Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les raisons fortes

 | 
Gilles Gagné
, 
Simon Langlois

Remerciements

Texte intégral

1S’il est normal de remercier à l’occasion ceux et celles qui nous supportent dans l’exercice de nos fonctions régulières, l’expression de notre gratitude s’impose encore davantage lorsqu’elle s’adresse à des personnes sur qui nous avons compté pour la réalisation d’un travail particulier. Merci d’abord aux collègues avec qui nous avons discuté des conclusions de cette étude. Mentionnons en particulier Olivier Clain, Nicole Gagnon et Jean-Jacques Simard — à qui nous avons demandé de relire le manuscrit final — de même que Michel De Sève pour ses remarques. Nous n’avons évidemment rien demandé à nos collègues qui engagerait leur responsabilité dans le résultat final. Nous remercions très chaleureusement Claude Fortier, étudiant à la maîtrise au Département de sociologie de l’Université Laval, qui a été notre assistant de recherche. Son savoir-faire et sa patience furent précieux dans la compilation des données et la préparation des tableaux.

2Nos remerciements vont aussi à la firme Léger Marketing, plus particulièrement à son président Jean-Marc Léger et à Sylvain Vaillancourt qui nous ont fourni les données de sondages sur lesquelles sont fondées nos analyses et qui les ont ainsi rendues possibles. Nous sommes bien entendu seuls responsables de celles-ci et notre étude n’engage en rien la responsabilité de cette firme puisque nous avons nous-mêmes travaillé à partir des microdonnées originales.

3Certaines parties de cet ouvrage sont parues ailleurs en version préliminaire, textes cependant largement retravaillés ici ou dont l’argumentation a été développée plus avant, parfois même modifiée. Nous remercions les revues Recherches sociographiques et Argument, le journal Le Devoir, de même que les éditions Fides, qui nous ont autorisés à reprendre certains passages de textes déjà publiés.

4Nous voulons finalement profiter de l’occasion pour témoigner publiquement du plaisir que nous avons eu à travailler ensemble dans le contexte de ce qui s’appelle maintenant à l’université la « recherche libre ». Le scepticisme qui nous a d’abord poussés à juger par nous-mêmes des données de sondages et d’un état présumé de l’humeur publique qui alimentent moult spéculations s’est transformé au fil des rebondissements de l’enquête en un échange de réflexions et d’arguments qui s’est imposé à nous et pour lequel nous n’avons pas hésité à comprimer parfois les obligations qui étaient déjà les nôtres. À l’heure des « masses critiques » et des « regroupements ciblés », c’est une grâce que nous souhaitons à tous les « programmes ».

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter