Version classiqueVersion mobile

Les villes non occidentales

 | 
Gabriel Fauveaud

Repenser la place des villes non occidentales dans les recherches urbaines

Gabriel Fauveaud

Texte intégral

  • 1 Je souhaiterais remercier chaleureusement Martine Drozdz et Juliette Maulat d’avoir lu attentiveme (...)

1L’ancrage occidental historique de la recherche urbaine et l’attention privilégiée portée aux villes européennes et nord-américaines obligent à remettre en question la capacité des cadres théoriques et méthodologiques constitués à rendre compte de la diversité entre les réalités urbaines1. Si les différences de trajectoires urbaines empruntées par les villes occidentales donnent lieu à de nombreux débats et, dans une certaine mesure, à un important travail épistémologique, les villes situées en dehors du monde occidental restent faiblement mobilisées dans les réflexions portant sur l’évolution des cadres théoriques et méthodologiques de la recherche urbaine. Pourtant, ces villes font l’objet d’une attention croissante depuis les trente dernières années. Le poids grandissant des économies émergentes dans la globalisation, l’accélération des rythmes d’urbanisation, ou encore la mondialisation accrue des processus urbanistiques ont certainement participé au renouvellement des recherches urbaines en dehors du monde occidental, particulièrement manifeste depuis les années 2000. On sent alors un important décalage entre une production scientifique très structurée par l’expérience occidentale et des recherches urbaines de plus en plus nourries par d’autres logiques d’urbanisation, d’autres trajectoires urbaines et d’autres réalités citadines.

2Face à ce constat, le qualificatif « non occidental » que des géographes et des urbanistes, tant anglophones que francophones, proposent d’employer (voir notamment Lévy, 1997 ; Edensor et Mark, 2012) sert de plaidoyer en faveur d’une plus grande ouverture et diversification géographiques des approches empiriques et théoriques de la recherche urbaine. Ce terme vise aussi à dépasser les tropismes géographiques (les villes du Sud) et économiques (les villes en développement) qui caractérisent les appellations couramment utilisées pour dénommer ces espaces urbains. Bien entendu, le terme « non occidental » remplace un tropisme par un autre, celui de l’aire civilisationnelle, qui renvoie à une représentation du monde tout aussi subjective et discutable. Cependant, il vise justement à souligner la prévalence d’approches occidentalo-centrées des dynamiques urbaines dans le monde, conséquence de la polarisation de la production scientifique au sein des pays occidentaux et de la domination des cadres théoriques forgés en Occident, généralement à partir de l’étude de villes occidentales. L’idée tenace que les villes non occidentales ne tendraient qu’à converger vers les occidentales, ou que le phénomène urbain est universel puisqu’il ne représente que l’expression d’un système de production devenu global, en sont quelques exemples parmi tant d’autres.

3Au sein du monde francophone, les villes non occidentales ne semblent pas composer un champ de recherche spécifique. On privilégie souvent les approches thématiques, parfois dans une perspective très descriptive, où il est par exemple question de transitions démographiques, de dynamiques résidentielles, de politiques urbaines, d’accès aux services, ou encore d’informalité. En conséquence, de nombreux travaux abordent les villes non occidentales selon des modèles, des typologies et des catégorisations bien ancrés dans la culture occidentale et ses formes particulières de rationalité, sans pour autant examiner de manière plus systématique les fondements méthodologiques et théoriques qui déterminent leurs approches scientifiques. Pourtant, une approche détaillée de la littérature francophone témoigne de l’existence de réflexions épistémologiques riches (portant tant sur les conditions de la production des savoirs que sur leurs fondements conceptuels) attachées aux villes non occidentales. Les positionnements théoriques et méthodologiques existent donc, mais ils semblent dispersés dans la production scientifique. Plusieurs interrogations émergent : quelles sont les spécificités des approches théoriques et empiriques portant sur les villes non occidentales ? L’évolution de la recherche urbaine sur ces villes est-elle spécifique, ou correspond-elle au contraire à l’évolution plus générale de la discipline ? Plus largement, les travaux sur les villes non occidentales constituent-ils un champ de recherche particulier ?

4Cette introduction propose de dresser un état intermédiaire des connaissances, des programmes, des pratiques et des positionnements scientifiques – voire de certaines postures éthiques – propres aux villes non occidentales. Cela permettra de mieux identifier certaines caractéristiques des recherches urbaines sur ces villes. La dernière partie de l’introduction émettra quelques propositions en faveur d’un décentrement géographique, théorique et méthodologique des recherches urbaines francophones où les villes non occidentales pourraient jouer un rôle de premier plan.

Un champ de recherche spécifique dans le monde francophone ?

5L’évolution des recherches urbaines francophones sur les villes non occidentales depuis les années 1980-1990 s’est peu accompagnée, en tout cas de manière explicite et assumée, d’un travail réflexif global examinant les courants théoriques, les concepts, les méthodes, voire les positionnements politiques et professionnels structurant la production des savoirs. Pourtant, une revue de la littérature témoigne de la richesse des réflexions théoriques et empiriques sur ces espaces, qu’il faut par ailleurs considérer dans la perspective de l’évolution des sciences sociales depuis les années 1970-1980.

De villes du Tiers-Monde à villes non occidentales

6Le passage de l’appellation « villes du Tiers-Monde » à « villes du Sud » au cours des années 1980-1990 témoigne d’une évolution des approches scientifiques et techniques des chercheurs et praticiens vis-à-vis des villes non occidentales. Si les recherches dans les années 1970-1980 sont largement marquées par des approches centrées sur le mal-développement et les relations centres-périphéries, à partir des années 1990-2000, elles s’inscrivent tant dans la réorganisation des dynamiques économiques et politiques, avec la fin de la guerre froide, que dans l’accélération des dynamiques de mondialisation et de globalisation.

7Une partie de ces travaux s’inscrit toutefois dans la continuité des recherches urbaines des années 1970-1980. On peut ainsi noter la prégnance d’une vision alarmiste et catastrophique du développement urbain, où « l’explosion urbaine » et les métropoles qui « enflent et qui laminent » sont encore perçues comme les principaux dangers du « sous-développement » (Troin, 2000 : 148). L’idée selon laquelle la ville reste un véritable défi pour les pays du Sud est encore partagée par certains acteurs de la coopération internationale. L’importance des questionnements relatifs à la tradition et à la modernité, en droite ligne avec les approches développementalistes traitant des transformations sociospatiales des pays du Sud, témoigne de l’héritage encore prégnant des approches tropicalistes et développementalistes du monde francophone. Une partie de la littérature présente ainsi un jugement particulièrement pessimiste des trajectoires de développement dans les pays du Sud, où le fait urbain est autant une cause qu’un révélateur de ces évolutions.

8En parallèle, au cours des années 1990, la place de la ville et de l’urbanisation dans les dynamiques de développement au Sud change progressivement. L’évolution des discours et des registres d’action des grandes agences internationales de développement, qui considèrent depuis les années 1990 la croissance urbaine comme une occasion de développement plutôt que comme un frein à celui-ci, a certainement favorisé l’abandon progressif des visions et des discours négatifs sur les villes non occidentales. Le fait urbain est de moins en moins perçu comme un défi, et plutôt étudié comme un révélateur ou une cause de changements sociospatiaux plus profonds du Sud global. Les conséquences de l’accélération de l’urbanisation sont de plus en plus étudiées de manière thématique. Les chercheurs s’intéressent ainsi à l’évolution des pratiques et des dynamiques foncières, aux politiques d’aménagement du territoire, aux nouvelles relations entre villes et campagnes, ou encore à l’adaptation des stratégies résidentielles. De même, on considère de plus en plus les villes comme situées au cœur d’évolutions sociétales plus larges, qui doivent aussi se rapporter aux échelles nationales.

9La libéralisation accrue des logiques de production de la ville devient aussi un sujet de première importance. Des approches critiques plus diversifiées, portant sur les nouvelles logiques de développement urbain et sur les processus d’exclusion et de marginalisation sociospatiales leur correspondant, remplacent peu à peu les approches marxistes des années 1960-1980 sur le Tiers-Monde. Les approches sectorielles ou thématiques sont favorisées, pour montrer comment les nouvelles logiques de marché transforment les dynamiques de production et de gestion des espaces urbains, que ce soit à grande ou à petite échelle. De nombreux auteurs mettent aussi en avant une plus grande transversalité thématique. Par exemple, l’étude de la libéralisation de la production de l’habitat et du désengagement des États dans le financement de l’accès au logement amène à considérer conjointement les statuts d’occupation du sol, les pratiques citadines, les modes d’habiter et les pratiques résidentielles (Bertrand, 2003).

10Dans ce cadre d’analyse, les politiques urbaines des grandes agences internationales sont passées au crible, tout comme leurs discours et leurs registres d’action, comme le révèlent les critiques portées aux notions de bonne gouvernance ou de best practices. Les chercheurs s’interrogent également sur la capacité des politiques de développement à véritablement inclure les populations les plus précaires dans les processus décisionnels. Les objectifs de rentabilité, de croissance et de plus-value, qui orientent de manière plus explicite les politiques de développement des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux, sont souvent accusés de nuire à la mise en œuvre d’approches plus inclusives du développement urbain.

11Si ces recherches ne s’inscrivent généralement pas de manière explicite au sein de courants théoriques précis, certains auteurs mentionnent les nouveaux enjeux réflexifs, disciplinaires et épistémologiques soulevés par l’évolution des logiques de production des villes non occidentales (privatisation, décentralisation, développement par projets, etc.). Sans rupture manifeste avec le paradigme modernité/développement qui structure les recherches urbaines des années 1970-1980, la recherche urbaine des années 1990-2000 examine parfois la capacité des cadres théoriques mobilisés à rendre compte des changements urbains à l’œuvre depuis les années 1980, avec un net souci de réfléchir aux conditions de la production des connaissances. Monique Bertrand insiste sur ce point à propos des villes du Sud et d’Afrique de l’Ouest :

Cette théorie plus générale se cherche depuis la confrontation des pensées marxistes, néo-libérales et tiers-mondistes des années 1970. […] Elle renvoie aux conditions d’élaboration des connaissances – et à la relation particulière que les chercheurs du Nord et du Sud entretiennent avec leurs propres contextes académiques, milieux intellectuels et carcans cognitifs. Il paraît donc nécessaire d’objectiver plus que jamais tous les moments de ce positionnement en ricochet, sans perdre prise avec des terrains précis d’investigation (1998 : 901).

12Nous souscrivons tout à fait à ce constat et au souhait de mieux objectiver la production des savoirs urbains à propos des villes non occidentales. Pour ce faire, il apparaît indispensable d’effectuer un double travail réflexif, tant sur les logiques de production de la connaissance que sur les savoirs produits. Cela semble d’autant plus nécessaire qu’un décalage apparaît entre l’évolution des dynamiques urbaines et celle des cadres conceptuels mobilisés pour les comprendre. Ces derniers procèdent certes d’un recadrage thématique et scalaire depuis les années 1990, sans pour autant être accompagnés d’une approche réflexive de fond. Ceux-ci restent trop souvent tributaires de typologies spatiales, de conceptions urbanistiques ou d’appréciations des pratiques citadines forgées par des chercheurs occidentaux ou au sein de contextes universitaires et professionnels du Nord. Ils peinent donc parfois à proposer des approches et des méthodes adaptées aux conditions spécifiques et localisées de l’urbanisation. Pourtant, les appels à un décentrement de la recherche urbaine sont nombreux. Depuis les années 1990, mais surtout à partir des années 2000, nous assistons à une remise en cause beaucoup plus manifeste des approches et des concepts traditionnellement mobilisés pour l’étude des villes non occidentales. Les critiques portent, par exemple, sur la manière d’aborder l’informalité des pratiques économiques, sur les écueils de la pensée occidentale rationaliste, ou encore sur la nécessité de repenser l’habitat spontané.

13En ce sens, on remet en question la domination des approches duales des dynamiques urbaines au Sud (formel/informel, planifié/non planifié, réglementé/spontané, légal/illégal, etc.) qui prévalait jusqu’alors, et dans son sillage la notion même de développement. À ce titre, le tournant global des recherches urbaines a joué un rôle important dans l’évolution des approches sur les villes non occidentales, parfois de manière paradoxale.

Le tournant global des recherches urbaines

14L’évolution des recherches urbaines francophones à propos des villes non occidentales est largement tributaire du tournant global des sciences sociales qui s’opère dès la fin des années 1980. Si le terme « global » se formalise dans les sciences sociales dès la deuxième moitié du XXe siècle, c’est véritablement au cours des années 1980 que les approches globales dans les sciences sociales se popularisent, notamment à partir des travaux menés dans le monde universitaire anglophone (Steger, 2010). Les recherches portant sur les villes mondiales et globales, ainsi que le rôle des villes dans l’émergence d’une société en réseau global (Castells, 1999), ont largement privilégié une ouverture géographique des approches du fait urbain. Pour les recherches urbaines, les global studies apparaissent d’autant plus importantes que le monde devient, au début du XXIe siècle et pour la première fois de son histoire, majoritairement urbain. L’une des représentations communes entre un Nord industrialisé et urbanisé et un Sud sous-développé et principalement rural est donc en train de s’effriter, ou en tout cas de changer de nature.

15L’émergence de grandes villes et de régions urbaines en dehors des pays occidentaux fait l’objet d’un nombre toujours croissant de travaux depuis les années 1980, que ce soit au sein de régions particulières ou à l’échelle globale. Dans les recherches urbaines, l’attrait pour ces très grands ensembles urbains procède de différents facteurs. Une partie des travaux s’inscrit dans la continuité directe des théories de la ville globale et cherche à repenser la place des villes non occidentales dans la hiérarchie métropolitaine mondiale. Il s’agit ainsi de cerner différentes formes et processus de métropolisation en Asie, en Afrique ou en Amérique latine.

16Si le tournant global des recherches urbaines a très certainement participé à leur ouverture géographique, l’importance accordée aux grandes métropoles et aux régions urbaines, ainsi qu’aux pays et aux villes les plus intégrés à la globalisation et à la mondialisation, a automatiquement favorisé une polarisation des recherches vers les pays considérés comme émergents. On voit donc se multiplier, depuis les années 1990, des travaux portant sur la Chine, l’Inde, le Brésil, le Mexique ou encore l’Afrique du Sud, laissant apparaître de manière encore plus manifeste les angles morts de la recherche urbaine sur les villes non occidentales. Par ailleurs, les approches conceptuelles et méthodologiques employées correspondent bien souvent à celles mobilisées dans l’étude des villes occidentales, ce qui pose un grand nombre de questions méthodologiques. Particulièrement au sein des pays considérés comme émergents, l’approche des dynamiques urbaines s’inscrit explicitement ou implicitement dans la trajectoire présupposée du développement économique, et donc de l’expérience occidentale (industrialisation, métropolisation, intégration internationale, etc.). Pour de nombreux chercheurs, plus les villes se développent, plus elles convergent vers différents modèles de la ville occidentale, phénomène que la globalisation économique et urbanistique accentuerait.

17Les auteurs d’un ouvrage dirigé par Dominique Lorrain (2011) proposent une analyse des modes de gestion des réseaux et des infrastructures, ainsi que des logiques de gouvernement, dans ce qu’ils nomment les « métropoles XXL en pays émergents ». Dans l’introduction, Lorrain annonce une volonté de dépasser la pensée dominante selon laquelle les très grandes villes du Sud sont chaotiques et ingouvernables, pour montrer que d’autres logiques de régulation sont à l’œuvre. L’auteur revient sur la trajectoire particulière des villes des pays en développement, dont les évolutions ne peuvent être pensées selon la même grille d’analyse que celle mobilisée pour l’étude des villes des pays industriels :

En résumé, sur plusieurs facteurs structurants – le régime politique, l’organisation de l’espace, le modèle de services urbains –, les métropoles émergentes XXL apportent des réponses non habituelles aux défis urbains. Elles invitent à une étude spécifique qui les pense comme des mondes en soi qu’il s’agit d’investiguer dans plusieurs dimensions. […] À trop s’intéresser aux villes globales, à faire de Londres, New York, Tokyo des modèles, on finit par produire une image déformée du monde (2011 : 25-33).

18On pourrait tout à fait appliquer le même constat à des villes qui ne sont ni globales, ni des métropoles émergentes. La hiérarchie métropolitaine imposée par la compétition interurbaine globale, tout comme le positivisme développementaliste, ne produisent pas seulement une image déformée du monde : ils structurent les méthodes, les sujets et les terrains de recherche, généralement loin de l’ordinaire des réalités citadines locales.

19Pourtant, avec le virage global s’opère un changement de fond dans les échelles d’analyse mobilisées et les thématiques abordées. D’une part, le global remet sur le devant de la scène le local ; d’autre part, il accompagne une évolution des approches thématiques du fait urbain dans les villes non occidentales.

Un repositionnement progressif et généralisé des recherches

20L’extension des processus de mondialisation et de globalisation économique a largement participé à brouiller les catégories Nord-Sud, notamment avec l’émergence de grandes métropoles et de mégalopoles internationales dans les pays en développement et émergents, ou encore par la diffusion de formes urbaines internationalisées, comme les communautés fermées. L’adaptation des recherches urbaines découle d’une évolution des approches et des méthodes, d’une diversification des thèmes de recherche et d’une transversalité thématique et scalaire plus manifeste.

21Tout d’abord, les approches comparatives Nord-Sud et Sud-Sud deviennent plus courantes. L’objectif consiste notamment à mieux comprendre des dynamiques urbaines touchant l’ensemble des villes dans le monde. Pour Koop et Amilhat (2011) par exemple, dépasser le paradigme Nord-Sud permet de souligner que les logiques de production de la ville et leurs discours techniques et politiques tendent à s’universaliser sous l’effet d’une intégration généralisée des territoires aux réseaux et flux de la globalisation économique. Dans ce contexte, certains concepts, comme la fragmentation urbaine ou le droit à la ville, font l’objet de comparaisons internationales et d’analyse transversales. Cependant, et nous y reviendrons, il faut être attentif à ne pas confondre internationalisation et universalisation, ce dernier terme sous-entendant parfois une homogénéisation globale de la fabrique urbaine.

22La globalisation du fait urbain pousse aussi à reconsidérer des dynamiques spatiales spécifiques. À propos du processus de périurbanisation, par exemple, de nombreux auteurs soulignent le foisonnement de concepts cherchant à mieux définir ce processus de croissance urbaine en fonction des réalités territoriales locales. Dans un ouvrage récent de 2014, fruit du programme de recherche PERISUD, Jean-Louis Chaléard insiste ainsi sur la nécessité d’adopter des approches comparatives, notamment pour mieux saisir les particularités locales et régionales de la périurbanisation. Considérer ce phénomène de manière globale permet ainsi de mieux cerner des logiques sociospatiales locales de plus en plus diversifiées. La question du rapport entre développement périurbain et métropolisation au sein des capitales ou d’importantes métropoles émergentes se situe au cœur de l’analyse. Le positionnement théorique de l’ouvrage, notamment articulé autour de l’idée de relation, témoigne d’une volonté de mieux caractériser ces espaces d’entre-deux, qui brouillent les catégories traditionnelles, rurales et urbaines. Dans ce contexte, les approches régionales et locales s’avèrent non seulement fécondes, mais aussi primordiales.

23L’accélération globale du fait urbain s’est par ailleurs largement traduite par une attention accrue portée aux logiques de circulation, à la fois d’hommes, de capitaux et d’influences urbanistiques. Il s’agit de comprendre comment circulent les modèles urbains au Sud ou au sein d’espaces régionaux spécifiques, notamment par l’intermédiaire des pratiques professionnelles. La recherche s’intéresse aussi à la réorganisation des logiques de gouvernance, en lien avec la diffusion internationale de nouvelles formes urbaines et la généralisation d’un urbanisme de projet (Barthel, 2006 ; Goldblum, 2012). De même, on étudie de près les rapports de pouvoir conditionnant les modes de gestion politiques et techniques de l’urbanisation. Les chercheurs mettent souvent en valeur les tactiques et les stratégies d’adaptation des gouvernants locaux, qui reformulent les cadres normatifs de la gestion urbaine (décentralisation, partenariats publics-privés, gouvernance, etc.) en fonction de la réalité des rapports de force locaux. L’intérêt pour les logiques de circulation et de mobilité touche aussi le champ des migrations, que ce soit à l’échelle locale ou internationale. Les nouvelles logiques de mobilité impliquent tant l’émergence de formes inédites d’urbanité et de cosmopolitisme (Varrel, 2013) que de nouvelles logiques de production urbaine.

24L’évolution thématique des recherches urbaines dans les villes non occidentales est donc particulièrement tributaire des nouvelles articulations du rapport global/local. De manière croissante, de nombreux auteurs considèrent que les modèles internationaux et leurs circulations ne peuvent être étudiés sans la prise en compte, à l’échelle locale, des modes de gouvernance, des trajectoires urbaines, des dynamiques sociospatiales, des discours et des représentations, ou encore des logiques d’appropriation de l’espace, qui participent de la diversité des logiques d’urbanisation. Au croisement de la géographie urbaine, de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme, les chercheurs insistent sur les processus de territorialisation et de reterritorialisation des modes de fabrication de l’urbain. Nous retrouvons de tels positionnements sur la question des transports par exemple. Il ne s’agit plus seulement d’étudier le rôle des infrastructures dans le charpentage des territoires, mais aussi de considérer le transport comme un lieu, producteur et constitué de relations, impliquant représentations identitaires et appropriations sociospatiales (Lombard et Steck, 2004). On rattache ainsi le transport à un fait citadin, à la fois dans ses dimensions urbanistiques, sociospatiales et politiques.

25Au-delà du local, le tournant global a aussi amené une certaine résurgence des approches régionales. De nombreux travaux veulent montrer en quoi telle ou telle région du monde prend part à la globalisation du phénomène urbain de manière originale, dans la continuité de logiques citadines et urbaines en contexte local. En Asie, on s’interroge sur les trajectoires historiques spécifiques des villes d’Asie du Sud en lien avec la libéralisation économique et les particularismes des dynamiques sociales du sous-continent. De même, certains chercheurs, comme Franck, Goldblum et Taillard, évoquent les différentes expressions territoriales de la modernisation urbaine asiatique, ou encore les logiques de « métropolisation secondaire » à l’échelle sud-est asiatique (2012).

26Une transversalité scalaire et thématique plus importante accompagne ainsi la diversification des méthodes, des approches et des terrains de recherche. L’attention accrue portée aux processus plutôt qu’aux portraits thématiques ou monographiques s’étend aussi à l’évolution des discours et des positionnements des chercheurs et des praticiens. Dansereau et Navez-Bouchanine (2002) remarquent à cet égard que l’étude des dynamiques résidentielles des villes en développement depuis les années 1970 procède de deux postures dominantes : d’un côté, un discours de l’intervention, qui explique comment l’habitat devrait être ; de l’autre, un discours critique, qui s’attache principalement à rendre compte des inégalités. Les auteures insistent sur la portée normative de tels positionnements, qui rendent peu compte de la diversité des réalités habitantes, et soulignent le dépassement nécessaire des présupposés normatifs occidentaux, comme la critique du clientélisme ou les présumées vertus de la démocratie participative. Elles en appellent à une meilleure complémentarité entre recherches et actions pour orienter la décision politique dans l’aménagement et l’urbanisme.

27L’évolution de la production scientifique illustre donc l’importance que l’on donne à la connaissance du terrain et aux travaux empiriques, indispensables au renouvellement des recherches. La généralisation des approches multidisciplinaires et transdisciplinaires en géographie et en urbanisme, tout comme l’insistance plus manifeste sur les dynamiques sociales des transitions urbaines, doit aussi être resituée dans le « tournant spatial » des sciences sociales (Lévy, 1999). Pourtant, peu de travaux francophones proposent explicitement de réfléchir aux conditions de la production des savoirs sur les villes non occidentales, que ce soit d’un point de vue méthodologique ou théorique. Un constat partagé et bien souvent implicite semble donc s’imposer : la connaissance du terrain et le travail empirique amèneront d’eux-mêmes une réflexion théorique propre à rendre compte des réalités urbaines locales. Une telle posture peut cependant présenter des limites : ne pas faire face de manière explicite aux conditions de la production des connaissances limite la capacité des cadres conceptuels à intégrer, à déconstruire ou tout simplement à considérer le caractère normatif des postures et des présupposés du producteur de savoirs, des disciplines scientifiques et des contextes professionnels.

28Cela étant dit, la montée en force et la diversification des approches critiques ont largement participé à faire évoluer les cadres théoriques et méthodologiques de la recherche urbaine. Si les villes du Nord ont été au cœur de ce renouvellement dès les années 1990, les villes non occidentales y occupent une place de plus en plus centrale depuis les années 2000.

Le rôle central du renouvellement des recherches critiques

29La diversification des échelles d’analyse et le renouvellement des approches et des thématiques accompagnent une relativisation progressive du caractère global des processus d’urbanisation. Pour beaucoup d’auteurs, si l’urbanisation est bien un phénomène planétaire, elle ne peut être considérée comme un processus universel, qui conduirait à l’homogénéisation de la fabrique urbaine et des pratiques citadines. Les monographies urbaines tendent à s’éclipser au profit d’études portant sur des populations, des groupes sociaux ou des processus spécifiques, mais aussi sur des espaces urbains plus modestes. L’analyse des pratiques, des discours et des représentations y occupe souvent une place de choix. Dans ce contexte, les réflexions thématiques s’appuient de manière croissante sur des recherches relevant de l’ethnographie, tant dans leurs méthodes que dans leur rapport aux objets étudiés. Les réflexions portant sur les cadres théoriques et méthodologiques mobilisés, ainsi que sur les objets ou les sujets étudiés, accompagnent souvent la production d’un savoir plus localisé. Le renouvellement des recherches critiques joue ici un rôle central.

30Tout d’abord, de nombreux travaux témoignent d’un positionnement plus assumé dans le champ des études urbaines, bien souvent favorisé par une mobilisation de la littérature anglophone. À la croisée de l’économie politique et de l’urbanisme, on s’intéresse par exemple aux effets de la décentralisation, à la généralisation des partenariats publics-privés et à la diffusion de nouvelles formes de marchandisation des services. À ce titre, Baron et Peyroux proposent une approche théorique de la néolibéralisation des services urbains, en centrant leurs analyses sur l’évolution des formes de partenariats publics-privés et leurs applications concrètes au sein de deux contextes africains. L’approche théorique permet aux auteures de préconiser un déplacement des échelles d’analyse, afin de :

dépasser des théories économiques qui se focalisent sur les outils de la coordination (nature du contrat, modes de gouvernance les plus efficaces) pour privilégier, à l’instar d’approches en économie politique, sciences politiques et géographie, des analyses qui intègrent les facteurs sociopolitiques et institutionnels en considérant à part entière la dimension du pouvoir et les rapports de force, comme le proposent également certaines théories institutionnalistes (2011).

31Le renouvellement des approches critiques amène à repenser certains thèmes déjà populaires au sein des recherches urbaines sur les villes du Tiers-Monde, comme les logiques politico-économiques de la production de l’urbain. Les recherches s’intéressent aux effets du néolibéralisme, à la précarisation de l’habitat informel sous la pression de la spéculation foncière, ou encore à l’ouverture des marchés aux promoteurs et acteurs privés. On étudie aussi la montée en puissance des acteurs privés, leur prise en main des logiques de production de la ville, tout comme l’extrême volatilité de marchés immobiliers principalement dédiés à la promotion privée. En privilégiant des approches ethnographiques, les recherches critiques proposent ainsi de repenser certains thèmes centraux des recherches urbaines dans les villes non occidentales, comme l’informalité par les logiques d’éviction foncière ou d’éradication des quartiers précaires. Il s’agit alors de redéfinir certaines notions centrales liées à l’exclusion de certains habitants ou groupes sociaux, comme les marges, ou alors de mobiliser des cadres conceptuels nouveaux pour les villes des pays en développement, comme celui de « justice spatiale » (Gervais-Lambony et al., 2014).

32Cependant, malgré cette évolution généralisée des cadres théoriques et méthodologiques, un important effort de reconceptualisation des dynamiques urbaines en dehors des pays occidentaux reste à accomplir. Le constat de certains chercheurs montre ainsi la difficulté de dépasser certains présupposés occidentaux. Afin de justifier l’emploi du terme « villes en développement » par exemple, M. Bertrand « convenons de la formule pour couvrir la variété des Suds [sic], dont les différences de taux, de rythme et de concentration de l’urbanisation sont connues, et même si les références théoriques sur la ville restent de fait largement empruntées aux trajectoires historiques du Nord » (Bertrand, 2010 : 8). Les recherches plus théoriques visant à remettre en cause la portée générale de notions forgées en Occident, comme la ségrégation, la citadinité et l’urbanité, ou encore le développement durable, restent finalement rares.

33Pourtant, certains auteurs revendiquent justement de nouvelles manières de concevoir les dynamiques urbaines dans les villes non occidentales. Chenal, Pedrazzini et Kaufmann, à propos de la publication récente d’un ouvrage, écrivent :

une théorie de la ville africaine est donc nécessaire, pour autant qu’elle soit également une théorie africaine de la ville. Sans quoi nous nous condamnons à répéter les erreurs parfois dramatiques commises par les urbanistes et surtout à répéter les solutions mises en place pour répondre de manière erronée à ces erreurs. […] Une alter-modernité qui n’est plus le fruit de métissages entre un modèle blanc et colonial et des pratiques noires et indigènes, mais qui résulte d’un autre « chemin », vernaculaire peut-être, définissant ses propres règles, affirmant avec résolution sa modernité autre (2009a).

34Si les auteurs annoncent la nécessité d’une planification des villes africaines métissées, postcolonialistes et postcapitalistes, on précise peu les modalités concrètes de la mise en œuvre d’un tel projet. Par ailleurs, leur conception de la ville africaine semble tributaire de notions rattachées à un certain culturalisme réifiant la notion de ville africaine, comme celles de modernité, de progrès et de développement, à l’inverse de ce que revendiquent justement les postures postcoloniales. On peut alors formuler deux questions, plus larges et transversales. Tout d’abord, l’annonce d’une indispensable approche autochtone de la planification urbaine dans les villes non occidentales peut-elle se soustraire à une remise en cause préalable des cadres conceptuels normatifs qui œuvrent à la caractérisation de ces villes ? Ensuite, le dépassement du positivisme et de la rationalité occidentale doit-il servir un relativisme permettant d’échapper à toute tentative d’élaboration de nouveaux cadres conceptuels précis qui, tout en analysant ses biais et en assumant sa perpétuelle incomplétude, permettrait d’alimenter le débat et de faire évoluer les pratiques ?

35L’évolution des recherches francophones témoigne donc d’une diversification des sujets et des objets de recherche, d’une transversalité thématique et scalaire plus importante, d’une ouverture plus manifeste aux villes situées en dehors du monde occidental, ainsi que d’un renouvellement théorique et épistémologique, certes diffus et parcellaire, mais bien réel. Nous retrouvons de telles tendances au sein des recherches anglophones en général. Ces dernières illustrent là encore un repositionnement commun des recherches urbaines sur les villes non occidentales.

Le renouvellement des recherches anglophones

  • 2 . De manière évidente, l’importance de la production scientifique anglophone et l’internationalisat (...)

36Défendus plus explicitement par leurs auteurs, les grands courants épistémologiques structurant l’évolution de la recherche anglophone portant sur les villes du Sud, depuis les années 1990, sont plus facilement repérables que ceux de la recherche francophone. La profusion de nouveaux concepts et méthodes donne l’impression d’un renouveau plus important du champ de recherche2. Pourtant, une étude plus approfondie de leurs contenus montre qu’elles procèdent bien souvent de constats similaires, même si les fonds théoriques et les inscriptions disciplinaires peuvent être très différents.

Une remise en cause des approches classiques

37Les approches critiques, s’inspirant ou se revendiquant explicitement des courants néomarxistes ou postmarxistes, postcolonialistes et postdéveloppementalistes ont largement été attribuées au renouvellement des études urbaines anglophones depuis les années 2000. Plus généralement, le tournant culturel des années 1960, le postmodernisme depuis les années 1970 et le tournant spatial à partir des années 1980 (Soja, 1980) ont contribué à la remise en cause des cadres traditionnels de l’urbanisme, de la rationalité occidentale et de la place des villes non occidentales dans les études urbaines. En conséquence, l’évolution des approches théoriques et empiriques du monde universitaire anglo-américain doit certainement beaucoup au renouvellement du champ de l’urbanisme des années 1970-1980.

38En effet, au cours des années 1980, la position et l’action des urbanistes – en ce qu’elle implique une position de pouvoir vis-à-vis de la sphère publique – font l’objet de vives critiques. Pour bon nombre d’auteurs, il devient évident que derrière la rationalité et l’objectivité présupposées des urbanistes se dessinent des savoirs et des techniques socialement, historiquement et idéologiquement situés. Dans les années 1970-1980, le renouvellement très intense des théories en urbanisme et aménagement ont ainsi abouti à l’émergence de nouvelles manières de concevoir l’action et ses fondements réflexifs. On pense par exemple au tournant communicationnel, ou encore à l’influence du postmodernisme dans l’émergence de nouvelles utopies urbaines où justice sociale et citoyenneté trouvent une place centrale. Nous pouvons aussi mentionner les contributions de l’urbanisme radical, largement opposé à la planification rationnelle et institutionnelle, prônant des approches par le bas, collectives et collaboratives, pour la mise en œuvre de villes plus justes.

39Les apports de la pensée critique en urbanisme et en études urbaines ont permis de constituer un nouveau répertoire critique de la pensée urbaine anglophone, sur lequel se sont appuyés de nombreux chercheurs travaillant sur les villes non occidentales. Il s’agit ainsi de repenser les pratiques et les approches urbanistiques en considérant les rapports de pouvoir et les registres d’action qu’elles supposent, tout en localisant davantage la pensée urbaine, tant dans l’histoire que dans l’espace. Au cours des années 1980-1990, les objets, les approches et les échelles d’analyse des études urbaines évoluent rapidement. L’importance donnée au local, la prise en compte des groupes sociaux subalternes, les approches socioculturelles ou encore les études portant sur les marges urbaines ont largement influencé les recherches portant sur les villes non occidentales. Mais surtout, le renouveau des études urbaines anglophones dans ce qu’on nomme souvent le « Sud global » semble particulièrement lié, comme dans la recherche francophone, à la globalisation du fait urbain.

40Dès les années 1980-1990, mais plus particulièrement au cours des années 2000, un nombre croissant de chercheurs critiquent la faible représentativité des villes non occidentales dans les études urbaines anglophones. On pose ce débat notamment en réponse au succès des théories portant sur les grandes dynamiques métropolitaines globales, ou encore en réaction aux recherches traitant de phénomènes urbains considérés comme universels, tels que la périurbanisation. Selon de nombreux auteurs, en proposant des approches typologiques et une lecture hiérarchique des logiques de métropolisation, les théories sur les villes globales ont accentué la vision d’une globalité urbaine réductrice, dominée par quelques grandes métropoles et où les espaces secondaires ou périphériques ne chercheraient qu’à imiter les grandes métropoles mondiales. Ainsi une trop grande attention portée aux métropoles des pays émergents a-t-elle proportionnellement caché les dynamiques urbaines de villes situées censément à leur périphérie.

41Au cours des années 2000 donc, de nombreux chercheurs du monde universitaire anglophone ou anglo-américain se positionnent en faveur d’une diversification des recherches urbaines vers les villes situées en marge des grandes logiques de métropolisation. Robinson (2006), tout en soulignant l’apport important des études urbaines globales, a justement montré comment cette hiérarchisation procède de visions occidentalo-centrées et positivistes, qui ont tendance à interpréter le phénomène urbain par le seul prisme de la trajectoire historique des villes occidentales (industrialisation, périurbanisation, mises en réseau, etc.). Dans ce contexte, la force du diptyque modernité/développement freinerait la compréhension des dynamiques urbaines locales, toujours prises entre processus endogènes et exogènes. Finalement, il ne faudrait plus les considérer comme une exception à l’ordinaire urbanistique dont le cœur se trouverait en Occident. L’idée de ville ordinaire proposée par Robinson et appliquée aux villes non occidentales, bien que plus ancienne (Amin et Grahama, 1997), viserait ainsi à dépasser l’exotisme qui ponctue bon nombre de travaux portant sur les villes des pays en développement, dont le caractère extraordinaire renvoie bien souvent à l’anormalité présupposée de leur évolution, si souvent décriée depuis les années 1960.

42L’attention qu’on porte aux villes périphériques devient alors un parti pris épistémologique. Pour Ananya Roy, il faut se garder de confondre la globalité du fait urbain avec l’universalité des dynamiques urbaines (2015). Pour ce faire, il devient indispensable de proposer de nouveaux cadres conceptuels produits à partir d’une déconstruction des concepts normatifs élaborés en Occident. Ce positionnement impliquerait alors de provincialiser les théories urbaines dominantes et d’appliquer ce principe de décentrement aux recherches urbaines dans le Sud global. Nous verrons plus loin les critiques que nous pouvons porter à de tels arguments.

43Une divergence croissante apparaît ainsi entre les approches d’inspiration marxistes d’un côté, et les recherches critiques imprégnées du tournant culturel et du postcolonialisme de l’autre. Pour ces dernières, les postures critiques d’inspiration marxiste, portant par exemple sur la gentrification, le néolibéralisme, l’habitat informel, les logiques de rente ou encore les inégalités sociospatiales, tendent justement à sous-estimer la complexité du local, voire à transposer implicitement une approche élitiste de la théorisation en sciences sociales à propos des villes non occidentales. Ces débats témoignent de l’évolution des fondements des recherches critiques, mais aussi de la recherche de solutions théoriques visant à dépasser les approches centre-périphérie, celles sur le développement et la modernité, ou encore celles portant sur les rapports de classes.

La consolidation de nouveaux champs théoriques et thématiques

44Malgré ces divergences, les recherches critiques partagent la volonté de mettre en avant les populations, les groupes sociaux, les espaces et les moments historiques que le passé colonial a contribué à garder sous silence. L’appel au renouvellement de la recherche (théorique, thématique, méthodologique, etc.) favorise alors l’émergence de nombreux concepts rendant compte des pratiques urbanistiques du quotidien, du bas ou contestataires. Ce faisant, on propose des solutions de rechange aux logiques de planification et d'aménagement imposées d'en haut, souvent inspirés de modèles transnationaux issus de la production urbaine capitalistique globalisée.

45Comme pour les recherches urbaines francophones, le tournant global des sciences sociales, puis l’attrait renouvelé envers le local et les approches ethnographiques, ont largement porté l’évolution récente du champ des études urbaines anglophones. Cependant, les recherches anglophones se sont aussi attachées à redéfinir le global par le local, dans l’optique d’une reconsidération de ce qui est communément désigné comme centre ou périphérie. En ce sens, les grandes métropoles comme les plus petits centres urbains doivent faire l’objet d’approches ethnographiques rendant compte de leurs singularités tout autant que de leurs potentiels de globalité. Il s’agit par ailleurs de repenser l’engagement critique des chercheurs à l’heure de l’urbain généralisé, notamment à propos du droit à la ville.

46Parallèlement et encore à l’instar des recherches urbaines francophones, de nouvelles échelles d’analyse des dynamiques urbaines voient le jour. On notera, par exemple, une attention de plus en plus manifeste pour les approches comparatives, d’où émergent de nouvelles propositions théoriques largement inspirées des approches relationnelles en géographie et en études urbaines, des théories transnationales, ou encore du mobility turn (Urry, 2007). En conséquence, les comparaisons Sud-Sud se popularisent, et avec elles l’étude des dynamiques de circulation et de transfert de modèles urbains, de politiques publiques, de pratiques et de théories urbanistiques, ou encore de modes de vie. Pour les chercheurs qui se situent au croisement de la géographie et de l’urbanisme, il devient nécessaire de réfléchir aux nouvelles échelles que suppose la globalisation du phénomène urbain. Par exemple, l’échelle translocale permettrait de mieux analyser les différentes formes de tensions, entre les circulations d’influences urbaines à l’échelle globale d’une part et leurs logiques d’ancrage et de territorialisation à l’échelle locale d’autre part.

47Ces contributions théoriques s’appuient par ailleurs sur de nouvelles complémentarités entre l’interdisciplinarité, le décentrement des positionnements théoriques et la diversification des objets de recherche. Malgré cette volonté de renouvellement, de nombreux auteurs puisent dans un registre théorique forgé en Occident, à partir de recherches portant sur les sociétés occidentales. On peut par exemple souligner la forte influence de la French Theory qui, portée par sa popularité dans les recherches critiques et les cultural studies anglo-saxonnes, vient nourrir une remise à niveau du cadre conceptuel des recherches urbaines sur les villes non occidentales. La mobilisation accrue de concepts comme les assemblages, la gouvernementalité, ou encore la théorie de l’acteur-réseau en sont quelques exemples.

48Cette diversification théorique s’accompagne d’une évolution des approches thématiques, qui illustrent une remise en question des approches urbanistiques au sein des villes non occidentales. La critique des approches considérées comme traditionnelles de l’urbanisme (rationnelles, holistes, institutionnalisées, etc.) se traduit par une remise en cause des processus hégémoniques sous-jacents à la production urbaine contemporaine, comme le néolibéralisme, le capitalisme ou la privatisation de la fabrique urbaine, ainsi que des logiques politico-économiques qui les portent. Une partie des approches radicales devient particulièrement attentive aux initiatives urbanistiques locales, ainsi qu’à la manière dont les populations subalternes s’opposent aux modes de production dominants et proposent des solutions. On s’intéresse par exemple aux stratégies d’auto-organisation, de contestation, d’opposition et de lutte des habitants pour mener à bien différents projets communautaires à l’échelle locale, que ce soit en contexte autoritaire ou au sein de régimes économiques plus libéraux. D’autres chercheurs montrent ainsi comment l’urbanisme devient un acte militant et politique, ou encore citoyen.

49Cette courte présentation de l’évolution récente du registre thématique et conceptuel des études urbaines anglophones (appartenant majoritairement au monde universitaire anglo-américain) sur les villes non occidentales ne peut prétendre à l’exhaustivité. On aurait pu évoquer bien d’autres thèmes au cours des pages qui précèdent. Nous pouvons penser, par exemple, à l’importance croissante des études sur le genre, la jeunesse, les nouvelles problématiques environnementales, ou encore sur les notions d’identité, de citoyenneté et d’espace public. De même, nous avons dû laisser de côté des champs thématiques importants, comme l’économie urbaine ou la planification régionale. Cependant, la mise en perspective de la littérature francophone avec l’anglophone permet d’émettre quelques constats intermédiaires et de formuler des propositions allant dans le sens d’une meilleure identification des registres théoriques et méthodologiques des recherches urbaines sur les villes non occidentales.

Pour un champ de recherche sur les villes non occidentales

50Comme nous l’avons évoqué, si les recherches urbaines francophones sur les villes non occidentales sont riches et se sont largement diversifiées depuis les années 1980, la transition de « villes du Tiers-Monde » à « villes du Sud » s’est finalement peu accompagnée de travaux réflexifs portant sur l’évolution récente des cadres théoriques et méthodologiques. On peut s’interroger sur les raisons de ce manque et sur les manières d’y remédier.

La recherche francophone face à l’altérité urbaine

51En comparaison avec les travaux anglophones, les recherches urbaines francophones sur les villes non occidentales semblent s’inscrire beaucoup moins dans un champ de recherche spécifique et revendiqué. Cette situation renvoie à des différences de positionnement scientifique vis-à-vis du Sud global, à la place de la théorie dans les recherches urbaines et à l’articulation des différentes disciplines universitaires traitant des enjeux urbains.

52Dans les recherches angloaméricaines, la remise en question des approches traditionnelles de l’urbanisme, le foisonnement des recherches critiques et le décentrement tant géographique que conceptuel des études urbaines sur les villes non occidentales se sont paradoxalement appuyés sur une mise en exergue particulièrement manifeste de la partition Nord-Sud. La ligne de partage ne s’est donc pas estompée, elle s’est plutôt renforcée à la faveur de la place plus grande qu’ont prise les Global South Studies dans le monde anglo-saxon depuis les années 1990. De nombreux auteurs s’en défendent cependant. Pour Sophie Watson (2014), nommer explicitement les villes du Sud ou les villes non occidentales permet d’insister sur la diversité des dynamiques urbaines à l’heure de la globalisation urbanistique, tout en remettant en question l’imposition de la rationalité occidentale dans l’urbanisme et l’aménagement.

  • 3 Le collectif Champ libre ?, constitué récemment, rassemble de jeunes enseignants chercheurs frança (...)

53Les recherches urbaines francophones, quant à elles, semblent se tenir à distance de ces débats et y font peu face de manière explicite. On peut invoquer ici différentes raisons. La difficile identification d’un répertoire théorique dans les recherches urbaines en général freine la constitution de champs de recherche spécifiques, comme pourrait l’être celui portant sur les villes non occidentales. Comme l’a déjà souligné le collectif Champ libre3 ?, le cadre théorique des recherches urbaines dans le monde francophone (principalement à propos des villes du Nord) s’inscrit dans un certain « flou » épistémologique, que la quasi-absence d’un fonds théorique et disciplinaire commun a favorisé. Comme le précise le collectif, la tension entre recherches théoriques et pratiques en urbanisme, le manque d’enseignements spécifiques, ou encore l’éclatement du champ entre différentes disciplines ne facilitent pas la mise en valeur d’un fonds théorique et conceptuel pourtant important. Comme le remarque Sherrer (2010), il est effectivement plus difficile de participer à des débats appartenant à un champ de recherche articulé autour d’un objet – la ville – lorsque l’on inscrit principalement sa pensée dans une discipline, comme c’est le cas en France et, plus largement, dans le monde francophone. À la suite de ce que nous avons pu montrer, le dispersement de la théorie au sein d’approches principalement thématiques et régionales sur les villes non occidentales renvoie donc plus largement à une réalité que partagent les recherches urbaines en général.

54Ces logiques disciplinaires internes sont aussi tributaires de la dévolution à la géographie des réflexions théoriques portant sur le Sud (en tant que catégorie, objet ou espace de recherche). Cette réalité a sûrement accentué la frilosité des recherches urbaines à se saisir des enjeux théoriques et épistémologiques soulevés par cette catégorisation. Pour beaucoup de chercheurs ou de praticiens de l’urbain, isoler la ville non occidentale de la ville en général présente le danger de tomber dans la « trappe théorique » de la dichotomie Nord-Sud et de la virulence des débats à cet endroit, dont les géographes restent les principaux animateurs.

  • 4 Voir notamment le numéro 4 de L’Espace géographique intitulé « Géographie tropicale – géographie d (...)

55Pour ces derniers, le Sud constitue bien évidemment une catégorie ou un objet à déconstruire et à dépasser. Les chercheurs se sont ainsi attachés à dénoncer la séparation subjective Nord-Sud et à remettre en question son tropicalisme latent, sujet de débat par ailleurs ancien4. La simple mention du terme « Sud », « Tiers-Monde » ou « non occidental » participe de la perpétuation d’une partition civilisationnelle ou culturelle du monde, car « nommer, c’est créer un peu » (Raison, 2007). Il devient alors indispensable de se « délivrer de l’exotisme » (Hancock, 2007) et de « désoccidentaliser la pensée urbaine » (Choplin, 2012). Dans ce contexte, défendre la constitution d’un champ de recherche spécifiquement attaché aux villes non occidentales s’avère difficile. Pourtant, ces dynamiques disciplinaires et ces postures présentent certaines limites qui peuvent nuire, c’est du moins l’argument ici, aux recherches portant sur les villes non occidentales.

Au cœur du renouvellement des recherches urbaines

56Si la plupart des chercheurs sont aujourd’hui conscients du caractère ethnocentré du découpage Nord-Sud, celui-ci n’en reste pas moins un vecteur puissant de l’organisation institutionnelle et scientifique de la recherche urbaine. Comme nous l’avons mentionné, la domination des institutions occidentales dans la production scientifique mondiale, la lecture des dynamiques urbaines globales à partir de concepts forgés au Nord, ou encore la force du rationalisme occidental dans la considération des dynamiques urbaines mondiales en sont quelques exemples.

57Ainsi, l’altérité et l’exotisme ne cessent pas d’exister dès lors que l’on en fait la critique ou qu’on les passe sous silence. Comme nous l’avons vu précédemment, dépasser la dichotomie Nord-Sud n’empêche en rien le maintien de cadres théoriques et méthodologiques normatifs (universalisme, développement, modernité, etc.). Un décalage se fait alors sentir entre une remise en cause théorique de cette partition du monde et le maintien de ces représentations dans les logiques institutionnelles et scientifiques structurant la production des savoirs. Pourtant, il existe une différence entre l’indispensable effort de toujours remettre en cause nos représentations socialement situées (qui s’attachent à des constructions culturelles et sociales jamais universelles) et la reconnaissance de l’effet de ces représentations sur la recherche scientifique et les pratiques professionnelles. Par exemple, s’il s’agit de désoccidentaliser la pensée urbaine, il faut identifier la substance de cette occidentalisation et non la taire, au risque de favoriser le maintien de représentations dichotomiques et simplistes de la réalité urbaine globale. Considérer le principe ontologique de celui qui parle, recherche ou agit, ainsi que les cadres conceptuels et méthodologiques qui structurent son action, permet de produire une réflexivité épistémologique nécessaire à l’évolution des recherches urbaines. En d’autres termes, si la géographie examine son rôle dans la production d’une « assignation à territorialité » (Hancock, 2008 : 117), la recherche urbaine doit elle aussi s’intéresser de manière plus systématique aux différentes formes d’assignations à urbanité qu’elle produit.

58Dans ce contexte, si isoler les villes non occidentales comme champ ou objet d’analyse représente certes une catégorisation faussée et une essentialisation trompeuse, cela permet en revanche de mieux défendre une diversification de la recherche urbaine francophone et une plus grande représentativité des villes non occidentales dans la production des savoirs. Par ailleurs, cette classification facilite l’identification de discours et de représentations dominants, étape préalable indispensable à leur déconstruction. En ce sens, faire exister la ville non occidentale, de manière temporaire et à des fins épistémologiques, doit donc aussi s’accompagner d’une indispensable critique de cette catégorisation.

59Prendre à bras-le-corps la thématique des villes non occidentales permettrait la constitution d’un champ de recherche plus balisé et structuré par des écoles de pensée et des positionnements théoriques, voire politiques, plus assumés. La constitution d’un tel champ permettrait de confronter plus systématiquement différentes approches et théories, et de maintenir ainsi un espace de débat constructif favorisant une plus grande transversalité des approches thématiques. Il serait alors possible de rassembler les théories et les concepts des recherches urbaines sur les villes non occidentales. Cela pourrait passer par la production de manuels, d’événements scientifiques spécifiques, de cours universitaires dédiés, ou encore par la création de groupes ou de collectifs de recherche.

60Un tel positionnement n’empêche en rien les approches valorisant les recherches thématiques dépassant les catégories Nord-Sud et ne contredit pas non plus les travaux insistant sur les approches relationnelles de la fabrique urbaine (globalisation urbanistique, circulation de modèles, notamment Sud-Sud, etc.). Une plus grande mise en valeur des registres théoriques et des méthodes mobilisés pour l’étude des villes non occidentales augmenterait au contraire la capacité des chercheurs et des praticiens à identifier les modalités de circulation de concepts, ainsi qu’à valoriser les méthodes et les théories produites par les institutions et les chercheurs non occidentaux, qui devraient par ailleurs occuper une position beaucoup plus centrale dans les recherches urbaines en général. Un bornage plus précis de ce champ de recherche permettrait de favoriser les échanges, ainsi que la circulation de concepts et de méthodes, entre chercheurs occidentaux et non occidentaux. En d’autres mots, une recherche urbaine attentive à la notion d’altérité et à sa capacité normative, induite par les rapports de production inégaux des savoirs et de l’expertise technique, permettrait d’assurer un renouvellement pérenne et une diversification de la recherche urbaine francophone, ainsi que des pratiques en aménagement et urbanisme. Les différentes parties de l’ouvrage s’insèrent justement dans cette volonté.

Présentation de l’ouvrage

61Au fil du travail collectif impliquant les auteurs de l’ouvrage, trois grands thèmes de réflexion transversaux ont rapidement émergé : les enjeux des espaces publics dans le devenir des villes non occidentales ; l’importance des jeux d’échelles dans la recherche et la pratique ; les terrains et les méthodes de la recherche urbaine sur les villes non occidentales. Ces thèmes représentent les trois grandes parties de l’ouvrage.

L’espace public, élément constitutif et constituant de la ville

62La première partie de l’ouvrage concentre son regard sur un thème majeur des recherches urbaines : les espaces publics, qui occupent une place de plus en plus centrale au sein des travaux portant sur les villes non occidentales. Si le point de départ représente bien la notion d’espace public au sens d’espace de débat politique, les études urbaines y associent la notion d’espaces publics (au pluriel), c’est-à-dire les espaces et les lieux où s’élabore la relation entre les citadins et la sphère publique du débat politique ou citoyen. Les espaces publics traversent en ce sens de multiples thèmes de recherche en même temps qu’ils posent un grand nombre de questions, dont une majeure : comment se construit concrètement la citadinité aujourd’hui ? Cette interrogation s’avère d’autant plus cruciale au regard de la privatisation croissante de l’aménagement des villes, du morcellement accru des territoires urbains, de la disparition ou de la recomposition des lieux qui faisaient précédemment office d’espaces publics, ou encore de l’émergence de nouvelles formes de coercition et de contrôle des citadins. Cependant, les espaces publics se situent bien souvent là où on ne les attend pas et les acteurs urbains s’accommodent régulièrement des transformations contemporaines de la ville. L’espace public n’a donc pas d’existence propre, c’est-à-dire qu’il n’existe pas indépendamment de l’acteur urbain et de la structure sociopolitique qu’il produit, et dont il dépend.

63Aniss M. Mezoued nous rappelle en ce sens que l’espace public ne va pas de soi : il est le produit de « récits » et se fait l’écho de stratégies d’acteurs. Les espaces publics s’avèrent alors stratégiques, car ils se situent à l’interface de différentes manières de percevoir la ville, de la produire et de l’aménager. À l’heure où l’expression « fragmentation urbaine » fait bien souvent figure de tautologie, les espaces publics représentent le substrat collectif à la fois physique et idéel nécessaire au dépassement des intérêts particuliers. Cependant, il ne suffit pas de désigner certains lieux comme espaces publics pour les faire exister. Ces derniers ne peuvent en effet représenter une simple solution aux espaces privés, mais peuvent devenir des espaces de médiation entre les sphères publique et privée de la ville.

64Pauline Bosredon associe ainsi les thèmes du patrimoine et des espaces publics au sein d’une relation multidimensionnelle : dans quelle mesure le patrimoine représente-t-il un espace public, et comment certains espaces publics sont-ils patrimonialisés ? Voici une mise en perspective particulièrement féconde, tant le patrimoine, tout comme l’espace public, représentent des notions à la fois discursives et concrètes, représentées et appropriées, idéologiques et d’une banale quotidienneté. L’auteure, en comparant des cas d’étude au Brésil et au sein des Territoires palestiniens occupés, nous explique comment le processus de patrimonialisation peut être le support de revendications sociales et culturelles fortes. Dans le cas du Brésil, elles peuvent aboutir à un ancrage plus marqué du caractère public d’espaces urbains centraux. Au sein des Territoires palestiniens occupés, les discours et les stratégies d’acteurs font écho au conflit militaire larvé. Les espaces patrimoniaux, à la fois publics (la vieille ville) et privés (les logements), participent de la construction d’un espace public, qui se meut en véritable arène où s’affrontent les belligérants des conflits politiques et idéologiques. Le rôle médiateur de l’espace public est donc à remettre en question, en même temps que la neutralité du processus de patrimonialisation qu’on admet parfois ; comme nous le précise l’auteure, et en écho à Aniss Mezoued, la relation entre espaces publics et patrimoine au Brésil et au sein des Territoires palestiniens occupés se comprend moins dans les faits que dans les récits.

65Aux dimensions idéelles et politiques des espaces publics s’ajoute une dimension tout à fait physique, qui renvoie notamment à l’aménagement d’espaces ouverts aux habitants au sein de quartiers urbains. À ce titre, Cécilia Montoya Antich évoque le rôle de la participation citoyenne dans la création d’espaces publics à Lima, capitale du Pérou. S’il est aujourd’hui à la mode de promouvoir un aménagement des espaces urbains par les habitants, il apparaît indispensable de remettre en question les supposés bienfaits des politiques de décentralisation municipale et de la participation du citoyen-citadin dans la construction de la ville. En effet, l’auteure nous montre bien que la généralisation de budgets participatifs à Lima et le désengagement des autorités municipales participent d’une fragmentation des espaces urbains et d’une redéfinition des fondements mêmes des espaces publics (qui devraient être, en théorie, des espaces ouverts à tous). En conséquence, si les budgets participatifs devaient permettre aux quartiers les plus précaires de pallier leur manque de moyens financiers et techniques, leur généralisation favorise de grandes disparités d’aménagement entre les différents quartiers de la ville, qui se font le reflet des inégalités sociospatiales à l’échelle de l’agglomération.

66Une plus grande participation citoyenne ne mène donc pas automatiquement à une amélioration du caractère public des espaces urbains, même dans le cas où les espaces publics semblent se multiplier. À l’inverse, certains lieux, qu’on ne considère généralement pas comme des espaces publics, pourraient tout à fait assumer ce rôle ; en évoquant l’école comme un espace public à reconsidérer, Valeria Cartes Leal s’attaque justement à cette problématique. Premier lieu de l’élaboration du rapport entre l’homme et la ville comme espace de citoyenneté, l’école est rarement considérée comme un espace public local à partir duquel s’élaboreraient de nouvelles formes de citadinité. Car, comme nous le dit l’auteure, l’école n’est pas seulement un lieu où l’on apprend théoriquement à être citoyen ; c’est aussi un espace vécu par lequel se construit notre rapport au quartier, à la proximité et à la vie en commun. À ce titre, l’auteure propose la notion d’« urbanisme scolaire », qui prendrait en considération l’articulation de l’école aux espaces publics de la ville tout en redonnant à l’école son potentiel d’urbanité, lequel s’exprime bien souvent lors de crises sociales, comme ce fut le cas Chili. À la fois vecteur et incubateur des transformations sociopolitiques de la cité, l’école cesserait ainsi d’être cantonnée à un fonctionnalisme éducatif pour véritablement prendre place dans l’espace public urbain qui lui est dû.

Les jeux d’échelles au cœur du phénomène urbain

67Les jeux d’échelles conditionnent et structurent tant les positionnements scientifiques que les objets et les thèmes de recherche. Il ne s’agit cependant pas de se demander à quelle échelle on doit appréhender la ville, car la réponse serait immanquablement « à toutes » ; il apparaît plutôt nécessaire de saisir, d’une part, pourquoi toutes les échelles sont nécessaires à la compréhension du phénomène urbain et, d’autre part, ce que chaque échelle d’analyse soulève comme enjeux et questions, tant pour la recherche que pour la pratique. Au cours des années 1990, un important débat, encore présent aujourd’hui, s’animait autour de la question de l’uniformisation des espaces urbains mondiaux et des processus de métropolisation sous l’effet de la globalisation économique, sociale et culturelle. Ce débat a notamment privilégié des échelles d’analyse très petites, à l’échelle du monde, des continents, des régions et des grandes aires urbaines. Si ces discussions semblent aujourd’hui quelque peu datées, tant bon nombre d’auteurs s’accordent à considérer la ville comme le produit d’un métissage entre des réalités à la fois globales et locales, la question des échelles de la ville reste tout à fait féconde, comme en témoigne l’importance croissante qu’on accorde à l’intermédiarité, au transscalaire ou au multiscalaire. La question des échelles de la ville s’inscrit actuellement au sein de thèmes de recherche à la fois plus larges et plus précis, qui renvoient notamment à la généralisation de certains sujets (l’habiter, les pratiques habitantes, les stratégies et les discours d’acteurs, etc.) et objets (le quartier, la rue, les marchés, etc.) de recherche, qui s’appréhendent tant aux petites échelles qu’aux grandes. La deuxième partie de cet ouvrage s’inscrit résolument dans cette dynamique, tout en proposant une double perspective : elle examine non seulement les échelles de la fabrication urbaine, mais aussi la fabrication des échelles de la ville.

68Mauricio Anaya présente en ce sens un regard tout à fait original sur une ville secondaire bolivienne, Cochabamba, en montrant comment la réflexivité peut et doit entrer dans les manières dont nous pensons et réalisons la fabrication urbaine aujourd’hui. En prenant le parti de considérer que théorisation et pratique sont indissociables en aménagement et urbanisme, l’auteur oppose fragmentation urbaine et urbanité, en montrant comment espaces urbains, gouvernance et pratiques habitantes se font écho au sein d’une relation systémique trop souvent sous-estimée. La question de l’échelle de la ville est par ailleurs posée au sujet du caractère « moyen » de la ville de Cochabamba, que l’auteur qualifie de « ville comme toutes les autres », à l’instar de la « ville ordinaire » de Robinson (2006). On privilégie donc doublement la grande échelle : en considérant une petite ville comme toutes les autres petites villes, de surcroît à l’échelle locale. Le « régime d’urbanité » dont nous parle l’auteur transcende ainsi les échelles d’analyse, pour représenter un outil très concret permettant de repenser les sphères publique et privée de la cité, ou encore de relever ce qui fait la continuité par-delà l’apparent morcellement de l’espace urbain.

69Issa Sory étend le questionnement à la gouvernance de la ville en opposant la planification stratégique au droit à la ville, thème de recherche qui s’est généralisé au sein de la littérature francophone en études urbaines au cours des années 2000, notamment à partir d’études de cas en Afrique du Sud et en Amérique latine. Parfois expression valide, parfois thème central des études urbaines critiques renouvelées, le droit à la ville n’est pas seulement une proposition théorique voulant souligner les desseins sociopolitiques derrière les processus de marginalisation ; il représente aujourd’hui un véritable cadre théorique permettant de nouvelles analyses quant aux processus sociaux, spatiaux, économiques et politiques menant à la ségrégation et à la stigmatisation de certaines populations. En couplant le droit à la ville à la planification stratégique, Issa Sory met finalement en opposition deux échelles d’analyse. L’une, globale, renvoie au passage du rationalisme au stratégisme dans les manières d’envisager l’encadrement du développement urbain ; l’autre, locale, montre comment la planification stratégique fait écho à la nature même du régime politique burkinabè, qui joue justement avec les échelles de la ville pour mieux asseoir ses stratégies, notamment en s’accommodant d’une participation citoyenne qui prend l’aspect d’un simulacre démocratique.

70En proposant le « chemin » comme objet de recherche, Bianca De Marchi Moyano s’attaque à l’essence même de la multiscalarité : le réseau. Là encore, les multiples échelles d’analyse ne sont pas seulement spatiales : elles sont aussi politiques et temporelles. En effet, le chemin renvoie à la fois aux échelles de la mobilité, à l’articulation des politiques territoriales dans le contexte d’un État plurinational en formation, ainsi qu’à la concordance de temporalités qui rythment différentes formes de territorialité. Dans une volonté de considérer le chemin de manière transversale, l’auteure propose une posture originale : le chemin doit être un facteur d’ancrage permettant de dépasser les tensions liées à l’aménagement de l’espace et à la gestion des flux. Pour cela, des propositions très concrètes sont formulées : considérer que l’aménagement des réseaux relève de dynamiques processuelles plutôt que politiques ; appréhender le territoire dans sa porosité ; mobiliser le paysage comme objet médiateur et échelle d’action dans la gestion de la mobilité et le développement des réseaux.

Les chercheurs/praticiens en études urbaines et leurs terrains

71La dernière partie de l’ouvrage suggère des pistes de réflexion relatives au positionnement des chercheurs et des praticiens vis-à-vis de leurs terrains, leurs objets et leurs sujets de recherche. Ces questionnements, qui concernent peu ou prou l’ensemble des professionnels et des chercheurs s’appuyant sur des travaux empiriques, ne renvoient pas seulement aux outils et méthodes mobilisés : ils évoquent plus largement le rapport à l’altérité, la complexe articulation entre jeux d’échelles et d’acteurs, ainsi que l’intérêt d’adopter une posture réflexive dans l’élaboration et l’application d’outils d’aménagement et d’urbanisme très concrets. Le rapport entre les chercheurs en urbanisme et aménagement et leurs terrains de recherche reste un sujet marginal au sein des études urbaines francophones, alors même que la plupart des sciences sociales ont, parfois depuis longtemps, ouvert cette boîte noire. En conséquence, les chercheurs et les praticiens en recherches urbaines ont tendance à puiser dans d’autres disciplines les outils et les théories leur permettant de mettre en perspective leurs recherches et leurs actions. Une question plus large se dessine alors : quelles sont les particularités des approches empiriques des recherches urbaines et du positionnement des chercheurs et des praticiens vis-à-vis de celles-ci ? Si la dernière partie de cet ouvrage ne s’attaque pas de front à cette question, les interrogations des auteurs permettent d’ores et déjà de souligner différents enjeux propres aux recherches urbaines et aux pratiques de l’urbanisme et de l’aménagement.

72Dans sa contribution, Claire Simonneau confronte la normativité développementaliste à la réflexivité postcoloniale. La question de la normativité au sein des recherches urbaines revêt une importance cruciale, le rationalisme technique et technologique étant un paradigme particulièrement puissant chez les professionnels de l’aménagement urbain. Dans bon nombre de villes où l’aménagement et la gestion des espaces urbains souffrent du manque de moyens tant techniques que financiers, la normalisation des modes de gestion du développement urbain est d’autant plus importante qu’elle s’appuie souvent sur l’imposition d’outils et d’approches allochtones, généralement inadaptés à la réalité concrète des pratiques et des habitudes locales. La critique postcoloniale n’apparaît alors pas seulement théorique : elle peut aider, selon l’auteure, à mieux considérer les villes pour ce qu’elles sont, non pour ce qu’elles devraient être, et à mieux considérer les pratiques et les représentations des acteurs urbains locaux.

73Divya Leducq, en évoquant la pluralité de ses terrains de recherche et de ses thèmes d’analyse, défend l’idée de « bricolage épistémologique et méthodologique », qu’elle définit non pas comme un positionnement hasardeux qui chercherait à rendre cohérent un ensemble de pratiques et de questions très diverses, mais plutôt comme une réponse aux enjeux multiples que supposent l’aménagement des villes d’une part, la nécessaire inventivité dont il faut faire preuve pour imaginer, créer et tester des outils capables de répondre aux enjeux urbains d’autre part. Cette notion de bricolage, qui renvoie assurément aux travaux de Lévi-Strauss, nous pousse peut-être à reconsidérer le mythe selon lequel la ville pourrait faire l’objet d’un aménagement parfait par la mobilisation d’outils urbanistiques qui se voudraient « exacts ». Nous voyons bien ici que l’urbanisme et l’aménagement se posent les mêmes questions que bien des sciences sociales : que fait-on des partis pris qui se glissent entre la méthode et la réalité du travail de terrain ? Pour l’auteure donc, le bricolage procède aussi de l’honnêteté scientifique, car il renvoie aux modes d’acquisition des données, aux échanges interculturels, ou encore aux enjeux linguistiques au sein de terrains variés. Dans ce contexte, la notion de bricolage ne serait-elle pas une forme d’objectivation méthodologique et épistémologique ?

74La remise en question du positivisme transparaît particulièrement lorsque Léandre Guigma évoque la difficile articulation entre les rôles de chercheur et de praticien. Mais surtout, Léandre Guigma nous rappelle que l’altérité se rencontre au pas de sa porte : Burkinabè et habitant de Ouagadougou, l’auteur n’en fait pas moins face à un difficile positionnement vis-à-vis de son terrain et des habitants qu’il interroge. Fort de tactiques et de stratégies qu’il adapte à la situation, et en miroir de son positionnement à la fois de chercheur et d’expert, l’auteur souligne que le discours de celui qui enquête est coproduit avec le « cherché », renvoyant en ce sens aux questions ontologiques que soulèvent notamment les postures et les identités multiples des acteurs en présence. Derrière ces réflexions émerge très certainement le « patricien réflexif » décrit par Donald Schön, qui appelait à une réflexivité dans et pour l’action. Le terrain cesse alors d’être une frontière entre le chercheur et le cherché, pour devenir un espace de production d’une réalité tangible en perpétuelle évolution, qui s’appréhende autant par « l’acteur-je » que par le « jeu d’acteurs ».

75En s’intéressant aux jeux d’échelles, aux espaces publics et au terrain, cet ouvrage propose une transversalité thématique importante, qui concerne un large spectre des recherches urbaines, notamment à propos des villes non occidentales. Nous espérons que cette production scientifique contribuera à promouvoir la recherche sur les villes non occidentales, en montrant l’intérêt d’une diversification des terrains de recherche et de la mise en œuvre d’un travail réflexif sur les méthodes et les concepts.

Notes

1 Je souhaiterais remercier chaleureusement Martine Drozdz et Juliette Maulat d’avoir lu attentivement et commenté consciencieusement une première version de cette introduction. Par ailleurs, l’approche éditoriale privilégiée pour cet ouvrage a été de limiter la citation d’auteurs et de travaux scientifiques. J’invite donc le lecteur à consulter la bibliographie générale pour prendre connaissance de l’ensemble des travaux ayant servi à la rédaction de cette introduction.

2 . De manière évidente, l’importance de la production scientifique anglophone et l’internationalisation de la langue anglaise expliquent structurellement l’influence de cette production dans la recherche urbaine.

3 Le collectif Champ libre ?, constitué récemment, rassemble de jeunes enseignants chercheurs français en aménagement et urbanisme. Le collectif s’est formé dans le cadre de l’organisation d’une conférence en janvier 2016 intitulée « Champ libre ? L’urbanisme et l’aménagement à l’épreuve des cadres théoriques ». L’appel à communication de l’événement partait notamment du constat de la difficulté à identifier les cadres théoriques de l’aménagement et de l’urbanisme en France.

4 Voir notamment le numéro 4 de L’Espace géographique intitulé « Géographie tropicale – géographie du Tiers Monde » publié en 1984.

Auteur

Gabriel Fauveaud a obtenu son doctorat en géographie à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2013. Il est chercheur invité au Centre d’études et de recherches international de l’Université de Montréal (CÉRIUM) et chercheur associé à l’UMR 8586 Prodig.

© Presses de l’Université de Montréal, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search