Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Chronologie

Texte intégral

1641

  • 1 Leclercq, dont on ignore le prénom à la naissance, prit celui de « Chrestien » à son entrée chez l (...)
  • 2 On ne connaît pas avec certitude le lieu de naissance de Leclercq, mais on peut supposer qu’il est (...)

1Naissance probable de Chrestien Leclercq1, vraisemblablement à Bapaume2, en Artois.

1644

2Le couvent des récollets de Bapaume, qui appartenait à la province récollette de Saint-André, passe à celle de Saint-Denys (Paris), après la prise de la ville par les Français (A. de Sérent, « Géographie de la province de France », La France franciscaine, vol. 1-2, 1912-1913, p. 116).

1668

3Leclercq entre au noviciat des récollets à Arras. Il affirme être le premier novice de la province de Saint-Antoine-de-Padoue (PEF, t. II, p. 115), instaurée en novembre 1668 et formée des couvents situés dans les villes conquises des Pays-Bas espagnols et précédemment rattachés à la province de Saint-Denys.

1670

4Les récollets de la province de Saint-Denys retournent à Québec, après quarante ans d’absence. Gabriel de La Ribourde est nommé supérieur des récollets de la Nouvelle-France (H. Le Febvre, Histoire chronologique de la province des Recollets de Paris, p. 134 ; O. Jouve, « Le père Gabriel de la Ribourde », DBR, p. 567).

1673

Mai

5À la demande de Charles Bazire et de Pierre Denys, le gouverneur Frontenac obtient du grand vicaire de Bernières (en l’absence de Mgr de Laval) qu’un récollet desserve l’île Percée, dont ils ont obtenu la concession le 20 juillet de l’année précédente. Choisi pour cette mission, le père Exupère Dethune part avec la famille Denys (PEF, t. II, p. 103-104). Il partagera vraisemblablement cette mission avec le père Hilarion Guesnin (infra, p. 217).

1674

Fin septembre

6Le père Claude Moireau (Moreau) obtient du grand vicaire une autorisation pour la rivière Saint-Jean en Acadie (O. Jouve, Les Franciscains et le Canada, t. II : Aux Trois-Rivières, p. 23).

10-14 novembre

7Le gouverneur Frontenac demande au ministre de favoriser la venue des récollets à Québec (RAPQ 1926-1927, p. 75-76) ; il insiste auprès du provincial de Saint-Denys pour obtenir rapidement d’autres religieux, auxquels il destine une quinzaine d’emplois (BRH, 1931, vol. 37, p. 677-679). Une missive du père Maupassant, gardien du couvent de Notre-Dame-des-Anges, marque au ministre la nécessité de soutenir les récollets pour assurer « la liberté des consciences » (ANQ), Mélanges Colbert, 3D14-2102B, p. 3).

1675

8Chrestien Leclercq et son cousin Zénobe Membre font partie des premiers missionnaires de la province récollette d’Artois choisis pour accompagner Potentien Ozon au Canada (PEF, t. II, p. 115-116). Avant de partir, Leclercq visite sa famille à Bapaume, où il rencontre un jeune compatriote nommé Jumeau qu’il encourage à entrer chez les récollets (infra, p. 352).

Juin

9Leclercq et Membre s’embarquent à La Rochelle pour le Canada en compagnie des pères Potentien Ozon, Louis Hennepin et Luc Buisset (H. Lefebvre, op. cit., p. 134). À bord du même navire se trouvent Mgr de Laval, qui revient avec l’acte d’érection de l’évêché de Québec, Jacques Duchesneau, le nouvel intendant, et Robert Cavelier de La Salle (Hennepin, Nouvelle Decouverte, « Avis au Lecteur » et p. 14 ; infra, p. 217-218 ; PEF, t. II, p. 115-116).

Août-septembre

  • 3 Selon H. Le Febvre (op. cit., p. 134), le navire accosta à Québec en août, mais Leclercq (PEF, t. (...)

10À la fin d’août ou au début de septembre, le navire qui amenait Leclercq mouille à Québec3. Quinze jours après son arrivée, celui-ci visite les missions jésuites de Sillery et de Lorette, où il rencontre des Amérindiens qui se souviennent des premiers récollets venus dans la colonie au début du siècle : « [...] les Hurons, Montagnais & Algonquins avoient encore les uns par tradition, & les plus anciens par eux mêmes, le souvenir, & l’inclination toute presente de nos anciens Peres ; en sorte que quelques vieillards d’entr’eux ne pouvant me faire comprendre dans leur Langue, dont je n’avois aucune connoissance, ce qu’ils me vouloient dire, ils se mirent à genoüil devant moy, en presence du Reverend Pere Chaumonot Jesuite leur Missionnaire, joignirent les mains & ayant les yeux élevez au Ciel, ils repeterent plusieurs fois les noms du Pere Joseph & du Pere Nicolas, en jettant de l’eau sur leur teste, pour me faire comprendre que ces Missionnaires Apostoliques les avoient baptisez [...] » (PEF, t. I, p. 460-461).

11 octobre

11Nommé missionnaire à l’île Percée par le père Potentien Ozon (infra, p. 217-218), Leclercq reçoit de Mgr de Laval les autorisations nécessaires pour exercer son ministère (AAQ, 12A, Registre des insinuations ecclésiastiques, vol. 1, f. 95) ; le même jour, Claude Moireau obtient aussi une approbation pour la mission de Beaubassin en Acadie (ibid.).

27 octobre

12Á bord du Lion d’or, commandé par le capitaine Couturier, Leclercq arrive à l’île Percée « aprés avoir essuïé mille dangers » sur le fleuve, pour relayer son confrère Exupère Dethune (infra, p. 218-219), en poste depuis 1673. Le navire aborde à l’habitation de Pierre Denys de La Ronde, située « sur le bord d’un bassin vulgairement appelle Petite Riviere [Saint-Pierre-de-la-Malbaie] » (ibid., p. 218).

1676

Hiver

13Pendant l’hiver, Leclercq loge à l’habitation de Petite Rivière en compagnie de trois ou quatre employés de Pierre Denys (ibid., p. 219), responsable depuis 1672 de la pêcherie sédentaire de l’île Percée.

  • 4 Le fait que Leclercq soit parti de Québec avec des écrits de langue algonquine plutôt qu’avec des (...)

14La « solitude » de ce poste lui permet de se préparer pour sa première mission (ibid.). Afin de travailler efficacement auprès des Micmacs « au retour de leur chasse » au printemps, il s’applique « à l’étude de certains Ecrits de la langue Algomquinne » qu’on lui avait remis à son départ de Québec4 (ibid., p. 220).

15Il prend vraisemblablement contact avec quelques Gaspésiens ou Micmacs des environs et constate l’inutilité de sa préparation, les Micmacs n’entendant « que tres-imparfaitement l’Algomquin » (ibid., p. 221).

Printemps

16La « première barque » qui part de Québec pour l’île Percée lui apporte « des Prieres Gaspesiennes » ; il recommence son étude et les apprend en « fort peu de tems » et « avec beaucoup plus de facilité » qu’il ne croyait d’abord (ibid.).

17Le père Dethune rejoint Leclercq à l’île Percée, sans doute peu après le 8 mai, date où il célébrait le dernier baptême mentionné à son nom au registre de Bourg-Royal (ANQ Notre-Dame-de-Québec, Registre de l’état civil, vol. 2, f. 251).

Été

  • 5 Selong Ganong, Godbout et Dumas, Leclercq aurait passé l’été parmi les Micmacs de Ristigouche (DBC (...)

18Leclercq commence peut-être un enseignement sommaire auprès des Gaspésiens réunis autour du poste de Percé. Les « services » qu’il doit rendre aux pêcheurs, qui y viennent « quelque-fois jusques au nombre de quatre à cinq cens » pour pêcher la morue (infra, p. 222), retardent cependant son étude de la langue micmaque5.

12 juillet

19Le père Eustache Maupassant séjourne à l’île Percée, en attendant de rentrer en France sur un navire de pêche. La présence du supérieur est attestée, ainsi que celle de Pierre Denys, par un mémoire de Jean de Berraute, habitant de Biarritz, qui fait le détail des personnes et des choses nécessaires pour la pêche et l’hivernement sur l’île (infra, Appendice II, p. 631-632).

15 septembre

20L’inventaire des personnes et des biens que Pierre Denys laisse à l’île Percée et à l’annexe Saint-Pierre mentionne la présence de sept personnes, accompagnées d’un récollet (probablement Leclercq), qui aurait à sa disposition « une maison presque batie aux depens de l’habitation » (ibid., p. 632-633).

Automne

21Leclercq demeure le seul missionnaire à l’île Percée après le départ du père Dethune, qui hiverne à Québec. Entre l’automne 1676 et celui de 1677, Leclercq conçoit un système idéographique pour enseigner la doctrine chrétienne aux Micmacs et leur faire mémoriser les « Prieres qu’ils prononçoient » (infra, p. 308-310).

22 novembre

22Outre « quatre arpents de terre de front sur quarante de profondeur » sur la seigneurie de la rivière Saint-Pierre, Charles Bazire, Aubert de La Chesnaye et Pierre Denys donnent aux récollets un arpent carré de terre à l’île Percée et la petite maison où sont déjà établis les pères Dethune et Leclercq (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 190).

1677

Hiver

23Leclercq décide de quitter le poste de Percé afin « de suivre les Sauvages dans les bois pendant l’hiver, & de demeurer avec eux dans leurs cabanes » (infra, p. 222 ; voir aussi p. 552,586), pour accélérer son apprentissage de la langue. Il hiverne probablement dans la région de Gaspé, comme le laisse entendre une digression de la Nouvelle Relation de la Gaspesie (infra, p. 552, n. 3).

  • 6 Une autre allusion de la Nouvelle Relation de la Gaspesie montre qu’il s’agissait du premier séjou (...)

24Il fait « deux festins » pour « s’insinuer dans [l’] amitié » des Micmacs (ibid., p. 552-553), qui l’adoptent « avec les ceremonies ordinaires » (ibid., p. 310)6 et lui demandent « de rester avec eux » pour se « perfectionner dans la langue » (ibid., p. 554).

25Il commence sans doute son dictionnaire de la langue micmaque, qu’il laissera plus tard à Québec, au couvent de Notre-Dame-des-Anges (ibid., p. 222-223), mais qu’on n’a jamais retrouvé.

Printemps

26Entre le printemps et l’automne, Leclercq aurait séjourné parmi les Micmacs de Ristigouche, comme le laisse entendre un Micmac de Miramichi dans un discours tenu vraisemblablement entre janvier et le printemps 1678 : « [...] tu n’ignores pas que les Sauvages de Ristigouche sont nos frères & nos compatriotes, qui parlent la même langue que nous ; tu les as quittez pour nous venir voir ; tu les as instruits [...] » (ibid., p. 391).

9 mai

27Jacques, fils aîné de Pierre Denys de La Ronde, seigneur de l’île Percée, entre chez les récollets, prend le nom de Joseph et reçoit l’habit des mains du père Potentien Ozon (PEF, t. II, p. 125). Il est le premier Canadien à s’inscrire au noviciat de Notre-Dame-des-Anges, à Québec.

28Après cette célébration, Exupère Dethune retourne vraisemblablement à l’île Percée, où il demeurera jusqu’à la fin de l’été 1679.

Été

29Leclercq séjourne à Québec, où il reçoit des hospitalières une « boëte de confection d’hyacinte » (infra, p. 359) qui lui servira de remède pendant ses déplacements.

Septembre

30Accompagné de trois nouveaux religieux, le père Valentin Le Roux arrive à Québec pour y remplacer le père Potentien Ozon qui rentre en France ; le nouveau supérieur officie à la profession de Jacques Denys, devenu frère Joseph (PEF, t. II, p. 125).

31Après son départ de Québec, Leclercq se rend à Nipisiguit (Bathurst, Nouveau-Brunswick), où il demeure quatre mois (infra, p. 362).

1678

Janvier

32Leclercq quitte Nipisiguit pour se rendre à Miramichi (Chatham, Nouveau-Brunswick), chez les Gaspésiens Porte-Croix, en compagnie d’un Français et de deux Micmacs ; les voyageurs, qui s’égarent en route et souffrent du froid et de la faim, arrivent à Miramichi vers le 20 janvier (ibid., p. 363-378).

Printemps

33Leclercq demeure à Miramichi jusqu’au « Printems, pour y faire la Mission » (ibid., p. 387). Il se rend peut-être brièvement à Nipisiguit, car il avait promis, en quittant cet endroit, de retourner « au commencement du Printems » (ibid., p. 362).

12 mai

34Le roi confirme par lettres patentes l’autorisation donnée aux récollets de s’établir à Québec, à l’île Percée et au fort Frontenac, sur les concessions qui leur ont été faites (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 192-193). Au cours de l’année, les récollets feront construire un bâtiment à Percé aux frais de la communauté de Québec (PEF, t. II, p. 127).

Été

  • 7 Quelques allusions dans la lettre de Valentin Le Roux à Leclercq, en 1679, permettent de dater ce (...)
  • 8 Les registres de l’archevêché de Québec ne mentionnent aucune autorisation pour Leclercq après cel (...)

35Leclercq passe deux mois à Québec, à Notre-Dame-des-Anges7, sans doute pour la retraite annuelle. Il manifeste beaucoup de « resolution » quand il rend compte de sa mission à son supérieur, le père Le Roux, qui renouvelle son obédience pour la Gaspésie (infra, p. 394-395). Nul doute que Mgr de Laval ne renouvelle l’autorisation de confesser qu’il lui avait accordée pour trois ans en 16758.

36Répondant à une délégation de néophytes micmacs venus le « conjurer de retourner au plutôt avec eux » (ibid., p. 310), Leclercq s’embarque avec eux pour Ristigouche, où il arrivera quinze jours plus tard, vraisemblablement vers la fin du mois d’août (ibid., p. 313-314).

31 août

37Le Saint-Honoré mouille à l’île Percée : « nous y trouvasmes des Recolets qui y faisoient leur mission tant aux François qu’aux Sauvages », écrira plus tard dans sa Relation Henry de Tonty, qui accompagnait La Salle et une trentaine de « gentilshommes et d’artisans » recrutés en France (BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 221v°).

Automne

38Exupère De thune reste à l’île Percée, où il termine la construction d’une petite résidence pour les récollets (PEF, t. II, p. 127). Pierre Denys ayant perdu la vue, son fils Bonaventure prend vraisemblablement la relève à l’île Percée et dirige l’établissement de pêches, la culture des terres et le recrutement de travailleurs.

1679

Hiver

39Leclercq hiverne probablement à Ristigouche, « l’endroit où je faisois alors ma mission », précise-t-il (infra, p. 313). Il a probablement aussi visité les autres postes de la baie des Chaleurs, de Nipisiguit et de Miramichi, ou encore accompagné les Micmacs dans leurs déplacements hivernaux.

Avril-mai

  • 9 Connaissant vraisemblablement les hésitations du missionnaire, Richard de Fronsac écrit au père Le (...)

40Démoralisé par les maigres résultats obtenus depuis quatre ans de travail auprès des Micmacs, Leclercq songe à abandonner son poste et à rentrer en France9. Dans deux lettres, l’une du 15 avril et l’autre du 8 mai, il exprime son découragement à son supérieur et lui demande conseil (ibid., p. 394).

Juin

41Valentin Le Roux incite Leclercq à poursuivre son activité missionnaire auprès des Micmacs, car abandonner maintenant serait perdre les fruits de plusieurs mois d’apprentissage de la langue micmaque et donner raison à l’évêque, qui cherche à limiter à trois ans le séjour des missionnaires récollets dans leur poste ; il propose à Leclercq de venir hiverner à Québec pour refaire ses forces (ibid., p. 403).

6 juillet

  • 10 Ayant reçu leurs obédiences au mois de juillet (PEF, t. II, p. 145), les missionnaires n’attendaie (...)

42Le père Le Roux quitte vraisemblablement Québec pour Montréal et le fort Frontenac, en compagnie du gouverneur. Il compte rencontrer avant leur départ les récollets Zénobe Membré, Gabriel de La Ribourde et Louis Hennepin, choisis pour accompagner La Salle dans ses expéditions. Quand il parvient au fort Frontenac, ces religieux sont déjà partis pour la rivière Niagara10 (ibid., p. 312 ; PEF, t. II, p. 145) où ils arrivent le 30 juillet (Hennepin, Nouvelle Decouverte, p. 111).

Été

  • 11 De Québec, il écrit au ministre le 9 octobre 1679 : « Les affaires qu’il y a tous les ans à traite (...)

43Frontenac passe la plus grande partie de l’été et le début de l’automne à Montréal11.

Fin de l’été

44Leclercq arrive au couvent de Notre-Dame-des-Anges pendant l’absence du père Le Roux et y séjourne plusieurs mois.

3 octobre

45Retour de Frontenac à Québec (lettre de l’intendant Duchesneau au ministre, 6 octobre, AC, C11A, vol. 5, f. 5v°).

9 octobre

46Dans sa lettre au roi, Frontenac dit attendre le retour d’émissaires envoyés au fort Frontenac pour obtenir des nouvelles sur la conduite des Iroquois et sur l’entreprise de La Salle qui commence (ibid., f. 5v°-6r°). On peut déduire de cette lettre que le père Le Roux n’est pas encore revenu du fort Frontenac et que Leclercq est toujours dans la région de Québec.

30 octobre

47Leclercq bénit le mariage de Catherine Pelletier, sœur du frère Didace Pelletier ; François Soumande, curé de la paroisse, inscrit l’acte au registre et le signe (ANQ ZQ6, S27, Sainte-Anne-de-Beaupré, Registre de l’état civil, f. 41-42).

6 novembre

48D’après une lettre de Frontenac au roi, les hommes envoyés au fort Frontenac en juillet rapportent sans doute les missives qui le renseignent sur les agissements des Iroquois, des Anglais et des hommes de La Salle (AC, C11A, vol. 5, f. 12v°-13r°). Dans une lettre au ministre, datée du même jour, le gouverneur demande de confirmer à Pierre Denys, atteint de cécité et à demi ruiné, « la charge de Maistre des Eaux et forests de ce pays » pour son fils de vingt-deux ans (ibid., f. 10r°-v°).

1680

Hiver

  • 12 C’est ce que laissent supposer l’acte du 30 octobre 1679 et celui du 2 février 1680. Un passage de (...)

49Selon toute vraisemblance, Leclercq passe l’hiver dans la région de Québec12, tout comme le père Dethune, qui célèbre un baptême dans l’église de Portneuf le 2 janvier (ANQ, ZQ6, S8, Sainte-Famille-du-Cap-Santé, Registre de l’état civil, f. 85). Rien n’indique qu’un autre récollet le remplace auprès des résidents français à l’île Percée.

2 février

50À la côte Saint-Ange (Saint-Augustin), Leclercq baptise Denys-Joseph Fleury, fils de François Fleury et de Jeanne Gille (AAQ 1UA, vol. 1, Registre des baptêmes, mariages et sépultures, Acadie ; supra, p. 140).

5 février

51Leclercq et Dethune sont sans doute à Québec pour la profession solennelle du frère Didace Pelletier, qui devient le « premier frère lai canadien » (O. Jouve, Le Frère Didace Pelletier, récollet, p. 132).

Mai

52Envoyés en France pour obtenir les autorisations nécessaires à la fondation d’un hospice récollet dans la haute ville de Québec et à l’établissement d’une résidence à Montréal, Leclercq et Dethune quittent Québec à bord de la Sainte-Anne (infra, p. 582).

Juin

  • 13 Elle se faisait généralement entre le premier juin et la fin du mois d’août dans plusieurs rivière (...)

53Les deux récollets débarquent à Percé « aprés sept semaines d’une fâcheuse & penible navigation causée par trois horribles tempêtes dont la derniere pensa [les] abîmer au milieu de sept Isles » (ibid.). À leur arrivée, plusieurs Micmacs, partis faire la pêche au saumon13, viennent rencontrer Leclercq à l’île Percée (ibid., p. 583) où, avec Dethune, il dessert vraisemblablement les Français en attendant de partir sur l’un des premiers navires pêcheurs qui rentreront en France.

Automne

  • 14 Lorsqu’il raconte cet épisode, Leclercq ne laisse pas entendre qu’il avait l’intention de revenir (...)

54Après avoir fait ses adieux aux Micmacs de la baie de Gaspé et des environs14, Leclercq s’embarque pour la France en compagnie du père Dethune. Trente jours après le départ de Percé, le navire accoste à Honfleur et les récollets partent pour Paris (ibid., p. 593), où ils remettent au provincial diverses missives.

1681

Hiver

  • 15 Les hésitations de Leclercq étaient connues, puisque Jean Dudouyt écrit à Mgr de Laval le 9 mars : (...)

55Pendant que Germain Allart et Potentien Ozon font les démarches nécessaires à la cour et auprès de Louis Tronson, supérieur des sulpiciens de Paris, afin d’obtenir un hospice pour leurs religieux de Québec et un établissement à Montréal, Leclercq rentre dans sa province d’Artois, où son supérieur, le père Ozon, le convainc de retourner au Canada15 (ibid., p. 595-596).

56Leclercq quitte le couvent de Bapaume pour aller faire sa retraite annuelle à Arras et se disposer pour son second voyage en Nouvelle-France (ibid., p. 596).

15 mars

57Le père Dethune quitte vraisemblablement la France pour le Canada sur vin bateau de pêche (ASQ Lettres N, n° 52, f. 5) ; un autre récollet l’accompagne (ASQ, Lettres N, n° 57, f. 4), probablement le père Maxime Leclercq.

Avril

58Avant de se rendre à Paris, Leclercq repasse par Bapaume pour prendre le père François Wasson, qui doit l’accompagner au Canada (infra, p. 597) et auquel il était lié d’amitié.

28 avril

59Louis Tronson, supérieur du Séminaire de Saint-Sulpice à Paris, remet à René Macé, sulpicien, copie d’une lettre pour les récollets de Québec, dans laquelle il conseille à Dollier de Casson (s’il le juge pertinent) d’accorder un espace de terrain aux récollets à Montréal.

30 avril

60Une lettre du roi annonce à l’intendant Duchesneau qu’il donne aux récollets la place de la sénéchaussée dans la haute ville de Québec (AC, C11A, vol. 5, f. 339r°).

Début mai

61Leclercq reçoit la visite de René Macé qui le prie « instament » de s’« embarquer avec deux Religieuses Hospitalieres de Beaufort en Vallée » que l’évêque d’Angers « vouloit bien confier » à ses soins (infra p. 597-598).

10 mai

62Dudouyt écrit à Mgr de Laval que Leclercq retourne au pays avec un autre récollet (le père François Wasson) (ASQ Lettres N, n° 57, f. 4).

27 mai

  • 16 Eu 1681, Pâques fut célébré le 6 avril et la semaine de la Pentecôte, du dimanche 25 au samedi 31 (...)

63Leclercq et Wasson quittent l’Hôtel-Dieu de Beaufort-en-Vallée16 en compagnie de sœur Charlotte Gallard et de la novice Françoise Maumousseau, qui prononcera ses vœux solennels à Montréal (M. Mondoux, L’Hôtel-Dieu, premier hôpital de Montréal, 1642-1763, p. 221-222). Leclercq écrira plus tard qu’ils arrivèrent au couvent « vers les Fêtes de la Pentecôte » (infra, p. 598).

28 mai

64À Versailles, le roi concède officiellement aux récollets la place de la sénéchaussée à Québec pour y construire un hospice (AC, F3, vol. 6, f. 11 ; ANQ), Registre des insinuations du Conseil souverain, vol. 1-A, 1663-1682, f. 90v°).

29 mai

65Le père Claude Moireau, qui devait remplacer Leclercq en son absence, baptise, à la rivière Saint-Jean, Marie-Anne, fille de Richard Denys de Fronsac, âgée de quatre mois (AAQ Série U, Registre A, Acadie, f. 3).

Juin

  • 17 D’après M. Mondoux (op. cit., p. 222), la traversée dura « moins de deux mois ».

66Après un bref séjour à La Rochelle, où « Monseigneur l’Evêque » reçoit les deux religieuses qui les accompagnent « comme des veritables épouses de Jesus-Christ » (infra, p. 599), Leclercq et Wasson s’embarquent avec elles pour le Canada ; une navigation « heureuse » leur fait « voir l’embouchûre du fleuve Saint Laurent trente jours apres » leur départ (ibid., p. 600)17.

Juillet

67Leclercq quitte en canot le navire qui mouille « l’anchre devant Quebec », pour informer Μgr de Laval et ses grands vicaires de l’arrivée des hospitalières, qui sont accueillies par les ursulines en attendant que Gabriel Souart, sulpicien, les conduise à Montréal (ibid., p. 600-601).

68Après l’arrivée du Mouton blanc, qui en apporte la nouvelle, l’intendant Duchesneau apprend aux récollets que le roi leur accorde la place de la sénéchaussée pour y établir un hospice (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 204).

1er août

69Les deux hospitalières arrivent à l’Hôtel-Dieu de Montréal (M. Mondoux, op. cit., p. 222).

  • 18 Une lettre de Dollier de Casson à Valentin Le Roux, datée du 22 septembre 1681, semble plutôt indi (...)

70Peu après l’arrivée de Leclercq et de Wasson, le père Le Roux donne une obédience à Wasson pour le fort Frontenac. Les deux missionnaires font route vers Montréal avec le gouverneur Frontenac. Leclercq devait « ménager auprés de Monsieur d’Ollier Superieur du Seminaire, & Seigneur de l’Isle du Mont-Roïal » (infra, p. 601) la concession d’un terrain pour les récollets18 ; il était aussi chargé de présenter à Dollier de Casson une lettre remise à Paris par Louis Tronson, supérieur des sulpiciens (ibid., p. 602).

22 septembre

71Une lettre de Dollier de Casson à Valentin Le Roux permet de fixer le départ de Leclercq pour Québec vers cette date (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 214).

25 septembre

72Arrivée à Québec du Saint-François, qui apporte aux récollets les patentes du roi pour l’établissement d’un hospice à la sénéchaussée ; assisté de Gabriel Souart, sulpicien, le grand vicaire de Bernières préside une cérémonie au cours de laquelle il plante une croix qui met officiellement les récollets en possession du terrain (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 205). On ne sait pas si Leclercq était présent à la cérémonie.

27 octobre

73Mgr de Laval conteste aux récollets le droit de construire un hospice dans la haute ville, conformément aux patentes royales obtenues plus tôt ; il restreint son autorisation personnelle à l’établissement d’une infirmerie (AC, F3, vol. 6, f. 14-15 ; Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 208-209). Un mémoire non signé, peut-être transcrit par Leclercq, et intitulé « Eclaircissement necessaire pour l’establissement d’un hospice que Sa Majesté nous a accordé dans la haute ville de Quebek », renseigne les supérieurs majeurs de l’ordre sur les événements qui ont marqué la réinstallation de la communauté à Québec depuis 1670 jusqu’au 3 octobre 1681 et demande, s’ils le jugent à propos, « d’obtenir une lettre de cachet par forme de declaration des intentions de Sa Majesté qui auroint esté [d’]accorder cet hospice [aux récollets] comme un établissement régulier [...], c’est-à-dire comme une communauté d’hospice qui servît au soulagement et à la consolation des consciences de ses sujets » (ibid., p. 199-208).

29 octobre

74Dollier de Casson écrit à Valentin Le Roux pour lui envoyer le contrat de cession d’un terrain à Montréal (infra, p. 602-603).

2 novembre

75Frontenac recommande la famille Denys de La Ronde au ministre Seignelay ; le père étant devenu aveugle à Paris, trois ans auparavant, la charge de maître des eaux et forêts conviendrait pour le fils, âgé de vingt-quatre ans et fort sage (AC, C11A, vol. 5, f. 274v°).

14 novembre

76D’après le recensement daté de ce jour, Leclercq serait encore à Québec, affecté au couvent de Notre-Dame-des-Anges (AC, G1, vol. 460, [1681], non paginé ; A. Lafontaine, Recensement annoté de la Nouvelle-France, 1681, p. 7-8).

1682

Hiver

77Leclercq séjourne à Notre-Dame-des-Anges et œuvre dans la région de Québec.

23 février

  • 19 « Le vingt trois de fevrier [MVC] lxxxii a esté baptisée par le R.P. Chrestien Recolet Marguerite (...)

78D’après le registre signé par l’abbé François Lamy, Leclercq baptise Marguerite Ruelle à l’île d’Orléans19.

19 juin

79Dans une lettre à Mgr de Laval (ASQ Lettres N, n° 65, f. 1), Jean Dudouyt annonce le retour au Canada du père Joseph Denys, ordonné prêtre, et d’un religieux wallon, vraisemblablement Emmanuel Jumeau, qui avait manifesté dans ses lettres à Leclercq beaucoup d’intérêt pour les missions canadiennes (infra, p. 351-352).

Été

80Leclercq passe l’été en Gaspésie.

14 août

81À l’île Bonaventure, Leclercq rédige, à la demande du père Le Roux et à l’intention d’un destinataire inconnu, une lettre dans laquelle il résume la découverte de l’embouchure du Mississipi, à partir d’une relation du père Zénobe Membre qu’il aurait vraisemblablement sous les yeux (BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 169) ; dans la même lettre, il se dit prêt à s’embarquer, sans préciser si c’est pour l’île Percée ou pour Québec.

Fin de l’été

82Après trois ans d’absence, Joseph Denys débarque à Québec avec Emmanuel Jumeau, qui accompagne Leclercq chez les Porte-Croix et se met à l’apprentissage de leur langue (infra, p. 352).

Automne

83Exupère Dethune quitte définitivement l’île Percée, où il desservait depuis 1673 les pêcheurs saisonniers et les résidents (Leclercq, PEF, t. II, p. 104) ; il sera désormais vicaire du couvent de Notre-Dame-des-Anges à Québec (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 222).

1683

Hiver

84Leclercq et Jumeau passent vraisemblablement l’hiver à Miramichi. « [Jumeau] apprit la langue en tres-peu de tems, à la faveur du Dictionnaire que j’en avois composé », écrit Leclercq, « en sorte qu’il fut bien tôt en état d’instruire ces infideles » (infra, p. 352). Leclercq songe à laisser la mission à son confrère pour aller lui-même en commencer une nouvelle (ibid., p. 353).

5 janvier

85Rentré en France depuis 1681, le père Louis Hennepin publie à Paris sa Description de la Louisiane.

Avril

86Exupère Dethune et Maxime Leclercq prennent, possession de l’hospice de la haute ville de Québec.

2 juin-19 juin

  • 20 Sur cette affaire, voir « Memoire instructif contenant la conduitte des Peres Recollets de Paris e (...)

87Début d’un long conflit entre Mgr de Laval et les récollets de Québec au sujet d’un clocher construit sur l’hospice de la haute ville sans l’autorisation du prélat20 (AC, F3, vol. 6, f. 36-40). Chrestien Leclercq et Emmanuel Jumeau sont absents du couvent de Québec, puisqu’ils n’ont pas signé la « Protestation des récollets », appuyée par tous les religieux du couvent de Notre-Dame-des-Anges capitulairement rassemblés le 15 juin (original : AC, F3, vol. 142A, f. 97-108 ; transcription : ANQ fonds Genaple, Ρ 1000/45/840) ; ils sont vraisemblablement en mission à l’île Percée ou dans la baie des Chaleurs.

25 août

88Arrivée à Québec du père Henri Le Roy, nouveau commissaire et supérieur des récollets, accompagné du père Simon-Gérard de La Place (11 novembre 1683, Requête à l’intendant, AC, F3, vol. 142A, f. 111r°).

21 septembre

89Le père Joseph Denys n’a pas encore quitté Québec à cette date, veille de la Saint-Mathieu (Catherine Legardeur, « Déposition », ibid., f. 109r°), mais peut-être part-il pour l’île Percée en compagnie du frère Didace Pelletier, maître-charpentier, quand, au plus fort de la dispute qui oppose les récollets à Mgr de Laval, celui-ci interdit les religieux œuvrant à Québec.

10 novembre

90Dans une lettre au ministre Seignelay, Mgr de Laval demande de faire connaître au roi les intentions des récollets décidés à s’établir à Montréal, à Trois-Rivières et à l’île Percée, et de veiller à ce « qu’ils n’entreprennent point à l’avenir de se bastir des maisons sans la permission expresse » du roi et de l’évêque (AC, F3, vol. 6, f. 74 ; AAQ Copies de lettres, vol. 1, f. 248).

11 novembre

91Le père Le Roy écrit à l’intendant de Meulles que Mgr de Laval a interdit aux récollets de Notre-Dame-des-Anges d’exercer leur ministère dans aucune église du pays, à l’exception du père Le Roy, qui vient d’arriver, et des religieux Le Tac, Moireau, Leclercq, Jumeau, Wasson (et peut-être Denys), qui œuvrent déjà dans les missions éloignées (AC, F3, vol. 142A, f. 111v°).

92Conséquence directe du litige qui les oppose à Mgr de Laval, quelques récollets rentrent en France avec leur supérieur, Henri Le Roy, laissant au père Dethune la direction de Notre-Dame-des-Anges. Comme Leclercq et Jumeau ne sont pas à Québec lorsque ces événements se produisent, on peut supposer qu’ils sont en poste à l’île Percée, à Ristigouche, à Nipisiguit ou à Miramichi.

1684

18 mars

93Le frère Didace Pelletier n’assiste apparemment pas aux funérailles de sa mère, Catherine Vannier, célébrées par Thomas Morel, à Sainte-Anne-de-Beaupré (ANQ ZQ6, S27, Sainte-Anne-de-Beaupré, f. 62) ; il se trouve probablement avec le père Denys à l’île Percée depuis l’automne précédent, puisqu’à cette date on ne peut encore naviguer sur le fleuve.

26 mai

94Dans une lettre à Mgr de Laval, Dudouyt, son procureur, rapporte que le provincial a ordonné aux récollets de Québec d’exercer leur ministère sur appel de l’évêque seulement. Trois d’entre eux desserviront l’Acadie, l’île Percée et le fort Frontenac, tandis que les six autres demeureront à Notre-Dame-des-Anges (ASQ Lettres N, n° 79, f. 9).

95Mgr de Laval « enleve » son récollet à Richard Denys de Fronsac (« sans austre raissonnement quelque chosse que je luy peu dire », écrira celui-ci quelques années plus tard) et confie la mission des Micmacs à un prêtre du Séminaire, Louis-Pierre Thury (« Estat du temps que nous advons entreteneu des religieux et prestres à nos despents », [1689], BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 493).

Été

  • 21 Le jésuite Jacques Bigot rapporte, dans son « Journal de ce qui s’est passé dans la Mission Abénaq (...)

96Leclercq poursuit son apostolat en « Gaspesie » chez les Micmacs et auprès des pêcheurs saisonniers21.

Septembre-novembre

97Leclercq passe vraisemblablement l’automne à Québec.

98Il rencontre à Québec ou à Sillery le jésuite Jacques Bigot, auquel il aurait confié « qu’il ne souhaittoit qu’une seule grace pour ces pauvres Gaspesiens qui est de les voir venir dans nostre mission où il les y portoit tant qu’il pouvoit » (JR, vol. 63, p. 70).

6-7 octobre

  • 22 C’est aussi le titre que lui donne, dans le corps de la lettre, le père Dethune, lui-même gardien (...)

99Leclerc séjourne à Notre-Dame-des-Anges avec six récollets qui signent une déclaration concernant la démolition du clocher litigieux de l’hospice de la haute ville ; le titre de « missionnaire des Gaspesiens22 » qu’il joint à sa signature témoigne de son obédience (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 229).

4 novembre

100Comme l’indique la motion ajoutée à la déclaration précédente, Leclercq est encore à Québec (ibid.) ; Emmanuel Jumeau, qui n’a pas signé la déclaration, pourrait bien visiter les Gaspésiens de la baie des Chaleurs, de Ristigouche et des environs.

Été-automne

101Louis-Pierre Thury, prêtre du Séminaire, poursuit son activité missionnaire en Acadie, d’abord à Miramichi puis à la rivière Saint-Jean, comme l’affirme Richard Denys de Fronsac (supra, Introduction, p. 51).

1685

Hiver

102Aucun document ne nous permet de suivre Leclercq, mais on peut penser qu’il passe l’hiver à Québec.

Été

103À l’île Percée, le père Denys dessert les habitants et les pêcheurs tandis que le frère Didace construit l’église et améliore les installations existantes.

16 juillet

104Nommé pour remplacer Mgr de Laval, l’abbé de Saint-Vallier arrive au pays sur la Diligente en compagnie de Denonville, le nouveau gouverneur, et vraisemblablement du père Ferdinand Moreau, nouveau supérieur des récollets. Le navire jette l’ancre à l’île Bonaventure et appareille le lendemain midi pour Québec (« Journal du vaisseau nommé La Diligente », BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 407r°). Cette brève escale permet, semble-t-il, de visiter la mission des récollets dirigée par le père Joseph Denys (AAQ Copies de lettres, vol. 2, f. 17).

1er août

105Les nouveaux arrivants débarquent à Québec (« Journal du vaisseau nommé La Diligente », BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 408r°).

13 août

106Devant le notaire Genaple, Richard Denys de Fronsac fait donation aux prêtres du Séminaire de « trois lieuës de terre de front [...] sur pareille profondeur » à Ristigouche, à Miramichi et au Cap-Breton pour y établir à chaque endroit « une mission sédentaire avec une eglise ou chapelle » et un missionnaire assigné tant pour les Français que pour les Sauvages (AC, C11D, vol. 1, f. 188-191).

20 août

107Le gouverneur La Barre quitte Québec pour l’île Percée, où il compte « chercher passage en France dans un navire pescheur » (AC, C11A, vol. 7, f. 188r°).

14 septembre

108Pour régler le conflit qui oppose Pierre Denys et ses habitants de l’île Percée, Denys de Fronsac accorde une terre à Vincent Chateigne dit Lepine, premier habitant de l’île ; il confirme les limites des terres des autres habitants et rappelle les droits et obligations de chacun, seigneur et habitants (infra, Appendice II, p. 645-647).

4 octobre

109Emmanuel Jumeau termine et date une carte de la « grande baye de S. Laurens en la nouvelle France » (supra, p. 9).

30 octobre

110L’intendant de Meulles, qui visite l’île Percée, émet une ordonnance obligeant Simon Denys de Bonaventure à l’accompagner dans sa visite de l’Acadie, alors même que ce dernier est occupé à faire la pêche sédentaire avec dix hommes dans ses concessions (infra, Appendice ii, p. 655).

Automne

111Le père Dethune, commissaire provincial et premier missionnaire autorisé à l’île Percée (1673-1681), rentre définitivement en France.

2 décembre

  • 23 A. Couillard-Després, Histoire de Sorel de ses origines à nos jours, p. 82. Les actes de baptême, (...)

112Chargé de la mission de Sorel et de ses annexes (la rivière du Loup, Berthier, Autray et Saint-François), Leclercq célèbre un premier baptême à Sorel23.

1686

Hiver et printemps

113Leclercq passe l’hiver et le printemps dans la région de Sorel.

114Entre le 6 janvier et le 27 avril, Claude Moireau, seul récollet en Acadie, célèbre six baptêmes à Beaubassin et six autres aux Mines, où il se trouvera le 13 mai (AAQ, Série U, Registre A, Acadie, f. 11-12).

18 mai

115Parti de Québec le 17 avril, Mgr de Saint-Vallier s’arrête à Medoctec, premier fort de l’Acadie, pour visiter un village de Malécites, avant de se rendre à Richibouctou, poste de traite où campaient alors une cinquantaine d’Amérindiens (A.-T. Caron, De Québec en Acadie : sur les pas de Mgr de Saint-Vallier, p. 17-18).

20 mai

116Rappelé à Québec, le père Moireau célèbre un dernier baptême (AAQ Série U, Registre A, Acadie, f. 13) et s’apprête à quitter définitivement sa mission de Beaubassin sans être remplacé. Pendant les douze années de son ministère, il a baptisé plus d’une centaine de Français et de Micmacs dans la région de Beaubassin-Les-Mines et de la rivière Saint-Jean.

2 juin

117Mgr de Saint-Vallier passe le jour de la Pentecôte à Miramichi avec l’abbé Thury, en poste depuis 1684 chez les Crucientaux, jusque-là visités par Chrestien Leclercq et Emmanuel Jumeau. « Il était important », écrira-t-il plus tard, « que je visse moy-même en quel état étoit la petite Mission qu’on avoit commencée durant l’hyver » (Estat present de l’Eglise, p. 85).

Juin

  • 24 Dans l’Estat present de l’Eglise (p. 96), Mgr de Saint-Vallier écrira, en 1688 : « Ils avoient est (...)

118Mgr de Saint-Vallier rencontre vraisemblablement le père Claude Moireau à Beaubassin24, où il note la présence de trois familles d’indigènes chrétiens sédentaires qui cultivent le maïs (A.-T. Caron, op. cit., p. 20-21).

119Au cours de son voyage en Acadie, Mgr de Saint-Vallier reconnaît « luy-même les avantages & les utilitez » de la méthode idéographique conçue par Leclercq ; il en demande « des modeles au Reverend Pere Moreau » pour les transmettre à un missionnaire du Séminaire de Québec installé depuis peu en Acadie (probablement l’abbé Thury) (infra, p. 316 ; supra, Introduction, p. 105).

19 juin

120De retour à l’île Percée après huit mois passés sur les côtes de l’Acadie, l’intendant de Meulles rend une ordonnance pour régler les dissensions qui s’élèvent à la fois entre les pêcheurs saisonniers et avec les habitants de l’île (AC, C11A, vol. 8, f. 216-217).

3 juillet

121Leclercq termine sa mission à Sorel, où il célèbre un dernier baptême (A. Couillard-Després, Histoire de Sorel, p. 82) avant de retourner à Notre-Dame-des-Anges.

26 août

122Mgr de Saint-Vallier termine sa visite pastorale de l’Acadie. Plutôt que de passer par le petit poste de Ristigouche, au fond de la baie des Chaleurs, il se rend à l’île Percée, où il croit que sa présence « ne seroit pas inutile » (Estat present de l’Eglise, p. 110). En attendant le bateau de Québec qui doit venir le chercher, il visite toutes les installations de pêche et constate chez plusieurs pêcheurs « peu de disposition à vivre chrêtiennement, nonobstant les soins d’un bon Religieux de l’Ordre des Recollets [Joseph Denys], à qui l’on rend témoignage qu’il vit parmi eux avec beaucoup de regularité » (ibid., p. 110-111). Le prélat rentre ensuite à Québec, amenant avec lui trois jeunes Amérindiennes.

4 septembre

123Dans ses instructions, Mgr de Saint-Vallier confie au père Joseph Denys et à ses successeurs la responsabilité de donner des autorisations aux aumôniers étrangers venus avec les pêcheurs et de veiller assidûment sur leur conduite ; il insiste pour qu’on éloigne les indigènes des cabarets et pour que le baptême ne soit donné aux enfants et aux adultes amérindiens non instruits qu’en cas de nécessité ou de danger de mort ; il recommande enfin de les envoyer recevoir le baptême à la mission établie à Miramichi par Thury (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 233-236).

Automne

124Leclercq se rend à l’île Percée pour la dédicace de l’église Saint-Pierre, à laquelle participent les capitaines de navire français. Il fait ses adieux aux Gaspésiens (infra, p. 215) qui l’ont sauvé de la noyade.

16 octobre

125Richard Denys de Fronsac vend aux prêtres du Séminaire son établissement de la rivière Sainte-Croix (Miramichi) comprenant trois lieues carrées de terre de chaque côté de la rivière (ANC), François Genaple, [n° 457], non paginé). D’après l’inventaire des biens devant lui être remis le lendemain par Michel Dugré, commandant au fort en l’absence de Fronsac, Louis-Pierre Thury en doit être le premier bénéficiaire (« Memoire des choses que devoient estre livré à Monsieur Thury si tost qu’il sera arrivé au logis de la riviere Sainte Croix », ANQ, François Genaple, [n° 458], non pagine). Denys de Fronsac passe ensuite en France pour régler ses affaires (« Transaction des sieurs Fronsac et Enault », 29 août 1691, ANQ, François Genaple, [n° 798], non paginé).

Novembre

126Mgr de Saint-Vallier retourne en France pour y être sacré évêque et y obtenir ses bulles.

  • 25 Dans Premier Etablissement de la foy (t. I, p. 427), Leclercq situe son retour en France en 1687, (...)

127Leclercq rentre vraisemblablement en France25 sur l’un des dix navires de pêche qui se trouvent à l’île Percée cette année-là (AC, C11D, vol. 2, f. 8-9), en compagnie de François Wasson, chassé du fort Frontenac l’année précédente et remplacé par le jésuite Pierre Millet.

1687

Hiver

128Dans un placet au ministre Seignelay, Simon Denys de Bonaventure se plaint de n’avoir pas été payé par l’intendant de Meulles qu’il a accompagné pendant huit mois dans sa visite des côtes de l’Acadie, alors qu’il était employé « à la conduitte d’un batiment et de l’equipage ». Il supplie le ministre de le faire payer, et de lui donner « une gratiffication pour le voyage qu’il a esté obligé de faire en France tant pour demander payement, que pour estre maintenu dans le droit de la pesche sedentaire » (AC, C11A, vol. 8, f. 216v°-2l7).

129Dans une autre requête au ministre, Simon Denys de Bonaventure prétend que l’ordonnance (juin 1686) de l’intendant, contraire aux règlements et à sa concession, lui porte préjudice. Il expose les droits acquis par son père, Pierre Denys, le premier à faire la pêche sédentaire, qu’il a établie à grands frais sur l’île. En conséquence, il demande, nonobstant le règlement de l’intendant de Meulles, « d’estre maintenu dans la jouissance de touttes les conditions qui luy ont esté accordées par ses concessions ». Par ailleurs Mgr de Saint-Vallier « assure qu’il y a 7. ou 8. habitans à son habitation et qu’on y pesche, et il paroit content de sa conduite » (ibid., f. 216 r°-v°).

Février

130À Paris, Chrestien Leclercq et François Wasson rendent visite à Mgr de Saint-Vallier (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 231), sacré évêque le 25 janvier précédent.

Printemps

131Mgr de Saint-Vallier suggère au supérieur des récollets à Québec de choisir le père Simon de La Place pour assister le père Joseph Denys à la mission de l’île Percée après le départ du frère Didace (ibid., p. 230-232).

1688

132Dans son Estat present de l’Eglise, Mgr de Saint-Vallier, qui louange l’apostolat des jésuites, parle peu de celui des récollets ; mais l’extrait d’une relation de Thury qu’il introduit dans son livre (p. 46-51) montre bien que le travail des pères Leclercq et Jumeau n’a pas été vain, puisque la dévotion des Crucientaux, de même que leur intérêt pour la religion et leur désir de se faire instruire, ne peuvent être attribués au nouveau venu.

Novembre-juin

133Le père Jumeau dessert les habitants de Rivière-Ouelle et de Grande-Anse (Sainte-Anne-de-la-Pocatière), où il accompagne le père Nicolas Cadart († décembre 1688), qu’il remplacera en novembre (ANQ, ZQ6, S25, Notre-Dame-de-Liesse-de-la-Rivière-Ouelle, Registre de l’état civil, non paginé ; H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire des actes de baptême, mariage, sépulture et des recensements du Québec ancien, vol. 3).

Sans date

134Dans son recensement du domaine de Nicolas Denys, Richard Denys de Fronsac dénombre à l’île Percée « cinq principaux habitans » et un total de vingt-huit personnes ; dans la baie des Chaleurs, trois habitants et vingt-sept personnes, sans tenir compte des soixante familles « sauvages » ni des vieillards célibataires ou veufs ; à Nipisiguit, trois habitants, douze personnes et environ quatre cents « Sauvages » ; à la rivière Sainte-Croix ou Miramichi, demeure principale de Fronsac, où résident à l’année douze travailleurs, les trois habitations comptent quatorze personnes et les quatre-vingts cabanes de « Sauvages » font plus de cinq cents personnes (BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 331-332v°).

Août

135Des corsaires venus de Salem pillent Chedabouctou (supra, p. 71).

Automne

136Aucun missionnaire ne dessert Ristigouche, Nipisiguit et Miramichi, comme le souligne Fronsac à la fin de son recensement : « J’ay eu des recollets neuf ans de temps à mes despents pour l’instruction des Sauvages, mais les Esvesques de Kebec les ont chassé de mes rivieres. J’ay receu un prestre de Kebec qui a esté deux ans à mes despents et lesdits Evesques me l’ont austé ainsy il n’y en aura point cet hyver qui faict un tres grand torp à nos Sauvages et François » (BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 332ν°)

11-18 décembre

137À l’hospice de la haute ville de Québec, les religieux résidents de Notre-Dame-des-Anges (Séraphin Georgemé, Sixte Le Tac, Ambroise Pelerin, Ludovic Everard, Luc Charon et Charles Bazire) font des funérailles au père Nicolas Cadart, enfreignant l’interdiction de Mgr de Saint-Vallier (AAQ Registre des insinuations ecclésiastiques, vol. A, f. 240-251).

1689

19 mars

138À Paris depuis l’année précédente pour obtenir la prolongation de la concession et de la commission de son père qui vient de mourir, Denys de Fronsac reçoit l’aide de quelques personnages influents (BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 335-337).

22 avril

139Mgr de Saint-Vallier émet des lettres patentes pour l’établissement des récollets à Plaisance (AAQ Registre des insinuations ecclésiastiques, vol. A, f. 481).

Juin

140Joseph Denys et Didace Pelletier quittent l’île Percée pour Plaisance en compagnie de Mgr de Saint-Vallier et de Sixte Le Tac (O. Jouve, Le Frère Didace Pelletier, p. 154-155). Les récollets laissent vraisemblablement au moins un religieux à l’île Percée pour assister les quelques centaines de personnes que la saison de pêche ramène sur la côte.

2 juillet

141Après avoir célébré un dernier baptême à l’église de Rivière-Ouelle, le 29 juin précédent (ANQ ZQ6, S25, Notre-Dame-de-Liesse-de-la-Rivière-Ouelle, Registre de l’état civil, non paginé), le père Jumeau passe à Cap-Saint-Ignace (ANQ, ZQ6, S67, Saint-Ignace-de-Loyola, Registre de l’état civil, f. 9), où il célèbre un baptême avant de se rendre à Notre-Dame-des-Anges pour sa retraite annuelle.

3 août

142Philippe Énault de Barbaucannes, qui avait accompagné Leclercq chez les Porte-Croix de Miramichi en 1677, obtient « l’estendüe de deux lieues de front sur deux lieües de profondeur dans ladite riviere de Nipisiguit dans la Baye des Chaleurs, [...] avec droit de traiter avec les Sauvages, et de chasser et de pescher dans ladite etendüe de terre concedée » (ANQ Registre des insinuations du Conseil souverain, cahier B, f. 91r°-v°).

5 août

143Raid meurtrier des Iroquois contre Lachine (supra, p. 78, n. 244).

25 septembre

  • 26 Parti de La Rochelle le 23 juillet, il arrive à Chedabouctou le 12 septembre, croise l’île Percée (...)

144Le navire qui ramène Frontenac en Nouvelle-France26 passe à l’île Percée, où le gouverneur apprend par les récollets que le Canada se trouve « dans une grande desolation par l’irruption que les Iroquois avoient faite dans l’isle de Montreal » (15 novembre 1689, AC, C11A, vol. 10, f. 218r°).

13 novembre

145Saccage de Lachesnaye par les Iroquois (supra, p. 78, n. 244).

23 novembre

146Le navire qui transporte le père Jumeau fait naufrage contre le cap des Rosiers (infra, p. 208) ; le récollet a la vie sauve et hiverne vraisemblablement à l’île Percée.

1690

147Leclercq est « Gardien du Convent de Lens », dépendant de la province récollette d’Artois (infra, p. 189).

Février

148Des flibustiers anglais pillent l’établissement de Plaisance, que desservent le père Joseph Denys et le frère Didace Pelletier (père Hugolin [Lemay], Le Père Joseph Denis, p. 188-189 ; supra, p. 80).

6 mai

149Pour défaut de paiement, Richard Denys de Fronsac fait annuler le contrat de vente de son établissement de Miramichi au Séminaire de Québec (16 octobre 1686), ainsi que les concessions de terre à Ristigouche, à la rivière Sainte-Croix et au Cap-Breton (13 août 1685) (ANQ François Genaple [27 décembre 1685-22 janvier 1690], [n° 458], non paginé).

20-30 mai

150L’amiral Phips, à la tête de quatre cent cinquante hommes, s’empare de Port-Royal défendu par soixante-dix hommes seulement. Après avoir pillé la place et démoli le fort, les attaquants font prêter aux habitants « serment d’allégeance au roi Guillaume et à la reine Marie, au milieu des acclamations et des réjouissances » (supra, p. 81).

7 juillet

151Les fermiers du domaine du roi se plaignent des fraudes et de la contrebande faites à l’île Percée ; ils demandent que les voyageurs soient tenus de « rapporter leurs castors à droiture au bureau à Québec » (Versailles, lettre de Pontchartrain à Frontenac, AC, C11A, vol. 11, f. 104r°).

Août

152Pendant huit jours, des Anglais de Boston pillent et détruisent Percé et l’île Bonaventure, devant le père Jumeau impuissant (infra, p. 209-214).

28 août

153De Plaisance, Joseph Denys supplie le ministre d’aider les familles du lieu que les Anglais ont jetées dans la misère (père Hugolin [Lemay], Le Père Joseph Denis, p. 191-193).

Août-septembre

154Une coalition d’Iroquois et d’Anglais de la Nouvelle-Angleterre, du Maryland et de New York, qui devait attaquer le Canada par le Richelieu avant de se joindre à l’expédition de Phips contre Québec, se débande sans avoir attaqué Montréal (supra, p. 84).

10 septembre

155Emmanuel Jumeau quitte Percé pour la France, à bord d’un navire poursuivi par sept bâtiments anglais qui attaquent de nouveau l’établissement de Percé et brûlent les habitations de Petite Rivière (infra, p. 213-214).

15 octobre

156Débarqué à l’île Dieu, le père Jumeau écrit à Chrestien Leclercq pour lui apprendre la destruction du poste de pêche et de la mission des îles Percée et Bonaventure (ibid., p. 214).

16 octobre

157Sous le commandement de Phips, une flotte de trente-deux navires chargés de deux mille miliciens fait le siège de Québec.

25 octobre

158Phips doit rentrer à Boston sans avoir pu prendre Québec.

30 décembre

159Leclercq obtient le « privilège » de faire imprimer les deux ouvrages qu’il vient de terminer : Nouvelle Relation de la Gaspesie et Premier Etablissement de la foy dans la Nouvelle France (voir supra, p. 107, et infra, p. 203).

1691

25 février-3 mars

160Le Journal des Savants (p. 90-101) publie un abrégé du Premier Etablissement de la foy.

16 avril

161Le roi confirme la concession faite par Frontenac et Champigny à Richard Denys de Fronsac, « au lieu appelle Miramichy », en Acadie (ANQ Registre des Insinuations du Conseil souverain, cahier B, 1679-1705, f. 104).

20 avril

162« Achevé d’imprimer » de la Nouvelle Relation de la Gaspesie (infra, p. 204). Le père Valentin Le Roux, ancien commissaire et gardien de Notre-Dame-des-Anges, est maintenant custode des récollets de la province de Saint-Denys en France (infra, p. 310-311). Son attachement pour Leclercq au Canada permet de croire qu’il aura renoué en France avec ce dernier et qu’il aura fortement encouragé son initiative.

  • 27 Certains exemplaires portent : « Achevé d’imprimer pour la premiere fois le 26 Juillet 1691. »

163« Achevé d’imprimer » du Premier Etablissement de la foy dans la Nouvelle France27.

10 mai

164Dans sa lettre au ministre, l’intendant Champigny rapporte le dénuement des matelots basques qui se sont enfuis de l’île Percée lors du pillage par les Anglais : « Je vous ay mandé Monseigneur qu’il y avoit à Quebec cent cinquante matelots basques, qui s’estoient sauvés de l’isle Percée lors de la prise de leurs vaisseaux par les Anglois, ces Basques n’ayant pü repasser en France l’année derniere, faute de batimens sont tombez dans une trés grande misere, en sorte que j’ay esté dans l’obligation d’en faire vivre une partie chez des habitans et de les passer dans les roles des compagnies pour payer leur nouriture. » Il annonce aussi le départ immédiat de Mgr de Saint-Vallier pour Paris (AC, C11A, vol. 11, f. 253v°).

165« Les Recolects de la Nouvelle France supplient Sa Majesté de leur accorder quelque aumosne en consideration de la perte qu’ils ont faite le 18. septembre dernier à la descente des Anglois dans les isles Percée et Bonnaventure où les ornemens de l’eglise et les vases sacrez ont esté enlevez, et leur eglise et convent reduits en cendre » (Résumé d’une lettre de Champigny, ibid., f. 204v°).

25 juin

166Le Journal des Savants (p. 265-269) fait paraître un abrégé de la Nouvelle Relation de la Gaspesie.

20 août

167Fronsac reprend partiellement ses droits sur la concession de Nipisiguit, cédée à son insu à Philippe Énault (ANQ, François Genaple, [n° 798], non paginé).

Automne

168Richard Denys de Fronsac, âgé de trente-sept ans, périt en mer lors du naufrage du Saint-François-Xavier.

1692

Avril

169Le roi accorde aux récollets une compensation de cinq cents livres pour remplacer les vases sacrés pillés par les Anglais lors du saccage de l’île Percée (RAPQ, 1939-1940, p. 302).

14 avril

170Le père Joseph Denys dessert les habitants de Portneuf (Cap-Santé) (père Hugolin [Lemay], « Joseph Denys », Revue du Tiers Ordre, vol. 26, p. 374).

Août

171Onze ans après la visite des pères Leclercq, Filiastre et Wasson, avec qui les sulpiciens avaient négocié la donation d’un terrain, les récollets s’établissent à Montréal. Joseph Denys dirige les travaux du couvent dont il sera le premier gardien (père Hugolin [Lemay], L’Établissement des récollets à Montréal, p. 30-32).

Octobre

172La Bibliothèque universelle et historique (p. 86-94) publie un compte rendu de la Nouvelle Relation de la Gaspesie.

1693

173Chrestien Leclercq réside au couvent de Bapaume en Artois (Arnaud, La Morale pratique des jésuites, dans Œuvres, t. XXXIV, p. 720).

174Dans La Morale pratique des jésuites, Arnaud vilipende la Compagnie de Jésus et l’accuse d’avoir voulu empêcher la parution du Premier Etablissement de la foy, auquel il emprunte la matière d’un long chapitre intitulé « Reflexions sur un livre donné au public par les Révérends Peres Récollets en 1691, intitulé : Premier etablissement de la foi dans la nouvelle France » (op. cit., p. 669-720).

1er mars

175À Versailles, le roi confirme et ratifie la concession faite aux récollets par Catherine Leneuf, femme et procuratrice de Pierre Denys de La Ronde (dite « damoiselle Denis »), mère du père Joseph Denys. Le terrain jouxtant celui de la sénéchaussée appartenant aux récollets servira à la construction d’un nouveau couvent pour remplacer celui de Notre-Dame-des-Anges, cédé à Mgr de Saint-Vallier pour y établir son Hôpital général.

15 octobre

176Le père Simon-Gérard de La Place organise une mission de « Sauvages » à la rivière Saint-Jean, en Acadie (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 253).

1696

177Les récollets de Québec demandent au roi compensation pour les pertes subies lors de la prise du Saint-Joseph (1694) et pour la destruction de l’hospice de l’île Percée, pillé par les Anglais ; ils affirment avoir perdu dans ce désastre « 4. à 5. mil en meubles d’église, livres &ca. » ; le père Hyacinthe Perrault, qui les représente, fait valoir que « les proprietaires des terres de ce canton demandent des religieux, à quoy ils ne peuvent subvenir, s’ils ne sont secourus par Sa Majesté, n’ayant que 12C. ll d’une part et 5C. ll de l’autre » (AC, C11A, vol. 120, f. 40r°-v°).

1697

178À la demande du maire et des échevins, Chrestien Leclercq, « récollet d’Arras », prêche « la station de l’Avent, du Carême et de l’Octave pour Saint-Pol » (Arras, Archives départementales, G, vol. 3, f. 51v° ; Archives des franciscains de Montréal, fonds Jouve, dossier Chrestien Leclercq, f. 44).

1698

  • 28 Dans sa préface, il écrit encore : « [...] j’ai plus de connoissance de ces Vastes païs que le R. (...)

179D’après Louis Hennepin, Leclercq serait « définiteur » des récollets de la province d’Artois (« Préface », Nouveau Voyage, 1698) ; il accuse Leclercq d’avoir utilisé, pour le Premier Etablissement de la foy, une copie de sa Nouvelle Decouverte (copie faite à Québec par le supérieur Le Roux), à laquelle Leclercq se serait contenté d’ajouter « des memoires du Pere Zenobe Mambré28 ».

1699

28 octobre

180Mgr de Saint-Vallier demande au ministre qu’on établisse une mission de récollets en Acadie, « d’où l’on pust tirer les secours necessaires pour les endroits les plus abandonnez de ce pays, la depense n’en serait pas grande, ces Religieux vivant à beaucoup meilleur marché que des Esclesiastiques. En attendant que Sa Majesté y fasse les establissemens qu’elle jugera à propos il y a envoyé 2. excellents religieux » (AC, C11A, vol. 120, f. 76).

Sans date

181Les récollets demandent une aide pour favoriser leur « retablissement » à l’île Percée et rappellent qu’en 1692 le roi avait remis les choses « apres la Paix ». Ils font à nouveau valoir « que cet establissement est d’une grande utilité à cause du nombre considerable de vaisseaux qui y vont à la pesche depuis la paix, aux esquipages desquels ils administrent les sacremens, et pour l’instruction des Sauvages de ce quartier » (ibid., f. 77r°-v°).

1700

28 mars

  • 29 « Noms et qualitez de ceux, qui sont chargez d’avoir enseigné, decidé, soutenu et pratiqué la faus (...)

182Alors que Chrestien Leclercq est « gardien » du couvent des récollets de Saint-Omer, des accusations sont portées contre lui et contre trois autres ecclésiastiques pour avoir « intimidé, menacé, enseigné, pratiqué les revelations des confessions et produit leurs penitens, pour deposer en justice leurs confessions contre le curé de Courcelles ». Suivant l’extrait de l’information, vingt-deux témoins et deux femmes personnellement assignées à comparaître accusent les « trois missionnaires confesseurs de Courcelles, decrettez de prise de corps par arret du conseil d’Artois et fugitifs29 ».

15 mai

  • 30 Voir la lettre du ministre au gouverneur Callière et à l’intendant Champigny ; « Sa Majesté n’a ri (...)

183À Versailles, le roi refuse de faire ou de laisser faire un établissement à l’île Percée et d’y rétablir les récollets30.

1708

16 avril

184Chrestien Leclercq est de nouveau accusé avec une trentaine d’ecclésiastiques et de religieux. Un extrait intitulé « De l’addition d’information des Revelations d’Arras, Bapaulme, et autres lieux » montre qu’ils sont pris à partie pour avoir « enseigné, decidé, et pratiqué, la fausse doctrine d’obliger le penitent par refus d’absolution de reveler le complice, ce qu’ils ont fait de differentes manieres, d’où se sont ensuivies des procedures criminelles des ecclesiastiques religieux et laïques inquiettez, disgraciez et perdus sans sçavoir pourquoi » (Pistoie, Bibl. Fabroniana, vol. 35 ; Archives des fransciscains de Montréal, fonds Jouve, dossier Chrestien Leclercq, f. 119-123). Ces causes sont portées à l’attention de Rome, mais on ignore si Leclercq y est condamné.

Notes

1 Leclercq, dont on ignore le prénom à la naissance, prit celui de « Chrestien » à son entrée chez les récollets. Comme on n’a pas retrouvé son acte de baptême, les hypothèses sur l’année de sa naissance s’appuient sur le recensement fait dans la colonie en 1681 : on lui donne alors quarante ans (A. Godbout et R. Bacon, « Père Chrestien Leclercq », DBR, p. 567). La seule allusion à son âge dans la Nouvelle Relation de la Gaspesie s’accorde avec les données du recensement et suggère de fixer la naissance de Leclercq après 1638. Reprochant à celui-ci sa prétention à connaître leur tradition mieux que les Amérindiens, un Micmac de Miramichi lui dit, en effet, dans une conversation qui se situe vraisemblablement dans les premiers mois de 1678 : « Tu n’as pas encore quarante ans, & il n’y en a que deux que tu demeures avec les Sauvages ; & tu prétens sçavoir nos maximes, nos traditions & nos coûtumes mieux que nos ancêtres, qui nous les ont enseignées » (infra, p. 390).

2 On ne connaît pas avec certitude le lieu de naissance de Leclercq, mais on peut supposer qu’il est originaire de Bapaume. Une allusion de la Nouvelle Relation de la Gaspesie (p. 595-596), où Leclercq parle de ses parents et amis de Bapaume qui tentèrent de l’empêcher de « retourner en Canada », donne du crédit à cette hypothèse. Dans une lettre à Mgr de Laval, Jean Dudouyt confirme que l’Artois était le « pais » de Chrestien Leclercq (voir infra, p. 154, n. 15).

3 Selon H. Le Febvre (op. cit., p. 134), le navire accosta à Québec en août, mais Leclercq (PEF, t. II, p. 121-122) donne le début de septembre comme date d’arrivée ; les pièces du Conseil souverain de la Nouvelle-France tendent à montrer que le navire arriva entre le 2 et le 16 septembre (Jugements et délibérations, t. I, p. 986-988).

4 Le fait que Leclercq soit parti de Québec avec des écrits de langue algonquine plutôt qu’avec des instruments de travail en micmac soulève des doutes sur l’avancement de l’activité missionnaire des récollets auprès des Micmacs. L’erreur sera réparée au printemps suivant, quand le père Dethune lui remettra vraisemblablement les outils nécessaires à son travail missionnaire.

5 Selong Ganong, Godbout et Dumas, Leclercq aurait passé l’été parmi les Micmacs de Ristigouche (DBC, t. I, p. 450), mais il s’agit d’une erreur : le séjour à Ristigouche doit être placé à l’été de 1677.

6 Une autre allusion de la Nouvelle Relation de la Gaspesie montre qu’il s’agissait du premier séjour de Leclercq à Gaspé : en 1680, son père adoptif lui rappelle que la cérémonie se fit « la premiere fois [qu’il vint] demeurer dans [leurs] cabannes » (infra, p. 586).

7 Quelques allusions dans la lettre de Valentin Le Roux à Leclercq, en 1679, permettent de dater ce voyage à Québec : « [...] la resolution que j’avois remarquée en vous l’année derniere, de faire un sacrifice perpetuel de vos travaux à nos anciennes Missions [...] » (infra, p. 395) ; « Je vous trouvai l’année derniere dans les sentimens assez conformes à ceux de la grace sur cet article [...] » (ibid., p. 402) ; « [...] votre première resolution, où je vous voïois l’année dernière [...] » (ibid., p. 403).

8 Les registres de l’archevêché de Québec ne mentionnent aucune autorisation pour Leclercq après celle de 1675, mais beaucoup de pièces manquent. On peut présumer que Mgr de Laval renouvela son autorisation, car il n’aurait pas toléré que Leclercq poursuive ses activités sans sa permission expresse. Lorsque le missionnaire rentrera en France en 1680, le prélat n’hésitera d’ailleurs pas à le presser de revenir dans sa mission (ibid., p. 596).

9 Connaissant vraisemblablement les hésitations du missionnaire, Richard de Fronsac écrit au père Le Roux que les Français et les « Sauvages » ont « une entière confiance » en Leclercq (ibid., p. 403).

10 Ayant reçu leurs obédiences au mois de juillet (PEF, t. II, p. 145), les missionnaires n’attendaient peut-être plus le père Le Roux.

11 De Québec, il écrit au ministre le 9 octobre 1679 : « Les affaires qu’il y a tous les ans à traiter avec les nations sauvages qui descendent à Montreal vers la fin de juillet m’ayant obligé de partir d’icy le six du même mois, je me donnay l’honneur de vous ecrire avant mon depart, et laissay mes depeches pour les mettre dans deux vaisseaux qui devoient faire voile peu de jours apres, l’un pour Bordeaux, et l’autre pour La Rochelle. [...] Par mon absence de deux mois et demy hors de Quebec, je pensois aussy faire cesser la resolution que Monsieur Duchesneau avoit inspirée à tous les Conseillers [...] » (AC, C11A, vol. 5, f. 5r°-v°). Dans sa lettre du 6 octobre, l’intendant Duchesneau écrit au ministre que Frontenac est rentré de Montréal depuis trois jours (AC, C11A, vol. 5, f. 28v°) ; quatre jours plus tard, il confirme que le gouverneur « est demeuré à Montréal depuis le mois de juillet jusques au comancement d’octobre » (ibid., f. 39v°).

12 C’est ce que laissent supposer l’acte du 30 octobre 1679 et celui du 2 février 1680. Un passage de la Nouvelle Relation de la Gaspesie (p. 310, 313-314) pourrait donner à croire que Leclercq retourna dans sa mission à l’automne de 1679, mais cela n’est guère vraisemblable : aurait-il pu quitter Québec au début de novembre 1679 et y revenir avant le début de février ?

13 Elle se faisait généralement entre le premier juin et la fin du mois d’août dans plusieurs rivières des environs de l’île Percée comme celle de Barachois.

14 Lorsqu’il raconte cet épisode, Leclercq ne laisse pas entendre qu’il avait l’intention de revenir au Canada ; peut-être à ce moment n’avait-il pas encore pris sa décision (voir infra, p. 582-583).

15 Les hésitations de Leclercq étaient connues, puisque Jean Dudouyt écrit à Mgr de Laval le 9 mars : « Le pere Chrestien est en son pais ; il n’est pas asseuré qu’il retourne quoy qu’il ayt mandé qu’il viendra pour s’embarquer par les derniers vaisseaux [...] » (ASQ, Lettres N, n° 52, f. 5).

16 Eu 1681, Pâques fut célébré le 6 avril et la semaine de la Pentecôte, du dimanche 25 au samedi 31 mai (J. J. Bond, Handy-Book of Rules and Tables for Verifying Dates with the Christian lira, p. 139).

17 D’après M. Mondoux (op. cit., p. 222), la traversée dura « moins de deux mois ».

18 Une lettre de Dollier de Casson à Valentin Le Roux, datée du 22 septembre 1681, semble plutôt indiquer que le père Luc Filiastre « estoit chargé [...] de toutte cette negociation » et que le « pere Chrestien & le pere François qui l’accompagnoient ont eté tres contents aussy » (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle. France, p. 211).

19 « Le vingt trois de fevrier [MVC] lxxxii a esté baptisée par le R.P. Chrestien Recolet Marguerite Ruelle agée de huit jours fille de Clément Ruelle & de Marguerite Leclerc, sa femme. Les parrain & marraine ont esté Jean Costé & Marie Charlotte Bellenger femme de Jean Langlois. F. Lamy » (ANQ, Saint-Laurent, île d’Orléans, Registre de l’état civil, f. 18 ; voir aussi dans H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire des actes de baptême, mariage, sépulture et des recensements du Québec ancien, vol. 2, p. 385).

20 Sur cette affaire, voir « Memoire instructif contenant la conduitte des Peres Recollets de Paris en leur mission de Canada depuis l’année, 1615 jusques en la presente année, 1684 », dans P. Dubé, Les Frères insoumis, p. 28-44, 128-141, 170-212.

21 Le jésuite Jacques Bigot rapporte, dans son « Journal de ce qui s’est passé dans la Mission Abénaquise », terminé le 6 octobre 1684 : « [...] le Révérend Pere Chrestien Recollet qui est pour la plus part du temps comme vous sçavez aux pays des Gaspessiens [...] les Instruit avec un tres grand zele [...] » (JR, vol. 63, p. 70).

22 C’est aussi le titre que lui donne, dans le corps de la lettre, le père Dethune, lui-même gardien du couvent et commissaire provincial (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 227).

23 A. Couillard-Després, Histoire de Sorel de ses origines à nos jours, p. 82. Les actes de baptême, de mariage et de sépulture consignés à Sorel entre 1679 et 1686 sont perdus : ils n’apparaissent ni dans les registres microfilmés de la paroisse de Sorel ni dans le Répertoire des actes de baptême, mariage, sépulture et des recensements du Québec ancien de H. Charbonneau et J. Légaré. L’index microfilmé signale cependant, en date du 2 décembre 1685, le baptême de Catherine Olivier, fille de Jean et Elisabeth Renaud (ANC), Saint-Pierre-de-Sorel, Registre de l’état civil, Index, p. 9). Voir le manuscrit de l’abbé Isidore Desnoyers (conservé à l’évêché de Saint-Hyacinthe), « Histoire de la Paroisse de Sorel », f. 34 : « 1685. Le R. P. Chrétien Leclerc Recollet ne fut mission, à Sorel que pendant sept mois, c.-à-d. du 2 Déc. 1685 au 3 juill. 1686. Il n’a fait que 9 actes aux Rég. tous recopiés et [envoyés] plus tard de Messire Collet. Il signe “f. Chrestien Leclerc Recollet, pr missre”. Il est fort probable qu’il desservit simultanément les annexes obligées de Sorel ; savoir la Riv. du Loup, Berthier, Autray et S. François, et qu’il résidait à Sorel. »

24 Dans l’Estat present de l’Eglise (p. 96), Mgr de Saint-Vallier écrira, en 1688 : « Ils avoient esté assistez jusques là par un Pere Recollet, mais ayant esté rappelle pour y étre superieur de leur Maison, je leur ay donné un prestre qui leur servira de Curé, comme ils le desirent. » En réalité, il chargea le sulpicien Louis Geoffroy, laissé à Port-Royal, du soin de visiter Beaubassin et autres lieux voisins. Ce n’est qu’à l’été de 1688 qu’un autre sulpicien, Claude Trouvé, s’installa à Beaubassin.

25 Dans Premier Etablissement de la foy (t. I, p. 427), Leclercq situe son retour en France en 1687, mais peut-être y arriva-t-il à la fin de 1686.

26 Parti de La Rochelle le 23 juillet, il arrive à Chedabouctou le 12 septembre, croise l’île Percée le 26 et atteint Québec le 12 octobre ; il est vraisemblablement accompagné du père Luc Filiastre, nommé commissaire provincial et gardien du couvent de Notre-Dame-des-Anges à Québec (O. Jouve, « Père Luc Filiastre », DBR, p. 425).

27 Certains exemplaires portent : « Achevé d’imprimer pour la premiere fois le 26 Juillet 1691. »

28 Dans sa préface, il écrit encore : « [...] j’ai plus de connoissance de ces Vastes païs que le R. P. Chrêtien le Clercqz [...] qui en a publié l’histoire. »

29 « Noms et qualitez de ceux, qui sont chargez d’avoir enseigné, decidé, soutenu et pratiqué la fausse doctrine des revelations des confessions, et obligé par refus d’absolution le penitent de reveler le complice ecclesiastique ou laique pour le plus grand bien, ou pour la correction fraternelle, laquelle le Confesseur doit faire au cas que le penitent ne soit idoine pour cela » (« Extrait de l’information de Courcelles », Pistoie, Bibl. Fabroniana, vol. 35 ; copie Archives des franciscains de Montréal, fonds Jouve, dossier Chrestien Leclercq, f. 118-126). L’extrait donne, avec celui des accusés, le nom des témoins et mentionne les faits reprochés à chacun.

30 Voir la lettre du ministre au gouverneur Callière et à l’intendant Champigny ; « Sa Majesté n’a rien à adjouter à ce qu’elle leur escrivit l’année dernière sur la proposition de faire un establissement à l’Isle percée. Elle a encore refusé cette année aux Recolets de s’y establir, ce poste est trop exposé aux incursions des ennemis en temps de guerre et des forbans en temps de paix. Et Sa Majesté ne veut pas qu’ils permettent à personne d’y faire d’establissement, c’est une chose qui peut estre bonne à l’avenir s’il y a un excedent d’hommes en Canada ou à l’Acadie il n’est pas encore temps » (AC, B, vol. 22, f. 106r° [92]).

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search