Version classiqueVersion mobile

Le système de santé québécois. Un modèle en transformation

 | 
Clermont Bégin
, 
Pierre Bergeron
, 
Pierre-Gerlier Forest
, 
et al.

Introduction

Texte intégral

1 Quelques jours avant la parution, en septembre 1994, d’un premier ouvrage collectif de notre réseau de recherche, intitulé Le Système de santé au Québec, un gouvernement du Parti québécois succédait à celui du Parti libéral. Deux ans plus tard, au Sommet sur l’économie et l’emploi, le gouvernement s’engageait à atteindre, en l’an 2000, le déficit zéro, soit à ne plus avoir de dépenses courantes qui excèdent ses recettes. Cet engagement allait accélérer, dans le domaine de la santé, des transformations déjà amorcées depuis quelques années.

2Le deuxième ouvrage du Réseau de recherche sociopolitique et organisationnelle en santé ne cherche pas à faire la mise à jour du Système de santé au Québec. Il ne porte pas directement sur les transformations récentes du système, car il est trop tôt pour en faire le bilan. Notre objectif est plutôt de soulever un certain nombre d’interrogations sur ces transformations. Davantage que dans le premier ouvrage, les auteurs présentent leurs propos dans une optique comparative. En effet, si les transformations actuelles se font de façon plus accélérée au Québec qu’ailleurs, les enjeux en sont à peu près les mêmes.

3Si on prend la notion de système au sens strict, en s’inspirant de la systémique, on peut identifier quatre grands problèmes d’organisation et de fonctionnement mis en évidence par les transformations actuelles. Ces grands problèmes correspondent aux quatre parties de l’ouvrage.

4Un système est un ensemble d’éléments, reliés entre eux, qui vise l’atteinte d’objectifs, officiels ou opérationnels. Dans un système complexe comme celui de la santé, des documents comme la Politique de la santé et du bien-être (1992.) ou encore Le Défi « qualité-performance » (1993c) n’identifient que des objectifs officiels du gouvernement québécois, auxquels il faut ajouter les objectifs du gouvernement central, à Ottawa, et ceux des multiples décideurs dont les actions définissent les configurations nouvelles du système de santé. La première partie de l’ouvrage propose un certain nombre d’interrogations sur les principes et les normes qui doivent guider le système de santé.

5Un système a la capacité que lui confèrent les ressources financières, humaines et informationnelles dont il dispose. Aux décideurs gouvernementaux qui prétendent que les transformations du système de santé étaient nécessaires pour s’ajuster aux changements technologiques, pour contenir les coûts et pour assurer une meilleure utilisation des ressources humaines, s’opposent les analystes qui estiment que le système a été mis en crise par la politique de réduction du déficit, et que les décideurs n’ont pas suffisamment tenu compte des motivations de ceux et celles qui ont eu à vivre les transformations. À partir de l’année budgétaire 1995-1996, les crédits consacrés au domaine de la santé ont diminué. C’est le domaine qui contribue le plus à la réduction des dépenses gouvernementales. La deuxième partie de l’ouvrage, même si elle ne porte pas directement sur les conséquences des compressions, s’intéresse au financement des services de santé au Québec, au paiement des ressources et aux incitations des acteurs qui participent au système de santé, ainsi qu’au régime d’assurance-médicaments au Québec.

6Les transformations du système de santé ont aussi consisté en une reconfiguration du réseau des établissements. Quelques hôpitaux ont été fermés, d’autres ont changé de vocation, il y a eu fusion d’établissements et des tentatives pour donner une place plus importante à la santé publique. Les transformations ont aussi mis en évidence l’autonomie réduite des régies régionales, qui sont apparues davantage comme des instruments du Ministère que comme des porteparole de la population. La troisième partie de l’ouvrage porte, dans une optique comparative, sur des formes décentralisées de gestion des systèmes de santé, et montrent les avantages mais aussi les limites des transformations récentes.

7Enfin, il est extrêmement difficile de donner un portrait complet de ce qui se transforme dans le système, car tout change en même temps, et les nouveaux changements en entraînent d’autres, par des effets de rétroaction amplificatrice. Il est par contre évident que l’évaluation des transformations porte rarement sur la pertinence des choix politiques. Dans la quatrième et dernière partie de l’ouvrage, des interrogations sont donc soulevées sur les thèmes du changement et de l’évaluation.

8Au début de chacune des parties de l’ouvrage, le lecteur trouve une présentation des thèmes et des interrogations qui viennent d’être signalées. À la fin de l’ouvrage, un sommaire reprend l’essentiel des idées développées dans chacun des chapitres et dégage les principaux enseignements qu’on peut tirer de chacune des quatre parties. La conclusion générale est suivie d’une section regroupant les notes de chacun des chapitres. Enfin, une bibliographie regroupe tous les titres cités dans les différents chapitres.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search