Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Introduction

Texte intégral

I – La France au Canada et en Acadie

  • 1 Le poisson pouvait être séché sur la grève ou salé (« vert ») sur les bateaux de pêche.
  • 2 Les historiens et les archéologues n’ont pu encore dater avec précision les premiers échanges entr (...)

1Bien avant que les premiers grands explorateurs n’entreprennent leurs voyages en Amérique du Nord, les baleiniers et les morutiers européens en avaient sondé les côtes. Depuis le grand banc de Terre-Neuve, qui leur laissait espérer d’autres riches pêcheries, certains d’entre eux poussèrent vers le golfe du Saint-Laurent et s’approprièrent discrètement une anse, une crique, une « grave » où ils revenaient sans crainte d’être supplantés ou malmenés par les compétiteurs. Le marché européen absorbait toutes les prises, poisson vert ou sec, morue ou saumon, baleines, marsouins, loups-marins, et aussi bien les chairs que les huiles. Très tôt, une partie des équipages mit pied à terre pour faire sécher le poisson1 sur les galets du rivage ou sur de petits échafauds hâtivement construits (les « vignaux »). Ces activités saisonnières amenèrent occasionnellement les pêcheurs de morue et de mammifères marins à échanger avec les autochtones quelques objets métalliques d’utilité courante (haches, couteaux, peignes, miroirs) contre des fourrures2.

  • 3 Cartier, Relations, p. 103.
  • 4 On a la preuve maintenant que l’équipage de Micheau de Hoyarsabal a hiverné parmi les Amérindiens (...)

2Lors de son premier voyage en Amérique, Cartier avait justement observé ces navires qui faisaient « la plus grande pescherie de grosses molues qui soit possible3 » entre Terre-Neuve et le Labrador et avait décrit la rencontre de peuplades indigènes (Micmacs, Montagnais et Iroquoiens) qui se déplaçaient le long des côtes de la baie des Chaleurs, de Gaspé et de Blanc-Sablon. Mais il aura fallu un second voyage pour que l’explorateur découvre l’entrée du Saint-Laurent et qu’il remonte le fleuve jusqu’aux bourgades de Stadaconé (Québec) et de Hochelaga (Montréal). Ses Relations de voyage suscitèrent la première entreprise de colonisation outre-Atlantique, que François Ier confia à Jean-François La Rocque de Roberval, à titre de lieutenant général au pays de Canada. L’échec de l’établissement situé à Charlesbourg-Royal, près de Stadaconé, mit fin aux expéditions financées par le royaume, mais les particuliers intéressés aux fourrures et aux pêches continuèrent à armer des navires qui reviendront régulièrement sur les côtes du Canada et de l’Acadie. Ainsi, vers 1585, des marchands malouins instauraient la traite dans la vallée du Saint-Laurent, tandis que les pêcheurs basques atteignaient l’embouchure du Saguenay et construisaient, sur l’île dite « aux Basques », des fours rudimentaires pour y fondre les graisses de baleine et de phoque4.

Les premières colonies de peuplement (1603-1629)

  • 5 Champlain, Des Sauvages, chap. X, éd. Biggar, t. I, p. 167-168.

3A la différence de l’Espagne qui s’est déjà taillé une vaste colonie en Amérique, la France, embourbée dans d’interminables guerres de religion, ne peut guère songer à une expansion coloniale nord-américaine avant que l’édit de Nantes ne ramène la paix religieuse, en 1598. Cependant, la route est ouverte. Les territoires et les richesses de l’Amérique septentrionale sont maintenant connus, de même que ses habitants, dont quelques-uns ont déjà paru à la cour de France. Après les vains essais de Chauvin à Tadoussac et de La Roche à l’île de Sable, sur les côtes de l’Acadie, une compagnie de marchands, dirigée par Aymar de Chaste, confie l’exploration du Saint-Laurent à François Gravé Du Pont et au cartographe Samuel de Champlain. En 1603, ils abordent au poste de Tadoussac, où sont rassemblés des Etche-mins, des Montagnais et des Algonquins qui les accueillent amicalement. L’expédition remonte le fleuve jusqu’aux rapides de Lachine, redescend à Tadoussac puis explore la baie de Gaspé avant de passer à la baie des Morues et à l’île Percée. Dans le compte rendu de cette expédition publié en 1603 sous le titre Des Sauvages, Champlain confirme que « cesdits lieux de Gachepay, baie des Molùes et isle percée, sont les lieux où se faict la pesche du poisson sec et verd5 ».

  • 6 Nicolas Aubry, prêtre séculier, et un pasteur calviniste avaient accompagné Du Gua de Monts en 160 (...)
  • 7 En décembre 1606, cent cinq colons avaient fondé le premier établissement anglais à Jamestown en V (...)

4Le voyage de Gravé Du Pont et de Champlain aura procuré une meilleure connaissance du pays et permis de nouer avec les autochtones des liens favorables au commerce et même à un partage du territoire comme l’a lui-même proposé le grand chef algonquin Tessouat. Pourtant, lorsque reprendront les expéditions après le décès d’Aymar de Chaste, l’Acadie sera choisie pour expérimenter une première colonie de peuplement, en raison principalement de sa proximité des côtes européennes et de la clémence de son climat. C’est ainsi que naissent le poste de Sainte-Croix en 1604 (bientôt abandonné) et celui de Port-Royal (Annapolis Royal, N.-É.) un an plus tard, sous le commandement du protestant Pierre du Gua de Monts, puis du catholique Jean de Biencourt de Poutrincourt. Un premier missionnaire6 arrivé en 1610, l’abbé Jessé Fléché, a déjà baptisé une centaine de Micmacs quand débarquent l’année suivante les jésuites Pierre Biard et Énemond Massé. Protestant contre le baptême de ces catéchumènes qui, affirment-ils, ignorent tout des vérités de la foi catholique, les deux religieux entrent immédiatement en conflit avec Poutrincourt, qui s’était opposé à la venue de jésuites à Port-Royal et qui tente de restreindre leur champ d’action. La tension grandit à tel point que Biencourt, le fils de Poutrincourt, empêche les missionnaires de rentrer en France et que ceux-ci excommunient ceux qui utilisent la force contre eux. En 1613, la cour retire les jésuites de Port-Royal et les place sous la protection de René Le Coq de La Saussaye, qui fonde la petite colonie de Saint-Sauveur, sur l’île des Monts-Déserts. La même année, prétextant que le territoire français empiète de cinq degrés sur celui de l’Angleterre7, le capitaine virginien Samuel Argall détruit les installations de Saint-Sauveur, de Sainte-Croix et de Port-Royal. Faits prisonniers, les jésuites sont bientôt renvoyés en France et les habitants qui restent sont amenés à Jamestown ou abandonnés sur place.

  • 8 Sagard, Histoire du Canada, livre I, chap. IV, éd. Tross, p. 43 ; Champlain, Voyages et des couver (...)
  • 9 Leclercq, PEF, t. 1, p. 92-99 ; M. Trudel, Histoire de la Nouvelle-France, t. I : Les Vaines Tenta (...)

5Alors que les Français d’Acadie sont aux prises avec les Anglais, le poste de traite de Québec, fondé par Champlain en 1608, est en passe de devenir un établissement permanent. En 1615, quatre missionnaires récollets de Paris arrivent en Nouvelle-France pour convertir les « Sauvages » au catholicisme : Jean Dolbeau va chez les Montagnais de Tadoussac ; Joseph Le Caron part vers la lointaine Huronie et Denis Jamet, leur supérieur, assisté du frère Pacifique Duplessis, organise la vie religieuse de Québec jusqu’à Trois-Rivières. Aucune des missions n’obtient cependant les résultats espérés. À la fin de juillet 1616, réunis à Québec par Champlain8, les récollets suggèrent de sédentariser les Amérindiens par l’agriculture, de les mêler aux Français et de favoriser les mariages interraciaux. La réalisation de ce programme passe aussi par l’établissement d’un séminaire pour instruire les enfants et par l’éviction des huguenots et de certains Français dont la mauvaise conduite risque de corrompre les indigènes9.

  • 10 Les Voyages de Samuel de Champlain, éd. H. Deschamps, p. 269-278.

6Dès lors, les délégations se multiplient en France pour intéresser la cour et les marchands. Au début de l’année 1618, Champlain présente au roi et à la Chambre du commerce son plan de colonisation10. Pour convaincre l’assemblée de soutenir financièrement et militairement son entreprise, Champlain tire son principal argument des pêcheries :

  • 11 Ibid., p. 269.

[...] sy cedict pais estoit deslaissé et l’abitation abandonnée, faulte d’y apporter le soing qui seroit requis, les Anglois ou Flamens, envieux de nostre bien, s’en emparfer]oist en jouissant du fruict de nos labeurs, et empeschant par ce moyen plus de mille vaisseaux d’aller faire paicherie de poissons sec, vert, et huilles de balleyne, comme ils ont desjà faict au nor et habitations du sieur de Poitrincourt, que des Jésuites qu’ils [ont] prises et brullées [...]11.

  • 12 Ibid., p. 276-278.

7Même si Québec reste essentiellement un poste de traite, les chiffres avancés par Champlain montrent que le rendement du commerce des fourrures est inférieur à celui des pêches dans le golfe du Saint-Laurent, sur les grands bancs de Terre-Neuve et sur les côtes de l’Acadie. Tandis qu’il prévoit tirer quatre cent mille livres de la traite des fourrures, il escompte des revenus d’un million de livres provenant des diverses pêches (morue, saumon, esturgeon, truite, anguille, sardine, hareng, loup-marin, huile et barbes de baleine, dents de vache marine, etc.) qui seraient faites par les habitants du pays et écoulées en France, en Espagne et en Allemagne. Sans compter les milliers de livres de bénéfices que pourraient rapporter les mines, les produits de la terre, le bois et ses dérivés (gomme, cendres, brai, goudron, résine)12.

  • 13 Avec l’opposition menée par Henri Bourbon, prince de Condé, contre le ministre Concini, favori de (...)
  • 14 C.-A. Morin, « Les archives du Saint-Siège, importantes sources d’histoire politico-religieuse du (...)
  • 15 Sagard, Histoire du Canada, livre I, chap. II, éd. Tross, p. 32-35 ; Anonyme, Histoire chronologiq (...)
  • 16 « Lettre du P. Denis Jamet au sieur des Boves, Grand Vicaire de Pontoise », 15 août 1620 (Sagard, (...)
  • 17 Sagard écrit(ibid., p. 67) : « [...] les marchands ne nous y assistoient presque en rien (excepté (...)
  • 18 Leclercq, PEF, t. I, p. 165-166 ; « Lettre de Monsieur le grand Vicaire de Pontoise, au Pere Denis (...)
  • 19 Champlain, Les Voyages de la Nouvelle France occidentale, 1632, livre I, chap. I, éd. Biggar, t. V (...)

8Les suggestions de Champlain restent lettre morte, car la guerre civile qui sévit en France depuis 161613 l’empêche d’obtenir les appuis recherchés. Pendant ce temps, les récollets obtiennent du pape14 un premier document officiel qui leur concède les « facultez & privileges » nécessaires pour prêcher et confesser, baptiser en dehors de l’église, administrer les sacrements de mariage et d’extrême-onction, accorder les dispenses pour les mariages et légitimer les enfants. En vertu de ce bref, le roi autorise exclusivement les récollets de Saint-Denys à « bastir aultant de conventz qu’ilz jugeront estre necessaire selon les temps & les lieux15 ». Résolus « de faire choses grandes » et « de ne jamais abandonner ledit païs16 », les religieux commencent la construction de leur couvent et se mettent à la culture des terres et à l’élevage pour subsister17. Le 25 mai 1621, ils prennent possession de leur église conventuelle18, sise à une demi-lieue de l’habitation de Québec, sur le bord de la rivière Saint-Charles19.

  • 20 Leclercq, PEF, t. I, p. 168-171.
  • 21 « Articles accordez par Monseigneur le Duc de Montmorency [...] », dans R. Le Blant et R. Baudry, (...)
  • 22 Leclercq, PEF, t. I, p. 162. Le texte de la procuration est reproduit dans Sagard, Histoire du Can (...)
  • 23 Sagard, Histoire du Canada, livre I, chap. VII, éd. Tross, p. 92-94; Leclercq, PEF, t. I, p. 197-1 (...)
  • 24 Reproduit dans Sagard, Le Grand Voyage, éd. Warwick, p. 462-470.
  • 25 « Requeste presentée à Sa Majesté par le provincial des Recolletz de la province de Saint-Denis en (...)

9Mais la colonisation piétine et la compagnie des marchands de Rouen et de Saint-Malo, pour avoir négligé de coloniser le pays et d’y propager la foi20, perd son monopole au profit des cousins Guillaume et Émery de Caën, dont les obligations de peuplement se résument à transporter au pays six familles tous les deux ans21. Le 18 août de la même année, une assemblée délibérante des habitants de Québec délègue en France le père Georges Le Baillif22 pour discuter de l’avenir de la colonie. Le religieux présente au roi les doléances des habitants, qui suggèrent de construire un fort à Québec, de doter la colonie d’une garnison, d’augmenter l’autorité de Champlain et d’exclure les huguenots de la vallée du Saint-Laurent23. Le pamphlet que publie par la suite le père Le Baillif, intitulé « La plainte de la Nouvelle France, dicte Canada, à la France sa Germaine24 », dénonce précisément l’indifférence du royaume devant les politiques des cousins de Caën, qui entravent le développement colonial et missionnaire du pays. Même le supérieur des récollets de la province de Saint-Denis s’engage dans la controverse25, mais l’édit de Nantes, qui assure la liberté de religion, retient Louis XIII d’exclure les huguenots de la Nouvelle-France. Le roi prend cependant des mesures pour renforcer l’autorité de Champlain et pour améliorer l’administration de la justice.

  • 26 Leclercq, PEF, t. I, p. 144.
  • 27 Sagard, Histoire, du Canada, livre II, chap. V, éd. Tross, p. 162-163.
  • 28 Leclercq, PEF, t. I, p. 247.
  • 29 Sagard, Histoire du Canada, livre II, chap. VI, VII, VIII Le Grand Voyage, livre I, chap. IV. Onze (...)
  • 30 Sagard, Histoire du Canada, livre II, chap. VIII-IX ; Le Grand Voyage, livre I, chap. V.
  • 31 En vertu du bref apostolique du 20 mars 1618, le provincial des récollets « demeure, de droit, Pré (...)
  • 32 Sagard, Histoire du Canada, livre IV, chap. I, éd. Tross, p. 784; Leclercq, PEF, t. I, p. 298-300.
  • 33 Le père Pierre Coton, provincial des jésuites, envoie les frères Gilbert Burel (Buret) et François (...)

10Toutes ces démarches des récollets en France privent la mission canadienne d’un ou deux religieux et restreignent le progrès de l’évangélisation des indigènes. Entre les années 1616 et 1622, les missionnaires concentrent plus particulièrement leur attention sur Québec, Trois-Rivières et Tadoussac, mais ils obtiennent peu de résultats tangibles. En 1618, Paul Huet note chez les peuples qu’ils ont approchés « de l’aveuglement, de l’insensibilité, un prodigieux éloignement de Dieu, & même une opposition à la Foi26 ». Il faudrait davantage de missionnaires et de ressources pour espérer un renversement de situation. La colonie, qui végète, aurait aussi besoin de secours. Le frère Gabriel Sagard, qui débarque au pays en 1623, exprime nettement sa déception : « [...] tous les bastimens de la nouvelle France, ne consistoient [...] qu’au petit fort, à la maison des marchands, à celle de la vesve d’Hebert, & à nostre petit Convent27. » Par ailleurs, les Hurons alliés inquiètent Champlain. Craignant qu’une alliance commerciale avec les Iroquois ne détourne la traite en faveur des Hollandais de la baie d’Hudson, il organise une expédition pour évaluer la situation sur place28. Trois récollets retournent donc en Huronie29, laissée sans missionnaire depuis 1617, et s’installent séparément à mi-chemin entre Quieunonascaran et Carhagouha30. La mission s’avère décevante même si elle rassure les Français sur les intentions des Hurons. L’idée de s’adjoindre les jésuites prend forme31. Malgré les mises en garde de leurs amis, convaincus que ces religieux les « mettroient hors de [leur] maison et du pays32 », les récollets persistent, et les jésuites reviennent au Canada en 1625, sous la direction de Charles Lalemant33.

  • 34 Reproduit dans Sagard, Le Grand Voyage, éd. Warwick, p. 453-459.

11Cette année-là, le père Joseph Le Caron rejoint Champlain en France et tente une nouvelle intervention pour prévenir l’extinction qui menace la colonie. Il présente au roi les dictionnaires de langue huronne, algonquine et montagnaise qu’il a constitués avec ses religieux et publie un pamphlet, intitulé « Au Roy sur les affaires de la Nouvelle France34 », dans lequel il dénonce la Compagnie de Montmorency, qui profite du monopole de la traite au Canada sans égard à la colonisation et à l’évangélisation. L’action du père Le Caron, jointe aux doléances répétées des habitants, suscite l’exclusion de Guillaume de Caën. En 1627, Richelieu prendra la Nouvelle-France sous sa juridiction immédiate et formera la Compagnie des Cent-Associés, qui obtiendra, contre l’engagement de passer au moins quatre mille Français catholiques en quinze ans, la concession du Canada et de l’Acadie et l’exclusivité du commerce.

  • 35 O. Jouve, Les Franciscains et le Canada, t. I : L’Établissement de la foi, 1615-1629, p. 285.
  • 36 Père Hugolin [Lemay], Les Récollets de la province de l’Immaculée-Conception en Aquitaine. Mission (...)
  • 37 Sagard, Histoire, du Canada, livre III, chap. XXIV, éd. Tross, p. 374.
  • 38 Leclercq, PEF, t. I, p. 242.

12Pendant ce temps, plus encore que le Canada, l’Acadie continue de vivoter. Laissés à eux-mêmes, depuis l’attaque d’Argall en 1613, quelques dizaines d’habitants cultivent la terre et font la pêche et le commerce des fourrures avec leurs propres navires qui fréquentent les côtes de l’Atlantique et du golfe du Saint-Laurent. Depuis 1619, les récollets d’Aquitaine (province de l’Immaculée-Conception) ont pris la relève des jésuites, définitivement retirés depuis 1613. À l’invitation d’une compagnie de marchands bordelais qui s’est engagée à les entretenir le temps que durera leur société, les pères Sébastien, Jacques Cardon, Jacques de La Foyer et Louis Fontinier35 ont établi leur mission sur la rivière Saint-Jean36 et de là visitent les petits postes français et les bourgades micmaques, passant de Port-Royal jusqu’aux îles Miscou, à l’embouchure de la baie des Chaleurs37. En 1622, le père Sébastien s’est même rendu à Québec par l’intérieur des terres et a hiverné avec ses confrères de la province de Saint-Denys. Revenu aux îles Miscou au printemps de 1623, il succombe, terrassé par la fatigue et la faim, avant d’atteindre la rivière Saint-Jean38.

  • 39 Ibid, p. 293-294.

13La même année, la mort de Charles de Biencourt, vice-amiral de l’Acadie commandant à Port-Royal, et la dissolution de la compagnie de Bordeaux qui a recruté les récollets laisse ces derniers sans moyens de subsistance. Ils doivent abandonner leur mission. Arrivés à Québec à la fin d’août 1624, en compagnie de dix Français et de cinq Amérindiens, ils passent l’hiver parmi leurs confrères dont ils partagent les activités. L’année suivante, après le retour du père La Foyer qui a accompagné le frère Bonaventure de La Presle chez les Népissingues39, les trois récollets d’Aquitaine quittent vraisemblablement Québec pour la France. Rien n’assure qu’ils retourneront en Acadie avant 1629.

  • 40 D. C. Harvey, « Alexander, William, comte de Stirling », DBC, t. I, p. 50-54.
  • 41 C. Bruce Fergusson, « Stewart (“Stuart”) », DBC, t. I, p. 627-628.
  • 42 Ibid.
  • 43 Les récollets perdent ainsi tous les droits et privilèges que le bref apostolique de 1618 leur con (...)

14Entre-temps, succédant à Charles de Biencourt à la tête de l’Acadie, Charles de Saint-Etienne de La Tour construit un petit poste fortifié au cap de Sable, où il cultive la terre et fait la traite des fourrures. Avec l’aide des indigènes, il parvient même à contenir les Anglais qui cherchent à s’approprier la traite et les pêches de la région. Il ne peut guère attendre de secours de la France, empêtrée dans des querelles avec les calvinistes de La Rochelle et en guerre avec l’Angleterre qui les soutient. Pendant que les installations françaises tombent en ruine, les Anglais continuent à développer leurs colonies d’Amérique, changeant peu à peu le visage de l’Acadie. Depuis 1621, les territoires s’étendant de la baie Française (de Fundy) à la péninsule de Gaspé appartiennent à William Alexander40, à qui Jacques Ier les a cédés pour former la Nouvelle-Ecosse. Alexander a rapidement bâti un nouveau fort à Port-Royal où il a établi une centaine de colons, tandis que James Stewart41, son compatriote, en installe d’autres au port de la Baleine dans l’île du Cap-Breton et qu’il rançonne au dixième de leurs prises les Français qui pêchent dans la baie de Saint-Laurent. La présence des Anglo-Écossais dans le golfe aura des répercussions néfastes pour le Canada. En 1628, la flotte de David Kirke s’empare, sur les côtes de Gaspé, des navires de la Compagnie des Cent-Associés qui viennent approvisionner Québec et le cap de Sable. La flotte de Kirke remonte ensuite le Saint-Laurent jusqu’au cap Tourmente, que les Anglais brûlent le 9juillet 162842. L’été suivant, malgré le traité de Suze signé le 24 avril par Louis XIII et Charles Ier, les frères Kirke prennent Québec et ramènent prisonniers en Angleterre Champlain et tous les missionnaires récollets et jésuites43.

Éviction des récollets et réorganisation de la colonie (1632-1669)

  • 44 R. Baudry, « Daniel, Charles », DBC, t. I, p. 255.
  • 45 Sur toute cette période, voir A. Couillard-Després, Charles de Saint-Etienne de La Tour.
  • 46 Voir O. Jouve, « Le père Joseph Leclerc du Tremblay, capucin, et les missions de la Nouvelle-Franc (...)
  • 47 Dans son récit, Champlain élude la presque totalité des quatorze années de présence des récollets (...)

15Après la prise de Québec par les Anglais, la France ne possède plus en Amérique septentrionale que le fort Saint-Louis au cap de Sable, appartenant à Charles de La Tour et desservi, à partir de 1630, par trois récollets d’Aquitaine (François Dulong, André Ronsard et Nicolas Bigot), ainsi que le fort Sainte-Anne au Cap-Breton, construit en 1629 par Charles Daniel, capitaine et membre de la Compagnie des Cent-Associés, qui vient de prendre les installations de l’Ecossais James Stewart44. Durant un an, les jésuites Barthélemy Vimont et Alexandre de Vieuxpont, survivants d’un naufrage sur les côtes du Cap-Breton en 1629, y desservent la garnison et visitent les Amérindiens des environs en attendant de rentrer en France. Lorsqu’en 1632 Charles Ier rétrocède l’Acadie et le Canada à la France par le traité de Saint-Germain-en-Laye, la Company of Adventurers to Canada perd ses droits, les Anglo-Écossais de Port-Royal sont rapatriés et leurs installations détruites. Nommé gouverneur de l’Acadie, Isaac de Razilly, membre de la Compagnie des Cent-Associés, reprend possession de Port-Royal et s’établit lui-même à La Hève (La Have, N.-É.)45, sur la côte atlantique, avec quelques centaines de colons français et trois capucins46 dirigés par le père Arsène de Paris. Champlain, qui vient de publier ses Voyages de la Nouvelle-France47, conserve le commandement des territoires de la vallée du Saint-Laurent, mais les récollets en sont formellement exclus pour faire place aux jésuites, qui, influents et prospères, obtiennent la faveur de Richelieu et de la Compagnie des Cent-Associés, dont ils font eux-mêmes partie. Le 18 avril 1632, trois jésuites quittent donc Honfleur pour Québec, sous la direction du père Paul Lejeune qui commence cette année-là la longue série des Relations sur la Nouvelle-France, publiée chaque année à Paris jusqu’en 1673.

  • 48 « Memoire qui [a esté] fait pour l’affaire des Peres Récolletz de la province de St Denis, dicts d (...)

16Placés devant le fait accompli, les récollets multiplient les démarches pour retourner en Nouvelle-France. Afin de prouver leur indubitable présence en ce pays et la priorité de leurs titres, le frère Gabriel Sagard publie successivement Le Grand Voyage du pays des Hurons (1632) et l’Histoire du Canada (1636). Arguments inutiles, comme le sont aussi toutes leurs démarches juridiques ou diplomatiques. En effet, même si les procédures qu’ils engagent auprès du Saint-Siège leur sont favorables, les récollets se heurtent à Lauson, le président de la Compagnie des Cent-Associés, qui refuse d’autoriser leur embarquement, comme l’affirme un mémoire rédigé en 163748. Malgré la collusion manifeste qui les tient éloignés de leur mission, les récollets poursuivent leurs revendications, mais ils devront attendre longtemps une meilleure conjoncture.

  • 49 Né en 1600 et entré chez les jésuites en 1621, André Richard passa au Canada en 1634 et mourut à Q (...)
  • 50 Relation de 1642, JR, vol. 22, p. 238-244 ; R. Le Blant, « La première Compagnie de Miscou, 1635-1 (...)
  • 51 C. Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, t. III, p. 1559.
  • 52 J. Monet, « Quentin, Claude », DBC, t. I, p. 572.
  • 53 Marie de l’Incarnation, Correspondance, p. 202, n. 3.
  • 54 L. Campeau, « Dolebeau, Jean », DBC, t. I, p. 274.

17Pendant que toutes ces plaidoiries se déroulent en France, les jésuites restaurent leur couvent de Québec et organisent leurs missions, d’abord à Sillery puis en Huronie, à Sainte-Marie. Ils reprennent aussi l’évangélisation des Algonquins à Trois-Rivières et celle des Montagnais à Tadoussac, où ils rencontrent des Micmacs de la baie des Chaleurs qui s’y rassemblent chaque printemps pour la traite. Par la suite, ils essaiment dans le golfe du Saint-Laurent, à plus de quatre-vingt-dix lieues de Tadoussac. Le père André Richard49 visite d’abord les Micmacs de Ristigouche50, puis, à partir de 1636, les pères Nicolas Gon-douin51, Jacques de La Place et Claude Quentin52 viennent ponctuellement desservir les Français des îles Miscou, à l’entrée de la baie des Chaleurs53. Quatre ans plus tard, le père Jean Dolebeau54 rejoint le père Richard, qui projette d’établir une résidence permanente sur la Nipisiguit à dix-huit lieues de Miscou. Le 30 septembre 1643, dans une lettre à son fils, Marie de l’Incarnation confirme l’établissement de la nouvelle mission, située à cent cinquante lieues de Québec :

  • 55 Marie de l’Incarnation, Correspondance, p. 199. Les Micmacs de Miscou avaient été les premiers ind (...)

Les premiers fondemens de l’Eglise ont été jettez cette année à Miscou qui est une habitation de François, seulement pour la traitte de Pelletrie. A dix lieues au delà, on a bâti une Chapelle et établi une grande Mission pour les Sauvages du côté du Nord, qui ont été attirez à la foy par la conversation de nos Sauvages Montagnez de Tadoussac. Cette Mission promet de grands fruits, car la matière est disposée55.

  • 56 Martin de Lyonne mourut en Acadie le 16 janvier 1661 (C. Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie (...)
  • 57 Vers 1645, Nicolas Denys avait vraisemblablement établi à Miscou un poste fortifié de pêche et de (...)
  • 58 Relation de 1647, JR, vol. 32, p. 34-42.

18La même année, Martin de Lyonne56 vient remplacer le père Dolebeau auprès des pères Richard et Jacques de La Place, qui desservent les postes de la baie du golfe et tout particulièrement ceux de Nipisiguit (Bathurst, N.-B.) et de Miscou57. Cependant, l’établissement des jésuites dans cette région ne se fait pas sans difficultés. L’eau-de-vie échangée aux indigènes contre des fourrures cause de tels ravages qu’ils pensent abandonner le poste58. Mais, entre 1645 et 1647, les progrès sensibles de leurs néophytes les retiennent et ils continuent à rayonner depuis la péninsule gaspésienne.

  • 59 Voir R. Baudry, « Charles d’Aulnay et la compagnie de la Nouvelle-France », RHAF, vol. 11, 1957-19 (...)
  • 60 « Ordonnance de Monsieur Lefebvre de La Barre qui enjoint au sieur de La Valliere de faire jouir l (...)

19En réalité, le développement des missions est parallèle à celui de la colonie française. Si le partage des terres en seigneuries favorise l’établissement de nouveaux colons sur le littoral du Saint-Laurent jusqu’à Montréal, les incessantes incursions des Iroquois, qui ont détruit la Huronie en 1649-1650, ruinent l’économie fondée sur la fourrure et mettent plus que jamais la colonie en danger. En Acadie, l’insuffisance de l’immigration, des capitaux et des moyens de défense ralentit le développement colonial, et les empiètements des Anglais de la Nouvelle-Angleterre entretiennent d’incessantes querelles. En outre, la répartition de territoires déjà concédés et le règlement des dettes suscitent des affrontements violents. Ainsi, quand Isaac de Razilly meurt en 1635, Charles de Menou d’Aulnay, son cousin et principal lieutenant59, lui succède comme gouverneur alors que Charles de Saint-Étienne de La Tour détient encore le même titre. Le différend entre les deux hommes dégénère en conflit armé quand Menou d’Aulnay prend le fort Saint-Jean en 1645. La Tour doit se réfugier à Québec et les récollets d’Aquitaine (André Ronsard et son compagnon), qui desservent le fort, rentrent définitivement en France. Mais la saga se poursuivra en 1650 après la mort de Menou d’Aulnay, dont la succession comporte des installations hypothéquées à La Hève, à Port-Royal et à Penta-gouët (Custine, Maine), à la rivière Saint-Jean, à Miscou et à l’île du Cap-Breton60. Pour se rembourser, le principal créancier d’Aulnay, le marchand Emmanuel Le Borgne, de La Rochelle, prend Port-Royal, où il emprisonne les capucins Côme de Mantes et Gabriel de Joinville, attaque les postes de Pentagouët et de La Hève et saisit les établissements de Nipisiguit appartenant à Nicolas Denys, qui vient de perdre aux mains de la veuve de Menou d’Aulnay le poste de Saint-Pierre au Cap-Breton.

  • 61 « Nicolas Denis et la cie de Miskou. Concession des pays et îles situés entre la grande baie Saint (...)
  • 62 Denys avait vraisemblablement été forcé de quitter Chedabouctou, investi par Charles de Conigan.
  • 63 Richard Denys de Fronsac, « Estât du temps que nous advons entreteneu des religieux et prestres [. (...)

20L’affaire se rend en France, où la Compagnie des Cent-Associés convient avec la compagnie subalterne de Miscou de dédommager Nicolas Denys. Le 3 décembre 1653, ces compagnies lui concèdent « à perpétuité en proprieté et seigneurie, [...] les païs, terres, bois, costes, ports et isles scituéz en la grande baye de Saint Laurent à commancer depuis le Cap de Canceaux jusques au Cap des Roziers61 », comprenant les îles de Terre-Neuve, du Cap-Breton, Saint-Jean (du Prince-Edouard) et autres îles adjacentes. Le 30 janvier suivant, le roi nomme Nicolas Denys gouverneur et lieutenant général de toute cette région et lui accorde, outre le monopole du commerce des fourrures, le « pouvoir de faire une Compagnie sedentaire de la pêche des molües [...] et autres poissons qui se trouveront dans toute l’estendue dudit pays, coste de la Cadië, jusques aux Virginies Isles adjacentes ». Par la même occasion, le brevet royal confirme le droit pour tous les Français de « faire pesche verte et seiche » librement, « avec navires et en tels ports et havres que bon leur semblera ». De son côté, Nicolas Denys s’engage à établir quatre-vingts familles françaises et catholiques et à « entretenir un nombre suffisant d’ecclésiastiques pour assister ces familles et vaquer à la conversion des Indigènes ». En 1658, il installe sa famille au fort Saint-Pierre du Cap-Breton, qui compte alors plus de quatre-vingts soldats62. Des six prêtres (deux capucins, trois jésuites et un séculier) qui les accom-pagnent, il ne restera plus l’année suivante que les jésuites qui se partagent l’aumônerie du fort et les missions nomades auprès des Amérindiens63.

  • 64 Voir G. Lanctot, Histoire du Canada, vol. 1 : Des origines au régime royal, p. 370-371 ; A. Couill (...)
  • 65 Voir G. Lanctot, op. cit., p. 370-371 ; A. Couillard-Després, op. cit., p. 428-433.

21Pendant que Nicolas Denys recrute ses gens et complète les préparatifs pour retourner à ses installations sur les côtes du golfe du Saint-Laurent, Charles de Saint-Étienne de La Tour et Emmanuel Le Borgne subissent l’attaque des Anglais de Boston. En 1654, au moment où il allait envahir la Nouvelle-Amsterdam, le marchand puritain Robert Sedgwick retourne son expédition contre l’Acadie quand il apprend que l’Angleterre vient de signer la paix de Westminster avec la Hollande64. Il prend successivement le fort de Pentagouët, celui de la rivière Saint-Jean, où Charles de Saint-Etienne de La Tour vient d’installer plusieurs familles de colons, celui de La Hève et celui de Port-Royal, où Le Borgne et le capucin Léonard de Chartres signent la capitulation. La nouvelle de l’invasion suscite quelque crainte à Québec : « Nous appréhendons plus à present les Anglois que les Hiroquois », confie Marie de l’Incarnation à une consœur, le 5 septembre 165465.

  • 66 « Ordonnance de Monsieur Lefebre de La Barre [...] », 22 mars 1683, dans P. Dubé, La Nouvelle-Fran (...)
  • 67 Né en 1614 et mort vers 1676(Dictionnaire de biographie française, t. IX, p. 472), Canger était un (...)

22Alors qu’elle n’est pas en guerre avec l’Angleterre, la France refuse d’abandonner ses droits sur l’Acadie aux Anglais d’Amérique qui convoitent les riches pêcheries sur ses bancs de la baie Française et de la partie méridionale de Terre-Neuve, ainsi que la position stratégique de ses côtes baignées par l’Océan et d’où l’on peut surveiller les abords maritimes des deux colonies. Pendant qu’elle négocie avec Cromwell, le major John Leverett commande les forts enlevés aux Français. En 1657, le colonel Thomas Temple en prend le gouvernement après avoir acheté les titres de Charles de Saint-Etienne de La Tour. Le 20 novembre de la même année, la France concède à Emmanuel Le Borgne le monopole du commerce et la propriété des terres depuis l’entrée de la rivière Verte (Sainte-Marie) jusqu’à la Nouvelle-Angleterre66 ; le 10 décembre suivant, elle lui accorde la lieutenance de Menou d’Aulnay, son débiteur, ainsi que le droit de gouverner pendant neuf ans sur cette région. Après la mort de Cromwell, en 1660, et la restauration de la royauté en Angleterre, l’ambassadeur de France présente à Charles II des requêtes pour des concessions en Acadie au nom de Le Borgne et au nom de Charles de Conigan, seigneur de Canger67, nommé depuis le 2 juillet 1659 lieutenant général de la côte orientale de l’Acadie qui baigne dans l’Atlantique. Mais ces concessions ne deviennent effectives qu’avec le traité de Bréda (21 juillet 1667), par lequel la Hollande obtient la liberté de commerce dans les ports anglais mais perd la Nouvelle-Amsterdam, qui prend le nom de New York, tandis que la France recouvre l’Acadie occupée par les Anglais.

  • 68 BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 493.
  • 69 AC, C11D, vol. l, f. 122.

23La rétrocession de l’Acadie à la France n’aura finalement lieu qu’en 1670, mais entre-temps Nicolas Denys a rétabli les postes de pêche, de traite et de culture à Nipisiguit, à Saint-Pierre et à Chedabouctou (Guysborough, N.-É.)68. Le 9 novembre 1667, la nouvelle Compagnie des Indes occidentales confirme ses droits et concessions69, mais l’incendie qui rase son domaine de Saint-Pierre au cours de l’hiver 1668-1669 le laisse complètement ruiné. Il se réfugie dès lors à Nipisiguit avec sa famille et entreprend — vraisemblablement avec l’espoir de redresser ses affaires et d’intéresser à l’Acadie les investisseurs et les immigrants — la rédaction d’un ouvrage qu’il publiera en France en 1672 sous le titre de Description geographique et historique des costes de l’Amerique septentrionale. Avec l’histoire naturelle du pais.

  • 70 AC, F3, vol. 6, f. 34v°-35r°.

24Par ailleurs, quand Alexandre Le Borgne prend la relève de son père et revient avec le gouverneur Hector d’Andigné de Grandfontaine pour reprendre possession de l’Acadie en 1670, la seigneurie des Le Borgne ne comprend plus que les terres s’étendant « depuis l’entrée de la rivirre de l’isle Verte jusqu’à la riviere des Mines70 ». La reprise des affaires s’avère difficile car la situation du pays est catastrophique. Deux fois conquise et troublée par de fréquentes disputes, l’Acadie, malgré sa position géographique avantageuse, ne parvient pas à retenir les entreprises sédentaires et les bateaux de pêche français se replient davantage vers le golfe. L’organisation sociale s’en ressent. Comptant à peine quatre cents habitants à Port-Royal et une centaine disséminés sur la côte atlantique et dans la baie des Chaleurs, la colonie a peu de missionnaires fermement établis pour desservir les habitants et pour évangéliser les Amérindiens.

Pêcheries et missions. Le retour des récollets (1670-1684)

25Si l’entreprise missionnaire en Acadie végète, en raison des querelles intestines et des invasions des Anglais, il en va différemment des missions des jésuites en Nouvelle-France, qui essaiment de Gaspé aux Grands Lacs, à proximité des postes de traite. Directement associés au gouvernement du pays et aussi influents en France qu’au Canada, les jésuites assurent seuls le ministère auprès des habitants et des indigènes depuis vingt-cinq ans quand les sulpiciens viennent desservir l’île de Montréal et que François de Laval, nommé vicaire apostolique, prend en mains les destinées de l’Eglise canadienne. L’évangélisation des peuplades indigènes représente toujours un aspect important de sa mission, mais l’Eglise confie dorénavant au clergé séculier la desserte de la population qui souhaite la création de paroisses.

26En soixante ans, le visage du pays a beaucoup changé. Quand Louis XIV entreprend avec Colbert la restructuration administrative du royaume et de ses colonies, la situation de la Nouvelle-France est critique : sa sécurité est menacée par les Iroquois, son économie chancelante et sa population insatisfaite. Le roi charge le régiment Carignan-Salières de pacifier les Iroquois et l’intendant Jean Talon encourage les habitants à diversifier leurs activités et leurs cultures pour parvenir à l’autosuffisance et soutenir le commerce intérieur et extérieur. En 1665, la colonie compte environ trois mille cinq cents habitants et le commerce des fourrures demeure l’activité la plus rentable et la plus populaire. L’industrie du bois se maintient, mais celle des pêches, comme celle des mines, reste inexploitée.

  • 71 Arrêt du Conseil, 16 avril 1669, АС, С11A, vol. 3, f. 390.

27Les pêcheries, qui enrichissent les Français venus en saison sur les côtes de Terre-Neuve, de l’Acadie et du golfe du Saint-Laurent, n’attirent effectivement pas les habitants du Canada. Pour susciter leur intérêt, le roi leur permet d’entrer en concurrence avec les pêcheurs français, c’est-à-dire « d’importer en France leurs morues et autres poissons tout en ne payant que le droit d’entrée71 ». Du printemps à l’automne, l’habitant, installé de façon permanente sur le lieu de sa pêche, pourrait pêcher et préparer ses prises (saler, sécher et fabriquer des huiles) en attendant les barques qui transporteraient ces produits en France, où ils seraient écoulés sans peine sur le marché intérieur ou à l’exportation. Talon a même joint à cet avantage la possibilité de s’adonner à la traite et à l’exploitation forestière pendant l’hiver. La baie de Gaspé et l’île Percée retiennent finalement l’attention de quelques commerçants.

  • 72 Duchesneau, « Copie du contrat de la seigneurie de Percée », 2 novembre 1676, infra, Appendice II, (...)
  • 73 Nicolas Denys proteste vainement, car son neveu a de solides protecteurs en France (lettres, instr (...)
  • 74 Frontenac, lettre au ministre, 2 novembre 1672, AC, C11A, vol. 3, f. 237r°-v°.
  • 75 Talon, mémoire, 1673, AC, C11A, vol. 4, f. 35v°.

28Le 20 juillet 1672, Charles Aubert de La Chesnaye et Charles Bazire obtiennent, sous le nom de leur associé Pierre Denys de La Ronde et pour l’établissement d’une pêcherie sédentaire, une concession en seigneurie qui couvre le territoire de l’île Percée jusqu’à La Malbaie72, prise sur le domaine de Nicolas Denys73 qui s’étend du cap de Canso jusqu’au cap des Rosiers. Favorable au projet, le nouveau gouverneur Frontenac signale entre l’île Percée et Tadoussac d’autres « postes admirables pour ces sortes de pesches, et pour celles du saumon, et mesme de la baleine » ; il écrit au ministre : « Ces pesches seroient d’un avantage tres considerable pour le païs, et luy tiendraient lieu de veritables Indes. Il y a des marchands et des particuliers icy, que je trouve assez portez à entreprendre ce commerce, et à former une compagnie pour cela, à quoyje les exorte autant que je puis, mais jusques icy ils ont eu peur [...] qu’on leur ostast la liberté de le faire à leur mode, desirant estre seuls les maistres et les directeurs de leurs negoces74. » En 1673, ayant obtenu de ses associés la gérance de l’entreprise, Pierre Denys établit pourtant la pêche sédentaire à l’île Percée75, où il a déjà construit une demeure et installé quelques bâtiments d’appoint. Frontenac obtient que la desserte de l’île, où déjà se rassemblent chaque été quelque cinq cents pêcheurs et des indigènes gaspésiens, soit confiée au récollet Exupère Dethune.

  • 76 « Mémoire sur l’estat présent du Canada », AC, C11A, vol. 2, f. 586-587.
  • 77 Le 27 mai 1665, on lit en effet dans [l’« Instruction au sieur Talon, s’en allant intendant dans l (...)
  • 78 Texte original de la lettre de cachet datée du 4 avril et adressée au « Reverend Pere Allait, Prov (...)

29Absents du Canada depuis quarante ans, les récollets se sont réinstallés en 1670 sur leurs anciennes terres bordant la rivière Saint-Charles. Sensible aux doléances des habitants qui se plaignent de plus en plus des contraintes morales imposées par l’évêque et les jésuites76, dont l’autorité s’étendait même sur le temporel77, Louis XIV a eu recours aux religieux de saint François pour soulager les consciences et faire équilibre à « l’autorité trop enracinée des autres ». Suivant les ordres du roi, ils reviennent pour « reprendre et fortifier » leurs anciens établissements et pour « travailler à l’aclvancement du Christianisme et à la conversion des Sauvages78 ».

  • 79 Il écrit à Colbert, le 10 novembre 1670 : « En vérité, Monseigneur il est malaisé de vous exprimer (...)
  • 80 Leclercq, FFE, t. II, p. 98.

30S’ils se rétablissent sans heurts apparents, les récollets semblent à l’intendant Talon trop peu nombreux pour contrebalancer l’autorité des jésuites, pour procurer des services spirituels à tous les habitants et pour ôter à l’évêque l’occasion de réclamer de nouveaux prêtres79. En 1671, cinq nouveaux religieux (Léonard Duchesne, Etienne Saulnier, Claude Moi-reau, Exupère Dethune et le frère Innocent Desmarais) se sont donc joints aux premiers arrivants. Mais l’évêque limite leur contribution à la vie spirituelle de la colonie. Prétextant avoir « assez d’autres ouvriers pour cultiver la vigne du Seigneur, & remplir les ministères à l’égard des peuples », il les invite plutôt à se consacrer à la vie monastique et contemplative. En attendant un revirement de situation, les récollets n’exercent leurs fonctions qu’à la demande de l’évêque ou du clergé séculier, dans les habitations des environs de Québec et de Trois-Rivières. Certains d’entre eux se mettent à l’étude des langues indigènes en prévision de missions futures80.

  • 81 Le 7 avril 1672, dans son « Mémoire au comte de Frontenac », Colbert écrit : « Sa Majesté désire q (...)
  • 82 Lettre de Frontenac à Colbert, 2 novembre 1672, RAPQ 1926-1927, p. 20-21 ; P. Margry, Découvertes (...)
  • 83 Même si ces concessions les froissent vraisemblablement, les jésuites semblent entretenir de bonne (...)

31En 1672, l’arrivée du gouverneur Frontenac modifie la vie des récollets. Mgr de Laval vient de passer en France pour obtenir le titre d’évêque de Québec et l’intendant Talon s’apprête à quitter définitivement le pays. Si les récollets perdent la discrète protection de l’intendant, ils peuvent désormais compter sur un nouvel allié qui les soutiendra avec vigilance et vigueur, pour « balancer l’autorité que les Peres Jesuites se pourroient donner au prejudice de celle de Sa Majesté81 ». À cette fin, Frontenac demande au ministre Colbert d’envoyer en renfort des récollets suffisamment « habiles » pour tenir tête auxjésuites82, et voit à ce que ses protégés soient employés partout. Il leur confie l’aumône-rie du fort et de la garnison de Québec et multiplie les instances auprès des grands vicaires pour finalement leur obtenir l’aumônerie du fort Cataracoui (nouvellement établi sur le lac Ontario), la desserte de l’île Percée et une obédience pour la rivière Saint-Jean, en Acadie (pour Claude Moireau qui termine son triennat à Trois-Rivières)83.

  • 84 Lettre de Frontenac à Colbert, 18 novembre 1673, RAPQ 1926-1927, p. 31 ; RAPQ 1939-1940, p. 220 ; (...)
  • 85 « Eclaircissement nécessaire pour l’establissement d’un hospice que Sa Majesté nous a accordé dans (...)
  • 86 Selon Frontenac, le supérieur est « un très grand prédicateur » « qui a obscurci et donné un peu d (...)

32Déterminé à convaincre la métropole, Frontenac écrit par ailleurs au ministre que les jésuites soutiennent une inquisition « mille fois pire que celle d’Italie et d’Espagne84 » et que, trop peu nombreux, les récollets ne peuvent assurer aux habitants la liberté de conscience. Ils abandonnent même les confessionnaux que l’évêque leur a cédés dans l’église paroissiale, parce que les jésuites et les prêtres du séminaire épient leurs pénitents « pour les mettre à l’inquisition, les decrediter & les scandalizer par les detours ordinaires de leurs adresses85 ». Le 12 novembre 1674, le père Eustache Maupassant86, supérieur, porte lui-même l’affaire à l’attention du ministre :

  • 87 ANQ, Mélanges Colbert, vol. 171, p. 57.

[...] nous nous sommes aperceu que ceux qui ont la direction de l’Eglise font soubs main ce qu’ils peuvent pour nous rendre inutils dans ce pays. Quand il s’est presenté quelque occasion de nous donner de l’employ dans les missions soit pour les Sauvages soit pour la colonie ils y ont formé mil difficultés [...] et quand on n’a pas pu s’empescher de nous en donner on a fait courir de faux bruits, pour oster la confiance que les gens auroient pu prendre en nous87.

  • 88 RAPQ 1926-1927, p. 75-76 ; P. Margry, Découvertes et établissements, vol. 1, p. 251.
  • 89 « Louis XIV au comte de Frontenac, gouverneur et lieutenant général du Canada », dans lettres, ins (...)
  • 90 Ibid., p. 589.

33Frontenac renchérit dans une lettre à Colbert du 14 novembre 167488 et est finalement entendu. Le 22 avril 1675, après l’avoir réprimandé pour les tracasseries qu’il suscite aux ecclésiastiques89, le roi lui annonce qu’il fait passer cinq récollets « pour fortifier leur communauté » et « donner un peu plus de liberté aux consciences90 ». Le définitoire de la province récollette de Saint-Denys délègue aussi un « visiteur » pour vérifier sur place l’état de la mission et la conduite du supérieur de Notre-Dame-des-Anges.

  • 91 H. Le Febvre, Histoire chronologique de la province des Recollets de Paris, p. 134.

34Au mois d’août de la même année, arrivent à Québec en compagnie de Mgr de Laval, officiellement nommé évêque de Québec, le père Potentien Ozon, custode de Saint-Denys, accompagné des pères Luc Buisset, Louis Hennepin, Chrestien Leclercq et Zénobe Membré, prédicateurs et confesseurs de la province française d’Artois91. La « mission extraordinaire » du père Ozon permet de rassurer le prélat sur les intentions de ces religieux et de rétablir la paix dans l’Église canadienne. Rentré en France en décembre, le « visiteur » dresse le bilan suivant : des dix prêtres, prédicateurs et confesseurs, vivant au Canada, cinq demeurent à Notre-Dame-des-Anges, où ils célèbrent l’office divin et prêchent à la messe conventuelle les dimanches et les jours de fête. Occasionnellement et sur demande, ils servent à la paroisse et dans les environs ou visitent les habitations des côtes. Les autres desservent Trois-Rivières, le fort Cataracoui (Frontenac), Beau-bassin en Acadie et l’île Percée.

  • 92 Voyant Mgr de Laval peu empressé à instaurer des cures inamovibles, le ministre propose de confier (...)

35Malgré l’insistance de Frontenac, les récollets n’ont d’autorisation que pour ces quatre postes. Mgr de Laval réserve aux jésuites les missions des territoires de l’Ouest, aux sulpiciens l’île de Montréal et aux ecclésiastiques du Séminaire de Québec les cures, pour la plupart amovibles, qu’il a constituées92. Dès leur retour au pays, les récollets ont obtenu la desserte de Trois-Rivières et des environs, abandonnée par les jésuites. Ils y exercent leur ministère auprès des Français et auprès des Algonquins installés sur les bords du Saint-Maurice et dont une douzaine ont déjà reçu le baptême des mains du père Martial Limousin.

  • 93 Le 22 mars 1677, La Salle concède aux récollets quinze arpents de terre sur le lac Ontario, le dro (...)
  • 94 Le 15 mai 1669, Colbert rappelle l’intention du roi à Mgr de Laval : « Sa Majesté vous a accordé 6 (...)
  • 95 Leclercq, PEF, t. II, p. 102-103. Le père Potentien « a veu travailler les Sauvages à la journée e (...)
  • 96 La Salle fait construire deux villages, « l’un de douze familles Françoises auxquelles il a fait b (...)
  • 97 Frontenac critique la manière des jésuites : « […] on aura beau les [Amérindiens] baptiser, tant q (...)

36La mission du fort Cataracoui diffère grandement de celle de Trois-Rivières. D’abord appelés pour desservir les Français dans la chapelle du fort, Gabriel de La Ribourde, Léonard Duchesne, Luc Buisset et Louis Hennepin travaillent à réorganiser le poste que La Salle a acquis du gouverneur Frontenac en 1675. Etablis dans une petite résidence-chapelle construite près du lac Ontario93, ils desservent le village de colons français situé à proximité du fort et celui des Iroquois alliés qui se constitue graduellement. Les indigènes acceptent que les récollets « élevent leurs enfans à la Françoise », conformément à la volonté du roi94 et aux principes des anciens récollets, qui croyaient nécessaire de les sédentariser « pour les disposer à la religion95 ». Pendant que les enfants apprennent les prières traduites par les récollets au fur et à mesure qu’ils connaissent mieux la langue iroquoise, les adultes défrichent des terres et cultivent du maïs et des légumes. Les récollets ne ménagent pas les efforts pour faire des deux villages « une mesme bourgade de bons Chrestiens et de bons François96 », contrastant avec les agglomérations d’indigènes que forment les jésuites en les isolant des colons97.

  • 98 Le roi avait précisément accordé sous le nom de Pierre Denys « une lieue de terre à prendre de l’I (...)
  • 99 Hilarion Guenin, qui quitte vraisemblablement Trois-Rivières en novembre 1671 et accompagne la fam (...)
  • 100 Voir infra, p. 403, n. 109.

37A des milliers de kilomètres de là s’organise aussi la mission rattachée au poste de pêche de l’île Percée, dont la concession s’étend « jusqu’à demy lieue entrant dans la baye de Gaspé98 ». Talon avait accordé cette étendue de terre aux associés de Pierre Denys « pour defricher, cultiver et faire subsister des colons capables de faire la pêche sedentaire ». Légalement autorisée à faire le commerce des poissons de mer et de rivière, la petite compagnie détient aussi des droits de chasse et de traite avec les Amérindiens ainsi qu’une taxe (le droit d’amiral) sur tous les vaisseaux qui peuvent mouiller l’ancre dans le voisinage de l’île pour y faire la pêche. Jusqu’à ce qu’il puisse occuper tout le terrain pour la sécherie, Pierre Denys, gérant de l’établissement, doit permettre aux pêcheurs français qui ont des droits acquis d’occuper les grèves restantes pour y faire sécher leur poisson. Quelques centaines de pêcheurs débarquent donc chaque année et deux récollets viennent ponctuellement les desservir durant la saison de la pêche99. A l’automne, après le départ des derniers navires, qui laisse à Percé quelques employés des Denys, un seul missionnaire y demeure généralement jusqu’au printemps. A la fin d’octobre 1675, Chrestien Leclercq, autorisé à desservir l’île Percée pour trois ans100, vient relayer Exupère Dethune. Par choix ou par obligation, il s’éloignera bientôt de l’île et se déplacera vers les lieux de mission abandonnés par les jésuites, qui concentrent dorénavant leurs activités chez les nations indigènes « en haut du fleuve Saint-Laurent » jusqu’aux Grands Lacs.

  • 101 Infra, p. 391-392.
  • 102 Situé « de douze à quinze lieuës de l’Isle Percée », dans la baie de Saint-Laurent. Le sieur Hénau (...)
  • 103 Pendant l’hiver 1677-1678, Leclercq s’arrête d’abord à la maison fortifiée de Denys de Fronsac ava (...)
  • 104 Le 21 août 1677, une ordonnance de l’intendant Duchesneau confirmait les concessions faites à Nico (...)
  • 105 « Les guerres nous fist separer tous nos religieux et prestres dont nous fusmes quelques temps san (...)
  • 106 Infra, p. 390-392.
  • 107 Ibid., p. 407.

38Dès la saison 1676-1677, le père Leclercq, gardant son port d’attache à Percé, suit les Micmacs « dans les bois pendant l’hiver » pour apprendre leur langue et visite les postes français et les bourgades indigènes le long des côtes du golfe et de la baie des Chaleurs. Ses courses le mènent de Ristigouche101 à Nipisiguit (Bathurst, N.-B.)102 et à Miramichi (Chatham, N.-B.)103 où il dessert les Français des établissements de Denys de Fronsac, fils de Nicolas Denys104, qui lui a offert l’hospitalité105. S’il passe beaucoup de temps parmi les indigènes demeurant à proximité de ces postes, il s’attarde davantage auprès de la nation des Porte-Croix installés sur la rivière Miramichi (Sainte-Croix). Pendant un hiver entier, il observe leurs mœurs et les voit partout sur leur territoire arborer de grandes croix qu’ils vénèrent comme des totems et qu’ils affirment avoir reçues du ciel bien avant l’arrivée des Français dans le pays106. A l’instar des premiers récollets, Leclercq croit nécessaire d’établir des missions sédentaires et d’habituer ces peuples à vivre parmi les Français. Malheureusement ne se réaliseront ni le projet pour Nipisiguit ni celui pour le Cap-Breton, auxquels Richard Denys de Fronsac et plusieurs de ses Amérindiens ont déjà donné leur adhésion107. Un revers de fortune, causé par la perte d’un navire dans une tempête à la hauteur de l’île Percée et par l’absence de ravitaillement, attendu de France pendant deux années consécutives, provoque vraisemblablement l’annulation des démarches en cours.

  • 108 La guerre de Hollande, déclarée par la France et l’Angleterre en 1672 et qui, selon les prévisions (...)
  • 109 Il laisse alors l’habitation de l’île sous la gouverne de son frère et d’un récollet, probablement (...)
  • 110 Le recensement fait par Denys des installations et du matériel sur place donne une idée assez exac (...)
  • 111 Ibid., p. 636-640.

39Pendant le séjour de Leclercq chez les Gaspésiens, le contexte économique et politique se prête mal à l’entreprise missionnaire, car la guerre108 qui touche la moitié de l’Europe frappe durement les colonies d’Amérique : privées de subventions, de main-d’œuvre et de ravitaillement, plusieurs entreprises commerciales connaissent la ruine. Aussi Pierre Denys essuie-t-il un refus quand il traverse en France109 afin de convaincre le ministre de lui accorder les subsides nécessaires pour sauver son établissement110. Aux représentations faites par l’entremise du marquis de Bellinzany et de l’abbé Bernou, Colbert se contente de répéter qu’il faut attendre la fin de la guerre. La situation financière de l’île Percée n’est cependant pas différente de celle des cinquante autres pêcheries de l’Acadie et de Terre-Neuve111 qui se développent indépendamment l’une de l’autre, malgré leur rattachement administratif au gouvernement du Canada : toutes subissent les contrecoups des événements qui ralentissent l’économie de la métropole.

  • 112 Situé sur la côte atlantique, dans le Maine actuel, à deux cent cinquante kilomètres à l’ouest de (...)
  • 113 Frontenac, lettre au ministre, 14 novembre 1674, RAPQ 1926-1927, p. 73-74. Frontenac avait appris (...)

40Isolée du Canada et négligée par la France, l’Acadie périclite. Soumise aux empiètements et aux incursions des Anglais et des Hollandais de la Nouvelle-Angleterre qui convoitent ses pêches et son commerce, elle ne peut aspirer à une paix durable. Au reste, en août 1674, peu après le traité de paix entre les Hollandais et les Anglais, des corsaires hollandais détruisent Pentagouët112 et pillent les petits postes de la baie Française ainsi que le fort Jemseg sur la rivière Saint-Jean113. Alors que les habitants ne savent plus très bien si leurs terres leur appartiennent encore, Anglais et Hollandais du Sud continuent d’y venir troquer les fourrures, faire la pêche ou prendre du plâtre et du charbon à l’île du Cap-Breton, propriété de Nicolas Denys. En butte aux offensives des uns et des autres, l’Acadie n’arrive donc pas à se construire. Port-Royal reste le seul centre de colonisation quelque peu populeux. D’autres établissements de moindre importance subsistent à Chedabouctou, au cap de Sable, à Pobomcoup (Pubnico) et à l’embouchure des rivières Saint-Jean et Sainte-Croix. Ces postes, généralement fortifiés, ne comptent souvent qu’une poignée de Français ; l’Église y est quasi inexistante.

  • 114 Denys de Fronsac laisse entendre qu’il ne fut pas le seul cordelier à œuvrer dans la région : « En (...)
  • 115 D’après O. Jouve, le père Moireau dessert Port-Royal en 1674, succédant au père Laurent Molins, co (...)
  • 116 Ibid., p. 709.
  • 117 A l’automne de 1674, alors qu’il termine son triennat à Trois-Rivières, Claude Moireau reçoit une (...)
  • 118 La Vallière rejoint Jacques Bourgeois, installé avec ses fils et ses gendres depuis 1672, à Beauba (...)

41Un seul religieux, le cordelier Laurent Molins114, dessert vraisemblablement l’est de l’Acadie quand le récollet Claude Moireau obtient une obédience pour la rivière Saint-Jean en 1674115. Deux ans plus tard, Louis Petit, un prêtre des Missions étrangères (Séminaire de Québec), vient desservir Port-Royal, alors que Claude Moireau, qui loge chez Pierre Joybert de Soulanges, commandant du fort de Jemseg116, continue de visiter les Français et les indigènes disséminés de la rivière Saint-Jean jusqu’au bassin des Mines. En 1678, quand Michel Leneuf de La Vallière, gendre de Nicolas Denys117, devient gouverneur de l’Acadie, le père Moireau le rejoint dans sa seigneurie de Beaubassin (Chignectou)118, établissement de pêche, de traite et de colonisation. A partir de ce point d’attache, il rayonne sur toute la contrée qui s’étend jusqu’à l’établissement de Miramichi visité par Chrestien Leclercq. Au cours des années suivantes, la situation des missions n’évolue pas davantage que celle des postes français auxquels elles se rattachent.

  • 119 « Instruction que le Roy veut estre mise ès mains du sieur de La Barre choisy par Sa Majesté pour (...)
  • 120 Anonyme, « Mémoire sur l’estat present de la Coste de l’Acadie », 1684, C11D, vol. 1, f. 181-182. (...)

42Malgré le peu de moyens déployés, la France garde l’œil sur l’Acadie, « où les Anglais se rend [ent] maistres de plusieurs postes qui [ont] tousjours esté occupés par les François ». Dans son « Instruction » du 10 mai 1682, le roi enjoint au nouveau gouverneur, Lefebvre de La Barre, de demander au gouverneur de Boston « de se contenir dans les limites de ce qui appartient aux Anglois119 ». Si les frontières ont pu varier au cours des ans sur la côte atlantique, en 1684, on considère généralement que l’Acadie commence « depuis le Cap de Gaspé qui fait l’entrée du fleuve S. Laurentjusqu’à la riviere de Quinisbiqui au delà de Pentagoùet du costé de la Nouvelle York120 ». Or, les Anglo-Américains convoitent toujours les côtes du golfe et de l’Acadie, qu’ils fréquentent depuis des décennies et dont ils tirent d’immenses bénéfices. Considérant justement que les pêcheries ont « enrichy ceux de Baston, et de la Nouvelle-Angleterre », l’intendant de Meulles écrit au ministre le 4 novembre 1683 :

  • 121 AC, C11A vol. 6, f. 191r°.

Il serait facheux que les Anglois seuls, fassent toute la peche de l’Acadie, et qu’ils soient tous lesjours sur les costes du Roy de France, et profitent du plus grand avantage qui se puisse trouver dans ce pays. On peut dire que cette pesche est un Perou, et que si elle etoit faite par les seuls sujets du Roy, elle rendroit en peu de teins ce pays icy tres florissant [...]121.

43Le roi en est d’ailleurs bien conscient qui demande au gouverneur La Barre d’établir des pêcheries sédentaires dont les produits s’écouleraient facilement aux Antilles ou en France. L’économie du pays ne peut plus se restreindre au commerce des fourrures. Pour que la pêche sédentaire soit une entreprise « solide et durable », de Meulles recommande de fortifier Port-Royal, qui pourrait « servir de barriere pour empescher l’entrée aux Anglois et de digue pour se mettre à couvert de leurs insultes » : on pourrait alors constituer trois importants établissements de pêche : l’un à l’île Percée, le second au Cap-Breton, près du passage de Canso, et le troisième au port de La Hève (La Have, N.-É.) ou au port Rossignol (Liverpool, N.-É.).

  • 122 « Memoire touchant le Canada et l’Acadie », 1684, AC. F3, vol. 2, f. 214r°-v°.
  • 123 4 novembre 1683, АС, С11A, vol. 6, f. 189v°.
  • 124 [Riverin], « Memoire à Messieurs les Interressez en la societté en commendite de la ferme et comme (...)
  • 125 Le 9 mai 1683, Jean Dudouyt écrit à М de Laval : « Messieurs de la Compagnie ont envoyé le sieur(...)
  • 126 « À la rivière du Loup et au Bic, il y a plusieurs îles et îlets pleins de rochers et batures fort (...)

44De Meulles estime que ces établissements inciteraient les jeunes gens à pratiquer la pêche et favoriseraient le commerce intérieur et extérieur122 ; mais les pêches qui se font régulièrement sur les bancs et sur les côtes du golfe sont encore l’apanage des étrangers. Pas plus que ceux de l’Acadie, les habitants du Canada ne s’y intéressent vraiment. En revanche, les commis de la ferme du roi soupçonnent que, depuis l’île Percée, on transporte frauduleusement en France des fourrures sur lesquelles les marchands traiteurs évitent de payer les droits du quart pour le castor et du dixième pour l’orignal. Comme il ne s’est « jamais levé de droits en ce lieu », le trafic pourrait bien s’amplifier si le roi n’y met un terme123, car même les indigènes y apportent leurs castors124. Les commis suggèrent donc d’installer à Percé un bureau chargé de percevoir les redevances généralement payées au magasin de Québec125. Mais cela n’empêcherait pas les marchands de Rivière-du-Loup et du Bic de transporter leurs fourrures en Acadie — exemptée de payer les droits de la ferme du roi — en les faisant passer par les cours d’eau qui communiquent avec la rivière Saint-Jean126. Le marchand Charles-Aubert de La Chesnaye, qui a des intérêts aussi bien dans les grands centres que dans le bas du fleuve et à l’île Percée, semble particulièrement visé par ces accusations.

  • 127 [Riverin], « Memoire à Messieurs les Interressez en la Societté en commendite de la ferme et comme (...)
  • 128 « Mémoire concernant le commerce des pelleteries et la ferme », 1684, ibid., p. 121-125.
  • 129 La Barre, lettre au roi, 14 novembre 1684, ibid., p. 268.

45Une autre fraude contribue à appauvrir la ferme du roi : le transport des fourrures chez les Anglais. Déjà les Bostonnais installés à la baie d’Hudson traitent directement avec les Amérindiens127 et cherchent à s’attirer la plus grande partie du commerce, soit en utilisant les Français qui transportent leurs pelleteries pour les vendre à Boston, à Manatte ou à Orange, soit en venant eux-mêmes traiter avec les Français de l’Acadie128, qui traitent d’autant plus facilement avec eux que leurs rapports commerciaux avec la France demeurent inconsistants. Les habitants de la côte est, en particulier ceux de Port-Royal, tirent effectivement leur subsistance de Boston129. Par ailleurs, il se fait en Acadie davantage de traite que de pêche, parce que la fourrure exige une organisation et un investissement moins lourds pour être rentable.

  • 130 Il pourrait s’agir d’un fort ou d’un navire.
  • 131 G. MacBeath, « Joybert de Soulanges et de Marsan, Pierre de », DBC, t. I, p. 410-411.
  • 132 C.-J. d’Entremont, « Serreau (Sarreau) de Saint-Aubin, Jean », DBC, t. II, p. 631-632.
  • 133 Anonyme, « Mémoire sur l’estat present de la Coste de l’Acadie », 1684, AC, C11D, vol. 1, f. 181r° (...)

46Il en va de même de la plupart des petits postes éparpillés sur les terres « tirant vers le Canada » et mentionnés dans le « Memoire sur l’estat present de la coste de l’Acadie », en 1684. Le seul établissement de la baie des Chaleurs est celui de Denys de Fronsac à « Ristigoukchi », qui consiste « en une petite habitation avec 9. ou 10. persones et un petit défrichement sans pesche et sans autre employ que la traite des bois ». Sur la rivière Saint-Jean, « qui remonte vis à vis Tadoussac », quelques habitations comptent une quinzaine de personnes et constituent des « stations pour la traite sans aucune culture, nouriture ny pesches » ; le seul endroit comportant « un bastiment130 » est Jemseg, appartenant « à Made de Marsan de Québec » qui continue la traite des fourrures établie par son défunt mari131. « En suivant la coste sud-ouest », on parvient à « une autre station sur la rivierre de Ste Croix aussy pour les pelleteries » où demeure Jean Serreau de Saint-Aubin132 : à cet endroit connu sous le nom de Passamaquoddy, « 5 ou 6 persones » font la traite, « quelque pesche » et « point du tout de culture133 ».

  • 134 Les trois seigneuries furent officiellement concédées aux Damours le 20 septembre 1684 (P.-G. Roy,(...)
  • 135 G. MacBeath, « Damours (d’Amours) de Chauffours, Louis », DBC, t. II, p. 173-174.
  • 136 G. MacBeath, « Damours (d’Amours) de Freneuse, Mathieu », DBC, t. I, p. 253.
  • 137 G. MacBeath, « Damours (d’Amours) de Clignancourt, René », DBC, t. II, p. 174.

47Le mémoire ne mentionne pas de façon particulière les installations des fils de Mathieu Damours établis en Acadie134 au cours des dernières années. Les trois frères cultivent la terre et font la traite. L’aîné, Louis de Chauffours, a construit une habitation et un poste fortifié sur la rivière Richibouctou135 ; le cadet, Mathieu de Freneuse, installé sur la rivière Saint-Jean, entre Jemseg et Naxouat, s’intéresse surtout à la colonisation : peuplement, culture, élevage, bois et scierie136 ; le troisième, René de Clignancourt — dont l’immense seigneurie part de Grand-Sault et voisine Médoctec, le plus important village abénaquis de la région —, profite de la situation privilégiée de son domaine pour faire le troc avec les naturels du lieu137.

  • 138 Le 5 novembre 1680, Nicolas Denys demande à son fils Richard Denys de Fronsac de faciliter le voya (...)
  • 139 La compagnie a pour principaux actionnaires Charles Duret de Chevry, le marquis de Bellinzani, Jos (...)
  • 140 « Nous ne savions où nous fixer lorsque nous arrivâmes à ces côtes, ni en quel endroit nous établi (...)

48Ces données rapides permettent d’affirmer que la situation de la pêche sédentaire en Acadie n’est guère reluisante quand, le 28 février 1682, le roi accorde à Clerbaud Bergier, marchand rochelais et huguenot, le droit d’établir une pêcherie sur ses côtes, droit assorti d’un monopole commercial138. Bientôt la question religieuse prend le pas sur l’aspect économique de l’affaire. La présence des huguenots en Acadie semble inconcevable aussi bien à Québec qu’à Paris, où l’abbé Dudouyt, procureur de Mgr de Laval, intervient auprès du ministre Sei-gnelay pour faire achopper le projet, abusivement présenté comme celui d’une colonie catholique. La nouvelle compagnie, établie sous le nom de « Pêche sédentaire de l’Acadie »139, installe malgré tout ses bâtiments à Chedabouctou140 sur des terres qui jusque-là appartenaient à Nicolas Denys et que personne ne faisait vraiment fructifier. De Québec, le gouverneur La Barre tente de montrer au ministre l’incongruité de la décision :

  • 141 Lettre du 4 novembre 1683 au ministre Colbert (dans P. Dubé, op. cit., p. 106). L’année précédente (...)

Il est important, Monseigneur, de ne pas permettre que des huguenots français viennent former un establissement si proche des Anglois, et en un pays où il ne vient point de navire de France pour y faire le commerce, et qui ne subsiste que par celuy qu’il fait avec les Anglois141.

  • 142 « Canada et Nouvelle France », 1684, dans P. Dubé, op. cit., p. 124.

49Pour plusieurs, l’établissement de Bergier, « sous le pretexte de pesche sedantaire », sert uniquement à « attirer le commerce du castor, et le detourner des colonies qui sont establies à Quebec, et à Montréal142 ».

  • 143 Lettre du roi au gouverneur La Barre, 10 avril 1684, ibid., p. 143-144.
  • 144 Ibid., p. 155-156.

50Plus ou moins fondés, ces soupçons n’affectent pas la faveur dont jouit Bergier à la cour. En 1684143, le souverain le choisit pour assister, à titre de lieutenant du roi, le nouveau gouverneur de l’Acadie, François-Marie Perrot (1684-1687). Par la même occasion, il obtient confirmation de la pêcherie sédentaire qui lui a été octroyée en 1682 « à l’exclusion de tous autres depuis le Cap de Camceau, jusques à la baye de toutes isles inclusivement », ainsi que le « don des terres qui sont dans cette estendue, avec 10. lieües de profondeur144 ».

  • 145 « Mémoire sur la domination des François en Canada jusqu’en 1687 », 1687, AC, C11A, vol. 9, f. 288 (...)
  • 146 Challe écrit, dans ses Mémoires (p. 380), que cinq barques furent prises et amenées à La Rochelle (...)
  • 147 P. Dubé, op. cit., p. 268.
  • 148 De La Rochelle, le 8 mai 1685, Denonville écrit au ministre, avant de s’embarquer pour le Canada : (...)
  • 149 Dans ses Mémoires (p. 379-380), Robert Challe, un des participants à l’entreprise, écrit : « Son a (...)

51L’avantage de Bergier sera cependant de courte durée. En juillet-août de la même année, alors qu’il commande le Saint-Louis, il prend sur les côtes de l’Acadie plusieurs barques appartenant aux Anglais de la Nouvelle-Angleterre, « faisant leur pesche et sechant leurs poissons dans les meilleurs ports des François145 ». Amenées à La Rochelle, les embarcations sont confisquées et vendues, à l’exception de deux146 qui sont remises à leurs propriétaires (vraisemblablement autorisés à faire la pêche et la traite) avec les marchandises qu’elles contiennent. Dans une lettre au ministre, La Barre mentionne la saisie des deux « caisches » et blâme Bergier de les avoir prises sans avoir auparavant présenté à leur commandant les défenses faites par le roi d’y venir traiter et sans avoir « rien apporté de France pour la subsistance des habitants de Port-Royal », car, ajoute le gouverneur, « pour faire bien obéir le roi il faut pourvoir à la subsistance du pays, qui la tire toute entiere jusques à present de Baston147 ». Sans doute La Barre plaide-t-il ici sa propre cause et a-t-il lui-même donné aux Anglais des passeports pour pêcher sur les côtes de l’Acadie148. Quant à Bergier, il vient de se brouiller avec les Anglais et aussi avec l’administration française149. Peu de temps après, le ministre Seignelay le remplace au poste de lieutenant du roi par Charles Duret Chcvry de La Boulaye.

  • 150 Lettre de Dudouyt à Mgr de Laval, 24 mai 1684 (ASQ, Lettres N, n° 79, f. 8).
  • 151 Le 11 mars 1684, l’abbé Dudouyt écrit à Mgr de Laval : « Le sieur Berger qui a la direction de l’e (...)
  • 152 Richard Denys de Fronsac, « Estat du temps que nous advons entreteneu des religieux et presti es [ (...)
  • 153 Dans sa relation non datée, l’abbé Thury confirme lui-même les dires de Fronsac (AAQ, 312 CN, Nouv (...)
  • 154 ASQ, Lettres M, n° 1, f. [8].

52Dans l’intervalle, les « Intéressez à la pesche sedentaire de la coste de l’Acadie » ont obtenu que des missionnaires viennent assurer les fonctions curiales à Chedabouctou, où une quinzaine d’hommes vivent en permanence et où quelques habitants s’établissent à proximité du fort. Un religieux de la communauté des pénitents, le père Maximilien de Saint-André150, arrive effectivement au mois de juillet 1684 en compagnie de Bergier, qui a « abjuré son hérésie151 ». L’abbé Dudouyt n’est sans doute pas étranger à la décision de privilégier des religieux étrangers au détriment des récollets, qui, suggérés par le roi, attendent toujours leur autorisation au couvent de Notrc-Dame-des-Anges à Québec. Non seulement Mgr de Laval ne leur a pas donné d’autorisation pour Chedabouctou, mais il vient de leur retirer le poste de Miramichi, vraisemblablement occupé par Emmanuel Jumeau, que Chrestien Leclercq a initié avant de se retirer lui-même. Richard Denys de Fronsac écrira plus tard que l’évêque lui a enlevé brusquement son récollet, « sans austre raisson-nement quelque chosse [qu’il ait pu] dire ». Croyant obtenir en remplacement un prêtre du Séminaire, il accueille favorablement l’abbé Louis-Pierre Thury, qui, au mois de janvier 1685, quitte Miramichi pour la rivière Saint-Jean, où il demeurera jusqu’à ce qu’il revienne à Québec au printemps suivant152. Fronsac comprendra tardivement que le missionnaire ne lui est pas destiné153 : Mgr de Laval a envoyé Thury en éclaireur et compte sur lui pour prêter main-forte à l’abbé Petit, curé de Port-Royal, à qui il espère donner un vicaire. Le 25 avril 1685, une lettre de l’abbé Dudouyt aux prêtres du Séminaire confirme l’intention de l’évêque de même que la présence du père Maximilien à la pêche sédentaire de Chedabouctou154.

Une période de tensions (1685-1688)

  • 155 Lettre de Mgr de Saint-Vallier à Mgr de Laval, 16 juillet 1685 [de l’île Percée], AAQ Copies de le (...)
  • 156 Denonville, lettre au ministre Seignelay, 20 août 1685, AC, C11A, vol. 7, f. 52.
  • 157 En 1684, après que les Iroquois eurent pillé les canots des Français, attaqué le fort Saint-Louis (...)
  • 158 Seignelay, « Instruction que le Roy veut estre remise entre les mains du sieur de Denonville [...] (...)
  • 159 Lettre de Dudouyt à Mgr de Laval, 14 mai 1684, ASQ, Lettres N, n° 79, f. 6.

53La situation des récollets semble aussi difficile et confuse que celle du pays lui-même, sans cesse agité par les mésententes de toutes sortes. Le 16 juillet 1685, accompagné du nouveau gouverneur, Denonville, et du père Ferdinand Moreau, supérieur des récollets, l’abbé de Saint-Vallier, successeur de Mgr de Laval, passe à l’île Percée155. Un mois plus tard, à Québec, le gouverneur La Barre s’embarque à son tour pour l’île Percée, d’où il compte repartir pour Honfleur sur un vaisseau de pêche156. A peine remise des bouleversements occasionnés par la guerre et la « paix honteuse » signée avec les Iroquois à l’anse à La Famine157, la Nouvelle-France doit reprendre l’offensive pour soumettre définitivement les nations ennemies158. La population accueille donc favorablement le remplacement d’un gouverneur qu’elle juge incapable de faire la guerre et s’émeut du désistement de l’évêque qui les desservait depuis vingt-cinq ans. Mais la nomination à l’épiscopat de l’aumônier du roi, l’abbé de Saint-Vallier159, suggérée par le jésuite Le Vallois et préalablement examinée par le sulpicien Louis Tronson et par le procureur Jean Dudouyt, semble faire l’unanimité parmi le clergé.

54L’arrivée au pays du nouvel évêque laisse espérer aux récollets des changements favorables, mais Saint-Vallier adopte la même conduite que Mgr de Laval, qui cherchait à restreindre leur activité. A peine arrivé à Québec, il s’emploie à compléter l’entente concernant la mission de Miramichi ébauchée par son prédécesseur. Le 13 août 1685, il négocie avec Richard Denys de Fronsac la donation aux prêtres du Séminaire d’immenses terrains situés à Ristigouche, à la rivière Sainte-Croix et dans l’île du Cap-Breton, chaque emplacement comptant « trois lieuës de terre de front [...] sur pareille profondeur de trois lieuës ». La concession, faite au nom de son père, Nicolas Denys, reste conditionnelle à l’établissement à chacun des trois endroits d’une mission sédentaire comprenant, comme le stipule le contrat,

Une eglise ou chapelle, à chacune des quelles il y aura au moins un prestre dudit Seminaire entretenu et logé aux depens d’iceluy aux fins susdites d’y prescher l’Evangile, instruire à la foy et religion catholique apostolique et romaine tant lesdits Sauvages originaires et autres qui pouront se joindre à eux, que les François qui y sont ou pouront estre habitués à l’avenir, et leur y administrer les sacremens et autres assistances spirituelles qui leurs sont necessaires.

  • 160 « Concession des sieurs Denis aux prêtres du Séminaire de Québec. Missions en Acadie », AC, C11D, (...)

55La réalisation de ce projet, duquel sont exclus les récollets, doit s’étendre sur dix ans. La sélection de terres « propres pour la culture des grains et autres choses à l’usage particulier des Sauvages » permettra d’attirer ces derniers, qui seront invités à s’établir sur le lieu de leur choix. Le contrat de donation autorise effectivement les prêtres du Séminaire à concéder une partie de ces terres à qui bon leur semble et leur accorde les droits « de pesche, de chasse, de moulin à eau ou à vent ». Le donateur se réserve cependant le droit de traiter avec les indigènes en tous ces lieux et la liberté d’y bâtir un magasin dans lequel il s’engage à ne pas leur vendre d’eau-de-vie160.

  • 161 Lettre de Mgr de Laval au Séminaire, 1685, AAQ, Copies de lettres, vol. 1, f. 273-274.
  • 162 « J’ay employé tous les Recollets qui sont icy mais ce secours est trop petit pour en donner en ta (...)
  • 163 « Estat de la Mission des PP. Recolets de Canada, Par le R. P. Ferdinand Coissaird », dans Anonyme (...)
  • 164 Ibid., p. 219. Parlant des récollets envoyés au Canada à cette époque, La Tour écrit : « La Provin (...)

56Il n’est désormais plus possible aux récollets de récupérer les missions de Ristigouche et de Miramichi qu’ils ont desservies pendant dix ans. En revanche, l’abbé de Saint-Vallier semble vouloir assouplir les mesures restrictives que leur a imposées Mgr de Laval161, mais il s’interroge sur leur capacité de remplir efficacement des tâches aussi exigeantes que l’instauration de cures162. Un important mémoire rédigé par un récollet semble lui donner raison. Intitulé « Estat de la Mission des PP. Recolets de Canada163 », le document constate la précarité de leur établissement au pays et analyse la situation sans parti pris. Si l’auteur dénonce les autorités diocésaines qui maintiennent sous étroite surveillance l’hospice de Saint-Antoine dans la haute ville de Québec et restreignent les emplois et les déplacements des récollets, il critique aussi l’organisation générale de la mission. Pour rémédier « aux desordres » imputables aux religieux eux-mêmes, il suggère de n’envoyer au Canada que des sujets « zellés et capables » de la province de Saint-Denys et non de celle de Saint-Antoine (Artois) « veu que ces derniers ne regardant la mission que comme etrangere à leur province, ne se soucient pas d’y rester164 » :

  • 165 Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 219.

[...] ainsy cette pauvre mission demeure sans religieux intelligents dans les affaires du pays et capables de la conduire et de la servir, et ainsy il n’y aura plus bientost ni œconomie dans le convent ny conduitte pour le dehors, veu que les Religieux qui sont envoyés de France raisonnant de ce pays cy comme du leur, se trompent tout à fait n’ayant pas la connoissance d’iceluy que l’on ne peut acquerir qu’apres de longues années, ny des langues sauvages que l’on ne peut apprendre qu’avec une grande application165.

  • 166 Infra, p. 395 ; voir aussi p. 397 : « Vous n’ignorez pas, mon tres cher Pere, que nos Missions ne (...)
  • 167 Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 219.

57Déjà en 1679, Valentin Le Roux, alors supérieur de Notre-Dame-des-Anges, écrivait à Chrestien Leclercq, découragé et tenté de rentrer en France, que le succès de leurs missions dépendait « uniquement de la fermeté & de la perseverance des Religieux166 ». Mais l’auteur du mémoire de 1685 va plus loin, en suggérant aux supérieurs de Paris de rectifier et de raffermir leur politique de soutien s’ils veulent sauvegarder la mission canadienne : il faut nommer à Paris un religieux pour en prendre soin car, souligne-t-il, « d’attendre de France du drap pour se vestir, des aumosnes si necessaires, et n’en point recevoir, des Religieux et n’en pas voir un, c’est le moyen de voir bientost finir la mission et l’aumosne du Roy que l’on menace de retrancher pour le peu de Religieux que l’on voit icy167 ».

  • 168 Depuis que le roi les a appelés, en 1670, pour assurer la liberté de conscience de la population, (...)
  • 169 Le père Le Tac inscrit et signe un dernier acte dans le registre paroissial le 29 septembre 1682. (...)
  • 170 L’abbé Thury s’établit temporairement à Miramichi de 1685 à 1687 et à Pentagouët (Custine, Maine) (...)
  • 171 Archives des franciscains de Montréal, « Correspondance de Monsieur Tronson », vol. 13, p. 396.
  • 172 La mission du fort Frontenac perdit son impulsion au moment où La Salle entreprit la découverte de (...)
  • 173 Le 26 avril 1685, Dudouyt écrit au Séminaire : « il est agé et paroist ne vouloir pas de brouiller (...)
  • 174 Une lettre de Mgr de Saint-Vallier au père de La Chaise montre que les jésuites ont pris part à to (...)
  • 175 Dès le printemps suivant, le roi demandera des explications au gouverneur (lettre du roi à Denonvi (...)
  • 176 En 1685, Mgr de Saint-Vallier écrit au père de La Chaise : « Nous avons envoyé un de vos Peres nom (...)

58Surprenantes et significatives, ces remontrances et recommandations permettent de s’interroger sur l’intérêt des supérieurs récollets pour le Canada, hors l’obligation de répondre aux ordres du roi168. Jamais auparavant la présence des récollets n’a semblé plus contestée et menacée. Depuis 1683, ils ont perdu la cure de Trois-Rivières, où subsiste une maison sans religieux169, la mission des Micmacs a été confiée à l’abbé Thury, prêtre du Séminaire170, et leur établissement à Montréal stratégiquement remis à plus tard par les sulpiciens171. Le poste du fort Frontenac, déjà en déclin172, leur échappe lorsque le gouverneur Denonville, avec l’assentiment de l’abbé de Saint-Vallier et du père Ferdinand Moreau, nouveau supérieur de Notre-Dame-des-Anges173, commande le retrait du père François Wasson qu’ils remplacent par un jésuite parlant iroquois, Pierre Millet174. L’intervention immédiate du père commissaire Exupère Dethune s’avère inutile175. Les jésuites s’établissent au fort Frontenac et par la suite, profitant de la complaisance de Tonty et de La Forest, au fort des Illinois176.

  • 177 Lettre au ministre, 28 septembre 1685, АС, С11A, vol. 7, f. 144v°.
  • 178 « Dans tout ce continent les mourues ne se font que vers la fin de juin [...] » (АС, С11A, vol. 12 (...)
  • 179 « Estat de la Mission des PP. Recolets de Canada », dans Anonyme, Histoire chronologique de la Nou (...)

59L’intendant de Meulles écrit pourtant au ministre que Mgr de Saint-Vallier tient envers les récollets une conduite « tout affait opposée à celle de son predécesseur », puisqu’il s’en sert « à tout usage convenable » et qu’il les emploie autant qu’il peut dans les missions177. Le prélat utilise sans doute les récollets pour assister ou remplacer momentanément les responsables des paroisses, mais les onze récollets (huit prêtres et trois frères) recensés au pays à la fin de 1685 n’ont plus pour missions particulières que celle de Beaubassin — qui leur sera bientôt retirée — et celle de l’île Percée, dirigée par le père Joseph Denys assisté du frère Didace Pelletier, charpentier, qui y construit une église de cinquante pieds de longueur et une « maison reguliere » où les religieux pourront dorénavant vivre entre eux suivant la règle de saint François. Cette mission, à laquelle appartient la petite chapelle construite sur l’île Bonaventure et dédiée à sainte Claire d’Assise, ne regroupe encore que quelques familles françaises et dessert les indigènes des environs, mais le nombre de ses fidèles augmente chaque été avec les navires de pêche qui amènent en juin plusieurs centaines d’hommes178. Les récollets craignent de perdre cette mission : « le Seminaire ne manquera pas de nous en chasser bientost ; veu qu’ils commencent depuis 2 ans à envoyer un prestre de ce costé-là179 », écrit l’un d’eux, faisant allusion à l’abbé Thury, envoyé en Acadie en 1684.

  • 180 « Requeste des habitans de l’île Percée à Richard Denis sieur de Fronsac [...] », [1684 ou 1685], (...)
  • 181 « Concession d’une terre par Denis à Vincent Chateignier dit Lepine dans l’habitation de Percé », (...)

60Loin des gouvernements civil et religieux siégeant à Québec, l’île Percée jouit d’une grande autonomie, mais l’absence de contrôle ne favorise ni le développement des pêches ni l’harmonie entre les habitants. La coexistence avec les pêcheurs saisonniers, les intérêts divergents du seigneur et des concessionnaires provoquent des conflits qui nécessitent parfois une intervention extérieure énergique. Par exemple, les habitants de l’île Percée et de Petite Rivière s’adressent à Richard Denys de Fronsac, gouverneur et lieutenant du roi pour le pays du cap Canso au cap des Rosiers, afin de régler la mésentente les opposant à Pierre Denys de La Ronde, qui refuse de leur octroyer des terres supplémentaires pour l’agriculture et menace, au contraire, de les chasser et de s’emparer de leur maison et de leurs biens180. Dans cette affaire, Denys de Fronsac prend le parti de Vincent Chateigne dit Lépine, le plus ancien résident de l’île, à qui il octroie, pour la durée de six ans, une concession sur laquelle il pourra défricher, cultiver, faire de l’élevage et du bois, s’adonner à la pêche et même commercer avec les indigènes « depuis la pointe Saint Pierre jusques au Cap d’Espoir181 ». Quelques mois plus tard, les autres habitants obtiennent de l’intendant de Meulles un assouplissement du contrat qui les lie à Pierre Denys de La Ronde, en les autorisant à défricher des terres pour leur propre compte et à fabriquer des vignaux dont ils pourront disposer à leur guise.

  • 182 « Copie du contrat de la seigneurie de Percée », 2 novembre 1676, ibid., p. 634-636.
  • 183 « Requete de Simon Denys de Bonaventure », 1686, ibid., p. 654-655.

61Par la même occasion, l’intendant règle un litige plus grave qui risque de compromettre le développement de la pêche sédentaire en Gaspésie. Une dizaine de capitaines de vaisseaux, « faisant la pesche de la morue seiche et verte », se disputent entre eux et avec les gens du pays le partage des échafauds et l’occupation des « graves » des îles Percée et Bonaventure, de la baie de Gaspé et d’autres lieux depuis le cap des Rosiers jusqu’au cap d’Espoir. Après avoir entendu les parties, le 19 juin 1686, l’intendant règle les points litigieux (droit de passage, rades, mouillages, etc.) à la satisfaction des pêcheurs français, à qui il accorde priorité sur les installations, les « graves », les galets et les vignaux ; il autorise même les capitaines à défricher des terres à condition qu’ils y construisent une maison pour hiverner. Simon Denys de Bonaventure en appellera vainement de l’ordonnance qui contrevient à la concession faite à Pierre Denys de La Ronde, son père, par l’intendant Talon et confirmée par l’intendant Duchesneau en 1676182, qui lui octroyait, outre le droit d’amirauté sur tous les vaisseaux pêchant dans le voisinage de l’île Percée, les droits exclusifs de pêche, de chasse et de traite183.

  • 184 Le 13 mai 1686, à Port-Royal, l’intendant signe une ordonnance confirmant la possession des terres (...)
  • 185 De Meulles, « Memoire sur l’isle Percée », 1686, infra., Appendice II, p. 648-649.

62Quand il signe ce règlement, De Meulles revient justement d’un voyage de huit mois en Acadie avec Simon Denys de Bonaventure. Ils ont passé l’hiver 1685-1686 à Beaubassin, chez Michel Leneuf de La Vallière, gendre de Nicolas Denys. Au cours de sa visite, l’intendant a inspecté les installations de différents postes, dont Chedabouctou, Les Mines et Port-Royal184. Il est donc en mesure de comparer et d’apprécier la situation de chaque établissement. Dans le mémoire qu’il adresse au ministre sur les îles Percée et Bonaventure, il note la présence d’une dizaine de vaisseaux français (bayonnais, rochelais et normands de Honfleur), de deux ou trois cents tonneaux, venus y faire la pêche à la morue sèche, et celle de plusieurs autres mouillant dans la baie de Gaspé. Il observe aussi que des pêcheurs vont prendre leur morue sur le « banc aux Orphelins » à douze lieues de l’île Percée, où ils rapportent ensuite leurs prises pour le séchage. Il conclut de ce qu’il a vu que l’île pourrait devenir un centre de pêche important : il y a des « graves » et des galets en abondance, les terres de Petite Rivière, située à deux lieues des installations de pêche, peuvent accueillir un grand nombre d’habitants et l’hivernement de quelques hommes assurerait des profits intéressants aux propriétaires de navires. Comme les efforts des Denys pour recruter et augmenter l’établissement dans l’île n’ont guère réussi, il faut attirer les navigateurs français en leur offrant une place pour pêcher et en les encourageant à bâtir des installations permanentes. Pour stimuler l’entreprise, la métropole doit subventionner la construction sur l’île d’un magasin qui servirait à la fois de dépôt pour les marchandises et d’entrepôt pour la morue prise par les hivernants, après le départ des vaisseaux, durant les mois d’octobre et de novembre. L’année suivante, les premiers navires venus achèteraient ces réserves pour fournir durant l’été le marché français, intérieur et extérieur185.

  • 186 Des fouilles archéologiques (1990-1993 et 1998) montrent qu’entre 1584 et 1637 environ des Basques (...)
  • 187 Lettre de Denonville au ministre, 13 novembre 1685, AC, C11A, vol. 7, f. 95v°-96r°.

63Ce projet semble d’autant plus approprié qu’il peut s’insérer dans un plan plus vaste de promotion des pêches dans le fleuve Saint-Laurent. Denonville, qui vient d’arriver au pays, écrit au ministre qu’à trente ou quarante lieues de Québec il y a abondance de morues, de harengs, de saumons, de baleines ; un grand nombre de marsouins blancs montent même jusqu’à Montréal. On voit encore, ajoute-t-il, « des restes de fourneaux où les Basques faisoient leurs huyles186 ». Le développement des pêches à proximité des principaux centres d’habitation susciterait l’intérêt des jeunes gens, « qui y trouvants du profit pouroient perdre la coutume de courir dans les bois ». Continuant sur sa lancée, le gouverneur conclut que cette pêche « vaudrait beaucoup mieux pour le pays que celle de l’Accadie dont l’esloi-gnement empescheroit que la colonie en peut tirer aucun avantage187 ».

  • 188 AC, C11A, vol. 8, f. 257-261.
  • 189 De Meulles, « Memoire sur la baie de Chedabouctou », 1686, AC, C11A, vol. 8, f. 230-233.
  • 190 1686, AC, C11A, vol. 8, f. 254-255.

64Forts d’une telle recommandation, le 7 février 1686, Denis Riverin et Chalons, son associé, font parvenir au ministre Seignelay le projet détaillé d’un établissement subventionné pour la pêche à la baleine entre Bic et Les Escoumins à quarante lieues de Québec, pour celle du marsouin blanc près de Québec, celle du loup-marin dans le golfe à proximité des îles de la Madeleine et celle de la morue, de Matane jusqu’à l’île Percée188. Globalement, ce programme de développement des pêches aurait pour effet de concurrencer l’établissement de Chedabouctou189, où Clerbaud Bergier entrevoit d’amples améliorations190, grâce en partie à l’acquisition qu’il compte faire, avec Gabriel Gaultier, de la concession de l’île Saint-Jean (du Prince-Édouard), du Cap-Breton et des îles de la Madeleine. D’autres impératifs commandent de renforcer significativement l’industrie des pêches en Acadie.

65Le 12 novembre de l’année précédente, dans un document intitulé « Memoire concernant l’estat present du Canada, et les mesures que l’on peut prendre pour la seureté du pays », Denonville écrivait :

Nous avons parlé de l’ennemy declaré de la colonie [les Iroquois], et des moyens de s’en pouvoir defaire. Il est bon de voir si l’Anglois n’est pas aussy ou mesme plus à craindre à l’avenir, et si nous ne devons prendre autant de soin de nous en guarentir.

66Le mémoire indique que non seulement les Anglais animent et arment les Iroquois contre les Français, mais qu’ils s’établissent furtivement à la baie d’Hudson et que leur domination s’accentue du côté de l’Acadie qui leur ouvre grandes ses portes. La situation avantageuse des postes et des ports qu’ils occupent au sud de cette région où l’on peut « naviguer en tout temps » leur permet de soutenir le commerce des castors qu’ils tirent abondamment des indigènes et de devancer les pêches des Acadiens « dont la coste est plus poissonneuse que la leur ». Et le gouverneur concluait brutalement son analyse :

  • 191 AC, C11A, vol. 7, f. 185r°-v°.

Cette pesche qui depuis longtemps leur est libre quoy que ce soit sur les terres du Roy les a rendu fort puissans dans notre propre pays, lequel n’a presque d’autre commerce qu’avec eux, en ayant tres peu en France, et le peu de pelteries que l’on tire de nos terres d’Accadie passent toutes chez les Anglois191.

67Quoique alarmante, la situation n’est pas sans remède. Il faudrait d’abord tirer les habitants de la dépendance des Anglais en les rapprochant de la capitale. Revenu de sa tournée d’inspection en Acadie, l’intendant de Meulles suggère d’établir une communication entre la baie Française (de Fundy) et le golfe du Saint-Laurent — qui abrégerait de plus de deux cents lieues le chemin de Québec à Port-Royal — en ouvrant et inondant un « fossé » dans le portage d’une lieue qui relie la baie Verte et Beaubassin. Ce « fossé » inonderait à son tour les terres basses et formerait en peu de temps une rivière, laquelle favoriserait l’établissement de plusieurs habitations et permettrait aux marchands de Québec qui envoient des barques aux îles d’Anti-costi et Percée de poursuivre leur voyage, pour prendre aux Anglais le commerce considérable qu’ils font tous les ans avec les habitants de Beaubassin, des Mines, de Port-Royal, de la rivière Saint-Jean et d’autres lieux de l’Acadie.

68Le projet peut sembler utopique, mais la gravité de la situation commande des mesures énergiques, car il y va, selon de Meulles, de la possession du pays :

  • 192 De Meulles, « Beau Bassin ou Chignictou et la baye Verte », 1686, AC, C11D, vol. 2, f. 49v°-50r°.

Les Anglois de Baston se regardent comme seigneurs de toutes ces costes par la raison qu’ils y sont perpetuellement et y font tout le commerce et qu’ils sont plus aimez des habitans que les François mesme ; sans cette communication c’est presque une necessité de les y laisser commercer, parce que les peuples de l’Acadie ne peuvent avoir aucun secours des François à cause du grand esloignement qu’il y a de Quebec avec Baston qui est de plus de quatre cent lieües, et qu’il fault presque un esté pour faire ce voyage qui causeroit trop de frais aux marchands de Quebec. § Ce commerce que les Anglois font avec les habitans de l’Acadie leur donne lieu de faire la pesche du poisson sec dans des rades qui apartiennent au Roy de France, cette grande dependance fait que les François ne travaillent que pour les Anglois à qui la pluspart doivent des sommes tres considerables. § Il est encore à remarquer que les Anglois par le grand commerce qu’ils font avec les peuples de l’Acadie, les attirent à leur service et les engage [nt] d’aller prendre des habitations chez eux, ce qui est si vray que toute la coste qui apartient aux Anglois est remplie de François par les offres et les grands avantages qu’ils leur font192.

  • 193 AC, C11A, vol. 8, f. 223-224.

69Le 18 juillet 1686, de retour à Québec et sur le point de rentrer en France, l’intendant de Meulles, visiblement conquis par la région et en même temps soucieux de tirer les habitants de l’emprise des Anglais, écrit au roi qu’il considère l’établissement de l’Acadie comme « le plus bel ouvrage que [Sa] Majesté puisse entreprendre dans ce continent193 ».

  • 194 Le 13 novembre 1685, Denonville écrivait à Seignelay : « il y a bien des choses à y regler car tou (...)
  • 195 A.-T. Caron, De Québec en Acadie, p. 1, 20-21.
  • 196 Ibid., p. 17-18.
  • 197 « Il était important », écrira plus tard Mgr de Saint-Vallier, « que je visse moy-même en quel éta (...)

70Le désir de reprendre en mains l’avenir de l’Acadie, tout aussi délaissée jusque-là par l’administration religieuse que par l’administration civile, incite aussi Mgr de Saint-Vallier à aller lui-même sur place observer la situation et mettre de l’ordre dans ses missions194. Parti de Québec le 17 avril 1686, l’évêque visite la côte sud jusqu’à Rivière-du-Loup, pour ensuite naviguer avec son escorte sur le lac Pohénégamook. Le 16 mai, il fait halte à Mada-waska, passe le lendemain au Grand-Sault et atteint Médoctec le surlendemain195. Durant son bref séjour, il visite le village des Malécites situé à proximité du fort. Il repart ensuite pour Richibouctou, poste de traite sur le golfe du Saint-Laurent, où il rencontre une cinquantaine d’Amérindiens qui y campent196. A Miramichi, il célèbre la messe de la Pentecôte dans une cabane avec l’abbé Thury, qui, depuis 1684, a repris la mission des « Crucientaux » jusque-là visitée par les récollets Leclercq et Jumeau197. Il s’arrête ensuite à Beaubassin, où l’intendant de Meulles vient de passer l’hiver chez Michel Leneuf de La Vallière, autrefois gouverneur de l’Acadie.

71Situé à quelque soixante-dix lieues de l’île Percée, au fond de la baie de Chignectou, Beaubassin offre des terres d’une remarquable qualité, des bois francs en quantité et des prairies permettant de « nourrir cent mil bestes à cornes ». Établi là depuis six ou sept ans, La Vallière a fait construire un moulin et a recruté lui-même presque tous les habitants. Chacune des vingt-deux habitations se compose de « trois ou quatre corps [de] logis assez raisonables pour la campagne » et la plupart des habitants possèdent au moins une douzaine de bêtes à cornes et autant, sinon plus, de porcs et de moutons. Dans un mémoire qu’il a rédigé pendant son séjour à Beaubassin, de Meulles présente l’organisation de cette seigneurie comme un modèle. Sa situation, « à ving ou trente lieues du port Royal en droitture, et à vingt cinq de l’entrée de la riviere Saint jean », suggère même à l’intendant que Beaubassin pourrait sans peine alimenter Port-Royal si le roi voulait en faire une ville et soutenir tout autant le commerce des îles.

72À son tour, Mgr de Saint-Vallier observe la vie des habitants et ajoute aux données de l’intendant :

  • 198 Estat present de l’Eglise, p. 93-97. Le mémoire intitulé « Description abregée de l’Acadie [...] » (...)

On compte dans cette habitation cent cinquante ames, sans y comprendre trois familles Chrêtiennes de Sauvages qui s’y sont retirées pour y faire du bled d’Inde. Les premiers François qui s’y transplanterent il y a dix ans, sortirent de Port-Royal [...]. Ils avoient esté assistez jusques alors par un Pere Recollet, mais ayant esté rappellé à Quebec pour y étre Superieur de leur Maison, je leur ay donné un Prêtre qui leur servira de Curé, comme ils le desirent [...]. Leur Chapelle est petite, elle n’est que de torchis environné de pierres ; la couverture n’est que de paille, & le corps du bâtiment ne pouvant pas durer lont-temps, il faut penser à en construire une autre, avec un Presbytere & un Cimetiere tout proche ; car celuy dont on se sert est trop éloigné [...]198.

  • 199 Moireau y confère un dernier baptême le 20 mai 1686 (AAQ, Série U, Registre A, Acadie, f. 12-13). (...)
  • 200 AAQ Série U, Registre A, Acadie, 1A, 15 f.

73Le père Claude Moireau, qui dessert la mission depuis six ans, ne l’a vraisemblablement pas encore quittée199 lors de la visite de l’évêque, avec qui il part sans doute. Durant toutes ces années, le récollet a baptisé dans la région de Beaubassin-Les Mines et sur les bords de la rivière Saint-Jean plus d’une centaine d’enfants et d’adultes, tant français qu’amérindiens, et célébré au moins six mariages dans la petite chapelle de Beaubassin200. En attendant le curé qui leur a été promis — le sulpicien Claude Trouvé n’arrivera que deux ans plus tard —, les habitants recevront la visite de l’abbé Louis Geoffroy qui, laissé à Port-Royal pour assister l’abbé Louis Petit, a accepté le soin de la mission. Port-Royal est alors la seule paroisse organisée de l’Acadie. Mgr de Saint-Vallier y célèbre en grande pompe la fête de sainte Anne et poursuit sa tournée, qui doit le mener à l’île Percée en passant de nouveau par Beaubassin, Richibouctou et Miramichi.

  • 201 Estat present de l’Eglise, p. 110-111.
  • 202 « Instructions pastorales données au P. Joseph Denys pour l’exercice de son ministère à l’Isle Per (...)

74En attendant le bateau qui doit le ramener à Québec, le prélat a le temps de visiter tous les lieux fréquentés par les pêcheurs et il note chez certains « peu de disposition à vivre chrêtiennement ». « Ces déreglemens quej’ay veus ne sont pas des maux sans remede, & on a déja pris quelques mesures pour y mettre ordre201 », écrira-t-il par la suite. Constatant plusieurs cas d’inimitié, de vol, de recel, de refus de payer ses dettes, d’ivrognerie et d’autres habitudes invétérées, l’évêque suggère comme remède « le retardement ou le refus de l’absolution ». Afin de ranimer la pratique religieuse, il décrète que les dispenses pour la messe des dimanches et des jours fériés seront strictement réservées aux pêcheurs obligés de travailler. Il ordonne la fermeture des cabarets durant les offices divins et le catéchisme auxquels les habitants seront invités à assister. Il ordonne aussi de maintenir les indigènes loin des cabarets et de restreindre aux seuls moribonds l’administration du baptême sans instruction suffisante des vérités de la religion. Il recommande même, comme s’il voulait subordonner la mission de l’île Percée à celle de Miramichi, que les adultes soient envoyés à cette dernière pour y recevoir le baptême202.

75Afin de répondre à quelques plaintes concernant le ministère des aumôniers étrangers qui traversent avec les pêcheurs, l’évêque charge le récollet responsable de la mission d’autoriser ou non ces prêtres et de surveiller leurs activités. Dès leur arrivée, ils lui montreront « l’exeat de leur evêque, leur approbation de vie & de mœurs & leurs lettres de prêtrise ». Durant toute la durée de leur séjour sur l’île, ils devront, conformément à leur état, avoir les cheveux courts et porter une soutane longue au moins pour dire la messe ; ils ont défense d’aller à la chasse, de fréquenter les cabarets et de manger « de cabanot en cabanot » avec les pêcheurs. Cette délégation de pouvoirs tombe sans doute à point nommé pour le père Denys, qui vient lui-même d’instaurer dans le petit couvent de l’île la régularité commandée par la règle de saint François.

  • 203 Infra, p. 167. À Percé, dans une lettre circulaire datée du 4 août 1686, l’évêque invite les habit (...)
  • 204 Leclercq, PEF, t. II, p. 127.

76Le passage de l’évêque suscite sans doute de la retenue dans les mœurs quelque peu relâchées des habitants et des pêcheurs, mais aussi, et pour une rare fois, une participation collective à un événement religieux d’importance. La dédicace solennelle de la petite église de l’île Percée a aussi ramené Chrestien Leclercq auprès des Gaspésiens qu’il a desservis durant plusieurs années et qui rentre définitivement en France en compagnie de François Wasson203. La construction, commencée l’année précédente par le frère Didace, n’est pas terminée, mais c’est déjà « une Eglise fort belle pour le lieu, ornée de Tableaux & de tous les Ornemens necessaires, avec une maison reguliere accompagnée de tous les Offices204 ».

  • 205 Denonville, lettre au ministre, 10 novembre 1686, AC, C11A, vol. 8, f. 143v°-144r°). Denonville ex (...)
  • 206 Richard Denys de Fronsac avait consenti à vendre aux prêtres du Séminaire de Québec l’établissemen (...)

77À son retour à Québec, après cinq mois de pérégrinations chez les petites communautés isolées du Canada et de l’Acadie, l’évêque remet à Denonville un rapport où il déplore « la grande quantité de desordres » qui se font dans le bois « par de malheureux libertins qui sont comme des Sauvages depuis un long temps sans avoir rien fait du tout pour la culture des terres ». Il prêche à un converti, puisque le gouverneur a lui-même, au cours des mois précédents, fait emprisonner deux des frères Damours pour avoir vécu « dans les bois dans les desordres des Sauvagesses et des ivrogneries205 ». Ces « desordres » contribuent sans doute à accélérer la mise en place de la mission des prêtres du Séminaire à Miramichi avant le départ de l’évêque pour la France à la fin de l’automne 1686206.

78Rapidement mis au courant de la transaction et de la vocation missionnaire que l’abbé de Saint-Vallier veut donner aux prêtres de son séminaire, jusque-là réservés à la desserte des cures amovibles qu’il a créées, Mgr de Laval s’en trouve contrarié. Le 17 avril 1687, de Paris, son procureur écrit au grand vicaire Louis An go des Maizerets :

  • 207 ASQ, Lettres O, n° 1, f. 7-8.

Quoy qu’il faille occuper de nos Ecclesiastiques aux missions des Sauvages il faut neanmoins se mesurer sur le nombre des sujets que nous aurons, et sur les moyens que nous aurons de soutenir ces missions et il n’y a pas d’apparence qu’il faille faire pour cela des habitations aux lieux de ces missions comme M. de Saint Vallier l’a projetté à l’habitation de Richard Denis ce seroit des grandes depenses outre que cela ne convient pas à un missionaire qui se trouveroit occupé à l’embarras du mesnage au lieu de vaquer à sa mission. Il faut y aller comme sous les jesuites d’une maniere plus apostolique Monseigneur de Quebec en est convaincu207.

  • 208 Dans la même lettre, le procureur met en doute la réalisation du projet : « Je ne sçay pas encorre (...)

79Mgr de Laval suggère donc de reprendre la politique désuète des missions volantes plutôt que d’assurer la sédentarité des prêtres en des lieux éloignés208.

  • 209 Lettre de Dudouyt au Séminaire, mars 1687, ASQ Lettres M, n° 2, f. 1-4.
  • 210 Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 230-232.

80Rentré à Paris, Mgr de Saint-Vallier doit vraisemblablement rendre compte à l’ancien évêque des initatives qu’il a prises depuis sa nomination. En attendant ses bulles et sa consécration, il subit l’offensive des supérieurs du Séminaire et des sulpiciens qui contestent son épiscopat. Restés fidèles au premier évêque de Québec, ils acceptent mal la juridiction de Saint-Vallier à qui ils reprochent son individualisme et la précipitation de sa conduite209. Le nouvel évêque, qui a déjà de solides appuis à la cour et au Canada, où il a acquis la considération du gouverneur et des jésuites, se tournera vers les récollets pour obtenir leur soutien et assurer l’union dans l’Église canadienne210.

81Pendant ce temps, le gouverneur Denonville s’inquiète fort de la situation de la colonie. La coalition anglo-iroquoise s’avère plus solide que jamais. Les Iroquois continuent de s’en prendre aux Français et à leurs alliés, et les Anglais lorgnent les territoires et le commerce français, en attendant l’occasion propice. Le gouverneur utilise donc les jésuites pour servir à la fois d’intermédiaires et d’espions auprès des Iroquois des Grands Lacs et des Abénaquis de Pentagouët. Mais la situation est confuse. Les provocations proviennent de part et d’autre, et la volonté des habitants s’oppose souvent aux ordonnances des dirigeants.

  • 211 « Memoire sur la domination des François en Canada jusqu’en 1687 », 1687, AC, C11A, vol. 9, f. 289 (...)

82Ainsi, les rapports qu’entretiennent les Français de l’Acadie avec les Anglo-Hollandais changent avec les circonstances. Ceux-ci se comportent en maîtres, certains commercent librement et régulièrement depuis des décennies avec les habitants des côtes atlantiques, de la baie Française et de la rivière Saint-Jean, d’autres viennent à la moindre occasion détruire leurs forts et leurs installations. Les Français tantôt les accueillent, tantôt les repoussent. En 1686, par exemple, le gouverneur Perrot « perm[et] aux pêcheurs anglais de sécher leur poisson sur les côtes françaises » et ceux qui mouillent dans le détroit de Canseau peuvent se procurer des licences de pêche à Chedabouctou auprès de la compagnie détentrice du monopole. Pourtant, au cours de cet été-là, alors qu’il passe au Canada pour succéder à Jacques de Meulles à titre d’intendant de la Nouvelle-France, Jean Bochan de Champigny est témoin d’un acte d’agression commis par les Anglo-Hollandais dans les eaux territoriales françaises. Le vaisseau sur lequel il fait la traversée sauve alors un petit bâtiment de pêcheurs français pris par des Anglais (« du costé de la Virginie et de Baston ») qui piratent sur les côtes de la Nouvelle-France et dans le golfe du Saint-Laurent à bord d’une frégate armée de vingt-cinq pièces de canon211.

  • 212 Voir L. Lamontagne, « Troyes, Pierre de », DBC, t. I, p. 668-669.
  • 213 Voir G. Cerbelaud-Salagnac, « Abbadie de Saint-Castin, Jean-Vincent d’, baron de Saint-Castin », D (...)
  • 214 L’expédition secrète a quitté Montréal le 10 juin pour revenir le 13 août suivant, après avoir brû (...)
  • 215 Denonville, « Memoire de l’estat present des affaires de Canada sur la guerre des Iroquois du 27e (...)

83De toute évidence, il faut se préparer à faire la guerre. Denonville a déjà lancé l’offensive à la baie d’Hudson, où les Anglais disputent à la France la possession du territoire et de ses riches fourrures. L’expédition commandée par Pierre de Troyes212 vient en effet de prendre, au profit de la Compagnie du Nord, les trois forts que les Anglais ont établis dans le fond de la baie. Aussitôt la nouvelle connue, les commissaires des rois d’Angleterre et de France se réunissent à Londres pour signer un traité de neutralité, le 6 novembre 1686. Cet accord entend mettre un terme aux hostilités et aux contestations soulevées par les prétentions territoriales des deux couronnes en Amérique. Mais rien n’assure qu’il sera respecté. Dès l’été suivant, les Anglais pillent l’habitation du baron de Saint-Castin213 à Pentagouët pendant que celui-ci commande la troupe d’Abénaquis qui accompagne Denonville dans son expédition contre les Tsonnontouans214. Le gouverneur en apprend la nouvelle à son retour à Québec, en même temps qu’il trouve l’ordre du roi lui intimant de ne faire « aucune entreprise contre les Anglois » tant que les accommodements négociés à Londres par les commissaires ne seront pas définitifs. Denonville obéit, mais proteste auprès du ministre, affirmant que les Français sont « la dupe » de ces traités ; il ajoute que les Anglais, leurs « plus dangereux ennemys », peuvent nuire au pays de mille façons sans qu’il soit en mesure de le défendre autrement qu’en formulant des plaintes qui n’obtiendront jamais satisfaction215.

  • 216 AC, B, vol. 15, f. 7v°
  • 217 8 mars 1688, AC, C11A, vol. 10, f. 38r°-V° ; aussi B, vol. 15, f. 29v°-30r°.
  • 218 AC, B, vol. 15, f. 7v°.

84Le roi ne se laisse pas toucher par ce reproche. Le 8 janvier 1688, une copie du traité de neutralité, révisé à Londres le 11 décembre de l’année précédente216, parvient au gouverneur. L’enjeu des discussions est toujours la propriété « de la baye d’Hudson et les postes qui sont occupez par les deux nations dans cette baye, le païs des Iroquois, et la partie meridionale de l’Acadie depuis Pentagouët, jusqu’à la riviere de Quinibiqui217 ». À moins que le roi n’envoie de nouveaux ordres signés de sa main, on ne doit entreprendre aucun acte pouvant nuire aux négociations qui reprendront dès le 20 janvier218.

  • 219 Denonville, lettre au ministre, 8 mai 1686, AC, C11A, vol. 8, f. 9v°.
  • 220 Denonville, lettre au ministre, 10 août 1688, AC, C11A, vol. 10, f. 74.
  • 221 Gabriel Gaultier, mémoire à Denonville, 18 octobre 1688, AC, C11A, vol. 10, f. 28-29.
  • 222 Voir le récit de la prise de Chedabouctou dans les Mémoires (p. 388-389) de Challe, qtii considère (...)

85Cela ne suffit pas à convaincre Denonville qu’il faille laisser les Anglais s’imposer en maîtres. Il écrit au roi que les Anglais ont « desja fait beaucoup de violences aux habitants et à nos pescheurs avec leurs forbans qui courent fort219 » et que l’impunité des pillages en Acadie « le decredite fort chez les Sauvages220 ». En août 1688, comme pour lui donner raison, des corsaires de Salem pillent le poste de Chedabouctou221 : ils prennent le fort, peu fortifié et mal protégé, le magasin abritant les pelleteries traitées durant l’hiver et le poisson séché au printemps, ainsi que les trois barques appartenant à la compagnie, qu’ils mènent à Boston222.

  • 223 Andros avait remplacé Dongan au moment de la jonction des gouvernements de Boston et de New York.
  • 224 Avant d’attaquer Chedabouctou, les Anglais « vinrent à Canceau, qu’on ne les attendait nullement, (...)
  • 225 « Memoire de l’estat present des affaires de ce pays depuis le dixiéme aoust 1688 jusqu’au dernier (...)

86Pour Denonville, la preuve est faite que ni le gouvernement d’Edmund Andros223 et de ses successeurs, ni les Anglo-Hollandais de la Nouvelle-Angleterre n’accepteront jamais le voisinage pacifique des Français. Cette preuve, Andros l’a déjà apportée en ordonnant le pillage de la maison de Saint-Castin qui « ne le vouloit pas reconnoistre comme dependant de luy » ; il l’a apportée aussi en empêchant les Iroquois, qu’il prétend « estre sous son gouvernement », de venir à Montréal négocier la paix. On a même lieu de croire que les habitants de Boston ne sont pas étrangers au pillage « fait à Campseaux224 et à Chedabouctou quelque desaveu que le Gouverneur et les habitans en fassent225 ».

  • 226 Ibid.

87La situation devient a ce point inquiétante et Denonville est si peu enclin à faire confiance aux commissaires royaux prêts à reprendre les négociadons à Londres, qu’il dépêche en France le gouverneur de Montréal, Louis-Hector de Callière, pour représenter au souverain la réalité du Canada et la nécessité de prendre la Nouvelle York. C’est le seul moyen d’éliminer toute alliance des Anglais avec les Iroquois qu’ils arment, incitent à rompre le commerce avec les Français et poussent même à attaquer les habitations proches de Montréal. La réussite de l’entreprise assurerait la paix aux habitants et permettrait de reprendre en mains le commerce des fourrures et des pêches. Sans cette expédition, conclut-il, le pays court à la ruine. Les sujets du roi se verront même chassés du grand banc de Terre-Neuve, où les vaisseaux anglais multiplieront les courses. Le royaume perdra ainsi l’un des meilleurs commerces du Canada, puisqu’il lui rapporte « plusieurs millions226 ».

  • 227 Mgr de Saint-Vallier avait reçu, dans la contestation, ses bulles du pape Innocent XI le 7 juillet (...)

88Pour avoir la paix, il faut donc faire la guerre. Mais la révolution d’Angleterre qui a détrôné le monarque catholique Jacques II au profit de son gendre Guillaume III d’Orange-Nassau, hollandais, calviniste et irréductible ennemi de la France, vient de changer la donne. L’Angleterre se joint à la ligue d’Augs-bourg et déclare la guerre à la France, le 7 mai 1689. Les deux puissances maritimes, l’Angleterre et la Hollande, vont se dresser contre l’ennemi commun. Dans le prolongement de cette guerre, les colonies françaises d’Amérique (le Canada, l’Acadie et Terre-Neuve) subiront les hostilités répétées des Anglo-Hollandais de la Nouvelle-Angleterre, animés par l’avènement du roi protestant. Louis XIV ne repousse donc pas la proposition d’investir la Nouvelle York ; il recommande au contraire toutes les escarmouches possibles sur les cantons anglais. Mais le Canada a exaspéré Versailles par ses plaintes, ses exigences de plus en plus coûteuses, ses chicanes et ses catastrophes appréhendées. Sans compter l’attitude contestataire du clergé qu’il faut sans cesse rappeler à l’ordre et les intrigues fomentées jusqu’en France pour démettre Mgr de Saint-Vallier227, à qui le roi fait confiance. Rien ne saurait mieux décrire le sentiment de la cour devant tous les problèmes que lui cause la Nouvelle-France que le message du 20 mai 1689 envoyé par M. Brisacier à Mgr de Laval, rentré au Canada avec son titre et son prestige, mais dépouillé de sa fonction épiscopale :

  • 228 Lettre de M. de Brisacier à Mgr de Laval, 20 mai 1689, ASQ, Lettres N, n° 93, f. 5.

Au nom de Dieu Monseigneur, la paix dans le clergé à quelque prix que ce soit ; on est desja si degousté à la Cour du Canada que si on sçavoit ce qui s’y passe, on en prendroit peut estre occasion de l’abandonner tout à fait. Peu s’en a fallu qu’on ne l’ait fait dès cette année, on a deliberé, si on n’en retireroit point les troupes pour les faire passer aillieurs et bien loing de nous envoyer de nouveaux secours, on a creu nous faire une grande grace de nous laisser celuy que vous avés. D’ailleurs, que ne peut on pas craindre de ce changement de gouverneur s’il s’apercevoit de la moindre division ne pouroit il faire sa cour à nos depans ? Cette seule [idée] suffit pour reunir le chef avec les membres et pour les lier si etroitement ensemble, que rien ne soit capable de les separer, mais la principale raison est l’interest de la gloire de Dieu [...]228.

89Comme la complexité de la situation politique paraît dépasser les capacités du gouverneur Denonville, la cour a décidé de le remplacer par Frontenac. Pour faire la paix ou la guerre, le Canada a besoin de sa diplomatie et de son ascendant sur les nations indigènes, de sa maîtrise et de ses connaissances militaires. Mais son rappel ne contribuera assurément pas à restaurer l’union du clergé, partagé entre les deux évêques.

  • 229 Dans son Estat present de l’Eglise (p. 18-19), publié en 1688, Mgr de Saint-Vallier écrivait déjà  (...)
  • 230 Mgr de Saint-Vallier utilise les récollets pour remplacer les desservants réguliers du diocèse (N. (...)
  • 231 Avant d’être érigée en paroisse par Mgr de Saint-Vallier, Plaisance était une simple mission. Le 2 (...)

90Quand Mgr de Saint-Vallier revient au Canada en août 1688, deux ans après avoir publié le rapport de sa première tournée pastorale, Estat present de l’Eglise et de la colonie françoise dans la Nouvelle France, la situation religieuse a bien changé. Le diocèse qu’il avait laissé dans la paix se trouve divisé depuis l’arrivée de Mgr de Laval. En butte aux menées des prêtres du Séminaire et des sulpiciens, Mgr de Saint-Vallier apprécie la « bonne volonté » des récollets et leur contribution au ministère229. La conjoncture leur étant favorable, il les utilise davantage pour combler la pénurie de prêtres230 et pour répondre aux attentes du roi qui souhaite l’implantation d’un réseau de cures inamovibles. Aussi leur confie-t-il la desserte de la paroisse et du fort de Plaisance, qu’il a soustraite aux séculiers231. Il se rend lui-même sur place avec trois religieux.

  • 232 Lettre de Denonville au ministre, 1688, AC, C11A, vol. 10, f. 104v°-105r°.

91En Acadie, la vie religieuse n’a guère évolué. Les prêtres du Séminaire de Québec assurent toujours la desserte de Port-Royal, la mission des pénitents subsiste à Chedabouctou et les jésuites tentent de rétablir une mission chez les Abénaquis de Pentagouët, à la demande de Denonville. L’arrivée du père Jacques Bigot en 1687 a cependant déclenché une controverse inattendue. La compagnie des Pêches sédentaires de l’Acadie s’oppose alors à la réinstallation de sa communauté, prétextant que les jésuites chercheront par la suite à attirer les indigènes de l’Acadie vers la mission de Saint-François-de-Sales, établie en haut de la rivière Chaudière, près de Québec. Denonville nie que ce soit leur intention et reconnaît l’importance de garder ces peuples en Acadie pour combattre les ennemis de la France. Mais il refuse que la mission soit confiée à d’autres missionnaires, invoquant la capacité particulière des jésuites à gouverner les Abénaquis, dont ils connaissent la langue et la conduite : « des hommes sans discipline, sans lois, sans obeissance et sans subordination n’ayant en teste que leur liberté qui les porte à ne se rien refuser de ce qui leur est present », écrit-il au ministre avant de conclure qu’on ne pourra jamais s’assurer leur alliance à moins que « l’esprit de la religion ne se rend [e] le maistre de leur cœur et de leur esprit ». Bref, Denonville croit que seuls les jésuites peuvent les détacher des Anglais et « les inciter à faire de nouveaux villages sur les terres du roi », à condition toutefois de leur offrir des présents pour faire contrepoids à ceux du gouverneur Andros, qui veut « les retenir sur les terres des Anglois232 ».

  • 233 Richard Denys de Fronsac écrit : « [Mgr de Saint-Vallier] n’a rien voulu faires disant qu’il auret (...)
  • 234 « Annulation du contrat d’achat de la residence de Sainte Croix passé entre Denys de Fronsac et le (...)

92Les jésuites resteront donc en place, mais Mgr de Saint-Vallier confie la mission de Pentagouët à l’abbé Thury. Comme l’avait prévu l’abbé Dudouyt, la mission de Miramichi est abandonnée au profit de cette dernière, rattachée à la maison du baron de Saint-Castin, qui assure vraisemblablement la subsistance du prêtre. Dès le début de 1688, l’habitation de Miramichi, qui emploie vingt-trois hommes (ouvriers, pêcheurs, laboureurs), et la bourgade micmaque attenante (composée de quatre-vingts cabanes ou familles réunissant cinq cents âmes) se retrouvent sans prêtre. Ses arguments en faveur de Miramichi n’ayant pas touché Mgr de Saint-Vallier233, Richard Denys de Fronsac reprend l’entière propriété de sa résidence, de même que les trois concessions cédées au Séminaire de Québec, en 1685, à condition d’y établir autant de missions234.

  • 235 Le père Simon-Gérard de La Place œuvrait vraisemblablement parmi les Malécites de Médoctec, à l’ét (...)

93Par la suite, Miramichi, aussi bien que les autres habitations de Denys de Fronsac, est desservi irrégulièrement par des missionnaires itinérants. Les récollets continuent vraisemblablement à parcourir l’Acadie235, mais ne semblent plus intéressés à s’établir auprès de Fronsac à Miramichi ou à l’habitation fortifiée de Nipisiguit (quatre bastions munis de dix pièces de canon), qui compte alors soixante-douze habitants français. Sans doute continuent-ils cependant à visiter le poste de Ristigouche dans la baie des Chaleurs, où vivent environ quatre cents Gaspésiens et où les religieux de l’île Percée passent régulièrement depuis 1675.

  • 236 « État des requêtes faites au ministre par Richard Denis », [1689], BNF, Clairambault, vol. 1016, (...)
  • 237 Richard Denys de Fronsac, mémoire à Seignelay, [1689](ibid., f. 624) et « Estatdu tempsque nous ad (...)

94Denys de Fronsac se plaint de cette absence de prêtres dans ses domaines, quand il traverse en France en 1689. Il cherche alors à obtenir pour lui-même une confirmation de la commission de son père (décédé l’année précédente), « commandant pour le Roy sous l’authorité du Gouverneur general de la Nouvelle France dans l’etendüe de sa concession depuis le cap Saint Louis jusque à l’Isle Percée236 ». Il fait valoir l’importance de ce mandat pour assurer l’ordre et la sécurité sur ses terres, puisque la distance de cent cinquante lieues qui sépare Nipisiguit (Bathurst, N.-B.) de la résidence du gouverneur de l’Acadie, Louis-Alexandre des Friches de Meneval, empêche les habitants de recourir à celui-ci durant les six mois d’hiver. Fronsac insiste ensuite sur sa capacité d’exploiter les terres domaniales qui lui restent et mentionne l’attention avec laquelle il a toujours répondu aux besoins matériels et spirituels des cent trois Français de sa concession et des neuf cents Micmacs dans l’entourage desquels il a grandi et dont il connaît parfaitement la langue et la culture. Prévoyant qu’on opposera à sa demande le médiocre résultat de ses entreprises personnelles et des efforts de colonisation de son défunt père, il l’explique par l’irréalisme des attentes et l’insuffisance de secours de la métropole, les dépenses occasionnées par les guerres avec les Anglais, les querelles intestines dues à la violation des droits individuels et à la jalousie destructrice des Français entre eux, sans compter les immenses pertes subies sur mer au cours des ans237.

  • 238 Mémoire de Duchesne à M. Denis, 16 mars 1689, ibid., f. 335-337.
  • 239 Le 27 mars 1689, Denys de Fronsac écrit de La Rochelle à Cabart de Villermont : « Monsieur j’oze b (...)
  • 240 Champigny, « Reglement et limitation de concession pour Nicolas Denys à Miramichy à l’Acadie », 18 (...)
  • 241 Lettre de Denys de Fronsac à Cabart de Villermont, ANQ Extraits de divers fonds, vol. 22800, f. 22 (...)
  • 242 « Société entre Richard Denys de Fronsac et David Masson, bourgeois de Saint-Martin de Rhé pour la (...)

95Il plaide bien sa cause, vraisemblablement conseillé238 et appuyé par quelques personnages influents, dont l’abbé Claude Bernou et Cabart de Villermont, intéressés au développement de l’Acadie et de la Nouvelle-France239. Le roi reconnaît ses droits d’héritier et l’expérience acquise pendant les dix-huit années qu’il a assisté son père, mais il révoque les droits sur toutes les terres qui n’ont pas été explicitement concédées à ce dernier240. Encore à La Rochelle le 27 mars 1689, Denys de Fronsac s’apprête à rentrer au pays241. Il a trouvé un associé pour la pêche au saumon et pour les autres pêches qu’il compte étendre jusqu’à Plaisance, sur l’île de Terre-Neuve. Comme la France est en guerre avec la Hollande, il a demandé l’autorisation de naviguer sous pavillon anglais avec un équipage de douze Irlandais, pour la sûreté du bâtiment qu’il ramène chargé de marchandises et de munitions de guerre destinées à la défense de ses forts242. Avant même qu’une réponse lui soit vraisemblablement parvenue, l’Angleterre a déclaré la guerre à la France, laissant prévoir des contrecoups inévitables au Canada et en Acadie, qui se débattent déjà dans une situation difficile.

La Nouvelle-France en danser (1689-1690)

  • 243 En 1690, la population totale des colonies anglaises dépasse 160 000 habitants ; celle du Canada ( (...)

96Tandis que les colonies anglaises, densément peuplées, se concentrent sur l’Hudson, en Virginie et en Nouvelle-Angleterre, le territoire français, peu habité243, s’étire sur un vaste espace, de la côte atlantique nord à la baie d’Hudson et aux Grands Lacs et des côtes du Labrador à la Louisiane, découverte par La Salle en 1682. Pour affronter le péril d’une coalition prévisible des Anglais et des Iroquois au centre et à l’est du pays, le roi décide en catastrophe de rappeler Denonville et de retourner Frontenac en Amérique. L’enjeu reste toujours le monopole des fourrures dans la région des Grands Lacs et de la baie d’Hudson et celui des pêches en Acadie et à Terre-Neuve. Voyant la menace que représente New York, parce qu’elle soutient les Iroquois et parce que les trafiquants d’Albany soudoient des coureurs de bois canadiens, Denonville a suggéré à Louis XIV d’acheter la colonie new-yorkaise. L’entreprise se révélant impossible, il a conseillé au ministre de la Marine d’attaquer en même temps Orange (Albany), Manatte (New York) et Boston. Le ministre fait sien ce projet qu’il communique au nouveau gouverneur Frontenac dans ses instructions du 7 juin 1689 : il ne s’agit pas de détruire les villes, mais d’en déloger les Anglais pour y installer des Français et des Canadiens.

  • 244 Le 5 août précédent, mille cinq cents guerriers iroquois ont jeté la terreur en fondant sur Lachin (...)
  • 245 Lettre de Champigny au ministre, 16 novembre 1689, AC, C11A, vol. 10, f. 246r°. Pour Frontenac, pr (...)
  • 246 « Memoire du Chevalier de Callieres sur l’estat present du Canada. À Monseigneur le Marquis de Sei (...)
  • 247 Pour ne pas « augmenter presentement la depense », elle ordonne plutôt de « maintenir ce pays par (...)
  • 248 Lettre de Champigny au ministre, 16 novembre 1689, AC, C11A, vol. 10, f. 247r°.

97Quand Frontenac débarque à Québec le 29 octobre, la saison avancée, les incursions appréhendées des Iroquois dissimulés aux alentours de Montréal244 et l’insuffisance des troupes, déjà débordées, empêchent le nouveau gouverneur d’exécuter l’entreprise sur la Nouvelle York245, que Callière veut remettre à l’année suivante246, mais que la métropole abandonnera à toutes fins pratiques, faute de moyens247. Déjà les hostilités sont engagées du côté de l’Acadie pour venger le sac de Pentagouët par les Anglais deux ans plus tôt. Les Abénaquis, commandés par le baron de Saint-Castin et accompagnés de l’abbé Thury, ont riposté en enlevant « en plein jour le fort de Pincuit où il y avoit vingt pieces de canon et quatorze autres forts qui apartenoient aux Anglois et pris ou tué deux cens Anglois et brulé toutes les maisons et forts248 ».

  • 249 Lettre de Frontenac au ministre, 30 avril 1690, AC, C11A, vol. 11, f. 84r° ; Monseignat, « Relatio (...)
  • 250 Une proclamation du 15 avril 1690, par le gouverneur Bradstreet, montre bien que des motifs religi (...)

98En représailles contre la Nouvelle-Angleterre, qu’on accuse d’inciter les Iroquois à harceler les colons et les établissements français, Frontenac lance pendant l’hiver 1689-1690 trois expéditions contre des villages disséminés près de la frontière : Corlaer (Schenectady, N.Y.), à six lieues d’Orange (Albany) ; Salmon Falls (près de Pescadouet, sur la côte du Maine) ; Fort Loyal, dans la baie de Casco (Portland, Maine)249. Les trois détachements, constitués de Français et d’Indiens, brûlent les maisons et les fermes, massacrent ceux qui tentent de résister et ramènent plusieurs prisonniers. Si ces raids-surprises redonnent confiance aux colons, ils incitent la colonie du Massachusetts à réagir contre les cruels « papistes » qui leur font une bloody war avec leurs alliés indiens250. La guerre, bel et bien ouverte, frappera partout à la fois dans les colonies de l’Amérique du Nord.

  • 251 Il est difficile de dire à quel moment ils quittent Plaisance ; ils se trouvent vraisemblablement (...)
  • 252 Père Hugolin [Lemay], Le Père Joseph Denis, premier récollet canadien (1657-1736), vol. 1, p. 192.

99En février 1690, une flotte de quarante-cinq flibustiers anglais surprend Plaisance, où les récollets de Québec sont installés depuis le mois de juin précédent. Pendant que les habitants sont enfermés dans l’église avec leurs prêtres, les assaillants pillent les demeures et s’emparent des armes, des munitions et des vivres. Au bout de six semaines, ils libèrent les captifs et quittent la place. Mais les habitants restent exposés au millier de « brigands et forbans anglais et renégats qui, désolés par les frégates de Saint-Malo », se sont répandus dans l’île et menacent la colonie française « d’une destruction entière ». Le 26 août 1690, avant de quitter Plaisance pour Québec avec le frère Didace251, le père Joseph Denys écrit au ministre, pour le supplier « d’avoir pitié de près de trente familles exposées non-seulement à la cruauté ordinaire des Anglais, mais encore à l’inhumanité de misérables qui n’ont ni foi ni loi252 ».

  • 253 « Memoire pour servir d’instruction à M. le Comte de Frontenac sur l’entreprise de la Nouvelle Yor (...)
  • 254 AC, B, vol. 15, f. 84r°.

100Cette attaque de Plaisance, qui met en danger l’industrie de la pêche sédentaire, si importante pour la France, n’est qu’un prélude à la guerre que les Anglais de la Nouvelle-Angleterre vont mener contre les colonies françaises. L’Acadie, région la plus vulnérable de la Nouvelle-France, sera la première frappée. Le roi a recommandé à Frontenac de prendre avec le gouverneur Meneval253 les mesures nécessaires pour empêcher les Anglais de faire d’autres incursions comme celle de Pentagouët et « pour les contenir dans leurs limites », s’il n’est pas « en état de faire des entreprises sur eux254 ». En réalité, les Anglo-Hollandais n’ont jamais cessé d’aller et de venir en maîtres sur les terres du roi français et de sillonner les côtes de l’Acadie et du golfe comme en territoire conquis.

  • 255 Voir le « Journal de l’expédition contre Port Royal commandée par Sir Guillaume Phips. 1690 », pub (...)
  • 256 Monseignat, ibid., f. 20r°-v°.
  • 257 Ibid.

101Vers la mi-mai 1690, au moment où les Canadiens prennent Salmon Falls, les Anglais de Boston dirigent leur flotte vers Port-Royal, capitale et principal poste fortifié de l’Acadie. Le 20 mai, le général William Phips force la reddition de la place commandée par le gouverneur Meneval, qui se rend sur la promesse qu’on le laissera sortir avec sa garnison et qu’on le remettra à Québec. Dès qu’il est maître du fort, reniant sa parole, le général met la garnison en captivité et conduit le gouverneur et les abbés Petit et Trouvé à Boston pour y être prisonniers. Pendant ce temps, les soldats pillent l’église, les maisons de la compagnie, du gouverneur et des prêtres255. Pour sauvegarder leur liberté et leurs biens, les habitants doivent signer, apparemment sans trop de résistance256, la convention qui les met sous la protection de Guillaume III d’Angleterre. Mais ceux qui, irréductibles, ont l’audace d’enlever le pavillon anglais voient leurs maisons brûler et quelques-uns d’entre eux sont pendus257.

  • 258 Ibid., f. 20v°-21r°.

102Quelques corsaires anglais dirigent ensuite leurs assauts du côté de la rivière Saint-Jean où ils font prisonnier l’ancien gouverneur de l’Acadie, François-Marie Perrot, qui arrive de France et qui, apprenant la descente des Anglais sur Port-Royal, a choisi de décharger son vaisseau de ce côté, espérant échapper aux ennemis. Ces corsaires sont bientôt la cible de flibustiers français qui libèrent Perrot et reprennent son navire. Moins chanceux qu’à Port-Royal, les Anglais se heurtent aussi aux habitants de Jemseg, qui résistent si fermement que leurs assaillants se retirent pour éviter de trop grandes pertes258.

  • 259 Voir Donald F. Chard, « Southack, Cyprian », DBC, t. III, p. 645-646.
  • 260 Lettre de Frontenac au ministre, 12 novembre 1690, AC, C11A, vol. 11, f. 93v°-94r°.
  • 261 Monseignat, « Relation », AC, C11A, vol. 11, f. 22v° ; voir aussi Challe, Mémoires, p. 387-389.

103Mais la guerre n’est pas finie. La flotte anglaise passe ensuite à l’île du Cap de Sable, où Cyprian Southack259, commandant sous les ordres de William Phips, combat les indigènes alliés des Français, puis remonte jusqu’à la baie de Chedabouctou et attaque le fort Saint-Louis au début de juin. Forcé de capituler quand les ennemis mettent le feu au fort, le commandant, Dauphin de Montorgueuil, obtient qu’on le conduise à Plaisance avec sa garnison et son missionnaire, « un religieux de Nazaret260 ». Avant de partir pour Terre-Neuve, où ils comptent surprendre les avant-postes français, les Anglais rasent Chedabouctou, mais laissent la vie sauve aux habitants261.

  • 262 Infra, p. 209-210. L’armateur Nicolas Lion prétendit qu’au commencement de juillet son navire, la (...)
  • 263 Infra, p. 208-214.

104Plusieurs lieux de pêche et de défense ont donc été détruits ou durement touchés lorsque, le 5 août suivant, « deux fregates Angloises paraissent] sous le Pavillon de la France, à la rade de l’isle Bonaventure, & par ce stratagème se saisi [ssent] aisement de cinq navires Pêcheurs262 ». Les Anglais de Boston, qui ont traversé le golfe du Saint-Laurent, abordent ensuite à l’île Percée où, pendant huit jours, ils pillent et incendient le poste de pêche et les petites chapelles des îles Percée et Bonaventure. Le père Emmanuel Jumeau assiste, impuissant, au désastre263, dont le secrétaire de Frontenac informe la cour :

  • 264 En 1686, Mgr de Saint-Vallier « assurait » qu’il y avait sept ou huit habitants ou familles sur l’ (...)
  • 265 Monseignat, « Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable en Canada depuis le depart des va (...)

Il y avait que sept à huit habitants264 avec une maison de recollets et quelques religieux, six navires pescheurs y estoient mouillez et faisoient leur pesche dans leurs chaloupes, ils ont esté tous pris sans resistance, les Capitaines et la plus grande partye des équipages se sont sauvez avec les habitants dans le bois et se sont ensuitte rendus à Quebec en biscayennes, les maisons ont esté brûlées et l’eglise des recollets deshonnorée, quelques uns de ceux qui s’estoient sauvez retournerent d’icy pour voir sy les ennemis n’avoient rien laissé mais ils ont esté attaquez par l’armée angloise qui venoit nous assieger ils abandonnerent leur barque et se sauverent265.

  • 266 infra, p. 213. L’intendant Champigny date plutôt du 18 septembre la seconde descente sur l’île (ré (...)

105Le 10 septembre, les Anglais attaquent à nouveau l’établissement de Percé et brûlent les habitations de Petite Rivière266.

  • 267 « Je viens incessament, avait dit le messager, pour t’advertir que j’ay appris par une Angloise co (...)
  • 268 « Sommation faite par le General anglois à Monsieur de Frontenac et la réponse dudit sieur de Fron (...)

106À la fin de ce même été 1690, les colonies de New York, du Maryland et de la Nouvelle-Angleterre unissent leurs efforts pour mener une opération d’envergure par terre et par mer contre la Nouvelle-France, sous les ordres du major général Winthrop. Mais la coalition d’environ mille Anglais et mille cinq cents Indiens, qui doit attaquer le Canada par le lac Champlain, demeure paralysée par une épidémie de petite vérole et par une organisation anarchique. Pendant qu’il attend à Montréal une attaque conjointe des Anglais et des Iroquois, Frontenac reçoit, le 10 octobre, une lettre d’un chef abénaquis de l’Acadie l’avertissant qu’une flotte de guerre considérable a quitté Boston depuis environ six semaines pour venir prendre la capitale267. Le gouverneur revient en toute hâte à Québec, où une flotte de trente-deux bateaux commandés par le général Phips jette l’ancre le 14, étape cruciale d’une conquête de la colonie française. Sommé de rendre la ville, Frontenac refuse268. Après quelques jours de combats désorganisés, les assaillants se retirent sans avoir causé de dégâts importants.

  • 269 20 novembre 1690, AC, C11A, vol. 11, f. 110r°-v°.
  • 270 Lettre de Champigny au ministre, 5 octobre 1692, AC, C11A, vol. 12, f. 72v°.
  • 271 L’intendant les avait inscrits sur la liste des soldats pour payer leur nourriture (lettre de Cham (...)

107Mais le départ des vaisseaux ne rassure pas entièrement le pays : « il n’y a pas un homme en celuy cy qui ose presentement sortir à un quart de lieue de sa maison, et s’i croire en seureté », écrit Frontenac dans sa lettre du 20 novembre au ministre269. L’intendant Champigny permet à quelque cent cinquante matelots basques de l’île Percée, réfugiés à Québec270, de vivre pendant huit ou neuf mois aux frais du roi271 chez les habitants déjà appauvris par les mauvaises récoltes et le manque de ravitaillement.

  • 272 Monseignat, « Relation », AC, C11A, vol. 11, f. 20v°-21r°.
  • 273 Denonville, « Memoire concernant le Canada pour Monseigneur le Marquis de Seignelay fait en janvie (...)
  • 274 « Instruction pour le Sieur Comte de Frontenac, Gouverneur et Lieutenant général pour le Roy dans (...)
  • 275 Versailles, lettre de Pontchartrain à Frontenac, 7 juillet 1690, AC, C11A, vol. 11, f. 104r°-v° ; (...)

108Les conséquences de cette année de violence sont considérables. Les Abénaquis peuvent bien continuer leurs raids sur les villages de la Nouvelle-Angleterre272, l’Acadie est aux mains des Anglais. La ruine de Chedabouctou a porté un grand coup à la pêche sédentaire, qu’il sera difficile de relever malgré les profits qu’elle peut assurer aux habitants273. La pêcherie de l’île Percée prend fin avec la destruction des installations. Le roi, qui n’a jamais cessé jusque-là d’insister sur son développement274, refuse désormais d’autoriser toute reconstruction. Seuls quelques morutiers français reviendront à leurs risques et périls et les fermiers du domaine du roi continueront de se plaindre des fraudes et du détournement des fourrures qui s’y feront275.

  • 276 Lettre de Callière au ministre, 4 novembre 1702, AC, C11A, vol. 20, f. 165r°.
  • 277 « Les Recolects de la Nouvelle France supplient Sa Majesté de leur accorder quelque aumosne en con (...)
  • 278 Le 5 mai 1700, le roi réitérera son intention à Callière et à Champigny : « Sa Majesté n’a rien à (...)

109Alors que les assurances ont compensé les pertes énormes des morutiers, les habitants de l’île, ruinés, ont dû se retirer à Québec276. Avec le saccage et l’incendie de leur hospice et de leur église, les récollets voient s’anéantir quinze années d’efforts277. Ils ne peuvent reprendre leur mission, le roi jugeant le lieu trop exposé aux incursions des ennemis et des corsaires278. Quant aux établissements de Denys de Fronsac, intouchés ou à l’abri des ennemis, d’autres en continueront le développement après sa mort en 1691.

II - Les Micmacs

  • 279 N. Clermont, « L’adaptation maritime au pays des Micmacs », dans Ch. A. Martijn, dir., Les Micmacs (...)
  • 280 F. Passchier, Système économique micmac, p. 39. Leclercq lui-même n’emploie pas une seule fois le (...)
  • 281 DHFQ p. 366-368.

110Vers 1680, environ quatre mille Micmacs279 forment une nation composée de plusieurs bandes autonomes qui occupent tout le territoire de la Nouvelle-Ecosse, les îles du Cap-Breton et du Prince-Edouard, la plus grande partie du Nouveau-Brunswick (à l’exception de la vallée de la rivière Saint-Jean) et le sud de la péninsule gaspésienne. Les missionnaires et les voyageurs appellent « Souriquois » ceux des provinces maritimes et « Gaspésiens » ceux de la péninsule gaspésienne et du Nouveau-Brunswick actuel280. A l’origine, la nation se désignait elle-même sous l’appellation Mig’mawag, c’est-à-dire « Peuple de l’aurore » ; la dénomination « Micmac » devient courante à la fin du xviie siècle281.

  • 282 F. Passchier, op. cit., p. 43.
  • 283 N. Clermont, op. cit., p. 19.

111Les Micmacs présentent des caractéristiques communes aux autres peuples algonquiens de l’est du Canada. Tout comme chez les Montagnais, les Malécites, les Cris et les Algonquins, leur système économique repose sur les activités de chasse, de pêche et de cueillette. Nomades, ils parcourent de vastes territoires pour se procurer les ressources nécessaires à leur subsistance : suivant le cycle naturel des saisons et la disponibilité des ressources, ils occupent à la fois le littoral et l’arrière-pays. Leur langue, apparentée à la grande famille linguistique algonquienne, présente certaines affinités avec celle des Malécites qui habitent le long de la rivière Saint-Jean282 ; leur religion se confond avec celle des autres peuples algonquiens, notamment les Algonquiens centraux283.

  • 284 Les produits de la mer fournissent quatre-vingt-dix pour cent de la nourriture consommée durant un (...)
  • 285 Selon N. Clermont, « les Micmacs durent ne se trouver que rarement à plus de 100 km de la côte », (...)
  • 286 Ch. A. Martijn, « Voyages des Micmacs dans la vallée du Saint-Laurent, sur la Côte-Nord et à Terre (...)

112Ils se distinguent cependant de leurs voisins nomades par l’importance qu’ils accordent aux ressources de la mer284 et par leur mode de vie semi-sédentaire, de mars à octobre. Ce sont probablement les Algonquiens méridionaux de l’Est qui savent le mieux s’adapter aux régions côtières. Abandonnant le littoral285 pendant les mois d’hiver pour chasser le castor et les grands cervidés, ils n’hésitent cependant pas à franchir régulièrement les limites de leur contrée fertile et à traverser le golfe du Saint-Laurent pour aller chasser, pêcher, commercer ou guerroyer sur la Côte-Nord, dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, aux îles-de-la-Madeleine et sur la côte sud-ouest de Terre-Neuve. Ces excursions les mènent également dans la région de la Nouvelle-Angleterre, qu’ils atteignent en longeant le littoral atlantique286.

L’organisation sociale et politique

  • 287 F. Passchier, op. cit., p. 66.

113Le pays des Micmacs est divisé en sept régions d’étendue variable, où vivent des bandes politiquement autonomes. Chacune d’elles se compose généralement « d’un chef, de sa ou ses femmes, ses fils mariés et leurs familles (parfois même également de ses filles et de leur famille), d’autres parents et enfin d’un certain nombre de familles nucléaires ou étendues287 ». L’occupation du territoire varie selon les saisons : au cours de l’été, l’abondance de la faune permet à plusieurs groupes multi-familiaux de se rassembler en villages temporaires pouvant compter de cent à deux cents individus ; pendant l’hiver, cette population se disperse et forme de petites unités de coopération économique, composées le plus souvent de quatre à douze personnes.

114Les tâches se répartissent selon une stricte division des sexes. L’homme, pourvoyeur, organise les expéditions de chasse et de pêche ; responsable de fabriquer l’outillage, il construit l’armature des canots et des raquettes, fabrique les longues traînes pour le transport des objets et, en hiver, choisit l’emplacement où construire des habitations. La femme ramasse les carcasses des animaux tués, prépare la viande et le poisson, cueille les fruits, confectionne les vêtements et assure les réserves de nourriture pour l’hiver.

  • 288 Ibid., p. 94.

115La division sexuelle du travail interdit en pratique le célibat, comme le note Françoise Passchier : « [...] les alliances ne sont pas indépendantes de l’économie. En donnant aux communautés les moyens de se reproduire, elles sont la condition de la perpétuation du groupe, de la survie des bandes288. » Les jeunes hommes choisissent habituellement leur conjointe dans des villages autres que le leur, puisque les Micmacs prohibent les unions consanguines. Le régime matrimonial permet la dissolution des mariages, surtout chez les couples sans enfants. Peu répandue, la polygamie est surtout pratiquée par ceux qui exercent une certaine autorité, notamment les chefs de bande, qui peuvent ainsi accroître la force de travail de l’unité domestique et répartir les biens à l’intérieur du groupe.

  • 289 Voir infra, p. 451, n. 7.
  • 290 Il s’occupe aussi des orphelins (F. Passchier, op. cit., p. 79).
  • 291 Ibid.

116Chaque bande a un chef ou sagamo, reconnu pour son intelligence, son courage, sa force de caractère, sa prestance, son habileté oratoire et ses qualités de chasseur. En principe, tous les membres du groupe jouissent d’une entière liberté, puisque le pouvoir du chef ne repose pas sur la contrainte, mais sur la persuasion289. Le sagamo micmac assigne les territoires de chasse aux différents chefs de famille, répartit les richesses dans la communauté et sert de médiateur lors des conflits entre individus290. Il joue aussi un rôle diplomatique important, car c’est par son intermédiaire que s’établissent les contacts avec les Européens. En contrepartie, les membres de la bande lui accordent certains privilèges : il est le seul homme à pouvoir porter la barbe et, habituellement, à prendre la parole dans les assemblées générales qui réunissent plusieurs bandes ; lors de fêtes et de cérémonies, il fume le premier le calumet et il a droit de consommer les meilleurs morceaux de viande291.

117Le système économique des Micmacs repose sur la pêche, la chasse et la cueillette des mollusques et des fruits sauvages. La distribution de ces ressources selon les saisons détermine le calendrier d’exploitation en même temps que les aires et le mode d’occupation du territoire : la vie sédentaire le long des côtes le printemps et l’été, le nomadisme sur les territoires de chasse à l’automne et en hiver.

118Dès le début du printemps, les Micmacs quittent leurs campements d’hiver et migrent vers les côtes pour pêcher, chasser les oiseaux migrateurs et les mammifères marins, cueillir les mollusques et les fruits sauvages. Les bandes vivent alors dans de petits villages ou bourgades qui prennent souvent le nom de la rivière ou de la baie où ils sont situés : Port-Royal, Gaspé, Miramichi, Nipisiguit, Ristigouche, Richibouctou et bien d’autres.

  • 292 Ibid., p. 53.
  • 293 N. Clermont, op. cit., p. 21.

119Les Micmacs pêchent dans les rivières et sur le littoral une grande variété de poissons : l’éperlan (mars), le flétan (de mars à mai), le gaspareau (avril), le hareng (avril), l’esturgeon et le saumon (mai), la morue (mai) le maquereau (mai-juin) et l’anguille (septembre)292. Ils emploient couramment le filet pour amasser d’importantes quantités de poissons ; mais les deux techniques les plus répandues sont l’attaque directe (lance, foène, harpons), en plein jour ou à la lueur d’une torche, et l’utilisation, sur les ruisseaux et les rivières, de palissades de bois sur lesquelles on installe des nasses pour prendre le poisson lorsqu’il remonte ou descend les cours d’eau293.

  • 294 F. Passchier, op. cit., p. 50.

120Au printemps et en été, les familles se réunissent également en des points stratégiques de la côte pour chasser le morse, le marsouin, le béluga et diverses espèces de phoques (phoque gris, phoque commun et phoque du Groenland). La chasse aux phoques communs fait l’objet de véritables expéditions sur les îlots rocheux pour surprendre les animaux regroupés en colonies de plusieurs centaines d’individus294. En même temps, les chasseurs tuent un grand nombre d’oiseaux aquatiques, nichés sur les côtes et les îles du large, et ramassent aussi les œufs, très abondants à la fin du mois d’avril.

  • 295 N. Clermont, op. cit., p. 21.

121La collecte des mollusques et des crustacés (les palourdes, les pétoncles, le crabe et le homard), dans les baies et les estuaires, n’exige pas une technologie élaborée, car on peut la plupart du temps les tirer des estrans boueux avec un simple bâton avant de les ramasser à la main295. De juillet à septembre, les femmes et les enfants cueillent des fruits et des baies sauvages : bleuets, framboises, fraises des bois, baies d’amélanchier et d’aubépine.

  • 296 F. Passchier, op. cit., p. 47.

122Vers la mi-septembre, les Micmacs quittent la côte et se retirent sur le bord d’un lac ou à l’embouchure d’une rivière pour pêcher l’anguille. Ils forment alors de petits groupes plus mobiles, généralement composés de quelques familles nucléaires ou d’une famille étendue. Après avoir fait des provisions de poissons et de viande séchée ou boucanée, ils pénètrent l’intérieur des terres, à la poursuite des mammifères terrestres : l’orignal, le caribou, le cerf et le castor. Pratiquée pendant l’automne et l’hiver, cette chasse est valorisée socialement parce qu’elle exige « à la fois de l’habileté, du courage, de l’endurance, une organisation et une certaine coopération entre les hommes du groupe296 ».

  • 297 P. L. Nietfeld, « Determinants of Aboriginal Micmac Political Structure », p. 336-337.
  • 298 F. Passchier, op. cit., p. 48.
  • 299 Ibid.

123Avant l’introduction des armes à feu européennes, la chasse au cerf et à l’orignal se faisait en groupe, sous la direction d’un ancien. Il fallait d’abord dépister la bête, puis lancer les chiens à sa poursuite pour l’épuiser. Les opérations étaient plus faciles quand une mince couche glacée recouvrait la neige épaisse : l’animal s’enfonçait dans la neige et il devenait alors facile de l’encercler pour l’abattre297. La chasse au caribou était différente, parce que la rapidité de l’animal ne permettait pas aux hommes de le poursuivre sur de longues distances : les Micmacs rabattaient le plus grand nombre de bêtes possible vers un lieu où des chasseurs embusqués les attendaient, arc et flèches à la main298. Capturé le plus souvent dans des pièges, le castor pouvait aussi être attrapé par la queue à travers un trou creusé dans sa cabane299.

124En décembre, après la première grande chasse aux mammifères terrestres, les Micmacs entreprennent la pêche aux poula-mons atlantiques, qui fraient en grand nombre dans les rivières de la région. Ils font alors un bref retour sur la côte pour la chasse aux phoques gris. De février jusqu’à la mi-mars, les familles retournent en forêt pour chasser à nouveau le castor et les grands cervidés, puis reviennent à la mer pour entreprendre une nouvelle saison de pêche et de chasse côtière.

La culture matérielle et l’environnement

125La grande mobilité exigée par leur mode de vie a amené les Micmacs à se donner les moyens techniques nécessaires aux différents déplacements saisonniers : transport, habitation, vêtement et outillage divers.

126Du printemps jusqu’à l’automne, le canot d’écorce permet de voyager en haute mer, de naviguer le long des côtes et de parcourir l’intérieur des terres, parsemé de lacs et de rivières. Selon l’ethnohistorienne Ingeborg Marshall, il en existait quatre modèles :

  • 300 I. Marshall, « Le canot de haute mer des Micmacs », dans Ch. A. Martijn, dir., Les Micmacs et la m (...)

Le canot de chasse ou de forêt mesurait 2,75 à 4,25 m de long et servait au transport sur des petits cours d’eau ; il était facile à porter et pouvait contenir, selon sa grandeur, une à quatre personnes avec leur équipement. Le canot de grande rivière mesurait 4,5 à 6 m de long et pouvait transporter quatre à huit passagers avec leurs bagages ; conçu pour les déplacements rapides, il était généralement utilisé sur de plus grands cours d’eau. Un troisième type, plus long que les précédents, était le canot de haute mer qui était très utilisé pour la chasse au phoque et au marsouin. On prétend aussi que les Micmacs fabriquaient, sur le modèle de l’un ou l’autre de leurs grands canots, des canots de guerre qui permettaient d’atteindre une plus grande vitesse300.

127Lorsque les glaces recouvrent les voies navigables, les raquettes, tout comme le toboggan, deviennent indispensables pour tous les déplacements d’hiver sur la neige : les grandes pour la neige poudreuse, les plus petites pour la neige givrée. Les hommes en façonnent l’armature, tandis que les femmes lacent l’intérieur avec de la « babiche », faite de lanières de peau d’orignal ou de caribou.

128Pour leur habitation, les Micmacs montent une structure conique constituée de perches de bois et recouverte de larges bandes d’écorces de bouleau. Une ouverture aménagée dans la partie supérieure en assure l’aération et permet à la fumée du feu central de s’échapper. Pour isoler les occupants de la terre humide, on recouvre le sol de branches de sapin. Cette construction, édifiée en quelques heures, est facile à démonter lorsque vient le temps de quitter les lieux de campement. Selon Nicolas Denys, elle est l’affaire des femmes :

  • 301 Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 584.

Estant arrivez au lieu où ils veulent demeurer, il faut qu’elles bastissent la cabanne, chacune fait ce qu’elle doit faire ; l’une va chercher des perches dans le bois, l’autre va rompre des branches de sapin, les petites filles les apportent, la maîtresse femme, qui est celle qui a eu le premier garçon commande & ne va rien querir dans le bois, on luy apporte tout, elle accomode les perches pour faire la cabanne, arrange le sapin pour faire la place sur laquelle chacun se met [...]301.

129Quand la maisonnée est nombreuse, les Micmacs construisent une habitation elliptique à double foyer pouvant abriter une vingtaine de personnes.

130Les femmes utilisent les peaux et les fourrures d’animaux pour confectionner des vêtements, tels les mocassins, les mitasses ou jambières, les bandes-culottes, les manteaux d’hiver, les bonnets, les capuchons, les mitaines. Les peaux sont grattées, nettoyées, trempées, séchées, étirées, puis tannées à la fumée, avant d’être décorées avec des fibres végétales et des piquants de porc-épic vivement colorés.

  • 302 F. Passchier, op. cit., p. 59.

131L’environnement immédiat fournit également la matière première pour fabriquer les outils et les ustensiles d’usage courant. Façonnés et transformés, les os de caribou sont utilisés pour gratter et nettoyer les peaux. L’écorce de bouleau, l’osier, les fibres végétales et la terre cuite servent à confectionner des contenants. Avec le bois dur, on fabrique la chaudière, indispensable à la cuisson des aliments. Enfin, les fourneaux à pipe sont façonnés à même la pierre et les os d’orignal302. A l’époque de Leclercq, presque tous ces produits ont déjà fait place aux objets de traite européens.

L’univers spirituel

  • 303 Selon F. Passchier, « la religion en offrant une explication acceptable des problèmes causés par l (...)
  • 304 P. K. Bock, « Micmac », dans B. G. Trigger, dir., Handbook of North American Indians, vol. 15, p. (...)
  • 305 F. Passchier, op. cit., p. 115.

132L’adaptation à l’environnement se reflète aussi dans la culture spirituelle des Micmacs. Les croyances et pratiques religieuses donnent un sens à leur vie et leur permettent d’affronter les vicissitudes d’une économie de subsistance303. Ils croient en une force suprême, symbolisée par le soleil, figure principale de leur rituel religieux et créatrice de toutes les formes de vie — humaine, animale, végétale —, chacune douée d’âme et d’intelligence. Leur univers mythique est également habité par des forces intermédiaires appelées « manitous », à la fois bons et mauvais, aussi nombreux que les phénomènes à expliquer. Le génie le plus connu et le plus puissant, le maître des hommes et des animaux, Glooscap, a donné à l’humanité les connaissances et les arts304. Afin de « sublimer la tension créée par la lutte pour la survie305 », il faut constamment s’attirer sa bienveillance et celle des autres génies. La chasse, par exemple, se conçoit selon une relation personnelle entre l’homme et sa proie : l’animal accepte de se donner au chasseur selon que celui-ci le traite avec respect. Puisque chaque espèce est sous la protection et la conduite d’une force supérieure tutélaire, il faut que l’individu établisse de bonnes relations avec le monde spirituel pour espérer capturer le gibier.

133Le respect des tabous et l’observation de rites nombreux suffisent généralement à attirer la bienveillance des manitous. Qu’il s’agisse de chasse ou de pêche, de naissance ou de décès, toute activité d’importance est précédée de cérémonies religieuses et d’un festin où l’on danse et chante en l’honneur des êtres surnaturels. Les offrandes répétées manifestent cette communion constante avec le monde spirituel. Nicolas Denys note, par exemple, que les Indiens de la rivière Saint-Jean rendaient autrefois hommage à un arbre qui flottait toujours au même endroit et qu’ils appelaient « le Manitou, qui est à dire le Diable » :

  • 306 Description geographique et historique, t. I, éd. Ganong, p. 472.

L’hommage qu’ils lui rendoient anciennement étoit un ou deux castors, ou autre pelletrie qu’ils attachoient sur la teste de cet arbre, avec un fer de fleche [...] : lors qu’ils passoient par là et que leur Manitou ne paroissoit point, ils tenoient cela à mauvais présage, disant qu’il estoit faché contre eux [...]306.

134Outre les rituels et les dons propitiatoires, les Micmacs doivent respecter de nombreux tabous, liés tout particulièrement à la chasse et aux repas : chasser avec excès, gaspiller la nourriture ou traiter les restes des animaux avec désinvolture constituent des fautes graves. Les ossements surtout font l’objet de soins particuliers, comme l’expliquent quelques Micmacs à l’abbé Maillard :

  • 307 Maillard, « Lettre de M. l’abbé Maillard sur les missions de l’Acadie et particulièrement sur les (...)

[...] dans ces festins [...], nous ne laissions jamais les os des viandes sur la place, ni ne les donnions à nos chiens ; un acte de religion parmi nous était de les ramasser tous fort exactement, et de les jetter dans le feu quand nous en avions, ou dans quelques rivières à castor. [...] nos grands pères nous disaient qu’il fallait jetter tous les os des castors que nous mangions, dans les rivières où on y voyait des cabannes, afin qu’il y en eût toujours de ces cabannes ; que les os de gibier de mer devaient être jettes dans la mer, afin qu’on y en vît toujours de l’espèce ; qu’il ne fallait pas que nos animaux domestiques les rongeassent pour les digérer, vu que cela ne pouvait manquer de faire diminuer l’espèce dont la chair nous avait servi de nourriture307.

  • 308 F. Passchier, op. cit., p. 113.

135En respectant les nombreux tabous touchant le gibier et le poisson, les Micmacs espèrent échapper aux châtiments attendus quand ils ont « commis l’acte interdit308 ». Aussi, lorsqu’ils souffrent de la faim ou de tout autre problème lié à la survie, croient-ils devoir apaiser la colère des esprits en faisant appel aux pouvoirs surnaturels du sorcier.

  • 309 Ibid., p. 115.

136Personnage important dans la société micmaque, le sorcier (ou chaman) joue le rôle d’intermédiaire entre les divinités et les vivants. Ses pouvoirs lui permettent d’interroger les puissances surnaturelles et d’interpréter les rêves par lesquels les individus entrent en communication avec le monde invisible. Pour « triompher d’un génie malfaisant » ou au contraire s’attirer ses faveurs, le sorcier se livre à des rituels qui sollicitent la participation de tous les membres de la communauté309.

  • 310 Selon F. Passchier, la foi de l’individu dans le pouvoir du sorcier produit « un impact psychologi (...)
  • 311 Ibid., p. 112.

137Également guérisseur, le sorcier traite d’abord le malade à l’aide de plantes médicinales. Si la maladie persiste, il se livre à diverses pratiques rituelles (incantation, danse, exorcisme, etc.) pour chasser le génie malfaisant310. Quand son art ne parvient pas à chasser la maladie, il se fait alors devin et prédit la mort prochaine du malade. Pour les Micmacs, la mort n’est qu’un passage menant vers un autre monde, semblable à celui d’ici-bas et appelé « la terre des âmes ». Parce que les âmes de tous les êtres vivants (hommes, animaux et plantes) y poursuivront leurs activités, les Micmacs réservent toujours une part de leurs festins aux âmes qui, selon leurs croyances, rôdent autour de leurs habitations, chassant les âmes des orignaux et des caribous311. Lors des cérémonies, ils ensevelissent le défunt en déposant à ses côtés les objets nécessaires à sa survie dans l’au-delà : arc et flèches, fusil, pelleteries.

138Voilà donc esquissée à grands traits la culture matérielle et spirituelle micmaque sur laquelle porte la plus grande partie de la Nouvelle Relation de la Gaspesie et à laquelle Leclercq aura dû s’adapter pour son travail missionnaire.

III - Leclercq missionnaire : tradition et adaptation

  • 312 Voir, par exemple, A. Beaulieu(Convertir les fils de Caïn) et L. Campeau (Monumenta Novæ Franciœ, (...)
  • 313 PEF, t. I, p. 96

139Si l’on peut assez facilement dégager les principaux articles d’un programme d’action missionnaire chez les jésuites de la Nouvelle-France312, il n’en va pas de même chez les récollets, qui semblent d’abord se fier à leur dévouement et à leur intuition pour s’adapter aux circonstances et à des groupes humains inconnus. Peu nombreux, changeant souvent de territoire, évincés pendant de longues années au profit des jésuites, les récollets ne peuvent guère assurer la continuité de leur entreprise. Comme les jésuites, ils affirment qu’il faut sédentariser les Amérindiens pour les convertir ; mais ils se distinguent d’eux sur un point esssentiel. Alors que les jésuites veulent garder les Amérindiens dans des villages éloignés des Français et des Canadiens, dont ils craignent l’influence néfaste, les récollets suggèrent plutôt de les noyer dans la population d’origine française pour en faire des « hommes » « avant que de les rendre Chrestiens » : « pour les humaniser il falloit necessairement, que les François se mélassent avec eux [...], ce qui ne se pourrait faire que par l’augmentation de la Colonie313. » De ce point de vue, la mission de Leclercq en Gaspésie recèle un lourd handicap, puisque les Français ne sont qu’une poignée, dispersés sur un territoire étendu. Leclercq s’active auprès des pêcheurs français, officie, baptise ou parle avec des Micmacs, mais jamais il ne peut consolider son entreprise, dont le lecteur de la Nouvelle Relation de la Gaspesie ne perçoit guère la continuité.

  • 314 Voir P.-A. Dubois, De l’oreille au cœur : naissance du chant religieux en langues amérindiennes da (...)
  • 315 Lettre de Colbert à Talon, 13 novembre 1666, AC, C11A, vol. 2, f. 332.
  • 316 Lettre de Louis XIV à Mgr de Laval, 2 mars 1668, Affaires étrangères, Mémoires et documents, Améri (...)
  • 317 Marie de l’Incarnation, lettre du 21 septembre 1668, Correspondance, p. 821.

140Tentons néanmoins de dégager les éléments, sinon d’une stratégie, tout au moins d’un programme d’évangélisation adapté aux Micmacs. Il faut d’abord se rappeler que les premiers missionnaires voulurent alphabétiser et franciser les Amérindiens pour mieux les évangéliser. Durant les premières années de leur séjour au Canada, les récollets, les jésuites et les ursulines apprennent à lire et à écrire à quelques enfants montagnais, algonquins et hurons314. En 1666, constatant le faible progrès de la colonisation, le ministre Colbert encourage la fondation de petites écoles dans certaines missions et exhorte l’intendant Talon à accélérer le métissage des indigènes avec la population d’origine française, afin qu’« ils ne fassent plus ainsy qu’un mesme peuple et un mesme sang315 ». Le statut de chrétien étant juridiquement obligatoire et l’éducation constituant un domaine réservé de l’Église, le roi désire que les religieux francisent les indigènes : « parce que, dit-il, sy on venoit à bout de ce point là il seroit plus aysé ce semble de leur faire embrasser notre religion316 ». En 1668, Mgr de Laval fonde le Petit Séminaire de Québec pour éduquer les garçons amérindiens et français, et les jésuites prennent également quelques Amérindiens dans leur collège de Québec317. Certains ne cachent cependant pas leurs réserves, telle Marie de l’Incarnation, qui écrit à son fils, le 17 octobre 1668 :

  • 318 Ibid., p. 828.

Je ne sçai à quoi tout cela se terminera, car pour vous parler franchement, cela me paroît très-difficile. Depuis tant d’années que nous sommes établies en ce païs, nous n’en avons pu civiliser que sept ou huit, qui aient été francisées ; les autres qui sont en grand nombre, sont toutes retournées chez leurs parens, quoi que très-bonnes Chrétiennes318.

  • 319 N. Baillargeon, Le Séminaire de Québec sous l’épiscopat de Mgr de Laval, p. 79.
  • 320 « Je leur ai fort témoigné l’étonnement où j’étais de voir que de tous les Sauvages qui sont avec (...)
  • 321 « Depuis le temps, Sire, que je suis en ce pays, il n’y a rien à quoy j’aye plus travaillé qu’à po (...)
  • 322 Lettre de Duchesneau à Colbert, 10 novembre 1679, AC, C11A, vol. 5, f. 32-70.
  • 323 Hennepin, Nouvelle Decouverte, p. 36.
  • 324 Lettre de Duchesneau à Colbert, 13 novembre 1681, AC, C11A, vol. 5, f. 290-291.
  • 325 Sœur Sainte-Henriette, Histoire de la Congrégation Notre-Dame de Montréal, t. I, p. 253.

141Après deux années de tentatives de francisation, le Séminaire de Québec n’admet plus d’écoliers indiens319 et les jésuites renoncent vite à franciser leurs néophytes. Lors de son arrivée au Canada en 1672, le gouverneur Frontenac s’étonne que les indigènes chrétiens des missions jésuites ne parlent pas français320. Non sans résistance, les jésuites adoptent une politique missionnaire ségrégationniste en rétablissant les petites écoles destinées à la francisation des enfants indigènes321 dans leurs missions sédentaires de Saint-François-Xavier, de La Prairie de la Madeleine, de Sillery et de Lorette322 ; les sulpiciens feront de même dans leur mission de la Montagne. A ces tentatives, s’ajoute celle des récollets au fort Cataracoui depuis 1673323. Les résultats diffèrent cependant beaucoup d’une mission à l’autre. Même si l’intendant Duchesneau se réjouit, en 1681, de ce qu’il y ait chez les jésuites des enfants « des nations les plus esloignées, comme des Islinois et des Loups qui sçavent lire, escrire, parler françois et jouer des Instrumens324 », il ne semble pas que la francisation soit allée très loin. Ouverte en 1683, à la mission du Sault-Saint-Louis, la petite école des filles tenue par les sœurs de la Congrégation est rapidement abandonnée325 et les Iroquois ne seront jamais très enclins à faire instruire leurs enfants à la française.

  • 326 Lettre de Duchesneau à Colbert, 10 novembre 1679, AC, C11A, vol. 5, f. 32-70.
  • 327 Lettre de Duchesneau à Colbert, 13 novembre 1681, ibid., f. 290-291.
  • 328 Lettre de De Meulles à Seignelay, 4 novembre 1683, AC, C11A, vol. 6, f. 181-198.

142Les efforts déployés à la mission de la Montagne ne sont pas plus efficaces, même si les sulpiciens entrent plus facilement que les jésuites dans les vues de Colbert. En 1679, Duchesneau louange les petites écoles indigènes de leur séminaire de Montréal326. Les enfants, séparés selon le sexe, sont placés sous la conduite des prêtres et des religieuses en poste à la Montagne. On francise les garçons tout en leur laissant leurs habits indigènes et leur nourriture traditionnelle afin de ne pas les rendre « delicats » quand ils reprendront leurs activités de chasse327. L’intendant de Meulles, qui visite la mission, écrit en 1683 que les sulpiciens « ont soin d’apprendre aux garçons leur croyance, de les faire chanter à l’église en latin, à lire, à écrire et à parler françois et mesme plus [ils les] instruisent [à] tourner en bois [...]328 ». On peut douter toutefois que ces petites écoles aient été une réussite comme veut le faire croire la correspondance officielle, car elles regroupent peu d’enfants amérindiens. Au reste, appelés rapidement à seconder les anciens dans les activités de chasse et de guerre, la majorité des garçons indigènes semblent avoir échappé à la contrainte de l’école.

  • 329 Selon l’abbé Le Loutre, l’enseignement missionnaire demeure souvent inefficace parce que les Améri (...)
  • 330 « Mission de Saint François-Xavier du Sault près de Montréal pendant les années 1676-1677 », Relat (...)
  • 331 « Lettre du P. Thierry Beschefer, superieur des missions de la Compagnie de Jesus, en Canada Ecrit (...)
  • 332 JR, vol. 66, p. 242.

143Mais parce que la tradition orale seule ne parvient pas à conserver l’enseignement religieux prodigué329 et que la direction spirituelle et temporelle d’une ou de plusieurs missions est une charge trop lourde, plusieurs missionnaires forment des catéchistes autochtones afin qu’ils instruisent les leurs. A la mission de La Prairie de la Madeleine en 1676, Joseph Ronta-garha, iroquois d’environ vingt-cinq ans, « s’est érigé en maître d’école du village » : verge à la main, il apprend aux enfants les vérités chrétiennes, « et particulièrement toutes les prières qu’on chante, ainsi que la manière de les chanter. Tous ces enfants sont rangés dans la cabane du zélé néophyte, sages et modestes, immobiles comme des statues, sans oser bouger, et au milieu d’eux, ce bon maître apprend à ces petits innocents à honorer Dieu et à chanter ses louanges [...]330 ». En 1682, à la mission de Sillery, un homme et une femme réunissent quotidiennement les enfants de leur sexe dans leur cabane afin de leur apprendre les prières et « la maniere de les shanter dans l’Eglise avec les autres331 ». Une pratique similaire se retrouvera dans les missions jésuites établies chez les Illinois332.

  • 333 JR, vol. 61, p. 104-108.
  • 334 Chez les Illinois, selon le père Marest, « c’est principalement durant l’hiver, lorsque les nuits (...)

144Tout en s’inspirant de méthodes pédagogiques européennes, les missionnaires savent utiliser les modes indigènes d’acquisition du savoir pour enseigner aux Amérindiens les prières et les cantiques chrétiens. Au Sault-Saint-Louis, dans les soixante cabanes comportant chacune au moins deux familles333, on chante quotidiennement des cantiques. À la mission de Lorette, les quatre ménages qui forment la cabane de Marie Tsaoüenté s’assemblent tous les soirs autour de celle-ci pour l’écouter chanter des cantiques spirituels et raconter les histoires saintes qu’elle tient des missionnaires. Tout en se distrayant334, les adultes et les enfants apprennent les textes religieux.

  • 335 Á Sillery en 1641, Charles Meiachka8at, originaire de Tadoussac, « escrivoit ou plutost faisoit de (...)
  • 336 Carver ajoute: « Thus when they are on their excursions, and either intend to proceed, or have bee (...)
  • 337 Infra, p. 315.

145Si l’usage de l’écriture a fait son apparition chez les Amérindiens avec l’arrivée des Européens, l’utilisation de signes graphiques existait déjà auparavant dans la culture traditionnelle de plusieurs groupes indigènes. Certes, ces signes n’étaient le plus souvent que des marques de diverses grosseurs tracées sur des écorces de bouleau ou des peaux corroyées. En outre, le sens donné à ces marques mnémotechniques variait selon les individus et les situations. Mais cette mémoire artificielle, si limitée fût-elle, suffisait aux besoins d’une culture de tradition orale. Les divers témoignages sur cette pratique montrent que son usage était largement répandu dans le monde amérindien traditionnel335. Carver écrit, par exemple, que cette forme de notation primitive sert à perpétuer une transaction extraordinaire ou un événement peu commun336. Leclercq lui-même aurait vraisemblablement conçu l’idée de recourir aux pictogrammes pour catéchiser les Micmacs en observant quelques enfants qui « faisoient des marques avec du charbon sur de l’écorce de bouleau, & les comptoient avec leur doigt fort exactement, à chaque mot de Priere qu’ils prononçoient337 ».

  • 338 Afin de bien faire comprendre au lecteur la nature de ces figures, Acosta commence le cinquième ch (...)

146En réalité, cette pratique existait depuis longtemps dans les missions catholiques. Au Japon, en Nouvelle-Espagne et en Chine, les missionnaires européens du xvie siècle se sont intéressés à l’écriture des peuples qu’ils cherchaient à évangéliser et en ont rendu compte dans leurs Relations destinées au public lecteur européen. Après avoir œuvré en Nouvelle-Espagne et au Pérou, Acosta peut conclure dans son Histoire naturelle et morale des Indes occidentales « qu’aucune nation d’Indiens découverte jusqu’à présent n’utilise de lettres ou d’écriture, mais les deux autres manières, qui sont images et figures338 ». Au moment où Acosta séjourne en Nouvelle-Espagne, l’appropriation de ce mode d’écriture par les missionnaires constitue déjà une pratique courante :

  • 339 Ibid., p. 309.

[...] j’ai vu, pour me satisfaire en cet endroit, les oraisons du Pater Noster, de l’Ave Maria, le Symbole, et la Confession générale, retranscrites de la façon indiquée. Et en vérité, quiconque le verrait s’en émerveillerait parce que, pour signifier ces paroles : « Мог pécheur, me confesse », ils peignent un Indien agenouillé aux pieds d’un religieux, comme quelqu’un qui se confesse ; ensuite, pour « à Dieu Tout-Puissant », ils peignent trois visages couronnés, à la façon de la Trinité ; et pour « à la glorieuse Vierge Marie », ils peignent un visage de Notre-Dame, et la moitié du corps avec un enfant ; et pour « Saint Pierre et saint Paul », deux têtes couronnées, des clefs et une épée, et de cette manière, toute la confession est écrite en images ; et là où manquent les images, ils mettent des caractères, comme « en quoi j’ai péché », etc.339.

  • 340 PEF, t. I, p. 144.

147Après Acosta, plusieurs religieux, comme le frère Jeronimo de Mendieta, auteur de l’Historia eclesiastica indiana, écrite dans le dernier quart du xvie siècle, signalent le recours à ces « peintures » et à ces « caractères » pour évangéliser les Indiens de la Nouvelle-Espagne. Leclercq connaît vraisemblablement ces pratiques pastorales utilisées par les membres de son ordre au siècle précédent, puisqu’il y fait explicitement référence dans le Premier Etablissement de la foy340. De même, il a probablement lu la traduction française de Y Historia natural y moral de las Indias d’Acosta publiée en 1598 par Robert Regnault, plus particulièrement le septième chapitre intitulé « Du type de lettres et d’écriture employés par les Mexicains ».

  • 341 « Lettre du P. Claude Chauchetiere touchant la mission des Iroquois du Sault St. François Xavier p (...)
  • 342 Infra, p. 309. Leclercq note encore qu’ils assistaient à la messe « leurs heures Gaspesiennes à la (...)
  • 343 Maillard, « Lettre de M. l’abbé Maillard sur les missions de l’Acadie et particulièrement sur les (...)

148D’autres influences plus ou moins directes ont joué un rôle dans l’élaboration de son système, comme les traditions pastorales issues du concile de Trente et les politiques de francisation des Amérindiens de la Nouvelle-France. La conception de la pastorale catéchétique ou liturgique dans la colonie aux xviie et xviiie siècles s’inspire largement des courants qui traversent l’Eglise de France quand il s’agit de rechristianiser les masses. Une fois adaptées aux missions canadiennes, les cartes catéchétiques de Le Nobletz ou les cantiques spirituels deviennent aussi utiles en Amérique qu’en Europe. Destinés à instruire les fidèles et à les unir plus étroitement à l’action liturgique, le Livre d’heures personnel ou le Paroissien romain à l’usage des fidèles, les livres d’images et les chants religieux en langue vernaculaire constituent des instruments efficaces de la Réforme catholique pour lutter contre la passivité dans laquelle est plongée l’assemblée chrétienne pendant les cérémonies. Á une époque où l’usage du missel personnel tend à se répandre en France, on ne s’étonne pas de le voir apparaître au même moment dans les missions du Canada. Ainsi, en 1682, les « Sauvages domiciliés » de la mission iroquoise de La Prairie de la Madeleine assistent à la messe en contemplant et méditant les images d’un livre où sont contenues les « Ceremonies de la messe en peinture appliquées a la passion de nostre seigneur341 ». À la même époque, les Gaspésiens de Ristigouche « tiennent entre leurs mains comme nous faisons nos heures, pendant la sainte Messe342 » des missels que Leclercq leur a fabriqués. Au xviiie siècle, les Micmacs d’Acadie posséderont tous leurs « cahiers sur lesquels se trouvent écrits et translatez du latin en mikmaque mille beaux traits du Grand Livre de la Prière qui se récitent ou se chantent dans [les] oratoires soit à la messe, soit aux autres prières [qui se font] le matin et le soir343 ».

149Apparu à Ristigouche et à Nipisiguit entre 1676 et 1678, l’usage de la lecture et de l’écriture pictographiques se répand peu à peu dans toutes les missions micmaques dAcadie continentale et péninsulaire. Mais c’est d’abord à Miramichi, en constatant la lenteur avec laquelle les Amérindiens apprennent les prières, que Leclercq conçoit l’idée de faire appel à des idéogrammes pour en faciliter l’apprentissage. Distribuant à chaque famille des « billets » ou « papiers instructifs », qui sont en réalité des morceaux d’écorce de bouleau sur lesquels il a dessiné des caractères à l’aide d’un charbon, il inaugure ce qui deviendra l’un des traits caractéristiques du travail missionnaire chez les Micmacs. Un dessin(infra, p. 185), peut-être de la main de Leclercq lui-même ou du père Emmanuel Jumeau, présente le récollet enseignant à lire les « caractères » peints sur une carte suspendue à un arbre. La « méthode » de Leclercq connaît rapidement un grand succès, car les Amérindiens commencent à se passionner pour la lecture, s’enseignant les uns aux autres à lire les prières. À l’exemple des missionnaires de la Nouvelle-Espagne, Leclercq a su utiliser des éléments culturels amérindiens à des fins d’évangélisation.

  • 344 D. L. Schmidt et M. Marshall, Mi’kmaq Hieroglyphic. Prayers: Readings in North America’s First Ind (...)

150Après son départ définitif pour la France, sa « méthode » continuera à être utilisée, par l’intermédiaire de son confrère Moireau, à Ristigouche et à Miramichi entre 1680 et 1682344. En 1686, Msr de Saint-Vallier avait demandé à Moireau les « billets et caractères instructifs » pour les communiquer à l’abbé Louis-Pierre Thury, en poste à Miramichi depuis 1685. Ce missionnaire a pu également introduire l’usage des hiéroglyphes sur la péninsule acadienne après son séjour à Miramichi.

  • 345 Maillard, op. cit., p. 355. Maillard décrit ainsi son système : « Pour leur faire apprendre plus p (...)
  • 346 C’est aussi ce que pensait Ganong(New Relation of Caspesia, p. 28-29): « The evidence, therefore, (...)
  • 347 « John Thomson to Sir Joseph Banks, Plymouth Sound », 13 novembre [17]91, cité dans D. Anger, Noyw (...)
  • 348 J.-O. Plessis, Journal des visites pastorales de 1815-1816, p. 54-55.

151Le successeur de Thury, Antoine Gaulin, qui fondera les établissements d’Antigonish (1717) et de Malagawatch, au Cap-Breton (1726), utilisera aussi ce système hiéroglyphique, que reprendra l’abbé Pierre Maillard à la mission de Malagawatch. Pourtant, celui-ci affirme avoir inventé lui-même son système : « Nous nous félicitons fort d’avoir trouvé ce moyen de leur faire apprendre si facilement par cœur les prières et les chants345. » Plutôt que d’une invention par Maillard, il faudrait sans doute parler d’adaptation ou de perfectionnement de l’œuvre de Leclercq346, à laquelle Maillard a vraisemblablement ajouté un grand nombre de caractères dont la source d’inspiration scripto-graphique demeure encore inconnue. Il est probable aussi que Maillard avait sous les yeux différents types d’alphabets et de caractères dont la connaissance se répandit au xviiie siècle, grâce à l’Encyclopédie de Diderot, dont il possédait six volumes. Quand Maillard s’installera à l’île de la Sainte-Famille (Chapel Island) près de la garnison à Port-Toulouse, en 1749, il continuera à utiliser les hiéroglyphes pour former des catéchistes qui puissent continuer son œuvre, dans l’éventualité où la France perdrait la colonie aux mains des Britanniques : en l’absence de prêtres, les chefs de la prière pourraient ainsi transmettre l’instruction religieuse, administrer les baptêmes et les mariages et officier aux funérailles. Maillard voyait juste, car après la conquête anglaise la pratique religieuse se maintiendra et se transmettra d’une génération à l’autre par l’entremise de ces catéchistes pour lesquels l’écrit jouait un rôle capital. A la fin du xviiie siècle, les livres de prières en caractères hiéroglyphiques semblent partout présents, si l’on en croit John Thomson, selon lequel chaque famille conserve précieusement un grand cahier en écorce de bouleau contenant des prières et datant sans doute d’une centaine d’années347. Copiés et recopiés, ces cahiers, dont parlent les missionnaires d’Acadie depuis Leclercq jusqu’à Maillard, contribueront à conserver et à diffuser certains textes de la doctrine chrétienne. En 1815, Mgr Plessis, qui visitera les Micmacs du Cap-Breton, privés de missionnaire depuis la mort de l’abbé Maillard, écrira qu’il leur reste « néanmoins des livres d’instructions et de cantiques de feu M. Maillard, qu’ils transcrivent et se transmettent de pères en fils348 ».

  • 349 Infra, p. 317-319.
  • 350 De Mgr de Laval, du père Jumeau, des Micmacs eux-mêmes.

152Il paraît donc indubitable que Chrestien Leclercq, se situant dans le sillage d’une pratique depuis longtemps instaurée, a forgé un instrument pédagogique efficace, adapté à ses Gaspésiens. Il emploie le terme « méthode » pour désigner ces « papiers instructifs ». En réalité, cet outil pédagogique est aussi un objet magique utilisé par des néophytes pour se catéchiser mutuellement : d’une part, l’effet sur les Micmacs est instantané et automatique ; d’autre part, on révère ces cahiers comme des talismans que l’on conserve avec piété. Malheur à la femme qui osera les brûler349 ! L’accumulation des témoignages350 de toutes sortes sur l’efficacité de la « méthode » fait vite oublier celle-ci pour tourner toute l’attention vers son inventeur, dont les Gaspésiens ne veulent pas se séparer.

IV — Leclercq écrivain

  • 351 Infra, p. 203.

153Aucun témoignage, public ou privé, ne permet de préciser à quel moment Leclercq commença la rédaction de sa Nouvelle Relation de la Gaspesie. Après son retour définitif en France, à la fin de 1686 ou au début de 1687, etjusqu’en 1691, on ne sait rien de lui, excepté ce qu’on trouve dans les deux ouvrages publiés en même temps sous son nom : la Nouvelle Relation de la Gaspesie et le Premier Etablissement de la foy dans la Nouvelle France, pour lesquels le libraire Auroy obtient le privilège de publier le 30 décembre 1690351.

  • 352 Dans les exemplaires corrigés, un carton remplace les p. 1 et 2.
  • 353 Voir la bibliographie, infra, p. 681-682.
  • 354 Pour quelle raison a-t-on gommé cette date ? Dans sa thèse (« Étude de genèse : le cas de Premier (...)

154Contrairement à la Nouvelle Relation de la Gaspesie, le Premier Etablissement de la foy subit de nombreuses corrections sous presse. La plupart sont d’ordre typographique, comme les erreurs de pagination ou la numérotation fautive du chapitre XVII (numéroté « I »), au début du deuxième tome352. D’autres, plus importantes, proviennent d’une volonté délibérée de changer la rédaction même du texte. Ainsi, certains exemplaires portent un « Achevé d’imprimer » du 20 avril 1691, d’autres du 26 juillet ; certains ont aussi des pages de titre différentes : Etablissement de la foy, Histoire des colonies françoises353. Une autre correction importante témoigne d’une intervention précipitée et maladroite en cours d’impression. L’original du chapitre I reproduisait un document officiel intitulé « Patentes du Roy pour les Récollets », qui se terminait sur les mots suivants : « En témoignage de quoy nous avons fait mettre nostre Scél à cesdites pre- [p. 51] sentes. Donné à S. Germain en Laye, le 20. de Mars l’an de grâce 1615. & de nostre Regne le Cinquième ». Pour gommer la date attribuée au document354, l’imprimeur inséra un carton sur lequel la page 51 commençait avec le chapitre II, laissant non terminée la phrase de la page 50. Un second carton fut imprimé pour corriger cette bévue : « pre [p. 5ï] sentes. Donné à S. Germain en Laye, le, &c. ».

  • 355 Sur du papier raisin portant le monogramme « G [cœur] D ». La description de ce papier ne se trouv (...)
  • 356 Par exemple, les cahiers Z et Aa des collections Cutter et Lande (Université McGill), et le cahier (...)
  • 357 Infra, p. 493.
  • 358 PEF, t. I, p. 286.
  • 359 PEF, t. II, p. 401.

155L’examen matériel de plusieurs exemplaires révèle que les deux ouvrages ont été sous presse simultanément : l’imprimeur a utilisé le même papier355 et le relieur a parfois inséré par inadvertance des cahiers du Premier Etablissement de la foy dans des exemplaires de la Nouvelle Relation de la Gaspesie356. Un certain nombre de renvois d’une œuvre à l’autre tendent aussi à le montrer. Affirmant que les récollets « ont l’honneur d’avoir été les premiers Apôtres de ce nouveau Monde », l’auteur de la Nouvelle Relation ajoute, par exemple : « comme je l’ai fait voir dans le premier établissement de la Foi dans la Nouvelle France357 ». De même, sur les mœurs des Gaspésiens, le Premier Etablissement de la foy signale : « Le Lecteur pourra satisfaire sa curiosité dans la Nouvelle Relation que j’ay fait de la Gaspesie, où j’en traite fort au long358. » Mais certains de ces renvois sont incohérents. Ainsi, les dernières lignes de la Nouvelle Relation annoncent que le Premier Etablissement de la foy racontera la « seconde mission » de Leclercq en Gaspésie, mais on ne l’y trouve nulle part. Un passage du Premier Etablissement de la foy affirme ne pas vouloir répéter ce que l’auteur a « déjà dit dans [sa] Relation des Gaspesiens sur les desavantages [subis] dans l’Acadie sur les côtes de la Mer où la flotte angloise avoit fait descente & pillé quelques endrois qui estoient sans deffense, & même enlevé le Gouverneur de l’Acadie359 » ; en réalité, la Nouvelle Relation ne raconte que le pillage de Percé et de l’île Bonaventure, mais non celui des côtes acadiennes.

  • 360 Faut-il attribuer, partiellement ou entièrement, le Premier Etablissement de la foy à un autre aut (...)

156Si l’on se rappelle encore que plusieurs passages du Premier Etablissement paraissent maladroitement soudés ensemble, on conviendra que les deux œuvres ont été terminées à la hâte dans les derniers mois de l’année 1690 et que plus d’une personne y a vraisemblablement travaillé360.

157Pour la Nouvelle Relation, on peut penser que Leclercq accumula des notes pendant tout son séjour chez les Micmacs et qu’il utilisa aussi, sans toujours le dire, celles de ses confrères décédés ou encore vivants. Il mentionne aussi un dictionnaire de la langue micmaque qu’on n’ajamais retrouvé. Pour le Premier Etablissement de la foy, le problème est plus complexe, puisqu’il s’agit d’une histoire des missions depuis le début du xviie siècle et non plus seulement d’une relation missionnaire. L’ouvrage reproduit des documents officiels et des textes plus ou moins abrégés d’auteurs récollets : Le Caron, Douay, Membré.

158Comme toute relation de voyage ou de séjour à l’étranger, la Nouvelle Relation de la Gaspesie joue sur deux registres, le narratif et le descriptif : elle raconte une aventure en territoire largement inconnu et présente un inventaire ethnographique et géographique de ce territoire. En outre, parce qu’elle doit non seulement montrer et raconter, mais aussi expliquer une réalité étrangère, elle jouera encore sur un troisième registre, qu’on pourrait appeler « commentatif ». Ce triple régime discursif pose évidemment des problèmes d’ordonnancement textuel sur lesquels ont buté presque tous les auteurs. L’organisation la plus simple tente de suivre chronologiquement le périple du protagoniste, comme dans les pages liminaires du premier voyage de Champlain au Canada, Des Sauvages :

  • 361 Champlain, Des Sauvages, chap. I, éd. Biggar, t. I, p. 91-95.

Nous partismes de Honfleur le 15e jour de Mars 1603. Cedit jour nous relaschasmes à la rade du Hâvre-de-Grâce [...]. Le 15. dudit mois nous eusmes cognoissance des isles de Sainct Pierre. Le 17. ensuyvant nous rencontrasmes un banc de glace pres du cap de Raie [...]. Le lendemain nous mismes à la voille, & eusmes cognoissance du cap de Raie, & isles de Sainct Paul, & cap de Sainct Laurent qui est terre ferme à la bande du Su [...]. Cedit jour sur les dix heures du matin, nous rencontrasmes une autre glace qui contenoit plus de huict lieuës de long. Le 20 dudict mois nous eumes cognoissance d’une isle [...]361.

159Survienne un arrêt provoqué par le mauvais temps ou le besoin de se ravitailler, et l’auteur cassera le fil chronologique pour décrire la prodigieuse quantité de morues pêchées sur le banc de Terre-Neuve ou son regard s’arrêtera pour admirer la prolifération des volatiles marins sur la fameuse île des Oiseaux...

160Très tôt, cette formule se révélera insuffisante. Comment en effet décrire une coutume ou un animal inconnus sans rompre la trame narrative qui permet d’accompagner le protagoniste dans sa marche exploratoire ? A tout moment, des connaissances nouvelles sur le pays ou sur ses habitants amènent l’auteur à corriger et à compléter ce qu’il a écrit la veille ou l’année précédente. Pour ne pas jeter le lecteur dans la confusion, l’auteur est contraint de faire un bilan, de proposer un bloc de quarante pages sur la religion des Hurons, leurs coutumes guerrières ou leurs méthodes curatives. Le journal de bord bascule alors dans le traité ethnographique. Certains auteurs font alterner les séquences narratives et descriptives ; d’autres, comme Sagard, encadrent par un début et une fin narratives la masse encyclopédique formée par les chapitres sur les mœurs des indigènes, la faune et la flore, et innervée par de nombreuses micro-séquences narratives : par exemple, une courte anecdote permet d’illustrer une description ethnographique annoncée par une formule comme « Je rencontrai un jour... ». D’autres, enfin, tels Lahontan, autonomisent chacune des composantes de la relation de voyage pour en faire trois ouvrages différents : les Nouveaux Voyages en Amerique septentrionale utilisent le régime narratif épistolaire pour raconter les aventures du voyageur ; les Mémoires de l’Amérique septentrionale prennent la forme du traité géographico-ethnographique, tandis que les Dialogues avec un Huron empruntent la voix de l’entretien philosophique.

161La Nouvelle Relation de la Gaspesie reprend la formule déjà employée par le récollet Sagard soixante ans plus tôt, dans Le Grand Voyage du pays des Hurons : la composante ethnographique est encadrée par les séquences narratives initiale et finale qui relatent le voyage aller-retour. Leclercq s’éloigne toutefois de Sagard en insérant en plein milieu de sa relation un important chapitre (XI) qui partage en deux le traité ethnographique annoncé dans le sous-titre : « qui contient les Mœurs & la Religion des Sauvages Gaspesiens Porte-Croix ». Cette insertion narrative surprend d’autant plus qu’elle est très longue (109 pages dans l’édition originale) et qu’elle scinde artificiellement l’encyclopédie des pratiques et des croyances religieuses (chapitres IX-X et XII-XIII).

  • 362 Infra, p. 205-225.

162Un examen plus détaillé de l’organisation textuelle montrerait d’autres traits surprenants. Le premier chapitre, intitulé « De la Gaspesie en general », ne compte que quatre petites pages sur la Gaspésie, et encore portent-elles surtout sur Gaspé et Percé. L’essentiel se partage en deux blocs homogènes de dimensions à peu près égales : le premier362 raconte la destruction de la mission de Percé par des corsaires anglais en août 1690 ; le second traite de la mission elle-même, puis relate rapidement le voyage vers Percé, avec l’inévitable tempête en mer et quelques mots sur l’évangélisation des Micmacs. Ce premier chapitre ne se termine pas sur l’arrivée du missionnaire et sur son adaptation au milieu, mais sur la présentation du livre, rédigée comme une espèce de mise en abyme de l’ensemble :

  • 363 Ibid., p. 223.

Comme je me suis singulièrement appliqué [...] à en connoître exactement les Maximes, les Mœurs & la Religion, j’ay crû que j’en devois donner au Public une peinture & une idée fidele & parfaite, par cette nouvelle Relation ; trop heureux & trop satisfait de mes peines, si on en fait la lecture avec le même plaisir que j’écris le détail de tout ce que j’ay remarqué de plus curieux & de plus agreable, dans les Missions que j’ay eu l’honneur de cultiver, pendant les douze années que j’ay demeuré dans la Nouvelle France363.

  • 364 Voir, là-dessus, R. Ouellet, « Le paratexte liminaire de la relation de voyage en Amérique », Cahi (...)

163Cette phrase reprend le pacte viatique364 que les auteurs de relations de voyage proposent à leurs lecteurs virtuels, qu’ils veulent instruire par l’exactitude encyclopédique (« une peinture & une idée fidele ») et charmer par l’exotisme (« tout ce que j’ay remarqué de plus curieux & de plus agreable »).

164Que ce premier chapitre, fait de bric et de broc, soit plutôt mal ficelé, on en conviendra facilement : les réflexions sur l’ouvrage lui-même eussent été mieux placées dans un avis au lecteur préliminaire ; de même, on se serait attendu que le corps du texte commençât par le récit du voyage en mer. Ce qui surprend, c’est moins la bigarrure thématique et formelle que la présence de douze pages hautement dramatiques sur la destruction de Percé par les Anglais, racontée dans une lettre du père Jumeau insérée après coup dans un passage où Leclercq présente rapidement la mission récollette de Gaspésie. Le début de la phrase de la page 5 de l’édition originale, « Nous y avons une Mission assez considérable [...] », devait, à l’origine, précéder immédiatement la phrase de la page 17, « L’Eglise de cette mission [...] ». De toute évidence, le texte original a été maladroitement coupé pour y intercaler la lettre du père Jumeau :

  • 365 Infra, p. 207-208.

Nous y avons une Mission assez considérable ; d’où j’apprens avec bien de la douleur par un de nos Missionnaires, le Révérend Pere Emanuel Jumeau, qui est de retour du Canada, dans le tems même qu’on imprime cette Histoire, que l’Hospice & l’Eglise que nous y avions fait bâtir, & que les Sauvages les plus barbares de la Nouvelle France avoient en singulière vénération, n’ont pas été à l’abri de la fureur & de la rage des Anglois, Hollandois & François renégats, qui ont tout réduit en cendres, avec des circonstances capables de faire frémir d’horreur l’Enfer même365.

165Au lieu de la description attendue de la mission, la phrase de Leclercq oblique brusquement vers un autre sujet. Les termes mêmes de la présentation trahissent la fonction dramatique et émotive de ce récit épistolaire qui relate un événement postérieur de dix ans à ce que raconte la Nouvelle Relation de la Gaspesie. Le récit de Jumeau met moins l’accent sur la destruction de l’établissement français que sur le sens qu’il faut lui donner et sur la réaction psychologique qu’elle provoque chez Leclercq et Jumeau.

  • 366 Ibid, p. 209.

166Au reste, l’épisode se trouvait déjà implicitement annoncé par deux désastres (un naufrage et un bateau pris par l’ennemi) auxquels le missionnaire aurait providentiellement échappé pour pouvoir raconter le malheur encore plus grand de la destruction de la mission : « Il semble que nôtre Seigneur n’ait voulu me conserver la vie dans le naufrage, que pour être aussi le témoin de la ruine totale & de l’entière désolation de ce lieu ; afin de vous en faire moy-même la relation [„.]366. » Avant même d’avoir commencé à raconter, le texte impose l’interprétation de l’événement avec la fin de la phrase : « afin de vous en faire moy-même la relation, qui donnera assez à connoître à tout le monde, jusqu’à quel excez d’impiété & de fureur l’Heresie peut monter, quand une fois elle se trouve en état de tout entreprendre & de tout éxecuter par le ministere de ses adherants. » De quelle « impieté » et de quelle « Heresie » s’agit-il ? La suite nous le révélera amplement, qui mettra l’accent sur la destruction, par des protestants anglais, de symboles catholiques comme les ornements du culte, les crucifix, les images de la vierge Marie et la parodie de la messe catholique, avec le mouton égorgé sur l’autel.

167Pour comprendre cette « fureur » des attaquants, il faut rappeler le contexte historique de l’époque. En 1685, Louis XIV avait révoqué l’édit de Nantes, donc retiré aux protestants des droits civiques et religieux importants, provoquant par là une large réprobation européenne et un exode de Français vers les Pays-Bas, la Suisse, l’Allemagne et l’Angleterre. Trois ans plus tard, en 1688, le roi catholique Jacques II, déposé par la Glorious Revolution anglaise, s’était enfui en France devant les troupes de son gendre Guillaume d’Orange, qui était monté sur le trône d’Angleterre l’année suivante ; avec la défaite de la Boyne, en juillet 1690, Jacques II venait d’être définitivement écarté du trône. Le saccage de Percé, un mois plus tard, est donc pour les missionnaires un geste religieux et politique semblable à celui qui a détrôné le monarque catholique anglais. On se demande même s’il ne reproduit pas en miniature la guerre de la Ligue d’Augsbourg, qui a coalisé une bonne partie de l’Europe contre la France, comme le suggère la formule hyperbolique qui oppose les habitants de Percé, regroupés en « huit ou dix Familles », à « tant de Nations liguées contre-eux » (il ne s’agit, dans les faits, que de quelques corsaires anglais). Une autre hyperbole apparente le comportement des attaquants anglais à celui des « Iconoclastes » et d’un personnage biblique :

  • 367 Ibid., p. 211-212.

Les sacrileges de Baltazar, qui prophana autrefois, au milieu d’un festin, les vases sacrez du Temple de Jerusalem, en y faisant boire ses Courtisans & ses Concubines, furent les mêmes que commirent ces Heretiques, lesquels au milieu de leurs horribles débauches, tant de jour que de nuit, beuvoient dans nos Calices des rasades, à la santé du Prince d’Orange, qu’ils benissoient ; fulminant au contraire mille imprecations contre leur Roi legitime367.

168En magnifiant ainsi le saccage de Percé, le texte se trouve à faire oublier l’échec de la mission gaspésienne pour laisser habilement à Dieu la suite des opérations, qu’il semble envisager comme une manifestation imminente de la vengeance divine plutôt que comme un recommencement missionnaire.

  • 368 Par exemple, le chapitre XII de la Relation de 1634, que Lejeune intitule « De ce qu’il faut souff (...)

169La seconde plage narrative importante se trouve en plein milieu de la Nouvelle Relation de la Gaspésie, au chapitre XI. Le titre en annonce clairement le contenu, assez attendu dans un compte rendu de missionnaire : « Relation du penible Voïage de l’Auteur, allant annoncer la Foi aux Gaspesiens Porte-Croix ». De tels chapitres, dont on trouverait plusieurs exemples dans les Relations des jésuites368, cherchent à héroïser le protagoniste comme sujet souffrant pour faire oublier son impuissance et son inadaptation au milieu. De nombreuses formules prétéritives affirment en effet l’impossibilité de dire cette souffrance que le texte décrit par ailleurs fort bien :

  • 369 Infra, p. 367.

Je ne sçaurois vous exprimer ici, quelles furent alors nos inquietudes, nous trouvant au milieu de ces deserts affreux, dépourvûs de toutes les choses les plus necessaires à la vie, accablez de foiblesse & de fatigue, dans la saison la plus difficile & la plus rigoureuse de l’Hiver, sans vivres ; & ce qui est de plus affligeant, sans guide & sans chemin. Pour comble de malheur, il y avoit trois jours que nous ne mangions qu’un petit morceau de pain sur le soir, qui pour lors nous manqua tout-à-fait : en sorte qu’aïant été obligez d’avoir recours à la farine que nôtre Sauvage avoit dans son paquet, nous fûmes reduits d’en jetter soir & matin deux à trois poignées dans une chaudronnée d’eau de neige, que nous faisions bouillir ; ce qui servoit plûtàt à la blanchir, qu’à nous nourrir369.

  • 370 Sur ce sujet, voir le n° 245 (janvier-mars 1997) de la Revue des sciences humaines, sur l’homo via (...)

170Présentée comme voulue par Dieu, cette traversée d’un pays désertique, ravagé par le feu, est la parfaite métaphore d’un autre voyage, celui du chrétien sur la terre. En ce sens, elle est une épreuve pour l’homo viator370 marchant dans les pas du Christ souffrant qui lui donne le courage de traverser d’horribles bois brûlés où souffle le vent glacial et qu’a désertés la riche faune canadienne :

  • 371 Infra, p. 357.

[...] toutes les forces de la Nature ne serviroient qu’à augmenter les peines des Missionnaires, si la Croix d’un Dieu crucifié ne leur communiquoit une partie de cette force victorieuse, avec laquelle il a glorieusement triomphé de tout ce qu’il y avoit de plus rude & de plus douloureux dans les opprobres du Calvaire371.

  • 372 Ibid., p. 365.

171À l’image de saint Paul, le missionnaire compte sur « la grace de celuy qui luy donnoit la force de tout entreprendre ». Et comme si l’imitation du Christ ne magnifiait pas assez son protagoniste, Leclercq anime le lieu, le projette dans un espace mythique qui n’a plus rien avoir avec la Gaspésie, quand il rappelle « ces tristes solitudes », « ces deserts plus affreux mille fois que ceux de l’Arabie Pierreuse », où les Israélites durent errer pendant quarante ans avant d’entrer dans la terre promise372.

  • 373 Ibid., p. 380.
  • 374 Ibid., p. 477.
  • 375 Ibid., p. 388.
  • 376 Ibid., p. 387-388. Quand il racontera la dernière rencontre du missionnaire avec les Gaspésiens, l (...)
  • 377 Ibid., p. 436.

172Tout en héroïsant son protagoniste par la souffrance, l’auteur le valorise aussi par les comportements « charitables » ou courageux qu’il lui attribue tout au long du récit : le religieux n’hésite pas à entrer dans une cabane « encore toute en feu » pour y chercher un jeune enfant373 ; il sauve du suicide un Micmac désespéré374... Mais c’est évidemment sur le registre actantiel missionnaire que joue le plus souvent le narrateur quand il rappelle les confessions, les baptêmes et la prédication de Leclercq, au milieu de difficultés de toutes sortes. L’auteur, il va de soi, attache une grande importance à la performance verbale du protagoniste chez les Micmacs qu’il est venu évangéliser : « Ils parurent tres-contens & satisfaits de ce discours, & me promirent de suivre éxactement les avis charitables que je leur donnois375 », écrit-il par exemple. La valorisation est d’autant plus forte que, quelques pages plus haut, le narrateur avait présenté le missionnaire dans une situation semblable à celle de « Saint Paul, quand il prêcha pour la premiere fois dans Athenes, la Foi de Jesus-Christ aux Areopagites376 ». Le point extrême de cette valorisation par la performance verbale survient quand le grand adversaire du missionnaire, le chaman (« un des plus fameux [...] de toute la Nation »), avoue lui-même sa défaite au missionnaire : « Je luy fis cependant avouer, en luy montrant son Oüahich, que c’étoit encore un reste de ses rêveries et de ses sotes imaginations377. »

  • 378 Echec avoué ailleurs par Leclercq lui-même(ibid., p. 394).

173Malgré son apparente hétérogénéité par rapport à cette seconde plage narrative qui la précède, la lettre du supérieur Le Roux constitue à la fois le point d’aboutissement de la traversée des bois brûlés et la relance de l’action du protagoniste religieux. Sur le plan actantiel, la lettre ne nie pas l’échec du missionnaire378 ; elle le situe dans une perspective à long terme qui appartient à la Providence et qui ne se juge plus en termes d’insuccès ou de réussite immédiate :

  • 379 Ibid., p. 398-399.

Considerez, je vous prie, que c’est à nous à planter & à arroser ; mais que c’est à Dieu de donner les accroissemens, & de produire les fruits. Nous nous sommes suffisamment acquittez de nôtre obligation, quand nous avons annoncé la verité ; ce n’est pas à nous de la rendre feconde, mais de reconnoître nôtre neant, d’adorer les jugemens de Dieu, & de luy dire : Quod debuimus facere fecimus, servi inutiles sumus. Souvenez-vous que quand le Fils de Dieu donne la Mission à ses Apôtres, il leur ordonne de prêcher l’Evangile à toutes les Nations ; non seulement à celles qui croiront à leur parole, mais encore à celles qui n’y ajoûteront point de foi379.

  • 380 Ibid., p. 400.
  • 381 Ibid, p. 407-408.

174Elle en arrive même à valoriser le missionnaire sans qu’on puisse soupçonner celui-ci de se flatter, puisque les propos gratifiants du supérieur sont comme perdus dans de longues réflexions sur le travail d’évangélisation. Sous la plume du père Le Roux, l’échec devient un événement heureux parce qu’il détournera le missionnaire de se complaire dans « l’amour propre380 » et l’incitera à continuer son travail, malgré de « fâcheux accidens », « une infinité de chagrins » et 1’« opiniâtreté » des indigènes « à suivre & à croire les erreurs, les superstitions, & les traditions fabuleuses de leurs ancêtres381 ».

  • 382 Ibid, p. 563-579.
  • 383 Ibid., p. 583.

175La troisième plage narrative importante se trouve dans le dernier chapitre, qui suit celui sur les « remèdes, maladies & morts des Gaspesiens382 ». Et c’est bien sur une image de mort que commence la longue scène d’adieu qui en constitue l’essentiel. Dès que le missionnaire annonce son départ, un des Gaspésiens, consterné, « entra dans les bois, peut-être pour essuïer les larmes qui commençoient à couler de ses yeux », puis ordonna aux siens d’approcher de leurs cabanes « avec les mêmes ceremonies qu’ils observoient inviolablement lorsqu’ils vont annoncer la mort de quelqu’un de leurs considerables ; parce qu’ils estimoient que j’allois mourir à leur égard, & qu’ils ne me verroient plus jamais davantage383 ». Commence alors le cérémonial proprement dit, avec les Micmacs qui conjurent Leclercq « de ne les pas abandonner » et qui se pressent autour de lui pour participer à un dernier rituel religieux, pour échanger des cadeaux et pour chanter « des Cantiques spirituels [...] avec une harmonie de voix si douce & si agreable, que nos François en furent sensiblement édifiez ». Au moment où un cortège de Gaspésiens se forme pour reconduire le missionnaire en grande pompe à son bateau, a lieu la partie la plus dramatique de la scène, quand le chef harangue le missionnaire devant la foule rassemblée :

  • 384 Ibid., p. 585.

[...] le Chef de nos Gaspesiens fendit la presse, s’approcha de moi, parut au milieu de l’assemblée avec un visage tout consterné de douleur & de tristesse [...] & prononça en soupirant ces paroles, Akaia, akaia, qui marquent ordinairement l’amertume & le déplaisir qu’ils ont dans le cœur ; il me prit la main, & me regardant fixement avec des yeux prêts à verser des larmes, il me dit en ces propres termes. § Hé bien donc, mon fils la resolution en est prise, tu veux nous abandonner & repasser en France [...]. Ah ! mon fils, si tu voïois mon cœur à present, tu verrois qu’il pleure des larmes de sang, dans le tems même que mes yeux pleurent des larmes d’eau, tant il est sensible à cette cruelle separation384.

176Ce passage pathétique trouve toute sa force d’éloquence quand on le replace dans la séquence plus large qui évoquera le temps heureux de l’accueil du missionnaire et de son adoption par une famille gaspésienne :

  • 385 Ibid., p. 586.

Hé quoy donc, mon fils, [...] seroit-il bien possible que tu aies perdu si-tôt le souvenir du festin que tu nous fis autrefois à Gaspé, la première fois que tu vins demeurer dans nos cabannes, où aïant formé avec de la farine pêtrie dans la graisse & la moëlle d’orignac, autant de cœurs de pâte, que nous étions de Gaspesiens, tu les arrangeas dans un même plat d’écorce, voulant nous persuader que le plus grand de tous ces cœurs, qui cachoit & couvroit tous les autres, étoit la figure du tien, dont le zele & la charité renfermoit au-dedans de soi-même tous les cœurs des Sauvages, ni plus, ni moins que les meres renferment les enfans dans leur sein ? Tu étois fâché, disois-tu, que la Nature ne t’en avoit donné qu’un seul en partage, lequel tu souhaitois de multiplier autant qu’il étoit en ton pouvoir, par la distribution que tu nous faisois de ces cœurs de pâte, en disant à chacun de nous, en particulier ces aimables paroles : Tahoé nkamera mon ignemoulo : Mon frère, je te donne mon cœur ; nkameramon achkou oüiguidepcheup ; vous cabannerez, vous logerez Se demeurerez dores-navant dans mon cœur, qui veut devenir comme les vôtres, par l’union d’une amitié mutuelle & reciproque, tout Sauvage & tout Gaspesien385.

177En évoquant le cérémonial du cœur partagé, le chef dramatisera encore davantage la scène quand il interrogera directement le missionnaire :

Dis-moi donc à present, ce cœur n’est il plus aujourd’hui le même qu’il étoit autrefois ? est-il donc tout-à-fait devenu François, & n’a-t’il plus rien de Gaspesien ? ou bien, veut-il vomir pour jamais les Sauvages, aprés les avoir reçûs & aimez tendrement ?

178Le missionnaire n’a évidemment rien à répondre, puisqu’il aime toujours « tendrement » ses Gaspésiens. Pourquoi alors l’auteur met-il ces questions dans la bouche du chef ? Outre leur fonction rhétorique dramatisante, elles permettent à la parole de douleur et de louange d’occuper presque tout l’espace textuel. A tel point que, deux paragraphes plus loin, quand le missionnaire prend la parole, le narrateur ne la lui donne pas en style direct, mais la noie et la réduit à quelques lignes en style indirect qui rappellent la doctrine évangélique : « [je lui témoignai] en peu de mots que [...] ». Sur un autre plan, le silence du missionnaire constitue une manœuvre habile de l’auteur pour attester, par un trait ethnographique, la véracité de l’ensemble :

  • 386 Ibid., p. 588.

[...] les Sauvages n’interrompent jamais celuy qui harangue [...]. Il faut attendre qu’ils aient achevé tout ce qu’ils ont à dire, & qu’ils vous obligent à répondre386.

179Après ce pseudo-échange verbal, le discours du chef gaspésien peut reprendre et contrefaire celui du procureur qui fait mine d’enfermer l’accusé dans un faux dilemme :

  • 387 Ibid., p. 589.

S’il est ainsi, repliqua le Sauvage, de deux choses l’une ; ou tu es un menteur, ou tu n’es pas un bon Chrêtien : Ouce choüen tahoé : tu es un menteur, mon frere, si tout ce que tu nous as enseigné n’est pas veritable ; ou tu n’es pas bon Chrêtien, puisque tu n’observes pas comme il faut les Commandemens de Jesus387.

180Sur le plan de la performance verbale du missionnaire ou sur celui de l’information narrative, le petit bout de phrase en micmac (Ouce choüen tahoé) ne contient aucun renseignement : il a, comme le rappel de telle coutume gaspésienne, une simple fonction attestative visant à faire croire à la véracité de l’ensemble, à créer, selon l’expression de Barthes, un « effet de réel ». Suit alors un passage de quatre pages où le chef reprend la parole évangélique, la travestit en quelque sorte, non pas pour accuser le missionnaire, mais pour le convaincre de rester :

  • 388 Ibid., p. 589-590.

[...] tu as dit à nos enfans, qu’ils étoient obligez, sous peine d’être brûlez dans les Enfers, d’honorer leurs pere & mere ; que c’étoit un crime énorme de les abandonner, & de leur refuser le secours qu’ils en pouvoient esperer dans leurs besoins [...]. Tu m’appellois ton pere ; ma femme, disois-tu à tous les Sauvages, étoit ta mere, depuis que nous t’avions tous les deux enfanté dans nos cabannes ; mes enfans étoient tes freres & tes enfans : Hé bien, maintenant, est-ce donc bien fait à un enfant, de quitter son pere, sa mere, ses frères & ses sœurs ? Est-ce ainsi que tu méprises le Commandement de Dieu qui dit, Koutche, kitche chibar chaktou, baguisto skinouidex388 ?

181Plus encore que la phrase en micmac (qui attestait en même temps la compétence linguistique du protagoniste), le rappel de l’adoption tresse une couronne de lauriers au missionnaire qui a su enseigner l’Évangile et s’attirer l’affection des Gaspésiens au point qu’ils en ont fait un de leurs enfants. Et sur quel argument finir le discours, sinon en combinant un motif théologique et missionnaire avec l’expression d’une douleur qui rend muet ?

  • 389 Ibid., p. 590.

Helas, mon fils [...], si quelqu’un de nous vient à mourir dans les bois, qui est ce qui aura le soin de nous montrer le chemin du Ciel, & de nous assister à bien mourir ? Faloit-il donc prendre tant de peine pour nous instruire, comme tu as fait jusqu’à present, pour nous laisser dans un péril evident de mourir sans les Sacremens, que tu as a ministrez à mon frere, à mon oncle, & à plusieurs de nos vieillards moribons ? Si ton cœur demeure encore insensible à tout ce que je viens de dire, sçaches, mon fils, que le mien verse & pleure des larmes de sang en si grande abondance, qu’il m’étouffe la parole389.

182La réponse du missionnaire sera tout aussi pathétique dans sa surenchère de bons sentiments : « [...] je luy fis connoître & luy dis, que mon cœur versoit plus de larmes de sang que le sien [...]. » Mais pourquoi le narrateur Leclercq passe-t-il subitement au style indirect en synthétisant les propos du protagoniste Leclercq quand il eût été facile de dramatiser à peu de frais la réponse de celui-ci avec de grands éclats de voix ? Au lieu de cela, le narrateur condense la réponse dans une formulation parataxique en style indirect :

  • 390 Ibid., p. 591-592

[Je lui répondis :] Que je n’avois reçu aucun déplaisir de la Nation Gaspesienne [...] : Que je le reconnoissois encore pour mon pere, autant & plus que jamais ; & que je le priois aussi de tout mon cœur, de me considerer toujours comme son fils : Qu’il faloit observer religieusement tout ce que je leur avois enseigné [...]. Que je ne les abandonnois pas dans leur besoin sans secours [...]. Que j’avois écoûté paisiblement tout ce qu’il m’avoit dit [...] : Mais qu’enfin, je ne pouvois m’empêcher de luy témoigner que mon cœur avoit été touché jusqu’au vif, en me demandant s’il n’étoit plus Gaspesien, & s’il vouloit vomir les Sauvages pour jamais390.

183Cette habile accumulation de propositions juxtaposées donne l’illusion d’une longue réponse qui maintient le climat dramatique créé par les paroles du chef. Trois phrases du missionnaire en style direct suffiront ensuite pour clore cet échange sur le même ton :

Tu te trompes, mon pere [Leclercq s’adresse au chef), luy dis-je d’un ton de voix assez severe, mon cœur est plus Gaspesien que jamais ; [...] il devient plus grand de jour en jour, pour y loger & recevoir tous ceux de ta Nation : Il voudrait, ce cœur, se multiplier, afin de se trouver dans tous les endroits où sont les Gaspesiens, pour les instruire ; [...] tu confesseras que mon cœur est bien plus grand que tu ne penses ; & que bien loin de vomir & de rejetter les Sauvages, il cesseroit de vivre, s’il étoit un moment sans inclination pour les Gaspesiens.

184La réponse de Leclercq est si remarquablement brève parce qu’elle sert à mettre en valeur la parole du chef qui exprime la douleur de perdre son fils récollet, seul capable de le sauver. De ce fait, elle est le plus bel hommage qu’on puisse rendre au missionnaire.

185Un indice supplémentaire appuie cette interprétation. Pourquoi l’auteur, qui a terminé sa rédaction en 1690 ou 1691, a-t-il voulu clore son texte sur un épisode situé vers 1681, à mi-parcours de son séjour chez les Micmacs, et pourquoi ne nous en raconte-t-il pas la seconde partie, entre 1681 et 1685 ? D’une part, il aurait fallu expliquer l’échec missionnaire malgré un travail de plusieurs années ; d’autre part, cette scène d’adieu, qui parle de larmes de sang et de mort symbolique, rappelle la lettre du père Jumeau, insérée dans le chapitre I et racontant la mise « à feu et à sang » de la mission gaspésienne. Ainsi, malgré son insertion maladroite dans un texte déjà complètement rédigé, le récit du désastre de Percé est-il une réussite sur le plan de la dramatisation scripturale, puisqu’il attribue l’échec missionnaire aux adversaires de la France et vient renforcer l’image d’une lutte implacable entre, d’une part, les ennemis de la foi (le jongleur gaspésien, suppôt de Satan, et les Anglais protestants) et, d’autre part, les forces chrétiennes (la France catholique et monarchique et, sur le plan individuel, l’humble missionnaire récollet).

186Les trois longues plages narratives de la Nouvelle Relation de la Gaspesie expriment donc à la fois l’échec et le panégyrique du missionnaire. La première bouscule la mise en marche de la relation pour raconter l’attaque anglaise comme une entreprise sacrilège et illégitime du protestantisme contre le catholicisme. La seconde et la troisième tentent de faire oublier l’insuccès de Leclercq de deux façons : celle des bois brûlés, en mettant l’accent sur la souffrance et les dangers affrontés ; celle des adieux, en montrant Leclercq parfaitement intégré au milieu gaspésien et, surtout, en faisant chanter ses louanges par un chef, porte-parole de toute la nation.

  • 391 Ibid., p. 409-419

187Si prépondérante soit-elle, la fonction héroïsante n’est pas seule à l’œuvre dans la Nouvelle Relation de la Gaspesie. Leclercq, comme les autres auteurs de relations de voyage, utilise le récit pour consolider et accréditer son ethnographie gaspésienne. Deux histoires intercalées l’illustrent amplement. La première391 raconte comment un père, désespéré d’avoir perdu son enfant, décide, avec quelques compagnons, d’entreprendre un voyage « au Pais des Ames, pour en retirer son fils ». Le gardien des âmes « un geant, armé d’une grosse massuë », outré « jusqu’à la fureur, de l’attentat que nos Sauvages avoient commis », « les alloit assommer à grands coups de cette horrible massue qu’il avoit en main, lorsque ce pauvre pere vivement penetré de douleur de la mort de son fils unique, le conjura plûtôt par ses larmes & par ses soupirs, que par ses paroles, d’excuser la temerité de son entreprise ». Touché de compassion, le gardien des âmes demande aux Gaspésiens de jouer aux dés avec lui et assure le père qu’il lui redonnera ensuite l’âme de son fils pour lui rendre la vie. On joue toute la journée « du bled d’Inde, du petun, & quelques fruits, qu’il assûroit être la nourriture de ces Ames », et les Gaspésiens gagnent : « [...] voila, disent nos Sauvages d’aujourd’hui, la maniere dont le bled d’Inde & le tabac sont venus dans leur Païs, selon la tradition de leurs ancêtres. » Respectant sa promesse, le gardien des âmes donne au père un petit sac renfermant l’âme de son fils, « grosse comme une noix », et l’avertit « de prendre garde qu’il n’y eût aucune ouverture, de crainte [...] que l’ame n’en sorte, & ne retourne au Païs, qu’elle ne quittoit qu’avec des repugnances extrémes ». Le père ramène l’âme de son fils dans son village, mais, avant qu’il ait pu la remettre dans son corps, une sauvagesse « eut la curiosité » d’ouvrir le sac : « [...] l’Ame en sortit aussitôt, & retourna d’où elle étoit venue. Le pere en aïant appris la nouvelle, en mourut de chagrin, & suivit son fils au Païs des Ames, au grand regret de toute la Nation Gaspesienne : & voila justement ce qui fait croire à nos Sauvages l’immortalité des Ames. »

  • 392 Ibid., p. 288-292.

188La seconde histoire392 est moins pathétique que macabre. On s’y croirait presque dans un conte à la manière de Perrault, rempli d’ogres prêts à dévorer la chair tendre des enfants. Pendant une horrible famine, craignant de mourir de faim, un indigène gaspésien décide de dévorer sa femme, qui lui suggère plutôt de manger deux de leurs enfants pour pouvoir faire survivre les autres. Le père accepte, et « d’un commun consentement l’homme & la femme massacrerent & couperent la gorge à ces deux pauvres innocens, sans se laisser attendrir aux larmes ni aux lamentations d’une petite fille, qui conjuroit son pere & sa mere de ne la pas égorger. [...] Ils hacherent ensuite par morceaux, & mirent dans une chaudière toute boüillante les cadavres de leurs enfans : & [...] ces monstres de nature les mangerent en la compagnie d’un de leurs freres ». Horrifiés eux-mêmes par leur crime et poursuivis de la réprobation des autres indigènes, « ces parens infortunez », comme Caïn, se mettent à errer sans repos, en proie à la « terreur panique ». Le lecteur ne connaîtra pas la fin de leur histoire, puisque le narrateur les montrera seulement prêts à écouter le missionnaire « pour appaiser la justice de Dieu, & se concilier sa misericorde ». Tout en illustrant la vengeance divine qui poursuit les criminels, l’anecdote veut surtout montrer comment les Gaspésiens sont imprévoyants à l’extrême :

Voila sans doute, conclut Leclercq, les accidens fâcheux où s’exposent tous les ans nos Sauvages, par leur paresse, & par le peu de soin qu’ils prennent d’amasser suffisamment en Eté, dequoi éviter & prévenir mille malheurs, qui les accablent tres-frequemment en Hiver.

189Bien loin de miner la crédibilité ethnographique ou historique, le pathétique la renforce auprès du lecteur virtuel.

  • 393 Leclercq se situe ainsi dans une tradition comparatiste qu’on trouve chez Lescarbot en 1609 (Histo (...)

190Cette importance de la composante narrative est surprenante, car la page de titre et la table des matières de la Nouvelle Relation de la Gaspesie annoncent un texte à dominante ethnographique. Le sous-titre porte en effet : « qui contient les Mœurs & la Religion des Sauvages Gaspesiens Porte-Croix » et dans la table des matières deux chapitres seulement, sur vingt et un, se présentent comme narratifs : les autres, sur la naissance, sur l’habillement, sur les cérémonies funéraires, bref, sur les « mœurs des Gaspesiens », paraissent vouloir composer une histoire morale et naturelle dont le modèle serait celle du jésuite Acosta, Historia natural y moral de las Indias, publiée en 1608 et réduite à sa partie ethnographique. Et effectivement, les premiers chapitres présentent une similitude formelle et thématique assez grande avec l’ouvrage du célèbre auteur espagnol. D’une part, Leclercq prend ses Gaspésiens au berceau pour les conduire jusqu’à leur mort, ce qui l’amène à décrire leur culture matérielle, leurs coutumes guerrières ou culinaires, leur organisation sociale, leurs pratiques et leurs croyances religieuses. D’autre part, comme il s’agit d’une histoire morale et naturelle, la description ethnographique proprement dite est souvent interrompue par des anecdotes tirées de l’histoire et par des réflexions morales ou philosophiques qui situent les mœurs gaspésiennes dans la vaste anthropologie de l’humanité. La naissance des enfants, par exemple, provoque un vagabondage historique et moral qui condamne l’allaitement par des nourrices en Europe, rappelle la couvade chez certains peuples de l’Amérique méridionale, et raconte quelques anecdotes touchant Alexandre le Grand et Caligula. Par là, la description ethnographique a tendance à franchir les frontières spatio-temporelles pour devenir un traité d’anthropologie comparée jetant un regard panoramique sur l’humanité entière depuis les origines, que rappellent plusieurs références à la Bible393. C’est cet amibitieux projet que réalisera le jésuite Lafitau en 1724 avec ses Mœurs des Sauvages Ameriquains comparées aux Mœurs des premiers temps.

  • 394 Dans son introduction de 1910, W. F. Ganong avait bien vu que les nombreux emprunts de Leclercq n’ (...)

191Après un siècle et demi de colonisation française, Leclercq découvre moins une nouvelle culture qu’il ne cherche à la comprendre dans sa singularité, mais aussi dans sa parenté avec d’autres, contemporaines ou passées. De ce point de vue, les larges emprunts à Lescarbot, à Lejeune ou à Sagard, qui parlaient d’une autre époque et parfois d’autres groupes humains, ne disqualifient pas son entreprise, qui se veut à la fois ouvrage de synthèse livresque et observation sur le terrain. Pourquoi inventer une nouvelle description de l’orignal ou de la générosité des indigènes quand Lescarbot et Sagard en ont déjà si bien parlé, quand leur témoignage concorde avec sa propre observation394 ? L’invention de Leclercq se marque dans une vision personnelle, une représentation qui met davantage l’accent sur l’émotion de la rencontre, le pathétique du vivant que sur la froide objectivité de l’observateur non engagé. Le combat qui se livre en Gaspésie n’oppose pas seulement Dieu et le Diable: sur le terrain des gestes quotidiens, c’est la vie et la mort qui s’affrontent à chaque pas. La cruauté du couple micmac qui mange ses enfants est comparable à celle décrite à la même époque dans les contes de Perrault ou évoquée dans les chansons de folklore.

  • 395 Infra, p. 224.
  • 396 Nouveaux Voyages, dans Œuvres complètes, p. 632.
  • 397 Lescarbot les décrit en effet « accroupis comme des singes »(Histoire de la Nouvelle-France, livre (...)

192Une rapide analyse du portrait physique de l’Amérindien dans la Nouvelle Relation de la Gaspesie le fera voir clairement. Ce portrait s’inscrit dans le sillage d’une tradition qui renvoie à l’Ancien Testament et aux grands textes de l’Antiquité comme L’Enquête d’Hérodote ou même La Guerre des Gaules de César. Leclercq lui-même nous met sur cette piste quand il clôt son premier chapitre sur l’humanité des indigènes de l’Amérique septentrionale, qui ne sont pas dépourvus « de ces belles qualitez de corps & d’esprit, qui distinguent l’espèce humaine de celle des animaux de la terre » : les Micmacs ne sont pas « velus comme des ours » ou comme les « Habitans des Isles des Gorgades395 ». La référence au périple d’Hannon trahit ici l’emprunt du récollet à Lescarbot (ou à Sagard, qui lui-même reprend Lescarbot), mais elle témoigne surtout de la ténacité d’une représentation de 1’« homme sauvage » couvert de poils, héritée du Moyen Âge et dont on trouve des échos depuis Thevet jusqu’à Lahontan396. En 1690, Furetière consignait toujours dans son Dictionaire universel : « Les Sauvages vont nuds, & sontvelus, couverts de poil » ; l’édition de 1727 nuançait à peine : « Il y a des Sauvages qui vont nuds ; qui sontvelus, & couverts de poil »... Plus qu’une simple référence à un topos largement répandu, la réflexion de Leclercq montre une volonté de corriger le lieu commun de l’animalité amérindienne, comme le confirmerait son refus de reprendre à ses prédécesseurs le rapprochement attendu entre l’Amérindien assis et le singe397.

  • 398 « Taille » désigne alors aussi bien la « hauteur »(Lesnains, lespigmées, sont des homines de petit (...)
  • 399 Infra, p. 461-462.
  • 400 Sur la tradition des « humanités monstrueuses » au xviie siècle, voir F.-M. Gagnon, Ces hommes dit (...)
  • 401 Infra, p. 462.
  • 402 Ibid, p. 239-240.

193D’une « riche taille398 », « sans aucune difformité399 », l’Amérindien éblouit d’autant plus par sa perfection anatomique que celle-ci dément les appréhensions nourries par de nombreux Européens de rencontrer des monstres en franchissant le seuil du monde connu400. Harmonieux dans ses formes, le corps du Gaspésien l’est aussi dans son fonctionnement : les hommes sont « puissans, robustes, adroits, & d’une agilité surprenante401 » ; la force des femmes s’impose dans leur facilité à supporter la grossesse, l’accouchement et l’ensemble des tâches physiquement exigeantes qui leur incombent402.

  • 403 Ibid., p. 462.
  • 404 Ibid., p. 463.
  • 405 Ibid., p. 260.

194La couleur s’ajoute au tracé athlétique du corps lorsque le regard descripteur se déplace vers le visage. Couleur de la peau, « brune, olivâtre & bazanée403 », dont Leclercq ne se préoccupe pas, contrairement à Sagard — à qui il emprunte pourtant ici — et de Lescarbot, de trancher si elle est innée ou acquise ; blancheur éclatante des dents, qu’il propose en revanche d’expliquer par une observation qui rappelle Denys : « peut-être à cause de la gomme de sapin, qu’ils mâchent fort souvent, & qui leur communique cette blancheur404 » ; couleur des cheveux, enfin, diversement pigmentés chez l’enfant, mais noircis chez l’adulte par l’usage d’« une espece de graisse » dont on se sert pour les lustrer405.

195Ces quelques données objectives composent chez Leclercq un tableau de l’indigène assez conforme à l’image qu’en ont laissée les auteurs qui l’ont précédé ou suivi et dont Buffon, semble-t-il, se souviendra au siècle suivant quand il traitera des « Variétés dans l’espèce humaine » et définira les caractères physiques distinctifs des « sauvages du Canada » :

  • 406 Buffon, De l’homme, p. 294 ; repris dans l’article « Humaine (espece) » de l’ Encyclopédie, vol. 8 (...)

Ils sont tous assez grands, robustes, forts et assez bien faits ; ils ont tous les cheveux et les yeux noirs, les dents très blanches, le teint basané, peu de barbe, et point ou presque point de poil en aucune partie du corps406.

196Mais le narrateur de la Nouvelle Relation de la Gaspesie ne jette pas sur les Gaspésiens le regard anonyme et distant du naturaliste : sa description s’accompagne au contraire d’abondants commentaires — souvent repris, du reste, textuellement à Sagard. Tantôt l’observation s’ouvre sur une appréciation esthétique, où s’expriment à la fois les préférences du vieux continent et le jugement personnel favorable de Leclercq sur les Amérindiens :

  • 407 Infra, p. 463-464.

Cette couleur [du teint] cependant ne diminuë rien de la beauté naturelle des traits de leur visage : & on peut dire avec verité, qu’on voit dans la Gaspesie d’aussi beaux enfans, & des personnes aussi bien faites qu’en France407.

  • 408 Ibid., p. 462.
  • 409 Ibid, p. 465.
  • 410 Ibid., p. 467.
  • 411 Ibid., p. 564.

197Tantôt l’allure extérieure et le mouvement du corps glissent vers l’interprétation psychologique et l’attitude intérieure qui paraît les inspirer : les hommes et les femmes sont « d’un maintien grave, serieux, & fort modeste ; marchant posément, comme s’ils avoient toûjours quelque grosse affaire à ruminer, & à décider dans leur esprit408 ». Tantôt, enfin, le trait physique se charge du poids d’une évaluation morale plus ou moins allusive : « ils ne sont ni trop gras, ni trop maigres ; & l’on ne voit pas chez les Gaspesiens, de ces gros ventres pleins d’humeurs & de graisse409 ». Aussi la santé des Amérindiens, comme l’en-dessous invisible et actif de la plénitude que déploient leurs corps, prend-elle parallèlement une valeur éthique et alimente-t-elle discrètement chez Leclercq une critique des Français, que Lescarbot et Sagard avaient développée avant lui avec plus d’insistance, en une sorte de défense et illustration de la « sobriété » et du contentement d’esprit : les Amérindiens sont « sains & dispos » parce qu’ils naissent de parents qui le sont eux-mêmes, mais aussi parce qu’ils sont « délivrés410 » des excès qui font courir les Français après « les biens du monde » et leur coûtent « le repos, & leur tranquillité ordinaire411 ».

  • 412 Ibid., p. 350.
  • 413 Ibid., p. 374.
  • 414 Ibid., p. 285.
  • 415 Ibid., p. 465, 564.
  • 416 Ibid., p. 464.

198Sur les maladies épidémiques, Leclercq reste à peu près silencieux. S’il fait une fois mention des « maladies qui ont infecté ce Païs, & qui par trois à quatre fois en ont fait mourir un fort grand nombre412 », ce n’est qu’incidemment, pour tenter d’expliquer comment le culte de la croix se serait perdu chez les Porte-Croix, et non pour rendre compte de la santé et des maladies des Amérindiens. La faim seule, à travers les visages et les corps qu’elle décharné413, à travers ces « carcasses vivantes414 » qui traversent le récit comme des spectres, vient assombrir la figure idyllique et statique de l’Amérindien sans-goutte-sans-gravelle-sans-colique-sans-galle415, ni-borgne-ni-bossu-ni-boiteux-ni-manchot416 que décrit encore Leclercq trois quarts de siècle après Biard et Lescarbot.

  • 417 Ibid., p. 564.
  • 418 Ibid., p. 274, 390-391, 445, 475.

199La longévité des Indiens, l’« heureuse vieillesse417 » qu’ils atteignent souvent et dont Leclercq se soucie maintes fois de donner l’extraordinaire mesure (plus de 114, 115, 120 ans418) complète ce portrait physique idéal et figé. Mais la critique des Français, amorcée sur un mode édifiant par le narrateur, réapparaît avec plus d’âpreté dans la bouche de l’Amérindien :

  • 419 Ibid., p. 274-275.

[...] avant l’arrivée des François en ces quartiers, les Gaspesiens ne vivoient-ils pas plus long-tems qu’à present ? & si nous n’avons plus parmi nous de ces viellards de cent trente à quarante ans, ce n’est que parce que nous prenons insensiblement vôtre maniere de vivre, l’experience nous faisant assez connoître que ceux-là d’entre nous vivent d’avantage, qui méprisans vôtre pain, vôtre vin, & vôtre eau de vie, se contentent de leur nourriture naturelle de castor, d’orignaux, de gibier & de poissons, selon l’usage de nos ancêtres & de toute la nation Gaspesienne419.

  • 420 Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 582-601.
  • 421 Ibid., p. 601-606.
  • 422 Ibid., p. 582.
  • 423 Ibid., p. 583.

200Le temps historique réintègre ici le tableau ethnologique et le modifie en déterminant un « avant l’arrivée des François » et un « après » qui impose des retouches. Dix-neuf ans avant Leclercq, dans la Description géographique et historique de Nicolas Denys, cette opposition avant/après était encore plus flagrante, puisqu’elle provoquait un dédoublement systématique du tableau. La bipartition de la matière se manifestait clairement dans quelques chapitres « Concernant les mœurs des Sauvages, leur police, & coutumes, leur maniere de vivre », etc.420, et un chapitre résiduel marquant « La difference qu’il y a entre les coustumes anciennes des Sauvages, & celles d’apresent421 » ; elle apparaît encore dans la perspective diachronique que donne l’auteur à son portrait par l’utilisation sélective de temps verbaux du passé : « Ils vivoient encore longtemps ; j’ay veu des Sauvages de six à sept-vingts ans qui alloient encore à la chasse à l’Orignac422 » ; « Il y avoit pour lors bien plus grand nombre de Sauvages qu’à present : ils vivoient sans soucy, & ne mangeoient ny salé ny épissé, ils ne beuvoient que de bon boüillon du plus gras ; c’étoit ce qui les faisoit vivre longtemps & peuploient beaucoup423. » Chez Leclercq, cette fracture temporelle prend davantage l’aspect de cassures ponctuelles, de contradictions confuses entre un présent et un passé que juxtapose le texte, sans toujours dire explicitement qu’ils ne coïncident plus.

  • 424 Infra, p. 250.

201La description du vêtement présente parfois les mêmes flottements chronologiques, comme si le raccord restait imparfait entre les fragments que Leclercq emprunte à ses devanciers, en les remaniant plus ou moins, et les passages de son propre cru. Ainsi, après avoir détaillé le costume traditionnel des hommes dans un exposé où l’influence de Lescarbot est sensible, notamment dans la comparaison de l’indigène « vêtu à la mode de ses ancêtres » avec Hercule, Leclercq enchaîne-t-il avec les « habillemens » des femmes, en affirmant qu’ils « ne sont en rien differens de ceux des hommes424 », mais en poursuivant aussitôt avec la description d’un costume féminin postérieur à l’arrivée des Français :

  • 425 Ibid.

[...] elles se servent d’une couverture blanche ou rouge, qui leur tombe depuis les épaules jusqu’à mi-jambe, en forme de tunique, dont elles s’envelopent tout le corps, qu’elles ceignent d’une ceinture garnie de rassade & de pourcelaine425.

  • 426 Histoire de la Nouvelle-France, livre IV, chap. VII, éd. Grant, t. III, p. 372.
  • 427 Infra, p. 248-249.

202La transition venait plus logiquement chez Lescarbot, qui enchaînait : « Quant aux femmes elles sont differentes seulement en une chose, qu’elles ont une ceinture pardessus la peau qu’elles ont vétuë426. » Leclercq lui-même a beau préciser en début de chapitre427 que les deux formes vestimentaires (vêtements de peaux, d’un côté ; couvertures, capots, justaucorps, de l’autre) ont coexisté, on peut bien supposer, en outre, que la façon de se vêtir variait suivant la saison. La cohérence et la clarté du texte souffrent néanmoins parfois de ce collage d’informations puisées à des sources antérieures et autonomes.

  • 428 N. Pellegrin, « Vêtements de peau(x) et de plumes : la nudité des Indiens et la diversité du monde (...)
  • 429 Infra, p. 233. La Genèse (3,21) veut qu’en les chassant du jardin d’Eden, « Yahvé Dieu fit à l’hom (...)
  • 430 Infra, p. 248, 250, 252.
  • 431 Au début du xviie siècle, le capucin Claude d’Abbeville, en mission à l’île de Maragnan au large d (...)

203La nudité des Amérindiens avait frappé les premiers voyageurs européens au point de la leur faire voir partout et d’oblitérer sous « une fausse communauté d’apparence [...] l’extraordinaire diversité des pratiques vestimentaires du continent américain428 ». Si le xviie siècle voit le rétablissement d’une vision plus réaliste du costume indigène dans ses multiples manifestations, l’empressement de Leclercq à vêtir les Micmacs comme « nos premiers Pères429 », à souligner leur « pudeur », leur « reserve », leur « modestie430 » reflète l’obsession de la nudité qui caractérisait le siècle précédent et qui rappelait immanquablement le péché originel. Nu et sans honte de l’être, le Sauvage posait au théologien le problème de la véracité de l’Écriture sainte431. Vêtu de peaux, il rentre complaisamment dans le rang des descendants d’Adam et Eve et s’offre comme un candidat tout désigné à l’évangélisation.

  • 432 Infra, p. 249-250, 258-259.

204La description que fait Leclercq des habits micmacs reste relativement sommaire et se construit autour des axes d’opposition qu’adoptent la plupart des auteurs pour structurer ce chapitre de leur discours : « aujourd’huy »/» avantl’établissement des François », hommes/femmes, hiver/été. Outre son « honnêteté », Leclercq retient surtout du costume amérindien les éléments qui le distinguent d’emblée de son pendant européen : ampleur des vêtements, manches détachées du corps de l’habit, bas sans pieds, souliers plats et mous, absence de chapeau432. Si le vocabulaire français ne rend pas justice à la spécificité de la garde-robe micmaque, le ton neutre et la concision du récollet donnent bien, en revanche, le sentiment d’une réelle « façon de se vêtir » des Indiens et non d’un accoutrement informe et sans règles fixes. Leclercq n’a pas toujours l’extrême attention au détail, la sensibilité matérielle aiguë et comme mêlée d’admiration qui affleure chez Denys, dans la description des mocassins, par exemple :

  • 433 Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 587.

[...] leurs souliers sont arrondis pardevant, & la semelle redouble sur le bout du pied qui est froncée aussi menu qu’une chemise, cela est fait fort proprement, les filles en font pour elles enjolivez de couleurs & les coustures garnies de poil de Porc-épy qu’elles teignent en rouge & violet433.

205Mais il n’a pas non plus la rigidité hargneuse d’un Lejeune, dont l’autorité narratoriale écrase tout sur son passage :

  • 434 Relation de 1634, JR vol. 7, p. 16.

Leurs souliers ne sont pas durs comme les nostres, aussi n’ont-ils pas l’industrie de taner le cuir [...] ils boivent l’eau comme une éponge, si bien que les Sauvages ne s’en servent pas contre cet Elément, mais bien contre la neige & contre le froid. Ce sont les femmes qui sont cousturieres & cordonnières, il ne leur coûte rien pour apprendre, ce mestier, encore moins pour avoir des lettres de maistrise ; un enfant qui sçauroit un peu coudre en feroit à la première veuë, tant il y a d’invention434.

  • 435 Comme Sagard lorsqu’il emprunte à Champlain : voir R. Ouellet et J. Warwick, dans Sagard, Le Grand (...)

206Lors même qu’il reprend certaines descriptions dénigrantes de ses prédécesseurs, Leclercq élimine souvent les comparaisons les plus dévalorisantes435, comme dans ce passage sur la saleté des cabanes amérindiennes où il retranche la comparaison animale « grange à pourceaux » par laquelle s’exprimait le mépris de Lejeune :

  • 436 Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 260 ; voir infra, p. 484, n. 70, le texte de Sagard.

Ils sont sales en leurs habits, en leurs postures, en leurs demeures et en leur manger. Et cependant, il n’y a aucune incivilité parmy eux ; car tout ce qui donne du contentement aux sens passe pour honneste. J’ay dit qu’ils sont sales en leurs demeures. L’advenue de leurs cabanes est une grange à pourceaux. Jamais ils ne balient leur maison. Ils la tapissent au commencement de branches de pin, mais au troisiesme jour, ces branches sont pleines de poil, de plumes, de cheveux, de coupeaux, de raclure de bois. Et cependant, ils n’ont point d’autres sièges ny d’autres licts pour se coucher. Dont l’on peut voir de quelle saleté peuvent estre chargez leurs habits [...]436.

207Plus général que Denys, plus généreux que Lejeune, Leclercq décrit schématiquement les vêtements micmacs, en s’effaçant devant son discours et en ne laissant pas le regard qu’il pose sur les choses faire écran aux choses elles-mêmes :

  • 437 Infra, p. 249.

[...] leurs souliers, qui sont tous plats & sans talons, ressemblent proprement à des chaussons de cuir, qu’ils fourrent de peaux d’origniac, pour se conserver toujours de la chaleur aux pieds437.

208Si l’œil et l’esprit comparent ici et renvoient à la réalité européenne, ils sont aussi suffisamment ouverts pour n’être pas aveugles à l’originalité, à l’ingéniosité, au sens pratique amérindiens.

209C’est sans doute cette attention à l’altérité amérindienne, tout autant qu’une certaine tradition, qui fait que Leclercq, ici et là, donne la parole à un Micmac pour relativiser les coutumes en marquant une préférence :

  • 438 Ibid., p. 251.
  • 439 Ibid., p. 262.

[...] nos Sauvagesses [...] disent qu’elles n’en peuvent approuver l’usage, & qu’il leur seroit impossible de marcher ni d’agir librement, avec les habits de nos Françoises ; en un mot, elles sont si entêtées des leurs, qu’elles ne veulent pas seulement entendre parler des nôtres438 ;
[...] nos Gaspesiens [...] sont si infatuez de leurs manieres de s’habiller & de leurs maximes de vivres, qu’ils méprisent les nôtres, & n’y peuvent du tout accoutumer439.

  • 440 Ibid., p. 251.
  • 441 Ibid., p. 475.

210Même lorsque les Micmacs adoptent certaines pièces du costume européen, celles-ci sont soustraites au code qui en régissait le port, détournées de leur usage premier et intégrées à un nouveau système vestimentaire : les hommes et les femmes « mettent pour l’ordinaire leurs chemises par-dessus leurs habits440 » ; un vieillard transforme en accessoires d’apparat « une calotte, une paire de gands brochez, & un chapelet » offerts par le missionnaire441. Le renversement de perspective qu’autorise Leclercq en prêtant la parole à l’Amérindien laisse entrevoir la « naïve simplicité » de l’indigène, mais aussi sa résistance.

211Cette affirmation, par l’Amérindien, d’une préférence ou d’une supériorité s’exprimera plus fermement et systématiquement dans le long discours du chef micmac. Plus qu’une simple objection ou qu’une répartie spirituelle, les propos du chef ressemblent à un fragment de dialogue philosophique à la manière de Lucien de Samosate. Dans cette perspective, ils sont une préfiguration des fameux Dialogues avec un Huron que publiera Lahontan en 1703.

212Ce discours concentre en un seul lieu du texte tous les passages où pouvaient s’esquisser les bribes d’un portrait moral jamais complété. Faut-il s’en surprendre ? Comme bien d’autres missionnaires avant lui, Leclercq vante un certain nombre de qualités valorisées par la tradition chrétienne et moraliste et, singulièrement, par l’ordre de saint François auquel il appartient. Les Européens se sont laissé corrompre par l’ambition et par l’envie d’acquérir ; ils se sont jetés à corps perdu dans les désirs les plus fous, au point d’en devenir malades et malheureux. Comment peuvent-ils prétendre civiliser ou convertir les indigènes qui, tout compte fait, vivent mieux qu’eux ? Tel est le paradoxe que vit Leclercq et qui explique l’insertion d’une harangue qui tranche avec l’ensemble.

  • 442 Le 25 juin 1691, p. 265-269.
  • 443 Seule la Bibliothèque universelle et historique porte un jugement de valeur, quand elle affirme qu (...)
  • 444 Arnaud, La Morale pratique des jésuites, dans Œuvres, t. XXXIV, p. 686.

213Malgré cet élargissement de l’ethnographie aux dimensions d’une anthropologie comparée et critique, la Nouvelle Relation de la Gaspesie a soulevé peu d’intérêt avant le xxe siècle. Lors de sa parution, le Journal des savants442 et la Bibliothèque universelle et historique y consacrent chacun un « extrait » qui résume assez platement le contenu ethnographique du livre443. Mais le texte du Journal des savants aura un écho inattendu dans La Morale pratique des jésuites du janséniste Antoine Arnaud. Le long chapitre du septième tome (1693), « Reflexions sur un livre donné au public par les Révérends Pères Récollets en 1691, intitulé : Premier Etablissement de la foy dans la nouvelle France », transcrit entièrement 1’« abrégé » publié dans le Journal des savants, auquel il ajoute quantité d’autres passages tirés du Premier Etablissement de la foy. Accusant les jésuites d’avoir tenté d’en empêcher la parution, Arnaud cherche à montrer qu’ils ont supplanté les récollets, premiers missionnaires du Canada, qu’ils ont manqué de reconnaissance envers eux, qu’ils sont jaloux de tous les « autres ouvriers évangéliques » et que les récits de conversions contenus dans leurs nombreuses relations sont peu crédibles. Il approuve Leclercq de dénoncer les jésuites avec retenue et ironie : « On ne peut nier qu’il n’y ait beaucoup d’art dans ce discours, mais un art innocent ; puisqu’on n’y a en vue que de faire connoître la vérité, en épargnant autant qu’il se pouvoit la délicatesse de ceux à qui elle n’étoit pas avantageuse444. »

  • 445 Par exemple, dans l’article « GASPÉ » de son Dictionnaire universel, geographique et historique, p (...)
  • 446 Dans le quatrième tome de son Dictionnaire géographique, historique et critique, publié en 1732, B (...)
  • 447 Voir supra, p. 11.
  • 448 Histoire et description de la Nouvelle France, « Liste et examen des auteurs que j’ai consultés po (...)
  • 449 Voir ibid., p. 343, n. 1.
  • 450 Voir ibid., p. 320, n. 28.

214Parmi les auteurs d’ouvrages de vulgarisation géographique de la fin du xviie siècle et du début du xviiie445, seul Saugrain emprunte à Leclercq et le nomme, dans l’article « Gaspésie » de son Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne, publié en 1726446. Comme le Journal des savants et la Bibliothèque universelle et historique, il ne retient de Leclercq que l’ethnographie des Micmacs. Deux jésuites célèbres de la première moitié du xviiie siècle, Lafitau et Charlevoix, ne lui attribueront même pas, comme à Lahontan, un rôle d’adversaire avec qui polémiquer. Dans son Histoire et description de la Nouvelle France, publiée en 1744, Charlevoix, qui juge Leclercq ennuyeux et insignifiant447, lui reproche son « erreur au sujet des Gaspesiens, qu’il appelle Porte-Croix448 ». Vingt ans avant lui, Lafitau, hésitant à parler d’une « fable » créée par Leclercq, expliquait l’origine du port de la croix chez les Micmacs par une coutume ancienne propagée en Acadie et en Gaspésie par des missionnaires jésuites449. Dans un autre passage, sur l’astronomie, Lafitau n’hésitait pas à qualifier de « pure invention » la notation de Leclercq sur la Petite Ourse450. Mais ces critiques, ponctuelles, ne prenaient pas l’œuvre au sérieux. Il faudra attendre les grandes études du xxe siècle sur les Micmacs pour voir la Nouvelle Relation de la Gaspesie figurer parmi les sources ethnohistoriques importantes.

215Belle revanche pour un auteur que Charlevoix jugeait si peu digne d’intérêt. Revanche ironique aussi, puisque Leclercq se trouve ici réédité dans la même « sérieuse » collection que le célèbre jésuite.

Notes

1 Le poisson pouvait être séché sur la grève ou salé (« vert ») sur les bateaux de pêche.

2 Les historiens et les archéologues n’ont pu encore dater avec précision les premiers échanges entre Européens et Amérindiens sur la côte atlantique et dans l’estuaire du Saint-Laurent. On peut estimer qu’avant les voyages exploratoires de Cartier les Normands et les Bretons étaient déjà présents sur la côte de la Nouvelle-Angleterre actuelle et que les Basques étaient actifs dans le détroit de Belle-Isle, situé entre Terre-Neuve et le Labrador. Sur les activités de pêche au large du Canada avant le xviie siècle et sur la naissance du commerce des fourrures, voir : J. Axtell, After Columbus. Essays in the Ethnohistory of Colonial North America, p. 144-181; S. Barkham, « The Basques: Filling a Gap in Our History between Jacques Cartier and Champlain », Canadian Geographical Journal, vol. 96, n° 1, 1978, p. 8-20; H. P. Biggar, The Early Trading Companies of New France, p. 18-50; B. G. Trigger, Les Indiens, la fourrure et les Blancs. Français et Amérindiens en Amérique du Nord, p. 167-228 ; Ch. de La Morandière, Histoire de la pêche française de la morue dans l’Amérique septentrionale (des origines à 1789), t. I ; J.-P. Proulx, La Pêche à la baleine dans l’Atlantique Nord jusqu’au milieu du xixe siècle ; L. Turgeon, « Pour redécouvrir notre xvie siècle : les pêches à Terre-Neuve d’après les archives notariales de Bordeaux », RHAF, vol. 39, n° 4, printemps 1986, p. 523-549. Sur les débuts de la colonisation française du Canada, voir M. Trudel, Histoire de la Nouvelle-France ; A. Beaulieu et R. Ouellet, « Introduction » à Champlain, Des Sauvages, p. 11-40.

3 Cartier, Relations, p. 103.

4 On a la preuve maintenant que l’équipage de Micheau de Hoyarsabal a hiverné parmi les Amérindiens en 1586-1587. Les renseignements les plus récents là-dessus nous viennent de deux sources principales : l’inventaire des actes notariés de Bordeaux et les fouilles sur l’île aux Basques (1990-1993, 1998) poursuivies sous la direction de L. Turgeon, qui a fait le point sur le sujet dans « Sur le littoral du Québec [...] », dans D. Guillemet et J. Peret, dir. Les Sociétés littorales du Centre-Ouest atlantique, de la préhistoire à nos jours, p. 165-186.

5 Champlain, Des Sauvages, chap. X, éd. Biggar, t. I, p. 167-168.

6 Nicolas Aubry, prêtre séculier, et un pasteur calviniste avaient accompagné Du Gua de Monts en 1604, mais ni l’un ni l’autre ne semblent avoir accompli un véritable travail missionnaire.

7 En décembre 1606, cent cinq colons avaient fondé le premier établissement anglais à Jamestown en Virginie ; en août 1607, quarante-cinq autres s’étaient établis sur la rivière Kennebec, en Acadie, pour y hiverner.

8 Sagard, Histoire du Canada, livre I, chap. IV, éd. Tross, p. 43 ; Champlain, Voyages et des couvertures, 1619, éd. Biggar, t. III, p. 173.

9 Leclercq, PEF, t. 1, p. 92-99 ; M. Trudel, Histoire de la Nouvelle-France, t. I : Les Vaines Tentatives, p. 234-236.

10 Les Voyages de Samuel de Champlain, éd. H. Deschamps, p. 269-278.

11 Ibid., p. 269.

12 Ibid., p. 276-278.

13 Avec l’opposition menée par Henri Bourbon, prince de Condé, contre le ministre Concini, favori de la régente Marie de Médicis, les hostilités dégénèrent en véritable guerre civile pendant l’été 1616.

14 C.-A. Morin, « Les archives du Saint-Siège, importantes sources d’histoire politico-religieuse du Canada », Culture, vol. 7, n° 2, juin 1946, p. 63, n. 3 ; « La naissance de l’Église au Canada », RHAF, vol. 1, nos2-3, 1947-1948, p. 255, 331-333.

15 Sagard, Histoire du Canada, livre I, chap. II, éd. Tross, p. 32-35 ; Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 174-176.

16 « Lettre du P. Denis Jamet au sieur des Boves, Grand Vicaire de Pontoise », 15 août 1620 (Sagard, Histoire du Canada, livre I, chap. VI, éd. Tross, p. 73).

17 Sagard écrit(ibid., p. 67) : « [...] les marchands ne nous y assistoient presque en rien (excepté le sieur de Pont Gravé en ce qu’il pouvoit en son particulier) & se contentoient de nous donner la nourriture de six Religieux comme ils y estoient obligez dès nostre entrée audit païs, & depuis par articles accordez par Monseigneur le Duc de Montmorency Vice-Roy de Canada. »

18 Leclercq, PEF, t. I, p. 165-166 ; « Lettre de Monsieur le grand Vicaire de Pontoise, au Pere Denis Jamet Commissaire des PP. Recollects en Canada », 27 février 1621 (Sagard, op. cit., p. 75- 76).

19 Champlain, Les Voyages de la Nouvelle France occidentale, 1632, livre I, chap. I, éd. Biggar, t. V, p. 6-10.

20 Leclercq, PEF, t. I, p. 168-171.

21 « Articles accordez par Monseigneur le Duc de Montmorency [...] », dans R. Le Blant et R. Baudry, édit., Nouveaux Documents sur Champlain et son époque, t. I, p. 410.

22 Leclercq, PEF, t. I, p. 162. Le texte de la procuration est reproduit dans Sagard, Histoire du Canada (livre I, chap. VII, éd. Tross, p. 80-83) et dans Leclercq, PEF (t. I, p. 179-186).

23 Sagard, Histoire du Canada, livre I, chap. VII, éd. Tross, p. 92-94; Leclercq, PEF, t. I, p. 197-199.

24 Reproduit dans Sagard, Le Grand Voyage, éd. Warwick, p. 462-470.

25 « Requeste presentée à Sa Majesté par le provincial des Recolletz de la province de Saint-Denis en France le XVIe du present mois, à ce qu’il pleust les maintenir à la jouissance de laquelle luy et sesdits predecesseurs ont entierement jouy jusques à present ou du moins ne rien ordonner qu’il [n’ayt] esté entendu, avecq deffences à ceux de la religion pretendue reformée d’y aller, soit pour trafficquer ou y demeurer, veu le trouble qui a jà esté desmené par telles gens et que les religieux ne soient meslez parmy les differendz des marchans, mais qu’ils puissent passer audit pais avecq la compagnie qu’ils jugeront le plus paisible au cas que, comme l’année precedente, il y en allast plusieurs, sans qu’il soit permis aux autres de prendre des religieux dudit ordre avecq eux, attendu qu’il pouroit de là naistre quelque division et contestation entre lesdits religieux comme il y a entre les marchans » ([16 mars 1622], dans R. Le Blant et R. Baudry, édit., Nouveaux Documents sur Champlain et son époque, t. I, p. 437-438).

26 Leclercq, PEF, t. I, p. 144.

27 Sagard, Histoire, du Canada, livre II, chap. V, éd. Tross, p. 162-163.

28 Leclercq, PEF, t. I, p. 247.

29 Sagard, Histoire du Canada, livre II, chap. VI, VII, VIII Le Grand Voyage, livre I, chap. IV. Onze Français accompagnent le frère Gabriel Sagard et les pères Joseph Le Caron et Nicolas Viel dans leurs déplacements (Leclercq, PEF, t. I, p. 248).

30 Sagard, Histoire du Canada, livre II, chap. VIII-IX ; Le Grand Voyage, livre I, chap. V.

31 En vertu du bref apostolique du 20 mars 1618, le provincial des récollets « demeure, de droit, Préfet de la mission », c’est-à-dire qu’il lui appartient de choisir les missionnaires et de les doter des pouvoirs indispensables à leur tâche.

32 Sagard, Histoire du Canada, livre IV, chap. I, éd. Tross, p. 784; Leclercq, PEF, t. I, p. 298-300.

33 Le père Pierre Coton, provincial des jésuites, envoie les frères Gilbert Burel (Buret) et François Charton, les pères Jean de Brébeuf et Énemond Massé ; partis de Dieppe le 24 avril 1625, ils arrivent le 15 juin à Québec (Leclercq, PEF, t. I, p. 312-314, 315-316).

34 Reproduit dans Sagard, Le Grand Voyage, éd. Warwick, p. 453-459.

35 O. Jouve, Les Franciscains et le Canada, t. I : L’Établissement de la foi, 1615-1629, p. 285.

36 Père Hugolin [Lemay], Les Récollets de la province de l’Immaculée-Conception en Aquitaine. Missionnaires en Acadie, 1619-1633, p. 13, 14.

37 Sagard, Histoire, du Canada, livre III, chap. XXIV, éd. Tross, p. 374.

38 Leclercq, PEF, t. I, p. 242.

39 Ibid, p. 293-294.

40 D. C. Harvey, « Alexander, William, comte de Stirling », DBC, t. I, p. 50-54.

41 C. Bruce Fergusson, « Stewart (“Stuart”) », DBC, t. I, p. 627-628.

42 Ibid.

43 Les récollets perdent ainsi tous les droits et privilèges que le bref apostolique de 1618 leur conférait « pour le temps seulement que [le] frere Joseph Caron & [ses] associez demeurer[ont] dans ces pays de payens & infidelles » (Sagard, Histoire du Canada, livre I, chap. II, éd. Tross, p. 30-31).

44 R. Baudry, « Daniel, Charles », DBC, t. I, p. 255.

45 Sur toute cette période, voir A. Couillard-Després, Charles de Saint-Etienne de La Tour.

46 Voir O. Jouve, « Le père Joseph Leclerc du Tremblay, capucin, et les missions de la Nouvelle-France », BRH, vol. 45, n° 5, mai 1939, p. 129-143, 164-177.

47 Dans son récit, Champlain élude la presque totalité des quatorze années de présence des récollets au Canada. Dans son introduction au cinquième volume des Œuvres (p. vii-viii) de Champlain, Laverdière pose l’hypothèse que les jésuites ont épuré cette édition de toute allusion aux récollets.

48 « Memoire qui [a esté] fait pour l’affaire des Peres Récolletz de la province de St Denis, dicts de Paris, touchant le droit qu’ils ont depuis l’an MDC quinze dans le Quanada sous l’authorité de Sa majesté & mission des Souverains Pontifes sous la faveur desquels ils ont basty un couvent & Esglize à Quebecq & ont célébré la Ste messe en divers autres endroits dudt pays les premiers » (ADY, 1637).

49 Né en 1600 et entré chez les jésuites en 1621, André Richard passa au Canada en 1634 et mourut à Québec le 21 mai 1681 (A. Mélançon, Liste des missionnaires jésuites. Nouvelle-France et Louisiane, p. 66).

50 Relation de 1642, JR, vol. 22, p. 238-244 ; R. Le Blant, « La première Compagnie de Miscou, 1635-1645 », RHAF, vol. 17, 1963, p. 363-370.

51 C. Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, t. III, p. 1559.

52 J. Monet, « Quentin, Claude », DBC, t. I, p. 572.

53 Marie de l’Incarnation, Correspondance, p. 202, n. 3.

54 L. Campeau, « Dolebeau, Jean », DBC, t. I, p. 274.

55 Marie de l’Incarnation, Correspondance, p. 199. Les Micmacs de Miscou avaient été les premiers indigènes rencontrés par Marie de l’Incarnation : voir la lettre du 2 septembre 1639 de Cécile de Sainte-Croix à la supérieure des insulines de Dieppe, dans Marie de l’Incarnation, ibid., p. 954 ; voir aussi Relation de 1639, JR, vol. 15, p. 22.

56 Martin de Lyonne mourut en Acadie le 16 janvier 1661 (C. Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, t. V, p. 234-235 ; L. Campeau, « Lyonne (Lionne, Lyonnes), Martin de », DBC, t. I, p. 488).

57 Vers 1645, Nicolas Denys avait vraisemblablement établi à Miscou un poste fortifié de pêche et de traite et y avait installé quelques colons.

58 Relation de 1647, JR, vol. 32, p. 34-42.

59 Voir R. Baudry, « Charles d’Aulnay et la compagnie de la Nouvelle-France », RHAF, vol. 11, 1957-1958, p. 218-241.

60 « Ordonnance de Monsieur Lefebvre de La Barre qui enjoint au sieur de La Valliere de faire jouir le sieur Le Borgne de Belleisle de sa derniere concession », 22 mars 1683, dans P. Dubé, La Nouvelle-France sous Joseph-Antoine Le Febvre de La Barre, 1682-1685, p. 67-69.

61 « Nicolas Denis et la cie de Miskou. Concession des pays et îles situés entre la grande baie Saint-Laurent, à commencer depuis le Cap Canceaux jusqu’à Cap-des-Roziers », 3 décembre 1653 (AC, C11D, vol. 1, f. 93-94 [ajout en marge : « Concession de la compagnie de la Nouvelle France en faveur du sieur Nicolas Denis »]).

62 Denys avait vraisemblablement été forcé de quitter Chedabouctou, investi par Charles de Conigan.

63 Richard Denys de Fronsac, « Estât du temps que nous advons entreteneu des religieux et prestres [...] », [1688 ou 1689], BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 493.

64 Voir G. Lanctot, Histoire du Canada, vol. 1 : Des origines au régime royal, p. 370-371 ; A. Couillard-Després, Charles de Saint-Etienne de La Tour, p. 428-433.

65 Voir G. Lanctot, op. cit., p. 370-371 ; A. Couillard-Després, op. cit., p. 428-433.

66 « Ordonnance de Monsieur Lefebre de La Barre [...] », 22 mars 1683, dans P. Dubé, La Nouvelle-France sous Joseph-Antoine Le Febvrede La Barre I6S2-1685, p. 67-69.

67 Né en 1614 et mort vers 1676(Dictionnaire de biographie française, t. IX, p. 472), Canger était un adversaire de Nicolas Denys (G. MacBeath, « Denys, Nicolas », DBQ t. I, p. 265).

68 BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 493.

69 AC, C11D, vol. l, f. 122.

70 AC, F3, vol. 6, f. 34v°-35r°.

71 Arrêt du Conseil, 16 avril 1669, АС, С11A, vol. 3, f. 390.

72 Duchesneau, « Copie du contrat de la seigneurie de Percée », 2 novembre 1676, infra, Appendice II, p. 634-636.

73 Nicolas Denys proteste vainement, car son neveu a de solides protecteurs en France (lettres, instructions et mémoires de Colbert, vol. 3, p. 607).

74 Frontenac, lettre au ministre, 2 novembre 1672, AC, C11A, vol. 3, f. 237r°-v°.

75 Talon, mémoire, 1673, AC, C11A, vol. 4, f. 35v°.

76 « Mémoire sur l’estat présent du Canada », AC, C11A, vol. 2, f. 586-587.

77 Le 27 mai 1665, on lit en effet dans [l’« Instruction au sieur Talon, s’en allant intendant dans la Nouvelle-France »(Lettres, instructions et mémoires de Colbert, vol. 3, 2e’ partie, p. 389) : « Ceux qui ont fait les relations les plus fidèles et les plus désintéressées de ce pays ont toujours dit que les Jésuites, dont la piété et le zèle ont beaucoup contribué à y attirer les peuples qui y sont à présent, y ont pris une autorité qui passe au delà des bornes de leur véritable possession, qui ne doit regarder que les consciences. Pour s’y maintenir, ils ont esté bien ayses de nommer l’évesque de Pétrée [Mgr de Laval] pour y faire les fonctions épiscopales, comme estant clans leur entière dépendance ; et mesme jusqu’icy, où ils ont nommé les gouverneurs pour le roy en ce pays-là, où ils se sont servis de tous moyens possibles pour faire révoquer ceux qui avoient esté choisis pour cet employ sans leur participation, en sorte que, comme il est absolument nécessaire de tenir dans une juste balance l’autorité temporelle, qui réside en la personne du Roy et en ceux qui le représentent, et la spirituelle, qui réside en la personne dudit évesque et les Jésuites, de manière toutefois que celle-cy soit inférieure à l’autre, la première chose que le sieur Talon devra bien observer et dont il est bon qu’il ayt en partant d’icy des notions presque entières est de connoistre parfaitement l’estat auquel sont maintenant ces deux autorités dans ce pays et celuy auquel elles doivent estre naturellement. » Voir aussi, le 15 mai 1669, « A M. de Courcelles, gouverneur général du Canada », ibid., p. 451 ; AC, C11A, vol. 2, f. 121-125.

78 Texte original de la lettre de cachet datée du 4 avril et adressée au « Reverend Pere Allait, Provincial des Recollects de la province de Saint Denis », ADY, 57H1.

79 Il écrit à Colbert, le 10 novembre 1670 : « En vérité, Monseigneur il est malaisé de vous exprimer la joye que les peuples ont receu de l’arrivée de ces Pères et je n’affecte rien, quand je dis qu’elle vous a fait bénir partout de les avoir procuré. Je remets au Provincial de vous dire ce qu’il a connu de la contrainte dans laquelle les Canadiens ont cy-devant esté [...] » (P. Margry, Découvertes et établissements, vol. 1, p. 90 ; aussi RAPQ 1930-1931, p. 126-127).

80 Leclercq, FFE, t. II, p. 98.

81 Le 7 avril 1672, dans son « Mémoire au comte de Frontenac », Colbert écrit : « Sa Majesté désire que le sieur de Frontenac ayt beaucoup de considération pour eux ; mais en cas qu’ils voulussent porter l’autorité ecclésiastique plus loin qu’elle ne doit s’estendre, il est nécessaire qu’il leur fasse connoistre avec douceur la conduite qu’ils doivent tenir ; et, en cas qu’ils ne se corrigent pas, il s’opposera à leurs desseins étroitement, sans qu’il paroisse ni rupture, ni partialité, et donnera avis de tout à Sa Majesté, afin qu’elle y puisse apporter le remède convenable » (Lettres, instructions et mémoires de Colbert, vol. 3, p. 537).

82 Lettre de Frontenac à Colbert, 2 novembre 1672, RAPQ 1926-1927, p. 20-21 ; P. Margry, Découvertes et établissements, vol. 1, p. 248.

83 Même si ces concessions les froissent vraisemblablement, les jésuites semblent entretenir de bonnes relations avec les récollets. Ainsi, Claude Dablon (supérieur des jésuites) prononce le sermon lors de la bénédiction solennelle de l’église des récollets et Maupassant (supérieur des récollets) fait, lors de la dédicace de celle des jésuites, le panégyrique de saint François Borgia (Leclercq, PEF, t. II, p. 112-113).

84 Lettre de Frontenac à Colbert, 18 novembre 1673, RAPQ 1926-1927, p. 31 ; RAPQ 1939-1940, p. 220 ; voir aussi « Récit d’un ami de l’abbé de Gallinée », dans P. Margry, Découvertes et établissements, vol. 1, p. 370-371.

85 « Eclaircissement nécessaire pour l’establissement d’un hospice que Sa Majesté nous a accordé dans la haute ville de Quebek », dans Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 207.

86 Selon Frontenac, le supérieur est « un très grand prédicateur » « qui a obscurci et donné un peu de chagrin à ceux de ce pays ci qui ne sont pas assurément si habiles » (lettre à Colbert, 14 novembre 1674, RAPQ 1926-1927, p. 75-76).

87 ANQ, Mélanges Colbert, vol. 171, p. 57.

88 RAPQ 1926-1927, p. 75-76 ; P. Margry, Découvertes et établissements, vol. 1, p. 251.

89 « Louis XIV au comte de Frontenac, gouverneur et lieutenant général du Canada », dans lettres, instructions et mémoires de Colbert, vol. 3, p. 587.

90 Ibid., p. 589.

91 H. Le Febvre, Histoire chronologique de la province des Recollets de Paris, p. 134.

92 Voyant Mgr de Laval peu empressé à instaurer des cures inamovibles, le ministre propose de confier aux récollets les moins rentables (« Lettre du comte de Frontenac à Colbert », [1677], dans P. Margry, Découvertes et établissements, vol. 1, p. 318).

93 Le 22 mars 1677, La Salle concède aux récollets quinze arpents de terre sur le lac Ontario, le droit de chasse et de pêche dans toute l’étendue du lac et des rivières qui en dépendent et l’autorisation de prendre tout le bois qui leur est nécessaire dans l’île de Buade (« Concession faite aux PP. Recollets, par devant Pierre Duquet, notaire royal à Quebec », dans Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 191). Le 12 mai 1678, ils reçoivent la confirmation de leurs concessions(ibid., p. 192-193).

94 Le 15 mai 1669, Colbert rappelle l’intention du roi à Mgr de Laval : « Sa Majesté vous a accordé 6,000 livres de gratification cette année pour vous aider à soutenir les dépenses que vous estes obligé de faire, et particulièrement celles de l’instruction des enfans des sauvages, dont elle désire que vous augmentiez le nombre autant qu’il vous sera possible, n’y ayant rien de plus important pour l’avantage de cette colonie et pour le salut des sauvages, qui est le principal soin de Sa Majesté, que de les joindre à la vie commune des François »(Lettres, instructions et mémoires de Colbert, vol. 3, p. 452). Le 11 février 1671, le ministre écrit à l’intendant : « Travaillez toujours, par toutes sortes de moyens, à exciter tous les ecclésiastiques et religieux qui sont audit pays d’élever parmy eux le plus grand nombre desdits enfans qu’il leur sera possible, afin que, estant instruits dans les maximes de nostre religion et dans nos mœurs, ils puissent composer avec les habitans de Canada un inesme peuple et fortifier, par ce moyen, cette colonie-là » (ibid., p. 518).

95 Leclercq, PEF, t. II, p. 102-103. Le père Potentien « a veu travailler les Sauvages à la journée et cultiver la terre à la manière des François, ce que l’on ne croyoit pas possible de leur persuader » (« Cavelier de La Salle en France », dans P. Margry, Découvertes et établissements, vol. 1, p. 335).

96 La Salle fait construire deux villages, « l’un de douze familles Françoises auxquelles il a fait bastir des maisons et donné des terres toutes défrichées ; l’autre de cent familles de Sauvages [...] qui s’accoustument à la discipline [...]. Tous les François y entendent la sainte messe tous les jours ouvriers et les Dimanches la grande messe, le catéchisme et les vespres. [...] On n’y souffre ny ivrognerie ny désordre, tant parmi les François que parmi les Sauvages » (« Cavelier de La Salle en France », dans P. Margry, ibid.).

97 Frontenac critique la manière des jésuites : « […] on aura beau les [Amérindiens] baptiser, tant qu’ils conserveront leurs mœurs et vivront avec les autres Sauvages, ils quitteront à leur première fantaisie, comme on l’a veu tant de fois, leurs véritables femmes par divorces ordinaires parmy eux, leurs demeures, les missionnaires et la religion, ce qui n’arriveroit pas s’ils s’accoustumoient à nostre langage, à nostre manière de vivre, à nos loix et à nos mœurs. Mais ces Messieurs s’y sont toujours opposez, et par l’ignorance où ils les tiennent de nostre langue et de nos usages leur font croire tout ce qui leur plaist [...]. » Ainsi, selon Frontenac, ils auraient « fait changer de demeure aux Iroquois de la prairie de la Madelaine, où ils estoient trop près, à leur gré, des habitations Françoises » (« Lettre du comte de Frontenac à Colbert », [1677], dans P. Margry, ibid., vol. 1, p. 319-320).

98 Le roi avait précisément accordé sous le nom de Pierre Denys « une lieue de terre à prendre de l’Isle Persée sur le bord de la mer tirant vers le passage de Canseau et autant de profondeur dans les terres et depuis ladite Isle du costé de l’ance de Gaspé, les terres qui se trouvent entre les deux. La Baye des Morues et l’ance Saint Pierre comprise jusques à demye lieue entrant dans la Baye de Gaspé » (Duchesneau, « Copie du contrat de la seigneurie de Percée », 2 novembre 1676, infra, Appendice II, p. 634).

99 Hilarion Guenin, qui quitte vraisemblablement Trois-Rivières en novembre 1671 et accompagne la famille Denys à l’île Percée à Tété 1672, car il est le seul, avec Exupère Dethune, à ne pas signer la renonciation aux anciennes terres des récollets, le 27 septembre 1672 ; d’autre part, Chrestien Leclercq le donne comme compagnon d’Exupère Dethune dans la mission(infra, p. 217).

100 Voir infra, p. 403, n. 109.

101 Infra, p. 391-392.

102 Situé « de douze à quinze lieuës de l’Isle Percée », dans la baie de Saint-Laurent. Le sieur Hénaut de Barbaucannes y cultive la terre et Richard Denys de Fronsac en est le seigneur propriétaire(ibid., p. 360). Leclercq y hiverne en 1677 (ibid., p. 446).

103 Pendant l’hiver 1677-1678, Leclercq s’arrête d’abord à la maison fortifiée de Denys de Fronsac avant de rejoindre les Porte-Croix (ibid., p. 356, 377-378).

104 Le 21 août 1677, une ordonnance de l’intendant Duchesneau confirmait les concessions faites à Nicolas Denys et son titre de gouverneur et lieutenant général pour le roi « en la grande baie de Saint Laurent & Isles adjacentes », de même que son monopole de la traite avec les Sauvages de la région (AC, C11D, vol. 1, f. 145).

105 « Les guerres nous fist separer tous nos religieux et prestres dont nous fusmes quelques temps sans en avoir que par intervalle jusques à ce que les recollets viennent à Kebecq » (BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 493).

106 Infra, p. 390-392.

107 Ibid., p. 407.

108 La guerre de Hollande, déclarée par la France et l’Angleterre en 1672 et qui, selon les prévisions de Louis XIV, devait durer six semaines, dura plutôt six ans.

109 Il laisse alors l’habitation de l’île sous la gouverne de son frère et d’un récollet, probablement Chrestien Leclercq (« Inventaire de tout ce que j’ay laissez dans l’habitation de l’isle Percée [...] », infra, Appendice II, p. 632-633).

110 Le recensement fait par Denys des installations et du matériel sur place donne une idée assez exacte des déboursés déjà consentis : à l’île Percée et à son annexe de l’anse Saint-Pierre, il y a cent trente arpents de terre prête à labourer, deux magasins, une grange et une étable, trois logis dont l’un avec une chapelle destinée aux « deux Recollets, une grande basse cours avec un jardin bien clos, des vollailles et des bestiaux de touttes sortes, les utils et ustensilles pour touts les metiers necessaires à une colonie, des armes et des vituailles et dix chalouppes avec la plus part de leurs agrets » (« Memoire pour l’establissement de la pesche sedentaire de l’isle Percée [...] », ibid., p. 637).

111 Ibid., p. 636-640.

112 Situé sur la côte atlantique, dans le Maine actuel, à deux cent cinquante kilomètres à l’ouest de la rivière Sainte-Croix, Pentagouët occupe une position stratégique importante, comme le note M. Trudel : « De ce point, on pouvait contrôler la navigation entre l’Acadie et Boston, mais surtout on détenait l’accès à un territoire à fourrures : par la rivière, on communiquait avec le bassin de la rivière Kennebec et, de là, avec celui de la Chaudière d’où l’on descendait le Saint-Laurent. En outre, à condition d’avoir les forces militaires suffisantes, on pouvait s’assurer tout le littoral jusqu’à la baie de Casco, à l’embouchure de la Kennebec, soit une centaine de kilomètres plus à l’ouest [...] »(Histoire de la Nouvelle-France, t. IV : La Seigneurie de la Compagnie des Indes occidentales, p. 619). Malgré sa position excentrique, « à plus de 300 kilomètres de son centre naturel (Port-Royal) et à 250 kilomètres de tout point de peuplement français », Pentagouët est pourtant considéré à cette époque « comme la capitale de l’Acadie »(ibid.).

113 Frontenac, lettre au ministre, 14 novembre 1674, RAPQ 1926-1927, p. 73-74. Frontenac avait appris la nouvelle, à la fin de septembre, par des Amérindiens envoyés par Chambly, qui venait de succéder au gouverneur Hector d’Andigné de Grandfontaine.

114 Denys de Fronsac laisse entendre qu’il ne fut pas le seul cordelier à œuvrer dans la région : « En 1667 nous eusmes des cordeliers et prestres qui nous ont point quitté quejusques en 1671 que je commencé à commender. Les guerres nous fit separer tous nos religieux et prestres [...] » (BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 493).

115 D’après O. Jouve, le père Moireau dessert Port-Royal en 1674, succédant au père Laurent Molins, cordelier, qui est arrivé à Port-Royal en 1668 avec Morillon du Bourg, envoyé par Louis XIV pour reprendre possession du pays (« Père Laurent Molins », DBR, p. 716-719).

116 Ibid., p. 709.

117 A l’automne de 1674, alors qu’il termine son triennat à Trois-Rivières, Claude Moireau reçoit une obédience pour l’Acadie (O. Jouve, Aux Trois-Rivières, p. 23). L’année suivante, de retour à Québec, Mgr de Laval approuve l’autorisation donnée par M. Dudouyt (AAQ Registre A, n° 108, f. 92). Le 2 septembre 1678, le sieur de La Vallières et sa femme accordent aux récollets six arpents de terre dans la seigneurie de Beaubassin, sur la rivière Brouillée (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 191-192). Claude Moireau y fait construire une petite maison et une chapelle. La Vallière avait épousé Marie Denys, fille unique de Nicolas Denys.

118 La Vallière rejoint Jacques Bourgeois, installé avec ses fils et ses gendres depuis 1672, à Beaubassin, où il a construit un moulin à farine et un moulin à scie (C. Cormier, « Bourgeois, Jacques (Jacob) », DBC, t. II, p. 98).

119 « Instruction que le Roy veut estre mise ès mains du sieur de La Barre choisy par Sa Majesté pour gouverneur et son lieutenant en la Nouvelle France », 10 mai 1682, dans P. Dubé, La Nouvelle-France sous Joseph-Antoine Le Febvre de La Barre 1682-1685, p. 32-43.

120 Anonyme, « Mémoire sur l’estat present de la Coste de l’Acadie », 1684, C11D, vol. 1, f. 181-182. Le recensement de Tannée 1683 mentionne six cents âmes pour l’Acadie(ibid.).

121 AC, C11A vol. 6, f. 191r°.

122 « Memoire touchant le Canada et l’Acadie », 1684, AC. F3, vol. 2, f. 214r°-v°.

123 4 novembre 1683, АС, С11A, vol. 6, f. 189v°.

124 [Riverin], « Memoire à Messieurs les Interressez en la societté en commendite de la ferme et commerce de Canada, sur les moyens d’empescher les fraudes du castor », 15 novembre 1683, dans P. Dubé, op. cit., p. 118-119.

125 Le 9 mai 1683, Jean Dudouyt écrit à М de Laval : « Messieurs de la Compagnie ont envoyé le sieur Chevallier cy devant secretaire de Monsieur du Chesneau avec deux autres à l’isle Percée pour empescher la diversion du castor ce qui a donné lieu à Monsieur Gitton d’aller declarer audit sieur Chevallier qu’il y a deux barques envoyés du nort qui doivent apporter pour vingt mille escus de castor à l’isle Percée, c’est pour en eviter la confiscation. Messieurs de la Compagnie ont bien veu qu’il se divertissoit du castor par l’isle Percée et c’est pour quoy ils y ont envoyé » (ASQ, Lettres N, n° 70, f. 3). Le 28 mai, Dudouyt revient sur le sujet : « Messieurs de la Compagnie ont envoyé Chevallier secretaire de Monsieur du Chesneau à l’isle Percée pour empescher la diversion du castor ce que Gitton ayant sceu il a été à la Rochelle luy faire declaration que les deux barques du nord devoient aporter à l’isle Percée pour soixante mille livres de castor, c’est pour en eviter la confiscation le navire de Gitton le devoit charger et à ce qu’on dit porter en Hollande » (lettre à М de Laval, ASQ, Lettres N, n° 71, f. 3).

126 « À la rivière du Loup et au Bic, il y a plusieurs îles et îlets pleins de rochers et batures fort propres pour la pesche des loups marins et du saumon. Dans la baie du Bic, des Sauvages de la baie des Chaleurs et de l’Acadie viennent y faire la pêche du loup marin et celle du saumon » (La Barre, « Proces verbal », 20 mai 1684, AC, С11A, vol. 6, f. 252).

127 [Riverin], « Memoire à Messieurs les Interressez en la Societté en commendite de la ferme et commerce de Canada, sur les moyens d’empescher les fraudes du castor », 15 novembre 1683, dans P. Dubé, op. cit., p. 116-117.

128 « Mémoire concernant le commerce des pelleteries et la ferme », 1684, ibid., p. 121-125.

129 La Barre, lettre au roi, 14 novembre 1684, ibid., p. 268.

130 Il pourrait s’agir d’un fort ou d’un navire.

131 G. MacBeath, « Joybert de Soulanges et de Marsan, Pierre de », DBC, t. I, p. 410-411.

132 C.-J. d’Entremont, « Serreau (Sarreau) de Saint-Aubin, Jean », DBC, t. II, p. 631-632.

133 Anonyme, « Mémoire sur l’estat present de la Coste de l’Acadie », 1684, AC, C11D, vol. 1, f. 181r°-v°.

134 Les trois seigneuries furent officiellement concédées aux Damours le 20 septembre 1684 (P.-G. Roy, Inventaire des concessions en fief et seigneurie, t. IV, p. 1-2, 57 ; t. VI, p. 65).

135 G. MacBeath, « Damours (d’Amours) de Chauffours, Louis », DBC, t. II, p. 173-174.

136 G. MacBeath, « Damours (d’Amours) de Freneuse, Mathieu », DBC, t. I, p. 253.

137 G. MacBeath, « Damours (d’Amours) de Clignancourt, René », DBC, t. II, p. 174.

138 Le 5 novembre 1680, Nicolas Denys demande à son fils Richard Denys de Fronsac de faciliter le voyage de Clerbaud Bergier, pour instaurer une pêche sédentaire en Acadie (BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 306).

139 La compagnie a pour principaux actionnaires Charles Duret de Chevry, le marquis de Bellinzani, Jossier de La Jonchère, François de Belloy, sieur de Francières, et Lottin de Charny (Challe, Mémoires, p. 377-378).

140 « Nous ne savions où nous fixer lorsque nous arrivâmes à ces côtes, ni en quel endroit nous établir. Bergier ne voulut point aller à Saint-Pierre qui avait autrefois été habité. Sa raison fut qu’il fallait que la terre n’en valut rien, puisque les Jésuites et les Gascons l’avaient abandonnée, et qu’une terre était assurément maudite quand ces sortes de gens n’y trouvaient pas à paître »(ibid., p. 378-379).

141 Lettre du 4 novembre 1683 au ministre Colbert (dans P. Dubé, op. cit., p. 106). L’année précédente, voulant contrer la démarche de Bergier, Jean Dudouyt était déjà intervenu auprès du ministre pour lui faire « voir que cela prejudiçoit grande vient à la religion et à Testât » (lettre à Mgr de Laval, 9 mars 1682, ASQ, Lettres N, n° 61, f. 24-25). Le 28 avril 1683, Dudouyt écrit de nouveau à Mgr de Laval, concernant la pêche sédentaire en Acadie (ASQ, Lettres N, n° 69, f. 3) : « J’ay veu depuis peu Monsieur de Chevry de qui dépend principalement la pesche sedentere qu’on établit à l’Acadie qui m’a dit qu’il n’y prendra que trente hommes cette année, qu’il ne s’y établira point de huguenots, que le sieur Berger marchand de la Rochelle se fera catholique ou qu’on ne luy renvoyera pas. Il n’y aura pas de prestre cette année le sieur Berger a ordre cependant d’y bastir une chapelle pour l’an prochain. Mandez moy de quelle manière vous souhaittés que j’en use au regard du pretre qu’ils envoyeront, ils n’ont pas volonté d’y mettre un recollect ils ayment mieux un pretre si on en avoit un à leur donner ils le prendroient volontiers. »

142 « Canada et Nouvelle France », 1684, dans P. Dubé, op. cit., p. 124.

143 Lettre du roi au gouverneur La Barre, 10 avril 1684, ibid., p. 143-144.

144 Ibid., p. 155-156.

145 « Mémoire sur la domination des François en Canada jusqu’en 1687 », 1687, AC, C11A, vol. 9, f. 288r°.

146 Challe écrit, dans ses Mémoires (p. 380), que cinq barques furent prises et amenées à La Rochelle et que « la meilleure fut vendue douze cents francs ».

147 P. Dubé, op. cit., p. 268.

148 De La Rochelle, le 8 mai 1685, Denonville écrit au ministre, avant de s’embarquer pour le Canada : « J’ay apris icy que Monsieur de La Barre a donné des paspors aus Anglois pour pescher sur nos costes d’Acadie où on leur a pris des barques ce qui a causé quelques pleintes de leur part. § Comme je ne pretens rien faire qui vous puisse estre desagreable et contraire au servisse du Roy, je vous suplie tres humblement et instemmant de me faire sçavoir si c’est l’intention que le Gouverneur de Canada donne ces paspors et si c’est de vostre gré qu’ils ont esté donnés » (AC, C11A, vol. 7, f. 23v°). Un paragraphe du « Memoire sur la domination des François en Canada jusqu’en 1687 » laisse même supposer une entente formelle : « Par un mémoire du Chevalier de Grand fontaine il paroist qu’il fut fait un traitté avec le Chevalier Temple gouverneur de Baston et les gens du Conseil dans lequel il y avoit un article qu’un Anglois ne feroit la traitte des pelleteries ny la pesche des morües dans les costes appartenant à Sa Majesté sans un congé expres du commandant du pays » (AC, C11A, vol. 9, f. 288r°).

149 Dans ses Mémoires (p. 379-380), Robert Challe, un des participants à l’entreprise, écrit : « Son action ne fut point approuvée, quoique apparemment il eût ordre de la faire, ne pouvant croire qu’il eût osé faire une pareille entreprise de son seul mouvement. »

150 Lettre de Dudouyt à Mgr de Laval, 24 mai 1684 (ASQ, Lettres N, n° 79, f. 8).

151 Le 11 mars 1684, l’abbé Dudouyt écrit à Mgr de Laval : « Le sieur Berger qui a la direction de l’etablissement de la pesche sedentaire de l’Acadie a fait abjuration entre les mains du pere de la Chaize [...] » (ASQ, Lettres N, n° 77, f. 6).

152 Richard Denys de Fronsac, « Estat du temps que nous advons entreteneu des religieux et presti es [...] », [1688 ou 1689], BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 493.

153 Dans sa relation non datée, l’abbé Thury confirme lui-même les dires de Fronsac (AAQ, 312 CN, Nouvelle-Écosse, vol. 1, f. [19-20]).

154 ASQ, Lettres M, n° 1, f. [8].

155 Lettre de Mgr de Saint-Vallier à Mgr de Laval, 16 juillet 1685 [de l’île Percée], AAQ Copies de lettres, vol. 2, f. 1.

156 Denonville, lettre au ministre Seignelay, 20 août 1685, AC, C11A, vol. 7, f. 52.

157 En 1684, après que les Iroquois eurent pillé les canots des Français, attaqué le fort Saint-Louis des Illinois et harcelé les peuples alliés, La Barre réunit ses troupes et mobilisa les garnisons des Grands Lacs. Prêt à faire la guerre, il signa plutôt la paix avec les Iroquois à l’anse à La Famine. Le traité, qui exigeait le départ immédiat des troupes françaises, n’incluait pas les Illinois avec qui les Iroquois refusaient de faire la paix. Le roi blâma La Barre et le rappela en France dès l’année suivante (P. Dubé, op. cit., p. 19-25, 188-239).

158 Seignelay, « Instruction que le Roy veut estre remise entre les mains du sieur de Denonville [...] », 10 mars 1685, AC, B, vol. 11, f. 87v°-88r°.

159 Lettre de Dudouyt à Mgr de Laval, 14 mai 1684, ASQ, Lettres N, n° 79, f. 6.

160 « Concession des sieurs Denis aux prêtres du Séminaire de Québec. Missions en Acadie », AC, C11D, vol. 1, f. 188-191r°. Le document est signé par Denonville, de Meulles, Denys de Fronsac, Saint-Vallier, H. de Bernières, Charles Glandelet, Boutteville, Senard. Voir aussi ANQ Genaple, 4MOO-2083.

161 Lettre de Mgr de Laval au Séminaire, 1685, AAQ, Copies de lettres, vol. 1, f. 273-274.

162 « J’ay employé tous les Recollets qui sont icy mais ce secours est trop petit pour en donner en tant de lieux qui en manquent, outre que j’ose dire à vostre Majesté que nous avons besoin de gens qui fassent travailler à des Eglises et à des presbytères, et qu’il faut pour cela n’estre pas occupé à ses propres besoins comme le sont ces Religieux » (AAQ, Copies de lettres, vol. 2, f. 24).

163 « Estat de la Mission des PP. Recolets de Canada, Par le R. P. Ferdinand Coissaird », dans Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 216-219.

164 Ibid., p. 219. Parlant des récollets envoyés au Canada à cette époque, La Tour écrit : « La Province de Paris regardoit cette Mission éloignée comme une espèce de décharge, où l’on envoyoit, pour les punir ou pour s’en débarrasser, ceux dont on n’étoit pas satisfait »(Mémoire sur la vie de Monseigneur de Laval, p. 205). Mgr de Saint-Vallier est réticent à leur confier des missions parce que, comme les autres prêtres venus de France, ils s’acclimatent difficilement (AAQ Copies de lettres, vol. 2, f. 21).

165 Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 219.

166 Infra, p. 395 ; voir aussi p. 397 : « Vous n’ignorez pas, mon tres cher Pere, que nos Missions ne sont que de purs amusemens, si l’on ne se fixe pour quelques années dans les principales, à cause de la diversité des langues : il faut deux ou trois ans à un religieux auparavant qu’il soit bien en état de se faire entendre : & s’il faut le changer aprés cela, nous travaillerions inutilement, nous serions des Missionnaires de nom, & non pas d’effet. »

167 Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 219.

168 Depuis que le roi les a appelés, en 1670, pour assurer la liberté de conscience de la population, les récollets « ont cent fois déclaré depuis dans leurs discours & dans leurs écrits qu’ils étoient les martyrs de cette liberté, & que c’étoit là l’unique source des persécutions qu’ils souffroient » (La Tour, Mémoire sur la vie de Monseigneur de Laval, p. 200). Dans les circonstances, doit-on se surprendre du peu d’enthousiasme manifesté pour une mission aussi inhospitalière ? Dans le mémoire de 1685, l’auteur reproche à la province le peu de religieux qu’elle envoie en Nouvelle-France : « ce qui est la plus grande honte que puisse recevoir l’Ordre de Saint-François, de voir une grande maison sans religieux »(Histoire chronologique de lu Nouvelle France, p. 216).

169 Le père Le Tac inscrit et signe un dernier acte dans le registre paroissial le 29 septembre 1682. Dorénavant, le clergé séculier dirigera la paroisse, suivant la volonté de l’évêque ; le père Le Tac y remplit le rôle d’auxiliaire pendant une dizaine de mois avant de rentrer à Québec à la fin de 1683 (O. Jouve, Aux Trois-Rivières, p. 27).

170 L’abbé Thury s’établit temporairement à Miramichi de 1685 à 1687 et à Pentagouët (Custine, Maine) de 1687 à 1695. En 1698, Mgr de Saint-Vallier le nomme vicaire général et supérieur général des « missions sauvages » de l’Acadie (H. Provost, Le Séminaire de Québec, p. 423-424).

171 Archives des franciscains de Montréal, « Correspondance de Monsieur Tronson », vol. 13, p. 396.

172 La mission du fort Frontenac perdit son impulsion au moment où La Salle entreprit la découverte de l’embouchure du Mississipi et se fit accompagner de quatre récollets en 1679. Il ne resta plus au fort que le père Buisset qui parlait iroquois ; le père Wasson, qui le remplaça, ne le parlait pas.

173 Le 26 avril 1685, Dudouyt écrit au Séminaire : « il est agé et paroist ne vouloir pas de brouilleries » (ASQ Lettres M, n° 1, f. 8). Nouveau venu, le supérieur ignore tout de la situation dans laquelle se débattent les récollets et pourtant il prend seul une décision qu’il aurait dû soumettre au chapitre.

174 Une lettre de Mgr de Saint-Vallier au père de La Chaise montre que les jésuites ont pris part à toutes les décisions de l’évêque et du gouverneur nouvellement arrivés (AAQ Copies de lettres, vol. 2, f. 30-32).

175 Dès le printemps suivant, le roi demandera des explications au gouverneur (lettre du roi à Denonville, 31 mai 1686, AC, B, vol. 12, f. 28r°), qui répondra le 10 novembre 1686 : « J’ay crû qu’il ne convenoit pas que le Roy payast la subsistance de deux ecclesiastiques dans un petit lieu comme celuy de Cataracoüy, le bon Pere Recollect qui y estoit lorsque j’y mis le Pere Milet Jesuite peut dire que je ne luy dis pas d’en sortir, surtout que le bon Pere ayant ordre de son superieur d’y rester, il sçait qu’il ne tenoit qu’à luy d’y demeurer dans leur maison qui est à un petit demy quart de lieüe du fort, il dira sans doute qu’il n’en partit que parce qu’il estoit moribond, et qu’il voyoit bien qu’il n’y pouvoit vivre si le Roy ne le nourrissoit, ce que je n’ay pas crû devoir faire sans vostre ordre y estant inutile au service de Sa Majesté parce qu’il ne sçait pas deux mots de la langue iroquoise, c’est un fort homme de bien qui ne disconviendra pas de cecy » (AC, C11A, vol. 8, f. 131).

176 En 1685, Mgr de Saint-Vallier écrit au père de La Chaise : « Nous avons envoyé un de vos Peres nommé le Pere Millet [jésuite] au chateau de Cataracoui ; quelle peine cela ne leur a-t-il pas fait [aux récollets], mais outre notre satisfaction particuliere il s’y agissoit du service du Roy puis qu’il est important que nous ayons dans ce pays là un missionnaire qui sçache la langue des Iroquois et qui puisse nous rendre compte de leurs demarches. Nous avons aussi renvoyé un de vos Peres au fort des Illinois dont il estoit descendu par la crainte qu’il avoit que Monsieur de la Salle n’y arrivast bientost, mais comme on y voit encore aucune apparence, que Monsieur Tonti qui y commande aussy bien que Monsieur de la Forest qui y va cette esté sont des gens fort raisonnables, Monsieur le Gouverneur et moy les avons engagé de remander un Jesuite qui s’y en retourne. La dependance dans laquelle vous avez mis tous les missionnaires de Canada de la jurisdiction de l’Evesque produit desja ce bien là mon reverend Pere » (AAQ, Copies de lettres, vol. 2, f. 34).

177 Lettre au ministre, 28 septembre 1685, АС, С11A, vol. 7, f. 144v°.

178 « Dans tout ce continent les mourues ne se font que vers la fin de juin [...] » (АС, С11A, vol. 122, f. 327).

179 « Estat de la Mission des PP. Recolets de Canada », dans Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 216.

180 « Requeste des habitans de l’île Percée à Richard Denis sieur de Fronsac [...] », [1684 ou 1685], infra, Appendice II, p. 644-645.

181 « Concession d’une terre par Denis à Vincent Chateignier dit Lepine dans l’habitation de Percé », 14 septembre 1685, ibid., p. 645-647. Rien ne laisse supposer que les autres demandeurs obtinrent semblable contrat.

182 « Copie du contrat de la seigneurie de Percée », 2 novembre 1676, ibid., p. 634-636.

183 « Requete de Simon Denys de Bonaventure », 1686, ibid., p. 654-655.

184 Le 13 mai 1686, à Port-Royal, l’intendant signe une ordonnance confirmant la possession des terres appartenant à Alexandre Le Borgne de Belle-Isle (AC, C11A vol. 8, f. 222r°-v°)

185 De Meulles, « Memoire sur l’isle Percée », 1686, infra., Appendice II, p. 648-649.

186 Des fouilles archéologiques (1990-1993 et 1998) montrent qu’entre 1584 et 1637 environ des Basques venaient dans l’estuaire du Saint-Laurent chasser le phoque et la baleine, dont ils faisaient fondre les huiles dans des fours sur l’île aux Basques, située à cinq kilomètres au large de Trois-Pistoles et à deux cent cinquante kilomètres à l’est de Québec. Voir L. Turgeon, « Sur le littoral du Québec [...] », dans D. Guillemet et J. Peret, dir., Les Sociétés littorales du Centre-Ouest atlantique, de la préhistoire à nos jours, p. 165-186.

187 Lettre de Denonville au ministre, 13 novembre 1685, AC, C11A, vol. 7, f. 95v°-96r°.

188 AC, C11A, vol. 8, f. 257-261.

189 De Meulles, « Memoire sur la baie de Chedabouctou », 1686, AC, C11A, vol. 8, f. 230-233.

190 1686, AC, C11A, vol. 8, f. 254-255.

191 AC, C11A, vol. 7, f. 185r°-v°.

192 De Meulles, « Beau Bassin ou Chignictou et la baye Verte », 1686, AC, C11D, vol. 2, f. 49v°-50r°.

193 AC, C11A, vol. 8, f. 223-224.

194 Le 13 novembre 1685, Denonville écrivait à Seignelay : « il y a bien des choses à y regler car tout y est en confusion, beaucoup de desordres avec les Sauvages qui se plaignent qu’on leur enleve leurs filles » (AC, C11A, vol. 7, f. 96r°).

195 A.-T. Caron, De Québec en Acadie, p. 1, 20-21.

196 Ibid., p. 17-18.

197 « Il était important », écrira plus tard Mgr de Saint-Vallier, « que je visse moy-même en quel état étoit la petite Mission qu’on y avoit commencée durant l’hyver »(Estat present de l’Eglise, p. 85). Il décrira ainsi le lieu visité : « Miramichy est un lieu fort agreable sur la riviere de Manne, à une lieuë de celle de Sainte Croix ; il y a un petit fort de quatre bastions formez de pieux, & dans ce fort une maison où Monsieur de Fronsac fait sa demeure. Près de là est un lieu qu’on appelle en langage du païs Skinoubondiche, & nous avons pris aux environs les trois lieuës que M. Denis nous a données pour nôtre Mission. Monsieur Thury [...] a resolu d’y faire nôtre premier établissement, (qu’on espere devoir être suivi de quelques autres si les fonds necessaires ne nous manquent pas) [...] »(ibid., p. 85-86).

198 Estat present de l’Eglise, p. 93-97. Le mémoire intitulé « Description abregée de l’Acadie [...] » compte plutôt à Beaubassin « vingt familles, faisant nombre de cent vingt personnes » ([1688], AC, C11D, vol. 2, f. 91r°).

199 Moireau y confère un dernier baptême le 20 mai 1686 (AAQ, Série U, Registre A, Acadie, f. 12-13). Il remplacera l’abbé Thomas Morel sur la côte sud, particulièrement à Cap-Saint-Ignace et à L’Islet (« Estat des cures du Canada en 1686 », ASQ, Polygraphie 22, 22A, f. 9).

200 AAQ Série U, Registre A, Acadie, 1A, 15 f.

201 Estat present de l’Eglise, p. 110-111.

202 « Instructions pastorales données au P. Joseph Denys pour l’exercice de son ministère à l’Isle Percée. 4 septembre 1686 » (Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle, France, p. 233-236). Le document, signé « Saint-Vallier », avait été rédigé par l’abbé Claude Trouvé, qui avait accompagné le coadjuteur dans son périple en Acadie.

203 Infra, p. 167. À Percé, dans une lettre circulaire datée du 4 août 1686, l’évêque invite les habitants à contribuer à l’établissement d’une église correspondant à leurs besoins (AAQ, Registre des insinuations ecclésiastiques, f. 269-270). Cette date est sans doute erronée, car Mgr de Saint-Vallier est encore à Port-Royal le 26 juillet.

204 Leclercq, PEF, t. II, p. 127.

205 Denonville, lettre au ministre, 10 novembre 1686, AC, C11A, vol. 8, f. 143v°-144r°). Denonville exagérait-il quand il écrivait au ministre « qu’il n’y a presque plus de Sauvages, et qu’ils sont crevés pour la pluspart des debauches d’eau de vÿe » (AC, C11A, vol. 8, f. 129v°) ?

206 Richard Denys de Fronsac avait consenti à vendre aux prêtres du Séminaire de Québec l’établissement de la rivière Sainte-Croix pour assurer l’installation rapide de l’abbé Thury. Le 16 octobre 1686, devant le notaire Genaple, il concluait le contrat de vente pour la somme de cent louis, monnaie de France ; il cédait la maison et une partie de son contenu, ainsi que les terres, clôtures, bâtiments et autres dépendances se trouvant « dans l’espace des trois lieues », prises également de chaque côté de la rivière Sainte-Croix et que Mgr de Saint-Vallier avait lui-même choisies, lors de sa visite, sur les conseils de l’abbé Thury (« Vente de l’habitation du sieur de Fronsac, riviere Sainte Croix à Messieurs du Seminaire de Quebec », ANQ François Genaple, 27 décembre 1685 - 22 février 1690, n° 458).

207 ASQ, Lettres O, n° 1, f. 7-8.

208 Dans la même lettre, le procureur met en doute la réalisation du projet : « Je ne sçay pas encorre si le marché de M. de Saint Vallier avec Richard Denis tiendra, je croy plus probablement que non. La mission de Pentagoy est bien plus avantageuse, et M. de Saint Castin fourniroit une bonne partie de la depense du prestre, Monseigneur vous entretiendra sur cela. »

209 Lettre de Dudouyt au Séminaire, mars 1687, ASQ Lettres M, n° 2, f. 1-4.

210 Anonyme, Histoire chronologique de la Nouvelle France, p. 230-232.

211 « Memoire sur la domination des François en Canada jusqu’en 1687 », 1687, AC, C11A, vol. 9, f. 289v°-290r°.

212 Voir L. Lamontagne, « Troyes, Pierre de », DBC, t. I, p. 668-669.

213 Voir G. Cerbelaud-Salagnac, « Abbadie de Saint-Castin, Jean-Vincent d’, baron de Saint-Castin », DBC, t. II, p. 4-7.

214 L’expédition secrète a quitté Montréal le 10 juin pour revenir le 13 août suivant, après avoir brûlé sur son passage les champs, les villages et les récoltes. Les Tsonnontouans se réfugient dans les quatre autres villages iroquois. Denonville revient avec quelques prisonniers iroquois destinés aux galères du roi (« Memoire du voyage pour l’entreprise de M. le Marquis de Denonville contre les Sonontouans ennemis de la colonie, selon les ordres du Roy. Par le mesme M. de Denonville », octobre 1687, AC, C11A, vol. 9, f. 104-120V° ; voir aussi Lahontan, Nouveaux Voyages, dans Œuvres complètes, p. 344-357).

215 Denonville, « Memoire de l’estat present des affaires de Canada sur la guerre des Iroquois du 27e octobre 1687 », 16juin 1687, AC, C11A, vol. 9, f. 122v°-123r°.

216 AC, B, vol. 15, f. 7v°

217 8 mars 1688, AC, C11A, vol. 10, f. 38r°-V° ; aussi B, vol. 15, f. 29v°-30r°.

218 AC, B, vol. 15, f. 7v°.

219 Denonville, lettre au ministre, 8 mai 1686, AC, C11A, vol. 8, f. 9v°.

220 Denonville, lettre au ministre, 10 août 1688, AC, C11A, vol. 10, f. 74.

221 Gabriel Gaultier, mémoire à Denonville, 18 octobre 1688, AC, C11A, vol. 10, f. 28-29.

222 Voir le récit de la prise de Chedabouctou dans les Mémoires (p. 388-389) de Challe, qtii considère la destruction de l’établissement comme la revanche des Anglais pour la capture de leurs barques en 1684 : « Si Bergier ne nous avait pas brouillés avec les Anglais, Chedabouctou aurait pu se soutenir »(ibid., p. 391).

223 Andros avait remplacé Dongan au moment de la jonction des gouvernements de Boston et de New York.

224 Avant d’attaquer Chedabouctou, les Anglais « vinrent à Canceau, qu’on ne les attendait nullement, prirent les vaisseaux qu’ils y trouvèrent dont trois appartenaient à la Compagnie, arrêtèrent tout le monde » (Challe, Mémoires, p. 388).

225 « Memoire de l’estat present des affaires de ce pays depuis le dixiéme aoust 1688 jusqu’au dernier octobre de la mesme année », AC, C11A, vol. 10, f. 102r°.

226 Ibid.

227 Mgr de Saint-Vallier avait reçu, dans la contestation, ses bulles du pape Innocent XI le 7 juillet 1687 et il avait été sacré évêque le 25 janvier 1688.

228 Lettre de M. de Brisacier à Mgr de Laval, 20 mai 1689, ASQ, Lettres N, n° 93, f. 5.

229 Dans son Estat present de l’Eglise (p. 18-19), publié en 1688, Mgr de Saint-Vallier écrivait déjà : « Il y a douze ou quinze Religieux de bonne volonté, toujours prêts à aller par tout où il plaît à l’Evêque de les envoyer. J’ai sujet de me louer d’eux dans les emplois que je leur ay commis. Il y a lieu d’esperer que, comme on leur envoyera toujours de France des sujets bien conditionnez, & des Gardiens aussi prudens & moderez, que l’est celuy qui est à present à leur tête, nous vivrons bien ensemble. » Cette année-là, douze des dix-huit récollets recensés au pays (ANQ, G1 461) exercent leur ministère.

230 Mgr de Saint-Vallier utilise les récollets pour remplacer les desservants réguliers du diocèse (N. Baillargeon, Le Séminaire de Québec, p. 22-25, 32).

231 Avant d’être érigée en paroisse par Mgr de Saint-Vallier, Plaisance était une simple mission. Le 23 avril 1689, le prélat adresse au commissaire Séraphin Georgemé les lettres patentes pour l’établissement des récollets et les autorise à fonder un hospice ou un couvent, à recevoir les aumônes du roi, les dons de charité et les dîmes. Il leur cède en outre, pour le temps de leur résidence, la chapelle déjà construite, les vêtements sacerdotaux et les vases sacrés (AAQ, Registre A, f. 481).

232 Lettre de Denonville au ministre, 1688, AC, C11A, vol. 10, f. 104v°-105r°.

233 Richard Denys de Fronsac écrit : « [Mgr de Saint-Vallier] n’a rien voulu faires disant qu’il auret le tout sans rien payer sy bien que leur missionnaire n’a demmeuré que jusques en 1688 au commencement de laditte année. Sy bien que tout compté il n’a faict qu’aller et venir le tout à mes despents et nous sommes presentement sans prestres » (« Estat du temps que nous advons entreteneu des religieux et prestres [...] », [1688], BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 493-494).

234 « Annulation du contrat d’achat de la residence de Sainte Croix passé entre Denys de Fronsac et le Seminaire de Quebec », 6 mai 1690, ANQ François Genaple, [n° 458] ; on trouve le document classé au dossier du 16 octobre 1686.

235 Le père Simon-Gérard de La Place œuvrait vraisemblablement parmi les Malécites de Médoctec, à l’été de 1688(JR, vol. 1, p. 15).

236 « État des requêtes faites au ministre par Richard Denis », [1689], BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 334.

237 Richard Denys de Fronsac, mémoire à Seignelay, [1689](ibid., f. 624) et « Estatdu tempsque nous advons entreteneu des religieux et prestres [...] », [1688] (ibid., f. 493-494).

238 Mémoire de Duchesne à M. Denis, 16 mars 1689, ibid., f. 335-337.

239 Le 27 mars 1689, Denys de Fronsac écrit de La Rochelle à Cabart de Villermont : « Monsieur j’oze bien vous prier d’estre mon adjuvand il n’y a personne au monde qui sçache mieux nous deffendre que vous ainsy estant sur vostre protection et sur selle de Monsieur l’abbé Bernou j’espere que par les satisfactions qu’aurons mes protecteurs de ma conduitte et du zele que j’ay d’y sacrifier mes paines et mes soins que vous ne m’abandonnerez pas » (ANQ, Extraits de divers fonds, vol. 22800, f. 222-223). Jointe dans la même enveloppe, une lettre pour Bernou ne nous est pas parvenue.

240 Champigny, « Reglement et limitation de concession pour Nicolas Denys à Miramichy à l’Acadie », 18 avril 1690, Registre des Insinuations du Conseil souverain, cahier B, 1679-1705, f. 103v°-104 ; voir aussi, à la date du 16 mars 1691, « Brevet de confirmation de ladite concession », ibid., f. 104. A titre posthume, Nicolas Denys obtient l’exécution de « l’Arrest du conseil du Roy du dix septieme avril [mil six cent] quatre vingt sept » en compensation pour les terres prélevées de son domaine et cédées à Clerbaud Bergier. Fronsac obtient donc à titre d’héritier une des plus considérables concessions accordées au pays : un domaine de quinze lieues carrées à Miramichi.

241 Lettre de Denys de Fronsac à Cabart de Villermont, ANQ Extraits de divers fonds, vol. 22800, f. 222-223.

242 « Société entre Richard Denys de Fronsac et David Masson, bourgeois de Saint-Martin de Rhé pour la pêche », [1689], BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 623. Le bâtiment nommé Le Change est commandé par Robert Sauvage de Saint-Martin.

243 En 1690, la population totale des colonies anglaises dépasse 160 000 habitants ; celle du Canada (10 700) n’atteint même pas celle de la colonie de New York (14 000).

244 Le 5 août précédent, mille cinq cents guerriers iroquois ont jeté la terreur en fondant sur Lachine où ils ont brûlé une soixantaine de maisons, tué vingt-quatre colons et fait au moins cinquante prisonniers. Une nouvelle incursion de cent cinquante Iroquois frappe La Chesnaye et l’île Jésus le 13 novembre 1689 ; plusieurs habitants sont tués et presque toutes les habitations sont saccagées et brûlées jusque près des forts (lettre de Frontenac au ministre, 17 novembre 1689, АС, С11A, vol. 10, f. 207r°).

245 Lettre de Champigny au ministre, 16 novembre 1689, AC, C11A, vol. 10, f. 246r°. Pour Frontenac, prendre Manatte, c’est maîtriser non seulement la ville mais toute la colonie de New York : « si Manathe était une fois entre nos mains il faudrait nécessairement qu’Orange [Albany] et tout le pays de la Nouvelle-York tombât, comme il serait arrivé du Canada si les Anglais se fussent rendus maîtres de Québec, qui est toute la communication de ce pays, comme Manathe l’est de l’autre » (« Lettre du gouverneur de Frontenac au Ministre », RAPQ 1927-1928, p. 43).

246 « Memoire du Chevalier de Callieres sur l’estat present du Canada. À Monseigneur le Marquis de Seignelay », 8 novembre 1689, AC, C11A, vol. 10, f. 283-285v° ; voir aussi « Observations sur l’estat des affaires de Canada, au depart des vaisseaux le 18 novembre 1689 », AC, C11A, vol. 10, f. 321r°.

247 Pour ne pas « augmenter presentement la depense », elle ordonne plutôt de « maintenir ce pays par une vigoureuse deffense en harcelant les ennemis, avec les trouppes qui y sont, par les habitans et par le moyen des Sauvages amis, et des postes qui restent »(ibid.).

248 Lettre de Champigny au ministre, 16 novembre 1689, AC, C11A, vol. 10, f. 247r°.

249 Lettre de Frontenac au ministre, 30 avril 1690, AC, C11A, vol. 11, f. 84r° ; Monseignat, « Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable en Canada depuis le depart des vaisseaux au mois de novembre 1689 jusqu’au mois de novembre 1690 », 14 novembre 1690, AC, C11A, vol. 11, f. 10v°-12v°, 16r°-v°.

250 Une proclamation du 15 avril 1690, par le gouverneur Bradstreet, montre bien que des motifs religieux coïncident avec les impératifs militaires: « Whereas a bloody war hath been raised try the combination of French and Indian Enemies which is still carrying on against the Protestant Religion as well as the Peace of their Majesties Subjects in these parts of America wherein not onely the Calamities and destructions already suffered have been exceeding great, but the Common dangers and distresses are daily spreading and increasing more and more » (R. E. Moody et R. C. Simmons, édit., The Glorious Revolution in Massachusetts. Selected Documents, 1689-1692, p. 236). On cite souvent l’influent pasteur et intellectuel puritain Cotton Mather, qui voit le conflit anglo-français en Amérique comme un combat entre Jésus et Satan et la guerre à entreprendre comme une croisade religieuse ; « Delenda est Carlhago », répète-t-il inlassablement ; il faut détruire Québec !

251 Il est difficile de dire à quel moment ils quittent Plaisance ; ils se trouvent vraisemblablement à Québec lors du siège de la ville au mois d’octobre suivant (O. Jouve, Le Frère Didace Pelletier, récollet, p. 160). Le poste est déjà vacant lorsque, le 1er septembre, Pastour de Costebelle demande au ministre de soutenir leur établissement ; il le demeurera jusqu’en 1692.

252 Père Hugolin [Lemay], Le Père Joseph Denis, premier récollet canadien (1657-1736), vol. 1, p. 192.

253 « Memoire pour servir d’instruction à M. le Comte de Frontenac sur l’entreprise de la Nouvelle York », 7 juin 1689, AC, B, vol. 15, f. 93r°.

254 AC, B, vol. 15, f. 84r°.

255 Voir le « Journal de l’expédition contre Port Royal commandée par Sir Guillaume Phips. 1690 », publié à Boston en 1690 et reproduit en traduction française dans le Rapport relatif aux archives publiques pour l’année 1912, p. 55 : « Dimanche, [20.] Ce matin [...] on prit possession du fort ; le gouverneur et les officiers déposèrent leurs épées entre les mains du général qui les redonna au gouverneur et pareillement à quelques officiers. Les soldats mirent bas leurs armes et furent conduits sous escorte jusqu’à l’église, où ils furent retenus prisonniers. [...] § Lundi, [21.] Ce matin [...] nous avons renversé lacroix, pillé l’église, démoli le maître-autel et brisé les images » ; nous avons déposé notre butin, nos armes et munitions à l’entrepot de M. Nelson. § Mardi, [22.] Et nous continuons toute la journée suivante à recueillir du butin à la fois par terre et par eau et aussi sous le sol de leurs jardins. » L’original porte les dates du 11, du 12 et du 13 mai, parce que les Anglais n’utilisaient pas le calendrier grégorien mais le calendrier julien. Voir aussi, par M. de Gouttin, la « Relation de la prise de Port Royal par les habitans de Baston et de Selan [Salem] commandez par Vuillam Philps le 21 May 1690 » (ibid., p. 67-73) ; voir aussi Monseignat, « Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable en Canada depuis le depart des vaisseaux au mois de novembre 1689 jusqu’au mois de novembre 1690 », 14 novembre 1690, AC, C11A vol. 11, f. 20r°.

256 Monseignat, ibid., f. 20r°-v°.

257 Ibid.

258 Ibid., f. 20v°-21r°.

259 Voir Donald F. Chard, « Southack, Cyprian », DBC, t. III, p. 645-646.

260 Lettre de Frontenac au ministre, 12 novembre 1690, AC, C11A, vol. 11, f. 93v°-94r°.

261 Monseignat, « Relation », AC, C11A, vol. 11, f. 22v° ; voir aussi Challe, Mémoires, p. 387-389.

262 Infra, p. 209-210. L’armateur Nicolas Lion prétendit qu’au commencement de juillet son navire, la Sainte-Vierge, commandé par Jacques Bougourd, avait été pris sur le banc des Orphelins, au large de l’île Percée. Le navire, armé de quatorze pièces de canon, aurait repoussé à trois reprises les corsaires anglais montés sur deux frégates de trente pièces de canon chacune. Huit hommes auraient été tués, dont le capitaine. Les vaisseaux des attaquants, vraisemblablement détachés d’une « escadre anglaise de trente-six vaisseaux de guerre croisant à l’embouchure du Saint-Laurent », rejoignirent ensuite l’île Percée — Lion affirma que les vaisseaux arboraient cette fois la bannière anglaise — où ils prirent quatre vaisseaux basques et un autre navire lui appartenant, l’Esperance, armé de quatorze pièces de canon et monté par quarante-deux hommes d’équipage, commandé par Guillaume Bougourd. Surpris par l’arrivée de l’ennemi, les pêcheurs abandonnèrent les vaisseaux « et se sauvèrent dans les bois, si bien que les Anglais capturèrent tous les morutiers sans tirer un coup de fusil ». Le 23 novembre suivant, Nicolas Lion notait qu’une partie de l’équipage des deux navires était de retour (Ch. de La Morandière, Histoire de la pêche française de la morue, t. I, p. 383).

263 Infra, p. 208-214.

264 En 1686, Mgr de Saint-Vallier « assurait » qu’il y avait sept ou huit habitants ou familles sur l’île (« Requete de Simon Denys de Bonaventure », AC, C11A, vol. 8, f. 216v°). En 1688 ou en 1689, Fronsac ne mentionnait que cinq familles, les Lépine (sept), Boissel (huit), Richard (huit), Vallée (deux) et Jacque (trois), soit vingt-huit personnes, hommes, femmes et enfants, installés de façon permanente sur l’île (« La liste des habitans qui sont dans la baye Saint Laurent sçavoir depuis le cap Saint Louisjusques à l’Isle percée et le nom des places », BNF, Clairambault, vol. 1016, f. 331).

265 Monseignat, « Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable en Canada depuis le depart des vaisseaux au mois de novembre 1689 jusqu’au mois de novembre 1690 », 14 novembre 1690, AC, C11A, vol. 1, f. 22v°-23r°.

266 infra, p. 213. L’intendant Champigny date plutôt du 18 septembre la seconde descente sur l’île (résumé d’une lettre au ministre, 10 mai 1691, AC, C11A, vol. 11, f. 204v° ; infra, p. 213).

267 « Je viens incessament, avait dit le messager, pour t’advertir que j’ay appris par une Angloise considerable que nous avions prise proche de Pescadouet, que trente vaisseaux dont trois sont fort grands partent pour venir prendre Quebec, que ces vaisseaux sont de Baston et de quatre villes considerables que les Anglois se vantent qu’ils prendroit Quebec aussy facillement qu’ils ont pris le port Royal. Cette nouvelle estant apprise les chefs et les plus considerables ont jugé qu’il falloit incessament envoyer advenir le grand Capitaine de Quebec, j’ay esté douze jours à venir ainsy il doit y avoir six semaines depuis le depart de ses vaisseaux » (Monseignat, « Relation », AC, C11A, vol. 11, f. 29v°).

268 « Sommation faite par le General anglois à Monsieur de Frontenac et la réponse dudit sieur de Frontenac », AC, F3, vol. 7, f. 39 ; voir aussi la lettre de Frontenac au ministre, 12novembre 1690, AC, C11A, vol. 11, f. 86-98v° ; Lahontan, Nouveaux Voyages, dans Œuvres complètes, p. 457-467.

269 20 novembre 1690, AC, C11A, vol. 11, f. 110r°-v°.

270 Lettre de Champigny au ministre, 5 octobre 1692, AC, C11A, vol. 12, f. 72v°.

271 L’intendant les avait inscrits sur la liste des soldats pour payer leur nourriture (lettre de Champigny au ministre, 10 mai 1691, AC, C11A, vol. 11, f. 252).

272 Monseignat, « Relation », AC, C11A, vol. 11, f. 20v°-21r°.

273 Denonville, « Memoire concernant le Canada pour Monseigneur le Marquis de Seignelay fait en janvier 1690 », AC, C11A, vol. 11, f. 190r°. Denonville avait d’ailleurs constaté que les habitants de l’Acadie et du Canada songeaient davantage à la traite du castor et à la vente de l’eau-de-vie qu’à l’établissement des pêches.

274 « Instruction pour le Sieur Comte de Frontenac, Gouverneur et Lieutenant général pour le Roy dans les Pays de la domination de Sa Majesté en l’Amérique Septentrionale », 7juin 1689, RAPQ 1927-1928, p. 10.

275 Versailles, lettre de Pontchartrain à Frontenac, 7 juillet 1690, AC, C11A, vol. 11, f. 104r°-v° ; Compagnie de la Colonie de Canada, lettre des directeurs à Callière et à Champigny, 4 novembre 1701, AC, C11A, vol. 10, f. 39v°-40r°.

276 Lettre de Callière au ministre, 4 novembre 1702, AC, C11A, vol. 20, f. 165r°.

277 « Les Recolects de la Nouvelle France supplient Sa Majesté de leur accorder quelque aumosne en consideration de la perte qu’ils ont faite le 18. septembre dernier à la descente des Anglois dans les isles Percée et Bonnaventure où les ornemens de l’eglise et les vases sacrez ont esté enlevez, et leur eglise et convent reduits en cendre » (Résumé d’une lettre de Champigny au ministre, 10 mai 1691, AC, C11A, vol. 11, f. 204v°). Les récollets auraient alors perdu « 4. à 5.mll en meubles d’eglise, livres &ca. » (« Demandes pour les Eclesiastiques officiers et particuliers de Canada », 1696, AC, C11A, vol. 120, f. 40r°-v°).

278 Le 5 mai 1700, le roi réitérera son intention à Callière et à Champigny : « Sa Majesté n’a rien à adjouter à ce qu’Elle leur escrivit l’année derniere sur la proposition de faire un establissement à l’Isle percée. Elle a encore refusé cette année aux recolets de s’y establir, ce poste est trop exposé aux incursions des ennemis en temps de guerre et des forbans en temps de paix et sa Majesté ne veut pas qu’ils permettent à personne d’y faire d’establissement, c’est une chose qui peut estre bonne à l’avenir s’il y a un excedent d’hommes en Canada ou à l’Acadie il n’est pas encore temps » (AC, B, vol. 22, f. 16v°).

279 N. Clermont, « L’adaptation maritime au pays des Micmacs », dans Ch. A. Martijn, dir., Les Micmacs et la mer, p. 15. Il n’est pas impossible que leur nombre ait atteint six mille avant l’arrivée des Européens.

280 F. Passchier, Système économique micmac, p. 39. Leclercq lui-même n’emploie pas une seule fois le terme « Micmac ».

281 DHFQ p. 366-368.

282 F. Passchier, op. cit., p. 43.

283 N. Clermont, op. cit., p. 19.

284 Les produits de la mer fournissent quatre-vingt-dix pour cent de la nourriture consommée durant une année.

285 Selon N. Clermont, « les Micmacs durent ne se trouver que rarement à plus de 100 km de la côte », parce qu’elle « était un microenvironnement beaucoup plus productif que l’ombre des épais boisés » (op. cit., p. 15).

286 Ch. A. Martijn, « Voyages des Micmacs dans la vallée du Saint-Laurent, sur la Côte-Nord et à Terre-Neuve », dans Les Micmacs et la mer, p. 197-223.

287 F. Passchier, op. cit., p. 66.

288 Ibid., p. 94.

289 Voir infra, p. 451, n. 7.

290 Il s’occupe aussi des orphelins (F. Passchier, op. cit., p. 79).

291 Ibid.

292 Ibid., p. 53.

293 N. Clermont, op. cit., p. 21.

294 F. Passchier, op. cit., p. 50.

295 N. Clermont, op. cit., p. 21.

296 F. Passchier, op. cit., p. 47.

297 P. L. Nietfeld, « Determinants of Aboriginal Micmac Political Structure », p. 336-337.

298 F. Passchier, op. cit., p. 48.

299 Ibid.

300 I. Marshall, « Le canot de haute mer des Micmacs », dans Ch. A. Martijn, dir., Les Micmacs et la mer, p. 37-38.

301 Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 584.

302 F. Passchier, op. cit., p. 59.

303 Selon F. Passchier, « la religion en offrant une explication acceptable des problèmes causés par la survie ainsi qu’un moyen d’action pour les combattre permet à l’Indien de conserver la confiance qu’il a dans la capacité de l’environnement à subvenir à ses besoins »(ibid., p. 115).

304 P. K. Bock, « Micmac », dans B. G. Trigger, dir., Handbook of North American Indians, vol. 15, p. 116.

305 F. Passchier, op. cit., p. 115.

306 Description geographique et historique, t. I, éd. Ganong, p. 472.

307 Maillard, « Lettre de M. l’abbé Maillard sur les missions de l’Acadie et particulièrement sur les missions micmaques », dans Les Soirées canadiennes, 1863, p. 304.

308 F. Passchier, op. cit., p. 113.

309 Ibid., p. 115.

310 Selon F. Passchier, la foi de l’individu dans le pouvoir du sorcier produit « un impact psychologique » qui peut « hâter la guérison »(ibid., p. 114).

311 Ibid., p. 112.

312 Voir, par exemple, A. Beaulieu(Convertir les fils de Caïn) et L. Campeau (Monumenta Novæ Franciœ, t. I et II).

313 PEF, t. I, p. 96

314 Voir P.-A. Dubois, De l’oreille au cœur : naissance du chant religieux en langues amérindiennes dans les missions de Nouvelle-France, 1600-1650.

315 Lettre de Colbert à Talon, 13 novembre 1666, AC, C11A, vol. 2, f. 332.

316 Lettre de Louis XIV à Mgr de Laval, 2 mars 1668, Affaires étrangères, Mémoires et documents, Amérique, vol. 1, f. 303.

317 Marie de l’Incarnation, lettre du 21 septembre 1668, Correspondance, p. 821.

318 Ibid., p. 828.

319 N. Baillargeon, Le Séminaire de Québec sous l’épiscopat de Mgr de Laval, p. 79.

320 « Je leur ai fort témoigné l’étonnement où j’étais de voir que de tous les Sauvages qui sont avec eux à Nostre-Dame de Foy, qui n’est qu’à une lieue et demie de Québec, il n’y en avait pas un qui parlât Français, quoiqu’ils fréquentassent continuellement parmy nous, et leur ai dit que je croyais que dans leurs missions, ils devaient songer en rendant les Sauvages sujets de Jésus-Christ, de les rendre aussi sujets du Roi ; que pour cela il leur fallait inspirer l’envie d’apprendre notre langue, comme les Anglais leur apprenaient la leur ; essayer de les rendre plus sédentaires, et de leur faire quitter une vie si opposée à l’esprit du Christianisme, puisque le véritable moyen de les rendre chrétiens était de les faire devenir hommes. Mais quelque mine qu’ils fassent, ils ne veulent point entendre ce langage, et pour vous parler franchement, ils songent autant à la conversion du castor, qu’à celles des âmes, car la plus part de leurs missions sont de pures moqueries, et je ne croirais pas qu’on leur dût permettre de les étendre plus loin jusques à ce qu’on vît en quelque lieu une église de ces Sauvages mieux formée » (lettre de Frontenac à Colbert, 2 novembre 1672, RAPQ 1926-1927, p. 20).

321 « Depuis le temps, Sire, que je suis en ce pays, il n’y a rien à quoy j’aye plus travaillé qu’à porter tout le monde, soit ecclésiastiques, soit séculiers à nourrir et élever des enfans sauvages, et à attirer leurs pères et leurs mères dans nos habitations pour pouvoir mieux les instruire dans la religion chrestienne et dans les mœurs françoises j’ay joint l’exemple à mes exhortations en ayant toujours fait élever chez moy et ailleurs à mes dépens et recommandé sans cesse aux religieuses Ursulines et aux P. Jesuites de ne point donner d’autres sentimens à ceulx qu’ils ont sous leur conduite. § Cependant les derniers ayant prétendu que la communication des François les corrompoit, et estoit un obstacle à l’instruction qu’ils leur donnent, bien loin de se conformer à ce que je leur ay déclaré estre des instructions de Vostre Majesté, le père Fremin, Superieur de la Prairie de la Magdelaine, a depuis trois ans retiré tous les Sauvages qui y étaient mêlez avec les François pour les mettre à deux lieues de là, sur les terres qu’ils ont obtenues de Mr Duchesneau à son arrivée en ce pais [...] » (lettre de Frontenac au roi, 6 novembre 1679, ibid., p. 110).

322 Lettre de Duchesneau à Colbert, 10 novembre 1679, AC, C11A, vol. 5, f. 32-70.

323 Hennepin, Nouvelle Decouverte, p. 36.

324 Lettre de Duchesneau à Colbert, 13 novembre 1681, AC, C11A, vol. 5, f. 290-291.

325 Sœur Sainte-Henriette, Histoire de la Congrégation Notre-Dame de Montréal, t. I, p. 253.

326 Lettre de Duchesneau à Colbert, 10 novembre 1679, AC, C11A, vol. 5, f. 32-70.

327 Lettre de Duchesneau à Colbert, 13 novembre 1681, ibid., f. 290-291.

328 Lettre de De Meulles à Seignelay, 4 novembre 1683, AC, C11A, vol. 6, f. 181-198.

329 Selon l’abbé Le Loutre, l’enseignement missionnaire demeure souvent inefficace parce que les Amérindiens « oublient et corrompent toutes les prieres et instructions que les missionnaires leur donnent » (« Lettre du 1er octobre 1738 », Le Canada français, 1891, vol. 1, p. 21).

330 « Mission de Saint François-Xavier du Sault près de Montréal pendant les années 1676-1677 », Relations inédites de la Nouvelle-France, t. II, p. 178.

331 « Lettre du P. Thierry Beschefer, superieur des missions de la Compagnie de Jesus, en Canada Ecrite au R. P. Provincial de la province de France. A Québec, ce 21 octobre 1683 », JR, vol. 62, p. 262.

332 JR, vol. 66, p. 242.

333 JR, vol. 61, p. 104-108.

334 Chez les Illinois, selon le père Marest, « c’est principalement durant l’hiver, lorsque les nuits sont longues, qu’on en passe une grande partie à chanter les louanges de Dieu »(JR, vol. 66, p. 258).

335 Á Sillery en 1641, Charles Meiachka8at, originaire de Tadoussac, « escrivoit ou plutost faisoit des marques sur de l’escorce, pour s’imprimer dans l’esprit ce qu’on luy enseignoit »(Relation de 1640-164l, JR, vol. 20, p. 194). En 1651, chez les Attikameks du haut Saint-Maurice, le père Buteux écrit qu’afin de se souvenir de leurs péchés, certains d’entre eux « les marquoient sur de l’escorce avec des lignes plus longues ou plus courtes, selon qu’ils les jugeoient plus grands ou plus petits »(Relation de 1650-1651, JR, vol. 37, p. 40). Le père Druillettes rapporte la même pratique en 1651-1652(JR, vol. 38, p. 26). Encore en 1677, un Abénaquis de Sillery utilise le même procédé(Relations inédites de la Nouvelle-France, t. II, p. 144).

336 Carver ajoute: « Thus when they are on their excursions, and either intend to proceed, or have been, on any remarkable enterprize, they peel the bark from the trees which lie in their way, to give intelligence to those parties that happen to be al a distance, of the path they must pursue to overtake them » (Travels through the Interior Parts of North America, p. 417).

337 Infra, p. 315.

338 Afin de bien faire comprendre au lecteur la nature de ces figures, Acosta commence le cinquième chapitre de son ouvrage par une présentation de l’écriture des Chinois. S’appuyant sur les rapports et les mémoires fournis par les jésuites établis en Chine et au Japon, de même que sur ses observations personnelles recueillies auprès de Chinois qui accompagnaient certains jésuites au Mexique au xvie siècle, il affirme que les Chinois « n’ont pas d’alphabet, n’écrivent pas de lettres, et que la différence n’est pas dans les caractères, mais principalement dans leur écriture qui est peinture ou chiffres : et leurs lettres ne signifient pas des parties de dictions comme les nôtres, car elles sont des représentations de choses, comme le soleil, le feu, l’homme, la mer, et ainsi de suite »(Histoire naturelle et morale des Indes occidentales, p. 304).

339 Ibid., p. 309.

340 PEF, t. I, p. 144.

341 « Lettre du P. Claude Chauchetiere touchant la mission des Iroquois du Sault St. François Xavier proche Montreal. Au Sault St. Fr. Xavier, ce 14e Octob. [1682] », JR, vol. 62, p. 172. En réalité, ces livres fabriqués par Chauchetière sont des copies manuscrites d’un ouvrage alors très répandu, où sont gravées en taille-douce les différentes actions du célébrant mises en rapport avec une scène de la Passion.

342 Infra, p. 309. Leclercq note encore qu’ils assistaient à la messe « leurs heures Gaspesiennes à la main, où étoient les instruction qu’un bon Chrêtien doit sçavoir, pour assister avec merite à cet auguste Sacrifice »(ibid., p. 310).

343 Maillard, « Lettre de M. l’abbé Maillard sur les missions de l’Acadie et particulièrement sur les missions micmaques », dans Les Soirées canadiennes, 1863, p. 417.

344 D. L. Schmidt et M. Marshall, Mi’kmaq Hieroglyphic. Prayers: Readings in North America’s First Indigenous Script, p. 8.

345 Maillard, op. cit., p. 355. Maillard décrit ainsi son système : « Pour leur faire apprendre plus promptement et avec beaucoup plus de facilité qu’ils ne faisoient cy-devant les prières, les chants et les instructions que nous souhaitons qu’ils sachent, nous leur distribuons des cahiers sur lesquels nous leur avons tracé en hiéroglyphes, que nous avons inventez nous-mêmes, tous les mots dont se trouvent composez ces prières, ces chants et ces instructions. A l’aide de ces différens caractères, ils apprennent en très-peu de temps tout ce qu’ils veulent apprendre ; et quand ils ont une fois bien mis dans leur tête la figure et la valeur de chaque caractère, ils nomment avec une facilité étonnante tout ce qui se trouve écrit de même dans leurs cahiers »(ibid.).

346 C’est aussi ce que pensait Ganong(New Relation of Caspesia, p. 28-29): « The evidence, therefore, seems to prove that l’Abbé Maillard found Father Le Clercq’s system still in some use among the Micmacs, and at once adopted, and substantially improved upon it, making it thus to a considerable extent his own. »

347 « John Thomson to Sir Joseph Banks, Plymouth Sound », 13 novembre [17]91, cité dans D. Anger, Noywa’mkisk: Vignettes of Bay St. George Micmacs, p. 20.

348 J.-O. Plessis, Journal des visites pastorales de 1815-1816, p. 54-55.

349 Infra, p. 317-319.

350 De Mgr de Laval, du père Jumeau, des Micmacs eux-mêmes.

351 Infra, p. 203.

352 Dans les exemplaires corrigés, un carton remplace les p. 1 et 2.

353 Voir la bibliographie, infra, p. 681-682.

354 Pour quelle raison a-t-on gommé cette date ? Dans sa thèse (« Étude de genèse : le cas de Premier Etablissement de la foi dans la Nouvelle France », p. 26), S. Trudel parle de « falsification historique », mais sans s’expliquer davantage.

355 Sur du papier raisin portant le monogramme « G [cœur] D ». La description de ce papier ne se trouve pas dans les divers ouvrages sur le papier fabriqué à la fin du xviie siècle : ceux de W. A. Churchill, de E. Heawood, de R. Gaudriault, de M.A. Doizy et de P. Fulager.

356 Par exemple, les cahiers Z et Aa des collections Cutter et Lande (Université McGill), et le cahier Ss des exemplaires de la bibliothèque municipale de Rouen et de la Houghton Library de Harvard (Cambridge, Mass.).

357 Infra, p. 493.

358 PEF, t. I, p. 286.

359 PEF, t. II, p. 401.

360 Faut-il attribuer, partiellement ou entièrement, le Premier Etablissement de la foy à un autre auteur ? Dès 1698, le récollet Hennepin accusait Leclercq d’avoir utilisé une copie de sa Nouvelle Decouverte (faite à Québec par le supérieur Le Roux), à laquelle il se serait contenté d’ajouter « des memoires du Pere Zenobe Mambré » (préface au Nouveau Voyage ; voir aussi Nouvelle Découverte, p. 503-505). Un demi-siècle plus tard, le jésuite Charlevoix y voit un « Ouvrage, où l’on a tout lieu de croire que le Comte de Frontenac a mis la main » (« Liste et examen des auteurs que j’ai consultés pour composer cet ouvrage », Histoire et description de la Nouvelle France, t. III, p. LIV-LV). Les critiques et les historiens du xxe siècle demeurent partagés. Selon les éditeurs J. G. Shea et W. F. Ganong, une ou d’autres plumes auraient transformé un texte rédigé par Leclercq, pour en retrancher certains passages (comme le second séjour de Leclercq en Gaspésie, entre 1681 et 1685) et ajouter de violentes attaques contre les jésuites, absentes de la Nouvelle Relation de la Gaspesie. Pour l’historien jésuite J. Delanglez (« The First Establisment of Faith in New France. Chapters XXI to XXV » Mid-America, vol. 30, n" 3, juillet 1948), suivi par G. Frégault(Pierre Le Moyne d’Iberville, p. 190 et 205), par le jésuite R. N. Hamilton ( « Who Wrote Premier Etablissement de la Foy dans la Nouvelle France ? », Canadian Historical Review, vol. 57, n° 3, septembre 1976) et par G. Laflèche(Les Saints Martyrs canadiens, vol. 1, p. 106-108), l’ouvrage serait l’œuvre de l’abbé Bernou et du journaliste Renaudot. Si l’on peut estimer que seuls des récollets étaient en mesure de fournir certains détails ou documents utilisés dans le Premier Établissement de la foy, on imagine mal comment Bernou et Renaudot auraient pu en être les auteurs. Enfin, dans sa thèse déposée en 1997 à l’Université de Montréal (« Étude de genèse : le cas de Premier Etablissement de la foi dans la Nouvelle France »), S. Trudel écrit : « Tout nous porte à croire que c’est Valentin Le Roux qui a conçu, rédigé et écrit PEF » (p. 185). La conviction de S. Trudel vient surtout de ce qu’il voit une même « pensée janséniste » à l’œuvre dans une lettre du père Le Roux à Leclercq(infra, p. 394-406) et le Premier Etablissement de la foy dans son ensemble. En conclusion, l’auteur va plus loin encore : « [...] il ne faut plus chercher à savoir si Chrestien Le Clercq est l’auteur de PEF mais bien si Valentin Le Roux n’aurait pas, lui, participé à la rédaction de la NRG » (p. 230). La question demeure donc ouverte.

361 Champlain, Des Sauvages, chap. I, éd. Biggar, t. I, p. 91-95.

362 Infra, p. 205-225.

363 Ibid., p. 223.

364 Voir, là-dessus, R. Ouellet, « Le paratexte liminaire de la relation de voyage en Amérique », Cahiers de l’Association internationale d’Études françaises, mai 1990, p. 177-192.

365 Infra, p. 207-208.

366 Ibid, p. 209.

367 Ibid., p. 211-212.

368 Par exemple, le chapitre XII de la Relation de 1634, que Lejeune intitule « De ce qu’il faut souffrir hyvernant avec les Sauvages ».

369 Infra, p. 367.

370 Sur ce sujet, voir le n° 245 (janvier-mars 1997) de la Revue des sciences humaines, sur l’homo viator ; plus particulièrement, l’article de M.-C. Pioffet et R. Ouellet, « La figure du voyageur-missionnaire en Nouvelle-France dans les relations de Sagard et de Lejeune » (p. 93-110).

371 Infra, p. 357.

372 Ibid., p. 365.

373 Ibid., p. 380.

374 Ibid., p. 477.

375 Ibid., p. 388.

376 Ibid., p. 387-388. Quand il racontera la dernière rencontre du missionnaire avec les Gaspésiens, l’auteur placera de la même manière son protagoniste dans le sillage des grands apôtres Paul et Samuel : « Les paroles dont Samuel se servit autrefois, quand il se déchargea de la conduite du Peuple d’Israël, en luy donnant un Roi ; & celles de l’Apôtre, lorsqu’à son départ pour Jérusalem, il appella le Ciel & la Terre à témoin du zele qu’il avoit pris, d’annoncer aux Ephesiens l’Evangile du Seigneur, furent à peu prés les mêmes dont je me servis heureusement en prenant congé de mes Sauvages, qui proposèrent tous d’être fidèles à Dieu »(infra, p. 584).

377 Ibid., p. 436.

378 Echec avoué ailleurs par Leclercq lui-même(ibid., p. 394).

379 Ibid., p. 398-399.

380 Ibid., p. 400.

381 Ibid, p. 407-408.

382 Ibid, p. 563-579.

383 Ibid., p. 583.

384 Ibid., p. 585.

385 Ibid., p. 586.

386 Ibid., p. 588.

387 Ibid., p. 589.

388 Ibid., p. 589-590.

389 Ibid., p. 590.

390 Ibid., p. 591-592

391 Ibid., p. 409-419

392 Ibid., p. 288-292.

393 Leclercq se situe ainsi dans une tradition comparatiste qu’on trouve chez Lescarbot en 1609 (Histoire de la Nouvelle-France) et chez l’explorateur Lamothe Cadillac en 1718 («Relation du sieur Lamothe Cadillac», dans P. Margry, Découvertes et établissements, vol. 5, p. 75-132), qui comparent longuement les Micmacs aux Juifs, aussi bien que dans les Relations des jésuites (1632-1672) ou les œuvres de Lahontan (1702-1703). À tous ces auteurs, Hérodote fournissait déjà un modèle au ve siècle avant J.-C.

394 Dans son introduction de 1910, W. F. Ganong avait bien vu que les nombreux emprunts de Leclercq n’étaient pas une simple affaire de «plagiat». Parlant de certains livres comme la Relation de 1634 par le jésuite Lejeune, il écrivait en effet : « He had them beside him as he wrote, and used them to refresh his memory, and as sources of suggestions for matters which he might otherwise, have forgotten to speak of. Now and then, when he found a passage which expressed particularly well the matters he was describing, he followed it closely, sometimes even to the very words; but in such cases he modified or altered the statement of fact to make them express the truth about his particular subject (New Relation of Gaspesia, p. 18). Sur un autre récollet, le frère Sagard, qui emprunta largement à ses prédécesseurs, voir les réflexions nuancées de J . Warwick dans son introduction au Grand Voyage du pays des Hurons (p. 34-47).

395 Infra, p. 224.

396 Nouveaux Voyages, dans Œuvres complètes, p. 632.

397 Lescarbot les décrit en effet « accroupis comme des singes »(Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. XIII, éd. Grant, t. III, p. 393). Voir aussi : « Nous autres nous en rions [de leur posture assise], & disons, que c’est s’asseoir en guenon, eux prisent ceste façon & la trouvent commode » (Biard, Relation de 1616, JR, vol. 3, p. 128) ; « ces hommes assis en guenon contre terre » (Sagard, Histoire du Canada, livre II, chap. XIII, éd. Tross, p. 259 ; aussi livre II, chap. IX, éd. Tross, p. 216) ; « Chacun ayant pris sa place & s’estant assis en forme de Guenon, retirant ses jambes contre ses cuisses » (Lejeune, Relalion de 1634, JR, vol. 6, p. 284) ; « tous assis sur le cul comme des singes, car c’est leur posture » (Denys, Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 585 ; aussi ibid., t. I, éd. Ganong, p. 497).

398 « Taille » désigne alors aussi bien la « hauteur »(Lesnains, lespigmées, sont des homines de petite taille) que la « malefaçon » du corps(Les bossus, les boiteux, sont des gens de vilaine taille) (Furetière, 1690 et 1727).

399 Infra, p. 461-462.

400 Sur la tradition des « humanités monstrueuses » au xviie siècle, voir F.-M. Gagnon, Ces hommes dits sauvages, p. 20-27. Lescarboty renvoie implicitement dans son énumération des catégories identifiées de monstres (acéphales, cyclopes, monopodes, etc.) auxquelles échappent les indigènes : « Au reste il n’y a point parmi eux de ces hommes prodigieux desquels Pline fait mention, qui n’ont point de nez, ou de lévres, ou de langue ; item qui sont sans bouche, n’ayans que deux petits trous, desquels l’un sert pour avoir vent, l’autre sert de bouche : item qui ont des tétes de chiens, & un chien pour Roy : item qui ont la téte à la poitrine, ou un seul œil au milieu du front, ou un pié plat & large à couvrir la téte quand il pleut, & semblables monstres »(Histoire de la Nouvelle-France, livre VI, chap. IX, éd. Grant, t. III, p. 378-379) ; voir aussi Sagard(Histoire du Canada, livre II, chap. XXIII, éd. Tross, p. 358-361).

401 Infra, p. 462.

402 Ibid, p. 239-240.

403 Ibid., p. 462.

404 Ibid., p. 463.

405 Ibid., p. 260.

406 Buffon, De l’homme, p. 294 ; repris dans l’article « Humaine (espece) » de l’ Encyclopédie, vol. 8, p. 347.

407 Infra, p. 463-464.

408 Ibid., p. 462.

409 Ibid, p. 465.

410 Ibid., p. 467.

411 Ibid., p. 564.

412 Ibid., p. 350.

413 Ibid., p. 374.

414 Ibid., p. 285.

415 Ibid., p. 465, 564.

416 Ibid., p. 464.

417 Ibid., p. 564.

418 Ibid., p. 274, 390-391, 445, 475.

419 Ibid., p. 274-275.

420 Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 582-601.

421 Ibid., p. 601-606.

422 Ibid., p. 582.

423 Ibid., p. 583.

424 Infra, p. 250.

425 Ibid.

426 Histoire de la Nouvelle-France, livre IV, chap. VII, éd. Grant, t. III, p. 372.

427 Infra, p. 248-249.

428 N. Pellegrin, « Vêtements de peau(x) et de plumes : la nudité des Indiens et la diversité du monde au xvie siècle », dans J. Céard etJ.-C. Margolin, dir., Voyager à la Renaissance, p. 513.

429 Infra, p. 233. La Genèse (3,21) veut qu’en les chassant du jardin d’Eden, « Yahvé Dieu fit à l’homme et sa femme des tuniques de peau et les en vêtit ».

430 Infra, p. 248, 250, 252.

431 Au début du xviie siècle, le capucin Claude d’Abbeville, en mission à l’île de Maragnan au large du Brésil, avait résolu le problème de manière originale. Se demandant pourquoi « nos Topinamba ayant esté faits participants de la coulpe d’Adam & : heritiers de son péché, n’ont-ils pas aussi hérité la honte & vergongne (qui est un effect du peché) ainsi qu’ont fait toutes les autres nations du monde », il répondait en établissant une subtile distinction entre la faute elle-même et la conscience qu’on en prend : « nos premiers parens ne cacherent pas leur nudité & ne ressentirent aucune honte ou vergongne d’icelle jusques à ce que leurs yeux furent ouverts, c’est à dire jusques à ce qu’ils eurent connoissance de leur péché, & qu’ils se virent nuds & despoüillés de ce beau manteau de la justice originelle. [...] Puis donc que les Maragnans n’ont jamais eu la connoissance de la loy, ils ne peuvent aussi avoir la connoissance de la défectuosité du vice & du peché »(Histoire de la mission des Peres capucins en l’Isle de Maragnan. e.t terres circonvoysines, p. 271).

432 Infra, p. 249-250, 258-259.

433 Description geographique et historique, t. II, éd. Ganong, p. 587.

434 Relation de 1634, JR vol. 7, p. 16.

435 Comme Sagard lorsqu’il emprunte à Champlain : voir R. Ouellet et J. Warwick, dans Sagard, Le Grand Voyage du pays des Murons, p. 44-45.

436 Relation de 1634, JR, vol. 6, p. 260 ; voir infra, p. 484, n. 70, le texte de Sagard.

437 Infra, p. 249.

438 Ibid., p. 251.

439 Ibid., p. 262.

440 Ibid., p. 251.

441 Ibid., p. 475.

442 Le 25 juin 1691, p. 265-269.

443 Seule la Bibliothèque universelle et historique porte un jugement de valeur, quand elle affirme que Leclercq aurait dû insister davantage sur « l’histoire naturelle & civille du Pays » que sur le récit de « ses exploits Apostoliques » (p. 87).

444 Arnaud, La Morale pratique des jésuites, dans Œuvres, t. XXXIV, p. 686.

445 Par exemple, dans l’article « GASPÉ » de son Dictionnaire universel, geographique et historique, publié en 1708, Thomas Corneille ne se réfère pas à Leclercq mais à Jean de Laet, dont l’Histoire du Nouveau Monde avait paru en 1640. Plus tard, par exemple, ni Banier et Lemascrier dans leur Histoire générale des cérémonies, mœurs, et coutumes religieuses de tous les peuples du monde (t. VII, 1741), ni l’abbé Prévost dans le long chapitre intitulé « Caractere, usages, religion et mœurs des Indiens de l’Amerique Septentrionale » de son Histoire générale des voïages (t. XV, 1759, p. 7-91) ne citent Leclercq ou ne lui empruntent. Toutefois, dans l’introduction à son encyclopédie, Voyages and Travels, John Churchill formule sur la Nouvelle Relation de la Gaspesie le commentaire suivant, répété dans la réédition de 1744 : « This a compleal Account of the Manners and Religions of the Savages call’d Gaspesians, carrying Crosses, and worshipping the Sun ; and other Nations of Canada in North America. It was taken in 12years, the Author residing as a Missioner, beginning AN. 1675. » (p. lxxxv).

446 Dans le quatrième tome de son Dictionnaire géographique, historique et critique, publié en 1732, Bruzen de La Martinière copiera, à quelques mots près, cet article qu’on retrouve aussi dans la réédition de 1740.

447 Voir supra, p. 11.

448 Histoire et description de la Nouvelle France, « Liste et examen des auteurs que j’ai consultés pour composer cet ouvrage », t. III, p. LIV-LV ; voir aussi t. I, p. 222-223 ; infra, p. 343.

449 Voir ibid., p. 343, n. 1.

450 Voir ibid., p. 320, n. 28.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search