Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre IV. Des habillemens & parures « les Gaspesiens

Texte intégral

  • 1 Dès 1616, Biard mentionne l’utilisation par les Micmacs de pièces de vêtement et de lingerie europ (...)
  • 2 « Martre » et « marte » existent tous deux en français, la seconde forme (xvie siècle) étant issue (...)
  • 3 L’habillement traditionnel des « Sauvages de la Nouvelle-France » est ainsi décrit par Lescarbot : (...)
  • 4 Allusion au premier des douze travaux d’Hercule, qui dut débarrasser la région de Némée, en Grèce, (...)
  • 5 Ce passage s’inspire de Lescarbot qui, après avoir noté que les indigènes, « en leurs cabannes », (...)
  • 6 Le vêtement, pour Lescarbot, « n’est pas seulement pour garentir du froid, mais pour la bien-seanc (...)
  • 7 Dans sa Description geographique et historique (t. II, éd. Ganong, p. 587), Denys rapporte que les (...)
  • 8 « Toûjours plats », ressemblant « mieux à nos Chaussons, n’ayant point de talons », les « souliers (...)
  • 9 Après avoir décrit les vêtements de peau traditionnels des hommes et des femmes micmacs, Lescarbot (...)
  • 10 D’autres auteurs soulignent à la fois le peu de différence entre les vêtements masculins et fémini (...)
  • 11 Sur la porcelaine, ou wampum, voir supra, p. 238, n. 8.

1Quoique quelques-uns de nos sauvages se servent aujourd’huy de couvertures, capots, just’au-corps, & des étofes qu’on apporte de France pour leur faire des habits1 ; il est toutefois constant qu’avant l’établissement des François dans ce nouveau Monde, ils ne se couvroient que de peaux d’origniac, de castors, de martes2 & de loups marins, dont sont encore à present vêtus plusieurs de ces Peuples3. La figure & la représentation d’Hercules, qui a sur ses épaules en forme de manteau, la peau du lion qu’il avoit genereusement vaincu & terrassé4, comme l’Histoire rapporte, est à peu prés celle d’un Sauvage dans sa cabanne, vêtu à la mode de ses ancêtres ; qui ont cependant toujours fait paroître, comme les Gaspe-siens d’aujourd’huy, beaucoup plus de pudeur que cette fausse Divinité, par le soin particulier qu’ils prennent de couvrir & de cacher ce que la nature & la bien-seance ne permettent pas de montrer5. Le grand froid, de plus, qu’il fait pendant l’hiver dans le Canada, les oblige de se couvrir bien plus modestement6 : mais au reste, quelque rigoureux que soit l’hiver, & quelque excessive que la chaleur soit en été dans leur Païs, ils se servent toujours également de bas en étriers & sans pied7 ; & leurs souliers, qui sont tous plats & sans talons, ressemblent proprement à des chaussons de cuir8, qu’ils fourrent de peaux d’origniac, pour se conserver toujours de la chaleur aux pieds. Quant à leurs habits, ils sont grands & larges : les manches ne tiennent point au corps9 ; elles en sont séparées, & liées l’une à l’autre par deux courroies, qui se partagent également par une ouverture qui sert à passer la tête. Une de ces manches tombe par devant, & elle ne couvre que la moitié du bras : & l’autre par derriere, qui couvre toutes les épaules. Les habits des femmes ne sont en rien differens de ceux des hommes : je vous dirai seulement qu’elles se parent & s’habillent avec tant de reserve & de modestie, qu’elles ne laissent voir aucune nudité qui puisse blesser la pudeur & l’honnêteté10. Pour les habillemens, elles se servent d’une couverture blanche ou rouge, qui leur tombe depuis les épaules jusqu’à mi-jambe, en forme de tunique, dont elles s’envelopent tout le corps, qu’elles ceignent d’une ceinture garnie de rassade & de pourcelaine11.

  • 12 Devant le ferme désir de David de combattre le Philistin Goliath qui défiait toute l’armée d’Israë (...)
  • 13 Lejeune notait, avec davantage d’ironie et de hargne, la même adaptation chez les Montagnais : « j (...)

2Il est à remarquer qu’il n’est pas possible de leur persuader de s’habiller à la Françoise, & qu’il n’y a rien de si grotesque, que de voir une de nos Sauvagesses vêtuë en Bourgeoise, ou en Damoiselle. Elles paroissent en cet habillement, du sentiment & de l’humeur de David au regard des armes que Saül luy voulut donner pour combatre contre Goliath12 : elles disent qu’elles n’en peuvent approuver l’usage, & qu’il leur seroit impossible de marcher ni d’agir librement, avec les habits de nos Françoises ; en un mot, elles sont si entêtées des leurs, qu’elles ne veulent pas seulement entendre parler des nôtres : Mais ce qui me paraît encore assez ridicule, tant parmi les hommes que parmi les femmes ; c’est que les uns & les autres mettent pour l’ordinaire leurs chemises par-dessus leurs habits13.

  • 14 Sagard fait également état des « divers petits fatras » dont les « jeunes femmes, & filles » se pa (...)
  • 15 Dans Le Pédagogue (livre II, chap. XII, § 124, 2), saint Clément écrivait : « Je ne puis m’empêche (...)

3Les ornemens & les bijoux les plus superbes, les plus magnifiques, & aussi les plus ordinaires dont elles se parent dans les assemblées & les festins publics, consistent en quelques coliers, ceintures & brasselets, qu’elles font elles-mêmes, & qu’elles enjolivent d’une maniere toute innocente, avec de la rassade & du poil de porc-épi, qu’elles teingnent en rouge ou en jaune, suivant leur goût & leur fantaisie14 : mais au reste elles sont ennemiës du luxe & de la vanité ; condamnant même par leur modestie, l’ambition & les dépenses superfluës & tout-à-fait criminelles de ces femmes qui portent sur elles tant de richesses & de bijoux, que Saint Clement Alexandrin s’étonne qu’elles ne succombent sous un fardeau si lourd & si pesant15.

  • 16 Conduite encore une fois à l’avantage des femmes micmaques, dans sa conformité au christianisme : (...)
  • 17 Comme chez plusieurs missionnaires, l’ethnographie comparée de Leclercq s’accompagne d’un discours (...)
  • 18 On trouve quelques attestations de cet emploi du terme chez d’autres chroniqueurs. Voir, par exemp (...)
  • 19 Les couleurs dont disposaient les Micmacs pour se peindre le visage étaient, d’après Lescarbot, le (...)
  • 20 D’après Furetière (1727), « le vrai & naturel sang de dragon, est un suc, ou resine d’un grand arb (...)
  • 21 Essawiagan, têssawiagan : teinture (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac. Lexicon, p. 25, 214) ; e (...)

4Il est encore inoûi de voir chez elles de ces nuditez criminelles & volontaires, indignes de ces Dames veritablement Chrêtiennes, qui ont tant soit peu d’amour pour la pureté, & de zele pour l’honneur & la gloire de leur sexe. Elles se contentent de ce que la nature leur a donné de grace & de beauté16, qu’elles diminuent même encore assez souvent, en les voulant conserver par l’artifice & le secours de leurs matachias, mais d’une manière tout à fait ridicule17. Il faut sçavoir que par le matachias18 des Sauvages, dont nous parlerons souvent, on entend ordinairement un mélange de différentes couleurs, dont ils se servent pour se peindre le visage, ou pour former sur leurs habits certaines figures de bêtes fauves, d’oiseaux, ou de quelques autres animaux, tels qu’il leur vient dans l’imagination. Ils ne connoissent que quatre sortes de couleurs, sçavoir le rouge, le blanc, le noir & le jaune19 : ils n’ont pas même de nom propre & particulier dans leur langue, pour exprimer les autres dont nous nous servons en Europe. Le rouge qu’ils mettent en usage n’est pas vif comme nôtre vermillon ; ce n’est qu’un rouge sombre, à peu prés comme le sang de dragon20 : mais pour la Tissaou-hianne21, qui est une petite racine rouge & deliée, semblable à la graine de persil, elle est de valeur, disent-ils, & fort estimée parmi eux ; en effet nos Gaspesiennes, qui la conservent avec beaucoup de soin, s’en accommodent admirablement bien pour teindre d’un beau rouge éclatant le poil de porc-épi, avec lequel elles enjolivent les canots, les raquettes, & les autres ouvrages qu’on envoie en France par curiosité.

  • 22 « Pour ce qui est du corps, noz Sauvages n’y appliquent point de peinture », soutient Lescarbot (H (...)
  • 23 Lescarbot observe que « quand ils ont le cœur joyeux, [ils] se peindent la face, soit de bleu, soi (...)
  • 24 Sagard fait remarquer : « Entre quelque Nation de nos Sauvages, ils ont accoustumé de se peindre l (...)
  • 25 Maillard signale, en 1755, l’utilisation, dans les peintures de guerre des Micmacs, d’un rouge ver (...)
  • 26 Leclercq revient sur ce sujet (infra, chap. XVII, p. 517-518). Dans une lettre consacrée aux « Mi (...)

5Lors donc que nous disons que les Sauvages se matachient, cela veut dire qu’ils se barbouillent le visage22, tantôt de noir, & tantôt de rouge, comme il leur plaît. Les plus fantasques font un mêlange de ces deux couleurs : les uns se peignent d’une seule ou de plusieurs couleurs ; les autres se barbouillent tout le front de rouge, & le reste du visage de noir : d’autres enfin, encore plus capricieux que les premiers, se tirent une ligne toute noire depuis le milieu du front jusques au bout du nez, & les deux joues seront toutes mouchetées & raïées de blanc, de jaune, de noir & de rouge23. Ce matachias est proprement celuy dont ils se servent au jour des festins, & de leurs recreations les plus solemnelles. Ils en usent même jusques dans le deüil ; car pour marquer leur tristesse & leur affliction, lorsqu’ils apprennent la mort de quelques-uns de leurs proches, ils se matachient toute la face de noir24 : & quand ils vont en guerre, ils se servent alors de rouge25 ; afin, disent-ils, que leurs ennemis, ni leurs compagnons mêmes ne puissent appercevoir les differens changemens de visage, que la crainte fait assez souvent paroître dans les personnes les plus intrepides & les plus genereuses26.

  • 27 Leclercq inverse ici l’ordre de présentation qu’avait adopté Lescarbot pour traiter lui-même « Des (...)
  • 28 Parlant du minium, appelé « vermillon » lorsqu’il est pulvérisé, et que les Romains utilisaient co (...)
  • 29 Sur l’usage de la poudre et des mouches en France au xviie siècle, voir N. Mikaïloff, Les Manières (...)
  • 30 Dans sa Relation de 1634, Lejeune mettait souvent cette expression (« Tu n’as point d’esprit ») da (...)

6Au reste, il me semble qu’on ne doit pas tant s’étonner de ce que nos Sauvages se matachient d’une maniere qui nous paraît si ridicule27 ; puisqu’il est constant que les Romains se peignoient autrefois le corps de vermillon, au rapport de Pline, quand ils entroient en triomphe dans la Ville de Rome ; & qu’ils en coloraient même leur Jupiter28. Deplus, nous voïons aujourd’huy, sans aller chercher l’antiquité, que les femmes n’empruntent que trop souvent, par les mouches & par leur fard29, une beauté que la nature leur a refusée. Aussi nos Sauvages qui vinrent il y a quelque-tems en France, n’ont pû entendre sans s’éclater de rire, la raillerie de certaines Dames qui les prenoient pour des mascarades, parce qu’ils paroissoient à la Cour, matachiez à la Sauvagesse : Elles n’ont point d’esprit30, répondirent-ils à leur Interprete, & leur reproche est injuste, puisqu’elles ont elles-mêmes le visage tout moucheté de noir, comme nos Sauvages, dont il semble qu’elles portent toujours le deuil, par leur maniere de se matachier.

  • 31 Emprunt manifeste à Lescarbot : « Tous les anciens ont eu cette coutume d’aller à téte nuë, & n’es (...)
  • 32 Leclercq est le seul auteur à relever chez les Micmacs cette « espece de couronne » faite de deux (...)
  • 33 « Quant à ce qui est de l’habillement de téte nul des Sauvages n’en porte, si ce n’est que quelqu’ (...)
  • 34 Lescarbot note que les Micmacs « portent les cheveux battans sur les épaules tant hommes que femme (...)
  • 35 Diéreville observe : « Ils attachent leurs Cheveux avec de la Rassade, qui est une espece de petit (...)
  • 36 Sagard, après Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. IX, éd. Grant, t. III, p. (...)
  • 37 Selon Diéreville : « Leurs cheveux [...] dégoutent presque toujours de graisse d’animaux, ou d’hui (...)
  • 38 Diéreville rapporte que les Micmacs se mettent de la graisse ou de l’huile sur le front (Voyage du (...)
  • 39 Selon Denys, les femmes micmaques ont les oreilles « percez en deux ou trois endroits » et se font (...)
  • 40 Les Amikoués ou « Nation du Castor », appelés aussi « Nez-Percés » (JR, vol. 10, p. 82), groupe al (...)

7Les Gaspesiens vont tous, pour l’ordinaire, tête nuë ; coûtume qui est assûrément tres-ancienne : car nous apprenons par l’Histoire Romaine, que Jules Cesar marchoit toûjours de cette maniere devant ses troupes, tant au Soleil, qu’à la pluie ; & qu’il ne porta un laurier en forme de couronne, qu’aprés en avoir demandé & obtenu la permission du Senat31. Nos Sauvages se forment aussi assez souvent une espece de couronne, avec les deux aîles des oiseaux qu’ils ont tuez à la chasse32 ; & ils ne se sont jamais servis de bonnets ni de chapeaux, que depuis que les François leur en ont donné l’usage33. Ils laissent pendre leurs cheveux : quelque fois ils les troussent par derrière, ou bien ils en font des cadenettes34, qu’ils lient proprement, & qu’ils enjolivent avec de petits coliers de rassade & de pourcelaine35. Quoique les enfans y naissent avec des cheveux de diverses couleurs comme en Europe ; cependant ces Barbares ne sont jamais blonds quand ils sont avancez en âge36, quelque soin qu’ils prennent de leurs cheveux : car vous remarquerez qu’ils en font grande estime, & qu’ils ne les noircissent qu’à force de les graisser, & de les froter continuellement d’une espece de graisse, qu’ils conservent uniquement pour cet usage37. Les filles mêmes & les femmes en mettent sur leurs visages38, aussi-bien que sur les cheveux, particulierement quand il est question de paroître en public ; se persuadant qu’elles ne sont jamais plus belles ni plus agreables, que lorsqu’elles ont un visage tout luisant de graisse. Elles se percent aussi les oreilles, ausquelles elles attachent quelques grains de rassade, avec des grelots, sols-marquez, deniers, & autres bagatelles de cette nature, qui leur servent de pendans d’oreilles39. J’ay vû même, avec assez de surprise, d’autres Sauvages, communément appeliez les Nez-percez40 ; parce qu’effectivement ils se percent le tendron du nez, auquel ils attachent quelques grains de chapelet ou de pourcelaine, qui leur tombent sur l’extrémité des lévres.

  • 41 Leclercq développe cette idée infra, p. 270-275.
  • 42 D’autres missionnaires constataient dans des termes analogues que la parole approbatrice ou élogie (...)

8Voila les habillemens & la parure de nos Gaspesiens, qu’ils estiment au-delà de tout ce qu’on pourrait s’imaginer : ils sont si infatuez de leurs manieres de s’habiller & de leurs maximes de vivres, qu’ils méprisent les nôtres, & ne s’y peuvent du tout accoûtumer. Ils n’ont pas moins aussi de répugnance pour bâtir des Maisons & des Palais comme nous : ils se moquent & se raillent de nos édifices les plus somptueux & les plus magnifiques41 ; cependant ils en admirent la beauté, autant qu’ils en sont capables, mais enfin sans en vouloir profiter42.

Notes

1 Dès 1616, Biard mentionne l’utilisation par les Micmacs de pièces de vêtement et de lingerie européennes : « l’Esté ils usent fort de nos capots, & l’Hyver de nos couvertes de licts, lesquelles ils s’accommodent en chamarre [c’est-à-dire en “vêtement de berger”] les redoublants : ils s’aident aussi fort volontiers de nos chapeaux, souliers, bonnets de laine, chemises, & du linge, pour nettoyer leurs enfants de maillot, car on leur trocque toutes ces denrees contre leurs peaux » (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 74-76). B. G. Hoffman (« The Historical Ethnography of the Micmac », p. 204) signale plus spécifiquement l’influence ultérieure du commerce avec les Européens sur l’habillement des guerriers, ainsi qu’en témoigne une légende recueillie chez des Micmacs de la Nouvelle-Écosse dans la seconde moitié du xixe siècle et dont l’action se situe après l’arrivée des Français : parmi les ornements dont des guerriers abénaquis de Kennebec se dépouillent pour les offrir à des Micmacs en compensation des pertes qu’ils leur ont infligées et en signe de paix pour l’avenir, on trouve notamment des épaulettes, des broches, des rubans de chapeau, des anneaux de nez et des bracelets de jambes en argent (S. T. Rand, Legends of the Micmacs, p. 182 ; voir aussi à ce sujet N. J. Fredrickson et S. Gibb, La Chaîne d’alliance : l’orfèvrerie de traite et de cérémonie chez les Indiens). Pour une liste détaillée des produits que les Micmacs obtenaient des Européens lors des échanges commerciaux, voir P. L. Nietfeld, « Determinants of Aboriginal Micmac Political Structure », p. 367-368.

2 « Martre » et « marte » existent tous deux en français, la seconde forme (xvie siècle) étant issue d’une variante du thème germanique à l’origine de la première (vers 1080). Dominante au xviie siècle (Furetière, 1727), la forme « marte » est aujourd’hui la moins usitée (A. Rey, dir., Dictionnaire historique de la langue française, vol. 2, p. 1198).

3 L’habillement traditionnel des « Sauvages de la Nouvelle-France » est ainsi décrit par Lescarbot : « [...] ilz les couvrent [leurs parties génitales] d’une peau attachée par-devant à une courroye de cuir, laquelle passant entre les fesses va reprendre l’autre côté de ladite courroye par derriere. Et pour ce qui est du reste de leur vétement ils ont un manteau sur le dos fait de plusieurs peaux, si elles sont de loutres ou de castors ; & d’une seule peau, si c’est de cuir d’ellan, ours, ou loup-cervier, lequel manteau est attaché avec une laniere de cuir par en-haut, & mettent le plus-souvent un bras dehors [...]. Quant aux femmes elles sont differentes seulement en une chose, qu’elles ont une ceinture pardessus la peau qu’elles ont vétuë » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VIII, éd. Grant, t. III, p. 372). Voir également Nicolas Denys, dont la description corrobore, et précise sur certains points, celle de Lescarbot : « l’Esté les hommes avoient des robes de peau d’Orignac bien passées [...], toutes ces robes-là sont faites comme une couverture soit pour hommes ou pour femmes. § Les hommes les mettent sur leurs épaulles lient les deux bouts avec des cordons de cuir dessous le menton, tout le reste n’est point fermé ; ils montrent tout leur corps, à la reserve de leurs parties qui sont cachées par le moyen d’une peau bien souple & fort mince, laquelle passe entre leurs jambes & est attachée par les deux bouts, à une ceinture de cuir qu’ils ont autour deux, & s’appelle un brayer. § Les femmes mettent cette robe en façon de Bohemiennes, l’ouverture est au costé, elles l’attachent avec des cordons en deux endroits, distans l’un de l’autre, en sorte que leur teste puisse passer dans le milieu & les bras aux deux costez, puis doublent les deux bouts l’un sur l’autre, & par dessus elles mettent une ceinture qu’elles lient bien serrée, en sorte qu’elle ne puisse se deffaire par ce moyen elles sont toutes cachées [...] ; pendant l’Hyver leurs robes sont de Castor, de Loutre, de Marte, de Loups serviers, ou d’Ecureüils » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 587-588).

4 Allusion au premier des douze travaux d’Hercule, qui dut débarrasser la région de Némée, en Grèce, d’un lion invulnérable. Hercule pénétra dans l’antre du lion, l’étouffa et revêtit sa peau, qu’il rapporta au roi Eurysthée, pour lequel il exécuta ses travaux.

5 Ce passage s’inspire de Lescarbot qui, après avoir noté que les indigènes, « en leurs cabannes », « mettent bas » leur manteau de fourrure « s’il ne fait trop froid », conclut sur la comparaison avec Hercule : « Et ne les sçauroy mieux comparer qu’aux peintures que l’on fait de Hercule, lequel tua un lion, & en print la peau sur son dos. Neantmoins ils ont plus d’honneteté, entant qu’ilz couvrent leurs parties honteuses » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VIII, éd. Grant, t. III, p. 372). Le port du « brayer » (voir Denys, supra, p. 248, n. 3 ; brayet : « sorte de pagne, en usage autrefois chez les sauvages », S. Clapin, Dictionnaire canadien-français, p. 58) est également attesté chez les Micmacs par Biard (Relation de 1616, JR vol. 3, p. 74), Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 587) et Diéreville (Voyage du Port Royal éd. Doiron, p. 292-293). R. Flannery (An Analysis of Coastal Algonquian Culture, p. 40-41, 169) en relève l’usage chez tous les Algonquiens de la côte atlantique, depuis les Maritimes jusqu’en Caroline du Nord.

6 Le vêtement, pour Lescarbot, « n’est pas seulement pour garentir du froid, mais pour la bien-seance, & pour couvrir nôtre pudeur » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VIII, éd. Grant. p. 372).

7 Dans sa Description geographique et historique (t. II, éd. Ganong, p. 587), Denys rapporte que les femmes ont « des chausses de peau en étrier qui n’ont point de pied » et que « les hommes les portent de mesme ». Décrivant la tenue vestimentaire hivernale des chasseurs, Lescarbot fait mention de « bas de chausses de cuir d’Ellan semblable au buffle (qu’ils attachent à la ceinture) & des souliers aux piés du méme cuir, faits bien proprement » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XX, éd. Grant. t. III, p. 422).

8 « Toûjours plats », ressemblant « mieux à nos Chaussons, n’ayant point de talons », les « souliers » des Micmacs — « qu’ils appellent Mekezin » (Lescarbot, Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VIII, éd. Grant, t. III, p. 373 ; en micmac moderne, mgêsn : soulier) — étaient faits d’une pièce de peau d’orignal pliée, cousue aux deux extrémités et maintenue au pied « avec des couroyes qui passent par des trous dans les quartiers, comme les cordons d’une bourse » (Diéreville, Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 294). Bien que Denys observe que « leurs souliers sont arrondis pardevant, & [que] la semelle redouble sur le bout du pied qui est froncée aussi menu qu’une chemise » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 587), il semble que les mocassins micmacs aient présenté à peu près la même forme à la pointe et au talon, ce qui aurait empêché d’identifier, à la piste, la direction d’un marcheur. Denys souligne également que les femmes les font « de leurs vieilles robes d’Orignac, qui sont engraisées & meilleures que des neuves » et que « les filles en font pour elles enjolivez de couleurs » et garnis de piquants de porc-épic teints (ibid.). Au début du xviiie siècle, les mocassins ornés en peau d’orignal seraient fabriqués, selon Diéreville, pour être vendus « à ceux qui veulent en aporter pour les faire voir en leur Païs », ceux destinés par les Micmacs à leur propre usage étant plutôt « de peau de Loup Marin » (op. cit.). W. D. et R. S. Wallis font pour leur part remonter l’utilisation du phoque dans la confection des mocassins à l’époque plus récente des ancêtres immédiats des Micmacs d’aujourd’hui (The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 80).

9 Après avoir décrit les vêtements de peau traditionnels des hommes et des femmes micmacs, Lescarbot ajoute qu’« en hiver les uns & les autres font de bonnes manches de Castors attachées par derriere qui les tiennent bien chaudement » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VIII, éd. Grant, t. III, p. 372 ; aussi livre VI, chap. XX, t. III, p. 422). Voir également Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 587) et, pour la même caractéristique observée chez les Montagnais, Lejeune (Relation de 1634, JR, vol. 7, p. 14). Selon R. Flannery (An Analysis of Coastal Algonquian Culture, p. 42), les manches détachées du corps de l’habit sont un trait culturel des Algonquiens septentrionaux, sous l’influence desquels les Micmacs en auraient acquis l’usage. B. G. Hoffman (« The Historical Ethnography of the Micmac », p. 202) associe plutôt cette particularité de l’habillement à une vaste zone située entre une région de « vraies » manches, intégrées au vêtement, et une autre où elles sont totalement absentes. Outre les Micmacs, cette zone intermédiaire inclurait les Cris des plaines, les Ojibwés, les Pieds-Noirs, les Assiniboines, les Dakotas de l’Est, les Naskapis, les Panis, les Cheyennes et les Iroquois.

10 D’autres auteurs soulignent à la fois le peu de différence entre les vêtements masculins et féminins des Micmacs et, néanmoins, la plus grande décence des femmes. Voir Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 72) : « Vous ne sçauriez recognoistre les jeunes garçons d’avec les jeunes filles, sinon à la façon de se ceindre. Parce que les femmes se ceignent dessus & dessous le ventre, & sont plus couvertes que les masles » ; Julien Perrault (« Relation de quelques particularitez, du lieu & des Habitans de l’Isle du Cap Breton », dans Lejeune, Relation de 1635, JR, vol. 8, p. 158) : « les femmes n’y sont recogneües, qu’en ce qu’elles se servent d’une ceinture, & qu’elles sont moins découvertes que les hommes ; tout au rebours de ce qui se prattique en plusieurs lieux de la Chrestienté, à la honte du Christianisme » ; et Diéreville (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 293) : « Entre les Habits des Hommes & ceux des Femmes, il n’y a presque point de différence ; ceux des Femmes descendent jusqu’au bas des Jambes, en maniere de Cotillon, & ceux des Hommes ne passent point le Genoüil ; ils veulent avoir les Jambes libres pour mieux aller à la Chasse. »

11 Sur la porcelaine, ou wampum, voir supra, p. 238, n. 8.

12 Devant le ferme désir de David de combattre le Philistin Goliath qui défiait toute l’armée d’Israël, « Saül revêtit David de sa propre tenue, lui mit sur la tête un casque de bronze, le revêtit d’une cuirasse. Il ceignit David de son glaive par-dessus sa tenue, et celui-ci essaya de marcher, car il n’était pas entraîné. David dit à Saül : “Je ne puis marcher avec tout cela, car je ne suis pas entraîné.” On l’en débarrassa. Il prit en main son bâton, se choisit dans le torrent cinq cailloux bien plats, les mit dans son sac de berger qui lui servait de gibecière, puis, fronde en main, il s’avança vers le Philistin » (1 Samuel, 17, 38-40).

13 Lejeune notait, avec davantage d’ironie et de hargne, la même adaptation chez les Montagnais : « j’oubliois à dire, que ceux qui peuvent avoir ou troquer des chemises de nos François, s’en servent à la nouvelle façon : car au lieu de les mettre comme nous par dessous, ils les mettent par dessus tous leurs habits, & comme jamais ils ne les essuyent, elles sont en moins de rien grasses comme des torchons de cuisine, c’est ce qu’ils demandent, car l’eau, disent-ils, coule là dessus, & ne penetre pas jusqu’à leurs robbes » (Relation de 1634, JR, vol. 7, p. 18). Sur la valeur de la chemise comme « repère essentiel » de la propreté corporelle en France au xviie siècle, voir G. Vigarello, Le Propre, et le. sale., p. 57-89.

14 Sagard fait également état des « divers petits fatras » dont les « jeunes femmes, & filles » se parent « pour sembler belles aux assemblées, & aux dances, où elles paroissent tousjours avec tous leurs atours » : « vignols & pourceleines [...] diversement enfilées » et portés « à leur col », « à leurs oreilles » ou attachés « sur les deux hanches » ; « Il y en a de celles qui portent encores des brasselets de pourceleine aux bras, & de grandes plaques accommodées de mesme par devant leur estomach, & d’autres par derrière en rond & en quarré comme une carde à carder la laine, attachées à leurs tresses de cheveux : quelqu’unes d’entr’elles ont aussi des chaines, ceintures, & des brasselets faits de poil de porc epic, taints en rouge cramoisy & fort proprement tissuës » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXII, éd. Tross, p. 345-346 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XVI, éd. Warwick, p. 228).

15 Dans Le Pédagogue (livre II, chap. XII, § 124, 2), saint Clément écrivait : « Je ne puis m’empêcher d’admirer ces femmes de ce qu’elles ne sont pas épuisées en soutenant un pareil fardeau ! » Outre cette référence, Leclercq retient encore la portée moralisatrice du passage de Lescarbot où elle apparaît : « Je veux seulement parler des Matachiaz de noz Sauvages, & : dire que si nous-nous contentions de leur simplicité nous eviterions beaucoup de tourmens que nous-nous donnons pour avoir des superfluitez, sans lesquelles nous pourrions heureusement vivre (d’autant que la nature se contente de peu) & la cupidité desquelles nous fait bien souvent decliner de la droite voye, & detraquer du sentier de la justice. [...] les Dames ont toujours eu cette reputation d’aymer les excés en ce qui est de l’ornement du corps, & tous les Moralistes qui ont fait état de reprimer les vices les ont mises en jeu, là où ils ont trouvé ample sujet de parler. Clement Alexandrin faisant une longue enumeration de l’attirail des femmes [...] dit en fin qu’il est las d’en tant conter, & qu’il s’étonne comme elles ne sont accablées d’un si grand fais. [...] Heureux noz peuples Sauvages s’ils avoient l’entière connoissance de Dieu : car en cet état ilz sont sans ambition, [...] ains se contentent d’avoir des Matachiaz pendus à leurs aureilles, & à l’entour de leurs cols, corps, bras & jambes » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XI, éd. Grant, t. III, p. 384, 386).

16 Conduite encore une fois à l’avantage des femmes micmaques, dans sa conformité au christianisme : « Car il ne nous est pas loisible de deffaire l’image & la forme que Dieu nous a donnée », affirme Lescarbot en citant les Écritures (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. X, éd. Grant, t. III, p. 383).

17 Comme chez plusieurs missionnaires, l’ethnographie comparée de Leclercq s’accompagne d’un discours lourdement moralisateur : les Européennes sont « criminelles », parce qu’elles induisent au péché ; les Amérindiennes sont simplement « ridicules », parce qu’elles font rire l’observateur.

18 On trouve quelques attestations de cet emploi du terme chez d’autres chroniqueurs. Voir, par exemple, Denys (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 588) : « leurs robes sont [...] toûjours martachées c’est à dire peintes » ; et Raudot (Relation par lettres, p. 204) qui écrit que lorsqu’ils vont à la guerre, les Micmacs « se mattachent [...] ; la raison qu’ils ont pour se couvrir le visage de couleur est très bonne selon eux ». Beaucoup d’auteurs emploient cependant le mot matachias avec le sens de « parures » (bracelets, colliers, boucles d’oreilles) ou d’« enjoliveures » diverses faites de perles et de piquants de porc-épic : « Matachia, qui sont patenostres & cordons entre-lassez, faicts de poil de Porc-espic, qu’ils teignent de diverses coulleurs » (Champlain, Des Sauvages, chap. III, éd. Biggar, t. I, p. 108) ; « Matachiaz, c’est à dire écharpes, carquans, & brasselets faits de patenôtres, ou de tuyaux de verre blanc & bleu » ; « une bourse [...] couverte de leur broderie, c’est à dire de Matachiaz » (Lescarbot, Histoire de la Nouvelle-France, livre IV, chap. XIV, et livre VI, chap. V, éd. Grant, t. II, p. 556, et t. III, p. 362 ; aussi livre VI, chap. XI, t. III, p. 384-387 ; etc.) ; les femmes « sont aussi d’ordinaire plus parées de matachias : c’est à dire, de chaines, & : affiquets, & semblables parures à leur mode » (Biard, Relation de 1616, JR vol. 3, p. 72 ; aussi p. 130) ; « les Sauvagesses les font valoir [les “peschipotys” ou blagues à tabac] aux pescheurs selon la peau & l’enjolivement bigarré, qu’ils appellent matachiez, ce qui se fait avec du poil de porc-épic blanc, rouge & violet, & quelques-fois avec de leurs pourcelenes » (Denys, op. cit., éd. Ganong, p. 604). Le terme est souvent considéré comme d’origine micmaque : le père Pacifique (cité par W. F. Ganong, édit., New Relation of Gaspesia, p. 89, n. 1) voit dans le composé metasiamogol, « vêtements de couleurs vives », une survivance du mot matachias, aujourd’hui disparu du micmac. Peter Bakker (« “The Language of the Coast Tribes Is Half Basque”: A Basque American Indian Pidgin in Use between Europeans and Native Americans in North America, ca. 1540-ca. 1640 », Anthropological Linguistics, vol. 31, nos 3-4, p. 131-132, 137) croit plutôt que le terme matachias vient du basque patatxa (de l’espagnol patacon, « pièce de monnaie [de cinq pesetas] ») et qu’il appartient à la langue de traite, au « pidgin », qu’ont développée les Micmacs et les pêcheurs basques pour communiquer et commercer ensemble au fil de leurs contacts. Matachias, au sens de « broderies, rassades », et (se) matachier, au sens de « peindre (des tissus), se peindre (la figure, le corps) », se sont perpétués dans le vocabulaire québécois jusqu’à nosjours (G. Dulong, Dictionnaire des canadianismes, p. 324 ; S. Robinson et D. Smith, Manuel pratique du français québécois et acadien, p. 246).

19 Les couleurs dont disposaient les Micmacs pour se peindre le visage étaient, d’après Lescarbot, le rouge, le bleu, le noir (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. X et chap. XI, éd. Grant, t. III, p. 382-383, 385) ; d’après Denys, le rouge et le violet (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 588). Le blanc s’ajoute à la liste des deux auteurs quand il est plutôt question des pigments dont les femmes avaient la connaissance pour teindre les piquants de porc-épic : « du poil de Porc-epic coloré de rouge, noir, blanc, & bleu, qui sont les couleurs qu’elles font, si vives, que les nôtres ne semblent point en approcher » (Lescarbot, op. cit., chap. XVII, éd. Grant, t. III, p. 412 ; aussi chap. XI, t. III, p. 387) ; « du poil de porc-épic blanc, rouge & violet » (Denys, op. cit., éd. Ganong, p. 604). A l’égard des couleurs appliquées sur les peaux, voir encore Denys : « des robes de peau d’Orignac [...] parsemées de figures d’animaux [...] de couleur rouge, violette & bleue » (op. cit., éd. Ganong, p. 587).

20 D’après Furetière (1727), « le vrai & naturel sang de dragon, est un suc, ou resine d’un grand arbre, nommé dragon, qui croît dans l’Amerique & dans l’Afrique. Cette resine est d’un rouge obscur [...]. Il y a un sang de dragon contrefait, qui n’est composé que de gommes de cerisier, ou d’amandier, dissoutes & cuites dans la teinture de bois de Bresil, qui leur donne la couleur rouge. »

21 Essawiagan, têssawiagan : teinture (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac. Lexicon, p. 25, 214) ; esowea : je teins (S. T. Rand, English-Micmac Dictionary, p. 54). Ce terme micmac, comme d’autres de la famille linguistique algonquienne (algonquin atisawaian, cri utesa’weyan, etc.), désignait génériquement les plantes dont les Indiens de ces nations tiraient un colorant. Ayant appris des autochtones à reconnaître et à utiliser certaines espèces tinctoriales indigènes, les Français ont aussi emprunté le mot amérindien les désignant : « Les Français de la région l’appellent Tige Savoyanné [Galium tinctorium] ; elle possède des radices repentes [racines rampantes], filiformes, d’un diamètre d’une et demie à deux lignes, qui sont actuellement subluteœ [jaunâtres], tirant sur le jaune flamboyant, mais on dit qu’en automne elles sont rouges. C’est avec ces racines que les Sauvages d’Amérique teignent en une belle couleur rouge les piquants de hérisson qu’ils fixent sur leurs chaussures aux couleurs variées. Ils l’utilisent également pour de nombreux autres usages. On dit que les Français teignent également leurs vêtements en rouge avec cette racine » (Kalm, Voyage de Pehr Kalm au Canada en 1749, p. 110). Les Français nommèrent « Tisavoyane rouge » certaines espèces du genre Galium (gaillet ; angl. bedstraw), et notamment Galium tinctorium, pour les distinguer de la coptide du Groenland (Coptis groenlandica ; angl. goldthread), appelée « Tisavoyane jaune » en raison de la couleur du pigment extrait de ses tiges et de ses feuilles (ibid., p. 160, 354 ; W. R. Gerard, « The Word Savoyanne », Bulletin of the Torrey Botanical Club, p. 73). Quoique le témoignage du botaniste Kalm soit le plus souvent cité pour établir l’identité de la « petite racine rouge & deliée », d’autres auteurs en ont aussi parlé. Nicolas Denys, par exemple, signale que les femmes micmaques « ont de fort belles teintures, sur tout leur couleur de feu qui passe tout ce que nous voyons icy en ce genre-là, ce qui se fait avec une petite racine grosse comme du fil ; pour la feüille elles ne la veulent point faire voir, cela est rare entre elles » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 588). Louis Nicolas fait également mention de l’« attissaoueian », « fort petite racine, pas plus grosse qu’un gros filet a coudre » et « dont les Amériquains font 3 ou 4 sortes de couleurs-rouges, elle est si precieuse par my les Barbares qu’il n’y a rien qu’ils estiment tant, on n’en trouve qu’en certains endroits et comme cette racine est fort déliée il en faut beaucoup p[ou]r faire une tainture considérable » (« Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 10). Voir encore Lejeune (Relation de 1634, JR, vol. 7, p. 78-80) et Bressani (Relation abrégée, p. 72). L’amérindianisme tissavoyane survit au Québec et en Acadie sous la forme abrégée savoyane et désigne la coptide du Groenland (Glossaire du parler français au Canada, p. 614 ; J. Leralu, « L’œuvre de Chrestien Leclercq », p. 189, 229 ; Petite flore forestière du Québec, p. 148 ; G. Massignon, Les Parlers français d’Acadie, p. 181 ; voir encore W. F. Ganong, édit., New Relation of Gaspesia, p. 96, n. 2 ; et id., « The Identity of the Animais and Plants Mentioned by the Early Voyagers to Eastern Canada and Newfoundland », MSRC, 1909, p. 235).

22 « Pour ce qui est du corps, noz Sauvages n’y appliquent point de peinture », soutient Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. X, éd. Grant, t. III, p. 383). Maillard décrit néanmoins, au siècle suivant, des guerriers s’enduisant le visage, le ventre et le dos d’un mélange de vermillon, de sang et d’eau (An Account of the Customs and Manners, p. 21). Diéreville mentionne en outre la pratique du tatouage chez les Micmacs : « Ils se font marquer sous la peau en divers endroits du corps, & même du visage [...]. [Ces marques] se font avec du Vermillon, & de la poudre à canon qu’on ne mêle point ensemble. On met ces ingrediens en poudre séparément, & on les employe avec une aiguille. § Entre cuir & chair [...], / On la fiche tout doucement, [...] / Et dans la trace qu’elle laisse, / On fourre avec beaucoup d’adresse / Un peu de chaque poudre alternativement. § Les couleurs sont ainsi differenciées sous la peau, & l’on en fait toutes sortes de Figures, des Croix, des Noms de Jesus, des Fleurs ; enfin tout ce que l’on veut, & ces marques ne s’effaçent jamais » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 297) ; voir également Maillard, op. cit., p. 55.

23 Lescarbot observe que « quand ils ont le cœur joyeux, [ils] se peindent la face, soit de bleu, soit de rouge » ; que « si quelqu’un fait l’amour [c’est-à-dire fait sa cour], il sera peint de couleur bleuë, ou rouge, & sa maîtresse aussi. S’ils ont de la chasse abondamment, ou sont joyeux de quelque chose, c’en sera de méme par tout » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XI et chap. X, éd. Grant, t. III, p. 385, 382). Denys détaille davantage le dessin des peintures : « Mesmes leur visage lors qu’ils vont en ceremonie avec leurs beaux habits sont peints de rouge ou de violet, ou bien ils se font des rayes longues & courtes & de couleur selon leur fantaisie, sur le nez, Se sur les yeux, le long des jouës, [...] ils semblent à des mascarades » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 588). Comparant de même les Montagnais à des masques de « Caresme-prenant », Lejeune décrivait plus précisément encore les couleurs dont ils se peignaient le visage : « Il y en avoit qui avoient le nez peint en bleu, les yeux, les sourcils, les jouës peintes en noir, & le reste du visage en rouge ; & ces couleurs sont vives & luisantes comme celles de nos masques : d’autres avoient des rayes noires, rouges & bleuës, tirées des oreilles à la bouche : d’autres estoient tous noirs hormis le haut du front, & les parties voisines des oreilles & le bout du menton, si bien qu’on eut vrayement dit qu’ils estoient masquez » (Relation de 1632, JR, vol. 5, p. 22-24).

24 Sagard fait remarquer : « Entre quelque Nation de nos Sauvages, ils ont accoustumé de se peindre le visage de noir à la mort de leurs parens et amis, qui est un signe de deüil : ils peindent aussi le visage du deffunct » (Le Grand Voyage, livre I, chap. XXII, éd. Warwick, p. 282 ; Histoire du Canada, livre III, chap. V, éd. Tross, p. 649). La pratique est attestée chez les Micmacs par Champlain (Voyages, 1613, livre I, chap. XVI, éd. Biggar, t. I, p. 443-444), Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. X et chap. XXV, éd. Grant, t. III, p. 382-383, 453), Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 128) et Raudot (Relation par lettres, p. 205-206). En 1912, des informateurs micmacs rapportaient qu’on enduisait autrefois le visage du défunt d’un pigment rouge (W. D. et R. S. Wallis, The Micmac Indians of Eastern Canada, p. 258).

25 Maillard signale, en 1755, l’utilisation, dans les peintures de guerre des Micmacs, d’un rouge vermeil que l’on trouve sur la côte de Chibucto et dans l’ouest de l’Acadie (An Account of the Customs and Manners, p. 21).

26 Leclercq revient sur ce sujet (infra, chap. XVII, p. 517-518). Dans une lettre consacrée aux « Mikemacs et Gaspésiens », Raudot rapporte que « la raison qu’ils ont pour se couvrir le visage de couleur est très bonne selon eux. Ils disent qu’elle cache la peur que plusieurs ressentent quand ils se battent ; que si on voyait leur visage, la crainte qui y paroîtroit intimideroit les plus braves ; au lieu que cela ne paroissant pas, tout le monde reste dans l’action, et que même celuy qui a peur et qui est seur qu’on n’a pu connoistre son manque de courage, se raffermit peu à peu, et souvent devient tout d’un coup brave ; voila la raison pourquoy tous les sauvages se mattachent, disant seulement que c’est pour faire plus de peur à leurs ennemis » (Relation par lettres, p. 204-205).

27 Leclercq inverse ici l’ordre de présentation qu’avait adopté Lescarbot pour traiter lui-même « Des Peintures » des Micmacs. Ayant d’abord considéré les usages des « vieux siecles » et des « Dames du jourd’hui » sur ce point, Lescarbot passait ensuite aux façons de faire des Indiens, en annonçant : « Cette humeur de se peindre ayant été si generale par-deça, il n’y a dequoy se mocquer si les peuples des Indes Occidentales en ont fait & font encore de même. Ce qui est universel, & sans exception entre ces nations » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. X, éd. Grant, t. III, p. 382).

28 Parlant du minium, appelé « vermillon » lorsqu’il est pulvérisé, et que les Romains utilisaient comme colorant, l’historien latin Pline l’Ancien écrit : « Jadis, chez les Romains, il avait non seulement le prestige le plus grand, mais un caractère sacré. Verrius énumère les auteurs attestant de manière indiscutable qu’il était d’usage, les jours de fête, d’enduire de minium le visage de la statue même de Jupiter, tout comme le corps des triomphateurs » (Histoire naturelle, livre XXXIII, § 111-112). Plutôt qu’à la source même, Leclercq puise ici son exemple dans Lescarbot : « Les Romains anciennement se peindoient le corps de vermillon (ce dit Pline) quand ils entroient en triomphe à Rome : [...] la premiere depense qui étoit allouée par les Censeurs & Maitres des Comptes à Rome étoit des deniers employés à vermillonner le visage de Jupiter » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. X, éd. Grant, t. III, p. 381).

29 Sur l’usage de la poudre et des mouches en France au xviie siècle, voir N. Mikaïloff, Les Manières de propreté, p. 77-78 ; et O. Burgelin, « Promenade cosmétique chez les anciens et les modernes », Traverses, n° 7, 1977, p. 131.

30 Dans sa Relation de 1634, Lejeune mettait souvent cette expression (« Tu n’as point d’esprit ») dans la bouche d’un contradicteur montagnais : voir, par exemple, JR, vol. 6, p. 212, 214, et JR, vol. 7, p. 160. « Sans esprit » signifie ici sans discernement, sans intelligence ni faculté de comprendre, par opposition à la sagesse du « patriarche » : voir infra, p. 372, 382. Sagard rapportait la même expression à propos des Hurons : « [...] ces bonnes gens-là nous estiment de fort petit esprit, en comparaison d’eux : aussi à tout bout de champ, et pour la moindre chose ils vous disent, Téondion, ou Tescaondion, c’est à dire, tu n’as point d’esprit [...]. A nous autres Religieux ils nous en disoient autant au commencement ; mais à la fin ils nous eurent en meilleure estime, et nous disoient au contraire : Cachia otindion, vous avez grandement d’esprit : Hoüandate daustan téhondion, et les Hurons n’en ont point ; Arondiuhanne, ou Ahondiuoy issa, vous estes gens qui cognoissés les choses d’en-haut et surnaturelles, et n’avoient cette opinion ny croyance des autres François, en comparaison desquels ils estimoient leurs enfans plus sages et de meilleur esprit, tant ils ont bonne opinion d’eux-mesmes, et peu d’estime d’autruy » (Le Grand Voyage, livre I, chap. XIV, éd. Warwick, p. 222 ; Histoire du Canada, livre II, chap. XXIII, éd. Tross, p. 351-352).

31 Emprunt manifeste à Lescarbot : « Tous les anciens ont eu cette coutume d’aller à téte nuë, & n’est venu l’usage des chapeaux que sur le tard. [...] De fait Jules Caesar ne portoit ni bonnet, ni chapeau, marchant toujours devant ses troupes à téte nuë, soit au Soleil, soit à la pluie, ce dit Suetone. Et comme il fut devenu chauve il demanda au Senat permission de porter sur la téte un laurier » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VIII, éd. Grant, t. III, p. 373-374).

32 Leclercq est le seul auteur à relever chez les Micmacs cette « espece de couronne » faite de deux ailes d’oiseau. D’autres voyageurs ont décrit une utilisation comparable des ailes d’oiseau ou même de l’oiseau entier comme parure de tête, mais chez des peuples situés davantage au sud de la côte atlantique : Maine, Massachusetts, Virginie (R. Flannery, An Analysis of Coastal Algonquian Culture, p. 49-50). Lescarbot observe, par ailleurs, qu’« és jours entre eux solennelz & de rejouïssance, & quand ilz vont à la guerre », les « Sauvages [...] de nôtre Nouvelle-France » « ont à-l’entour de la téte comme une coronne faite de longs poils d’Ellan peints en rouge collez, ou autrement attachés, à une bende de cuir large de trois doigts » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XI, éd. Grant, t. III, p. 388).

33 « Quant à ce qui est de l’habillement de téte nul des Sauvages n’en porte, si ce n’est que quelqu’un des premieres terres troque ses peaux contre des chapeaux ou bonnets avec les François », rapporte Lescarbot au début du xviie siècle (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VIII, éd. Grant, t. III, p. 373). L’échange par les Micmacs de « chapeaux » et de « bonnets de laine » contre leurs pelleteries est confirmé par Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 76). Au siècle suivant, Diéreville constate de même : « Ils ont presque toujours la tête nuë, les Femmes comme les Hommes : Quelquefois ils mettent un petit Bonnet d’étoffe, en forme de Calote, qui ne leur couvre que le sommet de la tête » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 293).

34 Lescarbot note que les Micmacs « portent les cheveux battans sur les épaules tant hommes que femmes sans étre nouëz, ny attachez, sinon que les hommes en lient un trousseau [c’est-à-dire “un faisseau, ou paquet [...] qu’on replie, qu’on retrousse”] au sommet de la téte de la longueur de quatre doits, avec une bende de cuir : ce qu’ilz laissent pendre par derrière » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VIII, éd. Grant, t. III, p. 373). Denys établit des distinctions entre la coiffure des hommes et des femmes, lesquels « ont les cheveux coupez au dessous des oreilles », et celles des garçons et des filles : « les garçons les portent tous longs, les lient en moustaches [se dit des “cheveux qu’on laisse croistre & pendre à costé des jouës”] des deux costez avec des cordons de cuir ; [...] les filles les ont aussi tout longs, mais les lient par derrière de mesme cordons [...], si-tost qu’elles sont mariées, la mere les livrant à leur mary luy coupe les cheveux, qui est la marque du mariage, pareillement au marié » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 588). D’autres occasions spéciales semblent aussi avoir imposé un arrangement particulier de la chevelure. Maillard signale ainsi qu’une jeune fille courtisée se tressait les cheveux et que des guerriers s’apprêtant à l’attaque coupaient diversement les leurs: « they trim their hair shorter, some of one side of the head, some of the other; some leave only a small tuft on the crown of their head; others cut their hair entirely off on the left or right side of il; some again leave nothing on il but a lock, just on the top of their forehead, and of the. breadth of it, that falls back on the nape of the neck » (An Account of the Customs and Manners, p. 55).

35 Diéreville observe : « Ils attachent leurs Cheveux avec de la Rassade, qui est une espece de petites Perles, il y en a de noire & de blanche, & ils en font un gros nœud qui ne descend guere plus bas que l’oreille. Cet ornement est commun aux Hommes comme aux Femmes » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 295). Denys décrit en outre, chez les garçons, des liens à cheveux « garnis de poil de Porc-épic de couleurs » et, chez les filles, « des garnitures de la largeur d’un pied ou huit pouces en quarré toute brodée de poil de Porc-épic de toutes couleurs fait sur le mestier, dont la chaîne est de filets de cuir d’Orignaux mornez qui est fort delicat, le poil de Porc-épic est la trame, qu’elles passent au travers de ces filets ainsi que l’on fait la tapisserie, ce qui est bien travaillé ; tout autour ils font une frange des mesmes fillets qui sont entourés aussi de ce poil de Porc-épic mêlez de couleurs ; en cette frange elles mettent de la porcelene blanche & violette » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 588). Sur ce dernier type d’ornement, fixé aux cheveux « par derriere » et désigné par Champlain sous le nom de « platines » (Voyages et descouvertures, 1619, éd. Biggar, t. III, p. 134-135), voir aussi Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XI, éd. Grant, t. III, p. 387) et Sagard (Le Grand Voyage, livre I, chap. XVI, éd. Warwick, p. 227 ; Histoire du Canada, livre II, chap. XXII, éd. Tross, p. 345).

36 Sagard, après Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. IX, éd. Grant, t. III, p. 377) affirme : « [Parmi] toutes les Nations et les peuples Americains que nous avons veus en nostre voyage [il ne se voit] aucun rousseau, ny blond de cheuveux, mais les ont tous noirs (excepté quelques-uns qui les ont chastaignez) » (Le Grand Voyage, livre I, chap. XIV, éd. Warwick, p. 221 ; Histoire du Canada, livre II, chap. XXIII, éd. Tross, p. 362). Diéreville précise que les cheveux des Micmacs sont « toûjours fort plats » et qu’ils « ne blanchissent jamais » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 295) ; voir également, sur ce dernier point, Julien Perrault (« Relation de quelques particularitez, du lieu & des Habitans de l’Isle du Cap Breton », dans Lejeune, Relation de 1635, JR, vol. 8, p. 158) : « On void icy des vieillards de quatre-vingts & cent ans, qui n’ont presque pas un poil gris. »

37 Selon Diéreville : « Leurs cheveux [...] dégoutent presque toujours de graisse d’animaux, ou d’huile de Poissons, tant ils y en mettent » (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 295). Denys mentionne l’huile de loup marin parmi les corps gras utilisés par les Micmacs pour « gresser leurs cheveux », mais, contrairement à Leclercq, il semble limiter la pratique de l’huilage capillaire à des occasions spéciales : « lorsqu’ils vont en ceremonie [...], [ils] se graissent les cheveux d’huiles pour les rendre luisans, qui sont les plus beaux entre eux » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 563, 588) ; voir aussi Sagard, qui témoigne du même usage lors de « quelque festin », de « dances » ou d’« assemblées publiques » (Le Grand Voyage, livre I, chap. XVI, éd. Warwick, p. 228 ; Histoire du Canada, livre II, chap. XXII, éd. Tross, p. 345). Outre l’imprégnation d’huiles dans les cheveux, Lescarbot note chez les Micmacs l’application occasionnelle de couleurs : « quand ils ont le cœur joyeux, & se peindent la face, soit de bleu, soit de rouge, ilz fardent aussi leurs cheveux de la méme couleur » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XI, éd. Grant, t. III, p. 385).

38 Diéreville rapporte que les Micmacs se mettent de la graisse ou de l’huile sur le front (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 295). À propos des « Montagnais, voire [de] tous les Sauvages » qu’il a connus, Lejeune note qu’ils « s’oignent et se gressent toute la teste, les cheveux et la face [...] de la première gresse ou huile qu’ils ont en main » (passage supprimé par l’éditeur, manquant dans l’édition Thwaites, JR, vol. 7, p. 10 ; rétabli dans Relation de 1634, éd. Laflèche, p. 101, et dans Monumenta Novœ Franciœ, éd. Campeau, t. II, p. 639).

39 Selon Denys, les femmes micmaques ont les oreilles « percez en deux ou trois endroits » et se font des « pendans d’oreille » avec de la « porcelene blanche & violette » (Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 588). Lescarbot affirme aussi qu’elles se « pendent [...] des longs chappelets [“de Matachiaz”] aux aureilles qui viennent jusques au bas des épaules » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XI, éd. Grant, t. III, p. 387).

40 Les Amikoués ou « Nation du Castor », appelés aussi « Nez-Percés » (JR, vol. 10, p. 82), groupe algonquien, probablement de la famille des Ojibwés, dont les sources font mention au xviie siècle et dans la première moitié du XVIII’’ (E. S. Rogers, « Southeastern Ojibwa », dans B. G. Trigger, dir., Handbook of North American Indians, vol. 15 : Northeast, p. 760-761, 770). Situés sur la rive nord du lac Huron au moment où les Français entrent en contact avec eux (1640 : JR, vol. 18, p. 230 ; 1647-1648 : JR, vol. 33, p. 148), ils se seraient temporairement déplacés vers l’ouest dans les années 1650-1660 en raison des attaques iroquoises. On les retrouve tour à tour au saut Sainte-Marie, « dans les Isles, & sur les terres des environs du Lac Huron », sur l’île Manitoulin et « vers le lac Erié » au cours de la décennie 1670 (JR, vol. 54, p. 132 ; vol. 55, p. 152-154 ; vol. 56, p. 94 ; vol. 57, p. 242 ; vol. 60, p. 214). Leclercq a pu les rencontrer à Montréal ou à Québec alors qu’ils étaient en voyage de traite sur le Saint-Laurent, mais le missionnaire ne s’appuie peut-être aussi que sur le témoignage de son confrère Sagard. Dans son Grand Voyage du pays des Hurons (livre I, chap. XVI, éd. Warwick, p. 229 ; aussi Histoire du Canada, livre I, chap. VII, et livre II, chap. XXII, éd. Tross, p. 194, 347-348), ce dernier racontait en effet avoir « veu des Sauvages d’une [certaine] Nation, qui avoient tous le milieu des narines percées, ausquelles pendoit une assez grosse Patinotre bleuë, qui leur tomboit sur la levre d’en haut ».

41 Leclercq développe cette idée infra, p. 270-275.

42 D’autres missionnaires constataient dans des termes analogues que la parole approbatrice ou élogieuse de l’Amérindien ne signifiait nullement l’adoption d’une conduite en conformité avec la chose louée ou approuvée. Voir, par exemple, Lejeune (Relation de 1633, JR vol. 5, p. 150) : « les Sauvages vous accordent facilement ce que vous leur dites, mais ils ne laissent pas d’agir tousjours à leur façon » ; et Brébeuf (Relation de 1636, JR vol. 10, p. 18) : « ils sont si attachez à leurs vieilles coustumes, que cognoissant la beauté de la verité ils se contentent de l’approuver sans l’embrasser ».

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search