Version classiqueVersion mobile

Nouvelle relation de la Gaspésie

 | 
Chrestien Leclercq

Avant-Propos

Texte intégral

  • 1 « Liste et examen des auteurs que j’ai consultés pour composer cet ouvrage », dans Histoire et des (...)

1« Une côte déserte, quelques petites Isles, & des Havres, où l’on fait la pêche ; des Sauvages, qui vont & viennent de l’Acadie & des environs ; voilà ce que c’est que la Gaspesie, & les Gaspesiens, que l’Auteur appelle Porte-Croix, sur une fausse tradition ; & ce n’est pas de quoi remplir un Volume de 600 pages de choses fort intéressantes. » Tel est le jugement péremptoire que porte en 1744 le jésuite Charlevoix dans son Histoire et description de la Nouvelle-France1. Et effectivement, en se plaçant sur le strict plan historique, la Gaspésie du missionnaire récollet Leclercq ne pèse pas lourd dans la colonisation française des années 1675-1690 : quelques milliers d’Amérindiens éparpillés sur un vaste territoire inexploité, une poignée de Français établis en permanence et, pendant les mois d’été, quatre ou cinq cents pêcheurs de morue venus de France.

2Et pourtant, la Nouvelle Relation de la Gaspesie ne se réduit pas à ce pauvre bilan et à l’interprétation d’un élément de tradition orale amérindienne. Sur le plan documentaire, comme sur le plan symbolique, elle est une pièce importante du large corpus textuel publié sur l’est du Canada pendant le Régime français. L’ouverture dramatique du livre sur la destruction des îles Percée et Bonaventure rappelle les enjeux qui se dessinent de plus en plus précisément entre 1680 et 1690 sur le flanc atlantique de la colonie française. Car les attaques successives des colons américains contre Pentagouët, Chedabouctou, Plaisance, Port-Royal et Percé ne sont pas l’effet du hasard. Sans toujours s’insérer dans une stratégie finement élaborée, elles sont assez systématiques pour constituer une opération concertée contre la Nouvelle- France. Transportant en Amérique le conflit qui oppose en Europe la Grande-Bretagne et la France quand Guillaume d’Orange prend le pouvoir, en 1689, chacune des deux puissances colonisatrices cherche à déposséder l’autre de sa colonie : pendant que les Anglais s’attaquent à plusieurs postes français en Acadie et en Gaspésie, avant de remonter le fleuve vers Québec et de marcher sur Montréal à partir du lac Champlain, les Français projettent de prendre Manatte (New York), Orange (Albany) et Boston. Plus qu’une simple extension de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, cette intensification des conflits armés en Amérique trouve sa logique dans le développement même des deux colonies.

3On a insisté à juste titre sur le commerce des fourrures comme moteur économique de la Nouvelle-France, mais ce qui se passe en Acadie, en Gaspésie et sur la côte du Maine actuel, à la fin du xviie siècle, vient nous rappeler l’importance du territoire décrit par Leclercq : stratégiquement, il constitue l’une des principales portes d’entrée de l’Amérique du Nord, avec le Saint-Laurent qui conduit jusqu’aux Grands Lacs ; économiquement, la pêche intensive qu’on y pratique représente un enjeu tellement crucial que la France acceptera en 1713 de céder à l’Angleterre, par le traité d’Utrecht, l’Acadie et la baie d’Hudson, mais conservera l’île Royale (du Cap-Breton) et surtout son droit de pêche sur la côte nord de Terre-Neuve.

4Comme l’œuvre du frère Sagard (Le Grand Voyage du pays des Hurons, 1632, et l’Histoire du Canada, 1636), la Nouvelle Relation de la Gaspesie, publiée en même temps que le Premier Etablissement de la foy, présente un témoignage et un plaidoyer : elle décrit l’entreprise, mais surtout les misères physiques et morales d’un homme déterminé à poursuivre sa mission abordée avec la foi du néophyte ; elle est aussi une défense et illustration de l’œuvre des religieux récollets au Canada.

5Sur le plan documentaire encore, la relation de Leclercq constitue, avec les grands textes de Biard, de Lescarbot, de Denys, de Diéreville et, plus tard, de Maillard, une source indispensable pour connaître le mode de vie des Micmacs gaspésiens au moment de contacts intensifs avec les Européens. Comme Denys, qui publie en 1672 sa Description geographique et historique des costes de l’Amerique septentrionale, Leclercq est sensible à la transformation que subissent les Micmacs et qu’il exprime le plus souvent en termes de perte ou de dégénérescence. Mais ce qui fait sa richesse, c’est moins l’exhaustivité de son entreprise ethnographique que la dimension mythique et comparative qu’il lui donne. Ainsi, le voyage aux enfers du père micmac qui veut aller chercher l’âme de son fils pour la ramener sur terre fait revivre le mythe d’Orphée dans une variante originale, qui l’associe à celui de Pandore. Mais c’est aussi, dans la scène du jeu de dés avec Papkootparout, une image saisissante de la mort qui joue aux échecs avec les vivants, comme dans le Septième Sceau (1956) du cinéaste Bergman. Un autre grand mythe, celui du Primitif tour à tour bon et cruel, s’exprime avec éloquence : le Sauvage parfaitement intégré à la nature, fort et généreux, malgré le mal que l’Europe lui apporte ; le Sauvage cruel aussi, tel Caïn qui tua son frère Abel ou Cronos et Médée qui dévorèrent leurs propres enfants. Comme la terre dévolue à Adam et Ève avant et après leur faute, la nature gaspésienne est à la fois bonne et ingrate, nourricière et meurtrière pour ses enfants. À sa manière, Leclercq invente donc une Gaspésie aussi vivante que le monde montagnais créé par le jésuite Lejeune cinquante ans plus tôt, avec sa culture matérielle, ses croyances et ses pratiques religieuses, ses protagonistes indiens et missionnaires. Aussi fallait-il rééditer critiquement sa Nouvelle Relation de la Gaspesie et la donner à lire dans sa double dimension documentaire et mythique.

Remerciements

6Nous tenons à remercier vivement toutes les personnes qui nous ont aidés dans la préparation de cette édition. Nous pensons plus particulièrement à celles dont les noms suivent : René Bacon, Peter Bakker, Alban Baudou, C. Berkvens-Stevelinck, Pierre Berthiaume, Lionel Boisvert, Luca Codignola, Denys Delâge, Frédéric Deloffre, Rémi Ferland, Yvon Le Bras, Hans-Jürgen Lüsebrink, Charles A. Martijn, Jacques Mathieu, Marie-Christine Pioffet, John G. Reid, Laurier Turgeon, Hélène Vachon.

7Nous voulons aussi remercier tout particulièrement Alain Beaulieu, historien, et Pierre Morisset, spécialiste de la biologie animale, dont nous avons maintes fois mis à l’épreuve, la générosité et la compétence.

Notes

1 « Liste et examen des auteurs que j’ai consultés pour composer cet ouvrage », dans Histoire et description de la Nouvelle-France, t. III, p. LIV-LV. Les références en notes sont abrégées ; pour des références complètes, voir la bibliographie, p. 675-732. Pour la liste des sigles et abréviations, voir infra, p. 181-183.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search