Version classiqueVersion mobile

Charte canadienne et droits linguistiques

 | 
Frédéric Bérard

Préface

Jean-François Gaudreault-DesBiens

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Penser, c’est dire non. » J’aime citer cet aphorisme du philosophe Alain, qui saisit bien l’essentiel du travail de l’intellectuel. Et reprendre cette citation dans une préface à l’ouvrage de Frédéric Bérard, intitulé Charte canadienne et droits linguistiques : pour en finir avec les mythes, me semble particulièrement approprié. En effet, l’auteur se donne en quelque sorte pour mission de signaler que « non, cela ne va pas » ou, en tout cas, que « non, cela ne va plus ». Faits à l’appui, il attaque de front une certaine mythologie nationaliste québécoise qui, depuis la fin des années 1970, s’est érigée en doxa chez les nationalistes indépendantistes et en tabou chez les nationalistes fédéralistes, renforçant les certitudes des premiers et accroissant le malaise des seconds. Cette mythologie, profondément ancrée dans l’imaginaire collectif québécois (francophone du moins), veut que la Cour suprême du Canada, Charte canadienne des droits et libertés aidant, ait très considérablement...

© Presses de l’Université de Montréal, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search