Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre II. De l’Origine des Gaspesiens

Texte intégral

  • 1 Dans le long débat du xviie siècle sur l’origine des Amérindiens, les textes principaux sont ceux (...)

1L’origine de ces peuples, & la maniere dont ce Nouveau Monde a été habité par une multitude presque infinie de Peuples de tant de Nations differentes, nous paroît tellement obscure, qu’aprés les recherches les plus curieuses & les plus exactes qu’on en a faites jusques à present, tout le monde est obligé d’avouer & de confesser ingenûment, qu’on n’en peut avoir une connoissance juste & veritable1.

  • 2 Est-ce une allusion à l’Atlantide, dont parlait Platon dans Timée et Critias, cette île utopique p (...)
  • 3 Un autre récollet, Hennepin, formulait une réflexion un peu semblable en 1683: «Je ne suis plus su (...)
  • 4 Genèse, 6-9. Sagard, recopiant Lejeune (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 156; voir aussi Relation (...)
  • 5 Voir Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 132) : « Ils croyent un Dieu, ce disent-ils : mais il (...)
  • 6 Dans l’invocation au soleil que cite Maillard en 1755, les Micmacs se définissent eux-mêmes comme (...)
  • 7 Voir, infra, le chapitre « De la Chasse des Gaspesiens », p. 527-550.

2Il semble que ce secret devroit être uniquement reservé aux Sauvages, & que d’eux seuls on en devroit apprendre toute la verité ; puisqu’enfin il a été un tems parmi nous, qu’on ignoroit qu’il y eût une Amerique Septentrionale, que les plus sçavans mêmes ne faisoient pas difficulté de loger dans les espaces imaginaires2, ne la pouvant loger dans la capacité de leurs esprits, & qu’il n’y a pas encore deux cens ans qu’on en a fait la premiere découverte. Nos Gaspesiens cependant ne nous peuvent rien apprendre de certain sur ce sujet ; peut-être parce qu’ils n’ont aucune connoissance des belles Lettres, qui leur pourraient donner celle de leurs ancêtres, & de leur origine3. Ils ont bien, si vous voulez, quelque idée legere & fabuleuse de la creation du Monde & du deluge4 ; disant que lorsque le Soleil, qu’ils ont toujours reconnu & adoré comme leur Dieu5, crea tout ce grand Univers6, il divisa promtement la Terre en plusieurs parties, toutes separées les unes des autres par de grands lacs : que dans chaque partie il fit naître un homme & une femme, qui multiplierent, & vêcurent fort long-tems ; mais qu’étant devenus méchans avec leurs enfans, qui se tuoient les uns les autres, le Soleil en pleura de douleur, & la pluie tomba du Ciel en si grande abondance, que les eaux monterent jusques à la cime des rochers & des montagnes les plus hautes & les plus élevées. Cette inondation, qui, disent-ils, fut generale par toute la terre, les obligea de s’embarquer sur leurs canots d’écorce, pour se sauver du gouffre furieux de ce deluge general : mais ce fut en vain, car ils perirent tous malheureusement, par un vent impetueux qui les culbuta, & les ensevelit dans cet horrible abîme ; à la reserve cependant de quelques vieillards & de quelques femmes, qui avoient été les plus vertueux & les meilleurs de tous les Sauvages. Dieu vint ensuite, pour les consoler de la mort de leurs parens & de leurs amis : aprés quoy il les laissa vivre sur la terre, dans une grande & heureuse tranquillité ; leur donnant avec cela, toute l’adresse & l’industrie necessaire pour prendre des castors & des orignaux, autant qu’ils en auroient besoin pour leur subsistance7. Ils ajoutent encore quelques autres circontances tout-à-fait ridicules, que j’obmets volontiers ; parce qu’elles ne nous prouvent aucunement un secret inconnu aux hommes, & reservé à Dieu seul.

  • 8 Dès 1609, Lescarbot formulait une hypothèse semblable : « Mais il y a des raisons encores plus pro (...)

3D’autres veulent que ce Nouveau Monde ait été peuplé par quelques particuliers, qui s’étant embarquez sur la mer pour établir une Colonie dans les Païs étrangers, furent attaquez par l’orage & la tempête, qui les jetta sur les côtes de l’Amerique Septentrionale, où ils firent malheureusement naufrage, & perdirent avec leurs navires, tout ce qu’ils pouvoient avoir de biens & de plus precieux dans le monde ; en sorte que ce naufrage les aïant mis tout-à-fait hors d’esperance de repasser jamais dans leur Païs, ils prirent la resolution de travailler serieusement à la conservation de leurs vies, s’adonnant à la pêche & à la chasse, qui ont toujours été fort abondantes dans ces quartiers ; & qu’au défaut de leurs habits, la necessité, qui est la mere des inventions, leur donna l’industrie de se vêtir de peaux de castor, d’origniac, & des autres animaux qu’ils tuoient à la chasse : qu’il se pouvoit faire veritablement qu’ils fussent instruits des Misteres sacrez de nôtre sainte Religion, qu’ils eussent même la connoissance & l’usage des belles Lettres ; puisque dans les établissemens des Colonies, on y fait ordinairement passer des hommes également sçavants & devots, pour enseigner aux Peuples avec les sciences humaines, les maximes les plus solides de la sagesse & de la pieté Chrêtienne : mais que personne ne leur aïant succedé dans ces glorieux emplois, la connoissance qu’ils avoient du vrai Dieu, des belles Lettres & de leur Origine, s’étoit ainsi insensiblement perduë & effacée dans leur malheureuse posterité, par la succession des tems8.

  • 9 Sur l’origine de ce nouveau toponyme pour désigner la rivière Miramichi, voir infra, p. 378.
  • 10 La tradition de la prédication et du martyre de saint Thomas aux Indes existait déjà chez les Père (...)
  • 11 Voir infra, chap. IX, p. 337-341 ; et chap. X, p. 343-356.
  • 12 De tuniques de peau (Genèse, 3, 21). Voir aussi Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre V (...)
  • 13 Voir Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XVI, éd. Grant, t. III, p. 410) : (...)
  • 14 Voir infra, chap. V, p. 279.
  • 15 L’arc et la flèche (Genèse, 27, 3 ; 48, 22). Voir encore Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France (...)

4Quoiqu’il en soit, le culte ancien & l’usage religieux de la Croix, qu’on admire encore aujourd’huy parmi les Sauvages de la riviere de Mizamichis, que nous avons honorée du titre auguste de la riviere de Sainte-Croix9, pourroient bien nous persuader en quelque façon, que ces Peuples ont reçû autrefois la connoissance de l’Evangile & du Christianisme, qui s’est enfin perduë, par la negligence & le libertinage de leurs ancêtres ; à peu prés comme nous lisons dans la Vie de S. François Xavier*, qui trouva dans l’une de ses Missions une belle Croix que l’Apôtre saint Thomas y avoit plantée, & un Peuple qui n’avoit plus qu’une legere, ou presque point d’idée de la veritable Religion, que cet illustre Disciple de JESUS luy avoit prêchée avec tant de zele, aux dépens de sa vie & de tout son sang10. J’en ferai un traité particulier, lorsque je parlerai de la Religion des Gaspesiens11, dont l’origine nous est tout-à-fait inconnuë. Ils observent cependant, & retiennent dans leur conduite plusieurs maximes de nos premiers Peres, étant vêtus12, logez13 & nourris14 comme eux ; n’aïant pas même d’autres armes15, soit pour la guerre, soit pour la chasse, que celles qui furent premierement en usage chez nos ancêtres, aprés la creation du Monde.

Notes

1 Dans le long débat du xviie siècle sur l’origine des Amérindiens, les textes principaux sont ceux de Lescarbot (« Conjectures sur le peuplement des Indes Occidentales, & consequemment de la Nouvelle France comprise sous icelles », Histoire de la Nouvelle-France, 1609, livre I, chap. III, p. 15-25 ; livre I, chap. III, éd. Grant, t. I, p. 236-240), de Grotius (De Origine gentium Americanarum dissertatio, Paris, Cramoisy, 1642), de De Laet (Histoire du Nouveau Monde ou description des Indes Occidentales, Leyde, Elsevier, 1643 ; Notæ ad dissertationem Hugonis Grotii De Origine gentium Americanarum, Paris, Veuve Guillaume Pelé, 1643 ; Responsio ad dissertationem secundam Hugonis Grotii De Origine, gentium Americanarum, Amsterdam, Elsevier, 1644) et J.-B. Poisson (Animadversario [...] ad quœ [...] Hugo Grotius et Johannes Lahetius de origine gentium Peruvianarum et Mexicariarum scripserunt, Paris, 1644). Lafitau (1724) et Charlevoix (1744) reprendront la discussion dans la première moitié du xviiie siècle : voir G. Gliozzi, Adamo e il Nuovo Mondo, et Charlevoix, Journal d’un voyage, éd. Berthiaume, p. 103-161 ; voir aussi N. Doiron, « Discours sur l’origine des Amériquains », dans G. Thérien, dir., Figures de l’Indien, p. 46-60 ; et F. Lestringant, « Les Indiens antérieurs (1575-1615) : Du Plessis-Mornay, Lescarbot, De Laet, Claude d’Abbeville », ibid., p. 61-97.

2 Est-ce une allusion à l’Atlantide, dont parlait Platon dans Timée et Critias, cette île utopique plus grande que l’Afrique et l’Asie, disparue il y a plusieurs millénaires ?

3 Un autre récollet, Hennepin, formulait une réflexion un peu semblable en 1683: «Je ne suis plus surpris de ce que nos Historiens avouent qu’ils ignorent comme le Païs des Sauvages s’est peuplé, puisque les Habitans qui en devroient estre les mieux informés n’en sçavent rien eux-mêmes; outre que si dans l’Europe, nous estions comme eux privés de l’Ecriture, & si nous n’avions pas l’usage de cet Art ingenieux, qui fait revivre les morts, & revenir le tems passé & qui nous conserve une memoire éternelle de toutes choses, nous ne serions pas moins ignorans qu’eux» (Description de la Louisiane, p. 8).

4 Genèse, 6-9. Sagard, recopiant Lejeune (Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 156; voir aussi Relation de 1633, JR, vol. 5, p. 154), concluait de la même façon au sujet des Montagnais, dont un récit sur l’origine et la « réparation » du monde comporte aussi une scène d’envahissement de la terre par les eaux: « d’où appert qu’ils ont quelque tradition de cette inondation universelle qui arriva du temps de Noë » (Histoire du Canada, livre II, chap. XXXI, éd. Tross, p. 467). Au début du siècle, Lescarbot conjecturait déjà que « les Sauvages ont de main en main par tradition de leurs pères, une obscure conoissance du Deluge » (Histoire de la Nouvelle-France, livre I, chap. III, éd. Grant, t. I, p. 238). Maillard se désolera, au siècle suivant, de n’avoir pu obtenir des Micmacs aucun éclaircissement sur cette question: « I have often tried to find out, whether there was any tradition or knowledge amongst them of the deluge, but always met with such unsatisfactory answers, as entirely discouraged my curiosity on that head » (An Account of the Customs and Manners, p. 48). Sur les traditions diluviennes dans les mythes cosmogoniques amérindiens, voir D. G. Brinton, Myths of the Nexo World, p. 215-217; S. D. Gill et I. F. Sullivan, « Flood(s) », dans Dictionary of Native American Mythology, p. 92 ; A. Hultkrantz, Les Religions des Indiens primitifs de l’Amérique, p. 34

5 Voir Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 132) : « Ils croyent un Dieu, ce disent-ils : mais ils ne sçavent le nommer que du nom du Soleil Niscaminou » ; et Diéreville (Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 286) : « Leur Dieu étoit autrefois le Soleil, qu’ils appellent Nichekaminou, & qui veut dire en leur langage le trés-Grand » ; voir aussi infra, chap. XV, p. 482. Selon Philip K. Bock ( « Micmac », dans B. G. Trigger, dir., Handbook of North American Indians, vol. 15 : Northeast, p. 117), les Micmacs reconnaissaient un Grand Esprit comparable au Manitou des Algonquiens du Centre, mais les premiers missionnaires associèrent son nom micmac, Mentu, au Diable et adoptèrent plutôt celui de Nisgam (cf. diminutif nisgamitj : grand-père, aïeul) pour désigner le Dieu chrétien. Nixkam : Dieu (Maillard, Grammaire de la langue mikmaque, p. 21) ; Nikskam, Nixkam : Dieu ; Mundoo : Diable (S. T. Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians, p. 122, 79, 81 ; English-Micmac Dictionary, p. 118, 104) ; Nisgam, Nigsgam : Dieu, comme ancêtre universel ; Genisgamino : Notre-Seigneur (« nous » inclusif) ; mento : démon (père Pacifique, Traité théorique et pratique de la langue micmaque, I, p. 241-242, 256, 258, 260-261) ; Nisgam : Dieu ; mên’tu : diable (A. D. DeBlois et A. Metallic, Micmac Lexicon, p. 90, 236, 68, 208). Le père Pacifique, missionnaire à Ristigouche de 1894 à 1941, nuançait le lien d’identité établi par ses prédécesseurs entre le Dieu des Micmacs et le soleil : « Les Pères Biard et Leclercq disent expressément que les Micmacs païens adoraient le soleil, qu’ils appelaient Niscaminou, mais leur idée était plus vague et plus mystérieuse ; ils l’invoquaient plutôt dans le soleil, qui a un autre nom en micmac [soleil : nagoset ; lumière du soleil : astek], ou en se tournant du côté du soleil levant. Cependant ils devaient considérer celui-ci comme “ Père de la lumière ” (Maillard) et source de vie » (op. cit., p. 241-242). L’identification du Grand Esprit au soleil distinguerait, d’après Bock, les Micmacs des autres Algonquiens (op. cit., p. 117). Sur le culte rendu au soleil par les Micmacs, voir infra, chap. IX, p. 337-340.

6 Dans l’invocation au soleil que cite Maillard en 1755, les Micmacs se définissent eux-mêmes comme les « enfants » de cet astre, nés, ainsi que l’herbe des champs et les arbres de la forêt, de la fécondation de la terre par ses rayons: « But, as for us, it is plain that we are thy children; for we can know no origin but that which thy rays have given us, when first marrying efficaciously, with the earth we inhabit, they impregnated its womb, and caused us to grow out of it like the herbs of the field, and the trees of the forest, of which thou art equally the common father » (An Account of the Customs and Manners, p. 25). Sagard, par contre, dans un passage tiré soit de Champlain (Des Sauvages, chap. III, éd. Biggar, t. I, p. 111-112), soit de Lescarbot, qui l’emprunte lui-même à Champlain (Histoire de la Nouvelle-France, livre III, chap. XI, éd. Grant, t. II, p. 426), distingue et hiérarchise les figures de Dieu et du soleil et présente une version différente de la création du monde et de la naissance des « hommes et femmes » chez les Micmacs : « Les Souriquois (à ce que j’ay appris) croyent véritablement qu’il y a un Dieu qui a tout creé, et disent qu’apres qu’il eut faict toutes choses, qu’il prit quantité de flesches, et les mit en terre, d’où sortirent hommes et femmes, qui ont multiplié au monde jusqu’à present. En suitte de quoy, un François demanda à un Sagamo, s’il ne croyoit point qu’il y eust un autre qu’un seul Dieu : il respondit, que leur croyance estoit, qu’il y avoit un seul Dieu, un Fils, une Mere, et le Soleil, qui estoient quatre ; neantmoins que Dieu estoit par dessus tous » (Le Grand Voyage, livre I, chap. XVIII, éd. Warwick, p. 247-248 ; Histoire du Canada, livre II, chap. XXX, éd. Tross, p. 449-451). Voir également infra, chap. XI, p. 384, où la prière d’un Micmac rapportée par Leclercq exprime, peut-être sous l’influence des enseignements chrétiens, la prééminence de Dieu sur le soleil. La fonction de créateur n’était pas forcément dévolue au Dieu suprême chez les Amérindiens et, au contraire, « la fréquence des cas où c’est à d’autres esprits que l’on attribue la création est frappante » (A. Hultkrantz, Les Religions des indiens primitifs de l’Amérique, p. 32). Aussi la nature exacte du lien qu’établissaient les Micmacs entre le Grand Esprit et le soleil reste-t-elle ici difficile à cerner. Sur le soleil et les divinités solaires dans les mythologies amérindiennes, voir D. G. Brinton, Myths of the New World, p. 147-150; M. W. Stirling, « Concepts of the Sun among American Indians », dans Annual Report of the Board of Regents of the Smithsonian Institution, 1945, p. 387-400; R. Flannery, « Sun a deity, i.e. solar worship », dans An Analysis of Coastal Algonquian Culture, p. 156-157.

7 Voir, infra, le chapitre « De la Chasse des Gaspesiens », p. 527-550.

8 Dès 1609, Lescarbot formulait une hypothèse semblable : « Mais il y a des raisons encores plus probables que celle-ci : entre léquelles je diray que ceux-là ne se sont point éloignez de la verité, qui ont estimé que quelques mariniers, marchans, & passagers surpris de quelque fortunal de vent en mer, à la violence duquel ilz n’auraient peu resister, auraient esté portés en cette terre, & là paraventure auraient fait naufrage, si bien que se trouvans nuds, il auraient esté contraints de vivre de chasse & de pecherie, & se couvrir des peaux des animaux qu’ils auraient tués, & ainsi auraient multiplié & rempli cette terre telement quelement (car il n’y a préque que les rives de mer & des grandes rivieres habitées, du moins aux premieres terres qui regardent la France, & sont en meme parallele) si bien qu’ores qu’auparavant ils eussent quelque conoissance de Dieu, cela peu à peu s’est évanoui, faute d’instructeurs, comme nous voyons qu’il est arrivé en tout le monde de deça peu apres le Deluge. Et plusieurs accidens echeuz de cette façon, tant de la partie de l’Orient, que du Midi, & du Nort, & des pais y interposés, peuvent avoir causé le peuplement de cette terre Occidentale en toutes parts » (« Conjectures sur le peuplement des Indes Occidentales », dans Histoire de la Nouvelle-France, livre I, chap. III, éd. Grant, t. I, p. 236-237).

9 Sur l’origine de ce nouveau toponyme pour désigner la rivière Miramichi, voir infra, p. 378.

10 La tradition de la prédication et du martyre de saint Thomas aux Indes existait déjà chez les Pères de l’Église des iiie et ive siècles. En passant près de Méliapour (aujourd’hui Méliapour-San-Thomé, un des faubourgs de Madras), Marco Polo, au xiiie siècle, parle également du pèlerinage que font chrétiens et sarrasins au lieu où fut assassiné l’apôtre, et il rapporte la tradition de cet assassinat. En 1516, lorsque les Portugais vinrent à Méliapour, ils trouvèrent la tombe de saint Thomas. Le père Bouhours écrit à ce sujet : « Les Portugais, qui rebâtirent Méliapour, trouvèrent au sommet de la montagne une chapelle de pierre toute ruinée. Ils voulurent la rebâtir en mémoire du saint apôtre ; et, comme ils fouillèrent jusqu’aux fondements, ils en retirèrent un marbre blanc, où il y avait une croix avec des caractères gravés alentour, qui disaient que Dieu naquit de la Vierge Marie ; que c’était un Dieu éternel ; que ce Dieu enseigna sa loi à douze apôtres, et que l’un d’eux vint à Méliapour, avec un bourdon à la main, et y bâtit une église ; que les rois de Malabar, de Coromandel, de Pandi, et plusieurs autres, se soumirent à la loi de saint Thomas, homme saint et pénitent » (Vie de saint François Xavier, p. 132). Voir aussi J. Brodrick, Saint François Xavier (1506-1552), p. 217-218 ; A. Bellessort, Saint François Xavier, p. 152-153.

11 Voir infra, chap. IX, p. 337-341 ; et chap. X, p. 343-356.

12 De tuniques de peau (Genèse, 3, 21). Voir aussi Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. VIII, éd. Grant, t. III, p. 372) : « [...] noz premiers pere & mere ayans reconu leur nudité, destituez de vétemens, ilz cousurent ensemble des fueilles de figuier pour en cacher leur vergongne : mais Dieu leur fit des robbes de peaux & les en vétit. »

13 Voir Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XVI, éd. Grant, t. III, p. 410) : « Les hommes n’avoient [avant le Déluge] que des cabannes & pavillons, comme il est écrit de Iabal fils de Hada, qu’il fut pere des habitans és tabernacles, & des pasteurs (Genes, iv. vers. 20 [“ Ada enfanta Yabal ; ce fut lui le père de ceux qui habitent des tentes avec des troupeaux ”] ). » Leclercq fait plus loin allusion au nomadisme des éleveurs de troupeaux (infra, chap. V, p. 264-265).

14 Voir infra, chap. V, p. 279.

15 L’arc et la flèche (Genèse, 27, 3 ; 48, 22). Voir encore Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XXIV, éd. Grant, t. III, p. 446) : « Leurs armes sont les premieres qui furent en usage aprés la creation du monde, masses, arcs, fleches. »

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search