Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

À madame la princesse d’Epinoy

Texte intégral

  • 1 Tout au long de cette épître, Leclercq joue sur la double appartenance de la princesse d’Épinoy au (...)
  • 2 Leclercq fait ici allusion, comme l’indique la suite du texte, à la « découverte » du Canada par J (...)

1Ne soïez pas surprise, si je prens la liberté de vous presenter, & de donner au Public, sous les auspices favorables de vôtre illustre Nom1, la Nouvelle Relation de la Gaspesie ; puisqu’elle vous est dûë legitimement, & qu’il est également de son devoir & de sa reconnoissance, de vous offrir, par l’un de ses Missionnaires, ce qu’elle a de plus religieux devant Dieu, & de considerable devant les hommes, pour s’acquiter aujourd ‘hui des étroites obligations dont elle est redevable depuis plus d’un siecle2, à la pieté de vos Ancêtres, d’avoir été soumise aux Loix de l’Eglise, & du plus grand Monarque de l’Univers, par les applications de leur zele pour le service de l’Etat & de la Religion.

  • 3 François Ier envoyait Cartier « faire le voyage de ce royaume es Terres Neufves pour descouvrir ce (...)
  • 4 Cartier disposait de deux navires lors de son premier voyage d’exploration, de trois lors du secon (...)
  • 5 On ne sait rien des propriétaires des navires « au service du roi » et vraisemblablement marchands (...)
  • 6 On n’a pas retrouvé la commission relative au premier voyage de Cartier, vraisemblablement établie (...)
  • 7 Représentées en relief sur l’écusson placé au centre des croix de Gaspé et du fort de Sainte-Croix (...)
  • 8 Leclercq confond de nouveau la première et la seconde expédition de Cartier au Canada. C’est lors (...)
  • 9 C’est la croix érigée le 3 mai 1536 au fort de Sainte-Croix, près de Stadaconé, qui portait cette (...)

2En effet, Madame, la verité de l’Histoire nous apprend, que Monsieur Philippe Chabot*, Comte de Buransais & de Chargny, Seigneur de Brion, & Grand Amiral de France, qui vivoit plein d’honneur & de gloire sous le Regne de François Premier ; voulant fraïer les roules aux Predicateurs de la Foy3, dans un Païs où elle n’avoit jamais été annoncée ; donna genereusement à Jacques Cartier* avec ses Commissions, trois navires4 équipez à ses frais & dépens5, munis de tout ce qui étoit necessaire pour en faciliter les premieres découvertes,&jetter les fondemens de cette florissante Colonie de la Nouvelle France, que l’on voit aujourd’hui si bien établie dans le Canada ; & transpirant clans le cœur de ce fameux Pilote, une partie de cette noble ardeur, si commune & si naturelle à tous ceux de vôtre Maison, d’amplifier & d’étendre la gloire de Jesus-Christ & de nos Rois, il luy commanda d’y arborer la Croix6, les Fleurs-de-lys7, & cette celebre Inscription, qui acquit à la Monarchie Françoise plus de deux mille lieuës de ces vastes Contrées, l’année 15358. le sixiéme Juillet, qu’elle parut pour la premiere fois dans la Gaspesie, & peu de jours aprés sur les rivages & les côtes du Fleuve de Saint Laurent, en ces termes : Franciscus Primus, Dei gratiâ, Rex Francorum, regnat9.

  • 10 Cartier souligne les « admyradtions » d’Iroquoïens, venus de Stadaconé faire leurs pêches à Gaspé, (...)
  • 11 Voir infra, p. 343-356.
  • 12 Allusion au discours de l’apôtre Paul à l’Aréopage, à Athènes : « Athéniens, à tous égards vous êt (...)
  • 13 Quelques représentants de la maison de Melun se sont illustrés pendant les croisades, mais certain (...)
  • 14 Guillaume de Melun suivit Hugues Ier le Grand, comte de Vermandois, à la première croisade (1096-1 (...)

3C’est ainsi, Madame, que toute la France est redevable à vôtre auguste Maison, de la conquête de ce nouveau Monde, & que par un effet singulier de la divine Providence, nos Sauvages Gaspesiens virent, avec autant de joie que de surprise10, dans leur Païs, une Croix semblable à celle qu’ils adoroient sans la connoître : Ils la figuroient & la portoient religieusement dessus leur chair & dessus leurs habits ; elle presidoit dans leurs Conseils, dans leurs Voïages, & dans les Affaires les plus importantes de la Nation : leurs Cimetieres paroissoient plûtôt Chrêtiens, que Barbares, par le nombre de Croix qu’ils faisoient mettre dessus leurs tombeaux11 ; en un mot, c’étoient, Madame, des Atheniens12 d’un nouveau Monde, qui rendoient kur hommage & leur adoration à la Croix d’un Dieu qui leur étoit inconnu, dans le tems-même que les Princes d’Epinoy & de Melun13 entreprenoient genereusement les voïages les plus celebres de la Terre-Sainte, avec Saint Louis & nos autres Rois14 de France, pour la retirer de l’opprobre où elle étoit parmi ces Nations Infideles, & la faire adorer par tout le Monde.

  • 15 Seul Guillaume de Melun reçut ce surnom : « Guillelmus [...] ideo Carpentarius cœpit cognominari q (...)
  • 16 Personnage biblique. Prêtre et juge des Israélites, Éli avait deux fils qui profanaient leur fonct (...)
  • 17 La maison de Melun porte d’azur à sept besants d’or posés trois, trois et un, au chef d’or (J.-B. (...)

4Animez de l’esprit de Saint Paul, ces Grands Hommes, Madame, ne vouloient point, avec cet Apôtre de Jesus-Christ, d’autre gloire, que celle qu’ils recherchoient avec empressement dans la Croix du Fils de Dieu : & ne comptant pour rien ni le grand nombre des Victoires qu’ils avoient remportées sur les Ennemis de la Foi, ni ces faits d’Armes héroïques qui leur acquirent le surnom de Charpentiers15, à cause de la force victorieuse de leur bras, & de la pesanteur de leurs coups ; ils se faisoient principalement honneur de se croiser avec les plus Braves du Roïaume ; portoient publiquement ce sacré Signe de nôtre Salut, comme la marque éclatante de leur Christianisme ; faisoient leur Testament, & disposoient de leur Maison avant leur départ pour la Conquête de la Terre-Sainte, dans le dessein d’y être Martyrs, ou d’y faire regner Jesus-Christ : c’étoient des Heli16, qui mouroient à tout moment de regret, de voir cet Arche d’alliance en la puissance de ces Philistins indomptables ; & ils vouloient enfin, qu’elle fût gravée dessus leur Mausolée, avec les Armes17 de vôtre Maison, pour marquer à toute la Posterité, qu’ils se mettoient encore aprés la mort sous la protection de la Croix du Fils de Dieu, dont ils avoient durant la vie soutenu les interêts, avec tant de zele & de gloire.

  • 18 « Le premier de la maison de Melun, dont le nom soit connu, & depuis lequel la suite des vicomtes (...)
  • 19 La naissance du christianisme en France remonte à la conversion de Clovis Ier (v. 466-511), roi de (...)
  • 20 Grégoire de Tours (v. 538-594), historien, évêque de Tours (573), auteur de recueils hagiographiqu (...)
  • 21 Le mariage de Clovis et Clotilde est raconté dans l’Historia Francorum (II, § 28), mais le personn (...)
  • 22 Le genre du mot « comté » n’était pas fixe en ancien français : ce flottement provient de l’analog (...)
  • 23 L’attribution du comté de Melun à Aurélien en reconnaissance de ses services ne figure qu’au Liber (...)
  • 24 Tous les généalogistes de la maison de Melun soulignent la « gloire » de ses alliances. Quelques-u (...)
  • 25 La maison de Melun compte de nombreux archevêques (de Sens : Guillaume [1315], Philippe [1338], Gu (...)
  • 26 Notamment Agnès et Marie de Melun, supérieures de l’abbaye cistercienne de Notre-Dame-du-Lys (Gâti (...)
  • 27 Béthune, ville de l’ancienne province d’Artois et du département actuel du Pas-de-Calais, située p (...)
  • 28 La Bassée, ville de l’ancienne province de Flandre et du département actuel du Nord (arrondissemen (...)
  • 29 Abbeville, ville de l’ancienne province de Picardie et du département actuel de la Somme, située s (...)
  • 30 Baugé, ville de l’ancienne province d’Anjou et du département actuel de-Maine-et-Loire (arrondisse (...)

5Je passerois, Madame, les bornes d’une Epître, & je reconnois avec plaisir qu’il me faudroit de gros volumes, si je voulois rappeller ici la memoire glorieuse & triomphante de ces Illustres Heros : l’antiquité de leur Noblesse18, plus ancienne même que la naissance du Christianisme dans nôtre France19 ; au rapport de Gregoire de Tours20, qui la fait descendre de ce fameux Aurelian21, lequel ménagea le Mariage de Sainte Clotilde & du Roi Clovis, avec tant de sagesse, de conduite & de prudence, que ce grand Prince luy donna pour récompense de cet important service, la Comté22 de Melun23 avec ses dépendances : ces pompeuses & magnifiques Alliances24 de vôtre Maison, avec les Têtes couronnées, & ce qu’il y a de plus Noble & d’Auguste dans l’Europe : la profonde érudition d’un si grand nombre de sçavans Prelats25, dont les Lumieres Orthodoxes ont illustré l’Eglise de Jesus-Christ, & dissipé les tenebres & les erreurs qui vouloient la perdre, ou la corrompre : la Vertu austere & la Sainteté de tant d’Abbesses26, qui ont fondé, reformé & santifié les Cloîtres : cette Pieté & cette Misericorde si naturelle & si visible, par la fondation de tant de Convents, d’Eglises, de Chapelles, d Oratoires & d’Hôpitaux, dotez des biens de vos Ancêtres, & soûtenus, Madame, de vos propres Liberalitez, à Bethune27, à la Bassée28, à Abbeville29, à Baugé30, & dans plusieurs autres endroits du Roïaume.

  • 31 Anne de Melun : voir infra, Appendice I, p. 624.

6Je serois infini, Madame,& j’ose même dire, avec toute la franchise & la candeur que me donne mon Païs natal, il seroit inutil de faire ici le détail des Actions & des Vertus heroïques de vos Illustres Predecesseurs ; puisqu’il semble que la Nature & la Grace aïent heureusement concouru, pour reünir en vôtre Personne, tout ce que l’une & l’autre leur avoit donné de Noblesse, de Vivacité d’esprit, de Conduite, de Sagesse, de Courage, de Vertu, de Pieté, de Foi & de Religion, qui paroissent aujourd’hui avec tant d’éclat dans vôtre Illustre Personne, que vous ne vous attirez pas moins de Benedictions, que Mademoiselle de Melun31 vôtre Sœur en a reçûës, en vivant & en mourant en odeur de Sainteté, dans la pratique des Vertus les plus éminentes du Christianisme, sur lesquelles vous prenez plaisir de regler & de former toutes les Actions de vôtre vie.

  • 32 II s’agit du roi Lemouél, qui énumère les qualités et les talents de la femme parfaite, épouse, mè (...)
  • 33 Saint-Simon raconte que la liaison de la princesse douairière d’Épinoy avec Peletier de Souzy (voi (...)

7En sorte que s’il m’étoit permis de faire un défi semblable à celuy du Sage, parlant de la Femme Forte32, ce seroit, Madame, pour en trouver une qui pût imiter sur Vous, cette grandeur d’Ame & de Zele, qui vous attache inviolablement aux interêts de Dieu, de la Religion & de l’Etat ; cette elévation & cette étendue de Génie universel, qui ne vous laisse rien penser que de noble : cette Charité sans borne, qui rend vôtre cœur sensible aux miseres d’autrui ; ouvre vos mains aux liberalitez & aux profusions de vos grandes richesses, pour les soulager ; fait de vôtre Maison l’azile & le refuge des affligez ; plaide auprés du Roi & des Ministres, en faveur des miserables ; rend vôtre abord facile & aisé aux Grands & aux Petits ; vous porte à faire du bien à tout le Monde ; vous inspire cette Humilité sans bassesse, & cette sainte Fierté sans orgueil ; & vous donne enfin un Cœur selon le Cœur de Dieu, qui vous merite aujourd’hui, avec tant de justice, l’estime du plus Grand des Monarques, & la veneration de la Cour33.

  • 34 Louis de Melun, prince d’Épinoy (1673-1704), et François-Michel-Auguste de Melun, prince de Melun (...)
  • 35 En 1688, sur le Rhin, auprès du dauphin de France (voir infra, p. 625).
  • 36 Louis de Melun, prince d’Épinoy : voir infra, Appendice I, p. 624-625.
  • 37 Régiment d’infanterie française créé en 1569 et connu sous le nom de Picardie de 1585 à 1785, le p (...)
  • 38 La cavalerie de France se divisait alors en compagnies d’ordonnance et en régiments de cavalerie. (...)

8Que vôtre modestie, Madame, ne s’en offense pas : ennemie de la flaterie & de la vanité, l’on sçait que vous ne fondez vôtre Grandeur, que sur ce qui peut vous rendre agreable à celuy qui n’éleve une ame aussi Chrêtienne que la vôtre, qu’autant qu’elle s’aneantit en sa presence ; mais enfin, quand je voudrois, pour vous complaire, passer sous silence le peu que je viens de dire de tous ces rares Avantages de Nature & de Grace que vous possedez, ils n’en seroient pas moins connus de toute la Terre, par les réjallissemens & les impressions sensibles que vous en faites dans le cœur et dans l’esprit de Messieurs les Princes vos Enfans34, qui se sont distinguez dans leur premiere Campagne35, avec tant de Valeur, d’Intrepidité, de Conduite & de Sagesse, que le Roi a bien voulu confier à la bravoure de Monsieur le Prince d’Epinoy36, à l’âge de dix-huit ans, le Regiment de Picardie37, & gratifier Monsieur son Frere, d’une Compagnie de Cavalerie38, pour reconnaître & animer la Valeur de ces deux jeunes Heros, qui donnent de si bettes esperances à tous les braves du Roïaume.

  • 39 Louis, dauphin de Fiance (1661-1711), fils de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche.
  • 40 Le Grand Dauphin reçut le commandement de l’armée du Rhin en 1688, lors des premiers engagements d (...)
  • 41 « Aujourd’hui », c’est-à-dire, logiquement, entre le 25 février 1691, date de la nomination de Lou (...)
  • 42 Louis de Melun servait dans l’armée d’Allemagne. François-Michel-Auguste de Melun se trouvait vrai (...)
  • 43 Les enjeux de la guerre de la Ligue d’Augsbourg étaient bien davantage politiques que religieux, e (...)
  • 44 Voir supra, p. 193, n. 22.

9Dignes du choix de Loüis Le Grand, & saintement animez de ce zele tout de feu de leurs Genereux Ancêtres, pour la Religion & l’Etat, on les a vû courir à la Gloire, & suivre Monseigneur39 en Allemagne40, pour soutenir les mémes interêts : ils se partagent aujourd’hui41 en Flandre & sur le Rhin42, afin d’être par tout les Défenseurs des Autels43, & faire revivre avec la memoire, le Courage & le Zele des Guillaumes, des Adams44 de Melun, & des autres Heros du Christianisme, qui ont arrêté les progrez des Infideles, dompté la rebellion des Heretiques, & vaincu par tout les Ennemis de la France.

10Penetré donc que je suis, des sentimens d’un profond respect pour la Vertu d’une Mere si Glorieuse, & charmé du Zele & de la Generosité des Enfans si dignes de leur Naissance ; que dois-je faire, Madame, aprés avoir pris la confiance de vous dedier la Nouvelle Relation de la Gaspesie, pour la donner au Public sous vos auspices ? sinon d’offrir à Dieu mes Prieres, mes Vœux & mes Sacrifices, pour le conjurer instament de verser avec abondance sur vôtre Illustre Personne, la plenitude de ses Benedictions, & de conserver Messieurs les Princes vos Enfans, dans les dangers, les perils, & les hazards de la Guerre, où l’intrepidité de leur Courage, secondé d’un veritable zele de Religion, les expose à tout moment, pour la Catholicité, & le Service du premier, du plus Auguste ; & du plus Religieux Monarque du Christianisme.

  • 45 Épinoy, principauté d’Empire créée par Charles Quint en 1545, située dans l’ancienne province d’Ar (...)
  • 46 « On appelle aussi Superieur un simple Directeur au spirituel qui est commis pour diriger un monas (...)
  • 47 Peut-être s’agit-il des Sœurs-Grises, qui avaient une maison à La Bassée (voir F. Desmons, L’Épisc (...)

11Je me trouve, Madame, d’autant plus obligé à ces justes devoirs, qu’aïant l’honneur d’être non-seulement Gardien des Recollets de Lens, qui ont le bonheur d’annoncer l’Evangile de Jesus-Christ à vos Peuples de la Principauté d’Epinoy45, mais encore Superieur46 d’une Communauté aussi reguliere, & aussi zelée pour la perfection Religieuse, que celle de vos Filles de la Bassée47, dont vous êtes la Fondatrice ; nous devons tous ensemble reconnaître devant Dieu, aux pieds de ses Autels, les puissantes obligations que nous vous avons, & à toute vôtre Illustre Famille ; dans l’esperance que vôtre bonté voudra bien recevoir ce petit essai de l’Histoire de la Gaspesie, aussi favorablement qu’elle m’a reçû moi-même, lorsque j’ai eu l’honneur, à mon arrivée à Paris, de vous témoigner, comme je fais encore à present, avec tout le respect qu’il m’est possible, que je suis & serai toute ma vie, par inclination & par obligation,

12Madame,

  • 48 Les récollets se désignaient habituellement eux-mêmes sous le titre de « Frère », sans égard à la (...)

13Vôtre tres-humble & tres-obeïssant Serviteur, Frere48 Chrestien Le Clercq, Missionnaire Recollet de la Province d’Artois, & Gardien du Convent de Lens.

Extrait du Privilege du Roi49

  • 49 Le registre Enregistrement des privilèges (BNF, ms. fr. n. a. 21947, f. 57r°) consigne à la date « (...)
  • 50 Peut-être Antoine Le Menestrel, « secretaire du roy, grand audiancier de France » (père Anselme, H (...)

14Par Grace & Privilege du Roi, donné à Paris le 30. Decembre 1690. signé, par le Roi en son Conseil, Menestrel50 ; Il est permis au R. P. Chrestien Le Clercq Missionnaire Recollet, Gardien du Convent de Lens en Artois, de faire imprimer par qui bon luy semblera, un Livre intitulé Nouvelle Relation de la Gaspesie, qui contient les Mœurs & la Religion des Sauvages Gaspesiens Porte Croix, adorateurs du Soleil, & autres Peuples de l’Amerique Septentrionale, dite le Canada, durant le tems & espace de huit années consecutives, à compter du jour que led. Livre sera achevé d’imprimer pour la premiere fois : Et défenses à tous Imprimeurs & Libraires de l’imprimer, vendre & debiter, sous quelque pretexte que ce soit, même d’impression étrangere, ou autrement, sans le consentement dudit Exposant, ou de ses aïans cause ; à peine de quinze cens livres d’amende, païables par chacun des contrevenans, confiscation des exemplaires, & de tous dépens, dommages & interêts, comme il est plus amplement porté par ledit Privilege.

  • 51 L’arrêt du 8 avril 1653 prescrit « à tous Libraires & Imprimeurs, de mettre entre les mains du Syn (...)
  • 52 L’arrêt du Conseil privé du 27 février 1665 établit que « ceux qui auront obtenu des Lettres de Pr (...)

15Registré sur le Livre de la Communauté des Libraires & Imprimeurs de Paris, le 5. Janvier 1691. suivant l’Arrêt du Parlement du 8. Avril 165351. & celuy du Conseil Privé du Roi, du 27. Février 166552

  • 53 Pierre Auboüyn, reçu libraire et imprimeur à Paris en 1666. Il fut adjoint de sa communauté sous l (...)

16Signé, Auboüyn53, Syndic.

  • 54 La page de titre de l’édition de 1691 porte l’adresse « A Paris, / chez Amable Auroy, ruë Saint Ja (...)

17Ledit Reverend Pere a cedé son Privilege à Amable Auroy54 Marchand Libraire.

18Achevé d’imprimer pour la premiere fois, le vingtiéme Avril 1691.

Notes

1 Tout au long de cette épître, Leclercq joue sur la double appartenance de la princesse d’Épinoy aux maisons de Chabot (Poitou) et de Melun (Île-de-France), évoquant indistinctement (« vôtre Maison ») la famille immédiate de sa dédicataire et sa famille par alliance.

2 Leclercq fait ici allusion, comme l’indique la suite du texte, à la « découverte » du Canada par Jacques Cartier quelque cent cinquante-sept ans plus tôt.

3 François Ier envoyait Cartier « faire le voyage de ce royaume es Terres Neufves pour descouvrir certaines ysles et pays où l’on dit qu’il se doibt trouver grant quantité d’or et autres riches choses » (ordre donné au trésorier de la marine pour le paiement de la première expédition de Cartier, cité dans Cartier, Relations, p. 14). Le second voyage du pilote malouin (1535-1536) visait le « parachevement » du premier. Seule la commission relative au troisième voyage (1541-1542) fit valoir des intentions missionnaires, destinées à ménager au roi de France l’appui de Rome dans ses entreprises américaines, contestées par l’Espagne (ibid., p. 22-27).

4 Cartier disposait de deux navires lors de son premier voyage d’exploration, de trois lors du second (ibid., p. 95 et 128).

5 On ne sait rien des propriétaires des navires « au service du roi » et vraisemblablement marchands qui participèrent à l’expédition de Cartier en 1534. Les vaisseaux du deuxième voyage appartenaient au roi (ibid., p. 307, n. 5).

6 On n’a pas retrouvé la commission relative au premier voyage de Cartier, vraisemblablement établie par l’amiral Chabot (ibid., p. 271, n. 40). Quant à la commission relative au second voyage, l’ordre d’ériger une croix n’y figure pas. Sur la signification politique des croix plantées en territoire exploré, voir ibid., p. 337-338, n. 284.

7 Représentées en relief sur l’écusson placé au centre des croix de Gaspé et du fort de Sainte-Croix (ibid., p. 116 et 178).

8 Leclercq confond de nouveau la première et la seconde expédition de Cartier au Canada. C’est lors de son premier voyage que le navigateur séjourna dans la baie de Gaspé, où il fit élever une croix à la pointe de l’entrée du havre, le 24 juillet 1534. Revenu à Saint-Malo le 5 septembre et reparti le 19 mai de l’année suivante, il abordait, le 7 juillet 1535, à l’île des Oiseaux (Funk Island, Terre-Neuve) et poursuivait son exploration jusqu’à Hochelaga, faisant dresser, à l’aller, une croix au « havre sainct Nicollas » (baiejalobert, autrefois Mascanin Bay) et, au retour, une à l’embouchure de la « ripviere de Fouez » (Saint-Maurice) et une à proximité de Stadaconé (ibid., p. 88-90, 116, 131, 157, 178).

9 C’est la croix érigée le 3 mai 1536 au fort de Sainte-Croix, près de Stadaconé, qui portait cette inscription (« Franciscus primus Dei gratia Francorum rex regnat [François Ier, par la grâce de Dieu, roi des Français, règne] », ibid., p. 178). La croix de Gaspé arborait plutôt « Vive le Roy de France » (ibid., p. 116).

10 Cartier souligne les « admyradtions » d’Iroquoïens, venus de Stadaconé faire leurs pêches à Gaspé, devant la croix, mais aussi la méfiance de leur chef, Donnacona : « [il] nous fit une grande harangue nous monstrant ladite croix et faisant le signe de la croix avec deux doydz et puis nous monstroit la terre tout alentour de nous comme s’il eust voullu dire que toute la terre estoit à luy et que nous ne devyons pas planter ladite croix sans son congé » (ibid., p. 116).

11 Voir infra, p. 343-356.

12 Allusion au discours de l’apôtre Paul à l’Aréopage, à Athènes : « Athéniens, à tous égards vous êtes, je le vois, les plus religieux des hommes. Parcourant en effet [votre ville] et considérant vos monuments sacrés, j’ai même trouvé un autel avec l’inscription : Au Dieu Inconnu. Eh bien ! ce que vous adorez sans le connaître, je viens, moi, vous l’annoncer » (Actes des Apôtres, 17, 22-23).

13 Quelques représentants de la maison de Melun se sont illustrés pendant les croisades, mais certainement aucun comte ou prince d’Épinoy, titres dont la création remonte à 1514 et à 1545 (la terre d’Épinoy passa par alliance dans la maison de Melun au xive siècle).

14 Guillaume de Melun suivit Hugues Ier le Grand, comte de Vermandois, à la première croisade (1096-1099) et combattit à Jérusalem auprès de Godefroi de Bouillon. Adam Ier de Melun († 1217) accompagna Louis de France, futur Louis VIII, en Languedoc, en 1215, lors de la croisade contre les Albigeois (1209-1229). Guillaume III de Melun († l278) prit part, en 1270, à l’expédition de saint Louis en Afrique. Simon de Melun († 1302), enfin, se signala au siège de Tunis, après avoir lui aussi entrepris la huitième croisade (L. Moréri, « Melun », Le Grand Dictionnaire historique, t. X, additions & : corrections, p. 33, 51).

15 Seul Guillaume de Melun reçut ce surnom : « Guillelmus [...] ideo Carpentarius cœpit cognominari quia in bello nullus volebat ei occursari. Nulla enim lorica erat, galea vel clypeus, qui duros lanceœ illius sive mucronis sustineret ictus [Guillaume commença à être surnommé le Charpentier parce que dans les combats aucun homme ne voulait être en face de lui. Car il n’y avait aucune armure, aucun casque ni aucun bouclier qui résistassent aux durs coups de sa lance ou de son épée] » (Roberti monachi Historia Iherosolimitana, dans Recueil des historiens des croisades. Historiens occidentaux, t. III, p. 781).

16 Personnage biblique. Prêtre et juge des Israélites, Éli avait deux fils qui profanaient leur fonction de prêtre par leur conduite scandaleuse. Coupable de faiblesse à leur égard, Eli fut averti de la malédiction que Dieu lançait sur sa maison, mais ne se montra pas plus sévère pour autant. Ses deux fils périrent au cours de la bataille d’Eben-Ezer (1112 av. J.-C), où les Philistins vainqueurs d’Israël s’emparèrent de l’Arche d’alliance. À l’annonce de ces nouvelles, Eli tomba et se rompit le cou (1 Samuel, 2, 12 - 4, 18).

17 La maison de Melun porte d’azur à sept besants d’or posés trois, trois et un, au chef d’or (J.-B. Rietstap, Armoriai général, vol. 2, p. 196).

18 « Le premier de la maison de Melun, dont le nom soit connu, & depuis lequel la suite des vicomtes de Melun s’est conservée jusqu’à nous est SALON, déclaré vicomte de Melun en 991, par une charte des archives de l’abbaye de S. Pere de Melun » (L. Moréri, « Melun », Le Grand Dictionnaire historique, t. X, additions & corrections, p. 32).

19 La naissance du christianisme en France remonte à la conversion de Clovis Ier (v. 466-511), roi des Francs, gagné au catholicisme par son épouse Clotilde (v. 475-545) et par Remi, évêque de Reims, qui le baptisa vers 500.

20 Grégoire de Tours (v. 538-594), historien, évêque de Tours (573), auteur de recueils hagiographiques et surtout d’une Histoire des Francs (Historia Francorum) qui couvre cent soixante-quatorze ans (417-591) et constitue une source fondamentale pour l’histoire de France.

21 Le mariage de Clovis et Clotilde est raconté dans l’Historia Francorum (II, § 28), mais le personnage d’Aurélien, vraisemblablement légendaire, n’apparaît que dans des récits postérieurs à celui de Grégoire : la compilation de Frédégaire (III, § 18-19), viie siècle, et le Liber Historiœ Francorum (§ 11-13), aussi appelé parfois Gesta Regum Francorum, viiie siècle. Envoyé par Clovis pour s’assurer des bonnes dispositions de Clotilde à son endroit, Aurélien se serait déguisé en mendiant pour trouver accès auprès d’elle. Il aurait par la suite négocié avec Gondebaud, oncle et tuteur de Clotilde, son mariage avec Clovis (G. Kurth, Histoire poétique des Mérovingiens, p. 225-233).

22 Le genre du mot « comté » n’était pas fixe en ancien français : ce flottement provient de l’analogie avec les mots abstraits en-té, dont le genre n’était pas uniforme. Ainsi s’explique, de nos jours, le féminin de Franche-Comté (Bloch et Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française).

23 L’attribution du comté de Melun à Aurélien en reconnaissance de ses services ne figure qu’au Liber Historiœ Francorum (§ 14), texte repris dans les siècles suivants et souvent confondu avec celui de Grégoire de Tours lui-même (G. Kurth, Histoire poétique des Mérovingiens, p. 233). Melun, place très ancienne et considérable sous l’Empire romain (Melodunum, Milidunum), avait été pris par Clovis en 494. Ville d’Ile-de-France avec titre de vicomte sous l’Ancien Régime, Melun appartient aujourd’hui au département de Seine-et-Marne.

24 Tous les généalogistes de la maison de Melun soulignent la « gloire » de ses alliances. Quelques-uns tiennent cette famille pour alliée à la race royale des Capétiens : Moréri fait de Guillaume de Melun le cousin de Hugues de Vermandois, frère du roi Philippe Ier, et relève la mention de consanguineus noster (« parent du sang »), accolée au nom de Melun dans des actes royaux signés par Louis X, Charles V, Charles VI. Au fil des siècles, la maison de Melun a contracté des alliances avec les maisons de Nemours, de Montreuil-Bellay, de Sancerre, de Chacenay, de Sully, de Tancarville, d’Antoing, du Bec-Crespin, de Marigny, des comtes de Dreux, des comtes d’Eu, de Noyers comtes de Joigny, de Fiennes, de Parthenay l’Archevêque, d’Harcourt, de Bourbon comte de Dunois, de Picquigny, de Beaussart, de Montmorency, de Lalaing, de Luxembourg, d’Abbeville, de Sainte-Aldegonde de Noircarmes, d’Halluin, de Sarrebrück, de Bretagne vicomtes de Furnes, de Montmorency-Nevele, de Mérode, de Bruges de la Gruthuse, de Chabannes, de Grailly-Foix, de Croÿ, de Werchin, de Berlaimont, des princes de Ligne, de Montmorency-Bours, de Ligne-Arenberg, de Bournonville, de Witthem, de Béthune-Charost, de Rohan-Chabot, de Rupières, de Rohan, de Gand dit Vilain, de Monchy, de la Wœstyne, d’Ailly, de Jauche comtes de Mastaing, de Béthune, de Guerchy, de Savoisy, de Nantouillet, de La Rochefoucauld, de Champagne comtes de La Suze, d’Escoubleau marquis de Sourdis, de La Salle, de Mornay, d’Husson (père Anselme, « Genealogie de la maison de Melun », Histoire genealogique et chronologique de- la maison royale de France, t. V, p. 221-247 ; L. Moréri, « Melun », Le Grand Dictionnaire historique, t. X, additions & corrections, p. 32-53 ; Saint-Simon, « Joyeuse », Écrits inédits, t. VI, p. 342-355).

25 La maison de Melun compte de nombreux archevêques (de Sens : Guillaume [1315], Philippe [1338], Guillaume [1346], Louis [1432]) et évêques (de Poitiers :Jean [1235] ; de Châlons : Philippe [1335] ; de Meaux : Louis [1474] ; d’Arras et de Thérouanne : François [1509 et 1511] ) (père Anselme, « Genealogie de la maison de Melun », Histoire genealogique, t. V, p. 222-243 ; L. Moréri, « Melun », Le Grand Dictionnaire historique, t. X, additions & : corrections, p. 33-43 ; Saint-Simon, « Joyeuse », Écrits inédits, t. VI, p. 343-345).

26 Notamment Agnès et Marie de Melun, supérieures de l’abbaye cistercienne de Notre-Dame-du-Lys (Gâtinais français) en 1276, en 1315, en 1386 ; et Jeanne de Melun, abbesse des bénédictines de Jouarre (Brie champenoise) dans la première moitié du xve siècle (père Anselme, « Genealogie de la maison de Melun », Histoire genealogique, t. V, p. 224-245 ; L. Moréri, « Melun », Le Grand Dictionnaire historique, t. X, additions & corrections, p. 34-51).

27 Béthune, ville de l’ancienne province d’Artois et du département actuel du Pas-de-Calais, située près du canal d’Aire. François de Melun, comte d’Épinoy († l547), y fonda une église et un monastère d’annonciades, ordre institué par Jeanne de Valois en 1501 et placé sous la direction spirituelle des franciscains par Léon X (père Anselme, « Genealogie de la maison de Melun », Histoire genealogique, t. V, p. 231 ; L. Moréri, « Melun », Le. Grand Dictionnaire historique, t. X, additions & corrections, p. 37).

28 La Bassée, ville de l’ancienne province de Flandre et du département actuel du Nord (arrondissement de Lille), située sur le canal d’Aire.

29 Abbeville, ville de l’ancienne province de Picardie et du département actuel de la Somme, située sur les deux rives de la Somme. Les donations de la famille de Melun permirent aux dominicaines d’Abbeville d’acheter, en 1597, un hôtel où elles établirent leur couvent. L’église du monastère fut achevée en 1608 (F.-C. Louandre, Histoire d’Abbeville et du comté de Ponthieu jusqu’en 1789, t. II, p. 472).

30 Baugé, ville de l’ancienne province d’Anjou et du département actuel de-Maine-et-Loire (arrondissement de Saumur), située sur la rive droite du Couesnon. Anne de Melun y fit achever, vers 1650, un hôpital où les hospitalières de Saint-Joseph, fondées à La Flèche en 1643, prirent en charge le service des malades. L’hôpital Saint-Joseph abrite encore aujourd’hui un cabinet de pharmacie garni de boiseries et de faïences de l’époque.

31 Anne de Melun : voir infra, Appendice I, p. 624.

32 II s’agit du roi Lemouél, qui énumère les qualités et les talents de la femme parfaite, épouse, mère et maîtresse de maison (Proverbes, 31, 10-31).

33 Saint-Simon raconte que la liaison de la princesse douairière d’Épinoy avec Peletier de Souzy (voir infra, p. 629) l’amena à faire la connaissance de Louvois (1641-1691), « qui devint son intime ami. Il la trouva propre au monde et à la cour, il lui conseilla de s’y mettre ; elle le crut : elle s’y introduisit par le gros jeu et par Monsieur [Philippe, duc d’Orléans (1640-1701), frère de Louis XIV], et, soutenue par Louvois, elle fut bientôt de tout » (Mémoires, t. I, p. 532 ; voir aussi « Joyeuse », Écrits inédits, t. VI, p. 356). Saint-Simon mentionne encore, parmi les intimes de la princesse d’Épinoy, le duc et maréchal de Duras (1626-1704), gouverneur de Franche-Comté, et le duc et maréchal de Lorges (1630-1702), gouverneur de Guyenne, tous deux neveux de Turenne (Mémoires, t. I, p. 531).

34 Louis de Melun, prince d’Épinoy (1673-1704), et François-Michel-Auguste de Melun, prince de Melun (1674-1691). La princesse d’Épinoy avait aussi deux filles : Marie-Marguerite-Françoise, demoiselle d’Épinoy (1671-1759), et Anne-Julie, demoiselle de Melun (1672-1734), toutes deux mortes sans alliance (père Anselme, « Genealogie de la maison de Melun », Histoire genealogique, t. V, p. 233 ; L. Moréri, « Melun », Le Grand Dictionnaire historique, t. X, additions & corrections, p. 39).

35 En 1688, sur le Rhin, auprès du dauphin de France (voir infra, p. 625).

36 Louis de Melun, prince d’Épinoy : voir infra, Appendice I, p. 624-625.

37 Régiment d’infanterie française créé en 1569 et connu sous le nom de Picardie de 1585 à 1785, le premier des six « vieux corps » (les plus anciens régiments de France, à l’exclusion des Gardes françaises et suisses ; les vieux corps étaient ordinairement plus nombreux que les autres régiments et restaient sur pied en temps de paix). Le régiment de Picardie a compté « jusqu’à 120 compagnies ou 6000 [hommes] » (« Régiment », Encyclopédie, vol. 14, p. 16 ; voir aussi Furetière, 1690 et 1727). À partir de 1661 (année de la suppression du poste de colonel général de l’infanterie française), chaque régiment d’infanterie fut commandé par un colonel nommé par le roi et placé sous son autorité immédiate. Les colonels en charge des vieux corps « ont toujours été des personnes d’expérience, & distingués par leur valeur & souvent par leur naissance » (G. Daniel, Abrégé de l’histoire de la milice française, t. II, p. 13). Louis de Melun, prince d’Épinoy, reçut le commandement du régiment de Picardie le 25 février 1691, à l’âge de dix-huit ans. Il succédait à Henri d’Harcourt, colonel démissionnaire et futur maréchal de France (voir Sourches, Mémoires, t. III, p. 355 : le 12 février 1691, « le Roi donna au jeune prince d’Espinoy l’agrément d’acheter le régiment de Picardie, dont il paya quatre-vingt mille livres au marquis d’Harcourt, qui cherchoit depuis longtemps à le vendre, un régiment ne lui étant plus nécessaire depuis qu’il étoit maréchal de camp » ; voir aussi Dangeau, Journal, t. III, p. 283).

38 La cavalerie de France se divisait alors en compagnies d’ordonnance et en régiments de cavalerie. Les compagnies d’ordonnance (gardes du corps, gendarmes, chevau-légers, mousquetaires) n’étaient incorporées à aucun régiment et chacune avait pour chef un capitaine tenant rang de mestre de camp (un capitaine-lieutenant lorsque le roi, la reine, le dauphin, etc., détenait « par honneur » le titre de capitaine). Les régiments de cavalerie (la cavalerie légère) étaient commandés par des mestres de camp et formés de douze compagnies pour les régiments généraux ou royaux, de huit ou neuf pour les autres. Chaque compagnie de cavalerie légère comptait de quarante à cinquante cavaliers placés sous la conduite d’un capitaine (G. Daniel, Abrégé de. l’histoire de la milice françoise, t. II, p. 44-48 ; Furetière, 1690 et 1727 ; É. Spanheim, Relation de la cour de France, en 1690, p. 233-235). On trouve confirmation de la charge tenue par François-Michel-Auguste de Melun dans le Journal de Dangeau (t. III, p. 333 : « Vendredi 4 [mai 1691] — M. de Melun, second fils de madame d’Épinoy, est mort à Philippeville ; il sortoit des mousquetaires, et on l’avoit fait capitaine de cavalerie ») et dans les Mémoires du marquis de Sourches (t. III, p. 419 : « Le 5 [mai 1691], on eut nouvelle de la mort du jeune comte de Melun, second fils de la princesse d’Espinoy, lequel, étant capitaine de cavalerie en garnison à Philippeville, y avoit gagné une pleurésie qui l’avoit emporté en quatre jours »).

39 Louis, dauphin de Fiance (1661-1711), fils de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche.

40 Le Grand Dauphin reçut le commandement de l’armée du Rhin en 1688, lors des premiers engagements de la France contre la ligue d’Augsbourg. Voltaire relate ainsi les événements : les adversaires de Louis XIV « n’étaient encore ni entièrement déclarés, ni tous réunis [...], et déjà la France avait des armées sur les frontières de la Hollande et sur le Rhin. Le roi avait envoyé en Allemagne, à la tête d’une armée de cent mille hommes, son fils le dauphin, qu’on nommait Monseigneur [...]. Il était âgé de vingt-sept ans. C’était pour la première fois qu’on lui confiait un commandement [...]. On avait tout prévu et tout disposé pour que le fils de Louis XIV, contribuant à cette expédition de son nom et de sa présence, ne reçût pas un affront. Le maréchal de Duras commandait réellement l’armée. Boufflers avait un corps de troupes en deçà du Rhin ; le maréchal d’Humières, un autre vers Cologne, pour observer les ennemis. Heidelberg, Mayence étaient pris. Le siège de Philipsbourg, préalable toujours nécessaire quand la France fait la guerre à l’Allemagne, était commencé. Vauban conduisait le siège. Tous les détails qui n’étaient point de son ressort roulaient sur Catinat, alors lieutenant général, homme capable de tout et fait pour tous les emplois. Monseigneur arriva après six jours de tranchée ouverte. [...] Philipsbourg fut pris en dix-neuf jours ; on prit Mannheim en trois jours (11 novembre 1688) ; Franckendal en deux ; Spire, Trêves, Vorms et Oppenheim se rendirent dès que les Français furent à leurs portes (15 novembre 1688) » (Le Siècle de Louis XIV, dans Œuvres historiques, p. 771-772). Parti de Versailles le 22 septembre 1688, le dauphin était de retour le 28 novembre suivant. Il accompagna ultérieurement le roi à l’armée de Flandre (1691 et 1693), commanda en Allemagne sous la direction du maréchal de Lorges (1692) et en Flandre sous Luxembourg (1694).

41 « Aujourd’hui », c’est-à-dire, logiquement, entre le 25 février 1691, date de la nomination de Louis de Melun, prince d’Épinoy, à la tête du régiment de Picardie (voir supra) et le 20 avril 1691, date portée par l’achevé d’imprimer de l’édition originale de la Nouvelle Relation de la Gaspesie (voir infra, p. 204).

42 Louis de Melun servait dans l’armée d’Allemagne. François-Michel-Auguste de Melun se trouvait vraisemblablement à Philippeville (voir supra, p. 198-199 et n. 42, 43).

43 Les enjeux de la guerre de la Ligue d’Augsbourg étaient bien davantage politiques que religieux, et les « Ennemis de la France » engagés dans ce conflit (Saint Empire, Suède, Espagne, Princes allemands, Provinces-Unies, Angleterre, Piémont) n’étaient pas tous en même temps ennemis de la « Catholicité ». Constituée en 1686-1688 autour de l’empereur Léopold Ier, la coalition d’Augsbourg est née en réaction contre la politique des réunions pratiquée par Louis XIV après la paix de Nimègue (1678) : dans sa volonté de s’affirmer premier en Europe, le roi de France s’empare alors de territoires sur lesquels il revendique des droits établis à force de compilations et d’interprétations juridiques. Menacés dans leur souveraineté par cette redistribution arbitraire de leurs propriétés, les « princes protestants et catholiques ont pu se rapprocher de l’Empereur, avec des convictions communes — auxquelles se sont ajoutées chez les protestants l’indignation et la solidarité suscitées par l’acte de 1685 [l’édit de Fontainebleau]. La Ligue d’Augsbourg est ainsi en son principe même une alliance rassemblant les princes désireux de soutenir l’Empereur dans la défense commune du Saint Empire » (R. Mandrou, Louis XIV en son temps : 1661-1715, p. 486-487).

44 Voir supra, p. 193, n. 22.

45 Épinoy, principauté d’Empire créée par Charles Quint en 1545, située dans l’ancienne province d’Artois et le département actuel du Pas-de-Calais (arrondissement d’Arras, canton de Marquion), à « deux lieues & demie [environ dix kilomètres] E. N. E. de Lens » (J.-J. Expilly, « Épinoy & Carvin », Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, t. II, p. 753).

46 « On appelle aussi Superieur un simple Directeur au spirituel qui est commis pour diriger un monastere, ou une Communauté de filles ; c’est un Prêtre » (Furetière, 1727). Chez les récollets, les confesseurs de religieuses assujetties à l’ordre franciscain étaient institués par le définitoire pour une durée de trois ans. « Ils n’auront pas, s’il se peut, moins de quarante ans d’âge & quinze de Religion, ils seront Confesseurs des Seculiers, graves, devots, sçavans, & intelligens au Droit Canon. Ils auront des compagnons [des religieux qui les accompagnent dans les monastères] vertueux & de même âge. » En outre, le provincial désignait dans chaque couvent un ou deux confesseurs chargés d’administrer la confession aux religieuses des autres ordres (Les Statuts des recollets, p. 58-59).

47 Peut-être s’agit-il des Sœurs-Grises, qui avaient une maison à La Bassée (voir F. Desmons, L’Épiscopat de Gilbert de Choiseul, 1671-1689, p. 226).

48 Les récollets se désignaient habituellement eux-mêmes sous le titre de « Frère », sans égard à la position qu’ils occupaient dans la hiérarchie administrative des frères mineurs de saint François (voir aussi infra, p. 406 : « Frère Valentin le Roux, Supérieur »). Le titre auquel la charge de chacun lui donnait droit était en revanche strictement déterminé par les statuts et constitutions de l’ordre : « L’Usage de l’Ordre sera inviolablement observé pour donner les titres qui sont dûs à un chacun, le Ministre General sera appelle Reverendissime, les Ministres, Commissaires généraux & Provinciaux, & les Custodes seront nommez Révérends, les Définiteurs Venerands, les Gardiens & les Supérieurs des Hospices, & les Lecteurs en Théologie, & les Maîtres des Novices Vénérables ; les Prêtres qui ont dix ans de Religion & trente ans d’âge, & les Lecteurs en Philosophie & Maîtres des Jeunes, seront appeliez Pères, & tous les autres Prêtres, Clercs & Laïcs se nommeront Frères » (Les Statuts des recollels, p. 50). Voir supra, p. 189, n. 2.

49 Le registre Enregistrement des privilèges (BNF, ms. fr. n. a. 21947, f. 57r°) consigne à la date « Du 5e Janvier 1691 » : « Le P. Le Cler missionnaire nous a presenté les lettres de privilege à luy accordées par sa Majesté pour l’impression de deux Livres l’un intitulé Le premier Etablissement de la foy dans la Nouvelle France et l’autre [l’histoire Gaspesienne ?], pour le temps de huit années. Donné à Paris le 30e de decembre 1690. » Voir aussi Extrait des registres de la Chambre syndicale des Libraires contenant les Livres de privilege imprimés depuis le mois de Novembre 1663 jusqu’en 1703 (BNF, ms. fr. n. a. 2490, f. 151r°) : « janvier 1691 / Auroy/ Le premier établissement de la foy dans la nouvelle France, et l’histoire [blanc] par le P. le Clerc Missionnaire ».

50 Peut-être Antoine Le Menestrel, « secretaire du roy, grand audiancier de France » (père Anselme, Histoire genealogique, t. VII, p. 683).

51 L’arrêt du 8 avril 1653 prescrit « à tous Libraires & Imprimeurs, de mettre entre les mains du Syndic, les Lettres de Privilege qu’ils obtiendront pour l’Impression des Livres, huit jours apres l’obtention d’icelles, pour estre inscrites sur le Registre de la Communauté » (« Edit du Roy pour le reglement des imprimeurs et libraires de Paris », dans J. de La Caille, Histoire de l’imprimerie et de la librairie, p. 100-101).

52 L’arrêt du Conseil privé du 27 février 1665 établit que « ceux qui auront obtenu des Lettres de Privilege ou Continuation, seront tenus de les faire signifier au Syndic des Libraires de Paris, qui sera tenu en tenir un Registre particulier » (ibid., p. 101).

53 Pierre Auboüyn, reçu libraire et imprimeur à Paris en 1666. Il fut adjoint de sa communauté sous le syndicat de Jean-Baptiste Coignard (1687-1689) et nommé lui-même syndic en 1689. Jean de La Caille mentionne à son sujet, en 1689, qu’il « se fait distinguer tant par sa capacité dans les Langues, comme il paroist par une nouvelle traduction des Fables d’Esope, [...] que par la connoissance & le bon choix qu’il sçait faire des Livres » (ibid., p. 289).

54 La page de titre de l’édition de 1691 porte l’adresse « A Paris, / chez Amable Auroy, ruë Saint Jacques, à l’Image S. Jerôme, / attenant la Fontaine S. Severin / m.dc.xci. / Avec privilege du Roy ». Amable Auroy, reçu dans la communauté des libraires et imprimeurs de Paris, le 6 septembre 1683, sous le syndicat de Charles Angot, avait auparavant été relieur et était entré dans la communauté des libraires et imprimeurs comme gendre de maître, ayant épousé la fille du libraire François Maurice. À sa mort, sa veuve, Marguerite, continua son commerce (E. Thoinan, Les Relieurs français, cité dans J. Leralu, « L’œuvre de Chrestien Leclercq », p. 37, n. 3 ; J. de La Caille, op. cit., p. 320). Il avait réédité, en 1688, la Description de la Louisiane (1re éd. : Veuve Huré, 1683) d’un autre récollet, Louis Hennepin.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search