Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chapitre premier. De la Gaspesie en general

Texte intégral

  • 1 Absent chez Cartier, ce toponyme se trouve pour la première fois, en 1600, dans la traduction angl (...)
  • 2 Sur la chefferie amérindienne, voir infra, chap. XIV, p. 449-459.
  • 3 Voir infra, chap. XVII, p. 509-515 et 518-521.
  • 4 Voir supra, Introduction, p. 15-16, 33-34, 40, 58-62.
  • 5 En 1665, l’intendant Talon avait envoyé Nicolas Denys avec vingt-quatre hommes pour évaluer la pos (...)
  • 6 L’original porte « pillon », mais il faut sans doute lire « fillon », comme le suggère W. F. Ganon (...)

1La gaspesie ou gaspé1 d’où nos Sauvages tirent leur origine & leur nom de Gaspesiens, n’a pas seulement été fameuse & remarquable parmi les Nations de l’Amerique Septentrionale ; soit par la demeure ancienne & ordinaire que les premiers Chefs & les Capitaines, qui sont les Rois & les Souverains de ces Peuples2, y ont établië pendant le cours de plusieurs siecles, comme le Siege de leur Empire, & d’un Gouvernement tel qu’il se peut trouver dans le Canada, parmi les Barbares de la Nouvelle France ; soit aussi par les guerres sanglantes, & la fureur de leurs armes victorieuses & triomphantes, qu’ils ont autrefois portées jusques chez les Eskimaux3, & les autres Sauvages qui demeurent le long des côtes du grand fleuve de Saint Laurent : Mais elle est encore tres considerable parmi nous, tant par la pêche de Moruë que l’on y fait tous les ans4, que par la mine de Plomb5 qu’on y a découvert depuis quelques années, laquelle toutefois on a été malheureusement obligé d’abandonner, aprés y avoir fait une tres-grande dépense ; cette mine n’aïant pas été jugée assez abondante pour en retirer le profit & les avantages qu’on en esperoit : peut-être, à ce que j’en ay pû juger lorsque j’étois sur les lieux, parce que les Mineurs que l’on y avoit envoïez de France, ont voulu trouver sur le haut, le fillon6 qu’ils eussent pû trouver beaucoup plus facilement au bas du rocher qui cache ce métail, dont l’espèce approche davantage, ou pour le moins autant de l’étain, que du plomb.

  • 7 Trois rivières se jettent en effet dans la baie de Gaspé (48° 46’ ; 64° 17’) : les rivières York, (...)
  • 8 Leclercq paraît s’inspirer ici de Sagard : « [...] peu à peu nous approchasmes des terres jusques (...)
  • 9 Le rocher Percé, dont la masse calcaire s’effrite graduellement, mesure aujourd’hui 439 mètres de (...)

2Ce lieu donc, qui est proprement ce que nous appelions Gaspesie, ou autrement Gaspé, est un Païs plein de montagnes, de bois & de rochers, dont la terre est tout-à-fait sterile & ingrate : en un mot, c’est une Baye qui est à l’embouchure du fleuve de Saint Laurent, à la hauteur de quarante-huit degrez, sur quatre à cinq lieuës de largeur, & six à sept de profondeur, qui se termine par un tres-beau bassin & trois rivieres7 fort poissonneuses, lesquelles se divisent bien avant dans les terres8. Elle n’est éloignée que de sept lieues de l’Isle Percée, qui n’est pas, comme quelques-uns se l’imaginent, une Isle capable de loger des Habitans ; puisque ce n’est qu’un rocher fort rude, escarpé de toutes parts, d’une hauteur extraordinaire, & d’une élevation surprenante. Il est même tellement percé dans trois ou quatre endroits differens, que les chaloupes passent toutes mâtées & à pleine voile par la principale de ses ouvertures : C’est de là qu’il tire son nom de l’Isle Percée, quoique ce ne soit veritablement qu’une Peninsule ou Presqu’isle, dont on peut faire aisément le circuit à pied, lorsque la marée est basse, & n’aïant la ressemblance d’une Isle qu’à marée haute. Elle n’est separée de la Terre ferme, que de deux à trois arpens de terre9 : il semble même qu’elle y ait été jointe autrefois, & qu’elle n’en ait été divisée que par les orages & les tempêtes de la mer.

  • 10 Un mémoire (non daté), intitulé « Estât de la Mission des PP. Recolets de-Canada » et adressé aux (...)
  • 11 Ile Dieu ou île d’Yeu, petite île de l’ancienne province de Poitou et du département actuel de la (...)

3Nous y avons une Mission assez considerable10 ; d’où j’apprens avec bien de la douleur par un de nos Missionnaires, le Reverend Pere Emanuel Jumeau, qui est de retour du Canada, dans le tems même qu’on imprime cette Histoire, que l’Hospice & l’Eglise que nous y avions fait bâtir, & que les Sauvages les plus barbares de la Nouvelle France avoient en singuliere veneration, n’ont pas été à l’abri de la fureur & de la rage des Anglois, Hollandois & François renegats, qui ont tout reduit en cendres, avec des circonstances capables de faire fremir d’horreur l’Enfer même. Voici le contenu de la Lettre que ce bon Religieux m’écrit de l’Isle Dieu11, du quinziéme d’Octobre mil six cens quatre-vingt-dix.

4Mon Reverend Pere,

  • 12 Le cap des Rosiers (48° 51’ ; 64° 12’), ainsi nommé depuis au moins le début du xviie siècle (voir (...)
  • 13 Flessingue, « belle, forte et considérable ville des Provinces-Unies, dans la Zélande [...], avec (...)
  • 14 La Rochelle, ville de l’ancienne province d’Aunis (capitale) et du département actuel de la Charen (...)
  • 15 Sur l’emplacement de la ville appelée aujourd’hui Percé, et non pas sur l’île elle-même.
  • 16 Monseignat, le secrétaire de Frontenac, raconte en ces termes la destruction de l’établissement de (...)
  • 17 Selon W. F. Ganong (New Relation of Gaspesia, p. 67-68), il s’agirait de bateaux pirates anglais l (...)
  • 18 D’après C.-J. d’Entremont (Nicolas Denys, sa vie et son œuvre, p. 387), « Guillaume Levasseur est (...)
  • 19 En 1686, l’intendant de Meulles dénombrait à 1’« Ile Percée » quatre familles, totalisant vingt-qu (...)
  • 20 Le terme « iconoclastes » (étymologiquement « briseurs d’images ») désigna à l’origine les chrétie (...)
  • 21 Traduction : « Sainte Marie, prie pour nous ; saint Pierre, prie pour nous ».
  • 22 Aujourd’hui le mont Sainte-Anne (48° 31’ ; 64° 14’).
  • 23 « Le roi Balthasar donna un grand festin pour ses seigneurs, qui étaient au nombre de mille, et de (...)
  • 24 Guillaume III d’Orange-Nassau : voir infra, Appendice I, p. 618-619.
  • 25 Jacques II : voir infra, Appendice I, p. 620-621.
  • 26 Selon Furetière (1690), « On met le St. Sacrement, l’Hostie, dans un Soleil, ou vaisseau d’argent (...)
  • 27 Commencée en 1683 ou en 1684, l’église de Percé fut probablement terminée en 1687 (père Hugolin [L (...)
  • 28 La mission de l’île Bonaventure, « succursale de Percé », avait « une petite chapelle dédiée à sai (...)
  • 29 Une pareille manifestation de violence contre tous les symboles « catholiques » se retrouve aussi (...)
  • 30 Faisant partie de la flotte de Phips, ces navires venaient vraisemblablement de Boston pour se por (...)
  • 31 Maintenant Saint-Pierre-de-la-Malbaie (48° 39’ ; 64° 16’), qui fait partie de la ville de Percé.
  • 32 L’île d’Yeu (voir supra, p. 208, n. 11).

5Je passe sous silence le détail affligeant du naufrage que nous fîmes l’année passée, dans une nuit affreuse, le vingt-troisiéme de Novembre, contre le Cap des Rosiers12-, à quinze lieuës de l’Isle Percée, & du malheur que nous avons eu celle-cy, d’avoir été pris par un Armateur de Flessingue13, à cinquante lieues de la Rochelle14, pour vous faire part de la douleur qui seule m’occupe entierement à present, & qui, je m’assûre, ne vous affligera pas moins que moy, puisque j’ay été le témoin des peines que vous vous êtes données pour l’établissement de nôtre Mission de l’Isle Percée15, & du Zele avec lequel vous y avez procuré la gloire de Dieu, & le salut des ames. Il semble que nôtre Seigneur n’ait voulu me conserver la vie dans le naufrage, que pour être aussi le temoin de la ruine totale & de l’entiere desolation de ce lieu16 ; afin de vous en faire moy-même la relation, qui donnera assez à connoître à tout le monde, jusqu’à quel excez d’impieté & de fureur l’Heresie peut monter, quand une fois elle se trouve en état de tout entreprendre & de tout éxecuter par le ministere de ses adherants. C’est peu de vous dire, qu’au commencement du mois d’Août dernier, deux fregates17 Angloises parurent sous le Pavillon de France, à la rade de l’Isle de Bonaventure18, & par ce stratagême se saisirent aisement de cinq navires Pêcheurs, dont les Capitaines àf les équipages, qui étoient alors entierement occupez à la pêche, furent tous obligez de se sauver à Quebec ; parce qu’ils n’étoient pas en état de se défendre, ni de resister à tant de Nations liguées contre-eux. Ensuite, ces ennemis jurez de l’Etat & de la Religion aïant tenté une descente à terre, qui leur reüssit comme ils le souhaitoient, ils y sejournerent pendant huit jours tous entiers, où ils commirent cent impietez, avec tous les desordres imaginables ; mais entre autres choses ils pillerent, ravagerent àf brûlerent les maisons des Habitons, qui sont bien au nombre de huit ou dix Familles19, & qui pour la pluspart s’étoient déjà refugiez dans les bois avec precipitation, pour éviter la rencontre & la cruauté de ces impitoïables Heretiques, qui faisoient un horrible carnage, & mettoient tout à feu & à sang. Je fremis d’horreur au simple souvenir des impietez & des sacrileges que ces scelerats commirent dans nôtre Eglise, qui leur servoit de corps-de-garde, & de lieu de débauche ; lesquels animez du même esprit que les Iconoclastes20, briserent & foulerent aux pieds nos Images, contre lesquelles ils fulminoient mille imprecations, avec des invectives & des injures, comme si elles eussent été vivantes. Les tableaux de la sainte Vierge & de saint Pierre ne furent pas éxemts de leur furie, ni de leurs emportemens ; puisque tous deux furent criblez de plus de cent cinquante coups de fuzil, que ces malheureux lâchoient, à chaque fois qu’ils prononçoient par moquerie & par derision ces mots des Litanies : Sancta Maria, ora pro nobis : Sancte Petre, ora pro nobis21. Pas une Croix n’échapa à leur fureur, à la reserve de celle que j’avois autrefois plantée sur la Table à Rolland22, qui pour être sur une montagne de trop difficile accez, subsiste encore à present toute seule, comme le monument sacré de nôtre Christianisme. Les sacrileges de Baltazar, qui prophana autrefois, au milieu d’un festin, les vases sacrez du Temple de Jeresalem, en y faisant boire ses Courtisans & ses Concubines23, furent les mêmes que commirent ces Heretiques, lesquels au milieu de leurs horribles debauches, tant de jour que de nuit, beuvoient dans nos Calices des rasades, à la santé du Prince d’Orange24, qu’ils benissoient ; fulminant au contraire mille imprecations contre leur Roi legitime25. Le Commandant, pour se distinguer autant par ses impietez, qu’il l’étoit par son caractere se revêtit de la plus belle de nos Chasubles ; & par une ostentation aussi vaine que ridicule, se promenoit sur la greve, avec le Soleil26 d’argent, qu’il avoit fait attacher sur son bonnet ; obligeant ses camarades, par mille paroles de dissolution, à luy rendre les mêmes honneurs & les mêmes reverences, que les Catholiques rendent dans les Processions les plus solemnelles, au tres-saint Sacrement de l’Autel. Ils acheverent enfin toutes ces impietez, par une ceremonie autant extraordinaire dans sa forme, qu’elle est extravagante & abominable dans toutes ses circonstances. Ils prirent les Couronnes du saint Sacrement & de la sainte Vierge, qu’ils poserent sur la tête d’un mouton : ils lierent les pieds de cet animal ; & l’aïant couché sur la Pierre consacrée du maître Autel ; ils l’égorgerent, & le sacrifierent, en dérision du Sacrifice de la sainte Messe, pour remercier Dieu (à ce qu’ils disoient) des premiers avantages qu’ils remportoient sur les Papistes de la Nouvelle France. Ils mirent ensuite le feu aux quatre coins de l’Eglise, qui fut bien tôt reduite en cendres27, de même que celle de nôtre Mission en l’Isle de Bonaventure28, qui eut aussi une pareille destinée, apres qu’ils en eurent brisé les Images, & coupé tous les ornemens à grands coups de sabre ?29. Vous pouvez bien juger, par la douleur que vous ressentez au simple recit que je vous fais de ces desastres, combien je fus sensiblement touché, lorsque dans l’endroit même où avoit été le maître Autel de nôtre Eglise, j’y trouvay encore la carcasse du mouton qui avoit servi de victime au sacrifice abominable de ces Impies. Outré & penetré de douleur de voir ainsi toutes les Croix de cette Mission hachées par morceaux, ou renversées par terre, je formai en même-tems la resolution de rétablir les principales ; à quoy je reüssis, avec le secours charitable des Habitans, qui se porterent à ce saint ouvrage avec encore plus de pieté & de devotion, que ces miserables Heretiques n’avoient fait paroître de fureur & de rage à les renverser : Mais helas ! mon cher Pere, j’ay grand sujet de croire, & je crains bien qu’elles ne ressentent encore les effets funestes d’une seconde descente de ces ennemis jurez de nôtre sainte Religion ; puisque deux jours aprés l’érection de ces Croix, c’est à dire le dixiéme de Septembre, nous fûmes obligez de couper incessament nos cables, & de faire voile à la vûë de sept navires ennemis30, qui nous donnerent la chasse d’une étrange maniere, mais dont nous échapâmes enfin heureusement, à la faveur de la nuit, pendant laquelle nous vîmes avec regret toutes les Habitations de la Petite Riviere31 en feu. Dieu sçait l’embarras & les inquietudes où nous nous trouvâmes alors, n aïant point de leste ce qu’il nous en faloit pour forcer de voile, afin de nous éloigner plus promtement de l’Isle Percée, comme nous le souhaitions ; & outre cela, manquant de pain, d’eau douce, & en un mot, de tout ce qui étoit necessaire pour une navigation aussi longue & aussi difficile, que celle de Canada en France ; mais enfin, nôtre Seigneur nous délivra de tous ces dangers par sa misericorde, & particulierement de l’Armateur de Flessingue, qui s’étant rendu maitre de nôtre vaisseau, nous pilla entierement ; & ne nous aïant retenu que quatre à cinq heures dans son bord, nous renvoïa dans nôtre Navire, aprés beaucoup de menaces & de mauvais traitement : & deux jours aprés, étant derechef poursuivi par un autre vaisseau, nous découvrîmes heureusement l’Isle-Dieu32, où nous venons de mouiller l’ancre à la rade, & d’où je vous écris cette Lettre, dans l’esperance de vous entretenir plus amplement des malheurs de nôtre Mission de l’Isle Percée. Souvenez vous cependant de moy dans vos saints Sacrifices, àf me croïez pour l’éternité tout à vous.

  • 33 Sur les projets de conquête de la Nouvelle-France par l’Angleterre et les colons américains, voir (...)
  • 34 Les Hébreux asservis par les pharaons (Exode, 1) quittèrent l’Egypte sous la conduite de Moïse. Di (...)
  • 35 Frontenac avait commencé son second mandat comme gouverneur général de la Nouvelle-France en 1689, (...)
  • 36 Leclercq fait allusion à la défaite de l’amiral Phips, qui avait tenté de prendre Québec en octobr (...)

6Nous avons sans doute lieu de croire, par tant d’horreurs & de sacrileges, que ces Impies ne reüssiront pas dans le projet pernicieux qu’ils ont formé, de desoler entierement la Colonie de la Nouvelle France33 ; & que le Seigneur, qui se joue comme il luy plaît des desseins des méchans, protegera ses fideles Sujets contre les ennemis jurez de son saint Evangile, & délivrera son Peuple de l’opression & de la tyrannie de ces cruels Pharaons34, en donnant la victoire aux Canadiens, sous la conduite de Monsieur le Comte de Frontenac35 ; ce que nous avons lieu d’esperer, suivant les dernieres nouvelles que nous avons reçûës du Canada36.

  • 37 Saint Pierre (voir supra, p. 212), chef des apôtres, premier des Douze, suivant la tradition princ (...)
  • 38 Le Premier Etablissement de la foy ne traite nulle part de ce sujet.
  • 39 Amable Auroy (voir supra, p. 204, n. 62). J. G. Shea (Leclercq, First Establishment of the Faith, (...)
  • 40 Voir supra, p. 212, n. 28.
  • 41 François de Laval (1623-1708), nommé evêque in partibus de Pétrée et vicaire apostolique de la Nou (...)
  • 42 Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau (1622-1698), lieutenant général et gouverneur de (...)
  • 43 Pourtant, au chapitre XI, Leclercq écrira : « les RR. PP. Jesuites, qui ont cultivé avec tant de f (...)

7L’Eglise de cette Mission étoit destinée au Prince des Apôtres37, & la ceremonie que l’on en fit pensa me coûter la vie ; puisque pour la rendre plus celebre, plus pompeuse & plus magnifique, m’étant embarqué dans un canot avec trois de nos Sauvages, afin d’y apporter tout ce que j’aurois pû trouver d’ornemens, le mauvais tems nous surprit : la mer changea presque en un moment. Il s’éleva enfin un orage & une tempête si furieuse, qu’elle brisa & emporta les deux extré-mitez de nôtre canot, de maniere que nous nous trouvâmes dans l’eau jusques à la ceinture, & dans un danger manifeste de perir & de nous perdre tous, sans le secours charitable de nos Sauvages ; car ces Barbares, qui étoient alors, par bonheur pour nous, cabanez sur les rivages de la mer, s’apperçûrent heureusement de nôtre disgrace. Ils en furent si sensiblement touchez, qu’ils quitterent promtement leurs habits, & par une generosité que nous ne pouvons assez reconnoître ni admirer, les uns se jetterent tous nuds à la nage, & quelques autres s’embarquerent avec tant de succez dans leurs canots, qu’ils nous delivrerent enfin du peril où nous nous êtions malheureusement engagez. Nos Capitaines François voulurent reconnoître par leurs festins & les presens, qu’ils firent genereusement à tous ces Sauvages, les bons offices qu’ils venoient de rendre à leur Missionnaire ; & par une sainte émulation, ces Messieurs voulurent bien donner aussi tout l’éclat, & faire paroître toute la ferveur qu’on pouvoit souhaiter dans un Païs barbare, & dans une conjoncture si fâcheuse, pour honorer la ceremonie de la Dedicace de la premiere Eglise qu’on ait jamais érigée à la gloire de Dieu dans ce lieu de pêche, depuis l’établissement de la Foi, & la naissance du Christianisme dans la Nouvelle France ; comme vous le pouvez voir fort au long, dans le Livre que j’ay fait du Premier Etablissement de la Foi dans la Nouvelle France38, qui se vend chez le même Libraire39. Cette Mission, avec celle de l’Isle de Bonaventure40, qui a Sainte-Claire pour Titulaire & pour Patrone, & qui n’est éloignée de l’Isle Percée, que par le trajet d’une petite lieuë, nous a été donnée du consentement de Monseigneur de Laval, alors Evêque de Petrée & Vicaire Apostolique, mais depuis premier Evêque de Quebec41 ; par Monsieur le Comte de Frontenac Lieutenant General des armées du Roi, Gouverneur de toute la Nouvelle France42 : afin que rien ne manquât au zele infatigable qu’il a toujours fait paroître pour le soulagement spirituel & temporel des Sujets de sa Majesté, qui viennent negocier, pêcher, ou s’habituer dans cette nouvelle Colonie. Les Recolets luy seront a jamais redevables de l’honneur, d’avoir été les premiers Missionnaires sedentaires de cette belle Mission43, qui s’est renduë celebre & florissante, par les travaux & les soins Apostoliques qu’ils ont pris pour le salut des François & des Sauvages qui la composent aujourd’huy. C’est là où les Reverends Peres Hilarion Guesnin* & Exuper de Thunes* ont signalé leur zele & leur pieté, avec une édification singuliere de tous ces Peuples.

8Le tres-Reverend Pere Potentien Ozon*, Provincial des Recollets de Saint Antoine de Pade en Artois, qui passa en qualité de Commissaire & Superieur de nos Missions en 1675. m’y destina la même année, pour y continuer le bien que ces illustres Missionnaires y avoient déjà saintement commencé.

  • 44 L’« Estat de la seigneurie de l’Isle de percée et dependances » que dressa Pierre Denys en septemb (...)
  • 45 Un inventaire des lieux dressé par Pierre Denys, le 15 septembre 1676, recense à Petite Rivière : (...)

9Le Lion d’or, commandé par le Capitaine Couturier, fut le vaisseau sur lequel je m’embarquay, afin de me rendre au plûtôt à l’Isle Percée. Nous y arrivâmes le ving septiéme Octobre de la même année, aprés avoir essuie mille dangers ; mais entr’autres une tempête si fâcheuse & si violente, tout proche de la fameuse Isle d’Anticostie, que nôtre Capitaine se voïant dans l’impossibilité de resister à la fureur de l’orage, prit la resolution de repasser en France, sans mouiller l’ancre à la rade de l’Isle de Bonaventure, & ainsi d’y abandonner les hommes qu’il y avoit laissez en allant à Quebec, pour y faire la pêche de Moruë : mais enfin, le calme succedant tout à coup à la tempête, sur les dix heures du matin, fit changer de dessein à nôtre Capitaine, qui continua sa route comme auparavant ; & aprés beaucoup de peines & de fatigues, nous abordâmes, graces à Dieu, fort heureusement, à l’Habitation de Monsieur Denys44, sur les quatre heures aprés midi, qui étoit très bien logé, sur le bord d’un bassin vulgairement appelle la Petite Riviere45, séparé de la mer par une belle langue de terre, qui par l’agrément merveilleux qu’elle donne à ce lieu, le rend un séjour fort agréable.

  • 46 Pierre Denys de La Ronde : voir infra, Appendice I, p. 613-614.

10La solitude où je me trouvay alors, sans y penser, avec trois à quatre personnes qui étoient au service de Monsieur Denys46, n’eut rien que d’engageant & d’aimable pour moy : je peux même dire, avec vérité, qu’elle fut la principale de toutes mes consolations ; puisqu’elle me procura tout le tems que je pouvois raisonnablement souhaiter, pour me disposer saintement aux fonctions pénibles & laborieuses de ma première Mission, que le mérite de l’obéïssance venoit de confier à mes soins.

  • 47 W. F. Ganong (New Relation of Gaspesia, p. 79, n. 1) pense qu’il s’agit de Vincent Chateigne, dit (...)
  • 48 Traité du jugement dernier, nu Procez criminel des réprouvés, accusés, jugés et condamnés de Dieu (...)
  • 49 Hyacinthe Le Febvre, prêtre, récollet ; deux fois provincial de la province de Saint-Denys à Paris (...)

11Un homme47, qui dans la bassesse de son extraction, con-servoit une vertu peu commune & assez rare, parmi les domestiques les plus zelez pour le service de Dieu & de leurs Maîtres, adoucit beaucoup les rigueurs de nôtre hivernement. On peut dire que j’étois charmé du plaisir qu’il prenoit dans les entretiens que nous avions souvent ensemble, touchant l’affaire importante de son salut. Il prenoit un soin particulier de m’éveiller tous lesjours regulierement à quatre heures, afin de me disposer à celebrer la sainte Messe, que je disois ordinairement à la pointe du jour, avec les Prieres du matin : & le soir, selon la coutume tres-loüable & generalement observée dans toutes les Familles de la Nouvelle France, nous disions le Chapelet en commun, avec les Prieres ordinaires, qui étoient suivies de la lecture des Reflexions les plus touchantes du Jugement dernier48, composées par le tres-Reverend Pere Hyacinthe le Febvre49. Comme c’est un ouvrage rempli d’érudition, & des veritez les plus solides du Christianisme, il m’a aussi toujours été d’un tres-grand secours dans tous les endroits différents où l’obeïssance m’a destiné pour le service de nos Missions. Je l’appellois mon Missionnaire par excellence, qui pendant mon absence travailloit fructueusement à la conversion des ames ; puisqu’en effet l’aïant une fois donné à quelqu’un de ces Catholiques, dont la vie n’étoit pas des plus regulieres, la lecture qu’il en fit pendant six semaines, luy inspira des sentimens d’une contrition si sincere & si veritable, qu’en me remettant ce Livre entre les mains, il me fit une confession generale de toute sa vie passée, apres avoir été plus de dix-huit ans sans frequenter le Sacrement de Penitence.

  • 50 L’expression « langue Algomquinne » peut désigner ici l’algonquin, mais peut aussi renvoyer plus l (...)
  • 51 L’hiver était la principale saison pour la chasse chez les Micmacs : la « Chasse se fait entr’eux (...)
  • 52 Alors que l’abondance des ressources du milieu côtier faisait se rassembler les Micmacs en bordure (...)
  • 53 L’algonquin et le micmac font tous deux partie de la famille linguistique algonquienne et provienn (...)
  • 54 Voir infra, p. 308-310, 314-319.
  • 55 Pendant la seconde motié du xviie siècle, la région de Percé était un centre de pêche très actif. (...)
  • 56 Ce dictionnaire est aujourd’hui perdu, brûlé peut-être dans l’incendie de la maison centrale des r (...)
  • 57 Le couvent de Notre-Dame-des-Anges, du nom donné par saint François à la première maison de son or (...)

12Je m’appliquai serieusement pendant tout cet hiver, à l’étude de certains Ecrits de la langue Algomquinne50, que l’on m’avoit donnez ; croïant qu’ils me seroient necessaires pour l’instruction des Sauvages au retour de leur chasse51, qu’ils faisoient à quinze ou vingt lieuës de nôtre Habitation52. Tout mon travail cependant fut inutile, car nos Gaspesiens n’entendoient que tres-imparfaitement l’Algomquin53 ; & il me falut tout de nouveau commencer l’étude des Prieres Gaspesiennes que l’on m’envoïa de Quebec par la premiere barque, qui au commencement du printems partit pour l’Isle Percée. Je les appris en fort peu de tems, avec beaucoup plus de facilité que je ne me l’étois persuadé : je les enseignai même pour la premiere fois à nos Sauvages, avec beaucoup de succez, par des caracteres instructifs, dont je parlerai dans la suite de cette Histoire54. Mais enfin, comme toute l’application que je donnois pour me rendre sçavant dans le Gaspesien, dont l’intelligence est absolument necessaire, quelque difficile qu’il soit, aux Missionnaires qui veulent travailler efficacement au salut de ces Peuples, étoient interrompuë pendant l’été, par les services que j’étois obligé de rendre à nos François, qui viennent quelque-fois jusques au nombre de quatre à cinq cens, faire la pêche de Moruë à l’Isle Percée55 : Je pris resolution, aprés le départ des navires, de suivre les Sauvages dans les bois pendant l’hiver, & de demeurer avec eux dans leurs cabanes, pour m’instruire entierement dans la langue Gaspesienne, que je me suis enfin renduë assez familiere, aprés beaucoup de peines & de travaux. J’en ay même fait un Dictionnaire56, que j’ay laissez à Quebec, dans nôtre Convent de Nôtre-Dame des Anges57 ; afin de faciliter à nos Missionnaires, comme il m’a fait, tout le bien qu’il a plu à Nôtre-Seigneur d’operer par mon foible ministere, & qu’il voudra faire par leur zele, dans la conversion de ces Infideles, qui habitent plus de deux cens lieues de ce Nouveau Monde, & qui portent plusieurs noms differens, suivant la difference des rivieres & des endroits les plus considerables qu’ils habitent.

  • 58 Arrivé à Québec à la fin d’août ou au début de septembre 1675, Leclercq rentra définitivement en F (...)

13Comme je me suis singulierement appliqué, par le conseil de mes amis, à en connoître exactement les Maximes, les Mœurs & la Religion, j’ay crû que j’en devois donner au Public une peinture & une idée fidèle & parfaite, par cette nouvelle Relation ; trop heureux & trop satisfait de mes peines, si on en fait la lecture avec le même plaisir que j’écris le détail de tout ce que j’ay remarqué de plus curieux & de plus agreable, dans les Missions que j’ay eu l’honneur de cultiver, pendant les douze années que j’ay demeuré dans la Nouvelle France58.

  • 59 S’inspirant de Pline (Histoire naturelle, VI, 36), Lescarbot écrivait : « Tant s’en faut qu’ilz so (...)
  • 60 Le faible développement du système pileux chez les Amérindiens retenait d’autant plus l’attention (...)
  • 61 Les Amérindiens avaient en général la barbe peu fournie et s’arrachaient les poils du menton et de (...)
  • 62 Presque tous les observateurs européens ont noté chez les Amérindiens la générosité et l’amour des (...)
  • 63 Se souvenant des « Cannibales » de Montaigne (Essais, livre I, chap. XXXI), Lescarbot utilisait dé (...)

14C’est une erreur qui n’est que trop commune, dont il est à propos de desabuser le Public. Il faut avouer qu’on se persuade trop facilement dans nôtre Europe, que les Peuples de l’Amerique Septentrionale, pour n’avoir pas été élevez dans les maximes de la civilité, ne retiennent de la nature humaine que le seul titre d’Hommes Sauvages, & qu’ils n’ont aucunes de ces belles qualitez de corps & d’esprit, qui distinguent l’espece humaine de celle des animaux de la terre ; les croïant tous velus comme des ours, & plus inhumains que les tygres & les leopards. Il est bon cependant, pour corriger une idée si grossiere, si injuste & si peu raisonnable, qu’on sçache la difference qu’il y a entre nos Sauvages, & quantité d’autres Peuples feroces & cruels ; mais particulierement des Habitans des Isles des Gorgades, dont l’Histoire fait mention qu’un certain Hano Capitaine Cartaginois, rapporta deux peaux de femmes toutes veluës, qu’il fit mettre dans le Temple de Junon, comme un prodige & une rareté singuliere59 : puisqu’en effet nos Gaspesiens ont moins de poil que les François60, les aïant vu moy même s’arracher celuy de la barbe jusques à l aracine, pour n’en avoir non plus que les femmes61 ; & qu’enfin la Nature leur inspire assez de tendresse & de charité envers leurs Enfans, leurs Compatriotes, & les Etrangers même62, pour ne les pas croire semblables aux animaux les plus feroces & les plus furieux, comme il sera aisé de remarquer dans la suite de cette Histoir63, où je ferai paroître par la sincerité de mon stile, le Sauvage Gaspesien, en quelque état qu’on le puisse considerer.

Notes

1 Absent chez Cartier, ce toponyme se trouve pour la première fois, en 1600, dans la traduction anglaise du Ruttier de Jean Alfonse ; Champlain l’utilise en 1603 dans Des Sauvages (« Gachepé », éd. Biggar, t. I, p. 95 ; « Gachepay », p. 166-168, 188) et en 1613 dans ses Voyages (« Gaspé », éd. Biggar, t. I, p. 466 ; t. II, p. 9, 170). Levasseur est le premier cartographe connu à l’inscrire, en 1601 (W. F. Ganong, Crucial Maps, t. II, p. 121). D’après Ganong, qui se fonde sur le dictionnaire de Rand, le terme, emprunté à la langue micmaque (Kespoogwit, Gesposgoitg, Gespesaocg, Kespag), signifierait « fin », « extrémité », de la terre, du territoire (New Relation of Gaspesia, p. 63-64).

2 Sur la chefferie amérindienne, voir infra, chap. XIV, p. 449-459.

3 Voir infra, chap. XVII, p. 509-515 et 518-521.

4 Voir supra, Introduction, p. 15-16, 33-34, 40, 58-62.

5 En 1665, l’intendant Talon avait envoyé Nicolas Denys avec vingt-quatre hommes pour évaluer la possibilité de faire exploiter la mine par la Compagnie des Cent-Associés, mais on n’y trouva pas de plomb (C.-J. d’Entremont, Nicolas Denys, sa vie et son œuvre, p. 393-394). Dans sa Description géographique et historique des costes de l’Amérique septentrionale, Denys écrit que « Messieurs de la Compagnie y ont fait de la dépense, sur ce que des personnes leur en ont apporté quelques morceaux qui véritablement étoient bons, mais c’estoit seulement de quelques petites vaines qui couroient sur la roche, que la force du Soleil avoit purifiées, car toute la mine n’est autre chose qu’antimoine » (t. I, éd. Ganong, p. 507).

6 L’original porte « pillon », mais il faut sans doute lire « fillon », comme le suggère W. F. Ganong (New Relation of Gaspesia, p. 62).

7 Trois rivières se jettent en effet dans la baie de Gaspé (48° 46’ ; 64° 17’) : les rivières York, Darmouth et Saint-fean.

8 Leclercq paraît s’inspirer ici de Sagard : « [...] peu à peu nous approchasmes des terres jusques à Gaspey, qui est estimé sous la hauteur de 48. degrés deux tiers de latitude [...]. Cette Baye de Gaspey peut avoir à son entrée trois à quatre lieues de largeur, qui suit à Norrouest environ 4. ou 5. lieues, où au bout il y a une rivière, qui va assez avant dans les terres [...]. Toute cette contrée est fort montagneuse, haute & presque par tout couverte de meschant bois, qui faict cognoistre la stérilité de la terre & qu’on n’en pourrait à peine tirer aucun profit » (Histoire du Canada, livre II, chap. III, éd. Tross, p. 144; Is, Grand Voyage, livre I, chap. II, éd. Warwick, p. 135-136).

9 Le rocher Percé, dont la masse calcaire s’effrite graduellement, mesure aujourd’hui 439 mètres de longueur et 88 mètres de hauteur. A marée basse, on peut encore s’y rendre à pied. Cartier ne le mentionne pas, mais Champlain le décrit en 1603 « comme un rocher fort haut, eslevé des deux costez, où il y a un trou par où les chalouppes & bateaux peuvent passer de haute mer » (Des Saunages, chap. X, éd. Biggar, t. I, p. 167). Voir aussi Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre III, chap. IX, éd. Grant, t. II, p. 419) : « Puisvimmes à l’ile percée, qui est comme un rocher fort haut élevé des deux cotez, où il y a un trou par où les chaloupes & bateaux peuvent passer de haute mer, Se de basse mer on peut aller de la grande terre à ladite ile, qui n’en est qu’à quatre ou cinq cens pas » ; et Dcnys (Description géographique et historique, t. I, éd. Ganong, p. 505) ; « L’Isle Percée est une grande roche qui peut bien avoir cinquante à soixante brasses de hauteur escarpée à pied droit des deux costez, & peut avoir de largeur trois ou quatre brasses ; de basse mer, l’on y va de terre ferme à pied sec tout autour, elle peut avoir de long trois cens cinquante ou quatre cens pas : elle a esté bien plus longue, allant auparavant jusques à 1 ’Isle de Bonne avanture, mais la mer l’a mangée par le pied ce qui la fait tomber, & j’ay veu qu’il n’y avoit qu’un trou en forme d’arcade par où une chaloupe passoit à la voille, c’est ce qui lui avoit donné le nom de l’isle Percée ; il s’en est fait deux autres depuis qui ne sont pas si grands, mais qui à present croissent tous les jours [...]. » Voir infra, Appendice II, p. 648-649.

10 Un mémoire (non daté), intitulé « Estât de la Mission des PP. Recolets de-Canada » et adressé aux supérieurs de la province de Saint-Denys en France, décrit ainsi la mission de Percé : « L’isle Percée est à l’embouchure du fleuve Saint Laurent sur le bord de la mer. Il y a en ce lieu trois ou quatre habitants et huit ou dix navires de pescheurs pendant l’esté, 2 prestres qui y ont de l’employ pendant ce temps et pendant l’hiver un religieux peut s’appliquer à la mission des Sauvages et l’autre rester en ce lieu pour les François. Frere Didace nostre charpentier y est actuellement à y faire une eglise de 50 pieds de long et des chambres pour les religieux » (dans Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 216). L’auteur du mémoire marque toutefois son inquiétude de perdre cette mission : « [...] le Seminaire ne manquera pas de nous en chasser bientost ; veu qu’ils commencent depuis 2 ans à envoyer un prestre de ce costé-là » (ibid., p. 217).

11 Ile Dieu ou île d’Yeu, petite île de l’ancienne province de Poitou et du département actuel de la Vendée (arrondissement des Sables-d’Olonne), située dans l’Atlantique entre Belle-Ile et l’île de Ré.

12 Le cap des Rosiers (48° 51’ ; 64° 12’), ainsi nommé depuis au moins le début du xviie siècle (voir Champlain, Relation de ce qui s’est passé durant l’année 1631, dans Voyages, 1632, éd. Biggar, t. VI, p. 200 : le « Cap des Rosiers, à quelque dix ou douzes lieues de Gaspey »), est situé à 120 kilomètres de Percé par voie de terre. De nombreux naufrages eurent lieu à cet endroit difficilement navigable de la côte gaspésienne, où un phare fut érigé au xixe siècle.

13 Flessingue, « belle, forte et considérable ville des Provinces-Unies, dans la Zélande [...], avec un très-bon port qui la rend fort commerçante » (Encyclopédie, vol. 6, p. 852) ; située dans l’ancienne île de Walcheren (aujourd’hui rattachée au continent). à l’embouchure de l’Escaut occidental.

14 La Rochelle, ville de l’ancienne province d’Aunis (capitale) et du département actuel de la Charente-Maritime, située sur le littoral atlantique, « avec un port des plus commodes & des plus surs » (J.-J. Expilly, « Rochelle (la) », Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, t. VI, p. 351 ). Voir infra, p. 352, n. 18.

15 Sur l’emplacement de la ville appelée aujourd’hui Percé, et non pas sur l’île elle-même.

16 Monseignat, le secrétaire de Frontenac, raconte en ces termes la destruction de l’établissement de Percé : « L’isle de Percée qui sont quelques habitations scituées à l’entrée du golfe de Saint Laurent, a esté aussy pillée d’un forban anglois cet esté [1690]. Ce lieu est le rendez vous de plusieurs navires pescheurs qui y viennent prendre de la mollüe. Il n’y avoit que sept à huit habitants avec une maison de recollets et quelques religieux. Six navires pescheurs y estoient mouillez et faisoient leur pesche dans leurs chaloupes. Ils ont esté tous pris sans resistance. Les Capitaines et la plus grande partye de l’équipage se sont sauvez avec les habitants dans le bois et se sont ensuitte rendus à Quebec en biscayennes. Leurs maisons ont esté brûlées et l’eglise des Recollets deshonorée. Quelques uns de ceux qui s’estoient sauvez s’en retournerent d’icy pour voir si les ennemis n’avoient rien laissé mais ils ont esté attaquez par l’armée angloise qui nous avoit assiégés. Ils abandonnerent leur barque et se sauverent » (« Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable en Canada depuis le Depart des Vaisseaux au mois de Novembre 1689 jusqu’au mois de Novembre 1690 », AC, C11A vol. 11, f. 22v°-23r°). Voir aussi Bacqueville de La Potherie (Histoire de l’Amerique septentrionale, t. III, p. 90) et Charlevoix (Histoire et description generale de la Nouvelle France, t. II, p. 71).

17 Selon W. F. Ganong (New Relation of Gaspesia, p. 67-68), il s’agirait de bateaux pirates anglais liés à des intérêts new-yorkais. De nombreux bateaux corsaires, anglais et français, sillonnaient les côtes pour surprendre les embarcations isolées, comme le mentionne souvent la correspondance officielle : voir, par exemple, un mémoire daté du 10-15 août 1688 et intitulé « Memoire touschant les prises qui ont esté faites par les Anglois de la Nouvelle Angleterre », dans Collection de manuscrits [...] relatifs à la Nouvelle-France, vol. 1, p. 428-431. La clause XIV du traité de neutralité signé en 1686 par la France et l’Angleterre prévoit n’accorder ni « aide ny retraitte dans les ports et les rades » et même « punir » « les pirates qui courent les mers de l’Amérique, tant septentrionale que méridionale », qui « font beaucoup de tort au commerce et causent de grands dommages aux subjets de l’une ou de l’aultre couronne » (« Traitté de neutralité conclu à Londres le 16 novembre, 1686, entre les Roys de France et d’Angleterre, touschant les pais des deux Roys en Amerique », ibid., p. 378-379).

18 D’après C.-J. d’Entremont (Nicolas Denys, sa vie et son œuvre, p. 387), « Guillaume Levasseur est le premier à avoir mentionné l’île Bonaventure », deux ans avant Champlain (Des Sauvages, chap. X). Selon Nicolas Denys, la pêche à la morue y « est aussi bonne qu’à l’isle Percée, » mais le lieu moins commode, puisqu’« il n’y a de grave que pour un navire » (Description geographique et historique, t. I, éd. Ganong, p. 506). Voir aussi « Memoire sur l’Isle Percée » : « A une lieue de cette isle Percée il y a une autre isle apellée Bonaventure qui peut avoit une lieue de long sur trois de tour ; il vient tous les ans dans les deux isles plusieurs vaisseaux de France de deux à trois cents tonneaux ou environ, pour faire la pesche de la morüe seche. Il y en avoit dix lorsque Monsieur De Meulles intendant de Canada y passa au printemps de mil six cent quatre vingt six » (1686, AC, C11D, vol. 2, f. 43r°-v° ; infra, p. 648).

19 En 1686, l’intendant de Meulles dénombrait à 1’« Ile Percée » quatre familles, totalisant vingt-quatre personnes (« Recensement fait par monsieur De Meulles, [...] de tous les peuples [...] de l’Acadie, [...] au commencement de l’année 1686 », dans B. Suite, Histoire des Canadiens-français, 1608-1880, t. VI, p. 9). Deux ans plus tard, Richard Denys de Fronsac recensait au même établissement cinq principaux résidants et leurs familles, soit en tout vingt-huit personnes (Clairambault, vol. 1016, f. 331). L’auteur anonyme de l’Histoire chronologique de la Nouvelle France, rédigée en 1689, mentionne « quatre habitants sedentaires avec leurs familles à l’isle Percée » (p. 39).

20 Le terme « iconoclastes » (étymologiquement « briseurs d’images ») désigna à l’origine les chrétiens byzantins qui, aux viiie et ixe siècles, s’opposèrent à toute représentation figurée du Christ, de la Vierge ou des saints. Ce terme s’appliqua dans la suite « à tous ceux qui se sont déclarés avec la même fureur contre le culte des images. C’est dans ce sens qu’on appelle Iconoclastes [...] les réformés » (« Iconoclastes », Encyclopédie, vol. 8, p. 487). Les réformateurs du xvie siècle répondirent en effet par la défiance aux excès du culte des images manifestés à la fin du Moyen Age. Si Luther n’exclut pas d’emblée les images religieuses et reconnaît leur utilité pour certains fidèles, Calvin, au contraire, les condamne franchement en même temps que toute la dimension extérieure de la liturgie catholique (« Images, culte des », Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, t. VII, 2, col. 1503-1519 ; « Iconoclasme », Dictionnaire de théologie catholique, t. VII, 1, col. 575-595). Sur la destruction des images en Angleterre, voir J. Phillips, The Reformation of Images : Destruction of Art in England, 1535-1660 ; en France, voir O. Christin, Une révolution symbolique : l’Iconoclasme huguenot et la reconstruction catholique.

21 Traduction : « Sainte Marie, prie pour nous ; saint Pierre, prie pour nous ».

22 Aujourd’hui le mont Sainte-Anne (48° 31’ ; 64° 14’).

23 « Le roi Balthasar donna un grand festin pour ses seigneurs, qui étaient au nombre de mille, et devant ces mille, il but du vin. Au goût du vin, Balthasar ordonna d’apporter les vases d’or et d’argent que son père Nabuchodonosor avait ravis au sanctuaire de Jérusalem, pour y faire boire le roi, ses seigneurs, ses concubines et ses chanteuses. On apporta donc les vases d’or et d’argent pris au sanctuaire du Temple de Dieu à Jérusalem, et y burent le roi, ses seigneurs, ses concubines et ses chanteuses. Ils burent du vin et firent louange aux dieux d’or et d’argent, de bronze, de fer, de bois et de pierre » (Daniel, 5, 1-4). À l’instant même de cette profanation, une main humaine écrivit sur le mur du palais des mots que seul Daniel parvint à interpréter. Il prédit alors au roi de Babylone la fin de son règne et la disparition de son royaume. Dès la nuit suivante, Balthasar fut tué et le Mède Darius s’empara de son royaume.

24 Guillaume III d’Orange-Nassau : voir infra, Appendice I, p. 618-619.

25 Jacques II : voir infra, Appendice I, p. 620-621.

26 Selon Furetière (1690), « On met le St. Sacrement, l’Hostie, dans un Soleil, ou vaisseau d’argent orné de rayons pour le faire voir au peuple » ; voir aussi Académie (1695). Selon le Dictionnaire historique de la langue française (A. Rey, dir., vol. 2, p. 1390), « ostensoir » serait un dérivé savant du latin et la première mention du terme avec son sens actuel remonterait au dernier tiers du xviiie siècle. Richelet le signale toutefois dès 1680 comme un régionalisme : « Monsieur Tiers en parlant de la frequente exposition du S. Sacrement apelle ce soleil un ostensoir, mais Monsieur Tiers est de province & c’est tout dire. »

27 Commencée en 1683 ou en 1684, l’église de Percé fut probablement terminée en 1687 (père Hugolin [Lemay], L’Etablissement des récollets à l’isle Percée, 1673-1690, p. 25-28). Dans Premier Etablissement de la foy, Leclercq la décrit « fort belle pour le lieu, ornée de Tableaux & de tous les Ornemens necessaires » (t. II, p. 127).

28 La mission de l’île Bonaventure, « succursale de Percé », avait « une petite chapelle dédiée à sainte Claire » (père Hugolin [Lemay], L’Etablissement des récollets à liste Percée, 1673-1690, p. 30).

29 Une pareille manifestation de violence contre tous les symboles « catholiques » se retrouve aussi dans le pillage de Port-Royal, comme le raconte un « Journal de l’expedition » publié à Boston en 1690 et reproduit en traduction française dans le Rapport sur les travaux de la Division des archives du Canada pour l’année 1912 (A. G. Doughty, édit., p. 55) : « Ce matin [...] nous avons renversé la croix, pillé l’église, démoli le maître-autel et brisé les images. » Voir aussi une « Lettre de Monsieur de Meneval au Ministre », écrite de Port-Royal, le 29 mai 1690 (Collection de manuscrits [...] relatifs à la Nouvelle-France, vol. 2, p. 10-11) : « Leur attachement particulier [des attaquants anglais] a esté d’abattre et de destruire l’Eglise et touttes les marques de nostre religion et l’authorité du Roy dans cette colonie [...]. » Dans sa lettre du 10 mai 1691, l’intendant Champigny sollicitera du roi un dédommagement pour les pertes subies au cours du saccage : « Les Recolects de la Nouvelle France supplient Sa Majesté de leur accorder quelque aumosne en consideration de la perte qu’ils ont faite le 18. septembre dernier à la descente des Anglois clans les isles Percée et Bonnaventure où les ornemens de l’eglise et les vases sacrez ont esté enlevez, et leur eglise et convent reduits en cendre » (« Résumé d’une lettre de Champigny », AC, C11A, vol. 11, f. 203-204v°). Un document daté du 17 mars 1692 mentionne que le roi accordait aux récollets « cinq cent livres seulement » pour les « dedomager des vases sacrés que les Anglois [leur] avoient pris à l’Isle Percée » (« Extrait des intentions du Roy, signifiées par Mr. de Ligny pour nos missions », dans Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 238-239).

30 Faisant partie de la flotte de Phips, ces navires venaient vraisemblablement de Boston pour se porter à l’attaque de Québec.

31 Maintenant Saint-Pierre-de-la-Malbaie (48° 39’ ; 64° 16’), qui fait partie de la ville de Percé.

32 L’île d’Yeu (voir supra, p. 208, n. 11).

33 Sur les projets de conquête de la Nouvelle-France par l’Angleterre et les colons américains, voir supra, Introduction, p. 79-84.

34 Les Hébreux asservis par les pharaons (Exode, 1) quittèrent l’Egypte sous la conduite de Moïse. Dieu ouvrit la mer devant le peuple d’Israël poursuivi par les Egyptiens, qui furent submergés par les flots refluants (Exode, 12, 29 - 14, 30).

35 Frontenac avait commencé son second mandat comme gouverneur général de la Nouvelle-France en 1689, un an avant la destruction de la mission de l’île Percée.

36 Leclercq fait allusion à la défaite de l’amiral Phips, qui avait tenté de prendre Québec en octobre 1690 ; il y reviendra dans les dernières pages de son Premier Etablissement de la foy (t. II, p. 421-444). Sur ce siège de Québec par Phips, voir Lahontan, Nouveaux Voyages, dans Œuvres complètes, p. 457-467.

37 Saint Pierre (voir supra, p. 212), chef des apôtres, premier des Douze, suivant la tradition principalement inspirée de l’Evangile selon saint Matthieu. « Prince, se dit figurément de ceux qui ont été les premiers, les plus excellents en certaines choses. St. Pierre & St. Paul sont les Princes des Apostres » (Furetière, 1690 et 1727). Le choix de saint Pierre comme titulaire de l’église de Percé serait « doublement motivé, d’abord par le nom de Pierre Denis [de La Ronde], ancien seigneur du lieu, s’il ne l’était encore, et bienfaiteur des Récollets et leur introducteur à Percé ; aussi, par le patronage traditionnel de saint Pierre sur les pêcheurs » (père Hugolin [Lemay], L’Etablissement des récollets à l’isle Percée, 1673-1690, p. 27 ; aussi O. Jouve, Le Frère Didace Pelletier, récollet, p. 151 ; R. Bacon, « Frère Didace Pelletier », DBR, p. 761-775).

38 Le Premier Etablissement de la foy ne traite nulle part de ce sujet.

39 Amable Auroy (voir supra, p. 204, n. 62). J. G. Shea (Leclercq, First Establishment of the Faith, t. I, p. 26) allègue, à travers une citation incorrectement traduite dAntoine Arnaud, qu’à la suite de la publication du Premier Etablissement de la foy et des démarches entreprises par les jésuites pour faire supprimer l’ouvrage, « The bookseller was for a time under arrest for his book, but when it was shown that there was nothing in it to be gainsaid the book passed and has ever since sold freely ». Le texte original de La Morale pratique des jésuites porte plutôt : « Pendant quelque temps le Libraire a appréhendé pour son Livre ; mais lorsqu’on a fait voir qu’il n’y avoit rien à redire, le Livre a passé, & il s’est toujours depuis vendu librement » (Œuvres de Messire Antoine Arnauld, t. XXXIV, p. 720 ; c’est nous qui soulignons).

40 Voir supra, p. 212, n. 28.

41 François de Laval (1623-1708), nommé evêque in partibus de Pétrée et vicaire apostolique de la Nouvelle-France en 1658, désigné par le roi au futur évêché de Québec en 1662, sacré évêque de Québec après l’institution canonique du diocèse en 1674. En France de 1671 à 1675, il confia à ses grands vicaires l’administration religieuse de la colonie pendant son absence. C’est Henri de Bernières qui, en 1672, consentit en son nom à l’établissement des récollets à l’île Percée : « Messieurs Denis [de La Ronde] & Bazire, Seigneurs proprietaires de l’Isle Percée dans le Golphe de saint Laurent, demanderent un Recolet pour y établir une Mission ; [...] Monsieur l’Evêque de Petrée étoit alors en France : Monsieur de Bernières, son grand Vicaire sur les lieux, aprés plusieurs difficultez, fut enfin obligé de se rendre à l’authorité de Monsieur le Gouverneur [Frontenac] qui l’ordonnoit pour le service du Roy ; Le Pere Exuper Dethune fut choisi & agreé ; il partit avec la famille de Monsieur Denys au mois de May 1673 » (Leclercq, PEF, t. II, p. 103-104 ; A. Vachon, « Laval, François de », DBC, t. II, p. 374, 377-383 ; N. Baillargeon, Le Séminaire de Québec sous l’épiscopal de Mgr de Laval, p. 50).

42 Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau (1622-1698), lieutenant général et gouverneur de la Nouvelle-France de 1672 à 1682 et de 1689 à 1698. Les lettres royales confirmant l’autorisation donnée aux récollets de s’établir à l’île Percée désignent en effet Frontenac comme celui de qui ces religieux tenaient cette permission depuis 1672 : « Les relligieux recolets de nostre pays de la Nouvelle France Nous ont tres humblement fait remonstrer qu’ils se sont depuis six ans establis sous nostre bon plaisir à l’Isle Percée & au fort Frontenac suivant la permission quy leur a esté accordée par le sieur comte de Frontenac, Gouverneur & Lieutenant general audit pays, & d’autant qu’ils ont besoin de nos Lettres pour confirmer cet establissement, ilz nous ont très humblement fait supplier de leur accorder » (dans Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 192). Pour Colbert, l’envoi de récollets en Nouvelle-France dans les années 1670 devait servir à contrebalancer l’influence trop grande que les jésuites y avaient acquise ; Frontenac favorisa les visées du ministre (et les siennes propres) en attribuant à ces religieux des postes qui du coup échappaient aux membres de la Compagnie de Jésus. Le gouverneur agissait en outre « au nom & comme protecteur & premier sindic des R. P. Recollets de ce pays » (W. J. Eccles, Frontenac, the Courtier Governor, p. 72-73).

43 Pourtant, au chapitre XI, Leclercq écrira : « les RR. PP. Jesuites, qui ont cultivé avec tant de ferveur & de charité, les Missions qu’ils avoient autrefois au Cap Breton, Miscou & Nipisiguit, où nos Gaspesiens resident encore aujourd’hui » (infra, p. 393). Ce sera, il est vrai, pour ajouter immédiatement qu’ils « ont trouvé à propos de les abandonner, pour en établir d’autres aux Nations éloignées, & situées au haut du fleuve Saint Laurent, dans l’esperance d’y faire des progrez plus considerables ». Les jésuites s’étaient en outre souvent rendus en « mission volante » à l’île Percée, « à dessein d’assister tant les Sauvages, que les equipages de[s] Navires François » qui venaient chaque été faire la pêche à cet endroit : voir, par exemple, Jacques de La Place, qui mentionne avoir fait « deux Missions [...] à l’Isle Versée » (Relation de 1645-1646, JR, vol. 30, p. 138, 142) ; Paul Ragueneau, qui consigne en juillet 1651 le départ du père Jacques Buteux pour « Gaspé » et « l’isle percee » (Journal des jésuites, 1651, JR, vol. 36, p. 132) ; et André Richard, qui signale sa propre présence à « l’Isle percée » au printemps 1662, auprès de « Sauvages de Gaspé » et de « François, qui estoient là en pescherie » (Relation de 1661-1662, JR, vol. 47, p. 240 et 234).

44 L’« Estat de la seigneurie de l’Isle de percée et dependances » que dressa Pierre Denys en septembre 1676 mentionne la présence sur les lieux de son frère Simon-Pierre Denys de Saint-Pierre, de son fils Simon-Pierre Denys de Bonaventure, de son « petit cadet » Jacques Boisel, d’un marin nommé Pierre Filtoupier et d’un certain Lespine et de sa femme. Les deux premiers étaient vraisemblablement absents à l’automne et à l’hiver précédents, sans quoi Leclercq les aurait sans doute désignés nommément. Mais les trois autres étaient peut-être déjà sur place en octobre 1675. Le dernier —Vincent Chateigne, dit Lespine — figure toujours comme résidant de l’île Percée dans les recensements de 1686 (De Meulles) et de 1688 (Denys de Fronsac). Voir W. F. Ganong, « Richard Denys, Sieur de Fronsac, and His Settlements in Northern New Brunswick », Collections of the New Brunswick Historical Society, vol. 3, n° 7, 1907, p. 19-20, 32-33 ; père Hugolin [Lemay], L’Etablissement des récollets à l’isle Percée, 1673-1690, p. 10, n. 1).

45 Un inventaire des lieux dressé par Pierre Denys, le 15 septembre 1676, recense à Petite Rivière : « Un logis suffisant pour quinze personnes. / Un magasin pour les vivres et ustanciles de barque et de chalouppe. / Une grange et une Estable pour 20 bestes à corne, 30 arpens de terre découverte. / Une cour de deux arpens et un jardin d’un arpent le tout clos de pieux debout. / 20 bestes à corne etc. » (« Estat de la seigneurie de l’Isle de percée et dependances », dans père Hugolin [Lemay], L’Établissement des récollets à l’isle Percée, 1673-1690, p. 9-10). Les récollets y reçurent peu après des associés Bazire, La Chesnaye et Denys de La Ronde « une habitation de quatre arpents de terre de front sur quarante de profondeur », en plus de la « petite maison seize à l’Isle Percée proche la grève où lesdits Révérends Peres sont desjà establis, avec un arpent de terre en quarré pour leur faire un jardin » (ibid., p. 23, n. 1 ; Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 190).

46 Pierre Denys de La Ronde : voir infra, Appendice I, p. 613-614.

47 W. F. Ganong (New Relation of Gaspesia, p. 79, n. 1) pense qu’il s’agit de Vincent Chateigne, dit Lepine.

48 Traité du jugement dernier, nu Procez criminel des réprouvés, accusés, jugés et condamnés de Dieu selon tes formalités de la justice, Paris, D. Thierry, 1671 ; 3e éd., 1692.

49 Hyacinthe Le Febvre, prêtre, récollet ; deux fois provincial de la province de Saint-Denys à Paris (1674-1677, 1683-1686) et deux fois provincial de la province de Saint-Antoine en Artois (1677-1680, 1680-1683), préfet des missions de la Louisiane ( 1685). Il est aussi l’auteur d’une Histoire chronologique de la province des Recollets de Pans (Paris, D. Thierry, 1677) et de nombreux traités théologiques (Leclercq, PEF, t. II, p. 273-274 ; Hennepin, Description de la Louisiane, p. 16 ; Anonyme, « Les récollets et Cavelier de La Salle », BRH, vol. 43, n° 6, 1937, p. 190 ; R. Bacon, « Père Hyacinthe Le Febvre », DBR, p. 593-594).

50 L’expression « langue Algomquinne » peut désigner ici l’algonquin, mais peut aussi renvoyer plus largement à l’appellation moderne « langue algonquienne ».

51 L’hiver était la principale saison pour la chasse chez les Micmacs : la « Chasse se fait entr’eux principalement l’Hiver. Car tout le Printemps & l’Eté & partie de l’Automne ayans du poisson abondamment pour eux & leurs amis, sans se donner de la peine, ilz ne cherchent gueres autre nourriture. Mais sur l’Hiver lors que le poisson se retire sentant le froid, ilz quittent les rives de mer, & se cabannent dans les bois lâ où ilz sçavent qu’il y a de la proye » (Lescarbot, Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XX, éd. Grant, t. III, p. 422). Biard situe plus précisément « de Fevrier [...] jusques à la my-Mars [...] la grande chasse des Castors, loutres, orignacs, ours (qui sont fort bons) & des caribous », dont le succès dépendait étroitement de la quantité de neige accumulée et des conditions climatiques (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 78 ; cf. infra, chap. VI, p. 296). L’abondance relative des ressources alimentaires pendant le reste de l’année rendait moins nécessaire la pratique de la chasse, mais ne l’excluait ni au printemps (voir infra, chap. VI, p. 292 ; chap. XVIII, p. 537, 539), ni à l’été (voir infra, chap. XVIII, p. 527, 531), ni, surtout, à l’automne, alors qu’avait lieu, en octobre et en novembre, « la seconde chasse des castors Se des eslans » (Biard, op. cit., p. 80-82 ; Lescarbot, La Conversion des Sauvages, 1610, JR, vol. 1, p. 82-84 ; Relation derniere, 1612, JR, vol. 2, p. 184 ; Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XXI, éd. Grant, t. III, p. 427 ; Denys, Description géographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 594-597). Sur le cycle annuel de subsistance des Micmacs, voir B. G. Hoffman, « The Historical Ethnography of the Micmac », p. 153-154 ; F. Passchier, Le Système économique micmac, p. 47 ; et P. L. Nietfeld, « Determinants of Aboriginal Micmac Political Structure », p. 307-319.

52 Alors que l’abondance des ressources du milieu côtier faisait se rassembler les Micmacs en bordure du littoral, du printemps à l’automne, la raréfaction de la nourriture à l’approche de l’hiver les forçait à s’éloigner des côtes et à pénétrer vers l’intérieur des terres pour assurer leur subsistance. Voir, par exemple, Lescarbot (La Conversion des Sauvages, 1610, JR vol. 1, p. 82) : « venant le Printemps ils [les Souriquois] se divisent par troupes sur les rives de mer j [u] sques à l’Hiver, lequel venant, par ce que le poisson se retire au fond des grandes eaux salées, ilz cherchent les lacs & ombres des bois, où ilz pechent les Castors, dont ilz vivent, & d’autres chasses, comme Ellans, Caribous, Cerfs, & : autres animaux moindres que ceux-là » ; et Raudot (Relation par lettres de l’Amerique seplentrionalle, p. 204) : « Les Mikemacs et Gaspésiens ne sont qu’une même nation ; [...] ils habitent pendant l’été le bord des côtes pour y vivre de gibier et de poisson qui y est en abondance ; ils entrent l’hiver dans les terres et y subsistent de la chasse et de la pesche qu’ils font dans les lacs. »

53 L’algonquin et le micmac font tous deux partie de la famille linguistique algonquienne et proviennent d’un ancêtre commun hypothétique : le proto-algonquien. Mais alors que l’algonquin, langue algonquienne du Centre, classée comme membre du complexe ojibwé, serait issu directement de l’évolution du proto-algonquien, le micmac, comme toutes les autres langues algonquiennes de l’Est, serait né d’une différenciation préalable du proto-algonquien en proto-algonquien de l’Est. La division entre le proto-algonquien et le proto-algonquien de l’Est remonterait à très loin dans le temps et l’évolution autonome des deux branches aurait rendu pratiquement impossible l’intercompréhension, par leurs locuteurs respectifs, des langues issues de l’une et de l’autre. Si « Algomquin », par contre, désignait sous la plume de Leclercq non pas la langue algonquine mais une langue algonquienne, il aurait été possible que les Micmacs comprennent au moins partiellement la langue en question s’il s’était agi d’une langue algonquienne de l’Est — l’abénaquis, par exemple. Les langues nées du proto-algonquien de l’Est se sont différenciées il y a environ deux mille ans et ont en effet conservé entre elles un degré de similarité suffisant pour permettre une intelligibilité mutuelle relative (I. Goddard, « Eastern Algonquian Languages » et « Central Algonquian Languages », dans B. G. Trigger, dir., Handbook of North American Indians, vol. 15 : Northeast, p. 70 et 583 ; R. A. Rhodes et E. M. Todd, « Subarctic Algonquian Languages », dans J. Helm, dir., Handbook of North American Indians, vol. 6 : Subarctic, p. 52).

54 Voir infra, p. 308-310, 314-319.

55 Pendant la seconde motié du xviie siècle, la région de Percé était un centre de pêche très actif. Nicolas Denys raconte y avoir vu « jusques à unze navires pescheurs qui ont tous chargé de moluë » (Description geographique et historique, t. I, éd. Ganong, p. 506). Plusieurs navires pouvaient y mouiller : « tous ceux qui y viennent faire leur pesche mouillent l’ancre à l’abry de cette Isle, à une longueur ou deux de cable d’icelles, il y a trois ou quatre brasses d’eau, en s’éloignant on trouve toujours plus de profondeur : ils sont tous ancrez à quatre cables, & mettent des flottes ou pieces de bois de cedre à leurs cables pour les supporter crainte des roches qui sont au fonds, quand le mauvais temps vient de la mer, qui porte sur l’isle la houlle qui donne contre & fait une ressaque qui retourne contre les navires, qui empesche que les cables ne travaillent ; à la longueur de quatre à cinq cables de l’isle, il y a trois roches qui couvrent de pleine mer, & la plus au large est à deux ou trois longueurs de cable de la terre : ces rochers là rompent encore la mer, qui fait qu’elle n’en est pas si rude » (ibid., p. 227-228). Voir également Relationale 1661-1662 (JR, vol. 47, p. 220), Relationale 1664-1665 (JR vol. 49, p. 222) et « Lettre du P. Jean Enjalran à —. De Sillery ce 13e octobre 1676 » (JR vol. 60, p. 116-118). En 1686, l’intendant de Meulles le décrit comme le lieu « le plus estimé pour la pesche du poisson sec. Il est scitué à six vingt lieües de Quebec, et à quatre vingt de l’entrée du golfe Saint-Laurens, ce qui fait à peu prez les deux cent lieues de fleuve jusques à Quebec » (« Memoire sur l’isle Percée », 1686, infra. Appendice II, p. 648).

56 Ce dictionnaire est aujourd’hui perdu, brûlé peut-être dans l’incendie de la maison centrale des récollets de Québec qui, en 1796, détruisit leurs archives (père H. Biais, cité par j. Leralu, « L’œuvre de Chrestien Leclercq », p. 17).

57 Le couvent de Notre-Dame-des-Anges, du nom donné par saint François à la première maison de son ordre, fut construit sur le bord de la rivière Saint-Charles en 1620, du temps de la première mission des récollets en Nouvelle-France (1615T629). À leur retour à Québec, en 1670, les religieux réintégrèrent leurs terres et bâtirent un nouveau monastère, à peu près sur l’emplacement de l’ancien, « detruit par la succession du temps » (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 111-113, 199-200 ; Sagard, Histoire du Canada, livre I, chap. VI, éd. Tross, p. 66-70). Plusieurs constructions s’ajoutèrent par la suite au bâtiment initial : en 1678, « on ajoûta une tres-belle Chapelle en rond-point à [l’]Eglise de Nostre-Dame des Anges, & l’année suivante une grande Sacristie par le bas, & un Chœur au dessus pour chanter l’Office Divin, un grand Dortoir de pierre qui fût achevé les années suivantes avec tous les Offices reguliers, & un grand Cloistre, en sorte que l’on peut dire que cette maison avec tous ses accompagnemens, [était] une des plus regulieres, des plus belles, & des plus commodes ; la situation du lieu luy donnant d’ailleurs tous les agrémens que l’on peut souhaiter » (Leclercq, PEF, t. II, p. 128). Dans sa longue lettre de 1688 sur l’état de l’Église au Canada, Mgr de Saint-Vallier confirme : « Le Convent des Recollets s’appelle Nôtre-Dame des Anges ; le lieu est agreable, c’est la promenade de la Ville la plus belle, & on y va souvent par devotion en pelerinage » (Estat present de l’Eglise, p. 18). L’évêque achètera le couvent en 1692 pour y établir l’Hôpital général.

58 Arrivé à Québec à la fin d’août ou au début de septembre 1675, Leclercq rentra définitivement en France en décembre 1686 ou en janvier 1687.

59 S’inspirant de Pline (Histoire naturelle, VI, 36), Lescarbot écrivait : « Tant s’en faut qu’ilz soient velus, comme quelques uns pourroient penser. Cela appartient aux habitans des isles Gorgades, d’où le Capitaine Ano Carthaginois rapporta deux peaux de femmes toutes veluës, lesquelles il mit au temple de Junon par grande singularité » (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. IX, éd. Grant, t. III, p. 377). Voir aussi Sagard, qui reprend le même passage de Pline : Histoire du Canada, livre II, chap. XXIII, éd. Tross, p. 354 ; Le Grand Voyage, livre I, chap. XIV, éd. Warwick, p. 221-222. Un texte en grec (ive ou iiie siècle av. J.-C), communément appelé « Périple d’Hannon », raconte que le roi carthaginois Hanon, avec une flotte de soixante navires, franchit le détroit de Gibraltar et descendit le long de la côte occidentale africaine jusqu’au golfe de Guinée, où, dans l’estuaire du fleuve Cameroun, il vit des « gorilles ». Les Carthaginois attrapèrent trois femelles dont ils rapportèrent les peaux à Carthage (§ 18, trad. de J.-G. Demerliac et j. Meirat, dans Hannon et l’empire punique, p. 146).

60 Le faible développement du système pileux chez les Amérindiens retenait d’autant plus l’attention des Européens que ces derniers avaient longtemps associé à l’idée d’« Hommes Sauvages » des êtres couverts de poils. Voir, par exemple, Sagard (Histoire du Canada, livre II, chap. XXIII, éd. Tross, p. 354) : « Ce sont des merveilles de la nature, qui ont donné l’opinion à plusieurs que tous les Sauvages estoient velus, bien qu’ils le soient moins naturellement que les personnes de Ceux qui ont dépeint les Sauvages velus comme des Ours, n’en avoient jamais vû, car il ne leur paroît ni poil, ni barbe, en nul endroit du corps » ; Lafitau (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. I, p. 103-104) : « L’idée qu’on se formoit autrefois des Sauvages, étoit d’une espece d’hommes nuds, couverts de poil, vivans dans les bois sans societé comme des bêtes [...]. On étoit alors dans une grande illusion. Les Sauvages, à l’exception des cheveux & des sourcils, que quelques-uns même ont soin d’arracher, n’ont pas un poil sur le corps, & s’il leur en vient quelqu’un, ils en ôtent de bonne heure jusqu’à la racine. » Sur la représentation de l’« homme sauvage » au Moyen Age, voir F. Tinland, L’Homme sauvage, p. 41-42 ; C. Kappler, Monstres, démons et merveilles à la fin du Moyen Age, p. 160-165 ; F.-M. Gagnon, Ces hommes dits sauvages, p. 28-32.

61 Les Amérindiens avaient en général la barbe peu fournie et s’arrachaient les poils du menton et des joues, conformément à une esthétique opposée à celle des Européens de l’époque. Voir Biard (Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 72) : « Ils n’ont point de barbe, autant peu les hommes que les femmes, hormis quelques uns plus robustes, & virils. Souvent ils m’ont dit, que nous leur semblions du commencement fort laids, avec nos cheveux, aussi bien sur la bouche que dessus la teste : mais peu à peu ils s’accoustument, & nous commençons à ne plus leur paroistre si difformes » ; Lescarbot (Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. IX, éd. Grant, t. III, p. 377) : « La barbe du menton [...] leur est noire come les cheveux. Ils en otent tous la cause productive, exceptez les Sagamos, lesquelz pour la pluspart n’en ont qu’un petit. Membertou en a plus que tous les autres, & neantmoins elle n’est touffue, comme ordinairement elle est aux François » ; Sagard (Histoire, du Canada, livre II, chap. XXIII, éd. Tross, p. 349-350 ; Le ; Grand Voyage, livre I, chap. XII, éd. Warwick, p. 221) : « [...] ils ont la barbe & le poil tellement en horreur qu’ils n’en peuvent souffrir un seul petit brin ailleurs qu’à la teste, se l’arrachent & en ostent mesme la cause productive, de maniere qu’on ne peut presque discerner le visage d’un homme d’avec celuy d’une femme [...]. Et non seulement ils avoient une si mauvaise opinion de la barbe & des barbus, mais ils nous vouloient mesme persuader d’arracher la nostre, quoy que fort courte, & nous disoient que nous en serions de beaucoup plus beaux & aggreables en nostre conversation. » Voir aussi « Lettre du Pere Charles L’Allemant [...] Au Pere Hierosme l’Allemant son frère », 1626 (JR, vol. 4, p. 204) ; Relation de 1657-1658 (JR, vol. 44, p. 286) ; L. Nicolas, « Histoire naturelle des Indes occidentales », f. 32 ; et Diéreville, Voyage du Port Royal, éd. Doiron, p. 295. Ironiquement, le port de la barbe et la pilosité corporelle relativement prononcée des Européens auront pu les faire paraître aux Amérindiens « velus comme des ours », ainsi que les Européens eux-mêmes s’étaient autrefois figuré les « Sauvages » : « l’idée, qu’on se formoit autrefois en Europe des Sauvages, qu’on y représentoit comme des Hommes tout velus, non-seulement ne leur convient en aucune manière, mais est précisément celle, qu’ils ont d’abord euë de nous, parce qu’ils crurent que nous avions tout le corps, comme le menton & l’estomach » (Charlevoix, Histoire et description, t. III, éd. Berthiaume, p. 632).

62 Presque tous les observateurs européens ont noté chez les Amérindiens la générosité et l’amour des enfants. Leclercq reviendra sur le sujet : voir infra, chap. V, p. 277-278 ; chap. VI, p. 295 ; chap. XIV, p. 457 ; chap. XV, p. 473.

63 Se souvenant des « Cannibales » de Montaigne (Essais, livre I, chap. XXXI), Lescarbot utilisait déjà le même type d’introduction : « De sorte que si nous les appelions communement sauvages, c’est par un mot abusif, & qu’ilz ne meritent pas, n’étans rien moins que cela, ainsi qu’il se verifiera par le discours de cette histoire » (Histoire de la Nouvelle-France, livre I, chap. I, éd. Grant, t. I, p. 230).

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search