus ou moins selon qu’elle est grande, a deux pieds l’un de l’autre, ils ont une toise ou toise & demie de haut, leurs extrêmitez supérieures s’unissent en pointe, & sont attachez ensemble ; on couvre les Piquets de branches de Sapin, & de grands morceaux d’écorce du même bois, ou de Bouleau, quelquefois de peaux, & on n’y laisse qu’un trou en bas, qui ne permet d’entrer & sortir qu’à quatre pattes. »

3 Dans son Histoire du Canada (livre II, chap. XII, éd. Tross, p. 251), Sagard utilisait une comparaison similaire : « roulées comme une peau de parchemin ». Ayant d’abord décrit comment les femmes micmaques prélèvent ces écorces et les cousent ensemble, Denys poursuit : « cela étant fait elles les roulent le plus serré qu’elles peuvent, pour estre plus faciles à porter, quand elles les ostent de dessus leur cabanne pour les porter en un autre endroit, bien qu’elles soient sechées par le feu que l’on y a fait, elles les chauffent encore pour les rendre plus souples ; à mesure qu’elles chauffent on les roule autrement elles romperoient pour estre trop seches » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 585).

4 Voir supra, p. 233, n. 13.

5 Sur ces déplacements nécessités par la recherche de nourriture, voir Lescarbot (Relation derniere, 1612, JR, vol. 2, p. 166) : « La chasse aussi ne se trouve pas à foison en un lieu où il faut vivre de cela, & où l’on fait une demeure arrestée. C’est ce qui rend les Sauvages vagabons, & fait qu’ilz ne peuvent vivre en une place. Quand ils ont esté six semaines en un lieu il faut changer de demeure » ; et Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XXIV, éd. Tross, p. 367-368) : « Pour les Monta-gnais, Canadiens & autres peuples errants, nous les mettons au rang des villageois & du petit peuple, car ils sont en effet, les plus pauvres, miserables & necessiteux de tous, sont tres-peu en nombre & comme gredins [c.-à-d. gueux, mendiants] & vagabonds, courent les champs & les forests en petites trouppes, pour trouver à manger, n’ont point de provisions, ny de lieu arresté, & meurent de faim pour la pluspart du temps, à cause qu’ils ne cultivent point les terres, & que comme nos gueux, s’ils ont de quoy un jour ils se donnent au cœur joye, pour mourir de faim l’autre. »

6 Lors de l’établissement d’un nouveau camp, les tâches à accomplir étaient strictement réparties entre les hommes et les femmes, ainsi qu’en témoigne ici Leclercq. L’homme choisissait l’emplacement de l’habitation et préparait le terrain pour l’y construire. La femme était chargée de transporter le matériel et de dresser la tente. Selon R. Flannery (An Analysis of Coastal Algonquian Culture, p. 106), il semble exister une corrélation entre le type d’habitation et le sexe qui en assumait la construction. Chez les Iroquois et dans le Sud-Est américain, ce sont les hommes qui construisaient les maisons longues, relativement grosses, alors que chez les Algonquiens septentrionaux, il incombait aux femmes de monter les tentes.

7 Biard observe : « Ils ne se cabanent point, qu’aupres de quelque bonne eau, & en lieu de plaisant aspect » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 76).

8 Tôpagan : traîneau, « le toboggan des anciens » (père Pacifique, Leçons grammaticales de la langue micmaque, p. 250) ; tepagan : traîne, traîneau (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 133, 325, 326) ; tobâkun : traîne, traîneau ; tobâkunaaskw : traîne (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 239 ; English-Micmac Dictionary, p. 156). C’est vraisemblablement du micmac que le terme est passé au français et à l’anglais (A. F. Chamberlain, « Algonkian Words in American English : A Study in the Contact of the White Man and the Indian », Journal of American Folk-Lore, vol. 15, n° 59, 1902, p. 261-262 ; W. D. et R. S. Wallis, The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 51 ; W. F. Ganong, édit., New Relation of Gaspesia, p. 101, n. 1). Il pourrait toutefois s’agir aussi d’un emprunt à une autre langue algonquienne : malécite (tapa’kun, tapakunus’sis, tapanas’kuk), montagnais, (utapan, utapanashku), cri (otapana’sk), algonquin (otâban), etc. (J.-E. Guinard, Les Noms indiens de mon pays, p. 171 ; O. Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, p. 636).

9 Voir Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 584 ; aussi p. 592-593) : « Quand ils ont demeuré quelque temps en un endroit, qu’ils ont battu tout le tour de leur cabanne, ils vont cabanner à quinze ou vingt lieuës de là ; pour lors ils faut que les femmes & les filles emportent la cabanne, leurs plats & leurs sacs, les peaux, les robes, & tout ce qu’ils peuvent avoir, car les hommes & les garçons ne portent rien, ce qu’ils pratiquent encore à present. » À propos des Montagnais, Sagard rapporte que si, au moment de partir pour leur hivernement, « les neiges sont assez hautes, ils donnent ordre qu’en chaque famille il se fasse des traisnes de bois, d’environ un pied de large, & huict ou dix de long, un peu courbées par le bout de devant, sur lesquelles ils chargent tous leurs pacquets, vivres & emmeublemens avec les petits enfans, qui ne peuvent marcher, si les meres n’ayment mieux les porter sur leur dos emmaillottés sur une petite planchette [...], & en ceste maniere courent les bois s’ils ne prennent les rivières » (Histoire du Canada, livre II, chap. XII, éd. Tross, p. 248-249).

10 Selon Biard, ce sont plutôt les « femmes [qui] vont au bois, & en apportent des perches, lesquelles on dispose par en bas en rond à lentour du feu » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 76). Denys attribue également cette tâche aux femmes et aux filles et ajoute que c’est « la maîtresse femme, qui est celle qui a eu le premier garçon », qui « accommode les perches pour faire la cabanne » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 584).

11 L’original porte « dont elles », mais il s’agit manifestement d’une mauvaise lecture du manuscrit, puisque les perches sont recouvertes d’écorce de bouleau (supra, p. 263-264).

12 Toutes ces activités comptaient, en effet, au nombre des « exercices des femmes », comme le soulignent Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 100 : « Les pauvrettes endurent toute la misere & fatigue de la vie : elles font & dressent les maisons, ou cabannes, les fournissent de feu, de bois & d’eau, apprestent les viandes [...] : en fin subissent tout le travail, hors celuy seulement de la grande chasse ») et Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 592 : « [Les femmes] alloient aux bois chercher du bois sec, qui ne fume point pour se chauffer & brûler à la cabane ; [...] elles alloient chercher de l’eau, [...] faisoient & defaisoient les cabannes, alloient chercher le sapin dont elles garnissoient tout le dedans de la cabanne [...] »).

13 Voir Denys (ibid., p. 584) : « [...] la maîtresse femme, qui est celle qui a eu le premier garçon commande & ne va rien querir dans le bois, on luy apporte tout, elle [...] arrange le sapin pour faire la place sur laquelle chacun se met, c’est leur tapis de pied, & la plume de leur lit. » Dans un chapitre ultérieur, consacré notamment au « travail des femmes », Denys revient sur cette opération du tapissage des cabanes et ajoute qu’on étendait parfois des peaux sur les branches de sapin pour s’y coucher : « [Les femmes] alloient chercher le sapin dont elles garnissoient tout le dedans de la cabanne de l’épaisseur de quatre doigts, à la reserve du milieu où se faisoit le feu, qui n’estoit point garny, elles l’arrangeoient si bien qu’on l’auroit levé tout d’une pièce, ce qui leur servoit aussi de paillasse & de matelats à se coucher. § La plume estoit une peau d’ours ou d’un jeune Orignac, dont le poil est fort long & épais » (ibid., p. 592). Voir également Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 76) : « Toute la place à l’entour du feu est jonchée de fueilles de pin, à fin de ne sentir l’humidité de la terre : dessus les fueilles de sapin ils jettent souvent des nattes ou des peaux de loup marin aussi delicates que le velours ; là dessus ils s’estendent à l’entour du feu ayant la teste sur leurs sacs. »

14 Voir la description ironique des tentes montagnaises par Lejeune dans sa Relation de 1634 (JR, vol. 7, p. 34-36) : « Estans donc arrivez au lieu où nous devions camper, les femmes armées de haches s’en alloient çà & là dans ces grandes forests coupper du bois pour la charpente de l’hostellerie où nous voulions loger, ce pendant les hommes en ayant designé le plan, vuidoient la neige avec leurs raquettes, ou avec des pelles qu’ils font & portent exprcz pour ce sujet : figurez vous donc un grand rond, ou un quarré dans la neige, haute de deux, de trois, ou de quatre pieds [...] : la charpente apportée, qui consiste en quelque vingt ou trente perches, plus ou moins, selon la grandeur de la cabane, on la plante, non sur la terre, mais sur le haut de la neige, puis on jette sur ces perches qui s’approchent un petit par en haut, deux ou trois rouleaux d’écorces cousuës ensemble, commençant par le bas, et voila la maison faite, on couvre la terre, comme aussi ceste muraille de neige qui regne tout à l’entour de la cabane, de petites branches de pin, & pour derniere perfection, on attache une méchante peau à deux perches pour servir de porte, dont lesjambages sont la neige mesme. » Voir également la description de Sagard, qui emprunte abondamment au jésuite sans en adopter le ton (Histoire du Canada, livre II, chap. XII, éd. Tross, p. 249-250).

15 Forme ancienne du moderne « âge » (latin œtatem).

16 Sagard faisait également mention d’une hiérarchisation des places dans une habitation temporaire construite par des Hurons lors d’un voyage de pêche : « Nostre cabane estant dressée à l’Algomequine chacun y choisit sa place selon l’ordre ordonné, aux quatre coins estoient les quatre principaux, & les autres en suitte, arrangez les uns joignans les autres, assez pressez. On m’avoit donné un des coins dés le commencement comme à un chef, mais au mois de Novembre qu’il commença à faire un peu de froid, comme il faict ordinairement és contrées du Nord, je me mis plus au milieu, & ceday mon coin à un autre, pour pouvoir participer à la chaleur des deux feux que nous avions dans la cabane » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXXX, éd. Tross, p. 582-583 ; aussi Grand Voyage, livre I, chap. XIX, éd. Warwick, p. 261-262).

17 Denys affirme plutôt que « le haut bout c’est la gauche en entrant dans la cabane » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 585). Mais la divergence peut ne tenir ici qu’à l’orientation différente des observateurs par rapport à la scène qu’ils décrivent.

18 Voir supra, p. 267, n. 13.

19 Lejeune mettait aussi au rang des inconvénients de la tente montagnaise « la posture fascheuse qu’il y faut tenir », « le froid » et « la fumée » : « Vous ne sçauriez demeurer debout dans ceste maison, tant pour sa bassesse, que pour la fumée qui suffoqueroit, & par consequent il faut estre tousjours couché ou assis sur la platte terre [...]. § Pour le froid vous avez la teste à la neige, il n’y a qu’une branche de pin entre deux, bien souvent rien que vostre bonnet, les vents ont liberté d’entrer par mille endroicts [...]. § Mais pour la fumée, je vous confesse que c’est un martyre [...] » (Relation de 1634, JR, vol. 7, p. 36-40). La chaleur excessive et la présence des chiens figuraient en outre sur la liste des « incommoditez des maisons des Sauvages » dressée par le jésuite (ibid., p. 38-44). Qualifiant les habitations montagnaises de « petites, basses, reserrées & facilement eschauffées », Sagard évoquait les mêmes sources d’inconfort : « Je ne sçay si l’on pourroit assez exagerer la peine & les incommoditez que l’on souffre dedans ces chetifs palais, où l’on experimente par fois les deux extremitez, un extreme chaud tel que l’on est a demy rosty, ou un extreme froid, tel que l’on est à demy glacé, & puis des chiens vous importunent sans cesse pour avoir place auprès de vous, mais la fumée selon les vents en est insupportable » (Histoire du Canada, livre II, chap. XII, éd. Tross, p. 250). Le missionnaire Biard jugeait, en revanche, les tentes micmaques chaudes et confortables : « Et ce qu’on ne croiroit pas, ils sont tres-chaudement leans [c.-à-d. là] dedans à petit feu, voire aux plus grandes rigueurs de l’Hiver » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 76).

20 « Oui, libre à l’égard de tous, je me suis asservi à tous, afin d’en gagner le plus grand nombre. Je me suis fait Juif avec les Juifs, afin de gagner les Juifs ; sujet de la Loi avec les sujets de la Loi — moi qui ne suis pas sujet de la Loi — afin de gagner les sujets de la Loi. Je me suis fait un sans-loi avec les sans-loi — moi qui ne suis pas sans une loi de Dieu, étant sous la loi du Christ — afin de gagner les sans-loi. Je me suis fait faible avec les faibles afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver à tout prix quelques-uns » (1 Corinthiens, 9, 19-22).

21 La tente d’écorce de bouleau décrite par Leclercq dans ce chapitre (voir aussi infra, chap. XI, p. 363) est une habitation qui, bien qu’elle ait aussi servi pendant l’été, était surtout adaptée aux conditions de vie hivernales, en raison de sa légèreté et de la mobilité alors accrue des groupes micmacs à la recherche de nourriture. Des peaux, des nattes, des branches et des morceaux d’écorce de sapin pouvaient aussi revêtir l’armature conique de la tente (Biard, Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 76 ; Diéreville, Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 306). Leclercq fait lui-même allusion à des habitations plus grandes, dans lesquelles « on void des trois à quatre feux » (supra, p. 264). À côté de la « cabanne ronde », Denys décrit pareillement une « cabanne longue », pourvue d’un feu à chaque extrémité et capable d’accueillir de vingt à vingt-cinq personnes (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 584). Ces habitations plus spacieuses étaient surtout utilisées pendant la saison estivale, alors que les Micmacs se rassemblaient en plus grand nombre et pour plus longtemps sur le littoral afin de bénéficier des ressources alimentaires abondantes du milieu : « En Esté leurs logis changent de figure : car ils les font larges & longs, à fin d’avoir plus d’air ; aussi les couvrent-ils lors quasi d’escorces, ou de nattes, faictes de roseaux tendres, & sont beaucoup plus minces & delicates que les nostres de paille, si artistement tissués, que quand elles pendent, l’eau coule tout au long, sans point les percer » (Biard, op. cit.). Outre les « cabannes faites [...] en pyramides », Lescarbot mentionnait quant à lui des habitations « en forme de toict » et en « berceaux de jardin » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XVI, éd. Grant, t. III, p. 410). Sur le rapport entre les types d’habitations des Micmacs et leur cycle annuel de subsistance, voir F. Passchier, Le Système économique micmac, p. 66-69 ; et P. L. Nietfeld, « Determinants of Aboriginal Micmac Political Structure », p. 395-398.

22 Sur l’emprunt par les Micmacs du mot français « patriarche », voir infra, p. 444, n. 48.

23 Dans sa description des Hurons, Champlain écrivait en 1619 : « Pour ce qui est de leurs loix, je n’ay point veu qu’ils en ayent, ni chose qui en approche [...]. § Au reste, ils ne recognoissent aucune Divinité, ils n’adorent & ne croyent en aucun Dieu, ny chose quelconque : ils vivent comme bestes bruttes [...] » (Voyages et descouvertures, 1619, éd. Biggar, t. III, p. 142-143). Même si aucun voyageur n’affirme en 1691 que les sauvages sont « sans foi ni loi », le Dictionaire de Furetière, publié en 1690, porte encore la définition suivante : « Sauvage, se dit [...] des hommes errans, qui sont sans habitations reglées, sans Religion, sans Loix, & sans Police. Presque toute l’Amerique s’est trouvée peuplée de Sauvages. La plus-part des Sauvages sont Anthropophages. Les Sauvages vont nus, & sont velus, couverts de poils. »

24 Dès 1619, Champlain écrivait : « Leur vie est miserable au regard de la nostre, mais heureuse entr’eux qui n’en ont pas gousté de meilleure, croyant qu’il ne s’en trouve pas de plus excellente » (Voyages et descouvertures, éd. Biggar, t. III, p. 125). Quelques années plus tôt, le missionnaire Biard se demandait si, tout compte fait, les Micmacs n’étaient pas plus heureux que les Européens : « si ores nous venons à sommer le tout, & apparier leurs biens, & leurs maux avec les nostres, je ne sçay si en verité ils n’ont point bonne raison de preferer (comm’ils font) leur felicité à la nostre, au moins si nous parlons de la felicité temporelle, que les riches & mondains cherchent en ceste vie. Car si bien ils n’ont pas toutes ces delices, que les enfans de ce siecle recherchent, ils sont francs des maux qui les suivent, & ont du contentement, qui ne les accompagne pas » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 134).

25 Le « castor gras » était en effet le plus propre à faire un feutre à chapeaux de qualité et par conséquent le plus recherché par les Français. Voir Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 266-267) : « [...] le Castor Sec est la Peau de Castor, qui n’a servi à aucun usage : le Castor Gras est celle, qui a été portée par les Sauvages, lesquels, après l’avoir bien grattée en dedans, & frottée avec la Moële de certains Animaux, que je ne connois point, pour la rendre plus maniable, en cousent plusieurs ensemble, & en font une maniere de Mante, qu’on appelle Robe, & de laquelle ils s’enveloppent le Poil dedans. Ils ne la quittent en Hyver ni le jour, ni la nuit ; le grand Poil tombe bientôt, le Duvet reste & s’engraisse, & en cet état il est bien plus propre à être mis en œuvre par les Chapeliers ; ils ne pourraient pas même employer le sec, s’ils n’y mêloient un peu de gras. On prétend qu’il doit avoir été porté quinze ou dix-huit mois, pour être dans sa bonté. Je vous laisse à penser, si dans les commencemens on a été assez simple pour faire connoître aux Sauvages que leurs vieilles Hardes étoient une Marchandise si précieuse. Mais on n’a pû leur cacher lontems un secret de cette nature : il étoit confié à la cupidité, qui n’est jamais lontems sans se trahir elle-même. »

26 La dénonciation de la vaine agitation pour acquérir les biens matériels, lieu commun des moralistes païens et chrétiens, se retrouvera, durant tout le xviiie siècle, au cœur des discussions sur le bonheur : voir Robert Mauzi, L’Idée du bonheur dans la littérature et la pensée françaises au xviiie siècle. Dès le début du xviie siècle, le jésuite Biard affirmait : « [Les Micmacs sont bien] divers de nous, qui ne sçaurions jamais rien faire sans presse & oppresse [...], parce que nostre désir nous tyrannise & bannit la paix de nos actions » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 44). Près d’un siècle plus tard, le Huron Adario des Dialogues de Lahontan revient souvent sur le sujet : « Quoy ! n’est ce pas plûtôt mourir en vivant, que de tourmenter son esprit à toute heure, pour aquérir des Biens, ou des Honneurs, qui nous dégoûtent dez que nous en jouissons ? d’afoiblir son corps & d’exposer sa vie pour former des entreprises qui échouent le plus souvent ? » (Dialogues, dans Œuvres complètes, p. 857). Voir aussi ce passage célèbre du Discours sur l’inégalité où Rousseau oppose l’agitation malheureuse du « Citoyen » à la tranquillité d’esprit heureuse de l’« homme Sauvage » : « le Citoyen toujours actif, suë, s’agite, se tourmente sans cesse pour chercher des occupations encore plus laborieuses : il travaille jusqu’à la mort, il y court même pour se mettre en état de vivre, ou renonce à la vie, pour acquerir l’immortalité » (Œeuvres complètes, t. III, p. 192).

27 De nombreux voyageurs se sont étonnés de la longévité des Amérindiens et notamment de l’âge qu’ils auraient atteint avant la venue en Amérique des Européens. Voir, par exemple, Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XV, éd. Grant, t. III, p. 405) : « Aussi ces peuples vivent-ils un long âge, qui est ordinairement de sept ou huit-vingts ans » ; Denys (Description géographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 582) : « Ils vivoient encore longtemps [au début des années 1630] ; j’ay veu des Sauvages de six à sept-vingts ans qui alloient encore à la chasse à l’Orignac, les plus vieux qui approchoient de huit-vingt ans, selon leurs comptes n’y alloient plus, ils comptent par Lunes » ; Maillard (An Account of the Customs and Manners, p. 49) : « Before we knew them, il was common to see, amongst them, persons of both sexes of a hundred and forty, or a hundred and fifty years of age. But these examples of longevity are grown much more rare. » Voir aussi Lamothe Cadillac (« Relation du sieur de Lamothe Cadillac », p. 83), Lahontan (Memoires, dans Œuvres complètes, p. 637), Diéreville (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 309) et Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 361). Selon William F. Ganong, l’extrême longévité dont auraient joui les Amérindiens relève davantage de la tradition qu’elle ne s’appuie sur un fondement sérieux. Vraisemblablement exagéré, l’âge avancé que s’attribuaient les Indiens ou que leur prêtaient les Européens ne serait pour lui qu’une de ces manifestations conventionnelles du plaisir que les deux peuples prenaient et se voyaient l’un et l’autre prendre à raconter et à entendre des choses hors du commun (W. F. Ganong, édit., New Relation of Gaspesia, p. 230, n. 1 ; W. L. Grant, édit., History of New France, t. III, p. 189, n. 2). Des données plus récentes obtenues à partir d’études sur des ossements humains semblent indiquer que, « durant le xvie siècle, l’espérance de vie et la mortalité en Europe étaient comparables à celles observées en Amérique du Nord » (D. H. Ubelaker, Reconstruction of Demographic Profiles from Ossuary Skeletal Samples, cité dans R. Larocque, « L’introduction de maladies européennes chez les autochtones des xviie et xviiie siècles », RAQ vol. 12, n° 1, 1982, p. 15). Voir aussi V. J. Vogel, American Indian Medicine, p. 151-152. Peut-être s’agit-il d’un souvenir lointain d’Hérodote, où l’on rapporte que les Éthiopiens, « les hommes les plus grands et les plus beaux du monde », vivaient « en général cent vingt ans, et [que] certains dépassaient même cet âge » (L’Enquête, III, 21 et 23).

28 Dans les derniers chapitres (XXIII-XXVII) de son Histoire naturelle, publiée en 1672, Nicolas Denys décrit surtout les « coustumes anciennes des Sauvages » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 601), en mettant l’accent sur la perte d’autonomie économique et la dégénérescence physique et surtout morale des Gaspésiens au contact des pêcheurs français.

29 C’est ce que s’attachera à démontrer le Huron Adario de Lahontan dans le dialogue sur le bonheur (Œuvres complètes, p. 849-865).

30 Lejeune écrivait dans sa Relation de 1634 (JR, vol. 6, p. 230) : « Si c’est un grand bien d’estre delivré d’un grand mal, nos Sauvages sont heureux, car les deux tyrans qui donnent la gehenne & la torture à un grand nombre de nos Europeans, ne regnent point dans leurs grands bois, j’entends l’ambition & l’avarice ; comme ils n’ont ny police, ny charges, ny dignitez, ny commandement aucun, car ils n’obeyssent que par bien-veillance à leur Capitaine ; aussi ne se tuent ils point pour entrer dans les honneurs, d’ailleurs comme ils se contentent seulement de la vie, pas un d’eux ne se donne au Diable pour acquerir des richesses. » Adario conseillera à Lahontan de « se faire Huron » pour trouver la tranquillité et la paix intérieure : « Tu boiras, tu mangeras, tu dormiras, & tu chasseras en repos ; tu seras delivré des passions qui tiranisent les François ; tu n’auras que faire d’or, ni d’argent, pour être heureux ; tu ne craindras ni voleurs, ni assassins, ni faux témoins ; & si tu veux devenir le Roi de tout le monde, tu n’auras qu’à t’imaginer de l’estre, & tu le seras » (Dialogues, dans Œuvres complètes, p. 858).

31 Sur ce discours, voir les commentaires de Denys Delâge dans Le Pays renversé, p. 172-174.

32 Leclercq se rappelle probablement Sagard : « Ce n’est pas neantmoins en cela que consiste leur bon-heur, principallement, mais c’est en ce qu’ils n’ont aucune passion pour les biens & richesses de la terre, qu’ils possedent comme ne les possedans point, ainsi que dit l’Apostre. N’ont aucun procés, noises ou debats, pour les deffendre, & ne sçavent que c’est de condemnation, de Juges, de tailles, subsides, ny de prison, que pleust à Dieu qu’ils fussent convertis [...] » (Histoire du Canada, livre II, chap. XII, éd. Tross, p. 242). Lui-même avocat, Lescarbot se réjouissait, au début du siècle, que les indigènes n’aient « aucune loy divine, ni humaine, sinon celle que la Nature leur enseigne, qu’il ne faut point offenser autrui. Aussi n’ont-ilz point de quereles. [...] Il n’y a ny procés, ni auditoires entre eux, ainsi que Pline dit des insulaires de la Taprobane, en quoy il les repute particulierement heureux de n’étre tourmentez de cette gratelle qui mange aujourd’hui nôtre France, & consomme les meilleures familles » (Histoire de la Nouvelle-France, chap. XIX, éd. Grant, t. III, p. 419). Dans sa Relation de 1636, Lejeune écrivait : « Le bruit des Palais, ce grand tintamarre de Sergens, de Plaideurs & de Solliciteurs, ne s’entend icy que de mille lieuës loing. [...] Pleust à Dieu que les ames amoureuses de la paix peussent voir combien douce est la vie esloignée des gehennes de mille complimens superflus, de la tyrannie des procez, des ravages de la guerre, & d’une infinité d’autres bestes sauvages qu’on ne rencontre point dans nos forests » (JR, vol. 9, p. 138-140).

33 Un collaborateur du Journal de Trévoux, le jésuite Claude Buffier, écrira, en 1704, dans un chapitre de l’Examen des préjugez vulgaires intitulé « Que les Peuples Sauvages sont pour le moins aussi heureux que les peuples polis » : « Un Arbaleste pour tirer un Castor ou un Chevreuil, en faut-il davantage ? Quand il est tué on le fait rostir dans la forest mesme ; le bois ne se cherche pas loin ; on met en pieces le chevreüil, on le partage, on le mange, avec cela on est frais & dispos : on rit, on danse, on se réjoüit » (p. 125).

34 « Ils s’entraiment les uns les autres, & s’accordent admirablement bien », écrivait Lejeune dans son chapitre de 1634 sur les « choses bonnes qui se trouvent dans les Sauvages » (JR, vol. 6, p. 232).

35 Pour montrer comment les Micmacs « sont extrêmement glorieux » et « s’estiment meilleurs » que les Français, Biard fait tenir les propos suivants par des interlocuteurs non identifiés : « vous ne cessez de vous entrebattre et quereller l’un l’autre ; nous vivons en paix. Vous estes envieux les uns des autres, et détractez les uns des autres ordinairement ; vous estes larrons et trompeurs ; vous estes convoiteux, sans liberalité et misericorde : quant à nous, si nous avons un morceau de pain, nous le partissons entre nous » (« Lettre du P. Biard, au R. P. Christophe Balthazar, Provincial de France à Paris », JR, vol. 1, p. 172).

36 Dans le dernier chapitre de son Histoire naturelle, « La difference qu’il y a entre les coustumes anciennes des Sauvages, & celles d’à present », Denys écrit : « depuis qu’ils boivent du vin & de l’eau de vie, ils sont sujets à se battre ; leur querelle vient d’ordinaire sur leur condition, car estant saouls, ils se disent tous grands Capitaines » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 602).

37 Voir infra, chap. VI, p. 295. Même s’il les jugeait parfois sévèrement, le jésuite Biard écrivait, au sujet des Micmacs acadiens : « Ils ne sont nullement ingrats entr’eux, ils s’entredonnent tout. Nul oseroit esconduire la priere d’un autre, ny manger, sans luy faire part de ce qu’il a » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 94). Voir aussi Lejeune, Relation de 1634, JR, vol. 8, p. 236-238 : « Ils sont fort liberaux entr’eux [...] : ils n’ouvrent point la main à demy quand ils donnent [...]. Vous leur verrez nourrir leurs parents, les enfans de leurs amis, des femmes vefves, des orphelins, des vieillards, sans jamais leur rien reprocher, leur donnans abondamment quelquefois des Orignaux tous entiers [...] » ; id., Relation de 1635, JR, vol. 8, p. 128 : « Ils ne refusent jamais la porte à un Estranger ; & l’ayant receu une fois en leur maison, ils luy font part de ce qu’ils y ont de meilleur ; ils ne luy donnent jamais son congé ; & quand il le prend de soy-mesme, il en est quitte pour un simple grand-mercy. »

38 Les « enfans sont le trésor des Sauvages », affirme Lahontan (Memoires, dans Œuvres complètes, p. 675) ; et Denys constate de même, à propos des Micmacs, qu’« ils ayment beaucoup leurs enfans » et « n’apprehendent jamais d’en avoir trop, car ce sont leurs richesses » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 584); voir également Lamothe Cadillac (« Memoir on Acadia, New England, New-York and Virginia. 1692 », dans E. B. O’Callaghan, édit., Documents Relative to the Colonial History of the State of New York, vol. 9, 1855, p. 547). Aussi l’infécondité d’un couple menait-elle généralement à la rupture : voir infra, chap. XVI, p. 503.

39 Lescarbot ne manque pas de souligner le gage de sécurité qu’une nombreuse progéniture représentait pour les parents, sans attacher, toutefois, de considération sociale particulière au fait d’avoir beaucoup d’enfants : « Or ce qui fait qu’ils aiment leurs enfans plus qu’on ne fait pardeça, c’est qu’ilz sont le support des peres en la vieillesse, soit pour les aider à vivre, soit pour les defendre de leurs ennemis : & la nature conserve en eux son droit tout entier pour ce regard. A cause dequoy ce qu’ilz souhaittent le plus c’est d’en avoir nombre, pour étre tant plus forts » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. III, éd. Grant, t. III, p. 351). Voir également Sagard, qui reprend ce passage de Lescarbot (Le Grand Voyage, livre I, chap. XII, éd. Warwick, p. 213 ; Histoire du Canada, livre II, chap. XVIII, éd. Tross, p. 302), et Raudot (Relation par lettres, p. 68) : « [...] c’est une de leurs plus grandes richesses que d’en avoir [des enfants], parce que ce sont eux qui les font vivre par la chasse et par la pesche dans leur vieillesse. »

40 Dans son Grand Voyage du pays des Hurons (livre I, chap. VIII, éd. Warwick, p. 195-196), Sagard décrit ainsi la préparation de la sagamité : « Pour la Sagamité ordinaire, qu’ils appellent Ottet, c’est du Maiz cru, mis en farine, sans en separer ny la fleur ny les pois, qu’ils font bouillir assez clair, avec un peu de viande ou poisson, s’ils en ont, & meslent aussi par-fois des citrouilles decoupees par morceaux, s’il en est la saison, & assez souvent rien du tout : depeur que la farine ne se tienne au fond du pot, ils la remuent souvent avec l’Estoqua, puis la mangent [...]. » Décrivant en 1633 les mœurs des Montagnais, le jésuite Lejeune écrira : « Le mot de Sagamiteou en leur langue signifie proprement de l’eau, ou du broüet chaud : maintenant ils estendent sa signification à toute sorte de potage, de bouillie, & choses semblables. La sagamité qu’ils aiment beaucoup, est faite de farine de bled d’Inde » (JR, vol. 5, p. 96). Sur la sagamité, voir aussi les descriptions de Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 86-89) et de Charlevoix (Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 663-664).

41 Pulmentum, mot latin qui signifie « ragoût, fricot ». Ésaù et Jacob étaient les deux fils jumeaux d’Isaac et de Rébecca. « Une fois, Jacob prépara un potage et Esaü revint de la campagne, épuisé. Esaù dit à Jacob : “Laisse-moi avaler ce roux, ce roux-là ; je suis épuisé.” [...] Jacob dit : “Vends-moi d’abord ton droit d’aînesse.” Esaù répondit : “Voici que je vais mourir, à quoi me servira le droit d’aînesse ?” Jacob reprit : “Prête-moi d’abord serment” ; il lui prêta serment et vendit son droit d’aînesse à Jacob. Alors Jacob lui donna du pain et du potage de lentilles, il mangea et but, se leva et partit. C’est tout le cas qu’Èsaù fit du droit d’aînesse » (Genèse, 25, 29-34).

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search